Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Première partie : un court interrègne (octobre 1944 – février 1945)

Un après-guerre impossible (de Varkiza, 12 février 1945, aux élections du 31 mars 1946) : la reconstruction d’un État de droit et la nouvelle raison d’État

An Impossible Postwar Era (from Varkiza, 12th February 1945 to the 31stst of March 1946 Elections)

Μία αδύνατη μεταπολεμική εποχή (από το Βάρκιζα, 12 Φεβ. 1945 ως τις εκλογές του 1ου Μαρτίου 1946)

Résumé

La défaite de l’ELAS à Athènes, puis sa dissolution, entame le recul de l’éthique fondée sur la dichotomie collaboration/Résistance, au profit d’une nouvelle raison d’État anticommuniste. Il faut aux gouvernements apprendre à gouverner sans le soutien du peuple et construire une nation antifasciste tout en en excluant la grande majorité de ses acteurs en ne contrôlant qu’une faible partie du territoire. La Terreur blanche se développe, les bandes paramilitaires se multiplient et progressivement s’établit une « nouvelle pensée nationale ».

Texte intégral

  • 1  L’actualité nous procure une résurgence majeure de ce décembre 1944 en tant que « passé qu (...)
  • 2  Mis à part les textes, brochures, articles ayant comme objet l’interprétation des faits de (...)

1Décembre, terme générique désignant désormais les événements de la bataille d’Athènes en décembre 1944 et employé à des fins diamétralement opposées par tous les camps, a exercé une grande influence dans l’histoire contemporaine du pays1. La série de publications, récits littéraires, brochures, monographies, études scientifiques, inaugurée aussitôt après et étendue le long des décennies à venir, révèle à quel point Décembre a toujours été l’objet et l’enjeu d’interprétations conflictuelles2.

  • 3  Geoff  Eley, 1996, “Legacies of Antifascism: Constructing Democracy in Postwar Europe”, Ne (...)

2Sur le plan international, décembre 1944 est un point de rupture dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale parce qu’il représente la première scission ouverte et directe entre les acteurs de la grande – et hétérogène – alliance antifasciste. Survenu pour ainsi dire à l’aube du court moment de l’union antifasciste de l’Europe, cet événement fixe les limites de cette unité et préfigure le passage de l’antifascisme aux antifascismes. Pour la puissance impériale de la Grande‑Bretagne, cet affrontement prévu constitue un passage nécessaire qui séparera une fois pour toutes sa version de l’antifascisme « pour ainsi dire, sur le plan pratique3 », des expériences des mouvements de Résistance dans toute l’Europe. 

  • 4  Geoff Eley, 1996, “Legacies of Antifascism: Constructing Democracy in Postwar Europe”, New (...)
  • 5  Éric Hobsbawm, 1972, les Bandits, Paris : Maspero, p. 236.
  • 6  Dans la brochure de l’ex-ministre de la Justice qui fut la première chronologiquement sur (...)

3Si cette séparation donne lieu à l’émergence d’un « populisme démocratique4 » qui marginalise progressivement toute force se revendiquant de ces expériences au sein de la société britannique, en Grèce – où la Résistance a été une expérience constituante – ses effets sont beaucoup plus sensibles et plus profonds. La séparation de l’antifascisme d’État et du mouvement de la Résistance constitue un choc profond. Aussitôt, les alliés d’hier s’opposent. Les valeurs et les aspirations partagées contre l’ennemi commun vont constituer la base de cette confrontation5. Il faut donc réinterpréter l’expérience des trois années de résistance à l’occupation étrangère. Désormais, pour les discours officiels, la « rébellion de décembre » est la preuve de la double nature de l’EAM et de la ruse communiste. Les conditions étaient réunies pour que – à l’instar du rassemblement antifasciste – les forces anticommunistes convergent contre la menace antinationale. Même pour les plus fervents partisans de la construction d’un État de droit démocratique, Décembre est l’ultime « abandon des faux-semblants » de la part du KKE, et s’offre comme la « justification morale incontestable » de tous ceux qui voudraient faire oublier leur passé récent6.

4À l’égard de ce passé, la bataille d’Athènes fonctionne à la fois comme une glace déformante et comme un mur de séparation : elle fournit le prétexte officiel pour transformer le conflit en guerre civile légale ; et c’est justement cet état d’exception durable, cette perpétuation explicite de la guerre en temps de paix qui entraîne la sensation d’un après-guerre impossible, d’un passé qui ne passe pas.

  • 7  Voir Leften S. Stavrianos, 1945, “Greece: The war and aftermath” in Foreign Policy (...)

5Depuis, grâce à l’abondante recherche historique sur cette période, on peut dire que Décembre ne contient plus de zones d’ombre significatives : c’est une intervention militaire préparée méthodiquement et exécutée par les Britanniques avec le concours des politiciens libéraux et royalistes7. Au lendemain de la bataille, l’ELAS, bien qu’ayant perdu la capitale, conserve encore la quasi-totalité de ses forces et le contrôle des territoires de la « Grèce libre » en dehors d’Athènes. L’enjeu politique capital de ce conflit repose sur le fait que l’ELAS défend, pour ne pas dire constitue, l’éthique politique de la Résistance : sa défaite à Athènes, puis sa dissolution, entame le recul graduel de cette éthique – fondée sur la dichotomie collaboration/Résistance – au profit d’une nouvelle raison d’État anticommuniste.

  • 8  Pierre Bourdieu, 1982, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, p. 20‑21.
  • 9  Les négociations envisageaient un compromis pour mettre fin à deux mois d’hostilités entre (...)

6Dans ce chapitre, nous esquissons les traits principaux de ce processus en suivant les différentes étapes de restitution du pouvoir étatique. Nous utilisons comme fil conducteur les textes et les débats sur la législation. Les discours juridiques constituent la limite vers laquelle tendent tous les énoncés performatifs8. C’est un tel texte qui, à la fois, pose les limites et décrit le schéma de la période étudiée : le traité de Varkiza qui clôt formellement le conflit de Décembre, signé le 12 février 1945 en même temps que se termine la conférence de Yalta9.

7Si, sous l’Occupation, lors du développement des structures révolutionnaires et du rassemblement des forces contre-révolutionnaires, la limite entre la réflexion « politico-juridique » et le cours réel des événements semble disparaître, désormais, avec la mise en place du nouveau régime, la limite redevient discernable et une distance se creuse entre la réalité effective et les discours énoncés sur cette réalité.

  • 10  Neuf articles plus annexes-projets de loi ; voir, pour le texte complet, John Iatr (...)
  • 11  Voir John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 19 (...)

8À Varkiza, l’EAM consent finalement à son exclusion définitive du gouvernement. En acceptant de dissoudre l’armée résistante, il obtient en contrepartie une longue série de garanties formelles. Celles-ci concernent l’épuration de l’armée et des services publics ; les libertés politiques et syndicales qui assureront l’organisation d’élections libres et d’un référendum sur la question du régime constitutionnel ; enfin, une amnistie pour les crimes commis durant le conflit10. Pour le reste, l’article 2 du traité prévoit la levée automatique de la loi martiale décrétée en décembre, pour laisser place à un état d’exception autorisant le gouvernement à suspendre quatre articles de la Constitution « jusqu’à l’achèvement du désarmement et l’installation des autorités administratives, judiciaires et militaires sur tout le territoire11 ». La neutralisation effective et immédiate de la force militaire de l’EAM contre des garanties légales vaguement définies constitue un échange inégal et c’est la contradiction fondamentale qui scelle le destin de cet accord qui… demeurera lettre morte.

9Son abandon révèle la séparation fondamentale qu’il a instaurée entre, d’une part, le corps de la « nation combattante antifasciste » qui resterait désormais loin du pouvoir, et d’autre part la tête « virtuelle » de cette nation : les dirigeants appartenant aux élites traditionnelles chargés de reconstruire un État digne de figurer dans le camp vainqueur antifasciste mais qui n’avaient eu que peu ou pas de rapport avec la Résistance.

  • 12  Nicos  Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 19 (...)
  • 13  Formule de l’écrivain Stratís Tsírkas pour décrire les dirigeants grecs se trouvant au Moy (...)

10La question capitale qui se pose après Varkiza est la suivante : comment construire une nation antifasciste tout en en excluant la grande majorité de ses acteurs ? La seule source de légitimation des quatre gouvernements qui se sont succédé pendant les 13 mois qui séparent Varkiza des premières élections législatives de l’après-guerre, le 31 mars 1946, a été la fiction légale d’une continuité des Constitutions de 1864/1911/193512. Cette période, qui définit les limites chronologiques du présent chapitre, correspond aussi au temps requis pour transformer un pouvoir en un pouvoirlégal. La nouvelle raison d’État est le produit d’une fusion entre, d’un côté, l’antifascisme des « têtes coupées13 » du Moyen‑Orient, les hommes d’État libéraux qui entretenaient des rapports étroits avec les Britanniques et qui s’affirment maintenant comme les représentants légitimes de la nation sur le plan diplomatique et militaire, et, de l’autre, une partie des élites et de la base du bloc anticommuniste dans le pays.

  • 14  Correspond à la notion agambénienne de « force-de-loi » : Giorgio Agamben, 2003, l’État d’ (...)

11L’application par les gouvernements des normes juridiques découlant de la Constitution d’avant-guerre, ainsi que des accords de Varkiza, « ouvrit un espace où la norme était appliquée par sa propre suspension, pour constituer ainsi le domaine pour la norme qui s’ensuivrait14 ». C’est dans ce domaine qu’est formulée l’éthique politique officielle de la Libération.

Le nouvel ordre juridique

12Restituer le monopole de la violence légitime à l’État officiel passe par le fonctionnement d’un exécutif désormais soustrait au contrôle populaire. L’espace dans lequel cette entreprise peut se développer est créé par les séparations opérées à partir de Varkiza dans les corps des deux camps formés sous l’Occupation. Il s’agit de séparer :

  • la direction de l’EAM – qui jouirait pour un long moment encore d’une immunité vis-à-vis des purges anticommunistes qui viennent de recommencer – et la base du mouvement qui se retrouve à la merci de la vengeance « blanche » ;
  • un anticommunismedu glaive d’un côté, et de l’autre, un anticommunisme de la loi. Le premier est cette partie du corps de la collaboration qui tentait de regagner sa place au sein de la nation en persécutant ses adversaires politiques, et le second est constitué des nouvelles élites du camp anticommuniste qui essaient de définir les limites légales de leur action.

13En étudiant l’œuvre législative et administrative de ces gouvernements provisoires ainsi que les discours publics qui l’ont accompagnée, on se trouve devant une vaste opération de redéfinition du sens de l’expérience récente de la guerre et de l’Occupation. Le rôle du juridique y est déterminant car, à défaut de Parlement, le pouvoir judiciaire est chargé de l’essentiel de la reconstruction des mécanismes judiciaires et disciplinaires.

  • 15  Quelques-unes de ces évasions furent signe d’un système pénitentiaire « relâché », perme (...)

14Avant de nous attarder sur les dispositifs de sécurité mis en place, il faudrait préciser que la confusion entre violence politique et violence criminelle est un des aspects de la continuité avec la période précédente. Ainsi, la logique pénale du gouvernement avait l’avantage de dépolitiser les clivages et de les circonscrire dans une « logique criminelle ». C’est le champ de la légalité, dans le sens le plus large du terme, qui est mis en question pendant les 18 mois qui s’écoulent entre le départ des troupes allemandes et les élections. Les prisons se vident et se repeuplent plusieurs fois, soit par la voie légale (c’est-à-dire par une série de mesures visant la décongestion des prisons au cours de l’année 1945), soit par la force, évasions organisées ou libérations de prisonniers15.

  • 16  Voir Éleuthéria, 20 janvier 1946 et KCL/MGA PM73/46, Report of the British Leg (...)

15Les statistiques relatives aux détenus révèlent l’arbitraire de la situation. Tout au long de la seconde moitié de 1945, plus de 80 % des détenus attendaient leur procès en détention préventive : 14 252 détenus sur 16 700 détenus en septembre, 15 364 sur 17 735 en octobre, 15 615 sur 18 639 en novembre. Ces chiffres montrent aussi que, malgré les mesures législatives successives prises, à partir d’août 1945, pour la décongestion des prisons, le nombre total des détenus ne cesse d’augmenter. Selon les données gouvernementales, il atteignit même le double de la population carcérale d’avant-guerre16.

  • 17  Heinz Richter, 1981, “The Varkiza Agreement”, in John Iatrides (dir.), Greece in the 1940s: A Nati (...)

16Dans une situation de guerre civile où l’action armée transgresse déjà de fait les limites entre violence politique et violence criminelle, tous les mécanismes du pouvoir tendent à circonscrire le domaine de la légalité. Cette réalité est mise en évidence par l’amnistie des crimes politiques accordée à Varkiza et les diverses interprétations qui en sont faites. L’article 3 du traité amnistiait les « crimes politiques commis depuis le 3 décembre 1944 ». De cette clause sont exceptées les personnes qui ne déposeraient pas les armes dans les délais impératifs ainsi que les « délits connexes de droit commun contre la vie et la propriété qui n’étaient pas absolument nécessaires pour la perpétration du délit politique ». Ces clauses à la fois furent un enjeu brûlant lors des négociations et constituèrent la pierre d’achoppement des purges lancées par l’appareil légal17.

Une « raison d’État » anticommuniste

  • 18  Voir Alan J. Foster, 1984, “The Politicians, Public Opinion and the Press: The Storm ove (...)

17Si l’intervention militaire britannique donne le coup d’envoi de la réorganisation rapide des groupes paramilitaires anticommunistes, la raison d’État qui légitime ce nouveau rapport de force requiert une implication beaucoup plus active d’Albion dans la politique du pays. Le rôle essentiel des deux missions d’enquête britanniques – la commission syndicale dite « commission Citrine » présente en Grèce en janvier et février 1945, et la British Legal Mission, chargée d’arbitrer les différends entre les deux camps sur l’observation des normes légales, présente en décembre 1945 et en janvier 194618 – est de reconnaître le bloc anticommuniste grec comme porteur des valeurs du « combat allié ».

  • 19  Walter Citrine premier secrétaire de la fédération, Jean Sagnes(dir.), 1994, Histoire du (...)
  • 20  Après les enquêtes sur les fosses communes des différentes banlieues de la capitale, le (...)

18La première de ces missions est liée à la volonté de Churchill de se débarrasser des effets collatéraux de l’alliance avec l’EAM : un groupe de syndicalistes britanniques présidé par sir Walter Citrine fut mandaté pour choisir les délégués syndicaux des deux camps jugés légitimes pour représenter le pays à la Conférence syndicale internationale de Londres en février19. Cette mission qui, suivant les consignes du Premier ministre, s’abstint de rencontrer les représentants de l’EAM, alla bien au-delà de sa tâche initiale. D’abord, elle sut marginaliser les forces de l’EAM en les présentant comme des usurpateurs illégitimes de la direction des syndicats grecs. Ensuite, pour répondre aux mises en doute de son impartialité, elle engagea une enquête sur les protestations de la gauche contre les arrestations arbitraires ainsi que sur les méthodes terroristes des forces gouvernementales. Mais cette enquête se limita à l’aspect formel des procédures, sans produire de conclusions ; en revanche, lors de l’exhumation des corps des fosses communes, contrainte de justifier les choix de la politique britannique en Grèce, la commission Citrine corrobora la version des autorités officielles qui attribuaient ces meurtres exclusivement aux « atrocités communistes20 ».

  • 21  Voir Anne Morelli, 2001, Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en (...)

19Les atrocités de l’adversaire sont un instrument traditionnel de la propagande de guerre, et le leitmotiv de la « terreur rouge » existait déjà chez les anticommunistes. Or, si ces discours rappellent les discours antiterroristes des occupants, la validation par la commission Citrine des résultats de ces enquêtes légitime en bloc l’argumentation de l’anticommunisme local et l’intègre aux objectifs du combat allié. Les syndicalistes britanniques délibèrent alors sur la question des prisonniers des deux camps à la suite du conflit de Décembre. En affirmant la légitimité du gouvernement d’Athènes, la commission dénonce les méthodes « terroristes » et exige la libération immédiate et inconditionnelle des quelques milliers (entre 5 000 et 10 000) d’otages retenus par l’ELAS depuis décembre et entraînés sur les routes enneigées dans sa débâcle. Par ailleurs, elle justifie en revanche la détention préventive d’environ 20 000 militants de l’EAM dans les prisons de la capitale, et se tait au sujet des 3 200 partisans de l’ELAS arrêtés et déportés par l’armée britannique en Égypte21.

20La commission Citrine justifie ainsi les premiers maillons de la chaîne de légitimité qui devait aller des hauts responsables politiques aux forces de la police et jusqu’aux gardiens de prison. La Legal Mission arrive après que cette chaîne a déjà été mise en place. L’interprétation restrictive de l’amnistie avait déjà prévalu grâce aux purges effectuées par les forces de l’ordre et par les cours d’assises – dont le travail se révéla beaucoup plus diligent que celui des tribunaux spéciaux des collaborateurs.

  • 22 Report of the British Legal Mission to Greece, p. 16‑18 : Les éléments disparat (...)
  • 23  Selon les éléments officiels, en octobre 1945, les « rebelles » étaient seulem (...)

21Les juristes britanniques adoptent un prisme purement formel pour aborder cette réalité : la seule question à laquelle ils doivent répondre dans leur rapport, rendu le 17 janvier 1946, est de savoir si les pratiques judiciaires des autorités grecques sont conformes ou non aux lois et aux normes en vigueur. En négligeant explicitement toute critique sur les préjugés idéologiques de l’argumentation juridique des autorités et sous prétexte de respecter les traditions légales fort différentes des deux pays, ils peuvent qualifier même positivement les plus aberrantes des pratiques comme, entre autres, l’acceptation des dépositions par ouï-dire comme preuves suffisantes pour l’inculpation et la détention préventive de ces inculpés22. Nombreuses aussi sont les manipulations statistiques validées par cette commission, puisqu’un grand nombre de détenus dits de « droit commun » sont en fait des militants de l’EAM poursuivis pour « crimes contre la vie ou la propriété sous l’Occupation », « crimes » commis le plus souvent contre d’anciens collaborateurs. En septembre 1945, selon les chiffres officiels du ministère de la Justice, le nombre des détenus résistants ou de gauche dépasse déjà les 6 000 contre 2 900 présumés collaborateurs. En même temps, le nombre des détenus « criminels » atteint les 7 70023.

  • 24  Arlette Farge, 1997, Des lieux pour l’histoire , p. 94 ; en réponse à la campa (...)
  • 25  Décret « sur la fondation des tribunaux spéciaux de collaborateurs à Iraklio, Kalamas, V (...)
  • 26  Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crise (...)

22Finalement, la fiction d’un « assaut rouge » imminent trouva sa confirmation lors de la bataille de Décembre ; il ne reste qu’à fabriquer les preuves de ces « morts annoncés avant toute accusation d’attentat24 ». Alors que 24 cours d’assises ordinaires avaient vu le jour dans tout le pays à la mi-mars, la grande majorité des tribunaux spéciaux de collaborateurs n’est instituée qu’à la fin de l’été 194525. Le plus grand nombre des quelque 80 000 persécutions visant les militants de l’EAM, lancées courant 1945, est organisé sous forme de procédures préliminaires. Ces enquêtes accusent souvent les organisations locales de l’EAM d’être les auteurs ou les instigateurs de meurtres. L’émission de mandats d’arrêt contre une bonne partie des membres de ces organisations a l’avantage de permettre aux forces de l’ordre de constituer quelques milliers de dossiers – pour prendre durablement en otage une tranche entière de la population – tout en respectant formellement la loi26.

23Bien qu’après les premiers mois qui suivirent la bataille de Décembre, le travail de la justice inquiète davantage les résistants que les collaborateurs, sa portée reste encore limitée et, faute d’avoir le plein contrôle des moyens de coercition, l’anticommunisme légal est obligé de se joindre à l’anticommunisme du glaive pour pouvoir espérer restituer une légitimité au nouveau régime.

Continuité économique et mobilité sociale

  • 27  Selon les statistiques de l’UNRRA, 50 % de la population agricole et plus de 3 (...)

24L’effort pour stabiliser la monnaie nationale, en automne 1944, n’a que des résultats de très courte durée : l’inflation galopante et le gel des salaires journaliers des ouvriers reproduisent les énormes inégalités héritées de l’Occupation et amènent de nouveau les masses populaires au bord du gouffre économique27. Par ailleurs, cette stabilisation coupe le gouvernement d’une bonne partie des couches moyennes (fonctionnaires, professions libérales, petits commerçants) qui voient leurs dépôts monétaires s’envoler définitivement. Or, comme la croissance et la stabilisation espérées n’arrivent pas, l’agitation populaire atteint des sommets lors de deux vagues de grèves massives, une première en mai et une seconde en septembre 1945.

25Cela laisse entrevoir un autre aspect de la séparation entre la tête et le corps de la société, entre les classes propriétaires et la masse de salariés et des classes populaires.

Répartition des revenus selon les catégories de la population active en mai 1945

% de la population active % en revenu
Ouvriers, retraités, fonctionnaires, déshérités 85,5 23
Industriels, commerçants, professions libérales 14,5 77
  • 28 Cité in Geórgios Stathákis, «Οικονομία και Θεσμοί – από την προπολεμική ‘βιωσιμότητα’ στ (...)

26Éléments tirés d’un mémorandum de la Banque de Grèce, daté de mai 1945, “On the present structure of money incomes and the distribution of purchasing power among the greek population”28.

  • 29  Voir Chrístos Hatziiossif , 1987, “Economical Stabilisation and Political Unrest: Greece (...)

27Puisque l’État est encore loin, dans la première moitié de 1945, de contrôler l’ensemble du territoire, aucun plan économique ne peut guider les premiers efforts de « reconstruction ». Après Décembre, la seule solution pour les gouvernants est de « quémander plus d’aide aux Britanniques ». Bien entendu, quelques expériences « socialisantes » de l’automne 1944 – qui consistent à rouvrir sous contrôle ouvrier des entreprises impliquées dans les manœuvres spéculatives sous l’Occupation – sont abandonnées : cela marque la réorientation vers une politique de centralisation extrême29. La responsabilité des prises de décision est confiée à des comités interministériels réduits. La définition de la collaboration économique reste aussi vague qu’auparavant. Les cabinets ministériels ainsi que leurs interlocuteurs privilégiés (directeurs des banques, représentants de la Ligue des industriels, etc.) restent les mêmes, ceux qui avaient géré l’économie du pays avant la guerre et pendant l’Occupation.

  • 30  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, (...)

28Cependant, le pays se trouve une fois encore devant le spectre de la disette. Si pendant la guerre le pays est isolé, la fin du conflit en Europe favorise sa réintégration dans l’économie internationale. L’approvisionnement en vivres des villes dépend de l’aide extérieure. L’instabilité de la situation crée une forte mobilité de la grande masse des salariés, des petits entrepreneurs et commerçants30, les rendant prêts à changer d’affiliation politique afin d’améliorer leur position. Aussi, à la recherche d’alliances avantageuses, ces catégories sociales vont-elles se tourner vers les Anglais, l’État et les mécanismes de coercition.

  • 31  Pour une analyse des enjeux et des paramètres des politiques de stabilisation, voir (...)

29Pour réaliser l’ambition de stabiliser à la fois la monnaie et la situation budgétaire de l’État, il aurait fallu contrôler le circuit parallèle de l’or qui avait prévalu pendant l’Occupation31. Or, désormais, les seules forces armées à même d’opérer ce contrôle sont pour l’essentiel celles qui avaient été mobilisées par l’État collaborateur deux ans auparavant. Selon les lignes de démarcation de l’Occupation, ces forces se situaient à l’opposé des nouveaux gouvernants : un grand nombre des officiers et des hommes qui les composaient étaient déjà considérés comme des traîtres. La dissolution de l’ELAS rend aussitôt la frontière entre Résistance et collaboration doublement transparente : elle facilite la mobilité au sein de la zone grise de l’anticommunisme tout en rendant vulnérables les territoires et les réseaux économiques de la « Grèce libre ».

  • 32  Zygmunt Bauman, 2006, la Vie liquide, Rodez : Rouergue/Charbon.

30L’éthique politique de la Première Libération disparaît avec la frontière territoriale entre la Résistance et la collaboration. Cependant on ne peut pas comprendre comment sont instituées ces nouvelles lignes de démarcation sans étudier les évolutions parallèles qui sapent ces éthiques politiques. La « remise à zéro » institutionnelle, qui présente la reconstruction de l’État comme une « série de nouveaux commencements », ne peut se faire sans le dénouement forcé des liens et des alliances forgés sous l’Occupation32.

Les logiques de la Terreur blanche

31Dans le sable mouvant des institutions et des identités politiques, la violence contre l’ennemi intérieur s’entrecroise avec le processus de restitution du monopole de la violence légitime à l’État.

  • 33  Voir les éditions successives des Livres blancs de l’EAM sur la Terreur blanche et le (...)

32L’absence de contrôle tant sur les bandes royalistes que sur les mécanismes disciplinaires est une évidence autour de laquelle tournent aussi bien les protestations de l’EAM que les polémiques entre forces politiques qui se succèdent au sein des gouvernements33. La coexistence relativement autonome des deux anticommunismes, celui de la loi et celui du glaive, peut être tantôt antinomique et tantôt complémentaire.

  • 34  KCL/MGA, Info I, Koúndouros archive, Mémorandum du secrétaire général de l’EAM, Mitsos P (...)
  • 35  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά (...)

33Or, si c’est « un secret de polichinelle que les armes [étaient] et [restèrent] un produit toujours abondant en Grèce34 », la disette, elle, persiste. Les armes assurent l’accès aux richesses notamment à travers différentes formes de pillage35, ainsi l’activité des bandes anticommunistes est-elle liée au manque de vivres. Elle se joint aux efforts des nouveaux ministères précaires d’Athènes qui tentent d’instaurer une nouvelle légalité, et ces bandes partagent les mêmes motivations qui avaient poussé auparavant quelques milliers d’hommes à rejoindre les forces armées de l’État de collaboration ou à former la zone grise des organisations nationalistes. À ces motifs s’ajoute maintenant leur effort pour échapper aux processus d’épuration dont les conséquences visent ou touchent déjà une bonne partie du monde de la collaboration.

  • 36  Voir, notamment, Panaiótis Kleisioúnis, 1945, Η χωροφυλακή στη νέα κοινωνία [La gendarme (...)
  • 37  Giórgos Margarítis, 2003, «Δεκέμβρης 1944», η επανοποίηση της ελληνικής κοινωνίας» [Déce (...)
  • 38  Ce chiffre est estimé selon les votants de 1946. S’il semble exagéré, il ne l’ (...)

34Qui donc a intérêt à ce que se poursuive la violence anticommuniste ? Tout d’abord des anciens gendarmes, qui n’ont pas seulement des comptes à régler avec l’ELAS mais voient aussi, en tant que première cible de l’épuration, leur statut professionnel compromis dès novembre 194436. Par ailleurs, ces mêmes effectifs, réintégrés à Athènes lors de la bataille de Décembre, comprennent qu’une « stratégie de la tension » posant des obstacles à la normalisation de la vie politique du pays rendrait leurs services indispensables et les protégerait des purges37. Ces troupes, d’environ 20 000 hommes en 1945 et 40 000 en 1946, sont loin d’être un phénomène marginal : si l’on ajoute plus de 50 000 hommes dans les forces de l’ordre, ils représentaient une partie de la société qui, même dans sa phase embryonnaire, au printemps 1945, ne regroupait pas moins de 5 % du corps électoral de l’époque38 !

  • 39  [EAM], Λευκή Βίβλος [Livre blanc], 2, p. 48. 1er juin 1945. Les nouvelles sur (...)
  • 40  Rappelons que, pendant l’Occupation, dans les villages qu’il contrôlait, y compris à la (...)

35La Terreur blanche, déclenchée après décembre 1944, avait déjà entraîné à la fin de mai 1945 plus de 14 000 arrestations arbitraires, 152 assassinats, plus de 300 destructions de bureaux et toute une série d’autres actes de violence39. Les gouvernements successifs ne contestèrent jamais la véracité de l’ampleur de cette violence. Dans le compte rendu durant son mandat, le ministre de l’Intérieur Konstantínos Tsátsos*, entre avril et août 1945, décrit la situation chaotique dont il hérita et en attribue la responsabilité à ses prédécesseurs. En avril 1945, l’administration des collectivités locales n’est rétablie que dans quelques chefs-lieux de département (nomoi) alors que la plupart des communes du pays sont toujours dirigées par les triumvirats40 installés par l’EAM.

  • 41  Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών α (...)

36Quant aux forces de l’ordre, la ville d’Athènes et quelques îles comptant sur 60 % des effectifs de la gendarmerie, elles sont parfois très faibles ailleurs. Enfin, « la Garde nationale, en nombre insuffisant, tantôt s’impliquait, tantôt collaborait à l’armement des personnes qui devaient défendre, à titre privé, la campagne des membres de l’ELAS qui s’étaient enfuis dans les montagnes41 ».

37Capables de faire tout ce que – sous la contrainte des clauses de Varkiza pour la protection des libertés civiles – les forces de l’État officiel n’ont pas le droit de faire, les groupes paramilitaires constituent une force de frappe rapide et efficace affectée au démantèlement des réseaux et des institutions de l’EAM. Parallèlement, ils s’avèrent doublement utiles pour l’institution d’un État de droit (en théorie) sur le territoire national, puisqu’ils composent un grand réservoir humain où les forces de l’ordre puisent pour compléter leurs effectifs. Afin de combattre le « double banditisme » des « deux extrêmes », les détenteurs du pouvoir étatique développent une tactique d’attaque frontale et d’écrasement des uns et de réintégration discrète des autres. Une directive du ministre aux gendarmes prêchant une éthique de l’oubli ne laisse pas de doutes sur leur appartenance politique :

  • 42  Directive du nouveau ministre de l’Intérieur aux gendarmes, le 17 avril 1945.

Face à ceux qui emploient la barbarie, la vulgarité et la calomnie, notre arme est la justice et la civilité. […] Je vous demande d’oublier le sang que vous et vos confrères avez versé au service de la patrie. […] En vous montrant ce chemin je ne souhaite pas vous affaiblir, mais vous armer avec l’arme la plus puissante dont vous disposez, l’autorité morale et la justice42.

  • 43 Via une nouvelle législation : AC nos 28 et 29 et no 64, JO no 182 du 11 juille (...)

38Alors que 4 000 membres de la Garde nationale sont précipitamment intégrés dans les forces de la gendarmerie à la fin du mois de mai, les gouvernements organisent l’épuration de la police et de la gendarmerie43. Cette œuvre fut confiée à deux conseils administratifs de neuf membres : un conseil « interne », composé d’officiers du corps, et un conseil « externe », mixte, composé principalement de membres de la haute magistrature et d’officiers dont le nouveau chef de corps Sampanis, en service sous l’Occupation, est accusé de collaboration.

  • 44  Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών α (...)

39À la fin de l’été, ces comités avaient « épuré » 91 officiers de la police et 500 policiers en raison de leur participation à la « rébellion de décembre 1944 », ainsi que 277 gendarmes de « convictions républicaines », selon la presse du centre. Parallèlement avaient été réintégrés 200 gendarmes réformés en 1935 (retour du roi) et des policiers passés au service du gouvernement en exil en 1941. Quant aux présumés collaborateurs, les comités récusent l’effort des « chefs politiques et d’une partie de la presse pour stigmatiser en bloc les forces de l’ordre » et « l’effort des communistes pour décomposer la police et la gendarmerie » : ainsi, un an après la Libération, les autorités poursuivent encore minutieusement leurs enquêtes sur les collaborateurs, tout en assurant à l’opinion publique « qu’aucun d’entre eux encore en service n’y possède de fonction importante44 ».

L’État de droit(e) et la pensée nationale

  • 45  Voir la lettre de protestation de Tourkovassílis au régent archevêque Damaskinos, ELIA, (...)
  • 46  Konstantínos Tsátsos, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19  (...)

40Avant de définir l’assise idéologique de l’État, au lendemain de la Libération, les termes « pensée nationale » (Ethnikofrossyni-Εθνικοφροσύνη) représentaient encore une identité politique marginale, celle de l’extrême droite royaliste d’avant-guerre. Peu après Varkiza, le chef du dernier parti portant ce nom avant la guerre, Theódoros Tourkovassílis*, directeur de la Banque de Grèce sous l’Occupation, nommé par Rállis, et avocat de la défense au procès des gouvernements de collaboration, avait été formellement exclu des réunions des vieux partis politiques convoqués par le régent45. Par ailleurs, vers la fin de l’année 1945, K. Tsátsos identifiait encore les « soi-disant nationalement pensants » aux groupes paramilitaires royalistes – collaborationnistes qui terrorisaient les campagnes hors de tout contrôle étatique46.

  • 47  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά (...)

41L’évolution de ces termes de « pensée nationale » dans l’après-guerre est directement liée à l’effort des groupes royalistes pour s’intégrer dans le corps de la nation antifasciste. Afin d’établir des liens de continuité directe avec les groupes royalistes qui, sous l’Occupation, se trouvent dans la zone grise, les groupes constitués après la Libération se proclament doublement résistants – contre l’occupant et l’ennemi intérieur – et reprennent les sigles de ces organisations47. La revendication ou l’invention d’une origine résistante sous l’Occupation est révélatrice d’une autre continuité : celle de la diversité du camp anticommuniste.

  • 48  Nombreux sont les cas de ce genre. À titre indicatif, on peut mentionner celui de Doaníd (...)

42Les royalistes probritanniques au sein de l’appareil d’État reconnaissent graduellement le patriotisme de ces groupes – qui constituent la première base populaire de la « pensée nationale ». L’adoption de ces groupes par les nouvelles élites sert aux uns à mettre en valeur leur passé résistant et aux autres à s’en doter. La « pensée nationale » circonscrit le nouveau domaine de la légalité en le déplaçant à droite de l’échiquier politique. Car ce mouvement d’adaptation et de cooptation réciproque ne crée pas seulement un domaine anomique où les autorités peuvent tolérer l’activité des paramilitaires, mais crée également un domaine dans lequel elles peuvent collaborer activement avec eux. Au fur et à mesure, ce domaine s’étend au sein de l’appareil d’État, installant une zone d’anomie légale où les mécanismes disciplinaires se court-circuitent mutuellement et où la non-application des lois en vigueur ou des procédures judiciaires devient une règle tolérée, sinon justifiée48.

  • 49  Prokópis Papastrátis, 1984, British Policy towards Greece during the Second World War, C (...)

43La domination de cette éthique politique anticommuniste sur la gestion des affaires étatiques illustre le basculement de la balance politique à droite. Mieux organisés et mieux placés dans les différentes instances de l’État, les royalistes prennent très vite le dessus dans la course pour le contrôle du nouveau régime. Leur suprématie militaire leur permet de s’imposer sur le front intérieur tout en servant de garantie aux Britanniques qui cherchent à se désengager, l’entretien de leurs troupes sur place étant trop coûteux, tant matériellement que politiquement49. C’est ainsi que la droite s’érige en garante de l’ordre à l’intérieur.

  • 50  Voir l’introduction de Kóstas Kostís in Kyriakós Varvaréssos, 2002, Έκθεσις επί του οικο (...)

44La persistance des « mauvaises habitudes » économiques issues de l’Occupation contribue largement à l’échec du deuxième effort de stabilisation monétaire, tenté par Kyriakós Varvaréssos*, durant son court passage au ministère de l’Économie entre juin et septembre 1945. Le programme de ce dernier prévoyait : a) d’assainir les finances publiques à travers la taxation des grands revenus et des transactions immobilières sous l’Occupation, b) de freiner la spéculation de la « classe de la population qui, en disposant de biens matériels ou en s’occupant de la revente et du commerce, arrive à vivre aisément et à réaliser des bénéfices importants50 » à travers une politique d’augmentation des salaires puis de leur gel et du contrôle des prix.

  • 51  « Les deux conditions préalables pour que cette politique puisse être appliquée », idem. (...)
  • 52  Giórgos Kasimátis, ministre des Affaires sociales, 1945, Το οικονομικόν πρόβλη (...)

45Cette politique ne voulait pas simplement mettre la main sur les profits accumulés sous l’Occupation. À travers l’implication active de l’État dans la vie économique, les détenteurs du pouvoir voulaient obliger les détenteurs de capital à rompre avec les « mauvaises habitudes » – spéculer sur l’or aux dépens de la monnaie nationale et parasiter les circuits de distribution de l’aide extérieure –, et à se diriger vers des investissements productifs. Or le désordre politique et social et la mauvaise récolte agricole, ajoutés à l’agitation populaire privent cette politique d’alliances sociales, surtout au sein de la machine administrative51. Au bout de deux mois, l’inflation et le marché noir reprennent le dessus et Varvaréssos quitte son poste. Dans une ambiance de forte agitation populaire, les royalistes prennent les rênes de l’économie nationale en tant que force de conservation des structures existantes, avec un programme qui s’oppose aux politiques interventionnistes et propose le recours à l’aide extérieure52.

  • 53  Ce fut une évolution inaugurée déjà sous l’Occupation : l’aile conservatrice épousait le (...)

46La formation de la droite royaliste est le résultat d’une alliance entre une partie des élites d’avant-guerre et ceux qui avaient tiré profit des conditions irrégulières de l’Occupation. Cette alliance crée un nouvel espace politique, un « centre républicain », dont l’extrême plasticité est un indice infaillible de l’instabilité de cette transition. Les principaux représentants de ce bloc sont les libéraux du Caire. Bien que les Britanniques soutiennent leur politique économique et l’effort visant à renforcer les structures étatiques, ils se trouvent à court de moyens de coercition et d’appuis au sein de l’État. Cela rend impossible la mise en pratique effective d’une politique qui combine les deux piliers principaux de leur ligne, à savoir l’opposition au péril rouge et les principes d’un antifascisme libéral. La polarisation sociale tiraille déjà le camp libéral traditionnel entre les deux pôles du conflit civil53.

  • 54  Signé même par des politiciens qui avaient auparavant soutenu ouvertement les BdS : (...)

47À partir de la Libération, les efforts de stabilisation économique éloignent progressivement les libéraux de leurs appuis économiques d’avant-guerre qui s’étaient lancés dans la spéculation financière sous l’Occupation ; de surcroît, la volonté d’épurer l’appareil étatique de l’Occupation, et de la dictature de Metaxás, tourne vite à la violence des bandes royalistes contre leurs adversaires libéraux. Malgré les postes gouvernementaux qu’ils occupaient, les centristes n’ont pas su s’opposer activement à cette violence. Contraints, selon toute vraisemblance, par le rapport de force qui s’installe, convaincus que le communisme représente pour eux une menace beaucoup plus urgente, ils ne dépassent pas le stade de doléances présentées auprès du Premier ministre, s’exprimant par exemple en ces termes54 :

  • 55  Ce mémorandum a été abondamment utilisé afin de justifier l’activité criminelle (...)

La terreur établie dans tout le pays par l’extrême droite après le mouvement de décembre 1944 s’étend chaque jour et elle a déjà pris une ampleur et une violence telles qu’elle rend la vie de tout citoyen antiroyaliste insupportable, et exclut toute idée de libre déroulement d’un référendum ou d’élections. Ces organisations terroristes d’extrême droite, dont les principales ont été partiellement armées par les Allemands et ont collaboré de différentes manières avec eux, non seulement n’ont pas été désarmées ou poursuivies mais, au contraire, elles ont coopéré au grand jour avec les forces de l’ordre pour étouffer définitivement toute aspiration démocratique55.

  • 56  La rhétorique du double jeu du KKE qui aurait utilisé la façade de l’EAM sous l’Occupati (...)

48L’émergence du centre républicain exprime le glissement vers la droite du système politique en voie de construction sous la pression de la Terreur blanche. En combinant, dans un anticommunisme plus sophistiqué, la rhétorique républicaine avec la demande de condamnation de la collaboration, il représente un recours pour les sympathisants de gauche56. Or, dispersés entre différents milieux politico-journalistiques, sans organisations de masse, les dirigeants centristes ne surent pas toujours protéger leurs partisans de cette terreur. Un grand nombre de leurs militants partent rejoindre les rangs de la droite royaliste. Cet échec est aussi rendu visible par les manœuvres de chefs politiques, comme Papandréou qui conclut une alliance précaire avec le camp royaliste.

  • 57 Mémorandum de Partsalídis, (no 62), KCL/MGA, Info I, Koúndouros archive, Mémorandum du se (...)
  • 58  AC no 14 et AC no 15, JO no 47 du 14 février 1945. Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Inst (...)

49L’EAM fait le choix de ne pas combattre frontalement la Terreur blanche, et observe unilatéralement les clauses de Varkiza. Son attachement à cet accord dont « la violation [enlève] toute légalité au gouvernement ou à l’État qui la réalise ou la tolère57 », est proverbial. Mais en érigeant comme but ultime l’application de cet accord, il est pris au piège. L’article 2, qui donne à l’exécutif le droit de suspendre les articles de la Constitution garantissant les libertés politiques et individuelles des citoyens « jusqu’à l’achèvement du désarmement et jusqu’à l’installation des autorités administratives, judiciaires et militaires dans tout le pays », bafoue l’article précédent « sur les libertés » et, par là, le principe même de cet accord, la pacification. De manière symptomatique, l’Acte constitutionnel qui suspend les garanties sur les libertés civiles est publié dans le même numéro du Journal officielqui ratifie l’accord de Varkiza. Les conditions préalables au sujet de l’attribution de l’amnistie pour les « crimes contre la vie et la propriété », commis par ceux qui participèrent à la bataille de Décembre, rendent aussitôt possible la persécutionlégale des militants de l’EAM, à l’exception toutefois de leurs dirigeants, protégés par leur immunité en tant qu’interlocuteurs officiels de l’État58.

50Ce texte institue une division effective entre la direction et la base des signataires. Dès lors, l’État officiel peut laisser les bandes anticommunistes persécuter le bloc de l’EAM sans en assumer la responsabilité. Cela rend encore plus déterminant le rôle des élites qui disposent d’un fort capital symbolique. L’implication du champ juridique dans la réorganisation de l’État, et notamment de sa composante pénale, crée le maillon manquant d’une « chaîne de légitimité » liant les dirigeants de l’État à la fonction publique jusque dans ses échelons les plus inférieurs.

Notes

1  L’actualité nous procure une résurgence majeure de ce décembre 1944 en tant que « passé qui ne passe pas ». En décembre 2008, et lors des heurts entre manifestants et forces de l’ordre, plusieurs commentateurs, quelle qu’ait été leur position politique, parlèrent de « nouveau décembre 1944 », ou de « décembre no 2 », pour noter les parallèles ou les divergences, en Grèce mais aussi en Grande‑Bretagne. À titre d’exemple : voir Nick Squires, 2008, “Greeks turn their ire on the capital’s goose-stepping guards”, Daily Telegraph, 10 décembre ; voir Stathis Kalyvas, Níkos Marantzídis, 2008, «Τα Δεκεμβριανά ως φάρσα» [Les événements de Décembre en tant que farce], To Víma, 21 décembre, et l’insert Ios du journal Éleuthérotypia, 13 décembre 2008.

2  Mis à part les textes, brochures, articles ayant comme objet l’interprétation des faits de l’Occupation, voici à titre indicatif quelques ouvrages d’une littérature abondante pendant les cinq premières années qui suivirent l’événement : Themistoclis Tsátsos , 1945, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décembre 1944], Athènes : s. éd., p. 20 ; Achilléas  Kýrou, 1949, Η νέα επίθεσις εναντίον της Ελλάδος [La nouvelle attaque contre la Grèce], Athènes : Aetos. Très représentatifs des discours d’héroïsation/victimisation de la gauche sont les articles de Melpo Axioti dans Rizospástis, présentés en mars 1945 sous le titre général : «Απαντήσεις σε πέντε ερωτήματα» [Réponses à cinq questions] ; en décembre 1945, le journal officiel de l’EAMÉleuthéri Ellada publie la série d’articles intitulés « 33 jours » ; les livres de la poétesse Rita Boumi-Papa, 1945, Αθήνα, Δεκέμβρης 1944 [Athènes, Décembre 1944], Athènes : Néa Vivlia et de Menelaos Loudemis sur le « grand décembre » sont publiés en automne, voir la republication de ces trois textes réédités avec une préface de Thanásis Sfíkas, Bábis Gramménos (dir.), 2004, Αυτός ήταν ο Δεκέμβρης, Η ένοπλη απάντηση του λαού στην αγγλική κατοχή [C’était ça, Décembre, la réponse du peuple en armes à l’occupation anglaise], Athènes : Filistor. Intéressant est aussi le débat ouvert dans des revues scientifiques américaines comme celui dans l’American Slavic and East European Review , vol. 8, no 4 (décembre 1949), entre les historiens Leften S.  Stavrianos et William Neill ; respectivement : “The battle of Athens”, p. 239‑251, et “The outbreak of fighting in Athens: December 1944 ”, p. 252‑261. Voir aussi pour les débats immédiats dans la presse : Leften S. Stavrianos, 1945, “Greece: The war and aftermath”, in Foreign Policy reports, vol. XXI, 12, p. 73‑88 (in MGA/PM 28).

3  Geoff  Eley, 1996, “Legacies of Antifascism: Constructing Democracy in Postwar Europe”, New German Critique, no. 67, hiver, p. 73‑100, spéc. p. 75. Pour les implications directes dans l’opinion britannique, voir notamment : Alan J. Foster, 1984, “The Politicians, Public Opinion and the Press: The Storm over British Military Intervention in Greece in December 1944”, Journal of Contemporary History, vol. XIX, no. 3, juillet, p. 453‑494.

4  Geoff Eley, 1996, “Legacies of Antifascism: Constructing Democracy in Postwar Europe”, New German Critique, no. 67, p. 75.

5  Éric Hobsbawm, 1972, les Bandits, Paris : Maspero, p. 236.

6  Dans la brochure de l’ex-ministre de la Justice qui fut la première chronologiquement sur ce sujet, on trouve un récit qui formule et résume la nouvelle version dominante sur la résistance sous l’Occupation. C’est pourquoi nous nous permettons de citer ci-dessous longuement un extrait caractéristique : « L’EAM a commencé le premier son programme, les personnes qui détenaient publiquement les postes importants dans son organisation donnaient l’impression que [l’EAM] n’avait pas de couleur politique et qu’il était exclusivement national. Du coup, les gens ne voyaient pas pourquoi il fallait créer une autre organisation de Libération au-delà de l’EAM. Les agents du communisme ont employé un autre argument, fort et efficace, afin d’entraîner même les plus méfiants, ceux qui devinaient les arrière-pensées du communisme. On leur disait que, justement, pour que l’EAM n’ait pas un caractère communiste, il fallait que des non-communistes adhèrent, et qu’ils prennent en main sa direction. Naturellement, cela a pu en entraîner plusieurs, même parmi les meilleurs. Parce que les meilleurs sont toujours aussi les plus crédules. Mais même pour ceux qui n’avaient aucune illusion sur la “bonne foi” du communisme dans l’EAM, la meilleure voie n’était pas celle de l’hostilité et de la lutte contre l’organisation éamite. Ils devaient, en fonction de leur position, adopter une attitude amicale ou même participer à l’EAM ; ainsi, soit la participation du KKE à la direction de l’organisation serait limitée, soit la franchise crue du KKE devrait abandonner les faux-semblants, et ainsi leur coupure avec l’EAM trouverait une excuse morale inattaquable. C’est pourquoi au début, plusieurs soutinrent l’EAM ou devinrent ses alliés. Mais plus l’EAM devenait fort, plus le KKE relâcha sa retenue » in Konstantinos  Tsátsos, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décembre 1944], Athènes : s. éd., p. 18‑19.

7  Voir Leften S. Stavrianos, 1945, “Greece: The war and aftermath” in Foreign Policy reports, vol. XXI, 12, 1er septembre, Heinz Richter, 1986, British Intervention in Greece: From Varkiza to Civil War February 1945 to August 1946, Londres : Longwood. John  Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, Princeton : Princeton University Press. Chrístos Hatziiossif, 2007, «Δεκέμβρης του 1944, Τέλος και Αρχή» [Décembre 1944, fin et commencement], IEEA, C2, p. 363‑390. Giórgos Margarítis, 2003, «Δεκέμβρης 1944, η επανοποίηση της ελληνικής κοινωνίας» [Décembre 1944, la reconstruction de la société grecque], in Grigóris Farákos (dir.), Δεκέμβρης του 44 [Décembre 44], Athènes : Filistor, p. 21‑31.

8  Pierre Bourdieu, 1982, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, p. 20‑21.

9  Les négociations envisageaient un compromis pour mettre fin à deux mois d’hostilités entre l’EAM-ELAS et les forces des royalistes et ex-collaborationnistes secourus par les Britanniques, dans un conflit qui – à travers une série d’épisodes disparates – s’étendait déjà aussi dans le reste du pays. Voir par exemple sur les heurts parallèles dans l’île de Lesbos, ou en Épire : Éleuthéri Lesvos, «Μυτιλήνη Χριστούγεννα 1944, ή πώς εμποδίστηκε η απόβαση των Εγγλέζων» [Mitylène, Noël 1944, ou comment fut empêché le débarquement des Anglais], mars 1945. Tout au long des six semaines de négociations, tout scénario de réintégration éventuelle de l’EAM dans le nouveau cabinet gouvernemental, cependant envisagé entre les directions des deux camps comme moyen d’un retour à la normale, fut repoussé et exclu d’emblée par les Britanniques. Cette insistance explicite fut reçue comme un signe implicite favorable à la réactivation des groupes paramilitaires royalistes dans les campagnes. Le déclenchement de cette première vague de Terreur blanche, ne cesserait qu’à partir du moment où une armée nationale officielle et les forces de l’ordre restructurées prendraient la relève, assurant au nouvel État le monopole de la violence (anticommuniste) légitime.

10  Neuf articles plus annexes-projets de loi ; voir, pour le texte complet, John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944-1945, op. cit., Annexe 2.

11  Voir John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944-1945, idem.

12  Nicos  Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias, p. 111‑112.

13  Formule de l’écrivain Stratís Tsírkas pour décrire les dirigeants grecs se trouvant au Moyen‑Orient pendant la guerre, coupés des réalités, du « corps » du pays : Stratís Tsírkas, 1971, Cités à la dérive, Paris : Le Seuil, trad. Catherine Lerouvre et Chrysa Protopaki.

14  Correspond à la notion agambénienne de « force-de-loi » : Giorgio Agamben, 2003, l’État d’exception, Homo Sacer, Paris : Le Seuil, p. 70.

15  Quelques-unes de ces évasions furent signe d’un système pénitentiaire « relâché », permettant, entre autres, des incursions des bandes paramilitaires royalistes contre les détenus de gauche, ou des interventions musclées pour la libération des prisonniers : voir l’évasion de la prison Averof, Éleuthéria, 5 et 7 novembre 1944 ; de la prison de Tripolis, Éleuthéria, 2 mars 1945 ; d’Agrinio, To Víma, 13 février 1946 ; de la prison Chatzikostas dans le quartier de Kallithea et de Kalamata en janvier 1946, attaque organisée par la bande locale de Manganas transformée en organisation « X » ; voir Thomas Pentzopoulos, 2012, 1941-1950 Τραγική πορεία [1941-1950, La marche tragique] Tragiki Poreia, Thessaloniki : Epikentro.

p. 55. Voir aussi les décrets-lois consécutifs pour la décongestion des prisons : nos 525 et 526, JO no 215 du 25 août 1945 et les amendements apportés par la loi no 531 du 1er septembre 1945.

16  Voir Éleuthéria, 20 janvier 1946 et KCL/MGA PM73/46, Report of the British Legal Mission to Greece (Londres, 17 janvier 1946), H.M.S.O., Londres, 1946, p. 17‑18. La population totale des prisons avant la guerre était de 7 421 détenus en 1936 et de 7 446 en 1937 selon les éléments du Service national de statistiques (ESYE), 1939, Statistique de la justice civile et commerciale, 1937-1938, Athènes : Imprimerie nationale.

17  Heinz Richter, 1981, “The Varkiza Agreement”, in John Iatrides (dir.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/New Hampshire : New England University Press p. 291‑293.

18  Voir Alan J. Foster, 1984, “The Politicians, Public Opinion and the Press: The Storm over British Military Intervention in Greece in December 1944”, p. 462‑464 et p. 471‑475. Andrew  Thorpe, 2006, “In a ‘Rather Emotional State’? The Labour Party and British Intervention in Greece, 1944–1945”, English Historical Review, no. 493, vol. CXXI, Oxford : Oxford University Press, p. 1074‑1105. Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War, New York : Berghahn Books, p. 54‑56.

19  Walter Citrine premier secrétaire de la fédération, Jean Sagnes(dir.), 1994, Histoire du syndicalisme dans le monde, Paris : Payot.

20  Après les enquêtes sur les fosses communes des différentes banlieues de la capitale, le gouvernement a communiqué les chiffres d’environ 5 000 morts, dont 1 500 décédés de mort naturelle, 1 700 lors des combats et 1 800 exécutés par l’EAM (Kathimeriní, 15 mai 1946) ; ces chiffres furent mis en doute à plusieurs reprises par l’EAM, qui parlait d’un « Katyn grec ». Quand, en septembre, une liste officielle du gouvernement ne comprit qu’environ 500 nationalistes identifiés par leurs proches comme victimes de la violence éamique, l’EAM revendiqua le reste des victimes comme les siennes, Rizospástis, 9 septembre 1945 ; voir Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 340‑342.

21  Voir Anne Morelli, 2001, Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède, Bruxelles : Labor, p. 37‑42 ; à partir des archives du ministère des Affaires étrangères, relatées par Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 338‑339, 349 et les notes 138 à 142. 3 213 individus avaient été arrêtés comme combattants de l’ELAS et détenus dans les camps britanniques au Moyen‑Orient (à El Daba et Davan), dont quelques-uns y restèrent jusqu’en décembre 1946. Parmi eux, il y a eu des personnes qui n’ont eu que peu ou pas de rapport avec l’ELAS. Voir Thanásis Sfíkas, Bábis Gramménos (dir.), 2004, Αυτός ήταν ο Δεκέμβρης, Η ένοπλη απάντηση του λαού στην αγγλική κατοχή [C’était ça, Décembre, la réponse du peuple en armes à l’occupation anglaise], et le témoignage d’Alexis Karrer, 2004, Ελ Ντάπα, Η ιστορία της ομηρίας [El Daba, l’histoire d’une captivité], Athènes : Entos.

22 Report of the British Legal Mission to Greece, p. 16‑18 : Les éléments disparates qui composaient la réalité grecque furent ainsi justifiés par les lois alors en vigueur, et en l’absence de toutecritique sur la légitimité du dispositif des lois d’urgence qui avaient force d’amendement à la Constitution.

23  Selon les éléments officiels, en octobre 1945, les « rebelles » étaient seulement deux fois plus nombreux que les collaborateurs (6 027 contre 2 896). Dissimuler des procès politiques en assimilant les résistants à des criminels fut une pratique courante de l’État grec dans les années suivantes (voir Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War, op. cit. Par ailleurs, l’augmentation du nombre des détenus vint de ce que, bien que chaque mois on en ait relaxé environ 5 000, une moyenne de 6 000 autres étaient arrêtés et emprisonnés également chaque mois. La majorité de ces prisonniers étaient des militants de l’EAM, poursuivis collectivement par les autorités judiciaires (Report of the British Legal Mission to Greece, p. 15, 18). Il y eut par ailleurs des résistants jugés et condamnés comme collaborateurs pour actes de violence entre groupes résistants qui furent qualifiés d’hostiles au combat allié, et considérés comme favorables, de fait, aux forces de l’Axe pour avoir attaqué des citoyens grecs (collaborateurs). Voir le rapport d’un procès dans la ville de Missolonghi, Rizospástis du 7 février 1946.

24  Arlette Farge, 1997, Des lieux pour l’histoire , p. 94 ; en réponse à la campagne concertée du gouvernement et des Britanniques, l’EAM a publié un long rapport sous le titre explicite, « Le Katyn grec » : EAM, 1945, Το Ελληνικό Κατύν [Le Katyn grec], Athènes : Rigas (le texte est accessible sur : http://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=571888 (consulté le 13 août 2016) ; pour la propagande royaliste sur les atrocités, voir le « numéro spécial » où figurent de nombreuses photos de fosses communes et de cadavres mutilés, attribués à la « barbarie communiste » : journal Empros du 27 septembre 1945, jour anniversaire des quatre ans de la création de l’EAM.

25  Décret « sur la fondation des tribunaux spéciaux de collaborateurs à Iraklio, Kalamas, Volos », JO 152 du 15 juin 1945, p. 5.

26  Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, op. cit., p. 124‑135.

27  Selon les statistiques de l’UNRRA, 50 % de la population agricole et plus de 35 % des populations urbaines vivaient au-dessous du seuil de pauvreté. Voir To Víma, 24 mai 1945.

28 Cité in Geórgios Stathákis, «Οικονομία και Θεσμοί – από την προπολεμική ‘βιωσιμότητα’ στη μεταπολεμική ‘εκβιομηχάνηση’» [Économie et institutions, du « viable » d’avant-guerre à l’« industrialisation » d’après-guerre »], in Hagen Fleischer (dir.), Η Ελλάδα 36‑49, Από την δικτατορία στον Εμφύλιο, Τομές και συνέχειες [La Grèce 36‑49, de la dictature à la guerre civile, ruptures et continuités], Athènes : Kastaniotis, p. 351‑369, spéc. p. 357.

29  Voir Chrístos Hatziiossif , 1987, “Economical Stabilisation and Political Unrest: Greece 1944‑1947” in Lars Baerentzen, John Iatrides, Ole Smith (dir.), Studies on the Greek Civil War, Copenhagen: Museum Tusculanum Press, p. 32. Voir aussi Kostas Vergopoulos, 1981, “Emergence of the new Bourgeoisie”, in John Iatrides (dir.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, op.cit.

30  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 210‑233.

31  Pour une analyse des enjeux et des paramètres des politiques de stabilisation, voir Athanasios Lykogiannis, 2002, Britain and the Greek Economic Crisis, 1944‑1947: From Liberation to Truman Doctrine, Columbia : University of Missouri Press, p. 82‑111.

32  Zygmunt Bauman, 2006, la Vie liquide, Rodez : Rouergue/Charbon.

33  Voir les éditions successives des Livres blancs de l’EAM sur la Terreur blanche et le non-respect du traité de Varkiza, publiés ensemble in [EAM], 3 Λευκοί Βίβλοι του ΕΑΜ, Pontiki, Athènes, 1998 (nous les nommerons Lefki Vivlos 1 [mai 1944‑mars 1945], 2 [février‑juin 1945], 3 [juillet‑octobre 1945]). Voir à propos de Plastiras qui fut « licencié » à cause de son incapacité à « contrôler » la violence, Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλίου έως 10 Αυγούστου 1945 [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945], Athènes : Papazisis, p. 12.

34  KCL/MGA, Info I, Koúndouros archive, Mémorandum du secrétaire général de l’EAM, Mitsos Partsalídis, adressé à la cour martiale de Corinthe, daté d’octobre 1947, p. 9.

35  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], p. 275‑277 ; voir aussi les événements rapportés pour les hommes de l’EDES en Épire in ELIA, Archive Zervas, Imerodeíktis 1944, 22 et 23 décembre.

36  Voir, notamment, Panaiótis Kleisioúnis, 1945, Η χωροφυλακή στη νέα κοινωνία [La gendarmerie dans la nouvelle société], Athènes : s. éd. Apóstolos Daskalákis, 1973, Ιστορία της Ελληνικής Χωροφυλακής κατά την περίοδο 1936‑1950 [Histoire de la gendarmerie grecque dans la période 1936‑1950], Athènes : Éditions de la Gendarmerie, vol. 1, p. 529‑537.

37  Giórgos Margarítis, 2003, «Δεκέμβρης 1944», η επανοποίηση της ελληνικής κοινωνίας» [Décembre 1944, la reconstruction de la société grecque], in Grigóris Farákos (dir.), Δεκέμβρης του 44 [Décembre 44], Athènes : Filistor, p. 21‑31. David Close, 1995, “The changing structure of the right 1945‑1950”, in John Iatrides et Laura Wrigley (dir.), Greece at the Crossroads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press. Voir la déposition de Papandréou au procès des gouvernements. Parmi les hommes de ces groupes paramilitaires de cet anticommunisme du glaive se trouvait une bonne partie des officiers de l’armée qui avaient investi l’appareil collaborationniste ainsi que la masse de la pègre criminelle qui avait trouvé refuge dans les différentes formes des Bataillons de sécurité : voir Tásos Kostópoulos, 2005, Η αυτολογοκριμένη μνήμη, Τα τάγματα ασφαλείας και η μεταπολεμική εθνικοφροσύνη [La mémoire autocensurée. Les bataillons de sécurité et la pensée nationale d’après-guerre], Athènes : Filistor. Pour le Péloponnèse : Aristos Kamarinos , 2000, Ο Εμφύλιος Πόλεμος στην Πελοπόνησσο [La guerre civile dans le Péloponnèse], Athènes : Synchroni Epochi. Vaíos Kalogriás, 2005, «Ένοπλες ομάδες ανεξαρτήτων οπλαρχηγών κι εθνικιστών αξιωματικών στην περιοχή μεταξύ Στρύμωνα και Άξιου 1941-1944» [Groupes armés de chefs indépendants et d’officiers nationalistes dans la région entre Stymon et Axios, 1941-1944] in Níkos Marantzídis (dir.), Οι άλλοι καπετάνιοι [Les autres kapetanios], Athènes : Estia, pour la partie ouest de la Macédoine grecque.

38  Ce chiffre est estimé selon les votants de 1946. S’il semble exagéré, il ne l’est pas puisque les Anglais estimaient que les effectifs de la « X » combinés à ceux des bandes paramilitaires étaient supérieurs à 200 000, un chiffre apparemment gonflé en raison des doubles et triples appartenances mais symptomatique de la continuité et de la mobilité de cet espace politique. Voir Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946‑1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], Athènes : Pataki, p. 67‑86.

39  [EAM], Λευκή Βίβλος [Livre blanc], 2, p. 48. 1er juin 1945. Les nouvelles sur ces violences faisaient régulièrement la une des journaux de gauche et du centre. Le nombre des violences recensées cinq mois plus tard révèle l’intensification croissante de l’activité des bandes royalistes : dans son numéro du 14 novembre, Rizospástis faisait part de 780 personnes assassinées, 5 677 blessés, 28 450 cas de tortures et 70 528 arrestations par les forces de l’ordre (voir 1982, Report of the British Legal Mission to Greece).

40  Rappelons que, pendant l’Occupation, dans les villages qu’il contrôlait, y compris à la tête de l’ELAS, l’EAM a systématiquement mis sur pied un système de triade – un politique communiste, un militaire de carrière et un kapetanio, issu du rang, reconnu pour sa valeur de combattant ou de stratège.

41  Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλίου έως 10 Αυγούστου 1945 [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945], op. cit., p. 4‑5.

42  Directive du nouveau ministre de l’Intérieur aux gendarmes, le 17 avril 1945.

43 Via une nouvelle législation : AC nos 28 et 29 et no 64, JO no 182 du 11 juillet 1945 ; voir David Close, 1995, “The changing structure of the right 1945‑1950”, in John Iatrides et Laura Wrigley (dir.), Greece at the Crossroads, The Civil War and its Legacy, op. cit., p. 130‑132.

44  Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλίου έως 10 Αυγούστου 1945 [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945] op. cit., p. 22‑23.

45  Voir la lettre de protestation de Tourkovassílis au régent archevêque Damaskinos, ELIA, Archive Tourkovassílis, boîte 2 – dossier 2.3.

46  Konstantínos Tsátsos, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλιου έως 10 Αυγούστου 1945 [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945], op. cit., p. 5.

47  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 272‑274. Voir Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], Athènes : Kastaniotis, p. 352‑370.

48  Nombreux sont les cas de ce genre. À titre indicatif, on peut mentionner celui de Doanídis, à la fois condamné pour collaboration économique et envoyé du gouvernement pour la négociation d’un prêt, Lambou, condamné à mort pour collaboration, siégeant au quartier général de la sûreté athénienne, ou l’exemple d’un gendarme anonyme ayant livré à ses collègues un présumé communiste qu’il avait arrêté alors que plusieurs mandats d’arrêt restaient en suspens contre lui, histoire racontée par K. Tsátsos comme exemple de l’éthique des gendarmes in Konstantínos Tsátsos, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλίου έως 10 Αυγούστου 1945 [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945], op. cit., p. 14.

49  Prokópis Papastrátis, 1984, British Policy towards Greece during the Second World War, Cambridge : Cambridge University Press, p. 198-225.

50  Voir l’introduction de Kóstas Kostís in Kyriakós Varvaréssos, 2002, Έκθεσις επί του οικονομικού προβλήματος της Ελλάδος [Exposé sur le problème économique de la Grèce], Athènes : Savvalas.

51  « Les deux conditions préalables pour que cette politique puisse être appliquée », idem. p. 50.

52  Giórgos Kasimátis, ministre des Affaires sociales, 1945, Το οικονομικόν πρόβλημα [Le problème économique], «Βιβλιοθήκη Σοσιαλιστικής Ελληνικής Ενώσεως», Athènes, cité par Kóstas Kostís, 2002, in Kyriakós Varvaréssos, Έκθεσις επί του οικονομικού προβλήματος της Ελλάδος [Exposé sur le problème économique de la Grèce], op. cit.

53  Ce fut une évolution inaugurée déjà sous l’Occupation : l’aile conservatrice épousait le camp royaliste, tandis que l’autre s’alliait avec l’EAM. Voir les figures libérales comme Tsirimókos ou Svólos qui s’allièrent avec l’EAM ou le cas de Stylianós Gonatás, qui créa un parti royaliste, « national-libéral », le 18 mars 1945.

54  Signé même par des politiciens qui avaient auparavant soutenu ouvertement les BdS : Sofoúlis, Kafadaris, Tsouderós, Plastíras, Mylonás accompagnés par Redis, Merkoúris, Athanassiádis‑Nóvas. Éleuthéria, 5 juin 1945.

55  Ce mémorandum a été abondamment utilisé afin de justifier l’activité criminelle des bandes royalistes. JournalNea du 16 juillet 1945, la traduction en français est reprise dans le Mémorandum de M. Partsalidis, dirigeant de l’EAM à la Commission mixte des Alliésin KCL/MGA/Chron. I, p. 5.

56  La rhétorique du double jeu du KKE qui aurait utilisé la façade de l’EAM sous l’Occupation pour tromper les patriotes honnêtes, mais qui aurait révélé ensuite ses vraies visées révolutionnaires. Cela fut surtout l’œuvre du cercle d’Éleuthéria, voir par exemple Georges Seféris, 1985, Πολιτικό ημερολόγιο [Journal politique], Athènes : Ikaros, t. 2.

57 Mémorandum de Partsalídis, (no 62), KCL/MGA, Info I, Koúndouros archive, Mémorandum du secrétaire général de l’EAM, Mitsos Partsalídis, adressé à la cour martiale de Corinthe, daté d’octobre 1947, p. 2.

58  AC no 14 et AC no 15, JO no 47 du 14 février 1945. Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, op. cit., p. 109‑116. Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 281.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search