Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre VI. Sources et cautions intellectuelles du Piège : des adoptions opportunes

Chapter VI. The Trap, its Intellectual Sources and Supports: timely appropriations

« Որոգայթ »ի մտաւոր ակունքները եւ երաշխաւորները` յարմար ընդունելութիւններ

Résumé

Les sources du Piège de l’orgueil sont diverses, voire hétéroclites, mais suivent néanmoins un fil conducteur : les emprunts, rarement révélés comme tels, sont soigneusement choisis pour leur fonction d’étayage des thèses défendues dans l’ouvrage comme la nécessité d’un État de droit, la légitimité de la revendication de liberté politique, l’égalité entre les hommes…

The sources of the Trap of Glory are various, even heteroclite and quite often implicit, but have a common thread which is to support the author’s arguments as the need for the rule of law, the legitimacy of the claim for political freedom, equality…

Texte intégral

1Peu d’études systématiques ayant été consacrées jusqu’à présent au Piège, les hypothèses déjà proposées sur la généalogie de ses idées n’ont pu être véritablement étayées. Les deux sources qui lui sont le plus fréquemment attribuées par les commentateurs sont l’influence anglaise et celle des Lumières.

  • 1 Vahé Oshagan (1922‑2000), écrivain, poète et critique littéraire arménien, fils de l’écrivain et c (...)
  • 2 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 3 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 169.
  • 4 Ibid.
  • 5 Pour des raisons de format notamment, car cette courte étude est comprise dans un ouvrage collecti (...)
  • 6 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 169.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Piège, art. 5 et 6.

2Vahé Oshagan1, par exemple, affirme que la représentation que se fait Chahamirian*2 « d’une future Arménie indépendante est en fait une projection3 » prenant appui sur l’organisation effective de la colonie arménienne de Madras, organisation elle-même « certainement facilitée par ses contacts avec les étrangers et, en particulier, l’exemple (« model ») britannique à Madras4 ». Malheureusement, peut-être en raison des contraintes imposées5, les justifications de cette affirmation ne sont pas présentées. Elles auraient pourtant été utiles, car la thèse se heurte à plusieurs difficultés : tout d’abord, une difficulté interne, puisque, tout en estimant que le Piège procède d’un exemple, voire d’un modèle britannique, Oshagan accorde au même ouvrage une antériorité en considérant que l’idée de la « séparation de l’Église et de l’État6 » qu’il avance est « étrangère à l’histoire britannique7 » et que la Constitution américaine, qui accorde la liberté religieuse, n’est ratifiée qu’en 17918. Ensuite, au-delà même du hiatus logique, d’autres problèmes se posent : avant d’être ratifiée en 1791, la Constitution américaine avait déjà été conçue, rédigée et même adoptée par le Congrès dès 1789 ; de plus, l’idée de la séparation de l’Église et de l’État, ou de la frontière entre le politique et le religieux, certes problématique dans l’histoire britannique, a été, précisément pour cette raison peut-être, élaborée très tôt par des philosophes anglais, puisque la Lettre sur la tolérance de Locke est publiée en 1689 (et rédigée en 1686) ; enfin, la notion de séparation de l’Église et de l’État, dans le Piège est à relativiser, car si la liberté de culte y est affirmée, ainsi qu’une certaine indépendance mutuelle des laïcs et du clergé, celui-ci est représenté en tant que tel parmi les dirigeants, les fonctions officielles sont réservées aux seuls fidèles de l’Église nationale et l’apostasie, pour les fidèles de l’Église nationale, est passible de la peine de mort9.

3Quoi qu’il en soit, aucune explication n’est donnée sur l’organisation des Britanniques à Madras, on ne trouve pas non plus de renvoi à un ouvrage susceptible d’en fournir. Ainsi, une hypothèse qui pouvait paraître aller de soi se révèle fragile, faute, au moins, de précisions et d’éclaircissements suffisants.

  • 10 Par exemple : Henri Gabrielyan, 1956, Հայ փիլիսոփայական մտքի պատմություն (Histoire de la pensée ph (...)

4Par ailleurs, de nombreux commentateurs ont fait des membres du cercle de Madras les Aufklärer de l’Arménie ou du moins des auteurs ayant une réelle connaissance des penseurs des Lumières10. Il est vrai que des thèmes comme la critique du despotisme évoquent irrésistiblement les Lumières, cependant, l’hypothèse d’une connaissance précise de la pensée des Lumières par les auteurs de Madras a été peu examinée dans le détail.

5En réalité, retrouver les sources de la pensée développée dans le Piège est loin d’être aisé et l’on peut même s’interroger, en amont, sur l’intérêt de cette recherche. L’enjeu de cette recherche est d’évaluer ce que la pensée du cercle de Madras, qui paraît aujourd’hui très « en avance sur son temps » dans son aire culturelle, doit réellement à son histoire et à son époque, tout en étudiant la façon dont procède une pensée non systématique pour mettre au point une construction théorique à des fins pratiques.

6La difficulté de cette recherche vient du caractère implicite des références qui sous-tendent la pensée exposée dans le Piège : les auteurs les citent rarement. Peut-être ne les citent-ils pas car ils les croient évidentes pour les lecteurs contemporains, alors qu’elles sont cryptées pour nous aujourd’hui ? Peut-être ne les connaissent-ils pas précisément eux-mêmes, n’ayant souvent qu’une connaissance de seconde main des auteurs auxquels ils se réfèrent ? Peut-être aussi est-il difficile de distinguer les sources de la pensée des moyens de sa formulation et de cautions invoquées pour la légitimer, vu le constant souci de convaincre de la crédibilité du propos et de la viabilité des propositions ? Peut-être, enfin, ne sont-ils pas autorisés à révéler certaines de ces sources…

Les sources bibliques

  • 11 Signe de la popularité de ce livre biblique, le fonds du Maténadaran fait apparaître au moins 12 é (...)

7Avec plus de 120 péricopes ou allusions, le texte biblique est, de loin, la référence la plus fréquente du Piège. La première partie sollicite surtout Matthieu et, dans une moindre mesure, les Psaumes11. La seconde conserve à Matthieu sa prépondérance, mais se réfère aussi fréquemment aux livres législatifs de l’Ancien Testament.

  • 12 Par exemple, Piège, p. [96]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition origina (...)
  • 13 Par exemple, ibid., p. [21].
  • 14 Par exemple, ibid., p. [23], [36], [54].
  • 15 Par exemple, ibid. p. [79].

8Les références bibliques constituent aussi, avec la mention de Moïse de Khorène, l’une des rares sources explicites, bien qu’elles ne le soient pas toujours. Le nombre de renvois au texte biblique est en effet bien supérieur aux passages expressément signalés. Lorsqu’ils le sont, ce n’est pas, comme dans l’Exhortation, avec leur référence précise, mais de façon approximative comme « selon saint Paul12 » ou « le saint prophète David13 », voire vague par une formule du type « selon le prophète » ou « comme le dit le prophète »14. Les passages qui ne sont pas mentionnés comme références sont directement incorporés au propos de l’auteur, sans aucune précision15.

9Les références implicites jointes aux références explicites déjà nombreuses font que le Piège paraît imprégné du texte biblique et de ses images comme celles du berger et du troupeau ou encore les orgueilleux, arrogants ou superbes, les impies et les oppresseurs, le piège ou les filets, qui comptent parmi les thèmes récurrents des Psaumes.

  • 16  Ibid., p. [95].
  • 17  Ibid., p. [93].

10Cependant, le souvenir est parfois approximatif, voire erroné ou fantaisiste : « Tu honoreras ton père et ta mère » est considéré comme le troisième des dix commandements16 alors que l’Exhortation (1771, p. 173) le situe bien en quatrième place ; la formule vox populi, vox dei est attribuée « au prophète », sans préciser lequel et pour cause17.

  • 18 Par exemple, ibid., p. [4].
  • 19 Hakob Chahamiryan, 2002, p. 151, n. 2. Piège, p. [3].
  • 20 Piège, p. [3].
  • 21 Lévon Pétrossian, 2010, Grégoire de Narek, commentaire sur le « Cantique des cantiques », Rome : P (...)
  • 22 Cant., II, 3 a : « La fleur réjouit seulement les yeux, alors que la pomme réjouit les yeux par l’ (...)
  • 23  Voir Piège, p. [84] et Pétrossian, 2010, p. 277.
  • 24 Pétrossian, 2010, p. 275.
  • 25  Ibid., p. 277.
  • 26  Ibid., p. 275.

11Si le Piège est imprégné de références bibliques, il ne permet pas pour autant de mettre en évidence une connaissance précise et approfondie des textes de la part de leurs auteurs, alors que dans l’Exhortation, les connaissances bibliques sont sûres. On peut donc estimer que Baghramian*, ancien ecclésiastique, a beaucoup contribué à la rédaction de l’Exhortation, tandis que Hakob et Chahamir ne disposaient que d’une connaissance indirecte des textes, acquise non par la lecture assidue et l’étude des Écritures mais peut-être par la tradition orale ; du reste, certains passages cités se retrouvent en fait dans la liturgie18. La connaissance des sources religieuses par les auteurs du Piège ne semble guère dépasser un niveau de culture biblique probablement commun à cette époque. Poghos Khatchatryan19 suppose que le passage : « une pomme écarlate de bel aspect, parfumée et sucrée au goût de toutes les personnes pieuses et de saine constitution20 » soit un possible écho du Commentaire du Cantique des cantiques de Grégoire de Narek21, mais Narek reprend lui-même le Cantique22 et la convergence dans les contenus (par exemple, la référence au droit naturel selon Jean Chrysostome23) ou les analogies dans la forme (comme la façon d’apostropher le lecteur : « Voyez, de même Salomon […]24 » ; « Si quelqu’un demande : “Mais pourquoi […]”25 ») ou le recours à la formule « Selon la parole de l’Apôtre26 » ne constituent pas des preuves suffisantes d’une connaissance directe de ce commentaire.

  • 27 L’Enseignement de saint Grégoire, contenu dans l’Histoire d’Arménie d’Agathange : Agathange, 1867, (...)

12De même, la connaissance du Catéchisme dit de Grégoire Ier l’Illuminateur27 ne peut être établie, reposant sur des signes trop faibles.

  • 28 Piège, p. [19] ; Rom. II, 1415 a.
  • 29 Rom., XIII, 12.
  • 30 Piège, p. [20].
  • 31 Ibid., art. 255, 475, 477 et passim.
  • 32 Ibid., art. 156, 349 et passim.
  • 33 Soixante-douze canons de Yovhannēs Awjnec‛i (Hovannés Odznetsi) sont repris dans le code de Mkhita (...)

13On peut donc avancer que la culture biblique, même limitée, est réellement une source de la pensée des auteurs du Piège, au sens d’une matrice où ils élaborent leurs concepts, un langage compréhensible par tous et un moyen d’apporter à leurs thèses la légitimité nécessaire. La référence au texte biblique n’est, en effet, pas servile. Les versets adéquats sont sélectionnés avec discernement, les autres sont ignorés. Par exemple, si la première partie s’appuie sur l’Épître aux Romains pour étayer l’hypothèse d’un droit naturel28, elle n’en retient pas l’injonction de se soumettre aux pouvoirs établis, présente dans la même épître29. D’ailleurs, l’auteur de la première partie se lasse visiblement lui-même de tant de versets et déclare : « Il n’est pas nécessaire de vous citer des paroles bibliques car je n’ai pas l’intention de vous faire un sermon et vous n’êtes pas obligés d’écouter un prêche de ma part30. » La référence au texte biblique n’a pas simplement une fonction rhétorique. Dans la première partie, elle fournit un fondement aux thèses sur le droit naturel, la liberté, l’égalité ou l’inflexibilité de la loi. Elle fournit également, dans la seconde partie, la base de plusieurs articles de loi31, mais il est difficile, sur ce point, de démêler les références bibliques directes de leurs échos sous forme de pratiques coutumières connues de l’auteur et inspirées par le code de Mkhitar Goch32 qui s’appuie lui-même sur les textes législatifs de l’Ancien Testament en les adaptant, notamment à travers le droit canon de l’Église arménienne33, pour en tirer des principes constituant la base des lois internes de la société arménienne.

14Par ailleurs, le texte biblique et, plus généralement, la philosophie chrétienne ne sont pas les seules matrices culturelles permettant de penser la liberté politique ou l’égalité devant la loi, et l’auteur de la première partie du Piège le reconnaît dans son éloge de la République romaine, mais ils constituent le cadre conceptuel le plus familier aux Chahamirian.

Historiens et géographes

  • 34 Auteur d’une Histoire de l’Arménie, se présentant lui-même et traditionnellement considéré comme u (...)
  • 35 Piège, p. [12], [17].
  • 36 Ibid., p. [8], [13].
  • 37 H. Chahamiryan, 1991, notamment chap. V et VI, p. 54‑128.
  • 38 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 86.
  • 39 Ibid., p. 86‑88.
  • 40 Ibid., p. 11.
  • 41 Moïse de Khorène, 1993, I, 3, p. 106.
  • 42 Piège, p. [25], [41][42] et passim.
  • 43 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 320 sq.
  • 44  Ibid., p. 321.
  • 45  Ibid., p. 323.
  • 46  Ibid.
  • 47 De nombreux passages du Piège exposent de tels jugements : p. [12], [14], [36], [45], [95], [96] e (...)

15L’historien Moïse de Khorène34 n’est nommément cité dans le Piège qu’à deux reprises35, mais il lui est emprunté bien plus que la matière des exposés historiques du Piège36 et, auparavant, de l’Exhortation37. Au-delà des informations historiques, les auteurs du Piège trouvent chez Moïse de Khorène la mise en valeur du « passé glorieux » de l’Arménie par opposition à son « présent malheureux38 ». Les « intentions politiques de l’Histoire de l’Arménie 39 » se retrouvent dans le Piège, non seulement parce que Moïse de Khorène en appelle à son commanditaire supposé, Sahak Bagratouni40, pour restaurer la grandeur (politique et culturelle) passée du pays et que le Piège est dédié à Irakli II Bagrationi*, dans une perspective de libération des tutelles persane et ottomane ; mais encore parce que le Piège présente, comme le fait déjà l’Histoire de l’Arménie, la situation de son époque telle une crise dont le remède est la restauration ou le renforcement de la souveraineté, ainsi que la réappropriation, par la nation, de son passé. L’idée exprimée par Moïse de Khorène : « Quoique nous ne soyons qu’une petite nation, d’un nombre limité, d’une force restreinte et bien des fois soumise à une royauté étrangère, il se trouve que beaucoup d’actes de vaillance ont été accomplis dans notre pays […]41 » est un leitmotiv du Piège42 et les « Lamentations sur la perte du trône d’Arménie pour la dynastie des Archakouni, et de l’archiépiscopat pour la famille de saint Grigor43 », sur lesquelles s’achève l’Histoire de l’Arménie, semblent archétypales de maints passages du Piège : non seulement par la représentation de la décadence, d’une chute à laquelle la mort même serait préférable44, mais aussi par la sévérité à l’égard des autorités responsables de ce désastre : « Les moines docteurs sont ignorants et prétentieux […]. Les religieux sont hypocrites, ostentatoires, vaniteux […]. Les clercs sont orgueilleux, oisifs […]. Les princes sont rebelles, aussi voleurs que les voleurs, rongeurs, prédateurs, avares, rapaces, ravisseurs, ruinant le pays […]. Les juges sont inhumains, menteurs, trompeurs, corrompus, ignorants du droit, versatiles, chicaneurs45. » Les laïcs, « présomptueux, indisciplinés […]46 ». Le simple peuple n’est pas non plus épargné par Moïse de Khorène47.

  • 48 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 323. Sur la récurrence de ce thème dans l’histoire ultérieure, (...)
  • 49 Piège, p. [12], [13].
  • 50 Ibid., p. [13].
  • 51 Ibid., p. [95].
  • 52 Victor Langlois, 1869, Collection des historiens arméniens anciens et modernes de l’Arménie, Paris (...)
  • 53 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 323‑324.
  • 54 Piège, p. [40].
  • 55 Le Piège, p. [7][10], place au nombre de ces signes une nature particulièrement abondante présenté (...)
  • 56 Piège, p. [7], [8].
  • 57 Ibid., p. [82], [83].

16Cependant, si la première partie du Piège tient aussi parfois de la lamentation, l’esprit n’est pas du tout le même que celui du passage final de l’Histoire de l’Arménie. Moïse de Khorène y dresse un bilan catastrophique et en donne une explication terrible : « Dieu nous a abandonnés48. » Chahamirian au contraire, juste après un exposé historique49 où il se réfère à Moïse de Khorène et en reprend les jugements amers sur les anciens rois d’Arménie, change soudain de discours : « Aujourd’hui, nous avons besoin d’amour et de paix […] ne jugeons pas les actions bonnes ou mauvaises de nos rois et princes du passé […], tous ont agi selon leurs capacités personnelles […]. Tout ce qui est arrivé appartient au passé […]50. » Cette sorte d’amnistie permet de se tourner vers l’avenir : « La nation arménienne est malade mais non mourante51 », écrit Chahamirian. Sa propre argumentation semble, à certains égards, un commentaire précis et une méditation sur la leçon de Moïse de Khorène. Ce commentaire semble inspiré du début de l’Histoire d’Arménie de l’historien du ve siècle Ghazar Partetsi (Lazare de Pharbe, de Parpi)52. Chahamirian reprend à son compte l’exaltation de la grandeur passée et même l’autoaccusation contenues dans le texte de Moïse de Khorène, mais rejette l’idée d’une malédiction divine. L’argumentation de la première partie du Piège développe patiemment ses objections. Contre Moïse de Khorène qui voit la preuve de l’abandon de Dieu dans le bouleversement des saisons et les catastrophes naturelles53, Chahamirian assure que les bouleversements dus au péché ont perverti le monde de l’homme sans atteindre la régularité de la nature54 et qu’il existe des signes tangibles de l’élection du pays d’Ararat55. C’est d’ailleurs sur cette dernière affirmation qu’après s’être présenté au lecteur, l’auteur débute la première partie56. Plus loin57, pour compléter l’argumentation, Chahamirian développe une théorie du repentir, fondée sur la parabole du fils prodigue et qui permet, là encore, de mettre en avant la possibilité d’un nouveau départ.

  • 58 Ibid., p. [17], [92].
  • 59 Ibid., p. [92].
  • 60 Emin, 1918, p. 141.
  • 61 L’auteur rédige son récit à la troisième personne.
  • 62 Référence probable à une « prophétie » de Nersés Chnorhali (ou le Gracieux, catholicos de 1116 à 1 (...)
  • 63 Anania de Chirak, 1979. La Géographie anonyme aujourd’hui couramment attribuée à Anania de Chirak (...)

17La connaissance de l’Histoire de l’Arménie de Moïse de Khorène par les auteurs du Piège est donc bien plus profonde et intime que ne le laissent supposer les deux citations et, malgré le pessimisme final de l’œuvre, la lecture de Moïse de Khorène, en ce qu’elle permet de renouer avec l’idée d’une souveraineté politique, est jugée particulièrement formatrice par les auteurs du Piège58 tout comme par Emin*. « De nombreuses personnes nous ont dit que, sur cent Arméniens, il s’en trouvait à peine un qui ait entendu dire que la nation arménienne avait été jadis souveraine en Arménie59 », écrit Chahamirian. L’une de ces personnes a pu être Emin, parent de Baghramian, qui rencontre les Chahamirian en 1772 à Madras. Dans ses mémoires60, Emin relate une conversation avec des paysans arméniens dans l’Empire ottoman : « “Pourquoi n’êtes-vous pas libres ? Pourquoi n’avez-vous pas votre propre souverain ?” Leur réponse fut : “Monsieur, notre liberté est dans l’autre monde ; notre roi est Jésus-Christ.” Emin61 dit : “Qui vous a dit cela ?” Ils répondirent : “Les Saints Pères de l’Église, qui disent que la nation arménienne a été assujettie aux Mahométans depuis la création du monde et le restera jusqu’au jour de la résurrection62, sans quoi nous aurions déjà pu chasser les Ottomans de notre pays […]”. Alors, sortant de sa poche l’Histoire géographique63 de Moïse de Khorène, il envoya chercher un prêtre qui sache un peu lire et lui montra la généalogie des rois d’Arménie […]. »

  • 64 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, Introduction, p. 15.
  • 65 William Whiston (père) : 1667‑1752, « successeur d’Isaac Newton à la chaire de mathématiques de Ca (...)
  • 66 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 17.
  • 67 Ibid., p. 16.
  • 68 Edward Gibbon, 1828, 1843, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain (avec une no (...)
  • 69 Gibbon, 1828, II, p. 4, 6, 21, 334, 335, 339, 348.
  • 70 Paul-Émile Le Vaillant de Florival, 1841, Moïse de Khorène, auteur du ve siècle. Histoire d’Arméni (...)
  • 71 Parmi d’autres, The Popular Encyclopedia, op. cit., p. 266. Francis Lieber, Edward Wigglesworth & (...)

18L’attention portée à Moïse de Khorène est déjà très ancienne, antérieure à Emin et au cercle de Madras. L’Histoire de l’Arménie est en effet l’un des premiers livres imprimés en arménien. Il vit le jour à Amsterdam en 1695, grâce à l’évêque Thomas Vanandetsi (de Vanand)64. En 1736, à Londres, William et George Whiston, fils du savant et théologien britannique William Whiston65 lui-même traducteur de Flavius Josèphe, avaient réédité le texte arménien de l’Histoire de l’Arménie accompagnée de leur traduction latine sous le titre Mosis Chorenensis Historiae armeniacae. « S’intéressant au christianisme primitif […], William Whiston s’était procuré, en arménien, un exemplaire de la correspondance apocryphe de Paul avec les Corinthiens, ce qui fut à l’origine de la vocation arménologique de ses deux fils66. » Grâce à la traduction latine abondamment annotée de William et George, « désormais, tous les érudits disposaient d’un solide instrument de travail pour apprécier la valeur et l’intérêt du “Père de l’histoire” arménienne67 ». C’est très vraisemblablement cette traduction qui a permis à l’historien Edward Gibbon de connaître « Moses of Chorene » et de l’utiliser comme l’une des sources de son Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain (publiée à Londres à partir de 1776) où l’historien arménien est cité huit fois68 dans le tome I et sept fois dans le tome II69Un siècle après la parution de la traduction latine, Le Vaillant de Florival rend hommage au travail des frères Whiston en ces termes : « Il y a plus de cent ans, deux fils d’Albion ont étonné le monde scientifique par leur studieuse patience en traduisant, presque sans secours, l’ouvrage précieux de Moïse de Khorène70. » Leur ouvrage est encore mentionné et salué bien des années après dans plusieurs encyclopédies britanniques et américaines71.

  • 72 Mutafian, 2012.
  • 73 Piège, p. [102], art. 1 et passim.
  • 74 Chahamirian, 1992, trad. Khatchatryan, chap. VI, p. 122‑156.

19Si les Chahamirian citent explicitement Moïse de Khorène, ils ne mentionnent pas le nom d’Anania de Chirak, savant du viie siècle, puisque, comme le signale Claude Mutafian72, la Géographie anonyme attribuée aujourd’hui à Anania de Chirak a été longtemps considérée comme l’œuvre de Moïse de Khorène. Les auteurs ne peuvent donc donner le nom d’Anania, mais ils font état, au début de l’article premier, de « connaissances » géographiques73 et la composition du pays d’Arménie est, à maints égards, celle de la Géographie aujourd’hui considérée comme celle d’Anania, tant dans le Piège que, précédemment, dans l’Exhortation74, ce qui laisse penser que, même par une connaissance indirecte, la Géographie d’Anania a constitué l’une des références des Chahamirian.

  • 75 Piège, p. [57], [68].

20Par ailleurs, une large place est également accordée, dans la première partie du Piège75, à un exposé sur l’histoire de Rome, la grandeur et la rigueur de la République, les raisons de son déclin et la décadence de l’empire.

  • 76 Gibbon, 1843. Seul le tome I, paru en 1776, relate la période de l’histoire romaine évoquée dans l (...)
  • 77 Montesquieu, 1951(b), t. II, p. 69‑224.
  • 78 Gibbon, 1843, p. 102.

21Il est difficile de retrouver la source de cet exposé. Le grand ouvrage de référence, à l’époque de l’élaboration du Piège, est l’Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, d’Edward Gibbon (Londres, 1776‑1788)76 et s’inscrit dans la continuité des Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence publiées par Montesquieu en 173477. Aucun de ces deux auteurs n’est cité par les auteurs du Piège, pas même Montesquieu, dont certains commentateurs font un des maîtres à penser des Chahamirian. Aucun des deux ouvrages cités ne peut être la base des informations reprises dans le Piège. De nombreux signes l’attestent, par exemple : Montesquieu n’attribue pas la décadence de Rome à l’hérédité du pouvoir, comme le font les auteurs du Piège ; la période étudiée par Gibbon est centrée sur la décadence de l’empire plutôt que sur la grandeur de la République, alors que l’exposé du Piège débute aux temps primitifs de Rome ; lorsque Gibbon émet des réserves sur l’hérédité du pouvoir en écrivant : « De tous les gouvernements établis parmi les hommes, une monarchie héréditaire est celui qui semble d’abord prêter le plus au ridicule78 », il insiste sur le fait que ce jugement n’est vrai qu’en apparence, tandis que la critique de l’hérédité est réelle dans le Piège ; enfin, les diverses anecdotes relatées dans le Piège, ainsi que la vision des mésaventures d’Agrippine ne proviennent ni de ces deux ouvrages, ni directement des ouvrages classiques des historiens romains.

  • 79 Piège, p. [58].
  • 80 Par exemple, Piège, p. [58], où les fondateurs légendaires de Rome sont appelés Rémus et Romulus e (...)

22Tout porte donc à penser que l’auteur de la première partie du Piège, qui attribue sans plus de précision sa connaissance de l’histoire romaine aux « récits des géographes romains79 », ait accédé à des sources de seconde main, des sources qu’il n’a peut-être pas même lues très attentivement ou retenues très fidèlement, comme on le voit par les approximations et les erreurs contenues dans son exposé80.

  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. [3], [58].
  • 83 Ibid., p. [103].

23Néanmoins, le plus important, d’un certain point de vue, n’est pas tant le degré de connaissances que les auteurs du Piège pouvaient avoir de l’histoire romaine que le fait même qu’ils s’y réfèrent et l’invoquent comme un modèle plein d’enseignements au point de souhaiter le faire traduire pour le porter à la connaissance des Arméniens81. La République romaine est, en effet, l’un des paradigmes auxquels se réfèrent les auteurs des Lumières et, par la suite, les nouveaux gouvernements de l’Europe et de l’Amérique, tentant ainsi de se donner des ancêtres. Cette référence montre donc que les auteurs du Piège ont bien une certaine familiarité avec les thématiques du monde occidental contemporain, en particulier à tout ce qui touche aux questions de l’indépendance, de la liberté, de la république, du parlementarisme, etc., ce qui est confirmé par d’autres passages témoignant d’une connaissance directe de l’Europe82 ainsi que de la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique et du rôle de Washington, dont la volonté d’indépendance par rapport à la Grande-Bretagne est bien soulignée et justifiée par une aspiration naturelle de l’homme à la liberté83. Les relations avec les Britanniques de Madras et la présence d’une presse anglophone locale comme importée suffisent à expliquer la connaissance de ces informations, sans exclure d’autres vecteurs complémentaires dont il est difficile de dresser une liste exhaustive.

  • 84 Srbouhi Yéritsian, 1881, p. 25‑26.
  • 85 Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, préf. de Margarit Mkhitarian. Lisbonne : Fon (...)

24La culture historique et géographique des Chahamirian ne s’arrête pas là puisque, dans une lettre à Irakli II* du 15 octobre 178784, Chahamir évoque les exemples de Charles Quint et de Pierre Ier. En 1793, dans un courrier à James Anderson, il se montre plus précis encore dans ses connaissances en se référant à la Geographia historica de Murillo Velarde, parue à Madrid en 175285.

Les sources juridiques

  • 86 En particulier : Jean Chardin, 1711(b), Voyages de Mr le Chevalier Chardin en Perse et autres lieu (...)
  • 87 Par exemple, art. 77 et 105.

25Plusieurs sources et études permettent la connaissance des droits positifs et des usages en vigueur dans les pays les plus familiers aux auteurs du Piège86 : la Perse, l’Inde, la Géorgie et l’Empire ottoman et peu de similitudes apparaissent entre ces droits et le projet législatif constituant la seconde partie du Piège. Les reprises concernent surtout certains poids et mesures et certains usages commerciaux87. Au contraire, les articles du Piège s’écartent des droits en vigueur par trois caractéristiques majeures : outre son système politique, sans modèle dans la région à son époque, l’accent est mis sur une certaine égalité ainsi que sur une certaine clémence dans l’application des peines.

  • 88 « Par rapport à l’état social des Arméniens, comparé avec celui des Géorgiens, il existe une grand (...)
  • 89 Piège, art. 14 et passim.
  • 90 Ibid., art. 121.
  • 91 Ibid., par exemple, art. 174, 176.

26Certes, l’égalité sociale définie à travers les dispositions du Piège n’est pas totale, mais dans un contexte de sociétés très hiérarchisées, composées de castes ou pratiquant le servage88 et même l’esclavage, Chahamirian écrit que le peuple doit désigner et contrôler ses représentants89, que le commerce d’êtres humains doit être prohibé90 et que tout travail doit être rémunéré91.

  • 92 Sur l’ensemble des cas où la peine de mort est prévue, en temps de paix comme en temps de guerre, (...)
  • 93 Ibid., art. 175, 192, 259, 360, 381, 382, 470, 482, 507.
  • 94 Ibid., art. 192, 259, 360, 478.
  • 95 Les supplices admis consistent à brûler une main au fer rouge (art. 462, 470, 474, 507) ou à admin (...)
  • 96 Comme on en trouve en Perse : Chardin, 1711(b), VI, p. 286‑303 ; en Kartli : Karst, 1934‑1937, I, (...)

27Le droit pénal du Piège est aussi sensiblement plus clément que celui des pays environnants. Bien sûr, on retrouve dans le Piège la peine de mort92, des peines corporelles (infligées par la justice ou par des particuliers)93 et afflictives94, mais peu de supplices95 et pas de mutilations96.

  • 97 Piège, p. [58].
  • 98 Henry Davison Love, 1913, I, p. 272 sqq.
  • 99 Ibid., IV, p. 162.

28Par ailleurs, le Piège contient quelques rares références explicites au droit de pays européens, mais des références vagues, comme lorsque Chahamirian écrit : « Plus que toutes les autres, la nation britannique voit, dans la garantie de la liberté et de la propriété individuelles, l’honneur même du roi97. » Ce type d’informations peut avoir été connu des auteurs du Piège par leurs voyages, leurs relations et leurs lectures, mais aussi par les règles et usages en vigueur chez les Britanniques de Madras. La Compagnie anglaise des Indes avait une autorité en matière de justice, en principe pour les sujets britanniques uniquement, et s’appuyait pour cela sur des chartes anglaises, chartes royales ou chartes mises au point par elle-même98, mais les sources principales de la législation du Piège ne semblent pas intégralement devoir être cherchées de ce côté-là non plus : par exemple, le gouverneur britannique de Madras n’interdit l’achat et la vente d’esclaves qu’en 179099.

  • 100 Frounzé Poghossyan, 1967.
  • 101 Aslanian, 2011, pp. 174‑176.
  • 102 Ibid., Ire part., chap. Ier.
  • 103 Ibid., chap. XII, pp. 102‑119.

29L’on pourrait s’attendre en revanche à trouver de nombreuses correspondances entre le Piège et le code d’Astrakhan100, au moins pour les raisons suivantes : une bonne partie de la communauté arménienne de cette ville est originaire de la Nouvelle-Djoulfa ; on considère donc souvent ce code comme une forme écrite et approchante des règlements non écrits de la Nouvelle-Djoulfa101 et Chahamirian, comme la majorité des Arméniens de Madras, est aussi natif de ce faubourg d’Ispahan ; on peut ajouter que le code d’Astrakhan, rédigé entre 1750 et 1765 est, pour Chahamirian, un texte très récent, le dernier en date des textes juridiques arméniens. Cependant, très peu de correspondances sont visibles. Des divergences sensibles, là encore, apparaissent : le code d’Astrakhan n’a aucune dimension politique, ce qui se comprend par sa nature même de règlement communautaire et, s’il statue sur des sujets que l’on retrouve parfois également dans le Piège (comme les crimes, les dettes, les héritages…), il accorde une grande importance à des sujets peu présents dans le Piège, comme la sanction des blasphèmes102 et il présente une certaine brutalité dans ses dispositions pénales103 : amendes, prison, exil, bannissement, mais aussi humiliation publique, coups de fouet, mutilations et décapitation.

  • 104 Baghdiantz McCabe, 1999, pp. 95 et passim.
  • 105 Gabriel de Chinon, 1671, p. 254. Baghdiantz McCabe, 1999, pp. 79‑105.
  • 106 Par exemple, Piège, art. 77.
  • 107 Baghdiantz Mccabe, 1999, pp. 86, 95.
  • 108 Ibid., p. 96.
  • 109 Ibid., p. 98.

30Le Piège n’est donc pas non plus le simple reflet de ce code, pas plus qu’il ne semble le reflet des lois tacites supposées avoir servi de base à celui-ci. Certes, la Nouvelle-Djoulfa disposait d’une certaine autonomie et ses dirigeants étaient des laïcs104, mais si la Nouvelle-Djoulfa a été comparée à une « petite république105 » et si, d’un autre côté, le Piège reprend certains usages djoulfains, notamment en matière de droit commercial106, ce n’est pas dans l’oligarchie107 qu’était en fait cette petite république, avec son kalentar désigné par le chah108, et ses dirigeants tous marchands notables alors qu’une grande partie de la population était composée d’artisans109 que les auteurs du Piège ont pu trouver toute prête la matrice de leur propre vision d’un État de droit.

  • 110 Thomson, 2000.
  • 111 Piège, par exemple, art. 90, 463 et 477.
  • 112 Ou Wakhtang VI de Kartli, gouverne de facto de 1703 à 1714 puis règne de 1719 à 1724. Ce code est (...)
  • 113 Karst, 1934‑1937, I, p. 910.
  • 114 Ibid., I, p. 3. Mahé, 2000, p. 683‑705 (p. 702).
  • 115 Karst, 1934‑1937, I, p. 10‑11.
  • 116 Ibid., p. 3, 10‑11.
  • 117 Ibid.

31Le code ou Livre des jugements rédigé au xiie siècle par le moine Mkhitar Goch110, quoique plus ancien, a laissé, sur le Piège111, quelques traces significatives. La connaissance du code de Goch par les auteurs du Piège ne provient pas nécessairement d’une lecture de l’œuvre car même en l’absence d’État, ce Code réglait les usages en Arménie ; il était, en outre, intégré au corps de lois géorgiennes. En effet, le Code géorgien de Vakhtang VI112, dont la composition a commencé au début du xviiie siècle et qui a été promulgué en 1723113, comporte plusieurs sources, dont le code de Mkhitar Goch et la version arménienne du code syro-romain114 ; la « loi arménienne » représentant 431 articles de loi sur un peu moins d’un millier115. Comme le code de Mkhitar Goch, celui de Vakhtang reprend des éléments de la loi mosaïque116 ; des éléments de lois gréco-byzantines y sont aussi intégrés117.

  • 118 Piège, art. 52.

32Mais si la connaissance, directe ou indirecte, de Mkhitar Goch est claire dans le Piège, celui-ci s’en écarte aussi notoirement sur le point fondamental : la dimension politique, forcément absente chez Goch, ainsi que sur des points annexes, en fonction des besoins, par exemple sur la question de la transmission du pouvoir118.

  • 119 Selon Issaverdenz : au « suffrage général de tous les évêques », Jacques Issaverdenz, 1876, Rites (...)
  • 120 Piège, par exemple, art. 375, 383 et passim.
  • 121 Ibid., art. 397 et passim.
  • 122 Ibid., art. 11, 386 et passim.
  • 123 Ibid., art. 366 et passim.

33On retrouve également, dans le Piège, quelques éléments provenant de la connaissance des règles internes à l’Église arménienne. Chahamirian a pu s’appuyer, pour les transposer, sur des principes fondamentaux de cette institution tels que l’élection de son autorité suprême, le catholicos119, mais encore, s’épargnant la peine inutile de tout inventer, l’auteur reprend souvent directement, sur les sujets secondaires également, des normes et pratiques déjà en vigueur120. Toutefois, le Piège affirme aussi, à sa façon, la séparation de l’Église et de l’État121, l’autonomie du politique et, même, propose au passage des réformes du fonctionnement interne de l’Église122, réformes inspirées par une vision critique. Il réalise sa propre combinaison entre éléments empruntés à la tradition ecclésiastique et innovation123.

34Ainsi, toutes les sources juridiques connues des auteurs du Piège ont été adaptées aux besoins de leur propre projet.

L’hypothèse de la source franc-maçonne

35La notion même de « constitution » est une idée-force de la pensée franc-maçonne. Celle-ci n’en a pas le monopole, mais l’idée est centrale et l’usage du terme, récurrent dans les textes francs-maçons. L’un des textes inauguraux connus est l’ouvrage de James Anderson et Jean-Théophile Désaguliers : The Constitutions of the Free-Masons, publié à Londres en 1723, où les auteurs reprennent et codifient des règlements antérieurs de plusieurs loges britanniques.

36Les loges de rite écossais sont également régies par leurs constitutions : les Constitutions de 1762 et les Grandes Constitutions de 1786.

  • 124 James Anderson & Jean-Théophile Désaguliers, 1859, The Constitutions of the Free-Masons ; Containi (...)

37Certes, le terme de « constitution », dans ce contexte, ne signifie pas la Constitution d’un État mais désigne un recueil de textes « à l’usage des loges124 » ; cependant, l’idée d’une codification complète, même entre « frères », suppose une certaine vision des relations sociales qui conduit assez naturellement, au plan politique, à l’idée d’une constitution civile et, de fait, les penseurs ou politiques appartenant au mouvement franc-maçon, comme Benjamin Franklin, corédacteur de la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique (1776) ou George Washington, corédacteur de la Constitution américaine (1787) ont agi dans ce sens, comme, du reste, l’ensemble des acteurs politiques imprégnés des valeurs des Lumières.

38La seconde partie du Piège évoque d’emblée, dans sa démarche au moins, cette même volonté d’ordonner, de rationaliser, de codifier et de fixer, par des lois écrites, les droits et devoirs de chacun et, surtout, de ceux à qui le peuple va déléguer son pouvoir.

  • 125 Michel Aghassian & Kéram Kévonian, 1987, « Le commerce arménien dans l’océan Indien aux xviie et x (...)
  • 126 Susan Schopp, in Chaudury & Kévonian 2007, Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l’ (...)
  • 127 Ces emblèmes se retrouvent sur les portraits des Chahamirian, voir les illustrations 7 et 9 du cha (...)
  • 128 John Carswell, 1968, New Julfa, The Armenian Churches and Other Buildings, Oxford : Clarendon Pres (...)
  • 129 Livre intitulé le Guide des enfants [Գիրք անուանեալ ՂեկաՒար ՄԱՆԿԱՑՆ], 1797, Madras : Imprimerie Ha (...)

39Par ailleurs, au détour d’une étude consacrée au commerce arménien dans l’océan Indien, Michel Aghassian et Kéram Kévonian livrent la supposition suivante : les motifs, notamment les crânes représentés de face et les tibias croisés, qui ornent les pierres tombales de H. Chahamirian à Malacca et de certains de ses proches à Madras, en particulier celle de son père, « pourraient être associés à l’existence – à partir de 1762 – d’une loge d’obédience écossaise, All Armenia in East Indies125 ». L’information, toujours au conditionnel, est ensuite reproduite par Susan Schopp126 sans précision supplémentaire. L’indication est difficile à confirmer. D’après la plupart des sources, en effet, les loges d’obédience écossaise sont plus tardives en Inde. En outre, le motif des crânes et des tibias n’est pas propre aux tombes des Chahamirian127, il est extrêmement répandu sur les tombes chrétiennes (d’hommes comme de femmes) à Madras et la symbolique de la « vanité » peut s’expliquer dans un contexte chrétien. Enfin, l’ornement – pouvant évoquer un triangle – indique surtout les métiers des Chahamirian. Conformément à l’usage en vigueur chez les Djoulfains, la sépulture fait connaître la profession du défunt128 à travers quelques signes caractéristiques. Chahamir avait appris le métier de tailleur (ciseaux, mètre) puis était devenu marchand de perles et de pierres précieuses (petite balance et ses poids, encrier, plume). C’est encore cet emblème familial qui orne certaines pages de l’édition princeps du Piège, d’autres publications et les portraits de Chahamir et Yéghiazar*. Il est même repris en première page par le prêtre Chmavonian* dans le Guide des enfants (1797)129.

Illustration 1 : L’emblème ornant le haut de la sépulture de Chahamir Chahamirian à l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu de Madras

Illustration 1 : L’emblème ornant le haut de la sépulture de Chahamir Chahamirian à l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu de Madras

L’inscription commence ainsi :
« Ci-gît la dépouille du noble Chahamir Soultanoumian de la nation arménienne, né à la Nouvelle-Djoulfa […]. » Au xviiie siècle, les noms n’étaient pas fixés pour une famille entière et toutes les générations. Chacun avait son patronyme, éventuellement complété par le suffixe ian. Chahamir Soultanoumian est donc le nom correct (et c’est celui que l’on trouve dans les sources de son époque, par exemple dans Azdarar, I, p. 11) et ce sont ses fils qui se nomment Chahamirian ; mais aujourd’hui, dans l’historiographie et la littérature, Chahamir est le plus souvent nommé Chahamirian, d’après le patronyme de son fils le plus célèbre (Hakob). Voir également le Piège (art. 348).Sur l’éventuelle noblesse des Chahamirian, voir, au chapitre III, « Le cercle de Madras ». Sur l’emblème, voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III et l’annexe 1.

Photographie : © s. BatwaganToufanian (2014).

  • 130 Malden, 1895, p. 270.
  • 131 John Lane, 1895, Masonic Records, 1717‑1894, London : Freemasons’ Hall, 2e éd., p. 277.

40Quant à la loge All Armenia in East Indies, il est difficile d’en trouver la trace. On sait en revanche qu’il y a eu une loge Armenia, signalée par Malden130 et par Lane131, mais elle est plus tardive (1837 à 1862) et elle doit son nom à la rue où se tenaient les réunions (Armenian Street), non à la « nationalité » de ses membres.

  • 132 Malden, 1895, p. 119. Les recherches à la bibliothèque du Freemasons’ Hall à Londres ainsi qu’à la (...)

41L’hypothèse d’une relation entre Hakob ou Chahamir Chahamirian et la franc-maçonnerie ne peut donc pas être étayée à partir des données précédentes et, en tout état de cause, l’examen de cette hypothèse se heurte à plusieurs obstacles, tout d’abord au caractère lacunaire des documents encore disponibles sur les loges de Madras (ou Fort St. George) jusque dans les années 1780132 et la liste de leurs membres, surtout lorsqu’ils n’étaient pas britanniques. Quant aux auteurs du Piège, ils ne donnent évidemment pas plus d’explications sur cette éventuelle source franc-maçonne de leur pensée que sur leurs autres sources.

42Il est tout de même possible d’apporter quelques éclaircissements sur ce point en recherchant les informations, d’une part, dans les études relatives à l’histoire de la franc-maçonnerie en général et à Madras en particulier, et d’autre part dans le texte du Piège lui-même, en le comparant aux constitutions des francs-maçons et aux thématiques récurrentes dans ce mouvement de pensée.

  • 133 Ibid., p. 1.
  • 134 Ibid.
  • 135 Ibid.

43Dans l’état actuel des connaissances, l’hypothèse de la présence, sur la côte de Coromandel, de loges d’obédience écossaise est peu étayée. Les documents disponibles concernent surtout les loges sous constitution anglaise. D’après Malden (1895), cinq loges étaient reconnues par la Grande Loge régulière d’Angleterre sur la côte de Coromandel entre 1752 et 1768, la première de ces loges ayant précisément été constituée en 1752 à Madras, peu après le retour de la ville à la domination britannique133. Cette première période est qualifiée, par Malden, de « préhistorique » en raison de la disparition quasi totale de documentation à son sujet134. Il est tout de même possible d’affirmer que les membres des premières loges, même si celles-ci disparaissent en tant que telles ou se fondent dans de nouvelles loges, passent des unes aux autres et assurent une continuité135.

  • 136 Ibid., p. 819. Lane, 1895, p. 126, p. 446.
  • 137 Lane, 1895, p. 8.
  • 138 Ibid., p. 9.
  • 139 Ibid.
  • 140 Selon Glyn Barlow (1921, p. 19), les autochtones indiens sont habituellement appelés Gentoos dans (...)

44La période allant de 1768 à 1786 est mieux connue136 et la maçonnerie est largement représentée dans la colonie et spécialement dans l’armée britannique137. Malden cite une lettre du 14 mars 1778 par laquelle les signataires demandent à la Grande Loge l’autorisation de créer de nouvelles loges dans le Coromandel138. Cette lettre, signée William Sykes, David Young, Joseph Smith, Dan Shaw, William Harrison, Will. Angus et Cottrell Barrett (officiers britanniques en poste à Madras), contient, écrit Malden, une liste de 40 membres, dont 6 « résidents » (« inhabitants »)139. Si elle était retrouvée un jour, cette liste pourrait être instructive, car ces résidents n’étaient probablement pas des Indiens140, mais elle ne semble plus se trouver à la British Library, ni dans les archives du Freemasons’ Hall de Londres qui a pourtant recueilli les documents relatifs à cette période. Ces archives possèdent encore plusieurs registres dans lesquels on retrouve les noms de plusieurs signataires de cette lettre, mais la liste mentionnant les six autochtones reste à trouver.

  • 141 Ibid., pp. 1819, 264. Lane, 1895, p. 146.
  • 142 Telles que la Lodge of Perfect Harmony, à partir de 1786 : Lane, 1895, p. 466 ; la Lodge of Social (...)
  • 143 Malden, 1895, p. 280. John Chamier est également cité comme secrétaire en chef du service civil en (...)
  • 144 Katherine Prior, 2004, Report on Indian-Born Descendants of John Ezechiel Deschamps Chamier (1754‑ (...)
  • 145 Love, 1913III, p. 563.

45C’est à partir de 1786 que les documents sont les plus nombreux et la loge dominante semble avoir été la Lodge of Perfect Unanimity, créée par la fusion de plusieurs autres141, ce qui n’empêche pas l’existence d’autres loges142. L’histoire de la Lodge of Perfect Unanimity fait apparaître le nom de John Chamier, grand maître en 1794 et 1795143 ; mais, malgré les nombreuses transcriptions possibles du nom de Chahamirian – entre autres : Shamier – la recherche généalogique montre que Chamier ne fait pas partie de cette famille mais qu’il est britannique, d’origine française et descendant de huguenots144. La confusion est d’autant plus facile que, comme le signale Love, une rue a porté le nom de John Chamier, rue en bordure d’un terrain ayant précédemment appartenu à « Jacob Nazar Shamier » qui, lui, est bien un Chahamirian145.

  • 146 Malden, 1895, P. 15, 276. (Le Missionnaire Écossais Envoyé Par l’Église Écossaise À Madras Est Le (...)

46Par ailleurs, Ch. Chahamirian connaissait, mais peut-être pas personnellement, le médecin James Anderson puisqu’une lettre polémique adressée par lui au Britannique est reproduite dans le périodique Azdarar (Le moniteur). Or, sauf cas d’homonymie complète, le médecin de Fort St. George et le chirurgien responsable de la loge nº 152, qui présente à Londres une requête de sa loge demandant l’autorisation de constituer un fonds de charité pour venir en aide aux francs-maçons de l’Inde semblent bien être une seule et même personne146. Toutefois, cette précision ne prouve pas que Chahamirian ait connu Anderson par l’adhésion au même réseau.

47Ainsi, la possibilité d’une appartenance d’un ou de plusieurs membres de la famille Chahamirian à l’une des loges de Madras est pensable, mais impossible à prouver en se fondant sur les bases évoquées ci-dessus.

  • 147 Samuel Prichard, 1737, Masonry Dissected : Being A Universal And Genuine Description Of All Its Br (...)
  • 148 Piège, Art. 82, 90, 170, 177‑179, 196, 198, 218, 497 Et Art. 73, 278, 360‑367, 394, 402, 507 Pour (...)
  • 149 Malden, 1895, p89, 15, 17 et Passim.
  • 150 Ibid., p. 84, 149 et Passim.
  • 151 Ibid., p. 109 et Passim.
  • 152 Thomson, 2000, p. 254.

48Il n’est cependant pas absurde de supposer que, sans être réellement affiliés à telle ou telle loge, Hakob ou Chahamir aient eu connaissance d’usages en vigueur dans ces confréries, dans la mesure où ces usages pouvaient être connus des profanes, notamment par les livres tels que Masonry Dissected, de Samuel Prichard147, ouvrage qui connaît, après sa parution en 1730, de nombreuses rééditions. On peut ainsi établir un lien entre l’institution nommée, dans le Piège, la Maison de charité148, l’objectif du Guide publié en 1783 : « Administration des biens des orphelins et des personnes mortes sans laisser de testament » et la création d’un fonds de charité à Madras, entre 1776 et 1786, par les membres de la loge nº 152149, ou la création ultérieure d’asiles pour les orphelins150 ou de fonds maçonniques pour les orphelins151. Toutefois, ces actions charitables étaient une face visible de l’action des loges, point n’était besoin d’en être membre pour avoir connaissance de ces initiatives ; en outre, si ces œuvres entraient dans les préoccupations des loges, celles-ci n’étaient pas les premières, ni les seules, à agir dans ce sens. Le code de Mkhitar Goch152, au xiie siècle, montre que des asiles recueillant les démunis existaient déjà de longue date, depuis au moins les œuvres charitables créées par le catholicos Nersés le Grand au ive siècle. Chahamirian n’a donc pas inventé les maisons de charité, même s’il en a proposé une organisation plus rationnelle. Cela suffit-il pour y voir une source maçonnique ?

  • 153 Par exemple, Albert Pike, 1874, Morals and Dogma of the Ancient ans Accepted Scottish Rite of Free (...)
  • 154 Tels le révérend James Anderson, pasteur presbytérien et grand maître adjoint de la Grande Loge d’ (...)
  • 155 Par exemple, Franco Venturi, 1971.
  • 156 Emmanuel Kant, 1965, « Réponse à la question : Qu’est-ce que les Lumières ? », in Emmanuel Kant, l (...)
  • 157 Horace, Épîtres, I, 2, 40.
  • 158 « Le fondateur de la société des aléthophiles avait été le Comte Ernst Christoph Von Manteuffel [… (...)

49Plus étonnante est la familiarité des auteurs du Piège avec des éléments précis de la doctrine franc-maçonne et les textes où elle se trouve consignée. Toutefois, d’une façon générale, on observe des « passerelles » entre la philosophie des Lumières, le christianisme et la pensée franc-maçonne, même si aucun de ces trois courants n’est monolithique. La pensée franc-maçonne, à cette époque, se situe dans la continuité du judéo-christianisme comme le montrent, entre autres, les textes exposant la philosophie et l’éthique de la franc-maçonnerie153 ainsi que la double appartenance de plusieurs clercs des Églises réformées au mouvement franc-maçon154. Les interactions entre la philosophie des Lumières et la pensée franc-maçonne ont été étudiées155 et se confirment, même sur des points précis, par exemple le fait que la formule emblématique des Lumières, selon Kant156, sapere aude (« ose savoir »), est empruntée à Horace157 et ait été promue par la Société des aléthophiles, fondée en 1736 à Berlin, en lien avec le mouvement franc-maçon158.

  • 159 Piège, p. [16], [29], [30].
  • 160 Piège, art. 127.

50En raison de ces interpénétrations, il est difficile d’imputer un certain nombre de références du Piège à tel courant plutôt qu’à tel autre. L’image du temple de Salomon et des colonnes qui le soutiennent159, par exemple, est récurrente dans la littérature franc-maçonne, mais provient de l’Ancien Testament, et la supposition d’une connaissance de la franc-maçonnerie n’est pas nécessaire pour l’expliquer. De plus, s’il y avait eu une totale adhésion à la philosophie franc-maçonne, d’autres références auraient été présentes dans le Piège et, par exemple, la liste des sciences les plus importantes aurait commencé par la géométrie ou, du moins, la géométrie n’en aurait pas été absente ; or, Chahamirian ne cite que la philosophie, l’astronomie, la médecine, la musique et la rhétorique160.

51Cependant, une particularité de la seconde partie du Piège pourrait redonner du crédit à l’hypothèse d’une certaine connaissance de la doctrine franc-maçonne et même, plus précisément, des constitutions régissant les loges, constitutions en principe à usage interne. Il s’agit des lettres d’investiture pour les différents mandats électifs. Il a déjà été observé que l’ensemble du Piège, par sa volonté d’instaurer un droit écrit pointilleux, s’éloigne des pratiques en usage dans le monde des Arméniens de la Nouvelle-Djoulfa où règnent un code tacite et la confiance, reposant sur des relations familiales et communautaires. On peut attribuer ce souci du droit écrit à des causes multiples, mais celle d’une inspiration d’origine maçonnique est à examiner au regard de la ressemblance entre les procédures et les protocoles instaurés dans le Piège et ceux qui ont cours dans les loges, tant anglaises qu’écossaises.

52Certes, dans la perspective d’une prévention de l’abus de pouvoir, il est nécessaire de délimiter précisément les fonctions politiques, mais pourquoi définir des mandats triennaux précisément et présenter les missions et leurs limites sous la forme d’une interpellation de l’élu, précise et normalisée ?

53Les mandats électifs sont en effet triennaux, dans le Piège, tout comme au sein des instances franc-maçonnes (qui n’en ont cependant pas le monopole), où le chiffre de la trinité revêt une importance toute particulière.

  • 161 Piège, art. 51, 58, 59, 60, 62, 63, 67 et passim.

54Dans la même optique, les lettres d’investiture du Piège161 ne frappent pas seulement par la précision des limites des pouvoirs transmis mais par un ton sentencieux où l’élu, directement interpellé, est à la fois félicité pour sa nouvelle charge, averti de la sévérité des devoirs qui lui incombent et mis en garde contre ses propres manquements, le cas échéant.

55Une démarche comparable apparaît dans les Constitutions of the Ancient and Honourable Fraternity of Free and Accepted Masons, publiées par Isaiah Thomas en 1792, qui présentent les recommandations et discours protocolaires de rigueur lors de l’admission d’un nouveau frère ou de l’initiation permettant d’accéder à un niveau supérieur.

56Les recommandations pour l’admission au premier degré commencent par :

  • 162 Constitutions, 1792, p. 175 sqq.

Frère, comme tu es maintenant instruit des premiers principes de la Maçonnerie, je te félicite pour ton admission dans notre Ordre, ancien et honorable […]. En tant que gentilhomme et Maçon, tu es tenu à une stricte observance de la loi morale contenue dans les textes sacrés [note : la Bible et, dans les contrées où elle est inconnue, tout autre livre considéré comme contenant la parole de Dieu] […]162.

57Les recommandations marquant l’admission au deuxième degré déclarent :

  • 163 Ibid., p. 180 sqq.

Frère, ayant maintenant atteint le deuxième degré de la Maçonnerie, nous te félicitons pour ta progression. Tu dois être le garant de nos lois et règlements et être toujours prêt à intervenir dans le but de les faire dûment respecter163.

58Les recommandations pour l’admission au troisième degré débutent par :

  • 164 Ibid., p. 182 sqq.

Frère, ton zèle pour notre institution, tes progrès dans la connaissance de notre mystère et ta constante soumission à nos très utiles règlements, t’ont fait apparaître comme digne de cette marque de faveur particulière […]. Dans ce respectable rôle, tu es habilité à corriger les irrégularités commises par des Frères moins instruits, à rectifier leurs erreurs, à fortifier leur âme par la résolution contre les pièges de la sournoiserie et de les protéger contre toute tentation de pratiques vicieuses164.

59Les recommandations pour l’investiture d’un maître continuent de présenter de curieuses similitudes avec les lettres d’investiture du Piège :

  • 165 Ibid., p. 184‑185.

Très Honorable Maître, […] Nous avons donc tout lieu de croire que c’est avec fidélité et dans le respect des règles que tu serviras la Loge, avec loyauté et diligence que tu t’acquitteras de ta tâche […]. Nous sommes convaincus que tu accorderas aux lois et règlements de cette Société une attention d’autant plus scrupuleuse que tu accèdes maintenant à tes nouvelles responsabilités et nous tenons pour certain que, dans le même temps, tu exigeras de chaque membre une parfaite obéissance à l’égard de toutes ces règles, faute de quoi, les meilleures lois sont inutiles165.

60Les règlements régissant les loges d’obédience de rite écossais soutiennent également la comparaison. Ainsi, pour l’investiture d’un grand maître trois fois puissant (un Vénérable), le grand maître de cérémonie doit dire :

  • 166 Charles Mcclenachan, 1868, The Book of the Ancient ans Accepted Scottish Rite of Freemasonry, New (...)

Mon frère, il a plu à tes frères de t’élire aux fonctions de Grand Maître trois fois puissant de cette Loge de perfection. Avant ton investiture, il est nécessaire que tu manifestes ton acceptation de ces anciennes charges et règlements qui définissent la charge de Grand Maître d’une Loge de perfection. Écoute donc, et réponds !

I. Tu acceptes d’être impartial et honnête et de suivre en tout point les lois morales du rite écossais ancien et accepté […]166.

61Et lorsque le Vénérable a fait le serment d’observer les dix exigences énoncées, il est dit :

  • 167 Ibid., p. 510.

Mon frère, ton acceptation zélée des charges et règlements de l’ordre justifie la confiance que tes frères t’ont accordée et m’autorise à procéder à ton installation […]167.

62Les éléments cités ci-dessus font état de similitudes remarquables dans des énoncés précis et répétés, si bien que l’hypothèse d’une simple coïncidence peut paraître faible ; mais, d’un autre côté, encore une fois, les règlements, même à usage interne des loges ne sont pas si secrets qu’on pourrait le croire et les lecteurs du Masonry Dissected de Samuel Prichard peuvent donner l’impression de connaître les loges de l’intérieur.

63On peut donc admettre que les auteurs du Piège aient eu quelque information sur la franc-maçonnerie, mais rien ne prouve qu’ils en aient été membres et, s’ils ont puisé, même indirectement, à cette source, ils ont, comme toujours, pris, adapté et délaissé des éléments en fonction de leurs propres besoins. Par exemple, dès les Constitutions d’Anderson (art. 2), les textes francs-maçons insistent sur la loyauté du maçon envers le pays où il vit :

  • 168 Anderson & Désaguliers, 1859, p. 56.

64Un maçon est un sujet pacifique envers les pouvoirs publics où qu’il réside ou travaille et ne participera jamais à des complots ou conspirations contre la paix et la prospérité de la nation […]. S’il advenait qu’un frère se rebelle contre l’État, il ne devra pas être approuvé dans sa rébellion […]168.

  • 169 Constitutions, 1792, pp. 199‑200.
  • 170 Anderson & Désaguliers, 1859.

65L’importance de cette règle est réaffirmée dans la liste des exigences énoncées lors d’une cérémonie d’investiture et en constitue les points 2 à 4 : « Tu acceptes d’être un sujet paisible et de te conformer de bon gré aux lois du pays où tu résides » ; « Tu promets de ne participer à aucun complot ou conspiration contre le gouvernement, mais de te soumettre avec patience aux décisions de la législature suprême » ; « Tu acceptes d’accorder un parfait respect au magistrat civil […]. »169 L’explication avancée pour justifier cette recommandation consiste dans le fait que la Fraternité a toujours pâti des guerres et des troubles et, au contraire, a fleuri en temps de paix dont elle est, par sa nature, un agent essentiel170. Cet argument humaniste et conforme à la philosophie générale de la franc-maçonnerie est aussi compréhensible dans son lien avec l’histoire britannique, mais la configuration est autre pour les Arméniens, divisés et dominés dans plusieurs empires et leur libération est incompatible avec le maintien du statu quo, qui est, à sa façon, une forme de paix.

66Ainsi, là encore, si ces sources ont été connues des auteurs du Piège, elles ont été adaptées aux besoins de leur propre projet.

Un « bricolage intellectuel »

  • 171 Claude Lévi-Strauss, 1990, La Pensée sauvage, Paris : Pocket Plon, coll. « Agora », p. 30, 1re éd. (...)

67Le caractère composite du Piège ne paraît donc pas seulement dû à la pluralité des auteurs, à leur défaut de méthode, à la période assez longue et discontinue d’élaboration et de rédaction de l’œuvre, ni aux différentes logiques qui y voisinent, mais aussi au caractère éclectique de leur culture. C’est pourquoi leur démarche intellectuelle évoque un « bricolage intellectuel171 ».

  • 172 Ibid., p. 31.
  • 173 Ibid., p. 30.
  • 174 Ibid., p. 31.

68Contrairement au savant, ou à l’ingénieur, dont les moyens « sont définissables par un projet172 », le « bricoleur » dispose d’un « répertoire dont la composition est hétéroclite173 », « résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec des résidus de constructions et de destructions antérieures174 ».

  • 175 Ibid.
  • 176 Ibid.
  • 177 Ibid., p. 51.
  • 178 Ibid.

69De fait, les éléments du Piège présentent bien ce caractère hétéroclite. Les auteurs n’ont pas tout inventé mais ont bien repris et « recyclé », tant sur le plan des contenus culturels que sur celui du vocabulaire, des éléments divers déjà disponibles à partir desquels il était difficile de parvenir à un ensemble cohérent et lisse. Cependant, si le bricoleur conserve les matériaux en fonction du simple principe « d’instrumentalité175 » (« ça peut toujours servir176 »), les auteurs du Piège, eux, ont assez soigneusement trié les leurs et n’ont pas tout retenu des sources et informations disponibles. Leur éclectisme a tout de même été sélectif et c’est bien en fonction d’une finalité donnée que ce tri a été effectué. L’assemblage des éléments hétéroclites ne s’est pas fait « à la façon du kaléidoscope177 », simplement en fonction de « certaines homologies178 ».

  • 179 Piège, p. [84].

70Les auteurs, telles des araignées tissant laborieusement leur toile,179 ont non pas engrangé, mais capté des contenus culturels conformes à leurs plans et se les sont appropriés. La méthode est approximative, certes, et en ce sens on peut parler de bricolage, mais une activité a été déployée dans la sélection des sources et leur adaptation aux finalités.

71Du reste, à certains moments du texte, un esprit de synthèse un peu inattendu est mis en œuvre et montre que les idées des auteurs ne sont pas si hétéroclites mais suivent bien un fil conducteur. Ainsi, l’article 410 résume clairement le rôle de l’État, ses obligations et ses prérogatives : l’État doit garantir la défense et l’indépendance du territoire, des ressources minimales aux citoyens, la sécurité publique, la santé et la solidarité. En contrepartie, il prélève des impôts et impose le respect des lois en vue de l’intérêt général.

72L’article 511 également présente un tableau récapitulatif de ce que serait un bon gouvernement : le mandat est électif et limité à trois ans, les décisions sont collégiales, les impôts prélevés « avec douceur », les soldats payés, les fortifications entretenues, les comptes précis de l’utilisation des deniers publics rendus, les enseignements assurés et les enseignants rémunérés, les réserves de nourriture suffisantes, le recensement des populations effectué puis réactualisé, la sécurité publique assurée, l’urbanisme en bon ordre et le tout sans aucune immunité…

73De tels passages montrent que le Piège vise bien des objectifs précis et suit des lignes de force, même si celles-ci ont dû être parfois adaptées aux réalités historiques, élaborées et formulées à partir d’un matériel culturel divers et, peut-être surtout, dans des conditions matérielles qui n’ont pas laissé aux auteurs le temps d’organiser suffisamment leur propos et d’en « lisser » les éléments.

Les « transferts culturels »

  • 180 Michel Espagne & Michael Werner (textes réunis et présentés par), 1988, Transferts. Les relations (...)
  • 181 Love, 1913, I, pp. 214‑215, 222, 399 ; II, p. 150.

74L’hypothèse de simples coïncidences entre les éléments du Piège et les diverses sources mises en lumière est peu défendable, de même que l’hypothèse d’un simple bricolage intellectuel consistant en une juxtaposition d’éléments hétéroclites. Quant à l’hypothèse de « transferts culturels180 », plus probable, elle est difficile à étayer par une identification précise de tous les véhicules de la transmission, car les documents manquent pour suivre en détail la diffusion des idées. Les collections des gazettes britanniques de Madras, par exemple, ne sont pas complètes. De même, sur la foi de plusieurs documents, Love181 assure qu’une bibliothèque a existé à Fort St. George, mais le catalogue, dont l’existence est plusieurs fois mentionnée, n’est pas reproduit et n’est pas retrouvé dans l’état actuel de nos connaissances.

  • 182 Piège, p. [3], [4].

75Il est seulement possible d’affirmer que l’auteur lui-même ne revendique pas le statut d’inventeur, mais celui de passeur et que l’une des sources de sa pensée politique se trouve certainement dans l’exemple de la monarchie britannique : son livre « n’est pas le fruit de volontés et de pensées personnelles issues de [son] propre jardin, mais se cueille sur l’arbre de la justice et de l’équité que de pieux rois de pays chrétiens, gouvernant selon l’intérêt général et la justice, cultivent depuis longtemps dans leur verger182 ». Il le confirme plus loin :

  • 183 Ibid., p. [16], [17].

Je commençai moi-même par vous exposer […] non des conceptions sorties de mon esprit ou des nouveautés extraordinaires conçues d’après mes désirs, mais ce que je vis de mes propres yeux au cours de ma vie chez différentes nations concernant les bonnes méthodes de gouvernement […]183.

76Les vecteurs d’une connaissance directe ou indirecte du monde extérieur par le cercle de Madras sont repérables à plusieurs niveaux : leur lieu de résidence, leurs activités professionnelles, leurs correspondants, etc.

  • 184In Madras, even in the late seventeeth century, Tamils and Telugus, Marathas, Gujaratis, Armenian (...)
  • 185 Ibid.
  • 186 Ibid., p. 495.
  • 187 Ibid., pp. 494‑495.

77En dépit de la séparation entre ville Blanche et ville Noire, Madras réalise, au xviiie siècle, une concentration de la diversité du monde. Avant même l’arrivée des armées françaises puis britanniques, Madras était déjà un port international où commerçaient marchands indiens, persans, portugais, juifs, arméniens, etc. La colonisation française, puis britannique, a encore accru les échanges économiques184, les déplacements d’hommes (civils et militaires) et le développement d’infrastructures (comme des imprimeries). Cette diversité tenait peut-être plus de la « mosaïque185 » que du « melting-pot186 », toutefois Washbrook cite des signes précis montrant que de multiples transferts culturels ont bien eu lieu, comme l’adoption de l’alphabet arabe pour écrire des textes tamouls, ou celle du sanskrit chez les élites tamoules, le développement d’une esthétique syncrétique (hindoue et musulmane) dans les arts plastiques ainsi que la tendance à associer telle langue pratiquée localement à telle fonction économique indépendamment de l’appartenance ethnique : « Le persan, le marathi et télougou étaient des langues d’État omniprésentes ; l’“hindi”, la lingua franca de la guerre ; le goujarati, l’arménien et le télougou étaient des langues de commerce187. »

  • 188 Ibid., p. 495.
  • 189 Ibid.

78C’est pourquoi Washbrook considère que la société de Madras était « habituée à diverses formes d’“altérité” qu’elle a conciliées en variant les degrés de syncrétisme et de séparation188 » et précise que cette habitude est antérieure à l’arrivée des Européens, qui, avant que n’apparaissent les prétentions coloniales britanniques, « se sont introduits dans cette matrice comme un (ou en fait plusieurs) groupe(s) parmi d’autres qui, depuis très longtemps, s’y étaient intégrés : en partie tenus à distance, en partie imités, en partie absorbés189 ».

  • 190George Barlow was made Governor of Madras presidency in December 1807. But the temperament, which (...)

79De plus, parmi tous les gouvernorats britanniques de l’Inde, celui de Madras semble avoir développé des traditions plus « démocratiques », comme le montre la mésaventure de George Barlow190.

  • 191 Aslanian, 2011, pp. 233‑234 : “[…] The mercantile settlements and communities of the Julfan networ (...)
  • 192 Aslanian, 2011, pp. 220‑234.
  • 193 Edna Bonacich, 1973, “A Theory of Middelman Minorities”, American Sociological Review, vol. 38, nº (...)

80Pour les Arméniens plus précisément, trois facteurs, au moins, renforcent la facilité à pratiquer les transferts : la dispersion, les réseaux marchands et la possibilité de mariages exogames. La dispersion et le fractionnement de la société arménienne entre plusieurs empires ainsi que l’héritage d’une position ancienne des régions arméniennes entre zones aux intérêts opposés (Byzance, Perse) obligent à passer constamment d’une langue à une autre et de codes culturels spécifiques à d’autres. En outre, les réseaux marchands issus de la Nouvelle-Djoulfa, ville elle-même créée dans l’émigration, ouvrent une catégorie d’Arméniens au monde entier, d’Amsterdam à l’Extrême-Orient et même à l’Amérique191. Enfin, le christianisme des Arméniens a rendu possibles des unions matrimoniales avec des Européens ; là est peut-être la différence notable avec les autres colonies marchandes comparables, comme celles des Indiens de Multan ou des Juifs sépharades192 et les autres « minorités intermédiaires193 ».

  • 194 H. Chahamirian est mort à Malacca. Ch.Chahamirian s’est peut-être rendu à Londres en 1790, selon l (...)

81Dans le cercle de Madras, la multiplicité des points de connexion avec le monde extérieur atteint un niveau d’intensité remarquable. Emin a sillonné toute la zone qui va d’Inde à la Grande-Bretagne en passant par la Perse, l’Empire ottoman, le Caucase, la Russie, l’Allemagne… Son parent, Baghramian, circule entre le Caucase, l’Empire ottoman, la Perse et l’Inde. Chez les Chahamirian, marchands issus de la Nouvelle-Djoulfa, tous les vecteurs du transfert cités précédemment se croisent : recours à plusieurs langues, émigration (de la Perse vers l’Inde), voyages194, relations avec les différentes composantes de la diversité de Madras, relations et correspondance avec leurs compatriotes djoulfains ou autres Arméniens de Londres, de Venise ou d’autres villes d’Europe occidentale, du Caucase, de Moscou et de Saint-Pétersbourg, relations avec le roi de Géorgie orientale Irakli II, mariage exogame (celui d’une fille de Chahamir, Hosanna, avec un officier britannique d’origine irlandaise, le lieutenant David Chambers), etc.

  • 195 Espagne & Werner, 1988, p. 5 : « Les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélectio (...)

82Ces différents vecteurs tracent un nombre impressionnant de circuits qui permettent de comprendre la circulation des idées, même si l’on ne peut pas toujours reconstituer dans le détail le parcours de l’information ; mais, si les auteurs du Piège reconnaissent – et utilisent pour justifier leurs propres thèses – le recours aux traditions politiques européennes, aucune des sources retenues ne représente à elle seule un modèle à imiter ou un exemple à suivre. Les vecteurs sont, en effet, une condition nécessaire, mais non suffisante du transfert. Ni le statut de marchand, ni les voyages, ni la présence britannique à Madras, ni l’existence de loges franc-maçonnes, ni les liens avec les Djoulfains de Venise, de Russie et du monde, ni la presse, ni les livres, ni les traductions n’auraient suffi à faire émerger à Madras une théorie de la libération s’il n’y avait pas eu, sur place, un enjeu rendant opportunes l’importation et l’appropriation de certains contenus culturels195.

  • 196 Khosdegian, in Dédéyan, 1982, p. 433.

83En même temps que les auteurs du Piège se montrent attentifs à l’Europe et au monde, leur ouvrage est aussi profondément ancré dans la tradition arménienne. Il est insuffisant de considérer, comme des commentateurs pionniers l’ont fait, que les membres du cercle de Madras « sont sous l’influence de la philosophie sociale et de l’Illuminisme anglais196 », et ce pour au moins deux raisons : contrairement aux auteurs de l’Enlightenment cherchant à fonder des droits, Chahamirian, dans le Piège, insiste beaucoup plus sur les devoirs ; ensuite, l’expression « sous l’influence » évoque une réception passive, or la pensée des Chahamirian n’est pas une simple transposition. Leur démarche ne consiste pas en une reproduction de modèles, mais en une captation – certes artisanale – d’éléments opportuns pour construire l’édifice conceptuel capable de légitimer des objectifs préalablement admis, déjà ancrés dans une histoire locale et même de jouer un rôle actif dans leur réalisation.

  • 197 Piège, p. [3], [8] et passim.
  • 198 Ibid., p. [58] et passim.
  • 199 Ibid., p. [16] et passim.
  • 200 Ibid., p. [22], [44] et passim.
  • 201 Ibid., p. [15] et passim.
  • 202 Ibid., p. [12] et passim.
  • 203 Ibid., p. [58] et passim.

84Les auteurs du Piège tentent ainsi leur propre synthèse, en fonction de problèmes spécifiques et de la conjoncture historique. Une illustration en est donnée dans le dispositif argumentatif auquel ils ont recours pour convaincre leurs lecteurs ; tout un arsenal de garanties a priori et a posteriori est déployé : de la parole des prophètes197 aux précédents historiques198, des formules imagées199 et de l’appel à l’honneur200 aux arguments logiques201, du rappel de l’ancienne souveraineté arménienne202 à l’information sur la situation du monde contemporain203 et jusqu’à la simulation d’une comptabilité publique au solde bénéficiaire.

85Le Piège révèle ainsi non seulement des importations de contenus culturels, mais encore la fusion réalisée avec la culture locale et le dialogue entre ces différents points de vue en présence. À ce titre, la situation « diasporique » était vraisemblablement de nature à faciliter la conception d’un État de droit en Arménie.

Notes

1 Vahé Oshagan (1922‑2000), écrivain, poète et critique littéraire arménien, fils de l’écrivain et critique Hagop Ochagan (1883‑1948 ; la transcription du nom du père se fait en général à partir du français ch et celle du fils, à partir de l’anglais sh).

2 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

3 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 169.

4 Ibid.

5 Pour des raisons de format notamment, car cette courte étude est comprise dans un ouvrage collectif portant plus généralement sur Les Lumières et les Diasporas, les cas juif et arménien.

6 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 169.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Piège, art. 5 et 6.

10 Par exemple : Henri Gabrielyan, 1956, Հայ փիլիսոփայական մտքի պատմություն (Histoire de la pensée philosophique arménienne), Erevan : Haypethrat, t. II. Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), in Dédéyan, 1982, p. 433. Oshagan, « From Enlightenment to Renaissance : The Armenian Experience » et Ghougassian, « The Quest for Enlightenment and Liberation : The Case of the Armenian Community of India in the Late Eighteenth Century », in Hovannisian & Myers, 1999, p. 145 sqq. Plus récemment, Sebouh Aslanian, 2004(b), p. 68 : “Yordorak’s [Exhortation] account is truly modern ; it’s vocabulary is not drown from the books of Exodus, Jeremiah, or the Gospels, as it is in Yerevantsi’s discourse (also this too exist as a layer in the text) but principally from the works of the Enlightenment in Europe. Following Montesquieu, Voltaire and others (thought without mentioning any of them) […].” Comment peut-on établir que Chahamirian suive Montesquieu ou Voltaire autrement qu’au sens chronologique du terme, surtout si l’auteur ne les mentionne jamais ? Et qui sont les autres auteurs évoqués ? Nous n’avons pu trouver trace de catalogues de la bibliothèque de Fort St. George comportant les ouvrages des auteurs français mentionnés, les catalogues retrouvés à la British Library (A Catalogue of Books in the Library of Fort St. George et le Catalogue of the Rev. Mr Thomas Consett’s Books in the Library of Fort St. George) datent de 1729 (référence : India Office Records [IOR/H/260]). En tout état de cause, même si l’on découvrait des catalogues ultérieurs des bibliothèques de Madras attestant la présence d’ouvrages de Montesquieu ou de Voltaire traduits en anglais, cela ne suffirait pas à prouver que les Chahamirian les aient effectivement lus et suivis.

11 Signe de la popularité de ce livre biblique, le fonds du Maténadaran fait apparaître au moins 12 éditions imprimées des Psaumes entre 1638 et 1786, sous les titres Psaumes de David, Livre des Psaumes ou Psautier (la Nouvelle-Djoulfa [1638], Etchmiadzine [1677], Venise [1694, 1733, 1759, 1771, 1786], Constantinople [1756, 1758, 1776, 1780, 1786]). Ce livre était déjà l’un des plus cités par les auteurs anciens ; Robert W. Thomson, 1996‑1997, “Uses of the Psalms in Some Early Armenian Authors”, in Jean-Pierre Mahé & Robert W. Thomson (ed.), From Byzantium to Iran : Armenian studies in honour of Nina Garsoïan, Atlanta, pp. 281‑300.

12 Par exemple, Piège, p. [96]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX.)

13 Par exemple, ibid., p. [21].

14 Par exemple, ibid., p. [23], [36], [54].

15 Par exemple, ibid. p. [79].

16  Ibid., p. [95].

17  Ibid., p. [93].

18 Par exemple, ibid., p. [4].

19 Hakob Chahamiryan, 2002, p. 151, n. 2. Piège, p. [3].

20 Piège, p. [3].

21 Lévon Pétrossian, 2010, Grégoire de Narek, commentaire sur le « Cantique des cantiques », Rome : Pontificio Instituto Orientale.

22 Cant., II, 3 a : « La fleur réjouit seulement les yeux, alors que la pomme réjouit les yeux par l’apparence, le palais par le parfum, et puis se change en vertu nutritive » et Cant. II, 5 b : « La pomme est la beauté des bonnes œuvres. Comme la pomme est agréable par son apparence et par son parfum bien avant d’être goûtée, de même, les différentes espèces de vertus réjouissent ceux qui les voient », trad. Pétrossian, 2010, p. 296‑297.

23  Voir Piège, p. [84] et Pétrossian, 2010, p. 277.

24 Pétrossian, 2010, p. 275.

25  Ibid., p. 277.

26  Ibid., p. 275.

27 L’Enseignement de saint Grégoire, contenu dans l’Histoire d’Arménie d’Agathange : Agathange, 1867, Histoire du règne de Tiridate et de la prédication de saint Grégoire l’Illuminateur, Paris : Firmin Didot : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/agathange/armenie.htm [consulté le 16 février 2017]. Robert W. Thomson, 1970, “The Teaching of Saint Gregory, an Early Armenian Catechism”, Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press. Une possible réminiscence se trouve dans le Piège, p. [15].

28 Piège, p. [19] ; Rom. II, 1415 a.

29 Rom., XIII, 12.

30 Piège, p. [20].

31 Ibid., art. 255, 475, 477 et passim.

32 Ibid., art. 156, 349 et passim.

33 Soixante-douze canons de Yovhannēs Awjnec‛i (Hovannés Odznetsi) sont repris dans le code de Mkhitar Goch. Aram Mardirossian, 2004, p. 697‑699.

34 Auteur d’une Histoire de l’Arménie, se présentant lui-même et traditionnellement considéré comme un auteur du ve s., il est vraisemblablement plus tardif. Selon le savant français A. Carrière, s’appuyant sur les anachronismes contenus dans l’Histoire, Moïse aurait vécu entre le début du viiie siècle et le début du xe siècle. Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 920.

35 Piège, p. [12], [17].

36 Ibid., p. [8], [13].

37 H. Chahamiryan, 1991, notamment chap. V et VI, p. 54‑128.

38 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 86.

39 Ibid., p. 86‑88.

40 Ibid., p. 11.

41 Moïse de Khorène, 1993, I, 3, p. 106.

42 Piège, p. [25], [41][42] et passim.

43 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 320 sq.

44  Ibid., p. 321.

45  Ibid., p. 323.

46  Ibid.

47 De nombreux passages du Piège exposent de tels jugements : p. [12], [14], [36], [45], [95], [96] et passim.

48 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 323. Sur la récurrence de ce thème dans l’histoire ultérieure, voir Petra Kohoutkovà, 2008, Image de l’Autre dans les sources arméniennes du xvie au xviiie siècle : naissance et évolution d’un stéréotype ethnique. Thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’université Montpellier III – Paul Valéry en novembre 2008 sous la direction des professeurs G. Dédéyan (université Montpellier III) et L. Šatava (université Charles de Prague), p. 28 : « Il n’y a pas de rachat pour le peuple de Hayk. » (Chronique de Hovhannés Tzaretsi [de Tzar, localité du Karabagh], xvie s.)

49 Piège, p. [12], [13].

50 Ibid., p. [13].

51 Ibid., p. [95].

52 Victor Langlois, 1869, Collection des historiens arméniens anciens et modernes de l’Arménie, Paris : Firmin Didot Frères, p. 259‑367.

53 Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 323‑324.

54 Piège, p. [40].

55 Le Piège, p. [7][10], place au nombre de ces signes une nature particulièrement abondante présentée en des termes très proches du texte de Ghazar Parpetsi. Voir Langlois, 1869, p. 263‑264.

56 Piège, p. [7], [8].

57 Ibid., p. [82], [83].

58 Ibid., p. [17], [92].

59 Ibid., p. [92].

60 Emin, 1918, p. 141.

61 L’auteur rédige son récit à la troisième personne.

62 Référence probable à une « prophétie » de Nersés Chnorhali (ou le Gracieux, catholicos de 1116 à 1173) : « Nous serons la proie des souverains de Perse et de Byzance qui, briguant l’un et l’autre l’Arménie sans égale, se la partageront après l’avoir soumise. » Vahé Godel, 2006, la poésie arménienne du ve siècle à nos jours : Anthologie, Paris : La Différence, p. 22. Toutefois, la prédiction de Nersés annonce in fine la « délivrance de l’Arménie » grâce aux croisades. Chahan de Cirbied, 1812, p. 4.

63 Anania de Chirak, 1979. La Géographie anonyme aujourd’hui couramment attribuée à Anania de Chirak (viie s.) a été considérée comme l’œuvre de Moïse de Khorène jusqu’au xixe siècle. Claude Mutafian, 2012, L’Arménie du Levant, Paris : Les Belles Lettres, I, p. 36.

64 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, Introduction, p. 15.

65 William Whiston (père) : 1667‑1752, « successeur d’Isaac Newton à la chaire de mathématiques de Cambridge », Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 1617. William et George sont bien les fils de ce William Whiston, 1842, The Popular Encyclopedia : Conversation Lexicon, London/Glasgow/Edimburg : Blackie and Sons, vol. I, p. 266. Mahé, in Moïse de Khorène, 1993. Vrej Nersessian, 2001, The Bible in the Armenian Tradition, London : The British Library, p. 29.

66 Mahé, in Moïse de Khorène, 1993, p. 17.

67 Ibid., p. 16.

68 Edward Gibbon, 1828, 1843, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain (avec une notice de J. A. C. Buchon), Paris : Société du Panthéon littéraire, 1843, t. I, trad. Guizot ; Paris, 1828, t. II., 1re éd., London : W. Strahan & T. Cadell, 17761788, 6 vol. (1843, I, p. 119, 164, 223, 603, 791).

69 Gibbon, 1828, II, p. 4, 6, 21, 334, 335, 339, 348.

70 Paul-Émile Le Vaillant de Florival, 1841, Moïse de Khorène, auteur du ve siècle. Histoire d’Arménie, Venise : Typographie arménienne de Saint Lazare, t. I, p. XII, XVI.

71 Parmi d’autres, The Popular Encyclopedia, op. cit., p. 266. Francis Lieber, Edward Wigglesworth & Thomas G. Bradford, 1844, Encyclopaedia Americana, Philadelphie : Lea et Blanchard, vol. IX, p. 65. Voir également Arakélyan, 1964, p. 188.

72 Mutafian, 2012.

73 Piège, p. [102], art. 1 et passim.

74 Chahamirian, 1992, trad. Khatchatryan, chap. VI, p. 122‑156.

75 Piège, p. [57], [68].

76 Gibbon, 1843. Seul le tome I, paru en 1776, relate la période de l’histoire romaine évoquée dans le Piège.

77 Montesquieu, 1951(b), t. II, p. 69‑224.

78 Gibbon, 1843, p. 102.

79 Piège, p. [58].

80 Par exemple, Piège, p. [58], où les fondateurs légendaires de Rome sont appelés Rémus et Romulus et à la p. [59] : Rome et Julius.

81 Ibid.

82 Ibid., p. [3], [58].

83 Ibid., p. [103].

84 Srbouhi Yéritsian, 1881, p. 25‑26.

85 Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, préf. de Margarit Mkhitarian. Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian : http://tert.nla.am/mamul/Azdarar_1/Table.html [consulté le 23 décembre 2016] (p. 14).

86 En particulier : Jean Chardin, 1711(b), Voyages de Mr le Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient, contenant une description du gouvernement politique, militaire et civil des Persans, Amsterdam : Jean Louis de L’Orme. Volume contenant des éléments de la Somme d’Abas le Grand, de Baahdin Mahamet Gebet Amely. Anquetil Duperron, 1778. Mouragea d’Ohsson, 1788‑1824. Marie-Félicité Brosset, 1832, « Détails sur le droit public arménien, extraits du Code géorgien du roi Wakhtank, et traduits du géorgien par M. Brosset », Nouveau Journal asiatique, t. IX, Paris, p. 21‑30. Joseph Karst, 1934‑1937.

87 Par exemple, art. 77 et 105.

88 « Par rapport à l’état social des Arméniens, comparé avec celui des Géorgiens, il existe une grande différence qu’en Arménie une hiérarchie féodale telle qu’elle règne chez les Géorgiens, ne s’est jamais développée. Bien que les Arméniens eux aussi eussent leurs rois, princes et gentilshommes, il n’y a pas eu chez eux un système de servage rural. Tous les Arméniens étaient gens libres et le sont restés […]. Jamais il n’a existé en Arménie une constitution ou un règlement, d’après lesquels le peuple fût séparé en divers états subordonnés l’un à l’autre », Karst, 1934‑1937, III, p. 70‑71, citation de Pedzoldt traduite par Karst. Voir également Zadig Khanzadian, 1920, p. 24, art. XV. George A. Bournoutian, 2001, p. 299 et Cyrille Toumanoff, 1990, p. 167, 210. La charte géorgienne relative aux contributions, confirmée par Irakli II, maintient la légalité du servage et une justice différenciée : « Quiconque enfonce l’œil à son propre serf ou à tout homme acheté par lui en propre, ne sera pas redevable de la prestation du gasamtehlo [thavis gasamtehlo : “redevance de fracture de tête”] ; mais s’il enfonce (perce l’œil) à son valet soldé ou à son mercenaire, pour ce cas spécial, cette dite amende sera perçue », Karst, 1934‑1937, II, p. 293‑310, § 25.

89 Piège, art. 14 et passim.

90 Ibid., art. 121.

91 Ibid., par exemple, art. 174, 176.

92 Sur l’ensemble des cas où la peine de mort est prévue, en temps de paix comme en temps de guerre, voir Piège, art. 6, 171, 218‑220, 223‑226, 258, 342, 370‑371, 391, 393, 462‑469, 471, 473‑478, 480, 482, 484, 486, 487‑489, 491, 495, 496 et 507.

93 Ibid., art. 175, 192, 259, 360, 381, 382, 470, 482, 507.

94 Ibid., art. 192, 259, 360, 478.

95 Les supplices admis consistent à brûler une main au fer rouge (art. 462, 470, 474, 507) ou à administrer des coups de bâton (art. 175, 259, 360, 507).

96 Comme on en trouve en Perse : Chardin, 1711(b), VI, p. 286‑303 ; en Kartli : Karst, 1934‑1937, I, p. 55 ; II, p. 105, 192‑197 ; dans l’Empire ottoman ou même dans le code d’Astrakhan.

97 Piège, p. [58].

98 Henry Davison Love, 1913, I, p. 272 sqq.

99 Ibid., IV, p. 162.

100 Frounzé Poghossyan, 1967.

101 Aslanian, 2011, pp. 174‑176.

102 Ibid., Ire part., chap. Ier.

103 Ibid., chap. XII, pp. 102‑119.

104 Baghdiantz McCabe, 1999, pp. 95 et passim.

105 Gabriel de Chinon, 1671, p. 254. Baghdiantz McCabe, 1999, pp. 79‑105.

106 Par exemple, Piège, art. 77.

107 Baghdiantz Mccabe, 1999, pp. 86, 95.

108 Ibid., p. 96.

109 Ibid., p. 98.

110 Thomson, 2000.

111 Piège, par exemple, art. 90, 463 et 477.

112 Ou Wakhtang VI de Kartli, gouverne de facto de 1703 à 1714 puis règne de 1719 à 1724. Ce code est présenté et étudié par Brosset, 1832, et Karst, 1934‑1937.

113 Karst, 1934‑1937, I, p. 910.

114 Ibid., I, p. 3. Mahé, 2000, p. 683‑705 (p. 702).

115 Karst, 1934‑1937, I, p. 10‑11.

116 Ibid., p. 3, 10‑11.

117 Ibid.

118 Piège, art. 52.

119 Selon Issaverdenz : au « suffrage général de tous les évêques », Jacques Issaverdenz, 1876, Rites et cérémonies de l’Église arménienne, Venise : Imprimerie arménienne de Saint Lazare, p. 109. Selon le Pologenia, « règlement pour le gouvernement des affaires de l’Église arménienne grégorienne en Russie » adopté en 1836 : « Chaque diocèse arménien grégorien désigne, pour l’élection du patriarche, deux députés, l’un ecclésiastique et l’autre laïque. Le délégué ecclésiastique doit être ou lui-même archevêque (aratchnord) chef du diocèse, ou un autre ecclésiastique nommé par lui ; quant au délégué laïque, il est élu parmi tous les notables, les officiers (Iusbachis), les méliks, et autres membres honorables laïques de l’église arménienne grégorienne qui ont droit d’élection selon l’ancien rite de cette église », George Bayan, 1930, « Pologenia (Statut), Règlements suprêmes pour le gouvernement de l’Église arménienne grégorienne en Russie », Revue de l’Orient chrétien, 3e série, t. VI, (XXVII), nºs 1 et 2 (1929‑1930), p. 181‑204, Paris : Librairie Auguste Picard (p. [3], chap. II, art. 13). L’assemblée ainsi constituée élit les deux candidats parmi lesquels le tsar choisira et nommera le catholicos d’Etchmiadzine (Ibid., p. [3]-[4], art. 17‑19).

120 Piège, par exemple, art. 375, 383 et passim.

121 Ibid., art. 397 et passim.

122 Ibid., art. 11, 386 et passim.

123 Ibid., art. 366 et passim.

124 James Anderson & Jean-Théophile Désaguliers, 1859, The Constitutions of the Free-Masons ; Containing the History, Charges and Regulations of that most Ancient and Right Worshipful Fraternity for the Use of the Lodges, New York : R. Macoy, 1re éd., 1723, London : W. Hunter pour John Senex et John Hooke (p. de titre, p. 11) : “To be read at the Admission of a New Brother, when the Master or Warden shall begin, or order some other Brother to read […].”

125 Michel Aghassian & Kéram Kévonian, 1987, « Le commerce arménien dans l’océan Indien aux xviie et xviiie siècles », in Jean Aubin & Denys Lombard, Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, xiiie-xxe siècles, Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 155‑181 (p. 172, n. 35). Le crâne et les os longs croisés pourraient effectivement se trouver sur une tombe maçonnique, mais ne constituent pas des symboles spécifiques : T. W. [Wilson Thomas], 1768, Solomon in all his Glory, London : Robinson and Roberts, p. 15. Jean Ferré, 2002, Histoire de la franc-maçonnerie par les textes, 1248‑1782, Monaco/Paris : Éditions du Rocher, p. 225.

126 Susan Schopp, in Chaudury & Kévonian 2007, Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l’ère moderne, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 271.

127 Ces emblèmes se retrouvent sur les portraits des Chahamirian, voir les illustrations 7 et 9 du chapitre Ier et l’annexe 1.

128 John Carswell, 1968, New Julfa, The Armenian Churches and Other Buildings, Oxford : Clarendon Press, p. 13 et pp. 44, 96. Ethnographic Research Team Of Isfahan, 2007, Armenian Gravestones, Ispahan : Ethnographic Plan of Big Cities-Isfahan, Iranian Cultural Heritage, Handicrafts and Tourism Organization, Anthropology Research Center ; Isfahan Province Cultural Heritage, Handicrafts and Tourism Organization.

129 Livre intitulé le Guide des enfants [Գիրք անուանեալ ՂեկաՒար ՄԱՆԿԱՑՆ], 1797, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/xekavar_mankanc_index.html [consulté le 4 janvier 2017].

130 Malden, 1895, p. 270.

131 John Lane, 1895, Masonic Records, 1717‑1894, London : Freemasons’ Hall, 2e éd., p. 277.

132 Malden, 1895, p. 119. Les recherches à la bibliothèque du Freemasons’ Hall à Londres ainsi qu’à la British Library confirment malheureusement ces lacunes.

133 Ibid., p. 1.

134 Ibid.

135 Ibid.

136 Ibid., p. 819. Lane, 1895, p. 126, p. 446.

137 Lane, 1895, p. 8.

138 Ibid., p. 9.

139 Ibid.

140 Selon Glyn Barlow (1921, p. 19), les autochtones indiens sont habituellement appelés Gentoos dans les documents de la compagnie. Le premier Indien initié à la franc-maçonnerie fut le nabab Undat-Ul-Umara en 1775 à Trichinopoly (au sud-ouest de Pondichéry). Love, 1913, III, p. 529.

141 Ibid., pp. 1819, 264. Lane, 1895, p. 146.

142 Telles que la Lodge of Perfect Harmony, à partir de 1786 : Lane, 1895, p. 466 ; la Lodge of Social Friendship, à partir de 1787 : Malden, 1895, p. 264. Lane, 1895, p. 216, etc.

143 Malden, 1895, p. 280. John Chamier est également cité comme secrétaire en chef du service civil en 1803. Love, 1913III, p. 563.

144 Katherine Prior, 2004, Report on Indian-Born Descendants of John Ezechiel Deschamps Chamier (1754‑1831) and John Chamier (1723‑1770), London (sans nom d’éditeur).

145 Love, 1913III, p. 563.

146 Malden, 1895, P. 15, 276. (Le Missionnaire Écossais Envoyé Par l’Église Écossaise À Madras Est Le Révérend John Anderson.)

147 Samuel Prichard, 1737, Masonry Dissected : Being A Universal And Genuine Description Of All Its Branches From The Original To The Present Time, London : J. Wilford, 1re Éd., 1730.

148 Piège, Art. 82, 90, 170, 177‑179, 196, 198, 218, 497 Et Art. 73, 278, 360‑367, 394, 402, 507 Pour La Maison Des (Pauvres Et Des) Indigents.

149 Malden, 1895, p89, 15, 17 et Passim.

150 Ibid., p. 84, 149 et Passim.

151 Ibid., p. 109 et Passim.

152 Thomson, 2000, p. 254.

153 Par exemple, Albert Pike, 1874, Morals and Dogma of the Ancient ans Accepted Scottish Rite of Freemasonry, New York : Masonic Publishing Company.

154 Tels le révérend James Anderson, pasteur presbytérien et grand maître adjoint de la Grande Loge d’Angleterre ou encore Jean-Théophile Désaguliers, descendant de huguenots réfugiés en Grande-Bretagne et entré dans les ordres de l’Église anglicane tout en devenant grand maître de la Grande Loge de Londres en 1719, auteurs des Constitutions de 1723 : Anderson & Désaguliers, 1859. Un exemplaire des Conférences de Désaguliers faisait d’ailleurs partie des livres du révérend Thomas Consett, à Fort St. George, d’après le catalogue établi en 1729, p. 74 : Catalogue of the Rev. Mr Thomas Consett’s Books in the Library of Fort St. George, The British Library, India Office Records (IOR/H/260). Enfin, les Constitutions de 1792 (p. 187 sqq.) ajoutent aux recommandations habituelles un texte spécifique pour l’investiture d’un clergyman : The Constitutions of the Ancient and Honourable Fraternity of Free and Accepted Masons, containing their History, Charges, Addresses, & c., collected and digested from their Old Records, faithful Traditions, and Lodge Books for the Use of Masons, to which are added the History of Masonry in the Commonwealth of Massachusetts, and the Constitution, Laws, and Regulations of their Grand Lodge, together with a large Collection of Songs, Epilogues, & c., 1792, Worcester, Massachusetts : Imprimerie Isaiah Thomas.

155 Par exemple, Franco Venturi, 1971.

156 Emmanuel Kant, 1965, « Réponse à la question : Qu’est-ce que les Lumières ? », in Emmanuel Kant, la Philosophie de l’histoire, Paris : Gonthier, coll. « Médiations », trad. Stéphane Piobetta, p. 46, 1re éd., 1784.

157 Horace, Épîtres, I, 2, 40.

158 « Le fondateur de la société des aléthophiles avait été le Comte Ernst Christoph Von Manteuffel […]. La société avait surgi en même temps qu’une “confrairie de francmaçons” fondée par lui (avec truelle, équerre et baquets maçonniques), et peut-être même avait-elle été conçue comme son doublet ou sa filiale, mais apparemment, elle n’était rien d’autre qu’une petite académie », Venturi, 1971, p. 39‑40.

159 Piège, p. [16], [29], [30].

160 Piège, art. 127.

161 Piège, art. 51, 58, 59, 60, 62, 63, 67 et passim.

162 Constitutions, 1792, p. 175 sqq.

163 Ibid., p. 180 sqq.

164 Ibid., p. 182 sqq.

165 Ibid., p. 184‑185.

166 Charles Mcclenachan, 1868, The Book of the Ancient ans Accepted Scottish Rite of Freemasonry, New York : Masonic Publishing and Manufacturing Company, pp. 508‑514 : http://www.coloradofreemasons.org/pdfDocuments/library/BookOfAncientScottishRite.pdf [consulté le 10 mai 2017].

167 Ibid., p. 510.

168 Anderson & Désaguliers, 1859, p. 56.

169 Constitutions, 1792, pp. 199‑200.

170 Anderson & Désaguliers, 1859.

171 Claude Lévi-Strauss, 1990, La Pensée sauvage, Paris : Pocket Plon, coll. « Agora », p. 30, 1re éd., 1962, Paris : Librairie Plon.

172 Ibid., p. 31.

173 Ibid., p. 30.

174 Ibid., p. 31.

175 Ibid.

176 Ibid.

177 Ibid., p. 51.

178 Ibid.

179 Piège, p. [84].

180 Michel Espagne & Michael Werner (textes réunis et présentés par), 1988, Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècle), Paris : Éditions Recherche sur les civilisations.

181 Love, 1913, I, pp. 214‑215, 222, 399 ; II, p. 150.

182 Piège, p. [3], [4].

183 Ibid., p. [16], [17].

184In Madras, even in the late seventeeth century, Tamils and Telugus, Marathas, Gujaratis, Armenians, Tamil-Arabian Marakkayyas, Deccani Shi’as ans ‘Northern’ Sunni Muslims, Hindus of every sectarian tradition, French and Portuguese Catholics, English and Dutch Protestants and Syrian Christians lived and worked cheek by jowl”, David Washbrook, 2004, “South India 1770‑1840 : The Colonial Transition”, Modern Asian Studies, Cambridge University Press, vol. 38, nº 3 (July 2004), pp. 479‑516 (p. 494).

185 Ibid.

186 Ibid., p. 495.

187 Ibid., pp. 494‑495.

188 Ibid., p. 495.

189 Ibid.

190George Barlow was made Governor of Madras presidency in December 1807. But the temperament, which had served him well in Bengal, became a burden for him in Madras, where government was more democratically structured. Soon he picked a quarrel with the principal officers of the civil and military services. At one stage the army mutinied against him and consequently, the Court of Directors recalled him in 1813”, National Encyclopedia of Bangladesh (Banglapedia) : http://en.banglapedia.org/index.php?title=Barlow,_Sir_George [consulté le 2 janvier 2017].

191 Aslanian, 2011, pp. 233‑234 : “[…] The mercantile settlements and communities of the Julfan network, stretching from the nodal center in New Julfa, Isfahan, to London, Amsterdam, and Cadiz in the West and Mughal India, Canton, Manilla, and Acapulco in the East.” Voir les cartes p. 57, 81, 84. La Nouvelle-Djoulfa connaît son apogée au xviie siècle.

192 Aslanian, 2011, pp. 220‑234.

193 Edna Bonacich, 1973, “A Theory of Middelman Minorities”, American Sociological Review, vol. 38, nº 5 (octobre 1973), pp. 583‑594.

194 H. Chahamirian est mort à Malacca. Ch.Chahamirian s’est peut-être rendu à Londres en 1790, selon l’indication mentionnée sur son portrait. Voir l’illustration 7 du chapitre III.

195 Espagne & Werner, 1988, p. 5 : « Les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélection. »

196 Khosdegian, in Dédéyan, 1982, p. 433.

197 Piège, p. [3], [8] et passim.

198 Ibid., p. [58] et passim.

199 Ibid., p. [16] et passim.

200 Ibid., p. [22], [44] et passim.

201 Ibid., p. [15] et passim.

202 Ibid., p. [12] et passim.

203 Ibid., p. [58] et passim.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : L’emblème ornant le haut de la sépulture de Chahamir Chahamirian à l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu de Madras
Légende L’inscription commence ainsi :« Ci-gît la dépouille du noble Chahamir Soultanoumian de la nation arménienne, né à la Nouvelle-Djoulfa […]. » Au xviiie siècle, les noms n’étaient pas fixés pour une famille entière et toutes les générations. Chacun avait son patronyme, éventuellement complété par le suffixe ian. Chahamir Soultanoumian est donc le nom correct (et c’est celui que l’on trouve dans les sources de son époque, par exemple dans Azdarar, I, p. 11) et ce sont ses fils qui se nomment Chahamirian ; mais aujourd’hui, dans l’historiographie et la littérature, Chahamir est le plus souvent nommé Chahamirian, d’après le patronyme de son fils le plus célèbre (Hakob). Voir également le Piège (art. 348).Sur l’éventuelle noblesse des Chahamirian, voir, au chapitre III, « Le cercle de Madras ». Sur l’emblème, voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III et l’annexe 1.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k