Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre I. Introduction

Introduction

Ներածութիւն

Résumé

Le Piège de l’orgueil (Hakob Chahamirian, 1773) est un ouvrage paradoxal : ce premier projet constitutionnel et législatif républicain pour l’Arménie a vu le jour en Inde, à Madras, et ce un siècle et demi avant la formation d’un petit État dans le sud du Caucase. Les nombreuses questions soulevées par cet écrit appellent des recherches historiques et linguistiques pour tirer de celui-ci tous les enseignements dont il est porteur.

The book Trap of Glory (Hakob Shahamirian, 1773) is full of paradoxes: it is the first Armenian constitutional and legislative project but emerged in India (Madras) one century and a half before the creation of a small State in South Caucasus. The many questions raised in this book require historical and linguistic research to understand all the information it can provide.

Texte intégral

  • 1 Voir le Piège, p. [84]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du(...)

Heureux ces temps où les hommes de lettres me reprocheront l’imperfection de mes écrits, l’attribueront à mes péchés et se demanderont comment un simple marchand ayant passé sa vie en terre étrangère put penser qu’en tissant laborieusement son ouvrage, telle une araignée, il mènerait à bien une œuvre d’une telle ampleur1 !

  • 2 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 3 L’auteur l’explique p. [3]. Le piège de l’orgueil est un piège pour l’orgueil, des rets pour immob (...)

1Hakob Chahamirian*2 avait donc prévu l’étonnement suscité par le Piège de l’orgueil, étonnement qu’il paraît même appeler de ses vœux et dont il semble presque se réjouir à l’avance. Il sera exaucé au-delà de ses espérances car les motifs d’étonnement sont plus nombreux aujourd’hui qu’il ne pouvait l’imaginer en son temps. Non seulement le beau titre en est plutôt mystérieux3 mais, surtout, plusieurs paradoxes frappent d’emblée et font du Piège un ouvrage assez étrange.

  • 4 Voir p. [2], [17], [83]-[84], [337].
  • 5 Non seulement chez les théoriciens du « despotisme oriental » comme Charles- Louis De Montesquieu, (...)

2Comment un « simple marchand » qui, de son propre aveu, maîtrise imparfaitement l’art d’écrire4 a-t-il pu rédiger un ouvrage d’envergure ? À quel titre un simple particulier a-t-il entrepris de concevoir une législation pour un État, l’Arménie ? Quelle est la nécessité de cette législation puisque cet État n’existe pas à cette époque ? L’éventuelle reconstitution de cet État n’est-elle pas totalement utopique puisqu’elle supposerait une double sécession avec deux puissants voisins, les Empires perse et ottoman ? Si cet État devait exister un jour, il se situerait dans les régions arméniennes historiques du Caucase méridional et de l’Asie Mineure, pourquoi alors reviendrait-il à un résident de Madras d’en rédiger les lois ? Comment cette possible législation peut- elle présenter des traits essentiels du républicanisme alors que l’idée même de liberté politique est souvent considérée (par les auteurs européens des xviie et xviiie siècles) comme complètement inconnue en Orient5 ?

  • 6 Raphaël Hambardzoumian, 1999, « Որոգայթ Փառաց », ակունքները, աժմէականութիւնը եւ առանձնահատկութիւնն (...)

3La curiosité à l’égard du Piège augmente encore en raison des commentaires divergents et parfois même contradictoires qu’il a inspirés. Rarement lu pour lui-même, enfermé dans des lectures idéologiques successives, l’ouvrage fut tour à tour considéré comme représentatif des aspirations nationalistes, des intérêts de la bourgeoisie marchande ou d’une russophilie ancienne et profonde préfigurant la vocation soviétique de l’Arménie. Plus récemment, il a été qualifié de « première Constitution au monde6 » ou vu comme précurseur du féminisme. Toutes sortes d’enjeux ont été projetées sur cet ouvrage. Considéré aujourd’hui en Arménie comme un classique (et même comme le fondement) de la pensée politique arménienne, il est d’autant plus facilement promu au rang d’icône nationale qu’il est peu connu dans son intégralité.

  • 7 Traduction partielle par R. Hambardzoumian, 1999, et complète par P. Khatchatryan in Hakob Chahami (...)

4La surprise s’accroît à la lecture de l’ouvrage lui-même : ce texte confus, ambigu voire obscur, hétéroclite et parfois même incohérent, n’est pas d’une compréhension facile, ni univoque et, à la hauteur de sa réputation protéiforme, ce texte composite se révèle globalement compatible avec toutes les interprétations qui ont pu en être proposées. Tenter de comprendre le sens de ce texte et en proposer une version française lui permettant en même temps de sortir de son isolement linguistique ont été, dans cette étude, une seule et même démarche. En deçà des problèmes inhérents à toute traduction, le sens même de ce texte est, en effet, souvent problématique dans sa langue originale. L’établissement d’une version étrangère – française en l’occurrence – obligeait à interroger le texte jusqu’à pouvoir le plus légitimement possible en établir le sens, choix que les traductions existantes en arménien moderne7 n’astreignent pas à opérer.

  • 8 Rouben Avakyan, 2000, Западня честолюбия (ворогайт парац) шаамира шаамиряна (Le Piège de l’ambitio (...)

5Les traductions récentes en russe8 sont partielles.

6La présente version française, intégrale et annotée, a été réalisée dans le souci d’interroger et d’expliciter le Piège sans en forcer le sens ni en gommer les difficultés internes, mais cette première tentative est nécessairement perfectible.

7Le Piège a fait l’objet de peu d’études approfondies jusqu’à présent. Très souvent cité, il a rarement été soumis à une étude systématique et la rareté de ses exemplaires n’explique probablement pas entièrement ce fait.

8La plupart des études sont des articles de quelques pages généralement parus dans des revues savantes, des ouvrages généralistes tels que des histoires de la pensée arménienne ou des encyclopédies et qui consistent, le plus souvent, soit dans la publication de sources primaires jusqu’alors inédites, soit dans l’examen de quelque aspect très pointu du corpus ou de son histoire, soit dans des généralités sur la pensée ou l’action politique de l’auteur du Piège, mais rarement d’une étude globale consacrée au texte. Cet émiettement se retrouve tant dans la littérature suscitée en Arménie que chez les chercheurs liés aux différents centres universitaires hors d’Arménie.

  • 9 Malik Thélounts, 1995 (b), Հայկական առաջին սահմանադրութիւնը Որոգայթ փառաց (La première Constitutio (...)
  • 10 https://lc.cx/P2V6 [consulté le 27 avril 2017].

9Ces articles, quand ils ne sont pas descriptifs ou simplement repris de commentaires antérieurs, soumettent généralement le Piège à des lectures téléologiques de l’histoire ou à diverses grilles d’interprétation ne tenant pas toujours compte de la totalité hétéroclite du texte. Très peu d’ouvrages, en réalité, ont permis jusqu’à une date récente d’accéder, même indirectement, au texte lui-même : deux traductions en arménien oriental moderne (dont une partielle) avec un appareil critique incomplet et les deux traductions partielles et peu annotées en russe, ainsi qu’une étude détaillée de Malik Thélounts9 en arménien, s’appuyant sur le texte mais ne le reproduisant pas. Aujourd’hui, grâce au travail de numérisation, le texte original est consultable en ligne10.

  • 11 Titre porté par le patriarche suprême de l’Église apostolique arménienne.
  • 12 Voir les annexes 9 et 10.

10Ces études ont subi les effets des divisions linguistiques, elles-mêmes souvent déterminées par des fractures politiques. Ainsi, les auteurs d’Arménie soviétique ont eu un accès facile aux sources arméniennes, russes et géorgiennes, mais plus difficile aux sources occidentales, en particulier anglaises. Le recensement du plus grand nombre possible de sources et leur croisement n’avaient donc pu être tentés, or cette démarche, toujours nécessaire d’un point de vue méthodologique, l’est encore davantage pour l’étude d’une œuvre rédigée par des hommes à la croisée de tant de chemins : les Chahamirian (Hakob et son père Chahamir*) étaient des marchands arméniens dont les ancêtres venaient du Caucase méridional, nés en Perse ou en Inde, résidant à Madras, voyageant pour leur commerce, lisant la presse, correspondant, entre autres, avec des compatriotes de Venise ou de Saint-Pétersbourg, avec le roi de Géorgie orientale, le catholicos11 d’Etchmiadzine et les méliks (seigneurs) du Karabagh12.

11Les auteurs du Piège ont donc côtoyé des aires culturelles très éloignées les unes des autres et même étrangères les unes aux autres. Ce premier niveau de diversité induit d’emblée une approche décloisonnée, mais la nature composite de l’ouvrage – second niveau de diversité – rend également nécessaire le croisement de différents champs disciplinaires à partir desquels on peut tenter de le comprendre : étude des transferts culturels, histoire des idées politiques, philosophie politique, histoire du droit, études bibliques, histoire sociale et économique, etc., sans oublier la linguistique, car, de ce point de vue également, le Piège est un objet aussi intéressant que déroutant. Cette approche plurielle, appelée par le texte, pourrait encore être approfondie. Si nul esprit n’est universel, il est cependant indispensable à la compréhension du Piège d’accepter sa forme atypique et de le suivre sur ses propres chemins.

12Si tout n’a donc pas encore été dit sur le Piège, pourquoi revenir tout de même à ce livre embrouillé et dont, de plus, les lois n’ont finalement jamais été appliquées ?

  • 13 Voir, au chapitre III : « Un projet politique en attente » et « Des circonstances “favorables”. »

13Tout d’abord, les discordances au sein du Piège ne sont pas seulement dues à un défaut de méthode. On sait que le Piège a eu, non pas un, mais au moins deux auteurs, que ces auteurs ont travaillé de façon discontinue sur une période d’une quinzaine d’années, période pendant laquelle la situation politique a évolué au Caucase et dans le monde : ce qui paraissait impensable auparavant était devenu possible et le dernier auteur a dû revisiter les écrits du premier à partir d’une autre logique, celle de l’utopie réalisable13.

  • 14 Erevan 1710-Etchmiadzine 1780. D’abord « légat » à Constantinople puis à Madras, Siméon a été cath (...)

14Le principal élément susceptible d’entraîner des changements importants fut probablement l’arrivée, dans le Caucase, d’une nouvelle puissance, la Russie. Les précédentes tentatives de libération nationale des Arméniens s’étaient plutôt tournées vers l’Occident, en particulier vers Rome, mais la conversion au catholicisme exigée en échange de la protection a toujours été un point d’achoppement pour un peuple dont l’Église, schismatique aux yeux de Rome, est nationale et autocéphale. Les maigres ressources militaires locales, comme celle dont disposaient les méliks du Karabagh, ne permettaient pas de soutenir seuls les hostilités et, d’un autre côté, le projet d’unification du catholicos Siméon d’Erevan14 n’appréhendait l’unité que sous un angle spirituel, autour de l’autorité religieuse.

  • 15 1721-1798. Roi de Kakhétie puis de Kakhétie et de Kartli, c’est-à-dire de Géorgie orientale, tandi (...)
  • 16 Paul Moriaud & A. Okoumeli, 1919, Traité conclu en 1783 entre Catherine II, impératrice de Russie (...)
  • 17 Moïse De Khorène, 1993, Histoire de l’Arménie, Paris : Gallimard, coll. « NRF », trad. Annie et Je (...)

15Selon les auteurs du Piège, au contraire, les évolutions récentes dans la région et dans le monde rendaient envisageable la création d’une Arménie sur les terres historiques et toujours peuplées d’Arméniens, à tout le moins une intégration de ces régions aux États d’Irakli II*15, roi de Géorgie orientale, États qui passent sous protectorat russe en 1783 par le traité de Guéorguievsk16. Le cercle de Madras va donc poursuivre les objectifs de libération antérieurs mais en les orientant vers de nouvelles alliances, non plus avec Rome et l’Occident, mais avec la Géorgie et la Russie, autres puissances chrétiennes, mais non catholiques. Il va développer un projet temporel et politique, rompant partiellement, non seulement avec la vision catholicossale contemporaine mais encore avec la longue tradition de l’« Église-nation17 », substitut de l’État. Il va faire émerger la notion d’État de droit, estimant que la liberté suppose non seulement la suppression d’un tyran, mais aussi celle de la tyrannie.

16Quelles ressources culturelles et sociales ont pu permettre à des marchands de Madras de s’aventurer dans le champ de la réflexion politique ? Les auteurs du Piège ne citent qu’exceptionnellement leurs sources, mais l’ouvrage est sous-tendu par une multitude de références culturelles, nationales ou non, qui, certes, contribuent à en faire un texte hétéroclite, mais brossent aussi un double tableau, celui de l’état de la réflexion et celui des transferts et de l’ouverture culturelle possible à cette époque pour des Arméno-Persans vivant en Inde, au contact de nations européennes comme asiatiques, transferts grâce auxquels ils parviennent à élaborer une revendication déjà profondément implantée au préalable.

17Le Piège étant un ouvrage clé permettant d’observer l’émergence d’une nouvelle approche du politique dans le monde arménien, il était capital de s’assurer d’une compréhension aussi précise que possible de ce texte difficile, écrit en langue ancienne et très souvent fautive, c’est pourquoi les approches historique et linguistique étaient nécessairement liées.

18La « traduction » française proposée ici a été réalisée à partir de l’original du Piège, l’imprimé daté de 1773, avec consultation de sa réédition, de ses traductions modernes ainsi que de ses versions manuscrites.

19La recherche historique s’est tout d’abord appuyée sur les sources primaires ou secondaires proches du Piège, sur son corpus accompagnateur et l’ensemble de la littérature (principalement en langue arménienne) concernant l’ouvrage et sur les archives. Elle s’est progressivement élargie à l’histoire du Caucase et des empires voisins. La mise en perspective du Piège et la constitution d’un appareil critique jusqu’ici quasiment inexistant nécessitaient encore des connaissances sur Madras au xviiie siècle et, de façon plus générale, sur tout ce qui a pu jouer un rôle dans l’environnement matériel et culturel des auteurs. Dans ce but, les recherches ont porté, d’une part, sur des ouvrages savants modernes, d’autre part, sur des sources contemporaines de l’ouvrage, comme la presse ou les récits de voyageurs.

Notes

1 Voir le Piège, p. [84]. (Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX).

2 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

3 L’auteur l’explique p. [3]. Le piège de l’orgueil est un piège pour l’orgueil, des rets pour immobiliser les ambitieux qui s’estiment au-dessus des lois.

4 Voir p. [2], [17], [83]-[84], [337].

5 Non seulement chez les théoriciens du « despotisme oriental » comme Charles- Louis De Montesquieu, 1951(a), De l’esprit des lois, in Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 227,995 (1re éd., 1748) et Nicolas Antoine Boulanger, 1761, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, (sans nom d’éditeur ni lieu), mais aussi chez Jean Chardin, 1711(a), Voyage du Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités et les choses remarquables du Pays, Amsterdam : Jean Louis de Lorme, v, p. 255, et même chez William Jones, 1807, The Tenth Anniversary discourse delivered 28 february 1793, by the president at The Asiatic Society of Bengal : “On Asiatic History, Civil and Natural”, in Lord Teignmouth, The works of Sir william Jones with the Life of the Author, London : John Stockdale & John Walker, vol. III, pp. 205-228 (p. 216, Dixième discours, prononcé le 28 février 1793) ; Jones dispose d’une connaissance directe des civilisations de l’Inde et les admire.

6 Raphaël Hambardzoumian, 1999, « Որոգայթ Փառաց », ակունքները, աժմէականութիւնը եւ առանձնահատկութիւնները (Le Piège de l’orgueil, ses sources, son actualité et ses spécificités), Erevan : Njar, p. 1, 16, 39. Hakob Chahamiryan, 2002, Որոգայթ փառաց (Le Piège de l’orgueil), Erevan : Hayastan, trad. Poghos Khatchatryan (exergue).

7 Traduction partielle par R. Hambardzoumian, 1999, et complète par P. Khatchatryan in Hakob Chahamiryan, 2002.

8 Rouben Avakyan, 2000, Западня честолюбия (ворогайт парац) шаамира шаамиряна (Le Piège de l’ambition de Chahamir Chahamirian), Памятники армянского права, Erevan : Еф мнюиXXI век. Poghos Khatcharyan signale également dans Chahamiryan, 2002, p. 247, une autre traduction russe (du professeur A. Khatchatryan, Moscou, 1999) qu’il n’a pas lue et qu’il est bien difficile de trouver car les références fournies sont très incomplètes.

9 Malik Thélounts, 1995 (b), Հայկական առաջին սահմանադրութիւնը Որոգայթ փառաց (La première Constitution arménienne : Le Piège de l’orgueil), Erevan : Guitouthioun.

10 https://lc.cx/P2V6 [consulté le 27 avril 2017].

11 Titre porté par le patriarche suprême de l’Église apostolique arménienne.

12 Voir les annexes 9 et 10.

13 Voir, au chapitre III : « Un projet politique en attente » et « Des circonstances “favorables”. »

14 Erevan 1710-Etchmiadzine 1780. D’abord « légat » à Constantinople puis à Madras, Siméon a été catholicos de toute l’Arménie de 1763 à 1780. Durant son pontificat, il a œuvré à la réorganisation et à la modernisation du patriarcat d’Etchmiadzine, à la lutte contre les missionnaires catholiques et au renforcement de l’autorité d’Etchmiadzine sur les autorités apostoliques concurrentes. Il a composé plusieurs ouvrages dont certains, comme le Livre intitulé acquittement, montrent qu’il a pensé l’unification du peuple arménien, dispersé dans l’espace, mais réuni sous l’autorité spirituelle du catholicos d’Etchmiadzine. Voir Sebouh Aslanian, 2004(b), Dispersion History and the Polycentric Nation : the Role of Simeon Yerevantsi’s Girk’ or koči partavčar in the 18th Century National Revival, Venise : Saint-Lazare, coll. « Bibliothèque d’arménologie Bazmavep 39 ». La position de Siméon d’Erevan à l’égard du cercle de Madras est faite de rivalité pour la prééminence d’un modèle (unité spirituelle ou bien territoriale), voire d’hostilité : Gyut Aghaniants, 1908, Դիւան հայոց պատմութեան ։ Սիմէոն Կաթողիկոսի յիշատակարան (Archives d’histoire arménienne ։ Mémorial du catholicos Siméon 1767-1776), livre VIII, 2e partie, Tiflis : Imprimerie N. Aghaniants.

15 1721-1798. Roi de Kakhétie puis de Kakhétie et de Kartli, c’est-à-dire de Géorgie orientale, tandis que Solomon Ier d’Iméréthie (1735-1784) règne de 1752 à 1784 sur les provinces géorgiennes occidentales.

16 Paul Moriaud & A. Okoumeli, 1919, Traité conclu en 1783 entre Catherine II, impératrice de Russie et Irakly II, roi de Géorgie (Recueil des lois russes), vol. XXI, no 15835, Genève : Imprimerie Chaulmontet.

17 Moïse De Khorène, 1993, Histoire de l’Arménie, Paris : Gallimard, coll. « NRF », trad. Annie et Jean-Pierre Mahé, p. 457. Aram Mardirossian, 2004, Le Livre des canons arméniens (Kanonagirk hayoc) de Yovhannes Awjneci, Louvain : Peeters, p. 40. Voir également Claire Mouradian, 1995, L’Arménie, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? », p. 38.