Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre V. Un document d’histoire sociale

Chapter V. A Document on Social History

Հասարակական պատմութեան մասին վաւերագիր մը

Resumen

Le maillage de la vie sociale par les lois est présenté, dans le Piège de l’orgueil, à travers des exemples. L’auteur recense et imagine des situations, dans tous les domaines, où les abus de pouvoir, les conflits et les excès, peuvent se produire et propose les dispositions susceptibles de les prévenir. En cela, il dépeint la société de son époque et ses sujets de friction, nous laissant un document d’histoire sociale.

In the Trap of Glory, the law system is presented through examples. The author identifies and imagines situations, in every field, in which abuse of power, conflicts and excess can happen. He proposes laws that could prevent them. So, he describes the society in which he lives and its matter of frequent disputes. This is now a document on social history.

Texto completo

1Outre le modèle politique et la simulation d’un droit constitutionnel élaborés par les auteurs du Piège, l’ouvrage se révèle être également un document d’histoire sociale dans la mesure où les dispositions légales régissant la vie sociale dans sa globalité semblent tantôt des descriptions « sur le vif » de scènes de la vie quotidienne, tantôt des réactions à celles-ci et des tentatives pour combattre des habitudes ancrées. Dans les deux cas, le Piège permet plus qu’une information, une représentation de la société arménienne du xviiie siècle, de ses pratiques, de ses travers (selon l’auteur), de ses représentations et croyances, etc., alors même que les sources d’époque ne sont pas si abondantes dans ce domaine.

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)

2L’histoire économique des marchands djoulfains a déjà été largement étudiée, par exemple dans les travaux de Lévon et Shushanik Khachikyan, Ina Baghdiantz McCabe, Sebouh Aslanian, Kéram Kévonian et d’autres ; mais le Piège – qui contient lui aussi des informations « brutes » d’ordre économique (taux des prêts, frais de courtage, manière de conclure un marché, etc.) – présente aussi un aperçu de la vision du monde de ces marchands et notamment de leurs conceptions en matière d’économie. Ainsi chez Hakob et Chahamir Chahamirian*1, plusieurs idées-forces sont mises en avant : la sécurité (qui incombe à l’État) du transport des marchandises, la facilitation des échanges à l’intérieur d’un pays grâce à l’uniformisation des poids, monnaies et mesures, la sincérité des contrats, l’honnêteté des transactions et surtout : le protectionnisme (art. 152‑153, 399, par exemple) par lequel l’auteur pense protéger l’Arménie d’un point de vue économique en autorisant toutes les importations, en encourageant certaines exportations (rentables pour le pays) tout en interdisant les exportations qui nuiraient à l’intérêt du pays et en taxant les marchandises importées venant concurrencer la production nationale. Toutes ces préoccupations révèlent les dysfonctionnements des échanges économiques réels et tentent de les rendre impossibles dans le futur État.

3Mais, dans la problématique interne au Piège, l’arbitraire n’est pas circonscrit à un domaine particulier de la vie sociale – fût-il économique –, il est une menace constante et omniprésente : du caprice de l’enfant aux décrets du prince et à la fraude du marchand, tous les aspects de la vie doivent être régis par des règles prévoyant – et prévenant – tous les délits et toutes les situations conflictuelles possibles. C’est à travers ces règles que l’on découvre ou devine les éléments permettant d’esquisser une histoire sociale.

  • 2 Piège, art. 182.
  • 3 Ibid., art. 376‑377.
  • 4 Ibid., art. 360.

4Dans les sphères de la vie sociale auxquelles s’intéresse le Piège, certaines règles sont des reflets de pratiques ou de lois existantes et, par là, l’ouvrage nous informe ou complète les informations historiques connues ; d’autres pointent des usages ou des lois qui apparaissent désormais aux auteurs comme inacceptables et qu’ils veulent donc réformer, cela nous renseigne alors non seulement sur la pratique ou sur la loi en elle-même, mais encore sur les changements dans l’échelle des valeurs de la société arménienne du xviiie siècle, du moins à Madras. Peut-être fallait-il vivre dans le creuset cosmopolite de Madras pour avoir la distance critique nécessaire et développer, au contact d’autres modèles culturels, tantôt par l’affirmation de la légitimité des usages traditionnels arméniens que les dominations musulmanes interdisaient (comme sortir tête nue pour les femmes2), tantôt par la réprobation de manières propres à la société, arménienne ou non (comme s’inviter chez les voisins3 ou bavarder, voire se quereller à haute voix à l’église4), l’aspiration à un autre mode de vie.

5De l’échelle internationale au cadre intranational et même – à l’échelle de la micro-histoire – interindividuel et intrafamilial, il n’est guère de champ qui ait échappé à la volonté codificatrice du Piège.

Le droit des gens

  • 5 Thomas Hobbes, 1971, Le Léviathan, Paris : Sirey, chap. XVII, p. 173, trad. François Tricaud.

6Le droit des gens, pour ancien et universel qu’il soit, puisque selon Thomas Hobbes5, même l’homme n’est pas par nature si « cruel » qu’il prive son ennemi de la vie et de ses « instruments agricoles » s’il peut se contenter de le « voler » et de le « dépouiller », a souvent dû rester lettre morte. Chahamirian rappelle donc, dans le Piège, les principes du droit des gens mais, ce faisant, il indique aussi, en creux, de quelles manières ils étaient violés. Ainsi, les articles 143 et 418 accordent des droits aux étrangers résidant sur le territoire de l’Arménie, l’article 143, en particulier, protège les étrangers de l’arbitraire et leur donne le droit d’ester en justice contre tout citoyen d’Arménie, y compris le Premier Magistrat.

  • 6 « Grotius et les autres tirent de la guerre une autre origine du prétendu droit d’esclavage. La va (...)

7La guerre même ne suspend pas les droits fondamentaux. Ainsi, l’article 315 interdit de vendre des prisonniers de guerre, principe inconditionnel qui ne doit pas tenircomptedelareligion(c’est-à-direen fait, souvent, de la« nationalité ») du prisonnier. La fin de la guerre est aussi la fin de l’état d’exception : au retour de la paix, chaque homme doit recouvrer ses droits naturels. Cette déclaration évoque un débat européen des xviie et xviiie siècles sur la possibilité ou non de justifier l’esclavage. On se souvient de la vive attaque de Rousseau contre Grotius, lequel tire le « droit d’esclavage6 » de la guerre.

8Il est difficile de savoir si et comment ce débat était connu de Chahamirian, mais on voit que ce dernier se rallie à la doctrine qui vise à réfréner les « passions brutales », même et surtout en temps de guerre, où les lois ordinaires sont, de fait, suspendues. Le traitement des prisonniers de guerre est logiquement en corrélation avec la prohibition, chez Chahamirian (et en général chez les Arméniens) de l’esclavage, au contraire de peuples voisins, pour qui les guerres ou les razzias étaient des sources d’approvisionnement en esclaves, et chez qui l’esclavage perdure officiellement jusqu’au milieu du xixe siècle (1847, dans l’Empire ottoman), voire jusqu’au xxe siècle.

  • 7 En plus de l’art. 315, les art. 316 à 327, 387 à 391, 489 et 490.

9De nombreux autres articles7 du Piège développent la réflexion sur le droit des gens dans le même sens, c’est-à-dire en faisant une claire distinction entre civils et militaires, et en interdisant les violences qui ne seraient pas strictement rendues nécessaires par l’état de guerre : l’assassinat de prisonniers (art. 318, 489), l’assassinat ou le pillage de civils (art. 387, 389, 390) ou encore le rapt de femmes, leur captivité ou leur viol (art. 324, 490).

10Comme, par ailleurs, il est dit dans l’article 1er que « le territoire ne devra ni s’étendre, ni diminuer », il est clair que les auteurs du Piège n’envisagent aucune guerre de conquête, mais traduisent la simple aspiration à ne pas être constamment envahis, pillés, déportés ou tués.

L’organisation de l’armée

  • 8 Piège, art. 24, 27, 30, 32, 33, 46, 47, 62, 70, 74, 76, 80, 100, 117, 118, 138, 164, 190, 239, 240 (...)
  • 9 Ibid., art. 510.
  • 10 Ibid.

11La préoccupation de la guerre – même défensive – et les connaissances nécessaires à l’organisation soigneuse et précise d’une armée8 peuvent surprendre au premier abord de la part d’Arméniens qui n’avaient, au xviiie siècle, pas plus d’armée que d’État, étaient même désarmés dans les deux empires musulmans où ils vivaient et où les carrières militaires leur étaient fermées, à telle enseigne que les auteurs du Piège prévoient une assistance militaire (géorgienne, russe ou allemande)9 car, « pendant longtemps, l’Arménie n’a pu avoir ses propres dirigeants » et que « l’exercice de certaines fonctions, en particulier des commandements militaires10 », nécessite des compétences spéciales.

  • 11 Ibid., art. 1 et 107.
  • 12 Piège, p. [102]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège,(...)
  • 13 Piège, p. [102].
  • 14 Emin, qui voyait dans la connaissance de l’art militaire (européen) le seul moyen de libérer l’Arm (...)

12Cependant, la constitution d’une armée est logique dans une perspective de formation d’un État, car s’il n’est pas prévu que le territoire s’étende, il n’est pas pour autant question d’en perdre la moindre parcelle11. De plus, les Chahamirian s’inscrivent dans une période du mouvement de libération où l’on ne croit plus au miracle d’une aide extérieure désintéressée mais où l’on admet, tels « la vaillante nation géorgienne12 » et les méliks (seigneurs) du Karabagh à partir de 1722, qu’il faudra livrer bataille « sans l’aide de quiconque13 ». Emin*, rencontré à Madras par les Chahamirian, a très probablement aussi joué un rôle dans la sensibilisation du groupe de Madras à la question militaire14. Enfin, à Madras, les Chahamirian ont sous les yeux les troupes britanniques.

  • 15 Jonas Hanway, 1753, pp. 245 sqq.
  • 16 Ibid., art. II, p. 13.
  • 17 Ibid., art. XXVII, p. 39.
  • 18 Archibald Campbell, 1787, Regulations for the Honorable Company’s Troops on the Coast of Coromande (...)

13Le Piège décrit de façon étonnamment précise ce que doit être l’organisation de l’armée d’Arménie, du tirage au sort des appelés au tissu réglementaire pour les tentes, du calibre des boulets à la couleur des aigrettes. Il est difficile de dire à quelle armée exactement les Chahamirian ont emprunté leurs modèles. Certaines caractéristiques (pratiques, uniformes, etc.) se retrouvent dans différentes armées et même l’armée de Nadir Chah était reconnue par le Britannique Jonas Hanway comme capable de campements savamment ordonnés15, mais la méticulosité de l’organisation semble s’apparenter aux « règlements », d’une précision remarquable, de l’armée britannique. Ainsi, le Recueil des ordonnances de Sa Majesté britannique pour le règlement des troupes qui sont au service de leurs Hautes Puissances les Seigneurs [des] États Généraux des ProvincesUnies des Païs Bas (1706) détaille sur plus de 210 pages les prescriptions auxquelles sont tenus les soldats. Par exemple : « Le susdit colonel aura soin que toutes les compagnies de son dit régiment soient pourvues de mousquets d’un même calibre […]16 », ou : « Tout soldat qu’on aura trouvé dormant en sentinelle sera puni de mort sans aucune miséricorde17. » Les troupes de la Compagnie britannique des Indes, stationnées sur la côte de Coromandel, ont aussi leur règlement – Regulations for the Honorable Company’s Troops on the Coast of Coromandel18 – où rien n’est laissé au hasard, comme le nombre de pas par minute, qui définit le pas lent (70 pas) pour la parade ou rapide (120 pas) pour les manœuvres. Toutefois, la documentation et les uniformes actuellement conservés au musée du fort St. George à Chennai ne permettent pas d’établir que le modèle du Piège soit britannique.

  • 19 Piège, art. 285‑290.

14On peut donc penser que l’auteur des articles sur l’armée dans le Piège a repris des manuels militaires ou des règlements existants et qu’il s’est inspiré d’uniformes réels ; mais, comme toujours, qu’il a adapté les sources en décidant, par exemple, que les couleurs des uniformes seraient le rouge, le bleu et le jaune, couleurs de l’ancien royaume de Cilicie19.

15En tout état de cause et quelle que soit l’origine exacte des informations des Chahamirian en matière militaire, on devine, à travers la volonté normalisatrice, toutes les misères de la vie quotidienne du soldat : détournement des soldes (art. 32, 76) ou retard dans leur paiement (art. 278), abus de pouvoir des officiers (art. 63, 64, 74 et passim), équipement trop lourd (art. 63), calibre des munitions ne correspondant pas aux armes (art. 64, 117), poudre et mèches de mauvaise qualité (art. 67), véhicules disparates et inadaptés (art. 68), insalubrité des camps (art. 328), gardes de nuit trop longues (art. 513), etc.

L’impôt

  • 20 Ibid., art. 8, 9, 10, 31, 71, 73, 75, 112, 127, 134, 135, 137, 138, 157159, 161, 162, 167, 168, 17 (...)

16La question de la fiscalité, et plus généralement celle des recettes et dépenses de l’État, est également très développée20 et instructive. On y retrouve, en creux : la lourdeur excessive des impôts (art. 10, 31), le détournement des sommes collectées (art. 71), la rapacité des collecteurs (art. 75, 511), l’attrait des personnes fortunées pour le luxe ostensible comme la vaisselle d’or ou la porcelaine de Chine, ce qui nous permet au passage d’apprendre quels objets étaient considérés comme rares, précieux ou « à la mode » à cette époque (art. 399, 424, 427‑437, 442‑446) ou l’incurie des autorités publiques d’une façon générale à cette époque, pour les domaines non lucratifs comme la santé ou l’éducation, alors que ce sont pour Chahamirian des missions primordiales de l’État (art. 73, 157‑159, 161, 162, 177).

  • 21 Hakob Chahamirian, avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian, 1772, Նոր տետրակ որ կոչի(...)
  • 22 Voir l’annexe 5.

17À la dénonciation de toutes les injustices classiques de l’impôt, de sa lourdeur excessive et sélective (dans les deux empires musulmans, les non-musulmans sont soumis à un impôt spécifique : la capitation) à sa mauvaise utilisation, s’ajoutent dans l’Exhortation et dans le Piège des données spécifiques concernant la population arménienne. Dans l’Exhortation21, H. Chahamirian et Baghramian* calculent ainsi les impôts versés par les Arméniens aux Trésors ottoman et perse. Les auteurs s’appuient sur une estimation démographique qui les amène à évaluer le nombre d’Arméniens des deux empires à 27 864 000 d’âmes, ils décomptent les femmes et les enfants (qui ne sont pas soumis à la capitation) et multiplient le chiffre obtenu par deux (le montant de la capitation est de deux pièces d’or). Ils aboutissent à une somme de 20 898 000 pièces d’or, équivalant à 4 179 000 tomans22 ou 139 320 kissa ottomans, partis en quelque sorte en pure perte ; alors les 132 000 000 deniers d’argent (soit 6 600 000 tomans ou 260 000 kissa) des articles 519 et 520 du Piège, qui constituent l’ensemble des prélèvements de l’État dans la future Arménie, garantissent en outre la sécurité et une redistribution équitable (art. 519).

Les estimations démographiques

  • 23 H. Chahamiryan, 1772, notamment p. 154, ou H. Chahamiryan, 1991, notamment p. 127.

18Il est intéressant de voir par quel mode de calcul les chiffres avancés dans l’Exhortation et en partie repris dans le Piège sont obtenus23. Chahamirian et Baghramian commencent par recenser, dans les Empires ottoman et persan, 20 régions arméniennes historiques comme le Siounik, la Persarménie mais aussi la Cilicie. Dans ces régions, ils dénombrent 258 districts et 103 villes. Ils estiment ensuite le nombre de foyers et donc le nombre d’habitants (6 en moyenne par maison), puis divisent la population globale de ces villes et villages par deux, jugeant que la moitié est constituée de musulmans. Ils considèrent ainsi que la population de ces régions s’élève à 27 864 000 d’habitants, dont la moitié, 13 932 000, est arménienne (hors colonies, telles celles de Moldavie, Bassora…).

  • 24 Voir art. 519.
  • 25 Plus exactement chaque groupe de maisons élit deux hommes, dont l’un siégera à la Chambre et l’aut (...)

19Dans le Piège, le nombre d’habitants prévus en Arménie (qui ne seront pas tous « Arméniens de nation ») est de 24 000 00024. Ce chiffre est donc cohérent avec le précédent ainsi qu’avec les règles suivantes : chaque groupe de 12 000 foyers devra élire un représentant (art. 14) et le nombre de représentants à la Chambre est de 500 (p. [48])25. Ce calcul nous montre au passage que le nombre moyen de personnes qui constituent un foyer n’est plus que de quatre.

  • 26 Raymond H. Kévorkian & Paul B. Paboudjian, 1992, Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille d (...)

20Il est impossible de trouver des informations démographiques fiables sur la population arménienne au xviiie siècle : non seulement les recensements n’existent pas encore, mais lorsqu’ils commencent à être mis en place au xixe siècle, en plus des difficultés techniques auxquelles ils sont soumis, ils sont sujets aux intérêts politiques et idéologiques en raison desquels l’Empire ottoman, par exemple, fait varier du simple au double le nombre d’Arméniens vivant sur son territoire26 ; enfin, les chrétiens eux-mêmes tentent de diminuer leur nombre pour éviter la capitation.

  • 27 Ibid.

21L’estimation à hauteur de 24 millions doit être considérée comme un chiffre projeté pour le futur État plus que comme un dénombrement des populations de l’époque. L’ordre de grandeur de la population arménienne de l’Empire ottoman au milieu du xixe siècle est de 2 millions à 2,5 millions27, auquel il faudrait ajouter les Arméniens du Caucase et les habitants non arméniens (« de nation ») de ces régions.

Crimes et délits

22Il reste à mettre en lumière quelques-unes au moins des nombreuses indications fournies dans le Piège à propos du fonctionnement de la justice et du droit pénal. Quand les affaires en arrivent à ce stade, c’est que l’interdit ou la prescription de la loi n’ont pu empêcher le délit ou le crime. Il faut donc rétablir la justice en empêchant aussi bien la partialité du juge que la mauvaise foi du justiciable. La corruption d’un juge (art. 59) ou les intimidations (art. 60) ne sont pas des problèmes spécifiques, pas plus que la mauvaise foi d’un plaignant (art. 83 à 85) ou d’un justiciable (art. 213), mais Chahamirian livre aussi des exemples de litiges (comme un prêt déloyal, art. 83 à 85) et, en plus des délits et crimes universels (dettes, meurtres, coups et blessures, vol, recel, fausse monnaie, faux et usage de faux, faux témoignage, etc.), décrit des situations anecdotiques mais certainement réelles (art. 269, 355 ou 477) et fournit même des exemples de protocoles pour formuler une plainte, ester en justice, etc. (art. 83 et 84, par exemple).

  • 28 Piège, art. 149.

23Parmi les délits, Chahamirian accorde une place particulière à la déloyauté en matière de commerce. On sait qu’il a été lui-même nommé par le gouverneur du fort St. George pour faire partie d’un « comité de police » chargé de « corriger » les « abus », principalement en matière de commerce ; mais, même en tant que simple marchand, il était nécessairement instruit des différentes ruses susceptibles de rapporter un argent mal acquis comme voler les clients sur le poids (art. 474) et utiliser des instruments de mesure faussés (art. 452), vendre aux particuliers sans s’acquitter des taxes (art. 459), vendre des marchandises volées (art. 198), tromper les gens simples, vendre avec un trop grand ou un trop faible profit (art. 91), fabriquer ou receler de la fausse monnaie (art. 261), prélever des commissions trop importantes (art. 357), etc. En revanche, l’auteur fait preuve d’une certaine indulgence envers les débiteurs, si la difficulté à rembourser la dette n’est pas de leur fait28.

24La volonté d’uniformisation des poids, mesures, etc., relève certes d’un souci de rationalisation que l’on observe dans le rappel de l’inefficacité des armes auxquelles ne correspondent pas les munitions – cette rationalisation est aussi à l’œuvre dans d’autres aires géographiques, comme le passage au système métrique en France – mais entre aussi très vraisemblablement dans une perspective de prévention des conflits et délits. Il importe que le pied, le stade ou le litre aient bien la même valeur pour tous.

25Une autre forme d’échange malhonnête est, d’une certaine façon, le travail non ou mal rémunéré. L’esclavage et le servage sont par principe bannis (art. 121), mais la méfiance règne aussi envers des abus moins criants que pourraient commettre les employeurs, c’est pourquoi un contrat de travail doit être rédigé pour que les employés ne soient pas corvéables à merci (art. 174, 345, 380) et les châtiments corporels, probablement courants à l’époque, doivent être atténués (art. 175).

La famille

26Le droit de la famille est un autre domaine classique de droit privé et, selon les auteurs du Piège, leur gouvernement domestique est peut-être la plus belle illustration de la justesse de leurs règles (p. [100]) et, tout en se réjouissant de leur réussite, ils pointent quelques-uns des problèmes familiaux récurrents dans leur société comme : la hâte des fils à recevoir l’héritage paternel (p. [100]), les jalousies (ibid.), la mauvaise éducation des enfants (p. [90]), la séduction de la jeune fille (art. 189), la trop grande précocité du mariage (art. 199), le mariage sans le consentement des parents (l’enlèvement de la jeune fille est une pratique coutumière chez les Arméniens et d’autres peuples voisins) et la tentative de mariages multiples (art. 131, 366), l’infidélité de l’époux ou de l’épouse et le sort des enfants illégitimes (art. 348, 349), l’incapacité de l’époux à assurer la subsistance de sa femme ou de sa famille (art. 282, 345). Enfin, le Piège présente aussi un modèle de contrat de mariage (art. 82), puisqu’il n’y a aucune raison que le couple échappe à la dérive arbitraire.

  • 29 Gabriel De Chinon, 1671, Relations nouvelles du Levant ou Traités de la religion, du gouvernement (...)

27Cependant, d’autres problèmes tout aussi récurrents dans leur société ne sont pas abordés : le sort des belles-filles dans la famille patriarcale (et le cas échéant, matriarcale) arménienne, l’arbitraire de la belle-mère, etc., ne sont pas évoqués, alors même que des voyageurs comme Gabriel de Chinon29, témoins des pratiques familiales à la Nouvelle-Djoulfa, s’étonnent par exemple du mutisme imposé à la bru, annexée à sa belle-famille, ou de la tyrannie de la matriarche.

  • 30 John Shortt, 1870, pp. 180‑187 (p. 184), tire de sa conversation avec le prêtre arménien de Madras (...)
  • 31 Ibid., au cours de la seconde moitié du xixe siècle, note : “In southern India both males and fema (...)

28Entre les grands récits de voyages du xviie siècle et la fin du xviiie siècle, il y a visiblement eu une évolution que plusieurs hypothèses peuvent concourir à expliquer. L’origine rurale de la famille traditionnelle est déjà lointaine dans des contextes de plus en plus urbanisés (alors que la famille traditionnelle subsiste encore longtemps dans les campagnes) et où, du fait de l’enrichissement, des tâches traditionnellement dévolues aux femmes sont transférées à des serviteurs. La sortie de l’orbite musulmane a joué un rôle également30. Enfin, les migrations et les voyages commerciaux ne permettaient pas de maintenir intacte la structure familiale traditionnelle, les familles élargies ne pouvaient se transporter sous la houlette du patriarche à Madras ou ailleurs. Le marchand ne pouvait emmener sa mère ou sa femme lors de ses déplacements ; de leur côté, les parents et l’épouse restaient seuls aussi pendant de longues périodes. Tout cela a sensiblement modifié les pratiques et les représentations, et leur évolution se poursuivra dans le sens d’un affranchissement du modèle traditionnel31.

L’urbanisme

29Sur ce point névralgique de la vie sociale également, la loi doit instituer des normes afin de prévenir les conflits. Elle impose : un sens de circulation et une signalisation (art. 262), la largeur des rues (art. 254), l’obtention d’un permis de construire et des normes précises (art. 249, 252, 253, 255), un système d’évacuation (art. 250‑253, 257) ou encore la tenue d’un cadastre (art. 352) ; d’une façon générale tout cela est supervisé par un « responsable des géomètres » (art. 72).

  • 32 Piège, art. 72 et 249.

30Il est difficile de savoir ici dans quelle mesure exactement les auteurs réagissent au « désordre » urbain de la plupart des villes orientales, se souviennent des normes de la Nouvelle-Djoulfa, ou s’inspirent de l’urbanisme colonial à Madras32.

31Jusqu’ici les informations données par le Piège, ou conjecturées à partir de lui, relèvent bien du droit, même si elles excèdent la dimension politique et constitutionnelle ; mais le texte aborde encore au moins trois domaines extérieurs à l’acception usuelle du droit (au moins du droit civil) et à travers lesquels on peut reconstituer certaines pratiques, croyances et préoccupations de l’époque.

Heurs et malheurs de l’état ecclésiastique

32Ainsi, s’agissant des éléments de droit ecclésiastique contenus dans le Piège, comme dans les sujets précédemment abordés, les auteurs tantôt reprennent, tantôt s’opposent aux règles existantes. Dans le domaine ecclésiastique spécialement, ces règles sont connues par des textes émanant d’autorités religieuses, comme ceux de Maghakia Ormanian (1910), patriarche arménien de Constantinople de 1896 à 1908 ou d’Issaverdenz (1876), membre de la Congrégation mekhitariste. Lorsque Chahamirian reprend les règles établies, il les illustre souvent et, de ce fait, nous amène à mieux comprendre contre quels agissements, quels écarts peut-être entrés dans les mœurs, elles ont été conçues. Lorsque, au contraire, il énonce de nouvelles règles, il permet aussi de mieux cerner quelles actions pourtant réglementaires étaient devenues dangereuses ou inacceptables de son point de vue.

33Concernant, par exemple, l’âge de l’ordination, Chahamirian suit les prescriptions de l’Église, à savoir : à partir de 30 ans (art. 384), mais il ajoute dans l’article suivant qu’aucun « religieux de moins de 55 ans ne doit parcourir les provinces […] pour y officier ou y prêcher […] » et se trouver « ainsi en contact avec la population ». Il précise même que le religieux « doit avoir au moins 55 ans, plus si possible, en tout cas, pas moins » et qu’il « faut arrêter tout jeune religieux qui circule dans le pays et le remettre à son évêque » (art. 385)…

34Prolongeant l’idée des bénéfices divers qu’un religieux pourrait tirer de son état, il est précisé qu’« un ecclésiastique ne peut être l’exécuteur testamentaire d’un défunt » (art. 203) et qu’il doit se contenter des revenus raisonnables définis par la loi pour l’administration des sacrements (art. 377 et 378)…

35L’article 386 cherche aussi à établir une nouvelle règle : « À chaque renouvellement du Premier Magistrat, c’est-à-dire tous les trois ans en début d’année, il doit s’instaurer dans le pays l’habitude suivante » : des émissaires civils de l’autorité politique pourront négocier la libération des religieux et religieuses cloîtrés qui souhaiteraient renoncer à leurs vœux pour « se marier et vivre en civils ».

Croyances et superstitions

36Indépendamment du dogme chrétien, l’écho de plusieurs croyances apparaît dans le Piège. Ces croyances proviennent d’origines culturelles diverses, comme celles qui concernent les humeurs supposées contenues dans le corps (p. [3] et [71]) ou l’origine de la lèpre (art. 379) ou bien, sont appuyées sur des observations, comme l’avertissement sur les dangers des fèves ou du cresson pour l’homme (art. 163). Ces croyances nous instruisent, d’une part, sur l’état des connaissances et des modes de pensée de l’époque et, d’autre part, permettent de documenter une étude sur les transferts culturels, puisque certaines de ces opinions (comme celle sur l’origine de la lèpre) se retrouvent dans des aires géographiques très différentes (art. 379).

37Quoiqu’il lui arrive de véhiculer parfois des croyances venues du fond des âges, ou des croyances populaires de son temps, Chahamirian est conscient des limites du savoir de son époque et désireux de les repousser. C’est pourquoi la préoccupation du progrès de l’instruction est constante ; toutefois, « l’obligation scolaire », y compris pour les filles, les nomades et les enfants illégitimes (art. 101, 118, 158, 159) obéit plutôt à des objectifs nationaux (apprendre à lire et à écrire l’arménien), civiques (instruction militaire) et pratiques (importance de l’apprentissage d’un métier) qu’à un développement du savoir pour lui-même. Mais au-delà de cette instruction primaire, l’auteur valorise également certaines sciences (art. 118) et encourage la recherche, les inventions et les découvertes (art. 73, 127 et 502).

38Son but n’est pas toujours désintéressé : connaissances, inventions et découvertes peuvent assurer une meilleure maîtrise de la nature (par exemple, en faisant progresser la médecine, art. 73), mais aussi des revenus pour le pays, à travers les exportations ou une production plus performante (art. 73 et 502).

39Mais, malgré cette approche pragmatique, Chahamirian semble manifester une admiration (peut-être celle de l’autodidacte auxquelles les circonstances de la vie n’ont pas permis de s’initier aux « arts libéraux ») pour la philosophie, l’astronomie, la musique et la rhétorique (art. 127 et p. [84]).

Les règles de savoir-vivre

40Enfin, un aspect représentatif de son époque est la présence, dans le Piège, de règles de savoir-vivre, ce qui, certes, ne relève pas des catégories du droit stricto sensu, mais de l’intérêt pour la civilité comme élément de la vie dans la cité. Des sujets tels que la place des convives à table ou la rédaction des faire-part de naissance sont, pour Chahamirian, des questions importantes car elles traduisent non seulement un souci de rationalisation, tel celui que l’on observe dans la recommandation d’uniformiser les poids et mesures, mais encore une volonté de « civiliser » ses contemporains en réfrénant l’abandon aux passions, au naturel. Ainsi les maîtres mots du savoir-vivre sont la retenue, la tempérance, l’humilité, l’harmonie, l’ordre, l’économie, voire la frugalité.

41Dans ce domaine encore, on perçoit, en creux, des pratiques de l’époque, que l’on essaie de rendre plus « policées » : la loi impose, par exemple, d’attendre d’être invité chez quelqu’un pour s’y rendre (art. 184), y compris dans des circonstances cérémonielles telles qu’une naissance (art. 376) ou des funérailles (art. 377). Même invité, il est prescrit de respecter les horaires de visite fixés par le maître de maison (art. 376) et de savoir partir à temps (art. 377). Ces règles peuvent paraître intrusives, mais, dans des sociétés où, justement, la vie privée n’est pas clairement délimitée et où l’individu est beaucoup plus inféodé au groupe que dans la société européenne moderne, les règles énoncées dans le Piège peuvent plutôt être vues comme un barrage à l’ingérence du groupe et une protection de la vie individuelle. Ces règles ont aussi, semble-t-il, pour fonction de modérer et de rationaliser les dépenses excessives, somptuaires (art. 376 et 377) engagées sous la pression sociale.

42L’injonction de respecter la place attribuée aux convives à table (art. 180, 373), de ne pas faire de scandale, de ne pas parler de façon inconsidérée, de boire peu de vin pour les hommes et très peu de vin mêlé d’eau pour les femmes (art. 373, 374) a pour corollaire la participation des femmes aux banquets, à la même table que les hommes. L’usage du vin et le droit de danser sont autant de règles qui évoquent un art de vivre que l’auteur semble considérer comme plus « moderne », plus proche des mœurs européennes, car telle n’était pas la coutume dans les sociétés voisines contemporaines.

  • 33 Certes, le satiriste Hagop Baronian (1843‑1891) force le trait en représentant les mœurs de la soc (...)

43Quant à sa recommandation de prévenir les querelles pour la préséance à table, et même de fournir à chaque invité la liste des autres convives pour éviter tout esclandre pendant un repas (art. 373), elle relève d’une grande prudence dans une société où le prestige social se mesure souvent au nombre de personnes avec lesquelles on entretient une brouille33

44On voit donc que Chahamirian tente de définir « les bonnes manières » : on ne fait pas de vacarme à l’église (art. 359, 360), on ne s’invite ni ne s’enracine chez les parents ou les voisins (art. 184, 376, 377), on ne porte pas la main sur une femme (art. 460), on ne boit ni ne danse de façon effrénée (art. 376‑377), on n’attise pas les querelles de voisinage (art. 187, 342, 495), on ne revendique pas le bien du voisin (art. 269), on ne jette pas ses ordures à ciel ouvert (art. 256‑257), on ne cède pas à la vanité (art. 399, 426‑440, 442‑444, 479), etc.

  • 34 Alain Montandon (dir.), 1995, Bibliographie des traités de savoir vivre en Europe, Clermont-Ferran (...)

45Et cette démarche consistant à expliciter les règles de politesse n’est pas isolée à son époque. Lorsque l’on se retourne sur l’histoire des traités de savoir-vivre, on s’aperçoit qu’ils ont toujours existé, mais pas dans l’acception que l’on imagine aujourd’hui. La bibliographie de Montandon (1995) montre qu’au Moyen Âge, la problématique était surtout religieuse : « savoir vivre » s’entendait comme vivre pieusement, selon les règles de vie d’un bon chrétien. Rétrospectivement, on peut alors penser aux traités philosophiques de l’Antiquité qui sont aussi, à leur façon, des traités de savoir-vivre : l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, la Lettre à Ménécée d’Épicure, ou encore bien d’autres, cherchent le chemin d’une vie sage, prudente ou heureuse. Mais la notion de « savoir-vivre » a pris progressivement un sens plus superficiel, social, lié au paraître, à l’étiquette. À l’époque des Chahamirian, les traités où sont définies les manières de table ou les règles d’une conversation spirituelle sont légion dans plusieurs pays d’Europe34.

46Il y a toujours eu des critères de distinction sociale pour différencier les « héritiers » (selon le terme de Pierre Bourdieu) des autres, ceux qui connaissent et maîtrisent les codes, de ceux qui, tel Lucien de Rubempré, le personnage balzacien des Illusions perdues, vont vite trahir leurs origines « vulgaires » par quelque bévue ou impair. Mais cette initiation, en principe, se reçoit dans le milieu social et non par les livres. Il est même contraire à leur fonction sociale de rendre ces règles publiques. Pourquoi alors tous ces traités ? Et pourquoi les peuples, tels les Arméniens, récemment mis en contact avec les Européens se mettent-ils à dénigrer leurs propres usages comme étant des habitudes grossières ?

47On peut admettre que l’explication souvent avancée selon laquelle la fortune des sine nobilitate, qui les a conduits à aspirer à la même vie que les aristocrates sans en avoir la « classe », peut aussi s’adapter au cas des Orientaux éclairés, quelque peu méprisés par les Européens incarnant désormais la nouvelle puissance sociale et qui tentent d’inculquer à leurs compatriotes les nouveaux codes en vigueur.

  • 35 Catalogue des livres de l’Imprimerie arménienne de Saint-Lazare, 1848, p. 23. Hayk Davthyan, 1967, (...)

48L’adhésion et la propagation des règles de savoir-vivre se développent ensuite dans le monde arménien avec la publication, en 1806 des Règles de la politesse de Mgr Ignace Papazianz (Ignatios Papazian) à l’imprimerie des mekhitaristes de venise35.

49On le voit, les aspects non politiques du Piège présentent aussi une grande richesse d’informations sur la vie sociale des Arméniens à Madras au xviiie siècle et sans doute plus largement dans une partie du monde arménien de l’époque. On s’est contenté d’en esquisser quelques grandes lignes, faute de sources, notamment littéraires, ou d’archives qui permettraient d’aller plus loin pour l’instant, mais qui mériteraient une étude plus approfondie. Il conviendrait notamment de croiser le témoignage du Piège avec les récits de voyageurs et des documents locaux, un travail qui dépasse un peu le cadre de la présente étude.

Notas

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 Piège, art. 182.

3 Ibid., art. 376‑377.

4 Ibid., art. 360.

5 Thomas Hobbes, 1971, Le Léviathan, Paris : Sirey, chap. XVII, p. 173, trad. François Tricaud.

6 « Grotius et les autres tirent de la guerre une autre origine du prétendu droit d’esclavage. La vainqueur ayant, selon eux, le droit de tuer le vaincu, celui-ci peut racheter sa vie aux dépens de sa liberté ; convention d’autant plus légitime qu’elle tourne au profit de tous deux. Mais il est clair que ce prétendu droit de tuer les vaincus ne résulte en aucune manière de l’état de guerre. […]. La fin de la guerre étant la destruction de l’État ennemi, on a droit d’en tuer les défenseurs tant qu’ils ont les armes à la main ; mais sitôt qu’ils les posent et se rendent, cessant d’être ennemis ou instruments de l’ennemi, ils redeviennent simplement hommes et l’on n’a plus de droit sur leur vie. […]. En supposant même ce terrible droit de tout tuer, je dis qu’un esclave fait à la guerre ou un peuple conquis n’est tenu à rien du tout envers son maître, qu’à lui obéir autant qu’il y est forcé. En prenant un équivalent à sa vie, le vainqueur ne lui en a point fait grâce : au lieu de le tuer sans fruit, il l’a tué utilement », Jean-Jacques Rousseau, 1964, t. III, Du contrat social, I, iv, p. 356‑357.

7 En plus de l’art. 315, les art. 316 à 327, 387 à 391, 489 et 490.

8 Piège, art. 24, 27, 30, 32, 33, 46, 47, 62, 70, 74, 76, 80, 100, 117, 118, 138, 164, 190, 239, 240, 277‑283, 285‑290, 300‑309, 311‑340, 343‑344, 353, 368, 387‑391, 395, 411, 462, 467, 480‑483, 486‑494, 499, 510, 512‑517.

9 Ibid., art. 510.

10 Ibid.

11 Ibid., art. 1 et 107.

12 Piège, p. [102]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX).

13 Piège, p. [102].

14 Emin, qui voyait dans la connaissance de l’art militaire (européen) le seul moyen de libérer l’Arménie, quitta Calcutta pour Londres pour y acquérir une formation militaire, puis s’engagea dans l’armée britannique durant la guerre de Sept Ans. Emin a ensuite vécu dans divers pays dont la Russie et la Géorgie, où il a joué un rôle militaire important pour le compte d’Irakli II.

15 Jonas Hanway, 1753, pp. 245 sqq.

16 Ibid., art. II, p. 13.

17 Ibid., art. XXVII, p. 39.

18 Archibald Campbell, 1787, Regulations for the Honorable Company’s Troops on the Coast of Coromandel, Madras : East India Company.

19 Piège, art. 285‑290.

20 Ibid., art. 8, 9, 10, 31, 71, 73, 75, 112, 127, 134, 135, 137, 138, 157159, 161, 162, 167, 168, 177179, 190, 196, 206, 221, 227‑230, 267, 278, 313 356, 367, 378, 392, 399‑410, 412‑451, 453-459, 497, 498, 519, 520.

21 Hakob Chahamirian, avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian, 1772, Նոր տետրակ որ կոչի Յորդորակ (Nouvelle brochure intitulée Exhortation), Madras : Imprimerie Hakob Chahamirian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/yordorak1772_index.html [consulté le 26 avril 2017] (p. 200‑202) ou H. Chahamiryan, 1991, p. 160‑161.

22 Voir l’annexe 5.

23 H. Chahamiryan, 1772, notamment p. 154, ou H. Chahamiryan, 1991, notamment p. 127.

24 Voir art. 519.

25 Plus exactement chaque groupe de maisons élit deux hommes, dont l’un siégera à la Chambre et l’autre remplira une fonction administrative. Voir art. 14.

26 Raymond H. Kévorkian & Paul B. Paboudjian, 1992, Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris : Les Éditions d’art et d’histoire ARHIS, p. 54.

27 Ibid.

28 Piège, art. 149.

29 Gabriel De Chinon, 1671, Relations nouvelles du Levant ou Traités de la religion, du gouvernement et des coutumes des Perses, des Arméniens et des Gaures, Lyon : Jean Thioly, p. 274‑280.

30 John Shortt, 1870, pp. 180‑187 (p. 184), tire de sa conversation avec le prêtre arménien de Madras l’information suivante : “In their own country they [the Armenians] dress after the Arab and Turkish fashion. Their women cover their mouths evrywhere, even in their houses […].”

31 Ibid., au cours de la seconde moitié du xixe siècle, note : “In southern India both males and females take to European dress and habits, and educate their children. Both boys and girls receive the best education their friends can give them […].”

32 Piège, art. 72 et 249.

33 Certes, le satiriste Hagop Baronian (1843‑1891) force le trait en représentant les mœurs de la société arménienne constantinopolitaine dans sa pièce Des mendiants très honorables, mais la réplique qu’il prête à un avocat arménien s’adressant à un compatriote qu’il croit riche est édifiante : « – Il est impossible qu’un homme tel que vous n’ait pas de procès. Non seulement c’est impossible, mais c’est même un déshonneur ! Un homme comme vous doit avoir des centaines de procès et plusieurs avocats doivent pouvoir vivre grâce à lui », Hagop Baronian, 1954, Ընտիր Երկեր (Œuvres choisies), Erevan : Haypethrat, t. I, p. 435.

34 Alain Montandon (dir.), 1995, Bibliographie des traités de savoir vivre en Europe, Clermont-Ferrand : Association des publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand, 2 vol. 

35 Catalogue des livres de l’Imprimerie arménienne de Saint-Lazare, 1848, p. 23. Hayk Davthyan, 1967, p. 24 : http://serials.flib.sci.am/matenagitutyun/Hay%20girq%201801-1850/book/content.html [consulté le 12 avril 2017].