Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Annexes

Annexe 1 : les portraits des Chahamirian

Texte intégral

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir annexe 7) sont signalés par un astérisque (...)

1Les portraits de Chahamir*1, de Yéghiazar* et de Hakob* ont été photographiés en leur état actuel de conservation (2016) au Musée d’histoire d’Erevan sous les références ՀՊԹ 1735/1-3. Voir les illustrations 7, 8, 9 du chap. 3.

  • 2 Nouvelle brochure alphabétique : convenant à plusieurs niveaux et notablement enrichie pour servir (...)
  • 3 Jules Dumont D'Urville (dir.), 1839, Voyage pittoresque autour du monde, Paris : Furme, t. I (p. 13 (...)

2Le curieux couvre-chef est déjà porté par Petrus Voskan, dans un portrait réalisé à Madras en 1737 (conservé au musée de la Cathédrale Saint-Sauveur- de-tous à la Nouvelle-Djoulfa) ; l’imprimeur et mécène Aghavaliants le porte encore sur le frontispice de la Nouvelle brochure alphabétique (1809)2, puis Dumont D’Urville3, lors de son passage à Calcutta, signale le « bonnet pointu » comme caractéristique de l’habit des marchands arméniens en Inde.

3Le portrait de Chahamir peut témoigner d’un voyage à Londres en 1790, la date est crédible (Chahamir aurait eu 67 ans sur ce portrait), mais ne prouve pas absolument le lieu car le portrait de Yéghiazar est exactement de même facture sans avoir pu être réalisé en même temps, le jeune homme étant décédé en 1787.

4Le portrait de Hakob, lui, est d’une facture différente et ne porte aucune indication.

  • 4 Mesrovb J. Seth, 1937 (b), History of the Armenians in India, from the Earliest Times to the Presen (...)

5Si des doutes subsistent sur la date et le lieu d'exécution des portraits, tout, en revanche, laisse penser qu’ils sont bien les portraits de Chahamir et de ses fils. Tout d’abord, les portraits de Chahamir et de Yéghiazar sont identifiés par leur nom et l’emblème du métier des Chahamirian (ciseaux, mètre, balance avec ses poids, encrier et plume) tel qu’on le trouve aussi sur les sépultures de la famille, à Madras (et à Malacca pour Hakob). Le portrait de Chahamir est encore signalé à Madras à la fin du xixe siècle par Seth4 (qui donne une description de l’emblème) et encore au début du xxe comme le montre le document daté du 16 février 1928 (voir ci-dessous) qui indique que les portraits de Chahamir et de Hakob sont envoyés de Madras au Musée d’histoire à Erevan, ce musée ne possédant pas d’autre portrait de ces personnages.

Illustration 1 : Extrait de l’état des lieux de l’église arménienne de Madras, 1928

Illustration 1 : Extrait de l’état des lieux de l’église arménienne de Madras, 1928

L’état des lieux est dressé par l’archevêque Mesrop, prélat des Arméniens d’Iran et d’Inde : « Dans la cour de l’église, au-dessus de la tombe de l’illustre Soultan Chamir est suspendu le portrait du défunt. Dans la chambre du clerc se trouvent les portraits de Hakob Chahmir (que j’ai pris dans le but de l’envoyer ensuite au musée d’Arménie), d’un évêque […] ». 26 février 1928, Madras.
Le document fait apparaître que l’église, qui n’a plus guère de fidèles, est à l’abandon (livres et archives sont rongés par les vers, etc.) : dans ces conditions, le transfert des portraits fut un sauvetage.

© Archives d’État d’Arménie. Référence : 409, 1, 4622

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première apparition en début de chapitre.

2 Nouvelle brochure alphabétique : convenant à plusieurs niveaux et notablement enrichie pour servir à l’instruction des enfants de notre nation [Նոր տետրակ այբուբենական], 1809, Madras : Imprimerie Sarguis Tzatour Aghavaliants. http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armbook/books/nor_tetrak_aybubenakan_index.html [consulté le 12 avril 2017]

3 Jules Dumont D'Urville (dir.), 1839, Voyage pittoresque autour du monde, Paris : Furme, t. I (p. 131).

4 Mesrovb J. Seth, 1937 (b), History of the Armenians in India, from the Earliest Times to the Present Day, Calcutta, 1e éd., 1895 (p. 147).

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Extrait de l’état des lieux de l’église arménienne de Madras, 1928
Légende L’état des lieux est dressé par l’archevêque Mesrop, prélat des Arméniens d’Iran et d’Inde : « Dans la cour de l’église, au-dessus de la tombe de l’illustre Soultan Chamir est suspendu le portrait du défunt. Dans la chambre du clerc se trouvent les portraits de Hakob Chahmir (que j’ai pris dans le but de l’envoyer ensuite au musée d’Arménie), d’un évêque […] ». 26 février 1928, Madras.Le document fait apparaître que l’église, qui n’a plus guère de fidèles, est à l’abandon (livres et archives sont rongés par les vers, etc.) : dans ces conditions, le transfert des portraits fut un sauvetage.
Crédits © Archives d’État d’Arménie. Référence : 409, 1, 4622
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/13472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k