Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Première partie : un court interrègne (octobre 1944 – février 1945)

Le pays occupé : une société en effervescence

The Country under Foreign Occupation: Effervescence in Society

Η χώρα στην Κατοχή, μία κοινωνία σε αναβρασμό

Résumé

Les grandes lignes de l’Occupation en Grèce : comment la faim, l’attentisme des élites, les conséquences des clivages politiques de l’avant-guerre, le contexte international ont créé une situation nouvelle, hautement révolutionnaire.

Texte intégral

  • 1  Mark Mazower (dir.), 2000, After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and S (...)
  • 2  Voir Louis Althusser, 1976, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », Positi (...)

1Si les récits nationaux relatifs à l’Occupation offrent la vision d’une société « gelée » sous le joug nazi et fasciste, les trois ans et demi de cette occupation (mai 1941 – octobre 1944) ont été une période d’effervescence et de profonds bouleversements sociopolitiques qui ébranlèrent les clivages intellectuels et sociaux de l’avant-guerre et ont donné lieu à de nouveaux courants idéologiques et politiques. L’historien britannique Mark Mazower remarque qu’une étude des procès des collaborateurs grecs, tenus dans les conditions de la guerre civile, doit prendre en compte les idéologies opposées et leurs conceptions respectives d’une justice politique1. Or, les idées et les représentations qui composent une idéologie se traduisent par un ensemble de pratiques sociales2. La compréhension des enjeux politiques de la Libération, des concepts et des procédures juridiques de punition des collaborateurs ne peut donc se passer des faits et des conditions qui, sous l’Occupation, provoquèrent de profondes transformations.

  • 3  Les noms propres suivis d’un astérisque figurent en Annexe III dans les notices biographiq (...)

2L’ultimatum italien du 28 octobre 1940 marque l’entrée officielle de la Grèce dans la guerre. Le régime dictatorial, en place depuis 1936, saisit alors l’occasion de canaliser l’indignation accumulée par quatre années de répression et d’endoctrinement ultranationaliste. Le « non » du dictateur Ioánnis Metaxás*3 à cet ultimatum exploite un immense potentiel opprimé : la mobilisation générale est immédiate et s’effectue dans une ambiance d’enthousiasme populaire. Même Níkos Zachariádis*, le dirigeant du Parti communiste, depuis sa cellule et en divergence avec la ligne du Komintern, appelle les communistes aux armes sous le commandement du chef d’État.

  • 4  Pour la guerre et l’Occupation en Grèce, voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, (...)
  • 5  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couro (...)

3L’invasion italienne brièvement victorieuse est repoussée et, pendant l’hiver 1941, les troupes grecques gagnent du terrain sur le sol albanais. Quelque 400 000 soldats grecs, avec le soutien de troupes britanniques, tiennent ainsi la dernière tête de pont des Alliés en Europe continentale. Lorsque, fin janvier 1941, le dictateur meurt, le roi Georges II* ne profite pas de l’enthousiasme patriotique exalté par les succès militaires pour rétablir un système parlementaire. Laissant intact le régime dictatorial, il place à la tête du gouvernement le ministre de l’Économie Aléxandros Korizís, un ancien banquier. La Wehrmacht, venant à l’aide de son allié en péril, envahit la Yougoslavie et la Grèce à partir du 6 avril 1941, les Bulgares attaquent également. L’armée grecque s’effondre rapidement. Devant la débâcle générale, le Premier ministre se suicide le 18 avril. Sur le front, le général Geórgios Tsolákoglou*, commandant de la 2e armée, offre sa reddition le 21 avril, en dépit des ordres reçus, pour « sauver la vie et l’honneur des braves soldats4 ». Le roi nomme alors un nouveau Premier ministre, Emmanuel Tsouderós, un ancien directeur de la Banque centrale qui, avec une petite partie de la haute administration, fuit précipitamment vers la Crète à la suite des forces britanniques5 et de la famille royale.

Une « coupure du temps »

— Tu as décidé de partir ?
— Oui.
— En sachant que la Crète ne peut pas tenir, et que vous irez peut-être en Égypte, et éventuellement à Londres ?
— S’il le faut. Je ne vois pas à quoi je peux servir ici avec les Allemands.
— Les Allemands laisseront quelque autonomie au ministère des Affaires étrangères.
— Pour en faire quoi ?
— Moi, je reste, et mon plus grand inconvénient est, que de mon service à Berlin, j’ai gardé des amitiés avec des Allemands.
— Pour un patriote il y a toujours un moyen de faire son devoir.
Georges Seféris*

[...] Lorsque, au bout d’un moment, l’émission fut soudainement coupée et que l’on écouta la voix de l’officier allemand qui interpellait Adolf Hitler « Mein Führer ! » et lui rapportait la chute d’Athènes, c’est comme si le temps avait été coupé au couteau. Ici se termine un chapitre de notre vie…
Georges Théotokas

  • 6  Dans l’ordre du jour relatif à la démobilisation des officiers, le général Tsolákoglou, (...)
  • 7  Déjà le 8 mai 1941, une douzaine de chefs politiques ont été consultés par Tso (...)

4Les troupes allemandes entrent à Athènes le 27 avril 1941 dans une ville déserte. Bien qu’il y ait de nombreux points communs entre le maréchal Pétain et le général Tsolákoglou, qui prête serment comme chef du premier gouvernement d’occupation, les différences entre l’occupation de la France et celle de la Grèce prévalent : Tsolákoglou devient chef de gouvernement d’un pays déjà occupé en quasi-totalité (la Crète, seule à résister plus longtemps, tombe le 31 mai) et au sortir de quatre années de dictature, plus aucun corps représentatif national légitime ne put lui céder les pleins pouvoirs. L’offre des généraux grecs de former un gouvernement n’entraîne, de fait, que la constitution d’une institution fantoche dont le seul rôle est celui d’être un intermédiaire entre les forces d’occupation et le peuple ; quant à un « ministère des Affaires étrangères », il n’en est pas même question. Le fait que ce soit l’homme de la capitulation qui forme ce « gouvernement » joue en sa défaveur : cette coïncidence entraîne un fort soupçon de trahison dans le haut commandant militaire 6. Pour le reste, à l’exception de quelques personnalités pronazies, ignorées par les Allemands, les principaux représentants de l’ancien monde politique sont réticents à l’idée de s’impliquer activement. Ils choisissent de faire plutôt profil bas – dans un premier temps – tout en maintenant quelques rapports avec les premières manifestations de résistance ou, en encourageant, discrètement soit, Tsolákoglou7. L’occupation étrangère correspond, de facto, pour tous à une remise en question de « l’idée » de nation. Dans le contexte de la guerre, elle redevient un enjeu ouvert aux différents patriotismes. On distingue trois facteurs majeurs qui ont conditionné les clivages idéologiques dans l’expérience de l’Occupation en Grèce :

  • le sentiment patriotique a subi une douche écossaise passant de l’exaltation frénétique des victoires militaires sur le front albanais, à l’humiliation infligée par l’effondrement devant l’Allemagne nazie. À la stupéfaction du choc succèdent très vite des manifestations pacifiques de résistance. Dans la région de la capitale, le sentiment, communément partagé d’appartenir à un petit pays pris en otage dans le conflit des Grands, réveille des souvenirs de « trahison » par les forces de l’Entente cordiale pendant la Catastrophe de l’Asie Mineure en 19228 ;
  • par la suite, le pays est partagé en trois zones d’occupation : allemande, italienne et bulgare. L’occupation du territoire par des États frontaliers fait craindre à la population grecque des conséquences plus durables, voire permanentes. En effet, la première opération de l’armée bulgare dans le territoire occupé de la Thrace occidentale, considéré comme une province bulgare, consiste en l’expulsion forcée des populations grécophones, tandis que Mussolini ne tarde pas à manifester ses désirs d’annexion sur les côtes ioniennes de la Grèce, au nom d’un passé romain ou vénitien ;
  • dans l’effort visant à saisir ce qui « est arrivé autrement que cela avait été prévu ou espéré9 », les lignes de démarcation politique de l’avant-guerre, notamment celles qui séparaient les royalistes des républicains, se brouillent très vite. De la surprise au sentiment d’urgence, la recherche de la cinquième colonne devient le jeu favori de tous les acteurs impliqués. Tandis que l’état-major britannique compte les forces avec lesquelles il pourrait poursuivre la guerre dans une région si longtemps restée sous son influence, le « peuple » grec se forge une nouvelle identité fondée sur sa victoire contre l’Italie et la trahison des « dirigeants fascistes de la dictature » et des « généraux germanophiles »10.

5Le contraste qui marque le premier grand clivage psychique, idéologique et, par conséquent, politique, au sein de la société grecque est donc celui qui oppose le désarroi absolu des classes dirigeantes à la détermination de l’armée de réservistes qui, dans l’enthousiasme national, repousse l’agression italienne. Pour tous ceux qui sont restés au pays, le cabinet de Tsouderós est le « gouvernement des fuyards » : le politiquement correct, « en exil », ne s’imposera que quand le plateau de la balance aura penché en faveur des Alliés. Georges Seféris, attaché de presse au ministère des Affaires étrangères pendant la guerre, puis réfugié provisoirement en Crète avec le gouvernement en exil, commente cette atmosphère nébuleuse dans son journal intime de la façon suivante :

  • 11  Georges Seféris, 1975, Μέρες [Jours], op. cit., p. 72.

C’est comme si l’on avait décidé dès le début de se livrer au destin au moment même où l’Allemagne apparaîtrait. Au-delà des montagnes albanaises, on n’a rien vu, rien pensé. Les Anglais sont encore étourdis par le coup qu’ils ont reçu en Grèce ; ils mangent leurs mots ; ils ne savent pas s’ils resteront ou s’ils partiront d’ici. Il n’y a aucun plan. Il n’y a aucune préparation11.

L’alignement des divisions internes sur le conflit mondial

  • 12  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], o (...)
  • 13  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], o (...)

6Le sentiment, largement partagé par la population grecque, d’avoir été abandonnée par les classes dirigeantes est aussi le résultat du démantèlement de toutes les fonctions économiques et administratives du pays : la séparation en zones administratives d’occupation a pour effet d’aggraver le morcellement naturel de la Grèce, un ensemble de vallées et de montagnes, une somme de petits espaces sans grandes plaines. De surcroît, le pays se trouve isolé de son environnement international par le blocus imposé par les Britanniques aux pays occupés par les forces de l’Axe. À cela s’ajoute la destruction de la quasi-totalité des transports – la plus lourde conséquence des six mois de guerre12. L’occupation du pays provoque un double exode de la population. Amorcé lors de la guerre d’Albanie avec le déplacement des populations rurales vers la capitale et les grandes villes, l’exode se poursuit à l’approche de l’hiver avec un mouvement de retour dans les campagnes, où il est plus facile d’assurer sa subsistance 13 alors que le circuit administratif lui-même se paralyse, faute de moyens de communication et de directives étatiques.

  • 14  Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, op.cit., p. 73‑75. Pour l’état de l’industri (...)

7La mainmise des occupants sur les secteurs stratégiques de l’économie urbaine permet la satisfaction de leurs besoins urgents, mais la campagne leur reste souvent inaccessible. Dans une course de vitesse, les entrepreneurs allemands et italiens se partagent en un mois le gâteau de l’industrie d’extraction des minerais, grande source d’exportations grecques14. Afin de répondre aux besoins des troupes d’occupation, une autre série de contrats passés avec les industries textiles et alimentaires (huile d’olive, produits laitiers) inaugure les réseaux de collaboration économique qui, après la Libération, feront l’objet de plusieurs non-lieux judiciaires devant les tribunaux spéciaux des collaborateurs. Mais l’activité économique officielle la plus dynamique dès les premiers mois de l’Occupation est celle des travaux publics, alors prioritairement consacrés à la reconstruction des réseaux routiers et ferroviaires.

  • 15  Le long jeu de renvoi des responsabilités et de propagande qui essaie de présenter (...)

8Dans ce contexte, la peur d’une famine imminente, annoncée dès l’été 1941 par les autorités italiennes, est tout sauf irréaliste. La solution d’un ravitaillement du pays par l’extérieur connaît des impasses successives tout au long de l’été et de l’automne 194115. L’effort de tout le pays se tourne alors vers l’accès au produit des récoltes. Mais aucun des dispositifs déjà mis en place par les Italiens, les Allemands ou par le gouvernement de collaboration ne permet de contrôler la circulation des denrées. L’avenir est incertain et menaçant. Georges Théotokas, écrivain athénien sensible aux changements survenus dans le quotidien de ses concitoyens, résume de la façon suivante l’expérience de la crise :

  • 16  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op.cit., p. 172.

[…] un mélange confus de sentiments extrêmes, nationalistes, procommunistes. Refus général de la situation actuelle et de la dictature, de Georges II, du monde politique. J’observe chez les réservistes du front albanais tous les germes de la révolution communiste et du fascisme initial de 1920 – inconsciemment encore, ou presque, mais de façon intense. Tout cela à la disposition du hasard, de la direction que prendra le vent lorsque le pays se libérera. En dessous de tout, la propagation lente et implacable de la faim, l’indignation des classes brimées qui devient menaçante dans la décomposition générale de notre vie économique et sociale16.

  • 17  L’ensemble des morts par inanition en Grèce pendant l’Occupation a été estimé à environ  (...)
  • 18  Violetta Hionidou, dans son étude démographique sur la famine pendant l’Occupation, exam (...)

9La tendance à considérer la question de la famine comme limitée à l’hiver 1941‑1942, puis résolue avec la levée du blocus britannique, a longtemps prévalu dans les études sur l’Occupation en Grèce. Or, la grande famine est le point culminant d’une « crise du ravitaillement » qui ne cesse d’accabler le pays morcelé tout au long de l’Occupation et bien après17. Les études récentes de divers cas dans des régions isolées attestent plutôt d’une succession de crises alimentaires, de durée et de gravité variables selon les périodes et les régions18. Ces crises alimentaires n’ont pas uniquement marqué en profondeur l’imaginaire et le psychisme collectifs. Elles ont également creusé les fractures sociales et idéologiques issues de l’avant-guerre, et en ont créé de nouvelles dans un conflit civil déjà initié sous l’Occupation.

L’économie politique de la faim

  • 19  Les bandits n’avaient pas été éliminés des régions montagneuses et ont ressurgi plusieur (...)
  • 20  Violetta Hionidou, 2004, “Black Market, Hyperinflation, And Hunger: Greece 1941–1944”, F (...)
  • 21  Créée par des militants du Parti communiste récemment échappés ou libérés des prisons, a (...)

10Devant l’effondrement du réseau de transports, les citadins activent des liens avec la campagne proche ou celle de leurs origines afin de s’assurer un accès à la production agricole tandis que, dans les campagnes, on organise les premiers stockages clandestins en vue de protéger la récolte de la mainmise des occupants ou du gouvernement d’Athènes. Au début, ce double mouvement se manifeste par un ensemble de stratégies de survie, individuelles ou collectives. Ensuite, après la grande famine de l’hiver 1941‑1942, les figures de la tradition séculaire du banditisme ressurgissent rapidement dans les passages montagneux19. Parallèlement se développent un réseau d’approvisionnement des villes, un fatras anarchique de réseaux familiaux, régionaux, professionnels, mais aussi d’opérations opportunistes consolidant très rapidement une économie parallèle, le « marché noir », seule issue à la recherche des denrées de première nécessité. Ces évolutions annoncent déjà la fin effective du marché officiel et sa substitution par le marché noir, un système de circuits (ou de marchés) parallèles20. Dans cette intrication de réseaux ne manquent ni les premiers groupes de pression ni les associations d’entraide. C’est d’ailleurs sous cette dernière forme que voit le jour dans les villes l’association Ethniki Allileggyi – EA (Εθνική Αλληλεγγύη – « Solidarité nationale »), précurseur de l’organisation de résistance EAM créée à l’initiative du Parti communiste grec (Εθνικό Απελευθερωτικό Μέτωπο – Front de libération national)21.

  • 22  En ce qui concerne la discontinuité entre les régimes d’avant-guerre et le premier gouve (...)
  • 23  Konstantínos Apostolou Doxiádes (dir.), 1946, The Sacrifices of Greece in the Second World (...)

11Le gouvernement Tsolákoglou a vite tenté d’épurer l’appareil d’État, dans le dessein de le contrôler totalement en s’appuyant sur les officiers de l’armée déjà chargés des fonctions administratives et judiciaires22. Cependant, son autorité n’a pas su franchir les limites de l’agglomération de la capitale. Le gouvernement a beau émettre des décrets visant à la décongestion de la population urbaine et veiller à renforcer très vite les forces de la gendarmerie pour centraliser les récoltes, il se révèle incapable de contrôler la situation. En revanche, l’absence de coordination et la précarité des transports favorisent le développement des circuits antagonistes qui, dans les régions les plus fertiles particulièrement, utilisent comme monnaie d’échange le blé, ou, dans certains cas, le sel et l’huile d’olive. De fait, le pays est progressivement divisé en 13 régions constituant des unités géographiques (et économiques) soumises à des régimes politiques différents23 : la Thrace annexée par la Bulgarie, les îles Ioniennes et les Cyclades, sous les régimes transitoires d’annexion par l’Italie, le reste – officiellement –, sous la responsabilité d’Athènes. En Grèce continentale, les principales régions productrices d’huile d’olive se trouvaient dans le Sud-Ouest, Péloponnèse et Stéréa (Grèce continentale) ; les céréales provenaient essentiellement des grandes plaines de l’Est et du Nord, la Thessalie et la Macédoine. Et, dans la mesure où l’unité nationale ne semblait pouvoir se maintenir qu’à travers le déplacement intense, improvisé et anarchique des populations en direction des régions productrices, le massif du Pinde, la chaîne de montagnes divisant le sud-ouest du nord-est du pays, devint le passage obligé des biens comme celui des hommes. Le contrôle de ces passages acquit alors une importance stratégique, devenant le théâtre principal des conflits civils jusqu’à la fin de la décennie.

  • 24  La défaite grecque de 1922 en Turquie est suivie du traité de Lausanne, en juillet 1923, (...)
  • 25  Pour une analyse globale de ces évolutions, voir Joëlle Fontaine, 2012, De la Résistance à la guer (...)

12Dans la capitale, la nouvelle frontière entre activités « légales » et « clandestines » se confond avec la limite entre le centre-ville et la banlieue populaire : d’un côté, la vieille ville – à l’époque majoritairement habitée par la grande et la petite bourgeoisie, placée sous la double surveillance des forces de l’ordre et des occupants. De l’autre, les nouveaux quartiers – notamment les lieux d’accueil des réfugiés d’Asie Mineure depuis les années 192024. L’économie monétaire est fortement mise en cause par l’inflation galopante. Dans la banlieue athénienne, chaque place écartée du centre-ville devient le lieu d’un grand marché ou d’une « brocante » où des fortunes entières changent de mains25.

  • 26  En juillet les gens font le tour des vergers, puis des collines voisines à la recherche (...)
  • 27  Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, p. 46. Parmi les nombreux témoignages qu’on (...)
  • 28  Fotis Skoúras, Apostolos Chatzidímos, Andreas Kaloútsis, Giorgos Papadimitríou (dir.), 1947, (déso (...)
  • 29  Violetta Hionidou, 2006, “Death and Survival by Occupation”, in Violetta  Hionidou, Fami (...)
  • 30  F. Skoúras et al., 1947, Ψυχοπαθολογία της πείνας, του φόβου, και του άγκους, Νεβρώσεις (...)

13Le bilan de la première année d’Occupation pour les classes populaires de la capitale est extrêmement lourd. Le manque de nourriture, immédiatement ressenti dans la ville 26, a fait disparaître de l’automne 1941 à mars 1943) de 4 à 7 % de la population. Aux alentours d’Athènes, après un été chaud et sec suivi d’un hiver exceptionnellement rigoureux, on voit se produire des scènes considérées comme « les plus répugnantes dans l’Europe occupée, en dehors des camps de concentration27 ». Évidemment, la géographie sociale de la mort a touché les classes et les groupes sociaux les plus démunis : si, au comble de la famine (de novembre 1941 à avril 1943), le taux de mortalité dans la ville d’Athènes fut trois fois supérieur à celui des années précédentes, il est tout de même deux ou trois fois inférieur à celui des banlieues populaires 28. Les principales victimes de la famine se comptent ainsi inévitablement parmi les catégories sociales les plus vulnérables : ouvriers, chômeurs, réfugiés, mendiants ou personnes âgées sans soutien29. Tout compte fait, la fin de l’hiver a accompli une « sélection sociale » sans précédent. Cependant la dépravation des mœurs entraînée par la faim et la banalisation de la mort, le fatalisme, l’apathie ou le nivellement émotionnel n’ont pas eu raison de tout comportement civil. Des neurologues et psychiatres de la capitale reconnurent « un premier degré de la résistance » dans la préservation de la sensibilité face à l’injustice, à la violence et à la terreur30. Face à l’horreur de la situation et sous la pression américaine, les Britanniques lèvent fin janvier 1941 leur blocus naval et, à partir de février, le port du Pirée peut à nouveau accueillir les cargos de céréales qui, six mois plus tard, commencent à venir régulièrement grâce à la création d’une instance internationale unifiée, la Joint Relief Commission (JRC). Selon l’historien Hagen Fleischer, dans ce paysage toujours précaire et profondément altéré, caractérisé par l’entrée en scène de nouveaux acteurs cherchant à développer leurs activités (associations de charité, Croix-Rouge, etc.) :

  • 31  Hagen Fleischer, 1995, “The National Liberation Front (EAM): A Reassessment”, in John O. (...)

[Il] y avait deux groupes capables d’inspirer et de faire agir la majorité paralysée : la caste militaire et politicienne traditionnelle et les révolutionnaires de diverses orientations idéologiques. Seuls les membres du second groupe se risquèrent à exercer leur devoir patriotique31. L’EAM (Front de libération nationale), officiellement créé en septembre 1941 à l’initiative des cadres du Parti communiste récemment libérés, allait se trouver en tête d’une véritable révolution sociale qui brouilla les lignes de démarcation d’avant-guerre.

  • 32 Selon Robert Rotberg et Dennis Thompson, 2000, Truth v. Justice, The Morality of Truth C (...)
  • 33  “The food riot in eighteenth century England was a highly-complex form of direct (...)

14Afin de fournir à ces interprétations « spasmodiques32 » un schéma interprétatif à même d’intégrer la dimension multiple de la réalité, nous proposons d’employer un concept forgé par Edward Palmer Thompson : « l’économie morale 33 », qui permet de souligner les enjeux qui ont déterminé l’entrée active des masses populaires sur la scène politique du pays et structuré les éthiques politiques de la Libération. Sans prétendre aucunement épuiser le débat, nous tenterons donc ici de proposer un schéma qui décrit comment les lignes de démarcation d’avant-guerre se sont adaptées dans le tourbillon des conflits, et comment cette économie morale a donné lieu à deux nouveaux codes de légitimation.

  • 34  Pour les organisations de charité voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, « La (...)
  • 35  Sur l’antiroyalisme et les discours antiploutocrates du seul politicien des premiers gou (...)

15Dès le choc initial, les classes propriétaires expriment de l’inquiétude, voire du mépris, devant les premières attaques directes portées contre la propriété – raids dans les épiceries, les usines de production ou les dépôts de denrées alimentaires. Afin de mieux contenir l’indignation des pauvres, les classes dominantes n’ont pas manqué d’exprimer leur paternalisme, notamment au moyen de nombreuses initiatives de charité34. Le souci de préserver l’unité et l’intégrité du pays prend les traits radicaux du corporatisme fasciste, enjolivé par des allures antiroyalistes et anticapitalistes35.

  • 36  Paul Mohn, 2000, Inter Arma Caritas (Η αποστολή μου στην κατεχόμενη Ελλάδα) [Inter Arma (...)
  • 37  Décret législatif (DL) no 1249/1942 (JO 92A/18 avril 1942 et 104A/30 avril 1942) ; voir (...)
  • 38  Paul Mohn, 2000, Inter Arma Caritas (Η αποστολή μου στην κατεχόμενη Ελλάδα) [Inter Arma (...)

16Avec l’aide internationale, à partir du printemps 1943, le gouvernement entreprend de rétablir l’équilibre entre ville et campagne et acquiert, en tant que gestionnaire principal de la distribution des biens de ravitaillement36, un moyen de faire de la politique et de constituer un bloc d’alliances sociales. Dans le but de contrôler le marché urbain, il déclenche une vaste offensive législative : de lourdes peines sont prévues pour « toute personne qui enlève, cache ou détient des denrées alimentaires dans le but d’en provoquer le manque ou d’en augmenter le prix dans le marché » ; des « Hautes Cours de la répression des fraudes », animées chacune par quatre juges militaires et un magistrat civil, sont créées dans chaque capitale de région37. Malgré tout, la tension augmente, propagée dans les villes par les protestations organisées des fonctionnaires et des salariés. Lors de la première grève générale à Athènes, les 6 et 7 septembre 1943, le président suédois de la JRC perçoit déjà « une ambiance tendue, au bord du déchaînement. Tout le monde parle d’une situation sinistre38 ».

  • 39  Georgoúlas Beïkos, 1979, Η λαϊκή εξουσία στην ελεύθερη Ελλάδα [Le pouvoir populaire dans (...)
  • 40  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et j (...)

17La naissance précoce des formes d’auto-administration populaire a lieu en Évrytanie, une région montagnarde de la Grèce continentale, située au sud-ouest du massif du Pinde où, depuis l’été 1941, un groupe de villages a créé un Comité de résolution des problèmes, qui se substitue aux fonctions du Comité de ravitaillement officiel pour la réception et la distribution des biens alimentaires et la programmation des travaux agricoles. Quelle que soit la tendance des auteurs à exagérer ou sous-estimer l’importance de ces comités, de nombreux témoignages indiquent la présence incontestable de pratiques similaires en d’autres endroits du pays39. La particularité de l’Évrytanie est que de telles pratiques y sont codifiées et peuvent ainsi donner naissance à un droit public positif que l’EAM pourra bientôt prétendre appliquer à l’ensemble du pays. Composé de sept membres, dont un maire déjà en fonction, ce comité étend ses compétences tant aux négociations avec l’État qu’à l’administration et à l’arbitrage au sein de la communauté. L’assemblée régulière des adultes mâles du village décline la proposition d’une pleine participation des femmes avancée par les partisans, mais admet pour la première fois la participation des veuves en reconnaissance de leur rôle économique40. Ces institutions provisoires, devant le vide laissé par l’autorité étatique, acquièrent de fait un potentiel révolutionnaire. La transition décisive s’opère lorsque les partisans parviennent à contrôler l’ensemble du territoire, abolissant ainsi les instances étatiques déjà devenues virtuelles, et empêchant les troupes italiennes, qui n’y sont apparues qu’épisodiquement, d’y accéder.

La résistance armée

  • 41  Voir John Hondros, 1983, «Η εθνική αντίσταση, μία επανεξέταση» [La résistance nationale  (...)
  • 42  En raison de la position géostratégique de la Grèce en Méditerranée orientale, les (...)
  • 43  Kapetanios, la figure du chef politico-militaire d’ELAS, le troisième du triumvirat, à c (...)

18L’antifascisme a été un élément idéologique commun aux déclarations des trois instances principales qui engagèrent une lutte armée contre l’occupant. Au début de l’été 1943, une centaine d’andartes de l’EDES (Εθνικός Δημοκρατικός Ελληνικός Σύνδεσμος – Association nationale démocratique grecque) et de l’EKKA (Εθνική και Κοινωνική Απελεύθερωση – Libération nationale et sociale)41, et environ 500 partisans de l’ELAS (Ελληνικός Λαϊκός Απελευθερωτικός Στρατός – Armée populaire de libération – aile armée de l’EAM) se trouvent déjà dans les montagnes grecques. Ces derniers engagent leur action en recourant aux méthodes jacobines des exécutions exemplaires. Les commandants de l’EDES et de l’EKKA sont des militaires engagés par les Britanniques (Special Operations Executive – SOE – et Intelligence Service 42) et le gouvernement en exil. Le premier kapetanios43 de l’ELAS est un ex-cadre moyen du Parti communiste grec, le KKE, sans expérience militaire. Or, tandis que le général Napoléon Zérvas*, chef de l’EDES, construit ses réseaux en se présentant dans les campagnes comme un commerçant pratiquant le marché noir, « Áris » (Velouchiótis) orchestre le rituel des apparitions publiques en adressant aux habitants des discours patriotiques qui appellent à l’insurrection contre l’occupant, les collaborateurs et les tyrans locaux, et font le lien avec les jours de la guerre d’indépendance (1821‑1828). En l’espace d’un an, l’ELAS compte plus de 20 000 soldats, effectif d’une véritable armée régulière qui augmente régulièrement.

  • 44  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Cou (...)
  • 45  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et j (...)
  • 46  E. C. W. Myers, 1955, Greek Entanglement, Londres : Hart-Davis, p. 45‑46.

19L’ELAS ne représente pas seulement une rupture, elle porte en elle une nouvelle légitimité politique. En principe, il s’agit d’une armée populaire fonctionnant sur la base du consensus de l’assemblée des partisans : les chefs sont élus et révocables par leurs inférieurs tandis que le commandement des unités place à sa tête un triumvirat politico-militaire – ce qui constituera à la fois sa force et sa faiblesse tout au long de son existence44. Le statut des corps de partisans règle les modalités de ce fonctionnement et confère des compétences juridiques à l’assemblée. Sur la base du « droit oral tel qu’il est accepté par le peuple », les andartes imposent des peines plus ou moins sévères pour une série définie de délits, la peine de mort étant réservée aux crimes de haute trahison militaire ou civile (désertion, abandon, délation) et à ceux portant atteinte à la propriété (vol) et à la dignité personnelle telles que l’une et l’autre sont appréhendées par la tradition rurale grecque45. Ce code est appliqué avec une discipline de fer, il est imposé à titre égal aux populations civiles et aux membres des groupes de partisans. C’est « la méthode radicale […] pour tirer la campagne de sa torpeur », d’après les termes d’un agent de liaison britannique46.

  • 47 Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurr (...)
  • 48  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et j (...)
  • 49  Progressivement les territoires contrôlés par l’EAM, non sans interruption, représentent (...)
  • 50  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autoge (...)
  • 51  Il est important de noter ici que tous les participants délégués à cette réunion (...)
  • 52  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et j (...)
  • 53  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et j (...)

20Ceux qui perpétuent encore des actes de banditisme doivent se soumettre à cette discipline ou disparaître. Les premiers traîtres exécutés, toujours suivant un rituel destiné à donner l’exemple et freiner la vague des délations aux occupants, ne sont pas encore considérés comme des adversaires politiques, mais plutôt comme des associés des forces d’occupation, facilement reconnaissables et condamnables47. La Résistance parvient à gagner la confiance des populations rurales en premier lieu parce qu’elle apparaît comme un facteur de restauration du sentiment communautaire brisé. Elle défend les intérêts des « pères de famille », les codes moraux traditionnels et la propriété privée48. La création des espaces affranchis du contrôle d’Athènes et des occupants donne lieu à de nouvelles institutions 49. Des tribunaux populaires réunissant andartes et membres de l’assemblée des habitants du village fonctionnent déjà au cours de l’été 1943, infligeant des peines ou, le plus souvent, cherchant un compromis pour résoudre les différends50. En décembre 1943, des délégués EAM/KKE des villages d’Eurytanie51, entre-temps organisés au niveau régional, procèdent à une codification de cette expérience à travers l’édition d’un Livre des ordres pour l’administration et la justice populaire, plus connu sous le nom de « Code Poséidon »52. Les rédacteurs de ce texte composé de huit articles (cinq pour l’administration et trois pour la justice populaire) aspirent à ce qu’un pouvoir des ouvriers et des paysans se substitue à l’autorité de l’« État grec » qu’ils jugent définitivement dissoute dans leur région. Bien qu’inspirés par le modèle soviétique, ils en excluent explicitement toute transposition mécanique. Le texte conçoit l’assemblée du peuple comme instance souveraine de la collectivité locale, le pouvoir étant exercé par des comités élus et toujours révocables. La justice doit être rendue par et pour le peuple, selon des critères dictés par « l’éthique, les traditions et les habitudes de travail de la population53 ».

  • 54  Littéralement le « pouvoir du peuple », assimilation du terme « démocratie » en grec mod (...)

21Assez vague pour pouvoir recouvrir la large alliance sociale, le concept de peuple sert de façon multiple pour désigner une base de légitimation encore floue et incertaine. Or l’important est que, du coup, Laocratie 54, le mot d’ordre de l’EAM, n’est plus une utopie mais trouve un lieu où prendre corps. Les succès militaires de la Résistance contre les troupes italiennes, entre l’automne 1942 et le printemps 1943, propagent sa réputation parmi ses amis comme parmi ses ennemis. Un facteur nouveau a émergé, qui prétend pouvoir réunifier le pays morcelé : l’antifascisme comme mouvement de masse est le produit d’une véritable fusion entre une idéologie de modernisation et l’économie morale des traditions de la campagne.

Les deux codes de légitimation

L’antifascisme

  • 55  Les efforts du Parti communiste pour s’intégrer dans la scène politique du pays (...)

22Les tendances qui poussaient à la création d’un antifascisme unitaire de masse avaient été violemment interrompues par le coup d’État de 1936 auquel succédèrent quatre ans de dictature55. L’anticommunisme étant un élément constitutif de la légitimation du régime, le KKE doit subir la pire persécution de son histoire, et se trouve, au bout de quatre ans, pratiquement dissous. Dès lors, tandis que plusieurs hommes politiques sont emprisonnés ou exilés, l’activité des partis passe à la clandestinité. Impliqués de fait dans la guerre mondiale, tous, qu’ils soient hommes politiques, militaires ou militants communistes, sont cependant obligés de jouer le jeu dans l’unité antifasciste sous la tutelle des Britanniques. Les méfiances réciproques ne cessent néanmoins jamais d’exister et, après l’été 1943, lorsque la capitulation de l’Italie laisse des territoires et des armes disponibles, ces méfiances évoluent en hostilité ouverte et entraînent le conflit civil.

  • 56  Marc Wheeler, 1981, “The SOE phenomenon”, Journal of contemporary History, vol. 16, no (...)

23Comme dans la majeure partie du continent, les Britanniques doivent alors, pour mener la « guerre des ombres56 », soutenir militairement et économiquement des forces très diverses : le renforcement rapide de l’ELAS les inquiète tout de suite, mais son efficacité militaire les contraint à maintenir leur soutien à la demande du quartier général britannique au Moyen‑Orient ; ils essaient donc d’arracher son commandement à l’EAM. De longues négociations d’un an, traitant de la création d’un quartier général unifié de tous les groupes résistants n’aboutissent que trop tard, en juillet 1943, et quelques jours avant la chute de Mussolini.

  • 57  Voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, op.cit., p. 119.
  • 58  Condamné à l’exil par Metaxás pour avoir signé une lettre au roi protestant contre la (...)

24Après l’inertie initiale, plusieurs hommes politiques tentent de parrainer discrètement quelques-uns des innombrables groupes patriotiques des villes, d’orientation vague et d’envergure douteuse, dont les sigles « risquaient d’épuiser toutes les combinaisons possibles de l’alphabet 57 ». Les libéraux, assez clairvoyants pour constater à temps que l’avenir du pays se prépare également au-delà de ses frontières, choisissent de ne pas s’impliquer directement dans le pays et commencent à converger vers Le Caire à partir du printemps 1943. Petit à petit, le poids du « gouvernement du Caire » s’élargit. Un jeune professeur de sociologie, Panagiótis Kanellópoulos*, en est la figure emblématique : évadé au printemps 194358, il acquiert vite des fonctions de vice-président du cabinet gouvernemental en exil. La question qui divise dès le début les cercles grecs du Moyen‑Orient, et qui allait pour longtemps diviser le pays, est celle de la réhabilitation automatique ou non de la royauté, une fois le pays libéré. Pour les Anglais, le roi Georges II est le représentant légitime de la Grèce, le seul capable d’éviter le retour à l’instabilité de la période 1923‑1935 ou la victoire du communisme. Or, à l’exception de la clique des politiciens et des militaires métaxistes partis avec les Britanniques, il ne reste guère de forces politiques souhaitant encore le retour du roi.

  • 59  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [C (...)

25Cependant, dans l’optimisme ambiant, la fin de la guerre commence à monopoliser les calculs politiques. Le signal d’entrée officiel dans la course à la préparation de l’après-guerre est donné par le discours de Kanellópoulos à la BBC le 21 janvier 1943, dans lequel, au nom d’un « régime libre », il affirme que le Conseil des ministres, fruit de « l’urgence, céderait sa place immédiatement après la Libération à un gouvernement dans lequel participeraient tous les courants politiques, toutes les forces nationales, qu’elles soient constituées en partis ou en organisations de lutte59 ». Mais les efforts pour concilier les fractions opposées n’obtiennent pas les succès espérés. La première rébellion dans l’armée grecque du Moyen‑Orient (composée de Grecs qui ont pu quitter le pays et de volontaires grecs d’Égypte) eut lieu moins d’un mois après ce discours, animée par les organisations antifascistes de militaires et des civils de la communauté locale. Fin mars 1943, le vice-président démissionne et le gouvernement est remanié, mais sa légitimité s’en trouve fragilisée et les fractions irréductibles reprennent le dessus.

  • 60  « Les enfants jouaient un grand rôle dans ces manifestations, pas seulemen (...)

26Entre-temps, dans la Grèce occupée, l’avant-garde du mouvement de la Résistance dans les villes est constituée de femmes, de jeunes gens et d’enfants, les principaux survivants de la tragédie60. Les grèves de 1943, quoique de plus en plus massives, se limitent exclusivement à des revendications économiques. La première grande mobilisation politique, à l’appel de l’EAM, est celle de mars 1943, contre le projet de la Wehrmacht de réquisitionner la main-d’œuvre du pays pour travailler au service du Troisième Reich. Manifestations de masse, grèves sporadiques et fermetures des magasins paralysent presque totalement Athènes durant deux semaines, au terme desquelles les manifestants obtiennent gain de cause. Les efforts fournis pour contenir l’inflation échouent les uns après les autres, et la tension entre le gouvernement et la population augmente. Courant juin 1943, les grèves se multiplient dans l’agglomération de la capitale. Une exécution d’otages en représailles d’actes de sabotage provoque l’indignation générale : le 25 juin 1943, durant une grève quasi générale à l’appel de l’EAM, 100 000 manifestants affrontent la police et les troupes d’occupation ; des centaines de personnes sont blessées ou tuées.

27Les vieilles hiérarchies sont secouées de fond en comble. Les femmes entrent pour la première fois en force dans la vie publique, tandis que, chez les jeunes gens, une nouvelle éthique collective est en train de naître. Formant les prémices d’une sociabilité moderne, la participation des jeunes gens, filles et garçons confondus, aux activités sociales ou culturelles, se développe grâce à la création de l’Organisation unie patriotique des jeunes (Ενωμένη Πατριωτική Οργάνωση Νέων – EPON), dont le sigle reprenait, quasiment, celui de l’Organisation nationale des jeunes (Εθνική Οργάνωση Νέων – EON), créée sous la dictature précédente qui avait autorisé officiellement pour la première fois ce type d’activités.

28L’objectif d’atteindre une large alliance politique et sociale qui lui permettrait l’entrée dans la vie politique d’après-guerre n’a jamais été abandonné ; toutefois, dans ces circonstances, toute nouvelle institution acquérait de fait un caractère révolutionnaire. Cette expérience a été vécue comme révolutionnaire par ses contemporains, qu’ils lui aient été favorables ou hostiles. Les groupes et les partis antifascistes modérés eurent beau tenter d’arracher l’énorme potentiel des masses à l’hégémonie de l’EAM, leur morcellement et leurs limites, qu’ils ne parvinrent pas à dépasser, les en empêchèrent. Les libéraux en étant incapables, c’est donc au gouvernement de collaboration qu’il revint de freiner cette progressionmenaçante pour l’ordre établi.

L’anticommunisme

  • 61  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Α (...)

29Les tentatives pour créer, à partir de 1941, des bataillons grecs antisoviétiques qui puissent participer aux opérations de la Wehrmacht ont échoué. Les forces allemandes d’occupation déclinent, dès le début, toute implication directe dans la vie politique du pays. Elles écartent les propositions des groupes grecs pronazis (marginaux) d’occuper des postes gouvernementaux. Sous la pression induite par la montée en force de l’EAM et face à l’inaptitude de leurs alliés et des autorités grecques à maîtriser la situation, les Allemands optent par la suite pour la formation d’un gouvernement « politique ». En avril 1943, Ioánnis Rállis* devint chef de ce gouvernement. L’ancien ministre royaliste, l’un des plus conservateurs de son camp, se propose de réaliser un projet, en germe déjà dans les milieux du vieux monde politique : la formation de bataillons armés d’anticommunistes grecs . L’efficacité précoce dont font preuve ces bataillons, comme la rapidité avec laquelle ce projet est mis en œuvre démontrent qu’il voit le jour dans un contexte particulièrement réceptif et favorable à ce type d’entreprise. Le projet, intitulé « Bataillons républicains » par les politiciens en contact avec Le Caire et les Alliés61, prend finalement le nom de « Bataillons de sécurité », unités armées créées avec le support et sous le commandement des forces d’occupation pour combattre l’ennemi intérieur.

30Les gouvernements fantoches des deux premières années d’Occupation s’étaient jusque-là surtout distingués par leur inaptitude à assurer la continuité de l’appareil d’État et dans les villes, l’alliance provisoire avec les fonctionnaires publics s’altérant graduellement. Sous le poids de l’inflation qui enregistre une progression constante, le revenu de ceux qui sont payés en drachmes se volatilise et les économies avec lesquelles ils ont pu faire face durant le premier hiver à la famine fondent inexorablement. Tsolákoglou, incapable de lutter efficacement contre la répression exercée par les troupes bulgares sur la population grecque de Thrace, démissionne à la mi-novembre 1943. Son poste est provisoirement occupé par Konstantínos Logothetópoulos*, professeur de gynécologie à l’université d’Athènes, marié à une Allemande et ouvertement pronazi. C’est durant les six mois de son gouvernement que l’occupation prend son visage le plus atroce : l’enrôlement obligatoire des ouvriers grecs dans le Reich et la « solution finale » pour les Juifs sont mis en œuvre dans cette période.

  • 62  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [C (...)
  • 63  Défenseurs de la Grèce du Nord/Organisation de libération panhellénique, voir (...)

31Pour mieux suivre le glissement de l’anticommunisme à la résistance « nationale », il convient d’observer attentivement la Macédoine grecque. Des représentants des « classes supérieures62 » de Salonique fondent dans leur ville, dès juin 1941, une organisation de « résistance nationale », l’YVE (Υπερασπισταί Βορείου Ελλάδος – Défenseurs de la Grèce du Nord), destinée à faire face à la présence et à la propagande « bulgare et roumaine ». Pour les nationalistes des régions annexées à la suite des guerres balkaniques de 1912‑1913, la présence allemande est considérée comme un « épisode provisoire » (comme celle des Français lors de la Première Guerre mondiale), tandis que l’ennemi principal reste le traditionnel nationalisme des pays voisins, (en premier lieu la Bulgarie. Malgré son réseau composé de divers groupes nationalistes locaux, l’YVE n’a pas engagé d’actions armées avant 1943. Elle se contente d’une activité d’instruction nationale, même si, en août 1943, elle se déclarait déjà contre « les occupants et ennemis séculaires, bulgares et roumains, et autres ennemis de la patrie63 ». En contact tant avec les autorités de collaboration qu’avec Le Caire, elle se rebaptise PAO (Πανελληνική Απελευθερώτικη Οργάνωση – Organisation panhellénique de libération) au printemps 1943, et effectue des attaques contre des militants des minorités ethniques qui ont adhéré à l’EAM.

  • 64  « Grande Idée », ce fut le slogan qui décrivait les visées irrédentistes de la Grèce s (...)
  • 65  Stávros Papagiánnis, 2004, Τα παιδιά της Λύκαινας [Les enfants de la Louve], Athènes : (...)
  • 66  Voir le chapitre : Rideaux de fer. À la frontière du monde libre.

32Ces premiers conflits entre forces « résistantes » marquent un tournant général dans les orientations politiques des groupes nationalistes. Le vieux rêve de la Grande Idée64, pourtant définitivement enterré après 1922, est sorti des oubliettes et devient le slogan condensant les revendications irrédentistes pour l’après-guerre lancé en direction des Alliés, notamment au sujet de l’annexion de Chypre, du Dodécanèse et de l’Épire du Nord65. De même, les nationalistes reviennent sur de vieilles rancœurs contre l’internationalisme du KKE, qui avait, au cours des années 1930, provisoirement adopté la position du Komintern pour une Macédoine autonome66.

  • 67  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op.cit., p. 364‑ (...)

33L’anticommunisme ne concernait pas que les populations rurales des régions frontalières, mais aussi celles des régions du Péloponnèse, traditionnellement liées aux élites athéniennes, ainsi que les « élites instruites » des villes comme le montre l’analyse clairvoyante de Théotokas en octobre 194367 :

[…] Le charme que de larges couches de la population ressentent à l’égard de la Russie [est] complexe et combine l’attirance pour la Révolution sociale, l’admiration pour le combat actuel du peuple russe, et la sympathie traditionnelle (oubliée mais à nouveau révélée) envers la nation orthodoxe de l’Orient. Or cela rencontre, dans les classes instruites et pour tous ceux qui pensent de manière politique, un contrepoids important : la peur du slavisme. Plus concrètement, le pressentiment que la Russie utilisera demain les Slaves des Balkans, en particulier les Bulgares, comme point d’appui dans le sud-est de l’Europe, et qu’elle supprimera ainsi les droits nationaux de l’Hellénisme. Le peuple ne semble pas penser à cette éventualité. Mais les gens instruits y pensent, avec un certain embarras et une certaine frayeur. Je ne parle pas des minorités qui ont leur conscience toute claire : communistes d’un côté, qui acceptent complètement la domination de la Russie quelles qu’en soient les conséquences, et les réactionnaires de l’autre, qui considèrent déjà la Russie comme le plus grand danger et projettent l’unification de l’Europe sous la direction des Anglo-Américains pour y faire face. Je parle de la majorité des gens qui pensent, qui n’appartiennent ni au communisme ni à la réaction, et qui semblent aujourd’hui souhaiter « une sorte de socialisme », mais aussi « une sorte de liberté politique » pour la préservation d’une vie nationale indépendante combinée à la possibilité d’un progrès national. C’est à ces gens-là que la Russie inspire à la fois attirance et peur, des dilemmes qui ne se résolvent pas facilement.

34Renouant avec la vieille ligne nationaliste antislave, l’anticommunisme de la Grèce des années 1940 ne se construit pas seulement autour des enjeux sociaux, mais aussi autour d’un enjeu géostratégique : c’est ce qui explique sa capacité à rallier des couches sociales hétérogènes et son rôle de précurseur de l’anticommunisme occidental de l’après-guerre.

  • 68  Hagen Fleischer, 1980-1982 «Νέα στοιχεία για τη σχέση γερμανικών αρχών και ταγμάτων ασ (...)
  • 69  Comme l’OEDE (Οργάνωση Εθνικών Δυνάμεων Ελλάδος) [Organisation des forces nationales d (...)
  • 70  Loi no 260 du 15 juin 1943, JO 1943/A/180.
  • 71  Pic Paper, AIE/DIS. Voir Tásos  Kostópoulos, 2005, Η αυτολογοκριμένη (...)

35Pour économiser le « sang allemand », les nazis jugent nécessaire d’« exploiter complètement la partie anticommuniste du peuple grec, pour qu’elle se manifeste au grand jour et qu’elle exprime clairement son hostilité au communisme68 ». Dans de nombreux cas, spécialement à Athènes, des formations paramilitaires nazies ou fascistes 69 sont armées par les Allemands pour collaborer directement ou indirectement avec le département de la « Sûreté spéciale », une « police politique » refondée avec les plus fanatiques des officiers anticommunistes. Les Bataillons de sécurité (BdS) se mettent formellement et directement sous commandement allemand. En Macédoine, des groupes nationalistes, avant et après la dissolution de la PAO, se rallient aux troupes allemandes pour frapper l’ennemi communiste. Quelques « sections spéciales », sous la responsabilité d’officiers « loyaux et anticommunistes », sont créées à Athènes et dans plusieurs autres villes. Dans la plupart des cas (notamment à Athènes et dans le Péloponnèse), elles sont constituées grâce à une restructuration des forces de gendarmerie et une campagne de recrutement « pour sauver notre régime social des objectifs obscurs du communisme70 », campagne qui connaît un impact considérable grâce au soutien des membres des élites. Qui répond à cet appel ? Des hommes très pauvres qui s’y enrôlent pour survivre, « des types criminels, des volontaires inspirés par la haine pour l’EAM‑ELAS (y compris ceux qui avaient eu un proche assassiné par eux), des officiers qui [croyaient] que leur tâche patriotique [était] de combattre le communisme, [ou bien des] membres des organisations qui [avaient subi] l’attaque de l’EAM‑ELAS71 ».

  • 72  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], (...)
  • 73  Hagen Fleischer, “The Don Stot affair: Overtures for an Anglo-German Local Peace”, in (...)
  • 74  Hagen Fleischer, 1980-1982, «Νέα στοιχεία για τη σχέση γερμανικών αρχών και ταγμάτων α (...)
  • 75  Dans un moment où l’EAM se sent déjà assez fort pour évacuer ou contrôler tous les gro (...)

36Les formations anticommunistes étendent leur présence sur la carte du pays comme de l’encre sur du papier buvard72. En novembre 1943, les cercles de militaires et d’hommes politiques probritanniques de la capitale signent un pacte anti‑EAM pour unir leurs actions afin de combattre un coup d’État communiste après le départ des forces allemandes. L’élan anticommuniste était si fort qu’un agent des services britanniques parvient même à négocier un armistice anglo-allemand séparé dans sa région, sur la seule base de l’antibolchevisme73. Ces organisations, situées dans la zone grise qui mêle collaboration et résistance, fonctionnent comme des vases communicants avec les BdS lors de rafles et d’actions menées contre les grèves74. Fin 1943, le pays dans son ensemble entre dans une nouvelle guerre, qui implique non seulement les civils, les officiers du pays et l’armée du Moyen‑Orient, mais aussi la flotte commerciale qui, tout en se livrant à une activité d’espionnage, assure le transport des troupes et les liaisons avec le Sud-Est méditerranéen. En liaison avec le gouvernement en exil, cette classe politique se voue au combat antifasciste sous la tutelle des Britanniques. Participant à l’effort pour retenir l’élan de la résistance procommuniste dans le pays75, sa tactique consiste à renforcer les groupes minoritaires de résistance non communiste, ne serait-ce que pour assurer leur survie.

  • 76  Komninós Pyromáglou (sous-chef de l’EDES) aux services britanniques, dépêche de 27 jan (...)
  • 77  Iáson Chandrinós, 2012, Το τιμωρό χέρι του λαού, η δράση του ΕΛΑΣ και της ΟΠΛΑ στην κα (...)
  • 78  N’oublions pas que les territoires contrôlés par l’EAM représentent environ (...)

37De même, dans les montagnes, un conflit se déclenche ouvertement entre l’ELAS et l’EDES en octobre 1943, au sujet des territoires à occuper après la capitulation italienne. Le problème de l’EDES est désormais de préserver son existence « comme seuls collaborateurs des Anglais contre les atrocités, l’esclavage et le terrorisme communiste 76 », même si cela implique une collaboration occasionnelle avec les forces allemandes. Entre-temps l’EAM, qui a déjà transformé l’ELAS en armée régulière depuis le printemps 1943, passe à l’offensive pour contrôler les territoires ruraux. La création de l’OPLA (Οργάνωση Προστασίας Λαϊκών Αγωνιστών – Organisation de protection des combattants du peuple), corps de police politique chargé de l’arrestation et de la liquidation des « ennemis de la lutte pour la libération nationale77 », va de pair avec la stabilisation et la codification de son pouvoir. Avant de procéder, au printemps 1944, à l’organisation des élections d’un gouvernement provisoire dans le pays occupé, l’EAM met en application le « code d’administration et de justice populaire de Stéréa » qui fonctionne à peu près dans l’ensemble des territoires de la « Grèce libre »78.

  • 79  Par opposition à la « katharevousa », langue officielle enseignée mais que personne (...)
  • 80  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et (...)

38La législation de la Grèce libre veille à maintenir la continuité avec le régime républicain d’avant-guerre en rétablissant le principe de la souveraineté du peuple, de fait disparu depuis le coup d’État de 1936. Pour le reste, elle met en application une série de mesures de modernisation et de libéralisation des structures politiques : le droit de vote des femmes, l’institution de la « langue parlée par le peuple » comme langue officielle79, les garanties pénales complémentaires sur la base de la « présomption d’innocence », l’« égalité complète » des citoyens devant la loi80. Cependant, cette législation maintient l’état d’exception, décrété le 28 octobre 1940, à l’entrée en guerre du pays, et le concrétise pour la première fois en termes de droit pénal. Sur cette base est défini pour la première fois comme crime :

  • 81  Article 57 du code de Stéréa, in Dimítrios Zéppos, 1945, Λαϊκή Δικαιοσύνη εις τας ελεύθερας περιοχ (...)

Tout acte de ceux qui ont collaboré ou collaborent avec les ennemis du peuple, ont exploité ou exploitent les conditions présentes, et de cela ont tiré ou tirent des profits moraux ou matériels, d’une manière qui va à l’encontre de l’intérêt national et des bonnes mœurs81.

  • 82  Qu’il s’agisse des Tsams (albanophones musulmans en Épire), des Juifs ou des slavophon (...)

39À l’aube de 1944, un double état d’exception a été décrété. Celui de la Résistance, afin de restaurer le régime républicain et d’achever à travers une authentique révolution sociale l’objectif de la Libération. Le camp anticommuniste, qui accuse l’EAM d’avoir instauré la dictature du prolétariat dans les campagnes, exclut comme « étrangers à la communauté nationale » tant les communistes que les minorités ethniques du pays82. Les rôles sont désormais répartis. L’année 1944 qui s’ouvre est celle de la préparation et de la réalisation du long épisode de la Libération, un des épisodes les plus sanglants de l’histoire contemporaine.

Notes

1  Mark Mazower (dir.), 2000, After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press, p. 24‑40.

2  Voir Louis Althusser, 1976, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », Positions, Paris : Éditions Sociales.

3  Les noms propres suivis d’un astérisque figurent en Annexe III dans les notices biographiques.

4  Pour la guerre et l’Occupation en Grèce, voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, Paris : Les Belles Lettres.

5  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], Athènes : Papazisis, vol. 1, p. 69‑77.

6  Dans l’ordre du jour relatif à la démobilisation des officiers, le général Tsolákoglou, souligne que, « après avoir été libérés par un geste magnanime du Führer », les officiers doivent « rester fiers » puisqu’ils « [ont] fait leur devoir jusqu’à la fin ». À ce propos, Georges Seféris* rapporta dans son journal : « Un jeune collègue, jugeant de ces nouvelles, me disait que peut-être rachèteront-ils, soit-ce par une trahison, des conditions plus favorables au pays subjugué. Peut-être, mais il aurait fallu tout d’abord que ce ne soient pas eux, les chefs de l’armée d’Albanie, les traîtres ; il y en avait d’autres ; et puis nous, comment combattrons-nous si l’on raisonne de cette façon ? », Georges Seféris, 1975, Μέρες [Jours], vol. 4 (1940‑1944), Athènes : Ikaros, p. 74 (insertion du 5 mai 1941).

7  Déjà le 8 mai 1941, une douzaine de chefs politiques ont été consultés par Tsolákoglou et, selon le communiqué officiel du Premier ministre, « ils ont tous exprimé leur satisfaction de la mise en place d’un gouvernement au lieu d’une solution de type polonais » (les autorités polonaises ont été tout de suite dissoutes après la conquête allemande). Journal Éleuthéro Víma, 10 mai 1941. Geórgios Tsolákoglou se réfère à cet événement dans ses Mémoires publiées en 1959, Απομνημονεύματα [Mémoires], Athènes : Typografeio Akropoleos, p. 43‑45.

8  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’occupation], Athènes : Estia, p. 256‑263. La guerre que la Grèce mène seule entre 1920 et 1922 contre les forces de Kemal pour le contraindre à appliquer le traité de Sèvres se termine par une catastrophe militaire. Pendant ce temps, la France et la Grande‑Bretagne, bien que signataires du traité de Sèvres, signent des accords secrets avec Kemal ou se déclarent neutres. Leurs bateaux restent spectateurs de l’incendie et du désastre humanitaire de Smyrne en septembre 1922, refusant même d’accueillir à bord des rescapés et les rejetant à la mer, sous prétexte de neutralité.

9  Reinhardt Koselleck, 1997, « Mutation de l’expérience et changement de méthode » in l’Expérience de l’histoire, Paris : Gallimard/Seuil, p. 238‑239.

10  Le débat est rapporté in Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], Athènes : Politis Press, p. 48‑57.

11  Georges Seféris, 1975, Μέρες [Jours], op. cit., p. 72.

12  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op.cit., p. 43. Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., p. 115‑125 ; journal Proia, 1er juin 1941 (cité par Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op.cit., p. 62, note 43).

13  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op.cit., p. 77 et s.

14  Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, op.cit., p. 73‑75. Pour l’état de l’industrie, des minerais, voir Chrístos Hatziiossif, 2007, «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in Ιστορία της Ελλάδας του 20ου αιώνα [Histoire de la Grèce du xxe siècle] désormais « IEEA », Athènes : Vivliorama.

15  Le long jeu de renvoi des responsabilités et de propagande qui essaie de présenter la responsabilité de la famine comme une faute du camp adversaire dure six mois. Le gouvernement exilé du Caire et des fonctionnaires diplomatiques de l’État y participent. Des personnalités du pays demandent le maintien du blocus et le bombardement d’Athènes pour stimuler le moral de la population. Proverbiale reste la phrase de l’ambassadeur grec à Ankara, Raphaël, ami proche du Premier ministre Tsouderós : « Qu’ils aient faim pour qu’ils s’insurgent », voir Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., p. 203.

16  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op.cit., p. 172.

17  L’ensemble des morts par inanition en Grèce pendant l’Occupation a été estimé à environ 300 000 (la population totale du pays était de 7 300 000 au recensement de 1940). Les premières estimations oscillaient entre 150 000 et 500 000 morts, selon l’intérêt de la source qui donnait les statistiques (État de collaboration ou État du Caire). Voir Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 1, p. 193‑216.

18  Violetta Hionidou, dans son étude démographique sur la famine pendant l’Occupation, examine les constantes de ces crises à travers la juxtaposition des éléments des villes principales du pays (Athènes-Salonique) et l’étude de cas de deux îles, Syros et Chios : Violetta Hionidou, 2006, Famine and Death in Occupied Greece, 1941‑1944, New York : Cambridge University Press.

19  Les bandits n’avaient pas été éliminés des régions montagneuses et ont ressurgi plusieurs fois dans l’histoire du pays jusqu’à cette époque. Pour la tradition des bandits et leur position dans l’imaginaire populaire, voir Éric Hobsbawm, 1972, les Bandits, Paris : Maspero. Pour peut-être le dernier épisode des figures mythiques de « kleftes kai armatoloi » de l’Empire ottoman, voir Stathis Damianakos, 1985, « Banditisme social et imaginaire pastoral en Grèce, xixe – début du xxe siècle », in Études rurales, p. 97‑98.

20  Violetta Hionidou, 2004, “Black Market, Hyperinflation, And Hunger: Greece 1941–1944”, Food and Foodways, vol. 12, 2‑3, avril – septembre, p. 81‑106.

21  Créée par des militants du Parti communiste récemment échappés ou libérés des prisons, associés à des membres de petits partis ou groupes de gauche, voir Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 1, p. 145‑147.

22  En ce qui concerne la discontinuité entre les régimes d’avant-guerre et le premier gouvernement de collaboration, voir Níkos Papanastásiou, 2006, «Δωσίλογοι εναντίον Μεταξικών δωσιλόγων και καταχραστών» [Collaborateurs contre « collaborateurs métaxistes et exploiteurs »], in Hagen Fleischer, Iákovos Michaïlidis, Iliás Nikolakópoulos (dir.), EET, Athènes : Ellinika Grammata, p. 107‑122. Ce n’est que plus tard que le gouvernement d’Athènes aura l’occasion de reconstituer son autorité en s’appuyant sur un nouveau bloc social, en utilisant la distribution des ressources disponibles, un bloc social composé principalement par ceux qui ont su profiter en s’intégrant à l’appareil de répression et par le reste des fonctions publiques, au moins tant que l’État de collaboration embauchait en masse en essayant de préserver le pouvoir d’achat pour les fonctionnaires (voir Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op.cit., p. 62‑64).

23  Konstantínos Apostolou Doxiádes (dir.), 1946, The Sacrifices of Greece in the Second World War, Athènes : s. éd. table 16 et commentaires.

24  La défaite grecque de 1922 en Turquie est suivie du traité de Lausanne, en juillet 1923, auquel est jointe une convention d’échange obligatoire entre Grecs et Turcs de Turquie et de Grèce ; guerre et convention de Lausanne entraînent un flux de près de 1 200 000 réfugiés vers la Grèce. En 1928 les réfugiés représentent 18 % de la population du pays.

25  Pour une analyse globale de ces évolutions, voir Joëlle Fontaine, 2012, De la Résistance à la guerre civile en Grèce (1941‑1946), Paris : La Fabrique. Voir, pour le bouleversement des anciennes hiérarchies, le journal de l’avocat Chrístos Christídis, 1971, Χρόνια κατοχής, 1941‑1944, Μαρτυρίες ημερολόγιου [Années d’Occupation, 1941‑1944, Témoignages d’un journal], Athènes : Kleisiouni, p. 139.

26  En juillet les gens font le tour des vergers, puis des collines voisines à la recherche d’herbes comestibles pour rentrer souvent chez eux les mains vides, Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op. cit., p. 80‑85 ; Chrístos Christídis, 1971, Χρόνια κατοχής, 1941‑1944, Μαρτυρίες ημερολόγιου [Années d’Occupation, 1941‑1944, Témoignages d’un journal], (insertion des 24 mai et 18 juillet), op. cit., p. 51‑79.

27  Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, p. 46. Parmi les nombreux témoignages qu’on peut recenser sur la banalisation de la mort, il y a cette insertion dans le journal de Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op. cit., p. 312‑313 (insertion du 4 décembre 1941) : « La faim a étendu son ombre effrayante partout. Athènes devient un lieu d’horreur. Dans les rues […] des hommes sombrent dans l’inconscience au bord de la route. La charrette qui porte les morts. L’automobile qui circule sur les routes centrales et recueille même violemment les petits vagabonds qui résistent et gueulent. […] Horror! Horrorz! » (en anglais dans le texte). « Le maître L., en accompagnant au troisième cimetière municipal un cortège funèbre, a aperçu de loin un grand amas de corps humains qui formaient une petite colline. Il a demandé des explications et les gardiens lui ont répondu : “Ce sont les morts qui font eux aussi la queue pour être enterrés.” » On trouve d’ailleurs la même image dans d’autres villes du pays : Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, op.cit., p. 68, note 67 ; sur le journal Tachydromos de la ville de Vólos, 10‑11 janvier 1942.

28  Fotis Skoúras, Apostolos Chatzidímos, Andreas Kaloútsis, Giorgos Papadimitríou (dir.), 1947, (désormais F. Skoúras et al.), Ψυχοπαθολογία της πείνας, του φόβου, και του άγκους, Νεβρώσεις και ψυχονεβρώσεις, από το γιατρικό χρονικό της κατοχής [Psychopathologie de la faim, de la peur et de l’angoisse, Névroses et psychonévroses, d’après la chronique médicale de l’Occupation], Athènes : Odysseas, (rééd. 1991, Athènes : Odysseas), p. 289‑292, d’après des éléments sur la commune d’Ayios Giorgis Keratsiniou.

29  Violetta Hionidou, 2006, “Death and Survival by Occupation”, in Violetta  Hionidou, Famine and Death in Occupied Greece, 1941‑1944, op. cit., p. 220‑234, spéc. “Winners and Losers”, p. 223‑232.

30  F. Skoúras et al., 1947, Ψυχοπαθολογία της πείνας, του φόβου, και του άγκους, Νεβρώσεις και ψυχονεβρώσεις, από το γιατρικό χρονικό της κατοχήςs [Psychopathologie de la faim, de la peur et de l’angoisse, Névroses et psychonévroses, d’après la chronique médicale de l’Occupation], op. cit., p. 20.

31  Hagen Fleischer, 1995, “The National Liberation Front (EAM): A Reassessment”, in John O. Iatrides et Linda Wrigley (dir.), Greece at the Crossroads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press, p. 48‑89, spéc. p. 49 (pour la traduction française nous citons Julian Casanova, 2004, « Guerres civiles, révolutions, contre-révolutions : Finlande, Espagne et Grèce (1918-1949) » in Pietro Causarano et. al. (dir.), 2004, le xx e  siècle des guerres, Paris : Éd. de l’Atelier/Éditions ouvrières, p. 62).

32 Selon Robert Rotberg et Dennis Thompson, 2000, Truth v. Justice, The Morality of Truth Commissions, Princeton : Princeton University Press, p. 77. Ces interprétations ont le défaut de réduire le comportement des gens à une réaction « spasmodique » aux stimuli primaires, parlant de « rébellions du ventre ». “This contains a self evident truth (people protest when hungry): and in much the same way a ‘sexual tension chart’ would show that the onset of social maturity can be correlated with a greater frequency of sexual activity. The problem is that such a chart, if used unwisely, may conclude investigation at the exact point at which it becomes of serious sociological or cultural interest: being hungry (or being sexy), what do people do?”

33  “The food riot in eighteenth century England was a highly-complex form of direct popular action, disciplines and with clear objectives. […] It is of course true that riots were triggered off by soaring prices, by malpractices among dealers or by hunger. But these grievances operated within a popular consensus as to what were legitimate and what were illegitimate practices in marketing, milling, baking, etc. This in its turn was grounded on a traditional view of social norms and obligations, of the proper economic functions of several parts within the community which, taken together, can be said to constitute the moral economy of the poor. An outrage to these moral assumptions, quite as much as actual deprivation, was the usual occasion for direct action”, in Robert Rotberg et Dennis Thompson, 2000, Truth v. Justice, The Morality of Truth Commissions, op. cit., p. 76‑136, spéc. p. 78‑79.

34  Pour les organisations de charité voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, « La famine », op.cit., p. 49‑78.

35  Sur l’antiroyalisme et les discours antiploutocrates du seul politicien des premiers gouvernements de collaboration, le ministre de l’Économie Sotírios Gotzamánis, voir son article « Siopa Georgie », in Iákovos Michaïlidis, 2001, Σωτήριος Γκοτζαμάνης, ο άνθρωπος, ο πολιτικός, ο μύθος [Sotírios Gotzamánis, l’homme, le politique, le mythe], Thessalonique : Vanias, p. 47‑49.

36  Paul Mohn, 2000, Inter Arma Caritas (Η αποστολή μου στην κατεχόμενη Ελλάδα) [Inter Arma Caritas, ma mission dans la Grèce occupée], Athènes : Metron.

37  Décret législatif (DL) no 1249/1942 (JO 92A/18 avril 1942 et 104A/30 avril 1942) ; voir aussi DL no 970/1942 (JO 22A/7 février 1942) et DL no 1184/1942 (JO 74A/4 avril 1942). Voir Giórgos Margarítis, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op. cit., p. 148‑155.

38  Paul Mohn, 2000, Inter Arma Caritas (Η αποστολή μου στην κατεχόμενη Ελλάδα) [Inter Arma Caritas, ma mission dans la Grèce occupée], op. cit., p. 25.

39  Georgoúlas Beïkos, 1979, Η λαϊκή εξουσία στην ελεύθερη Ελλάδα [Le pouvoir populaire dans la Grèce libre], Athènes : Thémelio, est l’auteur des premières codifications et donne des éléments surtout sur la région d’Évrytanie, mais aussi sur les localités voisines. Dimítrios Zéppos , 1945, Λαϊκή Δικαιοσύνη εις τας ελεύθερας περιοχάς της υπό κατοχήν Ελλάδος [Justice populaire dans les régions libres de la Grèce occupée], Athènes : s. éd., qui écrit juste après la Libération, n’a pas – et ne pouvait pas avoir écrit dans l’interlude du conflit civil des années 1940 – d’éléments sur l’application de telles pratiques. Cependant Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], Athènes : Proskinio, juriste qui a effectué sa thèse sur les institutions de l’administration populaire, recense plusieurs régions du pays, du Péloponnèse à la Thessalie, qui ont appliqué sporadiquement ou régulièrement ces pratiques.

40  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op. cit., p. 58‑62.

41  Voir John Hondros, 1983, «Η εθνική αντίσταση, μία επανεξέταση» [La résistance nationale : un réexamen] in Nicolas Svoronos (dir.), H Ελλάδα στη δεκαετία του 1940, ένα Έθνος σε κρίση [La Grèce dans la décennie 1940 : une nation en crise], Athènes : Themelio, p. 74‑77.

42  En raison de la position géostratégique de la Grèce en Méditerranée orientale, les Britanniques jouent un rôle capital dans les affaires grecques. Le roi vit en exil en Grande‑Bretagne entre 1923 et 1935, le gouvernement grec en exil vit sous protection britannique à partir de 1941, seule la Grande‑Bretagne apporte un peu d’aide à la Grèce en 1941, seule elle s’occupe d’aider ou non la Résistance, à ses conditions et dans son propre intérêt.

43  Kapetanios, la figure du chef politico-militaire d’ELAS, le troisième du triumvirat, à côté du politique et du militaire de carrière, qui dirigeait les unités, chargé aussi de la mission d’instruction des partisans. Figure emblématique du mouvement de la Résistance. Voir aussi la figure dans l’imaginaire anti-impérialiste de la gauche occidentale in Dominique Eudes, 1970, les Kapetanios : la guerre civile grecque 1943‑1949, Paris : Fayard.

44  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 1, p. 250‑252 : la propagande (pour ou contre) et les mythes autour de l’organisation de l’ELAS sur les montagnes n’a pas laissé de marge pour évaluer l’expérience de son organisation intérieure.

45  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 66‑71.

46  E. C. W. Myers, 1955, Greek Entanglement, Londres : Hart-Davis, p. 45‑46.

47 Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op.cit., p. 191‑211.

48  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 224‑227.

49  Progressivement les territoires contrôlés par l’EAM, non sans interruption, représentent environ 40 000 km², et impliquent au moins 800 000 personnes dans toutes les instances du mouvement résistant, donc environ un cinquième ou un quart de la population globale disponible.

50  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 231‑239.

51  Il est important de noter ici que tous les participants délégués à cette réunion étaient membres du KKE. Intéressant, pour sa mixité sociale, était leur profil sociologique : deux juristes, deux enseignants, un fermier et un ouvrier. Voir Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη, 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 56. Georgoúlas Beïkos, 1979, Η λαϊκή εξουσία στην ελεύθερη Ελλάδα [Le pouvoir populaire dans la Grèce libre], op. cit., vol. 2, p. 11‑13.

52  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 62‑65.

53  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op.cit., p. 167‑169. 

54  Littéralement le « pouvoir du peuple », assimilation du terme « démocratie » en grec moderne et allusion à la « démocratie populaire ». Terme ambigu ouvert à toute interprétation dont le dénominateur commun a été la souveraineté populaire, l’antiroyalisme et une certaine idée de la modernisation du pays.

55  Les efforts du Parti communiste pour s’intégrer dans la scène politique du pays en tant qu’allié des républicains de gauche face à une législation d’exception, qui bannit les activités subversives depuis 1929, atteignent leur sommet en 1935‑1936 avec la conclusion d’un accord politique entre les dirigeants du PC et ceux du Parti libéral. Ce rapprochement, inscrit dans la ligne des « Fronts populaires » du Komintern, est interrompu par le coup d’État d’août 1936.

56  Marc Wheeler, 1981, “The SOE phenomenon”, Journal of contemporary History, vol. 16, no 3, p. 513‑519. David Stafford, 1980, Britain and European resistance, 1940‑1945: a survey of the special operations executive, Londres : Macmillan.

57  Voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler, op.cit., p. 119.

58  Condamné à l’exil par Metaxás pour avoir signé une lettre au roi protestant contre la dictature, il s’engage en octobre 1940. En 1942 il a été condamné à mort par contumace par les Italiens pour participation à un groupe de jeunes résistants.

59  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 1, p. 280, notes 89 et 90. Pour le voyage à Londres et les enjeux, voir Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’Occupation], Athènes : Estia, p. 273‑363.

60  « Les enfants jouaient un grand rôle dans ces manifestations, pas seulement les étudiants, mais aussi les écoliers. Désormais, ils en prirent l’habitude, ils furent galvanisés, et montrèrent une audace surprenante. Alors que, en temps de paix, deux tirs en l’air suffisaient à disperser une manifestation, […] à présent, ces enfants ne se dispersent ni quand on leur tire dessus des volées de coups de fusil, ni face à des charges de cavalerie », Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op.cit., p. 416‑417 (insertion du 23 juillet 1943).

61  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 1, p. 272‑275.

62  Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op.cit., vol. 2, p. 121.

63  Défenseurs de la Grèce du Nord/Organisation de libération panhellénique, voir Athanásios Chryssochóou, 1949‑1952, Η κατοχή εν Μακεδονία [L’Occupation en Macédoine], Athènes : Eteria Makedonicon Spoudon, 4 vol. Athanásios Kallianiótis, 2007, Πρόσφυγες στη Δυτική Μακεδονία 1941‑1946 [Réfugiés en Macédoine occidentale, 1941‑1946], Thèse non publiée, Université de Thessalonique, p. 217‑239 et 333‑352.

64  « Grande Idée », ce fut le slogan qui décrivait les visées irrédentistes de la Grèce sur les territoires de l’Empire ottoman, depuis le milieu du xixe siècle.

65  Stávros Papagiánnis, 2004, Τα παιδιά της Λύκαινας [Les enfants de la Louve], Athènes : Sokolis, p. 35‑67, développe l’action de la « Légion romaine », une brigade d’autonomistes valaques agissant pour le compte des fascismes italien et roumain.

66  Voir le chapitre : Rideaux de fer. À la frontière du monde libre.

67  Georges Théotokas, 1987, Τετράδια ημερολόγιου [Cahiers d’Occupation], op.cit., p. 364‑365.

68  Hagen Fleischer, 1980-1982 «Νέα στοιχεία για τη σχέση γερμανικών αρχών και ταγμάτων ασφαλείας» [Nouveaux éléments sur les rapports entre forces d’occupation et bataillons de sécurité], Mnimon, no 8 (1980‑1982), p. 189‑203 et spéc. p. 193.

69  Comme l’OEDE (Οργάνωση Εθνικών Δυνάμεων Ελλάδος) [Organisation des forces nationales de la Grèce], la « X », ou le groupe « Papageorgiou » sous la dictature, dissous au début de l’Occupation.

70  Loi no 260 du 15 juin 1943, JO 1943/A/180.

71  Pic Paper, AIE/DIS. Voir Tásos  Kostópoulos, 2005, Η αυτολογοκριμένη μνήμη, Τα τάγματα ασφαλείας και η μεταπολεμική εθνικοφροσύνη [La mémoire autocensurée. Les Bataillons de sécurité et la pensée nationale d’après-guerre], Athènes : Filistor, p. 32.

72  Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], op. cit., p. 137.

73  Hagen Fleischer, “The Don Stot affair: Overtures for an Anglo-German Local Peace”, in Marion Sarafis (dir.), 1980, From Resistance to Civil War, Nottigham : Spokesman, p. 91‑107.

74  Hagen Fleischer, 1980-1982, «Νέα στοιχεία για τη σχέση γερμανικών αρχών και ταγμάτων ασφαλείας» [Nouveaux éléments sur les rapports entre forces d’occupation et bataillons de sécurité], op. cit., p. 194‑195.

75  Dans un moment où l’EAM se sent déjà assez fort pour évacuer ou contrôler tous les groupes résistants.

76  Komninós Pyromáglou (sous-chef de l’EDES) aux services britanniques, dépêche de 27 janvier 1944, in Komninós  Pyromáglou, 1975, Η εθνική αντίσταση, ΕΑΜ-ΕΛΑΣ-ΕΔΕΣ, κριτική εισαγωγή εις την διαμόρφωσίν της [La résistance nationale, EAM-ELAS-EDES, introduction critique à sa formation], Athènes : Dodoni, p. 211. Voir aussi les remarques de Hagen Fleischer, 1988, Στέμμα και Σβάστικα, η Ελλάδα της Κατοχής και της Αντίστασης [Couronne et svastika : la Grèce de l’Occupation et de la Résistance], op. cit., vol. 2, p. 248‑249. Pour le double jeu de l’EDES avec la Wehrmacht et les Britanniques, idem., p. 235‑259.

77  Iáson Chandrinós, 2012, Το τιμωρό χέρι του λαού, η δράση του ΕΛΑΣ και της ΟΠΛΑ στην κατεχόμενη πρωτεύουσα 1942‑1944 [La main punitive du peuple, l’action de l’ELAS et de l’OPLA dans la capitale occupée, 1942‑1944], Athènes : Thémelio.

78  N’oublions pas que les territoires contrôlés par l’EAM représentent environ 40 000 km², et impliquent au moins 800 000 personnes dans toutes les instances du mouvement résistant.

79  Par opposition à la « katharevousa », langue officielle enseignée mais que personne ne parle, langue puriste créée pour rapprocher la langue parlée du grec ancien.

80  Chrístos Tyrovoúzis, 1991, Αυτοδιοίκηση και λαϊκή δικαιοσύνη 1942-1945 [Autogestion et justice populaire 1942‑1945], op. cit., p. 125‑167. Dimítrios Zéppos, 1945, Λαϊκή Δικαιοσύνη εις τας ελεύθερας περιοχάς της υπό κατοχήν Ελλάδος [Justice populaire dans les régions libres de la Grèce occupée], op. cit., p. 122‑135. Voir aussi l’introduction de Panagiótis Kanellópoulos, 2003, Ημερολόγιο κατοχής [Journal d’Occupation], op. cit., p. 5‑21.

81  Article 57 du code de Stéréa, in Dimítrios Zéppos, 1945, Λαϊκή Δικαιοσύνη εις τας ελεύθερας περιοχάς της υπό κατοχήν Ελλάδος [Justice populaire dans les régions libres de la Grèce occupée], op. cit., p. 132.

82  Qu’il s’agisse des Tsams (albanophones musulmans en Épire), des Juifs ou des slavophones, dont les persécutions et les exécutions commencèrent à partir de ce moment par les organisations « nationalistes », avec le silence complice du gouvernement d’Athènes. Pour la Shoah en Grèce et le sort des autres minorités ethniques du pays, voir notamment Giórgos Margarítis, 2005, Ανεπιθύμητοι πατριώτες [Compatriotes indésirables], Athènes : Vivliorama, p. 49‑133. Aussi pour le cas de Thessalonique où se trouvait la plus forte présence juive : Marc Mazower, 2004, Salonica City of Ghosts, Christians, Muslims and Jews 1430‑1950, New York : Harper‑Collins.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search