Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Troisième partie : rideaux de fer, frontières transparentes (1946-1949)

Rideaux de fer. À la frontière du monde libre

Iron Curtains. On the Border of the Free World

Σιδηρούν παραπετάσματα.Στα σύνορα του ελεύθερου κόσμου

Résumé

Les tribunaux en Épire et en Macédoine dans le cadre spécial des frontières et du traitement des minorités, les Tchams, les Slaves, l’holocauste et le silence sur ces sujets.

The trials in Epirus, Macedonia in the special situation of the border zones and minorities, Tchams, Slaves, Holocaust and the silence on these subjects.

Τα δικαστήρια στην Ήπειρο, στη Μακεδονία στο ειδικό πλαίσιο των παραμεθώριων περιοχών και των μειονοτήτων, π.χ.Τσάμηδες, Σλαβομακεδώνες ακόμη και το Ολοκαύτωμα... και η βαθειά σιωπή σ’αυτά τα θέματα.

Texte intégral

  • 1  Annexées pendant les guerres balkaniques de 1912‑1913, ces régions virent leur composition (...)

1Dans la partie nord du pays, où les confins de la juridiction des TSC devenaient aussi ceux du « Monde libre », la Thrace occidentale, la Macédoine et le sud de l’Épire ne s’étaient séparés que depuis trente ans de l’Empire ottoman (à la fin des guerres balkaniques), un État multiethnique auquel ils avaient appartenu durant des siècles. La vaste opération d’hellénisation de ces régions, mise en marche après la guerre gréco-turque avec l’installation de centaines de milliers de réfugiés venant d’Asie Mineure, n’avait fait qu’augmenter les tensions déjà existantes entre les natifs, chrétiens et musulmans ou/et entre slavophones et grécophones. L’aspect le plus visible, et aussi plus politique, de ces nouvelles tensions fut la compétition pour les lots de terre distribués par l’État. Par ailleurs, les populations venues d’Asie Mineure véhiculaient des traditions d’autres régions du vaste Empire ottoman et présentaient des traits culturels très diversifiés tant parmi elles qu’au regard des populations locales, leur seul dénominateur commun étant la confession orthodoxe1. Tout cela composa un dangereux mélange qui explosa en tous sens sous l’Occupation. Si ces nombreux conflits civils régionaux mêlèrent le caractère ethnique et idéologique de la guerre civile, la jurisprudence des TSC sut gérer habilement cet héritage.

  • 2  Éleutheriá Mantá, 2004, Οι μουσουλμάνοι τσάμιδες της Ηπείρου 1923-2000 [Les Tchams musulma (...)

2Dans la région de Thesprotie, près de la frontière albanaise, les Tchams, peuplade musulmane et albanophone, représentaient environ le tiers de la population. Depuis l’annexion de cette région par la Grèce, les autorités appliquèrent une politique discriminatoire qui alimentait les tensions entre eux et les populations grecques orthodoxes. Après que le régime de Metaxás eut intensifié cette politique pendant quatre ans, la région se trouva sur le front gréco-italien. Les tensions se transformèrent rapidement en conflit ouvert : soutenue par les forces italiennes qui occupaient la région et en communication avec des forces nationalistes albanaises, une partie des Tchams se constitua en mouvement séparatiste et créa des bataillons armés qui tentèrent d’obtenir le contrôle de ces territoires en collaborant avec les Italiens. Leur participation, après l’été 1943, à des atrocités commises par les forces allemandes, déclencha les représailles implacables de l’EDES. En position de force dans la région, celle-ci mena des opérations qui s’apparentèrent à un véritable nettoyage ethnique à partir de l’été 1944 et obligèrent la quasi-totalité de cette population à franchir la frontière et à trouver refuge sur le sol albanais. Victimes d’une double vague de répression en l’espace de six mois, plus de 1 000 personnes perdirent la vie et 20 000 à 25 000 quittèrent définitivement leur foyer. En 1947, seulement 131 Tchams demeuraient encore dans la région. Les TSC n’ont fait que confirmer ces expulsions en condamnant à de lourdes peines environ 2 000 d’entre eux et en confisquant leurs biens2.

  • 3  Voir, sur le sujet de l’entrelacement entre rivalités ethniques et camps politiques pendan (...)
  • 4  En concertation avec les bandes collaborationnistes de la région, ils avaient pris (...)

3Le paysage ethnique en Macédoine grecque, divisée entre zones d’occupation allemande et bulgare, était beaucoup plus confus. Dans la partie occidentale, près de la frontière yougoslave, une bonne partie des natifs slavophones participa à la Résistance de l’EAM, alors que d’autres groupes ethniques collaborèrent – de près ou de loin – avec les occupants3. Dans les parties centrale et orientale de la région, directement touchées par la politique de bulgarisation forcée, une bonne partie des populations locales succomba aux pressions en se déclarant de « nationalité bulgare » lors des recensements faits par les autorités d’occupation. De leur côté, les réfugiés orthodoxes turcophones venus en 1923, devant la désagrégation des structures étatiques, avaient organisé des bataillons armés nationalistes : leur rivalité avec l’EAM ne tarda pas à tourner en hostilité ouverte et leur anticommunisme les amena progressivement à collaborer ouvertement4.

  • 5  Voir Níkos Karayannakídis, 2006, «Δωσιλογισμός και συλλογική μνήμη, το παράδειγμα της Καβά (...)

4Dès l’automne 1944, l’ELAS avait acquis un contrôle quasi total de la région : ceux qui s’étaient engagés trop ouvertement aux côtés des occupants quittèrent aussitôt les lieux pour gagner la Bulgarie ou la Yougoslavie. L’« éamocratie » dura ici plusieurs mois, souvent jusqu’à la fin de l’été 1945. La justice officielle hérita ainsi de dossiers déjà constitués par l’administration de l’EAM qui, après les « excès » de l’automne 1944 et dans l’ombre des affrontements à Athènes, fut remarquablement modérée5.

  • 6  Ethnologiquement mixtes et géographiquement proches de la frontière, ces populations local (...)

5Dans le département de Dráma qui, en septembre 1941, avait connu la première insurrection civile dans l’Europe occupée et une vague de répression inouïe dans laquelle s’était engagée massivement une partie des populations locales6, le nombre des dossiers livrés au TSC local s’élevait à 2 500. Les TSC optèrent pour une double tactique. Les accusés jugés in absentia, majoritairement des natifs du nord du département, « Bulgares par conviction » et qui s’étaient enfuis de l’autre côté de la frontière, subirent le même sort que les Tchams : des procès collectifs et sommaires, des condamnations en bloc (98,5 %) à des peines lourdes et à la confiscation de leurs biens. Étant donné que cette catégorie représentait la moitié de l’ensemble des accusés, le rapport entre acquittements et condamnations pour l’ensemble des sentences émises par le TSC de Dráma est à l’inverse de celui d’Athènes : à Dráma, moins de un accusé sur trois fut acquitté. Soixante-dix pour cent du total (1 811 sur 2 443) venaient de la zone limitrophe avec la Bulgarie, dont 70 % (1 272 accusés) furent jugés par contumace. À partir des données statistiques fournies par Ritzaléos (op. cit., p. 366‑367 et 382‑383), on a pu établir le tableau suivant pour le ratio entre condamnations et acquittements :

Condamnations et acquittements du Tribunal Spécial de Dráma

TSC de Dráma Acquittés Condamnés
Total des accusés 30,3 % 69,7 %
Total des jugements des accusés de la zone frontalière 20,7 % 79,3 %
Jugements in absentia (zone frontalière) 1,5 % 98,5 %
Jugements contradictoires (zone frontalière) 67,1 % 32,9 %
Jugements dans le reste du département 57,2 % 42,8 %
  • 7  1 440 frontaliers sur les 1 811 (79,5 %) furent jugés en 1945‑1946 ; 344 sur les 632 (...)

6Le taux d’acquittement ressemble à celui du tribunal spécial d’Athènes pour ce qui est des accusés présents ou des habitants qui venaient de la zone sud du département. Il en va de même avec le rythme des jugements : 80 % des jugements rendus à l’encontre d’habitants de la zone frontalière l’avaient été très vite, avant la fin de 1946, ce qui illustre la volonté de l’État de se débarrasser de ces populations ; pour le reste du département, seulement la moitié des procès avaient été instruits fin 1946. Ce parallélisme avec la « régularité » d’Athènes s’observe encore jusque dans la reprise des jugements et le rebondissement des condamnations fin 1947 – début 19487.

  • 8  Kyriakós Lykourínos donne un compte rendu détaillé des travaux du TSC du département. Fait (...)
  • 9  Níkos Marantzídis, 2005, Οι άλλοι καπετάνιοι [Les autres kapetanios] ; Níkos Marantzídis, (...)

7Plus on s’éloigne de la frontière septentrionale, plus les tendances statistiques des TSC ressemblent à celles d’Athènes. Le TSC de la ville portuaire de Kavala et de son département, située au sud de Dráma sur le littoral de la Macédoine orientale, jugea 292 personnes dont 68,9 % furent acquittées8. Si l’une des tactiques des TSC consistait à pousser derrière un rideau de fer une bonne partie des natifs slavophones de conscience nationale « ambivalente » pour en finir avec cette survivance des conflits passés, une autre tactique consistait, de toute évidence, à maintenir l’alliance avec le reste des natifs slavophones afin de consolider la base politique du régime. Du reste, bien que les réfugiés d’Asie Mineure turcophones fussent majoritaires dans la population locale et que plusieurs eussent collaboré ostensiblement, surtout dans les zones rurales du département, on en dénombre peu parmi les accusés. Cette immunité, tout à fait conforme à la géographie de la Terreur blanche dont les bandes armées étaient les principaux acteurs dans la région, représentant la première étape d’un processus d’intégration de ces populations. Majoritairement antiroyalistes (comme tous les réfugiés) avant guerre, ils scellèrent leur alliance avec le régime avec l’élection de leurs chefs aux postes de députés dans les rangs du bloc royaliste, et avec la reconnaissance de leurs bandes en tant que groupes de la « Résistance nationale9 ».

  • 10  Cette continuité de la guerre à travers des moyens légaux corrobore, du point de vue « jur (...)
  • 11  Diamandis qui, en Grèce, fut condamné à la peine de mort par contumace, resta en Roumanie (...)

8Plus fort était l’EAM dans une région, plus urgente était la nécessité d’intégrer ses adversaires sans trop chercher à connaître leur activité sous l’Occupation ; ainsi, plus on se rapprochait des zones disputées, plus s’accélérait le processus d’intégration des collaborateurs. La justice suivait la violence civile en poursuivant la guerre par d’autres moyens10. Plus au sud, plus loin de la frontière, l’impunité devint une règle. Malgré l’activité séparatiste de la « 5e Légion romaine », les populations valaques, qui avaient été majoritairement assimilées par la société grecque dès le siècle précédent, ne furent pas ciblées. Le TSC de Larissa condamna seulement une quinzaine des « chefs » de la Légion à des peines moyennes : le reste des accusés, « légionnaires » ou membres des bataillons anticommunistes locaux, furent acquittés et très vite réintégrés dans l’appareil étatique11.

  • 12  De la plaidoirie du procureur Ioánnis Papakyriakópoulos, au cours des audiences de la « Co (...)

9La persécution massive des minorités ethniques du nord du pays répondait à un objectif concret et immédiat : la justification des revendications territoriales de l’État grec à la « Conférence de paix des vingt et une nations ayant effectivement combattu les puissances de l’Axe avec des forces militaires importantes », ouverte à Paris en juillet 1946. Ainsi, l’Office national des criminels de guerre, qui avait constitué un certain nombre de dossiers, instruisait déjà à la veille de cette conférence le premier procès contre deux officiers, un Italien et un Bulgare, précisément au sujet des crimes commis dans les régions de Macédoine et d’Épire. Quant aux « sujets de nationalité hellénique qui nous ont poignardés dans le dos », le procureur notait que « nous devons bien sûr les poursuivre en tant que collaborateurs de l’ennemi. […] Tous ces bandits doivent être déchus de leur nationalité grecque, indépendamment des autres conséquences qu’aura éventuellement leur poursuite pénale12 ».

  • 13 Office national hellénique des criminels de guerre (ONHCG), 1946, les Atrocités des quatre (...)
  • 14  Voir Slavoj Zizek discutant le binôme ami/ennemi de C. Schmitt dans Bienvenue dans le dése (...)

10À cette même époque, l’ONHCG publia un mémorandum détaillé sur les « atrocités des quatre envahisseurs », destiné à légitimer les visées territoriales grecques sur l’Albanie et la Bulgarie en tant que pays satellites de l’Axe13. La désignation officielle concrète de l’ennemi intérieur fut un des plus importants effets du travail des TSC, tant au niveau pratique que politique. Même si l’effort pour ressusciter les visées territoriales de la Grande Idée nationaliste était voué à l’échec, les TSC assurèrent la défense d’une frontière longtemps disputée qu’ils alignaient ainsi sur la ligne de fracture du conflit interne. Se fondant sur les catégories de la théorie slavo-communiste, la justice put ainsi « schématiser l’image logique [de l’ennemi intérieur] et la pourvoir de traits sensibles qui le désignaient à la haine et à l’hostilité14 ». La justice mena ce jeu d’identification officielle de l’ennemi externe de la guerre froide et de l’ennemi interne de la guerre civile. S’érigeant en rempart du « Monde libre » à la frontière de la Macédoine grecque, elle corroborait du même coup une conception « exclusive » de la nation et l’appliquait désormais pour mener la guerre contre l’ennemi intérieur.

11Autrement dit, la justice transformait le front du conflit civil, d’une « guerre chaude » si l’on peut dire, en front de la « guerre froide ». Tout en marquant l’entrée dans la phase la plus « chaude » de la guerre civile interne, elle cristallisait les paramètres sociaux, politiques et idéologiques du passage à la phase « froide » de la guerre civile internationale.

Nation héroïque sans héros, nation victime sans victimes

12La description de ces évolutions permet de saisir comment l’opération consistant à vider de tout contenu la fiction de la « nation résistante », inaugurée par le TSC d’Athènes en 1945, fut renforcée par le fonctionnement même des TSC dans le reste du pays et atteignit son comble courant 1946. Avec le récit d’une nationuniversellement martyre et résistante, le régime se déchargeait désormais tant de sa dette envers les « héros nationaux » que du devoir de reconnaissance et de réparation dû aux victimes.

  • 15  Lettre de la « Ligue des combattants nationalistes de la Résistance nationale 1941‑1944, (...)

13Début 1947, alors que les quelques procès des délateurs des membres de la Résistance bourgeoise se terminaient, le récit officiel de la « Résistance nationale » qui avait tant servi à marginaliser le récit patriotique « éamite » semblait s’essouffler. L’appropriation des titres de la « Résistance nationale » fut parachevée avec la création de quelques associations qui regroupaient sous cette étiquette d’anciens combattants des organisations partisanes bourgeoises ainsi que quelques « repentis » de l’EAM qui parlaient de « bandits organisés par nos voisins du Nord, d’origine grecque ambiguë, ce ramassis de gangsters, criminels, anciens prisonniers […], convaincus de déposer leurs armes slaves15 ».

  • 16  Pour ces rituels de réconciliation, voir notamment Marc Mazower, 2002, “The Cold War and (...)
  • 17  Sa carrière serait compromise une fois pour toutes malgré les efforts des politiciens li (...)
  • 18  C’est dans l’introduction de la deuxième édition de 1975 que Komninós Pyromáglou nous in (...)

14Mais le temps était à la préparation des dispositifs militaires, politiques et idéologiques d’une guerre totale contre le bloc social de l’EAM. Toute tentative de pacification, telle que les « rituels de réconciliation » organisés courant 1947 par l’EAM dans les régions rurales afin d’apaiser le conflit civil, rencontrait désormais l’hostilité des autorités qui avertissaient les « citoyens nationalement-pensants du caractère perfide de ces manifestations16 ». Aucun récit résistant n’était plus opératoire, ni à l’étranger ni en Grèce. Zérvas, qui avait pourtant fourni un alibi parfait à nombre d’anticommunistes accusés de collaboration, eut beau évoquer à plusieurs reprises sa participation à la « Résistance nationale unie » devant les services américains, il ne parvint pas à sauver sa carrière politique17. Le cas de son sous-chef à l’EDES, Pyromáglou, est symptomatique de l’état d’esprit qui dominait à l’intérieur du pays. Celui-ci avait publié un récit narrant l’histoire de la Résistance « unie ». Considérant que ce livre trompait les citoyens nationalement-pensants sur la vraie nature de l’EAM, les autorités saisirent immédiatement les exemplaires du livre. Son auteur quitta peu de temps après le pays pour ne revenir qu’après la fin de la guerre civile ; quant au livre, il ne fut republié que trente ans plus tard18.

15S’il n’y avait même pas de place pour les résistants bourgeois, ni dans la réalité politique ni dans le mythe de la « nation combattante », qu’en était-il de la « nation martyre » ? Qu’en était-il des milliers de civils, victimes de la machine de guerre nazie et de leurs associés locaux ? Pour établir des correspondances, mais surtout pour mesurer les écarts entre les crimes et les réparations offertes aux victimes, il nous suffira de tourner brièvement notre regard vers l’aspect le plus abject et le moins discuté de l’histoire de la période : la « solution finale » en Grèce.

La Shoah

  • 19  Les Juifs furent l’élément culturel dominant de la ville, ce qui, dans la période de cri (...)

16Avant la guerre, les Juifs représentaient un peu plus de 1 % de la population grecque. Les Romaniotes, Juifs grécophones installés dans le pays depuis l’époque romaine et parfaitement assimilés aux sociétés locales, habitaient principalement les îles ioniennes, la Grèce centrale et Athènes, mais ne représentaient qu’une petite partie d’une communauté qui comptait entre 70 000 et 80 000 individus. La majorité de celle-ci était composée de Juifs sépharades, installés dans l’Empire ottoman depuis la fin du xve siècle et parlant « ladino », une évolution du judéo-espagnol adapté au contexte culturel de la région. La plupart, environ 50 000, vivaient à Thessalonique qui, dans les siècles précédents, avait été une « Jérusalem des Balkans », le plus important centre du judaïsme du sous-continent balkanique19.

  • 20  Sur environ 10 000 survivants pour la Grèce entière. Voir Béa Lefkowitz, 2000, “‘After t (...)
  • 21  L’organisation EEE, d’affinité nationale-socialiste. Pour sa résurrection, voir Strátos  (...)
  • 22  Dans les villes de Ioannina, Athènes, à Corfou, Rhodes ; Mark Mazower, 2002, Dans la Grè (...)

17L’ampleur de la « solution finale » grecque peut être comparée seulement à celle de la Pologne : 87 % des Juifs grecs disparurent dans les camps d’extermination. À Thessalonique, 98 % des Juifs furent déportés ; 1 908, c’est-à-dire 4 %, survécurent20. Le fait qu’à Thessalonique la recension et la persécution systématiques des Juifs commencèrent très tôt, dès 1942, explique le sort funeste de cette communauté, ainsi que sa concentration géographique et la passivité de ses dirigeants. Toutefois, l’antisémitisme de la population grecque y prit aussi une part importante. L’opération d’« hellénisation » mise en place par l’État grec depuis l’annexion de la ville en 1912 ainsi que la compétition économique entre les deux communautés avait fait mûrir les contradictions. À la discrimination de l’État succéda la manifestation de tendances antisémites importantes (d’autant plus que les Juifs étaient accusés d’être favorables aux Ottomans et à la monarchie en Grèce contre Venizélos) même si elles ne reçurent jamais l’approbation officielle ni ne présentèrent un caractère de masse21. La politique antijuive se déploya graduellement et dura deux ans pendant lesquels les autorités collaborèrent en accord avec les services des occupants pour la confiscation des propriétés juives ou pour contraindre les Juifs au travail forcé au service de la machine nazie. Si l’on excepte les services nazis spécialement chargés de l’affaire qui, depuis Thessalonique, initièrent et organisèrent l’ensemble de la « solution finale » en Grèce, une bonne partie de la machine administrative et économique de la ville fut impliquée. Nombreux furent les membres de la société locale qui en profitèrent, notamment quand fut partagé le « butin » réuni après la déportation effectuée entre mars et juin 194322.

  • 23  Néanmoins en mars 1949 est fondé l’OPAIE [Οργανισμός Περιθάλψεως και Αποκαταστάσεως Ισρα (...)

18Le retour des survivants ne fut pas moins douloureux. Si les rescapés revenus à la Libération, le plus souvent privés de leur famille, reçurent l’accueil bienveillant de quelques Grecs avec lesquels ils avaient noué des liens étroits, la plupart durent affronter l’hostilité, surtout de la part de ceux qui, entre-temps, avaient tiré profit de leur disparition. Il leur fut néanmoins extrêmement difficile, voire impossible, de recouvrer les propriétés pillées et de les réclamer auprès des autorités23. Les jugements des collaborateurs attestent aussi d’une indifférence complice de l’État quant au sort des Juifs.

  • 24  Les éléments sur le travail du TSC sont tirés de Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of (...)

19Bien que la ville se trouvât dès le départ dans l’œil du cyclone de l’Occupation allemande, les deux tiers des personnes traduites devant le TSC de Thessalonique provenaient des régions limitrophes et furent accusées de collaboration avec les forces bulgares, ce qui fut comme un mot d’ordre pour le reste de la région. Moins de 300 d’entre elles furent jugées pour collaboration avec les nazis, parmi lesquelles 135 furent reconnues coupables, et seulement 38 reçurent une lourde peine. Bien entendu, plusieurs de ces affaires concernaient la délation de Juifs ou le pillage de leurs biens ; cependant, malgré les conditions particulières et l’ampleur de la destruction, la ligne de conduite du tribunal suivit celle déjà tracée par le TSC d’Athènes. Les condamnés étaient presque exclusivement des délateurs et des compagnons de route idéologiques du nazisme, individus ou groupes antisémites locaux, qui avaient pris le « train de la fuite » pour le Reich avec leurs homologues d’Athènes en septembre 194424.

  • 25  3 500, plus environ 4 500 Juifs de Grèce qui avaient réussi à quitter leur région (...)
  • 26  5 000 sur environ 10 000, voir Rena Molho, 1997, les Juifs de Salonique 1856‑1919 : une (...)

20Le sort de la petite communauté juive d’Athènes, parce que ses autorités adoptèrent une attitude différente, fut sensiblement différent. Alertées par les événements de Thessalonique, seulement 1 500 personnes se présentèrent aux recensements entrepris par les services allemands à partir de l’automne 1943. La solidarité que manifestèrent tant la Résistance que les autorités, l’Église orthodoxe y comprise, y retarda la « solution finale » qui ne débuta qu’en mars 1944. Contrairement à Thessalonique, il n’y avait pas de quartier juif à Athènes, et les arrestations ne furent effectuées qu’à la synagogue, avec un « succès » partiel25. Après la guerre, à la différence de la plupart des villes du pays, Athènes a vu sa communauté juive s’accroître, la moitié des Juifs demeurés dans le pays26 s’y étant regroupés.

  • 27  Grec d’origine italienne parlant allemand et fasciste convaincu, Konstantínos (« Ino ») (...)
  • 28  TSCA/VA/5/1946, procès no 667.
  • 29  Une petite histoire qui met en valeur les concurrences et les enjeux économiques de la p (...)

21Cela fut probablement la raison pour laquelle le TSC de la capitale punit certains hauts responsables de la persécution des Juifs grecs. Ici fut condamné à mort Konstantínos Rékanati, adjoint et traducteur du Hauptsturmführer des SS Wisliceny, organisateur de la Shoah, jugé à Nuremberg et pendu en mai 194827. Le délateur de la famille sépharade des Molho qui s’étaient enfuis de Thessalonique y fut également condamné à la détention à perpétuité en avril 194628. Bien sûr, les profiteurs ne manquèrent pas à Athènes non plus. Deux commerçants de tissus, aisés, un secteur d’activité traditionnellement dominé par les Juifs athéniens, furent aussi condamnés à de lourdes peines pour avoir dénoncé leurs collègues juifs aux autorités allemandes afin de s’emparer de leur stock et de leurs boutiques29. Cependant, la restitution des biens juifs et les réparations des crimes commis contre eux restèrent des cas isolés, des exceptions à la règle, même à Athènes.

  • 30  Le deuxième procès de K. Rékanati, lors duquel celui-ci fut jugé avec son frère, en est (...)

22Une trentaine de procès traitant d’actes directement liés à la persécution des Juifs et incriminant une centaine d’accusés se tinrent au TSC d’Athènes en 1945‑1947 : 10 condamnations à la peine capitale, 8 condamnations à la réclusion à perpétuité et 25 condamnations à des peines de réclusion criminelle furent infligées. Cette série de procès concernait une tranche de collaborateurs fort semblable à celle de Thessalonique : membres d’organisations pronazies ou recrutés directement dans les services allemands qui, forts de leur position privilégiée auprès des occupants, avaient tenté de s’enrichir avec les biens juifs confisqués30.

  • 31  Voir le dernier procès majeur des Italo-fascistes (Rékanati et al.) qui s’est (...)
  • 32  Il s’agit de la même série de procès que ceux des BdS et de la Sûreté spéciale (...)
  • 33  À ce sujet, Chrístos Hatziiossif (2007), dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μ (...)

23La grille « criminelle », déjà appliquée dans les autres procès, fut donc employée également à l’égard des collaborateurs idéologiques, dans la mesure où il suffisait d’aligner la justice grecque sur la définition criminelle du nazisme édictée simultanément aux procès de Nuremberg. Dans la plupart des cas, la comparution des victimes au titre de la partie civile en vue de revendiquer des réparations ne fut même pas admise31. Pour le reste, dans les procès relatifs à la déportation, la réfutation de la collaboration conçue comme « crime administratif » atteint son comble. À l’exception de quelques agents de la Sûreté spéciale d’Athènes, souvent déjà condamnés pour d’autres actes et accusés de chantages exercés pour récupérer les marchandises stockées des Juifs32, parmi les accusés, on ne trouve aucun des fonctionnaires ou des juristes qui furent engagés dans la recension des Juifs et la distribution de leurs biens ; on ne trouve pas non plus un seul des acteurs économiques liés à la spéculation réalisée sur les biens spoliés33.

  • 34  Dans les procès du TSCA relatifs à la Shoah, sur 102 accusés, 43 furent condamnés, soit (...)

24Si l’on considère l’ensemble des procès de collaborateurs, le traitement pénal de l’extermination des Juifs ne se distingue pas de celui réservé aux autres crimes. Dès le début, l’extermination ne fit l’objet d’aucune clause légale particulière, et il en fut ainsi même par la suite. Les victimes de la Shoah furent incluses dans le bilan général des victimes de l’Occupation et leurs plaintes furent traitées au fur et à mesure ; dans les procès, le taux d’acquittement fut égal à la moyenne générale34. L’extermination des Juifs fut traitée comme les autres « affaires », de manière expéditive. Car l’important était de clore ce chapitre au plus vite, d’établir formellement le caractère « antifasciste » du régime pour mettre en place pleinement et légitimement les dispositifs d’exception anticommuniste.

Criminels de guerre

  • 35  Pour une vue d’ensemble des publications sur le sujet, voir l’article d’Odette Varon-Vas (...)
  • 36  64 criminels de guerre furent jugés en Grèce. Les dossiers judiciaires de ces procès (...)

25L’ampleur du crime atteste de l’écart abyssal entre l’expérience effective et sa représentation judiciaire : le manque affectant de ce fait la mémoire collective a perduré jusqu’à nos jours35. Durant la période de l’après-guerre, la réticence de l’État grec à poursuivre les criminels de guerre creusa encore davantage ce manque. En effet, ces derniers jouirent immédiatement d’un « traitement spécial » ; après 1946, les quelques condamnations prononcées furent extrêmement limitées et furent suivies par des relaxes prononcées dans la plus grande discrétion36.

  • 37 Fait déjà évoqué par Zavitsiános et les autres comme « contre-exemple » contre lequel il (...)
  • 38  Nikos Karkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’O (...)

26Parmi les procès de criminels de guerre qui eurent lieu pendant l’été 1947, on compte celui du représentant à l’économie des autorités d’occupation auprès de 16 grandes entreprises grecques, le lieutenant de la Wehrmacht, Walter Deter. Inculpé de pillage des ressources naturelles et productives du pays par de nombreuses réquisitions de matières premières, marchandises et biens alimentaires, il fut accusé notamment du détournement des actions de la « Poudrerie » (Pyritidopoieion) des fonds de la Banque nationale en 194137. Représentant d’entreprises allemandes en Grèce dès avant la guerre et proche collaborateur du P-DG de la compagnie Bodossakis, Deter possédait déjà lui-même quelques actions. En prenant le contrôle de cette industrie, il a pu en utiliser les installations pour le compte de la machine de guerre allemande. D’un point de vue strictement juridique, il n’avait pas pris possession de ces actions : les autorités allemandes les mirent d’abord sous séquestre provisoire, puis les rachetèrent en 1941 à la Banque à un prix exorbitant qui représentait le montant des dettes de l’entrepreneur à la banque avant la guerre. Selon les allégations fort plausibles avancées par Deter dans son plaidoyer, il aurait agi de concert avec Bodossakis : en rachetant les actions à ce prix-là, il faisait en sorte que ce dernier puisse effacer sa dette tout en récupérant les actions38.

  • 39  Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborate (...)

27Deter qui, soit dit en passant, n’était pas détenu mais demeurait depuis deux ans dans un hôpital de la capitale pour « raisons de santé », fut condamné à une peine faible de cinq ans et demi de réclusion criminelle, suivie d’un vœu du parquet « qu’il bénéficie d’une grâce, à cause de son état de santé ». Quant aux différends entre Bodossakis et la Banque nationale, le procureur préféra s’en laver les mains « pour ne pas plonger dans la fange des querelles du capital ». Plusieurs témoins de la défense ayant comparu durant les audiences pour soutenir la version de l’accusé, il n’y a donc eu aucune suite judiciaire. L’affaire fit scandale notamment dans la presse de gauche39. Mais si ce procès fut le dernier de ce type à y faire la une, ce n’est probablement pas un hasard : peu de temps après, la presse de l’EAM fut bannie (voir supra : Le procès : la mise en scène de la nation martyre et combattante).

  • 40  Le colonel Geórgios Poúlos (1889‑1947) ultranationaliste et fanatique royaliste, et anti (...)

28À plusieurs égards, ce procès constitue un moment charnière puisque avec lui s’amorce la clôture définitive des affaires concernant les crimes commis sous l’Occupation. Au même moment, Zérvas fut contraint de quitter le gouvernement. S’étant tenu quelques jours après la condamnation sommaire du sergent allemand Fritz Schubert, commandant des bandes anticommunistes grecques en Crète puis associé de Geórgios Poúlos40 en Macédoine, ce procès marquait par ailleurs la fin d’une série de procès de criminels de guerre. La suite, et la fin « en queue de poisson » allaient se jouer dans les coulisses avec, pour quelques mois encore, les quelques procès de collaborateurs tenus à « huis clos » et les négociations discrètes menées entre la Grèce et les gouvernements concernés pour le sort des présumés criminels de guerre restés sur le sol grec.

  • 41  En 1945, après son arrestation par les Alliés, les autorités grecques avaient refusé de (...)
  • 42  Hannah Arendt, 1997, Eichmann à Jérusalem, Paris : Gallimard, p. 231.

29Bien plus tard, en 1957, le directeur de l’administration militaire allemande à Thessalonique sous l’Occupation serait arrêté par les autorités grecques et condamné peu après par une cour martiale extraordinaire à vingt-cinq ans de réclusion pour crimes de guerre ; huit mois après, il serait relaxé via son « extradition » à la demande du gouvernement de l’Allemagne fédérale. Les deux ans que dura l’« affaire Merten » suffisent à révéler les fortes affinités qui liaient en Grèce et en Allemagne les élites politiques et économiques des deux pays au passé nazi41. « Les jugements pour crimes de guerre se sont terminés dans tous les pays, sauf en Grèce, par des sentences très lourdes », commenta Hannah Arendt42.

  • 43 Tony Judt, 2000, “The past is another country: Myth and Memory in Postwar Europe” in Ist (...)

30Plutôt qu’à des traits exceptionnels, comme l’insinuait Arendt, ces faits renvoient à des motifs réguliers et récurrents, caractéristiques des épurations européennes d’après-1945. Les condamnations de Tchams albanais, de slavophones, et de quelques nazis reconnus comme agents de l’ennemi ont un dénominateur commun : la violence, les atrocités étaient déclarées imputables à l’occupant, à l’extérieur de la communauté nationale. En conséquence, le silence sur les crimes d’État à l’encontre des résistants, ou sur l’implication des autorités dans le génocide juif, traduit une attitude morale répandue dans l’après-guerre européen, cette forte tendance à oublier ce que « nous » avons fait à « eux » : « C’est eux qui l’ont fait » fut le leitmotiv commun à tous les récits patriotiques qui circulèrent alors en Europe43.

  • 44  Voir Norbert Frei, 2002, “The liquidation of denazification”, in Adenauer’s Germany and (...)
  • 45  Sur les massacres de Kalávryta et de Distómo, un « village martyr » grec brûlé le même j (...)

31Avec le temps, les frontières avaient été tracées. On était désormais bel et bien dans l’après-guerre. En faisant de la Macédoine une frontière entre le « Monde libre » et le bloc communiste, la Grèce faisait du même coup sienne la ligne de démarcation qui séparait les zones anglo-américaine et soviétique en Allemagne occupée. Comme dans l’Allemagne fédérale sur le point de naître, on allait bientôt dresser le bilan44 des dispositifs d’une épuration expéditive et partielle ; à l’instar des verdicts sans rémission des tribunaux, ces procédures à la fois parallèles et dissemblables allaient conditionner de manière irrévocable les Vergangenheitsbewältigung respectives. Qui plus est, l’impunité pour les crimes commis par les forces nazies en Grèce eut pour conséquence l’instauration d’une loi du silence, d’une omerta durable qui lia les deux régimes. En ce sens, si le schéma des « crimes introduits par l’étranger » arriva à un summum avec le procès Deter, les complicités liées à l’affaire Merten ne représentèrent que le sommet de l’iceberg45.

Notes

1  Annexées pendant les guerres balkaniques de 1912‑1913, ces régions virent leur composition ethnique « s’homogénéiser » après le transfert des populations d’Asie Mineure, à la suite de la guerre gréco-turque de 1919‑1922. Or le critère pour le transfert des territoires de l’ancien Empire ottoman fut leur confession orthodoxe. Voir Kóstas Kostís, 2008, « La paix introuvable : le cas grec », in Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson, Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après‑1918, Paris : Tallandier, p. 362‑365 et Elizabeth Kontogeorgi, 2006, Population Exchange in Greek Macedonia: The Rural Settlement of Refugees, Oxford : Clarendon.

2  Éleutheriá Mantá, 2004, Οι μουσουλμάνοι τσάμιδες της Ηπείρου 1923-2000 [Les Tchams musulmans d’Épire, 1923‑2000], Thessalonique : IMH, p. 197‑201. Giórgos Margarítis, 2005, Ανεπιθύμητοι πατριώτες, [Compatriotes indésirables], Athènes : Vivliorama, p. 168‑171, ainsi que le Mémorandum de l’EAM, « Zitima Tsamourias », in KCL/MGA, Info III.

3  Voir, sur le sujet de l’entrelacement entre rivalités ethniques et camps politiques pendant la guerre civile, l’étude anthropologique sur un village macédonien de Riki van Boeschoten, 2007, Ανάποδα χρόνια, Συλλογική Μνήμη και Ιστορία στο Ζιάκα Γρεβενών 1900‑1950 [Les années à l’envers : Mémoire collective et Histoire à Ziaka de Grévéna, 1900-1950], Athènes : Plethron.

4  En concertation avec les bandes collaborationnistes de la région, ils avaient pris contact avec Le Caire, voir Vaíos Kalogriás, 2005, «Ένοπλες ομάδες ανεξαρτήτων οπλαρχηγών κι εθνικιστών αξιωματικών στην περιοχή μεταξύ Στρύμωνα και Άξιου 1941-1944» [Groupes armés de chefs indépendants et d’officiers nationalistes dans la région entre Stymon et Axios, 1941-1944] in Níkos Marantzídis (dir.), Οι άλλοι καπετάνιοι [Les autres kapetanios], Athènes : Estia, p. 134‑135.

5  Voir Níkos Karayannakídis, 2006, «Δωσιλογισμός και συλλογική μνήμη, το παράδειγμα της Καβάλας» [Collaboration et mémoire collective : l’exemple de Kavala], EET, p. 327‑331.

6  Ethnologiquement mixtes et géographiquement proches de la frontière, ces populations locales avaient même fait, pour certaines d’entre elles, une demande de migration vers la Bulgarie dans les années 1920. La langue n’était pas un critère d’appartenance nationale en Macédoine, puisque plusieurs de ces populations étaient bilingues : l’appartenance dépendait souvent de leur allégeance au « patriarcat » grec d’Istanbul ou à l’« exarchat » bulgare fondé en 1870. Voir Basil C. Gounaris, 1995, “Social cleavages and national ʻawakeningʼ in Ottoman Macedonia”, East European Quarterly, no. 29, p. 409‑442, Vasílis Ritzaléos, 2006, «Ειδικό δικαστήριο Δράμας (1945‑1966), Δυσκολίες και προβλήματα στη μετακατοχική απόδοση της δικαιοσύνης» [Le tribunal spécial de Dráma [1945‑1966], difficultés et problèmes pour rendre la justice après l’Occupation], EET.

7  1 440 frontaliers sur les 1 811 (79,5 %) furent jugés en 1945‑1946 ; 344 sur les 632 (54,4 %) pour le reste du département. Également 80 % des condamnations pour les habitants des régions frontalières sont prononcées en 1945‑1946 ; pour le reste du département, seulement 42 % (112) des accusés furent condamnés en 1945‑1946 et la majeure partie (57,58 %) furent condamnés en 1947‑1948. Voir Vasílis Ritzaléos, 2006, «Ειδικό δικαστήριο Δράμας (1945‑1966), Δυσκολίες και προβλήματα στη μετακατοχική απόδοση της δικαιοσύνης» [Le tribunal spécial de Dráma [1945‑1966], difficultés et problèmes pour rendre la justice après l’Occupation], EET, p. 362.

8  Kyriakós Lykourínos donne un compte rendu détaillé des travaux du TSC du département. Fait remarquable parmi les peines prononcées à l’égard des 89 personnes qui furent condamnées, plus de la moitié (46) furent particulièrement lourdes : Kyriakós Lykourínos, 2006, «Ο δωσιλογισμός στη βουλγαροκρατούμενη Ανατολική Μακεδονία, Δίκες στο Ειδικό Δικαστήριο Δωσιλόγων Καβάλας (1945‑1956)» [La collaboration dans la Macédoine orientale occupée par les Bulgares, 1945‑1956], EET, p. 337‑387.

9  Níkos Marantzídis, 2005, Οι άλλοι καπετάνιοι [Les autres kapetanios] ; Níkos Marantzídis, Strátos Dordanás, 2008, «Αντικομμουνιστές της Μακεδονίας στα έδρανα της Βουλής, πολιτικά και κοινωνικά χαρακτηριστικά» [Anticommunistes de Macédoine sur les banc de l’Assemblée, caractéristiques politiques et sociales] in Grigóris Psallídas (dir.), Οι εκλογές του 1946, Σταθμός στην πολιτική ιστορία της σύχρονης Ελλάδας [Les élections de 1946, une étape dans l’histoire politique de la Grèce contemporaine], Athènes : Patakis, p. 216‑236. Voir loi no 844, JO no 324, 24 décembre 1948.

10  Cette continuité de la guerre à travers des moyens légaux corrobore, du point de vue « juridique», la continuité de la guerre civile de 1943 à 1949. Voir sur les régions disputées Stathis Kalyvas, 2006, The Logic of Violence in the Civil War, New York : Cambridge University Press, p. 249‑251.

11  Diamandis qui, en Grèce, fut condamné à la peine de mort par contumace, resta en Roumanie où, peu après la mise en place du régime communiste, il fut arrêté, condamné et exécuté. D’autres (une quinzaine) furent retenus quelque temps (3‑15 ans) en prison. Matoussis, réfugié à la fin de la guerre en Roumanie, y resta jusqu’en 1964. Il rentra après avoir demandé une révision de sa condamnation à mort, qui ne serait jamais exécutée. Il s’installa à Larissa où il meurt en 1991. Sur les bandes anticommunistes de l’EASAD, voir Stéfanos Papayánnis, 2007, Εθνικός αγροτικός σύνδεσμος αντικομμουνιστικής δράσης, τα Τάγματα ασφαλείας της Θεσσαλίας [Association agraire nationale d’action anticommuniste, les Bataillons de sécurité de Thessalie], Athènes : Sokolis, où il traite de ces procès comme s’ils étaient des « Truth Commissions », p. 46‑49. Aroumains ou Valaques, « Vlachoi » en grec, peuple parlant un dialecte sud-balkanique proche du roumain, habitants des régions montagneuses, principalement éleveurs de bétail et commerçants. Grand débat, grande bibliographie en grec pour leur « incorporation » comme groupe distinct dans l’histoire nationale du pays, mais peu de bibliographie internationale. Voir Nicolas Trifon, 2013, les Aroumains, un peuple qui s’en va, Paris : Éditions Non Lieu. Bibligraphie sur http://www.vlachs.gr/el/bibliography (consulté le 7 avril 2016).

12  De la plaidoirie du procureur Ioánnis Papakyriakópoulos, au cours des audiences de la « Cour martiale extraordinaire des criminels de guerre » qui se sont déroulées entre le 6 et le 9 mai 1946, publiée peu après en 1946, sous le titre Βούλγαροι και Ιταλοί εγκληματίες πολέμου εν Μακεδονία [Criminels de guerre italiens et bulgares en Macédoine], Athènes : s. éd., p. 88. Sur ce procès et l’impunité de plusieurs autres criminels de guerre italiens, voir Lidia Santarelli, 2004, “Muted Violence: Italian War Crimes in Occupied Greece”, Journal of Modern Italian Studies, no. 3, vol. 9, septembre, p. 280‑299.

13 Office national hellénique des criminels de guerre (ONHCG), 1946, les Atrocités des quatre envahisseurs de la Grèce : Allemands, Italiens, Bulgares, Albanais, Athènes : s. éd. L’ONHCG avait été créé depuis juin 1945, loi no 384, JO no 145, 6 juin 1945, modifiée par l’AC no 73, JO no 250, 8 octobre 1945 et l’AC no 90 du 31 décembre 1945.

14  Voir Slavoj Zizek discutant le binôme ami/ennemi de C. Schmitt dans Bienvenue dans le désert du réel , Paris : Flammarion, 2005, p. 163 ; voir aussi, du même auteur, « Passion du réel, passion du semblant », Savoirs et clinique 2003-2 (no 3), p. 39‑56 (spéc. p. 52). Les jugements tardifs de 1948 du TSC de Kavala condamnant à mort, post mortem, deux anciens résistants assassinés par les BdS sont emblématiques à cet égard : Kyriakós Lykourínos, 2006, «Ο δωσιλογισμός στη βουλγαροκρατούμενη Ανατολική Μακεδονία, Δίκες στο Ειδικό Δικαστήριο Δωσιλόγων Καβάλας (1945‑1956)» [La collaboration dans la Macédoine orientale occupée par les Bulgares, 1945‑1956], EET, p. 356, note 47.

15  Lettre de la « Ligue des combattants nationalistes de la Résistance nationale 1941‑1944, ELAS-EDES-EKKA du département de Magnésie » à la Commission d’enquête de l’ONU, s. d., comprise dans un mémorandum du liaison officer du gouvernement Kýrou, datée du 5 mars 1947 : UNA, S-0648-2-10.

16  Pour ces rituels de réconciliation, voir notamment Marc Mazower, 2002, “The Cold War and the Appropriation of Memory: Greece after Liberation”, Istvan Deak and Jan Gross, (eds.), Political Justice and Retribution in Postwar Europe, Princeton : Princeton University Press, spéc. p. 215‑216. Voir aussi Georges M. Alexander, 1982, Prelude to Truman Doctrine, British Policy in Greece, 1944‑1947, Oxford/ New York : Clarendon Press, p. 206‑207.

17  Sa carrière serait compromise une fois pour toutes malgré les efforts des politiciens libéraux, comme Ev. Averof, pour convaincre les services américains du contraire (John T. Malakasses 1982, “Zervas ousting from the governement in 1947 by the Americans because of his alleged collaboration with the Germans”, Ioannina, p. 371 et p. 380‑383). Voir David Close, 1995, “The changing structure of the right 1945‑1950”, in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, The Pennsylvania State University Press : University Park, p. 137. Zérvas serait élu député aux élections suivantes pour un an (1950‑1951) ; aux élections de 1951 il perdit son poste au Parlement.

18  C’est dans l’introduction de la deuxième édition de 1975 que Komninós Pyromáglou nous informe du sort de son premier livre : Komninós Pyromáglou 1975, Η εθνική αντίσταση, ΕΑΜ-ΕΛΑΣ-ΕΔΕΣ, Κριτική εισαγωγή εις την διαμόρφωσίν της [La résistance nationale, EAM-ELAS-EDES, introduction critique à sa formation], Athènes : Dodoni, p. 9‑10. Pyromáglou quitta la Grèce et il vécut à Paris jusqu’en 1955. À son retour, il s’engagea politiquement dans les rangs de ses anciens adversaires politiques, devenant député du Parti de l’union de la gauche démocratique (EDA) qui était, à ce moment-là, la façade légale du Parti communiste clandestin, et publia plusieurs livres et articles sur la Résistance de 1941‑1944.

19  Les Juifs furent l’élément culturel dominant de la ville, ce qui, dans la période de crise de l’Empire ottoman, s’exprimait aussi en termes de majorité démographique, puisque tout au long du xixe siècle, ils représentaient plus de la moitié de la population. Rena Molho, 1997, les Juifs de Salonique 1856‑1919 : une communauté hors norme, Thèse d’État, Université de Strasbourg‑II, inédite. Mark Mazower, 2004, Salonica, City of Ghosts: Christians, Muslims and Jews, 1430‑1950, New York : Vintage books. Bernard Pierron, 1996, Juifs et Chrétiens de la Grèce moderne, histoire des relations intercommunautaires de 1821 à 1945, Paris : L’Harmattan.

20  Sur environ 10 000 survivants pour la Grèce entière. Voir Béa Lefkowitz, 2000, “‘After the War we Were All Together’: Jewish Memories of Postwar Thessaloniki”, in Mark Mazower (ed.), 2000, After the War Was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press, p. 247‑272. Elie Barnavi, 2002, Histoire universelle des Juifs, Paris : Hachette, p. 106.

21  L’organisation EEE, d’affinité nationale-socialiste. Pour sa résurrection, voir Strátos Dordanás, 2006, Έλληνες εναντίον Ελλήνων, ο κόσμος των ταγμάτων ασφαλείας στη Θεσσαλονίκη [Grecs contre Grecs, le monde des bataillons de sécurité à Thessalonique], p. 117‑154. Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης, [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], Athènes : Papazisis, vol. 2, p. 289‑291.

22  Dans les villes de Ioannina, Athènes, à Corfou, Rhodes ; Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, Paris : Les Belles Lettres, p. 272 ; livre de référence du rabbin de la communauté juive Michael Molho (dir.), 1973, In memoriam : hommage aux victimes juives des nazis en Grèce, Communauté israélite de Thessalonique. Pour le partage des richesses, voir Strátos Dordanás, 2006, Έλληνες εναντίον Ελλήνων, ο κόσμος των ταγμάτων ασφαλείας στη Θεσσαλονίκη [Grecs contre Grecs, le monde des bataillons de sécurité à Thessalonique], p. 372‑438.

23  Néanmoins en mars 1949 est fondé l’OPAIE [Οργανισμός Περιθάλψεως και Αποκαταστάσεως Ισραηλιτών Ελλάδος], destiné à réinstaller des Israélites grecs, qui hérita des biens juifs recensés et les géra.

24  Les éléments sur le travail du TSC sont tirés de Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, p. 50‑53. Pour les fuyards antisémites de l’organisation EEE de Thessalonique et d’Athènes, voir Strátos Dordanás, 2006, Έλληνες εναντίον Ελλήνων, ο κόσμος των ταγμάτων ασφαλείας στη Θεσσαλονίκη [Grecs contre Grecs, le monde des bataillons de sécurité à Thessalonique], p. 439‑514. Iákovos Chondromatídis, 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation allemande], Athènes : Stratiotiki Istoria, p. 83‑87.

25  3 500, plus environ 4 500 Juifs de Grèce qui avaient réussi à quitter leur région vivaient à Athènes en 1944, dont 800‑1 000 furent arrêtés par les Allemands ; d’autres se constituèrent prisonniers afin de ne pas se séparer de leurs parents. En tout 1 690, dont plusieurs réfugiés de Thessalonique. Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, Paris : Les Belles Lettres.

26  5 000 sur environ 10 000, voir Rena Molho, 1997, les Juifs de Salonique 1856‑1919 : une communauté hors norme, Thèse d’État, Université de Strasbourg‑II, inédite.

27  Grec d’origine italienne parlant allemand et fasciste convaincu, Konstantínos (« Ino ») Rékanati ; le premier procès le condamnant par contumace parmi d’autres interprètes d’origine italienne eut lieu en juin 1945, TSCA/VA/1/1945, procès no 147.

28  TSCA/VA/5/1946, procès no 667.

29  Une petite histoire qui met en valeur les concurrences et les enjeux économiques de la persécution des Juifs. Membres de l’organisation antisémite EEE, les deux accusés dénoncèrent aux Allemands des Juifs ainsi que les commerçants grecs qui avaient repris leur stock et les aidèrent à se cacher à partir de l’automne. Comme la plupart de leurs semblables, les accusés bénéficièrent de plusieurs ajournements, échappant au procès depuis l’automne 1945. Finalement, dans la conjoncture des pressions américaines pour la punition des collaborateurs et celles du Conseil israélite qui avait été réorganisé entre-temps, ils furent jugés le 19 octobre 1947, TSCA/VA/7/1947, procès no 1502.

30  Le deuxième procès de K. Rékanati, lors duquel celui-ci fut jugé avec son frère, en est révélateur : les deux partisans du fascisme italien, avec deux entrepreneurs de travaux publics Juifs athéniens, collaboraient économiquement avec les autorités allemandes depuis 1942. Après le départ des Italiens, les deux frères s’engagèrent aussi au côté des services de propagande ; quant aux deux entrepreneurs, ils durent négocier leur position en fournissant des informations sur leurs coreligionnaires : TSCA/VA/11/1946, procès no 1554.

31  Voir le dernier procès majeur des Italo-fascistes (Rékanati et al.) qui s’est déroulé entre le 26 et le 30 juin 1947 : TSCA/VA/4/1947, procès nos 765 et 797.

32  Il s’agit de la même série de procès que ceux des BdS et de la Sûreté spéciale, qui se sont déroulés à l’automne 1946.

33  À ce sujet, Chrístos Hatziiossif (2007), dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in IEEA, t. C2) avance une hypothèse plausible mais non prouvée de la spéculation en or à la Bourse athénienne à partir de la fin 1943 alimentée par l’or pris à la population juive.

34  Dans les procès du TSCA relatifs à la Shoah, sur 102 accusés, 43 furent condamnés, soit 38,5 %, taux de condamnation sur l’ensemble des procès (voir Annexe II).

35  Pour une vue d’ensemble des publications sur le sujet, voir l’article d’Odette Varon-Vassard, 1999, « L’intérêt pour les Juifs de Grèce », Historein, vol. 1, p. 157‑162. Katherine Elisabeth Fleming, 2007, “The Stereotyped ʻGreek Jewʼ from Auschwitz-Birkenau to Israeli Pop Culture”, Journal of Modern Greek Studies, no. 1, vol. 25, mai. Pour la période actuelle, il suffirait de regarder le “Report on the Teaching of the Holocaust in Greece” du ministère de « l’Éducation et des Affaires religieuses » (sic) grec, daté de décembre 2006 sur la riche page Web : taskforce.ushmm.org/teachers/educational_reports/country/greece.pdf [consulté le 7 avril 2016].

36  64 criminels de guerre furent jugés en Grèce. Les dossiers judiciaires de ces procès ont été détruits quelques années après la fin de ces procès ; un cas emblématique du traitement « spécial » est celui du général André Alexander. L’affaire fut connue car, en novembre 1951, alors que la Cour martiale d’Athènes condamnait à mort 8 dirigeants communistes malgré la mobilisation internationale en leur faveur (affaire Beloyánnis), cet ancien commandant militaire de la Crète en 1941, condamné en 1947 à la perpétuité pour meurtre de masse lors de représailles collectives de la Wehrmacht, était libéré après la réduction de sa peine par le Conseil des grâces à quatre ans de prison. Voir Níkos Michiótis, 2007, Έκτακτα Στρατοδικεία της περιόδου 1946‑1960, εν ονομάτι του βασιλέως [Tribunaux extraordinaires de la période 1946‑1960, au nom du roi], Athènes : Synchroni Epochi, p. 255 et p. 266‑267. Spýros Linardátos, 1977, Από τον εμφύλιο στη Χούντα [De la guerre civile à la junte], Athènes : Papazisis, t. 1, p. 386‑391. Bulletin of the League for Democracy in Greece, December 1951, in KCL/MGA/INFO III.

37 Fait déjà évoqué par Zavitsiános et les autres comme « contre-exemple » contre lequel ils ont dû se battre pour préserver le reste de la propriété de la Banque du « pillage » entrepris par l’occupant.

38  Nikos Karkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], p. 395‑402 ; à partir de sa recherche dans les archives allemandes, Hadjiiossif Christos, 2007, «Η ελληνική οικονομία, πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de bataille et de résistance] in Ιστορία της Ελλάδας του 20ο αιώνα [Histoire de Grèce au xxe siècle] désormais « IEEA », Athènes: Vivliorama, tome C2, p. 187‑188, indique que les services du Reich favorisaient les rapports entre Deter et Bodossakis tout au long de l’Occupation. Deter fut représentant de l’industrie d’armes Rheinmetall-Borsig en Grèce et continuait à verser les dividendes de Bodossakis sur un compte bloqué en Allemagne, ce que Deter lui-même soutint lors du procès.

39  Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], disponible en pdf sur http://istorika-ntokoumenta.blogspot.fr/2013/09/blog-post_9484.html, consulté le 4 avril 2016, p. 402. Aussi : Éleuthéria, Rizospástis des 8, 9 et des 20 au 28 août 1947. Pour un compte rendu détaillé du plaidoyer du procureur voir Rizospástis du 27 août.

40  Le colonel Geórgios Poúlos (1889‑1947) ultranationaliste et fanatique royaliste, et anticommuniste bien avant la guerre, créa un groupe collaborationniste armé redoutable, le Poulos Verband, qui se joignit en 1944 au commando de Friedrich Schubert. Il a participé à une unité de renseignements allemande qui infiltrait la Résistance et a travaillé pour l’EEE, l’Union nationale de Grèce, un parti antisémite lié aux SS. Les crimes de ses bandes ont été très nombreux, et étaient destinés à semer la terreur parmi les soutiens des résistants. En mars 1945, il rejoint avec son unité l’Autriche. En 1947, il est condamné pour trahison et exécuté.

41  En 1945, après son arrestation par les Alliés, les autorités grecques avaient refusé de l’extrader pour le juger. Cela est un fait qu’on n’a pu apprendre qu’après l’ouverture des archives allemandes en 1991. Pourtant, déjà à cette époque-là, arrêté après trois voyages dans le pays, il menaça publiquement de rendre publics des photos et des documents révélant sa collaboration avec le Premier ministre en charge, K. Karamanlís, son ministre de l’Intérieur et d’autres personnalités politiques. Le gouvernement de la Bundesrepublik intervint, exigeant son extradition (voir notamment Sousan-Sophia Spiliotis, “‘An Affair of Politics Not Justice’: The Merten Trial (1957‑1959) and Greek-German Relations”, in Mark Mazower, (ed.), 2000, After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, op. cit., p. 293‑302. Mais Karamanlís n’était pas en Macédoine à ce moment-là.

42  Hannah Arendt, 1997, Eichmann à Jérusalem, Paris : Gallimard, p. 231.

43 Tony Judt, 2000, “The past is another country: Myth and Memory in Postwar Europe” in Istvan Déak, Jan Gross, Tony Judt (ed.), The Politics of Retribution in Europe, op. cit ., p. 293‑323, spéc. p. 296, 298 et l’« introduction » de Istvan Déak, p. 6.

44  Voir Norbert Frei, 2002, “The liquidation of denazification”, in Adenauer’s Germany and the Nazi Past, New York : Columbia University Press, p. 27‑43.

45  Sur les massacres de Kalávryta et de Distómo, un « village martyr » grec brûlé le même jour qu’Oradour-sur-Glane (10 juin 1944), et le combat autour des réparations qui dure jusqu’à aujourd’hui, voir Hagen Fleischer (dir.), 2003, Η Ελλάδα 36-39, από την δικτατορία στον Εμφύλιο, τομές και συνέχειες, [La Grèce 36-39, De la dictature à la guerre civile, Ruptures et continuités], Athènes : Kastaniotis, p. 21-23 ; du même auteur, 2001, „Kriegsverbrechen in Griecheland: Schuld ohne Sühne”, in Vofram Wette, Gerd R. Uebershär (ed.), Kriegsverbrechen im 20. Jahrehundert, Darmstadt : WBG, p. 208‑221. Les procès sur les demandes de compensations des habitants de Distómo durent jusqu’à nos jours, voir « Crimes nazis/Grèce : la justice italienne autorise la saisie de biens allemands », Le Monde, 26 novembre 2008 ; pour la juridiction de la Cour fédérale allemande, Sabine  Pittrof, 2004, “Compensation Claims for Human Rights Breaches Committed by German Armed Forces Abroad During the Second World War: Federal Court of Justice Hands Down, Decision in the Distomo Case”, German Law Journal, no. 1, vol. 5, janvier, p. 15‑21.

Acheter