Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre III. Le Piège de l’orgueil et son contexte : de Madras aux États-Unis d’Amérique

Chapter III. The Trap of Glory and its context: from Madras to United States of America

« Որոգայթ Փառաց »ը եւ իր համատեկստը` Մատրասէն Ամե կայի Միացեալ Նահանգներուն

Résumé

La colonie arménienne de Madras, au xviiie siècle est prospère, comme toutes les autres colonies marchandes issues de la Nouvelle-Djoulfa, mais elle se signale surtout par son intérêt pour les idées nouvelles (la revendication de la liberté politique…) et les techniques nouvelles en Orient (imprimerie…), notamment sous l’influence du cercle de Madras et de sa figure prééminente, Chahamir Chahamirian. Les nombreux paradoxes du Piège de l’orgueil trouvent des éléments de résolution dans la reconstitution du contexte local, régional et international : la situation du Piège parmi les publications de l’auteur et de l’imprimerie qu’il a fondée, la situation particulière de Madras, les guerres d’indépendance contemporaines, l’échec des précédentes tentatives de libération, la volonté catholicossale concurrente de résoudre le problème du polycentrisme d’un point de vue spirituel indépendamment de la question territoriale, et l’avancée de la Russie au Caucase.

The Armenian settlement in Madras, in the 18th Century was prosperous, as all the New Julfan merchants’ settlements; it is characterized by another phenomenon: the interest in new ideas (claim for political freedom…) and new techniques introduced in the East (printing press…). This particularity is mainly due to the influence of the Madras circle and to its prominent figure, Shahamir Shahamirian. The many paradoxes of the Trap of Glory are explained by its local, regional and international context: the place of the Trap among the author’s books and those which have been issued at the printing press he founded, the specific situation of Madras, the contemporary independence wars, the failure of the precedent attempts at liberation, the rival will of the Catholicos to unite the Armenians apart from the territorial issue and the advance of Russia in the Caucasus.

Texte intégral

La présence arménienne à Madras

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 2 Piège, p. [101]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège,(...)

Je me présente […], écrit Hakob Chahamirian*1, comme l’un des plus humbles enfants d’Arménie et descendants de Thorgom, issu du Nakhitchevan situé […] au pied de l’altier mont Massis, mais à présent, en l’an 1773 de notre Seigneur et Sauveur, je réside dans la métropole de Madras, sur la côte de Coromandel2.

1L’auteur résume ainsi, en un saisissant raccourci spatio-temporel, le long itinéraire qui conduisit des populations arméniennes du Caucase méridional à s’installer dans plusieurs villes de l’Inde et en particulier à Madras.

  • 3 Seth, 1937(b), p. 612.
  • 4 Ibid.
  • 5 Achot Abrahamyan, 1964, « Համառոտ ուրվագիծ հայ գաղթավայրերի պատմության » (Esquisse d’une histoire (...)
  • 6 Seth, 1937(b).

2On peut douter de l’affirmation de Seth selon qui le marchand Thomas Cana (ou Thomas de Cana) aurait été « le premier Arménien dans le sud de l’Inde3 », ayant atteint la côte de Malabar en 780, soit « sept siècles avant Vasco de Gama4 » en y propageant le christianisme. Même si plusieurs auteurs arméniens5 reprennent cette thèse, elle n’a guère été étayée jusqu’à présent. Seth reste vague en affirmant : « The early Portugese writers call him Thomas Cananeo and give his nationality as Armenian6. » Si ces auteurs (qui ne sont pas cités) ont réellement cru que Thomas était arménien, on peut se demander pourquoi les chrétiens de saint Thomas sont de rite syriaque. Pourquoi un Thomas de Cana apostolique arménien ne leur aurait-il pas transmis sa propre foi et sa propre langue ? La confusion fréquente entre araméen et arménien explique peut-être l’amalgame.

  • 7 Djallaleddin Mohamed Akbar (1542‑1605).
  • 8 Jayanta Kumar Ray & Kingshuk Chatterjee, « Immigrants communities », in Jayanta Kumar Ray (ed.), 2 (...)
  • 9 Geneviève Bouchon, « L’empire dans sa prospérité », in Markovits Claude (dir.), 1992, Histoire de (...)
  • 10 Seth, 1937(b), p. 1 sqq. Kumar Ray & Chatterjee, 2007, p. 62.

3L’installation véritable de colonies arméniennes en Inde est plus tardive, datant de l’époque du souverain moghol Akbar7 qui aurait commencé par inviter à Agra, sa capitale, « le marchand arménien Hakobjan, installé au Cachemire8 », puis permis l’implantation des marchands arméniens en 15629. C’est aussi la même année qu’aurait été bâtie à Agra la première église arménienne de la péninsule indienne10.

4Si la présence arménienne en Inde est donc antérieure à l’installation durable dans la capitale de la Perse safavide, Ispahan, elle lui est tout de même liée.

  • 11 Djoulfa (aujourd’hui Culfa) ; région historiquement arménienne, le Nakhitchevan (Naxçivan) a actue (...)
  • 12 Aujourd’hui Jolfa. Sur cette déportation, voir entre autres Arakel de Tabriz, « Livre d’histoires  (...)
  • 13 Ina Baghdiantz McCabe, 1999, The Shah’s Silk for Europe Silver : The Eurasian Trade of the Julfa A (...)

5En 1603, au cours d’opérations militaires opposant la Perse et l’Empire ottoman pour la possession des régions tampons situées au sud du Caucase, le chah Abbas Ier décide le déplacement de 20 000 Arméniens de Djoulfa (au Nakhitchevan11) et plus généralement de la vallée de l’Araxe, vers Ispahan. Les 4 000 survivants de cette déportation se réinstalleront en divers lieux de la Perse et, parmi eux, ceux qui seront établis à Ispahan recevront, en 1615, l’autorisation royale de se regrouper et de se fixer dans un faubourg de la capitale safavide. Les émigrés baptiseront ce faubourg la Nouvelle-Djoulfa12. L’un des objectifs d’Abbas Ier était la constitution ou le renforcement d’une classe d’artisans et surtout de marchands lui permettant d’échanger la soie, produite en abondance en Perse, contre l’argent13.

  • 14 Le mot « colonie », en arménien, n’a ni la même racine, ni les mêmes connotations qu’en français : (...)
  • 15 Aslanian, 2011, p. 44‑52.
  • 16 Kumar Ray & Chatterjee, 2007, p. 59, 63‑64.
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 60.

6La chute des Safavides, l’invasion et l’occupation de la Perse par les Afghans (1722) et les désordres politiques consécutifs, notamment sous Nadir Chah, accélèrent et intensifient le mouvement d’émigration de nombreux Arméniens, surtout des plus fortunés, mouvement déjà amorcé depuis les années 1670, les amenant à former d’autres colonies14, notamment en Inde15. Il est à noter que l’installation des Arméniens et de certains Persans (les zoroastriens) en Inde est indépendante de la colonisation européenne du sous-continent et lui est antérieure16. Les motifs sont « les opportunités d’une vie meilleure et la recherche d’un refuge contre les persécutions17 » et les Arméniens n’ont jamais manifesté, ne serait-ce qu’en raison de leur faiblesse numérique, « une prétention à la supériorité raciale et à la prédominance politique, caractéristiques des entreprises des Européens en Inde à la même époque18 ».

  • 19 Seth, 1937(b), p. 141.
  • 20 Ibid., p. 48‑50. Henry Davison Love, 1913, vestiges of Old Madras 1640‑1800, Indian Records Series (...)

7L’installation pérenne d’une colonie marchande d’Arméniens à Madras est attestée à partir de 1666 selon Seth19. En 1688, le « Gouverneur et la Compagnie des marchands de Londres commerçant dans les Indes orientales » signe avec le khodja Panos d’Ispahan, représentant la « nation arménienne » en Inde, un contrat accordant aux Arméniens la possibilité de s’installer dans les villes relevant de la Compagnie (entre autres) en jouissant des mêmes droits que les sujets britanniques20. Ce contrat ne comporte pas uniquement des aspects commerciaux, Henry Love le souligne :

  • 21 Love, 1913, I, p. 543.

Dès que le nombre d’Arméniens résidant dans une ville de la Compagnie atteignait quarante, une église provisoire devait leur être construite et un terrain où pourrait ensuite être érigé un lieu de culte permanent devait leur être attribué, la Compagnie attribuant également 50 £ par an pendant sept ans pour l’entretien d’un prêtre21.

  • 22 L’évaluation précise est difficile. Selon Hratchya Atcharyan, 2002, Հայ գաղթականության պատմություն (...)
  • 23 Les églises apostoliques d’Inde dépendaient de la cathédrale Saint Joseph d’Arimathie dans le couv (...)
  • 24 Une lettre du père Samuel (vicaire de l’église syrienne Mar Thoma de Madras, 29 janvier 1949) à Mg (...)
  • 25 Susan E. Schopp, « Up from the Watery Deep, The Discovery of an Armenian Gravestone in the South C (...)
  • 26 Voir ci-dessous le plan de Madras par Moll, ainsi que Love, 1913, I, annexe : plan de Madras par T (...)
  • 27 Seth, 1937(b), p. 141. Aramaïs Mirzaian, 1958, A short Record of Armenian Churches in India and th (...)
  • 28 Love, 1913, II, p. 465.
  • 29It was one of the few magnificent edifices on the Esplanade of that city, but the Armenians were (...)
  • 30 Love, 1913.
  • 31 Par la suite, à l’issue des guerres franco-britanniques pour la domination de l’Inde, Madras est o (...)

8La colonie arménienne de Madras, quoique modeste numériquement22, est donc rapidement dotée des structures classiques – et moins classiques – lui permettant de vivre en tant que telle. L’église et le cimetière en étaient les éléments indispensables. L’église, pour la pratique du culte, puisque le rite arménien est spécifique23 ; le cimetière pour parer à des difficultés dont certaines sont propres à l’Inde où le climat impose un traitement rapide des dépouilles et où les tombes chrétiennes étaient, semble-t-il, un objet d’aversion pour les musulmans (ce trait n’est pas propre à l’Inde) et plus encore pour les hindous (qui ne conservent pas les corps)24. En l’absence de cimetière arménien, les familles devaient se tourner vers d’autres cimetières chrétiens (Hakob, mort à Malacca, fut inhumé dans un cimetière hollandais et avant lui son aïeul Soultanoum, mort à Pondichéry, dans un cimetière français25). En l’espèce, le cimetière (où la plus ancienne tombe date de 1663) est antérieur à l’église. Au début des années 1710, en effet, les plans de Madras et les descriptions de Hamilton26 montrent qu’à cette époque, l’église arménienne se situait dans la ville Noire, près de Bridge Gate et le site mentionné dans le quartier de Muthialpetta, au début de l’actuelle Armenian Street (jadis Mud Point Street), était celui du cimetière, où se dressait une chapelle (qui est peut-être le campanile de l’église actuelle, elle-même édifiée en 1772). L’actuelle église porte aujourd’hui deux dates sur sa façade est 1772 (date de sa construction) et 1712 (date de la construction de l’ancienne église de la ville Noire27 ou de la construction de la première chapelle du cimetière28). La première église, près de Bridge Gate, a été abandonnée, selon Seth29, sur ordre des autorités britanniques et, d’après les sources de Love30, détruite par les Français, comme tout le reste de la ville Noire, en 1746, lors de la prise de Madras31.

Illustration 1 : A Plan of Fort St. George and the City of Madras, Hermann Moll, 1726.

Illustration 1 : A Plan of Fort St. George and the City of Madras, Hermann Moll, 1726.

On peut voir au repère « m », près de Bridge Gate, à l’ouest de Black Town, la première église arménienne, et au repère « t » (quartier dont le nom est orthographié ici Mutial Peta) le premier cimetière arménien où a été édifiée, en 1772, l’église actuelle. Carte de Hermann Moll, in Thomas Salmon, 1726 [1739].

© Modern History or the Present State of all Nations, London : Bettesworth & Hitch :
https://lc.cx/​P2VF [consulté le 7 janvier 2017]. © Université de Columbia.

Illustration 2 : Part of the Black Town, Madras, Thomas Daniell, 1797.

Illustration 2 : Part of the Black Town, Madras, Thomas Daniell, 1797.

Le deuxième édifice saillant à partir de la droite est le campanile de l’église arménienne actuelle, édifiée en 1772 sur le site du premier cimetière arménien (au début de l’actuelle Armenian Street). La représentation du campanile est réaliste, comme le montre la comparaison avec l’illustration 3.

© The British Library. https://lc.cx/​dftb [consulté le 12 février 2017].

Illustration 3 : Le campanile de l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu à Madras.

Illustration 3 : Le campanile de l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu à Madras.

Photographie : © s. BatwaganToufanian (2014).

Illustration 4 : Façade Est de l’église Sainte-Marie-Mère-de-Dieu portant mention de deux dates. L’église actuelle a été bâtie en 1772, mais conserve la trace d’une construction antérieure, soit celle du campanile, soit celle de la première église, détruite en 1746.

Illustration 4 : Façade Est de l’église Sainte-Marie-Mère-de-Dieu portant mention de deux dates. L’église actuelle a été bâtie en 1772, mais conserve la trace d’une construction antérieure, soit celle du campanile, soit celle de la première église, détruite en 1746.

Photographie : © S. BatwaganToufanian (2014).

Illustration 5 : Glyn Barlow, 1921, The Story of Madras, London/Bombay/Calcutta/Madras : Humphrey Milford/Oxford University Press.

Illustration 5 : Glyn Barlow, 1921, The Story of Madras, London/Bombay/Calcutta/Madras : Humphrey Milford/Oxford University Press.

La maison de Charles Street, Fort St. George. Cet édifice fut un temps une propriété de Chahamir Chahamirian et devint ensuite Clive’s House.

© American Libraries, internet, Archives.

  • 32 Azdarar (Le moniteur), Madras, 17941796, rééd. 1970, préf. de Margarit Mkhitarian. Lisbonne : Fond (...)
  • 33 Hakob Chahamiryan, 1991, Նոր տետրակ որ կոչվում է Յորդորակ (Nouvelle brochure intitulée Exhortation (...)
  • 34 John Shortt, 1870, “The Armenians of South India”, Journal of Anthropology, vol. 1, nº 2, oct. 187 (...)

9Dans un registre moins classique, Chahamir Chahamirian* fonde, en 1771‑1772, au nom de son fils aîné Hakob, une imprimerie pourvue de caractères arméniens, la première de ce genre en Inde, où, sur une période de quarante-six ans, seront imprimés une quarantaine d’ouvrages, dont le Piège, ainsi que le premier périodique arménien Azdarar32 (Le moniteur), créé par Harouthioun Chmavonian*. Dans l’Exhortation33, H. Chahamirian déplore la perte du savoir ou son confinement dans les monastères ; l’activité de son imprimerie va, pendant toutes ces années, tenter de corriger ce défaut. Ch. Chahamirian met également en place, en 1783, la constitution d’un fonds, relevant de l’église, pour les orphelins arméniens et crée en 1795, dans l’enceinte de l’église, une école34.

  • 35 Seth, 1937(b), p. 142. (Selon les sources, on trouve également les formes suivantes : Pétros, Pétr (...)
  • 36 Ibid., p. 143. Love, 1913, II, p. 231.
  • 37 William Hodges, 1805, Voyage pittoresque de l’Inde fait dans les années 1780‑1783, Paris : Delance (...)
  • 38 Dans son œuvre « Marmalong Bridge, Madras », Justinian Walter Gantz (1802‑1862) a représenté de pr (...)
  • 39 Jules Dumont d’Urville (dir.), 1839, Voyage pittoresque autour du monde, Paris : Furme, t. I, p. 1 (...)
  • 40 Sur les travaux d’embellissement de cette église auxquels ont participé les Arméniens de Madras, v (...)
  • 41 Seth, 1937(b), p. 143.

10La présence arménienne était également visible au-delà du quartier de la ville Noire. Madras vit la construction, de la part du khodja Petrus Voskan35, un marchand arménien originaire de la Nouvelle-Djoulfa, de plusieurs œuvres pieuses consistant en des grands travaux d’intérêt public avec, au premier rang d’entre eux, la reconstruction, en 1725‑1726, du pont de Marmalong, enjambant le fleuve Adyar36. L’ouvrage d’art fut l’une des constructions emblématiques de Madras, peint par William Daniell, mais aussi déjà par William Hodges (Extensive View of the Marmalong, Previously the Armenian Bridge, vers 178337), puis par Justinian Gantz38 et décrit par de nombreux voyageurs parmi lesquels Dumont d’Urville : « Ce pont a trois cent soixante et quinze mètres de longueur avec sa chaussée, on y compte vingt-neuf arches de diverses grandeurs39. » À l’une des extrémités de ce pont, Petrus fit installer une plaque portant une inscription en trois langues (arménien et persan, Petrus étant arménien de la Nouvelle-Djoulfa et latin, puisqu’il était devenu catholique) : « Ce pont a été construit pour le bien public par le khodja Petrus Uscan, de la nation arménienne, en l’an 1726 de Notre Seigneur. » Le pont permettait de traverser l’Adyar pour accéder à la rive droite du fleuve, au sud de Madras, et notamment aux multiples édifices religieux (catholiques) situés sur Little Mount et St. Thomas Mount. Au sommet de cette dernière colline (de 91 mètres) se trouve l’église (catholique, où demeurent plusieurs vestiges arméniens telles des sépultures40) de Mount Church, lieu de pèlerinage édifié sur l’emplacement considéré comme celui du martyre de saint Thomas. Petrus compléta son initiative par la construction, en 1726, de 160 larges marches de pierre en un long ouvrage doté d’espaces de repos permettant de faciliter l’ascension jusqu’au lieu de culte41. Il a également financé la construction de plusieurs églises (catholiques).

Illustration 6 : The Armenian Bridge Near St. Thomas’s Mount in 1798, Thomas Daniell.

Illustration 6 : The Armenian Bridge Near St. Thomas’s Mount in 1798, Thomas Daniell.

© The British Library. https://lc.cx/​dftt [consulté le 12 avril 2017].

  • 42 Baghdiantz Mccabe, 1999, p. 79‑105.
  • 43 Fonction en usage dans l’Empire safavide, sorte de bourgmestre. Jean Chardin, 1811, Voyage du Chev (...)

11L’organisation interne de la colonie de Madras reproduit les principaux traits de celle de la Nouvelle-Djoulfa, sorte d’oligarchie dirigée par de riches marchands42, avec à leur tête un kalentar43, doté d’un pouvoir de décision pour les questions internes à la communauté et d’un pouvoir de représentation de la communauté vis-à-vis des autorités politiques. Ch. Chahamirian exerce cette fonction à la suite de Petrus Voskan.

  • 44 Bouchon, in Markovits, 1992, p. 176.

12Comme dans le reste de l’Orient, les marchands arméniens jouent à Madras un rôle économique important, notamment par leur position privilégiée d’intermédiaires entre autochtones et Européens : « Chrétiens sans État, sans volonté de domination ou de prosélytisme, ils étaient parfaitement intégrés à l’économie asiatique grâce à une coordination rapide de leurs informations commerciales44 », comme le souligne Geneviève Bouchon.

Le cercle de Madras

  • 45 Par exemple Avdalbéguyan, 1922, p. 160, ou Arakél Arakélyan, 1964, Հայ ժողովրդի մտավոր մշակոյթի զա (...)

13Les personnes que l’historiographie arménienne englobe sous l’appellation « cercle de Madras45 » forment, à la fin du xviiie siècle, autour de Ch. Chahamirian, un petit groupe très informé de la vie politique et intellectuelle nationale et internationale, et en relation avec un nombre remarquable d’acteurs de la sphère politique arménienne et non arménienne.

  • 46 Arakélyan, 1964, p. 141‑142.

14Les noms de plusieurs personnages de ce cercle sont connus, comme Grigor et Hakob Khodjadjanian ou Hovhannés Garakian46, mais leur biographie l’est beaucoup moins, si bien que ce sont Ch. Chahamirian, deux de ses fils, Hakob et Yéghiazar*, ainsi que Baghramian* qui sont toujours cités comme les pivots de ce cercle.

15L’apport de Baghramian a certainement été décisif dans l’élaboration de la « doctrine » du cercle, mais les données biographiques le concernant étant très lacunaires, on ne peut que marquer l’importance de son rôle sans pouvoir en préciser complètement la nature et la portée. On sait qu’il est né au Karabagh, qu’il est membre du clergé, apparenté à Joseph Emin* dont il a été le compagnon de voyage et même de lutte, notamment lors d’actions politiques et militaires entreprises par ce dernier au Caucase ; on peut supposer que c’est par son intermédiaire que Ch. Chahamirian a rencontré Emin à Madras vers 1772. On sait également que Ch. Chahamirian a confié à Baghramian, à cette même époque, la formation de ses fils Hakob et Yéghiazar.

  • 47 Voir l’étude des différentes hypothèses par Assadour Mnatsakanyan, 1962, « Ո՞վ է Նոր տետրակ որ կո (...)

16Mais quel a été exactement son rôle dans l’élaboration des idées du groupe ? Son nom apparaît dans l’Exhortation, ouvrage signé « Hakob Chahamirian, aidé par son maître Movsés Baghramian ». Ce dernier a-t-il apporté un simple concours au plan de la rédaction ? A-t-il été coauteur ? N’en serait-il pas, même, le véritable auteur, comme certains47 l’ont pensé, estimant que, compte tenu du caractère audacieux des thèses défendues, le nom de Chahamirian aurait été mis en avant en guise de protection ?

  • 48 Avdalbéguyan, 1924, p. 135‑151 (p. 145‑151).

17Il est difficile de trancher, mais il convient d’accorder un rôle important à Baghramian dans la généalogie les idées politiques du cercle de Madras, surtout si l’hypothèse d’Avdalbéguian48 assimilant Baghramian à l’« Arménien, fils d’Arménien » est correcte. L’« Arménien », en effet, en 1795, prône encore avec véhémence, comme dans l’Exhortation, l’action en faveur de la libération.

Illustration 7 : Portrait de Chahamir Chahamirian, 1790.

Illustration 7 : Portrait de Chahamir Chahamirian, 1790.

Les indications sous le portrait précisent : « Londres, 1790. Voici Chahamir, de la nation arménienne, fils de Soultanoum, né en 1723. » Au milieu de l’inscription : l’emblème des professions de Chahamir (ciseaux, mètre pour le métier de tailleur ; balance avec ses poids, encrier et plume, pour l’activité de marchand de perles et de pierres précieuses).
Voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III, l’illustration 1 du chapitre VI et l’annexe 1.

© Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/1)

18Si Ch. Chahamirian apparaît aujourd’hui comme la figure de premier plan du cercle de Madras, cela est donc peut-être dû à une certaine méconnaissance du rôle de Baghramian, peut-être aussi à la disparition prématurée de ses fils Hakob et Yéghiazar, mais aussi, certainement, à sa propre position économique et sociale.

19Il se signale en effet dans les années 1770‑1790 autant par sa puissance sociale locale que par l’important réseau de relations dont il dispose dans plusieurs pays.

  • 49 Love, 1913, III, p. 324. Par exemple, lorsqu’en mai 1786, le gouvernement de Fort St. George veut (...)

20À Madras, Chahamirian est considéré, par la colonie arménienne, comme l’une de ses personnalités éminentes, mais il est aussi regardé comme un interlocuteur représentatif par les autorités britanniques de Fort St. George49.

  • 50 Hovhannés XII de Gandzasar, catholicos d’Aghouanie (Albanie du Caucase, province comportant le Kar (...)
  • 51 Pavel Tchobanyan (Chobanyan), 1988, « Հնդկահայ գաղթօջախի պատմությունից » (De l’histoire de la colo (...)
  • 52 Les instruments caractéristiques de ce métier, tels les ciseaux et le mètre, font partie de l’embl (...)

21Son réseau de relations, en dehors de Madras, montre, par l’examen de sa correspondance notamment, qu’il est en lien avec des acteurs politiques ou religieux de premier plan dans le monde arménien et au-delà. L’identité et les fonctions de ses interlocuteurs, le contenu des lettres et même leur ton montrent ce qu’ont pu être l’autorité et le prestige social de cet homme : Chahamirian correspond avec le roi de Géorgie orientale Irakli II*, les catholicos arméniens, le prélat des Arméniens de Russie – l’archevêque Arghoutian* –, le marchand arménien intégré à la noblesse russe Lazarian*, etc., traitant de questions d’ordre public, mais aussi, avec certains d’entre eux, de questions privées, d’ordre familial, et allant même parfois jusqu’à se montrer très directif, comme lorsqu’il recommande au catholicos Hovhannés de Gandzasar50 de prendre des mesures énergiques pour assurer l’instruction des enfants des provinces sous sa juridiction51. L’autorité de Ch. Chahamirian, l’importance qui lui est reconnue au sein de la colonie arménienne comme au-dehors, le crédit dont il jouit, la légitimité que nul, hormis peut-être le catholicos Siméon d’Erevan, ne semble lui contester dans ses relations avec les grands, peuvent surprendre dans la mesure où il fut longtemps un homme « ordinaire » ayant connu, dans sa jeunesse et sa maturité, la vie laborieuse et modeste d’apprenti, puis de tailleur52.

  • 53 Voir deux exemples de sa correspondance avec Robert Palk à propos de la vente d’un diamant. Annexe (...)

22Certes, l’imposante fortune personnelle de Ch. Chahamirian, acquise dans le commerce des perles et des pierres précieuses53 à partir des années 1770, lui assure prestige, pouvoir et liberté et peut constituer une première explication, mais cette fortune n’aurait peut-être pas suffi à le mettre en relation avec toutes les personnalités qui entretiennent avec lui une correspondance et lui manifestent des signes de respect ou d’amitié.

23Sans doute, le statut de marchand a-t-il encore au xviiie siècle une dimension politique ou en tout cas diplomatique, chez les Orientaux comme chez les Européens ; mais, chez les Arméniens, il n’existait pas d’autorité politique suprême en mesure de déléguer une quelconque responsabilité à Chahamirian.

  • 54 1722‑1799. Catholicos d’Etchmiadzine de 1780 à 1799, correspondant de Ch. Chahamirian. (Variantes  (...)
  • 55 Sa traduction des Fables d’Ésope, publiée par la Congrégation des mekhitaristes à Trieste en 1784, (...)

24Par ailleurs le point commun entre plusieurs correspondants de Chahamirian, le marchand Lazarian, le catholicos Ghoukas de Karin54 ou Margar Chehrimanian de Venise55 est d’être, tout comme Chahamirian lui-même, originaires de la Nouvelle-Djoulfa ; mais la solidarité des Djoulfains n’explique pas non plus toutes les connexions, ni la prétention de Chahamirian à se poser comme acteur du devenir de son peuple.

  • 56 Piège, p. [25].

25Une dernière hypothèse peut être examinée, celle de l’origine sociale de la famille Chahamirian. En écrivant : « Il n’y a plus de nobles parmi nous56 », l’auteur admet que la perte de souveraineté de l’Arménie en général et le déplacement forcé des Arméniens du Nakhitchevan à Ispahan en particulier ont, en quelque sorte, mis tout le monde à égalité. Mais ces événements n’ont peut-être pas pour autant effacé certains signes ou souvenirs de distinction sociale antérieure qui ne sont plus transparents pour nous aujourd’hui. Quelques indices méritent d’être analysés pour évaluer cette hypothèse.

26Le nom Chahamir se compose de chah (« roi », en persan) et amir (« prince », en arabe). Chahamir est fils de Soultanoum (Sultanım : « mon sultan », en turc), lui-même fils de Davoud Khan (« chef, commandant », en mongol, persan et turc).

  • 57 Chardin, 1711(a), IV, p. 217 (souligné par l’auteur).
  • 58 Jonas Hanway, 1753, An Historical Account of the British Trade over the Caspian Sea, with a Journa (...)

27Certes, certains de ces titres sont aussi parfois devenus des prénoms, mais sans pour autant perdre leur valeur de titre à certaines conditions, notamment en fonction de leur position par rapport au nom. Jean Chardin notait : « J’ai observé […] qu’en Perse, chacun prend comme il veut les plus grands titres », mais il ajoute : « les mettant après son nom » ; « il n’y a que le Roi qui les puisse mettre devant son nom. Ainsi, plusieurs gens portent le nom de Sephy Sultan, d’Abas can, de Soliman chae : mais quand on parle des Souverains qui portent ce nom, on transpose en disant Sultan Sephy, Chae Soliman57. » Mais, d’un autre côté, évoquant l’intronisation de Nadir Kouli sous le nom de Nadir Chah, Jonas Hanway déclare : « The Persians generally put the title of Shah after the name58. » Dans le cas des ascendants de Chahamirian, l’ordre n’est pas figé non plus, on trouve selon les sources Soultan David ou David Soultan. Le prénom Soultanoum n’évoque pas nécessairement une origine sociale supérieure, il peut au contraire, comme le pense Jean-Pierre Mahé, être le signe de la sujétion des Arméniens à des maîtres musulmans.

  • 59 Cyrille Toumanoff, 1990, Les Dynasties de la Caucasie chrétienne, de l’Antiquité jusqu’au xixe siè (...)

28Un certain flou règne donc sur l’interprétation adéquate des prénoms et des possibles titulatures, et ces indices demeurent insuffisants pour en tirer des conclusions certaines59.

  • 60 Azdarar, 1970, p. 11.
  • 61 L’épitaphe complète (rimée en arménien), citée par Frédéric Macler, 1919, « Note sur quelques insc (...)
  • 62 Seth, 1937(b), p. 147. Voir l’illustration 1 du chapitre VI.

29Toutefois, sur un autre plan, il arrive aux Chahamirian de mettre en avant une ancienne noblesse et nul ne semble le leur contester. Ainsi de la manière dont Chahamir se présente dans une lettre à James Anderson, traduite dans Azdarar60. Ainsi également de certaines épitaphes des Chahamirian où Hakob est présenté comme un descendant de « grands d’Arménie61 » et Chahamir nommé « the noble Shameer Soolthanoomean62 ».

  • 63 Tchobanyan, 1988, p. 189‑190.

30Quant au titre d’Ichkhan (prince) qui apparaît explicitement dans une lettre de « Hovhannés et Nazar Hakobdjan Chamir », fils et petit-fils de Chahamir, datée du 30 juin 1806 et adressée au « gouvernant de Géorgie63 », il n’est jamais mis en avant par Chahamir lui-même, qui signait habituellement Chamir Agha et non « prince Chamir », comme il est qualifié dans cette lettre. Ce titre, accolé au nom de Chahamir, n’est pas repris par les auteurs de la lettre pour eux-mêmes. Faut-il supposer que ce titre nobiliaire ait été attribué tardivement à Chahamir par Irakli et n’ait pas été transmis ?

  • 64 Aghaniants, 1908, p. 677.

31Cette éventuelle noblesse semble reconnue au-delà même de la famille Chahamirian puisque le catholicos Siméon d’Erevan y trouve une raison supplémentaire d’accabler Chahamir, lui reprochant d’avoir établi son fils Hakob comme imprimeur, ce qui n’est pas digne d’un « prince », mais ne convient qu’« au vulgaire », réduit « au dernier degré de la pauvreté »64.

32De plus, la nature de son réseau de relations, visible à travers sa correspondance, peut aussi indiquer que la reconnaissance sociale dont jouit Chahamirian n’est peut-être pas seulement fondée sur sa fortune nouvellement acquise.

  • 65 Tchobanyan, 1988, p. 187, doc. 3.
  • 66 Robert H. Hewsen, 1984, “Russian-Armenian Relations, 1700‑1828”, Occasional Paper, Society for Arm (...)
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid.
  • 70 Ibid. Danibegov, 1969, p. 170, 184. Tchobanyan, 1988, p. 183.

33Enfin, Irakli II semble lui-même admettre la distinction sociale de Chahamirian. Par un décret du 16 novembre 1790, suivi d’un second, daté du 20 novembre 179765, Irakli confirme ses dispositions de 177566 en attribuant le bourg de Lori et sa région à Ch. Chahamirian, qu’il appelle « Prince djoulfain67 ». Il lui concède ainsi une parcelle de son propre territoire et renonce à la levée d’impôts sur cette région68 en lui accordant un droit héréditaire « transmissible à ses descendants, de génération en génération, jusqu’à la fin du monde69 ». Irakli II, de concert avec Chahamirian, aurait eu l’intention d’établir dans cette région des Arméniens « rapatriés » et d’y créer un micro-État70. Il est vrai que cette région abrite une population à dominante arménienne. De plus, étant située au sud-est du royaume d’Irakli, elle constitue une zone frontalière avec la Perse, facile à annexer par cette dernière. Elle est donc à la fois celle qu’Irakli aurait pu perdre en premier en cas de conflit avec la Perse, et l’une des plus menacées de retour dans le giron persan du point de vue de Chahamirian.

  • 71 Raffi (Melik Hakobian Hakob), 2010, The Five Melikdoms of Karabagh (1600‑1827), London : Taderon P (...)
  • 72 Danibegov, 1969, p. 147.

34Il convient toutefois de souligner ici que l’écrivain Raffi71 donne de cette « attribution » une lecture beaucoup plus prosaïque : il pense que la province du Lori aurait été achetée par Chahamirian, qui aurait eu le projet d’acquérir ensuite d’autres provinces (y compris Erevan). Cette vision des choses peut être mise en relation avec une remarque de Danibegov, l’émissaire qu’Irakli choisit pour porter à Madras le « titre de propriété » : « J’ai été envoyé en Inde par le roi Irakli II avec la mission suivante : à Madras vivait un riche Arménien qui envoyait des cadeaux chaque année à Irakli, en récompense le roi lui a remis le bourg de Lori72. »

  • 73 Ch. Chahamirian est né en 1723. Danibegov (ibid.) déclare que, lorsqu’il apporta le décret à Madra (...)
  • 74 Ibid., p. 177‑189.
  • 75 Parfois nommé Guéorgui XIII (1746‑1800), ce prince a régné les deux dernières années de sa vie.
  • 76 Tchobanyan, 1988, p. 187, doc. 4.
  • 77 Danibegov, 1969, p. 194‑195. Aucun des fils de Chahamir n’étant venu prendre possession du Lori, G (...)

35L’attribution du Lori n’était peut-être pas très risquée de la part du roi géorgien, compte tenu de l’éloignement de Chahamir et de son âge73, mais même si la signification de ces décrets était purement honorifique et l’appellation de « prince », une simple formule de politesse ou encore un titre qu’on aurait indûment présenté au roi géorgien ou imaginé pour justifier l’attribution d’un territoire, on peut se demander pourquoi Irakli traite Chahamirian avec de si grands égards, d’autantqueles relations entre la famille royale de Kartli-Kakhétie et la famille Chahamirian ne cessent pas avec la mort de Chahamir, en 1797, ni avec celle d’Irakli, en 1798. Irakli avait envoyé son émissaire Danibegov74 en Inde, auprès de Chahamir ; Guéorgui XII75, fils et héritier d’Irakli, y envoie à nouveau le marchand et diplomate, cette fois auprès du « glorieux prince76 » Hovhannés Chahamirian, fils de Chahamir, l’assurant encore, en 1799, de la validité de ses droits sur le Lori77.

36La question est donc de savoir en vertu de quoi Ch. Chahamirian pouvait être en relation avec ces personnalités, en être reconnu comme un pair et ce qui l’a autorisé à prendre part à des négociations politiques et à concevoir un projet de législation. Tous ses interlocuteurs avaient une légitimité sociale définie, quelle était la sienne ? Un simple particulier pouvait-il être crédible ?

  • 78 Doron Zimmermann, 2003, The Jacobite Movement in Scotland and in Exile, 1746‑1759, New York : Palg (...)

37Il est possible de considérer que l’appartenance à une élite marchande ait suffi, dans cette société, à assurer une légitimité au plan politique, non seulement parce que la richesse donne du pouvoir (« No taxation without representation »), mais aussi parce que le rôle des marchands, voyageurs, ambassadeurs, ne se limitait pas au domaine économique ; il n’est pas exclu que la généalogie ait aussi eu son importance et que Chahamirian soit issu d’une ancienne noblesse du Nakhitchevan, contrainte au travail par l’exil forcé et la destruction des anciennes structures sociales, conservant néanmoins l’ambition de jouer un rôle politique et une certaine légitimité à le faire. Un tel cas de figure ne serait pas isolé, ainsi, à la même époque, les clans écossais jacobites luttant pour le retour de la dynastie écossaise des Stuarts sur le trône d’Angleterre se retrouvent quasiment anéantis par la défaite de leur pays face à l’Angleterre lors de la bataille de Culloden Moor en 1746, privés de leurs terres, contraints à l’émigration et au travail (souvent le négoce) mais continuent leur combat politique, même dans l’exil, pendant encore une quinzaine d’années78.

Le « Piège », de sa rédaction à sa publication

La forme définitive du « Piège »

38D’après les indications mentionnées dans l’ouvrage lui-même, le Livre intitulé le Piège de l’orgueil destiné à rendre tout acte illégal impossible est l’œuvre de Hakob Chahamirian et paraît à Madras en 1773.

  • 79 Marc Nichanian, 1989, Âges et usages de la langue arménienne, Paris : Entente, p. 266‑282. Valenti (...)

39Le livre est rédigé en arménien, dans une langue tenant à la fois de la langue classique (grabar) et du vernaculaire, que l’on pourrait considérer comme de l’« arménien civil79 » s’il n’était, de plus, fautif, ces fautes n’étant pas seulement des coquilles apparues lors de l’impression.

  • 80 Par exemple, Ps. CXL, 6 : « Des orgueilleux ont caché pour moi un filet, pour rets ils m’ont tendu (...)
  • 81 Qo. I, 2.

40Son titre, ambigu et énigmatique, ne signifie pas que l’orgueil soit un piège, mais qu’il est nécessaire de concevoir un piège pour neutraliser l’orgueil ; ce piège consiste en un dispositif serré de lois obligeant chacun à s’y soumettre en rendant toute infraction impossible. L’image des rets dans lesquels sera pris l’orgueil (l’ambition de se situer au-dessus des lois) se réfère donc aux Psaumes de David80 plutôt qu’à la critique des vanités par l’Ecclésiaste81 qu’elle semble évoquer tout d’abord.

41Les 339 pages de l’édition princeps, dont il existe encore quelques spécimens, par exemple l’exemplaire actuellement conservé à l’institut Machtots d’Erevan (Maténadaran)82, se répartissent en un préambule de 4 pages, une première partie de 91 pages établissant les principes du droit et une seconde partie de 203 pages intitulée « Guide » et sous-titrée « Organisation de l’Arménie pour le gouvernement du pays », suivie de 27 pages de table des matières et d’un épilogue de 3 pages.

  • 83 Piège, art. 13, 15, 36, 38,45, 51, 58,92, 508, 511, 512.
  • 84 Ibid., art. 278, 519 et 520.

42Les 203 pages de la seconde partie comportent 521 articles de nature différente dont 468 articles de lois ou règles, 50 modèles de lettres officielles83 (lettres d’investiture pour des mandats politiques ou contrats de droit privé) et des tableaux de recettes et dépenses publiques84. Ces « lois » relèvent à la fois du droit constitutionnel, du droit public, du droit civil, du droit pénal et même, parfois, des règles du savoir-vivre. Les articles de la seconde partie constituent bien un guide, une sorte de simulation et non un ensemble prescriptif. Ainsi, le dernier article précise :

  • 85 Ibid., art. 521.

Le discours et les 520 articles de lois que je viens d’exposer ne sont qu’un exemple à valeur indicative. Aucun système d’organisation, ni celui-ci, ni un autre, ne peut entrer en vigueur s’il n’est voulu et ratifié par l’ensemble des dirigeants d’Arménie : patriarche, Premier Magistrat, magistrats et gouverneurs85.

L’histoire du « Piège » jusqu’à sa publication

  • 86 Ioannissyan. 1948, p. 1125.

43Sur les cinq manuscrits connus du Piège et conservés au Maténadaran sous les numéros 1477, 3101, 3102, 7886 et 4471, un seul serait antérieur à la publication de l’imprimé : le numéro 4471 qui, contrairement aux autres manuscrits, copiés sur l’imprimé, daterait de l’été 1775 et reprendrait le texte d’un manuscrit antérieur86.

44Ce manuscrit 4471 serait donc la plus ancienne version connue du Piège, or il diffère sensiblement de l’imprimé que l’on peut lire aujourd’hui.

  • 87 Piège, p. [100].
  • 88 Ibid., p. [102].

45Il ne comporte pas la seconde partie de l’actuel Piège et la première partie en est plus courte, s’arrêtant à la page 101 de l’imprimé, sur une fin, du reste, tout à fait logique, annoncée par l’expression : « Pour finir87. » L’auteur prend congé de son lecteur en rappelant qui il est, où il réside et la date de son écrit : 1773. La suite de l’imprimé, introduite par : « Il faut encore vous rappeler un peu »88 ne peut donc être qu’un ajout.

46Un texte ayant pour titre le Piège de l'orgueil a donc bien été écrit au plus tard en 1773 par H. Chahamirian, qui devait mourir l’année suivante, mais il est difficile de savoir quelle proportion de la version imprimée il représente.

  • 89 Aghaniants, 1908, p. 574‑575.

47Il est toutefois certain que la partie constitutionnelle de la seconde partie avait déjà été rédigée et divulguée, au moins en partie, en 1773 ou entre 1773 et 1775, même si elle n’est pas comprise dans la copie manuscrite 4471. En effet, d’une part, le manuscrit porte la mention « première partie », ce qui en annonce une seconde, d’autre part, dans les années 1770, le catholicos Siméon est informé de la teneur de la Constitution conçue par H. Chahamirian et en relate certains aspects de façon circonstanciée89.

  • 90 Piège, p. [103].

48Ce qui permet également d’assurer que l’actuelle fin de la première partie constitue un ajout car elle mentionne des événements survenus après 1773 et même après 1774, comme la guerre d’indépendance américaine, qui débute en 1775 et la mort de Kérim Khan, qui se produit en 177990.

  • 91 Siruni, 1967, p. 297‑336 (p. 323, art. 15). Le document présenté et traduit par Siruni est la Broc (...)

49Par ailleurs, dans un document rédigé par Yéghiazar Chahamirian91 en 1786, celui-ci fait bien référence à un ouvrage intitulé le Piège de l'orgueil rédigé par son frère, comportant un système législatif (donc la seconde partie) et le date de 1779.

  • 92 Avdalbéguyan, 1929, p. 39‑56. Cet article reprend une conférence prononcée un an plus tôt. Voir en (...)
  • 93 Lettre accessible depuis au moins 1881 puisque Srbouhi Yéritsian la publie cette année-là dans Por (...)
  • 94 Ibid., p. 24‑32. Avdalbéguyan, 1929, p. 43.
  • 95 Nersissyan, 1990, p. 358‑362.
  • 96 Avdalbéguyan, 1929, p. 44.

50L’imprimé ne peut donc pas avoir été publié sous sa forme actuelle en 1773, comme l’établit dès 1928 Avdalbéguyan92 en se fondant sur les anachronismes susmentionnés ainsi que sur des indications provenant de la correspondance de Ch. Chahamirian. En effet, dans une lettre au roi de Géorgie orientale Irakli II, datée du 15 octobre 178793, Chahamirian explique que le Piège n’est pas encore imprimé94 ; de plus, dans une lettre du même jour au catholicos Ghoukas95, il explique qu’Irakli lui a demandé de rédiger une Constitution et que, disposant déjà du Piège, il a fait préparer trois exemplaires de la seconde partie uniquement (un pour le roi géorgien, un pour le catholicos et un autre enfin pour l’archevêque Yeprem, primat des Arméniens de Russie, successeur d’Arghoutian). Cela confirme que le Piège est déjà rédigé (au moins en partie), mais n’est pas encore imprimé, sinon, pourquoi n’en réaliser que trois exemplaires et pourquoi isoler la seconde partie ? Ce n’est pas l’imprimé que nous connaissons qui a été envoyé à ces trois correspondants. Enfin, ce n’est que dans une lettre du 1er novembre 1789 au catholicos Ghoukas, que Chahamirian annonce à ce dernier l’envoi de deux exemplaires du Piège, nouvellement imprimé96.

51Avdalbéguyan situe donc la date réelle de publication du Piège entre 1787 et 1789 et cette estimation n’a pas été contestée ultérieurement ; mais, si la publication du Piège est ultérieure à 1773, qui en est l’auteur ? Hakob Chahamirian est mort en 1774.

Illustration 8 : Portrait de Hakob Chahamirian.

Illustration 8 : Portrait de Hakob Chahamirian.

Voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III et l’annexe 1.

© Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/3).

  • 97 Ibid., p. 44‑45.
  • 98 Ioannissyan, 1948, p. 11‑25.

52L’hypothèse de plusieurs strates d’élaboration et de rédaction de l’ouvrage par deux auteurs au moins se révèle nécessaire, comme le montrent Avdalbéguyan97 et Abgar Ioannissyan98.

  • 99 Avdalbéguyan, 1929, p. 43.
  • 100 Ibid.

53Avdalbéguyan considère que l’auteur principal du Piège est Chahamir et non Hakob Chahamirian : d’une part, dans sa lettre susmentionnée à Irakli, datée du 15 octobre 1787, Chahamir dit être l’auteur du Piège ; d’autre part, le texte lui-même « trahit » un auteur autodidacte, voire « illettré » selon Avdalbéguyan99, un auteur qui ne serait pas le même que celui de l’Exhortation, c’est-à-dire Hakob aidé de Baghramian, lesquels s’expriment dans une langue qu’Avdalbéguyan qualifie d’« acceptable100 », et où plusieurs chapitres sont même – raffinement suprême – rimés.

  • 101 Ioannissyan, 1948.

54Ioannissyan101 suppose encore d’autres collaborations (secondaires), comme celles de Baghramian et d’Emin et, s’appuyant sur l’étude des versions manuscrites du Piège, il estime que de nombreux éléments de la seconde partie du Piège auraient été rédigés dans les années 1780.

55Comme le montre Ioannissyan, le Piège dans sa version imprimée est donc un ouvrage conçu collectivement, écrit à quatre mains au moins et dont l’élaboration s’est déroulée – de façon discontinue – sur plus d’une décennie. Ces caractéristiques expliquent en partie pourquoi l’ouvrage manque souvent d’ordre et même parfois de cohérence.

  • 102 Avdalbéguyan, 1929, p. 46.

56Le sens de l’attribution posthume à Hakob, obligeant à antidater l’ouvrage, consiste, selon Avdalbéguyan102, dans l’hommage rendu par un père à son fils défunt, fils qui a joué un rôle réel dans l’élaboration des thèses présentées.

  • 103 Aghaniants, 1908, p. 574.

57Si Hakob n’a pas rédigé la totalité du Piège avec le détail des lois de la seconde partie, plusieurs de ses thèses majeures se trouvent déjà dans l’Exhortation où le catholicos Siméon voit à juste titre un appel à la restauration de la souveraineté arménienne103. Il est donc permis de penser que, si la publication du Piège date effectivement des années 1780, le projet politique est bien initialement conçu par Hakob et, en partie au moins, rédigé par lui.

  • 104 Cooper, 1836, p. 43‑56.
  • 105 Jean-Jacques Rousseau, 1964, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « NRF La Pléiade », t. III (...)

58H. Chahamirian se situe donc bien dans le contexte qui a conduit à la rédaction des Constitutions ou projets de Constitutions modernes ne reposant plus sur le droit divin, une certaine conception du droit naturel ou la coutume ancestrale mais sur la volonté rationnelle des hommes. Les Constitutions fondamentales de la Caroline, rédigées par John Locke en 1669104, semblent marquer le début de ce changement, suivies, entre autres, de la première Constitution suédoise (Regeringsform, 1720), du Projet de Constitution pour la Corse (1765) et des Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée (1772), rédigés par Jean-Jacques Rousseau105, ainsi que par la rédaction puis l’adoption de la Constitution américaine par les 13 premiers États unis en 1787. 59

  • 106 Mahendra Pal Singh, 2010, Outlines of Indian Legal and Constitutional History, Delhi : Universal L (...)

59En Inde même, c’est en 1772 que Warren Hastings, gouverneur général de la Compagnie britannique des Indes orientales, entreprend son action de réorganisation juridique en faisant rédiger le Judicial Plan et en instituant de nouvelles cours de justice (de droit civil et de droit pénal) intégrant des conseillers en droit hindou et en droit musulman106. En 1773, le Parlement britannique vote le Regulating Act, s’appliquant aux pratiques de la Compagnie des Indes orientales et destiné, sous l’autorité de Hastings, à « assainir » le commerce, en luttant, entre autres, contre la corruption.

  • 107 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39. H. Chahamiryan, 2002 (exergue).

60Malgré ces informations connues, certains commentateurs arméniens ont voulu voir dans le Piège la « première Constitution au monde107 ». Certes, la conception du Piège est plus ancienne que sa publication, mais il serait plus juste de dire que l’ouvrage s’est inscrit très tôt dans un mouvement plus général qui allait se développer.

Illustration 9 : Portrait de Yéghiazar Chahamirian.

Illustration 9 : Portrait de Yéghiazar Chahamirian.

L’inscription sous le portrait, autour de l’emblème de la profession, signifie : « Voici Yéghiazar, de la nation arménienne, fils de Chahamir, né en 1758. » Voir l’illustration 7 du chapitre III, l’illustration 1 du chapitre VI et l’annexe 1

© Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/2).

Un ouvrage étrange et composite

La langue

  • 108 Azdarar, 1970, préf. de Margarit Mkhitarian, p. XII.

61L’étrangeté du Piège dans sa version définitive tient tout d’abord à sa langue : un arménien présentant certains traits de la langue classique, mais tenant aussi de la langue vernaculaire de ses auteurs, comportant des termes dialectaux (en particulier du dialecte de la Nouvelle-Djoulfa) et étrangers (principalement persans et turcs). Cette langue était commune à l’époque. Elle est à rapprocher de celle qu’utilisaient les marchands lorsqu’ils envoyaient des nouvelles au périodique Azdarar. Son fondateur, Harouthioun Chmavonian, connaissait bien, en tant que prêtre, la langue classique, mais aurait choisi de publier les billets en l’état, considérant leur expression comme typique du parler des Arméniens djoulfains de l’Inde et révélatrice de la vitalité de la langue108. Mais le caractère d’étrangeté de la langue du Piège n’est pas seulement suscité par le recours au double registre (classique et vernaculaire), il provient également de l’expression obscure à la syntaxe fautive, à la ponctuation rare et à l’orthographe parfois phonétique, rendant le sens du texte souvent problématique.

  • 109 Piège, p. [2], [17], [84], [337].
  • 110 Ibid., p. [337].
  • 111 Voir l’annexe 11.

62Le recours au double registre et même à la syntaxe fautive peut se comprendre dans la mesure où la langue classique, fixée au ve siècle, s’est, jusqu’au xviiie siècle, sensiblement modifiée et où les auteurs du Piège, comme ils l’annoncent, le revendiquent mais aussi le déplorent eux-mêmes, sont des autodidactes109. On ne peut pas non plus reprocher aux typographes de bonne volonté de l’Imprimerie Chahamirian, deux domestiques de la famille, originaires du Siam, de n’avoir pas corrigé les fautes110. Cependant, Chahamirian semble utiliser les services de spécialistes, le cas échéant, pour d’autres écrits. Par exemple, lorsqu’il correspond, pour affaires, en anglais, il semble faire appel à des traducteurs ou à des secrétaires - des munshis - puisque les deux documents commerciaux émanant de lui et conservés à la British Library montrent que la main qui a tracé la signature en caractères arméniens paraît moins habile que celle qui a rédigé la lettre en anglais111.

63Par ailleurs, la correspondance de Chahamir en arménien avec des personnalités importantes comme l’archevêque Arghoutian ou les catholicos est rédigée dans une prose correcte, soit que Chahamirian ait fait écrire ces lettres, soit, ce qui n’est pas incompatible, que les éditions modernes où nous les lisons aujourd’hui soient des versions corrigées.

  • 112 Piège, p. [84].

64Si Chahamirian a jugé opportun de faire rédiger de « simples » lettres, pourquoi n’a-t-il pas fait relire son ouvrage majeur ? Peut-être les munshis de Madras maîtrisaient-ils l’anglais mais non l’arménien ? L’auteur précise toutefois : « Il fut impossible […] d’associer réellement ne fût-ce qu’un seul de nos savants et hommes de lettres à cette entreprise112 ». Certes, les raisons de cette impossiblité ne sont pas exposées clairement, mais le contexte suggère, non pas une simple indisponibilité, mais des tensions avec les clercs.

  • 113 Jacques Chahan de Cirbied (Hagop Tchrbédian ; Édesse, 1722‑1834), membre de la Congrégation mekhit (...)

65Le texte de l’Exhortation, lui, est correct. La collaboration avérée de clerc Baghramian à cette œuvre a dû être déterminante à cet égard. En revanche, l’impression par Y. Chahamirian du manuscrit de Mesrop Yerets (Erets) Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens (Madras, 1775) est, malgré la double signature « Yéghiazar Chahamirian, avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian », « surchargée de fautes de langue et de typographie », selon le jugement éclairé de Cirbied113.

  • 114 Voir Piège p. [2].

66Tous ces éléments d’explication et toutes ces hypothèses ne peuvent complètement rendre compte de l’état de la prose du Piège et, surtout, ne la rendent pas plus claire : le lecteur, prévenu dès la page de garde que l’auteur confond certains caractères et qu’il faudra parfois reconnaître un mot à sa prononciation, doit souvent faire preuve d’une grande ténacité pour décoder une pensée obscurcie par sa propre formulation114.

  • 115 Ibid.
  • 116 Voir Toumanoff, 1990, p. 23, 25, 29 et passim. Garsoïan, 1999, p. 629. Mouradian, 1995, p. 17 : « (...)
  • 117 Joseph Karst, 19341937, Code géorgien du roi Vakhtang VI, Strasbourg : Heitz et Cie, I, p. 70‑73, (...)
  • 118 Piège, art. 51 et passim.
  • 119 Karst, 1934‑1937.

67Par ailleurs, les auteurs sont confrontés à un problème d’expression de toute façon difficile à surmonter : formuler des concepts dans une langue où les catégories adéquates ne sont pas encore élaborées. La terminologie politique en est l’exemple emblématique, elle est inappropriée aux concepts qu’elle est censée exprimer, d’où de redoutables problèmes de traduction115. Le terme de nakharar par exemple, repris d’un vocabulaire parthe ancien116, ne signifie plus dans le Piège « Prince-primat », « Primus inter pares », « Prince magnat-suprême » ou encore « Noble » ou « Duc »117 : le nakharar du Piège118 est tiré au sort parmi les élus, en principe pour trois ans, et son action est strictement délimitée par les lois, il ne dispose d’aucune des prérogatives liées à cette fonction dans le monde médiéval119.

L’absence d’ordre

68La seconde partie du Piège, dont l’ambition est pourtant d’organiser un État, ne semble elle-même régie par aucun plan d’ensemble : l’exposé va du simple désordre jusqu’à l’hétérogénéité et même l’incohérence et la contradiction interne.

  • 120 Voir l’index thématique, à l’annexe 3.

69L’absence d’ordre se manifeste de plusieurs façons. Les articles ne sont pas regroupés par thèmes et le passage d’un article à l’autre n’obéit souvent à aucune logique, surtout au-delà de l’article 100120, ainsi les suites d’articles 107 à 109, 340 à 343 ou encore 355 à 358 sont surprenantes. Alors que les articles successifs n’ont pas de lien entre eux, ceux qui traitent du même sujet ne sont pas regroupés ; même les lettres d’investiture correspondant à une fonction ne suivent pas l’article qui définit cette fonction et ne se suivent pas non plus toutes entre elles, certaines sont disséminées au hasard : la plus éloignée étant, par exemple, celle de l’article 511, correspondant à une fonction définie à l’article 28. Les dispositions concernant un même sujet sont dispersées un peu partout, comme les prescriptions relatives au mariage, éparpillées aux articles 82, 131, 199, 274, 366.

70Cette « construction éclatée » engendre aussi de nombreuses redites, parfois même dans des articles très proches les uns des autres comme les articles 466 et 469 qui – heureusement en un sens – contiennent la même information, tandis qu’à l’occasion d’autres redites, les informations deviennent incompatibles entre elles.

L’hétérogénéité

71Le défaut d’ordre n’est cependant pas aussi gênant pour la compréhension du projet présenté dans le Piège, que son caractère disparate.

  • 121 Piège, art. 373.
  • 122 Ibid., art. 376.

72L’hétérogénéité réside, en premier lieu, dans les différents objets dont traite le texte : lois constitutionnelles, lois civiles et pénales, droit commercial, organisation de l’armée, règles de bon voisinage et de savoir-vivre, etc. Si le Piège devait être, comme l’annonce le titre de la seconde partie : une « Organisation de l’Arménie pour le gouvernement du pays », ce qu’il est indéniablement jusque vers l’article 100 et qu’il n’est plus que de façon discontinue jusqu’à la fin, fallait-il aller jusqu’à réglementer la disposition des convives à table121 ou la rédaction des faire-part de naissance122 ?

  • 123 Entre autres exemples, voir Ibid., art. 349 (sur les biens transmis aux enfants illégitimes), art. (...)

73Certes, si l’on entend le « gouvernement du pays » dans un sens très large, on peut admettre que le Piège statue sur l’ensemble des aspects de la vie non seulement politique mais aussi sociale et, à ce titre, il constitue aujourd’hui un document d’histoire sociale. En effet, même s’il est normatif, le Piège est aussi volontairement ou involontairement descriptif : en interdisant certaines pratiques, les auteurs montrent qu’elles étaient en usage123.

74L’ensemble des informations qu’ils livrent ne concerne d’ailleurs pas seulement les usages, mais aussi les mentalités puisque à travers les efforts déployés pour convaincre le lecteur, notamment dans la première partie, on peut voir où se situaient les résistances intellectuelles prévisibles de leurs contemporains.

  • 124 Clerc et savant arménien (1130‑1213).

75Mais l’hétérogénéité touche aussi, en second lieu, la teneur même des règles énoncées puisque certaines semblent novatrices (du moins en Orient, comme l’idée d’une autorité politique représentative), alors que d’autres proviennent du Code de Mkhitar Goch124, voire de l’Ancien Testament et sont déjà en usage ou même désuètes depuis longtemps. Cette hétérogénéité ne se réduit pas à une simple coexistence d’éléments disparates, elle va parfois jusqu’à l’incohérence et à la contradiction.

Les discordances

76Les discordances du Piège soulèvent plusieurs questions : la pluralité des auteurs et des sources, la pluralité des logiques à l’œuvre et des objectifs poursuivis, enfin la pluralité des interprétations de ce texte.

  • 125 Le Conseil secret est mentionné aux art. 23, 49, 54, 58, 50, 65, 92, 94, 104, 238 et 242. Sur sa c (...)

77La diversité (au moins la dualité) des auteurs, la durée et la discontinuité de l’élaboration de l’ouvrage sont avérées et peuvent expliquer certaines incohérences. Ainsi, les membres du Conseil secret du Premier Magistrat sont au nombre de six d’après l’article 23 et de douze d’après l’article 58, qui est censé être la lettre d’investiture correspondant à l’article 23. Et comme, par ailleurs, l’article 21 dispose que le Conseil du Premier Magistrat sera composé de douze membres, il est difficile de distinguer clairement le Conseil ordinaire du Conseil secret. La durée du mandat de ces conseillers secrets est problématique également : trois ans d’après l’article 23, à vie d’après l’article 58125.

78L’article 30 accorde aux colonels un mandat à vie et l’article 74, un mandat triennal seulement.

79Les articles 115 et 191 déclarent que l’homme qui en tue un autre, entré chez lui par effraction la nuit, ne sera pas poursuivi, alors que l’article 461 (qui, certes, ne précise pas s’il s’agit du jour ou de la nuit) interdit ce meurtre.

80Selon l’article 131, l’autorisation de se marier est accordée par le gouverneur seul, mais par le gouverneur et l’évêque à l’article 366.

81Même entre deux articles consécutifs, la logique n’est pas toujours claire : l’article 326 accorde l’amnistie à un criminel étranger qui aurait trouvé refuge en Arménie, alors qu’elle la refuse si le fugitif est un débiteur, qui serait contraint à rembourser ses dettes.

82Les incohérences existent aussi au sein d’un même article : l’article 78 annonce un sujet (le remboursement d’une dette) et en change en cours de route (pour devenir un exemple de « prêt à la grosse aventure »). L’article 84 parle de 30 drachmes, qui deviennent, quelques lignes plus loin, 30 deniers d’argent, alors que, d’après l’article 276, ces deux monnaies sont bien distinctes puisque la drachme d’argent pèse 24 ghréth et le denier d’argent, 60 ghréth. De telles incohérences, anecdotiques ou profondes, émaillent toute la seconde partie du Piège.

83Les discordances entre les articles du Piège peuvent, jusqu’à un certain point, se comprendre également par différentes approches du droit, partant tantôt des principes, qui s’opposent le cas échéant aux droits positifs déjà établis, tantôt de textes législatifs antérieurs, tantôt de l’usage. 65

  • 126 Par exemple à l’art. 57, qui fixe le montant de la pension allouée aux membres de la famille d’un (...)
  • 127 Robert W. Thomson, 2000, “The Lawcode [Datastanagirk’] of Mxit’ar Goš”, Amsterdam/ Atlanta : Rodop (...)

84Par exemple, la différence de point de vue entre l’article 3 (« Chacun est libre de ses actes […] qu’il soit de sexe masculin ou féminin ») et l’article 130 (« Le garçon est considéré comme le double de la fille »). Le premier prescrit ce qui n’est guère dans les usages, le second (« considéré comme ») entérine un usage auquel plusieurs autres articles font écho126, usage en vigueur non seulement dans la société arménienne, puisqu’il est déjà adopté dans le Code de Mkhitar Goch127, mais aussi dans des sociétés voisines ; ainsi Jean de Thévenot constate :

  • 128 Thévenot, 1727, L. II, chap. XI, p. 361.

85En Perse, dans le partage du patrimoine, les enfants mâles prennent deux parts et les filles une. S’il n’y a qu’un mâle et une fille, le mâle prend deux tiers et la fille l’autre ; s’il y a deux mâles et une fille, les mâles ont chacun deux cinquièmes et la fille un ; s’il y a deux filles et un garçon, le garçon prend les deux tiers, et l’autre est partagé aux deux filles ; s’il y a deux garçons et deux filles, chaque garçon a un tiers et le dernier tiers est pour les deux filles128.

86Faut-il voir derrière les discordances une tentative d’articuler des principes nouveaux avec la réalité sociale et de les adapter à celle-ci ou bien deux logiques différentes : l’une, innovante, l’autre plus conservatrice ?

87D’autres discordances semblent traduire la confrontation de la pensée à un problème, où le moyen entrerait en contradiction avec la fin vers laquelle il doit tendre. La contradiction entre les articles 5 et 6, par exemple, pourrait s’expliquer de cette façon. L’article 5 dispose que : « Toute personne résidant sur le territoire arménien doit pouvoir continuer à honorer son dieu selon son propre rite et rester fidèle à sa foi. Nul ne peut le lui interdire », mais l’article 6, que : « Tout Arménien qui renierait sa foi chrétienne, foi dans laquelle il a été baptisé et confirmé par l’Église arménienne – ce par quoi il est considéré comme chrétien – sera condamné à mort et, conformément à la loi, tous ses biens, sans exception, deviendront la propriété de ses descendants chrétiens. »

88L’article 5 pose en effet un principe, celui de la liberté religieuse, réaffirmé à plusieurs reprises (notamment aux articles 370 et 508) mais l’article suivant le contredit. Au fond, la liberté religieuse est admise (au sens de la liberté de croyance et de culte dans la religion dont on hérite), mais pas l’apostasie pour les Arméniens apostoliques. L’article 6 fait en réalité écho à une disposition du 66 droit positif en Perse : l’édit attribué à l’imam Djafar, que Thévenot résume ainsi :

  • 129 Ibid.

Si un chrétien embrasse la loi de Mahomet, quand il meurt quelque sien parent, tout le bien du mort lui appartient, au préjudice des enfants, quand même il ne lui serait parent qu’au cinquième degré. Celui qui a institué cette loi a fait croire qu’elle avait été ordonnée par Dgiafer, un des douze imams et que Dgiafer avait assuré qu’elle lui avait été révélée de Dieu129.

89La fonction de l’article 6 pourrait donc être de préserver l’Église nationale des pressions extérieures provoquant la tentation de la conversion chez ses fidèles.

  • 130 Deux exemples contemporains l’un de l’autre illustrent, même compte tenu des possibles exagération (...)
  • 131 En 1627, le pape Urbain VIII dote la congrégation de la Propaganda Fide d’une imprimerie pluriling (...)

90Toutefois, la menace de cet édit n’existe plus dès lors que, dans le Piège, la liberté de culte est censée s’appliquer en Arménie et non en Perse. L’auteur pense donc peut-être ici à un autre « danger » : les conversions au catholicisme ; la rupture avec l’Église nationale, même au profit d’une autre Église chrétienne étant considérée par lui comme une apostasie. Cette menace, comparable à celle de la loi attribuée à l’imam Djafar, amène les auteurs du Piège à chercher une parade à la politique offensive menée par Rome à cette époque pour « unir » à elle les Églises d’Orient, en particulier l’Église arménienne, jugée « schismatique » et « hérétique »130. La congrégation de la Propaganda Fide (Sacrée Congrégation pour la propagation de la foi) a été créée en 1622 par le pape Grégoire XV, mais faisait suite aux activités de la commission de la Propagande Fide, active dès le pontificat de Grégoire XIII (1572‑1585), puisque des missionnaires catholiques étaient déjà installés à Constantinople en 1609 et, si les buts affichés étaient aussi bien de propager la foi chrétienne parmi les musulmans que le catholicisme parmi les chrétiens d’Orient, le second axe au moins semble avoir été suivi avec un acharnement systématique131.

91Dans un tel contexte et vu les moyens matériels et humains mis en œuvre par Rome pour réaliser l’« union », trop de liberté de culte revenait à pénaliser l’Église nationale et, en définitive, à entraver la liberté de culte.

  • 132 Piège, p. [59], [76], art. 3 et passim.
  • 133 Ibid., art. 205 et passim. Cette disposition se retrouve dans la Prévision pour la nation arménien (...)

92Plusieurs discordances contenues dans le Piège découlent de celle-là : tous les hommes sont égaux132, mais seuls les fidèles de l’Église nationale peuvent accéder à des fonctions officielles133.

93La discordance entre les articles 5 et 6 pourrait donc traduire l’hésitation d’une pensée qui, a priori, opterait pour un principe, mais qui mesure également les éventuels effets pervers prévisibles que pourrait engendrer l’application de ce principe dans des circonstances déterminées.

94Cette double approche – à partir des principes et à partir des conséquences prévisibles dans une réalité donnée – aurait pu être maniée par un seul et même auteur distinguant les deux points de vue, mais il est plus vraisemblable que les auteurs successifs n’aient ni trouvé la même situation, ni visé le même objectif et que, globalement, les principes aient été posés par Hakob à une époque où l’application du projet n’était pas encore vraiment à l’ordre du jour et que les aménagements « réalistes » aient été apportés ultérieurement par Chahamir, comme on le voit également dans l’opposition entre l’article 20, d’après lequel le mode de désignation « idéal » du Premier Magistrat est le tirage au sort parmi les représentants élus avec un mandat triennal et les articles 52 à 57, qui envisagent le cas où la fonction deviendrait héréditaire, alors que l’hérédité du pouvoir est considérée dans la première partie comme l’un des maux politiques les plus dommageables.

95Cette brève typologie des principales formes de discordances contenues dans le Piège permet tout d’abord de prendre en compte le phénomène et de ne pas chercher artificiellement à trop lisser l’ouvrage ; ensuite, pour tenter de comprendre cette hétérogénéité, de ne pas se contenter de l’explication par un simple défaut de méthode dû à l’inexpérience d’auteurs autodidactes, car ces auteurs sont par ailleurs parfaitement capables de conduire un raisonnement en sélectionnant les références ou les arguments adéquats. Ces discordances ne paraissent pas seulement liées à l’hétérogénéité mais semblent bien avoir du sens.

96L’hétérogénéité permet, en outre, de confirmer la pluralité des auteurs, mais surtout la différence d’approche des deux auteurs principaux, probablement liée à la différence des contextes dans lesquels ils ont écrit et à la nécessité pour le second auteur, Chahamir, d’être à la fois fidèle au texte de son fils et, néanmoins, de l’adapter aux circonstances nouvelles qui le poussent à reprendre, à compléter et à faire imprimer – peut-être précipitamment – ce texte.

97Un premier aperçu sur le Piège ne peut éviter de souligner l’étrangeté et l’hétérogénéité de ce texte, mais pour véritablement tenter de répondre à toutes les questions soulevées par les discordances qu’il renferme, d’autres développements sont nécessaires.

Le corpus accompagnateur du « Piège »

98Le Piège s’inscrit dans plusieurs séries de documents qui composent son corpus accompagnateur.

Les manuscrits

99Cinq manuscrits du Piège sont connus aujourd’hui, mais aucun ne correspond exactement à l’imprimé de Madras. Les différences sont plus ou moins notables : de la limitation à une seule partie du Piège à l’interversion de l’ordre de plusieurs articles de la seconde partie.

  • 134 Ioannissyan, 1948, p. 11‑25.

100Le manuscrit 4471 du Maténadaran, daté de 1775, est le seul antérieur à la publication de l’ouvrage134, les quatre autres manuscrits prennent pour base l’imprimé de Madras.

101Le manuscrit 3101 a été réalisé à Madras même, en 1789 par Harouthioun Dilanov[i] Mnatsakaniants auquel Arghoutian demande de corriger les fautes de l’édition princeps.

102Le manuscrit 3102 est conforme au précédent. Il serait donc une copie de l’exemplaire demandé par Arghoutian, probablement pour être envoyé à Astrakhan.

103Le manuscrit 7886 aurait été copié sur le précédent, à Astrakhan.

104Enfin, le manuscrit 1477 a été réalisé en 1805 à Saint-Pétersbourg par Margar Khodjents d’Erevan, également sur la base de l’édition originale, à la demande de l’archevêque Yeprem, primat des Arméniens de Russie, successeur d’Arghoutian. Il comporte les deux parties du Piège auxquelles est ajouté le Guide, dispositif réglementaire attribué à Ch. Chahamirian et publié à Madras en 1783.

105Ces quatre derniers manuscrits, principalement celui de Saint-Pétersbourg, ont, pour le lecteur d’aujourd’hui, l’avantage d’apporter des éclaircissements sur le sens du texte imprimé, on peut toutefois s’interroger sur leur raison d’être. Pourquoi, en effet, copier un livre déjà imprimé ? La question se pose surtout pour le manuscrit 1477. On peut observer que, hormis le manuscrit le plus ancien, tous les autres ont été commandités par les archevêques de Saint-Pétersbourg (Arghoutian puis Yeprem) et ont circulé en Russie.

106Plusieurs hypothèses peuvent être envisagées, hypothèses tenant à des raisons politiques ou à des causes matérielles.

107L’hypothèse d’une tentative d’échapper, par le recours aux manuscrits, au contrôle des autorités russes est peu probable car cette censure, exercée alors conjointement par l’Église orthodoxe et les autorités politiques, s’appliquait aussi bien aux manuscrits qu’aux livres imprimés. Par ailleurs, les compétences de ces instances semblaient se limiter à la langue russe et, d’une manière générale, même si quelques natifs pouvaient se livrer à un excès de zèle, les « périphéries » échappaient quelque peu à la surveillance puisque, même dans les pays baltes nouvellement annexés, les autorités russes durent déléguer à des nationaux le soin d’exercer la censure.

  • 135 Panossian, 2006, p. 91, n. 40.

108Le recours au catholicossat d’Etchmiadzine, doté d’une imprimerie (financée par un marchand de Madras ami de Chahamirian, Grigor Khodjadjanian) depuis 1771135, aurait été possible, puisque les primats de Russie prenaient autant (ou aussi peu) de risques en commanditant un manuscrit qu’un imprimé, leur nom et leur action étant de notoriété publique. Mais compte tenu du tirage relativement limité de l’impression du Piège réalisée à Madras (110 exemplaires annoncés dans l’ouvrage lui-même), la solution la plus commode était de faire réimprimer l’ouvrage à Saint-Pétersbourg même, puisqu’une imprimerie pourvue de caractères arméniens y avait été fondée sous les auspices d’Arghoutian et financée par un marchand arménien de Calcutta, originaire de la Nouvelle-Djoulfa, Grigor Khaldarian (ou Khaltariants) en 1781 et, par exemple, un dictionnaire arménien-russe, ouvrage utile aux nombreux marchands arméniens commerçant en Russie, y avait vu le jour. Pourquoi cette option n’a-t-elle pas été retenue ?

  • 136 Hayk Davthyan, 1967, Հայ գիրքը 1801‑1850 թվականներին (Le livre arménien de 1801 à 1850), Erevan : (...)
  • 137 Ibid., p. 41.
  • 138 Aldo Ferrari, « Lieux de la renaissance culturelle arménienne aux xviie et xviiie siècles », in Ga (...)

109Cette imprimerie n’était tout simplement pas active en 1805 ; Hayk Davthyan136 ne recense aucun ouvrage paru à Saint-Pétersbourg à cette époque (les publications pétersbourgeoises reprennent en 1810137) et Aldo Ferrari138 nous apprend qu’à la mort de Khaldarian, en 1787, Arghoutian avait fait transporter l’imprimerie au monastère de la Sainte-Croix à la Nouvelle-Nakhitchevan, puis à Astrakhan, pour qu’elle soit plus utile à une communauté arménienne plus nombreuse qu’à Saint-Pétersbourg.

Les écrits de Hakob Chahamirian et de Movsés Baghramian

  • 139 Irazek, 1986, p. 53. Ninel Voskanyan, Knarik Korkotyan & Antharam Savalyan, 1988, Հայ գիրքը 1512‑1 (...)

110Le premier ouvrage paru à l’Imprimerie Chahamirian, en 1772, est un Abécédaire signé Movsés Baghramian, ouvrage jugé novateur et ressemblant aux abécédaires européens plutôt qu’à ceux en usage dans le monde arménien139.

  • 140 Irazek, 1986, p. 53‑54, signale cette Géographie de l’Arménie, suivie « du texte homonyme de Moïse (...)

111Irazek140, s’appuyant sur Alishan, mentionne également la publication en 1772 d’un ouvrage de Baghramian intitulé Géographie de l’Arménie (qui n’est apparemment rien d’autre que le chapitre vi de l’Exhortation, consacré à la géographie).

  • 141 Par exemple, Davthyan et al., 1963, p. 156, nº 643.
  • 142 Mnatsakanyan, 1962, p. 131‑142.
  • 143 Aghaniants, 1908, p. 574, 576.
  • 144 Ibid., p. 577‑578.

112L’Exhortation paraît la même année, elle est signée « Hakob Chahamirian, avec la collaboration de son maître, Movsés Baghramian ». Dans certaines bibliographies, le livre est attribué à ce dernier seul141, mais il est vraisemblable que l’ouvrage ait bien été conçu par H. Chahamirian, même si son maître lui a apporté une aide142. L’Exhortation est un appel au peuple arménien et notamment à la jeunesse pour se libérer des dominations persane et ottomane et pour restaurer la souveraineté de l’Arménie. Le catholicos Siméon qualifie l’ouvrage de « diabolique » et « démoniaque »143, le met à l’index et ordonne l’excommunication de Baghramian144. La réaction du catholicos ne se réduit probablement pas à une posture simplement diplomatique envers le roi de Perse, posture le conduisant à se désolidariser ostensiblement de ceux dont le roi pouvait se méfier, car une réelle tension opposait le projet spirituel du catholicos et le projet politique séculier du cercle de Madras.

113Le Piège est également signé Hakob Chahamirian et porte la date de 1773, mais il est en réalité aussi l’œuvre de son père Chahamir et, s’il a été conçu par Hakob dans les années 1770, il a été complété et imprimé par son père à la fin des années 1780.

  • 145 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151. Azdarar, 1970, p. 298‑313, p. 427‑430.

114Baghramian est aussi peut-être l’auteur des communications au périodique Azdarar signées « Arménien, fils d’Arménien145 » où, comme dans l’Exhortation, il engage avec force les Arméniens à cesser de gémir sur leur état en tant que nation et à agir. En revanche, sa participation est peu probable ou très indirecte à l’ouvrage paru en 1775, Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens, imprimé par « Yéghiazar Chahamirian, avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian ». L’Histoire est très fautive, ce qui n’est pas le cas de l’Exhortation.

Les écrits de Chahamir Chahamirian

115Hormis le Piège, les écrits connus de Ch. Chahamirian consistent en un autre ouvrage, le Guide (Madras, 1783), une correspondance, ainsi que des articles dans le périodique Azdarar.

  • 146 Ch. Chahamirian, 1783.

116La Brochure intitulée Guide146, ouvrage anonyme paru à l’Imprimerie Chahamirian en 1783, est un opuscule de 80 pages destiné, selon son sous-titre, à définir, pour la colonie de Madras au moins, les règles de « l’administration des biens des orphelins et des personnes mortes sans laisser de testament ». Malgré l’absence de nom d’auteur et compte tenu du style et de passages significatifs communs à cet ouvrage et au Piège, l’attribution à Ch. Chahamirian n’a jamais été contestée.

  • 147 Voir l’annexe 11.

117Par ailleurs, une partie de la correspondance de Ch. Chahamirian a été préservée : quelques documents commerciaux en anglais sont encore conservés à la British Library147 et, surtout, plusieurs lettres en arménien, émises par Chahamirian ou adressées à lui, conservées au Maténadaran, sont assez facilement accessibles grâce à des publications modernes comme celles de Yéritsian (1881), Abrahamyan (1969), Tchobanyan (1988) et Nersissyan (1990) en arménien ou de Bournoutian (2001) en traduction anglaise.

  • 148 Aghouanie ou Albanie du Caucase, province incluant le Karabagh. L’un des catholicos y avait son si (...)
  • 149 Père de Hovhannés (Ivan) Lazarian (Lazarev), ayant quitté la Nouvelle-Djoulfa pour s’installer en (...)
  • 150 Aghaniants, 1908, p. 574.
  • 151 Souvorov (Souvarov) Alexander Vassilevitch (1729 ou 1730‑1800) vainquit à plusieurs reprises la Tu (...)
  • 152 Le prince Potemkine Grigory Alexandrovitch (1739‑1791) est nommé général lors de la guerre russo-o (...)
  • 153 Comte Potemkine Pavel Serguéïévitch (1743‑1796), neveu du prince Potemkine, participe à la guerre (...)

118La plupart des éléments préservés de cette correspondance se situent entre 1777 et 1797. Les principaux correspondants de Chahamirian sont le roi de Géorgie orientale Irakli II puis son fils et successeur Guéorgui XII, les catholicos d’Etchmiadzine Siméon d’Erevan puis Ghoukas de Karin et le catholicos d’Aghouanie148 à Gandzasar Hovhannés XII, l’archevêque des Arméniens de Russie Arghoutian et le marchand Yéghiazar Lazarian149. Chahamirian a également eu une correspondance avec les méliks (seigneurs) du Karabagh150. Certains de ces correspondants sont eux-mêmes en relations, épistolaires ou autres, avec Emin, le général Souvorov151, le prince Potemkine152, le général Potemkine153 et Catherine II de Russie.

  • 154 Raphaël Abrahamyan, 1969, « Շահամիր Շահամիրեանի նորահայտ նամակագրութիւնը » (La correspondance inéd (...)
  • 155 Voir les correspondances croisées de tous ces personnages (par exemple, entre Hovsep Arghoutian et (...)
  • 156 Par exemple, sur le ralliement du mélik Chahnazar à Ibrahim Khan, voir Raffi, 2010, p. 59‑60, 73‑7 (...)
  • 157 Ibid., p. 55 : « Ce prince aux deux visages qui […] était, d’un côté l’ami des Persans et, de l’au (...)
  • 158 Aghaniants, 1908, p. 573, 576, 578.
  • 159 Ibid., p. 575.
  • 160 Ibid., p. 575, 576, 578.
  • 161 Ibid., p. 577‑579.
  • 162 Ibid., p. 577‑578. Aslanian, 2004(b), p. 71‑79.

119Seule une partie de tous ces échanges épistolaires a survécu154 et il est difficile de se représenter l’ensemble des contacts de Ch. Chahamirian, mais, sur la foi des lettres préservées, il est manifeste que sa réflexion sur la libération de l’Arménie s’est inscrite dans le cadre d’une action politique concertée : les lettres échangées montrent que les correspondants de Chahamir sont aussi en relation les uns avec les autres155 et mettent en lumière une cohérence sur le plan des idées comme au plan de l’action, malgré les divisions ou antagonismes entre certains protagonistes : ne serait-ce que du côté caucasien, les méliks ne font pas toujours cause commune156, Irakli aurait plus d’une fois joué un double jeu157 et le catholicos Siméon exprime son hostilité à ces projets. Dès la parution de l’Exhortation, Siméon écrit à Chahamir, lui ordonnant de ne rien publier de dangereux et l’incitant à se méfier d’un « fripon » nommé Movsés (Baghramian), un « écervelé » « né au Karabagh », qui soutient la lutte des méliks et que Chahamir a tort, selon le catholicos, de considérer comme un homme de grand savoir au point de lui confier l’éducation de son fils Hakob158. Le projet politique de restauration de la souveraineté et d’instauration d’un État de droit est jugé irresponsable159 par Siméon. Celui-ci met en cause tantôt « l’imposteur » Baghramian, accusé d’avoir « perdu la tête » et de « délirer »160, tantôt Chahamir, auquel il dénie avec virulence la capacité à avoir des idées pertinentes sur les questions publiques et le droit de les publier161. Le catholicos ayant été mis devant le fait accompli et l’Exhortation ayant été imprimée sans son accord, il notifie à Chahamir la sanction : destruction de tous les exemplaires du livre, subordination de toute nouvelle parution à l’autorisation catholicossale, interdiction de continuer à correspondre avec les méliks du Karabagh, excommunication de Baghramian, menace de mise à l’index des autres membres du cercle de Madras, etc.162

  • 163 Officier (1781) puis médecin général de l’hôpital de Fort St. George (1786) jusqu’à sa mort en 180 (...)
  • 164 Azdarar, 1970, p. 11‑13.
  • 165 Ibid., p. 14.
  • 166 Pedro Murillo Velarde, 1752, Geographia historica, libro VI, de Asia en general y particular, Madr (...)
  • 167 Ibid., p. 99.

120La participation de Chahamirian (sous son nom) au périodique Azdarar intervient dans la première livraison, en 1794, sous la forme de la publication, en traduction arménienne, d’une curieuse lettre adressée au « grand médecin » James Anderson163 en date du 29 novembre 1793164, lettre accompagnée d’un document, présenté en arménien dans Azdarar, mais dont il est précisé que la langue originale est l’espagnol et qu’une traduction anglaise en a été envoyée à Anderson165. Dans sa lettre, Chahamirian cherche à établir, en s’appuyant notamment sur l’étymologie du toponyme Nakhitchevan (littéralement, première demeure), que l’arménien est l’une des langues les plus anciennes, sinon la langue originelle, langue de Noé et même d’Adam. Pour conforter cette thèse, il s’appuie sur la Geographia historica du jésuite Pedro Murillo velarde166. L’ouvrage, comme le rappelle Chahamirian, était paru à Madrid en 1752. Il comprend, dans son tome VI, un chapitre consacré à l’Arménie, le chapitre xiv, mais les données reprises par Chahamirian sont plutôt empruntées au chapitre suivant, intitulé… « Del Parayso ». Murillo velarde y évoque l’Arménie comme « la patrie, le berceau originel de tous ceux qui vivent aujourd’hui dans tout l’univers167 ».

  • 168 Expression d’Umberto Eco, 1994, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Par (...)

121Cette lettre à Anderson soulève deux questions : pourquoi faut-il établir l’ancienneté de la nation arménienne et son origine sur une terre « sacrée » et pourquoi faire de l’arménien une sorte de « langue parfaite168 » ? Pourquoi faut-il en convaincre Anderson ?

  • 169 Maurice Olender, 1989, Les Langues du paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, Paris : (...)
  • 170 Eco, 1994, p. 116‑124.
  • 171 Olender, 1989, p. 15.

122On ne peut, certes, que proposer des hypothèses, mais il faut souligner qu’existait à cette époque un débat dépassant de beaucoup les limites de Madras, débat qui semblait de la première importance concernant l’origine et l’ancienneté des langues. Ce point n’était pas pour les Européens d’alors une question simplement philologique, mais présentait un enjeu hautement politique. Les auteurs anciens, comme Augustin (354‑430), estimaient que la « langue du paradis » était l’hébreu ou, comme Théodoret de Cyr(~393~460), le syriaque, mais « à partir de la Renaissance, […] chacun veut reconnaître au Paradis l’idiome qu’il attribue à ses ancêtres169 ». Selon Umberto Eco, toutes les puissances coloniales européennes, aux xviie et xviiie siècles, prétendaient posséder la langue dérivant de celle de Noé : « le flamand, langue primordiale, mère de toutes les langues », « la langue anglaise est la mère de tous les dialectes occidentaux et du grec », « aucun langage, sauf l’anglais, ne se montre si proche du premier langage universel170 »… L’argument est toujours fondé sur des étymologies plus ou moins fantaisistes171 et la revendication d’une filiation à Japhet.

123Localement, à Madras, les autorités britanniques ont pratiqué leur classification « raciale » coutumière. On peut donc supposer que le raisonnement de Chahamirian serait une réponse à des thèses peut-être relayées par Anderson sur l’antériorité et la supériorité de la langue anglaise et plus généralement un plaidoyer pour la « dignité » de la nation arménienne face aux nouveaux maîtres de Madras, plaidoyer qui cherche à asseoir sa crédibilité dans la référence à un savant, non pas arménien, mais européen et, donc, supposé impartial.

  • 172 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151. Azdarar, 1970, p. 365‑368.

124Enfin, selon Avdalbéguyan172, Ch. Chahamirian pourrait être le « Compatriote » dans le débat qui anime, en 1795, quelques pages d’Azdarar. Il fait de l’instruction la clé du salut de la nation. Il y voit le moyen de dépasser l’individualisme et d’accéder à la conscience nationale, condition de la libération.

La « Carte géographique de l’Arménie » commanditée par Chahamir Chahamirian

  • 173 La Congrégation arménienne catholique des mekhitaristes a été fondée en 1701 par Mekhitar de Sébas (...)

125Outre les écrits, le corpus accompagnateur comprend également une Carte géographique de l’Arménie, imprimée en 1778 à la demande de Ch. Chahamirian par les mekhitaristes de Venise173 : Աշխարհացոյց Հայաստանեայց (Achkharhatsouyts Hayastanyayts). L’une des caractéristiques essentielles du projet politique présenté dans le Piège étant l’ancrage de la nation dans un territoire, la publication d’une carte, supposée décrire une réalité matérielle, est un élément clé du dispositif, destiné à lui donner du crédit aux yeux des interlocuteurs internationaux. Or, l’« Arménie », au xviiie siècle, n’est pas une entité politique, mais une région, aux contours mal définis et fluctuants, morcelée entre l’est de l’Empire ottoman et le nord de la Perse.

  • 174 La première carte d’Arménie en arménien est un manuscrit (très affranchi du réalisme géographique) (...)

126La carte de 1778 est la troisième carte d’Arménie imprimée en arménien ; les deux précédentes l’avaient déjà été par les mekhitaristes de Venise en 1751. La congrégation disposait donc de tout le matériel nécessaire à cette réalisation, raison pour laquelle, certainement, Chahamirian, quoique propriétaire lui-même d’une imprimerie à Madras, s’adresse à Venise174.

Illustration 10 : La Carte géographique de l’Arménie commanditée par Chahamir Chahamirian, 1778.

Illustration 10 : La Carte géographique de l’Arménie commanditée par Chahamir Chahamirian, 1778.

Cette carte, réalisée par la Congrégation mekhitariste de Venise, est aujourd’hui consultable sur : https://lc.cx/​mofM

© Bibliothèque nationale d’Arménie.

127Le fond de carte utilisé représente principalement les terres situées entre les mers Noire, Méditerranée, Rouge, le golfe Persique et la mer Caspienne. Il est centré sur la Grande Arménie, où les toponymes abondent.

  • 175 Situé dans la province arménienne du Taron (Empire ottoman), le complexe religieux de SourbKarapet (...)

128Le mont Ararat n’est pas seulement indiqué, il est dessiné avec l’arche de Noé au sommet. Vagharchapat-Etchmiadzine (siège du catholicos de toute l’Arménie) est représentée par une figuration détaillée du complexe religieux. Juste à gauche est esquissée la capitale médiévale Ani ; à droite, Erevan est matérialisée par un soleil. Un second soleil marque l’emplacement du Nakhitchevan, la région d’où sont originaires la majorité des habitants de la Nouvelle-Djoulfa et la famille Chahamirian en particulier. Le monastère du Saint Précurseur (Sourb Karapet)175, haut lieu du monachisme arménien, est également signalé de façon accentuée, par le dessin d’une colline surmontée d’une croix.

129Cette carte ne fait pas apparaître de frontières, elle est géographique et historique. On y trouve les appellations anciennes de Mésopotamie, Grande Arménie, Petite Arménie, etc., et les « pays » sont désignés à la façon classique dont l’arménien nomme les territoires, à savoir par le nom des nations qui les peuplent. Ainsi, la Perse ou l’Aghouanie sont indiquées sous l’appellation « Persans » ou « Aghouaniens ». Il est à noter toutefois que dans le titre de la carte apparaît, à propos de l’Arménie, le suffixe stan (d’origine persane, que l’arménien classique n’utilisait pas et qui évoque davantage la notion de territorialité).

130Au bas de cette carte, encadrant d’impressionnantes armoiries, quatre personnages sont représentés et nommés : les héros légendaires Hayk et Aram ainsi que les rois historiques Tigran le Grand et Tiridate le Grand. Au centre des armoiries, une dédicace en décasyllabes rimés rappelle le nom du commanditaire (Agha Chamir) et la mémoire de son fils Hakob, mort « dans la fleur de l’âge », ainsi que le lieu et la date où cette carte a vu le jour (Venise, 1778).

  • 176 Par exemple, le lac de Van (« mer d’Aghtamar ») est situé trop au sud ; la ville de Van est placée (...)
  • 177 V. V. Grigoryan, 1962, p. 359. (Les cartes ne parviendront à leurs destinataires que dans les anné (...)
  • 178 Ibid.
  • 179 Mouradian, 1995, p. 41.

131Malgré des erreurs (de dimension et de localisation176), la carte, assortie d’une imagerie nationale que les mekhitaristes sont en train de constituer, expose l’étendue d’un possible pays. Elle sera adressée au catholicos d’Etchmiadzine, aux méliks du Karabagh et au roi de Géorgie orientale Irakli II177. Cette carte sera ensuite reproduite en russe et offerte au tsar Alexandre Ier, en 1816, par un Arménien du Karabagh résidant à Saint-Pétersbourg, Avet Mamikonian (Avet Markari Mamikonov ou Avetis Margarian Mamikoniants)178. À cette époque, quelques régions comme le Lori et le Chirak ont déjà été annexées par la Russie, mais l’annexion de toute l’Arménie du Caucase méridional se déroulera jusqu’en 1829 (et même jusqu’en 1878 si l’on prend en considération les conquêtes de la guerre russo-turque de 1877‑1878)179.

Le projet de traité arméno-russe signé Yéghiazar Chahamirian

  • 180 Siruni, 1967, p. 319‑336.

132La Brochure intitulée Prévision pour la nation arménienne et pour son pays porte la mention « rédigée […] par Yéghiazar Chahamirian […], Madras, 1786 » et consiste en un projet de traité mettant en place des règles de coopération politique, militaire et commerciale entre la Russie et l’Arménie lorsque cette dernière sera constituée comme entité politique180.

  • 181 Ibid., p. 321.
  • 182 Ibid., p. 320.

133Deux versions de ce texte sont signalées par Siruni181 : une version en arménien envoyée de Madras à Arghoutian et Lazarian à Saint-Pétersbourg et une version bilingue, en arménien avec une traduction roumaine, envoyée de Madras à Botoşani, en Moldavie, où résidait à cette époque une ancienne et importante colonie arménienne et où Arghoutian rencontrera le prince Potemkine en 1789182.

  • 183 Ibid., p. 321.
  • 184 « L’État arménien gouvernera la nation et le pays d’Arménie suivant les lois arméniennes élaborées (...)

134Siruni183 indique que les deux versions diffèrent principalement sur deux points : l’article XV184 de la version de Botoşani et la signature finale ne se retrouvent pas dans le texte de Saint-Pétersbourg.

  • 185 Ibid., p. 327.
  • 186 Zadig Khanzadian, 1920, Rapport sur l’unité géographique de l’Arménie, Paris : Délégation national (...)
  • 187 Bournoutian, 2001, p. 299. Plusieurs dates ont été avancées et discutées : Siruni, 1967, p. 324‑32 (...)
  • 188 Khanzadian, 1920, p. 2526. Bournoutian, 2001, p. 301‑303.

135D’autres projets de traités arméno-russess ont rédigés et présentés entre 1780 et 1789185 : le projet de traité entre les Russes et les Arméniens d’Arghoutian et Lazarian, parfois daté de 1780186, parfois de 1783187 ainsi que le « contre-projet russe188 », non daté et dont l’auteur ou les auteurs ne sont pas cités. Ces textes présentent également les dispositions politiques, militaires, commerciales, fiscales et religieuses destinées à régler les relations russo-arméniennes.

  • 189 Mnatsakanyan, 1958.
  • 190 Siruni, 1967, p. 321.
  • 191 Avdalbéguyan, 1922. Siruni, 1967, p. 327‑330.
  • 192 Khanzadian, 1920, p. 2526. Bournoutian, 2001, p. 299‑300.
  • 193 Avdalbéguyan, 1922.
  • 194 Siruni, 1967, p. 322‑323, trad. Siruni.
  • 195 Ibid., p. 323.
  • 196 Ibid., p. 322, art. 1.
  • 197 Ibid., p. 323, art. 16.

136Même si Siruni pense, comme d’autres189, qu’Arghoutian et Lazarian, dans leurs « pourparlers avec le prince Potemkine et les autorités russes » ont « présenté non seulement leur propre projet, mais aussi celui de Madras »190, les différences sont notables entre le projet Arghoutian-Lazarian, le « contre-projet » russe et le projet signé Chahamirian191. Ainsi, le projet d’Arghoutian et de Lazarian ne se risque à parler de la future Arménie que comme d’un « royaume », dont le souverain serait choisi par l’empereur de Russie192 et lui serait assujetti ; le « contre-projet russe » reprend, dans plusieurs de ses articles, la qualification de « roi » ou de « maison royale » d’Arménie, ainsi que l’idée d’une sujétion du souverain arménien à l’empire. Le texte signé Y. Chahamirian reprend le « contre-traité russe », tant pour l’ordre des articles que pour les dispositions qu’ils contiennent, mais « corrige » et ajoute certains points. On a pu penser que le texte de Chahamirian était une traduction arménienne quelque peu modifiée du « contre-traité russe193 », mais Chahamirian introduit des différences notables : il ne parle jamais de « roi », mais d’« État » ou de « gouvernement »194 ; les modalités de désignation du chef de l’État et des membres du gouvernement doivent être conformes à la Constitution d’Arménie contenue dans la seconde partie du Piège195 ; la Russie n’est pas supposée intervenir dans le choix des gouvernants, mais seulement dans leur reconnaissance : « Le gouvernement de l’Arménie sera créé suivant la Constitution arménienne196 », « L’empire russe reconnaîtra l’État d’Arménie et son gouvernement197 ». Ces revendications étaient sans précédent.

  • 198 Lettre d’Arghoutian à Ch. Chahamirian du 3 septembre 1786, Nersissyan, 1990, p. 338‑343, doc. 228. (...)

137Ces projets de traités ne seront finalement pas signés, la Russie avançant officiellement l’argument de l’absence de légitimité des signataires arméniens198 et montrant par là – fort diplomatiquement – l’ampleur du décalage entre sa politique réelle et les attentes que son expansion vers le Caucase a suscitées. Toutefois, sur le plan des idées et de la stratégie, la Brochure de Yéghiazar confirme une fois de plus les principes qui ont fait la spécificité du cercle de Madras.

138Enfin, pour situer plus complètement le Piège dans son corpus accompagnateur, il convient de le mettre aussi en perspective par rapport à l’ensemble des œuvres imprimées aux presses Chahamirian, car le choix d’une grande partie de ces publications semble obéir à une certaine logique.

Les publications de l’Imprimerie Chahamirian

  • 199 Hayk Khatchatryan, 1984(b), « Մադրասի տպագրական պատմությունից » (De l’histoire de l’imprimerie à M (...)

139Quatre imprimeries arméniennes semblent avoir existé successivement à Madras entre 1772 et 1810. Une quarantaine d’ouvrages199 publiés dans cette ville durant cette période mentionnent le nom de leur propriétaire ou de leur responsable : Imprimeries Hakob Chahamirian, Harouthioun Chmavonian, Aghavaliants ainsi que Hakob et Hovsep Nazar Chahamirian.

  • 200 Ibid.

140Hayk Khatchatryan200 a montré que ces quatre appellations désignaient vraisemblablement une seule et même imprimerie à des périodes différentes : celle créée par Ch. Chahamirian au nom de son fils Hakob en 1771‑1772.

141Les publications portant la mention « Imprimerie Hakob Chahamirian » s’échelonnent de 1772 à 1789. De 1789 à 1809, les parutions portent le nom de Harouthioun Chmavonian. De 1809 à 1812, celui d’Aghavaliants. Enfin, en 1812, ceux de Hakob et Hovsep Nazar Chahamirian.

  • 201 Principalement : Cirbied, 1812. Harrison Gray Otis Dwight, 1853, “Catalogue of All Works Known to (...)

142Le croisement des sources201 permet de reconstituer une liste – peut-être encore lacunaire – des ouvrages imprimés à Madras :

La période Hakob Chahamirian : 1772‑1789

143Sept, voire huit ouvrages ont vu le jour à l’Imprimerie Chahamirian proprement dite :

  • 1772 : l’Abécédaire, de M. Baghramian202 ;
  • 1772 : la Géographie de l’Arménie, de M. Baghramian203 ;
  • 1772 : la Nouvelle Brochure intitulée Exhortation, signée « Hakob Chahamirian avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian » et parfois attribuée à M. Baghramian dans les bibliographies204. Le tirage est estimé à 40 exemplaires205.
  • [1773 : le Piège de l’orgueil, signé H. Chahamirian. La date réelle de publication se situe entre 1787 et 1789.] ; 1775 : l’Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens206, édition de deux manuscrits, l’un de Mesrop Yerets [prêtre] de Vayots Dzor (xe s.), l’autre d’Étienne Orbélian (xiiie s.), imprimés par Y. Chamirian207, avec la collaboration de Movsés Baghramian208 ;
  • 1780 : l’Histoire de la conduite et des actions de Nadir Chah, roi de Perse, de Jonas Hanway209, traduction de Poghos Mirzayan ; 1781 : la Traduction de la lettre de grâce et de protection de Sa Majesté Catherine, reine de Russie210 ;
  • 1783 : la Brochure intitulée Guide, attribuée à Ch. Chahamirian211 ;
  • entre 1787 et 1789 : le Livre intitulé le Piège de l’orgueil, signé H. Chahamirian et souvent attribué à Ch. Chahamirian dans les bibliographies212. La date réelle de publication se situe entre 1787 et 1789. L’ouvrage annonce un tirage de 110 exemplaires213.

144À cette liste s’ajoutent une carte, un texte non imprimé et un ouvrage imprimé ailleurs :

  • 1778 : une Carte géographique de l’Arménie214 que Chahamir Chahamirian fait imprimer par la Congrégation mekhitariste à Venise. Cette carte complète l’Exhortation et le Piège ;
  • 1786 : Brochure intitulée Prévision pour la nation arménienne et pour son pays, signée Yéghiazar Chahamirian. Ce texte est resté à l’état de manuscrit215 ;
  • 1786 : Brève Description de l’État arménien avec présentation des anciens écrivains de ce peuple, indications recueillies de source certaine et publiées dans l’Inde en langue arménienne par Hakob Chahamirian, maintenant traduites en russe par le sous-lieutenant Varlaam Vaganov, publiée à Saint-Pétersbourg, qui n’est autre que la traduction en russe d’un chapitre de l’Exhortation216. Dans les années 1770 et 1780, il se publie dans le monde arménien, en langue arménienne, une dizaine de livres par an, principalement à Venise (ou à Trieste, par la Congrégation mekhitariste), à Constantinople, à Etchmiadzine et à Madras217. L’Imprimerie H. Chahamirian se distingue des autres imprimeries contemporaines, plutôt tournées vers des ouvrages religieux, des livres de prières par exemple, ou vers des traductions en arménien d’œuvres du patrimoine mondial (comme la traduction des Fables d’Ésope par Margar Chahrimanian (Chehrimanian), imprimées à Trieste en 1784 par la Congrégation mekhitariste) et, du reste, dédiées par le traducteur à son « ami intime Agha Chamir Chamriants ».

La période Chmavonian : 1789‑1809

  • 218 Ibid., p. 212, nº 902..
  • 219 Ibid., p. 197, nº 832 [année 1789] ; p. 199, nº 838 [année 1790] ; p. 201, nºs 847, 848 et 849, p. (...)

145Chmavonian est surtout connu pour sa création du premier périodique arménien, Azdarar, qui paraît à Madras de 1794 à 1796218. Outre cette publication emblématique, Chmavonian a développé une activité éditoriale intense et diversifiée219.

  • 220 Histoire de la vierge Marianne [Պատմութիւն Մարիանէ Կուսին], 1789, Madras : imprimerie Harouthioun (...)
  • 221 Histoire de la vierge Marianne, 1789, p. 3.

146En 1789, il réédite un ouvrage initialement paru à Constantinople en 1766220, Histoire de la Vierge Marianne221.

  • 222 Histoire de l’empereur Poncianus [պատմութիւն կայսեր Փոնցիանոսի], 1790, Madras : imprimerie Harouth (...)
  • 223 Auguste Loiseleur Deslongchamps, 1838, Essai sur les fables indiennes et sur leur introduction en (...)

147L’année suivante, en 1790, il réédite l’Histoire de l’empereur Poncianus, de la reine, de leur fils Dioclétien et des sept sages222, une traduction arménienne d’un roman existant « dans presque toutes les langues européennes et dans plusieurs langues asiatiques et qui, sous le titre d’Histoire des sept sages de Rome, a obtenu un grand succès en Europe ». Cet ouvrage est lui-même inspiré d’un apologue du sage indien Sandaber (Sendabar)223. La traduction arménienne imprimée à Madras est, selon toute vraisemblance, une reprise de celle de Hakob de Tokat (à partir du latin), publiée à Constantinople en 1740 (et même précédemment à Livourne en 1696) sous le même titre et non une traduction d’après l’original.

148La même année est imprimé le Priant, du catholicos Alexandre de Djoulfa.

  • 224 Siméon d’Erevan, 1791, Տաղարան փոքրիկ (Petit recueil de cantiques), Madras : Imprimerie Harouthiou (...)
  • 225 Baghdassar Tbir, 1791, Գիրք քերականութեան (Livre de grammaire), Madras : Imprimerie Harouthioun Ch (...)
  • 226 Hovsép Arghoutian, 1791 (rééd. 1792), Օրինակ հանդիսաւոր ծանուցման եւ ողբոյ (Exemple d’allocution e (...)
  • 227 Thadéos Soguiniants, 1791, Տետրակ որ կոչի Ողբ Հայանտանյաց (Livret intitulé Lamentation sur l’Armén (...)
  • 228 Azdarar, 1970, p. 69‑72 et préf. de Mkhitarian, p. XII.

149En 1791, Chmavonian réédite le Petit Recueil de cantiques224 de Siméon d’Erevan, initialement paru en 1775 à Etchmiadzine, puis le Livre de grammaire225, de l’écrivain constantinopolitain des xviie-xviiie siècles Baghdassar Tbir et imprime l’Exemple d’allocution et de lamentation solennelles226 de l’archevêque Arghoutian ainsi que la Brochure intitulée Lamentation sur l’Arménie227 du prêtre de la Nouvelle-Djoulfa officiant à Madras en même temps que Chmavonian, Thadéos Soguiniants, plus tard corédacteur à Azdarar, auteur de nombreux poèmes publiés dans le périodique (sous le pseudonyme de Ուրախակից բարեկամ [ami qui participe à la joie]) et en particulier d’une ode à Catherine II228.

  • 229 Nersés le Gracieux [Chnorhali], 1792, Գիրք անուանեալ Յիսուս որդի (Հօր միածին) (Livre intitulé Jésu (...)
  • 230 Hakob Harouthiounian Thaghian, 1792, Գրքուկ երկրաչփահան (Livret de géométrie), Madras : Imprimerie (...)

150En 1792, l’Imprimerie Chmavonian publie le Livre intitulé Jésus Fils unique du Père229, du catholicos du xiie siècle Nersés le Gracieux (Chnorhali), le Livret de géométrie230du jeune Djoulfain Hakob Harouthiounian Thaghian (ayant étudié cette science auprès d’un maître allemand) et réédite l’Exemple d’allocution et de lamentation solennelles d’Arghoutian imprimé l’année précédente.

  • 231 Ou l’Invincible. Selon la tradition arménienne, David était un philosophe néoplatonicien arménien (...)
  • 232 David l’ Invincible [Anhaghth], 1793, Վերծանութիւնք ներածութեան Պորփիւրի (Commentaire de l’Introdu (...)
  • 233 Grigor de Tathev, ~1346‑1409, théologien, supérieur du monastère de Tathev (Caucase méridional) ; (...)
  • 234 Irazek, 1986, p. 119. Hakob fut archevêque de la Nouvelle-Djoulfa de 1788 à 1793. Irazek souligne (...)
  • 235 Par exemple, Azdarar, 1970, p. 84 sq.

151Les publications se poursuivent à un rythme assez rapide : en 1793 sont imprimés l’Introduction de Porphyre avec les commentaires de David l’Invincible231 et le Commentaire de l’Introduction de Porphyre232 du même David, ainsi que la Brève Analyse de l’Introduction de Porphyre233 de Grigor de Tathev. La même année l’Histoire des événements survenus au saint Archevêque Hakob voit le jour234 ainsi que l’Histoire résumée du procès du roi Louis XVI et son testament. (Quelques articles d’Azdarar sont consacrés à la France235.)

152En 1794 est imprimé un exemplaire de la Lettre de bénédiction adressée aux Arméniens de l’Inde par l’archevêque Arghoutian.

  • 236 Ibid., préf. p. XII, Mkhitarian lit Ayoubian.
  • 237 Ibid., p. xvii.
  • 238 Davthyan et al., 1963, p. 219, nº 928. Ce texte a-t-il été publié séparément ? Il est en tout cas (...)

153De 1794 à 1796, Chmavonian se consacre au périodique Azdarar, qui manquera de fonds pour être durablement viable, mais qui connaîtra tout de même 18 livraisons. Chmavonian y publie, parmi les articles, annonces diverses, horaires des bateaux, etc., quatre ouvrages, les deux premiers étant sous forme de feuilleton : l’Histoire de la Perse, de Khatchatur de Djoulfa et l’Histoire de Hayder Ali Khan, de Hakob Simonian236. Il réédite, en 1796, dans le dernier numéro du mensuel, un texte de Yéghia Endazian publié à Venise en 1785237 : Histoire résumée de l’invention de l’aérostat et des voyages des Montgolfier, de Charles et des Robert, et publie une traduction en arménien de l’Abrégé de l’histoire des abeilles ; extrait de l’Histoire naturelle de Monsieur Buffon et Monsieur Bomare, grands naturalistes français238.

  • 239 Le Livre des définitions concerne les définitions de la philosophie. David l’ Invincible [Anhaghth(...)
  • 240 Arakél Vardapet, 1797, Լուծմունք սահմանացն Դավթի (Analyse des Définitions de David), Madras : Impr (...)
  • 241 Livre intitulé le Guide des enfants [Գիրք անուանեալ ՂեկաՒար ՄԱՆԿԱՑՆ], 1797, Madras : Imprimerie Ha (...)

154En 1797, Chmavonian réédite le Livre des définitions, du philosophe arménien David Anhaghth239 (déjà édité dans plusieurs centres arméniens) et publie l’Analyse des Définitions du philosophe David l’Invincible240, du père Arakél, ainsi que le Livre intitulé le Guide des enfants241, ouvrage réalisé par Chmavonian lui-même sur la base du Livre de l’Ecclésiaste.

  • 242 Davthyan, 1967, p. 8. Irazek, 1986, p. 125‑126.

155En 1801, l’imprimerie publie la Recherche de bénéfice pour les marchands, qui comprend les canons de concordance entre les quatre sortes d’intérêts, de Mathéos Grigor Souleymanian242.

  • 243 Davthyan, 1967, p. 16. Irazek, 1986, p. 126. Mkrtoom Simon, 1803, English Vocabulary Compiled and (...)

156En 1803, Mkrtoom Simeonian publie son English Vocabulary Compiled and Translated into Armenian Language for the Improvement of New-Beginners by M. Simon243.

  • 244 Livret intitulé Cause [Տետրակ որ կոչի պատճառ], 1804, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : (...)

157En 1804 paraît le Livret intitulé Cause244, signé du pseudonyme « un philologue » et qui consiste en un nouvel outil pédagogique pour l’instruction des enfants en langue arménienne et leur édification ainsi qu’un Livret de prières, pour enfants.

  • 245 Faits ou actes des quarante-troisième et quarante-quatrième conseils des Arméniens de Madras [Անցք(...)

158En 1806, l’infatigable Chmavonian publie les Faits ou actes des quarante-troisième et quarante-quatrième conseils des Arméniens de Madras245, ouvrage composé du compte-rendu de ces deux conseils où fut discutée la possibilité d’une action de la Russie en faveur de la libération nationale. Les débats de l’assemblée du 17 novembre 1805 et en particulier le discours de son président, Nazar Hakobjan Chahamirian, un descendant de Chahamir, montrent la confiance des participants dans cette option.

  • 246 Le Bélisaire a été publié, puis censuré, en France en 1767. Malgré son interdiction, le livre a co (...)
  • 247 Davthyan, 1967, p. 34.
  • 248 Irazek (1986, p. 37‑38 et 138‑140) relate l’histoire de cette publication. Samuel Moorat (Samuel M (...)
  • 249 Sur l’éloge de la République romaine, voir Piège, p. [58].

159Enfin, la période Chmavonian se clôt, en 1809, par la publication d’une traduction arménienne du Bélisaire de Marmontel246, traduction réalisée sur la base d’une version portugaise et due à l’abbé catholique arménien Pétros Pournazian de Karin, « disciple de la Propagande247 » à la demande et aux frais de Samuel Moorat, fervent admirateur de cette œuvre248. Les thèses développées dans le Piège et celles du Bélisaire présentent, du reste, d’étonnantes affinités : la critique de l’arbitraire, la nécessaire inflexibilité des lois, le sens de l’intérêt commun, l’éloge de la République romaine, etc.249

160Durant ses vingt ans d’activité éditoriale, Chmavonian a donc publié des ouvrages religieux, mais aussi philosophiques, pédagogiques, pratiques et scientifiques. Ces dernières orientations n’ont guère d’équivalents dans les autres grandes imprimeries contemporaines (Venise et Trieste pour les mekhitaristes et Constantinople) où les publications sont en général, à cette époque, davantage dominées par des thématiques religieuses.

La période Sarguis Tzatour Aghavaliants : 1809‑1812

  • 250 Davthyan, 1967, p. 34. Irazek, 1986, p. 144‑146. Trésor illustré : ou recueil d’histoires édifiant (...)
  • 251 Davthyan, 1967, p. 35‑36. Irazek, 1986, p. 142‑144. Nouvelle Brochure alphabétique : convenant à p (...)

161En 1809, Aghavaliants reprend l’imprimerie en faisant paraître deux publications la même année : le Trésor illustré ou Recueil d’histoires édifiantes amusantes et divertissantes, ouvrage traduit cette fois de l’italien par le susnommé père Pétros Pournazian de Karin250 et la Nouvelle Brochure alphabétique : convenant à plusieurs niveaux et notablement enrichie pour servir à l’instruction des enfants de notre nation251.

  • 252 Davthyan, 1967, p. 40‑41. Irazek, 1986, p. 146‑148.
  • 253 Dwight, 1853, p. 272. Davthyan, 1967, p. 41.
  • 254 Ou Roubéniens, dynastie des rois de Cilicie.

162En 1810, deux impressions voient le jour : celle d’un manuscrit du catholicos Nersés le Gracieux252, la Lamentation de la ville d’Édesse, et celle d’un manuscrit du xiiie siècle de Vahram Rabouni253, ecclésiastique d’Édesse et secrétaire du roi Léon III de Cilicie, intitulé Chronique rimée de l’histoire des Roupéniens254.

  • 255 Davthyan, 1967, p. 49. Irazek, 1986, p. 149‑152. Hovhannés de Djoulfa (Djoughayétsi), 1812, Գիրք ո (...)

163En 1812 paraît l’ouvrage du théologien Hovhannés de Djoulfa (Djoughayétsi) : Livre intitulé du sacrifice255.

La période Hakob et Hovsep Nazar Chahamirian : 1812

  • 256 Khatchatryan, 1984(b), p. 44. Tchobanyan, 1988, p. 190.

164Ces deux frères sont des arrière-petits-fils de Ch. Chahamirian256.

  • 257 Davthyan, 1967, p. 49‑50. Florian, 1812, Նումայ Պոմպիլիոս [Numa Pompilius], Madras : Imprimerie Ha (...)

165Une traduction arménienne de Numa Pompilius, second roi de Rome de Florian257 paraît en 1812. Cette œuvre porte sur la formation d’un roi juste et humain. Le livre XI en particulier, où la nymphe Égérie enseigne à Numa l’art politique, présente de curieuses analogies non seulement avec les thèses mais même avec le vocabulaire que l’on trouve dans le Piège.

  • 258 Davthyan (1967) reprend l’attribution officielle de cette traduction de l’anglais vers l’arménien (...)
  • 259 Cette pièce, écrite en 1731, est éditée pour la première fois en 1736. Voltaire, 1812, Ողբերգութիւ (...)

166La même année est publiée une traduction arménienne à partir de l’anglais258 de la Mort de César259 de Voltaire. L’argument de cette tragédie est, comme le sujet de Bélisaire et de Numa Pompilius, en résonance avec les thèses développées dans le Piège au sens où l’importance de la république, la liberté, la lutte contre l’arbitraire sont les valeurs qui animent Brutus et les autres conjurés.

167Après ces deux parutions de 1812, l’imprimerie semble avoir cessé toute activité.

Éléments pour un bilan

168Il n’est pas possible de mettre en lumière une ligne éditoriale continue tout au long des quarante-six années d’activité de l’imprimerie de l’église arménienne de Madras. Cependant, les publications recensées font apparaître, à travers le choix des rééditions d’ouvrages précédemment imprimés dans d’autres centres arméniens ainsi qu’à travers les créations, quelques grandes lignes qui ne resteront pas sans suite dans l’histoire arménienne : la diffusion d’idées et d’informations justifiant la libération nationale et la liberté politique ; la réappropriation de l’histoire, de la géographie et de la culture nationales ; l’intérêt pour la pédagogie et l’éducation ainsi que l’ouverture aux progrès de la connaissance et à la vie intellectuelle contemporaine internationale. Les rééditions même montrent à quel point Madras était reliée au reste du monde arménien et non arménien et à quel point l’imprimerie locale a fait circuler idées et informations.

  • 260 Par exemple : Joseph Karst, 1934, Littérature géorgienne chrétienne, Paris : Librairie Boud et Gay (...)

169Cette ouverture n’est d’ailleurs pas l’exclusivité du monde arménien puisqu’elle se développe aussi en Géorgie260, par exemple, et ne cessera de s’intensifier et de s’enrichir par la suite.

170Si l’imprimerie de Madras s’inscrit dans un vaste mouvement de traduction et de diffusion des textes arméniens mais aussi des grandes œuvres de la littérature mondiale, si elle contribue même à le développer, ses choix éditoriaux lui sont spécifiques : à côté d’ouvrages religieux, on traduit ou on publie aussi – dès le xviiie siècle – Voltaire, Florian, Marmontel et Buffon, c’est-à-dire des œuvres contemporaines et orientées vers la réflexion politique des Lumières et les progrès de la connaissance.

171Ces grandes orientations s’éclairent encore davantage lorsqu’elles sont mises en regard de la chronologie des événements politiques contemporains.

Un projet politique en attente

  • 261 Siruni, 1967, p. 322, trad. Siruni. Référence à Mat. XXV, 113 : « Alors le royaume des cieux resse (...)

« Si arrive pour nous ce temps heureux de la libération, force est que nous soyons prêts et que nous venions à la rencontre du fiancé tous préparatifs achevés (à l’exemple des vierges sages)261. »

  • 262 Siruni, 1967, p. 322.

172C’est ainsi que Y. Chahamirian explique, en 1786, la démarche qui le conduit à rédiger sa Brochure intitulée Prévision pour la nation arménienne et pour son pays262.

173Cette précision semble synthétiser l’ensemble du processus suivi par le cercle de Madras. La première phase de rédaction du Piège date des années 1770. Même à ce stade, il ne s’agit pas d’une pure utopie puisque le manuscrit 4471 est déjà dédié à Irakli II. Toutefois, à la fin des années 1780, lorsque le premier texte est repris, complété et imprimé par Chahamir, des événements décisifs pour le Caucase méridional se sont produits et le père doit adapter – sans le trahir – l’idéal politique de son fils aux nouvelles circonstances, afin de le rendre réalisable.

  • 263 Les deux exceptions sont la fonction honorifique de « Père de l’Arménie », échue par tirage au sor (...)
  • 264 Piège, p. [66].
  • 265 Ibid., art. 52.
  • 266 Ibid., p. [102]. Ce passage de la fin de la première partie du Piège est un ajout de Chahamir.
  • 267 La dynastie arménienne et géorgienne des Bagratides a été fondée au ixe siècle. Les formes les plu (...)

174Bien que la première strate du Piège soit ancienne, sa forme définitive semble trahir une certaine précipitation dans la conception comme dans la rédaction. En attestent non seulement toutes les discordances qui montrent que l’adaptation et la synthèse ont été difficiles pour Chahamir, mais aussi les nombreuses erreurs matérielles, comme les coquilles et les erreurs de calcul, signes que le texte n’a pas été relu. L’une des discordances les plus apparentes dues à la relecture réaliste des principes se trouve entre les articles 20, 49 et 50 d’une part, et, d’autre part, la suite d’articles 51 à 57. D’après les articles 20, 49 et 50, le mode de désignation du Premier Magistrat est l’élection par les représentants élus (article 20) ou, ce qui n’est pas rigoureusement incompatible, le tirage au sort parmi 13 représentants élus par les élus (articles 49 et 50). Dans tous les cas, le mandat, dont les attributions sont sévèrement encadrées, n’a qu’une durée de trois ans, comme la quasi-totalité des autres mandats263. Cette disposition est cohérente avec la critique de la transmission héréditaire du pouvoir énoncée dans la première partie du Piège264. Les articles 52 à 57 admettent pourtant un mandat à vie et même un pouvoir héréditaire. Ce mandat à vie et cette transmission héréditaire sont eux-mêmes strictement encadrés : ils ne sont présentés que comme des éventualités ne remettant pas en cause le principe des élections (« Si un jour proche ou lointain […]265 »). Le mandat à vie ne pourrait être délivré que par l’assemblée des élus, ne pourrait être attribué qu’à un homme qui se conformerait entièrement aux règles de l’article 51 (sauf pour la durée du mandat), serait tout de même destitué en cas de faute grave, verrait le mandat des membres de son Conseil diminué et ramené à trois ans, ne pourrait pas transmettre automatiquement ses pouvoirs à ses enfants s’ils se révélaient incapables de les exercer et, surtout, seul un descendant de Bagrat266 pourrait recevoir un tel mandat. Cela semble signifier que ces aménagements n’ont d’autre but que de permettre à Irakli II Bagrationi267, héritier de l’ancienne dynastie arméno-géorgienne, d’exercer la Première Magistrature d’Arménie, tout en évitant les dérives autocratiques possibles.

175Il semble donc que le cercle de Madras ait tout d’abord fixé un horizon, celui de la restauration de la souveraineté arménienne dans un État de droit. Mais la version définitive du Piège, sans renoncer à cet horizon, porte également les traces d’une volonté de composer avec la réalité en s’adaptant aux circonstances et opportunités qui émergent dans les années 1780 et admet de passer par des aménagements et des objectifs intermédiaires et, ainsi, de commencer par le possible pour, peut-être un jour, atteindre le souhaitable.

Des circonstances « favorables »

Les circonstances mentionnées dans le « Piège »

  • 268 Piège, p. [102].
  • 269 Ibid.
  • 270 Ibid.
  • 271 Ibid.

176Selon la lettre même du Piège, les temps sont favorables aux réussites audacieuses et aux luttes pour la liberté, comme l’attestent des faits récents ou contemporains qui doivent nous « réjouir268 », parmi lesquels sont citées, dans l’ordre suivant, la farouche défense de sa liberté par la « vaillante nation géorgienne269 », la prise d’Ispahan par Mir Waïs de Kandahar, les prises de pouvoir de Nadir Chah, de Kérim Khan, de Hayder Ali270 et enfin, seul exemple vraiment contemporain dont l’issue n’est pas encore jouée : la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique menée par Washington271.

177La première référence se comprend par les relations entre Chahamirian et Irakli II, et l’appel lancé à ce dernier pour réunir l’Arménie à ses possessions et instaurer une sorte de monarchie constitutionnelle sur la base du Piège. La dernière mention, la guerre d’Indépendance américaine, se rapporte à un processus en cours qui peut encore plus clairement que le cas précédent être considéré comme une lutte de libération car il vise non seulement l’indépendance mais aussi l’instauration d’une république. Les autres références, dont le choix est parfois surprenant puisque Nadir Chah, par exemple, était très loin de la monarchie éclairée, constituent des exemples d’audace politique ou militaire et non des luttes de libération. En tout état de cause, ces précédents montrent que la libération de l’Arménie est possible et juste.

178La valeur paradigmatique de ces références est d’autant plus nette qu’elles se situent précisément dans les pages ajoutées par Ch. Chahamirian au moment de la publication du Piège à la fin des années 1780 au manuscrit original de son fils, lequel met en avant, ce qui est fréquent à l’époque, le modèle historique de la République romaine, mais non des événements récents ou contemporains dont certains ne se sont du reste pas encore produits en 1774, année de la mort de Hakob. Il est donc permis de penser qu’au-delà du rôle rhétorique de ces précédents exhortant les Arméniens à plus de courage politique, la reprise d’un manuscrit datant déjà d’une quinzaine d’années et sa publication sont elles-mêmes en partie déclenchées par la connaissance de ces événements.

179Toutefois, le Piège n’évoque pas toutes les circonstances, et probablement les principales, qui l’ont fait passer du statut de projet à celui de proposition de système législatif complet adressé à Irakli II. Pour comprendre ce changement de statut, il est nécessaire d’avoir recours au corpus accompagnateur du Piège, corpus qui met en lumière, d’une part, la conscience d’une situation de crise interne au monde arménien et, d’autre part, les efforts pour trouver une solution territoriale désormais rendue envisageable par l’arrivée d’une nouvelle puissance dans le sud du Caucase, la Russie.

Le cercle de Madras et les deux problématiques contemporaines : libération et recentrage

Le morcellement et les divisions

  • 272 Aslanian, 2004(b), p. 926.
  • 273 L’histoire des méliks du Karabagh est connue par plusieurs sources. Ont été principalement utilisé (...)
  • 274 Mouradian, 1995, p. 36.

180Au xviiie siècle, l’« Arménie », c’est-à-dire les provinces historiquement peuplées d’Arméniens et où ils ont pu, à certaines époques, constituer des royaumes, est totalement fragmentée272. Hors quelques îlots d’autonomie maintenus de haute lutte par les méliks du Karabagh273, le reste des anciennes provinces arméniennes a été conquis par les Ottomans ou les Persans274. La souveraineté arménienne n’est plus qu’un lointain souvenir : le dernier royaume arménien, celui de Cilicie, a cessé d’exister en 1375. Les colonies excentrées se multiplient : la Nouvelle-Djoulfa, Madras, Astrakhan…

  • 275 Ibid., p. 35.
  • 276 Entre autres : Ghewont Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), « Renaissan (...)

181Mais cet état global de la situation ne date pas du xviiie siècle275. Pourquoi est-il souvent perçu à cette époque comme un danger national mortel, alors même que certains auteurs font aujourd’hui du xviiie siècle celui d’une « renaissance » arménienne, certes en un sens principalement culturel276 ?

  • 277 Par exemple, Raffi, 2010, p. 70‑72. Le phénomène est attesté dès les années 1780 mais, les populat (...)
  • 278 Ibid., p. 102, 105, 118.
  • 279 Ibid., p. 72, 100 et passim.
  • 280 Massiasts Aghavni, 1856, nº 5, p. 110 sqq.
  • 281 Ibid.
  • 282 Aslanian, 2004(b), p. 30, 46‑49.
  • 283 Lettre au prince Potemkine (alors gouverneur d’Astrakhan) de mars-avril 1780. Bournoutian, 2001, p (...)

182La perception de ce danger n’est pas une pure vue de l’esprit. D’une part, l’assujettissement peut, à la longue, devenir intolérable : de la restriction de la liberté religieuse à la lourdeur de la fiscalité, elle prend plusieurs formes et se manifeste, selon les époques, à différents niveaux d’intensité, surtout si le niveau d’éducation et de conscience augmente en raison de la « renaissance culturelle » mentionnée plus haut ; d’autre part, des changements démographiques sont en cours (au Karabagh, des méliks et des populations arméniennes se déplacent277 ou émigrent, notamment vers la Géorgie278, remplacés par des populations musulmanes ou sont contraints à la conversion à l’islam279) ; enfin, la dispersion engendre la division, notamment religieuse. En l’absence d’État, en même temps qu’elles ont été le prétexte à la discrimination, aux vexations et à la persécution dans les deux grands empires musulmans, la religion nationale et l’Église autocéphale ont été des repères identitaires déterminants. Or aux xviie et xviiie siècles, l’Église arménienne doit se protéger non seulement des autorités ottomanes et persanes mais aussi de l’autorité papale qui mène envers les chrétiens d’Orient, dans ces deux empires, une politique de prosélytisme offensive conduisant régulièrement les responsables religieux arméniens à des protestations officielles. Le catholicos Alexandre Ier de Djoulfa, par sa lettre de 1709 au pape Clément XI280, se plaint de la « conduite blâmable281 » des missionnaires de Rome. Par la suite, le catholicos Siméon frappe d’anathème les nombreuses publications par lesquelles les catholiques – y compris les mekhitaristes – « inondent 282 » les colonies arméniennes. L’archevêque Arghoutian en appelle, lui, en 1780, aux autorités russes, pour faire cesser la politique déloyale de conversions massives menée par les missionnaires et prêtres catholiques dans les régions de Russie peuplées d’Arméniens283.

  • 284 Villotte, 1730, p. 137.
  • 285 Aslanian, 2004(b).
  • 286 Ibid., p. 64.
  • 287 Raffi (2010, p. 51‑54) rappelle que non loin de l’ancien catholicossat de Gandzasar fondé au ive s (...)

183La menace « uniate » ne semble pas une vue de l’esprit des religieux arméniens puisque l’un des artisans de cette politique, le jésuite Jacques Villotte, l’annonçait clairement : les missionnaires (jésuites, carmes, dominicains, augustins et capucins) ne sont allés en Perse que pour « travailler à la conversion de la nation arménienne284 ». Aux xviie et xviiie siècles, l’Église arménienne et ses fidèles ne sont donc pas seulement confrontés aux vexations imposées par les autorités des Empires ottoman et perse, ni au prosélytisme implacable de Rome, mais souffrent aussi de divisions internes à l’Église nationale : la crise du « polycentrisme285 » due à la dispersion286 fait qu’à l’époque du catholicos Siméon, par exemple, on compte cinq catholicos : ceux d’Etchmiadzine et de Sis, mais encore deux catholicos à Gandzasar287et un à Aghtamar.

184C’est cette triple menace : assujettissement aux empires musulmans, prosélytisme de Rome et divisions internes avec toutes ses conséquences, qui rend alors la situation vraiment critique.

Les principales tentatives antérieures de libération

  • 288 Anahide Ter Minassian, 2007, « État national et diaspora : le cas arménien », in Michel Bruneau, I (...)

185Face au constat d’une situation critique, deux types d’actions vont se déployer dès la fin du xviie siècle288, des actions visant la libération des dominations ottomane et persane et le recentrage de la société arménienne autour d’une autorité fédératrice.

  • 289 Ibid., p. 46 : « Achot Hovhannissian a été le chef de file de cette école » qui voit dans ce Conse (...)
  • 290 Catholicos de 1655 à 1680.

186D’après l’historiographie arménienne soviétique289, l’acte marquant le début du « mouvement de libération arménien » est le « Conseil secret » tenu en 1677 à l’initiative de Hakob IV de Djoulfa, catholicos d’Etchmiadzine290.

  • 291 Heyberger, 1994, p. 202‑204. Claire Mouradian, Caucase, terre d’Empires, ouvrage à paraître.
  • 292 Fils d’un mélik du Siounik (1658‑1711).
  • 293 Mouradian, à paraître.

187Cette date pourrait être discutée pour deux raisons. Tout d’abord, Arméniens, Géorgiens et autres chrétiens d’Orient avaient déjà, dans le passé, adressé des sollicitations à des monarques européens, tels Philippe II ou Louis XIV (ou en adressaient à la même époque que le « Conseil secret ») pour obtenir leur protection et alléger la domination musulmane291. Ensuite, l’intention des historiographes soviétiques pourrait avoir été de centrer les événements sur le Caucase, occultant les initiatives prises à l’Ouest, car c’est aussi le début de la recherche d’un appui russe et non plus latin. En effet, si la mission initiale du Conseil de 1677 était de demander le soutien de Rome, Israël Ori292 se rendra finalement auprès du tsar Pierre Ier qu’il tentera de convaincre, carte à l’appui, de « l’intérêt stratégique et commercial » du Caucase méridional293.

  • 294 Ibid.
  • 295 Heyberger, 1994, p. 202.
  • 296 Ibid., p. 202‑203.
  • 297 Ibid.

188Mais la date de ce « Conseil secret » peut aussi être justifiée au motif que les autres tentatives, même si elles avaient eu des enjeux matériels (« Philippe II d’Espagne [1556‑1598] avait un temps envisagé de constituer une alliance de revers avec les Géorgiens et les Arméniens contre la Sublime Porte294 »), s’inscrivaient dans un registre de « l’attente de la croisade295 » et dans un contexte de « croyances prophétiques et millénaristes très largement répandues chez les Orientaux296 », y compris les non-chrétiens, au xviie siècle297, plutôt que dans une recherche de libération clairement formulée.

  • 298 Zekiyan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 63.

189Il est, de toute façon, difficile de cerner un début sans être quelque peu arbitraire, tout ce qui advient a des antécédents ; mais, en vertu de la dernière raison avancée ci-dessus, le choix de 1677 est acceptable si l’on considère que le Conseil d’Etchmiadzine, peut-être par la présence des méliks, peut-être aussi par la disparition rapide du catholicos, va déboucher sur une entreprise qui paraît plus de nature politique que religieuse. Il faut bien, de toute façon, fixer une date, même « conventionnelle298 ».

  • 299 Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), in Dédéyan, 1982, p. 421‑422.

190Le Conseil convoqué par le catholicos en 1677 réunissait le haut clergé et les méliks du Karabagh pour libérer l’Arménie de la double domination ottomane et persane. Une délégation conduite par le catholicos partit pour Rome en 1679 dans le but d’obtenir la protection du pape et de souverains européens. Hakob IV mourut avant le terme du voyage, mais Israël Ori poursuivit seul cette entreprise diplomatique à travers l’Europe. Malgré des rencontres au plus haut niveau telles que l’audience auprès de Pierre Ier, l’action d’Ori n’aura pas de suite décisive299.

  • 300 Raffi, 2010, p. 16.

191Au début des années 1720, une délégation de méliks et d’autorités religieuses arméniennes (conjointement avec des représentants géorgiens) est à nouveau envoyée auprès de Pierre Ier300. Les émissaires ne reviennent qu’avec des promesses.

  • 301 Ibid., p. 16 sqq.
  • 302 Khosdegian, in Dédéyan, 1982, p. 421‑422.
  • 303 Mouradian, 1995, p. 41. Mouradian, à paraître : « Tablant sur les promesses d’appui russe, ces der (...)

192À partir de 1722301, appuyés par le roi Vakhtang VI de Kartli (1716- 1723), espérant l’aide russe, les méliks, conduits par David Bek et le sparapet (connétable, généralissime) Mkhitar, entrent en insurrection contre les khans locaux ottomans et persans302. Compte tenu des rapports de force militaires, ils n’ont pu maintenir leur autonomie que quelques années et sur un territoire très restreint. L’insurrection, qui « dure jusqu’en 1730 […] déclenche une offensive des Ottomans qui veulent profiter de l’affaiblissement de l’Iran. Pris entre Turcs et Persans, lâchés par les Russes qui se retirent […], les méliks sont finalement battus […]303 ».

  • 304 Voir Achot Hovhannissian, 1964, « Pétros di Sarkis Gilanentz », Revue des études arméniennes, Nouv (...)
  • 305 Hovhannissian, 1964, p. 222.

193Dans les années 1720 également, une autre démarche est tentée par le marchand de la Nouvelle-Djoulfa Pétros di Sarkis Gilanentz (1959)304, qui consacre son crédit et sa fortune à la libération de la domination persane : il renseigne les officiers russes d’Astrakhan préparant une campagne contre la Perse et, à partir de 1723, forme une brigade de 80 cavaliers (dont il assure financièrement l’entretien en très grande partie) intégrée ensuite « au régiment russe opérant au Gilan305 ».

  • 306 Emin Joseph Emin, 1918, The Life and Adventures of Emin Joseph Emin Written in English by Himself, (...)
  • 307 William Pitt l’Ancien (1708‑1778), petit-fils de Thomas Pitt, gouverneur de Madras. William Pitt é (...)
  • 308 Dmitri Golitsyn (Galitzin ou Galitzine ; 1738‑1803), diplomate et homme de lettres, en poste à Lon (...)
  • 309 Alexandre Vorontsov (1742‑1805) a servi l’éphémère tsar Pierre III (qui n’a régné que six mois en  (...)
  • 310 Emin arrive à Tiflis muni d’une recommandation de Vorontsov. Emin, 1918. Ghougassian, in Hovannisi (...)
  • 311 Les objectifs de cette collaboration ne sont bien sûr pas tout à fait les mêmes pour les deux acte (...)
  • 312 Voir par exemple la lettre de Siméon d’Erevan à Irakli II (25 mars 1764). Bournoutian, 2001, p. 23 (...)

194En 1751, Emin quitte Calcutta pour Londres dans l’intention d’y apprendre le métier des armes et de mettre ses futures compétences au service de la libération de l’Arménie. Il sera admis à l’académie militaire de Woolwich. Il consigne lui-même dans son autobiographie306 ses différentes initiatives pour la libération de l’Arménie. Il déploie une action diplomatique et militaire en Grande-Bretagne comme dans d’autres pays (Russie, KartliKakhétie, etc.) et il rend compte de ses entrevues avec le ministre britannique William Pitt307 en 1751, avec le prince Golitsyn308, diplomate russe qu’Emin rencontre en Grande-Bretagne en 1761 ou encore avec Vorontsov309, chancelier impérial à Saint-Pétersbourg en 1762. Mais son initiative la plus fructueuse est son entrée au service d’Irakli II en 1763310, puis à nouveau en 1768, pour réorganiser et moderniser l’armée géorgienne en vue d’une « récupération » de territoires arméniens pour les faire passer de la tutelle persane ou ottomane à la couronne de Kartli-Kakhétie311. Ce dernier objectif ne sera jamais atteint, tout au plus Emin parviendra-t-il à infliger quelques revers à des troupes de Lezguis et à réinstaller chez elle la population de Haghbat (région du Lori), réfugiée en Kartli-Kakhétie à cause d’agressions persanes. Il n’a pu mener à leur terme aucun de ses grands projets, desservi entre autres par le catholicos Siméon qui engagea Irakli II à se méfier de lui312.

  • 313 Siruni, 1967, p. 311.

195Siruni313 signale encore une autre initiative isolée, en 1769 : celle d’un « notable », Movsés Sarafian, présentant aux autorités russes un projet de création d’un État arménien sous protectorat russe.

  • 314 Pierre Ier, par exemple, voit rapidement l’intérêt des contacts avec Israël Ori dans la perspectiv (...)

196Les diverses tentatives rappelées ci-dessus ne se situent pas sur le même plan. La proposition du catholicos Hakob, avalisée par son « Conseil secret », présente une forme de légitimité, une légitimité institutionnelle ; l’insurrection des méliks, en tant que lutte d’autodéfense conduite par des chefs traditionnels revêt aussi une forme de légitimité. En revanche, les démarches d’Ori ou d’Emin, malgré les soutiens dont elles ont bénéficié et bien que certainement révélatrices d’aspirations « indépendantistes » plus largement partagées, sont des initiatives difficiles à faire aboutir car leurs initiateurs ne sont jamais que des particuliers ne pouvant se prévaloir d’aucune représentativité, même si l’objectif poursuivi est loin de paraître insignifiant aux yeux des puissances de l’époque314.

197Les uns et les autres n’ont pas non plus les mêmes ambitions ni les mêmes moyens d’action : si le catholicos Hakob voit une solution dans la conversion collective, le combat de David Bek ou celui d’Emin s’inscrivent plutôt dans une vision de seigneur « féodal », croyant davantage aux moyens militaires.

198Toutefois, sur le plan des résultats, hormis la résistance des méliks qui, malgré leurs discordes, ont pu du moins défendre quelque temps leur autonomie, aucune de ces démarches n’a été véritablement couronnée de succès et, lorsque le cercle de Madras commence à s’intéresser à la question de la libération, aucun résultat d’envergure n’a été atteint et aucune perspective précise ne se dessine.

Le recentrage selon Siméon d’Erevan, l’unifi selon Chahamirian : deux projets concurrents

  • 315 Aslanian, 2004(b), p. 57.
  • 316 Voir en particulier Piège, p. [44][45].
  • 317 Aslanian, 2004(b), p. 32‑64. D’autres documents confirment cette perception de la crise, comme la (...)

199Le catholicos Siméon d’Erevan a, tout autant que les Chahamirian et Baghramian, une perception claire de la crise contemporaine315. Le Piège témoigne amplement de cette prise de conscience chez Hakob et Chahamir316. Chez Siméon d’Erevan, la question est précisément étudiée par Aslanian317, qui s’appuie en particulier sur l’ouvrage du catholicos Girk’ or koči partavčar [Livre intitulé Acquittement des devoirs] et la doctrine des droits divins (1779) dont il livre une traduction partielle et un commentaire.

  • 318 Aghaniants, 1908, p. 575.
  • 319 Aslanian, 2004(b), p. 64.

200Pour Siméon d’Erevan, la priorité n’est pas la libération, jugée trop aventureuse et dangereuse318, mais l’union de la nation autour de l’autorité religieuse et non sur un territoire. Le polycentrisme, la multiplication des centres de décision dans le monde arménien, en particulier religieux et même apostolique, limite l’autorité du patriarche suprême, et les tentatives de particuliers pour influer sur le devenir national, y compris celles des Chahamirian, ne semblaient pas faites pour lui convenir. En tant que catholicos, Siméon envisage le recentrage de la nation dispersée uniquement dans un sens spirituel : « Une communauté imaginée, dispersée dans l’espace mais contenue par la religion et centrée sur l’institution du catholicossat d’Etchmiadzine », écrit Aslanian319.

  • 320 Ibid., p. 69.

201Le projet des Chahamirian, lui, diverge sur trois points essentiels : la réunification est territoriale, l’autorité unificatrice – séculière – et le fondement du droit – naturel et temporel. En cela, le cercle de Madras, tout comme Emin, rompt « avec les modes de pensée traditionnels320 ».

202Dans sa lutte globale contre les tendances polycentriques, Siméon d’Erevan s’est donc aussi opposé très fermement au cercle de Madras. Malgré tout, dans le Piège, Chahamirian fait le choix du catholicossat d’Etchmiadzine alors qu’il en existe quatre autres, mais ces derniers sont soit éloignés (comme celui de Cilicie), soit moins puissants et plus récents que le catholicossat d’Etchmiadzine ; or, en vertu de sa connaissance de l’histoire et de la géographie de l’Arménie, ainsi que de sa stratégie de rapprochement avec Irakli II, il était cohérent de reconnaître le catholicossat d’Etchmiadzine comme patriarcat suprême (et, pour ces raisons également, de situer la future capitale d’Arménie à Erevan), même en l’absence de convergence de vues avec Siméon d’Erevan.

  • 321 Lettre d’Arghoutian à Ch. Chahamirian du 3 septembre 1786 : Nersissyan, 1990, p. 338‑343, doc. 228 (...)
  • 322 Lettre du 3 janvier 1787 : Bournoutian, 2001, p. 323, doc. 386.

203Il est donc permis de penser que la rivalité entre ce catholicos et Chahamirian ne se situait pas seulement sur le plan des idées mais qu’il a pu y avoir, en l’absence d’autorité reconnue comme suffisamment représentative, d’une part, et en raison de la nécessité d’en trouver une pour traiter sur le plan international, d’autre part, une lutte pour la prééminence, une course à la légitimité pour être l’interlocuteur des grands, notamment de la Russie. Au contraire, après la mort de Siméon d’Erevan en 1780, avec le catholicos Ghoukas de Karin, s’installe une plus grande convergence entre les autorités spirituelles et Chahamirian puisque l’archevêque Arghoutian – futur catholicos lui-même – et le marchand de Madras, comme le montre leur correspondance, agissent de façon coordonnée et complémentaire, d’autant que les temps ont changé et les victoires remportées par la Russie contre l’Empire ottoman lors des guerres de 1768 à 1774 permettent quelque peu aux Arméniens et aux Géorgiens de s’enhardir. Toutefois, la question d’une autorité légitime, habilitée à traiter avec la Russie, continue de se poser même après 1780. Quand Arghoutian et Lazarian tenteront de négocier les projets de traités arméno-russes entre 1780 et 1786, la Russie les rejettera en définitive au motif que « seuls les rois entre eux peuvent signer de pareils actes tandis que les Arméniens n’ont pas de roi et leur chef spirituel se montre réservé321 », comme le regrette Arghoutian dans une lettre à Ch. Chahamirian et qui fait de nouveau part de sa déception dans une autre lettre au même correspondant322 où il déplore que, malgré ses efforts, le catholicos Ghoukas craint d’écrire à l’impératrice Catherine de peur des Turcs et des Persans.

Une nouvelle puissance régionale : la Russie

  • 323 Siruni, 1967, p. 322, trad. Siruni.

Nos aïeux et nos parents ont vu, comme nous-mêmes et nos fils, l’amour et la pitié du grand Pierre, empereur de toute la Russie, pour la nation arménienne, ainsi que l’amour et la pitié de celle qui est assise aujourd’hui sur le trône impérial, la très glorieuse impératrice Catherine. Elle a montré sa pitié pour la nation arménienne non seulement par des intentions, mais aussi par des actes. […] Il n’est point douteux que cette protection de Sa Majesté est un effet de la volonté du Roi céleste pour la délivrance du peuple et du pays des Arméniens du joug des Turcs et des Persans. Et c’est aussi (par l’effet de la même volonté) que son armée victorieuse lutte aujourd’hui contre nos oppresseurs.
Yéghiazar Chahamirian
Prévision pour la nation arménienne et pour son pays, 1786323

  • 324 Mouradian, à paraître.
  • 325 Le protectorat ne s’applique formellement qu’aux orthodoxes, mais « la Russie essaie dès la fin du (...)

204Conclu à la suite des guerres russo-ottomanes de 1768 à 1774, le traité de Kutchuk-Kaïnardji (21 juillet 1774) donne à la Russie « la domination du bassin du Kouban, au piémont caucasien, […] le droit de navigation en mer Noire et de passage par les Détroits [Bosphore, Dardanelles] pour sa flotte commerciale, le protectorat sur la Crimée et l’annexion de la Kabardie […] ainsi que celle de l’Ossétie324 ». La Russie s’instituant « protectrice » des orthodoxes et des Arméniens de l’Empire ottoman lui donne, en fait, « un droit d’ingérence permanent325 ».

205Ce traité consacre non seulement la puissance russe au Caucase mais même en Asie Mineure et en Europe orientale, puissance dans laquelle les Arméniens voient de nouvelles perspectives.

  • 326 Siruni, 1967, p. 314‑315.
  • 327 Ibid.
  • 328 Ibid.
  • 329 Ibid.
  • 330 Mnatsakanyan, 1958, p. 148.

206« L’année 1780 commence par une activité fébrile », note Siruni326, qui lit et traduit des extraits du journal d’Arghoutian : le 1er janvier, Arghoutian est informé des préparatifs d’une offensive russe contre la Perse ; le lendemain, il reçoit le général Souvorov, qui promet « la reconstitution de “quelque” principauté pour nous [les Arméniens]327 » ; le 3, Arghoutian et Lazarian sont reçus par le prince Potemkine, qui les interroge sur la Perse ; ils en profitent pour demander « la reconstitution de l’État de la Grande Arménie, avec [pour] capitale Erevan. Potemkine [propose] que cette demande lui [soit] présentée par le patriarche arménien et par quelques-uns des princes arméniens328 » ; le 13, Arghoutian et Lazarian rencontrent Souvorov et l’informent « sur les combattants dont disposaient les méliks arméniens d’Artsakh (Karabagh) et d’autres localités appartenant au chah de Perse, combattants qui pourraient être utilisés dans un mouvement contre la Perse329 ». Arghoutian, Lazarian et Souvorov invitent Emin à les rejoindre en Russie pour y préparer la libération de l’Arménie330.

  • 331 Siruni, 1967, p. 314.
  • 332 Ibid.
  • 333 Ibid., p. 316‑317.

207Catherine II reprend et poursuit en effet la politique orientale de Pierre Ier : accéder aux « mers chaudes » (mer Noire, mer Caspienne, mer d’Azov), dominer « la rive méridionale de la Caspienne331 » et, par l’expansion de son territoire, faire en sorte que la route commerciale entre l’Inde et l’Europe traverse « le sol russe332 ». Ces ambitions supposent la conquête du Caucase méridional. Les préparatifs pour l’offensive contre la Perse tardent jusqu’en 1783, en revanche, les promesses, voire les « flatteries » russes se multiplient concernant une possible libération de l’Arménie333.

  • 334 Moriaud & Okoumeli, 1919. Bournoutian, 2001, p. 292 sqq., doc. 347.
  • 335 Moriaud & Okoumeli, 1919, p. 6. (Karthlie est une orthographe possible pour Kartli.)
  • 336 Ibid., art. 1, p. 6.

208Par le traité de Guéorguievsk (24 juillet 1783)334, la Russie contracte directement avec le Kartli-Kakhétie et signe un « traité d’amitié » par lequel Irakli II, en son nom et en celui de ses descendants, reconnaît « le pouvoir suprême et la protection de Sa Majesté l’Impératrice de Russie et de Ses éminents Héritiers sur les Souverains et peuples du royaume de Karthlie et de Kakhétie […]335 » et, même, s’engage à ne reconnaître que cette souveraineté, à l’exclusion de toute autre dépendance, envers la Perse en particulier336. Le traité comporte quelques dispositions religieuses, commerciales et militaires mais il est essentiellement politique : le Kartli et la Kakhétie sortent de l’orbite persane, Irakli est confirmé comme « tsar » local, mais, en échange de la « protection » de la Russie, il en devient le vassal.

  • 337 Concernant le passage du protectorat à l’annexion du Kartli et de la Kakhétie, voir Nolde, 1953, p (...)
  • 338 Cette conquête à peu de frais portera rapidement ses fruits : l’annexion du Kartli et de la Kakhét (...)
  • 339 « L’appui des Russes » ne relève bien sûr pas tant d’une « union volontaire » que d’un moyen de «  (...)
  • 340 Le 10 janvier 1780, Lazarian adresse au général Souvorov un mémorandum contenant une brève descrip (...)
  • 341 On le voit, par exemple, dans les lettres des méliks demandant l’aide militaire russe : à Souvorov (...)
  • 342 Lettres à Ch. Chahamirian du 10 septembre 1785 et du 3 septembre 1786 (qui reprend la teneur d’une (...)
  • 343 Bournoutian, 2001, p. 295, doc. 349.
  • 344 Lettre de Ch. Chahamirian au catholicos Ghoukas du 15 octobre 1787. Chahamirian remercie le cathol (...)

209On peut certes reconnaître dans cette opération de la Russie une stratégie d’annexion337 : instituer un interlocuteur, faciliter sa sécession en lui promettant la protection, puis l’annexer338. Toutefois, pour nombre d’Arméniens, la situation de « protégé » de la Russie semblait déjà un sort enviable339, comme l’attestent en particulier les efforts conjugués, au moins de circonstance, d’Arghoutian, de Lazarian340 et des méliks341 ainsi que l’espoir d’Arghoutian342 (partagé par Y. Chahamirian, probablement aussi dans une certaine mesure par Chahamir) de parvenir à cette solution, qu’il croit possible compte tenu de ses relations à la cour de Russie (spécialement avec le prince Potemkine, délégué par Catherine II pour signer le traité de Guéorguievsk). Des signes qui ont pu passer pour encourageants ont effectivement été donnés par Potemkine, qui écrivait par exemple au catholicos Ghoukas, le 12 septembre 1782, que la libération de l’Arménie était sa préoccupation majeure343 ainsi que par l’impératrice elle-même, lors d’un échange de lettres avec le catholicos Ghoukas344.

210Ce traité était d’autant plus prometteur, du point de vue arménien, que, selon son article 2 :

  • 345 Moriaud & Okoumeli, 1919, p. 7.

Sa Majesté donne Sa garantie Impériale pour la conservation complète des territoires actuels de Son Altesse, le Tsar Irakly, fils de Theimourase, en Se proposant d’étendre cette garantie également sur les territoires qui lui seront acquis à l’avenir selon les circonstances, et qui Lui seront fermement confirmés345.

211Mais cet article est en fait surtout prometteur du point de vue de la Russie, qui préempte en quelque sorte tout éventuel accroissement du territoire d’Irakli II ; néanmoins, pour les Arméniens, elle représente une solution de secours. Les Géorgiens ont un roi, pas les Arméniens ; si la Russie ne traite pas avec les Arméniens faute d’autorité officielle, Ch. Chahamirian envisage, dans un premier temps au moins, et même si l’horizon demeure l’indépendance arménienne, une intégration des régions arméniennes du Caucase méridional et de l’Asie Mineure à la Géorgie sous la monarchie d’Irakli, monarchie qu’il faudra alors tenter de transformer en monarchie constitutionnelle.

  • 346 Lettre à Ghoukas de Karin du 15 octobre 1787. Bournoutian, 2001, p. 326, doc. 390.
  • 347 Ibid.
  • 348 Ibid. (« Bagratouni » est la forme arménienne de « Bagratide », « Bagrationi », « Bagration ».)
  • 349 Par exemple, Piège, p. [11] et art. 52 à 57 ; lettre à Irakli du 15 octobre 1787 : Abrahamyan, 196 (...)
  • 350 Yéritsian, 1881, p. 26.
  • 351 Karst, 1934‑1937, III, p. 310‑316 : « Le même juriste [Félix Holldack] a élevé à un haut degré de (...)
  • 352 Bournoutian, 2001, p. 326, doc. 390.

212« Les relations de Catherine avec Irakli montrent que notre tour viendra », écrit Chahamirian au catholicos Ghoukas346, mais, pour conclure un traité avec la Russie, il faudrait un « chef, civil ou militaire347 », or, Irakli II « est, après tout, un Bagratouni348 ». La réunion des territoires arméniens à ceux d’Irakli est donc considérée comme assez « naturelle » puisque celui-ci est issu de la branche géorgienne de la dynastie arméno-géorgienne des Bagratides. Ainsi, Chahamirian multiplie les appels, dans le Piège comme dans sa correspondance, pour qu’il règne sur l’Arménie349, mais aussi qu’il y règne dans le respect des lois. Le 15 octobre 1787, il écrit à Irakli que le temps est venu où des lois doivent être établies et « avec tes lois, les nations arménienne et géorgienne seront sauvées des tyrans350 » et annonce au catholicos Ghoukas qu’Irakli lui a écrit pour lui demander de lui rédiger des lois351. « Je lui ai envoyé le Piège, précise Chahamirian, dont je vous ai également adressé un exemplaire ainsi qu’à Arghoutian352. »

  • 353 Raffi, 2010, p. 56.
  • 354 Panossian, 2006, p. 93.

213Dans les années 1780, la configuration est donc telle que l’espoir d’une libération n’apparaît pas déraisonnable, tant du point de vue géorgien que du point de vue arménien ; c’est ainsi que Raffi, au xixe siècle, estime que les esprits étaient prêts et que « l’action en faveur de la libération de l’Arménie était si avancée qu’un livre de H. Chahamirian fut publié en Inde sur les lois relatives à la justice et au gouvernement pour les royaumes unis d’Arménie et de Géorgie353 ». C’est pourquoi le jugement du politologue contemporain Panossian, d’après qui Chahamirian se serait contenté de « bâtir des châteaux en Espagne354 » est discutable.

214Le raisonnement de Chahamirian et de ses contemporains semble au contraire tirer les « leçons de l’histoire » et tenir compte des incertitudes mais, pour ne pas laisser passer une éventuelle chance historique, faire des choix en hiérarchisant les risques : il n’y a rien à attendre des Empires ottoman et persan, les précédentes tentatives de libération ont échoué, la protection de Rome est un leurre qui masque sa politique de prosélytisme, les Arméniens sont trop faibles pour se passer d’alliés.

  • 355 Raffi, 2010, p. 56.

215Le calcul de Chahamirian, comme en partie celui d’Irakli II, semble donc avoir été de miser sur l’intérêt, pour la Russie, de bénéficier d’un « État-tampon355 » chrétien au sud, d’utiliser la protection de la Russie, puissance chrétienne mais non catholique pour, tout d’abord, se libérer des Empires ottoman et persan, puis d’unir les régions arméniennes à la couronne de Géorgie orientale ; enfin, si Chahamirian recherche l’alliance d’Irakli, il porte aussi les projets nationaux des Arméniens visant l’indépendance nationale dans un État de droit.

  • 356 Bournoutian, 2001, p. 328, doc. 393.
  • 357 Ibid., p. 330, doc. 396. Les méliks signent leurs lettres comme s’ils étaient unanimes, en réalité (...)
  • 358 Bournoutian, 2001, p. 330, doc. 396.
  • 359 Après avoir signé la paix avec la Turquie (traité du 29 décembre 1791), la Russie, informée des me (...)
  • 360 Mouradian, à paraître.
  • 361 Ibid.

216Certes, les prémices de l’échec partiel de ce plan également sont rapidement perceptibles, comme l’attestent par exemple la lettre d’Irakli au général Tekeli de mars 1788356 se plaignant du non-respect des conventions russo-géorgiennes par la partie russe ou encore la lettre désespérée des méliks au prince Potemkine du 23 janvier 1790357 qui demandent en définitive asile pour leur peuple à la Russie, faute d’avoir obtenu son aide militaire pour la libération de leurs terres358. L’inertie de la Russie359 lors de l’attaque de Tiflis par les troupes du chah Agha Mohammed Khan en 1795 confirmera les craintes, bientôt suivie par l’annexion des États d’Irakli en 1801, puis des provinces arméniennes orientales en 1828‑1829360 ; avant ce dernier épisode, la Russie s’était déjà « emparée du Karabagh (1805) […]361 ».

Éléments pour un bilan

  • 362 Ibid.
  • 363 Les gazettes anglaises parvenaient à Madras, qui a eu aussi ses propres journaux comme le Madras C (...)
  • 364 Piège, p. [7], [18], [28].

217Les circonstances dans lesquelles, et pour lesquelles vraisemblablement, le Piège est passé du stade de projet à celui de proposition ont donc été favorables dans un premier temps en un sens ironique : l’assujettissement, la dispersion, la division, la résignation du plus grand nombre, l’échec des précédentes tentatives de libération et la pression du prosélytisme de Rome, tout cela n’est favorable qu’au sens où la réaction salutaire attend souvent le dernier degré du désespoir ; mais dans un second temps, l’époque est aux bouleversements, comme le montrent notamment l’« irrésistible362 » avancée des Russes vers le sud sous Catherine II ou la guerre d’Indépendance américaine. Si toutes ces évolutions ne touchent pas directement le monde arménien, Hakob et Chahamir Chahamirian peuvent lire, à Madras, la presse anglophone363 ; en tant que marchands, ils sont en contact avec des correspondants orientaux comme européens et en particulier britanniques, ils voyagent, observent364, prennent connaissance de la marche du monde et en tirent espoirs et enseignements.

  • 365 Yéghiazar Lazarian et ses fils, originaires de la Nouvelle-Djoulfa, ont été intégrés à la noblesse (...)

218Plus près du monde arménien, l’affermissement de la monarchie d’Irakli II, l’arrivée de la Russie au sud du Caucase, la montée en puissance d’une nouvelle élite « russophile » avec, par exemple, Arghoutian et Lazarian365 et une absence d’opposition systématique de la part du catholicos d’Etchmiadzine, Ghoukas ayant remplacé Siméon, tout cela crée une configuration inédite dans laquelle il n’était pas déraisonnable de voir, dans les années 1780, des circonstances réellement favorables à une libération.

219Comme toujours, plusieurs séries de facteurs ont donc rendu ce passage possible, facteurs internes et externes, profonds et occasionnels et il est difficile d’assurer que tous nous soient encore connus aujourd’hui.

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 Piège, p. [101]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX).

3 Seth, 1937(b), p. 612.

4 Ibid.

5 Achot Abrahamyan, 1964, « Համառոտ ուրվագիծ հայ գաղթավայրերի պատմության » (Esquisse d’une histoire abrégée des lieux d’émigration arméniens), Erevan : Haypethrat, t. I, chapitre écrit par Raphaël A. Abrahamyan, p. 436‑485 (p. 444, 450). Ann Basil, 1969, Armenian Settlements in India, From the Earliest Times to the Present Day, Calcutta : The Armenian College, p. 4445. Aramaïs Mirzaian & Charles Price, 1980, The Wandering Armenians, Sydney : A. Mirzaian.

6 Seth, 1937(b).

7 Djallaleddin Mohamed Akbar (1542‑1605).

8 Jayanta Kumar Ray & Kingshuk Chatterjee, « Immigrants communities », in Jayanta Kumar Ray (ed.), 2007, Aspects of India’s International Relations 1700 to 2000 : South Asia and the World, Delhi : PHISPC, Center for Studies in Civilizations, vol. X, part. 6, p. 62.

9 Geneviève Bouchon, « L’empire dans sa prospérité », in Markovits Claude (dir.), 1992, Histoire de l’Inde moderne, 1480‑1950, Paris : Fayard, p. 176.

10 Seth, 1937(b), p. 1 sqq. Kumar Ray & Chatterjee, 2007, p. 62.

11 Djoulfa (aujourd’hui Culfa) ; région historiquement arménienne, le Nakhitchevan (Naxçivan) a actuellement le statut de république autonome rattachée à l’Azerbaïdjan.

12 Aujourd’hui Jolfa. Sur cette déportation, voir entre autres Arakel de Tabriz, « Livre d’histoires » in Marie-Félicité Brosset, 1874, Collection d’historiens arméniens, Th. Ardzrouni, xe s., Histoire des Ardzrouni ; Arakel de Tauriz, xviie s., Livre d’histoires ; Ioannès de Dzar, xviie s., Histoire de l’Aghovanie, t. I, Saint-Pétersbourg : Imprimerie de l’Académie impériale des sciences, p. 296‑303. Aslanian, 2011, p. 23‑39.

13 Ina Baghdiantz McCabe, 1999, The Shah’s Silk for Europe Silver : The Eurasian Trade of the Julfa Armenians in Safavid Iran and India (1530‑1750), Atlanta : University of Pennsylvania.

14 Le mot « colonie », en arménien, n’a ni la même racine, ni les mêmes connotations qu’en français : գաղութ (gaghouth), mot d’origine hébraïque (galut) passé en arménien par les sources syriaques signifie « exil » et qualifie une communauté éloignée de l’espace territorial national. Benjamin Braude, « The Nexus of Diaspora, Enlightenment and Nation : Thoughts on Comparative History », in Hovannisian & Myers, 1999, p. 56. L’adjectif գաղթական (gaghthakan) désigne l’« émigré », non le « colonisateur ». Malgré l’ambiguïté, on doit recourir à ce terme de « colonie », employé depuis des siècles pour désigner les communautés arméniennes de Perse, d’Europe, d’Asie, etc., car il ne se confond pas avec celui, d’usage plus récent, de diaspora (dispersion) ou de « grande diaspora » (ce dernier terme s’appliquant plus précisément à la dispersion des Arméniens de l’Empire ottoman consécutive au génocide dont ils furent victimes en 1915).

15 Aslanian, 2011, p. 44‑52.

16 Kumar Ray & Chatterjee, 2007, p. 59, 63‑64.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 60.

19 Seth, 1937(b), p. 141.

20 Ibid., p. 48‑50. Henry Davison Love, 1913, vestiges of Old Madras 1640‑1800, Indian Records Series, London : John Murray, 3 vol. et un index, I, p. 543. Ronald W. Ferrier, 1970(a), “The East India Company and the Armenain Nation, 22nd June 1688”, Revue des Études arméniennes, nº 7, Paris, p. 427‑443. Baghdiantz McCabe, 1999, p. 79‑105. La réalité de cette égalité de traitement a été discutée : Anquetil Duperron, par exemple, constate « les prohibitions faites aux marchands particuliers, Arméniens, […] etc. » de la part des Anglais (dans les provinces de l’Inde du Nord) : Abraham Hyacinthe Anquetil Duperron , 1798, L’Inde en rapport avec l’Europe, ouvrage divisé en deux parties, la première sur les intérêts politiques de l’Inde, la deuxième sur le commerce de cette contrée…, Paris, nouvelle éd., p. 65.

21 Love, 1913, I, p. 543.

22 L’évaluation précise est difficile. Selon Hratchya Atcharyan, 2002, Հայ գաղթականության պատմությունը (Histoire de l’émigration arménienne), Erevan : Université Hratchya Atcharyan, p. 293‑316 (p. 314), il y avait 298 Arméniens à Madras en 1784 et, en 1802, on y dénombrait 2 025 maisons, alors que selon Stuart Blackburn, 2003, Print, Folklore and Nationalism in Colonial South India, Delhi : Permanent Black (citant, p. 77, la thèse non publiée de Susan Margaret Neild, 1977, Madras, the Growth of a Colonial City in India, 1780‑1840, Université de Chicago, p. 24), on comptait 500 marchands arméniens au début du xixe siècle. Comparativement, en 746, lors de la prise de Madras par les Français, la ville Noire abritait 50 000 âmes et la Compagnie britannique des Indes disposait d’une garnison de 500 soldats. Voir aussi Abel Hugo, 1843, Histoire générale de France, Paris : Delloye, t. V, p. 550.

23 Les églises apostoliques d’Inde dépendaient de la cathédrale Saint Joseph d’Arimathie dans le couvent Saint-Sauveur-de-Tous de la Nouvelle-Djoulfa. L’Église arménienne, nationale et autocéphale, est dite « apostolique » (car, selon la tradition, l’Arménie aurait été évangélisée par les apôtres Thaddée et Barthélemy) ou encore grégorienne, en référence à saint Grégoire l’Illuminateur qui, en convertissant le roi Tiridate IV, œuvra pour l’adoption du christianisme comme religion d’État à une date que la tradition situe en 301, Nina Garsoïan, 1999, L’Église arménienne et le Grand Schisme d’Orient, Louvain : Peeters.

24 Une lettre du père Samuel (vicaire de l’église syrienne Mar Thoma de Madras, 29 janvier 1949) à Mgr Vahan Kostanian (prélat des Arméniens du diocèse de Perse et d’Inde) conservée aux Archives d’État d’Arménie (409, 1) explique, parlant des tombes dans la cour de l’actuelle église arménienne : “The presence of the graves is sufficient reason for the Hindu and the muslim to abhor the place.

25 Susan E. Schopp, « Up from the Watery Deep, The Discovery of an Armenian Gravestone in the South China Sea », in Sushil Chaudury & Kéram Kévonian (dir.), 2007, Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l’ère moderne, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 259.

26 Voir ci-dessous le plan de Madras par Moll, ainsi que Love, 1913, I, annexe : plan de Madras par Thomas Pitt et Love, 1913, II, p. 86 sqq., qui reprend Hamilton. Ces cartes font bien apparaître la séparation entre ville Blanche (Fort St. George) et ville Noire. Le critère de séparation introduit par les colonisateurs entre les habitants de la ville Blanche et ceux de la ville Noire est ethnique et religieux. Danibegov, l’émissaire d’Irakli II, qui doit rencontrer Chahamirian, constate que la ville est « divisée en deux. Les chrétiens européens résident dans la partie fortifiée, au bord de la mer, tandis que dans la ville proprement dite, dans le centre, vivent les natifs, généralement à la peau sombre et idolâtres ». Rafail Danibegov, 1969, The Travels in India of the Georgian Nobleman Rafail Danibegov, Moscou : Éditions du progrès, F. F. Davitaya & L. I. Maruashvili (ed.), p. 152, 1re éd., Moscou/Tiflis, 1815. Voyages effectués entre 1795 et 1827. Rafail Danibegov ou Danibegashvili était un marchand et diplomate arménien catholique de Tiflis. Voir aussi Glyn Barlow, 1921, p. 10.

27 Seth, 1937(b), p. 141. Aramaïs Mirzaian, 1958, A short Record of Armenian Churches in India and the Far East, Calcutta : The Central Press. Basil, 1969, p. 47. Seth ne cite aucune source.

28 Love, 1913, II, p. 465.

29It was one of the few magnificent edifices on the Esplanade of that city, but the Armenians were obliged to desert it after a time, as the British authorities would not permit so high an edifice to stand in the immediate vicinity of the Fort”, Seth, 1937(b), ne cite aucune source.

30 Love, 1913.

31 Par la suite, à l’issue des guerres franco-britanniques pour la domination de l’Inde, Madras est officiellement cédée par la France au Royaume-Uni en 1754 par le traité de Madras. Louis Herman, 1847, Histoire de la rivalité des Français et des Anglais dans l’Inde, Paris : Charpentier, p. 63‑86.

32 Azdarar (Le moniteur), Madras, 17941796, rééd. 1970, préf. de Margarit Mkhitarian. Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian. http://tert.nla.am/mamul/Azdarar_1/Table.html [consulté le 23 décembre 2016].

33 Hakob Chahamiryan, 1991, Նոր տետրակ որ կոչվում է Յորդորակ (Nouvelle brochure intitulée Exhortation), Erevan : Éd. de l’université d’Erevan, trad. Poghos Khatchatryan, p. 52‑53.

34 John Shortt, 1870, “The Armenians of South India”, Journal of Anthropology, vol. 1, nº 2, oct. 1870, p. 180‑187 (p. 183). Chahamir Chahamirian (anonyme, attribué à), 1783, Տետրակ որ կոչի Նշաւակ (Brochure intitulée Guide), Madras : Imprimerie Hakob Chahamirian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/tetrak1783_index.html [consulté le 5 janvier 2016]. Atcharyan, 2002, p. 314, affirme que le capital du fonds pour les orphelins s’élevait à 800 000 F, sans toutefois préciser ses sources, la période de référence, ni la valeur du franc.

35 Seth, 1937(b), p. 142. (Selon les sources, on trouve également les formes suivantes : Pétros, Pétruse, Woskan, Uscan, Voskanian. On a retenu ici l’une des plus courantes.)

36 Ibid., p. 143. Love, 1913, II, p. 231.

37 William Hodges, 1805, Voyage pittoresque de l’Inde fait dans les années 1780‑1783, Paris : Delance, trad. Langlès, t. I, p. 17, écrit : « Un peintre ne trouve pas aisément l’occasion d’exercer son talent dans un pays ravagé par un ennemi actif. Cependant, je parvins à dessiner, entre autres objets intéressants, le pont de Marmalong, ouvrage très moderne, construit, m’a-t-on dit, aux frais d’un marchand arménien ; il est situé sur une petite rivière qui baigne le pied de la montagne […]. »

38 Dans son œuvre « Marmalong Bridge, Madras », Justinian Walter Gantz (1802‑1862) a représenté de près, à l’une des entrées du pont, les gigantesques piliers dont l’un est porteur d’une croix, identique, du reste, à certains exemplaires que l’on trouve à la Nouvelle-Djoulfa. Ces piliers apparaissent également, mais vus de plus loin, dans l’esquisse de Thomas Daniell, Distant view of St Thomas’s Mount near Madras (1793) visible sur le site de la British Library : https://lc.cx/dftV [consulté le 10 avril 2018] et sur l’aquarelle du même artiste réalisée en 1798 (voir illustration 6).

39 Jules Dumont d’Urville (dir.), 1839, Voyage pittoresque autour du monde, Paris : Furme, t. I, p. 122.

40 Sur les travaux d’embellissement de cette église auxquels ont participé les Arméniens de Madras, voir Love, 1913, II, p. 100.

41 Seth, 1937(b), p. 143.

42 Baghdiantz Mccabe, 1999, p. 79‑105.

43 Fonction en usage dans l’Empire safavide, sorte de bourgmestre. Jean Chardin, 1811, Voyage du Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités et les choses remarquables du Pays. Nouvelle édition, soigneusement conférée sur les trois éditions originales, augmentées d’une Notice de la Perse, depuis les temps les plus reculés jusqu’à ce jour, de Notes, etc., éd. L. Langlès, Paris : Le Normant, III, p. 142 et Jean de Thévenot, 1727, Suite du voyage de Mr de Thévenot au Levant, Amsterdam : Michel Charles Le Cène, 1re éd., 1674, L. II, p. 351, traduisent ce terme par « prévôt », servant d’intermédiaire entre le gouvernement et la population. Voir aussi Baghdiantz Mccabe, 1999, p. 82, 94 et passim, et Aslanian, 2011, p. 185.

44 Bouchon, in Markovits, 1992, p. 176.

45 Par exemple Avdalbéguyan, 1922, p. 160, ou Arakél Arakélyan, 1964, Հայ ժողովրդի մտավոր մշակոյթի զարգացման պատմություն 14 19 դ.դ. առաջին կեսը (Histoire du développement de la culture intellectuelle du peuple arménien, du xive siècle à la première moitié du xviiie siècle), Erevan : Haypethrat, t. II, p. 141 sqq.

46 Arakélyan, 1964, p. 141‑142.

47 Voir l’étude des différentes hypothèses par Assadour Mnatsakanyan, 1962, « Ո՞վ է Նոր տետրակ որ կոչի Յորդորակգրքի հեղինակը » (Qui est l’auteur de la Nouvelle brochure intitulée Exhortation ?), Patmabanassirakan Handes, Erevan, p. 131‑142.

48 Avdalbéguyan, 1924, p. 135‑151 (p. 145‑151).

49 Love, 1913, III, p. 324. Par exemple, lorsqu’en mai 1786, le gouvernement de Fort St. George veut nommer des « représentants de l’ensemble des habitants » de Madras pour la constitution d’un « comité de police » à dessein de « corriger » les irrégularités et les abus, notamment en matière de commerce et d’instruire les plaintes, les deux noms avancés pour les Arméniens sont « Edward Raphael et Shamier Sultan ».

50 Hovhannés XII de Gandzasar, catholicos d’Aghouanie (Albanie du Caucase, province comportant le Karabagh) de 1763 à 1786, proche des méliks (seigneurs du Karabagh) et correspondant de Ch. Chahamirian.

51 Pavel Tchobanyan (Chobanyan), 1988, « Հնդկահայ գաղթօջախի պատմությունից » (De l’histoire de la colonie arméno-indienne), Patmabanassirakan Handes, 1(120), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, p. 183‑191 (p. 187, doc. 3).

52 Les instruments caractéristiques de ce métier, tels les ciseaux et le mètre, font partie de l’emblème de la famille Chahamirian. Voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III, l’illustration 1 du chapitre VI, l’annexe 1, Piège p. [6], [336], Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 20, 80) et passim.

53 Voir deux exemples de sa correspondance avec Robert Palk à propos de la vente d’un diamant. Annexe 11.

54 1722‑1799. Catholicos d’Etchmiadzine de 1780 à 1799, correspondant de Ch. Chahamirian. (Variantes : Ghoukas de Karin, de Karine, de Garin, Garine, Karnétsi, Lucas d’Erzeroum, etc.)

55 Sa traduction des Fables d’Ésope, publiée par la Congrégation des mekhitaristes à Trieste en 1784, est dédiée à son « ami intime » Ch. Chahamirian.

56 Piège, p. [25].

57 Chardin, 1711(a), IV, p. 217 (souligné par l’auteur).

58 Jonas Hanway, 1753, An Historical Account of the British Trade over the Caspian Sea, with a Journal of Travels from London through Russia into Persia ; and back again through Russia, Germany and Holland, to which are added The Revolutions of Persia during the Present Century with the Particular History of the Great Usurper Nadir Kouli, London, 4 vol. , II, p. 342, note.

59 Cyrille Toumanoff, 1990, Les Dynasties de la Caucasie chrétienne, de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle. Tables généalogiques et chronologiques, Rome : Edizioni Aquila, p. 167, 210, confirme que ces titres avaient également cours dans le Caucase et qu’ils tendaient « à devenir patronymiques » (p. 26).

60 Azdarar, 1970, p. 11.

61 L’épitaphe complète (rimée en arménien), citée par Frédéric Macler, 1919, « Note sur quelques inscriptions funéraires arméniennes de Malacca », Journal asiatique, t. XIII, Paris : Imprimerie nationale, Éditions Ernest Leroux, p. 560‑568 (p. 563). Avdalbéguyan, 1929, (le texte reprend une conférence du 17 novembre 1928), p. 39‑56 (p. 44, n. 2) ou encore Hakob Irazek (Ter Hakobian Hakob), 1986, Պատմութիւն հնդկահայ տպագրութեան (Histoire de l’imprimerie arméno-indienne), Antilias : Éditions du catholicossat de la Grande Maison de Cilicie, p. 51, est : « Salut à toi qui lit mon épitaphe ! Annonce-moi la liberté que j’ai désirée pour ma nation. Dis-moi si un sauveur et gouvernant s’est révélé parmi nous, ce que j’ai tant souhaité dans le monde. Moi, Hakob, ayant pour ancêtres des grands d’Arménie, fils de Chamir Chamiriants dont je porte le nom, je suis né en terre d’exil, dans le village persan de la Nouvelle-Djoulfa. À la fin de ma vingt-neuvième année, je suis venu dans ma propriété de Malacca, où j’ai perdu la vie le 7 juillet de l’an du Seigneur 1774. » Il faut noter que H. Chahamirian, selon toutes les sources, est né à Madras, mais il était de coutume, chez les descendants de Djoulfains, de continuer à considérer la Nouvelle-Djoulfa comme leur patrie.

62 Seth, 1937(b), p. 147. Voir l’illustration 1 du chapitre VI.

63 Tchobanyan, 1988, p. 189‑190.

64 Aghaniants, 1908, p. 677.

65 Tchobanyan, 1988, p. 187, doc. 3.

66 Robert H. Hewsen, 1984, “Russian-Armenian Relations, 1700‑1828”, Occasional Paper, Society for Armenian Study, nº 4, Cambridge, pp. 1617.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Ibid. Danibegov, 1969, p. 170, 184. Tchobanyan, 1988, p. 183.

71 Raffi (Melik Hakobian Hakob), 2010, The Five Melikdoms of Karabagh (1600‑1827), London : Taderon Press/Gomidas Institute, Garod Books, p. 56, trad. Ara Stepan Melkonian, 1re éd. en arménien, 1882. Raffi est né à Salmast (Perse) vers 1835 et est mort à Tiflis (Géorgie) en 1888.

72 Danibegov, 1969, p. 147.

73 Ch. Chahamirian est né en 1723. Danibegov (ibid.) déclare que, lorsqu’il apporta le décret à Madras, Chahamir était déjà mort.

74 Ibid., p. 177‑189.

75 Parfois nommé Guéorgui XIII (1746‑1800), ce prince a régné les deux dernières années de sa vie.

76 Tchobanyan, 1988, p. 187, doc. 4.

77 Danibegov, 1969, p. 194‑195. Aucun des fils de Chahamir n’étant venu prendre possession du Lori, Guéorgui l’attribue ensuite – Raffi, 2010, p. 118, écrit : le vend pour 6 000 roubles – par un édit du 29 février 1800, au mélik Jamshid qui avait quitté Chouchi dominée par Ibrahim (Ebrahim) Khan pour s’installer définitivement dans les États du roi géorgien. Cet édit précise que, si l’un ou l’autre des descendants de Chahamirian se présentait, il serait prioritaire. Cela ne se produira pas. George A. Bournoutian, 1998, Russia and the Armenian of Transcaucasia (1797‑1889), A Documentary Record, Costa Meza (Californie) : Mazda Publishers, pp. 40‑41, doc. 26.

78 Doron Zimmermann, 2003, The Jacobite Movement in Scotland and in Exile, 1746‑1759, New York : Palgrave Macmillan.

79 Marc Nichanian, 1989, Âges et usages de la langue arménienne, Paris : Entente, p. 266‑282. Valentina Calzolari Bouvier, « La langue arménienne », in Raymond H. Kévorkian & Valentina Calzolari Bouvier (dir.), 2011, Arménie, à l’occasion du 500e anniversaire de l’imprimerie arménienne, Erevan/Genève : Commission nationale pour l’organisation du 500e anniversaire de l’imprimerie arménienne/Fondation H. D. Topalian, p. 101 : « Au xviie siècle […] une première tentative de “standardisation” de la langue, tenant compte de la langue vernaculaire en même temps que de la tradition littéraire en grabar, se produisit pour les besoins de la communication des marchands de l’époque. »

80 Par exemple, Ps. CXL, 6 : « Des orgueilleux ont caché pour moi un filet, pour rets ils m’ont tendu des cordes, au bord du sentier, pour moi ils ont posé des pièges » ; Ps. CXXXXII, 10 : « Qu’ils tombent dans leurs filets, les méchants, tous ensemble » et passim. Voir les explications de l’auteur in Piège, p. [3].

81 Qo. I, 2.

82 L’édition originale est désormais consultable sur http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/vorogayt_parac_index.html [consulté le 27 avril 2017].

83 Piège, art. 13, 15, 36, 38,45, 51, 58,92, 508, 511, 512.

84 Ibid., art. 278, 519 et 520.

85 Ibid., art. 521.

86 Ioannissyan. 1948, p. 1125.

87 Piège, p. [100].

88 Ibid., p. [102].

89 Aghaniants, 1908, p. 574‑575.

90 Piège, p. [103].

91 Siruni, 1967, p. 297‑336 (p. 323, art. 15). Le document présenté et traduit par Siruni est la Brochure intitulée Prévision pour la nation arménienne et pour son pays, de Yéghiazar Chahamirian (1786).

92 Avdalbéguyan, 1929, p. 39‑56. Cet article reprend une conférence prononcée un an plus tôt. Voir en particulier la p. 43.

93 Lettre accessible depuis au moins 1881 puisque Srbouhi Yéritsian la publie cette année-là dans Ports. Srbouhi Yéritsian, 1881, « Յակոբ Շահամիրեանի մատենագրական գործունեութիւնը Հնդկաստանում » (L’activité bibliographique de Hakob Chahamirian en Inde), Ports, Erevan, nº 2, p. 24‑32. L’exposé de Chahamirian dans cette lettre montre que le titre le Piège de l’orgueil est déjà choisi, que la première partie de l’ouvrage est déjà conçue (les arguments sont très proches, dans le fond et dans la forme, de ce que l’on peut lire dans le Piège), et qu’il existe trois manuscrits, mais il est difficile de savoir où en est exactement l’élaboration de la seconde partie en 1787.

94 Ibid., p. 24‑32. Avdalbéguyan, 1929, p. 43.

95 Nersissyan, 1990, p. 358‑362.

96 Avdalbéguyan, 1929, p. 44.

97 Ibid., p. 44‑45.

98 Ioannissyan, 1948, p. 11‑25.

99 Avdalbéguyan, 1929, p. 43.

100 Ibid.

101 Ioannissyan, 1948.

102 Avdalbéguyan, 1929, p. 46.

103 Aghaniants, 1908, p. 574.

104 Cooper, 1836, p. 43‑56.

105 Jean-Jacques Rousseau, 1964, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « NRF La Pléiade », t. III, p. 902 et 953.

106 Mahendra Pal Singh, 2010, Outlines of Indian Legal and Constitutional History, Delhi : Universal Law Publishing Co., chap. III et IV, p. 2551 (p. 26 sqq). Sucheta Mehra, 2010, “Development of Adalat System During the Time of Warren Hastings” : http://www.legalservicesindia.com/article/252/Development-of-Adalat-System-during-the-time-of-Warren-Hastings.html [consulté le 23 décembre 2016].

107 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39. H. Chahamiryan, 2002 (exergue).

108 Azdarar, 1970, préf. de Margarit Mkhitarian, p. XII.

109 Piège, p. [2], [17], [84], [337].

110 Ibid., p. [337].

111 Voir l’annexe 11.

112 Piège, p. [84].

113 Jacques Chahan de Cirbied (Hagop Tchrbédian ; Édesse, 1722‑1834), membre de la Congrégation mekhitariste, premier titulaire de la chaire d’arménien créée pour lui à l’École des langues orientales vivantes en 1798. Pierre Labrousse (textes réunis par), 1995, Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris : Hervas, p. 74‑78 et 119‑121 (p. 120). Jacques Chahan de Cirbied, 1812, Notice de deux manuscrits arméniens contenant l’histoire de Mathieu Eretz ; et extrait de cette histoire relatif à la première croisade, en arménien et en français, Paris : Imprimerie impériale, ms. 95 et 99 de la Bibliothèque impériale (p. 67), reproche à Yéghiazar les trop nombreuses fautes de cet imprimé, mais du moins la publication bénéficie-t-elle d’un aspect général plus sophistiqué et soigné, d’une ponctuation plus abondante et de trois pages d’errata (op. cit., p. 146‑147), tandis que le Piège n’est assorti que d’une mention initiale annonçant que l’auteur confondait plusieurs caractères (voir p. [2]).

114 Voir Piège p. [2].

115 Ibid.

116 Voir Toumanoff, 1990, p. 23, 25, 29 et passim. Garsoïan, 1999, p. 629. Mouradian, 1995, p. 17 : « Nakwadar, “qui détient la primauté”. » Le terme est encore en usage aujourd’hui dans le vocabulaire politique arménien et signifie « ministre ».

117 Joseph Karst, 19341937, Code géorgien du roi Vakhtang VI, Strasbourg : Heitz et Cie, I, p. 70‑73, III, p. 68‑72 et passim, 3 t.

118 Piège, art. 51 et passim.

119 Karst, 1934‑1937.

120 Voir l’index thématique, à l’annexe 3.

121 Piège, art. 373.

122 Ibid., art. 376.

123 Entre autres exemples, voir Ibid., art. 349 (sur les biens transmis aux enfants illégitimes), art. 360 (sur l’attitude de certains fidèles dans les églises) ou art. 377 (sur les dépenses somptuaires à l’occasion des funérailles).

124 Clerc et savant arménien (1130‑1213).

125 Le Conseil secret est mentionné aux art. 23, 49, 54, 58, 50, 65, 92, 94, 104, 238 et 242. Sur sa composition et ses fonctions, voir en particulier art. 23.

126 Par exemple à l’art. 57, qui fixe le montant de la pension allouée aux membres de la famille d’un Premier Magistrat (1 000 deniers mensuels pour les fils, 500 pour les filles jusqu’à leur mariage) et à l’art. 90, qui présente un exemple de testament : « Je les prie de partager le reste de mes biens […] en dix parts égales et de les attribuer à mes trois fils, mes deux filles et mon épouse selon la répartition suivante : deux parts pour chacun de mes fils […], deux pour ma très digne épouse et une pour chacune de mes filles. »

127 Robert W. Thomson, 2000, “The Lawcode [Datastanagirk’] of Mxit’ar Goš”, Amsterdam/ Atlanta : Rodopi (chap. 101 à 104 et 180 du Code de Mkhitar Goch, pp. 181‑188 et 228‑229).

128 Thévenot, 1727, L. II, chap. XI, p. 361.

129 Ibid.

130 Deux exemples contemporains l’un de l’autre illustrent, même compte tenu des possibles exagérations dues aux nécessités de chaque discours, les tensions entre l’Église arménienne et Rome. Le premier est le propre témoignage du missionnaire jésuite Jacques Villotte, 1730, Voyages d’un missionnaire de la Compagnie de Jésus en Turquie, en Perse, en Arménie, en Arabie et en Barbarie, Paris : Jacques Vincent, p. 137, qui ne fait pas mystère des raisons de la présence de missionnaires catholiques à la Nouvelle-Djoulfa : jésuites, carmes, dominicains, augustins et capucins n’y sont allés que pour « travailler à la conversion de la nation arménienne ». Villotte, lui-même auteur d’un dictionnaire latin-arménien permettant aux missionnaires d’enseigner aux « schismatiques » (Ibid., p. 230) « la vraie foi » (Ibid., p. 548) dans leur propre langue, écrit que les missionnaires « prennent, en Arménie même, des enfants qu’ils cultivent et qu’ils envoient à Rome lorsqu’ils sont en âge d’y faire leurs études. Quand ils sont assez instruits en science et en vertu, ils les reçoivent en leur Ordre pour la Province de Naktchivan et les font revenir afin qu’avec l’avantage que leur donne leur langue naturelle, ils puissent être plus utiles à la propagation de la foi parmi leurs compatriotes » (Ibid., p. 190). Parmi tous les membres du clergé arménien qui ne trouvent pas grâce à ses yeux : l’évêque arménien de Djoulfa, Alexandre, « aussi hypocrite que méchant » (Ibid., p. 561). Le second exemple est précisément une lettre envoyée en 1709 par le même Alexandre de Djoulfa, devenu le catholicos Alexandre Ier, au pape Clément XI « au sujet de la conduite blâmable des missionnaires qui, par une injustice criante, jettent le trouble parmi les agneaux innocents de la Sainte Église d’Arménie » : Alexandre Ier de Djoulfa, 1709, rééd. 1856, « Lettre au pape Clément XI », Massiats Aghavni, Paris, 1856, nº 5, p. 110 sqq. : http://tert.nla.am/archive/NLA%20AMSAGIR/Masyac%20axavni/1856/1856(5).pdf [consulté le 23 décembre 2016]. Le chef spirituel de l’Église arménienne proteste vigoureusement : « Ils [les prédicateurs] jettent parmi nos fidèles chrétiens le trouble et la confusion ; et, loin de leur apporter des sujets d’édification et d’encouragement, ils se rendent coupables de beaucoup de scandale, en répétant à des hommes sans instruction et sans réflexion que leur messe n’est pas une messe, ni leur baptême un baptême », déclarant même que les relations avec les musulmans sont plus pacifiques : « Nous demeurons parmi des peuples qui ne croient pas à la divinité de JésusChrist, ni à ses ministres ; cependant, ils ne nous tourmentent point et ne nous vexent point. » Les relations de Rome avec les Arméniens ne sont qu’un cas particulier de la vision latine des chrétiens d’Orient, comme le rappelle Bernard Heyberger, 1994, Les Chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique, Rome : École française de Rome, p. 338 : « Nous avons déjà largement abordé le diagnostic porté par les religieux latins sur les chrétiens orientaux. Leur premier objectif est de combattre le “schisme” et l’“hérésie” en ramenant les Orientaux à l’union. Cette “conversion” se traduit par une abjuration devant témoins et une confession générale. Dans le cas des prélats, elle s’accompagne de la souscription d’une profession de foi soumise à l’examen romain, le formulaire de Grégoire XIII, puis celui d’Urbain VIII, fournissant le modèle. » Heyberger (p. 368‑369) signale également que les protestations des Arméniens ne sont pas isolées : « Au début du xviiie siècle, des voix s’élèvent contre le zèle des religieux [“francs”, en particulier jésuites et capucins]), y compris de la part de catholiques eux-mêmes, qui dénoncent l’agressivité des missionnaires au Moyen-Orient qui “vont dans les maisons des chrétiens, disant : votre foi, votre messe, votre sacrifice, vos prêtres sont hors de la bonne route […]”. Il y a des gens qui croient ces paroles et fréquentent leurs églises. Les missionnaires bravent l’interdiction du consul, car on les a surpris en train de se rendre en cachette dans des maisons “où ils vont tromper les femmes et les enfants, en leur donnant des médailles, des croix, des chapelets, des images et de l’argent […]” »

131 En 1627, le pape Urbain VIII dote la congrégation de la Propaganda Fide d’une imprimerie plurilingue et d’une école destinée à former les missionnaires. Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 147‑148.

132 Piège, p. [59], [76], art. 3 et passim.

133 Ibid., art. 205 et passim. Cette disposition se retrouve dans la Prévision pour la nation arménienne et pour son pays de Yéghiazar Chahamirian, 1786, art. 2 : « Le gouvernement de l’Arménie sera composé de personnes de nationalité arménienne et de religion chrétienne selon les rites de l’Église arménienne », in Siruni, 1967, p. 319‑324.

134 Ioannissyan, 1948, p. 11‑25.

135 Panossian, 2006, p. 91, n. 40.

136 Hayk Davthyan, 1967, Հայ գիրքը 1801‑1850 թվականներին (Le livre arménien de 1801 à 1850), Erevan : Bibliothèque d’État A. Miasnikyan, p. 130 : http://serials.flib.sci.am/matenagitutyun/Hay%20girq%201801-1850/book/content.html [consulté le 12 avril 2017].

137 Ibid., p. 41.

138 Aldo Ferrari, « Lieux de la renaissance culturelle arménienne aux xviie et xviiie siècles », in Gabriella Uluhogian, Boghos Levon Zekiyan & Vartan Karapetian (dir.), 2011, Arménie, impressions d’une civilisation, Milan : Skira, p. 277.

139 Irazek, 1986, p. 53. Ninel Voskanyan, Knarik Korkotyan & Antharam Savalyan, 1988, Հայ գիրքը 1512‑1800 թվականներին (Le livre arménien de 1512 à 1800), Erevan : Bibliothèque d’État Alexandre Myasnikyan de la RSS d’Arménie, Ministère de la culture, description nº 646. Irazek, 1986, précise que le volume comprend, en plus de l’abécédaire, un psautier. L’Abécédaire est donc recensé et décrit mais il est difficile de savoir quand il a disparu. Voskanyan et al., 1988, ne sont plus en mesure d’indiquer où il serait conservé.

140 Irazek, 1986, p. 53‑54, signale cette Géographie de l’Arménie, suivie « du texte homonyme de Moïse de Khorène ». Sa source est Ghévont Alishan, 1901, Հայապատում : Պատմիչք եւ պատմութիւնք հայոց (Recueil sur l’Arménie : chroniqueurs et histoires sur l’Arménie), Venise : Imprimerie Saint-Lazare, p. 137 : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/hajgirqn/book/hayapatum1901_index.html [consulté le 18 février 2017].

141 Par exemple, Davthyan et al., 1963, p. 156, nº 643.

142 Mnatsakanyan, 1962, p. 131‑142.

143 Aghaniants, 1908, p. 574, 576.

144 Ibid., p. 577‑578.

145 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151. Azdarar, 1970, p. 298‑313, p. 427‑430.

146 Ch. Chahamirian, 1783.

147 Voir l’annexe 11.

148 Aghouanie ou Albanie du Caucase, province incluant le Karabagh. L’un des catholicos y avait son siège, à Gandzasar.

149 Père de Hovhannés (Ivan) Lazarian (Lazarev), ayant quitté la Nouvelle-Djoulfa pour s’installer en Russie en 1747, gratifié d’un titre de noblesse héréditaire russe. Lettre de Lazarian à Ch. Chahamirian du 7 novembre 1777, voir Nersissyan, 1990, p. 125).

150 Aghaniants, 1908, p. 574.

151 Souvorov (Souvarov) Alexander Vassilevitch (1729 ou 1730‑1800) vainquit à plusieurs reprises la Turquie et ses alliés lors de la guerre de Crimée et combattit victorieusement au Caucase dans les années 1770‑1780.

152 Le prince Potemkine Grigory Alexandrovitch (1739‑1791) est nommé général lors de la guerre russo-ottomane de 1768‑1774 puis gouverneur général de Novorossisk, d’Azov et d’Astrakhan en 1776. Il est l’un des artisans de l’annexion de la Crimée à la Russie en 1783 et participe à la guerre russo-ottomane de 1787‑1792.

153 Comte Potemkine Pavel Serguéïévitch (1743‑1796), neveu du prince Potemkine, participe à la guerre russo-ottomane et est envoyé au Caucase comme commandant des forces russes.

154 Raphaël Abrahamyan, 1969, « Շահամիր Շահամիրեանի նորահայտ նամակագրութիւնը » (La correspondance inédite de Chahamir Chahamirian), Banber Hayastani Arkhivneri, nº 3, Erevan, p. 150‑156.

155 Voir les correspondances croisées de tous ces personnages (par exemple, entre Hovsep Arghoutian et Joseph Emin) chez Vardan-Vladimir Grigoryan, 1970, « Յովսեփ Էմինի եւ Յովսեփ Արղութեանի անտիպ նամակները 1791‑1792 » (Les lettres inédites de Hovsép [Joseph] Emin et Hovsép Arghoutian 1791‑1792), Patmabanassirakan Handes, Erevan, nº 4, p. 185‑201, et le contenu des lettres, comme les références à Irakli II et aux méliks du Karabagh dans la lettre de Yéghiazar Lazarian à Ch. Chahamirian du 7 novembre 1777 chez Nersissyan, 1990, p. 125‑126 ou encore les lettres conjointes du catholicos Hovhannés et des méliks au général Potemkine (5 mars et 5 juillet 1783) chez George A. Bournoutian, 2001, Armenians and Russia (1626‑1796), A Documentary Record, Costa Meza (Californie) : Mazda Publishers, p. 285‑286 et 289‑290, doc. 336 et 344, etc.

156 Par exemple, sur le ralliement du mélik Chahnazar à Ibrahim Khan, voir Raffi, 2010, p. 59‑60, 73‑74.

157 Ibid., p. 55 : « Ce prince aux deux visages qui […] était, d’un côté l’ami des Persans et, de l’autre, regardait vers Saint-Pétersbourg. » Sur sa duplicité envers les méliks : ibid., p. 65‑66 et passim.

158 Aghaniants, 1908, p. 573, 576, 578.

159 Ibid., p. 575.

160 Ibid., p. 575, 576, 578.

161 Ibid., p. 577‑579.

162 Ibid., p. 577‑578. Aslanian, 2004(b), p. 71‑79.

163 Officier (1781) puis médecin général de l’hôpital de Fort St. George (1786) jusqu’à sa mort en 1809. Auteur de plusieurs ouvrages sur l’élevage des vers à soie et les cochenilles. Sauf cas d’homonymie du nom et du prénom, il serait, par ailleurs, le chirurgien de la marine royale, initié le 28 juin 1784 et membre de la loge nº 152 de Madras, mentionné par C. H. Malden, 1895, History of Freemasonry (under the English Constitution) on the Coast of Coromandel, Madras : Addison and Co, rééd. à partir de l’Indian Masonic Review, p. 15, 276 et figurant sur les registres conservés au Freemasons’ Hall à Londres.

164 Azdarar, 1970, p. 11‑13.

165 Ibid., p. 14.

166 Pedro Murillo Velarde, 1752, Geographia historica, libro VI, de Asia en general y particular, Madrid : Imprimerie Don Augustin de Gordejuela y Sierra, chap. XIV et XV, p. 91‑115. Pedro Murillo Velarde était un juriste, géographe et missionnaire jésuite espagnol (1696‑1753).

167 Ibid., p. 99.

168 Expression d’Umberto Eco, 1994, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Paris : Éditions du Seuil.

169 Maurice Olender, 1989, Les Langues du paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, Paris : Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes Études », p. 13.

170 Eco, 1994, p. 116‑124.

171 Olender, 1989, p. 15.

172 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151. Azdarar, 1970, p. 365‑368.

173 La Congrégation arménienne catholique des mekhitaristes a été fondée en 1701 par Mekhitar de Sébaste (1676‑1749), prêtre arménien apostolique, après sa conversion au catholicisme. La congrégation s’installe à Venise en 1717 et se consacre à des missions culturelles : enseignement, éducation, publication, traduction. Voir par exemple Zekiyan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 56‑58 ou Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 153, 162‑165.

174 La première carte d’Arménie en arménien est un manuscrit (très affranchi du réalisme géographique) de 1691 réalisé à Constantinople. Rouben Galichian, 2003, Historic Maps of Armenia, the Cartographic Heritage, Londres/New York : I. B. Tauris, p. 22, 156‑157. Les autres cartes en arménien imprimées avant 1751 étaient des planisphères (Amsterdam, 1695, 1696) et une carte de la Terre sainte (Venise, 1746). La première carte d’Arménie imprimée en arménien est due aux mekhitaristes de Venise (1751, 2 éd.). Galichian, 2003, p. 22, 158‑159. Vardan Vladimir Grigoryan, 1962, « Շահամիր Շահամիրեանի Աշխահացոյց Հայաստանեայցը » (La Carte géographique de l’Arménie de Chahamir Chahamirian), Banber Matenadarani, nº 6, Erevan, p. 353‑362 (p. 354).

175 Situé dans la province arménienne du Taron (Empire ottoman), le complexe religieux de SourbKarapet fut un centre de formation d’ecclésiastiques et un lieu de pèlerinage. Par ailleurs, Emin et Movsés Baghramian y ont séjourné. Tous ces édifices sont aujourd’hui totalement anéantis : après de multiples attaques et pillages, ils ont été détruits pendant le génocide des Arméniens et les combats russo-turcs durant et après la Première Guerre mondiale. Seule une partie du trésor a pu être transférée à Etchmiadzine.

176 Par exemple, le lac de Van (« mer d’Aghtamar ») est situé trop au sud ; la ville de Van est placée à l’ouest du lac alors qu’elle se situe à l’est.

177 V. V. Grigoryan, 1962, p. 359. (Les cartes ne parviendront à leurs destinataires que dans les années 1780.)

178 Ibid.

179 Mouradian, 1995, p. 41.

180 Siruni, 1967, p. 319‑336.

181 Ibid., p. 321.

182 Ibid., p. 320.

183 Ibid., p. 321.

184 « L’État arménien gouvernera la nation et le pays d’Arménie suivant les lois arméniennes élaborées en 1779 par Hakob Šahamirian et contenues dans le livre intitulé “Le Piège de l’orgueil”. Les cas non prévus par cette législation seront jugés par adaptation et interprétation de ces lois », ibid., p. 323, trad. Siruni.

185 Ibid., p. 327.

186 Zadig Khanzadian, 1920, Rapport sur l’unité géographique de l’Arménie, Paris : Délégation nationale arménienne, p. 24‑25, 14 juin 1780.

187 Bournoutian, 2001, p. 299. Plusieurs dates ont été avancées et discutées : Siruni, 1967, p. 324‑326 ; la date de 1783 est la plus probable : Assadour Mnatsakanyan, 1958, « 18րտ դարում գրված հայռուսական դաշնագրային երկու նախագծերի գնահատման հարցի շուրջ » (La question de l’évaluation des deux projets de traités arméno-russes rédigés au xviiie siècle), Banber Matenadarani, nº 4, p. 139‑160.

188 Khanzadian, 1920, p. 2526. Bournoutian, 2001, p. 301‑303.

189 Mnatsakanyan, 1958.

190 Siruni, 1967, p. 321.

191 Avdalbéguyan, 1922. Siruni, 1967, p. 327‑330.

192 Khanzadian, 1920, p. 2526. Bournoutian, 2001, p. 299‑300.

193 Avdalbéguyan, 1922.

194 Siruni, 1967, p. 322‑323, trad. Siruni.

195 Ibid., p. 323.

196 Ibid., p. 322, art. 1.

197 Ibid., p. 323, art. 16.

198 Lettre d’Arghoutian à Ch. Chahamirian du 3 septembre 1786, Nersissyan, 1990, p. 338‑343, doc. 228. Bournoutian, 2001, p. 320‑321, doc. 382, extrait cité et traduit par Siruni, 1967, p. 325. Voir, au chapitre III : « Le recentrage selon Siméon d’Erevan, l’unification selon Chahamirian : deux projets concurrents. »

199 Hayk Khatchatryan, 1984(b), « Մադրասի տպագրական պատմությունից » (De l’histoire de l’imprimerie à Madras), Lraber, Erevan, nº 3, p. 41‑50 (p. 47) écrit « plus de trente ouvrages », sans en donner le nombre exact ni la liste. La liste obtenue par recoupements et présentée ci-après en recense une quarantaine.

200 Ibid.

201 Principalement : Cirbied, 1812. Harrison Gray Otis Dwight, 1853, “Catalogue of All Works Known to Exist in the Armenian Language, of a Date Earlier than the Seventeeth Century”, Journal of the American Oriental Society, vol. 3, pp. 241‑288. Mesrovb J. Seth, 1937(a), Madras, the Birthplace of Armenian Journalism, Calcutta : Published by the Author, pp. 160-165. Yéritsian, 1881. Karékin Zarbhanalian, 1883, Հայկական մատենագիտութիւն 1565‑1883 (Bibliographie arménienne, 1565‑1883), Venise : Imprimerie mekhitariste. Davthyan et al., 1963. Siruni, 1967. Raphaël A. Ichkhanyan, 1977, Հայ գրքի պատմութիւն (Histoire du livre arménien), Erevan : Hayastan. Khatchatryan, 1984(b). Hamlet Silvanyan & Hratchya Kostikyan, 1984, Համաշխարհային գրականութեան հայերէն դարգմանութիւնները (Les traductions de la littérature mondiale en arménien), Erevan : Bibliothèque d’État de la RSS d’Arménie Alexandre Myasnikyan, Ministère de la culture, 2 vol. Irazek, 1986. Voskanyan et al., 1988. L’étude d’Irazek, 1986, est la plus détaillée, car elle se focalise sur l’imprimerie arménienne en Inde. À ces références s’ajoute désormais la liste des anciens imprimés maintenant numérisés par la Bibliothèque nationale d’Arménie, liste qui fait apparaître quelques ouvrages non recensés précédemment (http://greenstone.flib.sci.am) et où de nombreux livres sont accessibles en ligne.

202 Davthyan et al., 1963, p. 156, nº 642.

203 Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un ouvrage distinct de l’Exhortation mais du chapitre VI de cet ouvrage, consacré à la géographie.

204 Par exemple, Davthyan et al., 1963, p. 156, nº 643. Sur l’explication de l’attribution erronée à Baghramian, voir Mnatsakanyan, 1962, p. 131‑142.

205 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 166.

206 Mesrop Yerets [Erets], 1775, Պատմութիւն մնացորդաց Հայոց եւ Վրաց (Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens), Madras : Imprimerie Hakob Chahamirian http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/mnacordac1775_index.html [consulté le 6 janvier 2017].

207 L’une des variantes de l’orthographe du nom Chahamirian.

208 Davthyan et al., 1963, p. 160, nº 662. Seul Édouard Dulaurier, 1852, Récit de la première croisade, extrait du récit de Mathieu d’Édesse, traduit par É. Dulaurier, in Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. VI, 1847‑1852, Paris/Toulouse : Victor Didron/ Léopold Cluzon, p. 151‑262 (p. 237) situe la publication de ce livre en 1772.

209 Davthyan et al., 1963, p. 168, nº 700. Hanway, 1753, vol. IV. La publication de Madras (Jonas Hanway, 1780, Պատմագրութիւն վարուցն եւ գործոց Նադըր շահ թագաւորին պարսից [Histoire de la conduite et des actions de Nadir Chah, roi de Perse], Madras : Imprimerie Chamirian) est consultable sur : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/patmagrutyun_varucn_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

210 Davthyan et al., 1963, p. 170, nº 712.

211 Ibid., p. 175, nº 734.

212 Ibid., p. 157, nº 649.

213 Piège, p. [338].

214 Chahamir Chahamirian, 1778, Աշխահացոյց Հայաստանեայց (Carte géographique de l’Arménie), Venise, sans nom d’éditeur : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/map_ashxarhacuyc1778.pdf [consulté le 9 janvier 2017].

215 Siruni, 1967, p. 319‑336.

216 Ibid., p. 304. Lettre d’Arghoutian à Ch. Chahamirian (Chamiram Agha) du 3 janvier 1787 in Abrahamyan, 1969, p. 146.

217 Davthyan et al., 1963.

218 Ibid., p. 212, nº 902..

219 Ibid., p. 197, nº 832 [année 1789] ; p. 199, nº 838 [année 1790] ; p. 201, nºs 847, 848 et 849, p. 202 nºs 850, 851 et 852 [année 1791] ; p. 204, nºs 865 et 866, p. 205, nºs 867 et 868 [année 1792] ; p. 209, nº 886 [année 1793] ; p. 212, nº 902 [années 1794‑1796] ; p. 219, nº 928 [année 1796] ; p. 221, nºs 937 et 938 [année 1797]).

220 Histoire de la vierge Marianne [Պատմութիւն Մարիանէ Կուսին], 1789, Madras : imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.fl patmutyun_srb_Mariami_1789_index.html [consulté le 5 janvier 2016]. Seth, 1937(a), p. 162.

221 Histoire de la vierge Marianne, 1789, p. 3.

222 Histoire de l’empereur Poncianus [պատմութիւն կայսեր Փոնցիանոսի], 1790, Madras : imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/patmutyun_kayser_pontianos_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

223 Auguste Loiseleur Deslongchamps, 1838, Essai sur les fables indiennes et sur leur introduction en Europe, suivi des Sept Sages de Rome, Paris : Techener, p. 80.

224 Siméon d’Erevan, 1791, Տաղարան փոքրիկ (Petit recueil de cantiques), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/taxaran_poqrik1791_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

225 Baghdassar Tbir, 1791, Գիրք քերականութեան (Livre de grammaire), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/qerakanutyun_1791_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

226 Hovsép Arghoutian, 1791 (rééd. 1792), Օրինակ հանդիսաւոր ծանուցման եւ ողբոյ (Exemple d’allocution et de lamentation solennelles), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/orinak_handisavor1791_index.html [consulté le 5 janvier 2017]. Ce texte reprend une allocution prononcée par Argoutian le 3 mars 1790 devant la colonie arménienne de Roumanie à l’occasion de la mort de l’empereur Joseph II d’Autriche. Ennemi de l’Empire ottoman et allié de la Russie, ce monarque éclairé, réformateur, tolérant et franc-maçon, était mort le 20 février 1790.

227 Thadéos Soguiniants, 1791, Տետրակ որ կոչի Ողբ Հայանտանյաց (Livret intitulé Lamentation sur l’Arménie), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/voxb_hayastanac_1791_index.html [consulté le 4 janvier 2017].

228 Azdarar, 1970, p. 69‑72 et préf. de Mkhitarian, p. XII.

229 Nersés le Gracieux [Chnorhali], 1792, Գիրք անուանեալ Յիսուս որդի (Հօր միածին) (Livre intitulé Jésus Fils unique du Père), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/hisus_vordi1702_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

230 Hakob Harouthiounian Thaghian, 1792, Գրքուկ երկրաչփահան (Livret de géométrie), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/erkrachaputin1792_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

231 Ou l’Invincible. Selon la tradition arménienne, David était un philosophe néoplatonicien arménien des v-vie siècles. La réalité est plus complexe : Christian Wildberg (2008, Stanford Encyclopedia of Philosophy, Metaphysics Research Lab, Stanford University : https://plato.stanford.edu/cgi-bin/encyclopedia/archinfo.cgi?entry=david [consulté le 31 décembre 2016]) explique qu’il y aurait eu une assimilation entre David, un chrétien néoplatonicien ayant probablement vécu à Alexandrie à la fin du vie siècle, auteur de trois ouvrages : Discours d’introduction à la philosophie, Commentaire de l’Introduction de Porphyre et un Commentaire des Catégories d’Aristote et David l’Invincible, une figure marquante de la philosophie arménienne de la même époque. L’ouvrage paru à Madras est : Porphyre, 1793, Գիրք Պորփիւրի որ կոչի Ներածութիւն (livre de Porphyre intitulé Introduction), comprenant les commentaires de David l’Invincible et de Grigor de Tathev, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/Neracutyun_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

232 David l’ Invincible [Anhaghth], 1793, Վերծանութիւնք ներածութեան Պորփիւրի (Commentaire de l’Introduction de Porphyre), Madras : imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/veracnund_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

233 Grigor de Tathev, ~1346‑1409, théologien, supérieur du monastère de Tathev (Caucase méridional) ; Grigor de Tathev [Tathévatsi], 1793, Համառօտ լուծումն Պորփիւրի ներածութեան (Brève analyse de l’Introduction de Porphyre), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/lucmunq_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

234 Irazek, 1986, p. 119. Hakob fut archevêque de la Nouvelle-Djoulfa de 1788 à 1793. Irazek souligne que ce clerc avait réussi à protéger la population arménienne de la terrible famine sévissant à Ispahan en 1789 en faisant nourrir les pauvres avec l’argent des fortunés si bien qu’il n’y eut à déplorer aucun mort. La publication de Madras est : Histoire des événements survenus au saint Archevêque Hakob [Պատմութիւն անցից սրբակրօն Յակոբ արքեպիսկոպոսի], 1793, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/patmutyun_anyic_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

235 Par exemple, Azdarar, 1970, p. 84 sq.

236 Ibid., préf. p. XII, Mkhitarian lit Ayoubian.

237 Ibid., p. xvii.

238 Davthyan et al., 1963, p. 219, nº 928. Ce texte a-t-il été publié séparément ? Il est en tout cas paru dans la dernière livraison du périodique Azdarar, 1970, nº 18, p. 56 sq. Le tome IV de l’Histoire naturelle de Buffon, contenant le « Discours sur la nature des animaux », paraît à Paris en 1753. Le tome I du Dictionnaire raisonné d’histoire naturelle de Valmont de Bomare, où l’article « Abeille » occupe les 59 premières pages, paraît également à Paris, en 1764. Le choix d’imprimer des ouvrages de ces auteurs à Madras est remarquable en ce que les sciences expérimentales, qui commencent seulement à s’imposer en Europe contre une histoire naturelle conditionnée par la théologie, y rencontrent encore beaucoup de résistance. Daniel Mornet, 1926, la Pensée française au xviiie siècle, Paris : Colin, p. 93‑99 : http://classiques.uqac.ca/classiques/mornet_daniel/pensee_francaise_18e/mornet_pensee_fr_18e.pdf [consulté le 23 décembre 2016].

239 Le Livre des définitions concerne les définitions de la philosophie. David l’ Invincible [Anhaghth], 1797, Գիրք սահմանաց սբյն Դաւիթի փիլիսոփայի (Livre des définitions du saint philosophe David), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/girq_sahmanac_1797_index.html [consulté le 3 janvier 2017].

240 Arakél Vardapet, 1797, Լուծմունք սահմանացն Դավթի (Analyse des Définitions de David), Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/lucmunq_sahmanacn_davthi_1797_index.html [consulté le 3 janvier 2016].

241 Livre intitulé le Guide des enfants [Գիրք անուանեալ ՂեկաՒար ՄԱՆԿԱՑՆ], 1797, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/xekavar_mankanc_index.html [consulté le 4 janvier 2017].

242 Davthyan, 1967, p. 8. Irazek, 1986, p. 125‑126.

243 Davthyan, 1967, p. 16. Irazek, 1986, p. 126. Mkrtoom Simon, 1803, English Vocabulary Compiled and Translated into Armenian Language for the Improvement of New-Beginners by M. Simon [Փոքրիկ բառագիր], Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/poqrik_baragir1803_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

244 Livret intitulé Cause [Տետրակ որ կոչի պատճառ], 1804, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/tetrak_patchar1804_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

245 Faits ou actes des quarante-troisième et quarante-quatrième conseils des Arméniens de Madras [Անցք կամ գործք քառասուն երեք եւ քառասուն եւ չորս երորդ Ժողովոց Մադրասիս Հայոց], 1806, Madras : Imprimerie Harouthioun Chmavonian. La publication est mentionnée par exemple par Davthyan, 1967, p. 26.

246 Le Bélisaire a été publié, puis censuré, en France en 1767. Malgré son interdiction, le livre a connu plusieurs éditions et traductions (notamment en anglais) dans plusieurs villes d’Europe. Joseph Marie Quérard, 1833, La France littéraire ou dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les xviiie et xixe siècles, t. V, Paris : Firmin Didot Frères.

247 Davthyan, 1967, p. 34.

248 Irazek (1986, p. 37‑38 et 138‑140) relate l’histoire de cette publication. Samuel Moorat (Samuel Mouradian) commence, par ce premier mécénat, une série d’œuvres philanthropiques au service de l’instruction et de la culture. Il participera notamment à la création de collèges où les mekhitaristes pourront dispenser un enseignement primaire et secondaire aux jeunes gens. Le collège mekhitariste de Sèvres, près de Paris, porte le nom de Samuel Moorat.

249 Sur l’éloge de la République romaine, voir Piège, p. [58].

250 Davthyan, 1967, p. 34. Irazek, 1986, p. 144‑146. Trésor illustré : ou recueil d’histoires édifiantes amusantes et divertissantes [Թանգարան բարեզարդ], 1809, Madras : Imprimerie Sarguis Tzatour Aghavaliants : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/tangaran_barezard1_1809_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

251 Davthyan, 1967, p. 35‑36. Irazek, 1986, p. 142‑144. Nouvelle Brochure alphabétique : convenant à plusieurs niveaux et notablement enrichie pour servir à l’instruction des enfants de notre nation [Նոր տետրակ այբուբենական], 1809, Madras : Imprimerie Sarguis Tzatour Aghavaliants : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/nor_tetrak_aybubenakan_index.html [consulté le 12 avril 2017].

252 Davthyan, 1967, p. 40‑41. Irazek, 1986, p. 146‑148.

253 Dwight, 1853, p. 272. Davthyan, 1967, p. 41.

254 Ou Roubéniens, dynastie des rois de Cilicie.

255 Davthyan, 1967, p. 49. Irazek, 1986, p. 149‑152. Hovhannés de Djoulfa (Djoughayétsi), 1812, Գիրք որ կոչի Սրբազնագործութիւն (Livre intitulé Du sacrifice), Madras : Imprimerie Sarguis Tzatour Aghavaliants : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/girq_vor_kochi_arbaznagorcutyun_1812_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

256 Khatchatryan, 1984(b), p. 44. Tchobanyan, 1988, p. 190.

257 Davthyan, 1967, p. 49‑50. Florian, 1812, Նումայ Պոմպիլիոս [Numa Pompilius], Madras : Imprimerie Hakob et Nazar Chahamirian : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/numay1812_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

258 Davthyan (1967) reprend l’attribution officielle de cette traduction de l’anglais vers l’arménien à Hakob Nazar Chamrian. Sur la controverse à propos du traducteur, voir Karo Jingozyan [Tchingozyan], 1979, « Վոլտերի կեսարի մահըողբերգութեան առաջին հայ թարգմանիչը » (Le premier traducteur arménien de la tragédie de Voltaire la Mort de César), Patmabanassirakan Handes, 2 (85), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, p. 113‑124.

259 Cette pièce, écrite en 1731, est éditée pour la première fois en 1736. Voltaire, 1812, Ողբերգութիւն ի վերայ մահուան Յուլիոս Կեսարոսի [Tragédie sur la mort de Jules César], Madras : Imprimerie Sarguis Tzatour Aghavaliants : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/voxbergutyun1812_index.html [consulté le 5 janvier 2017].

260 Par exemple : Joseph Karst, 1934, Littérature géorgienne chrétienne, Paris : Librairie Boud et Gay, coll. « Bibliothèque des sciences religieuses » : https://lc.cx/dfvS [consulté le 12 mai 2017] (p. 99) : « C’est [Vakhtang VI] qui, à Tiflis, introduisit le premier l’imprimerie, lui qui donna le premier l’impulsion à enrichir la littérature géorgienne, moyennant des traductions des principaux manuels de la littérature européenne […] lui qui non seulement fit publier les principaux chefs-d’œuvre de l’ancienne littérature […] [mais] se distingua encore par des ouvrages personnels. »

261 Siruni, 1967, p. 322, trad. Siruni. Référence à Mat. XXV, 113 : « Alors le royaume des cieux ressemblera à dix jeunes filles qui, prenant leurs lampes, sortirent au-devant de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles et cinq étaient prudentes. Les folles, en effet, en prenant leurs lampes, n’avaient pas pris d’huile avec elles, mais les prudentes avaient pris de l’huile dans les fioles avec leurs lampes. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : Voilà l’époux ! Sortez au-devant de lui. Alors, toutes ces jeunes filles se levèrent et garnirent leurs lampes. Les folles dirent aux prudentes : Donnez-nous de votre huile, parce que nos lampes s’éteignent. Les prudentes répondirent : Cela ne suffirait pas pour nous et pour vous ; allez plutôt chez les marchands et achetez-vous-en. Tandis qu’elles s’en allaient pour en acheter, vint l’époux, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces ; et on ferma la porte. Finalement revinrent aussi les autres jeunes filles, qui dirent : Seigneur, seigneur, ouvre-nous. Mais, répondant, il dit : En vérité, je vous le dis : je ne vous connais pas. Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure. » Cette « Exhortation à la vigilance » se trouve sous d’autres formes en de nombreux autres passages du Nouveau Testament et annonce la venue du Christ. La version donnée par Luc, XII, 31‑40 est reprise dans la liturgie arménienne : Divine Liturgie de l’église apostolique arménienne, 2008, Պատարագամատույց հայաստանեայց արաքելական Սուրբ Եկեղեցւոյ, Paris : Imprimerie Vasti-Dumas, p. 85.

262 Siruni, 1967, p. 322.

263 Les deux exceptions sont la fonction honorifique de « Père de l’Arménie », échue par tirage au sort pour trois jours seulement à l’un ou l’autre des représentants élus (Piège, art. 35 et 36) et, à l’opposé, la fonction de conseiller du Premier Magistrat qui peut être attribuée à vie (du moins d’après les art. 49 et 58, car, à l’inverse, l’art. 23 ne concède que trois ans). Le mandat à vie accordé aux colonels à l’art. 30 paraît être une erreur d’inattention car il est contredit par l’ensemble des mandats militaires, y compris de rangs supérieurs et, spécifiquement, par l’art. 74 qui ne crédite le mandat de colonel que de trois années.

264 Piège, p. [66].

265 Ibid., art. 52.

266 Ibid., p. [102]. Ce passage de la fin de la première partie du Piège est un ajout de Chahamir.

267 La dynastie arménienne et géorgienne des Bagratides a été fondée au ixe siècle. Les formes les plus fréquentes de leur patronyme, en français, sont : « Bagratides » (forme calquée sur le grec) pour désigner les souverains arméniens et « Bagration » (forme provenant du russe) pour les souverains géorgiens. Les formes géorgienne et arménienne sont respectivement : Bagrationi et Bagratouni. Dans tous les cas, la signification est : « descendant de Bagrat ». Par ailleurs, certes, Solomon Ier d’Iméréthie, souverain contemporain, est aussi un Bagration, mais le choix d’alliance avec Irakli II peut s’expliquer au moins par la géographie : Solomon règne sur les provinces géorgiennes occidentales tandis qu’Irakli règne sur les provinces orientales, qui jouxtent le « cœur » de l’Arménie (le catholicossat d’Etchmiadzine et Erevan, capitale du khanat persan). De plus, de très nombreux Arméniens sont établis dans la capitale, Tiflis.

268 Piège, p. [102].

269 Ibid.

270 Ibid.

271 Ibid.

272 Aslanian, 2004(b), p. 926.

273 L’histoire des méliks du Karabagh est connue par plusieurs sources. Ont été principalement utilisés ici les recueils de correspondance des méliks (Bournoutian, 2001, en traduction anglaise), Robert H. Hewsen, « Les centres d’indépendance », in Gérard Dédéyan (dir.), 2007, Histoire du peuple arménien, Toulouse : Privat, p. 414‑425, et l’étude de l’écrivain Raffi (2010). Bien que Raffi ne soit pas un historien, son traducteur, Melkonian, souligne le caractère authentiquement historique de l’ouvrage, qui contient de précieuses informations : « Comme tout bon historien, il [Raffi] énumère toutes les sources qu’il utilise, sources dont plusieurs n’existent plus aujourd’hui » : Raffi, 2010, note pour la traduction anglaise, première page et p. 173 sqq. Sur l’autonomie des « mélikats » alors que la zone est sous domination persane, Raffi (Opus cité, p. 1) explique que le chah Abbas Ier (qui régna de 1588 à 1629) trouvait préférable, contrairement à ses prédécesseurs, de tolérer que les populations sous sa sujétion soient gouvernées par les chefs traditionnels issus de leurs propres rangs et rétablit officiellement les anciens princes du Karabagh dans leur statut en leur conférant le titre de méliks.

274 Mouradian, 1995, p. 36.

275 Ibid., p. 35.

276 Entre autres : Ghewont Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), « Renaissance arménienne et mouvement de libération (xviie-xviiie siècles) », in Gérard Dédéyan (dir.), 1982, Histoire des Arméniens, Toulouse : Privat, p. 425‑435, ou Zekiyan, in Dédéyan, 2007, p. 461‑472. C’est dans l’œuvre de Mekhitar de Sébaste, fondateur de la congrégation installée à Saint-Lazare que Khosdeg(h)ian Zekiyan, membre de la Congrégation mekhitariste, voit les bases d’une renaissance culturelle.

277 Par exemple, Raffi, 2010, p. 70‑72. Le phénomène est attesté dès les années 1780 mais, les populations du Karabagh étant terrorisées par les exactions perpétuelles du khan local Ibrahim, conjuguées désormais avec celles du chah Agha Mohammed Khan (1787‑1797), le phénomène devient un véritable « exode » (ibid., p. 101) dans les années 1790 où apparaît également la famine. Raffi écrit qu’à cette époque-là, le Karabagh était « complètement vidé » (Ibid.).

278 Ibid., p. 102, 105, 118.

279 Ibid., p. 72, 100 et passim.

280 Massiasts Aghavni, 1856, nº 5, p. 110 sqq.

281 Ibid.

282 Aslanian, 2004(b), p. 30, 46‑49.

283 Lettre au prince Potemkine (alors gouverneur d’Astrakhan) de mars-avril 1780. Bournoutian, 2001, p. 165‑166, doc. 311. Arghoutian demande entre autres que les catholiques cessent de jeter le trouble en imitant le rite arménien durant leurs offices et qu’ils officient dans leur propre langue ou encore qu’un Arménien converti au catholicisme ait le droit de revenir à sa foi première s’il le souhaite.

284 Villotte, 1730, p. 137.

285 Aslanian, 2004(b).

286 Ibid., p. 64.

287 Raffi (2010, p. 51‑54) rappelle que non loin de l’ancien catholicossat de Gandzasar fondé au ive siècle, le prêtre Simon de Khotorachen avait établi, à partir de 1651, son propre catholicossat au monastère des Trois-Enfants. De 1651 à 1800, la petite région du Karabagh a donc eu deux catholicos, distants de quelques lieues et, bien sûr, antagonistes.

288 Anahide Ter Minassian, 2007, « État national et diaspora : le cas arménien », in Michel Bruneau, Ioannis Hassiotis, Martine Hovanessian et al. (dir.), Arméniens et Grecs en diaspora : approches comparatives, Actes du colloque européen et international organisé à l’École française d’Athènes (47 octobre 2001), Athènes/Paris : De Boccard, p. 43‑58 (p. 45).

289 Ibid., p. 46 : « Achot Hovhannissian a été le chef de file de cette école » qui voit dans ce Conseil « les débuts du mouvement d’émancipation nationale et de “l’orientation russe” », « école qui a encore ses adeptes ». À ce propos, voir par exemple Achot Hovhannissyan, 1957‑1959, Դրվագներ հայ ազատագրակամ մտքի պատմության (Les étapes de l’histoire de la pensée arménienne de libération), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, 2 t. On retrouve cette chronologie également dans les contributions de Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), in Dédéyan, 1982, p. 419‑422, et Zekiyan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 63.

290 Catholicos de 1655 à 1680.

291 Heyberger, 1994, p. 202‑204. Claire Mouradian, Caucase, terre d’Empires, ouvrage à paraître.

292 Fils d’un mélik du Siounik (1658‑1711).

293 Mouradian, à paraître.

294 Ibid.

295 Heyberger, 1994, p. 202.

296 Ibid., p. 202‑203.

297 Ibid.

298 Zekiyan, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 63.

299 Khosdegian (également noté Khosdeghian, pseudonyme de Zekiyan), in Dédéyan, 1982, p. 421‑422.

300 Raffi, 2010, p. 16.

301 Ibid., p. 16 sqq.

302 Khosdegian, in Dédéyan, 1982, p. 421‑422.

303 Mouradian, 1995, p. 41. Mouradian, à paraître : « Tablant sur les promesses d’appui russe, ces derniers constituent, de 1722 à 1730, une enclave d’autonomie sous la conduite de David Bek. Pierre préférera néanmoins s’entendre avec les Ottomans qui ont aussi profité de la débâcle persane pour rompre la paix de Zuhab (1639) et envahir le Caucase du Sud. Par le traité de Constantinople (juin 1724), la Russie conserve les provinces caspiennes, laissant aux Turcs qui y ont installé des garnisons, la Géorgie et l’Arménie orientales (Tiflis, Erevan), l’Azerbaïdjan du Nord (Chemakha, Tabriz, Qazvin) et l’occasion d’exercer leur vindicte contre la population chrétienne. »

304 Voir Achot Hovhannissian, 1964, « Pétros di Sarkis Gilanentz », Revue des études arméniennes, Nouvelle série, t. I, Paris, p. 217‑232.

305 Hovhannissian, 1964, p. 222.

306 Emin Joseph Emin, 1918, The Life and Adventures of Emin Joseph Emin Written in English by Himself, Calcutta : Privately printed, 1re éd., Londres, 1792.

307 William Pitt l’Ancien (1708‑1778), petit-fils de Thomas Pitt, gouverneur de Madras. William Pitt était un homme d’État britannique du parti Whig (Opposants à l’absolutisme royal, partisans de la tolérance religieuse), ministre de la Guerre lors de la guerre de Sept Ans (1756‑1763).

308 Dmitri Golitsyn (Galitzin ou Galitzine ; 1738‑1803), diplomate et homme de lettres, en poste à Londres en 1761, à Paris de 1763 à 1765 (où il se lie avec Voltaire, Diderot, Buffon, Helvétius, etc.) et à La Haye en 1773‑1774.

309 Alexandre Vorontsov (1742‑1805) a servi l’éphémère tsar Pierre III (qui n’a régné que six mois en 1762) et est tombé en disgrâce auprès de Catherine II qui prend le pouvoir en juin 1762 après avoir évincé Pierre III, son époux, en organisant un coup d’État.

310 Emin arrive à Tiflis muni d’une recommandation de Vorontsov. Emin, 1918. Ghougassian, in Hovannisian & Myers, 1999, p. 244.

311 Les objectifs de cette collaboration ne sont bien sûr pas tout à fait les mêmes pour les deux acteurs : si Irakli est attentif au « projet de fédération arméno-géorgienne » porté par Emin, il « rêve », lui, « d’étendre l’hégémonie géorgienne sur l’ensemble du Caucase jusqu’aux provinces arméniennes de l’Ararat et au littoral pontique, bref de reconstituer l’empire de la reine Thamar (1184‑1215), cet âge d’or de la Géorgie », Mouradian, à paraître.

312 Voir par exemple la lettre de Siméon d’Erevan à Irakli II (25 mars 1764). Bournoutian, 2001, p. 237, doc. 279.

313 Siruni, 1967, p. 311.

314 Pierre Ier, par exemple, voit rapidement l’intérêt des contacts avec Israël Ori dans la perspective de la conquête russe du Caucase, mais se consacre finalement à d’autres priorités comme la guerre contre la Suède. Raffi, 2010, p. 13‑15 : « L’enjeu de la suprématie en Europe du Nord contre la Suède reste […] prioritaire […]. La grande affaire du règne de Pierre le Grand est l’ouverture d’une “fenêtre sur la Baltique”. » Mouradian, à paraître. Cependant, selon les époques, les projets méridionaux et orientaux ont aussi occupé le devant de la scène : « L’intérêt pour les voies maritimes du Sud revient alors [à la fin des années 1710] au premier plan comme on le voit aux instructions de Pierre à son ambassadeur en Perse Artémi Volynski (1715‑1719). Ce dernier confirme que le Caucase peut être la porte des richesses de l’Orient et un point d’appui dans la lutte contre les Turcs. » Mouradian, à paraître.

315 Aslanian, 2004(b), p. 57.

316 Voir en particulier Piège, p. [44][45].

317 Aslanian, 2004(b), p. 32‑64. D’autres documents confirment cette perception de la crise, comme la lettre de Siméon d’Erevan à Catherine II du 22 juin 1766 où le catholicos déplore : « Nous avons perdu notre souveraineté et sommes maintenant en danger de perdre notre foi. » Bournoutian, 2001, p. 240, doc. 284.

318 Aghaniants, 1908, p. 575.

319 Aslanian, 2004(b), p. 64.

320 Ibid., p. 69.

321 Lettre d’Arghoutian à Ch. Chahamirian du 3 septembre 1786 : Nersissyan, 1990, p. 338‑343, doc. 228. Bournoutian, 2001, p. 320‑321, doc. 382. Extrait cité et traduit par Siruni, 1967, p. 325.

322 Lettre du 3 janvier 1787 : Bournoutian, 2001, p. 323, doc. 386.

323 Siruni, 1967, p. 322, trad. Siruni.

324 Mouradian, à paraître.

325 Le protectorat ne s’applique formellement qu’aux orthodoxes, mais « la Russie essaie dès la fin du xviiie siècle d’élargir aux Arméniens ottomans la clause de protectorat des orthodoxes obtenue à Kutchuk-Kaïnardji » (ibid.). Boris Nolde, 1952‑1953, La Formation de l’Empire russe. Études, notes et documents, Paris : Institut d’Études slaves, t. II, p. 92‑107.

326 Siruni, 1967, p. 314‑315.

327 Ibid.

328 Ibid.

329 Ibid.

330 Mnatsakanyan, 1958, p. 148.

331 Siruni, 1967, p. 314.

332 Ibid.

333 Ibid., p. 316‑317.

334 Moriaud & Okoumeli, 1919. Bournoutian, 2001, p. 292 sqq., doc. 347.

335 Moriaud & Okoumeli, 1919, p. 6. (Karthlie est une orthographe possible pour Kartli.)

336 Ibid., art. 1, p. 6.

337 Concernant le passage du protectorat à l’annexion du Kartli et de la Kakhétie, voir Nolde, 1953, p. 364‑387.

338 Cette conquête à peu de frais portera rapidement ses fruits : l’annexion du Kartli et de la Kakhétie aura lieu en 1801, celle des provinces arméniennes du Caucase sera achevée en 1828.

339 « L’appui des Russes » ne relève bien sûr pas tant d’une « union volontaire » que d’un moyen de « s’émanciper des maîtres du moment », dont la domination est plus insupportable. Mouradian, à paraître. La priorité, dès le début du xviiie siècle, est, pour les Géorgiens et les Arméniens, d’échapper aux « affrontements dévastateurs » des deux empires musulmans ennemis et en crise (ibid.).

340 Le 10 janvier 1780, Lazarian adresse au général Souvorov un mémorandum contenant une brève description de l’histoire et de la géographie de l’Arménie, insistant entre autres sur l’indépendance des méliks et affirmant qu’il suffirait de deux ou trois milliers de soldats russes pour reconquérir Erevan. Bournoutian, 2001, p. 262, doc. 306.

341 On le voit, par exemple, dans les lettres des méliks demandant l’aide militaire russe : à Souvorov (2 septembre 1781), à Catherine II (2 septembre 1781), au général Potemkine (4 mars 1783), au prince Potemkine (23 janvier 1790) et dans les lettres conjointes des méliks et du catholicos Hovhannés de Gandzasar : au général Potemkine (5 mars 1783), au même (juin 1783), etc. Bournoutian, 2001, respectivement : p. 270, doc. 319 ; p. 271, doc. 320 ; p. 284, doc. 445 ; p. 330, doc. 396 ; p. 295, doc. 336 ; p. 289‑290, doc. 344.

342 Lettres à Ch. Chahamirian du 10 septembre 1785 et du 3 septembre 1786 (qui reprend la teneur d’une lettre antérieure du 24 avril 1783). Bournoutian, 2001, respectivement : p. 320, doc. 381 ; p. 320‑321, doc. 382. Arghoutian pense que Catherine II est prête à libérer l’Arménie grâce, notamment, aux efforts conjugués des méliks, du prince Potemkine et de lui-même.

343 Bournoutian, 2001, p. 295, doc. 349.

344 Lettre de Ch. Chahamirian au catholicos Ghoukas du 15 octobre 1787. Chahamirian remercie le catholicos pour ses précédentes lettres (des 22 mai 1785 et 5 février 1785) faisant état d’une correspondance amicale avec l’impératrice : « Je suis heureux d’apprendre qu’une telle amitié règne entre vous et qu’elle bénéficiera à notre peuple », écrit Chahamirian. Bournoutian, 2001, p. 326, doc. 390.

345 Moriaud & Okoumeli, 1919, p. 7.

346 Lettre à Ghoukas de Karin du 15 octobre 1787. Bournoutian, 2001, p. 326, doc. 390.

347 Ibid.

348 Ibid. (« Bagratouni » est la forme arménienne de « Bagratide », « Bagrationi », « Bagration ».)

349 Par exemple, Piège, p. [11] et art. 52 à 57 ; lettre à Irakli du 15 octobre 1787 : Abrahamyan, 1969, p. 135‑136.

350 Yéritsian, 1881, p. 26.

351 Karst, 1934‑1937, III, p. 310‑316 : « Le même juriste [Félix Holldack] a élevé à un haut degré de probabilité la présomption, d’après laquelle depuis le xviie siècle, les souverains de Géorgie favorisaient systématiquement et par politique l’introduction du droit arméno-cilicien dans leurs États. » Le Code du roi Vakhtang VI, en particulier, intégrait, entre autres sources, le Code arménien de Mkhitar Goch. Voir, au chapitre VI : « Les sources juridiques ». À l’époque d’Irakli, le code en vigueur est celui de Vakhtang VI, Irakli ayant apporté des compléments, comme les Statuts organiques du roi Irakli II de Sakhartvelo pour ses fils, concernant la royauté de l’empire de Géorgie (Sakhartvelo), ou Charte du roi Irakli II, texte de 58 articles promulgué en 1791 et qui ne propose pas de grandes modifications mais vise principalement à régler la succession au trône. Ibid., p. 226‑286.

352 Bournoutian, 2001, p. 326, doc. 390.

353 Raffi, 2010, p. 56.

354 Panossian, 2006, p. 93.

355 Raffi, 2010, p. 56.

356 Bournoutian, 2001, p. 328, doc. 393.

357 Ibid., p. 330, doc. 396. Les méliks signent leurs lettres comme s’ils étaient unanimes, en réalité, Raffi (2010) montre les dissensions qui ont pu, par moments, les opposer. Certains méliks se sont-ils autorisés à signer au nom de tous ou bien les méliks ont-ils su, parfois, surmonter leurs discordes ?

358 Bournoutian, 2001, p. 330, doc. 396.

359 Après avoir signé la paix avec la Turquie (traité du 29 décembre 1791), la Russie, informée des menaces d’offensives du chah Agha Mohammed Khan contre Irakli II, décide, le 4 septembre 1795, d’envoyer des troupes pour protéger la Géorgie orientale. Ces troupes furent retardées… Raffi, 2010, p. 79. En septembre 1795, Irakli est isolé, Agha Mohammed Khan, qui a déjà dévasté les provinces traversées, lance son attaque contre Tiflis, la ville est complètement ruinée (Ibid., p. 80‑85). « Tiflis est mise à sac dans la plus pure tradition médiévale : des milliers d’habitants sont massacrés, près de 15 000 emmenés en captivité. Irakli II, lui-même, est contraint à la fuite. “J’ai tout perdu”, écrit-il à son fils Mirian et à Tchavtchavadzé à Saint-Pétersbourg », Mouradian, à paraître. La Russie n’engagera la contre-offensive contre la Perse qu’après un décret du 19 février 1796. Raffi, 2010, p. 85.

360 Mouradian, à paraître.

361 Ibid.

362 Ibid.

363 Les gazettes anglaises parvenaient à Madras, qui a eu aussi ses propres journaux comme le Madras Courier, créé en 1785 par le gouvernement de Madras. Voir en particulier Love, 1913, III, p. 519 sqq.

364 Piège, p. [7], [18], [28].

365 Yéghiazar Lazarian et ses fils, originaires de la Nouvelle-Djoulfa, ont été intégrés à la noblesse russe en 1777. Lettre de Lazarian à Chahamirian du 7 novembre 1777, Nersissyan, 1990, p. 125.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : A Plan of Fort St. George and the City of Madras, Hermann Moll, 1726.
Légende On peut voir au repère « m », près de Bridge Gate, à l’ouest de Black Town, la première église arménienne, et au repère « t » (quartier dont le nom est orthographié ici Mutial Peta) le premier cimetière arménien où a été édifiée, en 1772, l’église actuelle. Carte de Hermann Moll, in Thomas Salmon, 1726 [1739].
Crédits © Modern History or the Present State of all Nations, London : Bettesworth & Hitch :https://lc.cx/​P2VF [consulté le 7 janvier 2017]. © Université de Columbia.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 2 : Part of the Black Town, Madras, Thomas Daniell, 1797.
Légende Le deuxième édifice saillant à partir de la droite est le campanile de l’église arménienne actuelle, édifiée en 1772 sur le site du premier cimetière arménien (au début de l’actuelle Armenian Street). La représentation du campanile est réaliste, comme le montre la comparaison avec l’illustration 3.
Crédits © The British Library. https://lc.cx/​dftb [consulté le 12 février 2017].
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Illustration 3 : Le campanile de l’église arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu à Madras.
Crédits Photographie : © s. BatwaganToufanian (2014).
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Illustration 4 : Façade Est de l’église Sainte-Marie-Mère-de-Dieu portant mention de deux dates. L’église actuelle a été bâtie en 1772, mais conserve la trace d’une construction antérieure, soit celle du campanile, soit celle de la première église, détruite en 1746.
Crédits Photographie : © S. BatwaganToufanian (2014).
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Illustration 5 : Glyn Barlow, 1921, The Story of Madras, London/Bombay/Calcutta/Madras : Humphrey Milford/Oxford University Press.
Légende La maison de Charles Street, Fort St. George. Cet édifice fut un temps une propriété de Chahamir Chahamirian et devint ensuite Clive’s House.
Crédits © American Libraries, internet, Archives.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Illustration 6 : The Armenian Bridge Near St. Thomas’s Mount in 1798, Thomas Daniell.
Crédits © The British Library. https://lc.cx/​dftt [consulté le 12 avril 2017].
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Illustration 7 : Portrait de Chahamir Chahamirian, 1790.
Légende Les indications sous le portrait précisent : « Londres, 1790. Voici Chahamir, de la nation arménienne, fils de Soultanoum, né en 1723. » Au milieu de l’inscription : l’emblème des professions de Chahamir (ciseaux, mètre pour le métier de tailleur ; balance avec ses poids, encrier et plume, pour l’activité de marchand de perles et de pierres précieuses).Voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III, l’illustration 1 du chapitre VI et l’annexe 1.
Crédits © Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/1)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Illustration 8 : Portrait de Hakob Chahamirian.
Légende Voir les illustrations 7 et 9 du chapitre III et l’annexe 1.
Crédits © Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/3).
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Illustration 9 : Portrait de Yéghiazar Chahamirian.
Légende L’inscription sous le portrait, autour de l’emblème de la profession, signifie : « Voici Yéghiazar, de la nation arménienne, fils de Chahamir, né en 1758. » Voir l’illustration 7 du chapitre III, l’illustration 1 du chapitre VI et l’annexe 1
Crédits © Musée d’Histoire d’Erevan (ՀՊԹ 1735/2).
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Illustration 10 : La Carte géographique de l’Arménie commanditée par Chahamir Chahamirian, 1778.
Légende Cette carte, réalisée par la Congrégation mekhitariste de Venise, est aujourd’hui consultable sur : https://lc.cx/​mofM
Crédits © Bibliothèque nationale d’Arménie.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13559/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M