Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, une version française

Chapitre IX. Le Piège de l’orgueil : une version française

Chapter IX. A French Version of the Trap of Glory

« Որոգայթ Փառաց » ի տարբերակ մը ֆրանսերէն լեզուով

Résumé

Les principales subdivisions du Piège de l’orgueil consistent en un préambule et deux parties.
Le préambule (six pages dans l’édition princeps) présente la thèse majeure, la nécessité de prévenir les abus par les lois, et appelle de ses vœux un bon gouvernement pour l’Arménie. La première partie (97 pages dans l’édition princeps) est théorique et vise à établir la thèse. Les fondements sont recherchés dans plusieurs registres comme la Bible, l’histoire et l’actualité. L’autorité du texte biblique et la philosophie qui en découle permettent de penser l’égalité et la liberté des hommes. L’histoire atteste de périodes lointaines de souveraineté des Arméniens, montrant ainsi que leur asservissement n’est pas une fatalité comme ils le croient et offre des exemples de républiques viables, comme la République romaine. L’actualité offre des exemples de luttes victorieuses pour la liberté. Les possibles objections sont discutées et réfutées.
La seconde partie (521 articles) est une simulation de système législatif complet, depuis l’organisation politique de la société jusqu’au droit privé et même aux codes informels (tacites). Tous les aspects de la vie sont à encadrer car les dérives vers les abus peuvent se produire dans tous les domaines (Église, relations employeurs-employés, commerce, famille…).

The Trap of Glory is mainly divided in a foreword and two parts.
The foreword (6 pages in the first edition) presents the main thesis: the need of laws to prevent any abuse of power, and call for a good governance for Armenia.
The first part (97 pages in the first edition) is theoretical and supports the ideas. The grounds are found in many fields as the Bible, history and current events. The authority of the Bible and the ensuing philosophy provide the bases to equality and political freedom. History shows that Armenians have known sovereignty in the past (so their subjugation is not fatal as they believed it) and examples of viable Republics (like the Roman Republic). The current events provide examples of victorious fights for liberty. The possible objections are discussed and refuted.
The second part (521 articles) is a modelisation of a complete legislative system, from the political organisation of the society to the private law and even unwritten code of conduct. All aspects of life must be regulated because abuses can happen in all areas (Church, labour relationships, trade, family…).

Texte intégral

Principes de transcription

1Tout système de transcription et de translittération de l’arménien en français pose, d’une façon générale, d’épineux problèmes.

2Tout d’abord, plusieurs phonèmes, auxquels correspond un caractère spécifique en arménien, n’existent pas en français : on ne peut rendre les 38 caractères de l’arménien dans les 26 que compte la langue française, même en les combinant, ainsi du ռ et du ր (deux sortes de « r » roulés).

3De plus, deux prononciations « normales » sont possibles en arménien moderne : la manière « orientale » (celle des locuteurs des régions à l’est des foyers de peuplement arménien, globalement, le Caucase et l’Iran) et l’« occidentale » (celle des locuteurs de l’Ouest, globalement, l’ancien Empire ottoman, puis, en raison de la dispersion, celle de la diaspora). Cette difficulté peut toutefois être surmontée en considérant que les auteurs du Piège étant des locuteurs de la zone orientale, il est plus fidèle de se conformer à la manière orientale.

4Ensuite, l’usage, en français a déjà consacré certaines formes et orthographes (Erevan, Etchmiadzine, Djoulfa, Moïse de Khorène, etc.).

5Enfin, les réformes de l’orthographe en Arménie soviétique affectent la translittération, notamment des noms propres et des titres d’ouvrages contenus dans la bibliographie. Ils seront ici donnés sur la base de leur orthographe réformée. D’une façon générale, le nom de chaque auteur sera reproduit selon la forme qu’il adopte lui-même en caractères latins et, à défaut, selon la transcription utilisée ici.

6Toutes ces raisons font que, selon les sources, le même nom se trouve orthographié de différentes manières : Ardzrouni, Ardzruni, Artsruni, Arcruni, etc.

7Le système de translittération mis au point par Hübschmann, Meillet et Benveniste (HMB) peut être considéré comme scientifique ; à chaque caractère arménien correspond un caractère conventionnel, la question de la prononciation est donc évitée ; il est, à quelques détails près, internationalement admis par les linguistes. Cependant, malgré ses avantages, il laisse plusieurs difficultés en suspens. Les caractères utilisés ne sont parfois pas moins opaques pour le néophyte que les caractères arméniens eux-mêmes : čʽ pour չ. De plus, comme ce système n’est pas utilisé par tous, il n’assurerait pas plus l’uniformité que n’importe quelle autre convention et l’on pourrait trouver par exemple Vahē dans le texte et Vahê dans une note reproduisant une citation régie par une autre règle. Enfin, conçu pour la langue ancienne, il ne comporte pas les caractères օ et ֆ ajoutés au xixe siècle.

8En définitive, dans un double souci de simplicité et de rigueur, les noms arméniens seront ici en général transcrits selon la prononciation du français, et ce sur la base de la norme orientale, sauf pour les mots déjà entrés dans l’usage sous une autre forme.

9Convention adoptée pour la présente étude avec, entre parenthèses, le rappel de la translittération HMB :

 

Ա ա a (a)
Բ բ b (b)
Գ գ g (dur), gu (g)
Դ դ d (d)
Ե ե yé, é, e (e) yé en début de mot, é ou e à l’intérieur.
Զ զ z (z)
Է է é, e (ē)
Ը ը- (ə)
Թ թ th (tʽ)
Ժ ժ j (ž)
Ի ի i (i)
Լ լ l (l)
Խ խ kh (x)
Ծ ծ tz (c)
Կ կ k (k)
Հ հ h (h)
Ձ ձ dz (j)
Ղ ղ gh (ł)
Ճ ճ dch (č)
Մ մ m (m)
Յ յ h, y (y) h en début de mot, y à l’intérieur, élision à la fin.
Ն ն n (n)
Շ շ ch (š)
Ո ո vo, o (o) vo en début de mot, o à l’intérieur.
Չ չ tch (č‛)
Պ պ p (p)
Ջ ջ dj (ǰ)
Ռ ռ r (ṙ)
Ս ս s, ss (s) En fonction de la règle permettant de rendre le son s en français.
Վ վ v (v)
Տ տ t (t)
Ր ր r (r)
Ց ց ts (cʽ)
Ւ ւ v (w)
Փ փ p (pʽ)
Ք ք k (kʽ) եա : ia
Օ օ o (ō) իւ : iou
Ֆ ֆ f (f) ու : ou, u

Livre intitulé le « Piège de l’orgueil » destiné à rendre tout acte illégal impossible

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 2 « Catholicos de toute l’Arménie » (ou « de tous les Arméniens ») est le titre porté par le primat (...)
  • 3 Ville où le roi Vagharch Ier (qui règne de 116 ou 117 à 144) établit sa résidence, l’une des capit (...)
  • 4 Irakli II, souverain géorgien (1721‑1798), règne de 1744 à 1798, d’abord sur la Kakhétie puis sur (...)
  • 5 L’ère arménienne débute en 551 apr. J.‑C. L’an 1 correspond donc à l’an 552 apr. J.‑C. Sur les rai (...)
  • 6 Cette orthographe est l’une des multiples variantes de ce nom.

10Composé par Hakob Chahamiriants*1, de la Nouvelle-Djoulfa,
Dans l’intérêt de la nation arménienne,
Durant le patriarcat de Sa Sainteté Siméon,
Catholicos de toute l’Arménie2, à Vagharchapat3,
Et sous le règne de l’auguste Seigneur Héraklios II*4, à Tiflis,
En l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ
Et en l’an 1222 de l’ ère arménienne5,
Dans la métropole indienne de Madras,
À l’Imprimerie du susdit Hakob Chahamiriants6.

  • 7 Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la (...)
  • 8 Le mot utilisé ici (charatrogh, littéralement « celui qui compose, qui aligne ») pourrait se compr (...)
  • 9 Piège, p. [17], [83], [84] et [337].
  • 10 d, th, tz (14e lettre de l’alphabet), h (16e lettre), dz, h (21e lettre), v (30e lettre), t, ts (3 (...)

11[2]7 Toutes les fautes contenues dans ce livre m’incombent, en tant qu’auteur8, et tu devras parfois, lecteur, reconnaître un mot à sa prononciation. Elles sont dues à mon inexpérience dans l’art d’écrire9 ; je ne sais, en effet, distinguer entre certains caractères comme դ, թ, ծ, հ, ձ, յ, վ, տ, ց, ւ10. Si tu trouves l’un en lieu et place de l’autre, tu devras le remplacer en ton esprit par celui qui convient.

Préambule à l’adresse de l’honorable lecteur

  • 11 Voir l’annexe 8 pour un index des anthroponymes.
  • 12 Ps., CXIX, 122 : « Sois caution de ton serviteur pour le bien, que des arrogants ne m’oppriment pa (...)
  • 13 Ps., CXL, 6 : « Des orgueilleux ont caché pour moi un filet, pour rets ils m’ont tendu des cordes, (...)

12[3] Comme le prophète David11, chantre de Dieu, qui déclare avec éloquence : « Reçois ton serviteur dans le bien, afin que les orgueilleux ne me tourmentent point12 », je m’adresse à Dieu et aux pieux lecteurs, espérant qu’ils viendront en aide au pieux chasseur que je suis en maintenant fortement serrées les cordes des rets13 empêchant les auteurs d’infractions de me tourmenter et de s’offusquer de leur immobilisation.

  • 14 Poghos Khatchatryan, in Hakob Chahamiryan, 2002, p. 251, n. 2, signale une source possible dans un (...)
  • 15 La théorie des quatre humeurs (la bile, le flegme, le sang, l’atrabile), héritée de la médecine gr (...)
  • 16 On peut rapprocher cette image du Commentaire de Grégoire de Narek (Pétrossian, 2010, p. 375) ou d (...)

13Animé d’un amour sans réserve pour mon peuple et le pays d’Arménie, je leur offre humblement ce livre, semblable à une pomme écarlate de bel aspect, parfumée et sucrée14, au goût de toutes les personnes pieuses et de saine constitution que compte la nation arménienne. Facilement tolérée par ceux que la nature a dotés d’une constitution robuste et d’une saine complexion, elle empêche de se laisser aller à des actions déréglées causées par une bile enflammée, un sang bouillonnant, une imagination délirante ou un flegme apathique15. Son action purifiante procure la santé à l’âme et au corps16. Elle bride l’action pour donner la vie éternelle. Elle n’est pas le fruit de volontés et de pensées personnelles issues de mon propre jardin, mais se cueille sur l’arbre de la justice et de l’équité que de pieux rois de pays chrétiens, gouvernant selon l’intérêt général et la justice, [4] cultivent depuis longtemps dans leur verger.

  • 17 I Pierre, II, 3 c : « Si vous avez goûté que le Seigneur est bon. » Ce verset est chanté dans la l (...)
  • 18 Mat., V, 37 : « Que votre parole soit oui, oui ; non, non ; le surplus vient du Mauvais » ; Jacq., (...)
  • 19 Comme le souligne Robert W. Thomson (1992, “A Medieval Armenian View of the Physical World : the C (...)
  • 20 Ancêtre éponyme et légendaire d’Arménie. Voir Moïse de Khorène, 1993, I, 1020, p. 120‑126 et passi (...)
  • 21 Héros légendaire, descendant de Hayk. Moïse de Khorène, 1993, I, 45, p. 111 ou encore I, 12, p. 12 (...)
  • 22 Roi d’Arménie lors de sa plus grande expansion, de 94 à 54 av. J.‑C., ibid., I, 2231, p. 140‑151.
  • 23 Roi d’Édesse de l’an 4 av. J.‑C. à 42 apr. J.‑C., ibid., II, 2633, p. 181‑190. Voir également Pièg (...)
  • 24 Frère de Tigran et père d’Abgar, ibid., II, 24‑25, p. 179‑181.

14Goûtez-la donc et voyez si elle est sucrée et bienfaisante17. Agréez ce très beau présent et habituez-vous à écouter, voir et goûter avant d’affirmer avec certitude car, en vous engageant, sachez que vous devrez tenir. Que votre oui soit oui et votre non, non, ainsi que l’a dit le Seigneur18. Et si, en notre époque de péché et de malheur, en raison du faible niveau d’instruction de notre peuple, mon beau présent vous paraît laid et mes paroles trop graves, j’en appelle à notre patriarche aimé de Dieu, Noé et à ses fils, particulièrement à mon ancêtre Japhet19, à Hayk20 et à ses descendants Aram21 et Tigran22 ainsi qu’au premier qui eut foi en notre Sauveur, Abgar23 fils d’Archam24, ainsi qu’à tous les autres maîtres du pays d’Ararat. Puissent-ils intercéder pour le salut de votre âme ! Puisse notre Seigneur et Créateur tourner votre cœur capricieux vers de sages aspirations et le rendre réceptif au droit et à la justice !

  • 25 Peut-être Mal., III, 8 a : « Un homme doit-il frauder Dieu ? »

15Nul ne pouvant tromper Dieu ni les saints25, je ne peux rien assurer concernant notre capacité à bien agir à l’avenir, ni prier dès maintenant le Seigneur pour en obtenir une rétribution. Toutefois, la raison me permet d’affirmer que pour des êtres tels que nous, au caractère perpétuellement changeant, un piège imparable est nécessaire, un piège fait de droit et de justice, qui arrêtera ceux d’entre nous qui, pour une raison ou une autre, voudraient commettre une infraction et faire le mal. [5] Ils en seront fermement empêchés par une immobilisation complète et la main du malfaiteur ne pourra pas même esquisser une mauvaise action. Tant qu’il n’aura pas payé pour son acte et ne sera pas guéri de ses défaillances, il ne pourra recouvrer la liberté. La perspective de l’emprisonnement servira d’exemple et nous dissuadera de faillir à l’avenir. Voilà pourquoi je suis convaincu que ce moyen matériel peut nous conserver en état de tenir nos engagements. J’ai tout lieu d’espérer qu’avec l’aide de notre Créateur, nous puissions nous engager à ne jamais faillir aux lois définissant ce qu’est, pour nous, la justice et qu’ainsi, ma conviction ne sera jamais démentie.

16Je prie tous les saints de croire à notre sincère intention de conduire notre vie selon les lois et la justice et d’être nos intercesseurs dévoués auprès du Seigneur Dieu qui pardonnera les péchés des princes et du peuple, ceux de nos ancêtres et les nôtres. Priez pour qu’il répande sa grâce et sa sainte sagesse sur l’esprit de la nation arménienne, pour que nous parvenions à demeurer rigoureusement fidèles au droit et à la justice établis par nos lois ! Adorons sans réserve son Très Saint Nom ! Gouvernons convenablement notre nation et notre pays pour que cessent aux oreilles de notre Créateur les cris des victimes de l’injustice, des hommes spoliés, réduits à la captivité et à la misère. Puissent, au contraire, de notre pays et de notre nation, s’élever vers le trône de notre Créateur le doux parfum de l’encens, les chants des actions de grâces et les louanges à la gloire de nos saints intercesseurs ! Paix à notre pays ! Puisse notre vie spirituelle et temporelle être vertueuse, ici et dans l’au-delà ! Amen.

  • 26 Cette orthographe est l’une des multiples variantes de ce nom.

17[6] Fait à Madras, le 15 août de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur
Jésus-Christ,
Par votre humble serviteur,
Hakob, fils de Chahamir* Chahamiriants26

Première partie27

  • 27 La mention « première partie » ne se trouve pas dans l’édition princeps, mais apparaît dans les ma (...)
  • 28 Construite en 1639 par les Britanniques sur un site déjà habité, Madras passe sous contrôle frança (...)

18[7] Moi, signataire de ce livre, petit parmi la nation arménienne et votre humble serviteur, j’assure devant Dieu et les hommes n’avoir aucune ambition personnelle : je ne désire ni pouvoir, ni richesse, ni gloire. J’éprouve au contraire un attachement sans réserve à mon peuple et à notre pays, mais les circonstances de la vie m’ont jeté en terre étrangère, sous le gouvernement de gentilshommes chrétiens étrangers28.

  • 29 L’auteur rejette, à partir d’ici, le pessimisme de la « Lamentation » de Moïse de Khorène pour ins (...)
  • 30 Nom du mont Ararat dans les plus anciennes sources arméniennes, situé dans la région d’Ayrarat (Aï (...)

19Je connais, par l’observation et les lectures, les mérites respectifs de nombreux pays et de diverses nations et leur ai comparé mon pays, ses hommes, son climat et sa végétation : j’ai trouvé que le pays le plus riche, le plus agréable et le plus favorisé en ce monde était celui d’Ararat29. On peut dire que, grâce au Seigneur, ce pays surpasse tous les autres et que son majestueux mont Massis30 dépasse toute autre montagne. On comprend pourquoi, si le jardin [8] d’Éden fut la première demeure de notre ancêtre Adam, le pays d’Ararat fut la demeure de notre second Père, Noé.

  • 31 Ces intertitres ne figurent pas dans le texte de l’édition originale, ils sont toutefois de l’aute (...)
  • 32 Région proche du mont Ararat et dont le nom signifie littéralement « première demeure ». La famill (...)

20(Les faits merveilleux qui se produisirent dans le pays d’Arménie)31
Ce n’est donc pas sans raison qu’il plut au Seigneur et Créateur de faire descendre le seul homme juste et estimable, notre ancêtre Noé, sur le mont Massis plutôt que sur toute autre montagne majestueuse et de bénir la province du Nakhitchevan32 et le pays d’Ararat.

  • 33 Montagne ou chaîne de montagnes entre le sud-ouest du lac de Van et le Tigre, c’est-à-dire les mon (...)
  • 34 Cette expression signifie littéralement : « Vallée d’Arménie » ou « Vallée des Arméniens ». Moïse (...)
  • 35 Le nom de cette localité signifie littéralement « Tombeau ». Ce toponyme, d’après Moïse de Khorène (...)
  • 36 Héros légendaire assyrien, adversaire de Hayk : « Bêl, avec la puissance arrogante et monstrueuse (...)

21Ce n’est pas sans raison que le premier acte de bravoure contre l’arrogante tyrannie fut l’œuvre de notre grand ancêtre, le puissant Hayk aux cheveux bouclés, qui, dans une province de notre pays appelée Touroubéran, au pied du mont Sim33, au Hayots Dzor34, en un lieu nommé par la suite Guérézman35, fit plier le fier Bél36, lui fit perdre sa superbe, rabattit son insupportable orgueil et le terrassa.

  • 37 « Et eux [trois émissaires d’Abgar], sur le retour, montèrent à Jérusalem pour voir notre Sauveur (...)

22Ce n’est pas sans raison qu’Abgar, fils d’Archam, roi d’Arménie et du pays d’Ararat, sans même avoir entendu les sermons des prêtres ni les prédictions des prophètes, sans avoir été témoin des miracles ni avoir vu le Christ, put croire à l’incarnation du Verbe en Jésus le Nazaréen, fils du Dieu vivant37.

  • 38 Ibid., II, 91, p. 245 : « Saint Grigor, comme chacun le sait, était du pays parthe, du canton de P (...)
  • 39 Prince parthe de Perse (iiie siècle) et père de Grégoire l’Illuminateur.
  • 40 Père de Tiridate IV, Moïse De Khorène, 1993, II, 65, p. 218‑219.
  • 41 Référence aux supplices infligés à Grigor par le roi Tiridate : Agathange, 1867, chapitres IIIV.
  • 42 Tiridate IV règne de 298 à 330 et fait du christianisme la religion de l’État, à une date traditio (...)
  • 43 Vers le golfe Persique, lui-même relié à l’océan Indien.

23Ce n’est pas sans raison qu’un incroyable miracle eut précisément lieu dans le pays d’Ararat : le père de saint Grigor Pahlavouni38, Anak39, était si attaché à ce monde que, sur la promesse d’un menu cadeau d’Artachir, roi des Perses, il trahit son parent [9] Khosrov40, roi d’Arménie, et le tua, ce qui lui permit de trouver grâce aux yeux du roi des Perses ; son valeureux fils, au contraire, méprisa toutes les gloires terrestres et emprunta la voie du jardin parfumé de l’humilité. Grigor subit des tourments tels que lui seul en supporta sur cette terre41. Il survécut à ses blessures et à quinze années de mauvais traitements et reçut enfin la grâce du Seigneur : Tiridate42, roi d’Arménie, se convertit au christianisme avec les princes issus des familles nobles et une foule innombrable, et fut baptisé dans l’Euphrate, qui coule de l’Ararat vers l’océan43.

  • 44 Le dernier État arménien en date est le royaume de Cilicie, dont la chute se produit en 1375. H. C (...)
  • 45 Le chapitre VIII de l’Exhortation présente une estimation des sommes versées par les populations a (...)

24Ce n’est pas le moindre sujet d’étonnement que, depuis quatre cents ans environ, c’est-à-dire depuis la disparition de la royauté44, la nation arménienne tombée sous une domination illégitime réduisant nos enfants à la captivité, pillant nos richesses et nos biens, nous accablant de lourds impôts45 et nous réduisant au dernier degré de la misère ait pu, malgré tout, supporter ces événements contre nature et garder intacte sa foi en Dieu. Cette nation digne de louanges professe tous les dogmes de la sainte Église enseignés par le Christ, notre Sauveur. Et, comme notre sainte Église d’Arménie a, jusqu’aujourd’hui, fait éclore des bourgeons dans le pays d’Ararat, j’espère que le Seigneur nous protégera éternellement avec le même parfait amour et la même foi.

  • 46 Deut., XIX, 15 : « Un seul témoin ne pourra se dresser contre un homme pour quelque faute ou péché (...)
  • 47 Ces cinq témoignages sont évoqués dans les cinq alinéas précédents.
  • 48 Ps., CXXVII, 1 a : « Si Yahvé ne bâtit la maison, en vain qui bâtit peine. »

25Selon les usages de toute notre nation et le témoignage des Saintes Écritures auxquelles nous croyons, toute parole doit être attestée par deux ou trois témoins46. Ainsi, je présente aux [10] honorables lecteurs les cinq témoignages éminents et incontestables mentionnés ci-dessus et qui peuvent formellement vous assurer de la grâce, de l’amour et de la miséricorde de notre Créateur tout-puissant à l’égard du pays d’Ararat47. Aucun de ces témoignages ne s’était jamais produit en ce monde ; grâce à eux, chacun peut se convaincre que le pays d’Ararat et ses habitants, qui adorent la très sainte Trinité et le Dieu unique, bénéficient tout spécialement, eux-mêmes et leurs descendants, d’un protecteur, sauveur et consolateur et que, selon la parole du Seigneur, dans la maison qu’il bâtit lui-même, la peine des bâtisseurs n’est pas vaine48.

  • 49 L’exposé qui va suivre reprend et résume le chapitre V de l’Exhortation (H. Chahamiryan, 1991, p.  (...)
  • 50 Il faut supposer qu’il s’agit de Sem, fils aîné de Noé et non de Seth, troisième fils d’Adam (Gen. (...)
  • 51 Moïse de Khorène, 1993, I, 5, p. 111 : « Japhet engendre Gomer ; Gomer engendre T‛iras ; T‛iras en (...)
  • 52 Héros légendaire et également éponyme des Arméniens. Voir Piège, p. [13].

26(La dynastie issue de Hayk)49
Je vais maintenant m’attacher à vous montrer la dignité et la bonté de la nation arménienne. Tout d’abord, la branche de l’humanité honorable entre toutes est issue de Japhet, car ce benjamin des patriarches Seth50 et Cham était jeune et honorable. Eût-il été l’aîné, il n’en eût pas pour autant été moins honorable puisqu’il engendra Thorgom51, Hayk, Tigran, Armen52, etc.

  • 53 Jean, VI, 37 b. c : « Et celui qui vient vers moi, je ne le jetterai pas dehors. »

27(L’hospitalité arménienne)
Je le dis en guise d’hommage : dès son origine, cette nation conciliante eut des coutumes d’hospitalité très solidement établies et cela m’amène à croire que, dans le monde, cette grâce aussi ne fut accordée par notre Seigneur Créateur qu’aux Arméniens, afin que le monde connaisse précisément leur adoption. Ainsi parle le Seigneur : « Je ne chasse point celui qui vient à moi.53 »

  • 54 Appelé également Vahéos un peu plus loin. Moïse de Khorène ne donne que la forme Vahé : « Vahê, fi (...)

28Cet honorable jeune homme, Japhet – fils de Noé et notre ancêtre –, et ses descendants régnèrent sur le pays d’Ararat [11], leur domaine et propriété, ainsi que sur le peuple arménien, pendant plus de deux mille ans, jusqu’au règne de Vahés54, fils de Vahan. Mais Vahés se conduisit selon l’habitude propre à tous les hommes de n’en faire qu’à sa tête, selon sa volonté et son bon plaisir et perdit la souveraineté. Peut-être vous réjouissez-vous en votre for intérieur de cette disparition. Libre à vous ! Toutefois, voici comment la chose se produisit : Vahéos résista à Alexandre de Macédoine et fut tué par lui. Ainsi prit fin le règne de la dynastie de Hayk et d’Aram, descendants de Japhet, règne d’environ deux mille ans.

  • 55 Ibid., I, 8, p. 117 : « On dit qu’Archak le Grand, roi de Perse et des Parthes, lui-même de race p (...)
  • 56 Artachés III régna de 18 à 35. L’auteur pense plus vraisemblablement à Artachés IV, dernier souver (...)

29(La dynastie issue d’Archak)
Vint ensuite Vagharchak Pahlavouni, frère d’Archak55, promettant de nous gouverner avec une bienveillance paternelle. La nature et la bonté des Arméniens, leur hospitalité naturelle dont j’ai déjà parlé, les conduisirent à accueillir volontiers Vagharchak, dont la dynastie régna environ cinq cents ans sur la maison d’Arménie, jusqu’au règne d’Artachés III56.

  • 57 Ou Arsacides, dynastie issue d’Archak. Plusieurs rois perses, parthes et arméniens ont porté ce no (...)
  • 58 Le roi Achot II, dit Achot Yerkat (de fer), 914‑929.
  • 59 Ou Bagratide. Le roi Smbat Ier règne de 891 à 914. Les Bagratides se considéraient comme des desce (...)
  • 60 Gagik (Gaguik) II Bagratouni règne de 1042 à 1045.
  • 61 Irakli II est issu de la branche géorgienne des Bagratides, famille princière qui restaura déjà le (...)

30(La dynastie issue de Bagrat)
Ensuite, la dynastie arménienne des Archakouni57 s’éteignit et Achot58, fils de Smbat Bagratouni59, s’établit chez nous. Les Arméniens accueillirent Achot Bagratouni avec la même hospitalité et sa dynastie régna sur l’Arménie environ trois cent cinquante ans, jusqu’au règne de Gagik II60. C’est avec lui que s’éteignit la dynastie arménienne des Bagratouni61 de la maison d’Ararat, dynastie qui ne nous est pas inconnue aujourd’hui comme nous sont inconnus les descendants de Japhet ou de Vagharchak, puisque actuellement, sur la maison de Géorgie, règne un héritier de la maison des Bagratouni. Dieu le protège !

  • 62 Rouben Ier règne de 1073 à 1095 sur la Cilicie naissante.
  • 63 Les invasions des Turcs seldjoukides et la chute d’Ani contraignant les populations arméniennes à (...)
  • 64 En 1375, Léon V de Lusignan, appelé également Léon VI d’Arménie ou de Cilicie, perd le trône et es (...)
  • 65 Un passage comparable figure également dans une lettre de Ch. Chahamirian à Ghoukas de Karin, Raph (...)

31(La dynastie issue de Rouben Bagratouni)
Ensuite, le courageux [12] prince Rouben62, de cette même dynastie bagratide qui dirigea notre pays, accéda au pouvoir. Lui-même et ses descendants régnèrent sur la maison d’Arménie, en Cilicie63, environ deux cent vingt ans, jusqu’au règne de Léon VI. Après cela, en 138164, la monarchie s’éteignit en Arménie jusqu’aujourd’hui65.

32(Notre ancêtre Hayk descend de Japhet)
Sachez aussi que Hayk, le premier roi du pays d’Ararat, descend de notre ancêtre Japhet. Hayk est fils de Thorgom, fils de Tiras, fils de Gomer, fils de Japhet, fils de Noé qui, le premier, descendit de l’arche dans le pays d’Ararat.

  • 66 Ce sont des familles princières. Les références bibliographiques suivantes ne sont pas exhaustives (...)

33(Le nombre de rois d’Arménie)
Du premier au dernier roi, Léon VI, y compris les satrapes, on compte environ cent vingt-quatre personnes issues des dynasties respectives de Hayk, Vagharchak, Bagrat, Rouben et des gouverneurs de différentes nations étrangères. Dans cet intervalle apparurent également dans notre pays de nombreux princes d’Arménie loyaux et victorieux, de remarquables personnages comme les Gnouni, les Artsrouni, les Mamikonian, les Orbélian66 et beaucoup d’autres dont vous parle l’honnête chroniqueur Moïse de Khorène. Tous s’engagèrent avec empressement dans le gouvernement de l’Arménie, autant que leur sagesse et leurs possibilités le leur permettaient. Ainsi, aujourd’hui, nous pouvons reconnaître le mérite de beaucoup d’entre eux, qui servirent l’Arménie par leurs actions bénéfiques. En revanche, beaucoup d’autres princes s’affaiblirent, faute de réflexion ; ils furent renversés et causèrent des dommages sans nombre au pays d’Arménie.

  • 67 « Les discours des sages se discernent d’avec les discours des fols en ce que ceux-là tendent à la (...)
  • 68 Ce thème récurrent apparaît également dans le Piège, p. [13], [53], [75], [76], [81], [337]. Il es (...)
  • 69 C’est-à-dire « Arméniens » en langue arménienne. La lettre finale du nom de l’ancêtre mythique dif (...)
  • 70 Arméniank. Moïse de Khorène, 1993, I, 12, n. 12 p. 332 : « Le nom Armina et l’adjectif dérivé Armi (...)

34(Comment il convient de juger les princes d’Arménie)
[13] Mais aujourd’hui, nous avons besoin d’amour et de paix et nous ne devons céder ni aux inclinations primaires, ni à l’autorité des princes, mais seulement à la volonté de celui chez qui on reconnaît une nature humaine juste. Suivons donc l’usage répandu dans le monde entier et chez tous les sages qui veulent exhorter des adversaires à la paix67 : ne jugeons pas les actions, bonnes ou mauvaises, de nos rois et princes de nos ancêtres. Que nul ne les loue pour leurs bons services et leurs efforts en faveur du pays et du peuple d’Arménie, que nul ne les blâme pour leurs défauts et leur paresse coupable68, car tous ont agi selon leurs capacités personnelles, sans se dérober à leur tâche. Tout ce qui est arrivé appartient au passé et tel était notre lot sous le soleil. Ainsi, le droit et la justice nous engagent à être encore fiers de porter le nom de l’honorable Hayk, notre ancêtre, nom qui est à l’origine du nôtre et par lequel il nous fit connaître puisque c’est sous ce nom que le monde connut d’abord la nation arménienne et que nous nous dénommons Hayk‛69, tandis que nous, ses descendants, sommes appelés « Arméniens70 » par les autres nations.

35Nous tenons également en grande estime Vagharchak Archakouni, Achot Bagratouni, les Roubéniens et leur descendance pour avoir préservé la nation arménienne en défendant l’honneur de notre ancêtre Hayk et en régnant sur la maison d’Ararat environ trois mille ans.

36(Aucun prince ne revendiqua le trône de notre pays)
Mais, puisque depuis quatre cents ans, aucun descendant de ces princes ne se manifesta pour prétendre à la maison d’Ararat et au trône d’Arménie, celui-ci, resté vacant, passa sous domination étrangère et l’est encore de nos jours.

37(La nation arménienne doit exercer la souveraineté collectivement)
Il serait donc souhaitable [14] qu’aujourd’hui, la nation arménienne réfléchisse sérieusement aux événements du passé et considère le préjudice immense survenu au pays et au peuple d’Arménie à cause d’une monarchie et d’un pouvoir despotiques et d’actions arbitraires. S’il arriva que des hommes bons exercent la monarchie, cela ne servit qu’à nous maintenir dans la servitude à leur égard et les mêmes, par moments – comme l’homme est naturellement inconstant –, nous tourmentèrent cruellement.

  • 71 Le terme « étranger » (այլազգի) signifie littéralement « d’une autre nation » mais, à certaines ép (...)
  • 72 Ps., XLIV, 14 : « Tu fais de nous un opprobre pour nos voisins et une raillerie pour ceux qui nous (...)
  • 73 Cette phrase est une péricope biblique, déjà rappelée, avec une variante, dans l’Exhortation (H. C (...)

38(Les dommages causés par le pouvoir tyrannique)
Lorsque, au contraire, la monarchie fut aux mains d’hommes mauvais et stupides, ils nous privèrent du privilège et du bonheur d’être libres. À cause de ce péché, nous dûmes subir leur oppression ; pire, ils firent de nous les captifs de nations étrangères71, un objet d’opprobre pour les hommes et de mépris pour ceux qui nous virent72 et, puisque aujourd’hui nous n’avons plus aucun roi issu de notre nation, nous ne devons plus souhaiter ni accepter que s’installe un nouveau roi, prince, général ou quiconque exercerait un pouvoir despotique car, en ce monde, hormis notre Sauveur le Christ, il ne naît aucun homme qui ne commette des péchés73.

39(Il ne doit y avoir aucun prince tyrannique dans la nation arménienne)
Ainsi, il serait souhaitable, pour nous et notre pays, que la nation arménienne, dans sa totalité et avec ses caractéristiques propres, règne librement sur sa propre maison en mettant fin aux soupçons, à l’envie et à la cupidité. Qu’il n’y ait ni grands ni petits ! Que tous, au jour de leur naissance, reçoivent en partage le privilège de la royauté et demeurent souverains de leur propre pays, chaque jour de leur vie et pour l’éternité !

  • 74 Ces quelques lignes sont reprises aux pages [47]-[48]. La question est la même, mais la réponse di (...)
  • 75 Ces phrases ressemblent beaucoup à un passage du Bélisaire de Marmontel : « Je lui disais qu’il ét (...)
  • 76 Comme le souligne Thomson (2000, chap. XXI, p. 141), ce postulat n’est pas textuellement dans la G (...)
  • 77 Gen., I, 28 b : « Fructifiez et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la ; dominez sur (...)
  • 78 Gen., II, 17 : « Mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal tu n’en mangeras pas ; car l (...)

40(Chacun reçut du Seigneur la royauté)
[15] Je sais bien que le lecteur va s’effrayer de mes paroles et se demander comment une nation entière pourrait être souveraine sur un territoire74. Mais voici la question que je pose à ceux qui pensent ainsi : comment donc un seul homme peut-il régner sur une nation entière et sur un peuple libre ? A-t-il plus de forces qu’un homme ordinaire75 ? Si nous avons la volonté d’être et de demeurer libres tels que Dieu nous créa à l’origine76, nul ne nous gouvernera selon sa volonté et son bon plaisir mais en rétribuant nos actes selon leur valeur et conformément aux lois, pour que chacun, sans s’irriter, reçoive la récompense ou la sanction conforme à la valeur de ses actes. À l’origine, au temps de notre ancêtre Adam, notre Seigneur et Créateur nous fit la grâce d’une telle royauté : notre Créateur tout-puissant soumit toutes les créatures vivant à la surface de la terre à l’homme77, à l’homme doué de raison. Lui seul régnait sur notre espèce, et ce conformément à une loi, celle de manger les fruits de tous les arbres, sauf de celui du mal. Cette loi seule était notre souverain. La raison précise pour laquelle notre espèce perdit la liberté attachée à son pouvoir suprême et est devenue sujette à la mort78 n’est autre qu’un acte de transgression de notre part. Ainsi, pour avoir enfreint la loi divine et avoir été inconstants, nous fûmes dispersés et tombâmes, en ce monde, dans un état de servitude. Si donc nous devons subir la mort et descendre sous la terre dont nous sommes issus, c’est à cause de nos péchés. Telle est la rétribution de nos fautes dans l’au-delà, pour l’éternité des éternités.

  • 79 Pr., IX, 1 : « La Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes », mais, antérieuremen (...)
  • 80 « Il n’y a d’absolu que le pouvoir des lois », Marmontel, 1769, p. 65.
  • 81 Voir Piège, p. [2], [83], [84] et [337]. Si la première partie de l’ouvrage est l’œuvre de Hakob, (...)
  • 82 Voir Piège, p. [12].
  • 83 Voir Piège, p. [29], [49], [50], [91], [104], art. 519 et p. [337].

41(Comment il est possible que chacun reçoive la souveraineté)
Je vais maintenant vous exposer les éléments de la souveraineté commune. [16] Si vous voulez être libres, vous gouverner vous-mêmes équitablement dans votre propre pays, disposer librement de vos biens, être respectés pour votre probité, essuyer la boue de l’iniquité et purifier votre conscience, vous devez vous construire des maisons de sagesse et, conformément à la parole de Salomon79, édifier pour vous-mêmes les colonnes que seront les membres du Conseil, choisir de bonnes lois en fonction de la volonté et de l’assentiment d’un peuple où doit régner la plus stricte égalité en utilisant les capacités rationnelles de votre âme et en vous y soumettant constamment ; car personne ne doit vous dominer, sinon vos lois80. Vos lois régiront et dirigeront vos actions de sorte que nul ne trouve le moyen de les transgresser et que le contrevenant ne se plaigne pas de son châtiment, car il aura lui-même volontairement provoqué et accepté la condamnation de son acte. Il aura lui-même, en tant que souverain, librement déterminé les lois et les aura autorisées à régner sur lui. En s’obligeant à se soumettre à ses lois, il aura par avance accepté la rétribution de ses actes : récompense ou sanction, conformément à ses lois. Habituellement, qui veut présenter une nouveauté, en particulier au simple peuple, doit procéder de deux manières : l’une consiste à la rendre sensible aux hommes simples, de façon imagée ; l’autre, à donner aux hommes avertis des explications directes et exactes. C’est ainsi que je commençai moi-même, dans ce livre, par vous exposer à travers des images, mais aussi de façon directe, non des conceptions sorties de mon esprit ou des nouveautés extraordinaires conçues d’après mes désirs, mais ce que je vis de mes propres yeux au cours de ma vie chez différentes nations [17] concernant les bonnes méthodes de gouvernement pour résoudre facilement toutes les difficultés : le moyen de préserver la liberté tout en tendant un piège imparable pour contraindre les plus mauvais sujets à de bonnes actions. C’est ce moyen que je présente à mon pieux peuple assujetti. Toutefois, je vous l’avoue avec tristesse, je n’eus pas la chance d’être instruit dans les lettres81, ni le temps de lire la véritable histoire d’Arménie, mais ce que j’en entendis dire à travers l’histoire des autres nations, et tout ce dont l’excellent Moïse de Khorène82 nous laissa le souvenir touche mon cœur, comme celui de tout patriote. Et, devant la grandeur de mon peuple, la fertilité de notre pays qui, tel un jardin, regorge de toutes sortes de bienfaits et d’avantages, peuplé d’hommes de bonne constitution, fermes dans leur foi et attachés à leur pays, il me sembla bon de rédiger cet opuscule pour donner un exemple de ce que je vis au cours de ma vie, un exemple de souveraineté d’hommes libres se gouvernant avec bonheur en ce monde. Je n’ai pas l’audace de croire que, pour satisfaire ma volonté, tout un chacun admette mes paroles – à Dieu ne plaise ! – mais que ce livre soit au moins une lueur pour qui verra, un signe pour qui est perspicace, un simple petit exemple amenant mon peuple à se souvenir du chemin de la liberté, de la solution à l’insoluble, de la possibilité de l’impossible83, etc., et, qu’en s’y fiant, il trouve un chemin facile vers la liberté. Je ne doute pas qu’il se trouve dans mon peuple quelque homme habile et sage qui, tendant par la pensée vers le chemin de la liberté, ne soit capable de rédiger un projet mille fois supérieur à celui-ci.

  • 84 Luc, XII, 47 : « Cet esclave qui, connaissant la volonté de son seigneur, n’aura rien préparé ou f (...)
  • 85 Actes, IX, 15 b : « Va car cet homme [Paul] m’est un instrument de choix pour porter mon Nom devan (...)
  • 86 La notion de droit naturel peut être dérivée des Évangiles (par exemple, Rom., II, 1415 a : « Lors (...)
  • 87 Voir Piège, p. [9].
  • 88 Gen., II, 7 : « Yahvé Dieu façonna l’homme, poussière tirée du sol, il insuffla sans ses narines u (...)

42[18] Je ne demande qu’une chose au lecteur : lire tout d’abord ce livre trois fois dans son intégralité. Ensuite, si le sort le fit naître et grandir dans la partie du monde subissant la domination des nations barbares, je le prie de trouver une personne ayant voyagé ou vécu sous un gouvernement chrétien et libre, de l’interroger sur chaque terme de ce livre à propos duquel il aurait une hésitation et, avec son aide, de trouver l’explication précise et l’intérêt de chacun de mes paragraphes. J’espère que le Seigneur fera de cet exemple un moyen de réveiller les sages, de les faire sortir de l’indifférence et de les exhorter à créer, en des termes dignes de leur sagesse, d’excellents véhicules capables de parcourir le chemin des lois justes, conformes à notre nature raisonnable, semblables à un serviteur instruit des volontés de son maître84, c’est-à-dire des lois qui le dirigent afin qu’il suive toujours son chemin facilement. J’espère qu’ainsi, mon peuple tout entier deviendra et demeurera libre, roi, prince et maître de ses biens et qu’unanimement et sans réserve, nous glorifierons notre Dieu créateur, aujourd’hui et pour l’éternité. L’instrument de choix85, le saint apôtre Paul, nous indique en quoi consistent la justice et le droit naturels lorsqu’il affirme que tout homme dispose du témoignage des Saintes Écritures86 et, selon Notre Seigneur et Sauveur, toute parole s’établit grâce à deux ou trois témoins87. Tout d’abord, lecteurs, comme tous ceux qui croient au Seigneur par l’Ancien et le Nouveau Testament, vous croyez [19] à la Création par notre Seigneur tout-puissant. À ce propos, Moïse, le plus grand des prophètes, écrivit que le Créateur, notre Dieu unique, incréé et immortel, forma le corps de l’homme à partir de la terre, mais lui insuffla une âme rationnelle, par laquelle nous nous animâmes88.

  • 89 Gen., I, 26‑28 : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il do (...)

43(Le roi Adam)
Notre Seigneur accorda la direction suprême à notre ancêtre Adam afin qu’il règne sur tous les êtres vivants de la terre dénués de raison89. Il dota son âme de la force et de la raison pour qu’il dirige avec sagesse les êtres qui lui furent soumis. Il laissa également en nous un signe éminent en fixant de bonnes lois, c’est-à-dire ordonna à Adam d’observer ses commandements et fit en sorte qu’aucune créature ne puisse commander à l’être humain, excepté Dieu incréé et créateur. Aucune autre obligation ne fut faite à l’être humain si ce n’est se soumettre à son Créateur et observer son commandement.

  • 90 Gen., I, 22 b : « Fructifiez et multipliez-vous, remplissez les eaux dans les mers, et que les ois (...)

44(Le commandement du Seigneur adressé à l’homme)
Et ce commandement lui-même se présente comme une grâce du Créateur et Seigneur tout-puissant car il ne consiste pas en une exigence sévère, démesurée ou pénible, mais se résume à ne pas manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui dégrade notre vie jusqu’à la mort car, comme le dit notre Créateur : « Si tu le manges, tu mourras. » Comme lui seul est notre Dieu créateur, nul autre que lui ne peut commander notre esprit et notre corps. Nous n’avons à nous incliner devant aucun autre être que lui et toutes les puissances célestes et terrestres, de même, ne doivent se soumettre qu’à lui. En même temps que cette loi, il accorda sa bénédiction à notre ancêtre Adam et à toutes les créatures terrestres : « Croissez, multipliez et remplissez la terre90. » [20] Mais il n’est pas nécessaire de vous citer des paroles bibliques car je n’ai pas l’intention de vous faire un sermon et vous n’êtes pas obligés d’écouter un prêche de ma part.

  • 91 Voir Piège, p. [15].
  • 92 Ps., CIII, 10 : « Il n’agit pas avec nous selon nos péchés et ne nous rend pas selon nos fautes. »

45(Notre transgression causa la perte de notre souveraineté)
Cependant, nous sommes convaincus que si l’être humain n’avait pas péché en transgressant le commandement du Seigneur, notre ancêtre Adam n’eût pas été déchu de l’honneur suprême et chassé du jardin des délices, le Seigneur n’eût pas ordonné le Déluge et anéanti les hommes de la surface de la terre et nul n’eût péri. Le premier décret du Seigneur envers l’être humain fut : « Si tu transgresses l’unique commandement en mangeant le fruit de la connaissance du bien et du mal, tu périras91. » Telles furent l’unique raison et la légitimité de la sentence qui précipita notre espèce de la grandeur dans l’indignité, de la puissance dans la soumission, de l’immortalité dans une vie limitée, en attendant de recevoir la rétribution de notre audace dans l’au-delà, par le Jugement dernier. Cela suffira aux lecteurs de bonne foi pour garder clairement à l’esprit la nécessité d’observer les commandements et que tel est le moyen de recevoir tout le bonheur possible sur terre puisque le Seigneur créa l’homme raisonnable et glorieux, uniquement soumis à son Créateur, Dieu tout-puissant. Nous aurions tort de nous plaindre de la colère de Dieu contre l’espèce humaine car, s’il nous chassa du paradis, [21] si, pour nous punir, il provoqua le Déluge et supprima notre espèce, c’est parce que nous n’observâmes pas son commandement. Mais, grâce à Dieu, comme l’écrit le saint prophète David, le Seigneur, en nous punissant, ne nous traita pas selon nos péchés et ne nous rendit pas selon nos fautes92. Ce qui nous arriva résulte d’un jugement équitable. Si notre Seigneur et Créateur nous aimait ne fût-ce qu’autant que nous aimons nous-mêmes nos enfants, il nous aurait soumis à un jugement bien plus sévère.

  • 93 Ps., IL, 13‑21 : « L’homme dans son éclat ne comprend pas, il est semblable au bétail qui périt. »

46(La méchanceté du fils insolent)
Si un père laissait à son fils un héritage d’une centaine de talents d’argent en en retranchant une obole, lui recommandant de ne pas y toucher ; si ce fils était prodigue au point, non seulement de ne pas se contenter des cent talents, mais encore d’oser penser à transgresser l’ordre de son père pour obtenir cette obole ; si, pour cette maudite obole, il foulait aux pieds l’ordre de son père et se souillait par cette arrogance ; on pourrait comprendre, lecteur, la colère du père devant l’insolence de son fils. Ce père pourrait bien, par tendresse, vouloir lui pardonner, cependant, ni ce père lorsqu’il réfléchit, ni le bon droit, ni aucun être humain sur cette terre ne pourraient s’empêcher de dire que ce fils a mauvais fond et nul ne lui accordera confiance ou emploi jusqu’à la fin de sa vie. C’est dire que celui qui transgresse le commandement qu’il s’était engagé de son plein gré à respecter n’a en lui nulle bonté. À ce propos, le prophète David dit : « L’homme jouit de tous les honneurs mais ne le comprend pas, [22] il se ravale au rang des bêtes dénuées de parole et leur ressemble93. » En vérité, il en est bien ainsi : qui conduit sa vie de façon déréglée et sans tenir compte des commandements se condamne lui-même et renonce à la dignité de la raison ; il se range parmi les êtres dénués de raison et leur ressemble.

  • 94 Ps., CIII, 13‑14 : « Comme un père fait miséricorde à ses fils, Yahvé fait miséricorde à ceux qui (...)

47(Notre Créateur nous laissa le temps de nous repentir)
De plus, notre Créateur, Dieu omniscient et souverain, en pardonnant notre péché d’orgueil avec impartialité et équité, nous laissa le temps de nous repentir. Il savait, en effet, pour nous avoir créés lui-même, que nous sommes faits de terre94. Il savait bien que notre espèce n’avait pas essayé de résister ni de s’opposer au commandement de notre Seigneur et Créateur mais qu’elle avait été victime d’une erreur et que, sans cela, elle aurait peut-être accédé à un plus grand bonheur, but vers lequel tendent continuellement les êtres humains. Mais la faute produisit exactement l’effet contraire et causa la perte de cette gloire qui lui était initialement destinée. Et ce désir est, semble-t-il, toujours présent dans notre espèce qui, en tout temps et à toute heure, aspire à s’élever en toutes choses. Comme la vague qui s’élève et descend, notre espèce, en ce monde, s’élève de l’enfance à la jeunesse puis descend vers la vieillesse et reste finalement fidèle à elle-même, semblable aujourd’hui à ce qu’elle était hier et telle qu’elle sera jusqu’au terme fixé par Dieu, notre Seigneur et Créateur.

  • 95 « Le prophète », sans plus de précision, désigne David.
  • 96 Ps., XC, 10 ab : « Le temps de nos années est de soixante-dix ans, de quatre-vingts pour les plus (...)
  • 97 Mat., VI, 20 : « Amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni mite ni ver n’anéantissent, et où le (...)
  • 98 Luc, XVI, 10 : « Qui est fidèle en très peu est fidèle aussi en beaucoup, et qui est malhonnête en (...)
  • 99 Luc, XVI, 8 : « Et le seigneur loua le gérant malhonnête d’avoir agi de façon prudente. Car les fi (...)
  • 100 Qo., I, 2.

48(Les variations de notre être)
Il ne naît en ce monde aucun homme fiable et ferme sur une affaire, une idée ou un sujet donnés. Le lecteur peut facilement se souvenir ne fût-ce que du cours de sa propre vie sur terre pour se rendre compte des grandes différences qui s’observent dans son être de l’enfance à [23] l’adolescence, à la jeunesse et à la vieillesse. Nul ne peut nier que ce qui nous paraît aujourd’hui bon, agréable, avantageux et réjouissant, pourra être demain regardé comme mauvais, repoussant, dangereux et suspect. Ce n’est pas vers les bonnes ou mauvaises caractéristiques de l’objet lui-même que tend notre pensée ; celle-ci procède plutôt des éléments constitutifs de notre être qui apparaissent, selon les moments et pour des raisons diverses, dans notre complexion : la nourriture, la richesse, les circonstances, la réussite ou l’adversité ou encore, selon certains, la fortune. Tout cela est inscrit dans notre être, mais à cet être intempérant et inconstant est jointe aussi, très distinctement, une âme rationnelle reçue par l’insufflation de notre Seigneur et Créateur. Comment elle est et d’où elle provient, sur le modèle de qui, comment elle nous habite et ce qu’elle deviendra après, je laisse ces sujets sur lesquels vous pouvez lire les livres légués par nos saints. Mais, selon le prophète95, la durée de notre vie sur cette terre n’est que de soixante-dix ans96 et nos présentes observations montrent la grande instabilité de notre être. Nul ne peut donc savoir ce qu’il sera demain et selon quels principes il parviendra à conduire sa vie au profit de son âme et de son corps. Le Seigneur s’adressa aux hommes en ces termes : « Amassez dans le ciel des trésors pour vous, là où le voleur ne peut s’approcher, ni la mite trouver asile97. » [24] Mais, par ailleurs, dans la parabole des talents, il dit aussi : qui est fidèle dans les petites choses peut aussi l’être dans les grandes98, comme les fils du monde sont plus avisés que les fils de la lumière99. Cette parole se rapporte à l’homme inventif : l’intendant. De son côté, l’Ecclésiaste, écrivit : « Vanité des vanités, tout est vanité100. » Alors, les règles sont-elles vaines, ou bien précieuses et nécessaires ? Lecteur, à toi d’en décider.

49(La dignité de l’âme rationnelle)
Il est souhaitable, pour un être humain, de comprendre à quel point il lui est nécessaire de respecter à tout prix l’éminence de nos capacités spirituelles, transmises par l’insufflation de notre Seigneur et Créateur pour nous permettre de conduire notre vie en hommes raisonnables et dignes de respect, c’est-à-dire aussi éloignés du tempérament passionné et juvénile, et des principes inconstants que du tempérament chancelant de la vieillesse, devenu en quelque sorte paresseux, mais avec la nature d’un être dans sa pleine maturité, en possession de toutes les capacités rationnelles de l’âme, en homme véritable. Nous devons décider de notre conduite, de principes et de lois pour toute la durée de notre vie et soumettre à ces lois immuables tous les changements à venir afin que, si la complexion de notre nature laisse réapparaître de temps en temps notre penchant à agir comme un animal dénué de raison, les chaînes et les liens de nos lois nous entravent et nous retiennent. Qu’il soit jugé selon la loi pour que nous tous restions bien fidèles à nos principes, dans les limites des lois choisies dans notre maturité. En procédant ainsi, le juge deviendra plus juste, le coupable acceptera son châtiment pour l’acte commis de sa main, le bien et le mal seront clairement établis et chaque être humain connaîtra ses devoirs et se soumettra de bon gré à ses lois. [25] Que la voie du droit et de la justice ait la même rectitude que celle empruntée par une voiture dont le cocher sait demeurer ferme, sans laisser place aux doutes, etc.

  • 101 Référence à la bipolarité dans laquelle était prise l’Arménie antique et ancienne (Empires byzanti (...)
  • 102 « L’aristocratie arménienne a quasiment disparu avec les royaumes médiévaux, décimée dans les comb (...)
  • 103 Voir également p. [41][42], l’image des chevaux et des chiens. Ce discours est récurrent, en dehor (...)
  • 104 Gal., VI, 10 ab : « Ainsi donc tant que nous en avons le temps, pratiquons le bien envers tous. »

50(L’assujettissement de la nation arménienne)
Soyez lucides, mes amis. La nation arménienne se trouve aujourd’hui dans sa presque totalité sous une domination étrangère. Aucun de nous ne peut ni ne doit chercher à se prévaloir d’une quelconque supériorité par rapport à un frère, à un voisin ou au peuple en général. Il n’y a plus, parmi nous, de souverain régnant en despote devant s’inquiéter de renoncer à sa souveraineté et de subir le joug de la loi et qui, pour cette raison, s’allierait avec les Grecs ou les Perses101, portant ainsi atteinte à notre pays comme cela s’est si souvent produit dans le passé. Il n’y a plus de nobles parmi nous et si, par hasard, il en restait un, il est inconnu. Il n’y a plus de princes dotés de leurs titres de noblesse, ni de propriétaires terriens héritant de leurs biens102. Nous sommes tous sans distinction devenus les métayers de nations étrangères103, soumis, dans notre propre pays à un dur labeur, comme des bêtes dénuées de raison. Voilà pourquoi une nouvelle organisation et de nouvelles règles instituées pour le bien de la société ne léseront personne et ne causeront aucun préjudice. Il ne se trouvera, dans ces lois, pas la moindre disposition contre la vie et la dignité de quiconque, mais seulement des avantages et la liberté religieuse, conformément à l’injonction du Seigneur lorsqu’il dit : « Tant qu’il en est encore temps, accomplissez de bonnes actions104. » Même si nous trouvons pitoyable notre bonheur des temps passés à l’époque de Hayk, Tigran, Armen et de nos autres protecteurs aux mœurs autoritaires, époque où nous négligions d’entraver nos tendances instables, nous devons cependant rendre grâce [26] au Seigneur et exprimer notre satisfaction pour la conduite de ces anciens chefs, car leur despotisme, leur orgueil et leur autoritarisme impératif nous préservèrent de nombreux dangers. Ils reposent aujourd’hui dans la tombe.

  • 105 Neveu du roi Archak II, tué sur l’ordre de celui-ci. Moïse De Khorène, 1993, III, 23, p. 268 : « I (...)
  • 106 Mouchegh, fils de Vassak Mamikonian, s’est illustré lors d’une guerre contre les Perses au ive siè (...)
  • 107 Référence possible à Actes, XX, 29 : « Moi je sais qu’après mon départ entreront des loups redouta (...)

51(Les méfaits du pouvoir tyrannique)
Quant aux hommes impies et injustes qui exercèrent leur pouvoir sur l’Arménie avec arrogance et fatuité, en spoliant, volant et opprimant, ils eurent, leur vie durant, une conduite tout à fait brutale. Ils se perdirent, mais perdirent aussi notre dignité, livrèrent nos descendants à la servitude et notre pays aux nations étrangères. Peut-on se taire devant le sang injustement versé du pieux Gnel105, du reconnaissant Mouchegh106 et devant tant d’autres meurtres ? Tant d’injustices furent commises chez nous que la terre est souillée du sang des justes et des innocents et que les portes du ciel sont fatiguées des plaintes des suppliants, du sang innocent des malheureux et des victimes d’injustices. La colère du Seigneur s’éleva contre nous et il retira à notre pays sa sollicitude. Ce pays fut abandonné, le pouvoir absolu s’abattit sur lui et le voua à la perte, les princes disparurent et il ne reste aujourd’hui que des agneaux innocents dans la gueule avide des loups107. Mais nous, les agneaux restants, les pieux descendants, espérons reprendre, grâce au Seigneur et selon la loi définie, la place de nos ancêtres tombés.

  • 108 Isaïe, XI, 5 : « La justice sera la ceinture de ses reins, et la sincérité, la ceinture de ses fla (...)
  • 109 I Pierre, v, 5 ab : « Pareillement, jeunes, soumettez-vous aux anciens. Sanglez-vous d’humilité le (...)
  • 110 Mat., VII, 24 : « Quiconque donc entend ces paroles que je dis et les met en pratique ressemblera (...)
  • 111 Voir Piège, p. [17], [49], [50], [91], [104], art. 510 et p. [337].

52Alors, je te demande, lecteur ; dis-moi, ami, si tu veux à nouveau subir une domination si cruelle, dont le bénéfice n’atteint que la cheville, mais la nuisance la tête. Allons, il ne faut pas, comme des insensés, tenter encore et toujours les mêmeschoses, déjà vues et déjà essayées, maisefforçons-nous d’alléger [27] notre conscience des actes de nos princes ; laissons-leur la responsabilité de leurs actes impies et arbitraires devant le tribunal du juge terrible, dans la vie éternelle. Libérons le peuple de l’assujettissement à des hommes injustes et de l’arbitraire d’un barbare despotique et autoritaire en qui nous reconnaissons notre propre nature, qui passe continuellement de la joie à la tristesse, de l’emportement à la compassion, du désir au dédain, etc. Ne remettons pas notre bride aux mains d’un despote qui comprimera notre menton selon son bon vouloir et son bon plaisir. Prenez donc courage et attachez la ceinture de la sagesse à votre taille108, en affermissant votre esprit, maintenez-vous sur le roc de la résolution et sous la nécessité de la loi pour qu’aucun d’entre nous ne s’érige en prince tyrannique, maître de notre pays, mais qu’au contraire tous ensemble, à égalité avec le simple peuple, vous soyez princes, maîtres et possesseurs de votre pays, uniquement soumis aux lois que vous vous serez choisies et qui vous auront paru satisfaisantes, correspondant à votre nature et apportant, en tous points, tous les bienfaits à la société. Mais, si je continue à parler des temps anciens et des méfaits du pouvoir tyrannique, il me faudra faire de nombreuses recherches dans les écrits historiques ; mes propos sonneront à vos oreilles comme des nouvelles périmées et vous considérerez leur auteur comme une vieille femme naïve. Je n’ai donc pas l’intention de vous relater les faits du passé, ni d’échauffer vos cœurs en excitant la pitié ou la vengeance vis-à-vis de nos prédécesseurs, bons ou mauvais. [28] Mais comme lorsque des malades se plaignent de leurs souffrances et que le moindre médecin parvient à faire disparaître leur mal grâce à des traitements et remèdes, j’espère moi aussi que ma plainte sera entendue par ceux qui peuvent nous guérir. Ne va pas croire, lecteur, que je pense être le seul, dans mon peuple malade, à pouvoir trouver un remède. Loin de moi cette pensée ! Vous m’êtes témoins : je suis convaincu, soyez-en sûrs, que notre peuple ne manque pas de médecins sages, honnêtes, attachés à leur peuple et au pays d’Arménie d’un amour illimité et capables de trouver le remède à notre maladie. Pourtant, à ma connaissance et pour de multiples raisons, nul n’a encore pris la parole pour indiquer à notre nation le remède à notre mal ; tous prennent plutôt un air triste et ménagent leur noble cœur : jusqu’aujourd’hui, ils s’en tinrent là. Moi-même, je me conduisis parfois de la sorte, hésitant, pour diverses raisons, à m’exprimer publiquement, par honte vis-à-vis des aînés109 ou par crainte des tyrans et, jusqu’aujourd’hui, je restai silencieux face à la colère du peuple ; mais je sais que la durée de notre existence n’excède pas soixante-dix ans et, tout au long de ma vie, j’acquis une riche expérience : je vis beaucoup de choses et en perçai parfois même le sens, après beaucoup de tâtonnements, en fondant mes pensées sur l’expérience. Aujourd’hui, je suis dans la maturité, libre, expérimenté, fort de ces pensées et je ne souhaite pas que mes convictions soient enterrées [29] avec moi. Elles peuvent être utiles à mon peuple et à mon pays. Pour cette raison, demandant humblement pardon à mes ancêtres, je présente les idées qui, d’après moi, sont bonnes pour mon peuple et mon pays, espérant qu’ainsi, les lecteurs et les hommes les plus sages combleront les lacunes de mes écrits, s’il leur plaît d’en tirer parti. Je fonde mes propos sur des témoignages issus des Saintes Écritures et, suivant l’enseignement du saint apôtre Paul, toute parole doit être confirmée par le témoignage des Saintes Écritures. Tout d’abord, c’est de la sagesse que parlait le Seigneur lorsqu’il disait : un homme qui bâtit une maison doit en asseoir la base sur le roc pour que les crues ne puissent la détruire110. De son côté, le sage Salomon a écrit : la sagesse a bâti sa maison et y a érigé sept colonnes. Que ces deux témoignages suffisent à convaincre les lecteurs qu’il faut faire reposer une maison, c’est-à-dire les dispositions pour le gouvernement des nations, sur un socle solide (des lois inviolables, invariables et incontestables, en nombre ni trop grand ni trop faible) pour y ériger des colonnes (un certain nombre de membres d’un Conseil). Comme les habitations, les maisons et les palais illuminés et ornés de belles colonnes, les maisons du pouvoir et du gouvernement seront solides et éclairées par les lois et la Constitution ainsi que par les connaissances des membres de ce Conseil en matière de justice. Je vous montre quel est le mauvais chemin et j’indique la solution à ce qui paraît impossible. Comment ce qui est difficile peut-il devenir possible111 ? Considérons tout d’abord que notre nature est formée de contraires, [30] déterminée par quatre éléments inconciliables. Comment peuvent-ils se maintenir en équilibre et en harmonie tout en conservant en eux leurs principes contradictoires ? Grâce à leurs limites infranchissables.

53(Douceur de la concorde)
De même, tous les éléments de la nation arménienne, du sommet jusqu’à la base, pourront, grâce à leurs lois inviolables et tel un troupeau serré, se manifester comme une même volonté, une même pensée, une même action et recevoir une même récompense et une même sanction. Chacun sera satisfait des autres et nul ne se plaindra car nul ne pourra se prévaloir avec fatuité d’être l’aîné et nul autre ne languira en s’étiolant parce qu’il est cadet et qu’il doit encore grandir et progresser. Toute bonne action honore son auteur et bénéficie à son peuple tout entier, de même, pour l’honneur de l’ensemble de la nation, le criminel doit disparaître ou périr, selon la gravité de son acte. Il est très facile de construire votre pays, qui est votre maison commune. En guise de solides fondations, vous poserez vos inviolables lois et, en guise de colonnes, vos représentants soucieux de justice, composant le Conseil. Quant au plafond de votre maison, vous aurez à le soutenir vous-mêmes, avec vos propres têtes, en signe de totale obéissance à vos propres lois. Ainsi, vous gouvernerez votre maison commune depuis ses fondations jusqu’à ses colonnes et son plafond, comme vous gouvernez chez vous quand votre serviteur se plaint et récrimine, quand vous décidez du moyen de gagner les revenus de votre foyer ou des dépenses nécessaires pour votre maison et vos fils. D’une même voix et librement, vous rendrez grâce au Dieu créateur et pourvoyeur de tous les biens qui nous a faits dignes de recevoir en partage ce pays [31] regorgeant de biens, le pays d’Ararat, et tant d’autres bienfaits : amour, grâce et bénédiction, etc., que n’a reçus aucune autre nation de l’espèce humaine dans ce monde, comme nous l’avons dit plus haut. Écoutez-moi patiemment lecteurs, mes amis. Je veux encore, dans ce court exposé, susciter votre zèle à l’encontre du mépris que nourrit notre espèce vis-à-vis du droit juste. Tout être humain, croyant ou non, accorde que notre espèce a été créée, qu’elle a un début et une fin fixés par notre Créateur, Dieu unique, incréé, éternel et immortel ; que son existence est limitée en durée, puissance et valeur, en toutes ses dimensions et tous ses états. Cette espèce ne doit pas se laisser aller à penser, ou se persuader à tort, qu’il y a en elle plus qu’elle n’a reçu de son Créateur à l’instant de la création, car notre Seigneur et Créateur ne nous a pas donné plus de puissance (excepté la puissance rationnelle de l’âme) qu’à la mère de tous les vivants – la Terre – avec ses quatre éléments et les formidables astres tournant autour d’elle et dont le plus infime est encore plus puissant que nous. Toutes les créatures du Seigneur sont plus puissantes que l’espèce humaine et, cependant, toutes observent les commandements de leur Seigneur : elles agissent et se meuvent dans les limites assignées par lui. Par conséquent, nous, les plus faibles des créatures, nous devons toujours nous en tenir au commandement de notre Seigneur et Créateur, ainsi qu’il nous l’a d’ailleurs ordonné.

  • 112 Cet argument visant à montrer qu’Adam n’a pu recevoir de Dieu un pouvoir monarchique sur les créat (...)
  • 113 « Dieu est le véritable roi et les hommes ne font que porter ce nom, ils ne sont pas de véritables (...)
  • 114 Par exemple Luc, XVII, 27 : « On mangeait, on buvait, on prenait femme ou mari, jusqu’au jour où N (...)
  • 115 Mat., XXV, 34, 41 et 46 : « Alors le Roi [le Fils de l’homme] dira à ceux qui seront à sa droite : (...)
  • 116 « Mystère profond, incompréhensible, éternel ! Tu as paré en chambre nuptiale de la lumière inacce (...)
  • 117 Mat., V, 36 : « Ne jure pas non plus par ta tête, parce que tu ne peux rendre un seul cheveu blanc (...)
  • 118 Ps., XXXVII, 35‑36 : « J’ai vu le méchant, le violent, se dresser comme un cèdre du Liban. J’ai pa (...)
  • 119 Mat., XIII, 24 b-26 : « Le royaume des Cieux, dit-il, ressemble à un homme qui avait semé de la bo (...)
  • 120 Voir Piège, p. [27].

54(Hormis le Créateur, nul n’a de pouvoir sur la nature raisonnable de l’homme)
Je ne nie pas que le Seigneur a prescrit à toutes les espèces vivant [32] sur terre de se soumettre à notre ancêtre Adam. Notre ancêtre, doué d’une nature raisonnable, reçut en effet de notre Seigneur et Créateur le pouvoir de dominer les espèces vivant sur la terre mais non pas l’homme, être doué de raison. Je veux dire par là qu’Adam n’ayant pas reçu le droit d’exercer un pouvoir sur la nature raisonnable de l’homme, il ne put exercer ce pouvoir sur son propre être car, s’il eût reçu du Seigneur le pouvoir de diriger la nature raisonnable, comme il reçut celui de dominer les animaux, il eût fort bien pu, en se dominant lui-même, éviter de transgresser le commandement du Seigneur112. Ainsi, les lecteurs peuvent se convaincre que, depuis l’origine, aucune créature ne reçut le pouvoir de diriger notre âme et notre nature raisonnables sinon notre Dieu et Créateur unique, éternel et incréé, pour que le monde et toutes les créatures du ciel et de la terre sachent qu’il est le Créateur unique, le Seigneur et le Dieu de toutes les créatures. Il est donc temps, comme nous l’avons déjà dit, de cesser de tendre à tort notre pensée plus que nous le permettent les capacités qui nous ont été données d’en haut. Que personne ne songe à devenir roi d’êtres humains doués de raison, car c’est un grand péché. Régner sur les êtres humains doués de raison est l’affaire exclusive de Dieu113. De quelle manière, quand et combien de temps ? Dieu seul le sait. Aucun homme ne doit avoir l’audace de se diviniser, c’est-à-dire de régner sur nous, êtres doués de raison. Je considère, comme tout un chacun, que l’on ne peut réaliser les désirs erronés [33] de notre cœur sans ruiner notre âme et notre corps. Outrepasser, par des conduites débridées, les commandements du Seigneur, c’est attirer sur tous les hommes une rétribution double pour chaque faute : famine, peste, déluge, séisme ou mort prématurée, comme nous le dit la Bible évoquant les châtiments infligés jadis pour nos péchés114. Nous avons tous vu ou entendu dire que, sur cette terre, de nombreux peuples eurent des rois. Il faut toutefois distinguer différentes sortes de monarchies et de pouvoirs. Je parle tout d’abord du roi contre nature, celui qui exerce le pouvoir avec une brutalité due à l’échauffement de son esprit impie. Pour être à ce point gonflé d’orgueil et s’imaginer, dans son esprit de despote, pouvoir régner sur un peuple d’êtres raisonnables, cet homme doit nécessairement se croire immortel et capable de distribuer la vie ou la mort éternelles115. Or, depuis les origines, aucun être doué de telles capacités ne vit le jour sous le soleil et aucun être ne le verra, excepté le roi du ciel et de la terre, Dieu créateur et immortel, demeurant dans une lumière inaccessible116. C’est cela même que le Seigneur a exprimé à travers la mise en garde qu’il nous adressa : « Tu ne peux rendre un seul de ses cheveux noir ou blanc117. » Alors, comment celui qui ne peut rendre un cheveu noir ou blanc pourrait-il être roi ou prince et dominer ceux qui sont, en tout point, [34] aussi accomplis que lui ? Le peuple d’un roi despotique et barbare n’est pas libre, même s’il est doté d’une nature raisonnable ; il enfreint donc la loi et transgresse le commandement du Seigneur (comme notre ancêtre Adam qui, se privant de la grâce de sa liberté, tomba dans le labeur et la servitude, chuta au rang des bêtes dénuées de raison et devint leur semblable). Tout roi despotique et absolu, exerçant le pouvoir de façon barbare, s’est jeté lui-même sous le joug de la servitude, persuadé d’être doté de capacités supérieures à celles qu’il a reçues de son Créateur. Il n’a cependant pas plus d’aptitude à gouverner qu’à exercer les fonctions d’un simple berger qui conduit ses moutons, de simples bêtes. Il ne connaît pas plus la tâche liée à sa fonction, que le peuple la valeur de sa liberté. Nous voyons clairement qu’un tel roi est dirigé par sa nature matérielle : amour, haine, colère, avidité et jouissance, pour finalement s’affaiblir et mourir, comme tout être humain et comme tous les peuples qu’il a soumis. Il en va de même pour les peuples asservis, ils sont comme leur roi ; tous sont dans la même illusion. Par conséquent, un tel homme n’est pas le roi d’êtres doués de raison mais bien plutôt le berger de bêtes dénuées de raison. Quant aux rois pieux, qui gouvernent leur peuple selon les lois et reçurent légitimement leur fonction en étant désignés par leur peuple, même une fois parvenus au pouvoir, ils laissent au peuple la possibilité de nommer les rois. [35] Ils savent très bien, eux, qu’ils ne peuvent rendre un seul cheveu de leur peuple noir ou blanc. Ils furent reconnus princes sur leur territoire uniquement pour exercer, sur les actes de leur peuple, un pouvoir conforme aux lois. Et avec ces princes et ces rois, les actes de tout un chacun reçoivent l’exacte rétribution prévue par la loi. Pour cette raison et beaucoup d’autres semblables, ne laissez personne régner de façon barbare et tyrannique sur le peuple arménien, ni sur notre pays, l’Arménie, ni sur cette nation au caractère de colombe et d’agneau, ni sur notre nature raisonnable, excepté le Créateur notre Dieu. Que lui seul soit honoré chez nous du titre glorieux de roi, car il est le seul roi du ciel, de la terre et de tous les êtres, des créatures douées de raison comme de simples bêtes, et son règne ne connaîtra jamais de fin. Mes paroles sont confirmées par les faits et gestes des rois despotiques du passé (les nôtres comme les étrangers), mais aussi par la chute de leur pouvoir, disparu aujourd’hui. Où sont donc à présent les monarchies de Nabuchodonosor, Pharaon, Darius et tant d’autres ? Nous ignorons aujourd’hui jusqu’à l’emplacement de leur mausolée ou de leur tombeau. Ils n’existent plus. Alors, lecteurs, croyez bien que le fer ne se transforme pas en argent, ni l’or en diamant et que toute substance reste inchangée, telle que l’a faite son Créateur. Nul n’est en mesure d’augmenter ni de diminuer les capacités données à l’origine par le Créateur. [36] Et si, de temps en temps, quelque homme impie se hausse et se dresse tel un cèdre du Liban, il s’effondre brusquement et s’anéantit et, comme dit le prophète, il a passé et ne se voit plus, j’ai cherché et n’ai pas trouvé sa place118. De nombreuses royautés, de nombreux despotes passèrent ainsi dans le monde et sur notre nation et nous laissèrent en fin de compte comme l’orphelin et la veuve, débiteurs de leurs actions tyranniques et illégitimes. Chacune de leurs fautes nous causa une multitude de peines. Ne tombons donc pas dans le même piège et ne reculons pas devant nos chefs illégitimes ; ne semons pas à nouveau dans notre pays l’ivraie de l’illégitimité, qui désolerait le champ de blé de notre liberté119 et, pour finir, livrerait nos descendants au joug de la captivité, comme nous y sommes livrés aujourd’hui. Au contraire, il nous faut impérativement prendre courage et nous libérer, attacher à notre taille la ceinture de la loi et de la justice120, choisir de bonnes lois, douces, faciles à admettre et inviolables. C’est ce que nous ordonna notre Seigneur créateur : nous garder de goûter aux fruits qui atrophient le corps et l’esprit. Soyons toujours résolus à observer les lois choisies grâce à l’influence de l’Esprit saint, qui a éclairé en notre âme la raison. Nous choisirons ces lois et elles conviendront à notre nature raisonnable car elles seront conformes à la volonté et au gré de tous les hommes d’Arménie, tant des autorités religieuses que des simples laïcs. Elles nous tiendront éloignés de l’arbre du mal en nous interdisant d’en manger les fruits défendus. Que seul le principe des lois choisies et établies parmi les Arméniens règne dans leur pays.

  • 121 Par exemple, Ps., XXVIII, 4 a : « Donne-leur selon leur conduite. »
  • 122 Mat., XX, 26 b-27 : « Celui qui parmi vous veut devenir grand sera votre serviteur, et celui qui p (...)

55(Que les bonnes lois soient les seuls souverains de l’Arménie)
[37] Ainsi, tous, collectivement et à égalité, seront rois et maîtres de leur pays et de leur peuple, car ils auront ensemble institué, établi et adopté ces lois afin que chacun soit rétribué selon ses œuvres121, reçoive les impôts, taxes, fonctions et sanctions selon les lois. Et que ceux qui se consacreront aux lois soient des serviteurs du pays, égaux au peuple d’Arménie, conformément à la parole du Seigneur : « Que celui d’entre vous qui est grand devienne le serviteur122. »

56Toutes les paroles du Seigneur sont sacrées, glorifions celles qu’il a prononcées à propos de notre espèce. Honorons ceux qui nous servent fidèlement selon nos lois et espérons que notre Seigneur et Créateur les récompensera dans l’autre monde, pour l’éternité, etc. Voici encore quelques exemples qui vous confirmeront mes propos au sujet de notre liberté et de la nécessité, pour nous, d’avoir des lois inviolables. Vous serez fermement convaincus qu’aucune action ne peut réussir si elle n’est régie par des lois. Voyez vous-mêmes et faites preuve de bon sens : qui veut bâtir une maison commence habituellement par les fondations et les fait reposer sur la terre solide ; qui veut semer des grains de blé, d’orge, etc., commence habituellement par labourer le champ, réduire les mottes de terre et n’arrose qu’après avoir semé selon la règle définie, etc. ; qui veut se vêtir commence habituellement [38] par enfiler sa chemise et, après seulement, ses autres vêtements ; qui veut devenir forgeron commence par apprendre à actionner le soufflet, ensuite à taper avec un marteau, etc. ; l’enfant qui entreprend des études commence habituellement par les premières lettres de l’alphabet, puis les suivantes ; l’homme qui souhaite entrer dans les ordres et devenir prêtre se laisse habituellement guider et suit l’enseignement du maître pour accéder progressivement au même rang ; qui se tourne vers le métier des armes apprend habituellement le maniement de celles-ci et acquiert la connaissance des règles militaires et de l’organisation de cette corporation. Je pourrais vous donner encore beaucoup d’autres exemples qui me font croire qu’aucune action due à un mouvement de notre corps ne peut s’engager sans une volonté préalable de notre esprit et aucune action ne peut aboutir sans le respect des limites et de l’ordre admis. Sous le soleil, à la surface de la terre ou dans la mer, tout ce qui se meut est soumis aux limites des lois. Sois sensé, lecteur, regarde toi-même et comprends, grâce à la raison et aux facultés de l’âme, la limite instaurée par notre Seigneur, Créateur et unique architecte. Personne ne peut connaître sa volonté, personne ne partage ses secrets, mais Dieu, parfait et infaillible, très glorieux et omnipotent considéra que, dans sa Création, les limites étaient indispensables et il assigna à ses créatures des limites infranchissables pour l’accomplissement de leurs actions. Grâce à cela, tu peux toi-même observer et reconnaître la différence entre deux choses et l’opposition entre [39] les quatre éléments qui se distinguent grâce à leurs limites et dont l’action engendre de nouvelles limites : le printemps apporte ses doux parfums, l’été est fructifère, l’automne, généreux et l’hiver enveloppe de graisse. Tout en étant opposés l’un à l’autre, une fois soumis aux lois de leur Créateur, ils nous révèlent le monde entier grâce à la miséricorde de notre Créateur, car ils obéissent aux lois en vigueur sous le soleil, sur la terre et dans la mer. Toute vie est soumise à ces lois : naître, atteindre l’enfance, l’adolescence, vieillir, s’affaiblir et décliner. C’est en s’y soumettant que tout être, raisonnable ou dénué de raison, glorifie son Créateur, le sert et le célèbre. Pour cette raison et beaucoup d’autres semblables, les commandements et limites de notre Seigneur et Créateur qui s’exerçaient sur ses créatures hier s’exercent encore aujourd’hui et s’exerceront jusqu’à la fin des temps, que le Créateur seul connaît. Notre espèce ne peut ni le comprendre ni l’exprimer, si ce n’est par le rite de la Sainte Église d’Arménie, dont nous sommes les fidèles.

  • 123 Moïse De Khorène, 1993, I, 8, p. 117 : « Vaļarchak, ayant ordonné son domaine avec grandeur et raf (...)
  • 124 Ibid., II, 3, p. 158 : « D’abord, il [Vaļarchak] récompense les services de cet homme puissant et (...)
  • 125 La dynastie roubénienne est l’une de celles qui régnèrent à partir du xie siècle sur la Cilicie.

57À présent, mes amis, considérez les conduites chaotiques et les comportements immodérés qui eurent lieu, jadis, dans notre propre pays : Vagharchak123 prit la place de Hayk, Bagrat124 celle de Vagharchak, Rouben125 celle de Bagrat et fatalement, aujourd’hui, à cause de tous ces désordres, leur place à tous est vide. Ces irrégularités durèrent, jusqu’à la chute finale, environ deux mille ans. Mais écoutez-moi, mes amis. [40] Espérons que le Seigneur ne veuille pas attenter aux quatre éléments. Si l’arrogance entrait en eux comme elle est entrée dans notre espèce ; si le soleil prenait la place de l’air et la mer celle de la terre, l’univers serait complètement bouleversé, le monde s’anéantirait et tous les êtres vivants disparaîtraient à l’instant même. Par conséquent, l’existence et la pérennité des créatures célestes et terrestres dépendent de leurs limites : celles de l’éclat du feu, avec sa chaleur inexplicable et incompréhensible pour notre esprit ; celles de la mer océane qui va et vient continuellement sur la surface de la terre ; celles de notre douce mère, la terre, dont sont nées des espèces vivantes de diverses sortes, ou encore celles du vent puissant et incessant, qui fait grandir les êtres et répand leur odeur. Depuis l’origine, elles sont restées soumises aux commandements de leur Créateur et ont mérité la grâce du Seigneur en restant à la place qui leur fut assignée jusqu’aujourd’hui et pour la durée qui leur a été initialement fixée.

58(L’impudence est naturelle à l’homme)
Seule notre espèce inconstante enfreignit et transgressa la loi, quitta sa place, son séjour et sa félicité, se priva d’une vie libre et tomba sous le joug de la mort, etc. Notre impudence est si grande et notre esprit si orgueilleux que nous ne jugeâmes pas utile de comparer nos forces aux forces célestes, ni de tenir compte du piédestal du ciel, c’est-à-dire du firmament de la terre. Nous ne nous demandâmes point comment notre espèce pourrait se multiplier dans l’impiété, ni à quel point notre mérite se fût trouvé grandi et renforcé si nous n’eussions pas agi à l’encontre de la loi. [41] Je ne sais pourquoi notre espèce agit à l’encontre de la loi et ce n’est pas le sujet de mon livre, je n’en parle que pour vous montrer à quel point il est certain que rien n’exista jamais sous le soleil et ne pourra jamais exister qui n’obéisse à des lois dans son développement, ses mouvements ou ses opérations.

  • 126 Sur l’explication de la métaphore : « Il faut savoir qu’en Perse, il n’y a ni postes réglées, ni v (...)
  • 127 L’auteur pense peut-être aux années 1095 à 1145, de la première croisade aux dévastations de la Ci (...)

59(Les méfaits du désordre)
Toute action contraire aux lois et à la mesure est vouée à l’échec, comme je l’ai dit plus haut. Il m’apparaît qu’à cause des désordres répétés, tant de dommages et de désastres furent causés à la nation, au pays et aux habitants de l’Arménie que nul ne peut en dresser la liste dans les limites d’un livre. Je dispose de nombreux témoignages issus de l’histoire d’Arménie ou d’autres nations, mais je ne souhaite pas fatiguer tes oreilles, car même si tu veux demeurer en ta créance, lecteur, deux ou trois témoignages suffiront à te convaincre de la justesse de mes paroles. Cependant, ni toi, lecteur, ni moi, ni personne dans la nation arménienne ne veut se souvenir de l’humiliation et de la honte que nous subîmes jadis, que nous subissons aujourd’hui et subirons encore à l’avenir si notre conduite reste la même et si nous continuons d’agir en dépit des lois et de la justice. Car c’est dans les nombreuses erreurs du passé que se dessine l’avenir. Il apparaît clairement, aujourd’hui surtout, que si nos voisins purent toujours imposer leurs volontés à notre pays, si nous-mêmes ne comprîmes ni ne reconnûmes la valeur de notre liberté, si nous devînmes tels les chevaux [42] disponibles des relais de poste126, nous laissant monter et conduire au gré du cavalier, tout cela est dû à notre absence d’organisation. Il arriva même à nos voisins de faire de nous des chiens de chasse, à cause de notre manque d’organisation. Nous crûmes justes leurs exhortations à aller vers le Midi et l’Occident, le pays des Grecs, mordiller ennemis et voisins ; mais au jour de la revanche, c’est sur nous qu’ils s’abattirent et nous mirent en pièces. Nos conseilleurs, à ce moment-là, nous abandonnèrent, ne nous apportant leur aide en aucune façon127.

  • 128 Pour Rome, l’Église arménienne était schismatique, mais la réciproque n’est pas vraie : “The Armen (...)

60(Les anathèmes immérités)
Tant qu’ils espéraient nous gagner à leurs vues, ils nous promettaient leurs prières protectrices, mais comme ils échouèrent, ils se rétractèrent et nous accablèrent de calomnies et d’anathèmes dont nous voyons que leurs livres sont remplis, nous traitant de mauvais chrétiens, réfractaires à leurs ordres intolérables. Tout ce dont ils nous accusèrent est si erroné et convient si peu au pays, à la nation et à l’Église d’Arménie que, parmi nous, personne n’y accorda de crédit mais, à cause de notre douceur, ils purent dire tout ce que bon leur sembla128. Maintenant, soyez lucides, mes amis : en conduisant notre vie d’une façon si déréglée, nous provoquâmes nous-mêmes les humiliations que nous subîmes. Pourquoi ? Comment ? Que méritons-nous de recevoir en rétribution d’une conduite si déréglée ? Quelle appréhension peut décourager notre cœur et nous amener à accepter de vivre dans une telle indignité et humiliation, alors que nous savons très bien que, sur cette terre, aucun être humain n’a le [43] pouvoir de nous donner la vie ou la mort éternelles ? La peur des bêtes fauves, des barbares ou des êtres assoiffés de sang ne doit pas être plus forte que celle que nous inspire la mort.

61(Nous avons été appelés à subir la mort)
Or, nul n’imposait la mort comme terme de notre vie et de notre existence charnelle. Elle provient de la faute de notre âme raisonnable. Sachant que nous risquions la mort, sciemment, nous en prîmes la responsabilité. Par un acte illicite, nous mangeâmes le fruit de l’insoumission à la loi et la mort fut la rétribution de notre faute. Nul, depuis, ne peut échapper à la mort et cette peur de la mort te fait renoncer à ta liberté et plier devant les puissants.

  • 129 Peut-être Jean, XII, 25 : « Qui aime sa vie la perd, et qui hait sa vie en ce monde la conservera (...)
  • 130 Ce mot peut aussi avoir le sens de « musulmans ».
  • 131 Voir Piège, p. [26].

62(Nul ne peut donner la vie éternelle, excepté Dieu)
Le moindre scorpion, l’impur serpent, une infime quantité de poison ou même un plat indigeste, ne peuvent-ils pas mettre un terme à ton existence charnelle ? Est-ce à dire que n’importe quel animal nuisible puisse être ton maître ? En aucun cas. Nous devons mourir libres en nous préparant une vie éternelle plutôt que de garantir, par un état de servitude et de mépris du droit, notre vie temporelle ici-bas et en nous préparant, dans l’au-delà, une mort éternelle129. Puisque les bêtes même ne supportent pas d’être subjuguées de façon autoritaire et brutale, comme il serait honteux pour notre espèce raisonnable de nous soumettre à un égal, à l’un de nos semblables qui nous donnerait des ordres arbitraires ! Obéirais-tu aux ordres d’une femme de mauvaise vie qui t’inspirerait d’exécrables désirs de luxure [44] ou d’un cabaretier qui te pousserait à l’ivrognerie ? Tout au contraire, comprenant, par la puissance rationnelle de ton âme, l’erreur de ta passion, tu devrais te repentir aussitôt car tes fautes seraient préjudiciables à ta précieuse liberté. Face au désir et à l’ivresse, tu dois te modérer, grâce à ta nature raisonnable, te repentir et te fixer de strictes limites afin de corriger tes fautes indignes, de peur que tes fils et les fils de tes fils ne les reproduisent. Qu’ils ne soient pas entraînés de façon effrénée dans des actes illicites, mais qu’ils brident, comme toi, le désir et l’ivresse par la chaîne de la loi pour rester dignes de l’honneur que leur fit le Seigneur et Créateur, qui a réglé le cours de notre vie et ses limites de telle sorte que les fils d’Arménie progressent et que le pays se trouve peuplé d’hommes sages, dotés des règles inviolables ! Alors, pourront naître continuellement parmi nous des hommes libres et pleins de qualités, connaissant le bien et le mal et à qui importeront (au moins autant qu’à leurs voisins !) leur nation et leur pays. Apprenant que nous sommes libres et dotés de lois, les nations étrangères s’abstiendront d’insultes à notre égard et ne trouveront plus, comme par le passé et aujourd’hui encore, le moyen d’introduire leurs traîtres séditieux, tels les loups arabes130 chez les innocents agneaux et brebis d’Arménie131.

  • 132 Sur les alliances et trahisons entre les méliks, voir Raffi, 2010. Sur les conversions au catholic (...)

63(Les apostats)
Je peux donc dire que, pour l’Arménie, le dommage [45] causé par les apostats ayant renié le rite arménien pour en adopter un autre dépasse encore les préjudices causés par nos ennemis et nos tyrans barbares. Mais puisque mon livre n’est pas fait pour me plaindre de ce genre d’individus, ni leur donner de l’importance, il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les renégats qui existent parmi les Arméniens : clercs qui travaillent à la gloire de Rome ou laïcs qui travaillent à celle des Persans ou des Ottomans132. Nous suscitâmes nous-mêmes la sédition à cause de notre absence de règles ; nous dépensâmes notre argent sans compter, gaspillâmes notre temps et consacrâmes aux querelles et à la désunion le temps réservé aux êtres qui nous sont chers et à notre famille. Or, il est possible d’éviter tous ces préjudices et de nous en protéger en nous dotant de règles et de lois, pour conserver ainsi le bonheur et la dignité accordés à l’origine par notre Seigneur. Pour étayer mes paroles concernant le bien-fondé des lois et des limites, je dois vous montrer qu’au ciel comme sur la terre, aucun être ne dépasse en puissance et en importance notre Seigneur, Créateur et Dieu unique, qui n’accorda qu’à notre âme la faculté de le reconnaître comme Dieu unique. Nous ne devons donc adorer que lui. Et s’il jugea bon de former notre espèce et les autres en l’espace de sept jours exactement et a accompli son œuvre dans le respect de cette loi et de ce délai, nous devons à plus forte raison [46] – cette responsabilité pèse sur nous – instaurer entre nous des lois inviolables pour équilibrer notre nature, connaissant le caractère inconstant de notre espèce et les aléas de la vie.

  • 133 Mat., XI, 29 b : « Parce que je [le Christ] suis doux et humble de cœur. » Cette péricope est pron (...)

64(Dans quelles dispositions doit se trouver l’homme pour instituer les lois)
Il nous faut avant tout choisir le moment où notre cœur sera pur et notre âme humble, où nous aurons pitié les uns des autres et où nous nous sentirons touchés à la vue des événements fâcheux qui s’abattirent, au cours du temps, sur nous et sur notre pays, où, exempts de désir ou d’intérêt individuel, nous ne serons pas affectés par l’amour ni la rivalité, où nous ne prendrons le parti ni de l’ami, ni de l’ennemi, mais avec un regard déterminé pour lequel il n’y a ni père, ni fils, ni mère, ni sœur, ni riche, ni pauvre, ni maître, ni serviteur, ni ami, ni ennemi, avec notre propre jugement et notre souci d’impartialité, dédiés à la sainteté de notre Seigneur et Créateur, car nous sommes son œuvre, créée à partir de la terre mère. Modérant l’arrogance primaire de notre être sensible, ne craignons pas d’admettre la douceur et l’humilité133 de notre âme raisonnable, insufflée par notre Créateur et acceptons tous volontiers, dans la concorde et l’égalité, de nous réunir pour choisir les meilleures lois et de strictes limites. Et tout ce qui aura été choisi et déterminé par nous s’appliquera sur l’heure à tous. Chacun étant souverain, il aura la maîtrise de ses paroles, de ses actes, de ses biens, de sa vie et de ses limites, prenant toutes décisions pour lui-même dans le respect des lois établies et inviolables, car ces nôtres lois régneront sur la nation et le pays d’Arménie.

  • 134 Marmontel (1769, p. 205) évoque déjà « le bonheur de vivre sous la tutelle inviolable des lois ».
  • 135 Ex., XXI, 23‑27 : « Mais s’il y a dommage, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, (...)

65Grâce à ces lois inviolables, notre pays se peuplera, [47] nous serons heureux, nos princes éviteront le tribunal de la conscience, les mécontents ne pourront rien dire, nous serons libérés de la servitude, nos actions inspirées par l’orgueil et la fatuité seront contrariées et nous serons portés aux bonnes actions ; il nous faudra être attentifs à éviter les mauvaises actions, d’où procèdent les sanctions et le déshonneur. Chacun connaîtra les conséquences de ses actes et s’acquittera de bon gré de ses obligations envers les autres : montant des taxes, des droits, attribution des offices, obéissance, etc. Point n’est besoin d’expliquer en détail la cause de tout le bonheur dû à l’adoption, par nous, de lois inviolables134. Ceci suffit : la taxation sur ce qui sera produit sur notre territoire grâce à notre travail et sur ce qui y naîtra sera déterminée et écrite dans les lois adoptées par notre nation. Chacun pourra donc agir librement, soit bien, soit mal et recevra la rétribution de ses œuvres conformément aux lois : récompense ou sanction. C’est ainsi que notre espèce s’entrave et se porte vers les bonnes actions, connaissant la sentence inévitable : œil pour œil, dent pour dent135. C’est ainsi que la main ne porte jamais impudemment atteinte à l’œil ou à la dent sans connaître clairement les conséquences et le salaire d’une conduite ou d’un geste impudents.

  • 136 Ce passage reprend le début de la p. [15].

66(Les lois peuvent réunir toute une nation)
Naturellement, je sais que le lecteur parvenant à ce paragraphe doit se demander136 s’il est possible qu’une nation entière à l’échelle de tout un territoire se réunisse pour former un tout, comprenne le droit, propose des lois, les vote ou non et, en cas d’adoption, [48] sache qui les mettra en œuvre. Voici, frère, comment je dissipe ces doutes : lis patiemment chaque article de loi contenu dans ce livre et tu verras que les modalités sont simples et leur application aisée. De même que l’on peut prélever une petite quantité de blé sur une aire qui contient des milliers de livres et connaître, au vu de son aspect, la qualité et la valeur du blé de toute l’aire, les résidents d’un certain nombre de foyers situés sur notre territoire éliront en leur sein deux hommes seulement. Ces deux personnes représentant l’ensemble des foyers accompliront les actions pour lesquelles cette multitude de personnes les déléguera. Il suffit donc de réunir, en lieu et place de toute la population du territoire d’Arménie, cinq cents hommes environ, par l’intermédiaire desquels seront votées et instaurées des lois acceptables pour notre pays tout entier.

  • 137 Voir Piège, p. [37].
  • 138 En arménien (toun : « maison » peut aussi parfois signifier : « chambre »). Cette expression récur (...)

67(Celui qui met en œuvre les lois)
Passons à ton autre question : qui est habilité à appliquer les lois ? Celui qui y est autorisé par nos lois et à qui sera remise une lettre de mission régulière, à condition qu’il soit toujours le serviteur de notre nation tout entière et le défenseur de nos lois. Cet homme devra être le serviteur de l’Arménie puisque, selon la parole du Seigneur, celui-là même qui sera le plus grand parmi vous sera le serviteur, le plus petit serviteur, servant tout le monde137. Il devra être l’expression de la nation arménienne et agir dans le cadre des fonctions qui lui auront été assignées par la Chambre d’Arménie138 par l’intermédiaire de son Sénat, conformément à la loi. Il devra, de plus, recevoir la rétribution de ses œuvres conformément à la loi, tout comme toi, lecteur, et comme moi-même. [49] Il ne pourra rien obtenir de plus que le plus modeste des Arméniens. Il n’aura aucun privilège, si ce n’est, par sa fonction, de servir fidèlement sa nation. Il sera apprécié et honoré par nous s’il sert avec loyauté. Il ne devra jamais rien craindre, ni personne, durant tout le temps qu’il exercera ses fonctions ; il n’aura besoin de chercher aucune protection auprès de quiconque et n’aura pas le pouvoir de toucher, ne fût-ce qu’à un cheveu d’autrui, de sa propre initiative. Il attribuera, au contraire, à chaque auteur d’un acte, la rétribution – récompense ou sanction – conforme aux sentences de notre justice et aux lois.

  • 139 Peut-être une réminiscence de Pr., VIII, 11 : « Car meilleure que les perles est la sagesse et auc (...)
  • 140 « Au xviie siècle, les Arméniens de Djoulfa importaient des lunettes, des télescopes, des horloges (...)
  • 141 Voir Piège, p. [17], [29], [50], [91], [104], [337] et art. 519.

68(La loi donne vie et mouvement)
Je vais maintenant vous donner un exemple grâce auquel vous pourrez vous rendre compte par vous-mêmes que, dans toute action, les lois et limites inviolables valent plus que les pierres précieuses, les bras puissants des guerriers ou les trésors innombrables139. Plusieurs prodiges en découlent, jusqu’à donner vie à ce qui est mort, non pas par un miracle accompli par le Créateur, notre Seigneur Dieu, mais par celui qu’accomplit notre âme rationnelle grâce aux lois et aux limites. Voyez l’art de l’horlogerie : en ajustant différentes pièces de métal et en les assemblant selon des lois, on leur donne la vie et le mouvement grâce auxquels nous savons l’heure exacte jour et nuit140. Considérez également le moulin à eau du point de vue de sa loi : si on lui donne une alimentation mesurée en eau, il s’anime et son action nous est profitable, nous allégeons notre peine grâce à son utilisation et obtenons du pain en abondance. C’est encore selon des règles que nous pouvons tirer de la mer profonde de rapides poissons, chose qui nous était presque impossible dans les temps anciens141 et [50] que nous atteignons les oiseaux dans les airs et les capturons avec des pièges, ce qui nous est maintenant facile, mais était jadis impossible. C’est enfin selon des règles que nous faisons tomber le lion dans des pièges dont les inventeurs ne survivraient pas une seconde en présence de l’animal capturé, mais, grâce à ces règles, la fierté de l’animal est maîtrisée.

  • 142 Peut-être II Mac., XIV, 42 : « Préférant mourir noblement plutôt que de tomber entre des mains scé (...)

69(L’assujettissement des bêtes)
Dissipons ensuite tes doutes, lecteur, sur une autre de mes paroles, en ayant recours au droit naturel : si les bêtes dénuées de raison vivant en ce monde, tant à la surface de la terre que dans les profondeurs des mers, avaient les capacités d’une âme rationnelle et se rendaient compte de l’illégitimité de nos actes, de la perte de notre liberté, de notre chute collective dans la servitude, de notre régression à leur rang et de notre similitude avec elles ; si elles savaient que nous ne faisons preuve d’aucun courage pour conserver le privilège de notre liberté et du pouvoir rationnel de notre âme, je suis certain qu’elles se libéreraient à l’instant de leurs craintes, s’affranchiraient de toute obéissance à notre égard et nous imposeraient leur loi comme le firent jadis les princes autoritaires. Nous voyons aujourd’hui la confirmation de mes paroles : certains fauves nous imposent leur loi et dévorent ceux d’entre nous qui n’ont pas appris le maniement des armes et du bouclier et ne défendent pas le privilège de leur liberté. Ceux qui se conduisent comme des bêtes dénuées de raison en sont les victimes. Par conséquent, si les lois et limites n’avaient pas de valeur pour la dignité de l’homme, elles nous serviraient au moins à nous protéger des bêtes féroces et des loups voraces afin de ne pas être mis en pièces par quelque fauve despotique. En vérité, je l’ai dit à plusieurs reprises et, sur ce point, je suis catégorique : [51] je vous assure qu’il vaut mieux mourir et descendre dans la tombe plutôt que de traîner une existence indigne et étrangère aux lois142. Pour un homme, une vie sans loi, soumise à des règles extérieures imposées, est pire que les peines de l’enfer, car il ne peut connaître la paix, non plus que sa famille, ses amis, ses voisins, etc. À tout moment et pour n’importe quelle action, bonne ou mauvaise, il peut être chassé, non seulement s’il est jeune et cadet, pauvre et faible, mais même s’il est richissime et important ; il risque toujours de passer le reste de sa vie comme un proscrit et de mourir comme une bête dénuée de raison.

  • 143 Voir Piège, p. [18].

70(La chute méritée en enfer)
Perdu ici-bas par une conduite arbitraire, il subira également de grands tourments dans la vie éternelle, car alors, personne n’écoutera ses protestations, même s’il invoque le droit naturel en disant : « Les autorités du pays où je passai ma vie charnelle ne me donnèrent pas de règles pour conduire ma vie ; ne sachant comment la diriger, je ne suis donc pas coupable des dérèglements qui m’advinrent », etc. ; mais nous connaissons l’équité de notre Seigneur et Créateur et l’impartialité de son jugement. Nous sommes certains qu’il ne laissera pas les pauvres gens sans quelque consolation et sans leur rendre justice, qu’il pourra les consoler et leur épargner la damnation, alors que leurs princes iront dans les profondeurs de l’enfer, juste châtiment, car ils connaissaient la volonté de leur Seigneur et ne l’ont pas accomplie143.

71Toutefois, mon dessein n’est pas de vous faire approuver les lois et règles en faisant entrer la peur de l’enfer dans vos cœurs, mais plutôt de souligner [52] les avantages de la règle et de la mesure et les dangers de l’absence de lois.

  • 144 Jean, I, 12 ab : « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Di (...)
  • 145 Voir Piège, p. [24]. Référence à Luc, XVI, 8.
  • 146 Mat., VII, 911 : « Ou quel est l’homme d’entre vous à qui son fils demanderait du pain et qui lui (...)
  • 147 Peut-être Rom., II, 5 b.c8 : « Tu amasses contre toi un trésor de colère pour le jour de colère où (...)
  • 148 Voir Piège, p. [23].

72(Le fils a nécessairement quelque ressemblance avec son père)
Les lois font de nous des humains estimables, dignes d’être choisis pour fils par le Père144, que la raison distingue des espèces animales et auxquels se rapporte cette parole du Seigneur : « Les fils de ce monde sont plus sages que les fils de la lumière145. » Remarquez, mes amis, que notre Sauveur le Christ, l’Excellentissime, connaissant bien nos intentions, nos œuvres et notre espèce, ne jugea pas sages tous les hommes, mais seulement les fils de ce monde. Telle est donc la différence entre le fils et celui qui, défendant le privilège de sa liberté et le moyen de régler son caractère inconstant, a la chance d’être adopté : le Seigneur dit lui avoir donné le pouvoir d’être fils de Dieu. Regarde toi-même autour de toi, vois si, selon nos coutumes, un père ordinaire, découvrant la conduite déréglée de son fils, l’abandonne. Combien plus de bonté est nécessaire pour régir librement notre vie selon les lois, nous rendre dignes de la faveur du Seigneur et en recevoir la possibilité d’être les fils de Dieu146. Mais n’espère pas, mon ami, plaider ta cause devant l’irréprochable tribunal du Seigneur si tu ignores ses lois et celles qui déterminent la conduite de la vie, si tu ne connais ni le bien, ni le mal, ni la rétribution de tes actes, car comme le dit saint Paul : « L’honneur selon la valeur147. » Dans cette vie si courte qu’elle n’excède pas quatre-vingts ans, si l’on en croit les paroles du prophète148 ou, selon les circonstances, [53] autant d’années que subsiste notre enveloppe charnelle, efforçons-nous de trouver les meilleures lois et règles, méritons notre dignité d’homme et soyons dignes du choix de notre Créateur en préservant les facultés de notre âme, don de notre très lumineux, glorieux et saint Seigneur et Créateur. Il nous accorda sa faveur et nous porta un amour tel qu’après nous avoir formés, comme les autres créatures, par l’injonction du Verbe, de son souffle étincelant, limpide et ineffable, il transmit à notre âme la raison et les autres facultés. Depuis lors, l’aptitude à la raison et à la sagesse se conserve dans notre âme et notre corps, autant que leurs limites le permettent. Ainsi, un devoir tout particulier nous incombe, celui de conserver intacte cette puissance pleine de grâce de notre âme, d’en préserver la liberté, le pouvoir et la souveraineté dans ce monde matériel et de ne jamais la laisser s’assujettir par paresse ou par négligence.

  • 149 Voir art. 59 et 61.
  • 150 Jean, X, 11‑12 : « Moi je suis le Berger, le bon [berger]. Le berger, bon [berger] livre sa vie po (...)

73(L’argent et l’or sont causes de péchés)
Et, pour la grâce de la liberté et de la raison, point n’est besoin de trésors, d’or, d’argent ou de pierres précieuses, car tout cela ne permet qu’aux scélérats de commettre l’injustice, aux êtres vils de flatter, aux menteurs de se disculper en ayant recours à la corruption149, aux incompétents d’obtenir des fonctions et aux vieillards d’épouser de jeunes filles. Pourtant, la liberté de notre nature raisonnable brille toujours chez tous, grands ou petits. Ainsi, parfois, un brave berger qui affronte les loups et protège ses brebis se révèle un homme plus valeureux, libre et estimable qu’un prince poltron, vil et paresseux qui abandonne son peuple en déroute150.

  • 151 Dans la seconde partie du Piège.
  • 152 Ce lien affectif avec la loi rappelle l’ensemble du Psaume CXIX, « Éloge de la Loi », par exemple (...)

74De plus, toutes les lois et règles [54] conformes à la nature raisonnable, déterminées par les capacités rationnelles de l’âme sont douces au goût de l’être humain et je ne doute pas que la liste des lois que vous allez lire151 ne vous satisfasse. Elles peuvent vous convenir, lecteurs, et je crois même que vous pouvez les serrer contre votre sein et les garder dans votre cœur152.

  • 153 Voir Piège, p. [47] et [77].

75Tous les délits commis par notre espèce naissent de la diversité des circonstances et de notre irréflexion. Le premier délit donne l’occasion à de nouvelles fautes et à notre complaisance. La malhonnêteté entre en nous et nous nous habituons à accepter les irrégularités comme lois et, bien que chaque être humain reconnaisse naturellement la justice de la formule « Œil pour œil, dent pour dent153 », quand les circonstances changent et qu’interviennent mon orgueil et mon tempérament impulsif, s’il arrive que je casse les dents de mon voisin, il me sera difficile d’émettre moi-même ou même d’admettre un jugement qui établisse la compensation entre ma dent et celle de mon voisin.

  • 154 Peut-être Rom., V, 12 : « Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le (...)

76(Le fautif n’aime pas la loi)
S’il ne règne pas dans le pays d’inviolables lois et si j’échappe à la sanction pour avoir fait tomber une dent de mon voisin, pour une seule exception à la loi, l’injustice se généralisera fatalement, car, demain, c’est toi qui crèveras l’œil de ton frère, un troisième dérobera les biens de son voisin et un autre attentera à l’honneur des jeunes filles, etc. Le prophète l’avait bien dit : dès qu’un homme commet un délit, il abolit toute loi et toute limite154. Et elles sont aujourd’hui abolies : le pays est gâté par une malhonnêteté répugnante, [55] ses habitants avilis, la liberté piétinée et les nations étrangères nous dominent sans scrupules. Ces aberrations nous appauvrissent ; pis, toute notre nation est couverte de honte aux yeux de la terre entière, coupable envers notre Seigneur et Créateur dont nous attendons le châtiment en enfer.

  • 155 Les exemples, en effet, ne manquent pas : de Caligula, assassiné en 41 par les soldats de sa garde (...)

77(Le pouvoir despotique attire sur lui les tentations)
Observez les conséquences des fautes commises jadis ou à notre époque par des princes despotiques et des chefs arbitraires. Ils ne manquent certes pas de se protéger par d’épaisses forteresses entourées de remparts, des châteaux aux portes bien closes gardées par de fidèles serviteurs aussi vigilants que possible et leur esprit n’est occupé qu’à chercher les moyens de se mettre en sécurité. Malgré cela, comme nous pouvons le lire dans les livres d’histoire et vous l’aurez, vous aussi, lecteurs, souvent vu, lu ou entendu comme moi-même, le plus humble d’entre vous : le prince despotique ou le juge autoritaire, redoutables et terrifiants pour leurs sujets, ne sont obéis que par peur. De nombreux princes de ce genre, jadis comme aujourd’hui, chrétiens ou païens, goûtèrent l’amertume de la mort : certains furent empoisonnés, d’autres étranglés dans leur sommeil ou passés par le fil de l’épée au cours d’une partie de chasse et d’autres enfin tombèrent sous les coups d’un homme obscur155.

78La seule explication possible de ces faits anciens et actuels tient à ce qu’un despote impose seul sa volonté au peuple. Et le pouvoir de ces princes sur les peuples [56] qui s’y soumettent sans mot dire et en supportent les forfaits ne repose ni sur la volonté des sujets, ni sur les lois mais sur la peur. Mais, selon l’ordre des choses et la nature humaine, rien de ce qui existe sous le soleil, la peur, le courage, l’amour ou l’hostilité, etc., ne peut durer éternellement. Au contraire, tout s’affaiblit et disparaît, puis renaît. Tel est le train ordinaire de ce monde et de notre caractère inconstant. C’est pourquoi l’assujettissement à un maître despotique dure autant que la peur, mais celle-ci est appelée à faiblir de jour en jour dans l’esprit des sujets. Petit à petit, leur cœur s’affermira jusqu’au moment où, comme nous venons de le dire, excédés et au désespoir, ils se vengeront par quelque perfidie, ce qui est un grand péché. Le courageux assassinera, le paresseux empoisonnera, le poltron entrera en rébellion (après avoir pris la fuite, toutefois), etc. Ces actes échauffent notre tempérament ordinairement calme. Les ignorants se soulèvent pour réclamer vengeance, le trône est renversé, le siège princier brisé. Les hommes malfaisants et brutaux trouvent là l’occasion de réaliser leurs plans funestes sans aucun scrupule. Ils se glorifient de leur conduite criminelle sans voir ni comprendre que même si commettre des actes tyranniques et criminels inspirés par la méchanceté n’augmentait pas le prix à payer pour ces forfaits que se livrer entièrement à la satisfaction de ses sens, on gagnerait à atteindre ses objectifs en respectant les lois, comme un homme [57] digne de la vie éternelle plutôt qu’en commettant des crimes qui ravalent au rang d’animal dénué de raison, qui font injure à la dignité de la nature raisonnable et condamnent, pour prix des forfaits, au feu de l’enfer.

79(Les avantages de la loi)
Combien nécessaires sont donc des lois admises par tous ! Et combien bénéfiques ! Selon ces mêmes lois, nous délivrerons, au fidèle serviteur de notre nation et de notre Seigneur, l’autorisation qui lui permettra de détenir – tout en demeurant lui-même aussi innocent que l’agneau – le glaive protecteur et, avant tout, le feu purificateur qui fait expier les criminels. Par son glaive et au nom des lois, il réduira à néant les ennemis de la justice. Que tous les habitants de notre pays soient rétribués en fonction de leurs propres œuvres (par une vie honorable ou bien une mort ignominieuse), non pas sur l’ordre d’un prince despotique ou d’un assassin, mais seulement selon la peine prévue par eux-mêmes dans leurs lois ! Grâce à elles, les princes éviteront les trahisons et seront en sécurité dans le cœur de tous, protégés par une obéissance et un amour parfaits.

80Mais le lecteur ne voudra peut-être pas juger par lui-même du bon et du mauvais, du bien et du mal et se demandera pourquoi, si les lois sont si bénéfiques, tous les princes de l’Europe ou tous les autres princes qui règnent en despotes sur les nations ne le comprennent pas. Pour ma part, je dis qu’ils le comprennent et qu’ils [58] louent continuellement les lois des Romains.

  • 156 La Grande-Bretagne a déjà adopté des textes comme la Grande Charte (1215), la Pétition des droits (...)
  • 157 Edward Raphael, marchand de Madras contemporain de Chahamirian, prévoit, parmi ses dispositions te (...)
  • 158 Dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Yéritsian, 1881, p. 25), Ch. Chahamirian les nomme (...)
  • 159 Le paradoxe d’un « brigandage correct » (p. [61]) se trouve déjà chez Montesquieu (1951[b], p. 72) (...)

81(Le bonheur rendu possible par les lois romaines)
Les récits des géographes romains témoignent de l’heureuse période de plus de six cents ans où ils exercèrent leur souveraineté selon d’inviolables lois. Ils relatent les exploits que les ancêtres de leur nation, les deux frères Romulus et Rémus, aidés de quarante amis fidèles, accomplirent grâce aux lois et montrent combien ils augmentèrent le bonheur des trois quarts du monde lorsqu’ils y firent régner leurs lois. Mais, par la suite, le pouvoir héréditaire des Césars fut institué chez les Romains, alors qu’initialement, leurs lois n’accordaient de pouvoir héréditaire à personne. Le pouvoir revenait à celui que les élections en avaient jugé digne et lui était retiré s’il commettait un acte illégal. Après l’introduction du pouvoir héréditaire, Rome s’affaiblit peu à peu et finit par s’effondrer. Cependant, note bien qu’aujourd’hui, dans les gouvernements européens, on trouve encore de nombreuses traces de l’habitude de se conformer à des lois inviolables : leurs rois admettent toujours les avis émis par leur Sénat et leur Conseil sans rien y changer ; et, plus que toutes les autres, la nation britannique voit, dans la garantie de la liberté et de la propriété individuelles, l’honneur même du roi156. Puisque j’ai évoqué la nation romaine, je crois devoir te rappeler brièvement, lecteur, quelques-uns des exploits qui lui valurent les [59] louanges du monde entier. Toutefois, les Romains accomplirent tant d’excellentes choses au temps de leur bonheur qu’il est impossible, pour moi et même pour un véritable homme de plume, de les relater toutes. Il faut lire leur histoire. Il est donc d’une grande importance pour nous de faire traduire en langue arménienne l’histoire des Romains, depuis le début jusqu’à leur décadence, comme l’ont déjà fait toutes les nations de l’Europe en leur langue ; et la mémoire de celui qui réalisera cette traduction et portera ainsi ce bon exemple à la connaissance des Arméniens sera honorée chez nous pour toujours157. Les Romains avaient pour ancêtres deux jeunes garçons, des frères, dont l’aîné se nommait Rome et le cadet Julius158. Rome et Julius, d’un naturel gai et courageux, étaient particulièrement persévérants dans leurs entreprises. Ils rassemblèrent quarante hommes ayant le même caractère, les mêmes idées et les mêmes desseins qu’eux. Ils se lièrent d’un amour confiant et d’une amitié indéfectible. Ils déterminèrent un cadre en se dotant de lois inviolables afin qu’il n’y ait chez eux ni grands ni petits, pour agir ensemble – en tant que frères égaux – pour leur liberté et leur dignité. Ils considéraient cette décision comme un acte de justice en ce monde, etc. Ces quarante hommes se mirent en campagne et se livrèrent à des actes de brigandage, dérobant les biens d’autrui non par cupidité et pour leur enrichissement personnel mais par nécessité et pour subvenir à leurs besoins159. Leur butin était réparti de telle sorte que tous en recevaient une part égale pour la satisfaction de leurs besoins. Les surplus étaient conservés en bon état puis restitués à leurs [60] propriétaires. La rumeur d’un brigandage si correct se répandit à travers le pays et, voyant la régularité de leurs clauses, la solidité de leurs pactes, leur respect du serment et de la parole donnée (puisque aucun d’entre eux ne pouvait passer outre les promesses et les engagements d’un pacte), de nombreux marchands et propriétaires de biens et de terres s’associèrent de leur plein gré aux Romains, promettant de leur payer, qui un tribut, qui des taxes, qui un impôt, en échange d’un pacte de protection. Le pacte des Romains était si solide, les clauses si claires et leur sûreté si bien assurée qu’il arriva à plus d’un de leurs généraux d’être étranglé pour s’être attribué un poulet, parfois même un chou volés au mépris des principes de leurs conventions. Aussi la justesse de leurs lois et de leurs principes fut-elle chaque jour un peu mieux connue et les jeunes gens venus en foule des quatre coins du pays se rallièrent à eux. Prenant goût à la douceur de leurs lois, les Romains les renforcèrent de jour en jour en fonction des tendances naturelles de l’homme.

  • 160 Référence, bien sûr, à l’enlèvement des Sabines.

82(La gent féminine aime toujours la gloire)
Les Romains mirent à exécution leur désir d’enlever autant de femmes qu’il en fallait, selon eux, pour que chacun ait une épouse160, mais ils s’imposèrent aussi des limites, fruits d’une patiente élaboration, pour accorder pleine liberté aux femmes qu’ils épouseraient. Ils honorèrent ces femmes plus que des princes. Ces épouses vécurent avec faste parmi eux au milieu des garnisons. C’est ainsi que ces femmes accédèrent à l’opulence et [61] la gent féminine aime toujours la gloire. Ils les épousèrent, élevèrent leurs enfants et fixèrent avec sagesse des règles pour leur éducation.

83(L’éducation des jeunes Romains)
S’agissant de l’éducation des enfants, l’une de leurs meilleures dispositions était la suivante : à cinq ans révolus, l’enfant devait sortir dès le lever du soleil, au saut du lit, muni de son arme, de son bouclier et de son ceinturon et, armé de pied en cap comme un soldat, se présenter au lieu qui leur servait d’école et où tous les garçons se rassemblaient. Là, leur maître, deux heures durant, leur faisait faire des exercices sportifs et leur délivrait une instruction militaire. Ce n’est qu’ensuite qu’il les laissait rentrer chez eux pour déjeuner. Il existait encore une autre disposition : si, malgré les leçons de son maître, un enfant n’avait pas appris le maniement des armes, s’il n’avait pas retenu ce qu’on lui avait enseigné et si sa flèche n’avait pu atteindre les objectifs de l’entraînement, une décision irrévocable et conforme à leurs lois était prise, d’après laquelle tous les garçonnets ayant terminé leurs exercices pouvaient retourner joyeusement chez eux pour y prendre leur déjeuner sauf celui qui n’avait pu apprendre sa leçon et atteindre les objectifs et qui restait, triste et penaud, dans la cour de l’école pour refaire des essais jusqu’à atteindre les objectifs plutôt deux fois qu’une. S’il y parvenait, il pouvait alors rentrer chez lui et déjeuner. S’il n’y parvenait toujours pas, il devait rester à jeun dans la cour jusqu’à six heures d’affilée et ce, qu’il soit fils de plébéien ou [62] d’une personne de condition.

  • 161 Montesquieu (1951[b], p. 101) donne une interprétation moins « romantique » : « Quoique le titre d (...)

84(Le Capitole ou Assemblée de Rome)
Comme ils se conduisaient dans la vie grâce à de nombreuses et sages dispositions ainsi que selon d’inviolables lois, le pays tout entier voulut se placer sous leur protection et faire partie de leur peuple161. C’est ainsi qu’ils se multiplièrent pour devenir ce peuple nommé les Romains, qu’ils se rendirent maîtres de pays et de contrées et augmentèrent leur puissance, qu’ils édifièrent une maison du Sénat qu’ils nommèrent Capitole, d’où émanaient, conformément aux lois, toutes les décisions, lesquelles entraient en application grâce à un fonctionnaire nommé par les sénateurs eux-mêmes. Ce fonctionnaire, même s’il était commandant en chef de toutes les troupes et armées, livrait bataille et constituait le butin des Romains, devait, à l’instant même où une faute ou une erreur de sa part était découverte, transmettre ses fonctions, sur ordre du Sénat, à un autre fonctionnaire investi par les sénateurs et répondre sans délai à leur convocation. Alors, conformément à la loi, la décision du Sénat prenait effet avec la rapidité de l’éclair.

85(La soumission des Romains aux lois)
De plus, leurs lois rendaient possible l’attribution de fonctions officielles à un simple agriculteur, s’il en était digne. Il pouvait ainsi accéder aux fonctions suprêmes. Il se mettait alors aussitôt au travail et s’acquittait de sa tâche avec beaucoup de sagesse cherchant à contenter sa nation et lui-même, et ce avec tant de droiture, si peu de cupidité, une loyauté et un amour si parfaits, qu’au terme de son mandat, après avoir été trois ans durant ministre ou généralissime, [63] il restituait sa lettre de mission au Sénat et obtenait la reconnaissance de tout le pays pour avoir si bien accompli sa mission.

  • 162 Montesquieu (1951[b], p. 122) explique que « Romulus ne permit que deux sortes d’exercices aux gen (...)
  • 163 Il s’agit de Cincinnatus. Voir Joël Schmidt, « Cincinnatus Lucius Quinctius (– ve s.) », Encyclopæ (...)
  • 164 Lors de la cérémonie militaire du triomphe.

86(Le général redevenu laboureur)
Il quittait ses fonctions sans s’être enrichi, redevenait laboureur et retournait paisiblement à ses travaux agraires, sans que cela donne lieu à la moindre médisance ou à la moindre raillerie162. Lecteurs, remarquez bien ici la loyauté de cet homme163 dans l’exercice de sa fonction. Alors qu’il commandait une armée de deux cent quarante mille hommes et qu’il avait entre les mains l’argent de leur solde et les sommes destinées à couvrir les frais et les besoins de ses troupes ainsi que de toute l’armée, il ne lui venait jamais à l’esprit de prélever pour lui-même cinq sous de plus que la rémunération allouée par le Sénat. Comme il convenait à sa fonction de généralissime, il dépensait intégralement les sommes reçues pendant son mandat pour les soldats, aussi dévoués que lui. Tant qu’il était généralissime, il était, comme tous les autres soldats, brave, humble et bon, comme il convenait à son rang et à sa fonction. Il retournait ensuite sans regret à ses occupations d’agriculteur, car elles n’étaient pas considérées comme déshonorantes. Et cela est vrai de presque tous les généralissimes dont de nombreux témoins disent qu’ils commandaient avec patience, triomphaient grâce à leur bravoure et qu’à l’heure de la victoire, pour leurs bonnes actions, ils défilaient encadrés par les sénateurs de Rome164. Ces mêmes témoins voyaient ensuite le même homme commander ses bœufs, [64] diriger sa charrue, retourner la terre avec énergie et labourer d’aussi bon cœur qu’il avait tenu l’épée lorsqu’il était généralissime. Toutes ces choses extraordinaires et d’autres encore n’ont pu être accomplies que grâce à de bonnes lois et à leur stricte observance. Les Romains devinrent plus puissants, plus nombreux et furent estimés par de nombreux souverains et les élites des nations au point que tout le monde voulut s’intégrer à leur peuple. La seule raison à cela : leurs lois, adéquates à la nature de l’homme. Nul, à Rome, ne pouvait parler, agir ou soumettre quelqu’un à des contraintes selon son bon vouloir, sa naissance, sa condition ou son niveau hiérarchique. Tout cela était soumis aux lois. Ces lois furent le cœur, la bouche et les mains de tous les Romains. Comme ils les avaient toutes faites et instaurées eux-mêmes et que chacun d’entre eux les avait adoptées, ils s’y soumettaient et leurs conséquences – honneurs ou sanctions, récompenses ou amendes, etc. –, étaient les mêmes pour tous. Les verdicts auxquels ils étaient soumis étaient ceux qu’ils avaient eux-mêmes prévus dans leurs lois et il n’y avait ni grâce du Prince, ni intervention d’hommes influents, ni pitié d’un cœur miséricordieux, etc. Ils étaient soumis aux lois existantes sinon par consentement à une nécessité absolue acceptée dans un moment de calme de leur nature, du moins, d’un cœur humble et pur. Dès lors, la jalousie, la vanité, la vantardise, l’arrogance, la crainte, etc., disparurent de leur cœur puisque tout ce qui leur était arrivé ou allait leur arriver avait été voulu par eux-mêmes et qu’ils l’avaient eux-mêmes provoqué par leurs actes.

  • 165 Voir Piège, p. [27].

87Ils vécurent ainsi longtemps heureux, offrant au monde [65] de nombreux et excellents exemples, comme ceux dont nous avons besoin aujourd’hui. Nous souhaitons de toutes nos forces que le courage des Romains inspire l’âme arménienne – sauf pour ce qui est des croyances païennes – et, si nous recueillons, pour l’établissement de nos lois, une parcelle de la sagesse dont ils firent preuve à propos des leurs, tant dans leurs pensées que dans leurs actes, je ne doute point que nous n’accédions à un bonheur pareil à celui dont ils jouirent. Voici un fait important, témoignage avéré et exemple fameux du comportement des Romains : tant qu’ils tirèrent leur force de l’amour et de la loyauté, la ceinture attachée à la taille165 et s’appuyant strictement sur leurs lois, ils s’étendirent et développèrent. S’ils s’approchèrent du bonheur, ce fut grâce à leurs lois. Le monde entier reconnut leurs mérites et leur bravoure fit trembler les pouvoirs despotiques et les tyrans, qu’ils subjuguèrent bientôt et dont ils firent leurs tributaires. S’ils se livrèrent, au début, au vol et au brigandage, ils se relevèrent par la suite en se donnant de sages lois. Ils devinrent la lumière du monde et c’est grâce à la justice instaurée par eux que beaucoup apprirent ce qu’étaient les affaires honnêtes et les métiers avantageux où se révélèrent de nombreux hommes particulièrement valeureux. Malgré leurs croyances païennes, ils brillèrent par leur justice naturelle jusqu’au jour où repus, comblés et riches, ils abandonnèrent les pensées et maximes dont leur âme raisonnable était capable et se mirent à rechercher la gloire passagère de ce monde de vanité. Telles sont l’habitude et la tendance naturelle des hommes.

88(Les méfaits du pouvoir héréditaire)
Ils laissèrent s’installer [66] l’hérédité du pouvoir en se fiant aux bons empereurs, vertueux et courageux. Par reconnaissance envers ces bienfaiteurs, les sénateurs ne retirèrent pas aux fils la gloire d’empereur de leurs excellents pères et acceptèrent que cette fonction devienne héréditaire. C’est ainsi que de profondes ténèbres vinrent ternir leur lumière, que dans leur bonté se glissa la méchanceté et dans leur harmonie la discorde. Sommets et abîmes eurent raison de leur parfaite égalité, il y eut des grands et des petits : tel commença à s’enorgueillir du titre d’empereur, tel autre du rang de sénateur, etc., tant et si bien qu’ils mirent fin à leur concorde et à leur égalité, ouvrirent le verrou des lois, maintenu fermé depuis l’origine pour contenir les penchants naturels du cœur de chacun et laissèrent l’empereur agir selon sa volonté propre.

89(L’empereur qui éventra sa mère)
Pour toutes ces raisons, l’impiété entra dans leur cœur au point que l’un de leurs empereurs appelé Néron ordonna de faire éventrer celle qui lui avait donné la vie, pour voir le séjour de sa première enfance. C’est ainsi que périt la mère de Néron, empereur des Romains. Regarde donc les changements intervenus selon les époques, les discours et les actes. Tant que les Romains étaient soumis aux lois, nul n’osait regarder une femme de façon grossière, encore moins la contrarier, lui adresser des reproches ou l’ennuyer, etc., et quiconque s’adressait avec dureté à une femme était puni conformément aux lois ; mais ensuite, comme ils passèrent d’excellentes lois à un pouvoir despotique, [67] cela provoqua une grande différence à l’égard de la justice, des lois, de la liberté et de la paix ; à telle enseigne que l’empereur qui éventra sa mère ne fut pas condamné. Ce seul fait vous convaincra qu’il ne doit exister ou apparaître dans notre pays aucun homme despotique et tyrannique dont les actes ne seraient pas punis conformément à la loi.

  • 166 Dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Yéritsian, 1881, p. 26), Ch. Chahamirian écrivait é (...)

90(Il ne peut y avoir de justice sans lois)
Que nos lois soient notre maître et notre roi166. Ne nous inclinons devant personne, excepté nos lois et le Créateur Dieu. Donnons et recevons ni plus ni moins que ce que nous commandent les lois que nous aurons nous-mêmes choisies et par lesquelles nous aurons nous-mêmes statué sur nos propres actes. Que personne ne bafoue nos récompenses ou nos sanctions, car c’est par elles que le bien et le mal nous arriveront. Dieu nous préserve des faveurs comme du déshonneur ! Nous aurons ce que nous méritons, conformément aux lois. Nos lois ne seront que le moyen par lequel ce que nous méritons nous arrivera, nous l’accepterons donc en nous consolant, etc.

  • 167 Vraisemblablement Sénèque l’Ancien (ou le Rhéteur ; vers 54 av. J.‑C.– vers 39 apr. J.‑C.), père d (...)

91(La tristesse de la vieille femme)
Puisque nous parlons de Néron, le funeste empereur de Rome, je trouve utile de relater cette histoire : une vieille femme alla voir le père d’un grand philosophe167, se plaignit de la cruauté de Néron envers la reine, sa mère, et lui rapporta qu’il l’avait éventrée pour voir les entrailles où il avait été conçu. Elle lui relata ce crime avec une profonde tristesse.

92(La sentence du philosophe)
Ayant écouté patiemment [68] le récit de la vieille, ce maître lui répondit calmement, comme son tempérament l’y poussait : « Il m’apparaît que Néron, qui fit éventrer sa mère, peut être considéré comme meilleur que celle qui le mit au monde et donna un tel empereur à Rome. En faisant éventrer sa mère, Néron ne causa la fin de la vie terrestre que de cette méchante femme ; tandis qu’elle, en donnant le jour à cet être malfaisant, ruina la vie et l’honneur de son fils, corrompit sa vie, son âme et son corps en ce monde, mais encore voua son âme au feu inextinguible et éternel de l’enfer et, enfin, fit de lui le déshonneur des Romains en ce monde. » Nous observons de très grandes variations dans les tempéraments et les coutumes des différentes époques. Les Romains du temps des empereurs étaient ceux-là mêmes qui, au temps du Sénat, se gouvernaient selon d’inviolables lois et avaient inscrit dans l’un de leurs articles de loi : donner satisfaction à tous les désirs d’une femme enceinte de peur qu’une envie ne provoque une fausse couche et ne soit fatale à l’enfant. L’empereur Néron exerça son pouvoir tyrannique en dépit de ces lois. Son acte ne fut pas seulement illégal mais barbare, car faire périr sa mère, lui faire ouvrir le ventre, réaliser ainsi un désir abominable et une volonté tyrannique est sans équivalent chez aucune autre créature et, même, contraire aux mœurs de tous les animaux de la terre.

  • 168 Moïse De Khorène, 1993, II, 30, p. 185 : « Celui-ci [Abgar], plein d’admiration, crut sincèrement (...)
  • 169 C’est-à-dire Thaddée.
  • 170 Moïse De Khorène, 1993, II, 33, p. 187‑188 : « Après l’Ascension de notre Sauveur, l’apôtre Thomas (...)
  • 171 Ibid., II, 34, p. 190 : « Après la mort d’Abgar, le royaume d’Arménie est partagé en deux : son fi (...)
  • 172 Moïse De Khorène, 1993, II, 30, p. 190‑191 : « […] la venue de l’apôtre Thaddée en Arménie, la con (...)
  • 173 Ibid., II, 33, p. 187 : « […] Thaddée commença à lui enseigner l’Évangile, à lui-même et à sa vill (...)

93(Les variations de notre être)
Comme notre nature incline tantôt aux bonnes actions, tantôt aux mauvaises, [69] il est absolument indispensable, d’une part, de ne pas lui laisser libre cours et, d’autre part, de refuser le pouvoir à quiconque nous gouvernerait de façon tyrannique. Seules nos sages lois, grâce auxquelles chacun sera en mesure d’accomplir toutes les bonnes actions et empêché d’en commettre une seule qui soit mauvaise, garantiront que nos mères ne seront pas éventrées et que le sang versé à cause de nouveaux forfaits ne viendra pas s’ajouter à celui dont le pays est déjà souillé et largement abreuvé. C’est ainsi que nous préserverons nos hommes et nos femmes du déshonneur, nos filles des mauvais traitements, nos fermes du saccage, nos biens du pillage, notre liberté de la servitude, notre âme et notre corps des remords et des châtiments dans l’au-delà, etc. Pardonne-moi, lecteur, d’ajouter un nouvel exemple pour confirmer mes paroles au sujet de l’excellence des bonnes lois. Je dispose d’un grand nombre de témoignages, mais je ne veux pas trop prolonger mon propos ; toutefois, comme il est d’usage chez nous, chrétiens, de confirmer chaque parole grâce à deux ou trois témoins, sois patient, lecteur, et tu distingueras clairement les effets de notre caractère inconstant. Abgar, roi d’Arménie, inspiré par de bonnes pensées, opta, dans ce monde, pour la rédemption, afin d’obtenir la consolation et le salut de son âme et de son corps168 et, dans l’autre monde, pour la vie éternelle. Il se fia, sans l’avoir vu, au Christ, l’excellent Jésus de Nazareth, notre Sauveur. Il reçut le baptême et entra dans la loi du Christ par l’intermédiaire de son disciple169, en même temps que sa famille, les princes, ainsi qu’une foule innombrable170. Et ainsi, par l’âme et par le corps, il se rendit digne de la grâce. Mais son neveu, Sanatrouk171, roi d’Arménie, fit tuer le saint apôtre du Christ, Thaddée172, l’homme de Dieu, celui-là même qui avait baptisé et soigné son oncle, illuminant son âme dans [70] la vie éternelle et le guérissant de la lèpre173. Vois donc comme il fut payé de retour et comme les effets de notre nature peuvent varier, et ce non pas en l’espace d’un siècle ou d’une durée importante, mais en une génération. Le père professa la foi et obtint la grâce de la guérison ; le neveu livra à une mort violente l’homme qui guérit son oncle et sauva son pays. Par ce fait, il se condamna lui-même, mais voua également son peuple à porter le poids du péché. Notre espèce est très inconstante et très instable. Comme nous l’avons vu, les pensées et volontés du père – Abgar – et celle du neveu – Sanatrouk – sont aussi dissemblables et opposées que la lumière et les ténèbres. Par conséquent, nous ne devons manger, boire et dormir sans avoir auparavant adopté de bonnes lois et soumis notre nature à des liens et des chaînes si solides que nul ne trouve jamais le moyen de commettre des actions malfaisantes et tyranniques et que si, d’aventure, l’ombre d’une mauvaise action devait poindre, son auteur, quel qu’il soit, soit puni à l’instant selon nos lois. Ainsi, grâce à elles, nous demeurerons toujours dans une paix heureuse sur la terre comme au ciel. Nul, sur cette terre, n’échappe aux changements qui surviennent dans son être tout au long de la vie, de l’enfance à la vieillesse. Je n’ai aucun doute à ce sujet. Qui ne se surprit jamais à haïr ce qu’il avait aimé, à prendre en aversion ce qu’il avait désiré, à regretter ses actes, à déplorer ses fautes, etc., tout comme moi, qui te livre mes pensées et comme toi, lecteur, qui les reçois ?

  • 174 Dans la médecine grecque, la théorie des quatre humeurs mentionne la bile, le flegme, le sang et l (...)

94(L’état de l’être humain)
Alors, que faire de notre nature brutale qui [71] contient les capacités rationnelles les plus nobles de notre âme mais qui, par tous les sens de notre corps, de la tête jusqu’aux pieds, désire les vanités de ce monde ? Les mouvements qui enflamment les parties du corps et s’étendent à notre esprit sont causés par le mélange de la bile, du flegme, du sang et du vent, qui tirent tous leurs propriétés des quatre éléments originels174. Comme eux, ils s’animent parfois et se heurtent. Par le vent, l’orage, les éclairs, la foudre, les pluies diluviennes et la grêle, ils provoquent dans le monde les tremblements de terre, l’effondrement des montagnes et la destruction des habitations. Dans notre microcosme, c’est-à-dire dans la nature humaine, il en va de même : à cause de la chaleur du sang, de l’échauffement de la bile, de la froideur du flegme, etc., à certains moments de notre vie, notre être terrestre se transforme. Nous passons de l’enfance à la jeunesse, de la jeunesse à la maturité et à la vieillesse, etc. Les changements de notre être sont également dus aux circonstances : l’alimentation, les désirs, les malheurs de la pauvreté, la fierté de la richesse, etc., nous font changer chaque jour et nous maintiennent dans une instabilité continuelle. Je bâtis une maison ; mon fils la détruit et plante une vigne ; mon petit-fils l’arrache et construit une boutique. L’un est aimable et s’entoure d’amis ; l’autre est offensant et les disperse. L’un compatit, s’émeut et soigne ; l’autre s’emporte, pique et blesse. L’un demande à son ami d’intercéder pour obtenir un cheval ; [72] l’autre laisse ce cheval pour rien. L’un s’engage dans la voie de l’ascétisme et devient moine ; l’autre prend des remèdes pour renforcer son estomac et manger plus souvent. De nombreux autres changements de cet ordre se produisent dans notre être et c’est chose si naturelle que vous-mêmes, lecteurs, savez très bien de quoi je parle et connaissez tous de nombreux exemples à travers votre propre personne et votre propre être.

  • 175 Mat., XV, 14 b : « Or, si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou » ; Lu (...)

95(Le fautif n’aime pas la loi)
Alors, que faire d’un naturel si déréglé ? Comment le gouverner ? Comment se gouverner avec un naturel si versatile ? Ce qui paraît beau aujourd’hui semblera laid demain ; ce qui semble agréable lors que nous avons faim nous paraît insipide quand nous sommes rassasiés. Celui que nous croyons constant dans la sagesse de ses pensées et à qui nous donnons le pouvoir de juger les coupables est, lui aussi, faillible ; comme moi ou comme toi, qui sommes aussi faillibles que le coupable lui-même. Peut-il alors juger légitimement et équitablement ? Non, car ce juge, par une décision arbitraire ou en raison de ses propres fautes, libérera le coupable. Le juge et le plaignant s’entraîneront dans la chute et, comme dit le Seigneur, si un aveugle conduit un aveugle, tous deux tomberont dans le trou175. Soyez patients, lecteurs, écoutez encore mes paroles. Je ne me contente pas d’affirmer, je prouve que nous sommes vraiment indignes. Nous reçûmes un corps doté des capacités supérieures de notre âme rationnelle et une vie libre sur cette terre. Personne au monde ne peut supprimer les capacités de notre âme, ni commander à notre raison au moyen de la vie et de la mort, si ce n’est le Seigneur, notre Créateur. Nous avons le pouvoir de préserver, par nos actes, la dignité de notre espèce, [73] en régnant sur les animaux dénués de raison et en nous gouvernant, non pas en nous dominant les uns les autres, mais au contraire en aimant nos compagnons et en nous soumettant aux lois que nous aurons choisies parce qu’elles nous auront paru excellentes en tous points et que nous aurons accepté de conduire notre vie dans le cadre de ces lois.

  • 176 Voir Piège, p. [23].

96(La soumission aux lois)
Que ces lois seules règnent sur nous, nous empêchant, par le moyen de nos lois pénales, de commettre de mauvaises actions et nous laissant toute latitude pour accomplir les bonnes, autant que les capacités de notre corps et les facultés de notre âme nous le permettent. Elles seules peuvent inspirer à notre tempérament versatile la peur de faire le mal et de commettre des fautes. Nous conduirons alors très facilement notre vie terrestre dans l’honneur et la liberté, en amassant des trésors dans la vie éternelle176. C’est ainsi que notre Père créateur, à qui nous devons la vie, nous reconnaîtra pour ses fils. Un devoir pèse sur nous : nos actes doivent être dignes de notre Créateur.

  • 177 Voir Piège, p. [18].

97(Qui sait, mais ne fait rien, est abreuvé de coups)
Développant tout cela dans notre esprit, nous instruisant grâce aux facultés de notre âme et voyant, dans le monde, les nombreux exemples d’autres nations qui, elles, sont libres, nous comprîmes que le moyen de contenir l’instabilité de notre nature était facile à trouver, qu’il pouvait nous rendre heureux, nous-mêmes ainsi que notre honorable nation, et que nous méritions aussi d’être considérés comme les fils de notre Père créateur, mais nous n’en tînmes pas compte. Si nous persistons à ne pas en tenir compte, nous n’échapperons pas au déshonneur. Connaître la possibilité et le moyen de notre bonheur et ne pas chercher à l’atteindre mérite une copieuse bastonnade, nous en sommes convaincus et ce n’est que justice, puisque [74] le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, ne l’accomplit pas est abreuvé de coups177.

  • 178 Madras est un port. D’une façon générale sur le climat, les maladies et la mortalité, voir le Dr G (...)

98Je crois savoir que nous fîmes jadis très longtemps preuve d’une conduite insensée en nous soumettant servilement à des chefs tyranniques et nous fûmes non seulement abreuvés de coups, mais encore pillés, maltraités, réduits à la captivité et à la misère ; pis, nous fûmes chassés, dispersés à travers le monde, quittant la tendre mère de l’Arménie, notre Nakhitchevan natal. C’est à peine si nous pûmes trouver un lieu habitable en terre étrangère et celui où nous élûmes domicile ne vaut rien. Même les ours de notre pays ne voudraient pas y vivre, tant à cause de la salinité de l’air178 que de la chaleur et de l’ardeur du soleil, de la rareté de la nourriture, de l’affaiblissement du corps et de bien d’autres raisons encore.

  • 179 Voir Arakel de Tabriz, in Brosset, 1874, I, p. 296‑303.

99(Les Arméniens ne trouvèrent pas de lieu de sépulture)
Il arriva même bien souvent à nos déportés de ne pas trouver, en terre étrangère, de sépulture pour inhumer leurs défunts179.

  • 180 Voir Piège, p. [18].
  • 181 Le sens probable de ce passage est : manger pour assouvir sa faim ne peut être considéré comme un (...)

100(L’aveu de péchés que nous n’avons pas commis)
Nous fûmes abreuvés de coups180 pour ne pas avoir préservé notre liberté alors que nous en avions le moyen. Nous avons fait de nos actions et entreprises insensées une habitude. Nous nous accusons et nous déclarons coupables de tout ce qui nous est arrivé. En vérité, toutes nos privations et nos tourments : délaissement, misère, déportation, captivité, pauvreté, etc., sont dus à nos péchés. Il nous faut toutefois savoir quelles sont les fautes qui, selon nos croyances actuelles, ne sont pas considérées comme des péchés capitaux. Les voici : l’homme affamé veut manger et se rassasier, l’homme nu veut se vêtir, le bel homme veut être aimé, etc. Aucun être humain ne peut s’empêcher de commettre de telles [75] fautes bien naturelles181. Et il n’est pas possible que manger, s’habiller ou se marier expose à être privé de la bonté du Seigneur et à perdre le privilège de la liberté.

  • 182 Voir Piège, p. [14] et [76].
  • 183 Cette périphrase désignant les Arméniens se trouve également dans le Guide, Thorgom étant le père (...)

101(Nous devînmes, par notre paresse, l’objet du mépris des hommes182)
En revanche, le plus grave de nos péchés capitaux est la paresse, cause de tous les péchés mortels. Nous avons négligé de prendre le remède à notre inconstance lorsque nous étions encore en bonne santé, c’est-à-dire exempts d’envie, de parti pris, de toute idée d’intérêt particulier, mais au contraire impartiaux, capables de choisir des règles et des lois en fonction des capacités rationnelles de l’âme et de les instaurer en vue du bien général. Cela n’eût alors pas été si difficile, ni contraignant ; cela n’eût rien retiré à notre vie terrestre et n’eût menacé en rien la vie de notre âme dans l’au-delà. Bien au contraire, les lois sont commodes, douces et agréables pour notre pays et notre nation. Admirables et sacrées, elles protègent et assurent, tels des remparts souverains, une vie douce et paisible comme celle de l’enfant dans le ventre maternel. Elles sont le seul moyen de mettre fin à notre déshonneur. Il m’est pénible de rappeler l’ignoble infamie infligée à notre nation par des hommes sans foi ni loi, infamie dont nous portons toujours le poids sur nos épaules. Je ne souhaite donc pas, lecteur, te rappeler tout ce que je sais, mais juste ceci : s’il t’arrive personnellement de rencontrer des hommes vivant dans des pays impies, vois de quels noms ils affublent les Arméniens, au lieu d’« invincibles thorgomiens183 ».

  • 184 Voir Piège, p. [14] et [75].

102(L’honorabilité du pays d’Ararat)
Et nous, fils du courageux Hayk, enfants bénis du Nakhitchevan, qui sauvâmes l’espèce humaine du Déluge qui fut sur toute la terre, [76] loin d’être l’objet d’une estime toute particulière, nous fûmes, à cause de notre inorganisation, particulièrement outragés par les hommes et méprisés par les peuples184.

  • 185 Mat., V, 33‑34 a : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras pas (...)

103(Tous les hommes naissent égaux)
Il est donc indigne de rester éternellement dans cet état, car nous appartenons à l’espèce humaine au même titre que toutes les nations heureuses qui existent aujourd’hui dans le monde. Nous bénéficions même d’une grâce et d’une miséricorde toute spéciale de la part du Seigneur, qui nous a donné le pays d’Ararat regorgeant de toutes sortes d’êtres et de biens : hommes, animaux, fruits, blé, vin, huile, reptiles et oiseaux y sont bien plus nombreux que partout ailleurs dans le monde. Rien n’était donc de nature à attirer sur nous l’injure et l’humiliation. La seule cause et la seule insuffisance consistent dans notre absence de lois, due à notre paresse. Je ne jure pas, car jurer est un péché185, mais je suis fermement convaincu que tant que nous n’aurons pas décidé des lois, de l’organisation et des règles, tant que nous n’aurons pas fixé les limites de ce qui est légal, notre paresse ne se dissipera pas, elle empêchera notre nation de briller et la beauté de tout ce que nous aurons fait de plus précieux restera inconnue. Réfléchis, lecteur : si tu ne connais pas les règles qui permettent de façonner ton or brut pour en faire des chandeliers brillants de bel aspect, il t’apparaîtra semblable au soc de fer avec lequel tu laboures la terre. Ainsi, tu risques souvent de ne pas déceler la valeur des choses précieuses. Le Créateur notre Dieu crée chaque jour des êtres nouveaux. Aurait-il fait l’un sage et l’autre ignorant ? Loin de moi cette pensée ! Les êtres humains naissent égaux, mais celui qui bénéficie d’une bonne nourriture et étudie les arts auprès d’un [77] maître sage est instruit et façonné pour devenir lui-même un être sage. En lui enseignant le bien et le mal, le digne et l’indigne, le maître fait un superbe chandelier d’un être élevé sans discipline, brut et non poli, comme cet or profondément enfoui que l’on prenait pour du fer. La cause de cette amélioration réside dans de sages dispositions, que tu découvriras justement dans mon opuscule et qui consistent en une petite série de règles.

  • 186 Lév., XIX, 18 b : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » ; Mat., VII, 12 : « Donc, tout ce que (...)
  • 187 Voir Piège, p. [47] et [54].

104(Qui ne respecte pas les lois est ennemi de la justice)
En lisant avec attention cette série d’articles de lois, imagine, en guise d’expérience, qu’elles s’appliquent à toi. Considère que tout cela t’arrive et que ce qui est mentionné à propos de la rétribution des œuvres te soit appliqué. Alors, tu verras que, manifestement, ces règles peuvent être tout à fait sages et faciles à agréer, puisque selon la parole du Seigneur, ce qui te paraît mal, ne le fais pas à ton compagnon186. Si tu es bon, la loi te paraîtra bonne comme elle paraîtra bonne à tous les hommes bons. En revanche, les règles énoncées ici sont parfois considérées comme très mauvaises par les scélérats, hommes sans scrupules et imbus de l’impudence de l’orgueil, qui versèrent plus d’une fois un sang innocent en évitant eux-mêmes la mort. Il semble très difficile de rendre œil pour œil et dent pour dent187 à des hommes si mauvais et vils, mais s’il n’y avait pas de rétribution pour nos bonnes ou mauvaises actions, le pays serait miné par l’anarchie, les villes et les villages tomberaient progressivement en ruine et cet état est en fait celui où nous nous trouvons aujourd’hui.

105Les personnes honnêtes, [78] les hommes de bien pourraient-ils se mettre à l’œuvre et s’efforcer d’accomplir de bonnes actions s’ils n’avaient pas l’espoir de recevoir la rétribution de leurs actes ? Un scélérat qui ne craint pas de voir sa méchanceté punie par la loi peut-il réprimer ses sens et s’abstenir de commettre des fautes ? Comme nous l’avons déjà dit, notre caractère est toujours inexplicable et inconstant ; c’est pourquoi nous devons établir des règles, nous soumettre aux lois et conduire notre vie dans ce monde de vanité, dotés d’un caractère inconstant, selon les règles que nous choisirons pour le bien de notre âme et de notre corps.

106(Est désirable ce dont nous sommes dépourvus)
Il est dans la nature des hommes de s’évertuer à obtenir ce qu’ils n’ont pas et de négliger ou de se priver de ce qu’ils ont toujours à leur portée et qui a été fait pour eux. Ainsi, tous, grands et petits, riches et pauvres, passent leur temps à protéger leur personne et leurs biens : les princes par des forteresses et les petites gens par des maisons regroupées dans des lieux entourés d’enceintes. Je ne prétends pas pouvoir vous donner l’emplacement exact où se trouvent les clés de la porte qui garantirait la sécurité de votre personne et de vos biens, de vos richesses et objets précieux, sécurité dont vous ne jouissez pas pour le moment car ces clés ont été depuis longtemps perdues chez nous, mais je puis en indiquer la direction. La voici : les clés de la porte menant à votre second paradis, le pays d’Ararat, sont vos lois, dispositions et règles qui vous indiquent quelles sont les bonnes et les mauvaises actions, ce qu’il faut faire [79] et ne pas faire. Les lois renforceront en votre cœur la ferme intention de vous y soumettre et, grâce à elles, non seulement vous obtiendrez la sécurité de votre personne et de vos biens, mais encore vous aurez du temps à consacrer à l’étude des arts et des métiers, de la sagesse et de l’habileté, lesquels apporteront à votre nation la prospérité et à vos gouvernants une aide substantielle, car en leur payant plus de taxes, de droits et d’impôts, vous éviterez qu’ils ne vous en extorquent, comme c’est le cas aujourd’hui.

  • 188 Isaïe, X, 12‑14 : « Or, quand le Seigneur aura achevé toute son œuvre sur le mont Sion et à Jérusa (...)
  • 189 Voir Piège, p. [46].
  • 190 La tripartition courante dans les sociétés indo-européennes, selon Georges Dumézil, distingue entr (...)

107(Douceur de la liberté)
C’est ainsi que vous conserverez votre liberté d’action et que votre cœur s’affranchira de la crainte d’être lésé par des hommes malhonnêtes. Chacun pourra penser et s’exprimer librement et se considérer comme réellement en possession de ses biens ; personne ne pourra y toucher, il ne manquera pas un cheveu à votre tête et nul ne pourra mettre la main sur un seul de vos œufs188. Vous serez maîtres de vos biens et assurés de posséder réellement ce qui vous appartient. Vous pourrez ainsi répartir votre temps entre les occupations liées au travail, la prière, les banquets, l’étude, etc., et chacun sera respecté dans notre pays. Les hommes doux et humbles189 iront vers la prêtrise, les hommes braves et intrépides vers le métier des armes, les hommes endurants et courageux vers les travaux d’agriculture et les maîtres en divers arts vers la sagesse190. Nous trouverons ainsi parmi nous de quoi pourvoir à tous nos besoins. Considérons-nous comme des hommes dignes de respect et l’observance de nos lois nous rendra dignes d’être reconnus par le Créateur comme ses enfants ; [80] chaque créature du Seigneur se soumettra à l’autorité, à la dignité, et à la capacité rationnelle de l’âme que notre Seigneur et Créateur n’a attribuée qu’à nous.

  • 191 Jean, X, 11 : « Moi, je suis le Berger, le bon [berger]. Le berger, le bon [berger] livre sa vie p (...)
  • 192 Jean, VI, 37 : « Tout ce que me donne le Père arrivera vers moi, et celui qui vient vers moi, je n (...)
  • 193 Voir par exemple Pr., III, 12 : « Car Yahvé réprimande celui qu’il aime et comme un père le fils q (...)
  • 194 On peut rapprocher ce passage du Commentaire du Cantique des cantiques, de Grégoire de Narek, Pétr (...)

108(Ne reconnaître qu’un seul roi : Dieu)
Soyons dignes de l’honneur de régner sur ces créatures en nous soumettant à notre tour, à travers nos lois, à notre seul roi et Dieu créateur, qui a autorité sur notre âme, notre corps et notre vie. Nous devons le glorifier pour sa souveraineté sur notre espèce et notre âme rationnelle, car nous lui devons l’existence. Il est le seul être dont nous soyons les sujets ; nous sommes les brebis de son troupeau191 et cette soumission de notre âme au Créateur ne provient pas de notre volonté, d’un désir tardif, de notre caractère inconstant ou encore des circonstances. Au contraire, elle est la même qu’au début de la Création, quand notre Créateur l’insuffla dans notre nature. Mais nous n’écoutâmes, ni n’observâmes le commandement de notre Créateur. Nous désobéîmes et la transgression de l’interdit de notre Seigneur créateur nous ravala au rang des êtres dénués de raison et fit de nous leurs semblables. Toutefois, nous croyons à la promesse si généreuse de Notre Seigneur Jésus qui a dit : « Je ne renverrai pas celui qui vient à moi192. » Même déchus depuis longtemps de la gloire que constitue la puissance rationnelle de l’âme, nous ne sommes pas encore voués à la mort. Une certitude en témoigne au fond de notre cœur : nous fûmes punis par le Seigneur pour notre péché de désobéissance mais nous savons aussi que, logiquement, celui qui punit n’a pas l’intention d’abandonner ceux qu’il punit puisque, selon la parole même du Seigneur, il aime celui qu’il punit193. Pour étayer encore mes propos, j’ajoute que si, ayant enfreint le commandement du Seigneur, nous vivons depuis longtemps dans un état de désobéissance, [81] si, pour ce péché, nous perdîmes le bénéfice de la liberté et de l’immortalité, notre Seigneur et Créateur ne retira pas à notre espèce les facultés rationnelles de notre âme, dont il nous avait fait la grâce exclusive194. C’est donc qu’il nous laisse du temps et nous promet, de sa sainte Bouche, de ne pas nous chasser. Et notre Créateur omniscient conserve à notre âme rationnelle ses capacités et promet de nous accueillir car, perçant tous les mystères, il sait que nous nous réveillerons du sommeil de la paresse et nous souviendrons du pouvoir de notre âme car nous sommes la demeure de l’âme rationnelle par l’insufflation de notre Seigneur et Créateur. Nous sommes faits de terre, mais dans cette terre se trouve la très précieuse faculté rationnelle de notre âme qui vaut plus que toutes les pierreries contenues dans le sein de la simple terre, ce qui nous ramène à l’idée que nous fûmes bien formés de la propre main de notre Créateur, que nous reçûmes de lui les facultés spirituelles nécessaires pour dominer tous les animaux de la terre et que, par les lois, il nous fit libres. Il ne tient donc qu’à nous de boire la coupe de la rétribution de nos actes, bien qu’en désobéissant, nous ayons pour châtiment de goûter à la mort dans la misère dont nous souffrons à présent. Nous pouvions très bien prévoir ces souffrances, mais nous avons tout de même péché, par erreur, par convoitise ou par fourberie, sans perdre toutefois les facultés rationnelles de notre âme, ce qui nous permet de réfléchir à nos erreurs et à l’équité de notre Créateur.

109(Prière adressée au Seigneur Dieu)
Nous devons donc tourner notre visage sombre et honteux vers les portes de notre Créateur qui attend patiemment depuis si longtemps que nous nous relevions de notre chute, [82] que nous nous redressions par nous-mêmes. Souhaitons que désormais, rejetant tout espoir en quiconque – explications d’un parent, autorité des forces armées ou de toute autre créature terrestre – mais fions-nous uniquement à notre Seigneur et Créateur, Dieu unique et sans pareil.

  • 195 Luc, XV, 18‑19 : « Je veux partir, aller vers mon père et lui dire : Père, j’ai péché contre le Ci (...)

110(Le repentir)
Sans plus attendre, retournons vers lui, comme le fils prodigue, et avouons-lui la vérité : « Père, nous avons péché. Nous avons désobéi et sommes malheureux195. Écoute-nous et regarde-nous, Seigneur. Pour nous avoir formés, tu sais que nous sommes les demeures, faites de terre, de la précieuse faculté de l’âme. Nous reconnaissons la vérité et te la confessons : nous avons péché par notre désobéissance et nous nous repentons. Reçois-nous, Seigneur, comme le fils chéri de la parabole et ouvre-nous ton foyer opulent, pour que nous ne soyons pas complètement perdus à cause de la faim de notre désobéissance. »

  • 196 Luc, XVI, 8, et voir Piège, p. [24].
  • 197 Souvenir de Gen., III, 4, où Adam et Ève écoutent au contraire les paroles tentatrices du Serpent.
  • 198 Piège, p. [27].

111(Par le repentir, nous nous élèverons vers Dieu)
« Nous te promettons, Seigneur, de garder à l’avenir tes commandements. Nous nous abstiendrons d’actions mauvaises, nous n’excuserons aucun homme en ayant commis de telles et nous nous purifierons du mal, ton ennemi. Nous honorerons les hommes de bien, non pour ce qu’ils sont, mais pour la valeur de leurs œuvres, comme tu le fais pour ceux qui t’aiment. Préserve, Seigneur, la puissance rationnelle de l’âme à ces vases de terre que nous sommes afin que nous soyons tels les fils de ce monde-ci, auxquels se rapportent les paroles de ton fils bien-aimé : plus sages que ceux de la lumière196. Nous ne croyons pas aux autres paroles délétères197, mais seulement aux tiennes, Seigneur, et ne laisserons pas notre caractère inconstant agir selon sa pente naturelle, comme par le passé, mais selon ta volonté et [83] tes commandements. En nous fiant à toi, unique créateur, en abandonnant les opinions, volontés et désirs de notre enfance, de notre jeunesse et de notre maturité, en comprenant la vanité des aspirations de notre être de terre, la ceinture solidement attachée autour de la taille198 grâce au pouvoir rationnel de notre âme et, avec ton aide, nous pouvons entreprendre de fabriquer un piège ; un piège fait d’inviolables lois, afin d’enchaîner solidement notre caractère inconstant. Notre enveloppe de terre se moulera, par le pouvoir rationnel de notre âme, dans cet admirable piège formé par l’action de ta grâce dans le but de distinguer toujours les bonnes actions. Ainsi, les capacités de notre âme seront libérées du malheur de notre inconstance et il ne sera plus fait d’offenses aux hommes de notre pays, car nous pourrons défendre notre précieuse liberté et, enfin, notre conscience sera exempte de faute, ce qui permettra à notre âme et à notre corps d’être absous devant ton tribunal, Seigneur, et dans la vie éternelle. »

  • 199 Ibid., p. [2] et [17], puis [84] et [337].

112(Les imperfections de ce livre)
Mon incompétence dans les lettres et dans l’art d’écrire fut déjà maintes fois mentionnée199, mais je la rappelle : je considère comme un grand honneur de compter parmi les très humbles Arméniens, fils de Japhet ; c’est pourquoi il m’est pénible de me rendre compte de mon incompétence. Je ne connais pas tous les termes de la langue arménienne, n’ai aucun don pour l’art d’écrire ou de parler, mais seulement un grand zèle pour mon pays et pour mon peuple, zèle qui seul compense l’imperfection de mon art. Je sollicite donc la bienveillance du lecteur et compte sur son indulgence à l’égard de cet ouvrage [84] plein de maladresses.

  • 200 C’est-à-dire « éloquent » (ոսկեբերան [voskébéran], traduction littérale du grec « Chrysostome »).
  • 201 Source possible dans le Commentaire du Cantique des cantiques, de Grégoire de Narek, Pétrossian, 2 (...)
  • 202 L’auteur cite ici des paroles prononcées par le prêtre dans la liturgie apostolique : « Rends-nous (...)

113Certes, je ne m’exprimai peut-être pas toujours clairement, dans une langue agréable aux lecteurs, et m’expose ainsi au mépris et aux railleries du moindre séminariste, mais je pris sur moi le risque de paroles blessantes de la part des savants et il me suffit que croissent dans leur cœur les germes de l’émulation. Il fut impossible, en effet, d’associer réellement ne fût-ce qu’un seul de nos savants et hommes de lettres à cette entreprise. Mon livre les incitera peut-être à corriger les défauts de ma rédaction et à rendre honneur à la nation arménienne et à sa dignité. Heureux l’homme qui, par esprit de rivalité ou bien par amabilité, complétera les idées contenues dans ce livre et en formera d’autres, encore meilleures, qui me sont inconnues ! Heureux ceux qui vivront en ces temps bénis où l’on verra l’émulation que suscitent mes idées ! Heureux ces temps où les hommes de lettres me reprocheront l’imperfection de mes écrits, l’attribueront à mes péchés et se demanderont comment un simple marchand ayant passé sa vie en terre étrangère put penser qu’en tissant laborieusement son ouvrage, telle une araignée, il mènerait à bien une œuvre d’une telle ampleur ! Gloire à l’homme instruit, à la bouche d’or200 et au style agréable qui, avec éloquence et en se fondant sur le droit naturel201, instaurera les lois par lesquelles mon peuple s’affranchira du joug des chefs tyranniques, retournera dans son pays, l’Arménie, pour y jouir d’une vie réglée par les lois ! Je ne souhaite pas [85] d’autre consolation, ni dédommagement pour mes peines. Et, enfin réunis, nous glorifierons notre Seigneur créateur, Père, Fils et Esprit saint, Dieu unique, maintenant, constamment et pour l’éternité202.

  • 203 Ces trois exemples pourraient être des phrases familières au lecteur du xviiie siècle, mais il est (...)
  • 204 Ces termes sont tout de même donnés par l’auteur en arménien dans le texte. Veut-il dire que ces m (...)
  • 205 L’auteur manifeste un constant souci de rationalisation par uniformisation : uniformisation de la (...)
  • 206 Tous ces termes désignent le pouvoir à des niveaux divers, dans des langues et des aires culturell (...)
  • 207 D’après Atcharyan, « boisseau » : Hratchya Atcharyan, 1902, թուրքերէնի փոխարեալ բառեր հայերէնի մէջ(...)
  • 208 S’il s’agit du girä (transcription allemande) ayant cours au Caucase, cette mesure équivaut à 103, (...)
  • 209 Mesure de poids en usage dans les provinces irakiennes de Bagdad et Bassorah, dans l’Empire ottoma (...)
  • 210 Il s’agit probablement du batman tilani en usage au Karabagh, unité de poids équivalant à 13,82 kg (...)
  • 211 Le stil géorgien (du persan istil) équivaut à 0,26 kg. Wagner & Strackerjan, 1855, p. 277.
  • 212 Dans le Caucase comme dans de nombreux pays, cette unité pouvait s’appliquer à des solides, comme (...)
  • 213 Terme parfois orthographié Kharwar, avec une variante : Khalvar (ou Khalwar). Mesure en usage en p (...)
  • 214 Ces deux premières unités de distance sont persanes et leur nom est donné en persan. Les deux dern (...)

114(Le nom de chaque chose)
De même qu’il est d’usage, en chaque chose, de commencer par définir les termes, les mesures et les poids, nous devons expliquer le sens des mots employés ici dans leur forme courante. N’est-il pas vrai que tant que n’ont pas été précisés les noms des os de nos membres, nul ne peut parler de notre morphologie ? Ainsi : Manassé a le bras cassé. Si l’on ne connaît pas le sens de ces mots, comment savoir quel membre est le bras ? Ou encore : Basile de Marach a reçu trois talents de l’empereur. Comment apprécier la valeur du don sans connaître celle du talent ? Autre exemple : le stratège Vardan a parcouru, avec son armée, six stades en un jour203. Sans savoir combien mesure un stade, comment connaître la longueur de la course du stratège ? Et ainsi de suite. Ainsi, il conviendra d’expliquer les termes servant à désigner les différents documents officiels : ceux que l’on revêt d’un sceau (lettres de bénédiction, de protection, décrets et autorisations par lesquelles sont accordées des concessions ou des fonctions) comme ceux dont on fait usage dans la vie courante (reconnaissances de dette, garanties, contrats, reçus, etc.). De même pour les termes « palais », « conseil », « tribunal », « prison » ; ceux de « prince », « gouverneur », « ministre », « généralissime », « commandant », « gouverneur d’une province » et ceux qui désignent les armes et l’équipement des soldats. Tous ces termes et beaucoup d’autres existent depuis longtemps dans la langue arménienne, mais aujourd’hui, à cause de mes insuffisances, ils me sont inconnus204 [86] comme ils sont ignorés de tous. Alors comment mener à bien la tâche dans laquelle je m’engage – indiquer le nom des choses – si je ne peux nommer cette tâche, ni vous apprendre la mesure et le poids de la chose, puisque je les ignore ? Je le répète, mon zèle l’emporte sur mes lacunes et mon incompétence, aussi, je ne peux laisser mon exposé inachevé. Mon dévouement me porte plutôt à croire qu’il vaut mieux attribuer de nouveaux noms et définir de nouveaux poids et mesures, non pas dans le but de supprimer les mots existant dans la langue arménienne – à Dieu ne plaise ! – mais pour me permettre, au besoin, de me remémorer mes paroles et de faciliter la compréhension des lecteurs. Je parlerai donc des lois en attendant que le Seigneur nous visite et qu’apparaisse un véritable homme de l’art, instruit, informé des livres et de l’histoire des nations étrangères, connaissant parfaitement les termes arméniens et les noms de toutes choses qui, aujourd’hui, sont comme perdus pour moi. Il pourra donner à chaque chose son nom exact, car un nom a été inventé pour chaque chose, pour tous les poids et mesures et pour les personnes, afin que, sur un même territoire, les Arméniens reconnaissent uniformément les mêmes poids et mesures, les mêmes définitions pour les fonctions officielles, etc., non pas comme aujourd’hui où, selon les habitudes et les dialectes de chaque province, on donne à la même chose des noms si différents que tout le monde s’y perd205. Aujourd’hui, par exemple, les chefs sont appelés ici mélik, là tsrvor, réis, kéofkha ou kalantar206. [87] Certains mesurent en kila207, d’autres en giri208, thaghar209 ou tilani210. Les unités de poids sont appelées istil211, mais aussi litre212 ou kharvar213. Les distances sont tantôt mesurées en parasanges, tantôt en étapes, en stades ou en coudées214, etc. Or, le vocabulaire arménien est très complet et il existe, pour tout cela, des dénominations exactes que je ne suis pas seul à ignorer : je n’eus jamais l’occasion de rencontrer quelqu’un, parmi nous, qui possédât ces connaissances et puisse me les enseigner et, pourtant, je suis certain qu’il existe chez nous de nombreuses personnes persévérantes, instruites et entendant parfaitement la langue arménienne. Celui qui viendra ordonner, avec nos mots, tous les noms de poids et mesures et les clarifiera pour la commodité de son peuple méritera que sa mémoire soit honorée. Et ce qui me pousse à insister autant sur les mots, c’est mon incompétence en la matière et mon désir, plus fort que mes insuffisances. Je pensai, avec si peu de possibilités, pouvoir tout de même mener à bien mon travail, mais celui qui viendra démêler mes définitions confuses et désordonnées dans un arménien rigoureux fera de moi son obligé et ses bienfaits ne seront jamais oubliés.

115Lecteurs, mes amis, je crois encore devoir vous dire et vous assurer que la vérité d’un propos n’est absolument certaine que si elle est la même pour tous les observateurs. Or, sur cette terre, rien de ce qui dépend des choix rationnels de l’homme (règles et lois, commandement ou obéissance, amour ou inimitié, honneur ou [88] déshonneur, vie ou mort) ne peut être ni demeurer solidement établi s’il n’est en accord avec la nature humaine.

  • 215 François Bernier cite un « proverbe en vers persans » qui recommande ceci : « Si le roi dit en ple (...)

116(Nul ne peut aller contre la nature humaine)
Le jeune lecteur candide se demandera peut-être pourquoi empereurs et rois ordonnent parfois des actes contraires à notre nature, s’abattent sur nous comme la foudre et nous anéantissent. Quelques mots pour illustrer ce que je viens de dire : l’empereur m’ordonne de prendre des ailes et de voler dans les airs, de me glisser dans un tuyau et d’aller au fond de la mer océane, de regarder le soleil en face et d’observer ce qu’il contient, ou encore de m’abstenir de nourriture et de retenir la miction pendant quarante ans ou autres choses contraires aux exigences de la nature. Réfléchis, lecteur, à ce que je viens de dire à travers ces simples exemples. Tu peux toi-même mettre fin à ton attachement à l’empereur, à ta crainte et à ta soumission215. Je sais que nul ne peut aller contre la nature et il n’y a pas là la moindre sédition ni insubordination aux ordres de l’empereur.

117(L’action contre nature est destructrice)
Aucune obligation, aucune loi et en général aucune disposition contraire à notre nature ne peut s’instaurer et durer. Au contraire, les ordres contre nature ne font que détruire et ruiner ce que nous construisons, [89] nous souiller, nous asservir et offenser notre dignité, etc. Ayant la certitude que mes idées sur les dispositions durables et fondées sont bénéfiques à notre vie dans ce monde et propres à permettre le repos éternel dans l’au-delà, je souhaite aussi en convaincre les lecteurs par notre propre exemple. Considérez cet être agité, inconstant et instable qui ne supporte rien de ce qui le contrarie et ne peut rester une heure, un jour, dans les mêmes dispositions. Le seul moyen de sauver cet être de l’inconstance et de ses dangers, de le rendre heureux et digne de respect consiste dans le pouvoir rationnel de notre âme, seul capable de déterminer des limites inviolables et d’excellentes lois, conformes à notre nature corporelle comme à notre raison. Tel est le seul moyen, comme nous l’avons dit, d’admettre des lois de bon gré, de nous y tenir fermement, de mettre fin à notre inconstance et de devenir des hommes dignes de respect chez qui la justice est célébrée. Les sentiments influent constamment sur l’homme sans rencontrer d’obstacle, au gré d’une volonté changeante. Il se contente parfois de désirer, parfois il s’agite, parfois même, il agit. Et cette inconstance est en partie due à ceci : chacun, par nature, à tendance à se [90] croire supérieur aux autres. Chacun s’estime important, sage, riche, puissant, savant et expert en tous les arts, sans voir aucun de ses défauts.

118(L’homme est, par nature, doté d’une volonté tyrannique)
La tendance à imposer notre volonté apparaît en nous dès la naissance. Si l’on ne peut la percevoir avant, on la devine cependant à la façon dont l’enfant bouge dans le ventre maternel et manifeste son pouvoir tyrannique, car l’enfant bouge quand et comme il veut. Après la naissance, son enfance témoigne de la façon dont il use de ce pouvoir, car il joue et remue, passe de la tristesse à la joie au gré de sa volonté et de son bon plaisir. Même devant un objet inconnu, même trompé par ses parents et sa nourrice, il ne remet pas en cause ses pensées et se croit seul à pouvoir accomplir ce qu’il fait. Ceux qui accomplissent ce qu’il ne sait pas encore faire suscitent toujours sa jalousie, même s’il éprouve pour eux de la sympathie. Il se demande pourquoi il ne fait pas mieux que les autres et, souvent, cette émulation provoque des actions, bonnes ou mauvaises ; tout comme le forgeron devient chaque jour plus habile. Tu peux vérifier ces paroles, lecteur, en comparant mes propos à tes idées, à ta volonté et à ton caractère et je suis tout à fait certain que tu retrouveras en toi-même ce qui vient d’être dit. Vous ne serez donc pas surpris – ni contrariés – si je prie ici les lecteurs et les auditeurs de ne pas prendre ombrage, de ne pas me reprocher d’avoir écrit ce livre et de ne pas me juger indigne de cette initiative bénéfique. [91] Car pourquoi personne ne l’a-t-il écrit avant moi, qui ne suis qu’un homme insignifiant ? Je connais mon caractère. Comme je viens de l’exposer, je ne fais pas exception à l’espèce humaine et ne peux nier l’influence de ma nature et, généralement, de la nature, sur moi, mais j’assure devant Dieu et devant vous que mes idées n’ont pas été contaminées par mon inconstance, ni par un quelconque désir de me prendre pour un sage, un précurseur ou un savant ou, encore, de considérer mon livre comme quelque chose que nul autre n’eût pu écrire. À Dieu ne plaise !

  • 216 Voir Piège, p. [17], [29], [49], [50], [104], art. 519 et p. [337].

119(La servitude, pour les Arméniens, s’est tournée en habitude)
Je crois simplement que mes frères, fils d’Arménie, ont oublié qu’il est possible d’échapper à la domination étrangère216. Pour avoir été depuis si longtemps assujettis, ils ont appris la servitude et une longue habitude peut devenir une seconde nature.

  • 217 Depuis la fin du royaume de Cilicie (1375).
  • 218 La perception d’un danger quant à la perpétuation de la langue arménienne, jointe à l’importance q (...)

120Je pense avoir le droit de m’exprimer avec une telle franchise car la nation arménienne étant assujettie depuis plus de quatre cents ans217, nos écoles ont été fermées, l’instruction n’a plus été dispensée et notre langue s’est mêlée de vocabulaire étranger, empêchant la lecture de notre histoire et sa connaissance. C’est pourquoi, aujourd’hui, si peu d’enfants arméniens savent et aiment lire. Rares sont ceux qui déchiffrent, plus rares encore ceux qui lisent et eux-mêmes ne comprennent pas ce qu’ils lisent218.

  • 219 L’une de ces personnes est vraisemblablement Emin, que Ch. Chahamirian a rencontré en 1772 à Madra (...)
  • 220 Voir Piège, p. [10], [12].

121(L’altération de la langue arménienne)
[92] La domination étrangère a fait que la langue arménienne est aujourd’hui remplie de mots d’origines diverses comme des mots turcs ou persans, si bien que ceux qui parlent encore l’arménien se trompent et y mêlent des mots étrangers. Ce phénomène est semblable à un autre, qui nous est coutumier : nous cueillons une fleur magnifique qui nous attire, mais nous la jetons sitôt que nous nous apercevons qu’elle n’a pas de parfum. Il en va de même ici : lorsque nous trouvons des récits sur nos rois et nos braves généraux, nous essayons de les lire et, ne les comprenant pas, nous jetons le livre. C’est ainsi que les livres s’abîmèrent, que les histoires se perdirent et que le bonheur et la liberté de la nation arménienne tombèrent dans l’oubli, etc. De nombreuses personnes nous ont dit que sur cent Arméniens, il s’en trouvait à peine un qui ait entendu dire que la nation arménienne avait été jadis souveraine en Arménie219. Par malheur, nous fûmes privés de ces bienfaits et sommes devenus tels que nous sommes aujourd’hui : un peuple craintif. Comme tous ceux qui en sont conscients, j’en suis très affligé alors même que je n’ai jamais exercé aucune fonction, religieuse ou militaire, au sein de la population vivant sur le territoire d’Arménie. Beaucoup des nôtres durent quitter le pays avant moi et même avant mes parents. Ils moururent loin de chez eux, et ces fils et descendants d’Arméniens furent inhumés dans des champs, en terre étrangère, ce qui est encore une des conséquences de notre absence de lois. Je m’imagine aujourd’hui sur le même chemin d’exil, c’est pourquoi je ne pouvais me taire, ni retenir [93] ma plume sans avoir réussi à rassembler mes idées et trouver le temps nécessaire pour oser écrire ce livre. Mais la lumière de mes yeux, l’être cher à mon cœur sera l’homme jaloux de mes paroles qui voudra me surpasser et qui, par amour ou par pitié, saura exposer avec sagesse toutes les idées permettant de sauver la nation arménienne de la servitude et nous rendra heureux et dignes de nos ancêtres Hayk, Aram, Tigran, etc.220

  • 221 Qo., IV, 9 : « Mieux vaut être deux que seul, car de sa peine on a meilleur salaire. » La péricope (...)
  • 222 La formule vox populi, vox dei ne provient pas de la Bible ; du reste, l’auteur est bien en peine (...)
  • 223 II Cor., XIII, 1 b ; I Tim., v, 19 ; Héb., X, 28 ; mais aussi déjà dans Deut., XIX, 15 et Mat., XV (...)
  • 224 Mat., XVIII, 1920 : « Je vous dis encore [en vérité] que, si deux d’entre vous se mettent d’accord (...)

122(Deux valent mieux qu’un)221
Je dois vous rappeler, en outre, que nul n’est apte à décider seul de ce qui convient à la multitude car, comme le dit le prophète, la voix du plus grand nombre est considérée comme la voix de Dieu222. De même, selon saint Paul, toute parole peut être établie à l’aide de deux ou trois témoins223. Tout cela, joint au pouvoir rationnel de notre âme, nous montre que, si l’on peut accomplir seul de bonnes actions, l’on peut en accomplir bien plus, et de bien meilleures, à plusieurs. Et à plusieurs, la lourdeur de la tâche ne repose pas tout entière sur les épaules d’un seul mais, de même qu’on allège le poids d’une charge en la répartissant, les hommes de bonne volonté doivent s’engager ensemble et activement dans chacune des actions et s’entraider par des conseils, de bonnes paroles ou des actes. Ce n’est qu’ainsi qu’ils réussiront à accomplir toutes les actions visant au bien, [94] à faire admettre leur voix comme étant celle de Dieu et à obtenir la grâce du Seigneur, qui a expressément promis : là où des hommes seront assemblés en mon nom, je serai au milieu d’eux224. Tous les appuis sont en effet nécessaires, et à tous les degrés. Chacun pourra ainsi compter sur le soutien indéfectible de tous les autres, qui satisferont de bon cœur à ses demandes. Au reste, je ne me lasserai pas de répéter que, quel que soit notre rôle (diriger, convaincre, mettre en œuvre, étudier ou servir), nous ne devons rien faire ni dire contre les personnes, la piété et en particulier contre les biens, qui ne soit entièrement motivé par l’intérêt général et pour le bien spirituel et matériel de la population.

123(Il est urgent de soigner le malade avant qu’il ne meure)
Le lecteur se demande peut-être pourquoi j’en suis encore à solliciter de l’aide et quelle aide on peut encore apporter quand le pays a été détruit, sa population dispersée et que les nations étrangères nous ont tellement dépouillés et réduits à la misère qu’aujourd’hui, la population d’Arménie peut à peine se nourrir, se vêtir, etc. Je réponds que c’est précisément cet état de choses qui nous oblige à agir sans délai et à trouver une solution à ces malheurs, car le malade à l’article de la mort ne doit plus hésiter à prendre les remèdes administrés par le pharmacien. Après notre mort, aucun remède ne pourra plus nous être utile. Donc, tant que nous sommes encore en vie, nous ne devons pas attendre.

124(La nation arménienne est malade mais non mourante)
[95] Je ne nie pas que mon peuple ne soit aujourd’hui dans une misère très pitoyable, mais je remercie le Seigneur car cette misère n’est pas telle qu’il soit à l’agonie ou à l’article de la mort. Nous avons encore l’espoir de guérir et d’accéder à une vie heureuse. Et même si nous ne pouvons nier la maladie de notre peuple – maladie mortelle – nous voyons aussi que la vigueur de ses membres n’a pas diminué. L’espoir et la confiance sont permis car, après une si longue maladie, nous disposons maintenant du remède. Hâtons-nous de boire la coupe de la guérison et d’enduire nos plaies du baume qui fera disparaître le joug de la servitude.

  • 225 II Sam., VII, 7 b ; I Chr., XVII, 6 b : « Ai-je jamais dit à un seul des juges d’Israël que j’avai (...)

125(Je t’ai institué pasteur du peuple)
Je voudrais à présent rappeler aux lecteurs l’avertissement fait à nos ancêtres : en bénéficiant de la grâce, nous eûmes connaissance de la voie qui peut nous ramener à la vie. De même, nous connaissons le moyen de sauver le peuple et le pays du sabre et de l’oppression pour en avoir entendu parler par de nombreuses personnes, l’avoir vu de nos propres yeux et moi, l’un des plus humbles d’entre vous, je viens précisément de vous le donner. Puisque vous l’avez entendu, alors, puisse l’autorité pastorale225 qui a reçu du Seigneur la mission de conduire le peuple l’entendre aussi !

  • 226 Dans l’Exhortation (Chahamiryan, 1991, p. 173), ce commandement est donné comme le quatrième, conf (...)

126(Le respect dû aux parents)
Puissent également l’entendre les aînés, qui sont honorés en vertu du troisième commandement226 du Seigneur (puisqu’un père doit être honoré par tous ses descendants) !

127(Le respect dû aux épouses)
Puissent l’entendre les femmes, dont Dieu a fait des protectrices afin que les hommes s’attachent à elles !

  • 227 Autre nom, en arménien, du mont Ararat.
  • 228 La loi du talion, en tant que telle, n’exige que l’équivalence entre la peine et la faute. Elle ne (...)
  • 229 Voir Piège, p. [18].

128(La vigueur des membres de la nation arménienne)
Puissent l’entendre enfin toutes les personnes arméniennes de nation, car par une grâce toute spéciale, notre Seigneur et Créateur leur donna pour demeure le second paradis terrestre, la plaine du mont Massis227, d’où est repartie toute vie après le Déluge, dont notre Seigneur et Créateur [96] a bien voulu entendre les prières et à qui il accorda, grâce à l’expiation et à la rémission de leurs péchés, la terre bénie du Nakhitchevan ! Si mes paroles sur les grâces et bienfaits du Seigneur ne vous convainquent pas et que vous ne reconnaissez pas votre dette à l’égard du Seigneur créateur, voici une autre raison : nous avons tous lu ce qu’il a déclaré – et nous ne doutons pas un instant de ses paroles – que c’est de vos propres mains que le sang des enfants innocents du peuple arménien devait être lavé228. Je sais très bien que les autorités pastorales, ainsi que les pères et les épouses sauraient bien mieux que moi vous expliquer quels devoirs nous incombent. Cependant, une chose est de savoir, une autre de s’atteler à la tâche et d’agir. Par conséquent, ne vous exposez pas aux coups pour ne pas avoir accompli la volonté de votre maître alors que vous la connaissiez229. Ne vous dérobez pas à vos obligations. Elles ne sont pas pesantes, ni insurmontables ; elles ne sont pas impies, ni austères ; elles ne détruisent pas les maisons ou les édifices et ne vous coûtent ni or, ni argent, ni aucun de vos biens. Elles sont au contraire très légères, à la portée de tous et règlent toutes les dettes dont vous vous êtes chargés. Ainsi :

129(L’aide des autorités pastorales)
Autorités pastorales : Exigez de toute personne (homme ou femme) vivant sur le territoire d’Arménie qu’elle apprenne à lire et à parler l’arménien.

130(L’aide des pères)
[97] Pères : Poussez sans restriction vos fils à lire en langue arménienne et, en second lieu, donnez-leur une instruction militaire et apprenez-leur à obéir aux lois.

131(L’aide des mères)
Épouses : Acceptez de marier vos filles à des hommes braves et à des guerriers victorieux, persuadez-en vos filles et couvrez de honte vos maris s’ils entrent au service de nations étrangères.

  • 230 Voir Piège, p. [84].
  • 231 Certes, de nombreux guerriers ont été représentés avec des cheveux bouclés, d’Héraklès aux Immorte (...)
  • 232 Image fréquente dans les deux Testaments, par exemple, Mat., XXV, 41 bc et passim.

132Votre coopération permettra à la nation arménienne de rayonner et d’être heureuse dans son pays. Alors auront lieu des réjouissances où l’on verra des orateurs à la bouche d’or230, des guerriers aux cheveux bouclés231 et des dames honorées pour les qualités de leurs fils : l’impartialité de leur jugement, leur force invincible, leur sagacité, leur inventivité, ou encore leur loyauté envers leurs frères et les hommes en général. Alors brillera l’éclat de la vertu et de l’honnêteté tandis que le vice et la méchanceté brûleront dans un feu inextinguible232. Le pays rayonnera grâce à ses habitants et à leurs actions vertueuses et cette époque sera bénie.

133Je tiens à exposer moi-même mes conseils et propositions à mes compatriotes. Pour toutes les raisons citées, je m’adresserai à vous avec mes propres termes en m’efforçant, dans chaque article de cette Constitution, de rencontrer votre adhésion. [98] Mais comme il est impossible à une seule bouche de parler à l’oreille de toute une nation, je réclamai d’abord de votre part liberté et audace et j’aborde maintenant mes projets sur les moyens d’alléger le fardeau de mon peuple et de poser les fondations de notre maison, depuis longtemps fort endommagée, délabrée et ruinée par le flot continu des abus commis par les anciens chefs tyranniques. Cette constitution, telle une lourde cognée, doit briser le joug de la servitude et libérer les hommes. Elle consiste en un piège ingénieux qui capturera les malfaiteurs, hommes paresseux et malveillants. Je suis convaincu que ces dispositions parviendront à vos oreilles et y trouveront un écho, je les soumets donc à votre convenance et à votre agrément. J’expose ici mes idées touchant les conditions d’une résolution des problèmes évoqués plus haut ; quant au détail et au sujet de chaque article, vous les trouverez dans la seconde partie de cet opuscule. La présentation en est claire et devrait convaincre tout homme sensé de la justesse de mes propos et de la douceur du fruit de ce que je sème dans le cœur de mon peuple ; tout homme clairvoyant, en effet, reconnaîtra facilement le bénéfice que l’ensemble de la nation arménienne peut tirer de ce que je sème. J’insiste sur la nécessité de la coopération des autorités spirituelles, car il est de la première importance qu’elles imposent l’étude de l’arménien afin que chacun soit en mesure [99] de lire ce livre et tous les autres qui présentent un intérêt. Seule la lecture permettra à mes réflexions et propositions de toucher le cœur de tous et d’atteindre tous les esprits. L’espoir amènera alors à les mettre en pratique pour s’affranchir de la cruelle servitude, qui est la chose la plus exécrable et abjecte et le préjudice le plus irréparable, en ce monde, pour un être humain. Le temps me manque, malheureusement, pour exposer tous les détails de mes réflexions à mes compatriotes, mais, selon l’adage, mieux vaut un que pas du tout. J’ai grand espoir que le Seigneur me juge tout de même digne d’une vie assez longue pour mener à son terme, dans la seconde partie de cet opuscule, l’exposé précis et développé de chaque article de loi et de tout ce qui est nécessaire aux intérêts du peuple. Je dus abréger mon propos, ma situation ne me permettant pas de consacrer tout mon temps à cette entreprise : j’ai, grâce à Dieu, des fils et des filles ; je vis dans un pays étranger où je ne bénéficie ni de fonctions officielles ni de rente et où il me faut, par conséquent, recueillir les fruits de mon labeur afin de subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille. Comme la bonté de Dieu ne me fit jamais défaut jusqu’à présent, j’espère qu’il entendra encore nos aspirations et assouvira nos besoins jusque dans la vie éternelle. Je consacrai autant de temps [100] que possible à cet ouvrage, mais mes occupations ne me permirent pas d’en faire davantage et j’ai espoir que vous me le pardonnerez.

134(L’autorité domestique)
Pour finir, je m’adresse plus particulièrement aux pères et à mes frères pour leur dire que tous les conseils généraux exposés plus haut sont également utiles pour gouverner correctement leur maison et assurer la bonne entente de leur famille, ce qui est une chose si douce. La maisonnée – famille et serviteurs – ne trouve la paix que si elle est gouvernée selon des principes. C’est à cette condition que la vie familiale préserve l’amour et la bonne entente, qu’elle rend heureux et évite d’avoir à se faire des reproches. J’expérimentai moi-même ce type de gouvernement d’une famille particulière dans mon propre foyer. Je ne me contente pas de faire des déclarations, je vous assure formellement qu’en gouvernant ma maison, en éduquant mes enfants et en veillant sur mes serviteurs et servantes selon des règles et des principes, j’ai évité toute hésitation, mené une vie tranquille et ai été aimé de toutes les personnes de mon logis, alors que j’entendis et vis souvent des cas où les fils désiraient la mort de leur père pour obtenir plus vite leur héritage. Il n’y eut, dans ma famille, aucune jalousie à propos de la possession de tel ou tel objet, jalousie qui fait que l’on entend ailleurs : « Ceci est à moi, cela est à toi », ou encore : « Tu as beaucoup, moi pas assez. » Chacun connaissait les règles de son état en matière de biens, de récompenses et de sanctions et savait ce qui lui revenait : quels devoirs, récompenses, sanctions et gratifications. [101] Et, s’il est possible à un simple particulier de mener une vie paisible en gouvernant toute sa maisonnée selon des règles et des principes, combien mieux une nation tout entière avec des hommes intelligents qui coopèrent peut-elle y parvenir ! Bref, je viens de vous relater ce que j’ai vu chez d’autres peuples ainsi que la douceur que j’ai connue dans mon foyer et ma famille. Les personnes obligeantes pourront compléter mes paroles et disserter sur les multiples avantages d’un gouvernement selon des règles et des lois, avantages que je ne pus tous exposer faute de temps. À présent, je vais passer à la liste des lois, espérant que le Seigneur me donne la capacité intellectuelle de les mettre en harmonie avec la nature de l’homme et en accord avec notre raison. Que le Seigneur seul guide mes mots et inspire à mon peuple l’idée de se mettre à l’œuvre et de se réjouir auprès de lui !

  • 233 Donc au 42e degré de latitude. Selon les mesures actuelles, la région du Nakhitchevan est à 39o 25 (...)
  • 234 Ici s’achève le ms. 4471 du Maténadaran, vraisemblablement exécuté d’après le texte rédigé par H.  (...)

135Deux raisons pouvaient me dissuader de mentionner mon nom : la première, ne pas être insulté par les ignorants ; la seconde, ne pas être loué par les sages ; mais, comme tout livre a un auteur, je me présente, ainsi que je le fis au début, comme l’un des plus humbles enfants d’Arménie et descendants de Thorgom, issu du Nakhitchevan situé au 42e degré de l’hémisphère Nord233, au pied de l’altier mont Massis, mais à présent, en l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur, je réside dans la métropole de Madras, sur la côte de Coromandel234. [102] Il faut encore vous rappeler un peu ce qui vous réjouira le cœur, affermira la foi et exhortera à l’amour de tous, car cela inspirera le courage d’ébranler la sujétion qui dure depuis les temps anciens. Par mes témoignages, je ne vous éloignerai pas vers les temps passés, je vais au contraire vous montrer des événements de notre temps.

  • 235 Le « petit pays géorgien » signifie ici : les possessions d’Irakli II, c’est-à-dire le Kartli et l (...)
  • 236 Entre 1613 et 1617, environ 200 000 Géorgiens sont déportés en Perse sur ordre du chah Abbas Ier.

136(La bravoure des Géorgiens)
Je parle tout d’abord de la vaillante nation géorgienne qui, des origines jusqu’à la chute de la monarchie arménienne, défendit, tantôt souveraine, tantôt vassale, le petit pays géorgien, qui ne représente pas plus de deux des quinze provinces d’Arménie235. Les hommes de cette nation préservèrent l’éclat de leur liberté et, bien qu’ils eurent parfois à subir des tyrans illégitimes, furent pillés par les barbares, emmenés en captivité et qu’une partie de leur petit pays se soit retrouvée déserte236, ils ne fléchirent jamais et conservèrent intacte la puissance rationnelle de leur âme. Ils devinrent au contraire plus braves, et certains sacrifièrent leur vie pour la défense de la liberté, liberté qu’ils préservèrent jusqu’aujourd’hui, entourés d’ennemis et sans l’aide de quiconque.

  • 237 Ou Mir Waïs Khan Hotak de Kandahar (1673‑1715), fondateur de la dynastie des Hotaki, qui combat la (...)
  • 238 Ces informations recoupent en partie celles que donne Louis Dubeux, 1841, L’Univers, histoire et d (...)

137(La bravoure des Afghans)
Le prince Mirvéis de Kandahar237, afghan de nation, n’avait qu’une armée de 12 000 malheureux va-nu-pieds et des chevaux non sellés lorsqu’il attaqua Ispahan au temps des Safavides, âge d’or de la nation persane. Il y encercla les 80 000 combattants bardés de fer de l’armée persane, bloqua les portes de la ville et l’arrivée du ravitaillement. Des milliers de personnes moururent de faim [103] et la ville royale se rendit238.

  • 239 Ou Nadir Kouli (Qouli), Tahmas (Taehmas) Kouli Khan ou Nadir Chah qui règne sur la Perse de 1736 à (...)
  • 240 L’Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu’à présent (1782, p. 265) confirme les (...)
  • 241 Tahmasp II (ou Thahmas, Tahmaz, etc.), l’un des derniers souverains safavides, règne de 1722 à 173 (...)
  • 242 « La marche de Nadir-Schah, à son retour de l’Inde, fut embarrassée par le butin immense qu’il rap (...)
  • 243 On peut s’étonner du choix des deux derniers chefs politiques cités ici, dont les hauts faits devr (...)

138(La bravoure de Nadir Chah)
Et, alors que toute la Perse était aux mains des Afghans, Nadir Ghouli239, simple fabricant de manteaux en peau de mouton240, se révolta contre son père, tua son oncle, prit la place du chah Thamaz241, repoussa les Afghans hors de Perse et libéra la partie du pays occupée par les Ottomans. Il alla ensuite en Inde, y écrasa toute résistance et amassa des richesses considérables242. Il osa même se proclamer empereur, c’est-à-dire roi des rois, et tout cela en l’espace de vingt ans seulement243.

  • 244 Ou Karim Khan (vers 1705‑1779). Fondateur de la dynastie Zend (Zand), qui règne de 1750 à 1779. Pa (...)
  • 245 « Les gouverneurs des provinces de la Perse se déclarèrent indépendants, et, pendant dix ans, plus (...)

139(La bravoure de Kérim Khan Zend)
Kérim Khan244, bactrien de nation, qui n’avait pas plus de pouvoir, à l’origine, que le prince afghan Youssouf245, domina les provinces du Fars et de l’Azerbaïdjan. Ce roi coula une vie paisible et mourut de mort naturelle.

  • 246 Hayder (Haïder, Hyder) Ali régna sur le Mysore de 1760‑1761 à 1782. Il mena plusieurs guerres cont (...)

140(La bravoure de Hayder Ali Khan)
Un certain Hayder Ali246, soldat courageux, consacra toute son énergie à se rendre maître d’un grand pays nommé Mysore. Il devint puissant, riche et fut honoré du titre de prince en devenant souverain de ce pays et de ses habitants.

141(Les aspirations des Américains)
On entend de nos jours parler d’une nouvelle insurrection : un homme fort avisé, du nom de Washington, britannique de nation, né en Amérique (ce pays se trouve sous domination britannique) combat les autorités avec de nombreuses troupes américaines et n’a de cesse d’obtenir la liberté et l’indépendance. On ne peut prévoir l’issue des événements, mais le désir des Américains est naturel au cœur de l’homme et il n’y a pas au monde de plus douce satisfaction que la liberté.

  • 247 Voir Piège, p. [17], [29], [49], [50], [91], art. 519, ainsi que p. [337].
  • 248 Voir Piège, art. 106.

142(La liberté de l’Arménie peut être chose juste)
[104] Toutes les républiques, toutes les tyrannies et monarchies que je viens de citer commencèrent dans la faiblesse et la pauvreté, sauf la monarchie géorgienne qui, elle, est fondée sur l’hérédité et défendue avec courage. Il n’est donc pas impossible247, ni très difficile d’orner la liberté d’une nation avec des lois et une Constitution, de lutter pour obtenir des tyrans la liberté et de libérer son pays du joug tyrannique. Mais, que mes pensées ne paraissent pas hostiles et injustes aux tyrans qui nous dominent, car le premier article de notre organisation rappelle que nous n’aurons de souveraineté que sur notre territoire et qu’il ne sera permis ni d’y ajouter ni d’en soustraire un pas248. Agir pour obtenir le bien propre de l’Arménie, ce n’est pas une injustice, mais la justice.

143J’achève mon propos en livrant les éléments de ce livre au zèle des personnes intelligentes et sensées afin qu’elles en comblent les lacunes et je passe à la Constitution qui est le fondement du salut de notre peuple et le moyen de bien gouverner la nation et le pays d’Arménie.

Seconde partie : Guide - Organisation de l’Arménie pour le gouvernement du pays

  • Article 1er
  • 249 La géographie des régions arméniennes est déjà présentée de façon détaillée dans l’Exhortation (H. (...)
  • 250 Ou Albanie du Caucase (aujourd’hui, la République du HautKarabagh, une partie de celle d’Azerbaïdj (...)
  • 251 Ou la passe de Darial (Daryal), au nord du Caucase, à 2 000 mètres d’altitude et qui contrôle l’ac (...)
  • 252 Le Kortchkayk (Kortchkaïk) est la plus méridionale des quinze provinces de l’Arménie majeure décri (...)
  • 253 Ou Antioche de Syrie, ville hellénistique fondée par Séleucos Ier, aujourd’hui Antakya (Turquie).
  • 254 Ou Hélénopont. L’une des divisions de l’Empire romain au temps de Hadrien, située au nord de la Ca (...)
  • 255 Ou Mamistra, Malmistra, etc. C’est l’antique Mopsueste et l’actuelle Yakapınar (Turquie).
  • 256 Division de l’Empire byzantin au temps de Justinien (réorganisation de 536). L’empire comptait qua (...)
  • 257 L’une des régions de l’Arménie dans la Géographie d’Anania De Chirak (1979), nord-est de l’actuell (...)
  • 258 L’Aghbak majeur et l’Aghbak mineur sont des régions du Vaspourakan, au sud-est du lac de Van (aujo (...)
  • 259 L’Arménie aurait donc trois débouchés maritimes : mers Méditerranée, Noire et Caspienne, un rêve p (...)
  • 260 Classification de l’Ancien Testament, par exemple, Gen., I, 26 : « Dieu dit : Faisons l’homme à no (...)
  • 261 Voir Piège, art. 106.

144D’après nos connaissances249, nous pouvons établir que notre territoire s’étend, de l’orient au midi, de notre province d’Aghouanie250 et de la porte des Alains251 à notre province de Kortchkahayk252, au pied du Taurus ; à l’occident, jusqu’à Antioche la Grande253, sur la rive de la mer Méditerranée ; au septentrion, jusqu’à l’Hellénopont254, sur les rives delamer Noire, enpassantpar Mamastia255 et, plus à l’ouest, jusqu’à la Cilicie, qui est l’Arménie Troisième256 ; enfin, de l’Hellénopont, vers le nord-est jusqu’à notre province du Tayk257 ; et du Tayk vers l’orient jusqu’à notre province d’Aghouanie et à la porte des Alains.
Autrement dit, de l’occident vers l’orient : des rives de la mer Méditerranée et d’Antioche-la-Grande, aux rives de la mer Caspienne où aboutit le Taurus, sur la frontière du Guilan ; et du midi au septentrion : du pied des monts du Taurus à Sultania à l’est jusqu’à la Porte des Alains et à l’Aghbak mineur258 ; au sud, jusqu’à notre province du Tayk, et de l’occident, d’Antioche-la-Grande vers le nord-ouest, jusqu’à l’Hellénopont et, de là, en direction du nord-est, jusqu’à notre province du Tayk ; et du Tayk vers l’est jusqu’à la Porte des Alains et aux rives de la mer Caspienne259.
Toute l’étendue comprise entre ces limites, avec ses montagnes, ses collines, ses forêts, ses mers, ses lacs, ses fleuves, ses sources, ses villes, ses provinces, ses champs, ses villages, ses maisons et toute autre habitation ainsi que tout ce qui se trouve sur ce territoire, dans les mers, dans les fleuves et les sources, êtres humains ou animaux (bêtes fauves, reptiles, oiseaux…)260 ; tout ce territoire donc, avec tout ce qui provient des animaux et des forêts, s’appellera Arménie et ses habitants, Arméniens. Les animaux vivant sur la terre ou dans les mers constitueront la propriété commune de la nation arménienne dont le territoire ne devra ni s’étendre, ni diminuer – ne fût-ce que d’un pas261 – et la Chambre d’Arménie y fera définitivement respecter les lois d’Arménie.

  • Article 2
  • 262 Le concept de citoyenneté repose donc en partie sur un « droit du sol ».

145Quiconque naît sur le territoire d’Arménie peut, quelles que soient sa nation et sa confession, se prévaloir de la qualité d’Arménien262 et doit savoir parler et lire l’arménien.

  • Article 3
  • 263 Tous les articles du Piège ne sont pas aussi clairs sur l’affirmation du principe d’égalité.

146Chacun est libre de ses actes, qu’il appartienne à la nation arménienne, soit né en Arménie de parents étrangers, vienne d’un pays étranger ou soit de sexe masculin ou féminin. Nul ne dominera quiconque et les actes de tous seront rétribués pour eux-mêmes en fonction des lois d’Arménie263.

  • Article 4
  • 264 Selon la tradition arménienne, évangélisateurs de l’Arménie.

147Nous révérons le rite de la pieuse et sainte Église d’Arménie, rite institué par nos saints apôtres Thaddée et Barthélemy264, dont le sceptre florissant s’est transmis jusqu’à nous. Le Siège suprême du patriarcat d’Arménie, l’église illuminatrice Saint-Etchmiadzine à Vagharchapat, aujourd’hui sous l’autorité du vertueux Patriarche d’Arménie, en est le dépositaire.

  • Article 5
  • 265 Sur la liberté de culte, voir également Piège, art. 370 et 508 et passim.

148Toute personne résidant sur le territoire arménien doit pouvoir continuer à honorer son dieu selon son propre rite et rester fidèle à sa foi. Nul ne peut le lui interdire265.

  • Article 6
  • 266 « La confirmation, ou saint-chrême, est administrée conjointement avec ce sacrement [le baptême] p (...)
  • 267 Cette disposition, qui peut paraître contradictoire avec la précédente, est en fait la réciproque (...)

149Tout Arménien qui renierait sa foi chrétienne, foi dans laquelle il a été baptisé et confirmé266 par l’Église arménienne – ce par quoi il est considéré comme chrétien –, sera condamné à mort et, conformément à la loi, tous ses biens, sans exception, deviendront la propriété de ses descendants chrétiens267.

  • Article 7
  • 268 Le « pas » n’a pas de valeur précise ici, il signifie simplement une petite longueur. Voir l’annex (...)

150Le territoire de l’Arménie sera précisément délimité et aucun particulier ne pourra obtenir un pas268 de terre sans un acte d’achat officiel délivré par la Chambre d’Arménie et mentionnant les dimensions du terrain (longueur, largeur, etc.).

  • Article 8

151Tout Arménien baptisé et chrétien peut acheter des terres et les transmettre en héritage ou les revendre à une personne de mêmes nation et confession qui, conformément à la loi, devra payer à la Chambre d’Arménie des impôts, droits, taxes, contributions, etc., pour tout ce qu’elle tirera de ces terres.

  • Article 9

152Une personne non chrétienne née sur le sol arménien, ou née à l’étranger et établie en Arménie, peut louer une terre, une maison ou toute autre résidence, mais elle ne peut les acheter, les transmettre en héritage ou les revendre. Elle peut seulement louer une terre et une maison en versant le loyer de la maison à son propriétaire et les impôts, droits et taxes à la Chambre d’Arménie.

  • Article 10

153Sur le territoire arménien, chacun – chrétien ou non – doit être libre et maître de ses biens dès lors qu’il se soumet aux lois d’Arménie et s’acquitte, conformément à la loi, de tous les impôts, droits, taxes, etc., auprès de la Chambre d’Arménie

  • Article 11
  • 269 Dans son chapitre consacré aux revenus ecclésiastiques, Ormanian (1954, p. 111-114) insiste sur le (...)

154On pourvoira largement aux besoins du clergé du pays, à ceux du Saint-Siège et du Patriarche d’Arménie comme à ceux des moines et des pénitents. Ils disposeront librement de leurs revenus car ils seront exonérés de droits, d’impôts et de taxes afin qu’il ne manque à nos religieux ni le pain, ni l’étoffe pour leur habit, que rien ne leur fasse jamais défaut, qu’ils ne perdent pas de temps à cause de nécessités personnelles et se consacrent entièrement, comme le veut leur dignité, à intercéder pour nous auprès de notre Seigneur créateur afin qu’il pardonne nos erreurs et nos fautes269.

  • Article 12
  • 270 Sur les fonctions disposant de deux voix, voir également Piège, art. 17, 40, 59, 61, 244 et 245.

155Le Patriarche suprême de toute l’Arménie et le collège des évêques éliront en leur sein un archevêque à qui ils remettront une autorisation de les représenter pendant trois ans à la Chambre d’Arménie. Cet archevêque y exercera la fonction de dirigeant et disposera de deux voix270.

  • 271 L’idée de proposer des exemples précis de documents officiels rappelle que l’auteur conçoit la sec (...)

156Exemple271d’autorisation de représentation remise par le Patriarche d’Arménie :

  • Article 13
  • 272 Voir l’annexe 8 pour un index des anthroponymes.
  • 273 Ou Aghdznik, l’une des quinze provinces de Grande Arménie, dans la Géographie d’Anania De Chirak ( (...)
  • 274 Dans le Piège, toutes les dates sont données selon le calendrier julien corrigé par Auguste et l’è (...)

157Nous, Primat Martiros272 de la sainte Église universelle et apostolique d’Arménie, serviteur de Jésus-Christ et Patriarche suprême de toute l’Arménie et le collège des évêques, avons élu à l’unanimité notre pair Séghbestros, Archevêque d’Aghdzni273, et lui avons transmis pour trois ans le pouvoir de nous représenter. Il siégera parmi les glorieux dirigeants, avec gloire et honneur, au Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie.
Il aura la liberté d’attribuer des fonctions, de voter les lois et de donner à toute personne vivant sur le territoire arménien des directives conformes aux lois d’Arménie.
Nous accepterons toute décision émanant du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie où siégera notre représentant, l’Archevêque Séghbestros, comme notre propre volonté et notre propre décision. Nous la considérerons comme parfaite et incontestable.
Fait à la Porte du Saint-Siège d’Etchmiadzine, ce jour, le 10 décembre de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur274.
Nous, attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :

  • 275 Dans l’édition princeps, un cercle est accolé, comme ici, au nom de chaque signataire d’un documen (...)
  • 276 Province la plus orientale de la Grande Arménie dans la Géographie d’Anania de Chirak (1979), en b (...)
  • 277 Confusion possible avec l’ancienne province de l’Outik, car Out étant un village (art. 15), il est (...)
  • 278 Sur le sens de cette numérotation, voir art. 1er.
  • 279 Région la plus au nord parmi les quinze qui constituent la Grande Arménie dans la Géographie d’Ana (...)

Siméon, Archevêque du Vaspourakan, secrétaire du Saint-Siège d’Etchmiadzine

O275

Karapet, Archevêque du Kortchkahayk, vicaire de Saint-Etchmiadzine

O

Martiros, Patriarche de toute l’Arménie

O

Siméon, Archevêque du Paytakaran276

O

Baghram, Archevêque d’Ararat

O

Martiros, Archevêque d’Out277

O

Vardanés, Archevêque du Touroubéran

O

Manuel, Archevêque d’Arménie Seconde278

O

Chmavon, Archevêque du Gougark279

O

  • Article 14
  • 280 Autant que les élus de chacune des douze tribus d’Israël. Ap., VII, 48 : « Et j’entendis le nombre (...)
  • 281 « Vertus politiques » souvent citées dans le Piège ; voir p. [46].
  • 282 Le 6 janvier est proposé dans le Piège comme premier jour de l’année (voir art. 103 et 374). Ce jo (...)
  • 283 Voir art. 19. Le « représentant de l’autorité » détient bien un pouvoir (d’ordre administratif pui (...)

158Dans chaque canton du pays comptant douze mille foyers280, chaque village élira, selon la volonté et l’agrément de tous, un homme doux et humble281, arménien de nation, chrétien selon le rite de la sainte Église d’Arménie et né en Arménie.
Parmi tous ces élus, deux seront tirés au sort. Tous les chefs de village leur signeront et leur remettront une autorisation de représentation leur permettant se siéger pendant trois ans à la Chambre d’Arménie, où ils auront autorité et pouvoir de décision. Ils y représenteront les douze mille foyers, lesquels devront se soumettre et obéir à toute décision émanant de la Chambre d’Arménie et adoptée par leurs représentants.
Chaque foyer versera à ses représentants un demi-denier d’argent par an, somme à adapter selon les possibilités de chaque foyer. Ces six mille deniers subviendront aux besoins des deux représentants, les déchargeant ainsi de tout souci matériel et leur permettant de se consacrer entièrement aux intérêts de ceux qu’ils représentent.
À l’issue de cette période de trois ans, il dépendra de la volonté de la population de les reconduire pour trois nouvelles années ou de les relever de leurs fonctions pour les confier à d’autres selon la procédure déterminée plus haut.
Les élections commenceront au mois de décembre, les élus devront être investis pour pouvoir se présenter à la Chambre d’Arménie le 1er janvier et entrer en fonction au début de l’année, c’est-à-dire le 6 janvier282.
Quel que soit le nombre de représentants de la nation arménienne réunis selon ces règles à la Chambre d’Arménie, les deux élus seront de rang égal, mais l’un sera dirigeant et l’autre, représentant de l’autorité283.

159Exemple d’autorisation pour la représentation de douze mille foyers :

  • Article 15
  • 284 Au nord d’Erevan.
  • 285 La localité est connue sous le nom de Karp, près de Baghech (Bitlis), à l’ouest du lac de Van. Epr (...)
  • 286 Voir Piège, p. [9].
  • 287 Plusieurs villes ont porté ce nom mais, puisque le présent acte est enregistré dans la province du (...)
  • 288 Ou Bznounik, une région du Touroubéran, à l’ouest du lac de Van.
  • 289 Il s’agit de la fonction de kéofkha. Voir p. [86].
  • 290 À deux autres reprises (art. 13 et 66), le toponyme Out (Ուտ) employé par l’auteur peut être compr (...)

160Nous, chefs de village, représentants, chefs de canton et gouverneur de la province du Vaspourakan, déclarons publiquement avoir élu parmi nous, conformément aux lois d’Arménie, deux hommes : le sieur Manassé du village de Yeghvard284 et le sieur Brabion du village de Karpi285.
De notre pleine et entière volonté, nous avons donné aux sieurs Manassé et Brabion le pouvoir de nous représenter pendant trois ans. Celui des deux qui occupera avec gloire et honneur, parmi les glorieux dirigeants, le Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, pourra attribuer des fonctions, voter les lois et, de concert avec les autres dirigeants, donner à toute personne résidant sur le territoire arménien des directives conformes aux lois d’Arménie.
Nous recevrons toute décision émanant du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie et ratifiée par notre représentant comme notre volonté et notre décision propres. Comme l’ensemble des mandants, nous nous soumettrons entièrement et sans condition à ces décisions.
Fait dans la province du Vaspourakan et signé devant l’assemblée par trois témoins286, ce jour, le 10 décembre 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Baghram de Marach, Michaël de Méghri et Sarguis de Yeghvard, attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Daniel, Premier Magistrat de la ville de Khochab287
Manassé, chef du canton de Bznouni288
Grigor, chef du village289 d’Out290

  • Article 16
  • 291 L’idée de la réduction du multiple à l’un, du dépassement des volontés particulières dans la volon (...)

161Les lois d’Arménie sont proposées, votées et mises en œuvre par les dirigeants et l’évêque représentant le Patriarcat d’Arménie. Comme je l’ai déjà dit – et j’aurai à le répéter – c’est ainsi que doivent être adoptées les lois, conformément à la volonté et l’agrément de l’ensemble de la nation arménienne. C’est ainsi que les Arméniens seront comme un seul troupeau et auront une même volonté, avec leurs lois pour berger291.

  • Article 17

162Si, pendant les débats relatifs à l’adoption d’un article de loi, l’un des représentants se trouve en désaccord avec la volonté de ses compagnons, il pourra contester, débattre, justifier et défendre son point de vue, mais c’est lui, l’opposant, qui aura la charge d’exposer librement ses objections et ses raisons, jusqu’à trois fois devant l’Assemblée. La quatrième fois, on comptera le nombre de dirigeants pour et ceux contre. L’avis qui remportera au moins une voix de plus que les autres sera considéré comme la volonté de la majorité ; la minorité devra l’agréer sans réserves ni dépit. Tous se rallieront, adopteront ce qui a été jugé préférable et lui donneront force de loi.
Seuls le Patriarche d’Arménie ou l’évêque qui le représente, ainsi que le Premier Magistrat d’Arménie disposeront de deux voix et auront la valeur et le pouvoir de deux hommes et leur volonté sera considérée comme double ; autrement dit, dans le décompte des voix, celles du Patriarche et du Premier Magistrat compteront deux fois et celle des autres dirigeants, une fois seulement.

  • Article 18

163Toute fonction comme celles de Premier Magistrat, juge ou membre du Conseil, tout grade militaire, tout office de secrétaire ou de rédacteur et, en général, toute fonction de direction ne pourra être attribuée que par les dirigeants de la Chambre d’Arménie, qui, conformément aux lois, devront également délivrer l’autorisation correspondante.

  • Article 19
  • 292 Voir art. 14.

164Parmi tous les représentants d’Arménie, la moitié, c’est-à-dire un homme sur deux, sera dirigeant et l’autre sera représentant de l’autorité292.

  • Article 20
  • 293 Ce choix n’est pas une élection mais un tirage au sort, comme le montrent les art. 40 et 51.
  • 294 Voir art. 51.

165Pour l’exercice de la fonction de Premier Magistrat, les représentants de la Chambre d’Arménie choisiront293 en leur sein un homme exerçant déjà une fonction dans un canton, appartenant à la nation arménienne et fidèle au rite de la sainte Église d’Arménie. Ils lui délivreront un document conforme au modèle, l’autorisant à exercer cette fonction pour une durée de trois ans294.

  • Article 21
  • 295 L’exemple de document pour l’investiture du Premier Magistrat se trouve à l’art. 58.
  • 296 Ce classement inclut le Premier Magistrat lui-même. Le douzième conseiller se trouve en treizième (...)

166Pour constituer le Conseil du Premier Magistrat, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein douze hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie, exerçant déjà une fonction dans un canton. Ils leur délivreront, comme le prévoit la loi, l’autorisation conforme au modèle295 valable à vie et établissant entre eux un ordre : deuxième, troisième et ainsi jusqu’au treizième296.

  • Article 22
  • 297 Voir Piège, p. [46].

167Pour l’exercice de la fonction de juge suprême, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein vingt-cinq hommes doux297 et pieux appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie et leur délivreront l’autorisation d’exercer cette fonction. L’un d’entre eux recevra pour trois ans la fonction de juge suprême, les vingt-quatre autres, le rang de juges.

  • 298 L’autorisation correspondante se trouve à l’art. 59. Voir également les art. 29 et 61.

168Cette autorisation devra être conforme au modèle298 :

  • Article 23
  • 299 Ce Conseil secret de six membres doit être distinct du Conseil des Douze institué à l’art. 21, quo (...)
  • 300 Il faut supposer qu’il s’agit des autorisations respectives pour chacune des trois fonctions.

169Les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein trente-six hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie, instruits dans l’art d’écrire comme dans l’art oratoire et versés dans la connaissance des lois. Les représentants leur délivreront l’autorisation leur permettant d’exercer les fonctions suivantes pendant trois ans :
dix-huit seront affectés à la Chambre d’Arménie :
douze au Tribunal suprême ;
six au Conseil secret299 du Premier Magistrat.
Leur autorisation devra être conforme au modèle300 :

  • Article 24
  • 301 En plus de la représentativité, un niveau de compétence est requis pour l’exercice des fonctions m (...)
  • 302 Ces couleurs jouent un rôle dans la répartition des troupes (voir art. 279, 285‑290 et, au chapitr (...)
  • 303 Voir art. 62.

170Pour la fonction de généralissime301, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein neuf hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie. Chacun des trois postes de généralissime sera occupé collégialement par trois hommes respectivement nommés le généralissime rouge, le généralissime bleu et le généralissime jaune302. Chacun des trois aura sa fonction spécifique.Les représentants leur délivreront une autorisation de trois ans, conforme au modèle303.

  • Article 25
  • 304 Voir art. 63.

171Pour le commandement de la cavalerie, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein neuf hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie. Les dispositions sont identiques à celles de l’article 24.
L’autorisation devra être conforme au modèle304.

  • Article 26
  • 305 Voir art. 64.

172Pour le commandement de l’artillerie, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein neuf hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie. Les dispositions sont identiques à celles de l’article 24.
L’autorisation devra être conforme au modèle305.

  • Article 27
  • 306 Voir art. 65‑73.

Pour exercer les fonctions suivantes, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein vingt-sept hommes appartenant à la nation arménienne, fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie et leur délivreront une autorisation officielle de trois ans conforme aux modèles306 :
trois chefs des services du renseignement de

1re,

2e

et 3e catégorie

trois responsables de l’arsenal

"

"

"

trois responsables des poudrières

"

"

"

trois responsables du génie

"

"

"

trois responsables des tentes

"

"

"

trois responsables du ravitaillement

"

"

"

trois responsables de la trésorerie

"

"

"

trois responsables des géomètres

"

"

"

trois responsables des hôpitaux et asiles

"

"

"

  • 307 Voir art. 511.

173Pour la fonction de premier magistrat d’une ville, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein soixante hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie.
Une autorisation officielle de trois ans conforme au modèle307 leur sera délivrée.

  • Article 29
  • 308 L’autorisation correspondant se trouve à l’art. 61. Voir également art. 22 et 59.

174Pour la fonction de juge principal, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront soixante hommes appartenant à la nation arménienne et à la sainte Église d’Arménie. Une autorisation officielle de trois ans leur sera délivrée pour siéger au tribunal de chaque ville et rendre la justice dans le respect des lois d’Arménie.
Cette autorisation devra être conforme au modèle308.

  • Article 30
  • 309 Trois grades militaires sont mentionnés dans le Piège en dessous de la fonction de généralissime : (...)
  • 310 Dans le modèle de lettre d’investiture, donné à l’art. 74, le mandat est de trois ans et non à vie (...)

175Pour la fonction de colonel309, les représentants de la Chambre d’Arménie éliront quatre-vingt-dix hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie et leur délivreront une autorisation à vie, conforme au modèle310.

  • Article 31
  • 311 Cette fonction n’est pas nommée ici, mais la seule autorisation adéquate serait celle, relative à (...)

176Les représentants de la Chambre d’Arménie éliront en leur sein trois hommes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie. Leur fonction sera de plaider, devant l’Assemblée des dirigeants, en faveur de facilités et d’allègements d’impôts, droits, taxes, contributions, prélèvements, etc., pour le bien-être du simple peuple311. Conformément à la loi, les représentants leur délivreront une autorisation de trois ans.

  • Article 32
  • 312 Voir art. 76.

177Les représentants à la Chambre d’Arménie éliront en leur sein trois hommes pour contrôler les responsables du versement des soldes et leur délivreront une autorisation de versement des soldes conforme au modèle312.

  • Article 33

178Les fonctions suprêmes, spécialement celles de dirigeant, Premier Magistrat, juge, gouverneur, généralissime, chef de la cavalerie tout comme celles de membre du Conseil, secrétaire, avocat général ou commandant des armées, ne peuvent être attribuées qu’à des personnes appartenant à la nation arménienne et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie.

  • Article 34

179Tout fonctionnaire doit prêter serment sur les saints Évangiles avant de recevoir l’autorisation d’exercer sa fonction : il doit assurer appartenir à la nation arménienne et à la sainte Église d’Arménie, s’engager à être toujours loyal envers la Chambre d’Arménie et à se faire le défenseur de la Constitution d’Arménie.

  • Article 35
  • 313 L’auteur ne fait-il que reprendre ici la comparaison si fréquente entre l’homme d’État et le père (...)

180Les représentants, clercs ou laïcs, quel que soit leur nombre, tireront au sort parmi eux un homme qui portera le titre de Père de l’Arménie313. L’homme désigné par le sort recevra de l’ensemble des représentants une autorisation d’exercer cette fonction et l’honneur de porter ce titre de Père de l’Arménie pendant trois jours, durant lesquels il pourra faire prêter serment à trois personnes et les investir de leur fonction de dirigeant, si du moins elles sont porteuses de l’attestation de représentation de la nation et du pays.

  • 314 Voir art. 35, 40‑42 et 44.

181Exemple d’autorisation délivrée par l’ensemble des délégués et représentants au Père de l’Arménie314 :

  • Article 36
  • 315 Ces initiales n’apparaissent qu’une fois et sont à mettre au nombre des coquilles. M. R. signifie (...)

182Par la grâce de Dieu tout-puissant et de la représentation de la nation arménienne tout entière, nous soussignés avoir procédé, au nom de toute l’Arménie, raisonnablement et librement, à un tirage au sort pour désigner celui dont procédera le pouvoir de la Chambre d’Arménie.
Ton nom ayant été tiré au sort par la grâce de l’Esprit saint, nous t’avons unanimement agréé, sieur Maghakia, et t’avons donné le pouvoir d’exercer pendant trois jours la fonction de Père de l’Arménie. Continuellement animé d’une bienveillance paternelle, tu seras celui dont procède le pouvoir et ne pourras investir que trois personnes, auxquelles tu feras prêter serment sur les saints Évangiles.
Prêter serment devant toi équivaut à prêter serment devant nous tous. Les autorisations officielles attribuées par toi vaudront autorisation du Siège suprême de la Chambre d’Arménie et pour nous tous, délégués et représentants, elles seront incontestables.
Fait en Arménie par les délégués unanimes d’Arménie, le 25 décembre 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous,
M ……… R.
A …….… D.
K …….… V.315
attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Samuel, représentant du Nakhitchevan
Zakaria, représentant du Tayk
Yéghiazar, représentant de l’Aghouanie

  • Article 37

183Les serments devront être prêtés devant un représentant de l’autorité émanant de l’Assemblée et un rédacteur, la main droite posée sur les saints Évangiles et la main gauche sur la poitrine.
Le prestataire du serment devra expliquer clairement, en ses propres termes, ses engagements et ses promesses. Puis il s’inclinera, baisera les Évangiles et signera l’attestation où les paroles de son serment auront été consignées.
Ainsi devront se dérouler les serments.

184Exemple de serment du Patriarche ou de son représentant :

  • Article 38

185Moi, Séghbestros, Archevêque d’Aghdzni par la grâce de Dieu et représentant du Patriarche suprême et de mes pairs, évêques de toute l’Arménie, je déclare devant Dieu et vous-mêmes, mes frères, en prêtant serment sur le saint Évangile, appartenir à la nation arménienne et être fidèle au rite de la sainte Église d’Arménie.
Je m’engage, devant Dieu et vous-mêmes, à rester toujours fidèle à cette foi et à cet amour ainsi qu’à ma nation et, chaque jour de ma vie, à obéir aux lois de la Chambre d’Arménie.
Nous, Chmavon (représentant de l’autorité) et Maghakia (rédacteur), attestons que :
L’Archevêque Séghbestros a prêté serment et signé.

186Exemple de serment des représentants :

  • Article 39
  • 316 Le titre de Chmavon et le nom de Maghakia ont été oubliés.

187Moi, Michaël, du village de Méghri, je prête serment sur ce saint Évangile, devant Dieu et vous-mêmes, mes frères. J’assure appartenir à la nation arménienne, être fidèle au rite de la sainte Église d’Arménie et représenter les Arméniens de la province du Nakhitchevan.
Je m’engage, devant Dieu et vous-mêmes, à rester toujours fidèle à cette foi et à cet amour ainsi qu’à ma nation et, chaque jour de ma vie, à obéir à la Constitution de la Chambre d’Arménie.
Nous, Chmavon316, rédacteur, attestons que :
Michaël de Méghri a prêté serment et signé.

  • 317 Voir art. 35, 36, 41, 42 et 44.

188Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de premier dirigeant à la Chambre d’Arménie, obligatoirement délivrée par le bienveillant Père de l’Arménie317 :

  • Article 40

189Vu notre lettre de bénédiction, vu la fonction de représentation que t’ont confiée le saint Père Martiros, Patriarche de toute l’Arménie et les pieux évêques, et vu ta prestation de serment sur les saints Évangiles devant notre Assemblée, convaincus de ta loyauté et de tes mérites, nous t’avons attribué pour trois ans, pieux Séghbestros, Archevêque d’Aghdzni, la fonction de premier dirigeant de la Chambre d’Arménie.
Sieur Séghbestros, Archevêque d’Aghdzni, tu occuperas le deuxième fauteuil du premier degré au Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie. Tu pourras délivrer les autorisations relatives à toute fonction, pour que chacun agisse selon les lois d’Arménie. Tu pourras donner à tout un chacun des directives conformes aux lois et auras le privilège de disposer de deux voix.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, le 20 décembre 1773 de NotreSeigneur et Sauveur.
En vertu du pouvoir de tous les Arméniens, je signe cette autorisation. Maghakia, le Père bienveillant.
Nous attestons que le susnommé a remis ce document revêtu de sa signature et de son sceau.
Le représentant de l’autorité, Michaël,
Le rédacteur, Manuel.

190Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de deuxième dirigeant :

  • Article 41
  • 318 À distinguer de Karin (ou Erzeroum, aujourd’hui Erzurum en Turquie). À défaut d’informations compl (...)
  • 319 Ou Erznka en arménien, aujourd’hui Erzincan en Turquie. Ici, le toponyme n’est qu’un anthroponyme, (...)
  • 320 Voir art. 35, 36, 40, 42 et 44.

191Vu votre agrément par la population de la province d’Aghouanie et l’autorisation de représentation en votre faveur, Vrthanés du village de Kaghin318 et Aristakés du village d’Arznkan319 et conformément aux lois d’Arménie, de vous deux, nous avons agréé Vrthanés de Kaghin, notre pair, loyal envers la Chambre d’Arménie, sur la foi de son serment et de ses mérites et lui avons délivré l’autorisation d’exercer la fonction de dirigeant pendant trois ans à la Chambre d’Arménie.
Vrthanés de Kaghin, tu occuperas le troisième fauteuil au Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie et auras, conjointement avec les autres dirigeants, le pouvoir de délivrer les autorisations nécessaires à tout responsable, pour que chacun puisse accomplir sa tâche. Tu auras également le pouvoir, en accord avec les autres dirigeants, de donner, à toute personne vivant sur le territoire, des directives conformes aux lois d’Arménie.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie le 20 décembre 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.En vertu du pouvoir de tous les Arméniens, Maghakia, le Père bienveillant320,
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant.
Nous attestons que les susnommés Maghakia et Séghbestros ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau.
Le représentant de l’autorité, Michaël,
Le rédacteur, Manuel.

192Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de troisième dirigeant :

  • Article 42
  • 321 Aujourd’hui Kağızman, dans la région de Kars (Turquie).
  • 322 Variante de Manaskert, aujourd’hui Malazgirt (Turquie).
  • 323 Voir art. 35, 36, 40, 41 et 44.

193Vu votre agrément par la population du Touroubéran et l’autorisation de représentation en votre faveur, Galstan du village de Kaghzvan321 et Martiros du village de Malachakert322, et conformément aux lois d’Arménie, de vous deux, nous avons agréé Galstan de Kaghzvan, notre pair, loyal à la Chambre d’Arménie, sur la foi de son serment et de ses mérites et lui avons délivré l’autorisation d’exercer une fonction dirigeante pendant trois ans à la Chambre d’Arménie.
Galstan de Kaghzvan, tu siégeras au quatrième fauteuil du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie et pourras, en accord avec les autres dirigeants, délivrer les autorisations nécessaires à tout responsable, pour que chacun puisse accomplir sa tâche. Tu auras également le pouvoir, en accord avec nles autres dirigeants, de donner, à toute personne vivant sur le territoire, des directives conformes aux lois d’Arménie.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie le 20 décembre 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Maghakia, Père bienveillant de l’Arménie323,
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant d’Arménie,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant d’Arménie.Comment l’Arménie peut parler d’une seule voix :

  • Article 43
  • 324 Voir art. 35.

194En vertu de l’article 14 de la loi, l’ensemble de la nation arménienne sera ramenée à deux représentants pour douze mille foyers. En vertu de l’article 19, l’un de ces deux représentants exercera une fonction de gouvernement. En vertu de l’article 35, un tirage au sort parmi tous les dirigeants désignera un homme bienveillant envers tout Arménien et dont la Chambre d’Arménie fera le garant de son autorité. En vertu des articles 40, 41 et 42, il lui sera donné le pouvoir d’investir trois dirigeants convenant à tous, car c’est du pouvoir de tout un chacun que provient le pouvoir des gouvernants. Chacun, en effet, est lui-même un gouvernant, grâce à sa nature raisonnable. Le peuple n’institue pas des gouvernants pour qu’ils le dominent arbitrairement et selon leur bon plaisir mais pour qu’ils agissent conformément aux lois d’Arménie.
Dès leur entrée en fonction, ces trois dirigeants recevront de la nation les moyens nécessaires à l’exercice d’un pouvoir raisonnable et seront habilités à reprendre au sieur Maghakia l’autorisation d’exercer les fonctions de Père de l’Arménie324 et à le libérer avec les honneurs pour qu’il retourne à sa fonction de représentant.
Ensuite, les trois nouveaux dirigeants pourront délivrer une nouvelle autorisation d’exercer cette fonction à tout homme choisi parmi les représentants, du moins à la moitié d’entre eux désignée pour les fonctions de gouvernement, et ce conformément à l’article 19.
En outre, ces trois dirigeants pourront, en accord avec tous les autres, voter les lois et attribuer les pouvoirs relatifs à toutes les fonctions, conformément aux articles 16 et 18.

  • 325 Voir art. 35, 36, 40, 42.

195Exemple de restitution de l’autorisation d’exercer la fonction de Père bienveillant d’Arménie325 :

  • [Article 44]326

196Je me prosterne devant notre Dieu créateur unique et glorifie le Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie.
Mes Pères et frères, je déclare avoir accompli ma mission conformément à la fonction qui m’a été confiée par les dirigeants et représentants de l’autorité et par l’honorable nation arménienne tout entière.
Durant mon mandat, j’ai attribué le pouvoir de direction, en premier lieu à Son Excellence le sieur Séghbestros, Archevêque d’Aghdzni, délégué par le Saint Patriarche de toute l’Arménie ; en deuxième lieu, au sieur Vrthanés de Kaghin, représentant des Arméniens d’Aghouanie et en troisième lieu, au sieur Galstan de Kaghzvan, représentant des Arméniens du Touroubéran.
Je restitue maintenant mon autorisation à votre honorable Assemblée et vous demande la grâce de m’en libérer et d’aller en paix.
Et les dirigeants unanimes le libéreront de sa fonction par l’intermédiaire du rédacteur, qui dira : « Va en paix » et, prenant l’autorisation rendue par le Père bienveillant, y écrira tout ce que celui-ci aura dit, la lui fera signer et la conservera à la Chambre d’Arménie.

197Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de cinquième dirigeant et des suivants :

  • Article 45
  • 327 La Persarménie (ou Nor Chirakan) est l’une des régions d’Arménie dans la Géographie d’Anania De Ch (...)
  • 328 Tabriz est l’ancienne Tauris, aujourd’hui au nord-ouest de l’Iran.

198Vu votre agrément par la population de la province de Persarménie327 et l’autorisation de représentation en votre faveur, Stépanos de Tabriz328 et Poghos de Maraghi et conformément aux lois d’Arménie, de vous deux, nous avons agréé, sur la foi de son serment et de ses mérites, Stépanos de Tabriz, notre pair, loyal envers la Chambre d’Arménie et lui avons délivré l’autorisation d’exercer la fonction de dirigeant pendant trois ans à la Chambre d’Arménie.
Stépanos de Tabriz, tu occuperas le cinquième fauteuil au Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie et pourras, en accord avec les autres dirigeants, délivrer les autorisations nécessaires à tout responsable, pour que chacun puisse accomplir sa tâche. Tu pourras également, en accord avec les autres dirigeants, donner, à toute personne vivant sur le territoire, des directives conformes aux lois d’Arménie.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie ce jour, le 20 décembre 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • Article 46

199Conformément aux lois, les fonctions de commandement, jusqu’au grade de capitaine, peuvent être attribuées par trois dirigeants de la Chambre d’Arménie assistés d’un rédacteur ; mais cela ne vaut en aucun cas pour la fonction de Premier Magistrat.

  • Article 47

200Les fonctions de Premier Magistrat, de juge suprême, de chef de la cavalerie et de généralissime doivent être attribuées avec l’accord de tous les dirigeants de la Chambre d’Arménie. Les autorisations doivent être signées par tous les dirigeants ainsi que par un rédacteur, et porter le sceau de la Chambre d’Arménie.

  • Article 48
  • 329 Les sept sceaux rappellent l’Apocalypse de Jean, V, 58, V, 1 : « Et je vis sur la [main] droite de (...)

201Le sceau de la Chambre d’Arménie sera conservé dans une bourse à l’ouverture scellée par sept dirigeants329, dont l’archevêque. Il demeurera dans un coffret bien clos dont la clé sera conservée par le rédacteur. Ce coffret ne sortira pas de la Chambre d’Arménie et, chaque fois que le sceau sera nécessaire, le rédacteur le présentera et chacun des sept dirigeants vérifiera que son propre sceau est bien intact. Si c’est le cas, ils autoriseront le rédacteur à ouvrir le coffret et à en retirer le sceau de la Chambre d’Arménie, ils scelleront ce qui doit l’être puis renfermeront le sceau soigneusement. Celui-ci sera à nouveau scellé par les sept dirigeants et remis au rédacteur comme il vient d’être dit. C’est ainsi que l’on utilisera le sceau de la Chambre d’Arménie en chaque occasion.

  • Article 49
  • 330 Voir art. 14 et 19.
  • 331 Voir art. 21.
  • 332 Voir p. [46].

202Après l’investiture de tous les dirigeants au moyen d’une autorisation officielle, on choisira parmi tous les représentants (les dirigeants tout comme les autres élus qui représentent l’autorité330) treize hommes331 appartenant à la nation arménienne, nés en Arménie et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie, des hommes doux332, patients, exerçant déjà une fonction, aimant la nation et le pays d’Arménie, vertueux, déterminés, etc.
Ils seront tirés au sort, du premier au treizième. Le premier désigné par le sort sera le Premier Magistrat, le deuxième sera le deuxième membre du Conseil et ainsi de suite jusqu’au treizième tirage, qui désignera le dernier membre du Conseil. Et, conformément à la loi, la Chambre d’Arménie leur remettra un mandat de trois ans pour le Premier Magistrat, à vie pour les membres du Conseil.

  • Article 50
  • 333 Voir art. 14 et 19.

203Lorsqu’un dirigeant devient Premier Magistrat et quelle que soit la province qu’il représente, il doit renoncer à sa fonction et céder la place au compagnon avec lequel il a été élu et qui est devenu représentant de l’autorité333.
Mais jusqu’alors, le Premier Magistrat doit être maintenu dans sa précédente fonction pour que le nombre de dirigeants envoyés par chaque province ne soit pas diminué.

204Exemple d’autorisation pour l’attribution de la Première Magistrature :

  • Article 51
  • 334 Contrairement à la référence explicite à Sahak Bagratouni aux art. 80 et 91, rien ne prouve que l’ (...)
  • 335 Une localité non loin d’Erevan, sur l’Araxe, a porté ce nom ; mais, comme l’indiquent les art. 51 (...)

205Vu l’agrément de la population de la province d’Ararat et l’autorisation de représentation en ta faveur, sieur Smbat334 du canton d’Artachat335, sur la foi de ton serment et de tes mérites, nous sommes convaincus de ta loyauté. Grâce au Dieu tout-puissant, à l’agrément reçu de nos dirigeants élus par tous les Arméniens et, tout spécialement, grâce à la volonté de l’Esprit saint de Dieu, tu as été tiré au sort pour exercer la fonction de Premier Magistrat.

  • 336 Mat., XX, 26 b-27 : « Celui qui parmi vous veut devenir grand sera votre serviteur, et celui qui p (...)
  • 337 Mat., XI, 30 : « Car mon joug est bénin et ma charge légère. » Ces paroles sont prononcées par le (...)
  • 338 L’auteur de ce passage pense-t-il au châtiment comparable infligé aux accusateurs de Daniel, VI, 2 (...)
  • 339 Peut-être un souvenir de Pr., XXVI, 7 : « Mal assurées les jambes du boiteux, tel un proverbe dans (...)

206Nous avons enregistré ton nom et l’avons agréé car tu es digne d’exercer la fonction de Premier Magistrat de notre pays.
Nous, dirigeants d’Arménie et représentants de la nation entière, clercs ou laïcs, même nombreux, nous parlons d’une seule voix. Nous n’avons qu’une volonté, un avis et nous agissons de concert comme une seule personne : nous t’avons agréé, honorable Smbat d’Artachat, et t’avons délivré l’autorisation d’exercer la fonction de Premier Magistrat de tous les Arméniens et de tout le pays d’Arménie pour une durée de trois ans. Puisses-tu, honorable Smbat, avec la miséricorde de notre Seigneur, gouverner le pays et ses habitants en rétribuant les actions de chacun selon les lois et les décisions de la Chambre d’Arménie.
Nous t’avons donné le pouvoir pour diriger l’Arménie comme dirigeait le Christ, Notre Seigneur et Sauveur336 : en te tenant prêt à servir tout Arménien et en luttant contre les ennemis et les adversaires des lois et de la nation arménienne. Tu as tout pouvoir d’accomplir de bonnes actions mais aucun d’agir à l’encontre des lois d’Arménie : ni toi, ni ceux qui agissent avec ton autorisation. Pour ceux qui agissent à l’encontre des lois, il n’y aura aucun pardon. Nous mettons sur ta nuque le joug des lois d’Arménie car le joug des lois est doux et léger337. Mais sois sensé et respecte, au plus profond de ton cœur, chaque article de la loi d’Arménie, car ta vie et ton honneur sont suspendus à ces lois. Si la moindre violation se produit par ta faute, tu auras les os broyés338.
Nous t’avons donné le pouvoir dans l’intérêt de tout le peuple d’Arménie et non pour que tu nuises à certains, pour diriger les actions de tous conformément aux lois d’Arménie, et nous enchaînons tes tendances naturelles, ta volonté tyrannique et tes actions arbitraires. Tu n’as pas le pouvoir de traiter qui que ce soit de boiteux ou de sot339.
Nous t’avons donné le pouvoir d’être l’expression de toute l’Arménie mais, en même temps, nous te bâillonnons pour que jamais tu ne prononces aucune parole à l’encontre des lois d’Arménie.
Nous t’avons donné le pouvoir de déclarer la guerre aux ennemis mais aussi de prôner la paix avec les alliés de l’Arménie, avec l’autorisation de la Chambre d’Arménie.
Nous t’avons donné le pouvoir de gracier les condamnés à mort, jusqu’à sept fois par an, si cela n’est pas expressément contraire à la volonté de la Chambre d’Arménie, mais tu n’as pas le pouvoir d’arracher un cheveu de la tête d’un homme, quel qu’il soit, sans l’accord de la Chambre d’Arménie.
Nous t’avons donné un pouvoir de surveillance, en prenant l’avis de la Chambre d’Arménie, pour être prêt à l’approche de l’ennemi, du danger et de l’invasion. Si l’ennemi ruine le pays et tourmente le peuple par ta faute, c’est vers toi que l’on se retournera.
Nous t’avons donné le pouvoir de commander les soldats et les officiers du pays selon les lois et, même, de condamner et de faire enchaîner les soldats ou les officiers qui auraient désobéi à tes ordres, mais tu répondras de tous les préjudices si, un jour, l’un de ces prisonniers est déclaré innocent par un tribunal et libéré.
C’est pour que tu puisses accomplir tout ce qu’imposent les lois d’Arménie que nous, qui sommes comme toi serviteurs de l’Arménie, faisons de toi, honorable sieur Smbat d’Artachat, notre maître, notre Premier Magistrat et fidèle serviteur. Tu devras toujours subordonner tes actes aux lois d’Arménie, comme nous-mêmes et comme toutes les personnes vivant sur le territoire arménien ; mais, quant à exercer une domination sur le Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, aucun être appartenant à l’espèce humaine n’en a le pouvoir.Puissent la grâce de Dieu, l’observance des lois d’Arménie et l’amour sincère de la Maison et de tout le peuple d’Arménie élire domicile en toi ! Amen.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • Article 52
  • 340 Les art. 52 à 57 commencent par « si », sont au conditionnel et imaginent l’éventualité d’un pouvo (...)
  • 341 Le mandat « à vie » n’est donc pas pris dans un sens strict par l’auteur. Voir également l’art. 58
  • 342 L’auteur se rallie donc au principe que Joseph Karst (1934‑1937, III, p. 285‑286) appelle « le maj (...)

207Si340 un jour proche ou lointain, un ou plusieurs descendants ou héritiers de notre ancêtre Hayk, ou de nos fidèles Vagharchak et Bagrat, se faisaient connaître et revendiquaient le pouvoir ; si l’un ou l’autre de ces hommes s’engageait sous serment à honorer Dieu selon le rite de l’Église d’Arménie et à se soumettre à toute loi instituée par la Chambre d’Arménie et les dirigeants et qu’en outre, il acceptait d’être rétribué selon les lois d’Arménie pour les préjudices dont il serait responsable et de ne disposer, tout au long de sa vie, que des pouvoirs définis dans l’article 51, relatif au Premier Magistrat, alors, nous devrons l’agréer volontiers, l’honorer, lui adresser louange et respect et lui attribuer le mandat de Premier Magistrat en suivant les dispositions de l’article 51 mais en ajoutant qu’il en est titulaire à vie.
En cas de vacance pour décès ou faute grave341, ce Premier Magistrat serait remplacé par l’aîné de ses enfants et ainsi de suite, continuellement, de génération en génération342.

  • Article 53
  • 343 Pour Mkhitar Goch (Thomson, 2000, chap. II), les filles peuvent « fonder une famille princière ave (...)
  • 344 Comme dans les statuts organiques d’Irakli, où la maladie ou quelque autre « défaut ou vice » (Kar (...)

208Si la Première Magistrature d’Arménie devenait héréditaire, elle se transmettrait alors de génération en génération au premier-né, qu’il soit garçon ou fille343, sauf s’il est aliéné344.

  • Article 54
  • 345 Voir les art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

209Si la première magistrature d’Arménie devenait héréditaire, il faudrait alors que le pouvoir à vie attribué aux membres du Conseil secret345 leur soit retiré et remplacé par un autre de trois ans seulement. À partir de l’expiration de ce délai ou en cas de vacance pour décès ou faute grave, un autre représentant de la Chambre d’Arménie serait élu pour entrer en fonction avec un mandat de trois ans.

  • Article 55

210Si la Chambre d’Arménie instituait un Premier Magistrat héréditaire, il faudrait, dans un délai de trente jours, désigner l’aîné de ses enfants comme héritier ou, s’il n’a pas d’enfants, l’aîné de quelqu’un d’autre, sachant que s’il lui naissait un enfant quelque temps après, c’est à celui-ci que reviendrait le titre héréditaire. On éviterait ainsi que le siège de Premier Magistrat ne reste vacant.

  • Article 56

211Si la Première Magistrature d’Arménie devenait héréditaire, les descendants de notre Premier Magistrat occuperaient les fonctions de la façon suivante : son premier enfant lui succéderait en devenant lui-même Premier Magistrat. Les deuxième, troisième et quatrième fils recevraient les fonctions de deuxième généralissime, de deuxième commandant de cavalerie et deuxième commandant d’artillerie, demeurant toute leur vie sous la tutelle d’un supérieur. Ces héritiers n’accéderaient jamais aux trois premières fonctions, ni dans l’état-major, ni dans la cavalerie, ni dans l’artillerie. S’ils causaient des dommages, ils seraient punis conformément aux lois d’Arménie.

  • Article 57

212Si la Première Magistrature d’Arménie devenait héréditaire, le Premier Magistrat, ainsi que ses trois descendants précités recevraient, de la Chambre d’Arménie, une pension dont le montant est fixé à l’article 278.
Son héritier, ses autres fils, ses filles et son épouse recevraient une pension annuelle :
L’héritier 2 000 deniers par mois. Les autres fils 1 000 deniers par mois.
L’épouse du Premier Magistrat 1 000 deniers par mois.
Les filles du Premier Magistrat, jusqu’au jour de leur mariage 500 deniers par mois.

213Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de membre du Conseil secret du Premier Magistrat :

  • Article 58
  • 346 Ce mandat « à vie » n’est pas pris au sens strict. Voir également art. 23 et 52.
  • 347 Voir art. 23.

214Vu l’agrément de la population de la province du Gougark et l’autorisation de représentation en ta faveur, sieur Harouthioun de la ville de Lori, sur la foi de ton serment et convaincus de ta loyauté, nous t’avons délivré l’autorisation qui t’institue deuxième membre du Conseil secret de l’honorable Premier Magistrat d’Arménie, sachant que les lois inviolables d’Arménie s’appliquent à l’ensemble du Conseil et que toute action décidée par le Conseil secret du Premier Magistrat d’Arménie devra pouvoir être considérée comme parfaite au regard des lois d’Arménie.
Nous t’avons en outre donné le pouvoir de siéger à vie dans ce Conseil. Seules peuvent mettre fin à ce mandat les fautes que tu pourrais commettre346 ou ta mort naturelle.
Respecte sincèrement et sans faillir les lois et la Chambre d’Arménie.
Puissent tes conseils ne jamais être contraires aux lois d’Arménie !
Des autorisations semblables seront délivrées à tous les conseillers jusqu’au treizième347.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • 348 Les critères d’éligibilité à cette fonction sont définis à l’art. 22. Voir également art. 29 et 61

215Exemple d’autorisation pour l’attribution des fonctions de juge suprême348 :

  • Article 59
  • 349 Voir également art. 61, sur la corruption d’un juge. Même souci dans le code d’Astrakhan, qui se m (...)

216Vu l’agrément de la population de Cilicie, l’autorisation de représentation en ta faveur et vu tes mérites, Maghakia de Malachakert, nous sommes, sur la foi de ton serment, convaincus de ta loyauté et t’avons délivré l’autorisation d’exercer, en accord avec ton Conseil, les fonctions de juge suprême pendant trois ans.
Tu jugeras les contrevenants à la loi d’Arménie, quels qu’ils soient. Tu disposeras de deux voix au cours des délibérations, tandis que les membres de ton Conseil n’en auront qu’une.
Par les dispositions prévues dans nos lois, nous te bandons les yeux et te lions les mains pour que tu ne puisses ni t’apitoyer, ni durcir ton cœur à la vue du plaignant ou de l’accusé et que tu ne puisses accepter ne fût-ce qu’un sou qui corromprait la vérité et la justice349, mais pour que tu entendes les paroles du plaignant et de l’accusé par les seules capacités rationnelles de ton âme et que tu fasses droit à la vérité et à la justice en rendant des sentences adaptées aux paroles et aux actes de chacun et conformes à la loi d’Arménie.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

217Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction d’avocat général :

  • Article 60

218Vu l’agrément de la population de la province de Kortchkahayk et l’autorisation de représentation en ta faveur, Aristakés du village d’Arznkan, nous te jugeons fidèle à la Chambre d’Arménie et t’avons délivré l’autorisation d’exercer la fonction d’avocat général pour une durée de trois ans.Quel que soit le lieu – tribunal ou Conseil secret d’Arménie –, sois toujours intransigeant, Aristakés, et défends sans crainte les lois et règles d’Arménie. Puisses-tu ne pas retenir ta langue, puisse ton cœur ne pas s’effrayer et ta bouche s’exprimer librement pour expliquer au tribunal les droits et la justesse des lois d’Arménie !
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • 350 Les critères d’éligibilité à cette fonction sont définis à l’art. 29. Voir également art. 22 et 59

219Exemple d’autorisation pour l’attribution d’une fonction de juge dans une métropole350 :

  • Article 61
  • 351 Voir art. 59.

220Vu l’agrément de la population du canton de Bznouni et l’autorisation de représentation en ta faveur, Michaël Gnouni, et sur la foi de ton serment devant l’Assemblée des dirigeants d’Arménie, sincèrement convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié pour trois ans une fonction de juge dans la ville d’Erevan (province d’Ararat).
Michaël Gnouni, tu occuperas le siège de Président de la Cour. En accord avec les autres juges, membres de ton Conseil, tu seras habilité à juger toute personne résidant dans la ville d’Erevan.
Conformément à la loi d’Arménie, nous t’autorisons à choisir, parmi tes confrères, les juges qui constitueront ton Conseil : huit hommes experts en matière de lois, appartenant à la nation arménienne, résidant dans la ville d’Erevan et dont l’autorisation sera contresignée par le très sage gouverneur militaire d’Erevan et par son conseiller. Ton mandat de juge est de trois ans.
Tu pourras également investir toi-même les secrétaires et les rédacteurs du Tribunal d’Erevan : six secrétaires et trois rédacteurs, appartenant tous à la nation arménienne et chrétiens.
Conformément aux lois d’Arménie, tu disposeras de deux voix lors des débats, mais, par les dispositions des lois d’Arménie, nous te bandons les yeux et te lions les mains afin que tu ne prennes pas en considération l’apparence, ni la position du plaignant ou de l’accusé et que tu ne puisses accepter l’argent qui corromprait la vérité351. Puisses-tu siéger au Tribunal pour juger avec douceur le peuple d’Erevan, selon les lois d’Arménie, et demeurer fidèle à la Chambre d’Arménie !
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

221Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de généralissime :

  • Article 62

222Vu l’agrément de la population de la province du Vaspourakan, vu l’autorisation de représentation en ta faveur, sieur Siméon du village d’Aghdzni et ta prestation de serment devant l’Assemblée des dirigeants d’Arménie, nous sommes convaincus de ta loyauté et t’avons confié la fonction de généralissime de l’armée d’Arménie pour trois ans.
Vaillant Siméon d’Aghdzni, en tant que généralissime, tu es habilité à commander aux troupes de toutes les armées et à leurs généraux, tous placés sous ta responsabilité par le Premier Magistrat. Tu rempliras ta mission dans le cadre des lois d’Arménie, ce pour quoi tu es mandaté par l’honorable Premier Magistrat, sans exercer le moindre pouvoir sur la Chambre d’Arménie.
Tu as le pouvoir de condamner et de faire emprisonner les soldats ou les officiers qui désobéiraient à tes ordres, sachant que tu répondras du préjudice si les soldats emprisonnés sont déclarés innocents par un tribunal.
Nous t’avons donné le pouvoir pour garantir l’application de chaque article de la loi d’Arménie à l’égard de tous les soldats sous ta responsabilité. Leurs délits devront être jugés selon les lois par un tribunal qui rendra sa sentence en fonction de leur gravité.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
L’Archevêque Séghbestros, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • 352 Voir art. 25.

223Exemple d’autorisation pour l’attribution du commandement de la cavalerie352 :

  • Article 63
  • 353 On retrouve ici encore l’intérêt récurrent pour les innovations techniques augmentant l’efficacité (...)
  • 354 Disposition reprise à l’art. 301.
  • 355 Initiales de Séghbestros, Vrthanés et Galstan. « D » pour « dirigeant ». L’auteur ne note plus, dé (...)

224Vu l’agrément de la population de la province de Paytakaran, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et ta prestation de serment, Manassé du Touroubéran, nous sommes convaincus de ta loyauté. Sieur Manassé, nous t’avons attribué pour trois ans la fonction de commandant de la cavaleried’Arménie, ainsi que l’autorisation et les pouvoirscorrespondants.
Vaillant Manassé, tu commanderas les unités de cavalerie que le très sage généralissime te donnera à conduire.
Tu rempliras ta mission selon les directives du généralissime et les lois d’Arménie.
Tu pourras faire condamner et emprisonner les hommes de cavalerie qui commettraient une faute envers toi, sachant que tu répondras du préjudice si les soldats emprisonnés sont déclarés innocents par un tribunal.
Concernant l’équipement des hommes de cavalerie, comme les selles, etc., tu pourras prendre toute initiative susceptible d’alléger le fardeau du soldat et de préserver la rapidité de son cheval353.
Nous t’avons donné le pouvoir d’attaquer l’ennemi et le pays désignés par le très sage généralissime, mais en aucun cas la Chambre d’Arménie.
Nous t’engageons à maintenir en éveil la vigilance des soldats à l’égard du respect des lois d’Arménie en les leur faisant lire chaque jour de la semaine pour qu’ils en aient bien présent à l’esprit chacun des articles354.
Fait à la Porte de la sublime et irréprochable Chambre d’Arménie, ce jour, le 20 décembre de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.355

  • 356 Voir art. 26.

225Exemple d’autorisation pour l’attribution du commandement de l’artillerie356 :

  • Article 64
  • 357 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86], [87].

226Vu l’agrément de la population de la province du Gougark, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment ; convaincus, Martiros, de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié la charge et l’autorisation de diriger l’artillerie durant trois ans.
Sieur Martiros de Bambakadzor, tu dirigeras toutes les unités d’artillerie que la Chambre d’Arménie te donnera à conduire.
Tu pourras alléger le poids des armes, veiller à ce que les armes à feu soient toujours en bon état de marche, vérifier que les boulets de différents calibres soient bien appariés aux canons et aux boutefeux correspondant et veiller à ce que le chef du génie mette au point des chariots légers et stables.
Il te revient de vérifier qu’il y a bien, dans les fortifications des villes, autant d’armes à feu que la Chambre d’Arménie en a prévues. Là où ce n’est pas le cas, conformément aux lois d’Arménie, tu engageras le commandant à combler ce manque et nous en aviseras.
Tu feras chercher dans tout le pays des artisans pour faire fondre le fer et en faire des canons et des boulets, aux frais de la Chambre d’Arménie.
Tu obligeras les fabricants de fusils et de pistolets du pays et les artisans qui se connaissent dans ce type de travail à fabriquer des fusils et des pistolets uniformes et de mêmes dimensions357 : même grosseur des canons, des boutefeux, des pierres à feu, etc., pour qu’en cas de détérioration, il soit possible de changer d’arme facilement.
Tu as la liberté de définir les règles en fonction desquelles les artilleurs déplaceront leurs armes ensemble de façon coordonnée.
Les artilleurs s’entraîneront ensemble tous les matins, de 6 heures à 8 heures, excepté le dimanche où ils seront tous libérés des exercices militaires.
Fait à la Porte, etc. Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.

  • 358 Voir art. 27.

227Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de responsable des services du renseignement358 :

  • Article 65
  • 359 La Haute-Arménie (Bardzr Hayk) est l’une des quinze provinces arméniennes dans la Géographie d’Ana (...)
  • 360 Voir art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

228Vu l’agrément de la population du canton d’Artachat dans la province de Haute Arménie359, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment devant l’Assemblée des dirigeants d’Arménie ; sincèrement convaincus – très perspicace Pétros – de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié pour trois ans la fonction de chef des services du renseignement de Nakhitchevan et de sa région (province de HauteArménie).
Il te reviendra d’engager, aux frais de la Chambre d’Arménie, des employés perspicaces : douze en temps de paix, trente-six en temps de guerre. Ils devront sillonner silencieusement le territoire de l’Arménie et les pays étrangers – ennemis ou voisins – recueillant avec les plus grandes précautions toutes sortes d’informations dont ils feront un rapport détaillé chaque semaine en trois exemplaires : un pour le gouverneur de la ville de Nakhitchevan, un pour la Porte de la Chambre d’Arménie et le dernier, pour le Conseil secret360 du Premier Magistrat.
Puissent les lois de la Chambre d’Arménie tenir ta main et ta bouche fermées afin que les informations confidentielles et secrètes ne soient révélées à personne, hormis aux trois Portes citées plus haut ! Puisses-tu renseigner avec loyauté la Chambre d’Arménie !
Fait à la Porte du Siège suprême, etc.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.

  • 361 Voir art. 27.

229Exemple d’autorisation pour la fonction de direction de l’arsenal361 :

  • Article 66
  • 362 Confusion probable avec la province d’Outik, car Out est défini comme un simple village à l’art. 1 (...)
  • 363 Seules les initiales des prénoms du magistrat et du rédacteur ainsi que leur fonction sont désorma (...)

230Vu ton agrément par la population de la province d’Out362, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment ; convaincus, Séghbestros, de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué la fonction de chef de l’arsenal de la ville d’Ani pour une durée de trois ans.
Tu seras responsable du dépôt d’armes et devras transmettre à ton successeur autant d’armes que tu en auras reçues de ton prédécesseur, le vaillant Mkrtitch. Tu devras les garder en état, propres et enduites d’huile, les faire réparer si elles sont abîmées, en raccordant la pierre nécessaire avec la cartouche, le percuteur et la pierre à feu.
Dès qu’il restera moins de soixante mille exemplaires de telle ou telle catégorie d’armes, tu aviseras le représentant de l’autorité de la ville d’Ani et recevras de lui la quantité manquante. Tu devras toujours avoir en réserve soixante mille fusils, soixante mille pistolets et des épées, en cas de nécessité.
Tu fourniras au premier magistrat d’Ani autant d’armes qu’il t’en demandera ou les remettras aux personnes qu’il t’indiquera, en échange d’un reçu. Ces armes devront ensuite t’être rendues.
Il ne devra jamais y avoir dans l’arsenal moins de vingt-quatre mille fusils, douze mille pistolets et soixante mille épées. S’il en manque, tu en aviseras le représentant de l’autorité de la ville d’Ani et exigeras de lui le complément.
Nous t’autorisons à recevoir du représentant de l’autorité d’Ani les sommes nécessaires à l’entretien des armes, contre un reçu précisant le montant de la dépense. Garde loyalement les armes de toutes les armées, afin qu’elles soient toujours propres et prêtes pour l’utilisation.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.)363 et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.

  • 364 Voir art. 27.

231Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de direction des poudrières364 :

  • Article 67

232Vu l’agrément de la population de la province de l’Artsakh, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué la fonction de responsable des poudrières pour une durée de trois ans.
Sieur Pétros de Bérdadzor, tu auras autorité sur tous les artisans producteurs de poudre. Tu les encourageras à améliorer la qualité de leur poudre en y apportant plus de soin et tu chercheras le moyen de la rendre plus pure et plus résistante pour qu’elle ne s’abîme pas trop vite. Dans la fabrication de la poudre, il faut éviter qu’elle ne soit puissante en un endroit et faible en un autre, sa force doit être bien répartie. On doit produire, sur tout le territoire, deux sortes de poudres – de puissance égale – l’une grossière, pour les canons, l’autre, plus fine, pour les mises à feu.
Tu es habilité à faire rechercher et à engager, aux frais de la Chambre d’Arménie, des artisans capables de mettre au point tous les perfectionnements susceptibles d’améliorer la qualité de la poudre et la résistance des mèches à la chaleur, à l’humidité et à la pluie.
Tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour que la poudre soit mise en sûreté dans les villes comme dans les camps et les compagnies.
Fait, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.

  • 365 Voir art. 27.

233Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de chef du génie365 :

  • Article 68
  • 366 Yerntchak (Yernjak, Ernjak) est une localité située dans le Yerndjak, l’une des cinq régions du Na (...)
  • 367 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86], [87] et art. 64.
  • 368 Le nom dont l’initiale serait « R » n’est mentionné nulle part ailleurs. Il s’agit vraisemblableme (...)

234Vu l’agrément de la population de la province du Siounik, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué l’autorisation de diriger pendant trois ans les troupes du génie.
Sieur Pétros de Yerntchak366, tu auras autorité sur tous les fabricants de chariots.
Veille attentivement à ce que tous les chariots fabriqués sur le territoire arménien soient uniformes367 par l’aspect, la hauteur, la longueur et la largeur, et correspondent chacun à une catégorie. Par exemple, tous les chariots destinés à transporter des boulets de deux livres devront avoir le même aspect ; ceux qui transporteront les boulets de quatre, six, et ainsi jusqu’à quarante-deux livres devront être, au sein d’une même catégorie, de mêmes hauteur, longueur et largeur. Oblige les artisans à produire les chariots en fonction du poids de leur charge, comme le commandant d’artillerie doit le faire pour les chariots destinés à transporter la poudre et qui devront être munis d’une malle étanche, comme ces chariots également qu’il faut déplacer, transportant les munitions et les vivres. Les dimensions de chaque pièce composant les chariots doivent être définies pour être fabriquées à l’identique n’importe où dans le pays. Ainsi, dans les fortifications des villes comme dans l’armée, si une pièce casse, il sera possible de la remplacer par une autre, identique.
Il t’est permis de sanctionner les artisans si tu découvres, dans les chariots qu’ils fabriquent, un défaut ou un écart, ne fût-ce que de la taille d’un grain de blé, par rapport aux normes.
Nous te confions aussi la charge de faire rechercher dans les forêts et les champs de notre pays les arbres les plus propres à fournir un bois à la fois solide et léger et convenant à la fabrication de chariots et d’échelles supportant une utilisation prolongée, etc.
Fait à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie ce jour, le 20 décembre de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, M. (M.) et R.368 (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., D.

  • 369 Voir art. 27.

235Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de responsable des tentes369 :

  • Article 69
  • 370 Littéralement : « ville de Vardan ». Dans la région du Paytakaran, « sur la rive gauche de l’Araxe (...)
  • 371 Probablement une nouvelle coquille.

236Vu l’agrément de la population du Paytakaran, vu l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué la fonction de responsable de toutes les tentes pour trois ans.
Sieur Thadéos de Vardanakert370, tu auras autorité sur tous les fabricants de tentes.
Veille soigneusement à la réalisation des tentes produites sur le territoire arménien : tentes pour un, six, douze ou vingt-quatre hommes. Toutes les tentes devront être confectionnées avec des dimensions (hauteur, largeur, longueur) conformes à ces quatre catégories avec des piquets, des chapiteaux et une grosseur de corde en rapport. L’intérieur des tentes sera blanc, de quelque toile bon marché, et l’extérieur, rouge.Tu pourras sanctionner toi-même les artisans qui s’écarteraient (par excès ou par défaut) des normes de l’une des quatre catégories (exception faite pour les tentes de l’état-major qui pourront éventuellement être plus spacieuses et en mousseline).
Sois attentif à la qualité des toiles et des cordes. Qu’elles soient de lin, de coton ou de toute autre matière produite et manufacturée en Arménie, elles doivent être très légères pour le transport et cependant très résistantes pour supporter la chaleur du soleil comme l’humidité de la pluie.
Fait à la Porte du Siège suprême, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
G., O.371

  • 372 Voir art. 27.

237Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de responsable du ravitaillement372 :

  • Article 70
  • 373 Région du lac d’Ourmia.
  • 374 La région de Thrace (autour du Bosphore) tout en comptant une forte population arménienne n’entre (...)
  • 375 Cette prudente préoccupation – disposer de réserves (voir également art. 133, 134, 135, 511) – gén (...)
  • 376 L’auteur se montre toujours attentif aux progrès des connaissances et des techniques, dans un but (...)

238Vu l’agrément de la population de la province de Persarménie373 et l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié la responsabilité du ravitaillement pour une durée de trois ans.
Barthélemy de Thrace374, ayant en charge le ravitaillement de tout le territoire arménien, tu encourageras les agriculteurs à ensemencer et cultiver tous les champs du pays pour qu’aucun d’entre eux ne reste inutilisé.
Si un agriculteur manquait de terrain ou de semences pour une raison quelconque, tu en aviseras le gouverneur de sa province, qui lui fournira une aide afin qu’il puisse mener à bien ses semailles. En cas d’obstacle important, tu nous aviseras.
Dans chaque province, c’est avec humanité que tu prélèveras les quantités de fruits, de blé, de vin, d’huile et de toute autre nourriture qui, selon les lois, constituent la contribution due à la Chambre d’Arménie. Tu les entreposeras dans les magasins de la Chambre d’Arménie, après en avoir retiré les anciennes réserves que tu remettras au gouverneur de cette province pour qu’il les mette en vente, les bénéfices allant au trésor d’Arménie.Tu devras veiller, sieur Barthélemy, à ce que, dans chaque province, la nourriture annuelle des habitants de notre pays soit conservée proprement dans des magasins secs et nets situés à l’intérieur des fortifications.
Tu pourras demander à la Chambre d’Arménie une carte du pays afin de connaître le nombre d’habitants et leur distribuer les vivres nécessaires pour un an, tout en conservant dans les magasins trois charges de blé par personne. Conserve, en outre, dans les lieux fortifiés de chaque ville et village de chaque canton, des provisions pour deux ans. Le tout constituera une réserve de vivres pour trois ans375. S’il y en a plus, ou moins, tu nous aviseras.
Il en va de même pour le fourrage, l’orge et le millet, etc., destinés aux animaux.
Si, durant ton exercice, de nouvelles plantes sont découvertes dans les champs376, tu en seras d’autant plus honoré à la Chambre d’Arménie.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

  • 377 Cette lettre d’investiture correspond à une fonction instituée à l’art. 27. La fonction de Grand T (...)

239Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de Grand Trésorier377 :

  • Article 71

240Vu l’agrément de la population de Kortchkahayk et l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié, Philippos de l’Aghbak mineur, la fonction de Grand Trésorier pour une durée de trois ans.
Tu recouvreras ce que les représentants de l’autorité et fonctionnaires des villes et provinces verseront au Trésor contre un reçu mentionnant le montant des sommes encaissées. Tout reçu établi par toi aura, pour nous, valeur d’attestation de l’encaissement de la somme correspondante, tout comme si nous l’avions encaissée nous-mêmes.
Tu mettras le Trésor de la Chambre d’Arménie à l’abri, dans les forteresses des villes, tu rendras des comptes, chaque mois, à la Porte de la Chambre d’Arménie et y attendras nos directives.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

  • 378 Voir art. 27.

241Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de responsable des géomètres378 :

  • Article 72
  • 379 La localité est en effet à l’est du Vaspourakan, au Nakhitchevan.
  • 380 Voir art. 249.
  • 381 Cette insistance sur les fortifications, tout en étant très commune au xviiie siècle, peut être un (...)

242Vu l’agrément de la population de la province du Vaspourakan et son autorisation en ta faveur, vu ta prestation de serment ; convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, sieur Stépan de Goghthan379, nous t’avons confié, pour trois ans, la fonction de responsable des géomètres.
Tu diviseras le territoire arménien en plusieurs provinces et cantons auxquels tu affecteras les géomètres placés sous ta responsabilité. Ils en mesureront toute la surface.Tu détermineras la position des villes et des monastères, conformément aux lois, aux autorisations et aux engagements de la Chambre d’Arménie. Tu feras reproduire, sur une carte, tout le territoire d’Arménie avec ses montagnes, ses forêts, ses lacs, ses fleuves, ses sources, etc. Tu pourras interdire la construction de maisons dont les plans seraient contraires aux usages : par exemple, hors de l’alignement des cours et des maisons380, trop près des fortins et forteresses, ou encore, dans l’enceinte d’une forteresse381.
Tu devras également toujours garder, près des grandes villes et à proximité des sources d’eau douce, un grand terrain où puissent stationner soixante mille soldats. Nul ne devra y bâtir de maison ou y planter des vignes.
Tu t’attacheras à rendre praticables, aux frais de la Chambre d’Arménie, des itinéraires plus courts et à tailler des passages dans les collines si cela permet de faire passer l’eau plus facilement d’un lieu à un autre.
Prends grand soin du territoire et vois s’il faut y planter des forêts ou en couper. Fais tout ce qui est nécessaire à la richesse de notre pays.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

  • 382 Voir art. 27.

243Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de responsable des hôpitaux382 :

  • Article 73
  • 383 Voir art. 70.
  • 384 Voir art. 82.

244Vu l’agrément de la population de la province d’Ararat et l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté, au nom de la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié la responsabilité des hôpitaux pour trois ans.
Sieur Hovhannés de Dvin, tu auras la responsabilité de tous les hôpitaux du pays et la Chambre d’Arménie pourvoira à leurs besoins.
Près de chaque grande ville, tu aménageras, aux frais de la Chambre d’Arménie, une grande maison pour y loger malades et blessés.
Tu trouveras des médecins pour le rétablissement des malades et feras faire des recherches dans les champs en fleurs de notre territoire et dans les forêts, pour prélever l’écorce des arbres et les racines des plantes ; cela, non seulement pour leurs vertus médicinales, mais encore pour découvrir leurs vertus secrètes383, pour l’instant inconnues de nous. Il se peut que l’on découvre certaines fleurs, graines, écorces ou racines qui se révéleront utiles, non seulement à notre peuple, mais aussi à beaucoup d’autres et elles pourront alors être vendues à l’étranger. Sois particulièrement attentif à ce que la lèpre ne pénètre pas dans notre pays et ne contamine pas la nation arménienne. En cas d’épidémie, éloigne les malades des villes et des régions habitées vers des lieux isolés et des montagnes inhabitées, jusqu’à leur guérison complète. Alors seulement, tu pourras les autoriser à se déplacer librement dans notre pays.
Nous te demandons également de quérir des médecins et de faire soigner les pauvres et les indigents384 aux frais de la Chambre d’Arménie.
Dans chaque ville, en accord avec le premier magistrat du lieu et aux frais de la Chambre d’Arménie, tu fourniras aux malades des vêtements propres et des repas chauds.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

245Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de colonel :

  • Article 74

246Vu l’agrément de la population de la province de Tayk et l’autorisation de représentation en ta faveur, Mkrtitch d’Agoulis, et vu ta prestation de serment devant l’Assemblée des dirigeants d’Arménie, sincèrement convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué la fonction de colonel pour trois ans.
Vaillant Mkrtitch d’Agoulis, en devenant colonel, tu commanderas les bataillons de mille soldats placés sous ta responsabilité par le très sage généralissime d’Arménie.
Conformément aux lois d’Arménie, tu seras sous les ordres du très sage généralissime d’Arménie sans exercer aucun pouvoir sur la Maison d’Arménie. Si aucun officier n’a de grade supérieur au tien, tu pourras condamner et faire emprisonner des soldats, sachant que tu répondras du préjudice si ces soldats sont déclarés innocents par un tribunal.
Respecte les lois envers chaque soldat sous ta responsabilité et, conformément à la loi, remets-le à un tribunal pour qu’il y soit jugé.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

  • 385 Cette fonction paraît coïncider avec celle définie à l’art. 31, elle diffère toutefois sur deux po (...)

247Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de surintendant385.

  • Article 75
  • 386 Voir art. 59.

248Vu l’agrément de la population de Haute-Arménie et l’autorisation de représentation en ta faveur, vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons attribué, Mkrtitch de Kaghin, la fonction de surintendant pour trois ans.
Tu exerceras ton autorité sur les collecteurs d’impôts, de droits, de taxes et autres contributions de façon qu’aucun d’entre eux ne puisse tourmenter notre peuple et lever, par ruse ou intimidation, plus que ce qui est prévu par la Constitution d’Arménie, ne fût-ce qu’un grain de blé.
Il te revient de prendre la défense des petites gens contre les responsables des douanes et les percepteurs, de leur venir en aide de façon que la Porte de notre tribunal n’ait jamais à recevoir de plainte contre des spoliateurs386.
Tu feras en sorte que les percepteurs ne prélèvent pas tous les impôts, taxes et autres contributions, etc., sur les bonnes récoltes pour n’en laisser au peuple que la portion congrue, mais qu’au contraire, les contributions soient proportionnelles aux récoltes que le Seigneur accorde aux paysans. Aide le peuple en lui accordant des facilités par tout moyen légal et puisse le Seigneur te venir en aide !
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

249Exemple d’autorisation pour l’attribution de la responsabilité du versement des soldes :

  • Article 76
  • 387 Partizats Por est l’un des cantons du Tayk, région de la Grande Arménie, dans la Géographie d’Anan (...)

250Vu l’agrément de la population de la province du Tayk et l’autorisation de représentation en ta faveur et vu ta prestation de serment, convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons confié la responsabilité du versement des soldes pour une durée de trois ans.
Sieur Zakaria de Partizats Por387, tu veilleras au paiement des soldes des militaires de toutes les armées et des indemnités de tous les fonctionnaires sous ta responsabilité. Le paiement s’effectuera chaque mois en ta présence. Le Trésor te fournira, contre un reçu, les sommes destinées au paiement des soldes. Nous te recommandons de veiller à ce que nos soldats du rang reçoivent bien l’intégralité de la solde versée pour eux par la Chambre d’Arménie, et ce le premier jour de chaque mois. Cette disposition vaut aussi bien pour les hommes en bonne santé que pour les malades. L’argent avec lequel on les paiera devra être d’excellente qualité, propre, sans aucun défaut et non pas vieilli et usé. Nos soldats, en effet, ne doivent jamais souffrir d’un retard de leur solde, pas même pour un sou de bronze, car cette solde est le salaire bien mérité de ces hommes qui veillent fidèlement, nuit et jour, pour la Chambre d’Arménie. Que le Seigneur les comble de bienfaits en ce monde et leur accorde, dans l’autre, une gloire éternelle !
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

  • 388 Selon Shushanik Khachikyan (1988, Նոր Ջուղայի հայ վաճարականությունը եվ նրա առեվտրատնտեսական կապերը(...)

251Exemple de reconnaissance de dette avec intérêts388 :

  • Article 77
  • 389 La formule était consacrée comme le montre l’annonce judiciaire dans Azdarar (1970, p. 47). Littér (...)
  • 390 Tous les actes de droit privé commencent ainsi. La forme n’est pas très éloignée de celle des docu (...)
  • 391 Il s’agit du taux d’intérêt minimal effectivement en usage dans le réseau des marchands issus de l (...)

252Moi, Martiros, fils de Barsegh, du bourg de Lori, reconnais publiquement389 une dette de 200 deniers d’argent envers le sieur Vrthanés, fils de Séghbestros, de la ville d’Astapat, dette dont je dois m’acquitter envers Vrthanés lui-même, son exécuteur testamentaire, son héritier, ou toute personne désignée par lui390.
Je m’y suis engagé devant témoins envers son exécuteur testamentaire, son héritier ou son mandataire.
Je signe ce document et y appose mon sceau ce jour, le 18 octobre en l’an 1771 de Notre Seigneur et Sauveur, dans la ville de Lori.
Je reconnais avoir emprunté au susnommé Vrthanés une somme de 100 drachmes d’argent arméniennes au taux de six pour cent l’an391, que je devrai rembourser dès qu’elle me sera réclamée.
Selon les termes de ce contrat, moi, le susnommé Martiros, mon exécuteur testamentaire, mon héritier ou mon mandataire devrons rembourser l’intégralité de la somme de 100 drachmes d’argent au susnommé Vrthanés, à son exécuteur testamentaire, à son hériter ou son mandataire, avec une majoration au taux d’intérêt de six pour cent l’an, en vertu de quoi ma dette sera soldée. En cas d’incapacité, la dette continuera de courir aux mêmes conditions.
Nous, Manassé, fils de Grigor et Harouthioun, fils de Minas, attestons que le soussigné a remis ce document revêtu de la signature et du sceau de :
Martiros, fils de Barsegh.

  • 392 Ce document semble avoir été conçu en deux temps : jusqu’à la mention de la date, il consiste effe (...)

253Exemple d’attestation d’acquittement d’une dette392 :

  • Article 78
  • 393 Cette somme est erronée puisqu’il n’est question ensuite, à deux reprises, que d’une dette de 300  (...)
  • 394 Sébaste, en arménien Sébastia (ville de l’ancienne Arménie mineure : Pokr Hayk) est aujourd’hui Si (...)
  • 395 La ville de Gandja (aujourd’hui Gəncə, en Azerbaïdjan) a connu une activité économique et commerci (...)
  • 396 Karin est le nom arménien d’Erzeroum, orthographié Arzroum par l’auteur (aujourd’hui Erzurum enTur (...)
  • 397 La distance entre Gandja et Erzeroum représente environ 440 kilomètres à vol d’oiseau. Franchir ce (...)

254Moi, Manassé, fils de Siméon, du village de Méghri, reconnais publiquement devoir la somme de 600 deniers d’argent393 au sieur Samuel, fils d’Athanas, du village de Yeghvard. Cette somme sera à rembourser audit sieur Samuel, à son exécuteur testamentaire, à son héritier ou son mandataire. Je m’y engage devant témoins et, ainsi, j’engage également mon exécuteur testamentaire, mon héritier et mon mandataire.
J’ai signé ce document et y ai apposé mon sceau ce jour, le dix-huit juillet de l’an de grâce mil sept cent soixante-treize, 1773, au village de Méghri.
Moi, le susnommé Manassé, fils de Siméon, ai bien reçu du susnommé sieur Samuel, fils d’Athanas, 300 deniers d’argent arméniens pour payer l’acheminement de mes marchandises par la caravane conduite par le sieur Maghakia, fils de Sarguis de Sébaste394, depuis la ville de Gandja395 jusqu’à celle d’Arzroum (également nommée Karin396), soit par route directe, soit par les villes et villages. Lorsque ladite caravane en possession de toutes mes marchandises atteindra Karin, elles seront déchargées et entreposées au caravansérail habituel.
Si ce voyage s’effectue en moins de quatre mois, les intérêts s’élèveront à douze pour cent. Au-delà, les intérêts seront doublés et dépendront de la durée du dépassement.
Toute perte causée par la traversée des rivières, les pluies, les attaques d’ennemis, l’incendie, les brigands, etc., sera à la charge de Samuel, fils d’Athanas.
Aux termes de ce contrat, si les marchandises arrivent sans encombre dans un délai de vingt et un jours397 audit caravansérail de Karin (Arzroum), moi-même, Manassé, fils de Siméon, mon exécuteur testamentaire, mon héritier ou mon mandataire devrons impérativement et intégralement rembourser au susnommé sieur Samuel, fils d’Athanas, à son exécuteur testamentaire, son héritier ou son mandataire la somme de 300 deniers d’argent, qui constitue le principal, augmentée des intérêts. Si les marchandises sont perdues, je n’aurai à payer, selon l’usage, que ce qui en aura été sauvé et la présente reconnaissance de dette sera nulle et non avenue, mais les dispositions prévues dans le présent document s’exerceront de plein droit si toutes mes marchandises arrivent à bon port.
Je délivre trois exemplaires similaires de ce document. Seul celui par lequel j’effectuerai le remboursement aura de la valeur, les deux autres seront dénués de valeur.
Nous, Markos, fils de Ghévont et Vrthanés, fils de Michaël, attestons que le soussigné a remis ce document revêtu de sa signature et de son sceau :
Manassé, fils de Siméon.

255Exemple d’acte d’achat d’une maison ou d’un terrain :

  • Article 79
  • 398 Le nom de cette localité est incertain en raison des coquilles et de possibles confusions. Khatcha (...)
  • 399 Le toponyme mentionné ici dans le texte est orthographié Patik, mais il n’existe pas dans l’Aghdzn (...)
  • 400 Sauf erreur, en fonction du tableau en annexe 5 : 1 950 m × 1 332 m.
  • 401 Cet acte de vente d’une maison n’est pas éloigné, dans sa conception, d’un acte de vente réel, dre (...)

256Moi, Martiros, fils de Baghram, du village de Péria398 (canton de Tatik399, province d’Aghdzni), déclare publiquement vendre ma maison, sise rue Vardaniants, jouxtant, au sud, celle de Martiros, fils de Mnatsakan, et au nord, celle de Philippos, fils de Ghazar.
Le terrain, de 60 coudées d’est en ouest et de 40 coudées et 2 oughouk400 du nord au sud, est situé à l’intérieur d’un mur et d’une bâtisse (en pierre, bois ou fer). Je le cède, avec tout ce qu’il contient (arbres, plantes, puits et sources) au sieur Daniel, fils de Poghos, commerçant de notre village, pour 440 drachmes d’argent arméniennes.
Je reçois cet argent en mains propres comme prix de ladite maison, renonce à mon droit de propriété et le transfère intégralement au susnommé sieur Daniel, qui devient ainsi pleinement et définitivement propriétaire de cette maison.
En confirmation de ma parole, j’appose ma signature et mon sceau sur cet acte de vente de ma maison401.
Fait au village de Péria, devant le Conseil du gouverneur de notre province, ce jour, le 15 décembre de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Martiros, chef du village de Péria et Baghram, fils de Martiros, attestons que ce document a été remis, revêtu de sa signature et de son sceau, par :
Martiros, fils de Baghram.

257Exemple d’autorisation d’attribution des fonctions de gouverneur militaire des principales villes :

  • Article 80
  • 402 Sahak Bagratouni, qui apparaît ici comme gouverneur militaire de la capitale, Erevan, réapparaîtra (...)
  • 403 L’art. 62 définit la fonction de généralissime et non exactement celle de gouverneur militaire. On (...)

258Vu l’agrément de la population du Touroubéran et l’autorisation de représentation en ta faveur, vu ta prestation de serment devant le Conseil des dirigeants et sincèrement convaincus de ta loyauté, nous t’avons remis, Sahak Bagratouni402, au nom de la Chambre d’Arménie, l’autorisation d’exercer pendant trois ans les fonctions de gouverneur militaire de la capitale Erevan (province d’Ararat).
Très prudent Sahak Bagratouni, avec les membres de ton Conseil, tu commanderas l’ensemble des troupes de la ville d’Erevan, ainsi que toutes celles qui stationnent dans la province conformément aux directives adressées par le Premier Magistrat à l’ensemble des armées du pays.
Sahak Bagratouni, tu es chargé, avec les membres de ton Conseil et tes officiers, du respect des lois d’Arménie dans la province d’Ararat. Tu peux accomplir, dans le district d’Erevan, toutes les actions bénéfiques définies à l’article 62403, mais aucune action nuisible. Sois toujours prêt à répondre de tes actes.
Les soldes, prélevées sur les revenus de ta province et versées par le Trésor de la ville d’Erevan, te seront remises par des fonctionnaires de la Chambre d’Arménie contre un reçu de même montant que les sommes allouées et remis à l’Assemblée des dirigeants.
Chaque semaine, tu enverras à l’Assemblée des dirigeants d’Arménie une carte très complète de ta province, faisant apparaître toute information telle que le nombre et la répartition géographique des soldats de la province d’Erevan (y compris le nombre de morts), le décompte des recettes et des dépenses, etc. Chaque année, à partir du 1er janvier, l’un de tes émissaires devra présenter un document récapitulatif à la Porte du Siège suprême et irréprochable de la Chambre d’Arménie.
Aie soin de t’entourer d’experts en art militaire et en toute autre science. Observe sans faillir toutes les lois d’Arménie, en particulier la troisième disposition de l’article 101, afin que tous les soldats de ta province soient éduqués et instruits.
En temps de paix comme en temps de guerre, tu présenteras chaque semaine à la Porte de la Chambre d’Arménie un rapport sur la situation de ta province et de ton gouvernement.
Sois toujours loyal envers la Chambre d’Arménie pour tout ce qui relève de ta fonction et du gouvernement de ta province.
Fait à la Porte, etc.
Nous, M. (M.) et M. (R.), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
S., D.
V., D.
K., D.

259Exemple de contrat :

  • Article 81
  • 404 Ou Gandja.
  • 405 Ou Djerabert, Jrabert (aujourd’hui dans le district de Martakert, République du Haut-Karabagh), li (...)
  • 406 Ce passage contient plusieurs confusions. Il aurait fallu logiquement trouver : « Moi, Hayrapet (f (...)

260Nous, Soghomon de Gandzak404, fils de Minas, négociant, et Hayrapet de Tcharaberth405, fils de Michaël, berger, déclarons publiquement les conditions de notre contrat :
Moi, Michaël406, berger, je m’engage et, par là, j’engage mes biens et également mon exécuteur testamentaire à fournir, dans un délai de six mois, au sieur Hayrapet de Gandzak, fils de Michaël :
300 ovins dont 100 béliers et 200 brebis
6 charges d’huile pure dans des outres
12 charges d’excellent fromage
3 charges de cire
4 charges de miel clair
Les conditions dont nous convenons aujourd’hui contractuellement sont :

300 :

ovins à 1 denier d’argent par tête, au total en deniers d’argent arméniens

300

6 :

charges d’huile à 50 deniers d’argent la charge

300

12 :

charges de fromage à 50 deniers la charge

600

3 :

charges de cire à 100 deniers la charge

300

4 :

charges de miel à 50 deniers la charge

200

Total en deniers d’argent

1 700

  • 407 Logiquement : Hayrapet, fils de Michaël.
  • 408 Voir art. 78. Ce taux élevé tient compte d’une pénalité.

261En vertu de notre convention :
Moi, Hayrapet, je reçois aujourd’hui du sieur Soghomon 1 000 deniers d’argent arméniens, le reste me sera versé après livraison des marchandises au sieur Soghomon.
Moi, Soghomon, fils de Minas, je m’engage et par là j’engage mes biens et également mon exécuteur testamentaire à régler les 700 deniers d’argent restants à Hayrapet de Tcharaberth, berger, dès réception des marchandises à Gandzak dans les délais prévus. Cette somme sera versée sans autre condition au berger Michaël407 ou à son mandataire.
Nous, Soghomon et Hayrapet, convenons également que, si l’un de nous déroge au présent contrat, il devra verser à l’autre des intérêts de vingt pour cent408 sur la valeur totale des marchandises mentionnées ci-dessus et les 1 000 deniers versés aujourd’hui devront aussi être rendus.
Telles sont les conditions de notre engagement mutuel. Nous rédigeons l’un pour l’autre deux exemplaires identiques de ce contrat. Moi, Soghomon, je signe l’exemplaire de Hayrapet, et moi, Hayrapet, celui de Soghomon.
Fait à la Porte de Gandzak, ce jour, le 10 avril de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Mankassar, fils de Siméon et Baghdassar, fils de Gabriel, attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Soghomon, fils de Minas, Hayrapet, fils de Michaël.

  • 409 Deux autres exemples de contrats de mariage sont donnés dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 5 (...)

262Exemple de contrat de mariage409 :

  • Article 82
  • 410 Abraham et Adam sont, certes, des prénoms courants, mais on peut aussi penser à un recours à des p (...)
  • 411 Cet engagement mutuel des époux rappelle les termes dans lesquels le sacrement du mariage est admi (...)
  • 412 Sur les missions de cette Maison de charité, son financement et son administration, voir également (...)

263Nous, Abraham, fils d’Adam410, du village de Karpi, et Yéghissaberth, fille de Yéghiazar, du village de Moughni, déclarons publiquement les conditions de notre contrat de mariage : Moi, Abraham, je fais de l’honorable Yéghissaberth, fille de Yéghiazar, ma première héritière. Quoi qu’il arrive, en cas de revers de fortune ou de décès, elle recevra une somme de 1 000 deniers d’argent arméniens à prélever sur mes biens. Elle disposera de cette somme comme elle l’entend.
Je m’engage également à épouser l’honorable Yéghissaberth dans un délai de six semaines selon le rite de la sainte Église d’Arménie, à lui être fidèle chaque jour de ma vie et à baptiser selon le rite de la sainte Église d’Arménie tous les enfants que le Seigneur Dieu nous donnera.
Moi, Yéghissaberth de Moughni, fille du sieur Yéghiazar, j’accepte les conditions susmentionnées. Je m’engage à épouser le sieur Abraham de Karpi, fils d’Adam, à demeurer, chaque jour de ma vie, soumise au rite de la sainte Église d’Arménie et fidèle à mon mari411.
En vertu des termes de ce contrat, nous nous engageons à ce qu’au moindre manquement à nos obligations réciproques, celui de nous deux qui en serait responsable paierait 5 000 deniers d’argent à la Maison de charité d’Arménie412. Telles sont les conditions de notre contrat, formé selon notre libre et entière volonté et agréé par nos parents et notre famille, réunis dans l’espoir que Dieu nous rende dignes de ce doux sacrement et nous garde purs jusqu’au terme fixé pour le saint mariage pour recevoir, du prêtre de la sainte Église d’Arménie, la bénédiction de notre Seigneur et Créateur. Puissions-nous prospérer et multiplier pour l’amour de notre Seigneur et Créateur et le service du Siège suprême et irréprochable de la Maison ! Amen.
Nous rédigeons l’un pour l’autre deux exemplaires identiques de ce contrat. Moi, Abraham, je signe l’exemplaire de l’honorable Yéghissaberth, et moi, Yéghissaberth, celui du sieur Abraham.
Dans le village de Moughni, ce jour, le 6 août de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Siméon, fils de Markos et Athanas, fils de Kirakos, attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Abraham, fils d’Adam Yéghissaberth, fille de Yéghiazar

  • 413 Les art. 83 et 84 sont si réalistes que l’on imagine facilement qu’ils s’appuyent sur des observat (...)

264Exemple de plainte adressée au Palais de justice413 :

  • Article 83
  • 414 Dans le texte : Kuruch (Grouch, ghourouch ; en turc moderne : kuruş), monnaie ottomane d’argent. V (...)
  • 415 Voir art. 78.

265Aux très honorables juges du Palais de justice de la ville d’Erevan.
Le plaignant, Sarguis de Bambakadzor, agriculteur, contre l’accusé, Michaël de Vahan, pêcheur.
Soyez clairvoyants !
Au mois de septembre de l’an de grâce 1770, moi, Sarguis de Bambakadzor, ci-après dénommé « le plaignant », j’ai prêté à l’accusé Michaël de Vahan, pêcheur, 220 piastres414 (c’est-à-dire 264 drachmes d’argent arméniennes) avec intérêts, contre une reconnaissance de dette. L’accusé s’était engagé à rembourser ladite somme dans un délai de deux ans, à un taux d’intérêt de six pour cent l’an415.
Pour étayer ma plainte, je joins, à l’intention des honorables juges du Palais de justice, l’exemplaire de la reconnaissance de dette signé par l’accusé.
Après l’expiration du délai convenu, moi, le plaignant, j’ai réclamé maintes fois à l’accusé, avec amabilité et courtoisie, la somme prêtée et les intérêts. N’ayant, jusqu’à présent, reçu aucun remboursement, je demande à votre honorable tribunal de faire comparaître l’accusé et d’obtenir de lui l’engagement ferme de se présenter en personne au tribunal.
J’ai confiance en l’impartialité de votre jugement et espère que vous ordonnerez à l’accusé le remboursement intégral de la somme prêtée, des intérêts et le paiement des frais de justice.
Puisse Dieu vous rendre tant de bonté dans la vie éternelle !
Plainte déposée à la Porte de la capitale, Erevan, ce jour, le 3 octobre de l’an de grâce 1768 et présentée à l’honorable cour par le rédacteur Éliaz.

266Exemple de réponse de l’accusé au plaignant :

  • Article 84
  • 416 Cette unité peut s’appliquer à des solides, comme l’attestent de nombreuses sources allant d’Anani (...)
  • 417 Drachmes qui deviennent des deniers quelques lignes plus loin.

267À la très honorable Cour de justice de la ville d’Erevan.
L’accusé, Michaël de Vahan, pêcheur, contre le plaignant, Sarguis de Bambakadzor.
Soyez clairvoyants !
Le ci-après dénommé accusé a lu la plainte déposée contre lui, pris connaissance de son contenu et répond maintenant très humblement à son accusateur. Il peut établir, témoins à l’appui, l’illégitimité de la demande du plaignant et sa cupidité, qui le pousse à attenter injustement aux droits de l’accusé. La reconnaissance de dette produite par le plaignant est certes signée de ma main, toutefois j’assure qu’au lieu de la somme mentionnée (220 piastres), le plaignant ne m’a remis que 180 piastres, promettant de me donner les 40 piastres restantes un mois plus tard et d’y ajouter deux litres416 de corde nécessaires à la confection de mes filets. Me fiant à cette promesse, j’ai accepté ces conditions et ai inscrit sur ma reconnaissance de dette la somme de 220 piastres. J’espérais obtenir dans un délai de un mois les cordes me permettant de pêcher. Or, le plaignant était de mauvaise foi. Il a tout d’abord dépassé le délai fixé, si bien que la saison de la pêche a pris fin et cela m’a causé un préjudice extrême : une perte de 30 drachmes417 d’argent arméniennes pour le moins. Ensuite, lorsqu’il m’a fait parvenir les cordes promises – il s’était écoulé six mois – j’ai pu constater qu’elles étaient avariées et inutilisables. J’ai adressé au plaignant de nombreuses missives, envoyées par l’intermédiaire de messagers et d’hommes se rendant à Bambakadzor, pour lui signaler que ses cordes étaient avariées et que je ne les acceptais pas en compensation des 40 piastres. Le plaignant ne m’a jamais répondu, il ne m’a jamais laissé entrevoir de dédommagement, ni par ses paroles ni par ses actes, et les cordes ne m’ont toujours pas été fournies. À la fin du délai accordé pour mon remboursement, le plaignant s’est mis à me réclamer la totalité de la somme mentionnée sur la reconnaissance de dette. J’ai alors promis de verser 180 avec les intérêts s’il me dédommageait de 30 deniers d’argent pour ne pas avoir envoyé les cordes à temps. Le plaignant a refusé cette proposition et a porté plainte auprès de votre honorable cour, en tentant de me faire porter les torts.
Aujourd’hui, je suis prêt à solder ma dette de 180 piastres avec les intérêts si le plaignant me dédommage de 30 deniers d’argent arméniens et me rend ma reconnaissance de dette.
J’ai confiance en l’impartialité et la clairvoyance de la très honorable cour quant à cette plainte due à la mauvaise foi du plaignant et espère qu’elle fera supporter au seul plaignant les frais de justice des deux parties. L’accusé, en effet, a toujours promis de payer sa dette, ce que n’a pas fait le plaignant qui, au contraire, vu sa mauvaise foi, a fait comparaître l’accusé devant ce tribunal, comme il a été expliqué plus haut.
Plusieurs témoins pourront confirmer mes déclarations. J’attends maintenant la sentence de l’honorable cour, etc.
Réponse déposée à la Porte de la capitale, Erevan, ce jour, le 10 novembre de l’an de grâce 1768 et présentée à l’honorable cour par le rédacteur Sarguis.

268Exemple de sentence prononcée par le tribunal :

  • Article 85
  • 418 Voir art. 78.

269L’honorable Cour de justice de la capitale, Erevan, a rendu, dans l’affaire opposant le plaignant Sarguis de Bambakadzor, agriculteur, et l’accusé Michaël de Vahan, pêcheur, le verdict suivant :
L’accusé doit rembourser au plaignant la somme de 234 deniers d’argent arméniens, correspondant à la dette contractée le 6 septembre de l’an de grâce 1770 à un taux de six pour cent l’an418 et à rendre au plaignant les deux litres de corde en l’état où elles sont aujourd’hui.
De son côté, le plaignant doit rendre à l’accusé sa reconnaissance de dette et le libérer de toute obligation à son égard.
Les frais de justice des deux parties incombent au seul plaignant.
Fait à la Porte de l’honorable Palais de justice de la ville d’Erevan, ce jour, le 10 avril de l’an 1772 de Notre Seigneur et Sauveur.
Sceau de l’honorable Cour de justice d’Erevan.
Enregistré par mes soins au registre des sentences. Le rédacteur, Manassé.

270Exemple de reçu contre un remboursement partiel :

  • Article 86

271Moi, Baghram, fils de Zébédia, j’ai reçu du sieur Manassé, fils de Parouyr, 600 deniers d’argent arméniens.
Je m’engage, sous serment, à les soustraire de la dette globale de 3 400 deniers d’argent contractée par le sieur Manassé à mon égard et consignée dans sa reconnaissance de dette datée du 5 juin de l’an 1768 de Notre Seigneur et Sauveur.
En confirmation de ma parole, j’appose ici ma signature, ce jour, le 10 juin de l’an 1769 de Notre Seigneur et Sauveur, dans la ville d’Ani.
Manassé, fils de Parouyr.

272Exemple d’attestation de solde de tout compte :

  • Article 87

273Nous soussignés, Athanas, fils de Kirakos, du village de Méghri, et Kirakos, fils de Mlkéséd, du village de Yeghvard, déclarons publiquement avoir longtemps entretenu commerce l’un avec l’autre : achats et ventes, prêts, locations de terrains et de champs pour y faire paître nos moutons, etc., et avoir signé plusieurs sortes de documents comme des contrats et des reconnaissances de dette. Nous signons aujourd’hui, d’un commun accord, un solde de tout compte.
Nous annulons ainsi toutes les dettes restées en suspens et décidons d’un commun accord de nous considérer comme quittes. Nous nous délions de tout engagement réciproque contracté antérieurement l’un vis-à-vis de l’autre et déclarons caduc et nul tout document signé par nous avant la date d’aujourd’hui.
Nous, Athanas et Kirakos, rédigeons l’un pour l’autre deux exemplaires identiques de ce solde de tout compte sur lequel nous apposons, devant témoins, notre signature et notre sceau. Chacun de nous détient un exemplaire et se dégage de tout engagement antérieur envers l’autre.
Fait au village de Méghri, ce jour, le 14 avril de l’an de grâce 1767.
Nous, Kiuregh, fils d’Astvatsatour et Sinaykarim, fils d’Assaneth, attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Athanas, fils de Kirakos Kirakos, fils de Mlkéséd

274Exemple d’attestation de garantie sur des personnes :

  • Article 88

275Moi, Zébédia, fils de Karapet, du village de Yeghvard, déclare publiquement devant l’honorable Cour de justice de la ville d’Erevan, me porter garant de la dette de Michaël, fils de Gabriel, habitant le même village.
Si l’honorable cour ordonne la comparution du susdit Michaël, fils de Gabriel, et qu’il s’y dérobe et prend la fuite, je m’engage à comparaître moi-même et à endosser toutes les dettes de Michaël.
Toutefois, s’il meurt de mort naturelle, la garantie de la dette ne m’incombera plus.
En confirmation de ma parole, je signe cet engagement ce jour, le 16 mars de l’an 1767 de Notre Seigneur et Sauveur en la capitale, Erevan.
Nous, Kiuregh, fils d’Astvatsatour et Sinaykarim, fils d’Assaneth, attestons que le soussigné a signé et remis ce document :
Zébédia, fils de Karapet.

276Exemple de prise de garantie sur des biens :

  • Article 89
  • 419 Curieuse introduction d’un personnage et d’un toponyme bibliques… qui pourrait s’expliquer ainsi : (...)
  • 420 La date de la prise de garantie est antérieure à la reconnaissance de dette. Pour suivre la logiqu (...)

277Moi, Joseph d’Arimathie419, déclare publiquement me porter garant, sur mes biens, de la somme de 300 deniers d’argent avec intérêts, dette contractée auprès du sieur Kirakos de Bambakadzor et consignée dans une reconnaissance de dette par mon frère Martiros le 15 septembre de l’an 1767 de Notre Seigneur.
En cas de défaillance de mon frère Martiros, je m’engage formellement auprès du sieur Kirakos de Bambakadzor à m’en acquitter moi-même.
Fait dans la ville d’Arimathie, ce jour, le 10 janvier de l’an 1767420 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Sinaykarim, fils d’Assaneth et Movsés, fils de Hounan, attestons que le soussigné a remis ce document revêtu de sa signature et de son sceau :
Joseph d’Arimathie.

  • 421 Ce testament est repris mot pour mot du Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 1619), mêmes anthroponyme (...)

278Exemple de testament421 :

  • Article 90
  • 422 Héb., IX, 16‑17 : « Car là où il y a testament, il est nécessaire que soit constatée la mort du te (...)
  • 423 Ville située au nord-ouest du lac de Van (aujourd’hui Malazgirt, en Turquie).
  • 424 Littéralement, la « part de l’âme » : contribution versée par la famille d’un défunt à un monastèr (...)
  • 425 Voir art. 82.
  • 426 Cette répartition, qui converge globalement avec l’art. 130 consacré à la conduite à tenir lors d’ (...)

279Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Le testament ne devient ferme qu’après le décès, comme l’affirme le saint apôtre Paul422 ; en conséquence de quoi, moi, Stépanos, fils de Siméon, du village de Manazkert423, arménien de nation, baptisé et chrétien, j’ai, devant Dieu et les hommes, de ma pleine et entière volonté et en possession de toutes mes facultés, fait le testament suivant, qui deviendra ferme après ma mort :
Premièrement, je désigne mon fils aîné Zakaria, mon frère Navassard et mon meilleur ami Michaël, fils de Pétros, dont je fais, ensemble, mes exécuteurs testamentaires, les priant d’accomplir toutes mes dispositions. Je les prie, deuxièmement, de rassembler tous mes biens, acquis par mon labeur ou transmis par mes ascendants, d’en vendre une partie, de fixer le prix de ce qu’ils gardent et de se partager en premier lieu les frais de mes funérailles ; troisièmement, de s’acquitter des impôts, droits, taxes et contributions dus à la Chambre d’Arménie ; quatrièmement, l’offrande pour le service des prêtres ; ensuite, mes dettes consignées dans mon livre de comptes et, enfin, de partager le reste de mes biens de la façon suivante :
Que, pour la rémission de mes péchés, ils fassent célébrer une messe de quarantaine et, qu’en guise de contribution pour le repos de mon âme424, ils versent 20 deniers d’argent au SaintSiège d’Etchmiadzine, 10 au monastère du SaintPrécurseur, 10 à mon confesseur, le Père Kirakos, et 50 à la Maison de charité425 d’Arménie.
Je lègue à mes exécuteurs testamentaires cinq pour cent de mes biens restants. Puisse le Seigneur les récompenser dans la vie éternelle pour le surcroît de peine que mes dispositions testamentaires leur auront occasionné !
Je les prie de partager le reste de mes biens – maison, vignes, ferme, forêt, moutons, bêtes, or, argent, pierres précieuses, etc. – en dix parts égales et de les attribuer à mes trois fils, mes deux filles et mon épouse selon la répartition suivante : deux parts pour chacun de mes fils, Zakaria, Maghakia et Athanas, deux pour ma très digne épouse et une pour chacune de mes filles426. Voilà comment ils devront diviser l’héritage. Que chaque destinataire reçoive sa part et en dispose comme il l’entend.
Merci, Seigneur, de m’avoir accordé le temps nécessaire à la réflexion et à l’exposé de mes dernières volontés, consignées ci-dessus, et de m’avoir trouvé digne d’engendrer des fils pour n’adorer que toi. Je te prie encore de pardonner mes péchés, de garder mon âme et mon corps purs jusqu’au jour de ma mort où mon âme, quittant ce monde et ce corps, ira dans le lieu merveilleux où elle contemplera son Créateur. Rends-moi digne, par ta grâce, d’entrer dans la vie éternelle. Amen. Fait au village de Yeghvard, ce jour, le 15 septembre de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Martiros, fils de Philippos et Sarguis, fils de Vrthanés, attestons que ce testament a été revêtu de la signature et du sceau de :
Stépanos, fils de Siméon.

280Exemple d’autorisation d’ouverture d’un commerce indépendant dans une ville :

  • Article 91
  • 427 Voir art. 80.
  • 428 Les traités de médecine font en effet observer que les vertus de la cannelle dépendent, entre autr (...)

281Le premier magistrat d’Erevan, Sahak Bagratouni427, accorde à Mkrtitch, fils de Vrthanés, commerçant de la capitale, le droit d’ouvrir un commerce dans cette ville et d’y mettre en vente toutes sortes de marchandises telles qu’aliments, vêtements, or, argent, métaux divers, pierres précieuses, semences, légumes et bois, à condition d’être toujours, lui-même ainsi que ses marchandises, en règle avec les lois d’Arménie, en payant les impôts, les droits, etc.
En revanche, il n’a pas le droit d’acheter ni de vendre de remèdes, car l’usage pourrait en être mortel. S’il vend de la cannelle à usage médical, il devra produire la garantie du paysan auprès duquel il s’est fourni et respecter scrupuleusement les quantités et doses428 prescrites par la réglementation en vigueur en Arménie. Dans son commerce, pour ses achats comme pour ses ventes, il devra être attentif à ne pas tromper les petites gens, qui sont souvent crédules. Il ne devra pas acheter trop bon marché, ce qui pourrait laisser croire que ses marchandises proviennent d’un vol, ni vendre trop cher s’il a été lui-même trompé, faute de quoi, il serait l’objet de poursuites.
Fait à la Porte de la capitale, Erevan, ce jour, le 4 mars de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Sahak Bagratouni

282Exemple de décret émis par le Premier Magistrat :

  • Article 92
  • 429 Le lac de Van est salé. Il est ici nommé d’après la légende d’Aghtamar (ou Akhtamar). Voir, par ex (...)
  • 430 Division de l’Empire byzantin (voir art. 1er et 13). Les quatre provinces arméniennes que comptait (...)

283Smbat, Premier Magistrat des Arméniens, des Thorgom, des Alains, etc., par la volonté de Dieu tout-puissant donne au vaillant généralissime Siméon l’ordre de réunir les troupes, de former trois bataillons de trente-trois mille soldats commandés par trois généraux et dotés du meilleur armement (boucliers, fusils et autres armes à feu et chevaux en nombre suffisant) et de les déployer comme suit :Un premier bataillon marchera vers la province du Touroubéran jusqu’à la plaine de Berkri au bord de la mer d’Aghtamar429 pour y affronter les Perses. Un deuxième bataillon marchera vers l’Occident jusqu’à la plaine de Sébaste en Arménie Seconde430 pour y affronter les Grecs.
Un troisième bataillon se tiendra prêt dans la plaine d’Ararat en cas de besoin.
Fais en sorte que nos braves officiers dissuadent les forces perses et grecques d’envahir notre territoire. Que celui qui l’ose soit transpercé par nos épées !
Surveille étroitement nos forteresses : qu’aucun des nôtres ne puisse apporter une aide (en nourriture, en armes, etc.) aux Perses ou aux Grecs.
Nos espions nous ont informés de préparatifs chez les Perses et les Grecs en vue d’une guerre et, bien que nos ambassadeurs aient été reçus très aimablement chez eux jusqu’au 18 août, nous devons, nous aussi, nous y préparer, etc.
Fait à la Porte de Chouchi, lors de la séance du Conseil secret, ce jour, le 5 février de l’an 1765 de Notre Seigneur et Sauveur.
Confirmé par les membres du Conseil secret.
Le rédacteur, Maghakia.
Sceau du Premier Magistrat d’Arménie.

  • Article 93

284En cas de décès ou de destitution pour faute grave d’un représentant (dirigeant ou représentant de l’autorité), la fonction sera attribuée à un nouvel élu de sa province, choisi selon les modalités de l’article 14. Le nouveau représentant siégera en lieu et place du défunt jusqu’à la fin du mandat de celui-ci.

  • Article 94
  • 431 Tels les douze apôtres. À ce sujet, voir également art. 21, 206, 386 et 505.

285En cas de décès ou de destitution pour faute grave du Premier Magistrat pendant son mandat triennal, la fonction reviendra au deuxième membre du Conseil, après décret de la Chambre d’Arménie qui, conformément à la loi, lui transmettra les mêmes pouvoirs, tels qu’ils sont définis à l’article 51.
Le siège de deuxième membre du Conseil se trouvera alors vacant, chaque membre du Conseil montera donc d’un degré et, pour le treizième rang, la Chambre d’Arménie élira en son sein un nouvel homme qui deviendra, par décret, membre du Conseil au treizième rang.
Ainsi, le Conseil des douze431 sera toujours au complet.

  • Article 95

286En cas de décès ou de destitution pour faute grave d’un quelconque membre du Conseil, sa place reviendra à celui qui occupe un rang inférieur et tous monteront d’un degré.
Conformément à l’article 94, la Chambre d’Arménie élira en son sein un homme de valeur pour occuper le treizième rang, resté vacant.

  • Article 96
  • 432 Voir l’exemple de Cincinnatus, p. [63]-[64].

287À l’expiration de son mandat, le Premier Magistrat peut à nouveau devenir représentant s’il est élu par la population de sa province. Quitter le siège de Premier Magistrat ne doit pas être considéré par la nation arménienne comme une honte mais comme un honneur : celui d’avoir bien accompli sa tâche432.

  • Article 97
  • 433 Voir art. 59 et 170.

288Tout fonctionnaire convaincu de corruption433 par des témoins sera immédiatement démis de ses fonctions et interdit à vie de toute nouvelle fonction.

  • Article 98

289En application de l’article 37, pour obtenir son autorisation d’entrer en fonction, tout fonctionnaire doit prêter serment sur les saints Évangiles et s’engager à être toujours loyal envers la Chambre d’Arménie.

  • Article 99

290Le gouverneur a, à l’égard des villes de sa juridiction, les mêmes compétences que le Premier Magistrat.

  • Article 100

291La Chambre d’Arménie enverra dans chaque ville-résidence d’un gouverneur deux officiers et un homme versé dans la connaissance des lois pour y exercer respectivement les fonctions de commandant en chef, chef de la cavalerie et juge de la province.

  • Article 101
  • 434 Le territoire circonscrit à l’art. 1er englobe des régions habitées par des peuples nomades, par e (...)
  • 435 La nécessité de l’instruction, y compris militaire, thème récurrent dans le Piège (p. [61], art. 1 (...)

292Dans tout le pays, de la plus grande ville jusqu’au plus petit village et même chez les nomades434, il doit y avoir des instituteurs. Dès qu’un village atteint vingt-cinq foyers, il doit rémunérer deux maîtres, l’un pour apprendre aux enfants à parler et à écrire l’arménien, l’autre pour enseigner aux garçons le maniement des armes. Les filles, comme les garçons, devront apprendre à lire et les garçons devront en sus recevoir une instruction militaire, identique pour tous435.

  • Article 102
  • 436 Cette manière de mesurer le temps n’était peut-être pas si commune en Orient : selon Chardin (1711 (...)

293Les heures du jour et de la nuit seront comptées de la façon suivante :
Nous appellerons « heures du matin » celles qui vont du milieu de la nuit et du lever du soleil jusqu’au milieu de la journée.
Lorsque le soleil se trouve au-dessus de nos têtes, nous dirons qu’il s’est écoulé douze heures.
Et nous appellerons « heures du soir » celles qui voient le soleil décliner et se coucher.
Au milieu de la nuit, il se sera encore écoulé douze heures436.

  • Article 103
  • 437 Voir art. 13. Artachés II « institua un calenrier national composé, comme celui des Perses, de dou (...)
  • 438 Voir art. 14.
  • 439 Voir art. 13.

294Les anciens Arméniens situaient le début de l’année au mois de Navassard437. Ce système ne coïncide pas avec le début d’une saison : ni avec le début du printemps, ni avec celui de l’été, de l’automne ou de l’hiver ; c’est pourquoi les noms des mois arméniens ne sont utilisés que de façon conventionnelle dans les écrits arméniens.
Notre Nouvel An commencera le 6 janvier, jour commémoratif de la naissance et de l’avènement de Notre Sauveur le Christ438 même si, couramment, nous continuons de nous référer au calendrier arménien439.

  • Article 104
  • 440 En arménien, les jours, du lundi au jeudi, se disent littéralement « 2e jour de la semaine » et ai (...)
  • 441 Voir art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

295La répartition du travail selon les jours de la semaine sera la suivante :
2e jour de la semaine440 , le Premier Magistrat et les membres de son Conseil se réuniront au palais du Conseil secret441.
3e jour de la semaine, les juges siégeront au Palais de justice.
4e jour de la semaine, chacun traitera les affaires qui lui incombent.
5e jour de la semaine, les dirigeants se réuniront à la Chambre d’Arménie.
6e jour : le vendredi, chacun traitera les affaires qui lui incombent.
7e jour : le samedi, les juges provinciaux jugeront les petits délits.
8e jour : le dimanche est jour de repos et de communion avec Dieu, notre Seigneur et Créateur.

  • Article 105
  • 442 Dans ce passage, le Piège définit des unités de poids et de longueur (de superficie également, voi (...)
  • 443 La clarification de la valeur des monnaies, poids et mesures en usage dans le pays avait déjà été (...)
  • 444 L’unité que représente le grain de blé ou d’orge est fréquente. Gamba (1826, p. 450) note : « Le g (...)
  • 445 Brosset Jeune (1835, p. 435) : « Prenez quatre grains d’orge, c’est un qirath ou cérat. »

296Les unités de poids442 en vigueur en Arménie sont les suivantes443 : La plus petite unité de poids est celle d’un grain de blé444.
4 grains de blé forment un ghréth, couramment appelé ghrath445.
24 ghréth équivalent à une drachme (d’argent ou de bronze) qui doit peser 24 ghréth.
60 ghréth équivalent à un denier d’argent ou d’or.
144 ghréth équivalent à un souverain d’argent ou d’or. 24 000 ghréth équivalent à une mesure.
480 000 ghréth équivalent à une charge. C’est ainsi que chaque chose doit être pesée.

  • Article 106
  • 446 Voir l’annexe 5.

297La mesure de toutes choses sur terre se fera ainsi446 :

  • 447 Le mot employé, dans le texte original, pour « majeur » signifie littéralement « le doigt du milie (...)
  • 448 Faut-il rapprocher ce mot du yod hébreu, une lettre de l’alphabet qui représente également la main (...)
  • 449 Cette mesure est invraisemblable. Le pied, selon les pays et les époques, était d’environ 30 cm.
  • 450 Ces unités ont encore quelque analogie avec celles que donnait Anania de Chirak au viisiècle (19 (...)

298Tout d’abord, le doigt (qui a la longueur d’un majeur humain447).
2 doigts équivalant à un yod448.
4 doigts équivalant à un oughouk.
8 doigts équivalant à un kil.
16 doigts équivalant à un pied449.
40 doigts équivalant à un pas.
80 doigts équivalant à une mesure.
125 pas équivalant à un stade.
1 000 pas équivalant à un mille450.
3 000 pas équivalant à une parasange.
C’est ainsi que la terre et tout le reste doivent être mesurés.

  • Article 107
  • 451 Voir l’annexe 5.

299Le territoire doit être mesuré en kil451, pas et stades, mais les provinces conserveront leurs frontières traditionnelles établies en fonction des collines, rivières, sources et lacs afin que nul ne tente d’ajouter ou de retrancher un kil de territoire.

  • Article 108

300Un fonctionnaire qui, sans être malade, néglige de remplir sa fonction, sera condamné à une amende de 5 deniers d’argent pour chacun des trois premiers manquements et, en cas de récidive, à douze jours de prison.

  • Article 109

301Tout le territoire (champs, collines, montagnes, forêts, propriétés publiques ou propriétés privées des autorités, de la population ou du clergé) doit être labouré, ensemencé et fertilisé chaque année au moment propice en vue de la plus grande abondance possible.

  • Article 110

302Les champs laissés en friche par leur propriétaire qui négligerait de les labourer ou d’y planter des vignes le moment venu seront labourés par les soins des autorités publiques.
Un domaine abandonné pendant trois ans devient la propriété de la Chambre d’Arménie.

  • Article 111
  • 452 Le recensement est un sujet de plus par lequel le Piège se fait l’écho d’un mouvement plus général (...)

303Les gouverneurs doivent faire recenser toute la population d’Arménie (hommes, femmes, enfants, adultes et vieilles personnes) chaque année au mois de décembre et remettre leur rapport signé à la Chambre d’Arménie de façon qu’il soit présenté à l’Assemblée des dirigeants au 1er janvier et que la population de leur province soit enregistrée452.

  • Article 112
  • 453 L’interdiction de jurer a été rappelée dans la première partie du Piège, p. [76] mais, comme le co (...)
  • 454 Alors qu’en Cilicie, « la dzarca, droit de recherche, se prélevait sur tous les objets volés dont (...)

304Toute victime de vol ou de brigandage en mesure de prouver qu’elle a elle-même tenté de sauver ses biens (par exemple, en montrant les blessures infligées par les voleurs ou les brigands) doit présenter le décompte de ses pertes au gouverneur de la province où les faits se sont produits et jurer sur les saints Évangiles453 que ce décompte est véridique.Dans ces conditions, le gouverneur de cette province devra l’indemniser à la hauteur de ses pertes454, faire rechercher les voleurs et les brigands, en obtenir le remboursement et les faire juger régulièrement.

  • Article 113
  • 455 On retrouve ici, comme dans aux art. 114, 115 et passim, à travers la notion de couvre-feu, le sou (...)

305Nul ne doit sortir de chez soi sans nécessité après 9 heures du soir455. Quiconque aurait une bonne raison de sortir doit se munir d’une lampe, sinon le veilleur de nuit l’arrêtera et le mettra en prison jusqu’au matin. Son cas sera examiné. S’il est innocent, il sera relâché le jour même ; s’il est coupable, il sera puni conformément à la loi.

  • Article 114
  • 456 Ormanian (1954, p. 70) écrit pourtant qu’« il n’y a qu’un seul autel, où s’accomplit une seule mes (...)

306Chaque église aura deux autels456 pour servir la sainte messe. L’un pour la messe de l’aurore, où la bénédiction sera donnée aux vieilles personnes : vieilles femmes et vieillards ; l’autre pour la messe de 7 heures du matin, où la bénédiction sera donnée aux jeunes femmes et aux jeunes filles. Les dames, les servantes, les jeunes filles de condition modeste et les enfants ne devront pas sortir de chez eux avant le lever du soleil, sauf pour les fêtes religieuses, et en famille.

  • Article 115
  • 457 La disposition est confirmée à l’art. 191 et peut être justifiée par Ex., XXII, 12 : « Si le voleu (...)

307Si quelqu’un surprend chez lui, après 9 heures du soir, un homme armé d’une épée et le tue, le sang de ce dernier ne lui sera pas demandé457.

  • Article 116
  • 458 Voir art. 249.

308Quiconque souhaite bâtir une maison dans une ville doit obtenir un permis du géomètre de cette ville458.

  • Article 117
  • 459 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86]-[87] et art. 64.

309Tous les fabricants de fusils du pays devront respecter les mêmes normes (longueur, largeur, etc.) pour que les pierres à feu, les balles et les boutefeux puissent se coordonner459.

  • Article 118
  • 460 Voir p. [61] et art. 101 et 511.

310Dès qu’un garçon atteint l’âge de 12 ans, ses parents doivent lui transmettre le premier legs constituant son héritage en lui achetant, sur leurs propres deniers, un fusil et une épée et en lui faisant donner une instruction militaire460.

  • Article 119
  • 461 Voir art. 70.

311Quiconque présentera à l’Assemblée des dirigeants une nouvelle technique461 permettant l’augmentation du bien-être des habitants d’Arménie recevra une récompense, selon la valeur de son invention.

  • Article 120

312Quiconque signalera et prouvera à l’Assemblée des dirigeants les mauvaises intentions ou actions d’un homme susceptible d’être dangereux pour le peuple et la Chambre d’Arménie recevra une récompense ; mais si, par jalousie, il calomnie un homme juste, il sera puni.

  • Article 121
  • 462 Cet article est à mettre en relation avec la pratique de l’esclavage, de la vente de femmes pour l (...)

313Tout homme peut vendre ses biens mais non des êtres humains462.

  • Article 122

314Un marché n’est conclu que si l’acheteur reçoit du vendeur une attestation portant la signature de deux témoins ; faute de quoi, le marché n’est pas conclu.

  • Article 123

315Un acte officiel (acte de vente, contrat, etc.), quel qu’en soit le signataire, est nul et non avenu s’il est contraire aux lois d’Arménie ou incompatible avec la nature de l’être humain.

  • Article 124
  • 463 Voir art. 78.

316Le taux d’intérêt ne doit pas excéder six pour cent l’an pour que le rapport soit sans risque463.

  • Article 125
  • 464 Sur le taux d’intérêt, voir art. 78 et 124. L’auteur admet le principe des intérêts, mais non l’us (...)

317Quiconque percevra des intérêts supérieurs à six pour cent l’an devra rendre la différence, affectée d’un taux d’intérêt s’élevant au double de celui qu’il a perçu464.

  • Article 126
  • 465 Et non : longue vie au roi, à la reine… La pérennité du pays est la préoccupation majeure. Plus lo (...)

318La drachme, dont le poids n’excède pas 24 ghréth, peut être d’or, d’argent, de bronze ou de plomb, mais le denier et le souverain doivent exclusivement être d’argent ou d’or et porter, sur une face, le signe de la sainte Croix du Seigneur et l’année d’émission et, sur l’autre, la formule : « Longue vie à l’Arménie »465 et le lieu d’émission.

  • Article 127
  • 466 Cette liste des « arts » mis à l’honneur semble tout droit sortie de sources antiques athéniennes. (...)

319La Chambre d’Arménie doit apporter son aide à toute personne compétente, spécialement dans les arts suivants : philosophie, astronomie, médecine, musique et rhétorique466.

  • Article 128

320Tout étranger, chrétien ou non, peut venir s’installer en Arménie. Il y sera sous la protection de la Chambre d’Arménie et pourra librement pratiquer sa religion dès lors qu’il s’acquittera des impôts et taxes du pays et respectera les lois d’Arménie, qui distribuent les honneurs et prononcent les condamnations selon les actes réellement commis.
Il pourra décider de retourner dans son pays, avec ses biens, dès qu’il le souhaite, après avoir payé l’équivalent d’un dixième de la valeur de ses biens. Il sera libre d’emporter le reste où bon lui semble.

  • Article 129

321Nul ne pourra ternir l’honneur de quiconque ou proférer des insultes à son encontre.

  • Article 130
  • 467 Ces dispositions complètent l’art. 90, qui consiste en un modèle de testament.
  • 468 L’héritier de l’autre moitié n’est pas précisé. Peut-être s’agit-il des héritiers mentionnés ici e (...)
  • 469 Sur le principe d’après lequel l’homme compte double par rapport à la femme lors les transmissions (...)
  • 470 Les recommandations du Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 2021) diffèrent quelque peu en limitant le (...)

322Au moment du décès, les biens acquis par le travail doivent être transmis selon les libres dispositions du défunt lorsqu’il a rédigé un testament. Dans le cas contraire467, les biens du défunt doivent être partagés entre ses descendants. Il convient :
Premièrement, de payer ses funérailles.
Deuxièmement, le loyer de sa maison et les gages de ses domestiques.
Troisièmement, le salaire dû à ses employés.
Quatrièmement, si le défunt n’a pas d’enfants, la moitié de ses biens revient à son conjoint468.
Cinquièmement, si le défunt a des enfants, il convient de donner un tiers des biens au conjoint.
Sixièmement, donner deux tiers au fils et un tiers à la fille, car le fils est considéré comme double de la fille469.
Septièmement, si le défunt n’a pas d’enfants, les parts seront attribuées à ses parents.
Huitièmement, s’il n’a pas de parents, à ses frères et sœurs.
Neuvièmement, s’il n’a pas de frère ou de sœur vivants, aux descendants de ses frères470.

  • Article 131
  • 471 Du point de vue de l’Église, pour administrer le sacrement du mariage : « Le ministre compétent es (...)

323Le jeune homme qui souhaite s’engager auprès d’une jeune fille en vue du mariage a besoin de l’assentiment des deux couples de parents (s’il n’y a pas de parents, d’un proche) et de l’autorisation du gouverneur471 du lieu de résidence des futurs mariés. Alors seulement le prêtre leur donnera la bénédiction nuptiale.

  • Article 132

324En cas de décès de l’un des deux époux, les biens du défunt seront partagés selon les dispositions de leur contrat de mariage, s’il en existe un ; dans le cas contraire, selon les dispositions de la loi.

  • Article 133
  • 472 Voir art. 70.

325Tout village ou canton comptant deux mille foyers doit être entouré d’un solide mur d’enceinte (ou bien, on trouvera dans chaque canton un lieu inexpugnable qu’on entourera de solides murailles) et comporter des salles et des entrepôts assez grands pour assurer la sécurité et la survie de la population et des bêtes et conserver des vivres et des provisions pour un an472.

  • Article 134
  • 473 Idem.

326Les gouverneurs de chaque province devront veiller à ce que, chaque automne, au moment des semailles, tous les habitants des cantons de leur juridiction apportent 100 mesures de blé par personne, prélevées sur leur dernière récolte et les donnent à l’entrepôt de leur canton, en échange desquelles ils pourront repartir avec une quantité équivalente de blé de l’année précédente473.

  • Article 135
  • 474 Avec les tremblements de terre, la peste, les nuées de sauterelles (criquets pèlerins), les « dérè (...)
  • 475 Voir art. 70.

327Si la peste, les sauterelles, la grêle ou toute autre calamité nuisible aux récoltes474 s’abattent en quelque lieu ou canton du pays et privent la population de nourriture, chaque personne recevra de l’entrepôt de son canton, grâce à la Chambre d’Arménie, 25 mesures de blé pour son alimentation et 25 autres pour les semences, gratuitement et sans contrepartie475.

  • Article 136

328Chaque gouverneur veillera à ce que toutes les forteresses situées sous sa juridiction soient dotées, aux frais de la Chambre d’Arménie, de quantités suffisantes de poudre, de pain, de bois, de combustible, de sel, d’outres pour la conservation de l’eau, de cuir pour la fabrication des sandales, de haches pour couper du bois et de bêches.
À quatre reprises dans l’année (en début de saison), chaque gouverneur enverra des inspecteurs dignes de confiance pour évaluer par eux-mêmes les éventuelles insuffisances et en rendre compte – sous serment – à lui-même et à son Conseil afin d’y remédier.

  • Article 137
  • 476 Les nombres ne sont pas le fruit du hasard (les sept sceaux de l’art. 48, les douze enfants de l’a (...)

329Si, malgré une résistance courageuse et sept476 victimes dans ses rangs, la population d’un canton ou d’une province ne parvient pas à repousser une attaque ennemie en temps de guerre ou, en temps de paix, à sauver ses biens du pillage et du vol, les pertes subies par ce canton ou cette province seront remboursées par la Chambre d’Arménie, comme compensation de sa propre dette.

  • Article 138

330Tout habitant de notre pays est sous la protection de la Chambre d’Arménie. Si l’un d’entre eux tombait aux mains de l’ennemi et était fait prisonnier, la Chambre d’Arménie aurait l’obligation de le faire libérer et de le ramener chez lui.

  • Article 139
  • 477 Voir également art. 140, 284 et 295 ; Love, 1913, II, p. 133 ; Chaudury & Kévonian, 2007, couvertu (...)

331Tous les fabricants de papier du pays devront produire, moyennant rétribution, une quantité suffisante de papier de la meilleure espèce, de qualité supérieure à tous les autres, comportant le signe de l’agneau477, un drapeau et le numéro de l’année, à l’usage exclusif de la Chambre d’Arménie et des autorités publiques.

  • Article 140
  • 478 Sur l’emblème de l’agneau pascal, voir également art. 139, 284 et 295 ; Love, 1913, II, p. 133 ; C (...)

332Tout acte officiel (reconnaissance de dette, contrat, acte de vente, décret des autorités publiques, etc.) doit être rédigé sur papier officiel portant le signe de l’agneau478.

  • Article 141

333Quiconque souhaite déposer une plainte contre quelqu’un doit la faire rédiger sur papier officiel par un avocat général et la remettre au tribunal de sa province. L’accusé doit également répondre en utilisant un papier officiel. Après deux prises de parole contradictoires de chacune des parties, le tribunal fera connaître sa sentence, toujours sur papier officiel.

  • Article 142
  • 479 L’auteur prévoit une procédure d’appel, signe de sa conception séculière de la justice. Dans le dr (...)

334Si une sentence prononcée par les magistrats d’une province ne satisfait pas le plaignant ou l’accusé, ceux-ci peuvent librement retirer leur affaire du tribunal en question et présenter au Palais de justice d’Arménie un exemplaire de la plainte et un exemplaire de la réponse de l’accusé. L’affaire sera alors jugée par les magistrats d’Arménie479. Chaque tribunal doit laisser cette liberté aux justiciables, en revanche, la sentence prononcée par les magistrats d’Arménie est sans appel, et les justiciables doivent s’en satisfaire.

  • Article 143
  • 480 Des droits sont ainsi accordés aux résidants étrangers, protégés eux aussi de l’arbitraire. Voir é (...)

335Toute personne résidant sur le territoire arménien est sous la protection de la Chambre d’Arménie et peut librement porter plainte contre qui que ce soit : le Premier Magistrat, un dirigeant, un membre du Conseil, un juge, un représentant de l’autorité ou un quelconque particulier. L’accusé doit répondre au plaignant et se soumettre au verdict que le tribunal prononcera à son égard en fonction des lois480.

  • Article 144
  • 481 Voir art. 112.

336Lorsqu’il répond au plaignant, l’accusé doit jurer sur sa déposition écrite481 que sa réponse est véridique.

  • Article 145

337Quiconque est l’objet d’une plainte doit indiquer au tribunal qui est son garant et remettre à celui-ci un mandat signé. Ainsi, si l’accusé prend la fuite, le garant prendra sa place. Si l’accusé refuse de désigner un garant, il sera emprisonné jusqu’au jugement.

  • Article 146

338Pour la nourriture et les besoins d’un homme emprisonné pour dettes, le plaignant devra verser une drachme d’argent par jour.

  • Article 147
  • 482 Ibid.

339Un homme emprisonné pour dettes qui ne recevrait pas trois jours de suite une drachme d’argent de la part de son accusateur sera considéré comme ayant acquitté ses dettes et une sentence prononcera sa libération. Le plaignant perdra les sommes prêtées482.

  • Article 148
  • 483 Cette mesure ne vaut que pour les « petits » délits, en particulier pour la dette, situation vis-à (...)

340Les cellules destinées aux hommes condamnés pour dettes doivent être salubres et ne pas constituer un risque pour leur santé483.

  • Article 149

341Les cellules des criminels seront en rapport avec la gravité de leurs fautes.

  • Article 150

342Les crimes seront jugés à chaque saison dans chaque province et les prisons seront vidées par les sentences.

  • Article 151

343Les frais de justice des deux parties et le dédommagement du temps passé à rendre la justice incombent à celui qui se révèle malhonnête et de mauvaise foi, qu’il soit plaignant ou accusé.

  • Article 152

344Chacun peut exporter et vendre librement à l’étranger des objets travaillés en Arménie à l’exception des armes, outils, objets en or ou en argent et matériel de guerre.

  • Article 153

345Quiconque fera entrer de l’or et de l’argent en Arménie sera exonéré d’impôts et de droits par la Chambre d’Arménie.

  • Article 154

346Quiconque parvient à rapporter en deux ans 130 deniers d’or ou d’argent pour 100 deniers sortis du territoire d’Arménie (à condition d’avoir désigné un garant) a l’autorisation d’en sortir autant qu’il le peut.

  • Article 155
  • 484 Voir art. 386.

347Les gouverneurs des provinces et les laïcs ne doivent pas se mêler des décisions et des affaires du clergé, excepté certains représentants de l’autorité mandatés pour trois ans484.

  • Article 156
  • 485 Cette disposition, déjà mentionnée au chapitre 48 du code de Mkhitar Goch, (Thomson, 2000, p. 154‑ (...)

348Les ecclésiastiques ne doivent pas s’immiscer dans les décisions et les affaires des représentants de l’autorité et des laïcs en dehors du représentant de l’Église dans les instances dirigeantes485.

  • Article 157
  • 486 Dans cet article et les deux suivants, l’auteur montre le souci de ne laisser personne au ban de l (...)

349Dans chaque province sera construit, aux frais de la Chambre d’Arménie, un établissement destiné à recueillir les enfants illégitimes. Ils y seront nourris et entretenus jusqu’à l’âge de sept ans486.

  • Article 158

350Dans chaque province seront construites, aux frais de la Chambre d’Arménie, deux écoles pour apprendre à lire et écrire l’arménien aux enfants illégitimes, l’une pour les garçons, l’autre pour les filles. Ils y resteront jusqu’à douze ans.

  • Article 159
  • 487 Dans les deux articles précédents, l’auteur définissait des interventions de l’« État-providence » (...)

351Quiconque trouve un adolescent ou une fillette de plus de douze ans, orphelins, sans soutien et désœuvrés, doit les arrêter et les présenter au gouverneur de sa province, qui leur fera apprendre un métier487.

  • Article 160

352Quiconque accepte ou promet quelque chose doit rester fidèle à son engagement et rendre ce qu’il a promis.

  • Article 161

353Toute vieille personne indigente, boiteuse ou aveugle et sans enfants recevra l’aide de la Chambre d’Arménie qui, dans une certaine mesure, subviendra à ses besoins.

  • Article 162
  • 488 Ibid.

354Dans tout le pays, il y aura des dispensaires pour soigner les infirmes et les indigents aux frais de la Chambre d’Arménie, avec des médecins qui prodigueront des soins gratuits à tous ceux qui en auront besoin488.

  • Article 163
  • 489 Falcaria vulgaris, ou encore faucillère : plante de la famille des Ombellifères.
  • 490 Des croyances populaires circulent en effet en Orient depuis les temps anciens sur ces plantes, no (...)

355De tous les légumes et les plantes qui poussent en Arménie, les seuls qui ne soient pas comestibles sont, parmi les légumes, les fèves et, parmi les plantes, la falcaire commune489 et le cresson. Nul ne doit en cultiver car elles peuvent être très dangereuses pour l’homme490.

  • Article 164

356Les forces militaires de chaque province sont sous l’autorité du commandant en chef, lui-même soumis aux ordres du gouverneur de cette province.

  • Article 165

357Un homme emprisonné pour dettes (devant, par exemple, de l’or, de l’argent, du vin ou du blé) et non pour crime peut obtenir une permission de sortie tous les samedis soir et rentrer librement chez lui. Le dimanche, il peut aller à l’église ou en ville, mais il doit, le soir venu, retourner en prison.
Il lui faut, pour cela, fournir au gardien un engagement écrit et signé d’une personne se portant garant de lui pour la durée de sa permission.

  • Article 166

358Si un homme emprisonné pour dettes (devant, par exemple, de l’or ou de l’argent) et non pour crime s’échappe, le gouverneur de la province devra acquitter la dette au créancier.

  • Article 167

359Les impôts, droits et contributions sur les récoltes et productions annuelles (fruits, plantes, bêtes, reptiles, oiseaux, etc.) seront à verser à la Chambre d’Arménie au mois de septembre, une moitié en nature, l’autre moitié en or et en argent selon le cours en vigueur chaque année.
Les versements en nature aux entrepôts publics de chaque province devront tous être effectués au mois de septembre ; les versements en or et en argent seront, eux, répartis en trois fois : octobre, janvier et mai.

  • Article 168

360La part de la Chambre d’Arménie sur les récoltes et productions de chaque province sera évaluée en fonction des comptes du gouverneur. Ils ne seront pas examinés dans le détail et la contribution sera perçue telle quelle.

  • Article 169

361Un gouverneur déloyal, qui prive la Chambre d’Arménie de récoltes que sa province devrait fournir, sera destitué. Les revenus de son propre domaine, soumis à un contrôle minutieux, reviendront, pendant sept ans, à la Chambre d’Arménie et il ne lui sera rien laissé, pas même un fétu de paille.

  • Article 170
  • 491 Voir art. 59 et 97.
  • 492 Voir art. 82.
  • 493 Voir art. 60 et 61.

362Tout représentant de l’autorité convaincu de corruption491 sera destitué quel que soit son rang, qu’il exerce les fonctions suprêmes ou des fonctions particulières. Il lui faudra, de plus, rendre l’argent illégalement reçu à celui qui le lui aura versé et s’acquitter d’une somme égale envers la Maison de charité492 d’Arménie. Cet homme sera couvert de honte aux yeux de tous et ne pourra plus jamais prétendre à une responsabilité493.

  • Article 171

363Un homme condamné à mort pour crime et gracié par le Premier Magistrat aura la vie sauve mais ne pourra plus prétendre à aucune charge ni fonction officielle.

  • Article 172

364Les représentants de l’autorité exerçant des fonctions suprêmes ou particulières dans l’armée ou dans le gouvernement auront l’entière liberté de faire le bien de toutes les façons, mais le mal, en aucune façon.
Nous rendrons grâce à leurs bonnes actions et, comme nous le croyons, elles seront récompensées dans la vie éternelle, mais les mauvaises, conformément à la loi, seront poursuivies en justice.

  • Article 173

365Un apprenti ne peut s’établir qu’après avoir obtenu de son maître une attestation signée certifiant qu’il a achevé sa formation.

  • Article 174
  • 494 Voir art. 121. Dans le Piège, le serviteur ou la servante sont des employés libres et rémunérés, c (...)

366Quiconque engage des serviteurs ou des servantes doit établir par contrat les tâches, la rémunération et la durée de leur service494.

  • Article 175

367En cas de faute commise par un serviteur ou une servante, le maître ou la maîtresse ne pourront lui infliger plus de douze coups de baguette et sur des parties charnues pour ne pas leur briser un os.
Si cela ne suffit pas à les faire obéir, ils devront être remis au gouverneur de la province qui les punira en fonction de la gravité de leur faute.

  • Article 176

368Un serviteur ou une servante qui, pendant trois mois, ne recevrait pas de son maître ou de sa maîtresse une nourriture et des vêtements en quantité suffisante ou les gages convenus est libéré de ses engagements et peut partir où il le souhaite avant la fin de son contrat.

  • Article 177
  • 495 Voir art. 82.

369Chaque province aura des Maisons de charité495 pour accueillir les boiteux, les aveugles et autres infirmes.

  • Article 178
  • 496 Ibid.

370Quiconque souhaite faire la charité aux pauvres, aux orphelins ou aux infirmes doit verser sa contribution à la Maison de charité496.

  • Article 179
  • 497 Ibid.

371Chaque Maison de charité497 sera dirigée par sept parrains, appelés « pères des orphelins », qui feront fructifier les revenus de l’établissement en prenant des garants. Ces parrains seront renouvelés tous les trois ans après examen des recettes.

  • Article 180
  • 498 C’est-à-dire à la place d’honneur. La coutume détermine le rang de chacun, en particulier en fonct (...)

372Qui organise un banquet et se charge des invitations (à ses frais ou avec l’argent qu’il aura collecté) peut s’asseoir à la tête de la table498.

  • Article 181

373Tout homme doit respecter et honorer les personnes de sexe féminin et être équitable envers elles.

  • Article 182
  • 499 Ces dispositions vont à l’encontre non seulement de l’usage musulman mais encore des coutumes patr (...)

374Toute femme ou jeune fille peut sortir librement, tête nue et visage découvert499. Elles ne doivent se couvrir la tête qu’à l’Église.

  • Article 183
  • 500 La liberté a tout de même des limites… L’auteur semble chercher un équilibre entre liberté et bien (...)

375Aucune femme ou jeune fille ne doit entrer dans la demeure d’un homme où il n’y a pas de personne de sexe féminin, épouse ou parente, excepté la mère ou la sœur de cet homme. Toutefois, s’il donne une réception, elle peut se joindre aux autres invités500.

  • Article 184
  • 501 Cet article pénalise l’effraction mais aussi, comme beaucoup d’autres (art. 252, 376 et passim), s (...)

376Personne, ni homme, ni femme, ne doit entrer chez quelqu’un sans la permission du maître des lieux501.

  • Article 185
  • 502 L’« inviolabilité » du domicile et de l’espace privé s’applique donc même aux « forces de l’ordre  (...)

377Un fonctionnaire envoyé par un gouverneur n’est pas autorisé à arrêter un coupable en entrant chez lui par effraction. Il n’est, d’ailleurs, autorisé à entrer chez personne par effraction. Toutefois, s’il trouve la porte ouverte, il peut entrer et arrêter le coupable, s’il en a reçu l’ordre502.

  • Article 186

378Celui sur qui un représentant du gouverneur muni d’un mandat pose la main est à l’instant même en état d’arrestation et doit suivre ce fonctionnaire, sans protester, là où il l’emmènera.

  • Article 187
  • 503 Voir Piège, p. [13] et art. 495.

379Si deux hommes ou deux femmes se laissent aller à la dispute et en viennent aux mains, personne ne doit prendre le parti de l’un ou de l’autre. Il faut au contraire les calmer par de douces paroles503.

  • Article 188

380Un garçon ou une fille peuvent recevoir l’héritage de leurs parents à partir de 21 ans.

  • Article 189
  • 504 Cet article est l’un des plus difficiles à interpréter. Étant grammaticalement incorrect à plus d’ (...)

381Conformément à la loi, tout jeune homme ou homme veuf qui séduit une jeune fille vierge en lui offrant un cadeau, ne serait-ce que de la valeur d’un mouchoir de 10 drachmes de bronze, pour avoir des relations avec elle, est tenu de l’épouser504.

  • Article 190

382Les armes et autres matériels de guerre importés en Arménie seront exonérés d’impôts et de droits.

  • Article 191
  • 505 L’art. 115 accordait déjà ce droit de tuer, ce que contredira l’art. 461.

383Le prix du sang d’un malfaiteur surpris en train de commettre son forfait et tué par sa victime ne sera pas réclamé505.

  • Article 192
  • 506 La « variabilité des peines » pour un même délit, notamment en fonction de la catégorie sociale, é (...)

384Quiconque lève la main sur autrui, l’immobilise, le frappe ou le blesse se rachètera de la façon suivante506 :

385S’il est grand, fort et coléreux, il sera emprisonné jusqu’à ce qu’il se calme et se soumette.
S’il est riche, il rendra une partie de sa fortune injustement acquise, ce qui lui fera rabattre son orgueil.
S’il est fier et prétentieux, il sera battu publiquement.
S’il est pauvre et qu’il a été poussé à l’agression par un coup de sang, il recevra de la main de sa victime autant de coups qu’il lui en a infligés.

  • Article 193

386Le prêtre quittant les ordres et retournant à l’état laïc ne peut plus avoir l’honneur et le privilège de servir la messe.

  • Article 194
  • 507 Cette disposition admet une exception présentée à l’article suivant.

387Une reconnaissance de dette signée par une femme mariée n’a pas de valeur507.

  • Article 195
  • 508 En cas d’absence de leur époux, les femmes issues de la Nouvelle-Djoulfa pouvaient recourir à des (...)

388Une reconnaissance de dette signée par une femme dont l’époux fait profession de commerce et se trouve à l’étranger est valable un an et seulement jusqu’à concurrence de 200 deniers d’argent508.

  • Article 196
  • 509 Voir art. 82.

389Les joueurs invétérés (de cartes, dominos, d’osselets, etc.) surpris à jouer dans la journée seront arrêtés et tout ce qui se trouve entre leurs mains, saisi et donné à la Maison de charité d’Arménie509
Ceux qui jouent le soir pour passer le temps ne doivent pas miser plus de 2 deniers d’argent. Au-delà, ils sont passibles d’une amende.

  • Article 197

390Quiconque tient des propos offensants sur la fortune ou l’honneur de quelqu’un doit être poursuivi en justice. S’il ne peut faire confirmer ses paroles par des témoins et en prouver la véracité devant un tribunal, il sera condamné.

  • Article 198

391Quiconque achète des marchandises volées à moitié prix devra les rendre sans contrepartie à leur propriétaire, s’il se manifeste.

  • Article 199
  • 510 D’après l’introduction au code de Mkhitar Goch, chap. 7 (Thomson, 2000, p. 87) et les chap. 6 (ibi (...)

392Les filles peuvent se marier à partir de quatorze ans et les garçons, à partir de dix-sept ans. Le mariage est interdit avant cet âge510.

  • Article 200

393Une condamnation prononcée à l’égard d’un criminel n’est applicable que si le coupable a plus de dix-huit ans. S’il est enfant, il sera admonesté et relâché.

  • Article 201

394Aucun engagement écrit n’a de valeur si le signataire n’a pas atteint l’âge de dix-huit ans.

  • Article 202

395Un prêtre ou une femme ne peuvent servir de garants pour des biens matériels.

  • Article 203
  • 511 L’art. 11 insistait sur la nécessité de donner aux clercs la possibilité de se consacrer exclusive (...)

396Un ecclésiastique ne peut être l’exécuteur testamentaire d’un défunt511.

  • Article 204

397Un étranger ne peut obtenir de fonction à la Chambre d’Arménie. Seuls le peuvent ceux qui appartiennent à la nation arménienne et à la sainte Église d’Arménie.

  • Article 205

398Un chrétien relevant d’une autre Église ne peut obtenir de fonction à la Chambre d’Arménie. Seuls le peuvent ceux qui appartiennent à la sainte Église d’Arménie.

  • Article 206
  • 512 Cet article, qui traduit une préoccupation nataliste, évoque, dans l’Ancien Testament, le patriarc (...)

399Les époux dont Dieu honore le foyer et auxquels il accorde la grâce d’engendrer douze enfants recevront de la Chambre d’Arménie douze pains par jour durant toute cette période heureuse de leur vie512.

  • Article 207

400Nul ne peut casser ni modifier le verdict d’un tribunal provincial concernant un acte criminel, hormis la Cour suprême d’Arménie, à condition qu’elle soit saisie par le plaignant ou l’accusé dans un délai de quinze jours à compter du jugement. Passé ce délai, la sentence devient exécutoire.

  • Article 208
  • 513 Sur la procédure et les limites de l’appel, voir art. 142, 223 et 355.

401À l’exception de l’auteur d’un crime, toute personne jugée par un tribunal local peut faire appel513 de sa sentence et porter son affaire devant la Cour suprême dans un délai de quinze jours à compter du jugement. Passé ce délai, la sentence devient exécutoire.

  • Article 209

402Le plaignant qui n’a pas été remboursé dans un délai de quinze jours après le jugement (hors jugement concernant un crime) peut demander au tribunal l’arrestation du débiteur ou la saisie de ses biens.

  • Article 210

403Les biens d’un homme emprisonné pour dettes à la suite d’une plainte ne seront pas saisis, mais il restera en prison jusqu’au remboursement du dernier sou.

  • Article 211
  • 514 Ibid.

404Si les biens d’un débiteur sont saisis à la suite d’une plainte, lui-même sera laissé en liberté tant que tous ses biens n’auront pas été rassemblés. Il ne sera arrêté et condamné à un an de prison que si ses biens ne suffisent pas à couvrir sa dette.
Si, au bout d’un an, le débiteur s’engage, par une nouvelle reconnaissance de dette, à tout rembourser dans un délai de trois ans, il sera libéré ; dans le cas contraire, il restera emprisonné trois ans.
Après ces trois ans, il sera libéré si la dette est inférieure à 100 deniers, sinon, il restera en prison jusqu’à ce qu’il se soit acquitté514.

  • Article 212
  • 515 Ibid.

405Un débiteur qui établit un décompte de ses biens et de ses dettes et le présente au tribunal de sa province avant que ses créanciers ne déposent une plainte et certifie au juge, sous serment, la véracité de ses comptes, obtiendra une attestation d’acquittement dès qu’il aura confié tous ses biens au tribunal, lequel les transmettra à son tour à un homme choisi en accord avec le débiteur pour les mettre en vente.
Le produit de la vente sera réparti ainsi : cinq pour cent pour l’homme qui aura procédé à la vente, en rémunération de son travail ; un pour cent pour la nourriture du débiteur et les quatre-vingt-quatorze pour cent restants à partager en parts égales entre les divers créanciers. Toute autre dette sera annulée515.

  • Article 213
  • 516 Ibid.

406Un débiteur dissimulant des biens à son créancier et présentant au tribunal un décompte volontairement inexact n’obtiendra pas l’attestation d’acquittement. Les biens dissimulés serviront au remboursement de sa dette et lui-même sera emprisonné jusqu’au règlement complet516.

  • Article 214
  • 517 Cette mesure permet d’éviter les punitions collectives, le rachat de la peine par un autre ainsi q (...)

407La peine infligée pour un crime ne peut être purgée que par le coupable lui-même et par nul autre517.

  • Article 215
  • 518 Cela signifierait qu’il n’y aurait pas de responsabilité familiale collective (seulement une respo (...)

408Pour payer ses dettes, quiconque doit de l’or, de l’argent, de l’huile, du vin ou autre chose, peut prendre sur ses biens ou ceux de son épouse, mais seul le débiteur lui-même peut être emprisonné. Sa femme, ses enfants et sa parentèle doivent être laissés en liberté et leurs biens préservés, sauf ceux du débiteur et de son épouse518.

  • Article 216

409L’épouse d’un détenu peut aller et venir librement ou bien rester auprès de lui si elle le souhaite.

  • Article 217

410Quiconque ne livre pas à la justice le débiteur dont il est garant devra rembourser lui-même la dette. Même chose si le débiteur est en fuite.

  • Article 218
  • 519 Soit l’équivalent de 10 000.
  • 520 Équivalent de 50 000.
  • 521 Voir art. 82.

411Un homme accusé de crime ne peut désigner de garant et sera emprisonné jusqu’à son jugement.
Si la plainte déposée contre l’accusé est sujette à caution, le tribunal peut accepter pour garant un homme de mérite et possesseur de biens d’une valeur supérieure à 10 myriades519 de deniers d’argent.
Si le coupable est condamné à mort, qu’il s’échappe et que le garant ne puisse le remettre à la justice dans un délai de six mois, celui-ci devra verser 5 myriades520 de deniers d’argent à la Maison de charité d’Arménie521 et subir une peine de six mois de prison, après quoi, il sera remis en liberté, mais ne sera plus accepté comme garant auprès d’un tribunal.

  • Article 219

412En cas d’évasion d’un condamné à mort, on suspendra son effigie à une potence et, quels que soient le moment ou le lieu où le criminel sera arrêté, il sera livré à la justice et exécuté sur-le-champ.

  • Article 220

413Les effets et les biens d’un criminel condamné à mort doivent revenir à sa famille.

  • Article 221

414Celui qui fait profession de pendre ou de décapiter les condamnés est considéré comme avili et ne pourra plus exercer d’autre profession. La Chambre d’Arménie pourvoira à ses besoins.

  • Article 222

415Les crimes seront jugés quatre fois par an, à chaque saison :
Le 21 mars.
Le 21 juin.
Le 21 septembre.
Le 21 décembre.
Chaque session durera aussi longtemps que nécessaire pour prononcer tous les jugements.

  • Article 223
  • 522 Sur la procédure et les limites de l’appel, voir art. 142, 208 et 355.

416Un criminel condamné à mort dispose de trois mois (pendant lesquels il sera maintenu dans les fers en prison) pour faire appel522 de sa condamnation auprès de la Cour suprême puis en référer au Premier Magistrat pour une demande de grâce. Si le Premier Magistrat, en accord avec la Chambre d’Arménie, n’accorde pas la grâce, il sera exécuté.

  • Article 224

417Aucun condamné à mort ne peut être gracié par le Premier Magistrat seul. L’accord de la Chambre d’Arménie est nécessaire. En cas de rejet, la sentence du tribunal s’applique et le condamné doit être exécuté.

  • Article 225

418Un juge ne doit pas condamner à mort en éprouvant de l’indignation mais plutôt de la pitié pour les actes du criminel, et la mort du coupable doit servir d’exemple aux êtres cruels et éviter que leur brutalité ne les conduise à des actes criminels.

  • Article 226

419L’avocat parvenant, dans le respect de la loi, à éviter à l’accusé une condamnation à mort, obtiendra la reconnaissance de tous.

  • Article 227
  • 523 Le terme employé par l’auteur est մանկաբարձ (mankabartz), qui peut se traduire par « accoucheur » (...)
  • 524 Cet article et les trois suivants forment un tout. On y retrouve le souci d’utiliser convenablemen (...)

420La Chambre d’Arménie accordera un denier d’argent à toute sage-femme523 qui mènera à bien un accouchement difficile auquel survivront et la mère et l’enfant524.

  • Article 228

421La Chambre d’Arménie accordera également un denier d’argent à tout médecin capable de guérir un patient d’une maladie mortelle.

  • Article 229

422En cas de décès d’un patient, d’une mère ou d’un nouveau-né, la sage-femme ou le médecin ne seront pas rémunérés pour leur travail, ni dédommagés pour les remèdes utilisés.

  • Article 230

423Les médecins et sages-femmes appelés au chevet d’un malade ou d’une femme en couches ont l’obligation de s’y rendre sans délai.

  • Article 231

424Une fois par an, davantage si les circonstances l’exigent, de nouveaux articles de loi susceptibles d’aller dans l’intérêt de tous peuvent être adoptés, rendus publics et intégrés à nos lois.

  • Article 232

425Chaque dirigeant représentant douze mille foyers recevra 3 000 deniers d’argent par an de ses mandants pour être à l’abri du besoin et libre, c’est-à-dire non pas au service de quelqu’un en particulier mais au service de sa province, en la préservant des abus.

  • Article 233
  • 525 Cet élu, contrairement aux précédents, n’est donc pas un représentant du peuple, c’est pourquoi se (...)

426Le Saint-Siège du Patriarcat suprême de toute l’Arménie élira en son sein un archevêque pour représenter l’ensemble du clergé à la Chambre d’Arménie525. Au cours des débats, la voix de cet archevêque comptera double, une fois comme dirigeant spirituel, une autre comme dirigeant temporel. Il occupera le deuxième siège du premier degré, à droite de la Chambre d’Arménie. Il recevra du Patriarche d’Arménie 3 000 deniers d’argent par an pour ses frais.

  • Article 234
  • 526 Certes, cette orientation est celle des loges maçonniques selon Samuel Prichard (1737, Masonry Dis (...)

427La Chambre d’Arménie doit être construite en lieu sûr, dans la capitale, près du palais du Premier Magistrat et protégée par des fortifications et des gardes.
À l’intérieur, une grande salle orientée d’est en ouest526 comportera deux degrés sur son côté est.Un seul fauteuil occupera le premier degré, celui du Premier Magistrat.
Le fauteuil de l’évêque représentant le clergé sera à la droite de celui du Premier Magistrat, sur le deuxième degré.
Après le fauteuil de l’évêque, ceux de la moitié des autres dirigeants d’Arménie, en troisième, quatrième position et ainsi de suite.
À gauche du Premier Magistrat, toujours sur le deuxième degré, s’aligneront les fauteuils de l’autre moitié des dirigeants.
Chacun aura un fauteuil attitré et numéroté pour que tous sachent qui représente quelle province, où il siège et quel numéro porte son fauteuil.
Fauteuil nº 1 :
Le Premier Magistrat est le seul à siéger sur le premier degré. Devant lui, sur une table, seront posées une couronne et une épée.
Fauteuil nº 2 :
L’archevêque siège sur le deuxième degré, à la droite du Premier Magistrat. Devant lui, sur une petite table, seront posés un Évangile et une croix.
Fauteuils nºs 3, 4, 5, 6, 7 :
Une partie des dirigeants du pays siégeront sur le deuxième degré, à la droite de l’évêque.
Fauteuils nºs 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14 :
Les autres siégeront sur le deuxième degré, à la gauche du Premier Magistrat, chacun dans son fauteuil attitré.

  • Article 235

428La salle où siègent les dirigeants est précisément la Chambre d’Arménie. Puissent les lois qu’elle vote être le véritable souverain de l’Arménie ! C’est par elle que la nation arménienne trouve l’unité et règne sur son pays en respectant toujours le droit, la justice et la conformité avec les lois. C’est pourquoi j’espère que cette souveraineté sera sans défauts.

  • Article 236

429Nul ne peut destituer celui à qui est confiée une fonction officielle, sauf pour faute grave. Les fonctions ne cessent qu’en cas de décès ou à la fin du mandat.

  • Article 237

430Nul ne peut rétablir dans ses fonctions celui qui en a été démis, hormis la Chambre d’Arménie, par le biais de ses dirigeants.

  • Article 238

431Les agréments, déclarations sous serment, attestations d’attribution de fonction, etc., sont à rédiger en plusieurs exemplaires précisant clairement l’objet du document. Un exemplaire est destiné aux registres de la Chambre d’Arménie, un autre conservé au Palais de justice et le troisième est à adresser au Conseil secret du premier magistrat de la ville où ils ont été établis.

  • Article 239

432Un homme occupant une fonction supérieure à celle de sergent peut démissionner quand il le souhaite, sans rien devoir. Mais s’il demande à être réintégré, il ne retrouvera pas le même poste mais un autre, inférieur de trois grades.

  • Article 240

433Toute fonction supérieure à celle de sergent est limitée à trois ans.

  • Article 241

434Le fonctionnaire qui a fidèlement accompli sa mission durant trois ans et que les dirigeants souhaitent reconduire peut rester en fonction s’il le veut et que ses mandants le veulent également.

  • Article 242

435Aucun titulaire d’une fonction officielle (juge, gouverneur, militaire, membre du Conseil ou même Premier Magistrat) ne peut, en aucun cas, outrepasser ses fonctions et s’élever au-dessus de son rang. Dès la fin d’un mandat (pour cause de décès, de faute grave ou d’échéance de ce mandat) et quel que soit son niveau, l’ancien titulaire perd son rang, prend la place de celui qui, naguère, lui était inférieur et devient le subordonné de celui-là même qui était sous ses ordres.
Chacun ne peut s’élever que d’un niveau. Pour éviter que la dernière place ne reste vacante, elle sera pourvue par une nouvelle personne désignée par la Chambred’Arménie, mais, conformémentàlaloi, lesmembresdu Conseil secret veilleront à ce que le dirigeant qui entrera alors en fonction soit nécessairement remplacé dans ses anciennes attributions par l’autre représentant de sa province.

  • Article 243

436Seul le président d’une Cour peut prononcer une sentence, mais elle sera en tout point conforme à la décision des membres de son Conseil et signée par le rédacteur.

  • Article 244

437La voix du Premier Magistrat d’Arménie compte double.

  • Article 245

438D’une façon générale, la voix du président d’un Conseil compte double.

  • Article 246

439Lorsqu’une sentence doit être émise par un jury de vingt-quatre juges dont les avis divergent, et en général lorsqu’une décision doit être prise par une assemblée de vingt-quatre personnes où il n’y a pas d’unanimité, tous devront s’exprimer au moment de prendre la décision finale et l’avis de la majorité l’emportera. Par exemple, si treize ont un certain avis et onze un autre, la minorité devra s’incliner devant la majorité et la décision sera prise en fonction de la majorité.

  • Article 247

440Un fonctionnaire obtenant un deuxième mandat doit toujours avoir sur lui son ancienne et sa nouvelle attestation comme preuve de son droit à exercer à nouveau sa fonction.

  • Article 248

441Excepté les représentants des provinces, chaque fonctionnaire recevra un traitement mensuel versé par le gouverneur de son lieu de résidence en échange d’un reçu.

  • Article 249
  • 527 Cette préoccupation relative non seulement aux normes à imposer à la construction de chaque maison (...)

442La construction d’une maison est subordonnée à l’obtention d’un permis délivré par l’architecte de la province et à condition de suivre ses instructions sur la profondeur et l’épaisseur des fondations, l’alignement avec les autres maisons de la rue et la distance par rapport au mur d’enceinte527.

  • Article 250
  • 528 L’auteur reprend peut-être ici l’usage en vigueur à la Nouvelle-Djoulfa, où le système de distribu (...)

443Chaque maison doit laisser un passage, au sud, pour l’écoulement des eaux de la maison voisine ; l’écoulement de ses propres eaux et le déblaiement de la neige se faisant sur son côté nord528.

  • Article 251

444Il est permis de déblayer la neige et de laisser s’écouler l’eau de pluie venant de sa maison dans la rue, devant chez soi.

  • Article 252
  • 529 Olivier dit n’avoir vu, en Perse, que des maisons « élevées tout au plus de deux étages », Guillau (...)
  • 530 Sur le souci récurrent de protection de la vie privée, voir art. 184, 252, 376 et passim.

445Quiconque désire surélever sa maison jusqu’à une hauteur de sept étages529 doit céder à son voisin du sud une bande de terrain d’un pas pour l’écoulement des eaux, etc.
Si un voisin ne veut pas que sa maison soit vue depuis les derniers étages, il est autorisé à construire une clôture aussi haute que nécessaire pour éviter d’être vu530.

  • Article 253

446Lorsque existe déjà une maison de plusieurs étages, tous les propriétaires des nouvelles constructions au nord de celle-ci sont autorisés à construire sur leur terrain une clôture aussi haute que nécessaire s’ils ne veulent pas que l’on puisse voir chez eux. Ils devront également laisser un passage pour l’écoulement de l’eau et pourront déverser la neige dans la rue devant chez eux.

  • Article 254
  • 531 Voir art. 106.

447Aucune rue ne doit avoir une largeur inférieure à 20 pas531.

  • Article 255
  • 532 Deut., XXII, 8 : « Lorsque tu bâtiras une maison neuve, tu feras une balustrade à ton toit ; ainsi (...)

448Sur chaque toit doit être édifié un muret d’une hauteur de 2 coudées pour la sécurité des résidents de la maison et pour éviter les chutes532.

  • Article 256
  • 533 Dans cet article comme dans le suivant, on note une préoccupation sanitaire récurrente qui révèle (...)

449Nul n’est autorisé à jeter dans la rue les déchets de sa maison, de son écurie ou de ses bains. Tous ces détritus doivent être enterrés en profondeur533.

  • Article 257

450Nul ne doit laisser toutes ses ordures à ciel ouvert : seules sont autorisées les déjections d’animaux et d’oiseaux, les poissons avariés, les cadavres d’animaux, les cendres, le marc de raisin et rien de plus.

  • Article 258
  • 534 L’émasculation était pratiquée en particulier chez les Turcs et les Persans sur des esclaves non m (...)

451Quiconque émascule un homme, chrétien ou non, et le rend ainsi stérile, sera condamné à mort534.

  • Article 259
  • 535 « Mère, petite mère » en géorgien, Harouthiouniantz, 1912, p. 68.
  • 536 Cet article peut être rapproché d’une pratique officialisée dans le code géorgien de Vakhtang VI : (...)

452Une gouvernante (une déda535 en langage populaire) qui aurait commerce avec le garçon dont elle a la garde sera condamnée à six semaines de prison pendant lesquelles, tous les jeudis, elle sera promenée nue dans les rues et subira soixante coups de verge sur les parties charnues. À l’issue de sa peine, elle aura les cheveux rasés et sera relâchée dans cet état d’infamie536.

  • Article 260

453Un marché est conclu lorsque les contractants se sont serré la main devant témoin. Cette disposition vaut pour toute transaction, qu’il s’agisse d’un achat ou d’une vente, qu’elle ait lieu entre gens de divers métiers (marchands, soldats, bergers, agriculteurs, etc.) ou entre un représentant des autorités (quel que soit son rang) et un homme de métier. Quoi qu’ils s’achètent ou se vendent, ils doivent convenir d’un prix et se serrer la main devant témoin. Tout marché conclu dans ces conditions interdit au vendeur ou à l’acheteur de revenir en arrière.

  • Article 261

454Toute personne en possession de fausse monnaie (d’or, d’argent, de bronze ou de plomb) doit dire de qui elle l’a reçue et comment elle est arrivée entre ses mains.

  • Article 262
  • 537 Cet article, dans son ensemble, manifeste le constant souci d’ordre préétabli destiné à éviter l’o (...)
  • 538 Cette disposition semble avoir son importance ; le code géorgien de Vakhtang VI prévoit également (...)

455Toutes les portes et les rues d’une ville doivent porter un nom537. Que l’on entre ou que l’on sorte, à cheval ou à pied, on doit aller dans le même sens sans se trouver face à face.
Hors les murs, sur les chemins de campagne ou sur toute autre voie où deux personnes à cheval ou à pied peuvent se croiser, chacun doit prendre sa droite et laisser la partie gauche libre afin de pouvoir passer à deux.
Tout contrevenant responsable d’un accident devra prendre en charge les dégâts causés à la victime538.

  • Article 263

456Hormis son propriétaire, nul n’est autorisé à abattre un arbre, à en couper une branche ou à en cueillir un fruit ou une feuille.

  • Article 264

457Nul n’est autorisé à couper des arbres dans une forêt, hormis celui qui l’a achetée, celui à qui elle a été officiellement attribuée par la Chambre d’Arménie ou celui qui l’a lui-même plantée.

  • Article 265

458Quiconque coupe des arbres dans sa forêt doit se garder d’en arracher les racines. Si, malgré tout, il est nécessaire de les arracher, il faudra en lieu et place y planter d’autres arbres, y semer du blé, y planter une vigne ou y construire une maison afin que l’emplacement ne reste pas vide.

  • Article 266

459Les nécessiteux sont autorisés à entrer dans toutes les forêts, publiques et privées, pour y ramasser des feuilles, des fruits ou des œufs d’oiseaux et en extraire du miel sans jamais payer quoi que ce soit à quiconque.

  • Article 267

460La Chambre d’Arménie donnera à quiconque tue des ours et des loups un denier d’argent par tête et queue rapportées au palais du gouverneur d’une province. La tête sera ensuite enterrée et restera trois jours sous la surveillance d’un gardien.

  • Article 268
  • 539 Comme toujours, l’auteur s’efforce de créer, par la loi, les conditions d’une coexistence pacifiqu (...)

461Un accord doit être conclu pour que l’eau nécessaire à chacun, dans les campagnes comme dans les villes et villages, soit partagée de façon équitable, que chacun reçoive sa part sans la contester et que nul ne s’avise de s’approprier abusivement la part de son voisin539.

  • Article 269

462Chacun doit marquer d’un signe distinctif les juments, brebis et autres femelles qui lui appartiennent, de même que ses objets en or, argent ou bronze, ses meubles et objets d’ameublement, dans le but de distinguer les siens de ceux des autres.

  • Article 270

463Une reconnaissance de dette restée lettre morte, c’est-à-dire à propos de laquelle il n’y a eu, dix ans après échéance, aucune réclamation, ni de la part du créancier, ni de la part du débiteur, devient nulle et la dette elle-même, éteinte.

  • Article 271

464Tout litige doit être jugé au tribunal de la ville où il a lieu.
Si le plaignant et l’accusé ne sont pas satisfaits de la sentence, ils peuvent, dans un délai de quinze jours après sa notification, porter l’affaire devant le Tribunal suprême.
S’ils sont satisfaits de la sentence du tribunal de leur ville, s’ils ont laissé passer le délai de quinze jours ou si, ayant porté leur affaire devant le Tribunal suprême dans le délai imparti, ils ont été rejugés, alors il faut considérer que justice est faite, que l’affaire est close et aucun tribunal ne la rejugera.

  • Article 272

465Toute déposition doit être faite à huis clos. Que le témoin soit un homme ou une femme, celui qui l’interroge doit se retirer avec lui dans une pièce et en fermer les portes.
Le témoin devra, en premier lieu, prêter serment sur le saint Évangile et promettre de toujours répondre sans malveillance. Ensuite, sa déposition sera consignée mot pour mot sur du papier officiel. Le témoin signera et celui qui a recueilli le témoignage l’attestera par la mention suivante, écrite de sa main :
« Martiros, fils de Baghram, du village de Chirakan, a prêté serment devant moi, fait la déposition ci-dessus et apposé sa signature le 14 septembre de l’an 1771 de Notre Seigneur et Sauveur. »
La lettre sera cachetée et portera le sceau de celui qui a recueilli le témoignage ainsi que cette inscription : « Ceci est le témoignage de Martiros, fils de Baghram dans l’affaire introduite par le plaignant Maghakia, fils de Zakaria auprès du Palais de justice de la capitale, Erevan. » Enfin, cette lettre doit être transmise au tribunal si soigneusement cachetée que nul ne puisse en connaître la teneur jusqu’au moment du procès, où elle sera ouverte devant le Conseil des juges, etc.

  • Article 273

466En cas de décès subit d’une personne dans une maison ou dans la rue, la personne la plus proche présente sur les lieux à cet instant, parente ou non, doit rester sur place et faire prévenir le tribunal de la ville. Le tribunal, à son tour, doit dépêcher l’un de ses juges et un médecin pour rechercher la cause du décès, recueillir le témoignage des hommes se trouvant près du corps – ce témoignage-là peut être déposé en public – et délivrer le permis d’inhumer.

  • Article 274
  • 540 Le code d’Astrakhan prévoit la mort pour celui qui cache un premier mariage encore valide, Poghoss (...)

467Si une personne contracte illégalement un deuxième mariage en cachant le premier, soit qu’un homme épouse deux femmes, soit une femme deux hommes, c’est le premier conjoint qui est considéré comme légitime.
Si l’homme marié avec deux femmes a des enfants de sa seconde épouse, il doit s’en remettre à la volonté de celle-ci qui peut décider soit de garder les enfants, soit de les remettre à son mari, qui est alors dans l’obligation d’assumer la charge, de nourrir et d’élever ses enfants illégitimes540.

  • Article 275

468Le métal pur et sans mélange, ou purifié dans un fourneau, est considéré comme atteignant un niveau de cent, qui correspond à une pureté parfaite. La valeur des autres métaux varie en fonction de leur niveau.

  • Article 276

469La monnaie d’Arménie est frappée sur de l’or, de l’argent, du plomb et du bronze. L’équivalence entre le niveau et le poids est la suivante :
La drachme d’argent de niveau 80 : 24 ghréth ;
Le denier d’argent 80 : 60 ghréth
Le souverain d’or 80 : 144 ghréth ;
La drachme de bronze 80 : 24 ghréth ;
Le sou de plomb 80 : 24 ghréth.

  • Article 277
  • 541 Ici, l’auteur s’écarte du modèle qui, selon Drouville (1825, II, p. 88), serait celui de tout l’Or (...)

470La Chambre d’Arménie entretiendra une armée de quatre-vingt-dix mille hommes – chaque soldat étant engagé pour sept ans – et assurera le paiement de leur solde. Conformément à la loi, ils recevront une rétribution pour leur service et leur dévouement à la nation.Vingt et un mille d’entre eux seront cavaliers et soixante-neuf mille fantassins541.
Ils se répartiront en trois groupes de sept mille cavaliers et vingt-trois mille fantassins chacun.

  • Article 278
  • 542 On trouve un point de comparaison dans la relation du voyage effectué en Inde par Danibegov de 179 (...)

471La Chambre d’Arménie versera régulièrement leur solde aux militaires, le montant de la solde étant fonction du grade542 :

  • 543 D’après Danibegov (ibid.), la solde d’un cavalier de la Compagnie anglaise des Indes à Calcutta es (...)
  • 544 Le montant de la solde du fantassin est exactement celui que l’on sait être versé au soldat de la (...)
  • 545 Pour le nombre 2 400 biur (« dix mille, myriade »), il faut donc comprendre 24 000 000. C’est le n (...)
  • 546 Probablement une autre appellation pour la Maison de charité (voir art. 82). La Maison des indigen (...)
  • 547 Un lack de roupies équivaut à 100 000 roupies, c’est-à-dire 240 000 livres, selon Anquetil Duperro (...)
  • 548 Le résultat correct est donné à la ligne suivante, il ne s’agit donc pas ici d’une erreur mais d’u (...)
  • 549 Pour concevoir la monnaie de l’Arménie, l’auteur se réfère en partie à la monnaie de l’Inde et att (...)

1 :

Premier Magistrat : 6 000 deniers
d’argent, payables chaque début de mois

6 000

9 :

Généralissimes : 1 000 deniers
par personne

9 000

9 :

commandants de cavalerie : 500
deniers par personne et par mois

4 500

9 :

commandants d’artillerie : 250
deniers par personne

2 250

3 :

chefs des services du
renseignement :

200 :

600

3 :

commandants en chef :

200 :

600

3 :

responsables des poudrières :

200 :

600

3 :

chefs du génie :

200 :

600

3 :

responsables des tentes :

200 :

600

3 :

responsables du ravitaillement :

200 :

600

3 :

responsables de la trésorerie :

200 :

600

3 :

chefs géomètres :

200 :

600

3 :

responsables des hôpitaux :

200 :

600

90 :

colonels :

200 :

18 000

900 :

capitaines :

100 :

90 000

9 000 :

sergents :

15 :

135 000

27 000 :

hommes de cavalerie :

10543 :

270 000

52 955 :

fantassins :

7544

370 685

90 000
soldats.

Montant annuel des soldes
(en deniers d'argent) :

910 835

Montant des soldes pour un an
(en deniers d’argent)

10 930 020

Construction de forteresses
(somme allouée, par an)

200 000

Confection de tentes

100 000

Achat de nouvelles armes

200 000

Achat de vivres supplémentaires

300 000

Prix de 2 400 myriades545
de mesures de sel gemme,
taxe comprise

240 000

Sommes allouées aux hôpitaux

100 000

Achat de remèdes et rémunération des médecins

100 000

Sommes allouées aux Maisons
des pauvres et des indigents546

100 000

Frais d’études des enfants orphelins

100 000

Total des dépenses annuelles, en lack roupies547

12 370 029548

Équivalant à 1 237 myriades et 20 deniers d’argent arméniens549

  • Article 279
  • 550 Sur les couleurs, voir art. 24, 285‑290.

472Conformément à la loi d’Arménie et après autorisation du Premier Magistrat, les généralissimes de chaque couleur commanderont un groupe de soldats550. Chaque commandant de cavalerie, cavalier et fantassin d’une certaine couleur sera placé sous l’autorité d’un généralissime de la couleur correspondante, tous étant sous les ordres du Premier Magistrat, lui-même soumis aux ordres des dirigeants de la Chambre d’Arménie.

  • Article 280

473En temps de guerre, chaque bataillon doit considérer son commandant comme chef suprême et chacun doit obéir à son supérieur. Chaque officier tué doit être remplacé sur-le-champ par son subordonné direct et ainsi de suite du premier au dernier. Dès que l’un d’entre eux est tué, son subordonné lui succédera.

  • Article 281

474Un soldat doit obéir aux ordres de son commandant et assaillir qui lui sera désigné, mais il ne peut en aucun cas se retourner contre les dirigeants ou contre la Chambre d’Arménie, ni aller à l’encontre des ordres émanant de cette dernière.

  • Article 282

475Un soldat marié doit remettre la moitié de sa solde à sa femme.

  • Article 283

476Un officier ayant remporté une victoire peut parfaitement faire édifier sur sa tombe une chapelle, mais à ses frais.

  • Article 284
  • 551 Le terme employé ici (ուրար, ourar) pourrait être traduit par « étole ». L’idée de cet accessoire (...)
  • 552 Souvent symbole royal, le lion est l’animal pris pour emblème par Lévon II, roi de Cilicie, Victor (...)
  • 553 Voir également art. 139, 140 et 295 ; Love, 1913, II, p. 133. Chaudury & Kévonian, 2007, couvertur (...)
  • 554 Il s’agit du pilon, l’antique manteau du philosophe, qui est aussi, dans le rite arménien, un habi (...)

477Le Premier Magistrat arborera les insignes qui conviennent à sa fonction et à son rang : Une écharpe551 noire allant du cou au flanc, imprimée d’un lion552 d’or, ornée, à gauche, d’un rayon lumineux avec une pierre précieuse étincelante. Dans ce rayon : l’agneau de Dieu et l’étendard de la foi553.
Au cou, une chaîne et une médaille d’or représentant un chevalier.
Une longue cape noire554 doublée d’hermine, l’épée à la ceinture, le sceptre, symbole du pouvoir, à la main et une couronne surmontée d’une croix.

  • Article 285

478Le généralissime au drapeau rouge, ses capitaines, ses stratèges, ses colonels, ses capitaines et tous ses soldats doivent porter :
Une calotte de cuir rouge protégeant le visage. Une tenue rouge.

  • Article 286

479Le généralissime au drapeau bleu et toute son armée :
Une calotte de cuir bleu.
Une tenue bleue.

  • Article 287

480Le généralissime au drapeau jaune :
Une calotte jaune.
Un uniforme jaune.

  • Article 288
  • 555 Voir l’annexe 5.

481Le généralissime rouge et tous ses soldats porteront les insignes de leur corps :
1. Le généralissime : une longue écharpe bleue.
2. Le capitaine : un plumet bleu sur la calotte.
3. Le chef de la cavalerie : un plumet bleu sur chaque épaule.
4. Le colonel : le numéro de la compagnie qu’il commande, en bleu, sur les épaules.
5. Le capitaine : trois cordons de soie bleue longs d’une coudée555 suspendus à l’épaule.
6. Le sergent : un cordon bleu d’une coudée à l’épaule, la lance à la main et l’épée à la ceinture.
7. Les soldats du généralissime rouge : le numéro de leur colonel brodé au fil bleu, sur le dos, pour que l’on sache qui est leur colonel.

  • Article 289

482Les mêmes dispositions valent pour le généralissime bleu, mais l’écharpe, le plumet, le cordon et le numéro seront rouges, tout comme le numéro porté par les soldats.

  • Article 290

483Les mêmes dispositions valent pour le généralissime jaune, mais l’écharpe, le plumet et les cordons seront blancs, tout comme le numéro que les soldats devront porter sur le dos.

  • Article 291

484Les dirigeants doivent porter au cou une croix.

  • Article 292

485Les gouverneurs doivent accrocher une croix sur la poitrine, au côté gauche.

  • Article 293

486Le juge suprême doit accrocher une balance sur la poitrine, au côté gauche.

  • Article 294

487Tous les juges devront être revêtus d’une cape noire.

  • Article 295
  • 556 Voir également art. 139, 140 et 284 ; Love, 1913, II, p. 133. Chaudury & Kévonian, 2007, couvertur (...)

488Les membres du Conseil auront une épée et un agneau brodés556 au côté gauche de la poitrine.

  • Article 296

489Les secrétaires porteront au cou un miroir cerclé d’or.

  • Article 297

490Les rédacteurs porteront au cou une plume d’or.

  • Article 298

491Les grands-trésoriers porteront au cou une chaîne et un souverain d’or.

  • Article 299

492Les gouverneurs de province porteront au cou un souverain d’argent.

  • Article 300

493Dans notre pays, les commandements militaires sont attribués par les dirigeants, par l’intermédiaire de l’archevêque et de sept responsables de l’autorité et ratifiés par le juge suprême qui confère le commandement à un homme choisi par la Chambre d’Arménie.
Un juge suprême doit donc impérativement, dès son entrée en fonction, donner pouvoir à un autre juge de ratifier les commandements militaires pour qu’en cas de décès ou de révocation pour faute grave, le second juge soit immédiatement en mesure de le remplacer. En prenant ses nouvelles fonctions, ce dernier juge en fera autant avec un troisième, pour que la continuité du commandement ne souffre aucune rupture.

  • Article 301
  • 557 Disposition déjà prévue à l’art. 63.

494Les commandants de garnison doivent être en mesure de faire lire tous les soirs le règlement de l’armée pour leurs soldats557.

  • Article 302

495Les officiers doivent procéder, chaque mois, à un contrôle inopiné du nombre des soldats de leur camp. S’il en manque, ils noteront combien et pourquoi sur un papier officiel qu’ils présenteront à la secrétairerie du généralissime dont ils dépendent.

  • Article 303

496Les officiers doivent procéder, dans toutes les garnisons du pays et à n’importe quelle heure de la soirée, à l’inspection des forces mobilisées. Ils doivent vérifier par eux-mêmes l’état des armes et des tenues des soldats et mettre bon ordre à tous les manquements.

  • Article 304

497Un soldat doit toujours avoir une tenue propre et les cheveux huilés.

  • Article 305

498Un soldat doit toujours avoir des armes propres, graissées et prêtes à l’usage.

  • Article 306

499Un soldat doit toujours avoir dans sa sacoche :
12 cartouches de poudre et des balles ;
4 pierres à feu ;
1 briquet en état de marche ;
1 bouteille d’huile raffinée pour graisser les armes.

  • Article 307

500Toute personne doit présenter à son supérieur un rapport sur l’état de ses troupes quatre fois par an (à chaque saison) sur papier officiel, de la façon suivante :
Le sergent doit faire son rapport au capitaine dont il dépend.
Le capitaine au colonel.
Le colonel au généralissime.
Le généralissime au Premier Magistrat.
Le Premier Magistrat à la Chambre d’Arménie.

  • Article 308

501Quiconque est arrêté et emprisonné par un officier (depuis le généralissime jusqu’au capitaine) sur ordre du gouverneur d’une province doit se soumettre et ne peut être libéré que par la sentence d’un tribunal, qui jugera celui qui a été arrêté comme celui qui l’a arrêté.

  • Article 309

502Le Premier Magistrat d’Arménie a autorité sur tout homme exerçant des fonctions militaires. Il peut le désapprouver et le faire arrêter mais, pour le destituer, il faut un jugement du tribunal motivé par la faute commise.

  • Article 310

503Tout fonctionnaire désavoué par le Premier Magistrat, par la Chambre d’Arménie ou par quelque autorité que ce soit, doit être écarté et remplacé jusqu’à son jugement par un tribunal. S’il est déclaré innocent, il peut réintégrer son poste.

  • Article 311
  • 558 Plante aromatique, sorte de menthe.

504Le butin pris à l’ennemi au cours d’une guerre doit être partagé dès que possible entre les soldats de la façon suivante :
L’or, l’argent, les pierres précieuses, les étoffes, les chevaux et autres animaux, le pouliot558, le blé, l’huile, l’huile d’olive, le vin, bref, tout doit être rassemblé et vendu publiquement pour que tout un chacun puisse acheter ce qu’il souhaite. Le produit de la vente sera partagé comme suit :

  • 559 Petite erreur de calcul : la somme est en réalité de 99.

Part du Premier Magistrat, en pourcentage

5

Part des généralissimes

10

Part des commandants de cavalerie

8

Part des commandants d’artillerie

8

Part des chefs des services du renseignement

2

Part des responsables du ravitaillement

2

Part des chefs des géomètres

5

Part des colonels

5

Part des capitaines

3

Part des sergents

1

Part de la cavalerie

16

Part de l’infanterie

34

Ainsi doit être subdivisée chaque part de 100559

505Les parts mentionnées ci-dessus ne sont pas attribuables à une personne mais à une catégorie, ainsi ce qui revient aux généralissimes est attribuable non à tel généralissime mais à l’ensemble des généralissimes. De même pour les autres officiers : la part de cinq pour cent prévue pour les colonels doit être partagée entre tous les colonels, quel que soit leur nombre. Même principe pour les seize pour cent qui reviennent à la cavalerie : ils doivent être répartis en parts égales entre tous les soldats de la cavalerie, gradés ou non, du chef au simple cavalier sans distinction. Même principe encore pour les trente-quatre pour cent qui reviennent à l’infanterie. Ils sont à partager également entre officiers et soldats du rang.
Nul ne doit être privé de la part de butin qui lui revient. Celui qui essaierait de léser quelqu’un serait traduit en justice.

  • Article 312

506La part de butin d’un soldat blessé ou mort en martyr lors d’une guerre doit être versée pendant toute la durée de ce conflit, exactement comme à ceux qui sont restés sains et saufs.

  • Article 313

507La veuve d’un soldat mort à la guerre percevra toute sa vie de la Chambre d’Arménie le quart de la solde de son mari mort au champ d’honneur si elle ne trouve pas à se remarier, et ce que son mari ait été simple soldat ou officier. La Chambre d’Arménie sera exemptée de ce versement si la veuve se remarie.

  • Article 314

508Conformément à la loi, la part de butin d’une victime de guerre doit être attribuée à son héritier. S’il n’en a pas, à son parent le plus proche.

  • Article 315
  • 560 Voir art. 121.

509Aucun des prisonniers de guerre, chrétiens ou non, ne doit être vendu560. Ils doivent au contraire être traités avec douceur, dans la tranquillité, jusqu’au rétablissement de la paix.
Si, à l’inverse, l’un de nos soldats est fait prisonnier, il faut demander son échange. En cas de refus de la part de l’ennemi, il faudra, lors des pourparlers de paix, le contraindre à verser les sommes équivalentes aux prisonniers qu’il aura refusé d’échanger.
Une fois la paix rétablie, tout prisonnier sera libre de rester ou de partir, conformément aux termes du traité.

  • Article 316

510Un officier ennemi capturé qui s’engage, par serment ou par déclaration écrite et signée, à ne rien tenter contre les forces arméniennes pendant toute la durée de la guerre, à répondre promptement à la convocation du soldat qui l’a capturé et à subir sans protester son sort de prisonnier se verra délivrer une autorisation de remise en liberté lui permettant de circuler sur un territoire défini dont il s’engage à ne pas sortir.
En attendant le retour de la paix, il pourra se déplacer à ces conditions. Après le rétablissement de la paix, il se déplacera conformément aux accords prévus par le traité.

  • Article 317

511Les dépenses en nourriture, vêtements et soins des prisonniers de guerre seront payées, chaque mois, par l’État ennemi. S’il se montre avare, il contraint ses propres captifs à entrer au service de l’Arménie et à devoir accomplir toute tâche qui leur sera indiquée.

  • Article 318

512Un soldat ou un officier ennemi qui se constituent prisonniers en déposant leurs armes à terre devant un soldat ou un officier arménien ne peuvent être exécutés.

  • Article 319

513Nous avons le devoir, tout particulièrement en temps de guerre, de protéger les femmes et les filles de nos ennemis. La chose semble presque impossible pour qui a des mœurs barbares, mais c’est précisément la raison pour laquelle la nation arménienne est estimée et respectée par ses ennemis, pour cette raison encore qu’ils se soumettent et se fient à nous.

  • Article 320

514Quelque province, ville ou place forte que nous soumettions, nous avons le devoir de respecter scrupuleusement les traités conclus avec elles.

  • Article 321

515Seul un officier est autorisé à conclure un accord. Son messager portera un drapeau blanc, signe que l’on doit le recevoir et le conduire libre à travers le camp ennemi, muni du message. Les sentinelles et les gardes qui le verront arriver devront le guider à travers leur camp après lui avoir attaché un bandeau sur les yeux et l’emmener à la tente du commandant en chef, sinon, du plus haut gradé. L’émissaire prendra la réponse et repartira de la même façon, les yeux bandés, et retournera dans son camp.

  • Article 322

516En temps de guerre, un militaire ou un civil qui veut écrire une lettre à un ami ou à un parent, résidant en zone occupée par l’ennemi, doit montrer sa lettre, ouverte, à nos autorités militaires. Celles-ci l’enverront par leurs propres messagers dans la ville ou la forteresse assiégée par l’ennemi. La réponse reçue sera ouverte également et devra être transmise à son destinataire, si elle est exempte de tout renseignement militaire.

  • Article 323

517Les civils et les militaires d’une ville ou d’une forteresse assiégée par nos forces ont encore la possibilité, pendant quinze jours, de quitter la ville ou la forteresse, seuls ou en famille et avec leurs biens, à condition de nous verser seulement le dixième de la valeur des biens emportés. Se retrouvant alors en exil dans notre camp, ils peuvent librement choisir de partir ou de rester sur notre territoire, où bon leur semble. À la fin de la guerre, chacun redevient libre de retourner, avec ses biens, dans son pays.
Mais une fois passé le délai de quinze jours, il n’est possible de sortir que sur autorisation de l’officier commandant le siège, qui peut la refuser. En cas d’acceptation, il faudra verser l’équivalent de vingt ou trente pour cent de la valeur des biens emportés, selon la date de la demande. Le pourcentage à verser est défini en fonction du temps écoulé depuis le début du siège.

  • Article 324

518Il n’est permis en aucun cas de capturer des personnes de sexe féminin, qu’elles soient chrétiennes ou non. En temps de guerre comme en temps de paix, elles doivent être libres, sauf si elles ont elles-mêmes commis des fautes.

  • Article 325

519Un immigré résidant dans notre pays, un marchand venu dans notre pays en temps de paix ou encore un homme ayant prêté de l’argent à l’un de nos ressortissants doivent être laissés libres et en possession de leurs biens en temps de guerre, à quelque nation qu’ils appartiennent, même s’ils appartiennent à une nation ennemie, voire à celle qui nous aura déclaré la guerre.
S’ils décident de rejoindre leur pays et leur nation, ils doivent se procurer un sauf-conduit dans un délai de quarante-cinq jours à compter de la déclaration de guerre et c’est sous notre protection qu’ils seront reconduits dans leur pays, mais tous leurs biens resteront dans le nôtre jusqu’à la fin de la guerre, aux mains de leur mandataire. Après la fin de la guerre, ils pourront les sortir de notre pays. Mais quarante-cinq jours après la déclaration de guerre, nul ne pourra plus sortir. Il faudra rester dans notre pays, se garder de toute action partisane et ne transmettre aucun renseignement sur la guerre, ni à nous sur la situation de la nation ennemie, ni à l’ennemi sur la nôtre, et ce jusqu’au rétablissement de la paix.

  • Article 326

520Un criminel ayant fui son pays et trouvé refuge dans le nôtre est sous la protection de la Chambre d’Arménie et sa condamnation à mort ne sera appliquée ni en temps de paix, ni en temps de guerre, qu’il appartienne à une nation alliée ou à une nation ennemie. Nul ne peut le chasser du pays, toutefois si le Seigneur lui accorde le pardon dans cette vie et si cet homme souhaite partir, il peut aller où bon lui semble.

  • Article 327

521Conformément à nos lois, tout fugitif bénéficie de notre protection dès son entrée sur notre territoire, quelle que soit la nation à laquelle il appartient. S’il n’a pas commis de crime mais qu’il a des dettes (qu’il doive de l’or, de l’argent, du blé, du vin, de l’huile ou autre) il devra, conformément à la loi, les rembourser. S’il a commis des vols, il devra, conformément à notre loi, rendre à leur propriétaire tous les objets dérobés. Il évitera ainsi la sanction du tribunal, mais non le déshonneur.

  • Article 328
  • 561 Voir l’annexe 5.
  • 562 Voir art. 227.

522Chaque camp doit être entouré d’une fosse d’environ un girk à 24 oughouk561 de profondeur, fosse qu’il faut combler tous les quinze jours pour en creuser une autre, à l’opposé, de sorte que l’odeur des ordures ne cause pas de nuisance aux soldats562.
En outre, les occupants de chaque tente doivent, une fois tous les quinze jours, ramasser les déchets de leurs animaux et les brûler.

  • Article 329

523Nos troupes en campagne ne doivent jamais rester plus de quarante jours en un même lieu, sauf pour le siège d’une place ou d’une forteresse ennemie. Hormis ce cas, elles doivent se déplacer afin de préserver la santé de nos soldats et leur permettre de trouver un air et une terre propres.

  • Article 330

524En temps de guerre, nos troupes ne doivent jamais stationner en un lieu sans avoir d’abord vérifié l’état de l’eau des sources ou des puits en la faisant boire à des chiens et des ânes. Si elle est pure, nos troupes peuvent y installer leur camp. Si les soldats doivent toujours boire de l’eau de la même provenance, celle-ci doit être surveillée jour et nuit pour éviter que les ennemis ne la souillent.

  • Article 331

525Nos troupes ne doivent jamais asseoir leur camp sans vérifications préalables en un lieu où nos ennemis ont stationné, car ceux-ci peuvent avoir perfidement enterré de la poudre, ce qui nous causerait de grands dommages.

  • Article 332

526Deux drapeaux doivent être hissés en permanence près de la tente du commandant d’un camp. Lorsque l’un des deux drapeaux est retiré, ce doit être le signe visible que les troupes auront à se déplacer cette nuit-là, ou le lendemain matin très tôt.Le drapeau retiré doit être emporté à l’avance et hissé là où le camp doit être installé le lendemain. La tente du commandant sera dressée près du drapeau, comme précédemment.
Les soldats enverront également leurs sapeurs et des serviteurs pour dresser les tentes de rechange de sorte que chacun, cavalier ou fantassin, retrouve sa place à l’identique en arrivant le lendemain.

  • Article 333

527Les colonels doivent veiller à ce que leurs troupes respectives se déplacent en bon ordre et ne se mélangent pas.

  • Article 334

528Lors des déplacements de troupes, un colonel doit toujours prévoir un détachement équipé de canons, de poudre et tout autre moyen d’assurer une défense aussi sûre qu’au camp.

  • Article 335

529Le géomètre du camp doit arriver au nouveau campement un jour avant que les troupes n’aient quitté l’ancien. Il répartira la terre et l’eau pour que les soldats s’installent en bon ordre et vérifiera que l’eau est potable pour les hommes comme pour les bêtes.

  • Article 336

530Chaque camp doit être entouré de détachements composés de trois sergents et trente soldats (dix cavaliers et vingt fantassins) disposés à une distance de mille pas l’un de l’autre. Il sera fait appel à autant de détachements de trente hommes qu’il est nécessaire pour couvrir tout le périmètre d’un camp. Ces sentinelles monteront la garde de façon que nul ne puisse entrer dans le camp à leur insu. Elles ne laisseront personne entrer sans avoir avisé leur chef et en avoir reçu les instructions, et ce en temps de guerre comme en temps de paix.
En cas d’attaque surprise de l’ennemi, les sentinelles avertiront immédiatement le camp. En cas d’attaque nocturne, elles tireront un coup de canon depuis leur position, sur un terrain plat et élevé. Ce sera le signe que l’ennemi approche de ce côté.
Ces sentinelles devront être relevées tous les trois jours et, en temps de guerre, chaque jour.

  • Article 337

531Nul n’est autorisé, pour quelque raison que ce soit, à sortir de son camp des armes, de la nourriture, des richesses, des bêtes ou autres sans une autorisation écrite du commandant en chef de ce camp. Les sentinelles ne laisseront rien passer sans autorisation.

  • Article 338

532Aucune lettre ne doit être introduite dans un camp sans avoir été préalablement soumise au Conseil du commandant en chef et vérifiée par lui. Aucune lettre ne doit sortir du camp sans l’accord du commandant en chef. Celui-ci est habilité à ouvrir et à lire toute lettre, entrante ou sortante, s’il a un doute sur son contenu. Si elle ne présente aucun danger, il y apposera son sceau et la transmettra à son destinataire.

  • Article 339

533Un officier doit conserver près de lui tous les ordres écrits adressés par son supérieur. En cas d’absence ou de décès d’un officier, toutes les lettres, décrets, ordres et autorisations seront transmis à son successeur ainsi informé des ordres de son chef concernant les actions à mener par ses troupes, etc.

  • Article 340

534En cas de décès ou de révocation pour faute grave d’un officier, peu importe son grade, son poste sera immédiatement pourvu par son second qui, avant même de recevoir l’autorisation officielle de la Chambre d’Arménie, aura les mêmes pouvoirs que son prédécesseur.

  • Article 341

535En Arménie, conformément à la loi, nul ne peut exercer une fonction de dirigeant ou de représentant de l’autorité sans avoir été élu représentant de son canton.

  • Article 342
  • 563 Voir art. 495.

536Un règlement de comptes entre un homme offensé et celui qui a attenté à son honneur ne doit impliquer que ces deux personnes, lesquelles doivent agir en connaissance de cause et d’un commun accord, non de façon dissimulée et perfide, mais si l’insulteur se repent et reconnaît ses torts, l’insulté doit lui pardonner.
Si, lors de telles altercations, l’un des deux protagonistes est tué, l’autre sera condamné à mort par un tribunal563.

  • Article 343

537Pour effectuer les gardes de jour et de nuit autour du camp, chaque bataillon composé d’environ deux mille cent soldats (dont mille quatre cents fantassins et sept cents cavaliers) sera divisé en trois compagnies ayant chacune son propre commandement. Chaque compagnie (environ sept cents soldats, dont quatre cent soixante-six fantassins et deux cent trente-quatre cavaliers) sera de garde un jour sur trois.Pendant que sept cents soldats monteront la garde, sept cents autres s’entraîneront dans leur camp et les sept cents soldats restants seront de repos et pourront vaquer à leurs occupations.
Avec cette organisation, chaque compagnie montera la garde une journée complète, s’entraînera le lendemain et, enfin, se reposera le troisième jour.

  • Article 344

538Le signal annonçant une nécessité soudaine est celui-ci : le drapeau du bataillon sera enroulé autour du mât et un coup de canon sera tiré. Tous les soldats devront alors se tenir prêts, en armes et attendre les ordres de leur chef. S’il fait nuit, on fera un feu sur le terre-plein où se trouve le drapeau et on tirera trois coups de canon, ce qui aura la même signification que le signal dont j’ai parlé ci-dessus, valable le jour.

  • Article 345

539Quiconque a charge d’âmes, quelque fonction ou pouvoir qu’il exerce, ne fût-ce que celle de chef d’un foyer modeste, doit subvenir aux besoins des personnes sous sa responsabilité et au paiement des gages des serviteurs et des servantes (excepté le paiement de leurs impôts et de leurs droits). Qu’il paie en or, argent, bronze ou bien en petite monnaie, il a l’obligation de subvenir à leurs besoins.
Il a le droit de déduire un dixième des sommes et rémunérations dues à tel employé ou serviteur.

  • Article 346

540Sur toute somme reçue (rémunération d’un fonctionnaire, gages d’un serviteur, produit d’une location ou d’une vente, etc.), il sera prélevé un dixième par le bailleur. Chacun doit bien se souvenir qu’il ne lui revient que les neuf dixièmes de sa rémunération ou du prix de la marchandise vendue. Autrement dit, le bailleur prélève toujours un dixième et ne paie que le reste.

  • Article 347

541En vertu de l’article 346, il se constitue un fonds de la valeur de un dixième de tous les biens. Ce fonds doit être constitué en or ou en argent et il est interdit à toute personne résidant en Arménie de le dépenser ou d’en profiter à sa guise. Chacun doit le conserver précieusement en un lieu sûr et secret pour les imprévus ou les temps difficiles où, lorsqu’il ne reste aucun autre moyen de se tirer d’affaire, il pourra y avoir recours.

  • Article 348
  • 564 Un exemple de composition de patronymes sur ce modèle (savoir : le nom construit sur un prénom) es (...)

542Les enfants illégitimes ne pouvant porter le nom de leur père (nom qui permet de savoir de qui chacun est le fils ou la fille), on donnera aux garçons et aux filles illégitimes nés sur le territoire arménien le nom du saint fêté le jour de leur baptême et le nom de ce saint deviendra leur patronyme.
Même si leur mère les a conçus de façon illégitime et qu’ils sont des enfants naturels, ils ont le droit, par le baptême et grâce au saint Évangile, d’avoir une filiation, celle du saint fêté le jour de leur baptême564.

  • Article 349
  • 1

543Un enfant illégitime, garçon ou fille, ne peut recevoir l’héritage de son père car on ne dispose que du témoignage de la mère pour établir la filiation ; or, le témoignage d’une femme impudente au point de souiller l’irréprochable lit conjugal et de donner naissance à un enfant illégitime n’a pas de valeur. Voilà pourquoi les enfants illégitimes n’ont pas droit à l’héritage, sauf ceux qu’un père et une mère dévoyés couchent sur leur testament et, même dans ce cas, les parents n’écrivent jamais qu’ils donnent une part d’héritage à des enfants illégitimes, mais seulement qu’ils leur font un don, comme à des étrangers. Et si un parent impudent comptait, dans son testament, un enfant illégitime au nombre de ses héritiers, la transmission serait considérée comme nulle et non avenue et les héritiers légitimes seraient fondés à ne pas en tenir compte565.

  • Article 350
  • 566 L’aire de la parcelle (agarak) n’est pas arbitrairement déterminée : elle représente la surface mo (...)

544Pour vendre un terrain, situé en ville ou à la campagne, la règle est la suivante : on appelle parcelle un terrain de 240 oughouk de long et 160 de large (autrement dit 60 pieds de long et 40 de large)566.
L’acheteur et le vendeur négocient et conviennent du prix d’une parcelle en fonction de la valeur du terrain et de leurs propres exigences. Le terrain est ensuite mesuré, et l’acheteur paie le nombre de parcelles qu’il contient, sachant qu’une parcelle représente 38 400 oughouk carrés :

  • 567 En réalité : 849 myriades et 4 milliers.
  • 568 En réalité : 221,197, soit 221 parcelles et 20 unités.

545Selon ce calcul, on obtient 84 myriades, 9 milliers et 40 oughouk567.
Comme chaque parcelle représente 38 400 oughouk, la propriété représente 273 parcelles et 28 unités568, sachant qu’une parcelle correspond à 100 unités.

  • Article 351

546Quel que soit le vendeur d’un terrain (la Chambre d’Arménie ou un particulier), qu’il s’agisse d’une vente ou d’un don et quelle que soit la ville où ce terrain est situé, l’acte de cession doit être numéroté et un double doit être conservé au tribunal de la ville pour que l’acheteur ou le vendeur ayant perdu leur exemplaire puisse, grâce à ce numéro, s’en procurer un duplicata.

  • Article 352

547Toute personne dont l’acte de propriété a été rongé par les vers ou détruit dans un incendie, une inondation, etc., peut se présenter au tribunal de sa ville avec trois témoins de son village choisis parmi ses voisins. S’ils assurent, sous serment, que cet homme est réellement le propriétaire de la maison située dans le village de Méghri (ou n’importe quel autre village), dans la rue de la famille de Gaspard, que sa maison est bien celle qui jouxte, au sud, celle de Martiros, au nord, celle de Baghram, à l’est celle de Maghakia et que sa maison mesure d’est en ouest 240 oughouk de long et 160 de large, que son acte de propriété portait le numéro 2814, etc. ; alors, le juge de la ville retrouvera, grâce au numéro, l’exemplaire conservé au tribunal et lui en donnera un double, qui aura la même valeur que le premier, du moins, si aucun détenteur de l’ancien acte de propriété de ladite maison ne se présente.

  • Article 353
  • 569 Voir art. 411.

548Le tirage au sort des cinq jeunes hommes sur cent qui seront soldats569 doit obéir aux règles suivantes :
Les noms de cent jeunes gens seront écrits sur cent papiers, que l’on pliera un par un et que l’on déposera dans un sac.
Sur cent autres papiers blancs, on en prendra cinq sur lesquels on écrira « soldat » et on les déposera, avec les quatre-vingt-quinze autres, pliés un par un, dans un autre sac.
On réunira ensuite tous ces jeunes gens en un lieu tranquille et on appellera deux d’entre eux. On remettra à chacun un sac de cent papiers en leur demandant de mélanger les papiers. Après avoir invoqué le nom de Dieu et leur avoir bandé les yeux avec un tissu, on demandera à chacun de tirer de son sac un papier. Celui dont le nom sortira d’un sac en même temps que le mot « soldat » de l’autre sac sera désigné pour être soldat et les jeunes hommes dont le nom sera associé à un papier blanc pourront repartir tranquilles.

  • Article 354

549Dans chaque ville, un juge du tribunal local doit être désigné pour remplir, pendant un mois, jour et nuit, certaines fonctions comme : prendre les décisions adéquates concernant les dépôts de plaintes ou faire arrêter un accusé en fuite en le plaçant en séquestre jusqu’au jour du jugement.

  • Article 355

550Le juge détenant ces pouvoirs pour un mois pourra juger les cas suivants : plaintes et requêtes concernant des sommes inférieures ou égales à 20 deniers d’argent ; coups légers portés par des hommes en état d’ivresse et altercations entre hommes sous le coup de la colère, si du moins les deux parties se montrent accommodantes et acceptent de se réconcilier à la demande de celui qui a porté les coups ; échange d’injures ; animal de l’un ayant brouté dans les champs d’un autre ; poule ou colombe retrouvées chez un voisin ; arrosage d’un champ avec de l’eau détournée revenant légitimement à autrui ; morsure d’une bête par le chien de quelqu’un d’autre ; abattage du chien de quelqu’un d’autre.
Pour les délits de ce genre, les sentences du juge investi de pouvoirs temporaires suffisent et ils ne doivent pas être rejugés en appel par un autre tribunal, si du moins ce magistrat les a jugés conformément à la loi, sinon, le plaignant ou l’accusé ont le droit de former une plainte contre ce juge, qui sera alors poursuivi pour son iniquité.

  • Article 356
  • 570 En plus de l’accès aux trois mers (Méditerranée, Noire et Caspienne), le territoire arménien circo (...)

551Le sel appartient à la Chambre d’Arménie (le sel gemme extrait des mines tout autant que les cristaux de sel tirés de l’eau) et nul ne peut empiéter sur ce monopole570.

  • Article 357
  • 571 Cette commission représente le double de celle qui est admise dans le code d’Astrakhan, où elle se (...)

552Tout courtier est tenu de faire un décompte des marchandises vendues et achetées et de justifier le prix auquel chaque marchandise a été négociée. Il recevra une commission de un pour cent571 de la part du vendeur et de un pour cent de la part de l’acheteur, sans supplément.

  • Article 358

553Toute maison, celle de Dieu, celle d’un détenteur de l’autorité publique comme celle d’un simple particulier, doit être gouvernée par le maître des lieux. Ses occupants doivent se soumettre aux ordres du maître sauf si ces ordres sont contraires aux lois de la Chambre d’Arménie. Personne, dans quelque maison que ce soit, ne doit obéir à un ordre contraire aux lois de la Chambre d’Arménie, d’où qu’il émane.

  • Article 359
  • 572 Sur la référence biblique, voir p. [46].

554Dans la maison de Dieu, les officiants doivent se tenir à la place déterminée par les règles de l’Église. Quant aux fidèles, lorsqu’ils entrent dans la maison du Seigneur pour assister à l’office, ils doivent rester doux et humbles572 à la place qui leur revient :
Le Premier Magistrat 1 : au premier rang
Les magistrats 2 : au deuxième rang
Les officiers 3 : au troisième rang
Les soldats 4 : au quatrième rang
Les marchands 5 : au cinquième rang
Les agriculteurs 6 : au sixième rang
Les artisans 7 : au septième rang

  • Article 360
  • 573 L’imprimé comporte bien ici le terme de canton et non celui de diocèse.
  • 574 Voir art. 82.

555Un prêtre ou son remplaçant peuvent expulser ceux qui font du bruit et se querellent à haute voix dans la sainte église, devant le saint autel. Nul ne doit leur résister.
Si le fauteur de trouble est un clerc, il sera transféré dès la fin de l’office à l’évêque de son canton573 pour être jugé. Si c’est un laïc, au premier magistrat de la ville qui lui infligera vingt et un jours de prison ferme, à ses frais.
En cas de récidive, une amende de 10 deniers destinée à la Maison des indigents574 s’ajoutera à la peine de prison. En cas de récidive, le fautif sera arrêté, conduit en prison et condamné à vingt-quatre coups de verge infligés en place publique.

  • Article 361

556Dans la maison du Seigneur, les femmes doivent se placer de la façon suivante :
L’épouse du Premier Magistrat 1 : au premier rang
Les épouses des représentants de l’autorité 2 : au deuxième rang
Les épouses des officiers 3 : au troisième rang
Les épouses des soldats, marchands, agriculteurs et artisans 4 : au quatrième rang

  • Article 362

557Un homme offensé qui, sous le coup de la colère, projette de se venger en faisant justice lui-même doit y renoncer dès lors que celui qui l’a offensé lui propose d’aller en justice. Il doit alors se contenter de déposer une plainte au tribunal et d’attendre que l’affaire soit jugée régulièrement.

  • Article 363

558L’homme offensé qui, ayant porté plainte, décide, sans attendre le jugement, de se venger lui-même et appelle par trois fois son adversaire à sortir pour un règlement de comptes et dont l’adversaire refuse chaque fois en s’engageant, devant témoins, à réparer tous ses torts dès que l’ordre lui en sera donné par un tribunal ; agresse, malgré cela, celui qui l’avait offensé et qu’en tentant de sauver sa propre vie, l’offenseur provoque la mort de l’offensé ; que l’offenseur puisse établir devant le tribunal, témoins à l’appui, qu’il a évité par trois fois la confrontation et promis de réparer ses torts, mais que l’offensé ne l’a pas écouté et l’a attaqué par traîtrise et qu’il ne l’a tué qu’en cherchant à sauver sa propre vie, alors le sang de l’homme offensé ne sera pas réclamé à son adversaire.

  • Article 364

559Nul ne peut exercer une autorité hors de sa juridiction, ni outrepasser les limites du pouvoir conféré aux uns par l’Église et aux autres par la Chambre d’Arménie : ni le Patriarche, ni le Premier Magistrat, ni l’évêque, ni les dirigeants, ni les prêtres, ni les gouverneurs des provinces.

  • Article 365

560Le Patriarche, le Premier Magistrat, l’évêque, les dirigeants, les prêtres, les gouverneurs, etc., indépendamment de leur rang et considérés en eux-mêmes, selon leur nature rationnelle, sont capables de soumettre tous leurs faits et gestes à leur volonté et n’agissent que de plein gré. Même si les inclinations naturelles agissent sur eux, ils doivent répondre de tous leurs actes et encourir les rétributions prévues par la loi d’Arménie.

  • Article 366
  • 575 Voir art. 131 et 274.

561Un prêtre ne doit jamais accorder la bénédiction du mariage à un jeune homme et une jeune fille ou bien à un homme et une femme dont le foyer ne relève pas de son église. Il lui faut l’autorisation expresse de l’évêque du canton ainsi que l’accord du gouverneur de la province des futurs mariés575.

  • Article 367
  • 576 Voir art. 82.

562En temps de paix, quiconque réside en Arménie, qu’il soit ou non Arménien de nation, peut obtenir, du gouverneur de sa province, l’autorisation de partir avec ses biens et sa famille dans le pays de son choix. Mais s’il quitte le pays secrètement et sans autorisation, tous ses biens deviendront officiellement la propriété de la Maison des indigents576 et le juge de sa province pourra mettre ses terres en vente et délivrer à l’acheteur un acte de vente, tout comme si le fugitif les avait vendues lui-même. Au contraire, dans le cas d’un homme qui fuit après avoir commis un homicide, un crime ou avoir fait des dettes, ses biens seront laissés à sa famille et à ses créanciers.

  • Article 368

563Un gouverneur de province ne peut refuser de laissez-passer à ceux qui en font la demande pour partir avec leur famille et leurs biens dans un autre canton ou un autre pays, sauf en temps de guerre, où il est interdit de partir et d’emporter ses biens en pays ennemi, si ce n’est aux conditions prévues par la loi.

  • Article 369

564Toute transaction entre habitants d’Arménie, dans quelque domaine que ce soit, doit donner lieu à un document signé servant de contrat et indiquant clairement la pénalité en cas d’infraction aux conventions, le montant de la pénalité étant fonction de l’importance de l’affaire. En déterminant ainsi le prix de l’infraction, chacun se condamne lui-même à ne pas rompre le contrat.

  • Article 370
  • 577 Le compromis proposé dans cet article est à souligner. D’un côté, le respect des identités culture (...)

565Les habitants d’Arménie qui ne sont pas arméniens et chrétiens (c’est-à-dire les païens, les musulmans, les juifs, etc.) sont libres de rester fidèles à tous leurs rites et traditions, sous toutes leurs formes.
Lorsqu’un différend survient entre eux, ils doivent, conformément à leurs coutumes, choisir eux-mêmes parmi eux un juge et signer un document prévoyant la pénalité (excepté pour la condamnation à mort). Ainsi, ils ne pourront protester contre la sentence de leur juge et aucun juge ni tribunal n’exercera de pouvoir sur eux.
Toutefois, si l’un d’entre eux vient de son plein gré porter sa plainte au tribunal, le juge devra d’abord connaître la volonté de l’accusé. Si l’accusé accepte, lui aussi, de se présenter au tribunal, ils seront jugés selon la loi d’Arménie ; sinon, ils devront choisir un juge parmi eux et se soumettre à sa sentence, conforme aux anciennes coutumes de leur nation (à l’exception des crimes, qui, eux, doivent tous être jugés par le tribunal arménien de la province où ils résident)577.

  • Article 371

566Quelle que soit l’autorité qui l’envoie et quelle que soit sa mission, nul n’est autorisé à entrer dans la chambre d’une femme, en particulier d’une femme mariée, car les femmes sont pures et candides et nous voulons éviter le bruit, le tumulte et l’inquiétude à celles qui nous ont donné le jour comme à celles qui donneront un jour naissance à nos fils. La seule exception à cette règle serait l’arrestation d’un criminel condamné à mort.

  • Article 372

567Toute autorité suprême dispose, dans sa province, du pouvoir de décision, mais en accord avec ses pairs et dans le respect des lois d’Arménie. Tous les officiers et représentants de l’autorité de cette province doivent reconnaître ce pouvoir comme étant celui de la Chambre d’Arménie s’il est en conformité parfaite avec les lois d’Arménie et qu’il ne s’en écarte pas même de l’épaisseur d’un cheveu.

  • Article 373
  • 578 Sur l’importance de ce protocole, voir art. 180.
  • 579 Ce meuble n’était pas si courant en Orient, même au xviiie siècle. Traditionnellement, « on ne se (...)
  • 580 Chardin (1811, II, p. 115 sqq.) observe le protocole géorgien qui régit la place des convives lors (...)
  • 581 Les femmes pourraient donc s’asseoir à table avec les hommes, pratique rare en Asie. Sur les coutu (...)

568Quiconque invite ses amis en sa demeure, pour leur offrir à dîner ou à souper, doit respecter leur rang578 (grands et dames ou bien hommes et femmes du peuple) et rédiger une invitation donnant tout d’abord des précisions sur sa table et sur le nombre de chaises dont il dispose pour s’asseoir579, puis sur le nom et l’ordre de ses invités580 :
Numéro 1 : Martiros, premier à main droite.
2 : Baghram, deuxième.
3 : Harouthioun, troisième.
4 : Maghakia, quatrième.
5 : Zakaria, cinquième.
6 : Manassé, sixième.
Et de même à gauche.
En répartissant ainsi les invités, tous sauront à l’avance dans quel ordre chacun sera placé à table ; personne ne fera de scandale et personne n’aura le front d’aller occuper la place destinée à un autre. Chacun connaissant les places prévues avant de s’engager à honorer l’invitation, il ne tiendra qu’à lui d’accepter si sa place lui convient ou bien de s’excuser s’il ne la trouve pas digne de lui. Telle doit être la règle, pour les dames et les femmes, tant pour s’asseoir à table que pour danser581.
De plus, aucun invité, quel que soit son rang, ne doit s’enivrer, avoir une attitude inconvenante ou ouvrir la bouche sans réfléchir.
Les personnes ayant eu une attitude inconvenante, même si ce sont des femmes, ne seront plus invitées à aucune fête. Si, malgré tout, un hôte se voyait obligé d’inviter une telle personne en raison de liens de parenté, alors, tous les autres invités devront s’excuser et décliner l’invitation, et personne ne se présentera à une fête où un fauteur de troubles est invité.

  • Article 374
  • 582 Voir art. 14.
  • 583 Les trois dernières fêtes citées étant mobiles, la date précise ne peut en être donnée. L’Ascensio (...)
  • 584 Comme dans l’Athènes antique où le banquet était dirigé par un symposiarque, on retrouve dans l’ar (...)
  • 585 Ces précisions évoquent inévitablement les fortifications de Fort St. George, avec ses rangées de (...)
  • 586 Ou Vrthanés.
  • 587 Tous ces coups de canon peuvent paraître excessifs et même dangereux, mais il s’agit de coups « à (...)
  • 588 Voir p. [46]. Il s’agit toujours d’éviter la démesure, l’inflation qui flattent l’amour-propre.
  • 589 Lyre de David à dix cordes.
  • 590 En pays musulman, au contraire, la place de la musique est problématique. Dans l’Empire ottoman, o (...)

569Le premier magistrat d’une ville organisera quatre fêtes par an et y invitera les hommes de distinction à dîner, et les hommes et les femmes à souper et à danser :
Le 6 janvier, pour la fête de la sainte Épiphanie, en hiver582.
Le … pour la fête de la sainte Ascension, au printemps583.
Le … pour la fête de Vardavar, en été.
Le … pour la fête de la SainteCroix, à l’automne.
Au dîner, chacun pourra manger et boire à satiété, ensuite, le premier magistrat de la ville, un verre de vin à la main, portera des toasts584 avec les convives assis à sa droite et à sa gauche, en disant d’une voix claire :
La première fois :
« Agréable vie à tout Arménien ! » et on allumera les mèches des canons autour des murs d’enceinte585.
La deuxième fois :
« Longue vie au Premier Magistrat d’Arménie, Vrthan586 ! » 21 coups de canon587.
La troisième fois :
« Longue vie au Patriarche d’Arménie, l’abbé Zakaria et à tous les évêques ! » 19 coups.
La quatrième fois :
« Puisse les récoltes être abondantes en Arménie ! » 17 coups.
La cinquième fois :
« Puisse l’amitié de nos voisins à l’égard de l’Arménie être sincère ! » 15 coups.
Et enfin :
« Paix à vous, mes frères ici présents ! » 13 coups.
Là-dessus, les invités, satisfaits, pourront se lever et rentrer chez eux.
Le souper doit également se dérouler dans le calme et la tranquillité, sans boire plus que nécessaire, sans excès. On ne portera pas de toasts à la santé de tel ou tel, on ne tirera pas non plus de coups de canon, mais chaque homme devra être doux et humble588 et s’efforcer, avec des gestes pleins de retenue, de servir aux dames, en tout honneur, à manger et à boire un peu de vin mélangé à de l’eau, de leur donner l’occasion d’écouter le son du davigh589 et autres instruments de musique590, de danser avec modestie et retenue et, ainsi, de se réjouir ensemble toute la nuit s’ils le veulent et s’ils en ont la force, chacun étant libre de rentrer chez lui quand bon lui semble.

  • Article 375
  • 591 « Immédiatement après le baptême, le même prêtre administre à l’enfant le saint Sacrement de la Co (...)
  • 592 La première communion est administrée aux enfants « nouvellement baptisés, Issaverdenz, 1876, p. 2 (...)
  • 593 La règle se trouve déjà au chapitre 149 du code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 212) et semble (...)

570Dans toute maison où une femme est sur le point d’enfanter, il est nécessaire de faire venir un prêtre, qui apportera avec lui les saints ustensiles nécessaires au baptême, à la confirmation591 et à la communion592 ainsi que le saint Évangile, une croix et les vêtements nécessaires. Il y attendra la naissance de l’enfant pour le cas où celui-ci viendrait au monde trop faible et ferait craindre de ne pas vivre jusqu’au moment déterminé par l’Église pour le baptême, c’est-à-dire sept jours593. Dans un tel cas, le prêtre doit, sans attendre, donner au nouveau-né le baptême, la confirmation, l’extrême-onction et la communion. Si la vie de l’enfant est en danger, il ne faut prendre aucun risque, mais si l’enfant est en bonne santé, on attendra le jour consacré.

  • Article 376
  • 594 On imagine facilement que les dispositions légales de ce type constituent des barrières face à une (...)

571Nul ne doit se rendre sans y être invité dans une demeure avant la naissance d’un enfant ou avant un mariage pour présenter ses félicitations. Il faut attendre d’y être invité par le maître des lieux et sa famille qui convieront à un festin ceux qu’ils aiment et qu’ils souhaitent voir.
L’invitation doit être rédigée ainsi :
« Le mardi 14 décembre à 6 heures du matin, dame Yéghissaberth, épouse du sieur Maghakia, a donné naissance à un petit garçon, votre serviteur et la consolation de ses parents. Grâce à Dieu, le nouveau-né et la mère se portent bien.
« Toute la famille attend avec joie le témoignage de votre amour, le samedi 17 décembre, de 7 heures à 10 heures du matin ou de 5 heures à 8 heures du soir. Nous remercions tous ceux qui voudront bien nous honorer de leur visite de venir à ces heures-là594. »
Même chose pour un mariage.
Il y a deux raisons très avantageuses de procéder de la sorte : d’abord, l’hôte sera quitte en une seule fois de tous les préparatifs, frais, et dérangements ; ensuite, ce jour-là, sa maison resplendira dans une véritable atmosphère de fête, etc.

  • Article 377
  • 595 « Lorsque les Arméniens meurent, leurs enfants ou leurs héritiers dissipent beaucoup de bien pour (...)

572Nul ne doit entrer sans y être invité au domicile d’un défunt, ni pour accompagner sa dépouille au cimetière, ni pour consoler sa famille. Seuls ceux qui y ont été conviés le peuvent. Les conviés eux-mêmes, prêtres ou laïcs, ne doivent rester ni à dîner, ni à souper. Ces personnes, après avoir présenté leurs respects à la famille du défunt, accompagné le cortège funéraire jusqu’à l’église, assisté à l’inhumation, raccompagné la famille du défunt à la maison, embrassé chacun et lui avoir prodigué des paroles de consolation, doivent rentrer chez elles. On ne doit pas avoir à préparer de repas pour des personnes extérieures à la famille ce jour-là, ni pour le prêtre, ni pour les pauvres, ni pour quiconque595. Si elle le souhaite, la famille du défunt invitera à dîner les amis et le prêtre sept jours plus tard. Elle seule doit décider qui et combien de personnes elle invite. Si le septième jour après l’enterrement, personne n’a souhaité faire ni faire transmettre d’invitation, cela ne doit pas être considéré comme honteux.

  • 596 Le Guide présente un modèle de faire-part de décès, qui précise également : « S’il s’agit d’une dé (...)

573Pour un défunt, seuls des hommes sont invités. Pour une défunte, on peut inviter des hommes et des femmes596.
Les frais d’obsèques se répartissent de la façon suivante : inhumation, office religieux et part des amis :

  • 597 Le Pologenia (1836) reviendra sur la nécessité de fixer explicitement les sommes que les clercs so (...)
  • 598 Le vardapet relève du « clergé régulier célibataire », le prêtre, du « clergé séculier marié ». Ce (...)
  • 599 Un prêtre marié.
  • 600 Voir l’annexe 5 (approximativement 19,5 m).

Pour l’évêque597 (en deniers d’argent)

4

Pour le vardapet598

1

Pour le prêtre599

½

Pour le diacre

¼

Pour le fossoyeur

2

Pour chaque porteur du cercueil

2

Et pour chaque personne,

6 coudées600 de toile de lin blanche.

  • 601 Des précisions comparables sont données dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 46). On retrouve (...)

574Les pauvres peuvent se joindre au cortège, mais ils doivent le faire de façon désintéressée, sans rien attendre des distributions habituelles évoquées ci-dessus. Le Seigneur les dédommagera de leur peine dans la vie éternelle et les proches du défunt honoreront davantage la mémoire de celui-ci en conservant ses biens pour ses enfants, plutôt qu’en les distribuant à des étrangers.
Les proches du défunt reprendront leurs occupations deux jours après l’enterrement. Pour le deuil, il suffira de s’habiller de noir durant trois mois601.

  • Article 378
  • 602 Voir art. 11.

575Les ecclésiastiques, les pauvres et les indigents ne doivent pas s’offusquer de l’article 377 de la loi, ni croire que la nation arménienne est sans pitié pour les clercs et les pauvres. Au contraire, elle a constamment à l’esprit le souci de leur procurer le nécessaire602 par la surveillance que la Chambre d’Arménie exerce sur le travail et les efforts fructueux des hommes entreprenants et fortunés.

  • Article 379
  • 603 Peut-être un souvenir de Lév., XV, 19 : « Lorsqu’une femme aura un écoulement, un écoulement de sa (...)

576Tant que son sang s’écoule, une femme ne doit pas permettre à son mari de l’approcher, et si le mari fait usage de la force, il sera puni. Il faut, en effet, empêcher la naissance d’enfants lépreux qui propageraient le mal dans le pays603.

  • Article 380
  • 604 Adaptation du commandement qui prescrit l’observance du sabbat : Ex., XX, 10 b et Deut., V, 14 b : (...)

577Quiconque a des serviteurs, des servantes ou des valets ne les fera travailler que six jours sur sept. Que le jour de liberté soit le dimanche ou bien un autre jour qui ne gêne pas le service, un serviteur, une servante ou un valet doivent avoir un jour de repos tous les six jours604. Ils pourront aller à l’église et, si ce jour n’est pas un dimanche, se promener à la campagne, chasser à la montagne, se baigner dans les sources et les rivières, mais seulement pendant une journée, c’est-à-dire douze heures. Ils sortiront vers 5 heures du matin pour rentrer à 5 heures du soir.

  • Article 381

578Nul ne peut bastonner une femme, excepté les autorités (pour exécuter la sentence prononcée par le tribunal pour les fautes ou délits qu’elle aurait commis) et son propre mari, mais seulement sur ses parties charnues en prenant garde de ne pas la blesser ni lui briser un os et pas plus de douze fois.

  • Article 382

579Un maître auquel on confie une fille doit avant tout s’efforcer d’instruire son élève sans se départir d’une attitude pleine de retenue et ses punitions ne doivent consister qu’à lui interdire de bouger autant d’heures que nécessaire selon la gravité de la faute.
S’il a affaire à une fille particulièrement effrontée, qu’il faut punir par des coups de bâton, il les lui fera infliger par une femme, qui lui en administrera jusqu’à neuf, selon la gravité de la faute et la résistance de la fautive, en veillant à ne pas la blesser, en particulier à ne pas endommager son apparence, à ne pas lui rompre un os et à ne pas lui causer une frayeur extrême qui l’empêcherait plus tard d’enfanter.

  • Article 383

580La jeune fille ayant préservé sa pureté virginale pour son futur mari a le droit de sortir et de se promener à la campagne, de participer à des fêtes, de prendre place à table et de danser avec les honorables épouses des hommes de distinction d’Arménie. La demoiselle qui, au contraire, a souillé sa pureté virginale avant de se marier, que ce soit avec son futur mari ou avec un autre, sera jugée indigne par les femmes honorables, et aucune n’entretiendra de relations avec elle.

  • Article 384
  • 605 C’est-à-dire les laïcs qui composent l’éphorie : « La participation de [l’élément laïque] aux affa (...)
  • 606 Cet article est à rapprocher du chapitre 149 du code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 212), lui- (...)

581Les hommes605 ne doivent pas autoriser un diacre à solliciter l’ordination auprès d’un évêque et à devenir le prêtre de leur église s’il n’a pas atteint trente ans et même plus, de préférence606.

  • Article 385
  • 607 Quel pouvait être exactement le danger de la libre circulation de jeunes religieux ? Il est à rema (...)

582Un gouverneur ne doit pas laisser un religieux de moins de cinquante-cinq ans parcourir les provinces, les villes et les villages pour y officier ou y prêcher. Un religieux qui officie ou prêche et se trouve ainsi en contact avec la population doit avoir au moins cinquante-cinq ans, plus si possible, en tout cas pas moins. Il faut arrêter tout jeune religieux qui circule dans le pays et le remettre à son évêque qui l’enverra dans la solitude de son monastère où il avait fait vœu de demeurer607.

  • Article 386
  • 608 Comme les douze apôtres. À ce sujet, voir également art. 21, 94, 206 et 505.
  • 609 Voir p. [46].

583À chaque renouvellement du Premier Magistrat, c’est-à-dire tous les trois ans en début d’année, il doit s’instaurer dans le pays l’habitude suivante :
Le nouveau Premier Magistrat enverra douze hommes608 prudents, doux609, avisés, avancés en âge et chenus, partout où sont reclus des moines, des religieux et des pénitentes. Après en avoir demandé l’autorisation au supérieur du monastère ou à la mère supérieure des pénitentes, ils s’entretiendront seul à seul avec les moines et les pénitentes pour connaître leur désir profond.Ils rédigeront, pour les religieux ou pénitentes qui souhaiteraient vraiment quitter le monastère, retourner dans le monde et se marier, une supplique à l’intention du Patriarche d’Arménie et la feront signer par celui ou celle qui souhaite sortir et auxquels ils serviront de témoins. Ils apporteront ces suppliques au Premier Magistrat, qui en fera rédiger autant d’exemplaires que nécessaire et les transmettra secrètement aux services du Patriarche, le priant, en vertu de la justesse de son jugement, d’accorder sa grâce et de délier ces religieux de leurs engagements. Ils quitteront alors le monastère pour se marier et vivre en laïcs.

  • Article 387

584Conformément à nos lois, en temps de guerre, toutes les richesses prises aux soldats ennemis dans leurs forteresses ou leurs camps constituent le butin de notre armée, mais, dans les campagnes, villages ou hameaux ennemis qui se rendent sans résistance à nos forces, nous ne devons nous en prendre ni aux personnes, ni aux biens. Nous devons les protéger, tout comme notre propre population, permettre aux habitants de demeurer chez eux et leur laisser la libre jouissance de leurs biens. Simplement, tant que notre armée et notre pouvoir se maintiendront sur place, ils devront nous verser les impôts, droits, taxes et contributions qu’ils versaient à leurs précédentes autorités. Au départ de notre armée, aucun des nôtres ne pourra les emmener en captivité ni prendre leurs biens en guise de butin. Ces gens resteront chez eux et obéiront à leurs propres autorités.

  • Article 388

585S’il arrive qu’une partie de notre population civile, sans jamais avoir participé à des opérations militaires, pris les armes ou opposé de résistance, est faite prisonnière, expulsée et déplacée par l’ennemi qui s’approprie ses biens en guise de butin, nous devons dénombrer toutes ces personnes, évaluer le montant du butin et ne pas conclure la paix tant que l’ennemi n’aura pas rendu nos prisonniers et leurs biens, avec, en sus, autant de personnes de son propre camp qu’il nous aura pris de prisonniers, ainsi que leurs biens.

586Tel sera le dédommagement pour le préjudice subi (expulsion d’une population neutre, n’ayant pas pris les armes, ni opposé de résistance et qui versait à l’ennemi les impôts, droits, taxes et contributions qu’elle nous versait auparavant).

  • Article 389

587Dans toutes les places fortes que nous enlevons à l’ennemi, nous devons nous garder de détruire les maisons, habitations et bâtisses appartenant à la population civile, sauf celles qui empêchent la création d’une zone vide indispensable pour des raisons de sécurité à proximité des murs d’enceinte. Et si, malgré tout, il était inévitable, pour remporter une victoire sur l’ennemi, de ruiner et de détruire une forteresse, il ne faudrait endommager que ses remparts, sa tour, la réserve de poudre, le dépôt d’armes et la caserne.

  • Article 390

588En cas d’attaque militaire de leur pays à notre encontre, les fermes, villages, vignes, forêts, buissons, bêtes et oiseaux de toutes sortes, meubles et outils appartenant aux habitants des régions frontalières des pays voisins passent sous notre protection et les personnes vivant sur ces territoires doivent être considérées comme toutes celles qui sont régies par nous et versent les impôts, droits, taxes et contributions habituelles. Notre protection à leur égard doit être la même que celle que nous accordons à notre propre nation résidant sur le territoire d’Arménie.

  • Article 391

589Les régions, villes, villages ou personnes du pays ennemi ayant bénéficié de notre protection et qui, en temps de guerre, se rendraient coupables de trahison, seront condamnés en fonction de la gravité du préjudice que nous causerait leur trahison : à mort, à la captivité ou au pillage. La sentence, proportionnelle au préjudice causé par la trahison, peut être prononcée par le commandant du régiment même dont les hommes auront soumis les traîtres.

  • Article 392

590Toute dépense dont le paiement incomberait à la Chambre d’Arménie doit se faire aux conditions suivantes :
Le vendeur rédigera une note correspondant au prix exact des objets, confirmera – en prêtant serment devant un juge, sur les saints Évangiles – que ses comptes sont véridiques et exacts et, devant ce même juge, apposera sa signature sur sa note.
Ce n’est qu’à ces conditions que la Chambre d’Arménie procédera au paiement.

  • Article 393

591Nul ne doit cacher chez lui, y compris dans ses vignes ou ses champs, un homme coupable de crime ou de délit : dettes, recel, évasion de prison, fuite pour échapper à un plaignant, vol, etc. Celui qui le cache sera emprisonné, à ses frais, jusqu’à ce que le voleur ou le criminel soit jugé.
Quant à celui qui se fait complice d’un condamné à mort en le cachant, il risque la potence. Il n’y échappera que si le condamné est retrouvé et exécuté. Il sera alors relâché, mais déshonoré, et devra remettre tous les objets volés encore en sa possession au tribunal, qui les rendra à leur propriétaire.

  • Article 394
  • 610 Voir art. 500 et passim.
  • 611 « Retenue » et « modération » sont les maîtres mots de la civilité et même de la civilisation selo (...)
  • 612 Allusion possible à Gen., XXVII, où s’affrontent les deux frères Ésaü et Jacob. 613. Voir art. 82.
  • 613 Voir art. 82.
  • 614 Voir également art. 192.

592La loi d’Arménie attribue la liberté à tout être humain, car chacun est libre de faire le bien comme le mal et responsable de la rétribution que la loi d’Arménie applique à ses actes610, mais l’être humain doit surtout faire preuve, par lui-même, de retenue et agir avec modération611. Il ne doit pas être impudent, car l’impudence de l’homme insolent provoque la fureur de son frère, et l’homme en colère ne peut faire le bien612. C’est pourquoi l’impudence et la méchanceté sont considérées, par tous les tribunaux, comme des fautes punissables.
Le riche doit payer son amende à la Maison des indigents613, le pauvre doit être emprisonné et celui qui est à la fois jeune et pauvre doit être bastonné614.

  • Article 395
  • 615 « Comme la messe est unique dans chaque église, et qu’elle est toujours chantée, on n’a pu exiger (...)

593La loi d’Arménie prescrit à tous ses habitants chrétiens d’aller à l’église le dimanche et d’y recevoir la grâce du saint office.
Les soldats, eux, quel que soit le lieu où ils se trouvent, quel que soit le généralissime dont ils dépendent, affectés à une garnison en ville ou bien dans un camp, seront répartis, par leur commandant, en trois unités qui iront prier à l’église successivement615 :
Le 1er tiers à 7 heures du matin.
Le 2e à 9 heures du matin.
Le 3e à 11 heures du matin.
Deux des trois groupes seront donc toujours de garde dans leur garnison ou leur camp. De leur côté, les hommes qui sortiront devront se tenir sur le qui-vive jusqu’aux portes de la sainte église, l’épée et leurs autres armes à la ceinture. Là, ils déposeront leurs armes par terre et désigneront l’un d’entre eux pour les garder. Après cela, ils pourront entrer prier dans la maison du Seigneur. À la fin du saint office, ils sortiront en ordre, reprendront toutes leurs armes et retourneront à leur lieu d’affectation et le bataillon suivant partira pour se rendre à la sainte église.

  • Article 396

594Le respect de tout un chacun étant acquis à quiconque réside en Arménie, nul n’a lieu d’en espérer davantage et, si un homme à qui un service a été rendu honore son bienfaiteur (en pensée, en parole ou en acte), celui-ci doit l’en remercier avec la plus grande douceur et la plus extrême humilité, car celui qui éprouve de la reconnaissance est un homme de bien et mérite qu’on lui en sache gré.

  • Article 397

595Nos lois nous interdisent de nous immiscer dans les affaires du clergé et empêchent également le clergé de s’immiscer dans les affaires des laïcs.
Toute proposition de loi pour le gouvernement du peuple, y compris celle qui serait présentée par un ecclésiastique, est soumise à l’approbation de la Chambre d’Arménie.

  • Article 398

596Chaque article de loi contient des éléments qui doivent être interprétés par des sages. Sont valables les interprétations qui correspondent aux intentions de la Chambre d’Arménie ; sont irrecevables celles qui vont à l’encontre de la nature de l’homme.

  • Article 399

597Quiconque réside sur le territoire arménien est libre de se vêtir à sa guise pourvu que les vêtements aient été confectionnés en Arménie. Tous ceux, hommes ou femmes, personnages importants et fonctionnaires qui ne s’en satisfont pas et portent des vêtements confectionnés à l’étranger sont condamnés à verser chacun 20 deniers d’argent par an à la Chambre d’Arménie pour cette sotte vanité qui leur fait désirer de briller plus que les autres.

  • Article 400

598Quiconque sort son or ou son argent d’Arménie en laissera le tiers à la Chambre d’Arménie et pourra emporter les deux autres tiers où bon lui semble.

  • Article 401

599Quiconque obtient les faveurs d’une femme mariée à force de présents, de cadeaux luxueux et d’objets précieux et parvient à avoir commerce avec elle, versera un certain pourcentage de sa fortune, ce qui lui fera rabattre son orgueil d’homme riche.

  • Article 402
  • 616 Voir art. 82.

600Les biens d’un défunt sans héritiers ni famille de moins de sept degrés de parenté seront considérés comme propriété de la Maison des indigents d’Arménie616.

  • Article 403

601Chacun est autorisé à planter des arbres dans la rue devant chez lui. Les fruits et autres produits lui reviendront, mais il en versera un dixième à la Chambre d’Arménie.

  • Article 404

602Chacun peut planter des arbres dans les chemins longeant les champs ou dans les terres domaniales. Les fruits et autres produits de ces arbres lui reviendront, mais il en versera un dixième à la Chambre d’Arménie.

  • Article 405
  • 617 Voir art. 357.
  • 618 Les taxes correspondant à un octroi finissent par être versées à la Chambre d’Arménie. Dans le dro (...)

603Chacun a la liberté de faire édifier à ses frais un pont enjambant une rivière ou un marais salant617. La Chambre d’Arménie lui délivrera l’autorisation de prélever sur les usagers, pendant douze ans, les taxes suivantes :
Pour un homme à cheval 2 sous
Pour un homme ou une femme à pied 1 sou
Pour la charge d’un cheval, d’un mulet, d’un âne, d’un bœuf ou d’un chameau 1 sou
Pour une voiture 4 sous
Pour un homme ou une femme portant une charge sur leurs épaules 1 sou
Pendant ces douze années, les réparations du pont incomberont à son propriétaire. Au bout de douze ans, les frais de rénovation incomberont à la Chambre d’Arménie et la taxe payée par les usagers lui reviendra également618.

  • Article 406

604Quiconque possède, dans un défilé entre deux montagnes, des terres où il est possible de creuser des rigoles et faire passer de l’eau peut le faire, à ses frais, et vendre cette eau à ses voisins, en versant un dixième du produit annuel de cette vente à la Chambre d’Arménie.

  • Article 407

605Chacun peut faire construire à ses frais autant de moulins à eau et à vent qu’il le souhaite sur ses terres, au bord de rivières qui traversent ses champs ou sur les collines appartenant à son domaine, en versant un dixième de ses revenus annuels à la Chambre d’Arménie.

  • Article 408

606Quiconque devient propriétaire d’un terrain (à la campagne, à la ville ou dans un village), d’une maison, de vignes ou de champs non cultivés, etc., par un achat en bonne et due forme ou par une attribution de la part de la Chambre d’Arménie devient aussi propriétaire de l’or, de l’argent, des autres métaux ou des pierres précieuses, etc., qu’il trouverait dans le sous-sol, dans un puits, dans les fondations de la maison ou dans n’importe quel autre endroit dans sa propriété.
Ni le vendeur ni la Chambre d’Arménie ne pourront prétendre à une part. Le propriétaire ne devra verser à la Chambre d’Arménie qu’un dixième de la valeur des objets trouvés ; le reste lui appartient.

  • Article 409

607Un dixième de la valeur de ce qu’un locataire, un métayer ou un ouvrier agricole trouvent dans la terre leur revient, un autre dixième revient à la Chambre d’Arménie et le reste appartient au propriétaire.

  • Article 410
  • 619 Cet article étonnamment synthétique résume bien le rôle de l’État selon l’auteur.

608La Chambre d’Arménie assure, grâce aux soldats, la défense du territoire et la liberté de la nation, protège les forts par des remparts, garantit le pain, fournit des semences, restitue les biens pillés par l’ennemi, ramène les captifs, nourrit les nécessiteux, soigne les malades, élève les enfants illégitimes, évite au pays et à la nation une domination étrangère, assurant la protection et quantité d’autres actions bénéfiques prévues par nos lois.
Les habitants de ce pays seront donc soumis à l’impôt car aucun être libre ne veut se charger de dette ou de honte : nous devons respect et obéissance à la Chambre d’Arménie, notre protectrice, et devons lui verser de bon gré les impôts, droits, taxes et contributions prescrits par nos lois sur les naissances de nos enfants, les récoltes, la reproduction des bêtes, des animaux sauvages et des reptiles, les ressources de la mer et des rivières, les oiseaux, le produit des ventes et des achats et tous les dons et les bienfaits qu’il a plu au Seigneur d’offrir en abondance à notre pays. Chaque année, nous devons verser un dixième de tous ces biens à la Chambre d’Arménie, et ce sans s’irriter, car nous ne payons pas pour d’autres, mais pour nous-mêmes ; non pour des dépenses diverses, mais parce que tel est notre juste et véritable dû619.

  • Article 411
  • 620 Voir art. 353.

609Il suffit que quatre-vingt-dix mille garçons et jeunes hommes arméniens environ soient volontaires pour entrer dans le métier des armes. S’il en manque, la Chambre d’Arménie désignera par tirage au sort cinq jeunes sur cent620, pris dans tous les cantons et hameaux du pays, qui seront enrôlés pour sept ans. Conformément à la loi, la Chambre d’Arménie pourvoira à leur solde. Au bout des sept ans, ils seront libérés et pourront rentrer chez eux.

  • Article 412
  • 621 La dîme est, initialement, la dixième partie des produits de l’élevage et de l’agriculture offerte (...)

610La naissance de petits d’animaux, où que ce soit dans le pays, donne lieu au paiement d’une dîme621 chaque année.

  • Article 413
  • 622 Dans l’Ancien Testament, la dîme ne s’applique pas aux oiseaux ni aux reptiles, qui ne font pas l’ (...)

611La naissance de reptiles et d’oiseaux donne lieu au paiement d’une dîme622.

  • Article 414

612Les revenus liés aux arbres, plantes et herbes donnent lieu au paiement d’une dîme.

  • Article 415

613Les revenus engendrés par l’élevage des vers à soie donnent lieu au paiement d’une dîme.

  • Article 416

614La coupe de bois, l’extraction de miel et de cire en forêt donnent lieu au paiement d’une dîme.

  • Article 417

615Tout objet travaillé dans une province et acheminé vers une autre pour y être vendu donne lieu au paiement de cinq pour cent de son prix à l’entrée de chaque province.

  • Article 418

616Quiconque réside sur le territoire arménien, arménien de nation ou étranger, de sexe masculin ou féminin, doit recevoir de la Chambre d’Arménie une mesure de sel par an contre le paiement d’un denier d’argent arménien.

  • Article 419

617Une dîme sur la vente du vin.

  • Article 420
  • 623 Les amandes des noyaux d’abricot et de cerise en particulier sont près prisées pour la préparation (...)

618Sur la cardamome, le clou de girofle, le brou de noix, les amandes contenues dans les noyaux de fruits623, le poivre, le sucre et le sénevé : cinq pour cent à l’entrée de chaque province.

  • Article 421

619Une mesure de tabac donne lieu au paiement de 10 deniers d’argent au Trésor d’Arménie.

  • Article 422
  • 624 « Draps de laine qui se fabriquent en France, particulièrement en Languedoc, en Provence et en Dau (...)

620Sur les londrins624 ; les peaux de zibelines, de lapins et autres fourrures : cinq pour cent à l’entrée de chaque province.

  • Article 423

621Sur les objets travaillés d’importation : cinq pour cent à l’entrée de chaque province.

  • Article 424

622Sur les pierres précieuses et les perles : deux pour cent à l’entrée de chaque province.

  • Article 425

623Sur le fer-blanc, le plomb, le bronze, le fer et l’étain : cinq pour cent.

  • Article 426
  • 625 Le mot turc utilisé ici (Qarghi) désigne la peau de la croupe d’un cheval, d’un âne ou d’un mulet, (...)
  • 626 Les parures des femmes sont moins soumises à cet impôt sur les signes extérieurs de richesse : con (...)

624Pour porter des chaussures en peau de chagrin625 : 2 drachmes d’argent par an. (Les femmes en sont exonérées.)626

  • Article 427

625Pour porter une ceinture ou un collier en or : 10 deniers par an. (Les femmes en sont exonérées.)

  • Article 428

626Pour porter une peau de zibeline : 10 deniers par an. (Les femmes en sont exonérées.)

  • Article 429
  • 627 Ceux qui pouvaient se le permettre accordaient, semble-t-il, une grande importance à la parure de (...)

627Pour harnacher d’argent son cheval627 : 10 deniers par an.

  • Article 430

628Pour un harnais d’or : 20 deniers.

  • Article 431

629Orné de pierres précieuses : 100 deniers.

  • Article 432
  • 628 Il s’agit plus vraisemblablement d’un bassin d’agrément que d’un bassin pour le bain, car les bain (...)

630Pour installer chez soi un bassin de marbre628 : 20 deniers par an.

  • Article 433

631Pour installer un bassin de pierre noire : 5 deniers par an.

  • Article 434
  • 629 L’auteur emploie ici le terme ռուսի (roussi), du persan orossi, rossi : « Fenêtre constituée d’un (...)

632Pour qui possède des fenêtres munies de carreaux629 : 10 deniers par an.

  • Article 435
  • 630 Dans les maisons d’Ispahan, « les murs sont d’abord revêtus d’une couche de peinture de couleur oc (...)

633Pour qui possède une pièce aux murs peints, ou qui y vit630 : 5 deniers par an.

  • Article 436
  • 631 Approximativement 32,5 cm (voir l’annexe 5).

634Pour posséder un miroir de plus d’une coudée631 : 2 deniers par an.

  • Article 437

635Pour posséder des tapis de soie : 5 deniers par an.

  • Article 438
  • 632 L’expression employée ici est շաթիր ջլաբում (chatir djelaboum) puis, dans l’article suivant, simpl (...)

636Pour emmener avec soi deux coureurs632 : 5 deniers par an.

  • Article 439

637Pour emmener avec soi trois, quatre coureurs ou plus : 5 deniers d’argent par guide supplémentaire.

  • Article 440

638Chacun peut librement conduire une voiture à un cheval. Pour utiliser des chevaux supplémentaires, la taxe est la suivante :

Pour une voiture à 2 chevaux,

10 deniers d’argent

Pour une voiture à 4 chevaux

20 deniers d’argent.

Pour une voiture à 6 chevaux

40 deniers d’argent

Pour une voiture à 8 chevaux

80 deniers d’argent

Pour une voiture à 10 chevaux

160 deniers

(Pour les juges suprêmes

et les gouverneurs.)

Pour une voiture à 12 chevaux

320 deniers

(Seul le Premier Magistrat peut en utiliser une.)

  • Article 441

639Sur chaque acte officiel, quelle que soit la province où il est établi, la Chambre d’Arménie percevra, selon la catégorie :

  • 633 Il faut logiquement comprendre : le Conseil « secret » du Premier Magistrat, car les membres de l’ (...)
  • 634 Seule occurrence de cette fonction dans la seconde partie du Piège.

Pour la fonction de Premier Magistrat

5 000 deniers

Membre du Conseil633

1 000

Juge suprême

500

Juge

100

Avocat général

100

Secrétaire

100

Sénateur634

10

Gouverneur

1 000

Généralissime

3 000

Commandant de cavalerie

2 000

Colonel

500

Capitaine

100

Sergent

5

Maître artisan

10

Chef de canton

100

Chef de village

10

Chef des services du renseignement

100

Responsable de l’arsenal

100

Responsable des réserves de poudre

50

Chef du génie

100

Responsable des tentes

100

Responsable de l’approvisionnement en vivres

1 000

Commandant en chef de l’artillerie

100

Responsable du Trésor

3 000

Commandant

1 000

Géomètre

1 000

Porte-drapeau

10

Autres actes :

Reconnaissance de dette (pour chaque millier)

1

Reconnaissance de dommage

1

Acte de vente d’un terrain ou d’une maison
(pour chaque millier)

5

Contrat

5

Contrat de mariage

3

Procuration

5

Testament

1

Rendu de sentence

10

Dépôt de plainte ou réponse

5

Reçu

1

Annulation d’un contrat, extinction d’une dette

2

Désignation d’un garant

2

Désignation d’un substitut

1

Ouverture d’un commerce

2

  • Article 442

640Pour l’utilisation d’une vaisselle d’argent : 100 deniers d’argent par an.

  • Article 443

641Pour l’utilisation d’une vaisselle d’or : 1 000 deniers d’argent par an.

  • Article 444
  • 635 La porcelaine de Chine était connue et fort prisée en Perse, comme l’attestent, par exemple, les c (...)

642Pour l’utilisation de plats de Chine635 : 10 deniers d’argent.

  • Article 445

643Pour toute marchandise vendue en dehors du marché (dans quelque province que ce soit) : cinq pour cent (deux et demi à la charge du vendeur et deux et demi à celle de l’acheteur).

  • Article 446

644Une dîme sur les gains annuels des boutiques, caravansérails et auberges.

  • Article 447

645Une dîme sur le miel et la cire.

  • Article 448

646Le passage d’un chargement de marchandises d’un canton à l’autre donne lieu au paiement de 10 drachmes de bronze sur la nourriture nécessaire aux bêtes de somme (chevaux, chameaux, mulets, bœufs et ânes) pendant le voyage, et un denier d’argent pour les marchandises.

  • Article 449
  • 636 Voir art. 357.

647L’exploitation des mines (hormis les mines de sel636) est autorisée, moyennant le paiement d’une dîme sur les métaux extraits (or, argent, fer, cuivre, plomb, etc.).

  • Article 450

648Il est permis à chacun de présenter son propre or ou son propre argent à l’hôtel des monnaies pour le faire frapper, moyennant une participation de deux et demi pour mille pour les frais.

  • Article 451

649Chaque foyer doit contribuer à hauteur de un pour cent de ses revenus annuels, ceux-ci prenant en compte la totalité de ses biens.

  • Article 452

650Tous les instruments de mesure (poids, balances, etc.) doivent être marqués du sceau du gouverneur et vérifiés chaque année pour être remis aux normes. Le prix de la pesée est de 10 drachmes de bronze.

  • Article 453

651Même en fournissant son propre matériau (or, argent, bronze ou plomb) pour faire frapper des deniers, il faut payer des frais de deux et demi pour mille.

  • Article 454

652Les négociants qui amènent les vendeurs et les acheteurs à un accord doivent verser au Trésor d’Arménie un dixième de leur commission.

  • Article 455

653Les tailleurs de pierres, les briquetiers, les fabricants de chaux et de plâtre verseront un dixième de la valeur de tout ce qu’ils tirent de la terre et des montagnes.

  • Article 456

654Les producteurs d’huile (d’olive, de lin, et de tout ce dont on peut extraire de l’huile) doivent verser une dîme.

  • Article 457

655Une dîme sur les amandes, la noix de galle, l’indigo, le henna (appelé aussi henné) et le lin.

  • Article 458

656La vente d’une marchandise importée donne lieu au paiement d’une taxe de cinq pour cent, mais de deux pour cent seulement pour les pierres précieuses. L’or et l’argent importés sont exonérés.

  • Article 459

657Hormis les objets métalliques, toutes les pièces travaillées chez nous ou à l’étranger telles que pièces de mousseline, coton, lin ou laine, ou encore tissus cousus de fils d’or ou d’argent, doivent être marquées, dans la ville où elles se trouvent, du sceau de la Chambre d’Arménie et donner lieu au paiement d’une taxe de cinq pour cent. Nul ne doit procéder au lavage ou à la mise en ballots de tissus qui ne porteraient pas le signe de la Chambre d’Arménie à l’une de leurs extrémités. Celui auprès de qui on trouverait des pièces non marquées devra payer la taxe et faire apposer le sceau sur la marchandise.

  • Article 460

658L’homme qui aurait l’impudence de porter la main sur une femme, la toucher ou lui faire honte doit être puni.

  • Article 461
  • 637 Les art. 115 et 191 accordaient au contraire le droit de tuer dans ce cas, si l’intrus était armé (...)

659Les habitants d’une maison ont le droit de chasser et même de blesser quiconque aurait l’impudence d’entrer chez eux pour y chercher querelle ou se venger, mais non de le tuer637.

  • Article 462

660Tout homme qui contrefait une signature aura la main brûlée et, s’il signe un décret ou un ordre en temps de guerre, il sera condamné à mort.

  • Article 463
  • 638 Ex., XXII, 5 : « Lorsqu’un feu éclate et que, rencontrant des épines, il dévore meules, moissons o (...)

661Quiconque chercherait à frauder en incendiant sa propre maison, son propre village ou bien une autre maison ou un autre village sera condamné à mort si l’incendie cause un décès ; au remboursement de la maison ou du village, si personne ne périt dans l’incendie638.

  • Article 464

662Quiconque commet un homicide sera condamné à mort, quels que soient l’âge et le sexe de sa victime.

  • Article 465

663Quiconque violente et déshonore une femme mariée ou une jeune fille sera condamné à mort.

  • Article 466

664Qui vole un objet d’environ 100 drachmes d’argent sera condamné à mort.

  • Article 467

665En temps de guerre, tout espion ennemi capturé sera immédiatement exécuté.

  • Article 468

666Quiconque a la perfidie d’empoisonner quelqu’un sera condamné à mort.

  • Article 469
  • 639 Redite par rapport à l’art. 466.

667Un malfaiteur arrêté et convaincu d’un vol d’une valeur de 100 deniers d’argent sera condamné à mort639.

  • Article 470

668Quiconque ose lever la main sur un prêtre consacré par Dieu aura la main brûlée au fer rouge. Si un prêtre s’emporte et frappe un représentant de l’autorité ou un particulier, ceux-ci pourront le battre autant qu’ils veulent mais non le tuer.

  • Article 471

669Quiconque tue en état d’ivresse doit aussi être tué.

  • Article 472

670Quiconque inflige des blessures en état d’ivresse doit aussi être puni.

  • Article 473

671Quiconque frappe monnaie (d’argent, de bronze, etc.) sans l’accord des autorités doit être condamné à mort.

  • Article 474

672Quiconque vole sur le poids doit être brûlé au fer rouge sur les parties molles. La peine sera la même en cas de récidive, mais au quatrième vol, il sera condamné à mort.

  • Article 475
  • 640 Lév., XVIII, 22‑23 a : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme, c’est u (...)

673Si un homme est pris en flagrant délit de commerce avec un autre homme, un animal sauvage ou une bête, tous deux seront jetés au feu640.

  • Article 476

674Nul ne doit garder chez lui un chien enragé qui pourrait mordre les gens et les moutons. Si un chien mord quelqu’un, son maître doit le donner à la victime ou bien la dédommager. Si le maître verse un dédommagement mais ne semble pas se soucier que son chien puisse mordre à nouveau, le chien sera tué et le maître condamné à trente jours de prison à ses frais.

  • Article 477
  • 641 Ex., XXII, 4 : « Lorsqu’un homme fait brouter un champ ou une vigne et envoie son bétail brouter l (...)

675Celui dont les brebis ou toute autre bête sont allées paître dans les champs, les pacages ou les prés d’autrui doit payer au propriétaire le prix de l’herbe et de toutes les plantes broutées641.

  • Article 478

676Quiconque fait un faux témoignage sous serment doit dédommager sa victime à proportion des torts que lui cause le mensonge et doit purger une peine de six mois de prison ; le tribunal doit, en outre, rédiger une annonce et l’afficher dans les endroits fréquentés, à la vue des passants, afin que tous sachent que cet homme est un menteur et un parjure.
Si le faux témoignage porte sur un crime et que l’accusé a été exécuté avant qu’on ne découvre le mensonge, le faux témoin doit être condamné à mort.

  • Article 479

677Quiconque se livre constamment avec vanité à des excès dans ses parures, dans ses fêtes, etc., donne le mauvais exemple et suscite le mécontentement des gens de bien ; il sera, dans un premier temps, admonesté avec douceur par le juge suprême de sa province, jusqu’à deux fois et, s’il ne réfrène pas sa conduite, emprisonné jusqu’à ce qu’il accepte de bien se conduire jusqu’à la fin de sa vie.

  • Article 480

678L’officier ou le soldat qui désobéit aux ordres de son chef en temps de guerre, à l’heure même du combat, sera emprisonné et, s’il lève la main sur son chef pour le frapper, immédiatement exécuté.

  • Article 481

679L’officier ou le soldat qui désobéit à son chef en temps de paix sera immédiatement démis de ses fonctions et emprisonné en attendant son jugement.

  • Article 482

680Un soldat qui, en temps de guerre, tente de déserter son unité pour rejoindre le camp ennemi doit être exécuté. Si les déserteurs sont nombreux, on déterminera les meneurs et ils seront exécutés, les autres seront bastonnés puis relâchés.

  • Article 483

681En temps de guerre comme en temps de paix, un soldat ou un civil qui vole ne fût-ce qu’un œuf ou qui dévaste un champ doit recevoir la bastonnade et rembourser le propriétaire de ce champ ou bien lui rembourser le double.

  • Article 484
  • 642 Peut-être un souvenir de la Lettre de Jérémie, 1 a et 2 b (parfois citée en Bar., VI, 12) : « À ca (...)

682Le représentant de l’autorité qui se rebellerait contre la Chambre d’Arménie et les lois serait condamné à mort avec ses complices et aucun de ses descendants ne pourrait accéder à des fonctions publiques pendant sept générations642.

  • Article 485

683Un représentant de l’autorité, quel que soit son niveau, qui jugerait quelqu’un de façon arbitraire et non conforme à la loi doit être révoqué et répondre de ses actes devant un tribunal, conformément à la loi.

  • Article 486

684Un représentant de l’autorité exerçant des fonctions militaires ou politiques qui désobéit aux directives des dirigeants de la Chambre d’Arménie sera immédiatement démis de ses fonctions et arrêté par le gouverneur de sa province ou son second. Conformément à la loi, il sera conduit en prison enchaîné, jugé régulièrement et sa condamnation peut aller jusqu’à la peine de mort.

  • Article 487

685La sentinelle chargée d’une garde de nuit et qui s’endort pendant son service sera punie.

  • Article 488

686Le soldat ou l’officier ennemis qui se constitueraient prisonniers sans attendre d’être échangés contre nos propres prisonniers ou qui, avant le rétablissement de la paix, prendraient les armes contre l’Arménie ou s’enfuiraient, doivent être exécutés.

  • Article 489

687Le soldat ou l’officier qui tueraient de sang-froid un prisonnier innocent doivent être exécutés.

  • Article 490

688En temps de guerre comme en temps de paix, aucune personne de sexe féminin, chrétienne ou non, ne sera réduite à la captivité, mais, si une femme mariée ou une jeune fille du camp ennemi accepte librement, pendant la durée de la guerre, un salaire pouvant aller jusqu’à un denier d’argent payé au comptant par l’un de nos soldats pour avoir commerce avec elle, il n’y a pas contravention à notre loi. Mais tout soldat qui violenterait une femme ou une fille du camp ennemi, durant la guerre ou en temps de paix, sera jugé selon la loi d’Arménie.

  • Article 491
  • 643 Instrument à quatre cordes ressemblant au violoncelle occidental.

689Toute ville ou citadelle assiégée dont les autorités civiles et militaires trahissent leur engagement oral de se rendre, causant ainsi jusqu’à la mort de vingt-quatre de nos soldats, sera envahie par nos troupes, et les soldats et officiers ennemis seront tous passés par le fil de l’épée. Si le gouverneur de cette ville ou le commandant de cette citadelle sont pris sains et saufs, ils subiront dans l’instant une mort ignominieuse en étant pendus au-dessus de la porte de la ville ou de la citadelle. Tout ce que contient cette ville ou cette forteresse constituera le butin de nos soldats et, tant que le pampir643 du pardon n’aura pas fait entendre son chant, les humiliations infligées à l’ennemi par nos soldats ne seront pas passibles de sanction.

  • Article 492

690Si un homme s’introduit dans une ville ou une forteresse assiégée sans y être envoyé par le commandant des troupes qui font le siège, mais se révèle être un voleur ou un brigand, on recherchera les raisons exactes qui l’ont attiré dans ce lieu et on le fera juger régulièrement.

  • Article 493

691Il est interdit, en temps de guerre, de transporter de la nourriture, de l’or, de l’argent ou du matériel militaire de la Chambre d’Arménie et du territoire arménien vers le pays ennemi. Si l’on découvre que certains le font clandestinement, les objets seront saisis et les hommes emprisonnés et jugés selon la gravité de leur acte.

  • Article 494

692Un militaire, quel que soit son grade, du simple sergent jusqu’au Premier Magistrat, qui subit un affront et ne le lave pas, sera immédiatement destitué pour n’avoir pas su défendre l’honneur de sa fonction.
Cette disposition ne vaut pas si l’auteur de l’affront n’a pas le sens commun.

  • Article 495
  • 644 Voir p. [13], art. 187 et 342.

693En tant qu’êtres humains, nous avons tous tendance à nous emporter. Lorsque quelqu’un s’emporte contre un homme – ou une femme – qui lui tient tête, personne ne doit s’en mêler644.
Si deux personnes aveuglées par la colère veulent se venger l’une de l’autre et se battre (à l’épée ou au bâton), elles le peuvent, mais sans aller jusqu’à la mort.
Celui des deux adversaires qui sera blessé, se sera rompu les os, aura l’œil poché ou des dents cassées ne sera pas fondé à aller se plaindre au tribunal. Il a pris ses responsabilités. Le juge n’est pas un vengeur.
Si l’un des deux est tué, l’autre sera condamné à mort.

  • Article 496

694S’il arrive qu’un clerc soit condamné à mort, il doit être remis, avec sa sentence, à son supérieur (jusqu’au rang de vardapet : à son évêque ; s’il est évêque, au Patriarche de la Chambre d’Arménie) qui le tiendra reclus, selon la règle ecclésiastique.
Mais si, par la suite, le condamné à mort réapparaît en liberté, il faut l’arrêter et le présenter au tribunal. Si l’on établit que cet homme est un condamné à mort, qu’il a été remis à son supérieur pour exécution de la sentence et qu’il vit encore : il doit être exécuté sans délai.

  • Article 497
  • 645 Voir art. 82.

695Si, pour quelque raison que ce soit, la population d’un canton ou d’une province n’a pas renouvelé ses représentants à l’issue de leur mandat de trois ans, elle doit les reconduire pour trois nouvelles années et payer une amende de 1 000 deniers d’argent à la Maison de charité645 pour avoir dérogé aux lois.

  • Article 498

696Il est possible, en fonction des circonstances, d’augmenter, de diminuer, voire de supprimer les droits sur la nourriture auxquels sont astreints les villes et les camps.

  • Article 499

697Dans les camps, toutes les tentes doivent être installées selon les instructions du géomètre de la province et garder la même disposition au fil des déplacements. Chaque rue du camp portera un nom et un signe pour faciliter les allées et venues et la recherche d’une tente.

  • Article 500

698Chacun a la libre faculté de penser, parler et agir bien ou mal, selon sa volonté et assume la responsabilité de ses pensées, paroles et actes, bons ou mauvais. Toutes les rétributions de notre justice, récompenses ou sanctions, doivent être le résultat des bonnes ou mauvaises actions, du mérite ou du démérite de chacun.

  • Article 501

699En vertu de l’article 14, dans notre pays, tous les représentants de l’autorité doivent être élus par la population de chaque canton et, en vertu de l’article 278 fixant la rétribution de nos fonctionnaires, chacun d’entre eux doit recevoir de ses mandants une indemnité annuelle de 3 000 deniers. Toutefois, si certains méritent plus de 3 000 deniers, le supplément sera versé par la Chambre d’Arménie. Si, au contraire, certains méritent moins, ils rendront l’excédent à leurs mandants.

  • Article 502
  • 646 Sur l’intérêt pour les découvertes, voir art. 70.
  • 647 « Ce qu’il y a de particulier [à Marant], c’est qu’on y cueille de la cochenille aux environs ; ma (...)
  • 648 Plante dont on tire l’indigo.
  • 649 Pour en faire des londrins. Voir art. 442.
  • 650 Toutes ces matières avaient une forte valeur marchande à Madras et, généralement, en Orient, pour (...)

700Quiconque réussira646, dans notre pays, à trouver les cochenilles647 qui servent à la fabrication de teintures, à cultiver la guède648, à travailler la laine et la feutrine à la façon des Européens649, ou encore, à découvrir en forêt les racines appelées ginseng650, ne pourra obtenir qu’une seule fois la récompense de la Chambre d’Arménie :

  • 651 Voir art. 442.

Pour la découverte du ginseng (en deniers d’argent)

10 000

Pour le traitement de la cochenille

10 000

Pour la culture de la guède et la préparation de l’indigo

10 000

Pour la fabrication de londrins651

10 000

  • Article 503

701Dès qu’une plainte pour crime (c’est-à-dire pour meurtre, coups, blessures ou offense) est déposée auprès du juge du mois, celui-ci doit convoquer l’accusé et lui notifier la plainte. Conformément à la loi, en cas d’accusation de meurtre, l’accusé sera incarcéré sur-le-champ ; en cas d’accusation de coups, de blessures ou d’offense, il désignera son garant. Ainsi, l’accusé sera à la disposition de la justice et remis aux juges des affaires criminelles au moment de son procès.
Le plaignant justifiera son accusation dans le respect de la loi en produisant les témoins qui étaieront sa plainte devant le tribunal.
L’accusé qui ne présente pas de garant sera emprisonné aux frais du plaignant jusqu’au jour du jugement

  • Article 504

702Un criminel ne peut être jugé que dans une ville où résident un gouverneur, un juge et les membres de son Conseil, un avocat général et des secrétaires.

  • Article 505
  • 652 Comme les douze apôtres. À ce sujet, voir également art. 21, 94, 206 et 386.

703Quinze jours avant un procès pour meurtre, on doit demander à l’accusé s’il souhaite choisir douze hommes652 au sein de sa propre nation pour le juger ; l’accusé est libre de choisir ces hommes au sein de sa nation ou au sein de n’importe quelle autre, à l’exception de ses proches parents. Le tribunal adressera alors une convocation à ces douze hommes pour qu’ils soient prêts le jour du procès.

  • Article 506
  • 653 Ce nombre évoque celui des anciens d’Israël qui accompagnent Moïse sur le Sinaï peu avant la remis (...)

704Le tribunal choisira quatre-vingt-quatorze hommes bienfaisants et de bonne réputation : soixante-dix653 pour établir l’innocence ou la culpabilité de l’accusé et vingt-quatre pour juger mais, sur ces vingt-quatre hommes, douze devront être choisis par l’accusé contre lequel la plainte est dirigée.

  • Article 507
  • 654 Deut., XIX, 19 b (le faux témoin) : « Tu balaieras le mal de chez toi » ; Deut., XXI, 21 b (le fil (...)
  • 655 Voir art. 82.

705Le jour où une affaire criminelle sera jugée, le Président de la Cour se rendra au Palais de justice accompagné de ses pairs et d’un détachement de soldats portant deux drapeaux.
Il siégera sur le plus haut degré, tandis que le juge de la ville et ses pairs prendront place un degré plus bas, les secrétaires et les avocats généraux à un degré plus bas encore et les quatre-vingt-quatorze hommes de mérite, investigateurs ou jurés, dans la salle.
Les soixante-dix investigateurs, puis les vingt-quatre juges prêteront serment sur le saint Évangile et s’engageront devant le Président de la Cour et les juges à juger l’accusé uniquement selon les lois d’Arménie, en mettant en œuvre leurs facultés rationnelles d’êtres humains et en rendant un verdict impartial, exempt de toute malveillance.
Après leur prestation de serment, les soixante-dix investigateurs, accompagnés de deux avocats généraux, emporteront l’acte d’accusation dans une salle dont ils fermeront les portes et devant lesquelles ils placeront une garde afin que nul ne puisse sortir si ce n’est pour aller boire de l’eau ou pour ses besoins naturels. Quiconque demandera à sortir sera accompagné de deux gardes – pour empêcher toute communication – et retournera, dès qu’il aura terminé, dans la salle où les soixante-dix investigateurs resteront à huis clos jusqu’à ce qu’ils se mettent d’accord après débat.
Ce débat opposera deux points de vue : l’innocence et la culpabilité de l’accusé. Lorsque tous les investigateurs se seront fait une idée, ils l’écriront sur une feuille que chacun signera et quitteront la salle. L’un d’entre eux remettra cette feuille au président et à la Cour en déclarant à haute voix : « Innocent » ou si l’accusé est coupable : « Coupable. »
Si l’accusé est jugé innocent par les investigateurs, il sera relâché à l’instant même et nul n’élèvera de contestation.
Si, au contraire, il est déclaré coupable par les investigateurs, il sera conduit sans délai devant le Président de la Cour et les juges. La plainte et les témoignages seront lus devant l’accusé puis l’avocat général procédera à un interrogatoire de l’accusé sur les circonstances, les raisons et les modalités de son acte. Les vingt-quatre jurés écouteront ensemble toutes les déclarations de l’avocat général et de l’accusé, puis l’avocat général demandera par trois fois à l’accusé s’il a quelque chose à ajouter. Si l’accusé répond : « Non », tous les documents (la plainte, les témoignages et les réponses de l’accusé) seront emportés par les vingt-quatre jurés dans une salle dont ils fermeront et feront garder les portes, comme je l’ai dit plus haut à propos des investigateurs. Les vingt-quatre jurés resteront dans cette salle à huis clos jusqu’à ce qu’ils parviennent à l’unanimité. Ils rendront alors leur sentence : soit la mort, soit une autre peine, soit une amende, soit la relaxe. Cette sentence sera consignée et signée par les vingt-quatre jurés qui quitteront ensuite la salle tandis que l’un d’entre eux la présentera au Président de la Cour et aux juges, et l’avocat général la lira à haute voix.
Après la lecture de la sentence, le Président de la Cour se lèvera et déclarera : En cas d’acquittement : « Que cet homme calomnié aille en paix. »
En cas de condamnation à mort : « Faites disparaître la souillure de ce monde654 ! »
Pour les autres condamnations :« Brûlez-lui la main au fer rouge ! »
Ou : « Donnez-lui trois cents coups de verge ! »
Ou : « Prélevez-lui 500 deniers d’argent et donnez-les à la Maison des indigents655 ! »Ou : « Qu’il reste en prison à perpétuité ! »
Après le verdict, l’accusé sera remis, ligoté, à l’officier et au bourreau et la sentence sera exécutée quinze jours après.

706Exemple de serment pour les quatre-vingt-quatorze hommes :

  • Article 508
  • 656 Chardin (1711, VI, p. 278‑280) explique que l’usage consistant à faire prêter serment sur ce qui, (...)

707Les serments devant la Cour doivent être prêtés la main droite posée sur le saint Évangile et la gauche sur la poitrine et en déclarant : « Je jure devant Dieu et les hommes, dans le tribunal de la juridiction de (nom du gouverneur), de préserver mon cœur, mon esprit et mon jugement de toute malveillance et de rechercher l’impartialité. »
Les prestataires de serment qui auront à juger doivent dire : « Je jugerai sans parti pris. »
Si les douze juges choisis par l’accusé sont juifs, musulmans ou païens, les juifs prêteront serment sur l’Ancien Testament, les musulmans sur le Coran et les païens sur leur idole656.

  • Article 509

708Les crimes étant jugés quatre fois par an au début de chaque saison, un accusé arrêté quinze jours avant les jugements devra rester trois mois en prison, jusqu’à la saison suivante, afin que le plaignant dispose de plus de quinze jours pour étayer sa plainte et trouver ses témoins.

  • Article 510
  • 657 Dans sa Prévision pour la nation arménienne et pour son pays (1786, art. 37 et 18), Y. Chahamirian (...)
  • 658 Ce mot, en russe dans le texte, signifie « Allemand ». Depuis Pierre Ier, les Allemands pouvaient (...)

709Pendant longtemps, l’Arménie n’a pu avoir ses propres dirigeants, c’est-à-dire des hommes arméniens de nation et de religion ; or, l’exercice de certaines fonctions, en particulier des commandements militaires, nécessite de la part des dirigeants et des représentants de l’autorité, des connaissances et de l’expérience dans l’art de diriger.
C’est pourquoi, si, parmi les représentants élus, il ne se trouve pas assez d’hommes compétents qui soient arméniens de nation et fidèles au rite de la sainte Église d’Arménie, la nation arménienne devra alors confier à des hommes d’autres nations des fonctions d’officier, d’architecte, de géomètre ou de chef d’artillerie : en premier lieu à des Géorgiens, en deuxième lieu à des Russes657 et en troisième lieu à des Niémets658 autrement dit des Allemands, et ce selon les modalités de la loi d’Arménie, avec un mandat de trois ans, une autorisation officielle d’exercer ces fonctions, délivrée par la Chambre d’Arménie et l’obligation de prêter serment.

  • 659 Voir art. 28.

710Exemple d’autorisation pour l’attribution de la fonction de maire659 :

  • Article 511
  • 660 Plusieurs localités portent encore ce nom aujourd’hui, l’une en République du Haut-Karabagh, une a (...)
  • 661 Voir art. 59.
  • 662 Voir p. [61], art. 101 et 118.
  • 663 Voir art. 70.

711Vu l’agrément de la population de la province de Paytakaran et l’autorisation de représentation en ta faveur, Vrthan de Guétachen660, vu ta prestation de serment devant l’Assemblée des dirigeants d’Arménie et convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons délivré l’autorisation d’exercer la fonction de maire.
Ainsi, honorable Vrthanés, tu administreras la capitale, Erevan (province d’Ararat), pendant trois ans.
Tu choisiras trois hommes de loi de la province d’Ararat et les intégreras à ton Conseil pour trois ans. Vous administrerez la ville ensemble.Tu pourras également investir les gouverneurs de canton et les chefs de village de tout le territoire d’Erevan.
Tu cueilleras avec douceur les fruits de la province d’Ararat : impôts, droits, taxes et contributions661 et, conformément à la loi d’Arménie, tu les verseras au Trésor et aux entrepôts de la Chambre d’Arménie situés sur le territoire d’Erevan.
C’est sur le Trésor de ta juridiction que tu paieras, chaque mois, le commandant des troupes stationnées à Erevan, nos soldats, nos officiers ainsi que toute autre dépense nécessaire à l’entretien des murs d’enceinte. Chaque dépense devra être justifiée auprès de la Chambre d’Arménie par un reçu du commandant de la citadelle.
Il t’incombe de rémunérer, dans chaque canton de la juridiction d’Erevan, des instituteurs qui apprendront aux garçons et aux filles à lire et à écrire l’arménien, ainsi que des instructeurs qui enseigneront aux garçons l’art militaire662.
Tu veilleras à garder nos entrepôts toujours pleins et à tenir à la disposition de toute la population de ta juridiction des réserves de nourriture pour deux ans663.
Tu répondras humblement de tes actes envers quiconque. Tu pourras être traduit en justice et, conformément à la loi, tu te soumettras au verdict sans ressentiment.
Tu devras assurer la protection des troupes stationnées dans le périmètre d’Erevan.
Tu présenteras quatre fois par an (à chaque saison) à l’irréprochable Chambre d’Arménie un état des recettes et des dépenses ainsi que des naissances et des décès et, une fois par an, un état complet.
Il t’incombe de chasser du territoire d’Erevan les malfaiteurs, les fauteurs de troubles et autres mauvais exemples, afin que notre peuple soit toujours paré de vertu.
Tu es habilité, en accord avec les membres de ton Conseil, à vendre des terrains à des personnes arméniennes de nation, à des fins de construction, d’habitation ou de culture, en leur délivrant une attestation d’installation, sachant que, conformément à la loi, tout acheteur devra payer des impôts, droits, taxes et contributions à la Chambre d’Arménie.Veille à ce que toute ta juridiction soit en conformité et en harmonie avec la loi d’Arménie.
Fait à la Porte de la sublime et irréprochable Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier de l’an 1773 de Notre Seigneur et Sauveur.
Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Séghbestros, Archevêque, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

712Exemple d’autorisation pour exercer la fonction de commandant d’une forteresse :

  • Article 512

713Vu l’agrément de la population du Gougark et l’autorisation de représentation en ta faveur, sieur Baghram de Marachkert, vu ta prestation de serment devant l’Assemblée des dirigeants, sincèrement convaincus de ta loyauté envers la Chambre d’Arménie, nous t’avons délivré, sieur Baghram, l’autorisation d’exercer pendant trois ans la fonction de commandant d’une forteresse.
Sieur Baghram de Marachkert, tu résideras dans la citadelle d’Erevan, que tu régiras. Tu exerceras ta responsabilité sur la citadelle, les soldats qui y sont affectés, les armes de toutes sortes, les réserves de vivres ou de poudre et tout ce qui pourrait se révéler nécessaire, dans une parfaite obéissance à la Chambre d’Arménie et au maire d’Erevan que nous avons institué par une autorisation officielle. C’est auprès de ce dernier que tu devras te procurer tout ce qui permettra d’assurer la solidité de la forteresse et de ses remparts ainsi que le paiement des soldes, en signant chaque fois un reçu qui, pour la Chambre d’Arménie, attestera des sommes dépensées.
Fait à la Porte de la sublime et irréprochable Chambre d’Arménie, ce jour, le 1er janvier de l’an 1773 de NotreSeigneur et Sauveur.Nous, Michaël (représentant de l’autorité) et Manuel (rédacteur), attestons que les soussignés ont remis ce document revêtu de leur signature et de leur sceau :
Séghbestros, Archevêque, deuxième dirigeant,
Vrthanés de Kaghin, troisième dirigeant,
Galstan de Kaghzvan, quatrième dirigeant.

  • Article 513

714Chaque citadelle doit être constamment gardée par deux sentinelles armées à chaque porte ainsi que par vingt-quatre soldats en armes et un officier à l’intérieur.
Ils doivent être relevés, jour et nuit, toutes les deux heures.

  • Article 514

715Nul étranger ne doit sortir ou entrer dans une forteresse ou une citadelle s’il n’en a reçu l’ordre du commandant de cette forteresse ou de cette citadelle.

  • Article 515

716Les portes des citadelles et des forteresses devront être fermées à 9 heures du soir. Seule une petite porte laissant passage à un soldat restera ouverte jusqu’à 11 heures du soir. À partir de cette heure, cette petite porte devra également être fermée et les deux sentinelles devront monter la garde avec vigilance devant les portes jusqu’à 5 heures du matin. À 5 heures, le commandant de la citadelle remettra la clé à un capitaine, qui rouvrira les portes, lesquelles resteront à nouveau ouvertes jusqu’à 9 heures du soir.

  • Article 516

717Les portes d’une forteresse doivent être fermées par un capitaine, qui remettra les clés au commandant de la citadelle. Même chose pour l’ouverture, le matin.

  • Article 517

718Quel que soit le lieu où une sentinelle monte la garde (portes d’une citadelle, d’une réserve de poudre, du palais d’un gouverneur, du Trésor, d’une enceinte, d’une prison, etc.), elle ne doit pas être en faction plus de deux heures d’affilée et doit être relevée toutes les deux heures, de sorte qu’une sentinelle ne veille pas plus de huit heures sur vingt-quatre, réparties en quatre périodes de deux heures. Cependant, même si le reste du temps est consacré au repos, elle doit se tenir prête, à l’endroit indiqué par son supérieur

  • Article 518

719Pour administrer la ville et les villages du canton, percevoir les recettes et effectuer les dépenses (pour l’armée, l’intendance, la construction ou l’entretien de fortifications, etc.), toute ville d’importance doit avoir quatre magistrats suprêmes : un maire et un Conseil de trois membres.
L’un des membres du Conseil sera commandant de la forteresse, un autre, commandant des forces stationnées dans cette ville et le troisième, juge suprême, de sorte que, quelle que soit la région, chacun soit jugé selon les lois de la Chambre d’Arménie et avec les mêmes procédures.
Vérification à propos des recettes et dépenses annuelles de la Chambre d’Arménie

  • Article 519
  • 664 Voir le chapitre 5 : « Un document d'histoire sociale », « les estimations démographiques ».
  • 665 Un lack représente pourtant 100 000 roupies (Anquetil Duperron, 1778, p. 26, 96 et table) équivala (...)

720Ce que fournissent les plantes, les cultures, les reptiles, les oiseaux et les bêtes permet à tous les habitants d’Arménie de se nourrir et de se vêtir.
Admettons que la population, hommes et femmes, jeunes et vieux, se monte à 24 millions664, c’est-à-dire 2 400 myriades de personnes. Leur nourriture (fréquente pour les riches, maigre pour les pauvres) représente, l’un dans l’autre, un coût de 40 deniers d’argent par an et par personne, ce qui, pour 24 millions de personnes représente 960 millions de deniers d’argent, c’est-à-dire 960 000 000 lack deniers d’argent665.

La dîme sur la nourriture de l’ensemble de la population constitue déjà, pour le Trésor d’Arménie, une recette annuelle (en deniers d’argent) de :

960 000 000

De plus, l’habillement représente un coût de 10 deniers d’argent en moyenne par personne, riches et pauvres confondus. Pour 24 millions de personnes, le coût s’élèverait donc à 240 millions (24 000 myriades) et les droits et taxes de cinq pour cent sur l’habillement rapporteraient au Trésor :

120 000 000

Ensuite, les achats de sel étant d’un denier par personne et par an, pour 24 millions de personnes (en deniers d’argent) :

24 000 000

Le revenu annuel s’élève donc à (en deniers d’argent) :

132 000 000

  • 666 Dans ce passage, l’auteur, accoutumé par sa profession à convertir les monnaies et aidé en cela pa (...)
  • 667 La valeur du denier d’argent arménien est donc identique à celle de la roupie.
  • 668 Martchil : monnaie en usage en Géorgie à partir du xiiie siècle d’après Karst (1934‑1937, I, p. 67 (...)
  • 669 En turc, Kesse : équivalent d’une bourse de 500 kuruch (monnaie ottomane d’argent).
  • 670 Soit 133 000 000, l’auteur était pourtant parti du nombre 132 000 000.
  • 671 Voir Piège, p. [17], [29], [49], [50], [91], [104] et [337].
  • 672 Voir art. 356.

721(1 320 lack, soit 13 kror666 et 20 lack, sans même tenir compte ici des autres recettes.) Ces 13 kror et 20 lack équivalent à 66 centaines de milliers de tomans persans, à 13 kror et 20 lack roupies667 pour le dire à la manière des Indiens, à environ 62 millions de marsilies668 espagnoles pour le dire à la manière des Européens, à 260 000 kissa ottomans669 et à 13 300 myriades de deniers d’argent arméniens670.
Cette somme peut, certes, paraître trop lourde pour la population d’Arménie, mais tout ce qui paraît impossible quand on est dans l’ignorance paraît facile et possible avec la pratique671. En réalité, cette somme ne constituera pas une charge supplémentaire pour le contribuable, qui a toujours eu l’habitude de payer et paie encore. L’être humain a besoin de manger, de boire et de s’habiller, or, dans le passé, la nourriture et la boisson ne furent jamais exemptes de la dîme, ni l’habillement d’un droit de cinq pour cent. Et aujourd’hui, même si les Arméniens, dans leur presque totalité, subissent le joug de dominations étrangères, ils paient des impôts de trois pour cent sur leurs plantes et leurs cultures – c’est-à-dire sur la nourriture – et ne sont jamais sûrs de garder le reste, car il ne reste en définitive à celui qui a acquis ses biens par son labeur que ce que les voleurs et les brigands lui laissent. Nous, nous n’imposons pas au-delà de un dixième, nous faisons en sorte qu’il n’y ait pas lieu de vivre perpétuellement dans la crainte et nous garantissons un dédommagement en cas d’actes de brigandage, de captivité, etc.
Seul le prix sur le sel672 constitue un impôt supplémentaire pour la population, mais cela se justifie facilement par les raisons suivantes. Tout d’abord, le prix du sel permet d’atténuer et de répartir la dépense pour le maître du logis et sa maisonnée en évitant la vexation inutile d’une levée brutale d’impôts par des collecteurs. Ensuite, vingt-quatre millions de personnes qui reçoivent la liberté, la possibilité d’être, tels les rois, maîtres de leurs actes et de leurs biens et les nombreux avantages assurés par leur Chambre et leurs fonctionnaires, ne trouveront pas la somme de un denier par an et par personne plus lourde que le prix des fleurs que l’on offre en guise de remerciement. Cette somme ne représente, pour chaque personne, qu’un denier de bronze tous les quatre jours, et même ce montant pourra être adapté en fonction des possibilités de chacun.

722Aperçu des recettes et dépenses de la Chambre d’Arménie.

  • Article 520
  • 673 Le kror est, ici aussi, estimé à 100 lack, c’est-à-dire 100 000 deniers ou roupies.

Selon l’article 519, les revenus de la Chambre d’Arménie s’élèvent (en deniers d’argent) à :

132 000 000.

Selon l’article 278, les dépenses annuelles de la Chambre d’Arménie s’élèvent à :

12 370 020.

Lesquels, ôtés des revenus, laissent 11 kror673, 96 lack, 29 980 deniers d’argent au Trésor d’Arménie pour faire face aux futures nécessités :

119 629 980.

  • Article 521

723Le discours et les 520 articles de loi que je viens d’exposer ne sont qu’un exemple à valeur indicative. Aucun système d’organisation, ni celui-ci, ni un autre, ne peut entrer en vigueur s’il n’est voulu et ratifié par l’ensemble des dirigeants d’Arménie : Patriarche, Premier Magistrat, représentants de l’autorité et gouverneurs.

724FIN

Épilogue

  • 674 Sur l’inexpérience dans l’art d’écrire, voir p. [2], [17] et [83], [84].
  • 675 Sur le thème récurrent des « vraies » limites de l’impossible, voir p. [17], [29], [49], [50], [91 (...)
  • 676 Sur la composition de ces patronymes, voir art. 348.
  • 677 « Crois-tu à la Sainte Trinité, au Père, au Fils et au Saint-Esprit, aux trois personnes et à une (...)
  • 678 D’après une tradition légendaire, la famille princière des Mamikonian serait originaire de Chine, (...)
  • 679 C’est-à-dire 10 pièces d’or, sans plus de précision sur la monnaie de référence. Si le voski, qui (...)
  • 680 Chez Anania De Chirak (1979), l’ours n’est pas un signe zodiacal particulier mais signifie « septe (...)
  • 681 Mat., V, 45 b : « Parce qu’il [le Père] fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons, et (...)

725[337] L’auteur, marchand de son état, ignorant l’art de composer des livres et tout à fait indigent en matière de mots et de verbes adéquats comme de règles typographiques conformes aux usages de l’arménien674, ne put faire mieux que cet ouvrage, grâce auquel, néanmoins, il pourra réveiller les hommes de plume, compétents ou novices, du sommeil, de l’apathie et de la paresse, et leur prouver la possibilité de ce que la plupart considèrent comme impossible675. L’auteur de ce livre ne reçut l’aide de quiconque, si ce n’est de fidèles serviteurs de la maison paternelle qui alignèrent, séparèrent, choisirent et imprimèrent tous les caractères, alors même qu’ils étaient d’origine siamoise et avaient pour langue maternelle l’idiome de leur nation. Si des personnes de nation et de langue différentes de la nôtre purent accomplir tout cela, nul d’entre nous ne doit dire qu’une chose, quelle qu’elle soit, nous est impossible. Tout est possible à tous si la paresse ne l’emporte pas ; or, l’homme est doué d’amour et de sens de l’effort. Pour toutes ces raisons, je juge à propos de mentionner mes employés pleins de zèle et si utiles à mon entreprise : Djerhan Simonian et Zakéos Markossian676, tous deux nés au Siam et qui, par suite de diverses vicissitudes, arrivèrent chez nous encore enfants. Élevés et nourris chez nous, ils y reçurent volontiers le saint baptême au nom de la très sainte Trinité du Père, du Fils et du Saint Esprit677, épousèrent, selon la règle, des servantes de la maison paternelle, eurent des fils et des filles et demeurèrent toujours fidèles à leur maître. [338] Aussi, je prie tout Arménien de nation qui les rencontrerait, eux-mêmes ou leurs descendants, en Arménie ou dans quelque pays étranger, mêlés à notre peuple, de les accueillir aimablement, eu égard à leurs efforts méritoires et en signe de reconnaissance. Du reste ne se trouve-t-il pas aujourd’hui encore en Arménie des descendants de leurs voisins, appelés Mamikoniens678 ?
Cent dix exemplaires de ce livre ont été imprimés à nos frais. Seuls dix d’entre eux serviront à compenser une partie de nos frais. Les cent autres sont destinés aux personnes d’importance comme aux hommes du commun, à tous ceux qui seraient heureux d’en posséder un exemplaire. Le prix de chaque exemplaire, 10 voski679, soit 40 roupies, sera attribué aux personnes sans abri et nécessiteuses, pour l’amour de l’affranchissement de la nation arménienne de la domination barbare. Je n’impose pas ce paiement, mais le sollicite comme une grâce.
Avec cela, je te supplie, mon Dieu et Créateur, si tu ne juges pas la nation arménienne digne de s’affranchir de la domination et de la sujétion à des nations étrangères, de la préserver au moins de l’envie envers les autres nations bénéficiant de la liberté sur cette terre ainsi que d’une grande erreur sur l’immensité de ta miséricorde, ce qui est contraire aux croyances chrétiennes. Notre pays se trouve sous le signe zodiacal de l’ours680 et notre nation n’est guère éloignée de la rudesse de cet animal, c’est pourquoi, pendant longtemps, aucun d’entre nous n’a pu penser avec discernement et nous donner une raison de rester sans gouvernement. Notre science est insuffisante pour nous être utile, mais toi, Seigneur et Créateur, tu fais lever ton soleil pour éclairer les sages comme les ignorants, [339] tu répands ta pluie sur les bons comme sur les mauvais681, aussi est-ce de toi seul que nous attendons d’être affranchis de la servitude. Accorde-nous donc la liberté, comme à toutes les nations heureuses sur cette terre, ou bien pardonne tous nos péchés, car un être assujetti ne peut faire ni le bien ni le mal.
Enfin, je te sais gré, Seigneur, d’avoir exaucé une partie des désirs chers à mon cœur : l’achèvement de cet opuscule et, puisque tu as en ton pouvoir toutes les régions célestes et terrestres, j’espère que tu attendriras la rudesse de notre signe et qu’un peu de la sagesse répandue dans l’univers atteigne notre nation, que tu rendras nos lettrés plus empressés à s’élever contre nos prédispositions naturelles, en écrivant de sages exhortations à la liberté et que tu donneras un cœur pur et une âme joyeuse à la nation arménienne, afin qu’elle se soumette volontiers aux lois, s’affranchisse de la domination étrangère et soit, en tant que nation tout entière, en mesure d’honorer librement ton Très Saint Nom, devant lequel nous nous agenouillons et nous prosternons maintenant et toujours et pour l’éternité des éternités. Amen.

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 « Catholicos de toute l’Arménie » (ou « de tous les Arméniens ») est le titre porté par le primat de l’Église arménienne siégeant à Etchmiadzine. Le pontificat de Siméon d’Erevan a duré de 1763 à 1780.

3 Ville où le roi Vagharch Ier (qui règne de 116 ou 117 à 144) établit sa résidence, l’une des capitales de l’Arménie, devenue, après l’adoption officielle du christianisme, le siège du catholicos, sous le nom d’Etchmiadzine, Patrick Donabédian & Claude Mutafian (dir.), 2010, Les Douze Capitales d’Arménie, Paris/Marseille : Somogy/Maison arménienne de la jeunesse et de la culture de Marseille, p. 111‑123. Voir les annexes 9 et 10.

4 Irakli II, souverain géorgien (1721‑1798), règne de 1744 à 1798, d’abord sur la Kakhétie puis sur le Kartli et la Kakhétie. Le ms. 3101 du Maténadaran précise : « Héracle Bagratouni, roi de Kakhétie, de Kartli, etc. » D’une façon générale, il était de coutume de placer les écrits sous le double patronage des autorités religieuse et politique. En l’absence de souverain d’Arménie, Irakli II est considéré comme le roi le plus « naturel », sans tenir compte des gouvernements (ottoman et perse) sous lesquels se trouvaient les populations et les provinces arméniennes. Le principe est le même dans la première page du périodique Azdarar (Le moniteur) qui, en 1794, cite le catholicos Ghoukas puis « l’auguste seigneur Irakli II ».

5 L’ère arménienne débute en 551 apr. J.‑C. L’an 1 correspond donc à l’an 552 apr. J.‑C. Sur les raisons de ce décalage, le comput arménien et la conversion en dates du calendrier julien (corrigé par Auguste), on peut consulter, par exemple, Marie-Félicité Brosset, 1874, introduction, p. XXXXIII. Jacques Issaverdenz, 1876, p. 148) ou Jean-Pierre Mahé, in Gérard Dédéyan, 2007, p. 201.

6 Cette orthographe est l’une des multiples variantes de ce nom.

7 Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la présente version française.

8 Le mot utilisé ici (charatrogh, littéralement « celui qui compose, qui aligne ») pourrait se comprendre aussi bien comme « auteur » que comme « typographe ». La traduction par « typographe » peut être étayée par deux arguments : les typographes qui ont imprimé ce livre sont deux serviteurs d’origine siamoise (voir l’épilogue, p. [337]) dont les connaissances en arménien devaient être limitées (on pourrait même supposer, dans cette hypothèse, qu’ils aient écrit sous la dictée) et cet avertissement ne figure pas dans la plus ancienne version connue du Piège, antérieure, donc, à l’imprimé, le manuscrit 4471 du Maténadaran. Mais la traduction par « auteur » s’appuie sur deux autres arguments, dont l’un paraît décisif : le mot par ailleurs utilisé par l’auteur lui-même pour signifier « auteur » est charatrogh (par exemple p. [101]) et surtout, dans une lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Srbuhi Yéritsian, 1881, p. 28), Ch. Chahamirian déclare que l’ouvrage, qui n’existe alors que sous forme manuscrite, contient beaucoup de fautes et qu’il faut le lire à haute voix pour le comprendre.

9 Piège, p. [17], [83], [84] et [337].

10 d, th, tz (14e lettre de l’alphabet), h (16e lettre), dz, h (21e lettre), v (30e lettre), t, ts (33e lettre), v (36e lettre). Selon la convention HMB : d, tʽ, c, h, j, y, v, t, cʽ, w. On trouve par exemple հաւադարիմ (p. 337, havadarim, hawadarim) au lieu de հաւատարիմ (havatarim, hawatarim : « fidèle ») ; զուարդ (p. 339, zouard, zoward) au lieu de զուարթ (zouarth, zowartʽ : « joyeux ») ; թուղտ (p. 122, thought, tʽowłt) au lieu de թուղթ (thoughth, tʽowłtʽ : « lettre, papier ») ; հանձնել (p. 110, handznel, hanjnel) au lieu de յանձնել (handznel, yanjnel : « remettre ») ; պառավ (p. 331, parav, paav) au lieu de պառաւ (parav, paaw : « vieux »).(Ces pages sont celles de l’édition princeps. Toutes ces fautes ne sont pas systématiques, mais souvent récurrentes.) L’auteur ne cite cette liste de caractères qu’à titre d’exemple, la liste des confusions est en réalité plus longue : կ et ք, ճ et չ, ո et օ, ռ et ր, etc. Des confusions sont possibles, pour un sujet plus familier de la langue orale que de la langue écrite, entre certains groupes de caractères : դ, թ, տ ; ծ, ձ, ց ; հ et յ ; վ et ւ. Certains de ces caractères ont, dans certains cas, une prononciation identique (par exemple, վ et ւ en milieu ou en fin de mot ; հ et յ en début de mot) ; de plus, les auteurs sont influencés par la prononciation particulière au dialecte de la Nouvelle-Djoulfa, dont ils sont originaires. Hratchya Atcharyan, 1940.

11 Voir l’annexe 8 pour un index des anthroponymes.

12 Ps., CXIX, 122 : « Sois caution de ton serviteur pour le bien, que des arrogants ne m’oppriment pas ! » Les péricopes bibliques ne sont, en général, pas présentées comme telles dans le Piège, mais sont intégrées au propos en style indirect et sans référence exacte. On s’est efforcé de retrouver toutes ses sources bibliques, explicites ou non, et, par souci de clarification de la prose de l’auteur, les péricopes seront parfois données au style direct. Voir l’annexe 4.

13 Ps., CXL, 6 : « Des orgueilleux ont caché pour moi un filet, pour rets ils m’ont tendu des cordes, au bord du sentier, pour moi ils ont posé des pièges » ; Ps., CXLI, 10 : « Qu’ils tombent dans leurs filets, les méchants, tous ensemble » ; Pr., V, 22 : « À ses propres fautes le méchant sera pris et aux liens de son péché il sera retenu » et passim. Le piège, les rets symbolisent pour Chahamirian le dispositif des lois destinées à rendre les infractions impossibles.

14 Poghos Khatchatryan, in Hakob Chahamiryan, 2002, p. 251, n. 2, signale une source possible dans un passage du Commentaire sur le Cantique des cantiques, de Grégoire de Narek. Commentaire de Cant., II, 3 a : « La fleur réjouit seulement les yeux, alors que la pomme réjouit les yeux par l’apparence, le palais par le parfum, et puis se change en vertu nutritive » et de Cant., II, 5 b : « La pomme est la beauté des bonnes œuvres. Comme la pomme est agréable par son apparence et par son parfum bien avant d’être goûtée, de même, les différentes espèces de vertus réjouissent ceux qui les voient », trad. Pétrossian. Lévon Pétrossian, 2010, p. 296‑297.

15 La théorie des quatre humeurs (la bile, le flegme, le sang, l’atrabile), héritée de la médecine grecque, a encore cours au xviiie siècle dans le monde arménien. L’un des ouvrages de référence de l’école médicale arménienne, Inutile aux ignorants, d’Amirdovlat d’Amassée (xve s.), fait le point sur les connaissances de son époque : Amirdovlat d’amasée [Amassiatsi], 1940, Ոգուտ բժշկության (Utilité de la médecine), titre original : Inutile aux ignorants, édité par Stépanos Malkhassiants, Erevan : Éditions de l’Académie des sciences d’URSS. Trois humeurs sont nommément citées ici par Chahamirian (bile, sang, flegme), quant à la quatrième, l’atrabile (classiquement censée produire la mélancolie et l’hypocondrie), elle peut être rapprochée de « l’imagination délirante » ; mais la représentation des humeurs chez l’auteur doit aussi à la médecine ayurvédique, voir Piège, p. [71].

16 On peut rapprocher cette image du Commentaire de Grégoire de Narek (Pétrossian, 2010, p. 375) ou directement du texte biblique : Cant., VIII, 5 b : « La pomme est une nourriture saine, très agréable pour les malades et très digne des rois. »

17 I Pierre, II, 3 c : « Si vous avez goûté que le Seigneur est bon. » Ce verset est chanté dans la liturgie arménienne : « Goûtez et voyez : le Seigneur est bon ! Heureux celui qui trouve en lui son refuge ! » Divine Liturgie de l’église apostolique arménienne, 2008, p. 76. La source est en Ps., XXXIV, 9 a : « Goûtez et voyez combien Yahvé est bon. »

18 Mat., V, 37 : « Que votre parole soit oui, oui ; non, non ; le surplus vient du Mauvais » ; Jacq., V, 12 b : « Que votre oui soit oui, que votre non soit non, afin de ne pas tomber sous le coup du jugement. »

19 Comme le souligne Robert W. Thomson (1992, “A Medieval Armenian View of the Physical World : the Cosmology of Vardan Arewelcʽi in his Chronicle”, Revue des études arméniennes, 23, Paris, pp. 191‑208 [p. 191]), depuis Moïse de Khorène, les historiens arméniens ont coutume d’insister sur l’antiquité de la nation arménienne, descendant, par Thorgom, de Japhet et de Noé. On peut ajouter que cette coutume n’est pas isolée, comme le montrent les exemples suivants empruntés à des contextes différents. « “Les Annales dites de Vakhtang”, qui forment la base de l’historiographie géorgienne embrassent l’espace de 80 règnes, en partant du temps du déluge pour aboutir à l’année 1605, selon la teneur vakhtangienne, tandis que dans la rédaction de son fils Vakhouchti, elles s’étendent jusqu’en l’an 1744 », écrit Joseph Karst, 1934, p. 108. Dans sa Description géographique de la Géorgie (ouvrage achevé vers 1745), le prince Vakhouchti (Wakhoucht) écrit également : « Ayant décrit l’origine et la généalogie des Géorgiens, issus de Japhet, fils de Noé, jusqu’à Karthlos et à ses frères […]. » Marie-Félicité Brosset, 1842, Description géographique de la Géorgie par le tsarévitch Wakhoucht publiée d’après l’original autographe, Saint-Pétersbourg : Typographie de l’Académie, p. 5. Le même mode de justification, imité de I Chr., I, 13, a aussi été utilisé en Europe : « La même inspiration animait Raymond Lulle et Nicolas de Cruze, mais, chez Postel, elle s’accompagne de la conviction que la concorde universelle devra se réaliser sous l’égide du roi de France, qui peut légitimement aspirer au titre de roi du monde parce qu’il descend en ligne directe de Noé, étant donné que Gomer, fils de Japhet, serait le fondateur de la souche celtique et gauloise. » D’une façon générale, toute nation européenne se prétend à l’époque la vraie descendante de Japhet. Umberto Eco, 1994, p. 97 et 116‑124. Les francs-maçons également font remonter leur doctrine à Noé et même à Adam. C’est sur ces affirmations que s’ouvrent les Constitutions d’Anderson : James Anderson & Jean-Théophile Désaguliers, 1859, pp. 11‑16 : « Adam […] devait nécessairement avoir les sciences libérales, particulièrement la géometrie, inscrites dans son cœur » (p. 11) ; “Noah and his three sons, Japheth, Shem and Ham, all masons true, brought with them over the flood the traditions and arts of the antedeluvians, and amply communicated them to their growing off-spring […]” (p. 13). Dans le même ordre d’idées, l’ère franc-maçonne (anno lucis, « dans l’année de la lumière ») débute 4000 ans avant l’ère chrétienne et la publication des Constitutions d’Anderson est datée ainsi : “In the Year of Masonry 5723 – Anno Domini 1723.” (Anderson ramène à 4000 av. J.‑C. la date de la création du monde.)

20 Ancêtre éponyme et légendaire d’Arménie. Voir Moïse de Khorène, 1993, I, 1020, p. 120‑126 et passim. Hayk s’illustre notamment dans son combat inégal mais victorieux contre le titan Bél. Hayk est également le nom arménien de la constellation d’Orion. Voir aussi Piège, p. [8], [10], [12][13], et passim.

21 Héros légendaire, descendant de Hayk. Moïse de Khorène, 1993, I, 45, p. 111 ou encore I, 12, p. 126, et Piège, p. [8].

22 Roi d’Arménie lors de sa plus grande expansion, de 94 à 54 av. J.‑C., ibid., I, 2231, p. 140‑151.

23 Roi d’Édesse de l’an 4 av. J.‑C. à 42 apr. J.‑C., ibid., II, 2633, p. 181‑190. Voir également Piège, p. [8]. (Édesse, rebaptisée Urfa [Ourfa] à époque ottomane, est aujourd’hui Şanlıurfa, en Turquie.)

24 Frère de Tigran et père d’Abgar, ibid., II, 24‑25, p. 179‑181.

25 Peut-être Mal., III, 8 a : « Un homme doit-il frauder Dieu ? »

26 Cette orthographe est l’une des multiples variantes de ce nom.

27 La mention « première partie » ne se trouve pas dans l’édition princeps, mais apparaît dans les manuscrits 1477 et 4471 du Maténadaran (les trois autres manuscrits ne comportant que la seconde partie). Elle est introduite ici par commodité. Chahamiryan, trad. Khatchatryan, 2002, p. 253, n. 1.

28 Construite en 1639 par les Britanniques sur un site déjà habité, Madras passe sous contrôle français de 1746 à 1748, puis à nouveau sous le gouvernement de la Compagnie anglaise des Indes orientales. Les Arméniens de Madras sont principalement issus de Perse (en particulier de la Nouvelle-Djoulfa), c’est-à-dire déplacés du Nakhitchevan. Si la présence de marchands arméniens à Madras est attestée à partir de 1666, la colonie se développe surtout au début du xviiie siècle. Voir, au chapitre III : « La présence arménienne à Madras. »

29 L’auteur rejette, à partir d’ici, le pessimisme de la « Lamentation » de Moïse de Khorène pour insister au contraire sur les signes de l’élection du pays d’Arménie, en commençant par la célébration du pays d’Ararat dont les termes sont très voisins de ceux de Ghazar Parpetsi, qui n’est pas cité, mais dont l’Histoire d’Arménie a pu être l’une des « lectures » évoquées dans ce paragraphe. Voir Victor Langlois, 1869, p. 263‑264 : « Province fertile et féconde, très abondante en choses utiles et pourvue des ressources nécessaires à l’homme pour une vie de bonheur et de félicité. Ses plaines sont immenses et regorgent de gibier ; les montagnes d’alentour, agréablement situées et riches en pâturages […]. » Sur les sources du Piège, voir, au chapitre VI : « Historiens et géographes. »

30 Nom du mont Ararat dans les plus anciennes sources arméniennes, situé dans la région d’Ayrarat (Aïrarat). Le nom d’« Ararat » pour désigner cette montagne au double sommet est plus tardif et provient d’une assimilation entre les monts d’Ourartou et « les monts d’Ararat », tels qu’ils sont nommés dans les traductions de l’Ancien Testament où le nom « Ararat » apparaît en Gen., VIII, 4 ; II Rois, xix, 37 ; Tob., I, 21 ; Isaïe, XXXVII, 38 ; Jér., LI, 27. Le premier, semble-t-il, à faire cette assimilation est l’historien Flavius Josèphe (v. 37 v. 100) qui écrit, dans son Histoire ancienne des Juifs, in Jean Alexandre C. Buchon, 1852, Œuvres complètes de Flavius Joseph, Paris : Bureau du Panthéon Littéraire, p. 9 : « […] l’arche s’arrêta sur le sommet d’une montagne d’Arménie » et, dans sa Réponse à Appion, in ibid., p. 832 : « Noé […] se sauva sur le sommet des montagnes d’Arménie. » Dans la traduction OstyTrinquet, on trouve en Gen., VIII, 4 : « Le septième mois, le dix-septième jour du mois, l’arche se posa sur les monts d’Ararat » : Émile Osty & Joseph Trinquet, 1973, La Bible, Paris : Éditions du Seuil.

31 Ces intertitres ne figurent pas dans le texte de l’édition originale, ils sont toutefois de l’auteur, mais proviennent de la table des matières de ladite édition. Ils sont ici placés dans le corps du texte de la première partie pour la commodité de la lecture. Ils pâtissent du même type d’imperfections que le reste de l’ouvrage : quelques erreurs dans les renvois aux pages, coquilles, doubles emplois, découpage inégal, etc. Du reste, dans le ms. 1477 du Maténadaran, réalisé à partir de l’édition princeps, le traducteur, Margar Khodjents, introduit des intertitres bien plus développés qui constituent des têtes de chapitre et sont explicitement présentés comme tels.

32 Région proche du mont Ararat et dont le nom signifie littéralement « première demeure ». La famille Chahamirian, comme la majorité de la population arménienne de Madras, est originaire de la Nouvelle-Djoulfa, donc du Nakhitchevan. Voir, au chapitre III : « La présence arménienne à Madras. »

33 Montagne ou chaîne de montagnes entre le sud-ouest du lac de Van et le Tigre, c’est-à-dire les monts du Sassoun (aujourd’hui en Turquie).

34 Cette expression signifie littéralement : « Vallée d’Arménie » ou « Vallée des Arméniens ». Moïse de Khorène, 1993, I, 11, p. 123 : « Sur le champ de bataille il [Haïk, Hayk] fonde un domaine et l’appelle Haïk’, à cause de sa victoire au combat ; c’est pourquoi ce canton s’appelle aujourd’hui Hayot’s Dzor. »

35 Le nom de cette localité signifie littéralement « Tombeau ». Ce toponyme, d’après Moïse de Khorène (Ibid.) est attribué par Hayk au lieu où il vainquit Bél, dans la région de Hayots Dzor : « Quant à la colline où était tombé Bêl avec ses valeureux guerriers, Haïk [Hayk] la nomma Gérezmank’ [tombeaux] ; aujourd’hui, on l’appelle Gérezmanakk’. »

36 Héros légendaire assyrien, adversaire de Hayk : « Bêl, avec la puissance arrogante et monstrueuse de sa troupe, tel un torrent violent dévalant une pente, se hâtait d’atteindre le territoire où demeurait Haïk [Hayk], confiant dans le cœur et la vigueur de ses guerriers. Là-dessus, le géant sage et réfléchi, à la chevelure bouclée et aux yeux brillants, rassemble en toute hâte ses fils et petits-fils, des hommes vaillants et habiles archers, très inférieurs en nombre, ainsi que les autres troupes qui lui obéissaient. […] L’archer Haïk, comprenant cette manœuvre, se porte en avant, arrive auprès du roi, tend à fond son arc à grande envergure, envoie la flèche à triple empennage sur le plastron couvrant la poitrine de son adversaire, et, ressortant juste entre les deux omoplates, la flèche le traverse et va se ficher dans le sol. Ainsi l’orgueilleux titan s’abat, jeté à terre, et rend l’âme » : Moïse de Khorène, 1993, I, 11, p. 120.

37 « Et eux [trois émissaires d’Abgar], sur le retour, montèrent à Jérusalem pour voir notre Sauveur le Christ, parce qu’ils avaient entendu la rumeur de ses miracles. L’ayant vu de leurs propres yeux, ils racontèrent tout à Abgar. Celui-ci, plein d’admiration, crut sincèrement qu’il était bien le fils de Dieu. » ibid., II, 30, p. 185 et II, 31‑32, p. 186‑187 : « Mais lui, notre Sauveur, au moment où Abgar l’invita, n’accepta pas. Cependant, il [le Christ] daigna l’honorer d’une lettre ainsi conçue : “Bienheureux celui qui croit en moi, alors qu’il ne m’a pas vu, car il est écrit à mon sujet : ‘Ceux qui me voient ne croiront pas en moi, et ceux qui ne me voient pas croiront et vivront.ʼ” »

38 Ibid., II, 91, p. 245 : « Saint Grigor, comme chacun le sait, était du pays parthe, du canton de Pahlav, descendant de la maison royale des Archakouni, par la branche des Sourên, du fait de son père, nommé Anak. » Saint Grigor, Grigor Pahlavouni ou Grégoire l’Illuminateur fut l’évangélisateur de l’Arménie (vers 257‑331).

39 Prince parthe de Perse (iiie siècle) et père de Grégoire l’Illuminateur.

40 Père de Tiridate IV, Moïse De Khorène, 1993, II, 65, p. 218‑219.

41 Référence aux supplices infligés à Grigor par le roi Tiridate : Agathange, 1867, chapitres IIIV.

42 Tiridate IV règne de 298 à 330 et fait du christianisme la religion de l’État, à une date traditionnellement située en 301. Mahé, in Dédéyan, 2007, p. 163 sqq.

43 Vers le golfe Persique, lui-même relié à l’océan Indien.

44 Le dernier État arménien en date est le royaume de Cilicie, dont la chute se produit en 1375. H. Chahamirian consacre le chapitre VII de l’Exhortation à un exposé détaillé des différentes causes qui, selon lui, expliquent la chute de la souveraineté arménienne. Chahamiryan, 1991, p. 157‑187.

45 Le chapitre VIII de l’Exhortation présente une estimation des sommes versées par les populations arméniennes à l’Empire ottoman et à la Perse au titre des impositions. Chahamiryan, 1991, p. 188‑206.

46 Deut., XIX, 15 : « Un seul témoin ne pourra se dresser contre un homme pour quelque faute ou péché que ce soit ; de quelque péché qu’il ait péché, c’est sur le dire de deux témoins ou le dire de trois témoins que le fait sera établi » ; Mat., XVIII, 16 : « S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes, pour que toute affaire soit établie sur le dire de deux témoins ou de trois » ; II Cor., XIII, 1 b : « Toute affaire sera établie sur la parole de deux témoins ou de trois » ; I Tim., V, 19 : « Contre un ancien n’accueille pas d’accusation, si ce n’est sur [le dire] de deux ou trois témoins » ; Héb., X, 28 : « Si quelqu’un rejette la Loi de Moïse, il est impitoyablement mis à mort sur [le dire] de deux ou trois témoins. » Mkhitar Goch reprend cette prescription au chapitre VII de son code. Thomson, 2000, pp. 86‑91.

47 Ces cinq témoignages sont évoqués dans les cinq alinéas précédents.

48 Ps., CXXVII, 1 a : « Si Yahvé ne bâtit la maison, en vain qui bâtit peine. »

49 L’exposé qui va suivre reprend et résume le chapitre V de l’Exhortation (H. Chahamiryan, 1991, p. 54‑121) où l’auteur, partant de l’histoire biblique, développe celle des souverains d’Arménie : rois, satrapes, rois de Cilicie et méliks (seigneurs) du Karabagh. Les auteurs de l’Exhortation et du Piège insistent particulièrement sur l’importance de la connaissance de l’histoire et sur les périodes de souveraineté.

50 Il faut supposer qu’il s’agit de Sem, fils aîné de Noé et non de Seth, troisième fils d’Adam (Gen., V, 3).

51 Moïse de Khorène, 1993, I, 5, p. 111 : « Japhet engendre Gomer ; Gomer engendre T‛iras ; T‛iras engendre T‛orgom ; T‛orgom engendre Haïk ; Haïk engendre Aramaniak » ; Gen., X, 23 et I Chr., I, 56 : « Fils de Japhet : Gomer, Magog, Madaï, Yawân, Toubal, Mèchek, Tiras. Fils de Gomer : Achkenaz, Riphat, Togarma. »

52 Héros légendaire et également éponyme des Arméniens. Voir Piège, p. [13].

53 Jean, VI, 37 b. c : « Et celui qui vient vers moi, je ne le jetterai pas dehors. »

54 Appelé également Vahéos un peu plus loin. Moïse de Khorène ne donne que la forme Vahé : « Vahê, fils de Vahan », Moïse de Khorène, 1993, I, 31, p. 151.

55 Ibid., I, 8, p. 117 : « On dit qu’Archak le Grand, roi de Perse et des Parthes, lui-même de race parthe, s’étant révolté contre les Macédoniens, devint roi de tout l’Orient et de l’Assyrie, tua le roi Antiochos à Ninive et soumit tout l’univers à son autorité. Il fait régner son frère Vaḷarchak sur notre pays d’Arménie, croyant rendre ainsi son propre règne inébranlable. »

56 Artachés III régna de 18 à 35. L’auteur pense plus vraisemblablement à Artachés IV, dernier souverain arsacide, qui régna de 423 à 428.

57 Ou Arsacides, dynastie issue d’Archak. Plusieurs rois perses, parthes et arméniens ont porté ce nom. Archak Ier d’Arménie aurait régné de 52 à 65 et sa dynastie s’est maintenue jusqu’en 428.

58 Le roi Achot II, dit Achot Yerkat (de fer), 914‑929.

59 Ou Bagratide. Le roi Smbat Ier règne de 891 à 914. Les Bagratides se considéraient comme des descendants du roi David, l’auteur semble souscrire à cette croyance par les expressions « s’établit chez nous », « accueillirent » et « hospitalité », signifiant que ces rois sont venus d’ailleurs.

60 Gagik (Gaguik) II Bagratouni règne de 1042 à 1045.

61 Irakli II est issu de la branche géorgienne des Bagratides, famille princière qui restaura déjà les monarchies d’Arménie et d’Ibérie au ixe siècle. Cyrille Toumanoff (1990, p. 167, 210) confirme que ces titres avaient également cours dans le Caucase et qu’ils tendaient « à devenir patronymiques » (p. 23). Les auteurs du Piège ont vu en lui l’un des gouvernants légitimes d’un possible État arméno-géorgien.

62 Rouben Ier règne de 1073 à 1095 sur la Cilicie naissante.

63 Les invasions des Turcs seldjoukides et la chute d’Ani contraignant les populations arméniennes à migrer vers l’ouest, un nouveau royaume arménien se reforme en Cilicie.

64 En 1375, Léon V de Lusignan, appelé également Léon VI d’Arménie ou de Cilicie, perd le trône et est emmené en captivité en Égypte. Son seul enfant légitime, Marie, y meurt en 1381. En 1382, il quitte définitivement le Proche-Orient pour l’Europe. Il meurt en France et son cénotaphe, surmonté d’un gisant, se trouve depuis 1817 parmi ceux des rois français à la basilique-cathédrale de SaintDenis.

65 Un passage comparable figure également dans une lettre de Ch. Chahamirian à Ghoukas de Karin, Raphaël Abrahamyan, 1969, p. 150‑156 (p. 129).

66 Ce sont des familles princières. Les références bibliographiques suivantes ne sont pas exhaustives. Sur les Gnouni, voir par exemple Moïse de Khorène, 1993, II, 78, p. 162 et passim : cette famille possédait la charge d’échanson. Sur les Artsrouni (Ardzrouni), voir Thoma Ardzrouni, in Brosset, 1874, I, p. 12‑63 : cette famille a accédé à la royauté au Vaspourakan (l’une des provinces d’Arménie dans la Géographie dAnania de Chirak, à l’est du lac de Van) au xe siècle. Voir Anania De Chirak, 1979. Sur les Mamikonian, voir Mahé, in Dédéyan, 2007, p. 170‑205 : cette famille a joué un rôle politique du ive au viie siècle, notamment en exerçant la charge de connétable. Sur les Orbélian, voir Robert H. Hewsen, in Dédéyan, 2007, p. 416‑419 : cette famille a exercé le pouvoir en Siounie (Siounik) au xiiie siècle et plusieurs méliks en sont les descendants.

67 « Les discours des sages se discernent d’avec les discours des fols en ce que ceux-là tendent à la paix et ceux-ci à la dispute », Jean Chardin, 1711(a), v, p. 165, « sentences persanes ».

68 Ce thème récurrent apparaît également dans le Piège, p. [13], [53], [75], [76], [81], [337]. Il est déjà très présent dans l’Exhortation (1991, p. 523) et même, antérieurement, chez Mkhitar Goch, pour qui la paresse est l’une des raisons qui rendent nécessaire l’existence d’un recueil de lois écrites précises (Introduction de Mkhitar à son code, chap. II, Thomson, 2000, p. 71.

69 C’est-à-dire « Arméniens » en langue arménienne. La lettre finale du nom de l’ancêtre mythique diffère de celle du mot « Arménien » au pluriel, seule la transcription Hübschmann, Meillet et Benveniste peut rendre ici cette différence.

70 Arméniank. Moïse de Khorène, 1993, I, 12, n. 12 p. 332 : « Le nom Armina et l’adjectif dérivé Arminiya apparaissent pour la première fois dans l’inscription de Darius Ier à Béhistoun vers 520 av. J.‑C. Les Perses ont sans doute emprunté ce nom aux Araméens ; les Grecs l’emprunteront aux Perses, et les Romains aux Grecs. Les Arméniens eux-mêmes se nomment Haï […]. »

71 Le terme « étranger » (այլազգի) signifie littéralement « d’une autre nation » mais, à certaines époques (de domination musulmane), dans la littérature arménienne, il désigne plus spécifiquement les musulmans. Voir, par exemple, Petra Kohoutkovà, 2008, p. 59 sqq. Concernant les réminiscences historiques, l’auteur pense peut-être à quelques « traîtres » célèbres de l’histoire arménienne : Vassak Mamikonian ou Méroujan Artsrouni, au ive siècle, qui se rallièrent à la Perse lors de ses offensives militaires contre les provinces arméniennes.

72 Ps., XLIV, 14 : « Tu fais de nous un opprobre pour nos voisins et une raillerie pour ceux qui nous entourent » ; Ps., LXXX, 7 : « Tu as fait de nous une querelle pour nos voisins, et nos ennemis se moquent de nous » ; Ps., LXXXIX, 41 : « Tous les passants l’ont pillé, il est devenu un opprobre pour ses voisins. » Ces versets sont cités plusieurs fois par Matthieu d’Édesse dans sa Chronique, voir par exemple Édouard Dulaurier, 1858, Bibliothèque historique arménienne, Chronique de Matthieu d’Édesse, avec la Continuation de Grégoire le prêtre, Paris : Durand, p. 126. Ces formules étaient peut-être communément connues. L’auteur adapte le sens de ces psaumes à son propos. Voir également Piège, p. [75] et [76].

73 Cette phrase est une péricope biblique, déjà rappelée, avec une variante, dans l’Exhortation (H. Chahamiryan, 1991, p. 158). Dans ce dernier ouvrage, les péricopes sont explicites et données avec leur référence (la seconde comportant une inversion entre le numéro du livre et celui du verset), à savoir I Rois, VIII, 46 b : « Car il n’y a pas d’homme qui ne pèche » (à laquelle on peut ajouter II Chr., VI, 36) ; Qo., VII, 20 : « Il n’est pas d’homme juste sur la terre qui ne fasse le bien sans jamais pécher. »

74 Ces quelques lignes sont reprises aux pages [47]-[48]. La question est la même, mais la réponse diffère.

75 Ces phrases ressemblent beaucoup à un passage du Bélisaire de Marmontel : « Je lui disais qu’il était bien étrange qu’une multitude d’hommes libres eût jamais pu s’accorder à remettre son sort dans les mains d’un seul homme, d’un homme faible et fragile comme eux, facile à surprendre, sujet à se tromper et en qui l’erreur d’un moment pouvait devenir si funeste ! » : Jean-François Marmontel, 1769, Bélisaire, Lausanne : François Grasset, 1re éd., 1767, Paris : Merlin. On sait que, malgré sa condamnation par la censure, le roman de Marmontel, paru en 1767, a été « traduit dans toutes les langues de l’Europe » : Jospeh-Marie Quérard, 1833. On trouve notamment une traduction anglaise éditée à Londres en 1774, chez John Bell, sa traduction arménienne est publiée à Madras par Chmavonian en 1809. Voir, au chapitre III : « Les publications de l’Imprimerie Chahamirian. »

76 Comme le souligne Thomson (2000, chap. XXI, p. 141), ce postulat n’est pas textuellement dans la Genèse. En revanche, il se trouve clairement dans le code de Mkhitar Goch et dans l’Enseignement de saint Grégoire (« L’homme fut créé à l’image de Dieu, doté de liberté […] ») : Thomson, 1970, p. 47, § 273. On pourrait considérer la liberté comme la condition même du péché : seul un être libre est capable de transgression. Ce n’est toutefois pas dans ce sens que le terme de liberté semble entendu chez Chahamirian, Goch et saint Grégoire, mais plutôt dans le sens d’indépendance originelle vis-à-vis des autres créatures.

77 Gen., I, 28 b : « Fructifiez et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la ; dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tout être vivant qui rampe sur la terre. »

78 Gen., II, 17 : « Mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal tu n’en mangeras pas ; car le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement » ; Gen., III, 3 : « Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas ; sinon vous mourrez. »

79 Pr., IX, 1 : « La Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes », mais, antérieurement aussi Ex., XL, 18 : « Moïse dressa la Demeure, il en mit les planches, il en plaça les traverses et en dressa les colonnes. » L’auteur puise directement à la source biblique, mais les colonnes du temple de Salomon évoquées par les colonnes des temples maçonniques ne sont peut-être pas absentes non plus de son esprit.

80 « Il n’y a d’absolu que le pouvoir des lois », Marmontel, 1769, p. 65.

81 Voir Piège, p. [2], [83], [84] et [337]. Si la première partie de l’ouvrage est l’œuvre de Hakob, la remarque vaut également pour Ch. Chahamirian qui déplore, lui aussi, son manque d’instruction dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787. Yéritsian, 1881, p. 28.

82 Voir Piège, p. [12].

83 Voir Piège, p. [29], [49], [50], [91], [104], art. 519 et p. [337].

84 Luc, XII, 47 : « Cet esclave qui, connaissant la volonté de son seigneur, n’aura rien préparé ou fait conformément à sa volonté, recevra un grand nombre de coups. »

85 Actes, IX, 15 b : « Va car cet homme [Paul] m’est un instrument de choix pour porter mon Nom devant les nations et les rois et les fils d’Israël. »

86 La notion de droit naturel peut être dérivée des Évangiles (par exemple, Rom., II, 1415 a : « Lors donc que ceux des nations qui n’ont pas la Loi pratiquent naturellement ce qu’ordonne la Loi, ceux-là, sans avoir la Loi, se tiennent lieu de Loi à eux-mêmes ; ne montrent-ils pas en effet, inscrite dans leur cœur, l’œuvre voulue par la Loi ? »). Ce passage du Piège pris à la lettre ne semble pas logique car le droit naturel permet justement de fonder la loi sans supposer « le témoignage des saintes Écritures ». On doit logiquement comprendre que tout homme, même sans connaître les Saintes Écritures en tant que telles, a une connaissance intuitive des règles qu’elles contiennent.

87 Voir Piège, p. [9].

88 Gen., II, 7 : « Yahvé Dieu façonna l’homme, poussière tirée du sol, il insuffla sans ses narines une haleine de vie, et l’homme devint un être vivant. »

89 Gen., I, 26‑28 : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les bestiaux, sur toutes les bêtes sauvages et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. » « Dieu les bénit et Dieu leur dit : Fructifiez et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la ; dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tout être vivant qui rampe sur la terre. »

90 Gen., I, 22 b : « Fructifiez et multipliez-vous, remplissez les eaux dans les mers, et que les oiseaux se multiplient sur la terre. »

91 Voir Piège, p. [15].

92 Ps., CIII, 10 : « Il n’agit pas avec nous selon nos péchés et ne nous rend pas selon nos fautes. »

93 Ps., IL, 13‑21 : « L’homme dans son éclat ne comprend pas, il est semblable au bétail qui périt. »

94 Ps., CIII, 13‑14 : « Comme un père fait miséricorde à ses fils, Yahvé fait miséricorde à ceux qui le craignent ; car il sait, lui, de quoi nous sommes formés, il se souvient que nous sommes poussière. »

95 « Le prophète », sans plus de précision, désigne David.

96 Ps., XC, 10 ab : « Le temps de nos années est de soixante-dix ans, de quatre-vingts pour les plus vigoureux. »

97 Mat., VI, 20 : « Amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni mite ni ver n’anéantissent, et où les voleurs ne percent les murs ni ne volent » ; Luc, XII, 33 b : « Faites-vous des bourses qui ne vieillissent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où ni voleur n’approche ni mite ne détruit. »

98 Luc, XVI, 10 : « Qui est fidèle en très peu est fidèle aussi en beaucoup, et qui est malhonnête en très peu est malhonnête aussi en beaucoup. »

99 Luc, XVI, 8 : « Et le seigneur loua le gérant malhonnête d’avoir agi de façon prudente. Car les fils de ce monde-ci sont plus prudents que les fils de la lumière envers ceux de leur génération. »

100 Qo., I, 2.

101 Référence à la bipolarité dans laquelle était prise l’Arménie antique et ancienne (Empires byzantin et perse). Voir également Piège, p. [8], p. [42] et art. 92.

102 « L’aristocratie arménienne a quasiment disparu avec les royaumes médiévaux, décimée dans les combats contre les conquérants, convertie à l’islam et intégrée aux élites arabes, turques ou persanes, ou bien assimilée à la noblesse byzantine ou géorgienne quand elle s’est réfugiée dans les territoires de ces pays voisins, ou encore reconvertie dans d’autres activités, dont le commerce. Des 68 dynasties royales et princières référencées par Toumanoff, 62 ont disparu avant l’an mille », Claire Mouradian, ouvrage à paraître.

103 Voir également p. [41][42], l’image des chevaux et des chiens. Ce discours est récurrent, en dehors même du Piège. Chez Hovhannés Tzaretsi (xvie s.), par exemple, on lit : « Nous sommes depuis longtemps asservis (aux peuples mahométans), nous leur servons de serviteurs, nous sommes battus et nos têtes sont courbées vers le sol. Il n’y a pas de rachat pour le peuple issu de Hayk. Nous souffrons et tentons de fuir, nous sommes contraints de quitter la terre de nos pères et de vivre dispersés à l’étranger. Nos ichkhan (princes) sont aussi leurs sujets, nos églises sont en ruines […] », Kohoutková, 2008, p. 28, trad. Kohoutková. On peut rapprocher ces passages du jugement de Moïse de Khorène sur l’abandon, par Dieu, du « peuple issu de Hayk », jugement relayé par Nersés Chnorhahli (le Gracieux) (catholicos de 1166 à 1173) : « Elle [la colère de Dieu] a aboli notre royaume souverain, nous a livrés à l’épée et à la servitude, nous a dispersés comme les fils de la maison d’Israël et nous a livrés à l’esclavage, au service de toutes les nations. » Vanérian ajoute : « En effet, les princes arméniens mettaient leurs armées au service de toutes les puissances de l’époque » : Mariam Vanérian, s. d., Lettres aux Arméniens, de Nersês Chnorhali, Villeneuved’Ascq : ANRT : http://www.theses.fr/2007MON30025 [consulté le 12 mai 2017] (p. 293). Au-delà de celui que posent les armées mercenaires, c’est le problème plus général de la spoliation de l’ensemble de la population qui est également soulevé.

104 Gal., VI, 10 ab : « Ainsi donc tant que nous en avons le temps, pratiquons le bien envers tous. »

105 Neveu du roi Archak II, tué sur l’ordre de celui-ci. Moïse De Khorène, 1993, III, 23, p. 268 : « Il [Archak] ordonna au même Vardan de tuer Gẹnêl au cours de la chasse, en prétextant que, par accident, il l’avait atteint d’une flèche qui visait une bête. »

106 Mouchegh, fils de Vassak Mamikonian, s’est illustré lors d’une guerre contre les Perses au ive siècle. Moïse de Khorène, 1993, III, 37, 38, p. 282. Le chapitre XI de l’Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens de Mesrop Yerets est consacré à Mouchegh. Mesrop Yerets, 1775, p. 131‑136.

107 Référence possible à Actes, XX, 29 : « Moi je sais qu’après mon départ entreront des loups redoutables qui n’épargneront pas le troupeau » ; ou Sir., XIII, 17 a : « Comment le loup se lierait-il avec l’agneau ? » Voir également Piège, p. [44]. Quoi qu’il en soit, la métaphore est parlante et courante : après le sac de Tiflis sur ordre du chah Agha Mohammed Khan, Irakli écrit : « Les Turcs, leurs gueules ouvertes, nous entourent, les Persans nous regardent comme des lions féroces et les Lezguiens aiguisent leurs dents contre nous, comme des loups affamés. » Voir Mouradian, à paraître.

108 Isaïe, XI, 5 : « La justice sera la ceinture de ses reins, et la sincérité, la ceinture de ses flancs » ; Éph., VI, 14 : « Debout donc ! Ayant aux reins la vérité pour ceinture, pour vêtement la cuirasse de la justice » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet). La cérémonie d’ordination d’un prêtre arménien apostolique comporte les rituels suivants : « Il [l’évêque] lui met derrière le cou le superhuméral auquel est attaché l’amict qui lui tombe sur les épaules, et dit : – Prenez des mains de notre Seigneur Jésus-Christ la cuirasse de la justice. […] Il noue autour de lui la ceinture et, plaçant les deux mains sur sa tête dit : Recevez de l’Esprit-Saint le pouvoir de lier et d’absoudre […] », Issaverdenz, 1876, p. 86.

109 I Pierre, v, 5 ab : « Pareillement, jeunes, soumettez-vous aux anciens. Sanglez-vous d’humilité les uns envers les autres. »

110 Mat., VII, 24 : « Quiconque donc entend ces paroles que je dis et les met en pratique ressemblera à un homme prudent, lequel a bâti sa maison sur le roc » ; Luc, VI, 48 : « Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, approfondi, et posé les fondations sur le roc. La crue survenant, le torrent s’est rué sur cette maison, et il n’est point parvenu à l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie. »

111 Voir Piège, p. [17], [49], [50], [91], [104], art. 510 et p. [337].

112 Cet argument visant à montrer qu’Adam n’a pu recevoir de Dieu un pouvoir monarchique sur les créatures raisonnables semble être un écho à la critique de Locke dirigée contre les thèses absolutistes de Robert Filmer : John Locke, 1997, Deux Traités du gouvernement, Paris : Librairie philosophique Vrin, trad. Bernard Gilson, 1re éd., 1690. Cela n’empêche pas les auteurs du Piège de procéder, à d’autres moments, à la façon de Filmer, en faisant remonter les lignées monarchiques jusqu’à Noé ou Adam ou en comparant l’autorité politique à l’autorité paternelle (Piège, p. [100]). Le fondement de l’autorité politique n’a pas besoin d’être à la fois naturel (ou divin) et contractuel. Cependant, quoique leurs liens soient problématiques, ces différents fondements possibles ne sont pas, dans le Piège, complètement contradictoires entre eux : par exemple, il est dit des anciennes monarchies qu’elles avaient leur légitimité, mais qu’elles ont joué leur rôle historique et ont disparu, la nouvelle légitimité politique ne peut donc plus être dérivée des origines (Piège, p. [12]). Quant à l’autorité paternelle, elle n’est pas présentée comme une autorité naturelle arbitraire, mais comme un pouvoir qui doit, lui aussi, être soumis à des règles.

113 « Dieu est le véritable roi et les hommes ne font que porter ce nom, ils ne sont pas de véritables rois », écrit Mkhitar Goch au chapitre II de son code. Thomson, 2000, p. 112. Thomson met cette affirmation en relation avec les Psaumes, où l’idée paraît différente, par exemple, Ps., XLVII, 3 et 8 b : « Car terrible est Yahvé, le Très-Haut, grand roi de toute la terre » ; « Car Dieu est roi de toute la terre. » On peut également songer à Ps., LXXIV, 12 : « Dieu est mon roi » et à Ps., XCIX, 1 a : « Yahvé règne ! Les peuples frémissent », etc.

114 Par exemple Luc, XVII, 27 : « On mangeait, on buvait, on prenait femme ou mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et vint le déluge, qui les fit tous périr » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

115 Mat., XXV, 34, 41 et 46 : « Alors le Roi [le Fils de l’homme] dira à ceux qui seront à sa droite : venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde » ; « Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : Allez loin de moi, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges » ; « Et ils s’en iront, ceux-là au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

116 « Mystère profond, incompréhensible, éternel ! Tu as paré en chambre nuptiale de la lumière inaccessible ton royaume céleste […] », Divine Liturgie de l’église apostolique arménienne, 2008, p. 6.

117 Mat., V, 36 : « Ne jure pas non plus par ta tête, parce que tu ne peux rendre un seul cheveu blanc ou noir. »

118 Ps., XXXVII, 35‑36 : « J’ai vu le méchant, le violent, se dresser comme un cèdre du Liban. J’ai passé : voilà qu’il n’était plus, je l’ai cherché : on ne le trouvait pas ! »

119 Mat., XIII, 24 b-26 : « Le royaume des Cieux, dit-il, ressemble à un homme qui avait semé de la bonne semence dans son champ. Mais pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Lorsque la plante eut poussé et fait du fruit, alors apparut aussi l’ivraie. »

120 Voir Piège, p. [27].

121 Par exemple, Ps., XXVIII, 4 a : « Donne-leur selon leur conduite. »

122 Mat., XX, 26 b-27 : « Celui qui parmi vous veut devenir grand sera votre serviteur, et celui qui parmi vous veut être le premier sera votre esclave » ; Mat., XXIII, 11 : « Le plus grand d’entre vous sera votre serviteur » ; Mac., X, 43 b-44 : « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur, et celui qui parmi vous veut être le premier sera l’esclave de tous. » ; Luc, XXII, 26 b : « Que le plus grand parmi vous devienne comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert. »

123 Moïse De Khorène, 1993, I, 8, p. 117 : « Vaļarchak, ayant ordonné son domaine avec grandeur et raffermi son royaume, eut le désir de savoir qui étaient les hommes qui avaient dominé avant lui le pays d’Arménie, quel caractère ils avaient et s’il avait pris la place de preux ou de lâches. »

124 Ibid., II, 3, p. 158 : « D’abord, il [Vaļarchak] récompense les services de cet homme puissant et sage, Chambat Bagarat, qui était juif. Il lui confère, à lui et à ses descendants, le privilège d’être les “Couronneurs de rois” Archakouni. Il accorde à sa lignée le droit de s’appeler Bagratouni, d’après son nom : c’est aujourd’hui une grande maison dynastique de notre pays. En effet, ce Bagarat s’était dévoué volontairement au service de Vaļarchak, avant la guerre d’Archak contre les Macédoniens, et il faisait partie de la cour du roi. Ensuite Vaļarchak le fait gouverneur et prince de onze mille hommes dans les régions occidentales, là où l’on cesse de parler arménien. »

125 La dynastie roubénienne est l’une de celles qui régnèrent à partir du xie siècle sur la Cilicie.

126 Sur l’explication de la métaphore : « Il faut savoir qu’en Perse, il n’y a ni postes réglées, ni voitures, ni commodités publiques, pour entretenir la correspondance d’une ville à l’autre ; mais s’il y a quelque ordre à donner dans les provinces, ou quelques lettres de conséquence à envoyer, on se sert d’un Tchapar. Ce courrier doit, à chaque deux lieues, changer de cheval ; et comme il n’y a pas de relais établis, s’il rencontre sur sa route un cavalier mieux monté que lui, il est en droit de lui prendre son cheval, en l’avertissant qu’il le laissera dans un endroit qu’il lui nomme […] », Jacques Villotte, 1730, p. 180‑181. Voir également Paul Lucas, 1704, Voyage du sieur Paul Lucas au Levant, Paris : Guillaume Vandive, III, p. 30‑31. Sur le sens de ce passage, voir l’image des métayers, p. [25].

127 L’auteur pense peut-être aux années 1095 à 1145, de la première croisade aux dévastations de la Cilicie à la fois par Byzance et les Turcs seldjoukides. Les rois de Cilicie, en s’alliant aux Francs, ont été instrumentalisés par eux, selon Chahamirian. Voir, par exemple, la Chronique de Mathieu d’Édesse (IIe part., chap. cl sqq. in Dulaurier, 1858, p. 212 sqq.).

128 Pour Rome, l’Église arménienne était schismatique, mais la réciproque n’est pas vraie : “The Armenian Church does not look upon the Catholic, Greek, or Anglican Churches as schismatic, hence she does not resort to re-baptism or re-ordination, when a member of the above churches is admitted to his fold”, Garegin Johannes, 1925, The Armenian Church, Calcutta : The Statesman Press, p. 53.

129 Peut-être Jean, XII, 25 : « Qui aime sa vie la perd, et qui hait sa vie en ce monde la conservera pour la vie éternelle. » Ce verset est repris dans la liturgie apostolique : Divine Liturgie de l’Église apostolique arménienne, 2008, p. 86. L’idée d’une mort digne préférable à une vie malheureuse se trouve également chez Moïse de Khorène, 1993, III, 68, p. 321.

130 Ce mot peut aussi avoir le sens de « musulmans ».

131 Voir Piège, p. [26].

132 Sur les alliances et trahisons entre les méliks, voir Raffi, 2010. Sur les conversions au catholicisme, le nombre et la virulence des missions catholiques auprès des Arméniens apostoliques à la Nouvelle-Djoulfa, voir par exemple : Gabriel de Chinon, 1671 ; Philippe Avril, 1693, « Relation de ce qui s’est passé à Julfa à la publication du Jubilé, l’an 1691 », in Voyage en divers États d’Europe et d’Asie, Paris : Jean Boudot, p. 322‑342 ; Villotte, 1730 ou Baibourtyan et ses sources : Vahan Baibourtyan, 1964, « Նոր Ջուղայի հայկական գաղութը եւ կաթոլիկ միսիոներների կազմակերպութիւնները » (La colonie arménienne de la Nouvelle-Djoulfa et les congrégations de missionnaires catholiques), Haykakan Kh.S.H. guitouthyounneri Akademiayi téghékaguir, 9, p. 39‑51. Les missions seront aussi présentes à Madras, comme celle des Capucins, qui feront édifier leur cathédrale précisément dans la « rue des Arméniens » : Henry Davison Love, 1913, III, p. 294, avec, du reste, des dons provenant en partie d’Arméniens catholiques ou proches de l’Église romaine. Petrus Voskan (lui-même catholique) en fut l’un des principaux contributeurs : Glyn Barlow, 1921, pp. 19‑20 ; Love, 1913, II, p. 39. Aux congrégations « classiques » se joindront les mekhitaristes qui « inonderont » les apostoliques de l’Inde de publications religieuses, d’ailleurs frappées d’anathème par le catholicos Siméon : Sebouh Aslanian, 2004(b), pp. 48‑49. Sur l’attrait et l’ampleur des conversions à l’islam, voir Piège, art. 6, Ina Baghdiantz Mccabe, 1997, “The Socio-Economic Conditions in New Julfa post 1650 : The Impact of Conversions to Islam on International Trade”, Revue des études arméniennes, nº 26, Paris, p. 367‑396 et Sussan Babaie, Kathryn Babayan, Ina Baghdiantz Mccabe & Massumeh Farhad, 2004, Slaves of the Shah, New Elites of Safavid Iran, London/New York : I. B. Tauris.

133 Mat., XI, 29 b : « Parce que je [le Christ] suis doux et humble de cœur. » Cette péricope est prononcée par le prêtre lors de l’office des défunts, à la fin de la liturgie apostolique, Divine Liturgie de l’Église apostolique arménienne, 2008, p. 83.

134 Marmontel (1769, p. 205) évoque déjà « le bonheur de vivre sous la tutelle inviolable des lois ».

135 Ex., XXI, 23‑27 : « Mais s’il y a dommage, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. Si un homme frappe l’œil de son esclave ou l’œil de sa servante et le lui fait perdre, il le renverra libre, pour son œil. Si c’est une dent de son esclave ou une dent de sa servante qu’il fait tomber, il le renverra libre, pour sa dent » ; Deut., XIX, 21 a : « Ton œil sera sans merci : vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied » ; Mat., V, 38 : « Vous avez appris qu’il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet). Voir également Piège, p. [54] et [77].

136 Ce passage reprend le début de la p. [15].

137 Voir Piège, p. [37].

138 En arménien (toun : « maison » peut aussi parfois signifier : « chambre »). Cette expression récurrente qui désigne la Chambre des représentants (salle où siègent les élus ou, par métonymie, Assemblée des représentants) peut provenir de l’une des références bibliques du Piège (Pr., IX, 1) : la maison de la sagesse, dont les colonnes sont les membres du Conseil, ou encore, des expressions anglaises House of Commons, House of Lords. La composition de cette chambre, ses pouvoirs et ses obligations sont précisés tout au long de cette seconde partie du Piège.

139 Peut-être une réminiscence de Pr., VIII, 11 : « Car meilleure que les perles est la sagesse et aucun joyau ne l’égale. »

140 « Au xviie siècle, les Arméniens de Djoulfa importaient des lunettes, des télescopes, des horloges […] en Iran […] », Ina Baghdiantz Mccabe, 2006, “Silver in Iran’s Early Modern State-Building”, XIVth International Economic History Congress, Helsinki, p. 6. Pour le xviiie siècle, la lecture des annonces de l’India Gazette des années 1780, par exemple, montre que les objets techniques de ce type sont largement répandus dans les villes de l’Inde. On y vend même des instruments scientifiques.

141 Voir Piège, p. [17], [29], [50], [91], [104], [337] et art. 519.

142 Peut-être II Mac., XIV, 42 : « Préférant mourir noblement plutôt que de tomber entre des mains scélérates et de subir des outrages indignes de sa noblesse. »

143 Voir Piège, p. [18].

144 Jean, I, 12 ab : « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. »

145 Voir Piège, p. [24]. Référence à Luc, XVI, 8.

146 Mat., VII, 911 : « Ou quel est l’homme d’entre vous à qui son fils demanderait du pain et qui lui remettrait une pierre ? Ou encore, s’il demandait un poisson, lui remettrait-il un serpent ? Si donc vous, mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui [les] lui demandent. »

147 Peut-être Rom., II, 5 b.c8 : « Tu amasses contre toi un trésor de colère pour le jour de colère où se révélera le juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses œuvres : vie éternelle à ceux qui, par leur constance dans la pratique du bien, recherchent gloire, honneur et incorruptibilité ; mais aux gens de dispute et qui, indociles à la vérité, sont dociles à l’injustice, colère et fureur » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

148 Voir Piège, p. [23].

149 Voir art. 59 et 61.

150 Jean, X, 11‑12 : « Moi je suis le Berger, le bon [berger]. Le berger, bon [berger] livre sa vie pour les brebis. Le mercenaire, celui qui n’est pas berger, à qui n’appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse là les brebis et s’enfuit : et le loup les emporte et les disperse. »

151 Dans la seconde partie du Piège.

152 Ce lien affectif avec la loi rappelle l’ensemble du Psaume CXIX, « Éloge de la Loi », par exemple CXIX, 16 a : « En ta Loi je trouve mes délices » ; CXIX, 20 : « Mon âme est broyée de désir pour tes règles en tout temps » ; ou 32 : « Dans la voie de tes commandements je cours, car tu me dilates le cœur » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

153 Voir Piège, p. [47] et [77].

154 Peut-être Rom., V, 12 : « Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde et, par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé à tous les hommes parce que tous ont péché. »

155 Les exemples, en effet, ne manquent pas : de Caligula, assassiné en 41 par les soldats de sa garde, à Nadir Chah, assassiné en 1747 après avoir suspecté son fils aîné de conspiration contre lui et lui avoir fait crever les yeux, etc.

156 La Grande-Bretagne a déjà adopté des textes comme la Grande Charte (1215), la Pétition des droits (1628) et la Déclaration des droits (1689) qui font d’elle une monarchie constitutionnelle et parlementaire. Pourtant, la représentation du mode de gouvernement britannique affichée par l’auteur est très idéalisée. Certes, d’un côté, certains auteurs, comme Mattison Mines, 2001, “Courts of Law and Styles of Self in Eignteenth Century Madras : From Hybrid to Colonial Self”, Modern Asian Studies, Cambridge University Press, vol. 35, nº 1 (Feb. 2001), p. 33‑74 (p. 38‑39), parlent d’une « nouvelle attitude législative » au xviiie siècle, s’appuyant en particulier sur la procédure d’impeachment engagée en 1787 contre Warren Hastings, gouverneur général de l’Inde, par une commission parlementaire comprenant entre autres l’implacable Edmund Burke. La ligne de défense de Hastings, soutenant que ses irrégularités ont été commises dans l’intérêt même de la Compagnie, ne lui ont pas épargné les poursuites. Cependant, d’un autre côté, cette vision idéaliste est battue en brèche, dès cette époque, par des mises en cause récurrentes telles que les accusations de corruption des élections au Parlement. Voir, par exemple, Pierre-Jean Grosley, 1774, Ouvrage d’un Français augmenté, dans cette édition, des notes d’un Anglais, Neuchâtel (sans nom d'éditeur), t. I, p. 342‑343. L’une des accusations les plus citées concerne justement Rumbold, gouverneur de Madras de 1777 à 1780. Voir A Key of Both Houses of Parliament, Consisting of Alphabetical Notices of the Lords and Commons of Great Britain and Ireland, 1832, London : Longman, Rees, Orme, Green and Long : https://lc.cx/dxFy [consulté le 20 février 2017] (p. 398) et Elizabeth Ann Rumbold, 1868, A Vindication of the Character and Administration of Sir Thomas Rumbold, Bart., Governor of Madras in 1778‑1780, from the Misrepresentations of Colonel Wilks, Mr. Mill, and Other Historians of British India, including an Examination of Mr. Hastings Relations with Sir Thomas Rumbold. London : Longmans, Green, Reader and Dyer. Il est peut-être imprudent de généraliser et les hommes intègres ont pu, comme toujours, être contemporains de pratiques illicites. Il est possible également que la représentation des auteurs du Piège à propos des mœurs politiques britanniques doive quelque chose aux récits d’Emin, qui a personnellement connu Edmund Burke. Voir, par exemple : Stépan Balassanian, 1856, « Յովսեփ Էմին եւ Էտմոնդ Բըրք » (Joseph Emin et Edmund Burke), Massiats Aghavni, Paris, octobre 1856. Achot Hovhannissyan, 1960, « Էդմոնդ Բըրկը Յովսեփ Էմինի մասին » (Edmund Burke à propos de Joseph Emin), Haykakan Kh.S.H. guitouthyounneri akademiayi téghékaguir, Erevan, 12, p. 61‑65. Emin, 1918.

157 Edward Raphael, marchand de Madras contemporain de Chahamirian, prévoit, parmi ses dispositions testamentaires, le financement d’une traduction arménienne et d’une publication de l’Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium c’est-à-dire jusqu’à la fin de la république, de Charles Rollin (en 16 vol. in octavo) par les frères mekhitaristes de Trieste (Edward Raphael, 1792, “The Will of Edward Raphael, Armenian Merchant”, Madras, Public Record Office, London, The National Archives, référence : Prob 11/1221, p. 173 ; Testament établi en 1789). Charles Rollin, 1741, Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium c’est-à-dire jusqu’à la fin de la république, Paris : Veuve Estienne. Artachés Karinyan, 1956‑1960, Ակնարկներ հայ պարբերական մամուլի պատմության (Aperçus sur l’histoire de la presse périodique arménienne), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, t. I, p. 151.

158 Dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Yéritsian, 1881, p. 25), Ch. Chahamirian les nomme également Rome et Julius (ce dernier nom orthographié Iouloss dans le Piège et Elos dans la lettre précitée).

159 Le paradoxe d’un « brigandage correct » (p. [61]) se trouve déjà chez Montesquieu (1951[b], p. 72) qui, s’appuyant sur Polybe, écrit : « Rome était une ville sans commerce et presque sans arts, le pillage était le seul moyen que les particuliers eussent pour s’enrichir. On avait donc mis de la discipline dans la manière de piller […]. Le butin était mis en commun, et on le distribuait aux soldats : rien n’était perdu, parce qu’avant de partir, chacun avait juré qu’il ne détournerait rien à son profit. Or, les Romains étaient le peuple du monde le plus religieux sur le serment, qui fut toujours le nerf de leur discipline militaire. » Polybe, 1847, Histoire générale, t. II, Paris : Adolphe Delahays : https://lc.cx/dfMn [consulté le 12 mai 2017] (Livre X, XVI).

160 Référence, bien sûr, à l’enlèvement des Sabines.

161 Montesquieu (1951[b], p. 101) donne une interprétation moins « romantique » : « Quoique le titre de leur allié fût une espèce de servitude, il était néanmoins très recherché ; car on était sûr qu’on ne recevrait d’injures que d’eux, et l’on avait sujet d’espérer qu’elles seraient moindres : ainsi, il n’y avait point de services que les peuples et les rois ne fussent prêts à rendre, ni de bassesses qu’ils ne fissent pour l’obtenir. »

162 Montesquieu (1951[b], p. 122) explique que « Romulus ne permit que deux sortes d’exercices aux gens libres : l’agriculture et la guerre ». « Les citoyens romains regardaient le commerce et les arts comme des occupations d’esclave ; ils ne les exerçaient point » (ibid.).

163 Il s’agit de Cincinnatus. Voir Joël Schmidt, « Cincinnatus Lucius Quinctius (– ve s.) », Encyclopædia universalis : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cincinnatus-lucius-quinctius [consulté le 4 janvier 2017].

164 Lors de la cérémonie militaire du triomphe.

165 Voir Piège, p. [27].

166 Dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Yéritsian, 1881, p. 26), Ch. Chahamirian écrivait également : « Ne soumets ton peuple qu’à ses lois et libère-le de toute servitude envers un être humain, spécialement d’un maître tyrannique et d’un pouvoir autocratique. »

167 Vraisemblablement Sénèque l’Ancien (ou le Rhéteur ; vers 54 av. J.‑C.– vers 39 apr. J.‑C.), père du philosophe stoïcien Sénèque (4 av. J.‑C. – 65 apr. J.‑C.), lui-même un temps précepteur et conseiller de Néron avant d’être acculé au suicide par ce dernier.

168 Moïse De Khorène, 1993, II, 30, p. 185 : « Celui-ci [Abgar], plein d’admiration, crut sincèrement qu’il était bien le fils de Dieu et dit : “Ces prodiges ne sont pas d’un homme, mais de Dieu ! Car nul parmi les hommes ne peut ressusciter les morts, mais seulement Dieu !” Et comme son corps était miné de cruelles douleurs qu’il avait contractées au pays des Perses sept ans auparavant et qu’il n’avait pu trouver aucune médecine humaine, il lui fit porter, pour le supplier de venir le guérir de ses maux, une lettre […]. »

169 C’est-à-dire Thaddée.

170 Moïse De Khorène, 1993, II, 33, p. 187‑188 : « Après l’Ascension de notre Sauveur, l’apôtre Thomas, l’un des Douze, envoya Thaddée, l’un des Soixante-Dix, dans la ville d’Édesse, pour guérir Abgar et annoncer l’Évangile selon la parole du Seigneur. […] Abgar lui-même et toute la ville reçurent le baptême. »

171 Ibid., II, 34, p. 190 : « Après la mort d’Abgar, le royaume d’Arménie est partagé en deux : son fils Ananoun couronné roi d’Édesse et son neveu Sanatrouk, roi d’Arménie. » Chahamirian ne mentionne ici la légende de Sanatrouk et de Thaddée que pour illustrer ses affirmations touchant les défauts humains. Cette légende, et ce qu’elle reflète de réalité, a fait l’objet d’une analyse approfondie de Michel Van Esbroeck , 1972, « Le roi Sanatrouk et l’apôtre Thaddée », Revue des études arméniennes.

172 Moïse De Khorène, 1993, II, 30, p. 190‑191 : « […] la venue de l’apôtre Thaddée en Arménie, la conversion de Sanatrouk, son apostasie par crainte des dynastes arméniens, le martyre de l’apôtre et de ses compagnons dans le canton de Charvarchan […]. »

173 Ibid., II, 33, p. 187 : « […] Thaddée commença à lui enseigner l’Évangile, à lui-même et à sa ville. Il lui imposa les mains et le guérit. […] Tous les malades et infirmes qui étaient dans la ville, il les guérit aussi. Tous crurent. »

174 Dans la médecine grecque, la théorie des quatre humeurs mentionne la bile, le flegme, le sang et l’atrabile (et non pas le « vent »). Chahamirian a un souvenir de la correspondance établie entre les humeurs et les quatre éléments du macrocosme (flegme et eau, sang et air, bile et feu, atrabile et terre). Leurs propriétés sont respectivement le froid, la légèreté, la chaleur, la pesanteur. Ces conceptions étaient connues des auteurs arméniens médiévaux tels qu’Anania de Chirak ou Vardan Areveltsi et Amirdovlat d’Amasée (xve siècle). Mais, si l’on réfère la présentation de Chahamirian à ses croyances issues de la médecine grecque, une question se pose : pourquoi le « vent » ? Certes, dans les sources arméniennes, l’air est parfois nommé « vent » (Thomson, 1992, p. 191‑208). Mais comme l’air est mis en correspondance avec le sang et que celui-ci est explicitement nommé dans la liste de Chahamirian, cette explication serait insuffisante. En revanche, on sait que le « vent » est l’une des trois humeurs définies par la médecine ayurvédique, où l’équilibre entre « trois humeurs : la bile, le flegme et le vent ou pneuma […] définit la santé » et où la perturbation due au « vent » provoque, par exemple, les rhumatismes : Francis Zimmermann, 1989, Le Discours des remèdes au pays des épices. Enquête sur la médecine hindoue, Paris : Payot, coll. « Médecine et société », p. 19, 21‑22 et passim. L’auteur du Piège a amalgamé les deux théories des humeurs, qui présentent, du reste, des analogies ou « des échanges intellectuels présumés » (Ibid., p. 21‑22, 60, 177‑187 et passim). Voir également Piège, p. [3].

175 Mat., XV, 14 b : « Or, si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou » ; Luc, VI, 39b c : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous les deux dans un trou ? »

176 Voir Piège, p. [23].

177 Voir Piège, p. [18].

178 Madras est un port. D’une façon générale sur le climat, les maladies et la mortalité, voir le Dr Godineau, dont l’étude, quoiqu’un peu ultérieure à l’époque de Chahamirian et consacrée à Karikal, fournit de nombreuses et précieuses informations : L. Godineau, 1858, Études sur l’établissement de Karikal, Paris : J.‑B. Baillière et Fils : https://lc.cx/dfhP [consulté le 12 mai 2017].

179 Voir Arakel de Tabriz, in Brosset, 1874, I, p. 296‑303.

180 Voir Piège, p. [18].

181 Le sens probable de ce passage est : manger pour assouvir sa faim ne peut être considéré comme un péché de gourmandise et aimer (plus loin : « se marier ») ne peut être considéré comme un cas de luxure ; se vêtir n’est pas non plus un crime, bien que le vêtement trahisse la honte, la perte de l’innocence originelle (Gen., III, 11).

182 Voir Piège, p. [14] et [76].

183 Cette périphrase désignant les Arméniens se trouve également dans le Guide, Thorgom étant le père de Hayk : Ch. Chahamirian, 1783, p. 74. Concernant les qualificatifs offensants, les exemples sont nombreux, ainsi Pietro Della Valle, 1662, Les fameux voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, avec un dénombrement exact de tout ce qu’il y a de plus curieux et remarquable qui se voit dans la Turquie, la Perse et les Indes orientales…, Paris : Gervais Clouzier, table et p. 181, mentionne le terme ghiaurs : « nom que les Turcs donnent par mépris aux chrétiens » ; Jean De Thévenot, 1727, L. II, p. 372, ajoute que les Persans disent des chrétiens « qu’ils sont medgis, c’est-à-dire impurs » et Avetoom le confirme : “They [Persians] called them [Christians] kafirs or ’unbeleavers’”, C. J. Avetoom, 1932, New Julfa, Cheschire : “News” Office, p. 13. (Ghiaur et kafir sont le même mot, avec des prononciations et des transcriptions différentes.)

184 Voir Piège, p. [14] et [75].

185 Mat., V, 33‑34 a : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras pas, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de tes serments. Et moi, je vous dis de ne pas jurer du tout » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

186 Lév., XIX, 18 b : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » ; Mat., VII, 12 : « Donc, tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, pareillement vous aussi faites-le pour eux ; car c’est cela, la Loi et les Prophètes » ainsi que Marc, XII, 31, Mat., XXII, 39 b, XII, 31 ; Luc, VI, 31, X, 27, etc.

187 Voir Piège, p. [47] et [54].

188 Isaïe, X, 12‑14 : « Or, quand le Seigneur aura achevé toute son œuvre sur le mont Sion et à Jérusalem, il sévira contre le fruit du cœur arrogant du roi d’Assour et contre l’insolence de ses regards altiers. Car il a dit : C’est par la vigueur de ma main que j’ai agi, par ma sagesse aussi, car je suis intelligent ! J’ai déplacé les frontières des peuples et pillé leurs réserves : comme un puissant, j’ai mis à bas ceux qui trônaient. Ma main a saisi comme un nid les richesses des peuples ; comme on ramasse des œufs abandonnés, j’ai ramassé, moi, la terre entière, et nul n’a remué l’aile, ouvert le bec, poussé un pépiement ! »

189 Voir Piège, p. [46].

190 La tripartition courante dans les sociétés indo-européennes, selon Georges Dumézil, distingue entre les fonctions spirituelles, militaires et productrices. Ici s’ajoute la maîtrise des arts et la sagesse. Cette catégorie supplémentaire manifeste la préoccupation récurrente de l’auteur concernant les savoirs et les techniques, notamment les innovations : voir art. 70 (fin), 73, 127, 502 et passim.

191 Jean, X, 11 : « Moi, je suis le Berger, le bon [berger]. Le berger, le bon [berger] livre sa vie pour les brebis. »

192 Jean, VI, 37 : « Tout ce que me donne le Père arrivera vers moi, et celui qui vient vers moi, je ne le jetterai pas dehors. »

193 Voir par exemple Pr., III, 12 : « Car Yahvé réprimande celui qu’il aime et comme un père le fils qu’il chérit » ; Héb., XII, 67 : « Car celui qu’aime le Seigneur, il le corrige ; il fouette tout fils qu’il accueille ! C’est pour votre correction que vous endurez ; c’est en fils que Dieu vous traite. Quel est donc le fils que ne corrige son père ? » ; Héb., XII, 10 : « Ceux-là, en effet, nous corrigeaient pour peu de jours, comme bon leur semblait ; lui [Dieu], c’est pour notre profit, pour que nous participions à sa sainteté » ; Ap., III, 19 a : « Moi, tous ceux que j’aime, je les reprends et les corrige » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet).

194 On peut rapprocher ce passage du Commentaire du Cantique des cantiques, de Grégoire de Narek, Pétrossian, 2010, p. 278‑279 : « Même après avoir mangé le fruit, il [Adam] ne perdit pas tout à fait l’esprit [prophétique]. » L’auteur, ici, « laïcise ».

195 Luc, XV, 18‑19 : « Je veux partir, aller vers mon père et lui dire : Père, j’ai péché contre le Ciel et envers toi ; je ne suis plus digne d’être appelé ton fils, traite-moi comme l’un de tes mercenaires » ; et plus généralement Luc, XV, 11‑32.

196 Luc, XVI, 8, et voir Piège, p. [24].

197 Souvenir de Gen., III, 4, où Adam et Ève écoutent au contraire les paroles tentatrices du Serpent.

198 Piège, p. [27].

199 Ibid., p. [2] et [17], puis [84] et [337].

200 C’est-à-dire « éloquent » (ոսկեբերան [voskébéran], traduction littérale du grec « Chrysostome »).

201 Source possible dans le Commentaire du Cantique des cantiques, de Grégoire de Narek, Pétrossian, 2010, p. 277 : « Le bienheureux Jean (Chrysostome), le Docteur universel, déclare à ce propos que si nous avions suivi une conduite aussi sainte, nous n’aurions pas eu besoin de l’Écriture, comme (ce fut le cas pour) Noé, Abraham, ses fils et ses petits-enfants, Job, Moïse et les Apôtres : au lieu de l’Écriture, il (l’Esprit) habitait dans leurs cœurs et non pas dans les livres. »

202 L’auteur cite ici des paroles prononcées par le prêtre dans la liturgie apostolique : « Rends-nous dignes de te glorifier, en te rendant grâce, avec le Fils et le Saint-Esprit, maintenant et toujours, dans l’éternité de l’éternité », Divine Liturgie de l’Église apostolique arménienne, 2008, p. 9‑10, 79 et 81. La source peut être en Jude, I, 25 : « Au Dieu unique, notre Sauveur par Jésus‑Christ, notre Seigneur, gloire, majesté, domination et pouvoir, avant tous les âges, et maintenant, et pour tous les siècles ! Amen. »

203 Ces trois exemples pourraient être des phrases familières au lecteur du xviiie siècle, mais il est difficile d’en retrouver la provenance exacte. Deux, au moins, des personnages cités sont historiques : Vardan et Basile. Vardan Mamikonian, petit-fils du catholicos Sahak Barthev, est dépêché par celui-ci pour accompagner Mesrop Machtots dans une mission auprès de l’empereur Théodose et reçoit de celui-ci le titre de stratège (« stratélate »), Moïse de Khorène, 1993, III, 57‑58, p. 304‑307. Basile de Marach (ville du nord de la Cilicie) pourrait être Kôgh’Vasil (Matthieu d’Édesse in Dulaurier, 1858), qui se rendit maître de Marach et vainquit les Seldjoukides en 1109. Quant à Manassé, serait-il le fils de Joseph, roi à Jérusalem, dont il est dit en II Chr., XXXIII, 11 b : « Ils prirent Manassé avec des crocs, le lièrent d’une double chaîne de bronze et l’emmenèrent à Babel » ?

204 Ces termes sont tout de même donnés par l’auteur en arménien dans le texte. Veut-il dire que ces mots sont rarement employés en arménien mais plus fréquemment en turc ou en persan, par lui-même comme par ses contemporains ? A-t-il demandé à un arménophone averti l’équivalent arménien de mots qu’il utilise d’habitude en persan ou en turc pour les noter ici dans leur forme arménienne, sachant que ces mots arméniens sont très souvent employés dans le Piège ? Peut-être veut-il tout simplement dire qu’il ignore beaucoup de mots techniques (comme ceux qui désignent des armes et des équipements militaires) qui existent pourtant en arménien et que c’est le cas pour la majorité des Arméniens, autrement dit, que les Arméniens ne connaissent plus leur propre langue, thème récurrent dans l’ouvrage.

205 L’auteur manifeste un constant souci de rationalisation par uniformisation : uniformisation de la terminologie et des poids et mesures (comme ici ou dans les art. 105 et 106), de la notation des chiffres (art. 278), du calendrier (art. 103), de la façon de compter les heures (art. 102), des calibres (art. 64, 68, 117), etc. La justification en est précisée dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 60) : la coexistence d’habitudes différentes cause toutes sortes d’incertitudes et de malentendus.

206 Tous ces termes désignent le pouvoir à des niveaux divers, dans des langues et des aires culturelles diverses ; ainsi, réis (raïs, « chef » en arabe) semble plutôt en usage chez les Seldjoukides, mélik (malik, « roi, prince » en arabe) et kalantar (« prévôt ») dans la Perse safavide ou encore kéofkha (« chef de village » en arménien dialectal). Hratchya Atcharyan, 1913, Հայերենի գաւարական բառարան (Dictionnaire [du langage] provincial arménien), Éminian azgagrakan joghovatzou, vol. IX, Tiflis (sans nom d'éditeur), p. 226‑227. Jaubert le définit comme une « espèce d’officier municipal, élu par les habitants » : Amédée Jaubert, 1821, Voyage en Arménie et en Perse fait dans les années 1805 et 1806, Paris : Pélicier et Nepveu, p. 25.

207 D’après Atcharyan, « boisseau » : Hratchya Atcharyan, 1902, թուրքերէնի փոխարեալ բառեր հայերէնի մէջ (Les mots empruntés au turc dans la langue arménienne), Éminian azgagrakan joghovatzou, vol. III, Moscou/Vagharchapat (sans nom d’éditeur). D’après Harouthiouniantz, mesure en usage dans l’Empire ottoman équivalant à 16 litres de pain ou à la surface de terre sur laquelle il est possible de planter un kila de blé. M. Harouthiouniantz, 1912, Բացատրական բառգիրկ օտարազգի բառերի եւ օտարագիր բառերի ու դարձւածների որոնք գործածական են հայոց գրականութեան մէջ (Dictionnaire explicatif des termes et expressions de langues et caractères étrangers usités dans la littérature arménienne), Alexandropol : Imprimerie Sanoyantz, p. 380.

208 S’il s’agit du girä (transcription allemande) ayant cours au Caucase, cette mesure équivaut à 103,37 kg. Gustav Wagner & Friedrich Anton Strackerjan, 1855, Compendium der Münz, Maass, Gewichts und Wechselcours-Verhältisse sämmtlicher Staaten und Handelsstädte der Erde, Leipzig : Druck und Verlag von B. G. Teubner, p. 277.

209 Mesure de poids en usage dans les provinces irakiennes de Bagdad et Bassorah, dans l’Empire ottoman, et équivalant à 20 kg. J. De Hammer, 1741, Histoire de l’Empire ottoman, depuis son origine jusqu’à nos jours, Paris : Bellizard, Barthès, Dufour et Lowell, t. XVII, trad. J.J. Hellert, p. 241.

210 Il s’agit probablement du batman tilani en usage au Karabagh, unité de poids équivalant à 13,82 kg. Wagner & Strackerjan, 1855, p. 277.

211 Le stil géorgien (du persan istil) équivaut à 0,26 kg. Wagner & Strackerjan, 1855, p. 277.

212 Dans le Caucase comme dans de nombreux pays, cette unité pouvait s’appliquer à des solides, comme l’attestent diverses sources : Anania De Chirak, 1979, p. 329 ; le Dictionnaire de l’Académie française de 1798 (Dictionnaire de l’Académie française, 1762 et 1798, 4e et 5e éd., Paris : Veuve B. Brunet), ou encore Brosset Jeune, 1835, « Dissertation sur les monnaies géorgiennes, traduite d’une lettre du prince Théimouraz avec des éclaircissements par M. Brosset jeune », Nouveau Journal asiatique, Paris, t. XV, p. 401‑445 (p. 433 sqq.). Si l’on s’appuie à la fois sur Brosset Jeune (Ibid., p. 438) qui rapporte que 5 litra font 100 stil et sur Wagner & Strackerjan (1855, p. 277), selon qui 1 stil fait 0,26 kg, le « litre » équivaudrait donc à 2,6 kg, mais cette estimation est très approximative car les sources ne concordent pas complètement, ces unités étaient aussi probablement elles-mêmes variables selon les régions.

213 Terme parfois orthographié Kharwar, avec une variante : Khalvar (ou Khalwar). Mesure en usage en particulier en Perse et au Caucase et qui correspond à une charge de 300 à 320 kg. Nouvelles Archives des missions scientifiques et littéraires, 1908, Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Paris : Imprimerie nationale, t. XVI, fasc. 4, p. 15. Bulletin de la Société royale belge de géographie, 1894, Bruxelles : Secrétariat de la Société royale belge de géographie, XVIIIe année, p. 406.

214 Ces deux premières unités de distance sont persanes et leur nom est donné en persan. Les deux dernières sont données en arménien. Voir l’annexe 5.

215 François Bernier cite un « proverbe en vers persans » qui recommande ceci : « Si le roi dit en plein midi qu’il est nuit, il faut dire que voilà la lune et les étoiles » : François Bernier, 1711, Voyages contenant la description des États du grand Mogol, Amsterdam : Paul Marret, 2 vol. , II, p. 45.

216 Voir Piège, p. [17], [29], [49], [50], [104], art. 519 et p. [337].

217 Depuis la fin du royaume de Cilicie (1375).

218 La perception d’un danger quant à la perpétuation de la langue arménienne, jointe à l’importance que la langue revêt pour la transmission de l’identité (voir, au chapitre IV : « Les changements d’échelle, de la communauté à la nation et à l’État ») ont donné lieu au xviiie siècle à des efforts importants pour créer des écoles (voir, au chapitre III : « La présence arménienne à Madras ») et imprimer des ouvrages pédagogiques afin d’instruire les enfants dans leur langue. Plus généralement, la publication de livres et de périodiques ont aussi le but de maintenir un niveau de langue arménienne chez le public adulte. L’importance accordée à l’instruction des garçons comme des filles est récurrente dans le Piège (voir par exemple l’art. 158), elle se retrouve dans les publications de l’Imprimerie de Madras, en particulier lors de la période Chmavonian (voir, au chapitre III : « Les publications de l’Imprimerie Chahamirian »), dans les actions de Samuel Moorat (loc. cit.), d’Edward Raphael (Piège, p. [59]), et de la Congrégation mekhitariste en général en Europe. Sur l’importance de cet enjeu, tous sont d’accord, apostoliques comme catholiques.

219 L’une de ces personnes est vraisemblablement Emin, que Ch. Chahamirian a rencontré en 1772 à Madras. Dans ses mémoires, Jospeh Emin (1918, I, p. 141) relate une rencontre, dans un village où il a séjourné, avec des paysans arméniens de l’Empire ottoman. La même préoccupation se trouve déjà dans l’Exhortation (Chahamiryan, trad. Khatchatryan, 1991, introduction au chap. V , p. 52), qui déplore la perte du savoir ou son confinement dans les monastères, et dans le Guide (Chahamirian, 1783, p. 49) où obligation est faite à chaque famille d’acheter tout nouveau livre relatif à « l’histoire de nos anciens rois, aux hauts faits de nos généraux », aux « grandes victoires de notre nation » et à la géographie de l’Arménie.

220 Voir Piège, p. [10], [12].

221 Qo., IV, 9 : « Mieux vaut être deux que seul, car de sa peine on a meilleur salaire. » La péricope, populaire à Madras, figure en exergue de la traduction latine de l’Histoire de l’Arménie de Moïse de Khorène, traduction réalisée à Madras par les deux frères G. et W. Whiston, publiée à Londres en 1736 (page de titre). On la retrouve en 1795 dans Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, préf. de Margarit Mkhitarian. Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian : http://tert.nla.am/mamul/Azdarar_1/Table.html [consulté le 23 décembre 2016] (p. 298) sous la plume de « L’Arménien, fils d’Arménien » qui serait Movsés Baghramian. Voir le chapitre II.

222 La formule vox populi, vox dei ne provient pas de la Bible ; du reste, l’auteur est bien en peine de nommer le prophète ayant prononcé cette sentence.

223 II Cor., XIII, 1 b ; I Tim., v, 19 ; Héb., X, 28 ; mais aussi déjà dans Deut., XIX, 15 et Mat., XVIII, 16.

224 Mat., XVIII, 1920 : « Je vous dis encore [en vérité] que, si deux d’entre vous se mettent d’accord sur la terre pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est dans les cieux. Car, là où deux ou trois se trouvent rassemblés en mon nom, je suis là au milieu d’eux. »

225 II Sam., VII, 7 b ; I Chr., XVII, 6 b : « Ai-je jamais dit à un seul des juges d’Israël que j’avais institué pour paître mon peuple, Israël » ; Mat., II, 6 b : « Car c’est de toi que sortira le chef qui fera paître mon peuple, Israël. »

226 Dans l’Exhortation (Chahamiryan, 1991, p. 173), ce commandement est donné comme le quatrième, conformément aux textes de l’Ancien Testament (Ex., XX, 217 ; Deut., V, 621) ; mais le manuscrit 4471 du Piège, le seul qui soit antérieur à la publication, le donne déjà comme le troisième. L’erreur est donc bien dans le texte original et n’est pas due aux typographes.

227 Autre nom, en arménien, du mont Ararat.

228 La loi du talion, en tant que telle, n’exige que l’équivalence entre la peine et la faute. Elle ne précise pas qu’il revient aux proches de la victime de « rendre justice ». Cette dernière obligation peut provenir d’une source ancestrale extérieure au christianisme : « Chez les Parthes et les Arméniens, les meurtriers sont mis à mort tantôt par les juges, tantôt par les consanguins de la victime », déclare Eusèbe de Césarée, « qui prétend se fonder sur les écrits de Bardésane d’Édesse (154‑222) ». Aram Mardirossian, 2004, p. 218. Voir également Khatchig Samuelian, 1903, p. 269‑303.

229 Voir Piège, p. [18].

230 Voir Piège, p. [84].

231 Certes, de nombreux guerriers ont été représentés avec des cheveux bouclés, d’Héraklès aux Immortels de l’armée achéménide, mais « le géant […] à la chevelure bouclée » est surtout la périphrase par laquelle Moïse de Khorène qualifie Hayk. Moïse De Khorène, 1993, I, 10, p. 120.

232 Image fréquente dans les deux Testaments, par exemple, Mat., XXV, 41 bc et passim.

233 Donc au 42e degré de latitude. Selon les mesures actuelles, la région du Nakhitchevan est à 39o 25′ de latitude (et 45o 26′ de longitude). La latitude donnée dans la Carte d’Arménie imprimée par les mekhitaristes de Venise en 1778 à la demande de Ch. Chahamirian est d’environ 39o 30′. Ce petit indice semble confirmer l’antériorité de ce passage sur le reste. En 1773, Hakob ne disposait pas de l’information contenue dans la carte de 1778 et Chahamir n’a pas jugé utile d’apporter de correction. Voir Ch. Chahamirian, 1778 ou l’illustration 10 du chapitre I.

234 Ici s’achève le ms. 4471 du Maténadaran, vraisemblablement exécuté d’après le texte rédigé par H. Chahamirian avant 1773 ; la suite, maladroitement raccordée à ce qui précède, est très probablement un ajout de son père, Chahamir, dans les années 1780. Voir, au chapitre III : « Le “Piège”, de sa rédaction à sa publication. »

235 Le « petit pays géorgien » signifie ici : les possessions d’Irakli II, c’est-à-dire le Kartli et la Kakhétie. Les « quinze provinces d’Arménie » forment, dans la Géographie d’Anania de Chirak (1979, p. 284‑285 et 291‑298), la Grande Arménie dont Mutafian et Van Lauwe dressent la carte : Claude Mutafian & Éric Van Lauwe, 2001, Atlas historique de l’Arménie, Paris : Autrement, p. 13. Dans sa lettre à Ghoukas de Karin (15 octobre 1787), Ch. Chahamirian insiste aussi sur les dimensions modestes (en superficie et en nombre d’habitants) du Kartli et de la Kakhétie comparés à l’« Arménie », Abrahamyan, 1969, p. 129.

236 Entre 1613 et 1617, environ 200 000 Géorgiens sont déportés en Perse sur ordre du chah Abbas Ier.

237 Ou Mir Waïs Khan Hotak de Kandahar (1673‑1715), fondateur de la dynastie des Hotaki, qui combat la Perse dès 1709. C’est en fait son fils Mahmoud qui lance l’attaque de 1722 contre Isfahan. Jonas Hanway, 1753, vol. III, IIeIIIe part. ; George Forster, 1798, A Journey from Bengal to England through the Northern Part of India, Kashmire, Afghanistan and Persia, and into Russia by the Caspian Sea, London : R. Faulder, p. 80.

238 Ces informations recoupent en partie celles que donne Louis Dubeux, 1841, L’Univers, histoire et description de tous les peuples, la Perse, Paris : Firmin Didot, p. 359, d’après John Malcolm, 1829, History of Persia, London : John Murray et Hanway, 1753 : « L’armée afghane, qui en 1722 prit Ispahan, s’élevait tout au plus à vingt mille hommes dépourvus d’artillerie. […] Cependant cette poignée de soldats défit une armée persane soutenue par vingt-quatre pièces de canon. Ne pouvant emporter la ville d’assaut, les Afghans dévastèrent tout le fertile pays d’alentour. […] La famine, sur laquelle comptaient les assiégeants, se fit bientôt sentir. […] Enfin, le 22 octobre 1722, ce prince avili [Hoseïn] signa une capitulation par laquelle il abandonnait sa couronne à Mahmoud l’Afghan. »

239 Ou Nadir Kouli (Qouli), Tahmas (Taehmas) Kouli Khan ou Nadir Chah qui règne sur la Perse de 1736 à 1747. Sur l’histoire de ce chah, voir Hanway, 1753, vol. IV, ou William Jones, 1770, Histoire de Nader Chah, connu sous le nom de Thahmas Kuli Khan, empereur de Perse, Londres : Emsly (deux parties).

240 L’Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu’à présent (1782, p. 265) confirme les d’origines modestes de Nadir Chah : « Étant Tartare ou Turcoman, de la tribu d’Afshar, qui fournissait du bétail aux Persans, il garda les troupeaux dans sa jeunesse. Son père, qui gagnait sa vie à faire des bonnets et des habits en peau de mouton, mourut lorsqu’il n’avait que treize ans. » Voir également Hanway, 1753, vol. IV, p. 3, ou William Jones, 1770, p. 13.

241 Tahmasp II (ou Thahmas, Tahmaz, etc.), l’un des derniers souverains safavides, règne de 1722 à 1732. Il est d’abord soutenu, puis destitué par Nadir Ghouli, qui place sur le trône Abbas III, fils de Tahmasp, et se proclame régent. Voir Hanway, 1753, vol. IV.

242 « La marche de Nadir-Schah, à son retour de l’Inde, fut embarrassée par le butin immense qu’il rapportait, et qui se montait à plus de 750 millions de francs. Une grande partie de ces valeurs consistait en pierres précieuses », écrit Dubeux (1841, p. 364). Sur l’expédition de Nadir Chah en Inde, voir Hanway, 1753, vol. IV, chap. XVIII-XXII et XXIV-XXVI.

243 On peut s’étonner du choix des deux derniers chefs politiques cités ici, dont les hauts faits devraient nous « réjouir ». Le choix de Nadir Chah surprend particulièrement, tant ce souverain incarne la tyrannie contre laquelle s’élève le Piège. Nadir Chah est loué ici pour sa « bravoure ». De plus, en 1780, paraît à l’imprimerie fondée par Chahamirian une traduction partielle du volume IV de l’ouvrage de Hanway consacrée à ce « grand usurpateur ». Hanway, 1753 ; Hanway, 1780. Deux remarques peuvent éclairer ce paradoxe. D’une part, les pages 101 à 104 de la première partie du Piège sont un ajout, très vraisemblablemnt de Ch. Chahamirian, et ne peuvent avoir été écrites par Hakob, mort avant que certains événements qui y sont évoqués ne se produisent (voir, au chapitre III : « Le “Piège”, de sa rédaction à sa publication »). Les deux auteurs ne partagent pas tout à fait les mêmes vues et il semble que Chahamir ait été plus conservateur – et vraisemblablement plus prudent – que son fils. D’autre part, ce n’est pas pour sa cruauté légendaire que Nadir Chah est cité ici, mais pour l’audace qui lui a permis de réussir en brusquant le cours des événements. Comme l’auteur le précise à l’issue de son énumération, c’est « dans la faiblesse et la pauvreté » que les républiques et les tyrannies citées ont commencé. Par ailleurs, dans sa lettre à Irakli II du 15 octobre 1787 (Yéritsian, 1881, p. 25‑26), dans le but d’engager le roi géorgien à l’action, Ch. Chahamirian cite en exemple Charles Quint et Pierre le Grand, estimant qu’ils ont su veiller au respect des lois pour tous leurs sujets.

244 Ou Karim Khan (vers 1705‑1779). Fondateur de la dynastie Zend (Zand), qui règne de 1750 à 1779. Parmi beaucoup d’autres, Dubeux (1841, p. 366 sqq.) fait l’éloge de « cet excellent prince » qui « obtint le pouvoir sans crime et l’exerça avec modération » (p. 366 sqq.). Par ailleurs, Irakli avait eu avec lui des relations privilégiées et lui avait apporté une aide militaire. (Lettre de Tarkhan Markarov à Emin du 16 novembre 1762 : “Erecle is a good friend of Karim Khan”, George A. Bournoutian, 2001, p. 231, doc. 269.

245 « Les gouverneurs des provinces de la Perse se déclarèrent indépendants, et, pendant dix ans, plusieurs petites monarchies s’élevèrent et tombèrent tour à tour, jusqu’à l’apparition de Kérim-Khan », Dubeux, 1841, p. 366.

246 Hayder (Haïder, Hyder) Ali régna sur le Mysore de 1760‑1761 à 1782. Il mena plusieurs guerres contre la Compagnie anglaise des Indes : voir par exemple Elizabeth Ann Rumbold, 1868, p. 174‑221. Ce chef militaire et politique est généralement cité comme un modèle d’audace et d’habileté : par exemple, Jean-Baptiste Montmignon, 1809, Choix des lettres édifiantes écrites des missions étrangères : avec des aditions, des notes critiques et des observations pour la plus grande intelligence de ces lettres. Missions de l’Inde, précédées du tableau historique de la découverte et de la conquête de l’Indostan, et des premiers établissements portugais et français dans cette contrée de l’Asie, Paris : Maradan et H. Nicolle, p. 61. C.H. De Mirval, Pseudonyme de Champagnac Jean-Baptiste Joseph, 1838, l’Anarcharsis indien ou les voyageurs en Asie, Paris : Le Huby, p. 270-271 ou encore Louis Herman, 1847, p. 161‑182. Dans les sources arméniennes, on trouve un roman historique consacré à l’Histoire de Hayder Ali Khan, de Hakob Simonian, paru en feuilleton dans Azdarar (1970, à partir du nº 11, p. 346). (Il y a toutefois un doute sur le nom de Simonian, que Mkhitarian [préf. p. XV] lit Ayoubian.)

247 Voir Piège, p. [17], [29], [49], [50], [91], art. 519, ainsi que p. [337].

248 Voir Piège, art. 106.

249 La géographie des régions arméniennes est déjà présentée de façon détaillée dans l’Exhortation (H. Chahamiryan, 1991, chap. VI, p. 122‑156) où sont dénombrées 20 régions se subdivisant en 258 provinces contenant 103 villes. Plusieurs sources ont été mises à contribution comme la Géographie d’Anania De Chirak (1979), dont un écho apparaît à la page [102] du Piège et la première carte d’Arménie imprimée en arménien par les mekhitaristes de Venise en 1751. On peut être sûr de certaines « filiations » puisque des toponymes susceptibles de nombreuses variations sont mentionnés à l’identique dans la carte précitée, dans l’Exhortation puis dans la carte d’Arménie imprimée à Venise en 1778 à la demande de Ch. Chahamirian. Guévorg Grigoryan, 1962, p. 353‑362 (p. 358) et illustration 10 du chapitre I. L’Arménie est définie par la combinaison de plusieurs périodes de l’histoire : provinces romaines, royaume de Cilicie, etc. Dans les articles suivants du Piège, une attention pointilleuse est apportée à l’ancrage dans le territoire arménien, précisément connu : les personnages sont signalés entre autres par leur origine géographique et tout acte porte mention du lieu où il est établi. Tous les toponymes (excepté, bien sûr, Arimathie à l’art. 89) correspondent à des localités dont l’existence et la population arménienne sont attestées par d’autres sources et dont on peut encore retrouver la mention même dans les dictionnaires plus tardifs de toponymes arméniens de Perse, du Caucase ou de l’Empire ottoman, par exemple : H. S. (Père Sukias) Eprikian, 1903‑1905, Պատկերազարդ բնաշխարհիկ բարարան (Dictionnaire illustré [des toponymes] autochtones), Venise : Imprimerie Saint-Lazare, 2e éd., 2 vol. Il ne s’agit pourtant parfois que de villages. Voir les annexes 9 et 10.

250 Ou Albanie du Caucase (aujourd’hui, la République du HautKarabagh, une partie de celle d’Azerbaïdjan et le sud du Daghestan).

251 Ou la passe de Darial (Daryal), au nord du Caucase, à 2 000 mètres d’altitude et qui contrôle l’accès aux régions méridionales (l’autre route possible longeant la mer Caspienne). Mouradian, à paraître. Les rives ouest de la Caspienne étant également intégrées au territoire arménien, le pays maîtriserait donc des régions stratégiques.

252 Le Kortchkayk (Kortchkaïk) est la plus méridionale des quinze provinces de l’Arménie majeure décrites dans la Géographie d’Anania De Chirak, 1979, p. 291‑298.

253 Ou Antioche de Syrie, ville hellénistique fondée par Séleucos Ier, aujourd’hui Antakya (Turquie).

254 Ou Hélénopont. L’une des divisions de l’Empire romain au temps de Hadrien, située au nord de la Cappadoce et au sud de la mer Noire.

255 Ou Mamistra, Malmistra, etc. C’est l’antique Mopsueste et l’actuelle Yakapınar (Turquie).

256 Division de l’Empire byzantin au temps de Justinien (réorganisation de 536). L’empire comptait quatre provinces arméniennes. Par ailleurs l’Arménie Troisième se situait autour de Métilène, au nord-est de la Cilicie. Mutafian & Van Lauwe, 2001, p. 41.

257 L’une des régions de l’Arménie dans la Géographie d’Anania De Chirak (1979), nord-est de l’actuelle Turquie, près de la mer Noire.

258 L’Aghbak majeur et l’Aghbak mineur sont des régions du Vaspourakan, au sud-est du lac de Van (aujourd’hui en Turquie).

259 L’Arménie aurait donc trois débouchés maritimes : mers Méditerranée, Noire et Caspienne, un rêve pour un pays dont l’histoire a presque toujours fait un territoire enclavé.

260 Classification de l’Ancien Testament, par exemple, Gen., I, 26 : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les bestiaux, sur toutes les bêtes sauvages et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. »

261 Voir Piège, art. 106.

262 Le concept de citoyenneté repose donc en partie sur un « droit du sol ».

263 Tous les articles du Piège ne sont pas aussi clairs sur l’affirmation du principe d’égalité.

264 Selon la tradition arménienne, évangélisateurs de l’Arménie.

265 Sur la liberté de culte, voir également Piège, art. 370 et 508 et passim.

266 « La confirmation, ou saint-chrême, est administrée conjointement avec ce sacrement [le baptême] par le prêtre baptisant et l’enfant baptisé est admis immédiatement à la communion labiale, c’est-à-dire que la sainte particule est mise en contact avec la langue. Ces trois sacrements sont administrés simultanément, et c’est dans leur ensemble que réside l’intégrité du baptême », Malachia Ormanian, 1954, L’Église arménienne, son histoire, sa doctrine, son régime, sa discipline, sa liturgie, sa littérature, son présent, Antelias : Imprimerie du catholicossat arménien de Cilicie, 2e éd, p. 88, 1re éd., 1910, Paris : E. Leroux. Ormanian (1841‑1918) fut le patriarche arménien de Constantinople de 1896 à 1908.

267 Cette disposition, qui peut paraître contradictoire avec la précédente, est en fait la réciproque d’un édit attribué à l’imam Djafar : « Si un chrétien embrasse la loi de Mahomet, quand il meurt quelque sien parent, tout le bien du mort lui appartient, au préjudice des enfants, quand même il ne lui serait parent qu’au cinquième degré. Celui qui a institué cette loi a fait croire qu’elle avait été ordonnée par Dgiafer, un des douze imams et que Dgiafer avait assuré qu’elle lui avait été révélée de Dieu », Thévenot, 1727, L. II, chap. XI, p. 361. Voir, au chapitre III : « Les discordances. » Toutefois, cette loi n’était pas incontournable, malgré certains risques, si l’on en croit Gabriel De Chinon, 1671, art. VII, p. 292‑294 : « Par quelle invention les apostats sont éloignés de la succession des biens de leurs parents : les Persans ont une malheureuse loi parmi eux, qui donne droit aux chrétiens qui se font mahométans de se saisir de toute la succession de leurs parents et en déposséder leurs plus proches. Pour éviter cette tyrannie, qui leur serait insupportable, et qui, dans peu de temps exterminerait tout le christianisme en ces lieux, ils ont trouvé deux moyens de s’en défendre. Le premier est de désavouer tels apostats pour leurs parents, et se soumettent sans peine au jurement pour l’assurer ; leurs vartapietes [vardapet] leur ôtent toute sorte de scrupule sous prétexte qu’ayant abandonné leur religion, ils ne les doivent plus reconnaître pour leurs parents. Ensuite de ce désaveu qu’ils font, il est nécessaire pour venir à une preuve suffisante du contraire, de produire devant le juge plus de cent témoins irréprochables ; c’est-à-dire qu’ils soient musulmans, personnes de bonne vie, et qui soient en tel état qu’on n’ait point sujet de croire qu’ils aient été corrompus par de l’argent. Le second moyen dont les Arméniens se sont servis pour éluder cette injuste loi leur a été même inspiré par les juges. C’est de faire une vente ou fideicommis de tous leurs biens à quelque Persan qui soit de leurs amis, et d’en retirer une contre-promesse. Ainsi le propriétaire en apparence, ne jouissant que précairement de ces biens, un renégat ne peut pas troubler sa succession après sa mort, puisqu’elle est entre les mains d’un mahométan, qui en dispose ensuite selon la volonté du mort, et conformément aux conventions faites. Mais pour cela il faut s’assurer d’un ami fidèle, car autrement ils en pourraient mal agir, et même on m’a dit que cela est arrivé depuis quelque temps. »

268 Le « pas » n’a pas de valeur précise ici, il signifie simplement une petite longueur. Voir l’annexe 5.

269 Dans son chapitre consacré aux revenus ecclésiastiques, Ormanian (1954, p. 111-114) insiste sur le fait que le clergé arménien vit surtout « des offrandes volontaires » et de la « générosité des fidèles » et, s’il y voit un moyen par lequel le clergé partage la bonne ou la mauvaise fortune de ses ouailles, il concède aussi : « L’existence du clergé arménien ne laisse pas d’être précaire. Cette situation ne lui assure ni liberté, ni indépendance vis-à-vis de ses administrés. »

270 Sur les fonctions disposant de deux voix, voir également Piège, art. 17, 40, 59, 61, 244 et 245.

271 L’idée de proposer des exemples précis de documents officiels rappelle que l’auteur conçoit la seconde partie du Piège comme une sorte de guide, de référence, dans le même esprit que les rédacteurs du code pour les Arméniens d’Astrakhan (rédaction achevée en 1765) qui donnent aussi quelques modèles de documents tels que des reconnaissances de dette, en imaginant des noms de personnes, de lieux, une date, etc. Frounzé Poghossyan, 1967, p. 37‑39. Toutefois, le code d’Astrakhan n’ayant pas, au contraire du Piège, l’ambition d’organiser un État, mais seulement de fixer un règlement interne à une communauté, même s’il est beaucoup plus précis et complet pour tout ce qui relève du droit privé, il ne contient pas de disposition ni d’exemple de document concernant des fonctions publiques.

272 Voir l’annexe 8 pour un index des anthroponymes.

273 Ou Aghdznik, l’une des quinze provinces de Grande Arménie, dans la Géographie d’Anania De Chirak (1979). Sa capitale, Tigranakert, est aujourd’hui Diyarbakır, en Turquie.

274 Dans le Piège, toutes les dates sont données selon le calendrier julien corrigé par Auguste et l’ère chrétienne. L’équivalence avec l’ère arménienne n’est mentionnée qu’en couverture (voir p. [1]) et la référence aux mois du calendrier arménien préchrétien (voir art. 103) est citée comme un usage encore en vigueur, mais peu rationnel. Les auteurs du Piège ne mentionnent pas le calendrier d’Azaria de Djoulfa qui commence en 1616 : Benik Toumanyan, 1964, Հայ աստղագիտության պատմութիւն, հնագոյն ժամանակներից մինչեւ 19 դարի սկիզբը (Histoire de l’astronomie arménienne, depuis les temps les plus anciens jusqu’au xixe siècle), Erevan : Mitk, p. 103, et est encore partiellement en usage à leur époque chez les Arméniens de Perse et d’Inde, comme on l’observe dans le périodique Azdarar (pour les noms de mois, alors que les années sont celles de l’ère chrétienne). On peut voir, dans ces choix, l’acceptation d’une convention commune, fût-ce au prix de l’abandon d’habitudes nationales, à rapprocher de la volonté d’unification qui se manifeste également dans le domaine de la terminologie et des poids et mesures (voir Piège, p. [86][87] et art. 64 ; 102 ; 278 et passim). Du reste, pour ce qui est du calendrier, Ch. Chahamirian estime, dans le Guide (1783, p. 60), que l’adoption du calendrier chrétien usuel est en cours dans la colonie arménienne de Madras, au moins pour les besoins de la comptabilité, où il importe de s’entendre sur les dates de début et de fin d’exercice par exemple.

275 Dans l’édition princeps, un cercle est accolé, comme ici, au nom de chaque signataire d’un document officiel (nous n’avons reproduit les cercles que dans cette première occurrence). On peut penser qu’ils indiquent l’emplacement prévu, dans l’esprit de l’auteur, pour la signature ou le sceau, comme dans les « lettres de commande » (contrats commerciaux que les marchands de la Nouvelle-Djoulfa avaient coutume de passer entre eux) dont une reproduction est donnée, par exemple, chez Aslanian, 2011, p. 133.

276 Province la plus orientale de la Grande Arménie dans la Géographie d’Anania de Chirak (1979), en bordure de la mer Caspienne (aujourd’hui en République d’Azerbaïdjan).

277 Confusion possible avec l’ancienne province de l’Outik, car Out étant un village (art. 15), il est peu probable qu’un archevêque y siège.

278 Sur le sens de cette numérotation, voir art. 1er.

279 Région la plus au nord parmi les quinze qui constituent la Grande Arménie dans la Géographie d’Anania De Chirak (1979).

280 Autant que les élus de chacune des douze tribus d’Israël. Ap., VII, 48 : « Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués : cent quarante-quatre milliers marqués de toutes les tribus des fils d’Israël. De la tribu de Juda, douze milliers étaient marqués ; de la tribu de Ruben, douze milliers ; de la tribu de Gad, douze milliers […]. »

281 « Vertus politiques » souvent citées dans le Piège ; voir p. [46].

282 Le 6 janvier est proposé dans le Piège comme premier jour de l’année (voir art. 103 et 374). Ce jour correspond, pour l’Église arménienne, non seulement à la Nativité, mais encore à l’Épiphanie et au baptême du Christ. Jacques Issaverdenz, 1876, p. 149. Voir également art. 13.

283 Voir art. 19. Le « représentant de l’autorité » détient bien un pouvoir (d’ordre administratif puisque, par exemple, il valide les différents actes officiels), mais ne siège pas à la Chambre.

284 Au nord d’Erevan.

285 La localité est connue sous le nom de Karp, près de Baghech (Bitlis), à l’ouest du lac de Van. Eprikian, 1907, p. 203, 352.

286 Voir Piège, p. [9].

287 Plusieurs villes ont porté ce nom mais, puisque le présent acte est enregistré dans la province du Vaspourakan (à l’est du lac de Van), l’auteur doit penser à la ville fortifiée située au sud-est du lac de Van, aujourd’hui Güzelsu, en Turquie. (Le nom de cette localité signifie étymologiquement, en persan, « bonne eau », ou « eau douce, sucrée » ; Güzelsu en est la traduction littérale).

288 Ou Bznounik, une région du Touroubéran, à l’ouest du lac de Van.

289 Il s’agit de la fonction de kéofkha. Voir p. [86].

290 À deux autres reprises (art. 13 et 66), le toponyme Out (Ուտ) employé par l’auteur peut être compris comme une confusion avec la région de l’Outik, mais ici il est précisé qu’il s’agit d’un simple village et que celui-ci est situé dans le Vaspourakan. Le seul toponyme Out mentionné chez Thadéos Hakobyan (p. 206) renvoie à l’Outik. Il n’a donc pas été possible de situer ce village du Vaspourakan sur la carte d’Arménie (annexe 10).

291 L’idée de la réduction du multiple à l’un, du dépassement des volontés particulières dans la volonté commune s’exprime dans l’image biblique du pasteur et de son troupeau (voir, par exemple, Jean, X, 1112 : « Moi je suis le Berger, le bon [berger]. Le berger, bon [berger] livre sa vie pour les brebis »). C’est d’ailleurs le thème de la gravure choisie comme frontispice de l’édition princeps : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/vorogayt_parac_index.html [consulté le 8 mai 2017]. Cette pensée fonde, chez l’auteur, la théorie de la représentation politique. On la retrouve, par exemple, dans l’art. 43 du Piège, ainsi que dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 74) où elle apparaît dans des termes identiques.

292 Voir art. 14.

293 Ce choix n’est pas une élection mais un tirage au sort, comme le montrent les art. 40 et 51.

294 Voir art. 51.

295 L’exemple de document pour l’investiture du Premier Magistrat se trouve à l’art. 58.

296 Ce classement inclut le Premier Magistrat lui-même. Le douzième conseiller se trouve en treizième position, hypothèse confirmée par l’art. 49. Les douze – treize avec le Premier Magistrat – évoquent, bien sûr, les apôtres et le Christ. Sur la récurrence des douze, voir également Piège, art. 94, 206, 386 et 505.

297 Voir Piège, p. [46].

298 L’autorisation correspondante se trouve à l’art. 59. Voir également les art. 29 et 61.

299 Ce Conseil secret de six membres doit être distinct du Conseil des Douze institué à l’art. 21, quoique la lettre d’investiture correspondante (art. 58) reprenne la base de douze. Le Conseil secret du Premier Magistrat est aussi clairement mentionné dans les art. 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94 et 104. Le premier magistrat d’une ville (son maire) a aussi un Conseil secret (art. 238 et 242). Les membres de ces Conseils sont des représentants élus par leurs pairs. Leur mandat est triennal, d’après l’art. 24, mais à vie d’après l’art. 58. Le mandat à vie n’empêche d’ailleurs pas, pour l’auteur, la destitution en cas de faute (art. 58). L’art. 54 ramène le mandat à vie des membres du Conseil secret à une durée de trois ans si la fonction de Premier Magistrat, normalement de trois ans, devenait héréditaire. Les attributions du Conseil secret sont en lien avec le renseignement (art. 65) et la guerre (art. 92). La pratique du Conseil secret du souverain était répandue, on la trouve par exemple en Russie ou en France. En France, ce Conseil prend la tournure d’un « cabinet noir » chargé plus spécialement du contrôle des correspondances, ce qui n’est pas le cas dans le modèle de Chahamirian, où les méthodes de renseignement ne sont pas précisément explicitées, mais où une telle atteinte à la vie privée ne serait pas justifiable, sauf en temps de guerre (art. 322 et 338).

300 Il faut supposer qu’il s’agit des autorisations respectives pour chacune des trois fonctions.

301 En plus de la représentativité, un niveau de compétence est requis pour l’exercice des fonctions mentionnées à l’article précédent alors qu’aucune condition autre que l’élection n’est posée ici. En fait, la clause de compétence existe mais n’apparaît qu’à l’art. 510 pour les fonctions de commandement militaire, d’architecte et de géomètre, avec une remédiation en cas d’insuffisance des ressources nationales.

302 Ces couleurs jouent un rôle dans la répartition des troupes (voir art. 279, 285‑290 et, au chapitre V : « L’organisation de l’armée »), mais elles ont surtout une valeur symbolique car ce sont les couleurs du royaume de Cilicie, dernière période de souveraineté arménienne (elles seront ensuite à l’origine du drapeau rouge, bleu, orange des deux républiques indépendantes modernes, celle de 1918‑1920 et l’actuelle). Toutefois, il n’est pas impossible que l’auteur n’ait fait qu’apporter une légère modification à ce qu’il savait de source récente, en effet, les couleurs des étendards impériaux de Nadir Chah étaient rouge, bleu, blanc pour l’un et rouge, bleu, blanc et jaune pour l’autre. Hanway, 1753, p. 248.

303 Voir art. 62.

304 Voir art. 63.

305 Voir art. 64.

306 Voir art. 65‑73.

307 Voir art. 511.

308 L’autorisation correspondant se trouve à l’art. 61. Voir également art. 22 et 59.

309 Trois grades militaires sont mentionnés dans le Piège en dessous de la fonction de généralissime : officier commandant mille, cent et dix hommes. Cette organisation était déjà celle de l’armée persane depuis Abbas Ier et Chardin, en la décrivant, offre aussi une possibilité de traduction pour les termes de hazarabed [chef de mille hommes], hariourabed [chef de cent hommes], dasnabed [chef de dix hommes] : « Les colonels sont nommés chefs de mille hommes, les capitaines, chefs de cent hommes, les sergents, chefs de dix hommes : ils disent en persan, min bachy, yuz bachy, on bachy. » (Les termes militaires persans sont dérivés de la terminologie turque.) Chardin, 1811, V, p. 314. Plus tard, Brosset, reprendra la même nomenclature en appelant colonel (ou chiliarque) le chef de mille hommes. Brosset, 1857, IIe part., p. 356, 358.

310 Dans le modèle de lettre d’investiture, donné à l’art. 74, le mandat est de trois ans et non à vie, ce qui est plus cohérent avec tous les autres mandats militaires. Même le généralissime ne reçoit qu’un mandat de trois ans (art. 62).

311 Cette fonction n’est pas nommée ici, mais la seule autorisation adéquate serait celle, relative à la fonction de surintendant, contenue dans l’art. 75. Si des distinctions peuvent être faites entre les deux fonctions, un nombre suffisant de caractéristiques communes montre qu’elles doivent s’exercer dans le même esprit.

312 Voir art. 76.

313 L’auteur ne fait-il que reprendre ici la comparaison si fréquente entre l’homme d’État et le père (parallèle qu’il reprend lui-même à son compte aux p. [100]-[101]) ? Veut-il plus précisément insister sur la nécessité d’une instance symboliquement supérieure aux pouvoirs qu’elle institue (à l’art. 43, il l’appelle « garant » de l’autorité de la Chambre d’Arménie ? A-t-il en tête une référence historique ou politique précise et, dans ce cas, laquelle ? Le titre honorifique de pater patriae décerné par le sénat romain ? Celui de « père du pays » que décernaient parfois les Indiens, Jean-Antoine Dubois, 1825, Mœurs, institutions et cérémonies des peuples de l’Inde, Paris : Merlin, I, préf., p. XXI : « le doux et glorieux nom de père du pays ») ? Celui de « père de la nation » attribué à Pierre le Grand en 1721 par le Sénat ? (Washington a aussi été fréquemment été appelé « père de la nation », mais, devenant président des États-Unis en 1789, ce titre serait ultérieur à la rédaction et même à la publication du Piège.) En tout état de cause, chez Chahamirian, le titre n’est pas lié à l’homme, qui est désigné par le sort, mais à la fonction, laquelle n’a qu’une durée très brève. Voir également art. 36 et 40‑42 et 44.

314 Voir art. 35, 40‑42 et 44.

315 Ces initiales n’apparaissent qu’une fois et sont à mettre au nombre des coquilles. M. R. signifie vraisemblablement : Manuel, le rédacteur, mais les autres initiales sont énigmatiques. Dans le ms. 3101, A. D devient G. D.

316 Le titre de Chmavon et le nom de Maghakia ont été oubliés.

317 Voir art. 35, 36, 41, 42 et 44.

318 À distinguer de Karin (ou Erzeroum, aujourd’hui Erzurum en Turquie). À défaut d’informations complémentaires sur la localisation de Kaghin, on peut suivre l’auteur qui, dans son art. 44, situe cette localité en Aghouanie.

319 Ou Erznka en arménien, aujourd’hui Erzincan en Turquie. Ici, le toponyme n’est qu’un anthroponyme, puisque le personnage est, dans cet article, un élu de l’Aghouanie et, à l’art. 60, un élu du Kortchkahayk.

320 Voir art. 35, 36, 40, 42 et 44.

321 Aujourd’hui Kağızman, dans la région de Kars (Turquie).

322 Variante de Manaskert, aujourd’hui Malazgirt (Turquie).

323 Voir art. 35, 36, 40, 41 et 44.

324 Voir art. 35.

325 Voir art. 35, 36, 40, 42.

326 Article non numéroté dans l’édition princeps.

327 La Persarménie (ou Nor Chirakan) est l’une des régions d’Arménie dans la Géographie d’Anania De Chirak (1979). Elle longe la côte ouest du lac Ourmia.

328 Tabriz est l’ancienne Tauris, aujourd’hui au nord-ouest de l’Iran.

329 Les sept sceaux rappellent l’Apocalypse de Jean, V, 58, V, 1 : « Et je vis sur la [main] droite de Celui qui était assis sur le trône un livre écrit en-dedans et par-derrière, scellé de sept sceaux » (souligné dans la traduction Osty-Trinquet ).

330 Voir art. 14 et 19.

331 Voir art. 21.

332 Voir p. [46].

333 Voir art. 14 et 19.

334 Contrairement à la référence explicite à Sahak Bagratouni aux art. 80 et 91, rien ne prouve que l’auteur pense expressément ici à Smbat Bagratouni. Il serait toutefois étonnant que le choix de ce prénom soit totalement fortuit, sachant que Smbat Ier (ive siècle) fut le fondateur de la dynastie princière puis royale bagratide et que sous Smbat Ier Bagratouni (le Martyr), qui règne de 891 à 914, l’Arménie a connu une période de prospérité, comme le mentionne René Grousset, 1973, Histoire de l’Arménie, Paris : Payot, p. 426‑428, 1re éd., 1947, et qu’Irakli II, à qui le Piège est dédié, est issu de la branche géorgienne des Bagratides (voir Piège, p. [11] et [102] et, au chapitre III : « Un projet politique en attente. »

335 Une localité non loin d’Erevan, sur l’Araxe, a porté ce nom ; mais, comme l’indiquent les art. 51 et 65, il s’agirait plutôt d’un canton de la Haute-Arménie (au sud de la mer Noire).

336 Mat., XX, 26 b-27 : « Celui qui parmi vous veut devenir grand sera votre serviteur, et celui qui parmi vous veut être le premier sera votre esclave » ; Mat., XXIII, 11‑12 : « Le plus grand d’entre vous sera votre serviteur. Celui qui s’élèvera sera abaissé, et celui qui s’abaissera sera élevé » ; Luc, XXII, 26 b-27 : « Que le plus grand parmi vous devienne comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Quel est en effet le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert ! »

337 Mat., XI, 30 : « Car mon joug est bénin et ma charge légère. » Ces paroles sont prononcées par le prêtre lors de l’office des défunts, à la fin de la liturgie apostolique : « Car mon joug est doux et mon fardeau léger », Divine Liturgie de l’Église apostolique arménienne, 2008, p. 83. Ces paroles sont également prononcées lors de l’ordination des prêtres : « L’évêque […] dit : Prenez le joug de notre Seigneur JésusChrist, car son joug est doux et son fardeau léger », Issaverdenz, 1876, p. 84‑85.

338 L’auteur de ce passage pense-t-il au châtiment comparable infligé aux accusateurs de Daniel, VI, 24 : « Ils n’avaient pas atteint le sol de la fosse que les lions s’étaient emparés d’eux et avaient broyé tous leurs os » ou au Psaume LI de David, 10 b : « que jubilent les os que tu as broyés » ?

339 Peut-être un souvenir de Pr., XXVI, 7 : « Mal assurées les jambes du boiteux, tel un proverbe dans la bouche des sots. »

340 Les art. 52 à 57 commencent par « si », sont au conditionnel et imaginent l’éventualité d’un pouvoir héréditaire, par ailleurs constamment critiqué dans l’ouvrage. Il n’y a pas de contradiction, car Chahamir envisage, à titre provisoire, une souveraineté d’Irakli II sur l’Arménie. Le projet initial de Hakob a été repris dans ce sens par son père.

341 Le mandat « à vie » n’est donc pas pris dans un sens strict par l’auteur. Voir également l’art. 58.

342 L’auteur se rallie donc au principe que Joseph Karst (1934‑1937, III, p. 285‑286) appelle « le majorat en ligne directe descendante » : transmission du pouvoir au premier-né, puis au premier-né de celui-ci, etc. Le code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 112‑121) énonce une règle différente : la couronne se transmet à l’aîné des fils de l’ancien roi, puis au cadet, etc. Karst (ibid.) nomme ce système : « séniorat entre frères ». Ce n’est que lorsqu’il n’y a plus de frères que le fils aîné du frère aîné accède au trône (chap. II, § 3, Thomson, 2000, p. 112). Thomson rappelle que les deux systèmes ont existé dans l’histoire arménienne ; Moïse de Khorène (1993, II, 2 et II, 8, p. 157, 164‑165) donne des exemples de transmission en ligne directe, tandis que le code de Mkhitar rejoint plutôt la coutume des Bagratides selon laquelle le frère le plus âgé accède au trône. Dans ses commentaires du Code géorgien du roi Vakhtang VI (1934‑1937, III, p. 226‑286), Karst reproduit les « Statuts organiques du roi Irakli II de Sakhartvélo pour ses fils, concernant la royauté de l’empire de Géorgie (Sakhartvélo) », promulgués en 1791. Irakli y déclare (ibid., p. 259) que : « La royauté échoit en premier lieu au frère aîné ; en deuxième lieu, au second ; en troisième lieu, au troisième ; en quatrième lieu, au quatrième ; en cinquième lieu, au cinquième ; et en sixième lieu, au sixième frère. Ensuite, il faudra de nouveau retourner au premier frère et à ses descendants (fils) et recommencer la même opération. » Le roi, qui avait cinq fils, s’en est donc tenu à la coutume bagratide et à la disposition du code de Mkhitar Goch, qui, précise Karst (ibid., p. 286) « se trouve relevée et commentée en plusieurs endroits dans les textes historiques d’auteurs géorgiens contemporains à cette époque des derniers rois bagratides ».

343 Pour Mkhitar Goch (Thomson, 2000, chap. II), les filles peuvent « fonder une famille princière avec leur mari » lorsqu’elles ont au moins un frère. Elles ne peuvent hériter du pouvoir que s’il n’y a pas de fils. Cette dernière disposition est fondée sur Nb., XXVII, 8 bc : « Quand un homme meurt sans avoir de fils, vous transmettrez son héritage à sa fille. »

344 Comme dans les statuts organiques d’Irakli, où la maladie ou quelque autre « défaut ou vice » (Karst, 1934‑1937, III, p. 260) provoque l’incapacité d’accéder au trône, la règle de transmission n’est pas telle qu’elle ne souffre aucune exception.

345 Voir les art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

346 Ce mandat « à vie » n’est pas pris au sens strict. Voir également art. 23 et 52.

347 Voir art. 23.

348 Les critères d’éligibilité à cette fonction sont définis à l’art. 22. Voir également art. 29 et 61.

349 Voir également art. 61, sur la corruption d’un juge. Même souci dans le code d’Astrakhan, qui se montre également très ferme envers le juge convaincu de corruption et prévoit la restitution des sommes, le paiement d’une amende du même montant, voire la révocation immédiate et l’inéligibilité définitive à cette fonction. Poghossyan, 1967, p. 188. D’une façon plus générale, la corruption fait l’objet d’une surveillance toute particulière de la part de l’auteur, qu’elle soit celle du « fonctionnaire » (art. 97), ou celle de tout « représentant de l’autorité » (art. 170), comme le collecteur des impôts (art. 74, 511).

350 Les critères d’éligibilité à cette fonction sont définis à l’art. 29. Voir également art. 22 et 59.

351 Voir art. 59.

352 Voir art. 25.

353 On retrouve ici encore l’intérêt récurrent pour les innovations techniques augmentant l’efficacité mais aussi le confort de l’homme.

354 Disposition reprise à l’art. 301.

355 Initiales de Séghbestros, Vrthanés et Galstan. « D » pour « dirigeant ». L’auteur ne note plus, désormais, que l’initiale des prénoms des dirigeants et de leur fonction.

356 Voir art. 26.

357 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86], [87].

358 Voir art. 27.

359 La Haute-Arménie (Bardzr Hayk) est l’une des quinze provinces arméniennes dans la Géographie d’Anania de Chirak (1979). L’art. 51 mentionne déjà le « canton d’Artachat », il faudrait donc situer ce canton au sud de la mer Noire et le distinguer de la ville d’Artachat, sur l’Araxe.

360 Voir art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

361 Voir art. 27.

362 Confusion probable avec la province d’Outik, car Out est défini comme un simple village à l’art. 15.

363 Seules les initiales des prénoms du magistrat et du rédacteur ainsi que leur fonction sont désormais notées.

364 Voir art. 27.

365 Voir art. 27.

366 Yerntchak (Yernjak, Ernjak) est une localité située dans le Yerndjak, l’une des cinq régions du Nakhitchevan, autour du mont Yernjak, aujourd’hui sur la frontière entre la République d’Arménie (région du Siounik) et la République autonome du Naxçivan (rattachée à l’Azerbaïdjan) ; mais un fort du même nom existait au Moyen Âge, près de Dvin. La première hypothèse étant plus cohérente avec l’indication donnée dans le texte (Pétros est un élu du Siounik), elle a été retenue pour la localisation sur la carte d’Arménie. Voir l’annexe 10.

367 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86], [87] et art. 64.

368 Le nom dont l’initiale serait « R » n’est mentionné nulle part ailleurs. Il s’agit vraisemblablement d’une coquille.

369 Voir art. 27.

370 Littéralement : « ville de Vardan ». Dans la région du Paytakaran, « sur la rive gauche de l’Araxe, non loin du confluent de ce fleuve avec le Cyrus [aujourd’hui, Koura] ». André De Férussac (dir.), 1841, Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie, t. XVII, Paris : Firmin Didot, p. 43. On peut penser que son site correspond à la ville actuelle d’Imişli (Azerbaïdjan).

371 Probablement une nouvelle coquille.

372 Voir art. 27.

373 Région du lac d’Ourmia.

374 La région de Thrace (autour du Bosphore) tout en comptant une forte population arménienne n’entre pas dans le territoire de l’Arménie telle qu’elle est définie à l’art. 1er.

375 Cette prudente préoccupation – disposer de réserves (voir également art. 133, 134, 135, 511) – générale dans le monde agricole, est attestée dans le sud de l’Inde, où les collecteurs d’impôts laissent chaque village conserver une partie de sa production pour faire face à l’adversité : Robert Eric Frykenberg, 1965, “Elite Groups in a South Indian District : 1788‑1858”, The Journal of Asian Studies, Association For Asian Studies, vol. 24, nº 2 (Feb. 1965), pp. 261‑281 (p. 275). Chez l’auteur, ce souci peut avoir été amplifié par la crainte des catastrophes naturelles (art. 135) et surtout par la famine subie par les habitants de Madras dans les années 1780 mentionnée par Love, 1913, III, p. 194‑198, p. 558 et également dans des sources arméniennes citées par Seth, 1937(b), p. 150. Il faut souligner ici, non la préoccupation en elle-même, mais la réponse collective qui lui est apportée, réponse relevant, comme toujours dans le Piège, d’une organisation prédéfinie et s’appliquant à l’ensemble d’un État. Enfin, d’une façon générale, Chahamirian voit l’autorité souveraine comme un « État-providence ». Voir art. 135, 138, 410 et passim.

376 L’auteur se montre toujours attentif aux progrès des connaissances et des techniques, dans un but pragmatique (voir art. 73, 119 et 502). Cette préoccupation est loin d’être isolée et rappelle les recherches de James Anderson (médecin à l’hôpital de Fort St. George de 1781 à 1809, connu de Chahamirian) et ses expérimentations conduites, notamment, dans son jardin botanique, où il tente d’acclimater des espèces au climat de Madras, expérimentations qu’il décrit dans ses ouvrages : James Anderson, 1791, Correspondence for the Introduction of Cochineal Insects from America, the Varnish and Tallow Trees from China, the Discovery and Culture of White Lac, the Culture of Red Lac and also for the Introduction, Culture and Establishment of Mulberry Trees and Silk Worms […] ; Madras : Joseph Martin ; James Anderson, 1792 (a), The Continuation of Letters on the Progress and Establishment of the Culture of Silk on the Coast of Coromandel, Madras : Joseph Martin ; James Anderson, 179 (b), The Conclusion of Letters on the Culture of Silk, with Additionnal Accounts of Both Kinds of Bread Fruit Trees and the Distribution of Nopal Plants on the Coast of Coromandel, Madras : Joseph Martin ; James Anderson, 1793, Some Additional Letters, principally Regarding the Culture of Raw Silk, and the Progress of Italian Filature on the Coast of Coromandel, Madras : H. Duckworth. Anderson est également mentionné par Love, 1913, III, p. 334‑335, 406, 411, 566. D’une façon générale, le développement des déplacements et des échanges aux xviie et xviiie siècles va de pair avec une exploration plus systématique du milieu naturel dans l’espoir d’en tirer de nouveaux avantages, comme le montre, parmi tant d’autres, la mission du botaniste Joseph Pitton de Tournefort au Levant (1701‑1703) commanditée par Louis XIV. Voir Tournefort, 1718, p. 2, « Approbation ».

377 Cette lettre d’investiture correspond à une fonction instituée à l’art. 27. La fonction de Grand Trésorier est distincte de celle de surintendant, définie aux art. 31 et 75.

378 Voir art. 27.

379 La localité est en effet à l’est du Vaspourakan, au Nakhitchevan.

380 Voir art. 249.

381 Cette insistance sur les fortifications, tout en étant très commune au xviiie siècle, peut être un souvenir plus précis des villes et villages de Perse qui, d’après Drouville surtout dans les zones frontalières, étaient fortifiés : « Une grande partie des villages ont la figure de carrés parfaits, entourés de murailles de terre fort hautes, ayant aux quatre angles des tours rondes, percées, ainsi que les murs, de deux ou trois rangs de meurtrières. Un tel village, vu de loin, ressemble d’autant plus à une forteresse, qu’il y en a dont les murailles ont plus de cinquante pieds de hauteur. C’est particulièrement près des frontières de la Turquie que les paysans se ferment de cette manière, pour se garder des Turcs, qui font assez souvent des incursions sur leurs territoires, pour enlever les bestiaux et les récoltes. Les villes sont fortifiées de la même manière et plus ou moins régulières, mais en général elles sont défendues par une grande quantité de tours, distantes d’une demi-portée de fusil les unes des autres, et assez souvent entourées de fossés larges et profonds », Gaspard Drouville, 1825, Voyage en Perse, fait en 1812 et 1813, 2e éd., Paris : Librairie nationale et étrangère, 2 vol. , I, p. 93‑94.

382 Voir art. 27.

383 Voir art. 70.

384 Voir art. 82.

385 Cette fonction paraît coïncider avec celle définie à l’art. 31, elle diffère toutefois sur deux points : l’art. 31 l’attribue à trois représentants et l’art. 75 à un seul ; la fonction définie à l’art. 31 ne semble pas décisionnaire et s’exerce devant les représentants formant la Chambre d’Arménie, tandis que celle de surintendant suppose un pouvoir et s’exerce sur les percepteurs.

386 Voir art. 59.

387 Partizats Por est l’un des cantons du Tayk, région de la Grande Arménie, dans la Géographie d’Anania de Chirak (1979). Aujourd’hui au nord-est d’Erzurum, en Turquie.

388 Selon Shushanik Khachikyan (1988, Նոր Ջուղայի հայ վաճարականությունը եվ նրա առեվտրատնտեսական կապերը Ռուսաստանի հետ 1718 դարերում [Les marchands de la Nouvelle-Djoulfa et leurs liens économico-commerciaux avec la Russie aux xviie et xviiie siècles], Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie) et Khachikyan, in Sushil Chaudury & Kéram Kévonian (2007, p. 27782), la pratique du crédit était courante entre marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa. Une reconnaissance de dette de la propre main de Ch. Chahamirian, rédigée à Ispahan en 1747, est reproduite dans l’ouvrage et l’article susmentionnés. Conformément à l’usage en vigueur à la Nouvelle-Djoulfa et plus généralement en Perse, parmi les musulmans, dont les documents commencent habituellement par « Dieu », voir Chardin (1811, III, p. 159, 163 et passim), elle est précédée de la lettre Է (Il est). Cette invocation de Dieu est absente de tous les actes du Piège.

389 La formule était consacrée comme le montre l’annonce judiciaire dans Azdarar (1970, p. 47). Littéralement : « qu’il soit manifeste pour tous que moi… ».

390 Tous les actes de droit privé commencent ainsi. La forme n’est pas très éloignée de celle des documents ayant cours en Inde à la même époque : « Ceci est pour faire savoir que chacun (des nommés ci-après) a fait un accord légal et a confirmé sa déclaration de son sceau, ayant fait connaître son nom et sa famille, (savoir) Mohammed Kassem né d’Abdulkarim […] », Abraham Hyacinthe Anquetil Duperron, 1778, p. 161.

391 Il s’agit du taux d’intérêt minimal effectivement en usage dans le réseau des marchands issus de la Nouvelle-Djoulfa. Selon Khachikyan, in Chaudury & Kévonian (2007, p. 277‑82), ce taux se situait habituellement entre 6 et 12 % l’an, voire plus. Lorsqu’en 1758, Chahamirian réclame un loyer aux autorités britanniques pour leur occupation de sa demeure de Fort St. George, il applique un taux de 8 % pour le retard de paiement (Love, 1913, II, 494). Dans sa lettre à Robert Palk du 8 mai 1768, Chahamirian évoque à nouveau un taux d’intérêt de 8 %. (Voir l’annexe 11.) Officiellement interdite en pays musulman, la prise d’intérêts est pratiquée par les Arméniens et les Indiens et, de façon officieuse, par les musulmans eux-mêmes, en retenant par exemple un pourcentage de la somme prêtée au moment de la restitution. Anquetil Duperron (1778, p. 69‑72) rappelle diverses pratiques déjà décrites par des voyageurs antérieurs comme Chinon ou Tavernier. La condamnation de la prise d’intérêt par la Bible est discutable. Le Lévitique affirme (XXV, 36 a-37) : « Ne lui prends ni intérêt ni usure » ; « Tu ne lui céderas pas ton argent à intérêt ni tes aliments à usure » ; mais, dans la parabole des talents (Mat., XXV, 1430 ou Luc, XIX, 1227), le serviteur qui n’a pas fait fructifier l’argent du maître est puni : « Il te fallait donc mettre mon argent chez les banquiers, et en revenant, moi j’aurais recouvré ce qui est à moi avec un intérêt. Enlevez-lui donc le talent et donnez-le à celui qui a les dix talents » (Mat., XXV, 2728). Le chap. 82 du code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 170‑171) pose des limites encadrant cette pratique, par exemple, le principal d’une dette peut être réclamé à un enfant après la mort de son père, mais non les intérêts. Sur la question des intérêts et de l’antichrèse à la période médiévale et des abus de cet usage, voir Jean-Pierre Mahé, 2001, « Le testament de Tigran Honenc’ : la fortune d’un marchand arménien d’Ani aux xiiexiiie siècles », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 1319‑1342 : http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2001_num_145_3_16345 [consulté le 4 janvier 2017] (p. 1319‑1342).

392 Ce document semble avoir été conçu en deux temps : jusqu’à la mention de la date, il consiste effectivement en une reconnaissance de dette ; il décrit ensuite un « prêt à la grosse aventure », dispositif connu depuis l’Antiquité et qui permet aux marchands de trouver les sommes nécessaires au transport de marchandises et aux prêteurs de spéculer. Voir, entre autres, Aslanian, 2011, p. 121‑138 ou Michel Aghassian, 2011, « Le commerce arménien d’Inde en Inde des Arméniens au xviiie siècle », Revue des études arméniennes, Paris, vol. 33, p. 187‑212 (p. 199).

393 Cette somme est erronée puisqu’il n’est question ensuite, à deux reprises, que d’une dette de 300 deniers, augmentée, certes, des intérêts, mais dont le taux de base est de 12 %.

394 Sébaste, en arménien Sébastia (ville de l’ancienne Arménie mineure : Pokr Hayk) est aujourd’hui Sivas (Turquie).

395 La ville de Gandja (aujourd’hui Gəncə, en Azerbaïdjan) a connu une activité économique et commerciale d’une certaine importance : « Selon V. B. Listsov, tous les ans, à partir de Gandja, la compagnie commerciale arménienne envoyait 600 à 900 balles de soie grège à Alep », A. A. Kurkdjian, 1975‑1976, « La politique économique de la Russie en Orient et le commerce arménien au début du xviiie siècle », Revue des études arméniennes, Paris, nXI, p. 245‑253, traduit de Lraber, 1973, nº 9, p. 11‑18, p. 246.

396 Karin est le nom arménien d’Erzeroum, orthographié Arzroum par l’auteur (aujourd’hui Erzurum enTurquie).

397 La distance entre Gandja et Erzeroum représente environ 440 kilomètres à vol d’oiseau. Franchir cette distance en 21 jours implique une allure de plus de 21 km par jour, soit environ 5 lieues un quart, sachant qu’aucune route ne sera si courte. L’évaluation de cette durée est donc optimiste si on la compare à ce que notait Chardin : « Les chameaux ne font d’ordinaire que quatre lieues par jours, et portent six ou sept cents pesants. Les chevaux et les mulets qui ne portent d’ordinaire que deux cent vingt, et un homme dessus, font cinq à six lieues » (1811, II, p. 320).

398 Le nom de cette localité est incertain en raison des coquilles et de possibles confusions. Khatchatryan, s’appuyant sur les manuscrits, opte pour « Péria ». H. Chahamiryan, 2002, p. 280.

399 Le toponyme mentionné ici dans le texte est orthographié Patik, mais il n’existe pas dans l’Aghdznik.

400 Sauf erreur, en fonction du tableau en annexe 5 : 1 950 m × 1 332 m.

401 Cet acte de vente d’une maison n’est pas éloigné, dans sa conception, d’un acte de vente réel, dressé en Inde, daté de 1741 et dont Anquetil Duperron (1778, p. 161‑166) donne la traduction. L’acte réel est toutefois beaucoup plus détaillé et est accompagné d’un plan de la maison et même du portrait de chacun des contractants.

402 Sahak Bagratouni, qui apparaît ici comme gouverneur militaire de la capitale, Erevan, réapparaîtra à l’art. 91 comme maire de cette ville. Ce personnage historique ne peut donc pas avoir été choisi au hasard : il fut prince d’Arménie de 755 à 761, commanditaire de l’Histoire de l’Arménie de Moïse De Khorène (1993, I, 1, p. 103‑104, Introduction p. 29‑32 et passim) et Irakli II auquel le Piège est dédié est un descendant de la branche géorgienne des Bagratides.

403 L’art. 62 définit la fonction de généralissime et non exactement celle de gouverneur militaire. On peut supposer que les deux fonctions sont voisines, pour l’auteur : en plus des fonctions de commandement militaire évoquées dans les deux articles, le rôle du gouverneur militaire est plus détaillé en ce qui concerne les tâches administratives à remplir même en temps de paix (versement des soldes, rapports, etc.).

404 Ou Gandja.

405 Ou Djerabert, Jrabert (aujourd’hui dans le district de Martakert, République du Haut-Karabagh), littéralement « la forteresse de l’eau », ville fortifiée sur la rive gauche du Tartar, affluent de la Koura, ancienne possession du mélik Israëlian (« mélikat » de Djerabert).

406 Ce passage contient plusieurs confusions. Il aurait fallu logiquement trouver : « Moi, Hayrapet (fils de Michaël), berger, je m’engage […] à fournir au sieur Soghomon de Gandzak, fils de Minas. »

407 Logiquement : Hayrapet, fils de Michaël.

408 Voir art. 78. Ce taux élevé tient compte d’une pénalité.

409 Deux autres exemples de contrats de mariage sont donnés dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 50‑51 et 63‑64). Dans les trois cas, ce sont les époux qui contractent directement et non leurs parents, pas même les parents de la promise. On est loin de la famille arménienne patriarcale traditionnelle. De plus, on retrouve, dans le cas du contrat de mariage, la volonté de l’auteur d’empêcher l’arbitraire, y compris dans le domaine privé des relations intrafamiliales. D’autres dispositions vont dans le même sens, comme l’art. 282 qui impose au soldat de verser la moitié de sa solde à son épouse, etc.

410 Abraham et Adam sont, certes, des prénoms courants, mais on peut aussi penser à un recours à des personnages bibliques, comme dans l’article 89.

411 Cet engagement mutuel des époux rappelle les termes dans lesquels le sacrement du mariage est administré par l’Église arménienne (l’Exhortation) où l’époux promet d’être maître et l’épouse, soumise jusqu’à sa mort. Domination et soumission s’appuient sur un passage de l’Épître de Paul (Éph., V, 21‑24), lue durant le sacrement : « Soyez soumis les uns aux autres dans la crainte de Christ. Que les femmes le soient à leurs maris comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, tout comme le Christ est le chef de l’Église, lui, le Sauveur du corps. Mais comme l’Église est soumise au Christ, ainsi les femmes doivent l’être en tout à leur mari. » Chahamirian modifie quelque peu les obligations.

412 Sur les missions de cette Maison de charité, son financement et son administration, voir également les art. 90, 170, 177‑179, 196, 218 et 497, ainsi que les art. 73, 278, 360, 367, 394, 402 et 507 sur la Maison des pauvres et des indigents. De tels établissements existaient de longue date puisque Mkhitar Goch, reprenant le canon 11 de Dvin, dénonce les abus qui y étaient commis par les administrateurs sur les démunis, par exemple le travail forcé (chap. 210 du code), Thomson, 2000, p. 254. Chahamirian, lui, cherche à en clarifier les modes de financement et d’administration dans les articles précités du Piège comme dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783).

413 Les art. 83 et 84 sont si réalistes que l’on imagine facilement qu’ils s’appuyent sur des observations. Par ce type d’informations, le Piège est un document précieux pour une histoire sociale.

414 Dans le texte : Kuruch (Grouch, ghourouch ; en turc moderne : kuruş), monnaie ottomane d’argent. Voir l’annexe 5.

415 Voir art. 78.

416 Cette unité peut s’appliquer à des solides, comme l’attestent de nombreuses sources allant d’Anania De Chirak (1979, p. 329) au Dictionnaire de l’Académie française de 1798. Voir également art. 105 du Piège et annexe.

417 Drachmes qui deviennent des deniers quelques lignes plus loin.

418 Voir art. 78.

419 Curieuse introduction d’un personnage et d’un toponyme bibliques… qui pourrait s’expliquer ainsi : l’auteur prend « Joseph d’Arimathie » pour un anthroponyme arménien, construit comme Lazare de Pharbe ou Mekhitar de Sébaste, sur la base du prénom de la personne (Joseph existe en arménien), suivi de son lieu de naissance ou d’origine. L’auteur trahit ici les limites de sa culture livresque ; en revanche, il sait forcément que, contrairement aux autres personnages du Piège, Joseph d’Arimathie n’est pas sorti de son imagination et est un saint connu : la cathédrale du complexe de l’archevêché Saint-Sauveur-de-Tous de la Nouvelle-Djoulfa lui est dédiée, des cérémonies lui sont consacrées le jour de sa fête onomastique et sa dextre y est conservée en tant que relique. La dextre de saint Joseph figure sur l’illustration d’une lettre de bénédiction adressée en 1744 par Astouatzadour, prélat d’Ispahan, aux Arméniens de l’Inde (lettre actuellement conservée au Musée arménien de France, à Paris, et visible sur son site http://www.le-maf.com [consulté le 4 janvier 2017] ou, par exemple, chez Claude Mutafian (dir.), 2007, la Magie de l’écrit, Paris : Somogy, p. 373. On peut voir une photographie de l’une des cérémonies à une époque récente chez Harouthioun Ter Hovhanian, 2008, Պատմութիւն Նոր Ջուղայու (Histoire de la Nouvelle-Djoulfa), t. I, la Nouvelle-Djoulfa : Imprimerie du couvent Saint-Sauveur-de-Tous, 1re éd.,1880, p. 651.

420 La date de la prise de garantie est antérieure à la reconnaissance de dette. Pour suivre la logique du texte, il faudrait supposer que la dette ait été contractée et reconnue le 15 septembre 1767, puis que Joseph se soit porté garant le 10 janvier 1768, à moins qu’il ne s’agisse que d’un signe supplémentaire d’inattention de la part de l’auteur.

421 Ce testament est repris mot pour mot du Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 1619), mêmes anthroponymes, toponymes, mois et jour ; seule l’année diffère : le Piège étant attribué par Ch. Chahamirian à son fils Hakob, mort en 1774, le 15 septembre 1783 du Guide devient ici : 15 septembre 1773.

422 Héb., IX, 16‑17 : « Car là où il y a testament, il est nécessaire que soit constatée la mort du testeur : un testament, en effet, n’est ferme qu’en cas de mort, puisqu’il reste sans force tant que vit le testateur. » La référence à cette parole de Paul de Tarse se trouve également à deux reprises chez Mkhitar Goch (chap. 2 et 183 de son code), Thomson, 2000, p. 113 et p. 231.

423 Ville située au nord-ouest du lac de Van (aujourd’hui Malazgirt, en Turquie).

424 Littéralement, la « part de l’âme » : contribution versée par la famille d’un défunt à un monastère ou à un prêtre en guise de participation du défunt pour le repos de son âme. Édouard Aghayan, 1976, Արդի հայերենի բացատրական բառարան (Dictionnaire [explicatif] d’arménien moderne), Erevan : Hayastan, 2 vol. , I, p. 883.

425 Voir art. 82.

426 Cette répartition, qui converge globalement avec l’art. 130 consacré à la conduite à tenir lors d’une transmission en l’absence de testament, est à rapprocher des chap. 101 à 104 et 180 du code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 181‑188 et 228‑229). Par ailleurs, Thévenot (1727, L. II, chap. XI, p. 361) constate : « En Perse, dans le partage du patrimoine, les enfants mâles prennent deux parts et les filles une. S’il n’y a qu’un mâle et une fille, le mâle prend deux tiers et la fille l’autre ; s’il y a deux mâles et une fille, les mâles ont chacun deux cinquièmes et la fille un ; s’il y a deux filles et un garçon, le garçon prend les deux tiers, et l’autre est partagé aux deux filles ; s’il y a deux garçons et deux filles, chaque garçon a un tiers et le dernier tiers est pour les deux filles. »

427 Voir art. 80.

428 Les traités de médecine font en effet observer que les vertus de la cannelle dépendent, entre autres, d’un dosage adéquat. François Fabre (1842‑1851, Traité de matière médicale et de thérapeutique, in François Fabre [dir.], Bibliothèque du médecin praticien, Paris : J.B. Baillière et fils, t. XIV, p. 448‑449), après avoir rappelé les bons usages thérapeutiques de cette écorce, insiste sur ses effets indésirables dus à des doses trop élevées : « gastrites », « excitation fébrile », « affection hémorroïdale », etc.

429 Le lac de Van est salé. Il est ici nommé d’après la légende d’Aghtamar (ou Akhtamar). Voir, par exemple, Toumanian, 1969, p. 33‑35.

430 Division de l’Empire byzantin (voir art. 1er et 13). Les quatre provinces arméniennes que comptait l’empire constituaient une sorte d’État-tampon avec la Perse. L’autre « moitié » de l’Arménie avait le statut de marzpanat du royaume sassanide. MutafianVan Lauwe, 2001, p. 41. De façon récurrente au cours de son histoire, l’Arménie s’est trouvée écartelée entre deux puissances ennemies.

431 Tels les douze apôtres. À ce sujet, voir également art. 21, 206, 386 et 505.

432 Voir l’exemple de Cincinnatus, p. [63]-[64].

433 Voir art. 59 et 170.

434 Le territoire circonscrit à l’art. 1er englobe des régions habitées par des peuples nomades, par exemple, des Kurdes (notamment au sud du lac de Van) ou, au Caucase, les Djivanchis qui, comme l’explique Raffi (2010, p. 29) vivent (du printemps à l’automne) au Karabagh et l’hiver, sur la rive droite du fleuve Koura.

435 La nécessité de l’instruction, y compris militaire, thème récurrent dans le Piège (p. [61], art. 118 et 511), est aussi affirmée dans d’autres écrits de Ch. Chahamirian. Par exemple, dans sa lettre du 15 janvier 1779 au catholicos Hovhannés de Gandzasar, il recommande à ce dernier de prendre des dispositions pour qu’une éducation élémentaire soit assurée dans les régions sous son autorité. Il lui conseille de ne consacrer que des prêtres lettrés et de faire en sorte que tout enfant sache parler, lire et écrire l’arménien : Nersissyan, 1990. Par ailleurs, dans le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 38), destiné à l’usage interne de la colonie de Madras, les besoins sont définis non pas en fonction de la constitution d’un État, mais des métiers que les jeunes seront, de fait, appelés à exercer : l’apprentissage de l’arménien reste, évidemment, la base ; en revanche, il n’est pas question d’enseignement militaire, mais les élèves doivent apprendre l’anglais en plus de l’arménien. Dans aucun de ces textes il n’est question d’un enseignement religieux.

436 Cette manière de mesurer le temps n’était peut-être pas si commune en Orient : selon Chardin (1711, IV, p. 276) : « Ils [Les Persans] divisent le jour en huit parties, dont la plupart sont marquées dans les villes par les cris des prêtres mahométans, qui invitent le peuple à la prière. » De son côté, Anquetil Duperron (1778, p. 194) explique qu’en Inde, « le jour est divisé en 8 pehers de 7 et de 8 gueris. Le gueri est de 24 minutes, ce qui fait 60 gueris pour les 24 heures ». Par souci d’uniformisation ainsi que d’adaptation à la nouvelle « mondialisation », le Piège propose l’adoption de ce système, probablement inspiré de la convention en vigueur chez les Britanniques (heures ante et post meridiem) ; le Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 60) annonce cette adoption comme déjà effectuée au sein de la colonie arménienne de Madras.

437 Voir art. 13. Artachés II « institua un calenrier national composé, comme celui des Perses, de douze mois de trente jours et d’un mois complémentaire de cinq jours ». Annie & Jean-Pierre Mahé, 2012, Histoire de l’Arménie, des origines à nos jours, Paris : Perrin, p. 45‑46. L’année arménienne commence le 11 août avec le mois de Navassard, suivent les onze autres mois : Hori, Sahmi, Tré, Kaghots, Arats, Méhékan, Arék, Ahékan, Maréri, Margats, Hrotits et les cinq jours complémentaires. Anania De Chirak, 1979, p. 256. « Il fut impossible de faire renoncer le peuple à l’ancien système, d’après lequel les Arméniens ont continué jusqu’à nos jours de calculer le temps, au moins pour leur chronologie nationale », Issaverdenz, 1876, p. 148.

438 Voir art. 14.

439 Voir art. 13.

440 En arménien, les jours, du lundi au jeudi, se disent littéralement « 2e jour de la semaine » et ainsi de suite jusqu’au jeudi, « 5e jour de la semaine ».

441 Voir art. 23, 49, 54, 58, 60, 65, 92, 94, 104, 238, 242.

442 Dans ce passage, le Piège définit des unités de poids et de longueur (de superficie également, voir art. 350), mais non de capacité. Selon Chardin (1711, IV, p. 276) : « Les Persans n’ont point de mesure de quantité, […], parce qu’ils vendent tout au poids, et même les liqueurs. » « Presque tout se vend au poids en Perse » (ibid., VI, p. 304). Gamba le confirme : « Je n’ai pas besoin de parler des mesures de capacité, l’usage général en Perse étant de vendre les liquides au poids », Jacques-François Gamba, 1826, Voyage dans la Russie méridionale et particulièrement dans les provinces situées au-delà du Caucase, fait depuis 1820 jusqu’en 1824, Paris : C. J. Trouvé, p. 452. Sur l’utilisation du litre comme mesure pour des solides, voir Piège, art. 83.

443 La clarification de la valeur des monnaies, poids et mesures en usage dans le pays avait déjà été le souci du roi géorgien Wakhtang VI lorsqu’il fit rédiger le code qui porte son nom. Brosset Jeune, 1835, p. 402‑403.

444 L’unité que représente le grain de blé ou d’orge est fréquente. Gamba (1826, p. 450) note : « Le grain d’orge était primitivement la base du poids en Perse. » Voir la note suivante et l’annexe 5. Par ailleurs, les noms des unités ont été traduits lorsqu’ils avaient un équivalent compréhensible en français moderne, sinon ils ont été laissés en arménien.

445 Brosset Jeune (1835, p. 435) : « Prenez quatre grains d’orge, c’est un qirath ou cérat. »

446 Voir l’annexe 5.

447 Le mot employé, dans le texte original, pour « majeur » signifie littéralement « le doigt du milieu ». On peut s’en étonner car, en vertu des équivalences métriques, même approximatives, un doigt équivaudrait à 4,5 cm, mais on sait aussi que les anciennes mesures n’étaient pas si réalistes que leur nom pouvait le laisser penser, ainsi le doigt antique correspondait à 1,85 cm et le pouce du xviie siècle à 2,7 cm.

448 Faut-il rapprocher ce mot du yod hébreu, une lettre de l’alphabet qui représente également la main (yad) ?

449 Cette mesure est invraisemblable. Le pied, selon les pays et les époques, était d’environ 30 cm.

450 Ces unités ont encore quelque analogie avec celles que donnait Anania de Chirak au viisiècle (1979, p. 312). Selon lui, le stade équivalait à 170 pas, le pas à 6 pieds, le pied à 16 doigts, le mille à 1 000 pas.

451 Voir l’annexe 5.

452 Le recensement est un sujet de plus par lequel le Piège se fait l’écho d’un mouvement plus général. Les recensements, qui se pratiquaient dans l’Antiquité, notamment à Rome, deviennent plus systématiques à partir du xvie siècle en Europe mais aussi dans l’Empire ottoman, pour divers motifs (conscription, calcul de l’impôt, etc.).

453 L’interdiction de jurer a été rappelée dans la première partie du Piège, p. [76] mais, comme le constate déjà Mkhitar Goch, l’invocation de cette règle peut avoir des effets pervers en justice. Il préfère donc encadrer cette pratique que l’interdire (chap. 8 de son introduction au code), Thomson, 2000, p. 92‑99. Dans cette seconde partie du Piège, jurer est admis et parfois même nécessaire : voir art. 144, 508 et passim.

454 Alors qu’en Cilicie, « la dzarca, droit de recherche, se prélevait sur tous les objets volés dont le Trésor royal bénéficiait pour un tiers lorsqu’ils étaient retrouvés », Langlois, 1863, p. 37.

455 On retrouve ici, comme dans aux art. 114, 115 et passim, à travers la notion de couvre-feu, le souci récurrent du maintien de l’ordre.

456 Ormanian (1954, p. 70) écrit pourtant qu’« il n’y a qu’un seul autel, où s’accomplit une seule messe journalière. Les deux petits autels, qu’on voit communément dans les bas-côtés, ne sont là qu’à titre d’ornement ». Les églises de la Nouvelle-Djoulfa, pas plus que celle de Madras, ne laissent penser qu’elles aient eu deux autels consacrés. Voir, par exemple, Carswell, 1968 ; Shortt, 1870, p. 180‑187 (p. 182).

457 La disposition est confirmée à l’art. 191 et peut être justifiée par Ex., XXII, 12 : « Si le voleur est surpris en pleine effraction et qu’il soit frappé à mort, il n’y a pas pour lui vengeance du sang. Mais si le soleil était levé sur lui, il y a vengeance du sang, pour lui. » En revanche, la disposition est diamétralement opposée à l’art. 461.

458 Voir art. 249.

459 Sur le souci d’uniformisation, voir Piège, p. [86]-[87] et art. 64.

460 Voir p. [61] et art. 101 et 511.

461 Voir art. 70.

462 Cet article est à mettre en relation avec la pratique de l’esclavage, de la vente de femmes pour les harems ou du servage chez les peuples voisins, au Caucase (Abkhazie, Mingrélie, etc.). Voir, au chapitre VI : « Les sources juridiques. » Le problème se pose, à un autre niveau, pour l’achat de serviteurs ou de servantes par les riches Arméniens, usage réglementé par le code d’Astrakhan, achevé en 1765 (Poghossyan, 1967, p. 80‑88) et qui pose un problème, surtout si l’esclave s’est converti au christianisme, auquel cas, d’après la requête d’Arghoutian auprès du prince Potemkine (lettre de mars-avril 1780, Bournoutian, 2001, p. 265‑266, doc. 311), il doit être affranchi au bout de sept ans. Par ailleurs, le gouverneur britannique de Madras interdit le commerce d’esclaves en 1790.

463 Voir art. 78.

464 Sur le taux d’intérêt, voir art. 78 et 124. L’auteur admet le principe des intérêts, mais non l’usure.

465 Et non : longue vie au roi, à la reine… La pérennité du pays est la préoccupation majeure. Plus loin, à l’art. 374, lorsqu’une autre série de toasts est envisagée, « Longue vie au Premier Magistrat d’Arménie » passe après « Agréable vie à tout Arménien ».

466 Cette liste des « arts » mis à l’honneur semble tout droit sortie de sources antiques athéniennes. Rien n’y évoque les connaissances valorisées d’un point de vue chrétien, comme l’histoire sainte. L’auteur de cet article ne cite pas non plus la géométrie (bien que l’astronomie et même la musique, dans l’Antiquité grecque – en particulier chez Platon – aient pu être appréhendées d’un point de vue mathématique), alors que la familiarité avec les principes de la franc-maçonnerie semble apparaître dans d’autres passages du Piège. La référence aux Lumières pourrait expliquer les trois premiers arts cités, mais moins facilement les deux derniers. Enfin, le point de vue pragmatique, visible dans d’autres articles (par exemple : phytologie [art. 73], technologie [art. 119] qui font état des connaissances utiles, est (à l’exception de la médecine) également absent ici.

467 Ces dispositions complètent l’art. 90, qui consiste en un modèle de testament.

468 L’héritier de l’autre moitié n’est pas précisé. Peut-être s’agit-il des héritiers mentionnés ici en septième, huitième et neuvième lieu ?

469 Sur le principe d’après lequel l’homme compte double par rapport à la femme lors les transmissions, voir art. 90. Par ailleurs, concernant le calcul des tiers entre le cinquième et le sixième point, on obtient quatre tiers. S’agit-il d’une simple étourderie ou bien faut-il comprendre que les tiers des garçons et des filles se calculent sur le reste des biens une fois le tiers destiné à l’épouse déduit ?

470 Les recommandations du Guide (Ch. Chahamirian, 1783, p. 2021) diffèrent quelque peu en limitant le nombre d’héritiers possibles : premièrement, payer les obsèques du défunt ; deuxièmement, les impôts et droits ; troisièmement, les gages des serviteurs ; quatrièmement, les dettes du défunt ; cinquièmement, le prêtre ; sixièmement, attribuer le reste aux héritiers, de la façon suivante : une moitié à l’épouse, l’autre moitié en parts égales entre les fils et les filles. Si le défunt n’a ni femme ni enfants : à ses parents ; à défaut, à ses frères et sœurs en parts égales ; à défaut, à ses neveux ; à défaut, à son oncle paternel ; à défaut, au fils de son oncle paternel ; à défaut, aux parents au septième degré par alliance et au cinquième consanguin. En l’absence de tout héritier ainsi défini, l’héritage est à verser au Fonds pour les orphelins arméniens de Madras. Les dispositions du code d’Astrakhan, elles, diffèrent du Piège mais surtout du Guide et se caractérisent par un remarquable effort pour maintenir le patrimoine dans la famille en élargissant le cercle des héritiers potentiels, en dernier lieu, jusqu’aux descendants des frères et sœurs des trisaïeux. Poghossyan, 1967, p. 59.

471 Du point de vue de l’Église, pour administrer le sacrement du mariage : « Le ministre compétent est le prêtre, qui bénit sur une autorisation de l’évêque », Ormanian, 1954, p. 90. Ici, l’autorisation de l’évêque n’est pas prise en compte et l’autorité civile du gouverneur remplace l’autorité épiscopale. Plus loin, à l’art. 366, les deux autorisations, celles du gouverneur et de l’évêque, sont citées comme nécessaires. Les deux articles manifestent donc une hésitation sur les rôles respectifs des autorités civiles et religieuses. Par ailleurs, on peut s’interroger sur la finalité de ces articles et supposer que ces précautions visent à empêcher les jeunes de se marier sans le consentement de leurs familles respectives, mais aussi à empêcher les mariages multiples (en raison de voyages, par exemple) dans plusieurs provinces. Ce risque de polygamie était-il réel ? Certes, Raffi (2010, p. 78) écrit que « plusieurs méliks du Karabagh étaient polygames », mais comme l’écrivain cite lesquels, ainsi que le nombre et les noms de leurs épouses (ibid., p. 74, 78), il faut admettre que cette polygamie « princière » n’était pas clandestine et n’entre donc pas dans la catégorie du risque neutralisé par les art. 131 et 366. On peut donc plutôt pencher vers l’hypothèse d’un barrage à des mariages dont la multiplicité serait cachée à chacune des épouses : la pénalisation de ce cas est d’ailleurs abordée à l’art. 274.

472 Voir art. 70.

473 Idem.

474 Avec les tremblements de terre, la peste, les nuées de sauterelles (criquets pèlerins), les « dérèglements climatiques » sont effectivement les grands fléaux naturels du Moyen-Orient. Daniel Panzac, 1985, La Peste dans l’Empire Ottoman, 1700‑1850, Louvain : Peeters, p. 29-47. L’un des « foyers naturels » de la peste se situe en Arménie (région de l’actuelle Gumri et au Nakhitchevan) et autour d’elle se trouvent des « foyers provisoires » : « basses-terres de Transcaucasie » au sud de Bakou, Kurdistan, Anatolie orientale, etc., ibid., p. 83, 105‑108, 119‑124.

475 Voir art. 70.

476 Les nombres ne sont pas le fruit du hasard (les sept sceaux de l’art. 48, les douze enfants de l’art. 206, etc.).

477 Voir également art. 140, 284 et 295 ; Love, 1913, II, p. 133 ; Chaudury & Kévonian, 2007, couverture.

478 Sur l’emblème de l’agneau pascal, voir également art. 139, 284 et 295 ; Love, 1913, II, p. 133 ; Chaudury & Kévonian, 2007, couverture. Par ailleurs, les tarifs de ces lettres officielles sont donnés à l’art. 441. Cet emblème a également été repris par la suite, entre autres, comme « sigle » de « l’empire pétrolier » d’Alexandre Mantachev [Mantachiants] (1842‑1911), Anahide Ter Minassian, 1997, Histoires croisées, Marseille : Parenthèses, p. 182.

479 L’auteur prévoit une procédure d’appel, signe de sa conception séculière de la justice. Dans le droit canon, au contraire, le pouvoir de juger qu’ont « les ministres de Dieu » étant « surnaturel » et les sanctions « ayant un caractère sacré », « aucun appel ne pouvait être interjeté contre elles », Mardirossian, 2004, p. 245‑250. D’autres cas d’appel sont prévus aux art. 208 et 223 ; il existe cependant une limite, comme à la fin de cet art. 142 et à l’art. 355.

480 Des droits sont ainsi accordés aux résidants étrangers, protégés eux aussi de l’arbitraire. Voir également art. 418.

481 Voir art. 112.

482 Ibid.

483 Cette mesure ne vaut que pour les « petits » délits, en particulier pour la dette, situation vis-à-vis de laquelle l’auteur fait preuve d’une certaine indulgence ; plus exactement, c’est le débiteur et non la dette qui fait l’objet de cette indulgence. Il est rappelé à plusieurs reprises que toute dette doit être acquittée (art. 210‑213, par exemple), mais que cela ne constitue pas une raison de tourmenter inutilement le débiteur ou sa famille. La dette est une situation dans laquelle devaient souvent se trouver soit les marchands, par suite des vicissitudes et de l’insécurité du commerce (caravanes pillées, navires naufragés, etc., voir, par exemple, art. 78), soit également les « petites gens », par suite de fortes taxations ou de mauvaises récoltes (voir, par exemple, art. 75). La disposition de l’art. 148 est aussi à mettre en relation avec le souci constant de l’auteur de ne pas exposer inutilement des vies humaines et à mettre en œuvre des dispositions sanitaires (voir art. 22). Cette mansuétude ne s’applique plus en cas de crime, comme le montre l’article suivant.

484 Voir art. 386.

485 Cette disposition, déjà mentionnée au chapitre 48 du code de Mkhitar Goch, (Thomson, 2000, p. 154‑155), peut être justifiée par Mat., VI, 24 : « Nul ne peut s’asservir à deux maîtres » et Luc, XVI, 13 a : « Nul domestique ne peut s’asservir à deux seigneurs » ; mais elle n’y est pas invoquée pour les mêmes raisons. Pour Mkhitar Goch, il s’agit principalement d’empêcher le clergé arménien d’accepter de quelconques avantages de la part d’autorités musulmanes. Pour Chahamirian, elle semble servir à maintenir la distinction entre religieux et laïc.

486 Dans cet article et les deux suivants, l’auteur montre le souci de ne laisser personne au ban de la société, surtout pas les faibles et de faire en sorte que chacun ait sa place. L’« État-providence » joue ici pleinement son rôle.

487 Dans les deux articles précédents, l’auteur définissait des interventions de l’« État-providence ». Il ajoute ici que, pour éviter que des enfants ne soient livrés au vagabondage, l’État doit assumer ses obligations (la formation professionnelle), mais que chaque citoyen doit aussi jouer son rôle.

488 Ibid.

489 Falcaria vulgaris, ou encore faucillère : plante de la famille des Ombellifères.

490 Des croyances populaires circulent en effet en Orient depuis les temps anciens sur ces plantes, notamment, la fève, mais nous n’avons pas trouvé trace de ces informations dans le grand traité médical arménien de référence, Inutile aux ignorants, d’Amirdovlat d’Amasée (xve siècle). De son côté, Poghos Khatchatryan, traducteur en langue moderne du Piège (H. Chahamiryan, 2002, p. 284, n. 89), s’appuyant sur le Dictionnaire de botanique de Ghévont Alishan (1895, Հայբուսակ կամ հայկական բուսաբառութիւն (Dictionnaire botanique arménien ou lexique des termes botaniques en arménien), Venise : Imprimerie Saint-Lazare, p. 77) rappelle que les fèves étaient supposées causer des atteintes à l’intelligence et à la mémoire et troubler le sommeil. D’après les connaissances actuelles, les fèves et le cresson peuvent provoquer des réactions allergiques graves. Pour le cresson, le danger pourrait venir non tant de l’eau dans laquelle il pousse, car cette plante, à l’état naturel, ne se développe pas dans l’eau stagnante, mais du risque d’abriter et de transmette la douve du foie. L’ingestion de fèves également peut provoquer des réactions graves, voire mortelles, si le sujet est déjà atteint d’une maladie génétique compromettant la survie des globules rouges (favisme).

491 Voir art. 59 et 97.

492 Voir art. 82.

493 Voir art. 60 et 61.

494 Voir art. 121. Dans le Piège, le serviteur ou la servante sont des employés libres et rémunérés, contrairement au code d’Astrakhan et au code de Mkhitar Goch qui admettent l’achat et la vente de serviteurs, à certaines conditions, Poghossyan, 1967. Chez Mkhitar, ces conditions sont fixées aux chapitres 54-56, Thomson, 2000, p. 157‑158. Elles peuvent être fondées sur Ex., XXI, 111 : « Lois relatives aux esclaves : Lorsque tu achèteras un esclave hébreu, il servira six années […]. »

495 Voir art. 82.

496 Ibid.

497 Ibid.

498 C’est-à-dire à la place d’honneur. La coutume détermine le rang de chacun, en particulier en fonction de l’âge (voir art. 359, 361 et 373), mais elle laisse parfois place à la discussion (et aux frictions), car il arrive que plusieurs soient en droit de prétendre à la même place. L’importance de la codification de l’auteur vient de l’importance que la société arménienne accordait à ces places en termes de reconnaissance de la puissance et du prestige au sein de la famille ou de la société, y compris pour les femmes (art. 361).

499 Ces dispositions vont à l’encontre non seulement de l’usage musulman mais encore des coutumes patriarcales arméniennes d’après lesquelles les femmes devaient se couvrir le bas du visage (bouche et menton). Parmi de multiples références possibles : Shortt, 1870, p. 184. Par ailleurs, il est intéressant de souligner la succession des art. 181 et 182 entre lesquels, comme si par une sorte de raisonnement implicite, l’auteur était passé de la notion de respect envers les femmes, au droit de se montrer « tête nue et visage découvert », liberté ne remettant pas en cause la respectabilité.

500 La liberté a tout de même des limites… L’auteur semble chercher un équilibre entre liberté et bienséance.

501 Cet article pénalise l’effraction mais aussi, comme beaucoup d’autres (art. 252, 376 et passim), semble soucieux de protéger la vie privée de chacun en évitant l’« invasion », parfois bien intentionnée, de la parentèle, des voisins, etc.

502 L’« inviolabilité » du domicile et de l’espace privé s’applique donc même aux « forces de l’ordre ». L’article tente de trouver un équilibre entre ce premier principe prenant en compte les droits individuels et un autre, en vertu duquel la collectivité doit être protégée et donc les présumés coupables arrêtés. Le second ne l’emporte pas, en soi, sur le premier mais ne s’applique qu’à condition qu’un ordre, un mandat aient été délivrés par l’autorité compétente (qui, en définitive, est comptable de ses décisions devant ses mandants).

503 Voir Piège, p. [13] et art. 495.

504 Cet article est l’un des plus difficiles à interpréter. Étant grammaticalement incorrect à plus d’un titre, sa compréhension est strictement impossible dans la forme où il est rédigé. La propostion du professeur Hratch Bartikyan nous a paru la seule plausible et a été retenue ici. Voir, au chapitre Ier : « Une impossible traduction. » Sur le fond, l’engagement de l’homme envers une jeune vierge présente, dans le contexte culturel, plusieurs « avantages » : il évite surtout le « déshonneur » de la jeune fille et de sa famille, mais empêche aussi le crime d’honneur et la prostitution.

505 L’art. 115 accordait déjà ce droit de tuer, ce que contredira l’art. 461.

506 La « variabilité des peines » pour un même délit, notamment en fonction de la catégorie sociale, était déjà, au Moyen Âge, une « norme coutumière » et fut reprise par le « synode de Šahapivan » (447), « première assemblée législatrice de l’Église arménienne », Mardirossian, 2004, p. 240‑243, p. 501. Voir également art. 394. À cet art. 192, Chahamirian mêle critères sociaux, physiques et moraux.

507 Cette disposition admet une exception présentée à l’article suivant.

508 En cas d’absence de leur époux, les femmes issues de la Nouvelle-Djoulfa pouvaient recourir à des emprunts. Dans ce cas, le taux habituel était de 9 % l’an. La mère de Ch. Chahamirian, avait contracté un emprunt pour quelques mois en 1747. Sh. Khachikyan, in Chaudury & Kévonian, 2007, p. 278. Voir également Aslanian, 2011, p. 101.

509 Voir art. 82.

510 D’après l’introduction au code de Mkhitar Goch, chap. 7 (Thomson, 2000, p. 87) et les chap. 6 (ibid., p. 129), 192 (ibid., p. 238) et 249 (ibid., p. 302‑303) du code, il ressort qu’un garçon peut se marier dès 15 ans et une fille dès 12 ans, que le garçon doit être plus âgé que la fille, qu’un adulte ne peut épouser une mineure, que l’âge nubile est fixé en fonction de deux critères : la maturité du corps, permettant d’engendrer, et celle de l’esprit, permettant l’autonomie de la décision et, enfin, que les futurs époux doivent s’être vus. Toutefois, la tendance à marier – au moins à promettre – les enfants sans attendre l’âge requis était fréquente (même après le xviiie siècle) et les dispositions du Piège combattent, sur ce point, la coutume. Cette coutume s’explique néanmoins par deux raisons au moins. Tout d’abord, la précocité du mariage des filles augmentant la probabilité de la virginité, garantissait la paternité. Cette pratique et ses mobiles valaient pour de nombreuses régions du monde et, par exemple, pour toute l’Inde selon Pierre Sonnerat, 1782, Voyage aux Indes orientales et à la Chine, fait par ordre du Roi depuis 1774 jusqu’en 1781, Paris : chez l’auteur, Froulé, Nyon et Barois, t. I, p. 118 sqq. Ensuite, dans la minorité arménienne (chrétienne), s’ajoutait un souci de protection : en mariant les enfants jeunes au sein de la communauté, on évitait l’exogamie et on diminuait le risque d’enlèvement des filles. Ainsi, Chardin (1711, VI, p. 243‑244) explique : « Quelquefois, on va aussi chez les Arméniens cherchant les belles filles : ceux qui en ont à marier les cachent ; mais c’est la coutume entre les Arméniens de marier leurs enfants dans le plus bas âge, et souvent au berceau, le roi n’en trouve guère qui soient propres à enlever ; car on a du respect pour celles qui sont fiancées et l’on n’y touche point ». Lucas (1704, VIII, p. 102‑103) écrit également : « Souvent, les Eunuques entrent dans les maisons, & quand ils y trouvent quelque belle fille, ils la prennent et la mènent au roi. Si elle lui agrée, il faut qu’elle se fasse mahométane pour être mise dans le haram avec les autres concubines. Il est arrivé quelquefois que le roi en a pris jusqu’à vingt & à trente, & c’est un mal où on ne peut mettre de remède. Tout ce que les Arméniens font pour se garantir de ce malheur, ils marient leurs filles dès l’âge de sept à huit ans, comme le sieur Macara qui a marié sa fille qui n’a que neuf ans, par une semblable peur. » Quant aux explications possibles de la nuptialité précoce s’appuyant sur la biologie, on peut rappeler que, si l’âge nubile peut généralement être mis en relation avec l’espérance de vie, s’agissant de l’âge de la puberté, « les influences d’ordre ethnique ou climatique sont minimes » au regard des facteurs génétiques et socio-économiques, Françoise Jauzein, 2002, « La puberté dans l’espèce humaine, les mécanismes initiateurs » : http://acces.ens-lyon.fr/biotic/procreat/determin/html/puberInitia.htm [consulté le 4 janvier 2017]. C’est sans doute pourquoi la précocité nuptiale n’était pas le propre des Orientaux : dans la France de l’Ancien Régime, la précocité des mariages était tout aussi fréquente et c’est le code Napoléon (titre V, chap. Ier) qui fixe l’âge nubile à 15 ans pour les femmes et 18 pour les hommes.

511 L’art. 11 insistait sur la nécessité de donner aux clercs la possibilité de se consacrer exclusivement à leur mission spirituelle et donc de les décharger de toute préoccupation matérielle. Peut-être l’auteur craint-il aussi les pressions, ou au moins l’influence que le clergé pourrait exercer.

512 Cet article, qui traduit une préoccupation nataliste, évoque, dans l’Ancien Testament, le patriarche Jacob et douze de ses fils, ancêtres des douze tribus d’Israël, par exemple, Gen., XXXV, 22 ou dans le Nouveau Testament la Cène et les douze apôtres. À ce sujet, voir également art. 21, 94, 386 et 505.

513 Sur la procédure et les limites de l’appel, voir art. 142, 223 et 355.

514 Ibid.

515 Ibid.

516 Ibid.

517 Cette mesure permet d’éviter les punitions collectives, le rachat de la peine par un autre ainsi que la transmissibilité de la peine d’une génération à l’autre. Voir art. 215.

518 Cela signifierait qu’il n’y aurait pas de responsabilité familiale collective (seulement une responsabilité conjugale) et que les enfants n’hériteraient pas d’une dette (art. 214). Il faut rappeler que, au contraire, le chap. 82 du code de Mkhitar Goch (Thomson, 2000, p. 170‑171) admet que le principal d’une dette soit réclamé à un enfant après la mort de son père, seuls les intérêts de cette dette ne doivent pas être réclamés aux descendants. Sur la relative indulgence à l’égard des dettes, voir en particulier art. 146‑148, 175, 215.

519 Soit l’équivalent de 10 000.

520 Équivalent de 50 000.

521 Voir art. 82.

522 Sur la procédure et les limites de l’appel, voir art. 142, 208 et 355.

523 Le terme employé par l’auteur est մանկաբարձ (mankabartz), qui peut se traduire par « accoucheur » ou « accoucheuse, sage-femme ». Certes, il existe aussi un substantif spécifiquement féminin, մանկաբարձուհի (mankabartzouhi), mais il est peu probable que cette fonction, dans le contexte de la culture orientale, ait été exercée par des hommes, aussi avons-nous opté pour le féminin. Par ailleurs, Le Dictionnaire de l’Académie française, dans son édition de 1798, affirme que le mot « sage-femme » est plus commun qu’« accoucheuse ». Compte tenu du style de l’auteur, nous avons préféré le mot le plus commun à son époque.

524 Cet article et les trois suivants forment un tout. On y retrouve le souci d’utiliser convenablement l’argent public. Dans le même ordre d’idées, les élus qui ne donneraient pas satisfaction à leurs mandants devront leur rembourser les indemnités reçues (art. 501).

525 Cet élu, contrairement aux précédents, n’est donc pas un représentant du peuple, c’est pourquoi ses 3 000 deniers annuels sont à la charge du patriarcat et non des mandants, comme c’est le cas à l’art. 232.

526 Certes, cette orientation est celle des loges maçonniques selon Samuel Prichard (1737, Masonry Dissected : Being a Universal and Genuine Description of All its Branches from the Original to the Present Time, London : J. Wilford, 1re éd., 1730, p. 12), mais elle est aussi celle des églises : « Le maître-autel est invariablement placé à l’Orient, conformément à la prescription ancienne, qui voulait que le fidèle, en prière, se tournât vers cette partie de l’horizon », comme l’explique Ormanian (1954, p. 123). Du reste, Prichard précise (1737, p. 13) que l’orientation des loges est calquée sur celle des églises. Cette disposition semble également être celle des maisons particulières, selon l’art. 250. Ce tropisme symbolique est aussi rationnel : dans des régions au climat continental, comme l’Arménie, l’orientation est-ouest est la plus judicieuse.