Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre II. L’historiographie du Piège : interprétations et instrumentalisations

Chapter II. The historiography of the Trap: interpretations and instrumentalizations

« Որոգայթ Փառաց »ի պատմագրութիւնը` մե ւններ եւ օգտագործութիւններ

Résumé

Le Piège de l’orgueil a été soumis à différentes grilles d’interprétation, en fonction des enjeux idéologiques du lieu et du temps, en particulier à l’époque soviétique où, malgré tout, il a continué à être étudié. En raison de son caractère composite, l’ouvrage se prête facilement à des lectures divergentes.

The Trap of Glory has been submitted to interpretive approaches depending on ideological issues, particularly in Soviet times; nevertheless, it has been studied during that period. Due to its composite nature, the book is open to all kinds of interpretations.

Texte intégral

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)

1La diversité et la continuité des références à leurs œuvres ont été de pair avec les profondes différences d’appréciation sur le sens des écrits et de l’action des Chahamirian*1, selon les époques, les contextes politiques et les options des commentateurs. La plupart des lectures ont imposé au Piège divers schémas interprétatifs, toujours compatibles avec une partie ou un aspect de ce texte composite.

2L’analyse de l’ensemble de la littérature suscitée par ce livre fait apparaître plusieurs grandes périodes et plusieurs types d’enjeux.

  • 2 Voir, au chapitre VII : « Les rééditions et les premières traductions. »

3La première réédition du Piège en 1913 à Tiflis2 ne comporte ni explications ni préface, mais on peut avancer, en se référant à l’ensemble des écrits publiés chez le même éditeur, que l’ouvrage est situé dans une perspective de diffusion des grands textes de la culture nationale ; le Piège a pu être considéré comme la forme arménienne des réflexions et revendications constitutionnalistes qui se manifestent dans les trois empires dès la fin du xixe et le début du xxe siècle et semble signaler la manière dont les Arméniens du Caucase participent à cette effervescence : la Constitution ottomane est promulguée en 1876 tandis qu’en 1905 commencent à la fois la révolution en Russie (qui va donner lieu à une Constitution, le « manifeste d’Octobre ») et la révolution constitutionnelle en Iran (même si l’adoption d’une Constitution y est fragile et périodiquement remise en cause par le pouvoir politique).

  • 3 Par exemple, les articles suivants : Thadéos Avdalbéguyan, 1922, « Հայ ազատագրական շարժման երկու հ (...)

4La soviétisation de l’Arménie, en 1920, modifie les raisons de l’intérêt pour les œuvres des Chahamirian et pour le Piège en particulier. Des années 1920 à la mort de Staline, hormis une éclipse dans les années 1930, on continue de recenser en Arménie plusieurs articles consacrés aux Chahamirian et à Movsés Baghramian* dans les revues savantes3, soumises à la grille de lecture « marxiste » ou, au moins, à la rhétorique afférente.

  • 4 Avdalbéguyan, 1922.
  • 5 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151.
  • 6 Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian, pr (...)
  • 7 Avdalbéguyan, 1924, p. 148.
  • 8 Ibid.
  • 9 Haïgaram Outmazyan & Vazgen Hakobyan, 1941, « Հայ ազատագրական գաղաբարների երկու կենտրոն եւ երկու ծ (...)
  • 10 Ibid., p. 86.
  • 11 Ibid., p. 74.

5Chahamirian est promu fondateur du mouvement démocratique arménien. Son projet consisterait dans la démocratisation de l’Arménie par la libération du « tiers état4 ». Toutefois, sa position sociale fait de lui une figure paradoxale et, en 1924, Thadéos Avdalbéguyan5 propose une appréciation plus nuancée à travers son analyse du débat dans Azdazar en 17956 entre deux rédacteurs utilisant les pseudonymes « Arménien, fils d’Arménien » et le « Compatriote ». Le premier exhorte les Arméniens à agir contre leur domination, le second ne le conteste pas mais estime qu’il faut d’abord favoriser l’instruction et la conscience d’appartenir à une nation. En s’appuyant, entre autres, sur le contenu des articles, Avdalbéguyan déduit la position sociale des auteurs, jugeant que le premier serait Baghramian (puisque ses propos sont bien ceux de qui « n’a pas de capital marchand7 ») et le second, Chahamir Chahamirian (en tout cas d’« un marchand, représentant du capitalisme marchand8 »). L’idée d’un « groupe politique bourgeois » dont Chahamirian serait « le plus grand idéologue9 », et « le Piège de la gloire, le manifeste10 », s’installe. « La bourgeoisie marchande arméno-indienne était parvenue au stade que Marx considère comme l’un des moyens de passer du mode de production féodal au mode de production capitaliste11 ». Bourgeois progressiste et déjà tourné vers la Russie, notamment par ses liens avec l’archevêque Hovsép Arghoutian*, mais bourgeois tout de même, le personnage de Chahamirian devient ainsi compréhensible selon une vision de l’histoire assignant un rôle nécessaire et provisoire à la bourgeoisie.

  • 12 Achot Abrahamyan, 1947, « Մադրասի հայ գաղութի դերը հայ ժողովրդի ազատագրական պայքարում » (Le rôle d (...)

6Par ailleurs se développe une lecture « nationaliste », même à l’époque stalinienne. Abrahamyan12 par exemple, dans une conférence prononcée hors d’URSS certes, à Calcutta, mais reproduite en Arménie quelques mois plus tard, parle du « groupe patriotique de Madras », sur fond, toutefois, d’amitié entre les peuples (arménien et indien).

  • 13 Henri Gabrielyan, 1956, Հայ փիլիսոփայական մտքի պատմություն (Histoire de la pensée philosophique ar (...)

7La période poststalinienne voit apparaître de nouvelles orientations de lecture et une augmentation sensible du nombre d’articles consacrés à ce sujet dans les revues savantes. Le cercle de Madras a sa place dans les ouvrages généraux relatifs à l’histoire du peuple arménien, à l’histoire des idées ou à l’histoire des colonies arméniennes à l’étranger et dans l’Encyclopédie soviétique. Le cercle de Madras est toujours traité selon une vision téléologique de l’histoire, mais son action est maintenant plutôt intégrée au mouvement national de libération et ses œuvres, à la mouvance des Lumières. Les membres du cercle de Madras deviennent, comme chez Henri Gabrielyan13, des Aufklärer.

8Une lecture russophile est également développée, comme dans l’ouvrage de Siruni datant des années 1960, où l’auteur assure que :

  • 14 Hagop Djololian Siruni, 1967, « Le rôle des Arméniens de l’Inde dans le mouvement d’émancipation d (...)

9Le mouvement de libération du peuple arménien était arrivé à la seule solution rationnelle, celle de chercher dans l’appui du grand peuple russe voisin la réalisation des aspirations de la nation arménienne à la liberté14.

10Cependant, le recours à une grille d’interprétation compatible avec les critères en vigueur en Union soviétique et à une rhétorique adéquate à sa vision finaliste de l’histoire n’engage pas nécessairement une adhésion profonde de tous les commentateurs de cette période. Il pouvait s’agir pour eux, au minimum, de conditions à remplir pour exercer leur activité et publier leurs travaux et ce n’est peut-être que grâce à cet « encodage » que la transmission de la connaissance a été possible. Les lecteurs – habitués à lire entre les lignes – pouvaient, malgré tout, découvrir l’œuvre des Chahamirian.

11Toutefois, l’allégeance aux normes soviétiques ne suffit pas à expliquer pourquoi la lecture du Piège a été à ce point surdéterminée à partir d’enjeux extérieurs et ultérieurs, car l’absorption des activités du cercle de Madras dans une grille d’interprétation toujours renouvelée dépasse, de beaucoup, les auteurs soviétiques.

  • 15 Mesrovb Jacob Seth (la Nouvelle-Djoulfa 1871-Calcutta 1939) était professeur.
  • 16 Mesrovb J. Seth, 1937(b), History of the Armenians in India, from the Earliest Times to the Presen (...)
  • 17 Ibid., p. 2.
  • 18 Ibid., p. 598 et passim.
  • 19 Mesrovb J. Seth, 1926, Armenians and the East India Company, Calcutta : Government of India Press.

12Abordant le sujet avec autant de parti pris mais avec d’autres préoccupations à la fin du xixe et au début du xxe siècle, Mesrovb Seth15, qui vit à Calcutta, a, lui, surtout à cœur de mettre en lumière, aux yeux des Britanniques, la richesse de la culture arménienne (« plus d’un auteur anglais » réduit « la nation arménienne » à « une secte religieuse ou à une communauté marchande ! »16), l’antiquité de la nation arménienne (« bien plus ancienne que les Juifs en tant que nation, ce qui est évident d’après ce fait historique [sic] : le patriarche Haïk, fondateur de la nation arménienne, naquit en 2277 av. J.‑C. tandis qu’Abraham naquit en 1996 av. J.‑C., environ trois siècles plus tard17 ») tout autant que sa modernité (imprimerie, journalisme18, etc.). Seth (192619) insiste également sur le rôle des Arméniens dans la Compagnie anglaise des Indes orientales. Les œuvres et l’action du cercle de Madras peuvent entrer dans cette mise en perspective également, par certains aspects de leurs écrits comme par leur participation à la modernisation matérielle de la colonie de Madras (l’Imprimerie Chahamirian est effectivement créée en 1771‑1772).

13Plus récemment, à partir de 1990, dans les premières années de la deuxième indépendance de la République d’Arménie, lorsque se pose à nouveau la question de la création d’une nouvelle Constitution et de nouvelles institutions, le Piège va apparaître comme un texte fondateur de la pensée politique.

  • 20 Thélounts, 1995(b).

14Un ouvrage de Thélounts paru en 1995 (La première Constitution arménienne : le Piège de la gloire20) marque un retour au texte et un souci de mettre en lumière son contenu politique et ses soubassements philosophiques. De plus, cette étude attentive et détaillée est une véritable monographie aux dimensions d’un livre et non une communication ou un article relatifs à tel ou tel aspect ou détail de l’œuvre.

  • 21 Karlen Mirumyan, 2000, Հայ իմաստասիրությունը հոգեվոր մշակույթի համակարգում (La philosophie arménie (...)
  • 22 Valery Poghossyan, 2001, “The Phenomenon of Constitution in Armenian Political and Legal Thought”, (...)

15De nombreux penseurs contemporains d’Arménie, comme le philosophe Karlen Mirumyan21 et le juriste, membre de la Cour constitutionnelle d’Arménie, Valery Poghossyan22, revisitent ce texte, insistant désormais sur la précocité du constitutionnalisme dans la pensée arménienne et sur l’ancrage des idées du Piège dans la tradition nationale.

  • 23 L’auteur annonce un tirage de 110 exemplaires : Piège, p. [338]. (Les chiffres entre crochets renv (...)
  • 24 Ms. nºs 1477, 3101, 3102, 4471 et 7886 du Maténadaran.
  • 25 Hambardzoumian, 1999.
  • 26 H. Chahamiryan, 2002.

16Jusque dans les années 1990, seuls les quelques exemplaires survivants des éditions originales de l’Exhortation et du Piège23, les cinq manuscrits du Piège conservés au Maténadaran (dont aucun ne recouvre exactement le texte imprimé24) et sa réédition de 1913 étaient consultables dans quelques grandes bibliothèques d’Arménie et, si le Piège était connu à travers ses citations et ses commentaires, peu avaient pu le lire ; mais le regain d’intérêt pour ces œuvres va donner lieu à une réédition de l’Exhortation (1991) et deux rééditions du Piège, l’une partielle (1999)25, l’autre complète (2002)26. Ces rééditions, financièrement très accessibles, vont soutenir l’intérêt grandissant d’un certain public enfin en mesure de découvrir les ouvrages à propos desquels il devait se contenter jusqu’alors de lire des commentaires.

17En dehors des études savantes mais, dans une certaine mesure aussi, par leur intermédiaire, le Piège est devenu, en Arménie, une sorte de nouveau symbole national, reflétant de nouveaux enjeux ; cependant, cette nouvelle popularité même a pu constituer un obstacle à sa lecture.

  • 27 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39. H. Chahamiryan, 2002 (exergue). Agop J. Hacikyan, Gabriel Basm (...)

18Désormais présenté comme la « première Constitution au monde27 », il alimente un besoin récurrent d’ancienneté ou d’antériorité : premier État chrétien, première Constitution au monde…

19Cette qualification, même de la part d’autorités intellectuelles comme Raphaël Hambardzoumian ou Poghos Khatchatryan, pourrait n’être qu’un argument « publicitaire » pour amplifier la portée de l’œuvre et justifier la publication de leurs traductions en 1999 et 2002, dans une période difficile en Arménie, où peu d’ouvrages purent voir le jour ; mais cette explication est insuffisante car, d’une part, cette qualification erronée traduit (et engendre) une méconnaissance facile à déceler et, d’autre part, la représentation de cette œuvre comme pionnière ne se limite pas à son statut supposé de « première Constitution au monde ».

  • 28 Thomas Cooper, 1836, The Status at Large of South Carolina, vol. I., New York : Columbia, Johnston (...)
  • 29 Mkrtitch Nersissyan, 1990, Հայ-ռուսական հարաբերությունները xviii դարում, 1760‑1800 (Les relations (...)
  • 30 Aghaniants, 1908, p. 575.

20La méconnaissance (voire la mystification) sur la place réelle du Piège dans l’histoire des Constitutions peut être mise en évidence de deux façons au moins. Tout d’abord, même en se plaçant dans une perspective méthodologique où la notion d’invention aurait une légitimité et celle d’antériorité, une valeur, on sait que des textes constitutionnels, effectivement mis en application ou simplement théoriques, sont bien plus anciens, comme les Constitutions fondamentales de la Caroline, rédigées par Locke en 166928. Ensuite, la date réelle de la publication du Piège n’est pas 1773, ce qui a été mis en lumière et publié depuis longtemps, puisqu’en 1928 Avdalbéguyan montre, par des arguments décisifs tels que des anachronismes contenus dans le texte et des indications trouvées dans la correspondance de Ch. Chahamirian, que l’ouvrage, sous la forme où nous le connaissons, a été imprimé entre 1787 et 1789. Il est vrai toutefois que le contenu de cette Constitution a été mis au point à une date antérieure : en 1787, Ch. Chahamirian écrit à Ghoukas de Karin29 qu’il en dispose déjà et en résume l’essentiel ; plus en amont, Siméon d’Erevan connaît avant 1776 cette Constitution, au moins dans son aspect purement politique30.

  • 31 H. Chahamiryan, 2002.
  • 32 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39.

21Dans ces conditions, même si le Piège est bien l’une des plus anciennes Constitutions conçues à l’ère moderne, en faire « la première Constitution au monde31 », créée « quatorze ans avant l’adoption de la Constitution américaine32 » (1787) semble relever davantage d’une compétition inutile et de mauvais aloi que de la simple ignorance.

  • 33 Jemma Hasratian, 2004, “GenderBased Analysis of Legislation”, USAID/Armenia Legislative, Strengthe (...)

22Dans les années 2000, en Arménie, la représentation du Piège comme ouvrage fondateur s’enrichit de nouvelles facettes : Chahamirian apparaît comme le précurseur du féminisme et de la défense des droits humains33 grâce à l’article 3 de sa seconde partie où il écrit :

Chacun est libre de ses actes, qu’il appartienne à la nation arménienne, qu’il soit né en Arménie de parents étrangers, qu’il vienne d’un pays étranger ou qu’il soit de sexe masculin ou féminin. Nul ne dominera quiconque et les actes de tous seront rétribués pour eux-mêmes en fonction des lois d’Arménie.

  • 34 Présidente de l’AWUE (Association of Women with University Education) et du CGS (Center for Gender (...)
  • 35 United States Agency for International Development.
  • 36 Armenia Legislative Strengthening Programm.

23Mais les articles 130 (sur le partage inégal des héritages entre fils et filles) ou 381 (admettant qu’un homme batte sa femme), nettement moins opportuns, ne sont pas rappelés. Coupant les extraits de leur contexte littéral et historique, Jemma Hasratian34 les inclut dans un guide à destination des législateurs pour les sensibiliser aux valeurs des démocraties modernes et, en particulier, à « l’égalité des sexes » comme « une condition de la démocratie et du développement ». L’étude est soumise à l’USAID35 dans le cadre du programme ASLP36.

  • 37 Présidente du CDCS (Center for Development of Civil Society) lors de la parution du texte cité.
  • 38 Union européenne – Communauté des États indépendants.
  • 39 European Union Developmental Aid for Armenia.

24Le texte de Svetlana Aslanyan37, publié sous les auspices de l’EUCIS38 Gender Watch, une émanation de l’EUDAA39, est, lui aussi, tributaire d’une visée propre à des problématiques actuelles.

25D’une façon générale, le Piège est invoqué comme le texte fondateur, dans la tradition arménienne, de la philosophie des droits humains. On retrouve des extraits du Piège40 dans des revues consacrées aux droits de l’homme, comme Tesaket (« Point de vue »)41, où l’ouvrage vient rappeler aux autorités arméniennes contemporaines ses devoirs en matière de respect des droits, tandis qu’il est plutôt utilisé comme une « vitrine » par les institutions : les portraits de Chahamir et Hakob Chahamirian ornent les murs de la bibliothèque de la Cour constitutionnelle d’Arménie42 ; ces auteurs sont cités comme les inventeurs de l’idée de Constitution dans la tradition arménienne sur le site Internet de la Cour constitutionnelle d’Arménie43 et comme les inventeurs du parlementarisme dans la culture arménienne sur celui de l’Assemblée nationale d’Arménie44. Le Piège est même signalé comme « un exemple unique », une étape capitale de l’évolution de la « culture constitutionnelle arménienne » dans les Cahiers du Conseil constitutionnel45 français, à la faveur, certes, d’un entretien avec Gaguik Haroutunian [Haruthyunyan], président de la Cour constitutionnelle d’Arménie à partir de 1996 et à l’époque de la publication des Cahiers.

  • 46 Levon Boghos Zekiyan, « The Armenian Way to Enlightenment : The Diaspora and Its Role » in Richard (...)
  • 47 Vahe Oshagan, « From Enlightenment to Renaissance : The Armenian Experience » in Richard G. Hovann (...)
  • 48 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999.

26De leur côté, à partir de la fin des années 1980, des chercheurs de la diaspora arménienne réexaminent également le Piège. Ils l’inscrivent, eux aussi, dans une perspective tributaire de leur propre vision de la chronologie et de leurs propres problématiques (comme le montrent, par exemple, les analyses de l’universitaire et mekhitariste Levon Boghos Zekiyan46) ou encore, reflètent ou rejoignent les affirmations des commentateurs d’Arménie (comme chez Vahe Oshagan47 qui reprend, en la relativisant, l’idée que le Piège serait la première Constitution au monde et met en compétition l’idée de séparation (relative, du reste) de l’Église et de l’État contenue dans le texte arménien (qui n’a jamais été mis en application) et la Déclaration des droits, par laquelle les États-Unis proclament la liberté religieuse, en 1791… seulement48.

  • 49 Razmik Panossian, 2006, The Armenians, from Kings and Priests to Merchants and Commissars, New Yor (...)
  • 50 Sebouh David Aslanian, 2011, From the Indian Ocean to the Mediterranean, The Global Trade Networks (...)

27Enfin, l’idée de communauté imaginée avancée par Benedict Anderson ayant marqué le monde intellectuel, on a aussi tenté d’y soumettre le Piège. Razmik Panossian49 dans une certaine mesure et Sebouh Aslanian50 estiment que la conscience nationale arménienne est née en diaspora.

28Cette relecture incessante des œuvres du passé en fonction des nécessités présentes n’est certes pas propre à l’analyse du Piège. Peut-être même n’y a-t-il pas de lecture possible sans cette motivation, pas plus qu’il n’y a de compréhension sans interprétation. Toutefois, il convient de chercher la limite au-delà de laquelle l’interprétation n’éclaire plus le texte mais en déforme le sens.

29La portée attribuée au Piège est étonnante pour un texte qui, somme toute, n’a connu qu’une faible diffusion, que, par conséquent, bien peu de personnes peuvent avoir effectivement lu et qui, de plus, est rédigé de façon souvent obscure. Il est possible que les instrumentalisations du texte aient été précisément rendues possibles par sa méconnaissance.

  • 51 H. Chahamiryan, 2002. Par exemple, seule une faible proportion des références bibliques du Piège s (...)

30La traduction de 2002 en arménien moderne n’a pas suffi à expliciter complètement le texte : indépendamment même de son appareil critique incomplet51, une traduction de l’arménien ancien vers l’arménien moderne permet de conserver en l’état tous les passages problématiques. Les structures grammaticales sont modernisées mais le sens n’en est pas pour autant sensiblement clarifié et ce n’est qu’en traduisant vers une langue étrangère que l’on est vraiment confronté à la nécessité d’interpréter, en choisissant le plus légitimement qu’il est possible une signification plutôt qu’une autre.

31Cette réputation polymorphe jointe à une prose déconcertante rendent nécessaire le retour au texte original dans un souci d’adéquation à son propre contexte. Une telle démarche ne peut certes jamais totalement réussir, mais cet horizon seul permet de jeter quelque lumière sur le sujet.

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 Voir, au chapitre VII : « Les rééditions et les premières traductions. »

3 Par exemple, les articles suivants : Thadéos Avdalbéguyan, 1922, « Հայ ազատագրական շարժման երկու հոսանք 18րտ դարի վերջում » (Les deux courants du mouvement de libération arménien à la fin du xviiie siècle), Nork, Erevan, livre I ; Thadéos Avdalbéguyan, 1924, « Ֆրանսական մեծ հեղափոխութիւնն ու ժամանակակից հայերը » (La Révolution française et les Arméniens de cette époque), Nork, Erevan, livre IV, p. 135‑151 ; Thadéos Avdalbéguyan, 1929, « Շահամիր Շահամիրեանն ու հնդկահայոց հանայնական ինքնավարությունը 18 դարում » (Chahamir Chahamirian et l’autonomie de la communauté arméno-indienne au xviiie siècle), Téghékaguir Haykakan Kh.S.H. guitouthyan yev arvesti institut, nº 4, Erevan (le texte reprend une conférence du 17 novembre 1928), p. 39‑56. A. R. Ioannissyan, 1948, « К истории возинкновения “Западин честолюбиа” » (Sur l’histoire de la création du Piège de la gloire), Téghékaguir haykakan Kh.S.H. guitouthyounneri akademiayi, 3, Erevan, p. 11‑25. Aram Yérémyan, 1948, « Հայ ժողովրդի ազատագրական պայքարի Մադրասի դրոշակակիրները » (Les porte-drapeaux de la lutte de libération du peuple arménien à Madras), Etchmiadzine, Erevan, nº 1012, p. 38‑45.

4 Avdalbéguyan, 1922.

5 Avdalbéguyan, 1924, p. 145‑151.

6 Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian, préface de Margarit Mkhitarian, p. 298‑313, p. 365‑368, p. 427‑430 : http://tert.nla.am/mamul/Azdarar_1/Table.html [consulté le 23 décembre 2016]

7 Avdalbéguyan, 1924, p. 148.

8 Ibid.

9 Haïgaram Outmazyan & Vazgen Hakobyan, 1941, « Հայ ազատագրական գաղաբարների երկու կենտրոն եւ երկու ծրագիր 18րտ երկրորդ կեսին » (Les deux centres des idées arméniennes de libération et leur projet respectif dans la seconde moitié du xviiie siècle), Erevan : Recueil des travaux scientifiques des étudiants de l’université d’État Molotov, nº 3, p. 71‑161 (p. 81).

10 Ibid., p. 86.

11 Ibid., p. 74.

12 Achot Abrahamyan, 1947, « Մադրասի հայ գաղութի դերը հայ ժողովրդի ազատագրական պայքարում » (Le rôle de la colonie arménienne de Madras dans la lutte de libération du peuple arménien), Etchmiadzine, mai-juin 1947, Erevan, p. 43‑54.

13 Henri Gabrielyan, 1956, Հայ փիլիսոփայական մտքի պատմություն (Histoire de la pensée philosophique arménienne), Erevan : Haypethrat, t. II.

14 Hagop Djololian Siruni, 1967, « Le rôle des Arméniens de l’Inde dans le mouvement d’émancipation du peuple arménien (en marge d’un document découvert à Botoşani) », Studia et acta orientalis, Bucarest, VVI, p. 297‑336 (p. 297). Hagop Djololian Siruni (Adabazar 1890-Bucarest 1973) était un historien, écrivain et orientaliste.

15 Mesrovb Jacob Seth (la Nouvelle-Djoulfa 1871-Calcutta 1939) était professeur.

16 Mesrovb J. Seth, 1937(b), History of the Armenians in India, from the Earliest Times to the Present Day, Calcutta (sans nom d’éditeur), 1re éd., 1895 (souligné par l’auteur).

17 Ibid., p. 2.

18 Ibid., p. 598 et passim.

19 Mesrovb J. Seth, 1926, Armenians and the East India Company, Calcutta : Government of India Press.

20 Thélounts, 1995(b).

21 Karlen Mirumyan, 2000, Հայ իմաստասիրությունը հոգեվոր մշակույթի համակարգում (La philosophie arménienne dans le contexte de la culture spirituelle), vol. 4, Erevan : Noyan Tapan, p. 54‑72 ; Karlen Mirumyan, 2002, Հայ քաղաքական մտքի պատմությունից (Sur l’histoire de la pensée politique arménienne), chap. v, Erevan : Lingua, p. 241‑275 ; Karlen Mirumyan, 2006, Քաղաքական ուսմունքների պատմություն (Histoire des études politiques), Erevan : Zangak 97 (reproduction du chapitre V de l’ouvrage susmentionné, sans la conclusion ni la bibliographie), p. 436‑462.

22 Valery Poghossyan, 2001, “The Phenomenon of Constitution in Armenian Political and Legal Thought”, Kонституционное правосудие, Erevan, 1 (11), p. 84‑90.

23 L’auteur annonce un tirage de 110 exemplaires : Piège, p. [338]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX). Imprimé nº 1415‑1416 du Maténadaran.

24 Ms. nºs 1477, 3101, 3102, 4471 et 7886 du Maténadaran.

25 Hambardzoumian, 1999.

26 H. Chahamiryan, 2002.

27 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39. H. Chahamiryan, 2002 (exergue). Agop J. Hacikyan, Gabriel Basmajian, Edward S. Franchuk et al., 2005, The Heritage of Armenian Literature, vol. III, From the Eighteenth Century to Modern Times, Detroit, Michigan : Wayne State University Press, pp. 147‑155 et pp. 160‑173 (p. 161).

28 Thomas Cooper, 1836, The Status at Large of South Carolina, vol. I., New York : Columbia, Johnston, pp. 43‑56.

29 Mkrtitch Nersissyan, 1990, Հայ-ռուսական հարաբերությունները xviii դարում, 1760‑1800 (Les relations arméno-russes au xviiie siècle, 1760‑1800), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, t. IV, p. 360.

30 Aghaniants, 1908, p. 575.

31 H. Chahamiryan, 2002.

32 Hambardzoumian, 1999, p. 1, 16, 39.

33 Jemma Hasratian, 2004, “GenderBased Analysis of Legislation”, USAID/Armenia Legislative, Strengthening Development, Development Associates Inc., Arlington (États-Unis), 24 février 2004, p. 1. Svetlana Aslanyan, 2008, “A Gender Analysis of the European Union Developmental Aid for Armenia”, EUCIS Gender Watch, The Network of East-West Women. Poland, Gdansk, p. 6.

34 Présidente de l’AWUE (Association of Women with University Education) et du CGS (Center for Gender studies) lors de la parution du texte cité.

35 United States Agency for International Development.

36 Armenia Legislative Strengthening Programm.

37 Présidente du CDCS (Center for Development of Civil Society) lors de la parution du texte cité.

38 Union européenne – Communauté des États indépendants.

39 European Union Developmental Aid for Armenia.

40 Dans la traduction en arménien moderne de P. Khatchatryan, 2002.

41 Publication de l’IDHR (Institute for Democracy and Human Rights), 2009, p. 34‑38.

42 http://www.concourt.am/english/library/books/index.htm [consulté le 27 décembre 2016].

43 Gaguik Haroutunian, 2004, De la Constitution au constitutionnalisme, Erevan : Njar : http://www.concourt.am/english/library/cclibrary/2005/27.pdf [consulté le 27 décembre 2016].

44 Assemblée Nationale De La République D’arménie, s. d. : http://www.parliament.am/parliament.php?id=parliament [consulté le 27 décembre 2016].

45 Vahé Vahramian, 2006, « Entretien avec M. Gaguik Haroutunian [Haruthyunyan], président de la Cour constitutionnelle d’Arménie », Cahiers du Conseil constitutionnel, nº 20, p. 140‑144.

46 Levon Boghos Zekiyan, « The Armenian Way to Enlightenment : The Diaspora and Its Role » in Richard G. Hovannisian & David N. Myers, 1999, Enlightenment and Diaspora, The Armenian and Jewish Cases, Atlanta, Georgie : Scholars Press, p. 45‑85.

47 Vahe Oshagan, « From Enlightenment to Renaissance : The Armenian Experience » in Richard G. Hovannisian & David N. Myers, 1999, Enlightenment and Diaspora, The Armenian and Jewish Case, op. cit., p. 169. Voir également Hambardzoumian, 1999, pp. 1, 16, 39.

48 Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999.

49 Razmik Panossian, 2006, The Armenians, from Kings and Priests to Merchants and Commissars, New York : Columbia University Press, p. 87.

50 Sebouh David Aslanian, 2011, From the Indian Ocean to the Mediterranean, The Global Trade Networks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley/New York/London : University of California Press, pp. 213‑214.

51 H. Chahamiryan, 2002. Par exemple, seule une faible proportion des références bibliques du Piège sont signalées.