Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Première partie : un court interrègne (octobre 1944 – février 1945)

« Question de temps » : un consensus fragile pour la construction d’un appareil juridique (automne 1944)

“Matter of time” : the Fragile Consensus for the Construction of a Legal Device (Autumn 1944)

«Θέμα χρόνου»: η εύθραυστη συναίνεση για την κατασκευή ενός νομικού μηχανισμού (Φθηνόπωρο 1944)

Résumé

La mise en place d’un premier appareil judiciaire : comment juger rapidement et évacuer l’EAM du processus ? Papandreou perd le contrôle de la situation, la journée du 3 décembre 1944.

Texte intégral

  • 1  « Consolidation de l’ordre et de la liberté du peuple grec après la libération de la patri (...)

1Le gouvernement d’Union nationale est un gouvernement de fait, fondé sur le seul texte du Contrat national du Liban (mai 1944). Sans aucune référence à la Constitution d’avant-guerre déjà abolie en pratique par les mesures prises par Metaxás, l’exécutif réunit donc l’ensemble des pouvoirs pour mettre en œuvre les clauses des accords du Liban 1.

2Plus encore, en signant l’ensemble de la législation au nom du chef théorique de l’État – le roi – le Premier ministre acquiert de facto une position de régent. C’est une condition préalable, d’une part, pour que l’exécutif puisse mener à son terme un processus de fusion des deux régimes constitutionnels et, d’autre part, pour que Papandréou puisse, de concert avec les forces alliées, avoir la marge de manœuvre nécessaire pour gérer la question brûlante de la démobilisation. Par la suite, la formation du dispositif légal et la construction de l’appareil juridique seront confiées exclusivement à l’exécutif, suivant les différentes exigences de la conjoncture.

  • 2  Sur le modèle français, mais à la différence de la France, où la législation en matière d’ (...)
  • 3  Acte no 4 in PEEA, 1944, «Δελτίο Πράξεων και Αποφάσεων» [« Actes et résolutions » du Comit (...)

3Le projet de loi préparé par le ministre de la Justice, Thémistoclès Tsátsos, est élaboré selon le modèle français 2. Or, hormis la condamnation officielle des BdS, indispensable pour que les ministres de l’EAM acceptent de rejoindre le gouvernement Papandréou, aucun texte législatif n’accompagne l’arrivée du gouvernement sur le sol national. Les seules punitions de traîtres sont celles effectuées par l’ELAS et la seule législation « en vigueur », l’acte no 4 du gouvernement des Montagnes de l’EAM3.

  • 4  Numéro du 27 septembre 1944, p. 2.
  • 5  3 octobre et 9 octobre 1944 ; à propos de la crainte de l’ELAS que le BdS d’Athènes ne pro (...)
  • 6 Éleuthéri Ellada, 8 octobre 1944.

4La « loi sur les sanctions » ne cesse d’être annoncée, discutée et négociée au sein de la délégation du gouvernement. Sa principale prérogative est d’encadrer et de modérer la violence de l’ELAS jusqu’à l’installation complète du gouvernement. Chaque partie assure à ses partisans que l’autre respectera ses engagements. Les journaux libéraux annoncent la création de « tribunaux populaires » qui feront preuve de sévérité tout en restant « dans le cadre de la légalité4 ». Puis, pour éviter que le seul BdS resté en fonction dans la ville d’Athènes ne provoque l’intervention de l’ELAS, la presse libérale certifie à plusieurs reprises que l’EAM respectera les ordres émis par le « gouvernement national »5. De son côté, le journal officiel de l’EAM publie, le 8 octobre, les déclarations de Tsátsos, selon lesquelles les peines pour les collaborateurs oscilleraient entre cinq ans de prison ferme et la peine capitale. Enfin, tous annoncent unanimement l’introduction d’une nouvelle peine d’« indignité nationale », toujours selon le modèle français, tant pour la période de l’Occupation que pour celle de la dictature entre 1936 et 19416.

  • 7  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. (...)
  • 8  Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος [La libération de la Grèce], op. cit(...)

5L’objectif des anticommunistes est de stabiliser la situation à Athènes et de gagner du temps, jusqu’à ce qu’il soit possible de contrôler l’ensemble du territoire. C’est dans cette perspective que le Premier ministre prononce son fameux « discours de la Libération » : face à une foule rouge inondant la place de la Constitution, il doit « lutter contre et, éventuellement, dompter [cette] foule7 ». L’effort pour satisfaire le désir de vengeance à l’égard des collaborateurs y tient une place centrale : ce discours reste dans la mémoire par sa promesse que, pour les traîtres, « la Némésis nationale serait implacable ». Or, un regard plus attentif permet de remarquer que, exaltations rhétoriques mises à part, les seules allusions concrètes à la punition des collaborateurs sont, primo, celle des garanties prévues pour que la punition ne devienne pas un moyen de représailles, et secundo, qu’en Grèce les faits de collaboration sont minimes par rapport aux autres pays en raison du dévouement général à la cause alliée8. Cette première version officielle du mythe de la majorité résistante va donc de pair avec l’identification de la cause résistante à la cause alliée. Parallèlement, laisser dans l’obscurité les divisions intérieures rend plus vague la catégorie des présumés collaborateurs à poursuivre.

6Le spectre de la « loi sur les sanctions », avant même qu’elle ne soit promulguée, représente la limite entre la guerre et la paix et le passage à une nouvelle légalité.

  • 9 The Times, 19 octobre 1944, p. 4 ; même si parmi les auteurs de l’attaque meurtrière se tro (...)
  • 10  Voir la directive du Comité central de l’EAM d’Athènes, le 21 novembre 1944, conseillant à (...)
  • 11 Éleuthéria, 5 novembre 1944.
  • 12 Ellinikón Aíma, 2 et 4 novembre 1944.

7Comme on vient de le voir, dès sa première annonce officielle, la condamnation des crimes passés permet, aux anticommunistes du gouvernement, non seulement de s’affilier à l’éthique politique de la Résistance mais aussi, et surtout, de dissimuler les crimes qui se produisent au même moment. Alors que l’enquête préliminaire sur l’affaire du premier massacre des collaborationnistes s’éternise, la presse britannique choisit de présenter l’incident comme un conflit entre les deux principales organisations de la Résistance9. L’enjeu principal du débat public porte alors sur la définition de la collaboration politique et militaire. L’EAM continue à considérer la collaboration comme un crime administratif, accusant en bloc l’appareil d’État sous l’Occupation. Ainsi, il publie dans ses journaux des listes de hauts fonctionnaires présumés collaborateurs. Alors que ses journaux offrent une définition politique de la trahison en dénonçant indistinctement les « traîtres et les fascistes », les anticommunistes qui, dans un premier temps, s’étaient alignés sur cette rhétorique patriotique en adoptant un discours d’exclusion des « traîtres » à la communauté nationale10, soucieux de préserver la continuité de l’État, réfutent cette conception politique du crime selon laquelle des sanctions collectives doivent être infligées. Ils mettent en avant le principe d’une responsabilité individuelle, propre à la justice pénale libérale en se bornant à criminaliser les seuls agents des SS et de la Gestapo. Dans les quotidiens libéraux, les arrestations de ces derniers font d’ailleurs l’objet des colonnes policières qui dressent les portraits criminels des tortionnaires ou des agents masqués qui dénoncent les patriotes dans les rafles de quartier. Par ailleurs, ces portraits se dépolitisent graduellement, prenant davantage le caractère de faits divers, d’histoires « piquantes », comme celle d’une Mata Hari grecque, maîtresse à la fois d’un officier allemand, d’un Italien, et de deux collaborateurs grecs 11. De leur côté, les royalistes, fidèles à une définition qui limitait le crime de trahison aux seuls hauts fonctionnaires, tonnent surtout contre « l’action révolutionnaire de l’EAM », en critiquant le gouvernement pour une attitude jugée trop sensible aux pressions exercées12.

  • 13  Ainsi parlait l’ex-batailloniste, plus tard intégré dans l’armée nationale, dans un (...)
  • 14  Pour l’état des lieux dans les centres de détention des collaborateurs, voir les témoignag (...)

8Parallèlement, détenus dans la prison Averof, les membres des gouvernements de collaboration ne manquent pas de mettre l’accent sur leur contribution décisive à la lutte contre le communisme devant des agents du SOE et des journalistes britanniques, les seuls observateurs qui ont le droit de visiter le lieu et qui en ont laissé un témoignage. Assiégés jour et nuit par des manifestants qui demandent leur tête, « dans un tableau qui rappelle le premier cercle de l’Enfer du grand Florentin », généraux, colonels et hommes d’État en tenue solennelle jouissent du respect de leurs surveillants. Par ailleurs, quelques-uns soutiennent qu’ils ne sont pas en détention mais sous un régime de protection. C’est aussi le cas pour les Bataillons de sécurité qui, campés dans l’École de gendarmerie et pas encore totalement désarmés, se cantonnent encore au « seul endroit où ils pouvaient respirer de l’air libre » sans manquer de reprendre leur activité contre des militants de l’ELAS à chaque fois que l’occasion se présente13. Or la plupart des collaborateurs de haut rang de la prison Averof se tournent vers Rállis, leur dernier Premier ministre « qu’ils admireraient toujours en tant que leur dirigeant ». Ce dernier, avocat de métier, prépare leur défense juridique en fondant son argumentation sur la continuité de sa politique avec les législations anticommunistes de l’État grec de l’entre-deux-guerres, en rappelant qu’il n’a fait que suivre la dernière consigne du roi qui, au moment de la capitulation, a amnistié tous les détenus de droit pénal à l’exception des communistes. Par ailleurs, il ne manque pas l’occasion d’exprimer sa loyauté envers les nouveaux maîtres du jeu, en évoquant la soumission exemplaire des BdS à leur direction et le retour du roi comme seule solution aux tourments du pays14.

  • 15 Éleuthéria, 20 octobre 1944, p. 2.
  • 16  Richard Capell, étranger aux enjeux de ces controverses, en donne un compte rendu intéress (...)

9Il demeure symptomatique que, si la question de la collaboration politique et militaire est abondamment discutée et développée, la question de la collaboration économique reste, quant à elle, largement indéterminée. À l’exception d’une liste de sociétés et d’ingénieurs ayant collaboré aux travaux publics effectués pendant l’Occupation, délivrée par la Chambre des ingénieurs au ministre des Transports tout de suite après l’installation du gouvernement à Athènes15, aucune des parties ne semble alors disposée à ouvrir le débat plus profondément. Séparer le bon grain de l’ivraie en matière de collaboration économique se révèle complexe en effet, non seulement en raison de la multitude de gens ordinaires impliqués d’une manière ou d’une autre (pour gagner leur vie), mais aussi parce que même les entrepreneurs ou les grands commerçants qui ont pu faire fortune grâce à leurs rapports avec les forces d’occupation ont souvent pris le soin de financer l’un ou l’autre camp grec avec une partie de leurs profits. Il semble que, particulièrement « au sein du camp radical » où « on pouvait toujours entendre le mot dosilogos (collaborateur) ou prodotis (traître) », le terme commence à être utilisé « trop souvent », instrumentalisé par des dissensions politiques ou personnelles, ce qui renforce davantage la confusion16.

L’Acte constitutionnel no 1 (3 novembre 1944) et la mise en place du dispositif judiciaire

10Le mot d’ordre du nouveau cabinet gouvernemental après son entrée en fonction fut « Alimentation, liberté, loi, sanction des traîtres ». Alors que l’EAM exige l’application de cette loi et le commencement des procès comme conditions préalables à la discussion sur la démobilisation de ses troupes, le journal libéral Éleuthéria soutient dans son éditorial la revendication suivante :

  • 17  Éditorial du journal Éleuthéria, 27 octobre 1944.

Les coupables doivent être punis sévèrement et immédiatement. Mais la peine ne peut pas être une vengeance. Le châtiment est la conséquence du crime. Il regarde le futur plus que le passé. Il ne vise pas tant la revanche pour un crime commis que la prévention de tels crimes dans le futur. La punition des coupables est un ordre impératif du droit et de la patrie. […] Pour en finir. Car le culte de la traîtrologie comme genre littéraire ou radiophonique n’est profitable à personne17.

  • 18  Discours de la Libération, in Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος (...)

11L’idée d’une justice « tournée vers l’avenir » ou, selon les termes de Papandréou, d’une « épuration des responsabilités du passé, qui dissipera la juste indignation populaire et installera les fondements stables de la renaissance nationale18 », témoigne du souci des libéraux de clore au plus vite le chapitre de la Résistance et de récupérer une bonne partie de leur base traditionnelle qui avait entre-temps adhéré à l’EAM. En l’occurrence, la tactique de l’EAM porte ses fruits : désireux de restituer à l’État le monopole de la violence légitime face au déploiement de la force de frappe de l’ELAS, et pressé par sa propre famille politique, Papandréou fait toutes les concessions nécessaires pour préserver autant que possible l’équilibre fragile dans la capitale.

  • 19  Voir à ce sujet Procopis Papastratis, 1987, “The purge on the social services”, in Lars  (...)

12Un premier élément de ses manœuvres est le projet de loi sur l’épuration de la fonction publique, présenté en Conseil des ministres en même temps que « la loi sur les sanctions ». Ce projet, qui prévoit le licenciement en bloc de tous ceux qui avaient été embauchés depuis le coup d’État de 1936 jusqu’à la fin de l’Occupation, sert à la fois de critère de restauration tant du lamentable état des finances publiques que de celui d’État de droit, mettant ainsi entre parenthèses la période illégitime ouverte depuis la suspension de la Constitution en 193619.

  • 20  Éleuthéria, 31 octobre 1944.

13Autour de la rédaction finale de ce texte, une dernière manœuvre, fort révélatrice de ces intentions, a avorté. Dans une première rédaction en effet, rendue publique fin octobre, « ceux qui, ayant collaboré dans un premier temps avec l’ennemi, mais [qui] ont montré ensuite une conduite patriotique » auraient pu voir leurs accusations tomber. Cette clause, surtout désapprouvée pour le cas des collaborateurs économiques qui ont ensuite « passé quelques miettes aux organisations de la Résistance », a été rapidement supprimée dans le texte définitif de la loi20.

« La montagne a accouché d’une souris »

  • 21  AC no 1, JO 12 du 6 novembre 1944, p. 31‑36. Désormais : AC no 1.

14La loi « sur l’imposition de sanctions pénales contre ceux qui ont collaboré avec l’ennemi21 », entérinée le 3 novembre 1944 et mise en vigueur trois jours plus tard, prend la forme d’un Acte constitutionnel. C’est le premier texte majeur d’une législation d’exception ratifiée exclusivement par l’exécutif. Pour délimiter sa juridiction, le premier article définit ainsi le crime de collaboration :

Toute personne qui pendant l’Occupation ennemie a collaboré intentionnellement et par traîtrise avec l’ennemi et, de ce fait, a tiré un profit quelconque ou causé un dommage au combat national ou à la lutte des Alliés ou à des citoyens grecs ou à des citoyens d’un État allié, sera sanctionnée selon les clauses de la présente loi.

  • 22  AC no 1, article 2, alinéa 10.

15Cette limitation de la collaboration dans le cadre du combat des Alliés reflète l’alliance occasionnelle entre les deux pôles du gouvernement dans le cadre de l’alliance antifasciste. Dix alinéas de l’article 2 définissent les cas de collaboration : les trois premiers se réfèrent exclusivement à des crimes politiques et visent les gouvernements et les hauts fonctionnaires du régime de collaboration. Un autre sanctionne la participation en tant que journaliste ou militant à la propagande de l’Axe. Cet alinéa relève aussi de la définition du code pénal pour la période de guerre et élargit son champ d’application à des crimes commis par des civils. À la suite de cette jonction entre juridiction pénale et juridiction civile s’ajoutent quatre alinéas sanctionnant des crimes qui relèvent directement de la « haute trahison » : les visées indépendantistes « contre l’intégrité du pays », l’espionnage en faveur de l’ennemi, l’obstruction au combat des Alliés, et la dénonciation de citoyens grecs ou étrangers œuvrant pour le combat national ou allié. Une catégorie particulière définit « les violences commises de concert avec les autorités d’occupation contre des Grecs à cause de leur activité contre l’ennemi » (alinéa 6). Alors que la collaboration politique et militaire est décrite en détail pour les chefs et les responsables de l’appareil politico-militaire de collaboration, pour les collaborateurs économiques, seul le dernier alinéa fait une vague référence à « ceux qui ont collaboré avec l’ennemi pour en tirer un profit22 ».

  • 23  Article 5, voir aussi Anne Simonin, 2003, « L’indignité nationale : un châtiment républi (...)

16Les peines prévues pour les actes définis ci-dessus suivent les clauses de la loi pénale d’avant-guerre relatives à la trahison nationale. Par ailleurs, la loi porte les empreintes de la transgression des limites entre militaires et civils durant la guerre en joignant les juridictions civile et pénale. Suivant le modèle de la législation française, l’Acte constitutionnel no 1 introduit en effet la peine d’« indignité nationale » pour les citoyens qui n’ont pas commis un délit pénal, mais qui « ont collaboré avec l’ennemi de manière indigne pour un citoyen grec, en facilitant l’œuvre de l’occupation23 ».

17Même si la définition prioritairement politique du crime reflète l’hégémonie relative de la vision de l’EAM – surtout en précisant que la possession de postes publics élevés constitue une circonstance aggravante – l’affirmation de la volonté de punir jusqu’aux plus hauts gradés de la fonction publique constitue une condition indispensable, pour le gouvernement d’Athènes, pour regagner la confiance des masses populaires. Des efforts sont faits pour que le fonctionnement de la justice et le compromis entre les deux partis influençant l’opinion en faveur de l’État en place deviennent visibles surtout dans les dispositions réglementant la composition et la constitution des tribunaux.

  • 24  AC no 1, article 10 : les militaires devraient être choisis parmi ceux qui avaient parti (...)

18La loi institue des tribunaux spéciaux des collaborateurs (TSC), instances juridiques créées ad hoc dans les sièges de toutes les cours d’appel du pays. Cette « justice de transition » de la guerre à la paix ainsi que la volonté de transmettre le contrôle du fonctionnement de ses tribunaux à l’exécutif sont mises en évidence par la nomination des présidents directement par le gouvernement, à partir d’une liste de hauts dignitaires de la magistrature (civile et militaire), choisis selon leur « conduite nationale » sous l’Occupation24.

  • 25  Entrer dans le détail de ladite « crise de démobilisation » en novembre 1944, qui a susc (...)

19Pour mieux comprendre les complications pénales et pénitentiaires, revenons ici aux étapes successives du processus. Le lendemain de la publication de l’Acte constitutionnel à propos des sanctions pour fait de collaboration, le PEEA (gouvernement des Montagnes de l’EAM) a rendu publique son autodissolution, scellant ainsi, au niveau constitutionnel, la concentration du pouvoir entre les mains du gouvernement d’Athènes. Le lendemain, le Premier ministre inaugure les négociations pour la démobilisation des forces résistantes en publiant unilatéralement un décret qui impose des délais impératifs : environ trois semaines pour la dissolution de la Garde civile et son remplacement par une Garde nationale, et un mois pour la démobilisation des armées résistantes25. Autrement dit, l’approbation de la loi fixe les échéances pour la crise politique à venir.

  • 26  Les commissaires spéciaux furent chargés de renvoyer les affaires à l’audience au plus t (...)
  • 27  Voir à ce sujet le journal Rizospástis de 28 octobre 1944. Aussi Sólon Grigori (...)

20On peut aisément repérer comment ce texte législatif est le résultat d’un compromis entre les deux visions. Tous les délais de l’instruction préliminaire témoignent de l’intention d’infliger des peines de manière expéditive afin qu’un minimum de présumés collaborateurs puisse s’échapper26. Une série de dispositions intègre le résultat des nombreuses instructions préliminaires effectuées par l’appareil de l’EAM. Après avoir constaté que certains des prisonniers que l’ELAS a livrés à la police durant le mois d’octobre ont été relaxés entre-temps, on révise la modalité de la passation des responsabilités : une attestation de détention doit être fournie aux autorités de l’EAM en échange de l’intégralité du dossier judiciaire que ces dernières ont déjà constitué27.

  • 28  Correspond en France au procureur de la République, mais on ne peut utiliser ce (...)
  • 29  Éleuthéria, 2 novembre 1944.
  • 30  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolutio (...)

21L’efficacité de cet appareil judiciaire, ainsi que la précipitation du gouvernement à remettre ces procédures entre les mains des instances officielles, devient manifeste quand, le 23 octobre, la veille même du remaniement du cabinet ministériel et moins d’une semaine après l’installation du gouvernement à Athènes, le procureur de l’État28, Périvoliotis, est chargé de faire le tri parmi 200 dossiers déjà constitués ! Il est assisté par dix magistrats devant décider lesquels parmi les détenus devraient rester en détention provisoire. Les procureurs chargés de ces affaires, siégeant désormais directement dans les locaux de la police au « Centre de détention des citoyens étrangers », demandent plus d’effectifs pour pouvoir mener à bien tant le travail judiciaire que les arrestations29. Cependant, début novembre, le nombre total des détenus de la collaboration à Athènes reste modeste : 532 arrêtés dont 400 officiers supérieurs de l’armée ayant pris leur service sous les gouvernements de l’Occupation, et seulement 132 civils. Mis à part les effectifs des BdS détenus ailleurs, il reste encore en suspens quelque 800 mandats d’arrêt30.

  • 31  AC no 1, articles 16, 24 et 29.

22La volonté du législateur de faciliter le déroulement rapide de ces procédures – mais aussi de faire disparaître dans la mesure du possible les traces de l’appareil de l’EAM dans le nouvel État – se reflète dans la disposition de l’article 20 qui interdit « toute exception de nullité contre l’instruction préliminaire ». La loi comprend plusieurs clauses exceptionnelles qui suppriment des garanties fournies par la procédure pénale ordinaire, telles que l’interdiction de juger un accusé par contumace pour des crimes graves, le droit au recours contre un verdict de condamnation, ou le droit de demander une mise en liberté provisoire en cas d’ajournement des débats31. Enfin, les accusés n’ont pas non plus le droit de récuser un membre du tribunal.

23Le point le plus critique est la composition de la cour par une majorité de jurés civils. Combinant les procédures pénale, civile et militaire, les tribunaux spéciaux doivent comprendre ces différentes composantes. Les présidents, les commissaires et les commissaires adjoints chargés d’effectuer l’instruction préliminaire et de participer à l’audience en tant que procureurs de l’État sont sélectionnés parmi des magistrats professionnels civils ou militaires ; deux autres membres de chaque tribunal doivent être des officiers, dont un d’active et l’autre, réserviste. Enfin, la cour est complétée par un corps de quatre jurés civils. Les chambres de commerce, ordres de médecins ou pharmaciens, syndicats ouvriers ou coopératives agricoles sont chargés de constituer, selon leur attitude patriotique sous l’Occupation, des listes à partir desquelles chaque président, par tirage au sort, désignera les membres des tribunaux spéciaux. Les commissaires ne participent qu’au titre du ministère public, cantonnés à un rôle de rapporteur. Quatre membres sur sept (soit cinq au total, compte tenu du juge militaire de réserve) du tribunal sont des civils. Cela assure une mise en scène de la « nation combattante » dans le théâtre judiciaire.

24La composition des tribunaux spéciaux leur a valu aussi la dénomination de tribunaux populaires. Ce symbolisme, riche en connotations liées aux tribunaux de l’EAM qui continuaient à fonctionner ici et là, convenait à tous les camps pour des raisons différentes. Pour l’aile radicale de l’anticommunisme, ce terme renvoie à une loi dictée par les communistes qui doit être renversée ; pour les anticommunistes libéraux, cela rappelle leur combat pour la dissolution définitive des institutions de la justice populaire ; enfin, pour la direction de l’EAM, c’est un moyen de créer la confiance nécessaire à son intégration dans le nouveau système politique. Or la formation d’un consensus sur le papier n’est que le point d’intersection de cette alliance précaire entre les différentes composantes de la Résistance antifasciste, car dans les faits, chaque camp poursuit des objectifs divergents.

  • 32  Les royalistes soutinrent que ce mode de nomination était illégal, puisque propre à une (...)
  • 33  Rizospástis, 22 novembre 1944.

25La composition du tribunal est le premier obstacle évoqué par le ministre de la Justice pour justifier l’ajournement de la mise en place du dispositif juridique. Quoique les juges chargés des dossiers aient été nommés dès le 9 novembre, Nikólaos Avraám (ministre de la Justice du gouvernement Papandréou) admet l’objection royaliste sur la nomination des jurés civils selon le critère de participation à la Résistance32. Par ailleurs, pendant encore deux semaines, les ministres du gouvernement ne savent se mettre d’accord ni sur le « commissaire général » qui se chargerait de la surveillance de ces procédures exceptionnelles, ni sur les détails de la passation des dossiers existants33.

  • 34 Rizospástis, 22 novembre 1944.

26Entre-temps la tension monte au sein du gouvernement. Alors que Papandréou essaie de précipiter la démobilisation de l’ELAS, atermoiements et hésitations se suivent : tant que les problèmes pratiques de la mise en place des TSC s’éternisent, l’EAM essaie de reporter la démobilisation. Quand le juge Tsadilas est finalement nommé au poste de commissaire général, il n’y a pas d’espace disponible pour son installation au palais de justice, ni à la cour d’appel ni au tribunal de première instance. Et quand on lui trouve une place, en réquisitionnant un hôtel du centre-ville, il manque les fournitures de bureau34 !

  • 35  En 1931, une loi qui restreignait les libertés de la presse promulguée par Avraám (...)
  • 36 Rizospástis, 18 novembre 1944.

27Ces faits réveillent la vieille inimitié entre le KKE et le ministre de la Justice qui datait du passage de ce dernier à ce poste de décembre 1930 à janvier 1931 (il faisait déjà partie du gouvernement libéral d’Élefthérios Venizélos qui avait voté la loi Idiónymo contre les communistes en 1929). Une polémique quotidienne se déclenche dans la presse à propos des atermoiements de certains juges dénoncés comme collaborateurs par l’EAM dans les tribunaux régionaux35. Alors que la presse anticommuniste condamne en bloc la « politique de discorde » de l’EAM, la presse de cette dernière publie quotidiennement des listes de collaborateurs toujours en fonction dans les services publics et dénonce la préparation d’un coup d’État royaliste. En réponse, le général Spiliotópoulos, qui occupe pendant ces semaines critiques les postes de directeur général du ministère des Affaires militaires et de sous-chef de l’état-major, impose des sanctions administratives aux hommes des BdS tandis que l’EAM dénonce cette mise en disponibilité provisoire, comme une préparation en vue de leur réintégration, en plein processus de réorganisation des forces étatiques36.

  • 37  Voir George. M. Alexander, 1981, “The demobilization crisis”, op. cit., p. 273‑274. (...)

28Ces contestations, nourries par des affrontements militaires de plus en plus fréquents entre les bandes nationalistes et l’ELAS dans les rues de la capitale, montrent leur signification profonde quand, quelques jours plus tard, le ministère des Affaires militaires publie la liste des officiers chargés de l’organisation de la Garde nationale qui doit remplacer la Garde civile de l’EAM le 1er décembre : 8 officiers sur 14 ont servi dans les Bataillons de sécurité. Se rendant compte qu’il est en train de perdre le contrôle de son propre camp au profit des royalistes – chargés de réorganiser les forces armées – Papandréou tente une ultime manœuvre en écartant le chef de l’état-major et en lui substituant un général de l’ELAS37. C’est sa dernière concession puisque, par la suite, les décisions du gouvernement ne feront qu’intensifier la tension avec l’EAM.

29En ayant déjà abandonné les attaques indirectes et en accusant désormais ouvertement l’ELAS d’extrémisme, la presse libérale demande à la fois la punition des collaborateurs et l’isolement de l’« extrême gauche » de l’EAM, en mettant en avant la théorie des deux extrêmes. Dans un éditorial intitulé « La gauche et le fascisme », le journal Éleuthéria note :

Le fascisme n’est pas un danger : non pas parce que défendre la liberté n’est pas du devoir de tous, mais parce que, entre ces deux groupes, extrême gauche et extrême droite, il y a une interconnexion intime du point de vue des méthodes qu’ils emploient dans le champ politique. […] N’importe qui, même sans la moindre instruction, peut apercevoir des analogies frappantes. Si un Athénien, qui a vu Rome au moment où le fascisme s’organisait ou le régime du 4 août, se réveillait aujourd’hui et entendait les mots d’ordre de l’extrême gauche, il ne verrait pas de changement dans les méthodes et les schémas de la propagande. Les mêmes moyens pour fanatiser la jeunesse, les mêmes rituels pour les manifestations. […] Le même manque de tolérance en ce qui concerne l’esprit critique. Autrement dit, ces deux systèmes, par définition dictatoriaux, n’ont pas le sens de la liberté. Or, c’est ce qui doit intéresser le peuple, particulièrement aujourd’hui.

  • 38  Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’Occupation], Athènes : Est (...)

30Attaqué par les royalistes pour son attitude jugée trop réservée ou favorable vis-à-vis des communistes, et sous la pression des Britanniques qui veulent la démobilisation rapide de l’EAM, Papandréou perd le contrôle de la situation pendant les derniers jours de novembre. Ses dernières décisions sont celles d’un Premier ministre fantomatique, incapable d’influencer le cours des choses. Après deux semaines de négociations intensives avec l’EAM, il décrète unilatéralement la démobilisation pour le 7 décembre ; les ministres de l’EAM démissionnent et appellent à la grève générale ainsi qu’à une manifestation populaire, le dimanche 3 décembre. Dès lors, Papandréou, sous prétexte de maladie, se retire chez lui ou dans sa suite présidentielle, laissant bon gré mal gré d’autres forces prendre le relais38.

  • 39 Éleuthéri Ellada, 25 novembre 1944, p. 2.

31De nombreux chercheurs considèrent que la fin du premier gouvernement de Libération marque aussi la fin de l’Acte constitutionnel no 1. Toutefois, le geste ultime du gouvernement d’Union nationale avant son éclatement définitif est la mise en application de la loi en question. À un désarmement théorique de la gendarmerie, le 25 novembre, succède une réunion du Conseil des ministres qui décide la mise en place d’un mécanisme d’épuration de la police ; lors de cette même séance, on annonce l’inauguration des travaux du tribunal spécial d’Athènes pour la semaine suivante39.

  • 40  Procès-verbaux du tribunal spécial d’Athènes t. 1/1945, procès no 1 du 4 décem (...)

32Enfin, le 2 décembre – lendemain de la démission des ministres de la gauche et veille de la grande manifestation organisée par l’EAM –, les « obstacles légaux et pratiques » disparaissent comme par miracle et le tribunal procède à un tirage au sort pour constituer la première chambre afin de juger un présumé agent des SS, Ioánnis Yannópoulos. Alors que la machine à écrire était un équipement rare pour la fonction publique grecque, on trouve des procès-verbaux dactylographiés de ce procès où figurent, parmi les 40 personnes des « organisations de la société civile », – cela pour la première et la dernière fois – des syndicalistes, membres du KKE40.

  • 41  « Bund », la plus marquée des organisations nazies d’Athènes, connue aussi comme « Organ (...)
  • 42 Pour le détail de l’arrestation et de l’instruction préliminaire de cette affaire, (...)
  • 43  TSCA/VP/1/1945, procès no1.

33L’accusé, un chef de chantier et parent du chef d’une organisation nazie41, avait été, selon les témoignages, tortionnaire et « tueur professionnel » de la machine nazie en Grèce ; pendant les derniers mois de l’Occupation, il avait été interné dans la prison de Haïdari, où il recueillait des informations pour le compte des Allemands sur les patriotes emprisonnés. Dans la confusion, au moment du départ des troupes allemandes, il essaya d’échapper à la vengeance en faisant circuler la rumeur de son propre assassinat. Finalement, il est arrêté par la police le 23 octobre42. Son procès a lieu deux jours après le tirage au sort des membres du tribunal dans une salle du tribunal correctionnel. L’accusé comparaît sans aucun témoin de la défense, et sans avocat sinon celui assigné par le tribunal. Face aux dépositions de l’accusation qui décrivent sa collaboration avec les occupants – dénonciations de patriotes qui sont ensuite fusillés, chantages, réquisitions de biens et tortures –, l’accusé oppose qu’« il n’avait aucun rapport avec les SS, et qu’il n’avait participé qu’aux services grecs de recherche des communistes ». Finalement, après une audience qui dure à peine plus d’une heure, l’accusé est condamné à la peine capitale. En raison de l’absence de 12 des 15 témoins de l’accusation, le tribunal est contraint de prendre en compte la lecture des témoignages recueillis durant l’instruction préliminaire43. Les seuls témoins présents sont un avocat, un policier et une commerçante habitant tous dans le centre d’Athènes. L’absence des autres est certainement due au fait que ce jour-là est aussi le jour des funérailles des victimes de l’EAM, tuées par la police, dans la manifestation organisée la veille.

34Voici comment un lieutenant-colonel britannique, Wilfred Byford‑Jones, témoin oculaire, décrit la fin précipitée de cette manifestation massive :

  • 44  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), op. ci (...)

Ce qui arriva ensuite fut si fantastiquement irréel que j’aurais pu croire regarder un film. L’équipe de police au-dessus des bâtiments vida ses fusils sur la manifestation. J’avais entendu des récits interminables d’exécutions de masse de Grecs par des Allemands et je les avais crus ou pas réellement crus. J’avais vu des hommes que je connaissais, et que j’aimais beaucoup, mourir à mes côtés sur le champ de bataille, mais je n’étais pas préparé à ce que j’ai vu sur cette large avenue ensoleillée et bordée d’arbres, au milieu de gens qui plaisantaient et riaient, à même pas un jet de pierre des antiques souvenirs de la première démocratie, avec le doux écho des cloches de l’église encore dans l’air calme du dimanche… J’ai pensé tout d’abord que la police tirait à blanc, ou qu’elle visait bien au-dessus de la foule. Beaucoup d’autres l’ont pensé aussi. Mais le pire était arrivé. Des hommes, des femmes et des enfants, qui, quelques instants plus tôt, criaient, riaient, pleins de vie et d’esprit de résistance, agitant leurs drapeaux et nos drapeaux, tombèrent à terre, le sang coulant de leur tête ou de leur corps sur la route ou sur les drapeaux qu’ils portaient. Je n’oublierai jamais cette scène. Une jeune fille avec un corsage blanc, rouge de sang sur la poitrine, un jeune homme avec une blessure comme celle d’un hameçon, se tordant un moment puis mourant, une enfant qui criait et se tenait la tête… […] Pendant plus d’une demi-heure les tirs ont continué, tous venant de la police, et les partisans de l’EAM gisant sur le sol44.

  • 45  Voir The Times des 4 et 6 décembre, “police opened fire with riffles (...)

35Après la grève générale du 4 décembre et la manifestation organisée lors des funérailles des victimes – et de nouveaux tirs sur la foule –, l’ELAS effectue ses premières attaques et s’empare de la quasi-totalité des commissariats de police. Les forces anticommunistes essaient de riposter, en vain. Papandréou veut démissionner le soir même, mais le gouvernement britannique lui réitère son soutien et exclut tout changement gouvernemental qui entraînerait la participation de l’EAM. Face à l’indignation de l’opposition ainsi que de l’opinion britannique, le gouvernement grec qualifie l’EAM de « déviation trotskiste », de « fascisme rouge » ou de « force du mal »45. Les forces britanniques doivent alors s’impliquer activement contre l’ELAS : au 17 décembre, elles auront 70 000 hommes dans Athènes. Désormais la parole est aux armes. Le gouvernement de Papandréou reste en place virtuellement, jusqu’à la fin du conflit, 33 jours plus tard.

  • 46 « Depuis 1945, nous vivons entre des guerres civiles latentes ou déclarées, dont l’horreu (...)

36Ce qui, pour les contemporains, paraît être un horizon largement ouvert, un champ infini des possibles, se révèle un bref épisode pendant lequel les anciennes élites ont su préparer le terrain pour restaurer leur domination. Cela révèle l’expérience d’une longue transition de la guerre à la paix, un entre-deux perpétuel qui préfigure l’« inversion infernale » du rapport entre guerre interétatique et guerre civile diagnostiquée par Reinhart Koselleck à propos du monde de l’après‑194546.

Notes

1  « Consolidation de l’ordre et de la liberté du peuple grec après la libération de la patrie, en accord avec les forces alliées, pour qu’il puisse, libre et sans toute sorte de pression matérielle et psychologique, décider souverainement du régime politique et social et du gouvernement de son choix. » : 5e chapitre de l’accord signé et clauses interprétatives, voir aussi Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias, p. 104‑108. Pour la « continuité constitutionnelle » des constitutions républicaines de 1864/1911/1935, voir Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος [La libération de la Grèce], Athènes : Alfa, p. 76‑77.

2  Sur le modèle français, mais à la différence de la France, où la législation en matière d’épuration avait déjà été votée par le gouvernement provisoire de la France libre à Alger depuis 1943. Thémistoclès Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], Athènes : Ikaros, p. 151‑157.

3  Acte no 4 in PEEA, 1944, «Δελτίο Πράξεων και Αποφάσεων» [« Actes et résolutions » du Comité provisoire de libération nationale], Athènes : Olkos, 24 mars. Cité par Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων και η αυτοκατάδικη της δεξιάς [La parodie de procès des collaborateurs et l’autocondamnation de la droite], Athènes : Rigas, p. 26‑28.

4  Numéro du 27 septembre 1944, p. 2.

5  3 octobre et 9 octobre 1944 ; à propos de la crainte de l’ELAS que le BdS d’Athènes ne provoque un coupd’État, voir Thémistoclès Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p. 176‑192.

6 Éleuthéri Ellada, 8 octobre 1944.

7  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 500‑501. The Times du 20 octobre 1944 décrivait ainsi ce discours : “He was adressing a big crowd in Constitution Square, in the centre of Athens. The people wildly cheered his claims, but frequently inerrupted the speech with shouts of ‘No king, but rule of the people’, and ‘E.A.M.’, or slogans demanding democracy, prosperity, work and cheap bread.

8  Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος [La libération de la Grèce], op. cit., p. 48.

9 The Times, 19 octobre 1944, p. 4 ; même si parmi les auteurs de l’attaque meurtrière se trouvaient quelques-uns des plus hargneux et malfamés des collaborationnistes. Voir Rizospástis, Éleuthéria, Éleuthéro Víma, 18 et 19 octobre 1944, Iákovos Chondromatídis, 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’occupation allemande], Athènes : Stratiotiki Istoria, p. 84, sur Makédonas, exécuteur de l’EASAD (Εθνικός Αγροτικός Σύνδεσμος Αντικομμουνιστικής Δράσεως) [Ligue nationale et paysanne d’action anticommuniste], personnage particulièrement violent, décrit comme « sadique », mort peu après.

10  Voir la directive du Comité central de l’EAM d’Athènes, le 21 novembre 1944, conseillant à ses membres de porter plainte collectivement, pour « ne pas fatiguer le peuple » et pour « mettre en valeur les liaisons des collaborationnistes avec l’État », ASKI, archive Miropoulos. Dans le même dossier se trouvent aussi de nombreux matériaux de l’EAM sur la même ligne, datant de l’automne 1944 (voir les procès-verbaux de la réunion nationale du Comité central de l’EAM, le 2 septembre 1944, éditions Éleuthéri Ellada, spéc. p. 10‑12). Pour la ligne des anticommunistes libéraux, voir Éleuthéria qui parle de « mauvais Grecs » ou des « soi-disant, par euphémisme, Grecs » pour les SS tortionnaires (25 et 27 octobre 1944).

11 Éleuthéria, 5 novembre 1944.

12 Ellinikón Aíma, 2 et 4 novembre 1944.

13  Ainsi parlait l’ex-batailloniste, plus tard intégré dans l’armée nationale, dans un rapport datant de 1954. DIS/AEA, t. 8, p. 223. Rizospástis, 28 octobre 1944, écrit que, dans les petites rues des alentours du quartier où se trouvait l’École de gendarmerie, quelques bataillonistes ont arrêté et brutalisé un partisan de l’ELAS.

14  Pour l’état des lieux dans les centres de détention des collaborateurs, voir les témoignages du lieutenant-colonel de l’armée britannique Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution, Londres : Hutchinson, p. 114‑119 ; et ceux du journaliste Richard Capell, critique de musique avant la guerre qui travailla comme correspondant du Daily Telegraph pendant la guerre (Richard Capell, 1946, Σημειώματα, A Greek note book, 1944-1945, Londres : MacDonald, p. 53‑59).

15 Éleuthéria, 20 octobre 1944, p. 2.

16  Richard Capell, étranger aux enjeux de ces controverses, en donne un compte rendu intéressant, Richard Capell, 1946, Σημειώματα, A Greek notebook, London : Macdonald & Co, p. 53‑54.

17  Éditorial du journal Éleuthéria, 27 octobre 1944.

18  Discours de la Libération, in Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος [La libération de la Grèce], op. cit., p. 51.

19  Voir à ce sujet Procopis Papastratis, 1987, “The purge on the social services”, in Lars Baerentzen, John Iatrides, Ole Smith (dir.), Studies on the Greek Civil War, Copenhagen : Museum Tusculanum Press, p. 43‑60.

20  Éleuthéria, 31 octobre 1944.

21  AC no 1, JO 12 du 6 novembre 1944, p. 31‑36. Désormais : AC no 1.

22  AC no 1, article 2, alinéa 10.

23  Article 5, voir aussi Anne Simonin, 2003, « L’indignité nationale : un châtiment républicain », in Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale, Paris : Fayard, p. 37-60.

24  AC no 1, article 10 : les militaires devraient être choisis parmi ceux qui avaient participé activement à la guerre contre l’invasion ou à la lutte pour la Libération dans le pays ou au Moyen‑Orient.

25  Entrer dans le détail de ladite « crise de démobilisation » en novembre 1944, qui a suscité des longs débats parmi les chercheurs, est hors des intentions de cet essai. Voir, à titre indicatif : Leften S. Stavrianos, 1949, “The immédiate origins of the battle of Athens”, American Slavic and East European Review , vol. 8, no 4, p. 239‑251. George M. Alexander, 1981, “The Demobilization Crisis of November 1944”, in John Iatrides(dir.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/New Hampshire : New England University Press, p. 262-279; John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, Princeton: Princeton University Press.

26  Les commissaires spéciaux furent chargés de renvoyer les affaires à l’audience au plus tard dans les 20 jours ; aucune étape intermédiaire n’était prévue pour la mise en accusation ; dans le cas d’un avis de non-lieu, le commissaire était obligé de soumettre sa proposition devant une chambre des juges composée des membres professionnels du tribunal spécial, qui était chargée d’émettre l’arrêt définitif, toujours dans les mêmes échéances. Par ailleurs, dans les cas où la plainte était déposée par une chambre professionnelle, les autorités judiciaires étaient obligées de les envoyer directement à l’audience. AC no 1, articles 2 et 3.

27  Voir à ce sujet le journal Rizospástis de 28 octobre 1944. Aussi Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Décembre – guerre civile, 1944‑1949, une histoire rapide], Athènes : Kapopoulos, p. 123.

28  Correspond en France au procureur de la République, mais on ne peut utiliser ce terme puisque la Grèce est une monarchie…

29  Éleuthéria, 2 novembre 1944.

30  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), op. cit., p. 114‑115.

31  AC no 1, articles 16, 24 et 29.

32  Les royalistes soutinrent que ce mode de nomination était illégal, puisque propre à une justice révolutionnaire.

33  Rizospástis, 22 novembre 1944.

34 Rizospástis, 22 novembre 1944.

35  En 1931, une loi qui restreignait les libertés de la presse promulguée par Avraám avait provoqué la colère de la rédaction qui essaya de stigmatiser les préférences sexuelles du ministre : voir Rizospástis du 11 août 1931. Pour une polémique concernant la collaboration du procureur nommé commissaire spécial à Thessalonique, voir Éleuthéri Ellada, 20 novembre 1944.

36 Rizospástis, 18 novembre 1944.

37  Voir George. M. Alexander, 1981, “The demobilization crisis”, op. cit., p. 273‑274.

38  Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’Occupation], Athènes : Estia, p. 702‑705.

39 Éleuthéri Ellada, 25 novembre 1944, p. 2.

40  Procès-verbaux du tribunal spécial d’Athènes t. 1/1945, procès no 1 du 4 décembre 1944 (désormais TSCA/VP/1/1945 et ainsi de suite pour le reste des procès cités dans cet ouvrage).

41  « Bund », la plus marquée des organisations nazies d’Athènes, connue aussi comme « Organisation des amis de Hitler », dont le chef fut Aginoras. Voir Iákovos Chondromatídis 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’occupation allemande], Athènes : Stratiotiki Istoria, p. 66‑68.

42 Pour le détail de l’arrestation et de l’instruction préliminaire de cette affaire, voir la rubrique policière du journal Éleuthéria, 24 et 25 octobre 1944.

43  TSCA/VP/1/1945, procès no1.

44  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), op. cit., p. 139.

45  Voir The Times des 4 et 6 décembre, “police opened fire with riffles and tomy guns. The crowd fell flat to escape the bullets but the police continued firing. When they stopped the demonstrators started to pick up the wounded and dead and the police started to fire on them again, the firing was wild and savage continued for nearly an hour, in spite of niolent protests or individual British officers”. Aussi les réactions de l’opposition du Labour Party: “[we] cannot tolerate a governement that supports facists or profascists” in King’s College Military Archives, Modern Greek Archives (désormais KCL/MGA.), boîte « Info III ». Voir aussi Andrew  Thorpe, 2006, “In a ‘Rather Emotional State’? The Labour Party and British Intervention in Greece, 1944–1945”, English Historical Review, no. 493, vol. CXXI, Oxford : Oxford University Press, p. 1076‑1105.

46 « Depuis 1945, nous vivons entre des guerres civiles latentes ou déclarées, dont l’horreur peut être dépassée par une guerre atomique par exemple – comme si toutes les guerres civiles du globe, contrairement à leur signification traditionnelle, constituaient le dernier recours pour nous préserver de la destruction totale… [Alors] une autre question se pose : qu’en est-il de la légitimité politique d’une guerre civile qui se nourrit aussi bien de la permanence de la révolution que de la peur d’une catastrophe globale ? », Reinhardt Koselleck, 1990, « Critères historiques du concept de la révolution », in le Futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, Paris : EHESS, p. 77.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search