Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

En guise de conclusion : la guerre dans l’après-guerre

As a Conclusion: War in the Postwar

Εν κατακλείδι: ο πόλεμος στο Μεταπόλεμο

Résumé

Si dans d’autres pays, où l’occupation fut un épisode beaucoup plus paisible, on a pu inventer le récit national d’une Résistance antifasciste à laquelle pouvait s’identifier la majorité de la nation, l’histoire de l’épuration en Grèce révèle comment, afin de construire ce mythe, il a fallu faire abstraction de l’expérience d’une Résistance de masse qui avait ébranlé de fond en comble les structures politiques et sociales traditionnelles du pays.

In other countries where Occupation had been more peaceful, it was possible to create a new National History with an antifascist fight that could be adopted by the majority of the Nation. On the contrary, the history of Purges in Greece shows how, to built this new Myth, one had to be silent on the mass resistance experience which had thoroughly shaken the social and economical traditional structures of the country.

Αν σε άλλες χώρες στις οποίες η Κατοχή πέρασε πιο ειρηνικά, μπορούσε να χτιστεί ένας Εθνικός Μύθος με μία αντιφασιστική αντίσταση στην οποία άνηκε ολόλκητο το Έθνος, στην Ελλάδα, η ιστορία της Εκκαθάρισης δείχνει ότι για να θεμελιωθεί αυτός ο Μύθος, έπρεπε να σβιστεί η εμπειρία της μαζικής αντίστασης η οποία είχε πλήρως τραντάξει τις παραδοσιακές οικονομικές και κοινωνικές υποδομές της χώρας.

Texte intégral

1C’est un monde en guerre que nous avons d’abord rencontré au début de notre étude, en suivant le processus de criminalisation de l’ennemi (intérieur et international), puis, en examinant les différentes formes de justice transitionnelle mises en place et les effets qu’elles ont eus dans le pays libéré de l’Occupation allemande. C’est un monde de paix, préoccupé par la reconstruction d’un continent ruiné, que nous avons quitté. L’expérience de la Seconde Guerre mondiale a ceci d’unique qu’elle fut la guerre la plus totale et la plus politique que le monde ait connue. Totale, en ce sens que, poussant à son paroxysme l’effacement de la frontière entre militaires et civils, elle introduisit les formes de barbarie et de violence les plus atroces au cœur même des territoires et des sociétés du vieux continent. Politique, car cette guerre, devenant l’affaire de tous, fut l’occasion d’une mobilisation populaire sans précédent que l’on peut interpréter comme le point culminant des contradictions et des tensions accumulées tout au long du processus de décomposition des vieux empires entamé trente ans auparavant.

2Du côté des vainqueurs, cette immense mobilisation qui rallia différents courants, selon des degrés et des modalités d’action divers, se rassembla sous les drapeaux de l’unité antifasciste. Peu avant la fin de ce tumulte, l’écrivain Carlo Levi écrivait :

  • 1  Carlo Levi, 2005, «Al di là dell’antifascismo», La Nazione del Popolo, 4 décembre (...)

À travers la guerre devront disparaître non seulement le nazisme et le fascisme, expressions d’un inconscient collectif barbare et vainement refoulé, mais tout le vieux monde de l’Europe, avec ses contradictions insolubles, avec ses schémas vidés au cours de l’histoire, avec ses idoles étatiques et nationales, avec ses anciennes classes dirigeantes incapables de renouveau, avec ses concepts antithétiques, politiques, économiques, moraux et esthétiques, avec sa soif inassouvie de religion, avec son incapacité de rejoindre une unité humaine complète. Ce vieux monde meurt par ses propres déchirures internes dans la frayeur des batailles, et un nouveau monde naît de la tragédie. Fascisme et antifascisme sont encore les deux aspects du vieux monde, aspects ultimes et symboliques de sa fracture où, comme dans un drame sacré, l’ange triomphe sur les forces du mal. Le fascisme est pourchassé mais, pour que la victoire soit vraie et féconde, avec lui doivent savoir disparaître les forces traditionnelles qui lui sont opposées, en donnant lieu à une nouvelle réalité. La guerre qui est en cours est vraiment la guerre civile de l’Europe : chaque homme a pris parti, parce que toutes les valeurs sont en jeu : mais la mise ne peut pas être que la victoire d’un camp, de notre camp de l’antifascisme international. Les vainqueurs savent vraiment vaincre seulement sous condition de savoir abandonner le vieil homme qui persiste et résiste en eux, de savoir fonder […] l’Europe de demain1.

  • 2  Hannah Arendt, 1989, la Crise de la culture , Paris : Gallimard, p. 19.
  • 3  Voir La distinction entre expérience « individuelle » et expérience socialement organisée (...)

3Ce long texte mérite d’être cité in extenso dans la mesure où il est, par son contenu et par le moment de sa rédaction, tout à fait symptomatique d’un effet culturel beaucoup plus large qui est probablement le plus important de cette sortie de guerre : l’existence d’une énorme charge utopique attachée au lendemain, forgée lors des combats et dans la clandestinité. C’est le « trésor sans nom  » de la génération de la Résistance : sa vérité articulée dans cet entre-deux entre ce qui n’était plus et ce qui n’était pas encore2 qui devait maintenant chercher sa justification et ses débouchés dans le monde de l’après-guerre. La justice fut alors chargée d’être l’instrument de ce passage du temps de l’utopie au temps des institutions : 1) en remettant sur pied les anciennes structures étatiques contre les improvisations d’autorités révolutionnaires ; 2) en créant des procédures et un espace public qui servent, ce qu’ils firent d’emblée, à trier, organiser et à mettre en commun3 dans des récits nationaux et consensuels la multitude éparse des souvenirs individuels.

4Ce texte de Levi a été publié en ce lointain décembre 1944, le jour même où, quelques milliers de kilomètres plus loin, le déclenchement de la bataille d’Athènes annonçait, et entamait de facto la fin de cette unité antifasciste. Le fait même qu’en Grèce les différentes formes d’épuration furent mises en place après cet événement montre assez l’avantage primordial de ce passage par le droit : l’extrême plasticité qu’ont les formes judiciaires explique leur faculté à s’adapter aux cadres des différentes traditions politiques et juridiques et à intégrer la multiplicité des contradictions dans les nouveaux couples conceptuels qui devaient organiser les souvenirs de la guerre. Si dans d’autres pays, où l’Occupation fut en réalité un épisode beaucoup plus paisible, il a tout de même fallu inventer le récit national d’une Résistance antifasciste à laquelle pouvait s’identifier la majorité de la nation, l’histoire de l’épuration judiciaire en Grèce révèle au contraire comment, afin de construire ce mythe, il a fallu faire abstraction de l’expérience d’une Résistance de masse qui avait ébranlé de fond en comble les structures politiques et sociales traditionnelles du pays.

5Les effets de l’inscription dans le droit pénal du crime de « collaboration avec l’ennemi » peuvent ainsi être décrits comme un double mouvement de dépolitisation et repolitisation des conflits. La représentation des présumés coupables, comme une poignée de cas criminels isolés dont les infractions restaient à prouver, servit d’abord aux nouvelles élites politiques à retirer aux affaires les connotations politiques du conflit sous l’Occupation. De plus, le fait même que la justice officielle se substitua aux instances de la justice populaire, et assuma la responsabilité de punir les collaborateurs, est la traduction en même temps que l’affirmation d’une conception « restreinte » des responsabilités. Cette substitution présente également l’avantage de permettre à la justice officielle de retirer de l’appareil d’État l’étiquette de la trahison.

6Ensuite, l’économie politique des peines prononcées met en exergue la repolitisation graduelle de la justice. Dans un premier temps, les juges préféraient châtier les crimes commis contre les membres de la Résistance bourgeoise et assurer l’impunité ou la clémence pour qui pouvait prouver que l’activité reprochée avait été mise au service de la défense du « système social ». Ainsi se formait, dans le cadre ritualisé des procès, la représentation d’une communauté du sacrifice et de la lutte, de laquelle était exclue la Résistance de l’EAM. Cette situation se prolongea jusqu’aux élections ou, au plus tard, jusqu’au plébiscite de septembre 1946 qui rétablit la monarchie : alors que cette branche exceptionnelle de l’appareil judiciaire garantissait – fût-ce formellement – la légitimité du nouveau régime, elle préparait aussi le terrain pour l’exclusion de l’EAM de la communauté politique tout court. La justice faisait ainsi disparaître de la scène l’ennemi fasciste, identifié à un nombre minime de « criminels » ou de « fanatiques » qui continuaient à être condamnés, en le remplaçant par la figure de l’agresseur communiste, identifié à l’ennemi interne. Cette application de la « règle du tiers exclu », qui fit de la Grèce le terrain même où fut forgée et testée la nouvelle rhétorique de la guerre froide, permit au régime, sur le plan international, d’intégrer le pays au système mondial en tant qu’avant-poste des républiques occidentales et, sur le plan national, de renforcer les mesures autoritaires à travers lesquelles il menait la répression de l’ennemi interne.

7En ce sens, la reconstruction judiciaire grecque apparaît, beaucoup plus que comme une exception ou une aberration, comme un cas typique des transitions effectuées simultanément dans le reste du continent. Cela n’est pas seulement valable en raison de sa synchronie, mais aussi par rapport aux autres termes de cette transition, le passé et le futur entre lesquels elle fut chargée de faire le pont.

8En ce qui concerne le passé, cette justice sut mettre un terme définitif à deux clivages hérités de l’épisode qui inaugura cette « guerre de trente ans » (depuis 1916), pendant laquelle le pays s’était trouvé pour la première fois divisé par sa frontière mouvante : en assurant une impunité effective aux élites, la justice scellait la fin de leur division en deux camps irréconciliables depuis la guerre civile de 1916‑1917 qui avait coupé le pays en deux entités politiques et territoriales distinctes. En justifiant et en légalisant l’expulsion hors du territoire grec des populations albanophones et slavophones, elle tranchait le nœud gordien des questions ethniques héritées des deux conflits, dont l’un précéda et l’autre suivit la Première Guerre mondiale : la composition ethnique des régions annexées à la suite des guerres balkaniques de 1912‑1913 et l’intégration des populations réfugiées dans ces régions à la suite de la guerre gréco-turque de 1919‑1922.

  • 4 Conseil de l’Europe, Collected edition of the “travaux préparatoires” of the European Conve (...)
  • 5  Patrice Rolland, 1999, « Article 7 » in Louis-Edmond Pettiti, Emmanuel Decaux, Pierre-Henr (...)
  • 6  Giorgio Agamben, 2003, l’État d’exception, Homo Sacer, p. 146‑148.

9En ce qui concerne l’avenir, la transition grecque eut un rôle précurseur. Le fait qu’elle fut, en tant que forme judiciaire d’un état d’exception antifasciste, l’instrument de l’instauration d’un autre état d’exception, en l’occurrence anticommuniste, annonçait une évolution analogue sur le plan international. Nous n’entendons pas par là des phénomènes appartenant à la sphère proprement politique, comme le maccarthysme américain ou l’interdiction du parti communiste de la RFA en 1956, qui furent les expressions du même climat idéologique, mais ne sont pas directement liés à ce type de juridictions. Ce glissement d’un état d’exception à l’autre fut inscrit directement dans les normes du droit humanitaire – un des principaux piliers du droit international de l’après-guerre. Lors des travaux préparatoires pour la rédaction de la Convention européenne des droits de l’Homme (1950), les représentants des pays signataires insérèrent une exception au principe nullum crimen nulla poena sine lege, afin d’éviter toute annulation éventuelle des sentences prononcées par les tribunaux militaires internationaux et les tribunaux des collaborateurs au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Un alinéa supplémentaire précisait donc que ce principe « ne portera pas atteinte au jugement et à la punition d’une personne coupable d’une action ou d’une omission qui, au moment où elle a été commise, était criminelle d’après les principes généraux de droit reconnus par les nations civilisées4 ». Dans un premier temps, cette exception fut utilisée précisément pour rejeter les recours des anciens collaborateurs contre les sentences qui leur avaient été infligées5. Or, dans un second temps, au fur et à mesure que les républiques libérales promulguaient des nouvelles lois d’exception visant d’autres catégories de crime, politique ou organisé, ces dernières se voyaient appliquer la même exception, suivant en cela une évolution qui correspond parfaitement au schéma agambénien de « l’exception qui devient la règle6 ».

10Au total, à travers la grille judiciaire, il nous est possible de concevoir la transition grecque comme composante à part entière du « triomphe d’un modèle politique », la république libérale parlementaire :

  • 7  Martin Conway, 2002, “Democracy in Postwar Western Europe: The Triumph of a Political Mode (...)

Avec du recul, ce sont les limites qui semblent les plus évidentes : l’absence d’une purge effective de ceux dont le passé était teint de fascisme ou de collaboration […], et l’emploi arbitraire du pouvoir de l’État pour marginaliser et miner les communistes et ceux qui étaient soupçonnés d’être, dans le langage chargé de l’époque, des « compagnons de route ». La démocratie de cette façon ne fut pas « complète » en Europe occidentale après la guerre, et, dans la plupart des États, elle fut en réalité d’autant plus circonscrite que l’atmosphère de la guerre froide gagnait en intensité7.

11La justice transitionnelle, tant celle des tribunaux militaires internationaux pour les pays « agresseurs » que celle des jugements des collaborateurs et des criminels de guerre pour les pays « victimes », détermina largement un élément clé du modèle démocratique de l’après-guerre : la réaffirmation de l’autorité et de la responsabilité des États nationaux ; elle achevait ainsi définitivement la désagrégation des empires continentaux. C’est pourquoi l’étude de ces épurations suscite des approches qui tentent une « déconstruction » ou, du moins, tracent la généalogie des mythes fondateurs respectifs des républiques européennes de l’après-guerre. Dans leur sillage, il vaudrait la peine ici de faire un dernier détour, en s’attardant brièvement sur un mythe contemporain grec qui illustre explicitement les correspondances entre le récit officiel forgé par l’épuration des collaborateurs et l’idéologie nationale de l’après-guerre : le mythe de Yánnis Makriyánnis.

12Le général Makriyánnis (1797‑1864) avait été une figure mineure de la guerre d’indépendance grecque (1821‑1828). Fils de pauvres paysans et illettré, il apprit, à l’âge adulte, quelques rudiments d’écriture afin de laisser ses Mémoires à la postérité. Caché, ce texte écrit dans un langage « brut » n’avait été retrouvé et édité qu’en 1907, sans toutefois attirer l’attention du public ou des intellectuels. Même quand, dans l’entre-deux-guerres, les intellectuels modernistes de la « génération des années 1930 » cherchèrent à réactualiser l’idéologie nationale en y intégrant certains aspects de la culture populaire, quelques retours occasionnels sur ce texte n’ont guère eu de suite. Ce fut sous l’effet de l’expérience des années 1940 que ce texte fut intégré dans la tradition littéraire du pays comme œuvre majeure et donna lieu à un « mythe de Makriyánnis ».

  • 8  Pour la construction du mythe de Makriyánnis d’un point de vue qui se concentre surtout su (...)

13Dans un texte publié en 1941, à l’occasion de l’épopée de l’armée grecque en Albanie et de sa défaite face à la Wehrmacht, Théotokas reconnaissait dans ce texte le visage de la patrie vaincue tout entière, il y découvrait le « génie » populaire dans son « état pur » ainsi que les traits de sa grandeur et de sa dignité, même dans la défaite. Vingt mois plus tard, à la fin de l’année 1943, ce fut au tour de Seféris, lors de deux conférences données pour les Grecs du Caire et d’Alexandrie, de faire l’éloge des Mémoires de Makriyánnis en les qualifiant d’« incarnations de l’âme populaire grecque ». Si Théotokas construisait à partir de ce texte l’unité de la « nation martyre », Seféris introduisait au contraire la division, en répercutant directement l’expérience de la résistance populaire qui avait entre-temps surgi et prévalu sur une grande partie des territoires nationaux. En reconnaissant dans l’œuvre de Makriyánnis l’idéal type d’un peuple « héroïque et insoumis » opposé à des « gouvernants petits, qui nagent dans la mesquinerie », sans doute le poète a-t-il fait réagir quelques-unes des « têtes coupées » du Moyen‑Orient, qui ont quitté la salle, mais il est certain qu’il forgeait en même temps, à partir de ce schéma, l’idée d’une « grécité » universelle, identifiée aux valeurs de la civilisation et de l’humanité et opposée à la barbarie de l’ennemi fasciste. Makriyánnis devenait ainsi un mythe national – plus précisément, un mythe de la « nation antifasciste ». La première apparition de Makriyánnis, sous l’Occupation, dans les gravures populaires aux côtés des poètes nationaux du siècle précédent, coïncida d’ailleurs avec la déclaration faite par le Conseil national de la Résistance de la « continuation » et de « l’achèvement » de la « lutte de 1821 »8.

  • 9  Martin Conway, 2002, “Democracy in Postwar Western Europe: The Triumph of a Political (...)
  • 10  Dans sa préface à l’édition française des Mémoires du général, Pierre Vidal-Naquet rapport (...)

14Si la création du mythe de Makriyánnis fut un produit de l’expérience révolutionnaire de l’unité antifasciste, acquise et imposée temporairement par le mouvement populaire de la Résistance, son cours ultérieur, une fois que cette unité fut effectivement brisée, montre comment se creuse la distance entre la réalité et sa représentation, la fiction de la nation « martyre » et « résistante » qu’on a vue surgir sur la scène des TSC. On a déjà constaté comment, une fois que l’expérience de la Résistance de masse fut exclue du récit officiel et le corps social de l’EAM banni de la vie politique, l’antifascisme est devenu une coquille vidée de son contenu, un « signifiant flottant ». De même, le mythe né de cette expérience devint vite un « lieu de mémoire » disputé, soumis aux conceptions antagonistes de la nation. L’intégration de Makriyánnis dans le panthéon officiel des « héros » de 1821 marqua un retour, ou mieux encore une réinvention d’une origine mythique au passé national. Cet élément, allié à leurs appels à un avenir radieux, et le développement d’un culte du renouveau furent pour les élites dirigeantes un moyen de détourner l’attention de l’opinion publique de leurs propres actions dans le passé récent9. Pour la gauche sortie de la matrice de l’EAM, ce mythe servit à replacer l’expérience des années 1940, jusque-là bannie, dans la continuité du passé national, et pour revendiquer, en affirmant la valeur patriotique de sa lutte, sa réinsertion dans la vie politique du pays. Ce même mythe resurgit d’ailleurs vingt-cinq ans plus tard à Paris, comme symbole à la fois du combat pour la réinsertion de la « Grèce résistante » dans l’Europe démocratique et des luttes de décolonisation qui atteignaient alors leur paroxysme10.

15En suivant le cours de ce mythe, on peut donc suivre la formation d’une mémoire divisée en deux mémoires nationales rivales, l’une comme l’autre passant pourtant sous silence la division politique, puisque toutes deux revendiquaient, pour leur compte, l’ensemble d’une nation censée être universellement résistante. C’est sur ce point que la transition grecque rejoint l’expérience des autres transitions européennes : l’instauration de l’oubli, d’un oubli explicite de la division, aux fondements mêmes de la république, de la nouvelle communauté politique. Les procès pénaux des collaborateurs et des criminels de guerre établirent les premiers cet oubli, en formulant la première expression publique et collective des multiples traumatismes de la guerre. Il s’agit donc d’un récit qui établissait à la fois l’amnésie de la division politique – la stasis – et l’extériorité du degré inouï de violence qui accompagna cette expérience.

16De ce point de vue, et avec le recul dont nous pouvons aujourd’hui disposer, peu importe, en dernière analyse, si les collaborateurs punis en Grèce furent comparativement plus ou moins nombreux que ceux punis dans les autres pays. La véritable différence repose sur ceci qu’en Grèce, à la différence des autres pays, l’aile armée de la collaboration fut réintégrée presque aussitôt pour faire face à la menace révolutionnaire : ainsi, le nombre des collaborateurs punis pendant les premiers mois de la Libération fut beaucoup plus limité, voire presque négligeable, par rapport à celui des autres pays européens. Mais, pour le reste, il est difficile de repérer d’autres différences qui justifieraient l’impression, dominante jusqu’ici, d’une épuration inefficace.

  • 11  À part les deux Premiers ministres qui sont morts en prison, la plupart des condamnés (...)
  • 12  Comme le Premier ministre K. Karamanlís, dans l’entourage du commandant militaire de (...)

17En Grèce, comme ailleurs, le nom consacré par la justice pour désigner le « collaborateur » de l’ennemi, dosilogos, demeura dans le langage courant comme élément indispensable du nouveau mythe national, propre désormais à stigmatiser le traître. Comme ailleurs, une partie des collaborateurs, la plus faible numériquement et socialement, fut condamnée à une sorte de mort civique. Cependant, les grâces octroyées au cas par cas apparurent très vite : cette réintégration discrète scellait déjà un « pacte du silence » et avec elle apparaissait une mémoire autocensurée. La plupart de ceux qui furent condamnés furent effectivement exclus de la vie civique : ce fut le sort des minorités expulsées qui ne purent jamais retrouver leur terre natale, mais aussi celui des deux Premiers ministres qui moururent en prison, ou encore celui de leurs ministres qui finirent leurs jours dans l’oubli, livrés au mépris général11. D’autres, les plus nombreux, munis souvent de certificats de participation à la Résistance, continuèrent leur carrière aux grades les plus élevés de l’administration publique ou sur les nouveaux fronts des guerres de décolonisation12.

18Somme toute, en Grèce comme ailleurs, l’épuration a à la fois permis de circonscrire les formes prises par la violence dans le passé et d’obscurcir sa persistance dans le présent. En ce sens, les six cartons du matériel judiciaire des TSC retrouvés dans le sous-sol de la cour d’appel d’Athènes révèlent ce qui demeura longtemps le « tiers exclu » des récits officiels ou historiques sur la période. Cela nous a permis d’apporter notre contribution, si modeste soit-elle, à la connaissance de cette période, et ce dans deux directions principales.

19Tout d’abord, la prise en compte de cette dimension refoulée élargit l’angle à travers lequel est examinée la réalité de l’époque ; cela nous permit de discerner les multiples nuances de gris entre le « noir » et le « blanc », entre la « collaboration » et la « Résistance », ainsi que d’apercevoir, dans la zone grise notamment, à quel point la frontière qui sépare ces deux extrêmes est parfois mince. Grâce à ce premier « état des lieux » des épurations judiciaires en Grèce, nous avons ainsi proposé une série d’hypothèses sur la composition sociale et les éthiques politiques des deux camps opposés, soumises à la confirmation, à la correction ou à la réfutation, d’une histoire sociale ou culturelle de la période qui reste à faire.

20Le tableau mouvant qui surgit derrière les limites fixes de l’histoire politique nous permit également de saisir le caractère purement conventionnel de ces limites, et d’obtenir ainsi une réponse à l’aporie qui a suscité et accompagné le déroulement de cette recherche : pourquoi deux générations de chercheurs, travaillant le plus souvent dans les universités les plus prestigieuses du monde occidental, rayèrent-elles le plus souvent cette épuration de leurs thématiques en la considérant, le plus souvent en passant, comme un échec patent ?

  • 13  Voir François Hartog, 2005, Anciens, modernes, sauvages, Paris : Galaade, p. 152‑1 (...)
  • 14  Alain Badiou, 1995, « Qu’est-ce qu’un thermidorien ? », in Catherine Kintzler, Hadi Rizk, (...)
  • 15   Sotírios Gotzamánis, ministre de l’Économie sous l’Occupation et candidat aux éle (...)

21L’oubli du passé qu’elle installa au sein de la communauté nationale fait de la reconstruction judiciaire grecque un cas typique des mythes fondateurs construits à l’est comme à l’ouest du continent ; son absence dans le débat scientifique international s’explique par l’avenir que celle-ci garantit au pays : son intégration dans le camp occidental en tant que république libérale. La poursuite du conflit civil après la Libération fait de la Grèce un cas unique des transitions libérales, à la fois exemplaire et exceptionnel. Exemplaire, car, en tant que mécanisme investi de la mission de circonscrire les limites et de changer les noms des deux camps qui ne cessèrent de s’affronter entre 1943 et 1949, la justice grecque a pu faire rejouer l’antique topos rhétorique de l’altérité de l’« Europe polémique », la Grèce frontière de l’Occident13, et l’adapter habilement aux nouvelles divisions. Exceptionnel, car, si le pays fut un des premiers champs d’application du duel « Monde libre contre Communisme », il ne fut pas un terrain convenable pour prouver la supériorité des républiques libérales face aux « tyrannies totalitaires ». Comme l’on a vu, la justice grecque fut une justice thermidorienne : elle annonçait la fin de la révolution et le triomphe des valeurs libérales, tout en instituant une « terreur sans vertu14 ». La brutalité de la guerre civile se mua en un régime répressif qui dura trois décennies ; quelques-uns des ministres mêmes de la collaboration, condamnés en 1945‑1946, purent même revenir à la vie publique du pays15. Le fait que la justice, qui avait déclaré à plusieurs reprises la fin de la guerre et l’oubli de la division, n’ait finalement fait que prolonger le conflit des deux camps, ne rendait que trop frappant le contraste entre la réalité et sa représentation.

  • 16  Fréderic Gros, 2006, États de violence, essai sur la fin de la guerre, Paris : Gal (...)
  • 17  François Hartog, 2003, Régimes d’historicité, p. 215‑216. Voir Zygmunt Bauman, 1994, Alone (...)

22Or ce caractère exceptionnel n’existait que pour autant qu’il y eut continuation de la guerre civile sous forme légale, celle-ci étendant l’ombre des divisions des années 1940 au-delà de la fin du conflit. Les historiens restèrent prisonniers de l’horizon idéologique de la guerre froide jusqu’à ce que sa fin permît l’historicisation des mythes construits en 1945. Examinée aujourd’hui, la transition judiciaire grecque acquiert au contraire une valeur d’exemple des processus qui furent chargés de réparer la continuité du temps du progrès occidental. Afin de ménager le fort potentiel utopique engendré par les mouvements de la Résistance, ces rites de passage modernes semblent avoir organisé une expérience du temps historique qui est toujours la nôtre. Celle d’une fin de guerre, mais aussi celle de la fin de la guerre « comme temporalité fortement scandée, comme concentration géographique de la violence armée, comme conflit armé, publique et juste16 ». Celle d’un futur qui hante le présent comme menace plutôt que comme espérance. Et celle d’une attente qui habite ce présent, ou mieux du souvenir ou du simulacre de cette attente, dont la réalisation ne cesse d’être reportée toujours plus loin dans l’avenir17.

Notes

1  Carlo Levi, 2005, «Al di là dell’antifascismo», La Nazione del Popolo, 4 décembre 1944, in Carlo Levi, La strana idea di battersi per la libertà, Dai giornali della liberazione (1944‑1946), Naples : Spartaco, p. 83‑84.

2  Hannah Arendt, 1989, la Crise de la culture , Paris : Gallimard, p. 19.

3  Voir La distinction entre expérience « individuelle » et expérience socialement organisée et partagée de Roger Abrahams, 1986, “Ordinary and Extraordinary Experience”, in Victor Turner, Edward Bruner (ed.), The Anthropology of Experience, Urbana/Chicago : University of Illinois Press, p. 33‑44.

4 Conseil de l’Europe, Collected edition of the “travaux préparatoires” of the European Convention on Human Rights, Martinus Nijhoff, La Haye/Dordrecht, 1975‑1985, vol. III, Comité d’experts 2 février – 10 mars 1950, pp. 193‑203, 265‑266.

5  Patrice Rolland, 1999, « Article 7 » in Louis-Edmond Pettiti, Emmanuel Decaux, Pierre-Henri Imbert (dir.), la Convention européenne des droits de l’homme : commentaire article par article, Paris : Economica, p. 293, sur l’alinéa 2, spéc. p. 299‑301. Pour la jurisprudence relative, voir Conseil de l’Europe, Annuaire de la Convention européenne des droits de l’Homme, Martinus Nijhoff, La Haye/Dordrecht, à partir de 1959 : vol. III, requêtes nos 214/1956 et 218/1957, p. 215‑255 et 240‑241, vol. IV, requête no 1028/1961, p. 325‑341.

6  Giorgio Agamben, 2003, l’État d’exception, Homo Sacer, p. 146‑148.

7  Martin Conway, 2002, “Democracy in Postwar Western Europe: The Triumph of a Political Model”, European History Quarterly, 32, p. 59‑84, spéc. p. 63‑64, ainsi que, à propos des années 1940 en Grèce, du même auteur, 2004, “The Greek Civil War: Greek Exceptionalism or Miror of the European Civil War?” in Philip Carabott, Thanassis Sfikas, 2004, The Greek Civil War: Essays on a Conflict of Exceptionalism and Silences , Aldershot: Ashgate, p. 17‑40.

8  Pour la construction du mythe de Makriyánnis d’un point de vue qui se concentre surtout sur la dimension littéraire de l’affaire, voir Giórgos Giannoulópoulos, 2003, Διαβάζοντας το Μακρυγιάννη, Η κατασκευή ενός μύθου [En lisant Makriyánnis, la fabrication d’un mythe], Athènes : Polis. Le texte de Seféris « Un Grec, Macriyánnis » est disponible en français in Georges Seféris, 1987, Essais, Paris : Mercure de France, p. 88‑115, traduction et commentaires de Denis Kohler. Voir Georges Seféris, 1975, Μέρες [Jours], p. 289‑290 et le texte de Georges Théotokas, 1941, «Ο στρατηγός Μακρυγιάννης» [Le général Makriyánnis], Nea Estia, 352, 1er octobre, vol. 30, 1941, p. 714‑723. Pour Makriyánnis dans les gravures populaires de l’époque, voir Roger Milliex, 1946, À l’école du peuple grec, Millau : Éd. du Beffroi, p. 162.

9  Martin Conway, 2002, “Democracy in Postwar Western Europe: The Triumph of a Political Model”, European History Quarterly, 32, p. 63.

10  Dans sa préface à l’édition française des Mémoires du général, Pierre Vidal-Naquet rapporte sa réception du mythe de Makriyánnis ainsi que son utilisation lors des manifestations pour le 150e anniversaire de la « révolution grecque » à Paris en 1971 : Général Yannis Makriyánnis, 1986, Mémoires, Paris : Albin Michel, p. 4‑10.

11  À part les deux Premiers ministres qui sont morts en prison, la plupart des condamnés pour collaboration n’apparurent plus dans la vie publique du pays – surtout les membres des gouvernements ; à titre d’exemple le ministre H. Tsironíkos, qui mourut en 1963 dans une maison de retraite, ou l’ancien Premier ministre K. Logothetópoulos, qui resta en prison jusqu’en 1951 mais ne reprit jamais son siège universitaire et mourut loin de la vie publique en 1961.

12  Comme le Premier ministre K. Karamanlís, dans l’entourage du commandant militaire de Thessalonique Merten sous l’Occupation ; le procureur K. Kóllias qui continua sa carrière dans la magistrature et devint lui aussi Premier ministre du premier cabinet de la dictature des colonels en 1967, ou G. Grivas, chef de l’organisation « X », qui fut le chef de l’organisation des groupes paramilitaires de la droite à Chypre.

13  Voir François Hartog, 2005, Anciens, modernes, sauvages, Paris : Galaade, p. 152‑153.

14  Alain Badiou, 1995, « Qu’est-ce qu’un thermidorien ? », in Catherine Kintzler, Hadi Rizk, la République et la Terreur, Paris : Kimé, p. 53‑64.

15   Sotírios Gotzamánis, ministre de l’Économie sous l’Occupation et candidat aux élections municipales de 1954. Un deuxième exemple de « retour » dans la vie publique fut celui de N. Louvaris, qui revint en Grèce, et qui, libéré en 1950, fut réhabilité à son poste de professeur de théologie et qui fut même admis à l’Académie en 1960, un an avant sa mort.

16  Fréderic Gros, 2006, États de violence, essai sur la fin de la guerre, Paris : Gallimard, p. 218‑242.

17  François Hartog, 2003, Régimes d’historicité, p. 215‑216. Voir Zygmunt Bauman, 1994, Alone Again: Ethics after Certainty, Londres : Demos, p. 37.

Acheter