Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Annexes

Annexe 7 : Repères biographiques

Texte intégral

1Le but de cet index n’est que de faciliter la lecture de cet ouvrage en fournissant quelques repères et d’aider à d’éventuels prolongements en donnant les différentes variantes des noms selon les sources.

Arghoutian, Hovsép

2(Variantes : Argutinsky Iosif, Arghutean Hovsep, etc.)
(Sanahin, Caucase méridional 1743 - Tiflis, 1801)
Issu d’une famille princière d'Ani (les Zakarides), Arghoutian fut nommé primat des Arméniens de Russie en 1773 et élu Catholicos en 1800 ; il mourut avant sa consécration.
Artisan, avec Hovhannés Lazarian, d’un rapprochement avec la Russie. En 1783, ils présentèrent tous deux à Catherine II un projet de libération de l’Arménie sous protectorat russe. Ils comptaient parmi les proches du Prince Potemkine, du Général Potemkine et du Général Souvorov.

Baghramian, Movsés

  • 19 Tölölyan Minas, 1989, “Shahamir Shahamirian’s Vorogait Parats [Snare of Glory]”, Armenian Review, é (...)
  • 20 Aghaniants Gyut, 1908, « Դիւան հայոց պատմութեան ։ Սիմէոն Կաթողիկոսի յիշատակարան » [Archives d’histo (...)

3(2e moitié du xviiie s. Dates exactes de naissance et de mort inconnues).
Né en Artsakh (Karabagh), il reçut sa formation à la Nouvelle-Djoulfa, vécut en Russie et voyagea au Caucase entre 1762 et 1767 avec Joseph Emin, dont il était le parent.
Il s’installa à Madras en 1768 où il assura la formation de Hakob et Yéghiazar Chahamirian. C’est vraisemblablement par son intermédiaire que Chahamir Chahamirian rencontra Joseph Emin à Madras, vers 1772.
Baghramian fut probablement un prêtre défroqué19, il fut en tout cas objet d’un anathème de la part du Catholicos Siméon d’Erevan20. Il fut l’auteur du premier livre paru à l’Imprimerie Chahamirian, un Abécédaire (Madras, 1772) et collabora directement à d’autres ouvrages, au moins à l’Exhortation (Madras, 1772), signée « Hakob Chahamirian, avec la collaboration de son maître Movsés Baghramian » et parfois attribuée à Baghramian seul.
Le rôle de Baghramian dans l’élaboration du Piège n’est pas clairement connu. Baghramian collabora également au périodique Azdarar (le Moniteur).

Chahamirian, Chahamir

  • 21 Chahamiryan, trad. Khatchatryan (1991, p. 218).

4(Variantes : Chamir, Chamiram Agha, Chamirian, Chamrian, Shahamirian, Shamir Aga, Shameer, Shamier, Shawmier, Aga Shawmier, Shawmier Sultan, Sultanumian, Soultanoumian, Soolthanoomian, etc.)
(La Nouvelle-Djoulfa, 1723 - Madras, 1797).
Fils du Khodja Sultan (Soultanoum) David, (la Nouvelle-Djoulfa, 1696 ou 1697 - Pondichéry, 1754, marchand de la Nouvelle-Djoulfa installé à Madras et de Annem (Anna) Hakobian (la Nouvelle-Djoulfa, 1700 - Madras, 1764) ; petit-fils (en ligne paternelle) de Davoud Khan, arrière petit-fils de Chahamir et arrière-arrière petit-fils de Mouraddjan Chahamirian, l’aïeul qui quitta le Nakhitchevan21.
Chahamir quitta la Nouvelle-Djoulfa pour Madras en 1735, où il entra en apprentissage chez un tailleur. Il devint ensuite marchand et, vers l’âge de quarante ans, acquit une fortune importante, principalement par le commerce de perles et de pierres précieuses.
Il eut plusieurs enfants, dont Hakob et Yéghiazar. Vers 1769-70, il confia à Movsés Baghramian la formation de ces deux fils.
Chahamir entretint des relations avec de nombreuses personnalités (Irakli II, Arghoutian, etc.) et prit une part active à la vie politique arménienne de son temps.
Il fut l’auteur du Guide et l’un des principaux auteurs du Piège. Il collabora également à Azdarar.

Chahamirian, Hakob

5(Variantes : Chahamiriants, Chamirian, Jacques Chamir, Schamir, Jacob Shamier, Shamir, etc.)
(Madras, 1745 - Malacca, 1774). Fils aîné de Chahamir Chahamirian.
Aidé de Movsés Baghramian, il rédigea son Exhortation, parue en 1772 à l’imprimerie fondée à son nom à Madras, en 1771-72.
Le nom de Hakob Chahamirian fut également mentionné comme celui de l’auteur du Piège dans l’édition originale à Madras, datée de 1773. Il en fut l’un des principaux auteurs.

Chahamirian, Yéghiazar

6(Variante : Éghiazar, Chamirian, Schamir) (Madras, 1758-1787)
Deuxième fils de Chahamir. Il édita en 1775 le manuscrit de Mesrop Yerets (Erets) de Vayots Dzor (962 de l’ère chrétienne). Il signa et publia en 1786, un projet de traité arméno-russe : Brochure intitulée Prévision pour la nation arménienne et pour son pays.

Chmavonian, Harouthioun

7(Variantes : Arathoon, Chemavonian, Chirazétsi, Shumavonian, Shmavonyan, etc.)
(Chiraz, Perse, 1750 - Madras, 1824)
En 1777, il traversa une période mystique après la mort de ses enfants, puis fut ordonné prêtre et envoyé par l’archevêque de la Nouvelle-Djoulfa (Mkrtitch) en 1784 à l’église de Madras où il resta jusqu’à sa mort. Il fut le fondateur du périodique Azdarar publié à Madras de 1794 à 1796 et le responsable de l’imprimerie arménienne de Madras de 1789 à 1809.

Irakli II Bagrationi

8(Variantes : Érakli, Éreclée, Erekle, Héracle, Heraklios, Héraclius, Bagration, Bagratouni, etc.)
(Télavi, Géorgie orientale, 1720 ou 1721-1798)
Irakli II régna sur la Kakhétie de 1744 à 1762, province dont il restaura l’indépendance à la mort de Nadir Chah (1747) ; il parvint ensuite à réunifier la Kakhétie et le Kartli sur lesquels il régna de 1762 à 1798 alors que l’Arménie restait sous la domination persane.
Tandis qu’Irakli II régnait sur les provinces orientales de la Géorgie, Solomon Ier d’Iméréthie (1735-1784) régnait sur les provinces occidentales de 1752 à 1784.
Irakli II (comme Solomon 1er) étaient issus de la dynastie Bagratide, maison princière ayant régné sur l’Arménie et la Géorgie.
Par crainte des agressions des Ottomans et des Lezguis, Irakli II signa en 1783 le traité de Guéorguievsk qui plaçait son royaume sous le protectorat de la Russie, qui s'abstint d’intervenir lors de la mise à sac de Tiflis par les troupes du Chah Agha Mohammed en 1795, ainsi que lors des appels ultérieurs du roi géorgien.
Une souveraineté géorgienne formelle se maintint encore sur la Kakhétie et le Kartli sous Guéorgui XII (parfois nommé Guéorgui XIII), fils d’Irakli II, jusqu’en 1800, puis sous la régence de David Batonishvili jusqu’en 1801, date à laquelle le royaume fut annexé par la Russie.
Irakli fut en relation avec Joseph Emin (auquel il a un temps confié la réorganisation et l’entraînement de ses armées) et avec Chahamir Chahamirian, auquel il envoya un titre de propriété sur la province du Lori dans le but d’y installer une population arménienne.

Emin, Emin Joseph

9(Hamadan, 1726 - Calcutta, 1809)
Né en Perse, Emin Joseph Emin, couramment appelé Joseph Emin, rejoignit son père à Calcutta en 1744. De 1745 à 1750, il y étudia dans une école britannique. En 1751, il partit pour Londres où, après quatre années de vie précaire, il rencontre le philosophe Edmund Burke, avec qui il se lia d’amitié et grâce à qui il accéda à des cercles intellectuels. Il entra à l’Académie militaire de Woolwich en 1756 et y resta 13 mois.
En 1757, lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763), il s’engagea comme volontaire dans l’armée britannique.
À partir de 1758, il tenta plusieurs actions dans un but de libération nationale (auprès de William Pitt (1758) à Londres, du Catholicos Hakob V à Etchmiadzine (1760), du prince Golitsyn, ambassadeur de Russie en Grande Bretagne (1761), de Vorontsov, alors chancelier impérial à Saint-Pétersbourg, du roi Irakli II à Tiflis (1763, où il fut rejoint par son parent M. Baghramian).
Après plusieurs mois à Tiflis pour organiser et entraîner l’armée géorgienne, Emin passa plusieurs années au Nord du Caucase, puis au Karabagh et au Zanguézour (Caucase méridional). Après l’échec de sa tentative de retourner à Tiflis, il repartit pour l’Inde en 1770 espérant obtenir une aide financière des marchands pour retourner en Arménie et y établir quelques troupes.
En 1772 ou 1773, Emin se rendit à Madras où Baghramian l’avait précédé.
Il y rencontra Ch. Chahamirian.
De 1777 à 1783, il retourna à la Nouvelle-Djoulfa, d’où il repartit pour Calcutta, où se lia d’amitié avec l’indianiste William Jones et où il termina sa vie.
Emin a consigné ses mémoires dans son ouvrage Life and Adventures of Emin Joseph Emin, written in English by Himself, publié pour la première fois à Londres en 1792.

Lazarian, Hovhannés

10(Variantes : Ivan, Lazarev, Lazarevitch, Lazareff, etc.)

11(La Nouvelle-Djoulfa, 1735 – Saint-Pétersbourg, 1801).
Marchand, fils de Yéghiazar (Aghazar, Artemy) Lazarian, lui-même marchand installé à Astrakhan puis à Moscou à partir de 1747, Hovhannés fut un proche d’Arghoutian (voir la notice biographique « Arghoutian » pour leurs actions communes) et du Prince Potemkine.
La famille Lazarian fut intégrée à la noblesse russe en 1774. Elle fut aussi à l’origine de la création de l’Institut Lazarev des langues orientales à Moscou en 1815.

Notes

19 Tölölyan Minas, 1989, “Shahamir Shahamirian’s Vorogait Parats [Snare of Glory]”, Armenian Review, été 1989, vol. 42, no 2/166, p. 25-35 (p. 29).

20 Aghaniants Gyut, 1908, « Դիւան հայոց պատմութեան ։ Սիմէոն Կաթողիկոսի յիշատակարան » [Archives d’histoire arménienne : Mémorial du Catholicos Siméon] 1767-1776, livre VIII, IIe part., Tiflis : Imprimerie N. Aghaniants.

21 Chahamiryan, trad. Khatchatryan (1991, p. 218).