Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Première partie : un court interrègne (octobre 1944 – février 1945)

La « Première Libération » : de la mi-octobre à décembre 1944

The “First Liberation”: from half-October to December 1944

Η «Πρώτη Απελευθέρωση» : από τα μέσα Οκτωβρίου ως το Δεκέμβριο του 1944

Résumé

Les peurs et les attentes de chacun, l’impossible épuration ou comment la rupture se fait en moins de trois mois.

The fears and expectations, the impossible purge or how in less than three months, the breakup is deepening.

Φόβοι και προσδοκίες, η αδύνατη εκκαθάριση ή πώς σε λιγότερο από τρεις μήνες έγινε αγεφύρωτη η σχισμή.

Texte intégral

  • 1  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], insertion du 29 sept (...)

Elle est étouffante, cette fin de guerre, pas seulement à cause de la terreur qui nous entoure et des éventuels dangers de la fin définitive de l’occupation d’Athènes, mais peut-être surtout par ce qu’on sent (la foule inconsciemment, les plus clairvoyants en toute conscience) que la fin ne sera pas une fin, que rien ne se terminera, ni l’instabilité économique, ni la confusion politique et sociale, ni les régimes inhumains, ni le danger d’une nouvelle guerre. Spécialement ici, dans notre coin du monde, il y a tant de nuages sur l’horizon balkanique que je ne me rappelle pas une ambiance si lourde, si pleine de potentialités de nouveaux conflits. La menace fasciste italienne qu’on a ressentie ces dernières années me semble aujourd’hui un danger secondaire par rapport à la nouvelle menace que je pressens. Et l’Europe, on la ressent si gravement malade, si déchirée et sinistrée, et incapable de retrouver un équilibre, Dieu sait pour combien de temps encore !
Je ne peux envisager ni avec joie, ni avec foi, cette paix imminente. Certes, il est possible que l’ampleur de la catastrophe oblige les deux camps, l’Anglo-Saxon et le Slave, à accepter pour un certain temps une sorte de reconstruction et de réorganisation. Bien que des guerres de type espagnol soient toujours possibles, on aura ainsi peut-être une décennie de calme relatif. Mais nous ressentirons toujours le mal à l’approche1.

  • 2 Βλ. π.χ. «ατμόσφαιρα γεμάτη ηλεκτρισμό, συχνοί πυροβολισμοί, πολυβολισμοί, κρότοι α (...)
  • 3 Rizospástis, 10 octobre 1944.

1Ces paroles écrites peu avant l’arrivée du gouvernement d’Union nationale dans la capitale (le 18 octobre, Georges Papandréou, Premier ministre de ce gouvernement, débarque d’un navire anglais au Phalère) témoignent de l’inquiétude face à l’avenir de la société bourgeoise athénienne dont l’écrivain Georges Théotokas fut le sensible observateur. Alors que la Wehrmacht préparait son repli au nord des Balkans, la tension montait avec la mise en place du nouveau pouvoir. Si les notes de Théotokas révèlent l’état d’esprit pessimiste des anciennes élites à la Libération, elles laissent transparaître une admiration teintée d’effroi à l’égard des préparations intensives de l’EAM pour la « fête de la victoire » qui retentissaient comme un chant de guerre alors que le bruit des mitraillettes couvrait chaque nuit les rues de la ville2. Rizospástis, le journal officiel du Parti communiste grec qui circulait déjà quasi légalement dans la capitale pendant les derniers jours du repli allemand, notait : « Le peuple voit la Liberté armée de la tête aux pieds, l’épée en main, comme le poète l’a imaginée. » Puis la mise en scène des manifestations populaires se trouvait ainsi décrite : « Ici on tresse des couronnes avec des branches d’arbres, là on construit des arcs, ailleurs on arbore des drapeaux, lorsqu’en même temps on prépare les armes pour le combat ultime contre l’occupant et les traîtres3. »

  • 4 Rizospástis, 10 octobre 1944.

2Le départ définitif des forces d’occupation (les Allemands quittent Athènes le 12 octobre et remontent vers le nord) et l’existence d’un mouvement révolutionnaire ouvrent le futur à tous les possibles. Or, si cela marque pour les élites un pas en avant vers un tunnel obscur dont la sortie reste incertaine, pour la Résistance, c’est la fin de la clandestinité, le passage au grand jour, littéralement « de la nuit de l’esclavage à l’aube de la liberté ». L’appel à l’insurrection populaire pour la libération de la capitale veut qu’un « peuple fort, héroïque, discipliné, se jette tout entier dans les rues, une foule énorme de la joyeuse victoire, point culminant de la force du peuple libre qui montrera pourquoi Athènes martyre est glorieuse, pourquoi elle reste l’Acropole de la liberté4 ».

  • 5  Sur ce sujet, le compte rendu le plus complet se trouve dans l’article de Lars Baerentzen, (...)

3Le rassemblement de centaines de milliers de manifestants lors des célébrations du troisième anniversaire de la création de l’EAM, le 27 septembre, tient lieu de répétition générale pour la Libération. Quelle était la véritable influence de l’EAM sur les masses populaires ? Les contemporains estimaient entre 200 000 et 2 000 000 le nombre d’adhérents au mouvement ! Depuis, les chercheurs n’ont toujours pas apporté de réponse nette5. Cela peut s’expliquer par la malléabilité de ce bloc social comme conditionné par sa brève existence, par l’engagement de nouvelles catégories (jeunes gens, femmes, etc.), par le manque de frontière fixe entre mobilisation nationale et adhésion politique, ainsi que par l’instabilité extrême d’un tel moment de transition. Si une estimation chiffrée reste donc impossible, il est néanmoins certain que l’EAM a de loin le plus grand potentiel de mobilisation populaire.

  • 6  Quoique ce dernier soit redevenu « Monsieur » pour la presse résistante, le préfet (...)

4Alors que les ministres du gouvernement d’Union nationale arrivent précipitamment à Athènes, l’EAM a déjà assis sa propre domination. L’ELAS, nommée entre-temps « armée nationale », contrôle déjà 80 % environ du territoire national et a mis en place une force de police dans les villes, la « Garde civile » (Ethniki Politofylaki, désormais EP). Un pouvoir dual était sur le point de se former dans le pays6.

  • 7  Themistoclis Tsátsos , Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libératio (...)

5Fin septembre 1944, aux négociations de dernière heure de Caserte, le représentant de l’ELAS a accepté de placer son armée sous commandement militaire britannique. Le Premier ministre confie alors son soulagement au ministre de la Justice : « Je pense qu’aujourd’hui on a sauvé la Grèce7. » Désormais l’EAM se trouve obligé de justifier sa politique, au nom à la fois du camp antifasciste allié et à celui de la révolution intérieure.

  • 8  Aux échecs, le gambit est le sacrifice volontaire d’un pion en vue de gains stratégiques. (...)

6La « question grecque » s’internationalise, le pays quitte l’isolement de l’Occupation pour intégrer le monde des vainqueurs. Winston Churchill se précipite alors à Moscou pour s’assurer d’avoir les mains libres en Grèce, pion cédé par le « gambit de Staline » sur l’échiquier balkanique8. Dans le pays, de nombreuses variantes restent inconnues aux yeux des deux camps, qui jouent en quelque sorte une partie à l’aveugle. L’historien William Mac Neill – attaché militaire des États‑Unis en Grèce et témoin oculaire – admettra une vingtaine d’années plus tard que :

  • 9  “Foreword” in John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1 (...)

En de tels moments de crise, les modes normaux de communication s’effondrent. […] La confusion, l’agitation et l’incertitude vécues par les individus qui observent et participent se résolvent dans la simple adhésion à l’une ou à l’autre ligne officielle de propagande9.

  • 10  « Le fait et la parole sur le fait sont deux matériaux différents qui demandent qu’on réfl (...)

7En discutant cette transition connue en Grèce comme la « Première Libération » – tandis qu’internationalement elle représente un des coups d’envoi de la guerre froide – nous suivrons comment, à travers la gestion de l’affaire des collaborateurs, le champ juridique a influencé l’interprétation du conflit civil. Notre fil directeur sera la notion de collaboration avec l’ennemi. Cette notion constituait jusque-là surtout une stigmatisation politique – c’est-à-dire qu’elle représentait une ligne effective du conflit, un paramètre de l’événement tout court. Après le départ des Allemands, elle devient également une catégorie juridique qui détermine la mise en récit de l’événement. En ce sens, nous serons obligé d’explorer à la fois les faits et les discours élaborés autour de ces faits pour repérer leurs interactions et en diagnostiquer les rapprochements et les écarts10.

  • 11  Cela devient évident dans les discours publics des deux camps à ce moment-là ; voir John I (...)

8Au départ des Allemands, l’EAM réquisitionne des immeubles emblématiques de la capitale pour y installer ses quartiers généraux ; en revanche, les groupes nationalistes armés sont casernés dans des hôtels voisins du centre-ville. Une des forces motrices de la polarisation est la peur mutuelle : l’EAM craint un coup d’État qui ramènerait le roi, le monde bourgeois, une prise de pouvoir de type bolchevique11. Après un an de guerre civile, la méfiance réciproque l’emporte donc sur les intentions réelles des deux camps.

  • 12  Mis à part les textes officiels, nous nous sommes surtout fondé sur le matériel des (...)
  • 13  Idéologie en tant que pratique sociale, voir Louis Althusser, 1976, « Idéologie et apparei (...)
  • 14  Pour reprendre la pensée de Michel Foucault, 1975, Surveiller et punir, Paris : Ga (...)

9Pour étudier la préparation et la mise en place du dispositif judiciaire pour punir les collaborateurs, nous avons privilégié les sources qui relèvent du vécu immédiat des acteurs impliqués, afin de contourner les déformations idéologiques ultérieures12. Cela ne veut pas dire que ces sources soient effectivement affranchies de biais idéologiques. Au contraire, en tant qu’empreintes immédiates de l’expérience vécue, elles nous aident à mieux tracer la relation entre idéologie et justice et nous permettent de voir l’idéologie comme pratique sociale dans le contexte des rapports réels qui l’ont produite13. Enfin, ce processus de pacification, poursuivi à travers la militarisation de la société, apparaît en tant que tactique qui permet de comprendre l’armée comme un principe pour maintenir l’absence de guerre dans la société civile14.

Effectifs armés et mobilisation populaire dans la capitale

  • 15  Du 17 au 20 mai 1944 au Liban, à l’initiative de Georges Papandréou et sous direction (...)

10L’élaboration d’un récit national à propos de l’Occupation se révèle aussi plurielle et multiple que l’expérience a été contradictoire et bouleversante. Les deux directions politiques en place, celle des politiciens libéraux et celle de l’EAM, se chargèrent de définir une ligne commune qui se devait de passer d’abord par la question des collaborateurs. Mais lorsque les forces d’occupation quittent le pays, la question n’est pas de savoir comment instituer et légitimer le nouveau pouvoir, mais de déterminer d’abord quel pouvoir politique s’imposera. La délégation du gouvernement d’Union nationale15 envoyée en avant-garde, composée de deux ministres, le libéral Themistoclès Tsátsos* et le communiste Giánnis Zévgos*, pose le pied sur le sol grec le 28 septembre. Son accès à Athènes est assuré par les troupes de l’ELAS. La préoccupation de faire du jour de la Libération « non pas un jour de massacre, mais un jour de gaieté véritable » caractérise la première proclamation, télégraphiée au chef de la police athénienne :

  • 16 ThémistoclisTsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. c (...)

Il y a plusieurs nostalgiques des dictatures qui souhaitent le désordre comme prétexte afin de prendre le pouvoir. C’est pourquoi il faut que l’obéissance au gouvernement national et le maintien de l’ordre deviennent nos mots d’ordre. […] La juste demande de punition des traîtres ne doit porter personne aux excès. La punition des traîtres sera implacable, mais elle se fera par le gouvernement. Celui-ci, qui représente le peuple grec, a le droit exclusif, ainsi que le devoir, d’imposer des sanctions équitables. Aux Bataillons et à la Sûreté spéciale qui aidèrent l’ennemi et trahirent notre peuple, nous donnons une dernière occasion de se soustraire à la colère de la nation. S’ils ne se conforment pas aux conditions de la proclamation gouvernementale, leur punition sera implacable16.

  • 17  Archevêque Damaskinós au ministre Tsátsos, idem., p. 178‑179.

11La première préoccupation a donc été de rassurer la majorité des gens qui « [vivaient] sous la pression d’une inquiétude insupportable au sujet du lendemain17 ». Pour les libéraux, c’est une étape obligatoire pour s’imposer dans le camp anticommuniste en tant que garants de la pacification. Pour la direction de l’EAM, l’appel à l’allégeance au gouvernement d’Union nationale est une manière de contrecarrer la vague de contre-rassemblement que provoquent alors diverses rumeurs mêlant massacres perpétrés et inquiétudes face au « péril rouge ». C’est aussi un point d’appui puisque la chasse aux « traîtres » venait légitimer les opérations que menait l’EAM dans le pays depuis un mois. Pour les libéraux qui, il faut le noter, avaient toujours évité de procéder par eux-mêmes à une condamnation solennelle de la collaboration armée, le désaveu de la Sûreté spéciale et des Bataillons de sécurité est une concession obligée pour encadrer et limiter le champ d’action militaire de l’ELAS qui contrôle encore la majorité du pays. C’est d’ailleurs le premier but de cette alliance, ce que rappelle Georges Papandréou* lors de sa rencontre avec Churchill, le 8 octobre, à Naples.

  • 18  La deuxième rencontre entre les deux hommes en moins de deux mois, ce qui révèle surtout (...)

12Cette rencontre est pour Churchill sa dernière étape avant d’aller à Moscou négocier avec Staline le cas des Balkans, tandis que Papandréou reprend le chemin d’Athènes18. Dans son mémorandum sur la situation du pays où brille encore par son absence la question des collaborateurs, Papandréou saisit l’occasion de redemander :

  • 19  Mémorandum à Churchill et Eden, Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της (...)

L’envoi immédiat de forces britanniques importantes, [en répétant] comme [il] l’avai[t] déjà fait à plusieurs reprises, [que] la Grèce se divise actuellement entre, d’un côté, une vaste majorité désarmée et de l’autre, la minorité armée du KKE. Par ailleurs, l’adaptation du KKE à l’Union nationale n’a pu s’effectuer que sous la condition préalable tacite de la présence de forces militaires britanniques. Si cette condition n’est pas remplie, il est à craindre que le KKE mette en œuvre, de manière dissimulée ou ouverte, sa force matérielle pour devenir maître de la situation19.

  • 20  Thémistoclis Tsátsos , Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libéra (...)

13Au même moment, Tsátsos (agent et collaborateur du gouvernement en exil) exploite pour la première fois les avantages de l’accord de Caserte en empêchant la 2e division de l’ELAS d’entrer dans la ville, tout en retenant le camp anticommuniste sous le commandement du général Spiliotópoulos20. Ainsi, le général veille à ce que les effectifs armés des « diverses organisations nationales » – qui ont déjà afflué dans le centre-ville de la capitale et se sont barricadés dans des hôtels situés à moins d’un kilomètre du Parlement et des principaux ministères – ne déclenchent une action militaire de l’ELAS.

  • 21  En 1929, vote de l’Idiónymo, (N.4229/24 Ιουλίου 1929) par un gouvernement véni (...)
  • 22  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1 (...)
  • 23  DIS/EAE, t. 8, «Έκθεσις δράσεως του τάγματος Αρφαλείας Κορίνθου» [Compte rendu de l’acti (...)
  • 24  DIS/EAE, t. 7, p. 329‑334. Heinz Richter, dans son ouvrage British Intervention in Greec (...)
  • 25  « X », c’est-à-dire, dans leur esprit, une « croix » pour rayer le communisme de la cart (...)
  • 26  Il a fallu plus de six décennies pour qu’un habitant du village, officier dans l’aviatio (...)

14L’« antifascisme géostratégique » de l’EAM donne du temps et de la marge de manœuvre au camp opposé pour se reconstituer sur la base d’un « anticommunisme géostratégique ». La stigmatisation du communisme comme idéologie violente visant la destruction de l’État ou le déchirement d’une partie du territoire national était une constante de l’anticommunisme local depuis la guerre gréco-turque de 1919‑1922, et elle était institutionnalisée depuis 1929 dans une continuité ininterrompue de législations d’exception21. Acclimaté au fur et à mesure aux enjeux de la guerre, l’anticommunisme grec combine les visions allemande et britannique pour établir sa propre géostratégie avec la théorie du slavo-communismequi allie l’idée d’un danger slave (héritée de la période des guerres balkaniques) à celle du danger communiste incarné par des Slaves. Celle-ci présente le Parti communiste comme « la cinquième colonne du bolchevisme slave contre la civilisation européenne et son avant-poste, la Grèce22 ». Cette vulgate ouvre la voie d’une communication entre collaboration armée et résistance bourgeoise. Les limites entre anticommunistes, pro-Allemands et pro-Britanniques deviennent de plus en plus floues. Le BdS de Corinthe s’habille de nouveaux uniformes de type anglais puis, le 10 octobre 1944, se rebaptise « Groupe partisan de résistance intérieure » de l’EDES23. Spiliotópoulos, le préfet nommé par Papandréou, veilla à armer le camp nationaliste et assigna cette tâche à l’organisation « X24 », un nom significatif25. Ce groupe, qui avait commencé son action dès 1941 en tant que réseau d’espionnage pro-Alliés, se transforma en « organisation anticommuniste » à la veille de la Libération. Son parcours révèle à la fois les frontières entre Résistance et collaboration et leur dissipation dans la zone grise de l’anticommunisme. La « X », sous l’Occupation, achetait ses armes chez les Allemands. Mais à la veille de la Libération, c’est pour permettre l’arrivage des armes britanniques, envoyées pour combattre le communisme, qu’elle assure (contre les résistants de l’ELAS) la sécurité d’une route d’approvisionnement qui, parsemée de fiefs militaires et politiques de l’EAM, passe par la banlieue est de la capitale. Sur cette même route ont lieu aussi les dernières représailles collectives des nazis en région athénienne, le 8 octobre 1944, dans la bourgade de Koropi26.

  • 27  Thémistoclis Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op.  (...)

15L’interprétation de l’intrigue et des rôles joués sous l’Occupation dépend alors de la position que chaque formation politique ou groupement armé va prendre lors de cette transition sur la question du pouvoir à mettre en place. L’EAM met l’accent tant sur le caractère des crimes que sur les auteurs à punir. Il est d’abord question de punir des crimes d’État, crimes perpétrés par les autorités et leurs complices. Cette conception, qui vise surtout les hauts responsables de l’appareil administratif et des forces de répression, prévaut dans les premières déclarations publiques du gouvernement d’Union nationale. L’ordre général n1 interdit aux citoyens de donner asile aux membres des gouvernements d’occupation et « à ceux qui avaient servi l’ennemi et demeuraient encore sur le sol de la patrie27 ». L’ELAS procède à des vagues successives d’arrestations à partir du début du mois d’octobre, ciblant des membres de la gendarmerie ainsi que des BdS. Pour le reste, l’EAM accuse l’organisation « X » d’être un groupe « fasciste armé par les Allemands » et l’EDES, tant celui d’Athènes que celui d’Épire, de rompre les clauses de Caserte en attaquant des territoires contrôlés par l’ELAS. Autrement dit, au cours de cette transition, l’EAM reprend le schéma du conflit civil et appelle à l’insurrection populaire afin d’imposer l’ordre.

  • 28 Rizospástis, 10 octobre 1944.

Les places fortes de l’ELAS dans les quartiers d’Athènes, les locaux des comités populaires, les commissariats de la garde civile qui assure l’ordre se remplissent de gens joyeux. Ils sont tous au service du peuple avant même que se libèrent les quartiers du centre, avant que l’occupant quitte la capitale. Ceux des Athéniens qui viennent du centre pollué par les germano-traîtres n’en croient pas leurs yeux, ils ne se rassasient pas de voir et d’entendre. Où sont donc le désordre et l’anarchie ? Ici, où les gens travaillent et chantent, ou là où les Allemands, la « X », et Bouradas, sont aux aguets28 ?

  • 29 Éleuthéri Ellada, 8 octobre 1944.
  • 30  « Les fonctionnaires publics doivent rester à leurs postes en attendant des or (...)

16Ce mélange insolite d’insurrection populaire et d’ordre politique est pour l’EAM un moyen de déclarer son allégeance au gouvernement d’Union nationale et d’y consolider sa position. Chez les forces traditionnelles, cette tactique réveille la peur d’une dictature du prolétariat. La loi dite « sur les sanctions » des collaborateurs constitue, en ce sens, la garantie minimale d’un consensus qui assurerait une transition pacifique. Annoncée pour la première fois officiellement par le ministre de la Justice lors de la première semaine d’octobre 1944, cette loi introduit, selon le modèle français, le nouveau délit d’« indignité nationale », désignant « deux catégories de coupables : ceux qui se sont montrés indignes, pour ne pas utiliser une expression plus grave encore, sous l’Occupation, et ceux qui se sont montrés indignes sous le régime du 4 août29 ». Cette délimitation de la « nation combattante », qui fournit la base d’une légitimation du nouveau régime, servait autant à capter le violent désir républicain dominant s’exprimant à travers le slogan diversement compris de Laocratie, qu’à modérer la vengeance jusqu’à ce que l’État acquière de nouveau le monopole de la violence légitime30. Cédant la « carte » des BdS et de la Sûreté spéciale à l’EAM, le camp libéral voulait d’abord s’approprier la gestion des arrestations. Ensuite, une liste officielle des personnes à arrêter, établie le 7 octobre par les ministres déjà en place, et rendue publique le 15 octobre dans la presse, a selon toute évidence le but d’entraver l’action de l’ELAS et, en se portant garante de la vie des collaborateurs éminents, d’assurer leur sujétion au nouveau gouvernement.

  • 31  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 502‑5 (...)
  • 32  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], (...)

17Le conflit pouvait éclater à tout moment. Les 13 et 14 octobre, deux grandes manifestations de l’EAM, « les plus grandes que la ville ait jamais vues », marquées par l’irruption des déshérités de la banlieue dans le centre-ville, rendent évidentes la rupture sociale, dont ce mouvement était le produit, ainsi que sa véritable portée populaire. En riposte, la nuit du 16 octobre est organisée une grande manifestation anticommuniste qui rassemble à la fois les couches bourgeoises conservatrices du centre-ville et les groupes armés, mêlant le nationalisme et une haine sociale qui, pour les plus avertis, réveille le spectre du fascisme des années 1920. Or même les intellectuels anticommunistes se sentirent emportés par « la vague irrépressible d’un peuple, plus dynamique, brave et fier, vraiment émancipé et libre31 ». Face à cette « grande vague rouge » qui inonde la capitale, la solution d’un socialisme démocratique modéré semble à ce moment la plus propice pour canaliser ce potentiel. En ce sens, « être maître d’une force capable de dissuader toute tentation de coup d’État » fut considéré comme une condition préalable32. Ainsi l’enjeu reste de savoir si les effectifs armés, dont la masse considérable des collaborateurs, seraient loyaux envers le gouvernement.

  • 33  Voir les paroles du commandant militaire de Turin en automne 1944, citées in C (...)

18C’est alors un lieu commun de dire que seule la prise en charge par le nouvel État d’une justice rapide et exemplaire pourrait dissuader le recours à la violence d’un côté comme de l’autre33 : tel est donc le point commun de la politique des deux centres de décision alors unifiés au sein du gouvernement d’Union nationale. L’écart entre les différentes définitions de la collaboration est révélateur de contradictions réelles en ce sens qu’il reflète l’état et les efforts de chaque camp pour consolider ses positions politiques.

  • 34  Stathis Damianakos, 2003, la Grèce dissidente moderne, cultures rebelles, Pari (...)

19L’EAM-ELAS fédère en son sein une grande partie de la masse des réfugiés de 1922, des travailleurs de la ville ou de la campagne, la culture politique communiste et les traditions rebelles du monde rural34. Désigner et arrêter les collaborateurs reflètent sa volonté de les exclure de la communauté nationale et de s’imposer en vecteur de la légalité. Or, si l’intégration dans son directoire d’hommes d’État bourgeois est une manière de déjouer l’accusation de provoquer la guerre civile, et d’être accepté comme interlocuteur par le cabinet du Caire, cela creuse la dualité structurale entre sa base et sa direction.

  • 35  Faits caractéristiques de ce début octobre : les ministres républicains Réntis et Venizé (...)

20Le reste du cabinet gouvernemental est composé en effet exclusivement d’hommes d’État bourgeois qui incarnent la légitimité du combat allié. Toutefois ces politiciens, issus du monde politique d’avant-guerre, sont en décalage complet avec les conflits et les difficultés sociales exacerbées produits par les trois années et demie d’Occupation. Attirés par tout ce qui symbolisait l’autorité et la hiérarchie traditionnelles, soucieux de renouer leurs vieilles affinités avec les élites étatiques restées dans le pays, ils se considèrent obligés – pour subsister face au danger de devenir les Kerenski grecs – de se lier aux forces qui ont déjà été mobilisées contre le spectre d’une révolution victorieuse35.

  • 36 Thémistoclis Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. c (...)

21Les effectifs des BdS du Péloponnèse sont transférés d’abord à la prison de Nauplie puis, en face, sur l’île de Spetses « où l’ELAS n’avait pas mis le pied ». La police procède entre le 11 et le 13 septembre aux arrestations des ministres de la collaboration restés dans le pays. Par ailleurs, dans la capitale, la passation du pouvoir se déroule comme une affaire de famille : le Premier ministre sortant, Ioánnis Rállis, annonce sa démission dans un communiqué le 12 octobre, et signale au chef de la police qu’il serait disponible le lendemain pour une possible arrestation36.

  • 37  Pour Nauplie et Corinthe voir DIS/AEA, t. 8, p. 234‑244 ; pour la reddition du BdS de (...)

22La polarisation sociale contraint les deux camps à développer un double langage. Cela coûte moins au camp anticommuniste qu’à l’EAM, puisque ce dernier est exposé au grand jour et parle à la fois le langage du pouvoir et celui du contre-pouvoir. Ainsi, d’un côté, il se présente comme le champion de l’ordre et du rétablissement de l’autorité afin d’assurer sa place parmi les représentants du système politique d’avant la dictature ; de l’autre côté, ses forces s’élancent dans la guerre contre l’ennemi intérieur avec le dessein de transformer sa suprématie militaire et sociale en hégémonie politique durable. Sa tactique consiste à appliquer largement une épuration sauvage avant que les troupes britanniques ne débarquent, pour se contenir ensuite à leur arrivée, faisant acte d’allégeance. Ainsi, lors de la reddition des BdS à Corinthe, à Nauplie ou à Tripolis, un ordre exemplaire37 règne.

23Le double langage des libéraux garantit, quant à lui, la vie aux collaborateurs et la participation au gouvernement de l’EAM, en essayant de tirer profit de la confusion extrême. La « tactique du chaos », utilisée par les Allemands alors qu’ils battaient en retraite, prive provisoirement la capitale des ressources vitales, dont l’électricité et par extension la radio, principale source d’information. Ainsi, les journaux des deux camps rivalisent-ils pour l’attribution du rôle de libérateur du pays. La presse de l’EAM vante les exploits des opérations d’obstruction à la retraite allemande faites par l’ELAS, alors que les journaux libéraux décrivent l’approche salutaire des troupes britanniquesvia le Péloponnèse – troupes dont les effectifs se limitent à un corps expéditionnaire de quelques centaines de soldats.

  • 38  Procopis Papastratis, 1981, “The Papandreou Government and the Lebanon Conference”, in J (...)

24Dans le but d’exacerber les contradictions au sein de l’EAM, on confie à ses ministres les dossiers économiques. Ils se trouvent ainsi, de fait, pris en otage par l’état de décomposition de l’économie nationale et par l’aide britannique qui constitue la seule source extérieure de ravitaillement alimentaire. En même temps, les ministères jugés politiquement les plus critiques, ceux des Affaires militaires ou de l’Intérieur, demeurent aux mains des anticommunistes38.

25Ainsi, dix jours après le départ de la Wehrmacht de la capitale, le pays a un nouveau gouvernement, mandaté pour assurer les conditions matérielles permettant de mener le pays à des élections libres et à un référendum pour le retour ou non du roi. La Grande‑Bretagne a beau avoir reconnu en ce dernier le chef légitime du pays, cet avis n’est partagé que par une infime minorité dans le pays, ce que les dirigeants britanniques savent depuis longtemps. Le gouvernement britannique a donc intérêt à dissimuler la réalité du conflit qui sévit dans la capitale, mais la polarisation devient trop intense pour empêcher des troubles d’éclore au milieu de la scène.

Des morts sans sépulture et les sépultures des morts

  • 39  Maurice Merleau-Ponty, 1945, « La guerre a eu lieu », les Temps modernes , no  (...)

26Nombreux sont les silences qui occultent cette période de guerre civile non déclarée, dont peut-être les images les plus emblématiques sont celles des cadavres éparpillés dans les rues ou retrouvés par centaines dans des fosses communes tout au long des mois d’octobre et de novembre 1944. La question des « cadavres orphelins » et de leur identification est une arme commune de propagande pendant les « 53 jours » qui aboutissent au conflit ouvert, tant pour les rituels publics de l’EAM appelant à la vengeance que pour les suspicions et les rumeurs disséminées méthodiquement par les anticommunistes. Ces sept semaines et demie marquent le passage du temps de l’utopie – née de l’expérience de la Résistance – au « temps des institutions39 ».

27Dans ces circonstances, la question fondamentale est celle de la légitimité de la violence. Au moment même du départ des occupants, l’heure est à la « revanche » et à la « guerre contre l’ennemi et les traîtres ». Áris Velouchiótis*, le « capitaine en chef » de l’ELAS, déclarait :

  • 40  Discours d’Áris Velouchiótis après la libération de la ville de Lamia, 23 octo (...)

Maintenant [nos adversaires] crient au scandale car [ils disent qu’] Áris massacre. Certes, nous avons tué et nous sommes prêts à le refaire si besoin est. Or, nous sommes plus miséricordieux qu’eux. […] Nous avons massacré ceux qui ont livré des Grecs aux occupants, ceux qui volaient le peuple et commettaient des crimes. Et ceux qui compatissent avec ceux qu’on a frappés de manière totalement justifiée sont soit complètement imbéciles soit des complices40.

  • 41  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑194 (...)
  • 42  La réunion des chefs militaires de l’ELAS à Lamia, le 17 novembre 1944, qui, p (...)

28Simultanément, en Grèce comme ailleurs, les directions politiques essaient de rétablir le monopole étatique de la violence légitime, dont la remise en cause rend possible le « passage à l’acte » à tout moment41. L’esprit militaire fait rapidement place aux appels à l’apaisement. Les deux côtés dissimulent leurs préparatifs militaires, qui feront par la suite l’objet d’un mythe plutôt qu’un récit historique42.

  • 43  Pour la reddition de « nombreux hommes de BdS » à l’ELAS d’Athènes voir le bulletin d’in (...)

29Tout au long du mois de septembre, les rues d’Athènes ont été le théâtre d’une guerre d’embuscades entre les BdS ou la « X » contre l’ELAS ou sa Garde civile. Alors que les Allemands sont encore présents dans le Nord du pays, quelques actes de justice sommaire commis dans la capitale, combinés avec les événements du Péloponnèse, ont semé l’horreur dans le camp bourgeois. Cela incite plusieurs membres des BdS à quitter leurs rangs. Pour échapper à la vengeance, ils ont le choix entre trouver refuge dans la « X » ou au sein d’autres groupes nationalistes, ou se rendre avec leurs armes à l’ELAS43.

  • 44  Cette conviction, rapportée par Théotokas à un moment où, selon l’historien Mazower, il (...)
  • 45  Les plus marquantes des batailles de la Libération furent celle d’« Oulen », compagnie d (...)

30Cette dernière, agissant désormais en tant qu’armée nationale, évite à tout prix un affrontement avec les Britanniques pour ne pas leur donner un prétexte d’intervention. L’ordre qu’elle assure à Athènes témoigne de la volonté de sa direction d’agir comme force de modération et de préparer le terrain pour instaurer une nouvelle légalité. La ligne de la direction est transmise à la fois par les cellules de l’organisation et par un communiqué des autorités étatiques. Cela provoque à la base une ambivalence, qui, combinée avec la position de force dans laquelle se trouve l’EAM, crée chez ses militants la conviction que la Laocratie est désormais à portée de main et qu’elle sera acquise d’une manière ou d’une autre : « par la voie pacifique de préférence, ou par la violence si nécessaire44 » ; et cela donne lieu à une violence de proximité : arrestations diverses et interrogatoires effectués sous l’étiquette de l’EP, afin de bloquer les communications au sein du camp anticommuniste et d’arracher des informations sur sa restructuration45.

  • 46  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑1945), p. 108 (...)
  • 47  La « Section d’information sur EAM-ELAS » du quartier général de Spiliotópoulos, (...)

31Il est par définition impossible de chiffrer la violence d’une « sortie de guerre », et encore moins dans un conflit civil, puisqu’il s’agit d’une période d’effacement des traces mêmes des meurtres commis dans un espace d’anomie. Il est peu probable que des interrogatoires, menés dans des centres de rétention improvisés dans les faubourgs de la ville, aient souvent observé les règles de la juridiction civile, faisant dans ce cas de la violence non seulement un moyen de lutte, mais aussi « l’expression des passions, des peurs et des haines des acteurs de chaque camp46 ». Cependant, les exécutions sommaires ont eu une dimension modeste dans la capitale47. La rage vindicative de la foule s’est dépensée en rituels d’humiliation publique sur des dizaines d’individus arrêtés, et elle s’est canalisée dans la préparation de l’ambiance festive et de la démonstration de force en vue de l’arrivée des troupes britanniques. Cette ritualisation, qui allait de pair avec l’appel à l’ordre et le vocabulaire moraliste employé par les journaux de l’EAM à propos des collaborateurs armés, indique que l’organisation optait clairement pour l’officialisation de son éthique politique au sein de l’État en voie de construction.

  • 48  Parmi les dépositions utilisées ultérieurement au tribunal spécial d’Athènes, (...)
  • 49  Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Dé (...)

32Un appareil judiciaire a bel et bien été mis en place la première semaine du mois d’octobre, menant des interrogatoires et préparant en bonne et due forme les dossiers juridiques destinés à des tribunaux constitués selon la loi annoncée par le gouvernement48. Par ailleurs, à partir du 9 octobre, dernier jour des batailles avec le reste des BdS désormais casernées à l’École de gendarmerie, l’appareil de l’EAM se cantonne à un rôle auxiliaire dans la campagne d’arrestations lancée par la police. Après les pressions exercées par la majorité du gouvernement sur les ministres de l’EAM, une bonne partie des prisonniers faits par l’ELAS est relaxée49. Toutefois, le matériel juridique collecté est utilisé pour poursuivre la campagne d’arrestations et livrer les individus arrêtés à la police.

  • 50  Le 13 octobre furent arrêtés sept des hauts officiers de la Sûreté spéciale et Travlós, (...)

33Les arrestations des membres des gouvernements d’occupation sont bouclées le lendemain du départ des Allemands. Ensuite, la police achève la première évacuation des autorités de collaboration en arrêtant également les officiers de la Sûreté spéciale, le maire de la capitale, ainsi que quelques-unes des plumes éminentes du journalisme pronazi50. Comme elle est largement maître des rues de la capitale, l’ELAS cesse momentanément les combats afin de permettre la manifestation de soutien de masse dont jouissait l’EAM. Ainsi, l’ELAS se limite à une démonstration de force, pour faire pression sur les autres éléments du gouvernement.

  • 51  Selon les différents bilans, publiés dans les journaux des jours suivants, il y a eu ent (...)

34Or la « trêve » n’a pas duré plus d’une semaine. La manifestation anticommuniste du dimanche 15 octobre signe la reprise des massacres de civils au grand jour. Une mobilisation matinale de « pères de famille » nationalistes encourage les collaborateurs barricadés dans certains hôtels du centre-ville à tirer sur une manifestation de l’EAM durant ce même après-midi : ils ouvrent donc le feu sur la foule et font plusieurs morts51. Ainsi la « Libération » commence comme elle va prendre fin, par un massacre de civils. Les jours suivants, l’ELAS d’Athènes, sous l’étiquette EP (Ethniki Politofylaki – Garde civile nationale), compte plusieurs victimes lors des opérations d’arrestation de collaborateurs, dont les plus célèbres sont la tentative d’arrestation du général Pángalos*, ancien dictateur puis instigateur des BdS, et celle de Papadongonas, neveu du commandant des BdS dans le Péloponnèse.

  • 52  Alliance sacrée d’officiers grecs : IDEA (Ieros Desmos Ellinon Axiomatikon). Voir le tém (...)

35Aussitôt après la fusillade contre la manifestation, une enquête préliminaire s’ouvre sous la pression politique de l’EAM, qui n’aboutira jamais, une foule de témoins ayant submergé les autorités judiciaires déjà en dysfonctionnement. Durant une négociation atypique, les collaborationnistes armés de la capitale sauvent leur vie en se chargeant de court-circuiter une éventuelle prise de pouvoir par l’EAM. Parallèlement, les officiers royalistes et métaxistes qui rentrent du Moyen‑Orient veillent à absorber et à réorganiser les éléments anticommunistes, en créant une société secrète au sein de l’armée, l’IDEA52.

  • 53  Éleuthéri Ellada, Rizospástis, 5 novembre 1944 ; Georges Théotokas, 1987, Τετρ (...)
  • 54  Éditorial du 7 novembre 1944 : « Les meurtres d’avant-hier furent qualifiés de “crime od (...)

36Peu de choses permettent de distinguer la rumeur de la réalité dans l’action meurtrière des deux camps. La direction de l’EAM, s’estimant maîtresse du jeu dans le reste du pays et forte du soutien populaire, veut se présenter comme garante d’une régularisation pacifique et prolonge la logique de guerre en privilégiant l’arme de la propagande qui passe par la ritualisation de la violence. Aux spectacles d’humiliation publique mis en scène dès les premiers jours succèdent donc les litanies régulières des militants de l’EAM qui portent, dans les rues de la ville, les corps de leurs martyrs afin de susciter l’indignation53. La réduction de la violence à son instrumentalisation symbolique est, plus qu’une renonciation aux pratiques révolutionnaires, une tentative d’inverser la rhétorique des élites étatiques sur la violence des communistes. Or, dans la mesure où cette dénonciation de la violence de l’adversaire ne donne pas lieu à une action armée contre celui-ci, elle risque de se retourner contre l’EAM : la neutralisation de l’écrasante force armée de l’EAM dans la capitale augmente la confusion qui règne au sujet des collaborateurs et donne au gouvernement la marge nécessaire pour équilibrer le rapport de force. La présentation des victimes dans les manifestations de l’EAM destinée à dénoncer la violence des royalistes de la « X » se révèle significative : le journal Éleuthéria attribue les cadavres à des membres des BdS exécutés par l’ELAS54 !

  • 55  En fonction ou en détention. Alors que plusieurs membres de groupes armés entraient (...)

37Une fois les forces anticommunistes rassemblées à Athènes55, le ton change et le conflit entre dans une nouvelle phase. Alors qu’un fragile équilibre des forces stabilise la situation dans la capitale, au moins momentanément, le reste du pays s’embrase.

Le contrôle de l’espace national

  • 56  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), London (...)

Le gouvernement de Papandréou était comme le conseil d’une antique cité-État. Son autorité ne s’étendait pas au-delà des limites de l’Attique.
Papandréou et ses ministres ne sont un gouvernement que de nom […]. Son pouvoir dépasse à peine Athènes. Il n’y a pas de communications. Le Péloponnèse par exemple est un autre État, l’EAM règne ou l’anarchie56.

38En regardant de plus près les 50 premiers jours de la libération d’Athènes, on s’aperçoit bien vite que considérer la période comme pacifique, ou comme une trêve, ne correspond qu’aux versions officielles des deux pôles de pouvoir. Dans les faits, le conflit n’a jamais cessé. Non seulement sur le plan politique, mais aussi sur le plan militaire : là où les autorités instituées bénéficient d’un consensus des deux parties se déroule un conflit de basse intensité, et, là où le contrôle politique d’une région est en jeu, les deux camps s’affrontent ouvertement.

  • 57  Vu le petit nombre d’effectifs britanniques dans le pays (qui furent plutôt concentrés d (...)
  • 58  Rizospástis, 29 octobre 1944, p. 2.
  • 59  Formée en mars 1944 en Égypte après une double épuration des forces grecques présentes, (...)
  • 60  Unité des forces spéciales grecques créée en 1942 au Moyen‑Orient, baptisée en (...)

39Deux semaines après le départ des forces allemandes de la capitale (et une fois que la situation chaotique d’Athènes a éloigné l’EAM de la perspective d’une prise de pouvoir), le camp anticommuniste emploie toutes ses réserves militaires pour prendre le contrôle du territoire et pour sortir Athènes de l’isolement. Le 30 octobre, lorsque l’ELAS célèbre la libération de Thessalonique et y manifeste sa force par de grandes parades, la presse anticommuniste d’Athènes préfère passer ces faits sous silence57. Au même moment, les forces nationalistes de l’EDES entrent dans les territoires contrôlés jusqu’alors par les forces de l’ELAS, en commençant par les régions insulaires. Cet effort débute mi-octobre sur la presqu’île de Lefkas dans la mer Ionienne où, après avoir destitué les autorités de l’EAM, les forces de l’EDES déclenchent une vague de terreur contre leurs partisans. Deux semaines plus tard, ils interdisent aux autorités d’Athènes de s’y installer, les accusant de « protéger les communistes58 ». C’est ainsi que la composante la plus légitime des forces nationalistes donne le coup d’envoi de la mobilisation des effectifs armés fidèles à Papandréou sur le territoire national. Au début de novembre 1944, alors que la 3e brigade de montagne59 s’apprête à retourner dans la capitale, le Bataillon sacré, unité royaliste de la marine militaire60, effectue de petits débarquements sur les îles de la mer Égée et destitue, le plus souvent de force, les autorités de l’EAM.

40Ces manœuvres ne réussissent pas toujours. Dans le nord du pays, environ 8 000 hommes armés par l’occupant subissent fin octobre une vaste opération de liquidation. Barricadés dans la petite ville de Kilkís tandis qu’ils négociaient leur intégration à l’EDES, ils attendaient l’arrivée salvatrice des forces britanniques. Encerclés, ils furent obligés d’y livrer, le 4 novembre 1944, leur ultime bataille qui fut particulièrement meurtrière.

  • 61 Rizospástis, 7 novembre 1944.

41Mais revenons à Athènes, où l’EAM et l’ELAS s’efforcent de rendre publique cette guerre de position menée par les forces royalistes du Moyen‑Orient. Dans une démarche auprès du ministre des Affaires militaires, le commandant en chef de l’ELAS, Áris Velouchiótis, dénonce les arrestations et les désarmements des résistants et exige « l’arrêt des actes arbitraires et terroristes ainsi que l’alignement sur les accords et les directives du gouvernement national, de la part de tous ceux qui se disent des effectifs de l’armée nationale sous les ordres du gouvernement61 ». De leur côté, les anticommunistes ont une tout autre conception de ce que doit être le rétablissement de l’ordre : dans les journaux libéraux, les arrestations de présumés collaborateurs sont décrites comme l’« œuvre d’incompétents », tandis que les rumeurs sur les atrocités communistes vont bon train. Ces rumeurs font un écho déformé à l’activité des « tribunaux populaires » que les corps partisans mettent en place à la fin des opérations militaires afin de satisfaire la soif de vengeance du peuple.

  • 62  Les dernières forces allemandes, à l’exception d’une garde qui resta en Crète, à Milos, (...)

42Les efforts consentis pour modérer les tensions s’essoufflent une fois les Allemands retirés du pays62. Churchill rédige alors un télégramme à son ambassadeur en Grèce, dans lequel il mentionne :

  • 63  Texte qui devint vite impopulaire en Grèce comme en Grande‑Bretagne dans l’apr (...)

J’envisage tout à fait [I fully anticipate] un conflit ouvert avec l’EAM, et nous ne devons pas en avoir peur, à condition d’avoir choisi prudemment le terrain63.

  • 64  Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Dé (...)
  • 65  Puisqu’ils ne disposaient pas de moyens pour effectuer des arrestations de masse et de l (...)
  • 66  Certains semblaient persuadés que se préparait un coup d’État anglo-royaliste, voir Nicá (...)
  • 67  John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 194 (...)

43La méfiance réciproque fait ainsi graduellement place à l’hostilité. Alors qu’un mois plus tôt, les partisans faisaient un accueil triomphal aux soldats britanniques et organisaient des matchs de football avec eux, voilà qu’en novembre les tentatives des Britanniques de désarmer les troupes de l’ELAS se soldent par un échange d’otages64. La tension est montée d’un cran. Pour arracher à l’EAM le contrôle des campagnes, Papandréou et Churchill visent en premier lieu la démobilisation de tous les « corps volontaires ». Au sein du gouvernement, un accord est scellé et rendu public pour la première fois fin octobre, qui définit les délais d’une démobilisation de l’EDES et de l’ELAS. C’est l’occasion pour les journaux libéraux de célébrer la paix en faisant l’éloge de l’héroïsme des résistants, tandis que l’ELAS d’Athènes poursuit ses arrestations provisoires, augmentant chaque jour sa pression sur le gouvernement dans son effort pour épurer les forces de l’ordre65. La presse de gauche se met à publier quotidiennement des listes de présumés collaborateurs toujours en poste dans l’appareil étatique. À partir du 10 novembre, l’EAM, confiant dans sa suprématie, adopte officiellement une attitude plus stricte, annonçant qu’il ne déposerait les armes qu’après une épurationrapide et profonde de l’appareil d’État66. Au cours de ces mêmes journées, Papandréou témoigne à l’ambassadeur américain sa confiance en la capacité de son gouvernement à traiter les problèmes de sa nation par la voie légale. Il croit que, pour trouver un compromis sur la question des collaborateurs, « il y aura à faire quelques exécutions ; [nous devrons faire preuve de] sévérité et justice, autrement les communistes tenteront certainement une action directe, non seulement avec vraisemblablement beaucoup d’injustice, mais aussi avec un résultat fatal au prestige du gouvernement67 ».

Notes

1  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], insertion du 29 septembre 1944, Athènes : Estia, p. 484.

2 Βλ. π.χ. «ατμόσφαιρα γεμάτη ηλεκτρισμό, συχνοί πυροβολισμοί, πολυβολισμοί, κρότοι από χειροβομβίδες. […] Προχτές 72 νεκροί και απάνω από 200 λαβωμένοι. […] Την τελευταία εβδομάδα ξαφνικά οι νύχτες έγιναν άγριες. […] Έλειψε η σχετική ημεράδα που ένιωθε κανείς τα βράδια του καλοκαιριού, παρά τους συχνούς πυροβολισμούς που ακουόντανε και τότε.» (16 septembre 1944) «Συμπλοκές σε όλη την Αθήνα, και τα πιο κεντρικά σημεία, πολυβολισμοί, φόνοι, τέλεια αναρχία» (26 septembre 1944). Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 476‑484. Roger Milliex, 1946, À l’école du peuple grec, Paris : Éditions du Beffroi, p. 159‑163.

3 Rizospástis, 10 octobre 1944.

4 Rizospástis, 10 octobre 1944.

5  Sur ce sujet, le compte rendu le plus complet se trouve dans l’article de Lars Baerentzen, 1984, «Η λαϊκή υποστήριξη του ΕΑΜ στο τέλος της κατοχής» [Le soutien populaire de l’EAM à la fin de l’Occupation] in Mnimon, no 9, 1984, p. 157‑173.

6  Quoique ce dernier soit redevenu « Monsieur » pour la presse résistante, le préfet militaire qu’il a nommé en région athénienne n’a cessé d’être stigmatisé comme agent de la Gestapo par les militants de l’EAM, Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 482.

7  Themistoclis Tsátsos , Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], Athènes : Ikaros, 1973, p. 158‑159.

8  Aux échecs, le gambit est le sacrifice volontaire d’un pion en vue de gains stratégiques. Les dessous de cet accord pour Churchill, qui était d’abord préoccupé par la menace communiste en Grèce, ont été révélés une décennie plus tard par Churchill lui-même (Winston Churchill, 1985, The Second World War, Londres : Penguin, vol. 5, p. 194‑195). Dans la littérature britannique où cela a provoqué de nombreux débats, voir Albert Resis, 1978, “The Churchill-Stalin Secret ‘Percentages’ Agreement on the Balkans, Moscow, October 1944”, The American Historical Review, vol. 83, no 2, avril, p. 368‑387. Carlton David , 2000, Churchill and the Soviet Union, Manchester : Manchester University Press, p. 115‑117. William Deakin, Elizabeth Barker, Jonathan Chadwick (dir.), 1988, British Political and Military Strategy in Central, Eastern and Southern Europe in 1944, Londres : The Macmillan Press.

9  “Foreword” in John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, Princeton : Princeton University Press, p. ix‑xii.

10  « Le fait et la parole sur le fait sont deux matériaux différents qui demandent qu’on réfléchisse à leur inclusion dans le récit » : Arlette Farge, 1997, Des lieux pour l’histoire, Paris : Seuil, p. 84.

11  Cela devient évident dans les discours publics des deux camps à ce moment-là ; voir John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, op. cit., p. 105‑117, qui, en se fondant surtout sur les informations contenues dans les archives diplomatiques américaines, donne une fresque des récits du vécu immédiat des individus ; voir le journal intime du combattant d’EDES Faisona Maidonis in Hagen Fleischer, Aristídis Stergelís, 1984, «Ημερολόγιο Φαίσωνα Μαιδόνη (24.6‑10.9.1944)» [Journal de Faisona Maidonis 24 juin 1944 – 10 septembre 1944], Mnimon, t. 9, p. 33‑156, spéc. p. 43‑45, où l’auteur rapporte que les « ordures » de l’EAM doivent « être éliminées ».

12  Mis à part les textes officiels, nous nous sommes surtout fondé sur le matériel des journaux, journaux intimes ou mémoires écrits pendant les premiers mois ou premières années de la Libération, comme mise en récit de cette expérience.

13  Idéologie en tant que pratique sociale, voir Louis Althusser, 1976, « Idéologie et appareil idéologique d’État ». Pour la question des rapports idéologie/justice en Grèce, voir Marc Mazower, 2000, “The cold war and the appropriation of memory: Greece after Liberation”, in Istvan Déak, Jan Gross, Tony Judt (dir.), The Politics of Retribution in Europe, World War II and Its Aftermath, Princeton : Princeton University Press, p. 212‑232.

14  Pour reprendre la pensée de Michel Foucault, 1975, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, p. 198.

15  Du 17 au 20 mai 1944 au Liban, à l’initiative de Georges Papandréou et sous direction britannique, une réunion regroupe les membres du gouvernement grec en exil, des anciens partis grecs et les représentants des diverses organisations de résistance en Grèce. Il s’agit de former un gouvernement d’Union nationale pour contrer la formation par l’EAM du PEEA (Πανελλήνιος Επιτροπή Εθνικής Απελευθέρωσης, Comité panhellénique de libération nationale). Un accord, critiqué tant par les royalistes que par l’EAM, est obtenu : le gouvernement d’Union nationale, présidé par Georges Papandréou, comprendra cinq communistes en échange de l’intégration de leurs troupes dans celles du général Scobie, commandant du 3e corps d’armée britannique.

16 ThémistoclisTsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p.167.

17  Archevêque Damaskinós au ministre Tsátsos, idem., p. 178‑179.

18  La deuxième rencontre entre les deux hommes en moins de deux mois, ce qui révèle surtout la préoccupation du leader britannique pour la Grèce. Sur l’aspect « régional » de l’accord des pourcentages dans les Balkans pour la Grande‑Bretagne, voir aussi William Deakin, Elizabeth Barker, Jonathan Chadwick (dir.), 1988, British Political and Military Strategy in Central, Eastern and Southern Europe in 1944, Basingstoke : Palgrave Macmillan.

19  Mémorandum à Churchill et Eden, Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος [La libération de la Grèce], Athènes : Alfa, p. 140 ; Papandréou passa sous silence le point numéro un de ce texte, qui portait sur les préparations militaires des Britanniques, voir John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, op. cit., p. 111. William Deakin, Elizabeth Barker, Jonathan Chadwick (dir.), 1988, British Political and Military Strategy in Central, Eastern and Southern Europe in 1944, op. cit., p. 114.

20  Thémistoclis Tsátsos , Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p. 174. William Deakin, Elizabeth Barker, Jonathan Chadwick (dir.), 1988, British Political and Military Strategy in Central, Eastern and Southern Europe in 1944, op. cit., p. 175. Parmi les clauses de l’accord de Caserte, il y avait le fait qu’aucune force armée ne pouvait entrer dans l’enceinte de la capitale, voir John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, op. cit.

21  En 1929, vote de l’Idiónymo, (N.4229/24 Ιουλίου 1929) par un gouvernement vénizéliste, son titre exact est «Περί των μέτρων ασφαλείας του κοινωνικού καθεστώτος και προστασίας των ελευθεριών των πολιτών» [Sur les mesures de sécurité pour le régime social et de protection des libertés des citoyens]. Elle vise les communistes, les anarchistes et les syndicalistes.

22  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias. Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], qui cite l’article «Κομμουνισμός 1944» (« Communisme 1944 ») du journal Ellinikón Aíma [Sang Grec].

23  DIS/EAE, t. 8, «Έκθεσις δράσεως του τάγματος Αρφαλείας Κορίνθου» [Compte rendu de l’activité du BdS de Corinthe, daté d’octobre 1957], p. 234. William Deakin, Elizabeth Barker, Jonathan Chadwick (dir.), 1988, British Political and Military Strategy in Central, Eastern and Southern Europe in 1944, op. cit., p. 241. Au printemps 1943, Zervas, le chef de l’EDES, pour s’assurer l’aide britannique, se rallie à l’idée du retour du roi ; les forces de l’EDES en Épire poursuivent leur action, tandis que leur chef prend des contacts avec les forces allemandes et l’EDES d’Athènes se tourne beaucoup plus nettement vers la collaboration.

24  DIS/EAE, t. 7, p. 329‑334. Heinz Richter, dans son ouvrage British Intervention in Greece, rappelle qu’au procès des gouvernements, plusieurs témoins ont confirmé ce fait (Heinz Richter, 1986, British Intervention in Greece: From Varkiza to Civil War February 1945 to August 1946, Londres : Longwood, p. 176).

25  « X », c’est-à-dire, dans leur esprit, une « croix » pour rayer le communisme de la carte politique.

26  Il a fallu plus de six décennies pour qu’un habitant du village, officier dans l’aviation à la retraite, dévoile, à travers le croisement des témoignages oraux et des sources écrites de l’époque, qu’il s'agissait d’un massacre effectué par des Grecs qui veillaient à sécuriser le transport des armes vers la capitale : Thanásis Prófis, 2006, Η τραγωδία του Κοροπιού 8-9 Οκτωβρίου 1944, Οι μύθοι, οι πλαστογράφοι και η αλήθεια [La tragédie de Koropi, 8‑9 octobre 1944, les mythes, les faussaires et la vérité], Koropi : s. éd. Voir Stéfanos Papageorgíou, 2004, Ο Γρίβας και οι «Χ», το χαμένο Αρχείο [Grivas et les « X », les archives perdues], Athènes : Nea Thesis.

27  Thémistoclis Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p. 182 ; journauxÉleuthéria et Rizospástis du 12 octobre 1944.

28 Rizospástis, 10 octobre 1944.

29 Éleuthéri Ellada, 8 octobre 1944.

30  « Les fonctionnaires publics doivent rester à leurs postes en attendant des ordres du gouvernement. Ceux qui pendant l’Occupation ont eu une conduite contraire à la conscience nationale seront écartés. La punition juste de ceux-là, ainsi que de tous ceux qui ont collaboré avec l’ennemi, sera immédiatement imposée par l’État grec. Toute sanction effectuée par des individus ou organisations sans garanties d’attribution d’une justice véritable sera considérée comme une substitution arbitraire de l’État », communiqué officiel du gouvernement du 13 octobre 1944, Éleuthéria, 14 octobre 1944.

31  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 502‑503. Voir aussi Roger Milliex, 1946, À l’école du peuple grec, op. cit., p. 141‑163.

32  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 502‑503.

33  Voir les paroles du commandant militaire de Turin en automne 1944, citées in Claudio Pavone,1991, Una guerra civile. Saggio storico Sulla moralità nella Resistenza, Turin : Bollati Boringheri, «La violenza insurrezionale», p. 506.

34  Stathis Damianakos, 2003, la Grèce dissidente moderne, cultures rebelles, Paris : L’Harmattan.

35  Faits caractéristiques de ce début octobre : les ministres républicains Réntis et Venizélos démissionnèrent en guise de protestation devant la répartition des sièges au sein du cabinet gouvernemental ; Tsátsos, qui exprime son émerveillement de pouvoir porter un uniforme d’officier (Thémistoclis Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p. 187, 210‑214 et 291‑293) ; Kanellópoulos qui, lors des négociations pour la reddition du BdS de Tripolis, retrouve « ses vieux amis politiques » et parle des « officiers patriotes » des BdS (Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’Occupation], op. cit., p. 654‑663).

36 Thémistoclis Tsátsos, Αι παραμοναί της απελευθερώσεως [La veille de la Libération], op. cit., p. 181 ; Georges Rállis, 1947, Ο Ιωάννης Ράλλης ομιλεί εκ του τάφου [Ioánnis Rállis parle de sa tombe], Athènes : s. éd., p. 3‑4.

37  Pour Nauplie et Corinthe voir DIS/AEA, t. 8, p. 234‑244 ; pour la reddition du BdS de Tripolis, voir Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’occupation], op ; cit., p. 650‑659 ; voir Kóstas Karális, 1958, Ιστορία των δραματικών γεγονότων Πελοποννήσου [Histoire des événements dramatiques du Péloponnèse], Athènes : Drysi, t. 1. Lars Baerentzen, “The liberation of Peloponessus, september 1944”, in John Iatrides (dir.), 1981, Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/New Hampshire : New England University Press, p. 225‑243.

38  Procopis Papastratis, 1981, “The Papandreou Government and the Lebanon Conference”, in John Iatrides (dir.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, op. cit., p. 119‑30.

39  Maurice Merleau-Ponty, 1945, « La guerre a eu lieu », les Temps modernes , no 1, p. 64. Voir à ce sujet les articles d’Albert Camus publiées à ce moment : 1950, Actuelles. Chroniques 1944‑1948, Paris : Gallimard, p. 45‑55. Voir Tony Judt, 1994, Past Imperfect: French intellectuals 1944‑1956, Los Angeles/Berkeley : University of California Press, p. 32‑35, 68‑74.

40  Discours d’Áris Velouchiótis après la libération de la ville de Lamia, 23 octobre 1944. Voir Kóstas Papakógos et Níkos Kotaridis, 2006, Ο  ΄Αρης στη Λαμία [Áris à Lamia], Athènes : Filistor, p. 62.

41  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑1945), Paris : Stock, p. 108. Voir les incitations du commandant militaire et futur historien de la Résistance italienne Nuto Revelli : « Tirons sur eux maintenant parce que c’est l’heure » (à propos de l’indulgence aux prisonniers qui avaient fait double jeu) «Per carità, non dico di sbundellarli tutti i fascisti. Ma spariamo perché è l’ora», in Nuto Revelli, 1962, la Guerra dei poveri, Torino : Einaudi, p. 427, cité par Claudio Pavone, Una guerra civile. Saggio storico Sulla moralità nella Resistenza, Turin : Bollati Boringheri, p. 507, et p. 768, no 15 ; pour la version des adversaires de la Résistance, voir par exemple le bulletin d’information de l’état-major, daté du 2 octobre 1944, DIS/AEA, p. 161.

42  La réunion des chefs militaires de l’ELAS à Lamia, le 17 novembre 1944, qui, pendant des décennies, était censée constituer une réunion de désobéissance à la ligne pacifiste de la direction, est le cas le plus caractéristique. Pour la version française de ce « congrès », voir Dominique Eudes, 1970, les Kapetanios : la guerre civile grecque 1943‑1949, Paris : Fayard, p. 246‑249.

43  Pour la reddition de « nombreux hommes de BdS » à l’ELAS d’Athènes voir le bulletin d’information, daté du 2 octobre 1944, du 20e régiment d’artillerie, in DIS/EAE, p. 160.

44  Cette conviction, rapportée par Théotokas à un moment où, selon l’historien Mazower, il avait basculé « à gauche » (préface dans son journal, Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 12-13), est partagée aussi par le chef militaire de l’ELAS à Athènes, voir Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Décembre – guerre civile, 1944‑1949, une histoire rapide], Athènes : Kapopoulos, p. 102‑104.

45  Les plus marquantes des batailles de la Libération furent celle d’« Oulen », compagnie d’approvisionnement en eau potable, ainsi que le coup décisif à l’École militaire, voir Rizospástis, 8, 11 et 24 octobre 1944. Pour cette « violence de proximité », les matériaux de l’ELAS de Patras sont caractéristiques : on peut y lire des ordres d’arrestation manuscrits tels que « à arrêter : [prémom], à côté de la taverne de Kollias », etc. (ELIA, archive ELAS de Péloponnèse, dossier no 4).

46  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑1945), p. 108 discutant la régression du processus de civilisation selon Norbert Elias.

47  La « Section d’information sur EAM-ELAS » du quartier général de Spiliotópoulos, qui aurait toutes les raisons de gonfler au lieu de diminuer les chiffres, fait part dans son rapport du 9 octobre 1944 de 15 nationalistes exécutés, 2 disparus et 7 maisons saccagées pour la période du 26 septembre à ce jour-là. In DIS/AEA, document no 13, p. 163.

48  Parmi les dépositions utilisées ultérieurement au tribunal spécial d’Athènes, les plus anciennes qu’on ait pu repérer ont été données entre le 5 et le 10 octobre 1944.

49  Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Décembre – guerre civile, 1944‑1949, une histoire rapide], op. cit., p. 68‑69.

50  Le 13 octobre furent arrêtés sept des hauts officiers de la Sûreté spéciale et Travlós, Stavrídis et Eftaxías pour propagande pronazie ouverte. (Rizospástis, Éleuthéria, 14 octobre 1944).

51  Selon les différents bilans, publiés dans les journaux des jours suivants, il y a eu entre 9 et 15 victimes, et environ une centaine de blessés.

52  Alliance sacrée d’officiers grecs : IDEA (Ieros Desmos Ellinon Axiomatikon). Voir le témoignage d’un des participants : Níkos Antonakéas, 1947, Φως εις το σκοτός της Κατοχής, Εθνική Αντίσταση 1941‑1944 [Lumière sur l’obscurité de l’Occupation, Résistance nationale, 1941‑1944], Athènes : s. éd.

53  Éleuthéri Ellada, Rizospástis, 5 novembre 1944 ; Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 504-505.

54  Éditorial du 7 novembre 1944 : « Les meurtres d’avant-hier furent qualifiés de “crime odieux” par le chef du KKE. Et il avait raison. […] Car les hommes des BdS assassinés furent peut-être des criminels de guerre dignes d’être fusillés, mais personne n’a le droit de les exécuter de manière arbitraire. Hélas ! Si tout citoyen se croit en droit d’en tuer un autre. […] Qui les a tués ? La direction de l’EAM et le chef du KKE ne peuvent pas répondre à cette question ? […] M. Siantos a entrepris une démarche qui involontairement pourrait s’avérer utile. Si maintenant le Premier ministre entreprenait une démarche contre les “forces obscures” auprès de M. Siantos, alors tout ce qui est à dire sur cette triste question sera dit… […] Admettons que les membres assassinés des Bataillons de sécurité et de la gendarmerie (car les cadavres furent les leurs) furent coupables de crimes de guerre, donc qu’ils furent peut-être dignes d’être envoyés au poteau ; pourtant personne n’a le droit de les exécuter ».

55  En fonction ou en détention. Alors que plusieurs membres de groupes armés entraient à la « X » où des gendarmes retournaient leur veste, seule la haute hiérarchie (dont Dakos, chef de la gendarmerie et Bouradas, chef de la section motorisée de la police) fut soigneusement rassemblée dans la prison Averof en centre-ville. Avec eux, Plytzanópoulos ,chef des BdS, fut aussi arrêté, le 17 octobre, et conduit à Goudi auprès de ses hommes ; les BdS du Péloponnèse furent transférés le 18 octobre sur l’île de Spetses où il n’y avait pas l’ELAS afin d’éviter un lynchage. Ensuite, les hommes suivirent et, le 31, ils rejoignirent le reste des effectifs à Goudi. Voir Éleuthéria, Rizospástis, Éleuthéri Ellada des 17, 19, 20 octobre, 1er et 2 novembre 1944. Deux quartiers du centre-ville devenaient des fiefs de groupes nationalistes et l’élan révolutionnaire des forces de l’ELAS s’essoufflait en se dispersant dans tous les sens tandis que se rapprochaient les nationalistes pro-Alliés et les collaborationnistes. La destitution des autorités sur place dans les îles de la mer Égée préfigurait le bras de fer qui allait suivre pour le contrôle du reste du territoire continental : Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Décembre – guerre civile, 1944‑1949, une histoire rapide], op. cit., p. 64-71 ; Stéfanos Papageorgíou, 2004, Ο Γρίβας και οι «Χ», το χαμένο Αρχείο [Grivas et les « X », les archives perdues], Athènes : Nea Thesis, p. 19‑27.

56  Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), London : Hutchinson and Co, p. 97.

57  Vu le petit nombre d’effectifs britanniques dans le pays (qui furent plutôt concentrés dans les grandes villes) et les forts effectifs de l’ELAS concentrés dans le nord du pays, Thessalonique fut libérée exclusivement par les forces de l’EAM et pendant une semaine resta sous son contrôle absolu. Rizospástis du 31 novembre 1944 condamne le silence des journaux nationalistes sur la libération de la ville, alors que ces derniers publient des rapports officiels de Londres sur « l’entrée dans la ville des forces britanniques et des corps partisans » à partir du 2 novembre ; voir Éleuthéria des 2 et 3 novembre 1944.

58  Rizospástis, 29 octobre 1944, p. 2.

59  Formée en mars 1944 en Égypte après une double épuration des forces grecques présentes, elle ne comprend plus que des royalistes, ex-métaxistes ou anticommunistes convaincus.

60  Unité des forces spéciales grecques créée en 1942 au Moyen‑Orient, baptisée en référence au bataillon du même nom de l’antique Thèbes. Composée uniquement d’officiers et d’élèves officiers de l’ex-armée de Metaxás, elle sert dans le Dodécanèse aux côtés des Britanniques avant d’être envoyée à Athènes.

61 Rizospástis, 7 novembre 1944.

62  Les dernières forces allemandes, à l’exception d’une garde qui resta en Crète, à Milos, et à Rhodes quittèrent le pays début novembre. Pour une description de cette retraite, voir Hermann Frank Meyer, 2002, Von Wien nach Kalavryta, Die blutige Spur der 117. Jäger-Division durch Serbien und Griechenland, Mannheim : Peleus.

63  Texte qui devint vite impopulaire en Grèce comme en Grande‑Bretagne dans l’après-guerre, voir Thanásis Sfíkas, 1991, “People at the Top Can Do These Things, Which Others Can’t Do: Winston Churchill and the Greeks, 1940‑1945”, Journal of Contemporary History, no. 26, p. 307‑334, spéc. p. 319.

64  Sólon Grigoriádis, 1989, Δεκέμβρης – Εμφύλιος 1944‑1949, Συνοπτική ιστορία [Décembre – guerre civile, 1944‑1949, une histoire rapide], op. cit., p. 73‑74. Nicándros Képesis, 1979, Ο Δεκέμβρης του 1944 [Décembre 1944)], Athènes : Sinchroni Epochi, p. 85 et 98.

65  Puisqu’ils ne disposaient pas de moyens pour effectuer des arrestations de masse et de longue durée. La plupart des personnes arrêtées furent relaxées – après avoir fourni les informations nécessaires pour environ 5 000 individus qui seraient arrêtés dans le cas d’un coup d’État royaliste ; une autre partie fut rendue à la police. Voir Yánnis Ioannídis, 1979, Αναμνήσεις [Souvenirs], Athènes : Thémelio, p. 319.

66  Certains semblaient persuadés que se préparait un coup d’État anglo-royaliste, voir Nicándros Képesis, 1979, Ο Δεκέμβρης του 1944 [Décembre 1944], Yánnis Ioannídis,1979, Αναμνήσεις [Souvenirs] et Rizospástis (10 novembre 1944), en même temps que la rumeur sur les atrocités communistes et sur leurs centaines de victimes se répandait rapidement. Georges M. Alexander, 1981, “The demoblization crisis. November 1944”, in John Iatrides (dir.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Greece in the 1940s, op. cit., p. 263‑278.

67  John Iatrides, 1972, Revolt in Athens, The Greek Communist “Second Round”, 1944‑1945, op. cit., p. 159‑160.

Acheter