Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

4. Oubli, commémoration, détournement : les régimes de la mémoire

L’institution littéraire et le cas du prix Akutagawa

The Literary Institution and the Case of the Akutagawa Prize

Anne Bayard‑Sakai

Résumé

Lorsqu’en juin 1949 le prix Akutagawa est décerné après quatre années d’interruption, l’après-guerre littéraire est déjà bien engagée. Comment le prix, premier dispositif de légitimation dans le champ littéraire moderne, prend-il en compte le nouveau contexte historique de production littéraire et les valeurs esthétiques qui émergent ? En retraçant les choix effectués par les jurés du prix et en analysant les discours qui accompagnent les sélections, on examine ici la manière dont l’institution littéraire prend, ou ne parvient pas à prendre, la mesure des mutations historiques qui sont en train de se produire et parvient, ou non, à suivre l’apparition d’une contemporanéité littéraire.

When in June 1949 the Akutagawa price is awarded after four years of interruption, the literary post-war period is already well underway. How does the price, first legitimation device in the modern literary field, take into account the new historical context of literary production and the emerging aesthetic values? By tracing the choices carried out by the jury of the prize and by analyzing the discourses which accompany the selections, is being examined the way in which the literary institution assesses, or not, the historical changes which are occurring, and manages, or not, to follow the appearance of a literary contemporaneity.

1949年に芥川賞が5年ぶりに授与された時、文学における戦後は既に数年前から始まっていた。文学界の最も重要な正当性付加装置として機能する芥川賞はどのようにこのような新しい文学生産の歴史的コンテクストを認識し、変化しつつある文学的規範を呈示しようとしたのであろうか。ここでは受賞作品と選評の分析を通し、どのように制度としての文学が進行中であった歴史的変遷を把握しようとし、出現しつつあった文学的同時代性を取り入れようとしたかを論考する。

Texte intégral

1Le 8 février 1945, le 20e prix Akutagawa est décerné à Shimizu Motoyoshi (1918‑2008) pour sa nouvelle Karitachi (L’envol des oies sauvages) ; le 15 juin 1949, la 21e édition du même prix distingue Yuki Shigeko (1900‑1969) pour Hon no hanashi (Histoire des livres) et Kotani Tsuyoshi (1924-1991) pour Kakushō (Certitude). Il n’est pas utile ici d’insister sur ce qu’ont été pour le Japon en ruines les quatre ans et demi qui séparent ces deux dates, mais il est certain que la reprise du prix Akutagawa donne aux médias comme aux lecteurs un signal : le fonctionnement des institutions littéraires est rétabli.

  • 1  Le prix est décerné deux fois par an, en juillet pour distinguer des textes parus dans les numéros (...)
  • 2  Littéralement « la porte de montée des dragons ». Ryūmon (en chinois : lóngmén shíkū) est une zone (...)

2Que représente réellement le prix Akutagawa à cette époque et, également, pour cette époque ? Le champ littéraire, qui s’est progressivement structuré au Japon pour prendre, à l’ère Taishō, la forme d’une communauté professionnelle, le bundan, a besoin d’un dispositif légitimant qui adoube les nouveaux venus et leur accorde une place en son sein. Lorsqu’il crée en 1935 les prix Akutagawa et Naoki, Kikuchi Kan (1888‑1948) précise que ces prix ont pour objectif d’« encourager l’apparition de nouveaux et excellents auteurs et de promouvoir leurs activités », la différence entre les deux distinctions tenant à ce que le prix Akutagawa encourage la création (sōsaku), et le prix Naoki, la littérature populaire (taishū bungei). Dès lors, événement médiatique autant que littéraire se produisant deux fois par an1, le prix Akutagawa a pour fonction de distinguer ceux qui portent les ambitions esthétiques de la littérature japonaise et de leur ouvrir une porte vers la gloire, tōryūmon2.

3Comment ce prix se positionne-t-il alors dans les années d’après-guerre ? On sait l’effervescence créative qui a suivi la défaite : le prix pourrait en être le reflet ; mais l’institution littéraire ne se reconnaît pas nécessairement dans les nouveaux auteurs qui apparaissent dans les ruines et les décombres. Ou, pour dire les choses autrement : les portes vers la gloire ne laissent pas toujours passer les glorieux. Le propos ici sera donc de cerner les contours du prix Akutagawa ressuscité, pour évaluer son rôle dans le développement d’une littérature d’après-guerre qui, sans doute, est à la recherche de sa définition.

La production romanesque dans l’immédiat après-guerre

4Lorsque le 21e prix Akutagawa est décerné en 1949, quatre ans se sont déjà écoulés depuis la défaite. Le premier problème qui se pose est donc de savoir comment ce délai se reflète dans la sélection des textes comme dans l’attribution du prix.

5Si on parcourt rapidement la production romanesque de ces quatre années, on constate que de nouveaux noms ont fait leur apparition, à côté de ceux qui, figures du monde littéraire (bundan), sont revenus sur le devant de la scène. Les éléments chronologiques suivants permettent de se faire une idée de ce relais qui s’opère dans la fin des années 1940 (les astérisques sont associés aux nouveaux venus) :

  • 1946 : Nagai Kafū 永井荷風 : Odoriko「踊子」(La danseuse), Kunshō「勲章」(La décoration), Ukishizumi「浮沈」(À la merci des flots), Raihōsha「来訪者」(Le visiteur), Towazu gatari「問はず語り」(Radotages) ; Shiga Naoya 志賀直哉 : Haiiro no tsuki「灰色の月」(La lune grise) ; Tanizaki Jun.ichirō 谷崎潤一郎 : premier tome de Sasameyuki「細雪」上巻 (Bruine de neige) ; Sakaguchi Ango 坂口安吾 : Hakuchi「白痴」(l’Idiote) ; Ishikawa Jun 石川淳 : Yakeato no Iesu「焼跡のイエス」(Jésus dans les décombres) ; *Noma Hiroshi 野間宏, Kurai e「暗い絵」(Sombre tableau) ; *Haniya Yutaka 埴谷雄高 : début de la parution de Shirei「死霊」(Âmes mortes) ; *Umezaki Haruo 梅崎春生, Sakurajima「桜島」(Sakurajima).

  • 1947 : Kawabata Yanunari 川端康成, Yukiguni「雪国」(Pays de neige ; il s’agit de l’une des ultimes versions) ; Dazai Osamu 太宰治, Shayō「斜陽」(Soleil couchant) ; *Takeda Taijun 武田泰淳 : Shinpan「審判」(Le jugement), Mamushi no sue「まむしのすゑ」(Race de vipères) ; *Shiina Rinzō 椎名麟三 : Shin.ya no shuen 「深夜の酒宴」(Banquet dans la nuit) ; *Hara Tamiki 原民喜 : Natsu no hana「夏の花」(Fleurs d’été).

  • 1948 : *Ōoka Shōhei 大岡昇平, Furyoki「俘虜記」(Journal d’un prisonnier de guerre) ; *Shimao Toshio 島尾敏雄, Yume ne naka de no nichijō「夢の中での日常」(Ces journées telles qu’en rêves).

  • 1949 : Kawabata Yasunari 川端康成 : début de la publication de Senbazuru 「千羽鶴」(Nuée d’oiseaux blancs) et de Yama no oto「山の音」(le Grondement de la montagne) ; *Mishima Yukio 三島由紀夫, Kamen no kokuhaku「仮面の告白」(Confession d’un masque).

6Les romanciers qui font leurs débuts dans ces années d’immédiat après-guerre sont classés par les historiens de la littérature pour certains dans une « première vague d’écrivains d’après-guerre » (daiichiji sengo ha), pour d’autres dans une « deuxième vague d’écrivains d’après-guerre » (dainiji sengo ha), dont les contours demeurent flous. Mais s’ils sont sengo ha, c’est que leur œuvre, d’un point de vue thématique, porte la trace directe de l’expérience de la guerre. Les textes de Noma, Shiina ou Haniya sont marqués par l’itinéraire de leurs auteurs, qui ont connu l’engagement aux côtés du Parti communiste, l’emprisonnement, voire le reniement de leurs convictions (tenkō) dans le cas de Shiina, par exemple. Umezaki, Shimao ou Ōoka mettent directement en scène leur expérience de soldat ou, dans le cas d’Ōoka, de prisonnier de guerre ; quant à Hara, c’est bien sûr l’un des principaux représentants de la littérature de la bombe atomique, genbaku bungaku.

  • 3  Cité par Hirano Ken, 1963, Shōwa bungaku shi [Histoire de la littérature de Shōwa], Tōkyō : Chikum (...)

7On comprend alors que, d’une certaine manière, en 1949, tout a déjà été inventé en matière de littérature d’après-guerre. Le mot « après-guerre », sous sa forme apure, ou apure gēru, a déjà eu son heure de gloire : on le doit à une formule du romancier et critique Nakamura Shin.ichirō (1918‑1997) qui figurait sur la bande du roman de Noma Kurai e lors de sa parution en livre : apure gēru kureatorisu, « après-guerre créateur3 ». À travers Noma, Shiina, Haniya, c’est une génération qui fait le bilan de ses errances historiques et de son mal-être. À travers les autres, c’est le récit de la guerre qui a trouvé ses plus fortes expressions ; force grâce à laquelle sa dimension testimoniale est magnifiée – et, dans le regard rétrospectif que nous jetons aujourd’hui sur ces périodes, les textes en question gardent une validité que l’on serait tenté de qualifier d’universelle.

Les procédures d’attribution du prix Akutagawa et la question du jury

  • 4  Même si ces derniers temps le nombre se réduit : les deux derniers prix ont été choisis au milieu (...)

8Comment le prix Akutagawa peut-il alors en 1949 et à son tour prendre en compte cette dimension de l’après-guerre ? Avant d’examiner ce qui se joue autour du prix, il est sans doute utile de voir concrètement comment il est décerné. Fondé par le romancier Kikuchi Kan dans le cadre de la revue Bungei shunjū, il est géré à partir de 1938 par une association, Nihon bungaku shinkōkai (Association pour la promotion de la littérature japonaise) qui est certes une émanation de Bungei shunjū, mais en est statutairement distincte. Le prix est décerné deux fois par an : une première sélection, parmi les textes parus dans les revues littéraires pendant le semestre précédent, est opérée par un comité ad hoc, comportant selon les moments des écrivains, des journalistes, des critiques, des éditeurs de Bungei shunjū… Le jury proprement dit se prononce alors dans un deuxième temps sur les textes, généralement au nombre de six à dix4, ayant passé le cap de cette présélection ; ce jury est, lui, composé exclusivement d’écrivains reconnus. Le ou les textes couronnés sont republiés ensuite dans la revue Bungei shunjū, accompagnés de commentaires, senpyō, du jury.

  • 5  Liste publiée dans le numéro de juin 1946 de la revue Shin nihon bungaku ; voir Ogikubo Yasuyuki, (...)
  • 6  Ibid., p. 99.

9Quels sont les membres du jury en 1949 ? La liste comporte les noms suivants : Satō Haruo, Uno Kōji, Kishida Kunio, Takii Kōsaku, Kawabata Yasunari, Funabashi Seiichi, Niwa Fumio, Sakaguchi Ango, Ishikawa Tatsuzō. Les noms de Satō, Takii, Kishida et Kawabata apparaissaient dans la liste des membres du jury pour la 20e édition du prix en 1945 ; Uno avait déjà siégé en 1942 pour la 16e édition ; les nouveaux venus sont donc Funabashi, Niwa, Sakaguchi et Ishikawa. Sont sortis du jury Yokomitsu Riichi, Kawakami Tetsutarō, Hino Ashihei. Le cas de ces trois sortants n’est toutefois pas identique : si Yokomitsu est décédé en 1947, Kawakami et Hino sont toujours en activité, mais ils ont été cités parmi les écrivains dont la « responsabilité de guerre », sensō sekinin, était lourde5. Kawakami était en effet l’un des organisateurs de la table ronde Kindai no chōkoku (Le dépassement de la modernité) de 1942, et Hino est l’auteur de Mugi to heitai (Le blé et les soldats), publié en 1938, l’un des romans paraissant les plus directement impliqués dans l’effort de guerre. Les a-t-on considérés comme trop compromis ? Pourtant, dans les listes des hommes de lettres compromis publiées dans différentes revues dès janvier 1946, on trouve aussi le nom de Satō Haruo… Peut-être alors considérait-on l’implication de ce dernier comme moindre et de toute manière, serait-on tenté de dire, la place symbolique qu’il occupe dans le bundan (la communauté professionnelle des écrivains) est telle qu’il était, en somme, incontournable pour le prix renaissant. Il faut encore ajouter que la responsabilité de guerre de Funabashi et Niwa a été soulignée par la revue Bungaku jihyō6. Ces différents éléments empêchent en tout état de cause de penser qu’il y ait eu une véritable volonté d’épuration à l’œuvre dans la composition du nouveau jury et, plus généralement, il est clair que le renouvellement du jury n’était pas considéré en tant que tel comme nécessaire. C’est dire si, d’emblée, le prix Akutagawa se définit dans la continuité d’une histoire littéraire plutôt que dans la rupture d’une histoire nationale.

Les premiers prix Akutagawa de l’après-guerre et le déni de la guerre

10Que sélectionne un tel jury ? Ses critères avoués ou non, ses raisons avérées ou non, sont à décrypter dans la liste des lauréats distingués dans les années qui suivent la renaissance du prix :

  • 1949, 21e prix : Yuki Shigeko, Hon no hanashi (Histoire des livres) ; Kotani Tsuyoshi, Kakushō (Certitude) ;

  • 1949, 22e prix : Inoue Yasushi, Tōgyū (Combat de taureaux) ;

  • 1950, 23e prix : Tsuji Ryōichi, Ihōjin (L’étranger) ;

  • 1950, 24e prix : non décerné ;

  • 1951, 25e prix : Ishikawa Rikō, Haru no kusa (Herbes de printemps) et autres nouvelles ; Abe Kōbō, Kabe (Les Murs) ;

  • 1951, 26e prix : Hotta Yoshie, Hiroba no kodoku (La solitude dans la place), Kankan (Le traître et autres nouvelles) ;

  • 1952, 27e prix : non décerné.

  • 7  Au point qu’ils peuvent ne pas même figurer dans un dictionnaire de littérature comme celui publié (...)

11Les lauréats du premier prix de l’après-guerre se signalent d’abord à notre attention par leur manque de notoriété. Rares sont certainement les lecteurs pour qui ces noms sont immédiatement évocateurs… Aucun des deux n’a fait par la suite une véritable carrière dans le domaine littéraire7. Yuki (1902‑1969) a certes trouvé des lecteurs en proposant des textes dans une veine plus populaire), dans le registre du « roman médian » (chūkan shōsetsu), ses traces dans la littérature de la seconde moitié du xxe siècle n’en demeurent pas moins ténues. Quant à Kotani (1924-1991), si certains dictionnaires de littérature lui attribuent quelques textes, il est néanmoins relégué dans un anonymat quasi total. On constate donc que le prix Akutagawa a, dans ce cas précis, totalement échoué à légitimer les lauréats et à assurer sa fonction institutionnelle.

12Mais qu’étaient alors les textes distingués ? Tous deux évoquent irrésistiblement le shishōsetsu, le roman d’inspiration autobiographique, qui s’ébauche avec Futon (1907) de Tayama Katai et qui, depuis Taishō, est un genre dominant de la littérature. Histoire des livres, de Yuki, est un récit à la première personne dans lequel on voit la narratrice se débattre pour trouver à vendre la bibliothèque (essentiellement composée d’ouvrages sur l’assurance maritime) de son beau-frère décédé de faim et d’épuisement, alors qu’il s’efforçait de trouver de la nourriture pour son épouse très gravement malade. Quant à Certitude, il relate, également à la première personne, les démêlés affectifs et sexuels d’un gynécologue pris entre l’une de ses patientes sur laquelle il a jeté son dévolu, une très jeune fille qui va se révéler manipulatrice (conformément au type littéraire de la femme fatale), et une autre femme, handicapée, car atteinte de la maladie de Little (une forme d’infirmité motrice cérébrale), le tout dans le désordre et la misère d’une ville de province de l’après-guerre. Dans un cas comme dans l’autre, les données matérielles inscrites dans les textes sont conformes aux données biographiques dont on dispose concernant les auteurs, et la manière dont le sujet narratif se met en scène dans les textes, avec une adhésion sentimentale et non distanciée – sinon faussement – à son être, est parfaitement conforme à la norme du genre shishōsetsu.

13Si on consulte les commentaires accompagnant le prix, on est frappé par le peu d’enthousiasme des jurés, en particulier concernant Certitude. Uno écrit ainsi :

  • 8  Voir les commentaires sur le 21e prix Akutagawa : Akutagawashō zenshū [Œuvres complètes d'Akutagaw (...)

Indépendamment même de ce qui s’y trouve relaté, Certitude est une œuvre « déplaisante ». Ce qui y est relaté est certes « déplaisant », mais plus encore, d’un point de vue artistique, l’attitude de l’auteur est « déplaisante ». L’auteur écrit, à côté du titre : « Se démasquer n’est peut-être en définitive qu’un moyen de se justifier », et en effet ce roman est un roman d’« autojustification ». L’auteur est « habile » de sa plume, mais c’est une « habileté de mauvais aloi ». Et l’« autojustification » est un dévoiement du roman. Il n’y a rien à sauver chez lui8.

14Kishida n’est pas plus indulgent :

  • 9  Ibid., p. 398.

Kotani Tsuyoshi a été désigné comme l’un des lauréats. Je me contenterai de le féliciter en m’abstenant de toute louange. Une littérature qui se laisse aller à la facilité, portée par un goût de l’exhibitionnisme dépourvu de tout fondement philosophique, est un gaspillage de talent pour qui ambitionne une véritable réussite9.

15Le type de reproches formulés ici à l’encontre de Certitude recoupe les critiques traditionnellement adressées au shishōsetsu, la complaisance dans l’étalement des turpitudes, le goût pour les confessions sordides. Yuki en revanche a droit à des louanges, mais mitigées : seul Sakaguchi se montre un admirateur sans mélange, lui prédisant, si elle parvient à développer son talent, un avenir digne d’une Higuchi Ichiyō, et si les autres prisent la pureté de son univers, ils lui reprochent de manquer de technique.

  • 10  Il s’agit sans doute d’un lapsus car ces jurés sont neuf.
  • 11  Akutagawashō zenshū [Œuvres complètes d'Akutagawa Ryūnosuke], op. cit., p. 400 et 404.

16En somme, la lecture des textes, comme celle des commentaires, ne donne pas l’impression que ce 21e prix soit un grand cru. « J’ai lu quinze ou seize textes sélectionnés pour le prix Akutagawa. Cela faisait vraiment un bon moment que cela ne m’était pas arrivé. Et je me suis dit alors : “Quand même…” Et ce “Quand même” signifiait “Quand même, c’est trop mauvais” », dit Uno. Ishikawa indique pour sa part que « les huit jurés10 ne parvenaient pas à se mettre d’accord, si bien qu’il a été envisagé un moment de ne pas décerner le prix, mais le secrétariat de l’organisation a insisté pour qu’il le soit, si bien que nous avons fini par nous en remettre à un vote », ce que confirme Takii : « Comme aucune œuvre ne se dégageait, nous avons beaucoup hésité. Nous avons envisagé de ne pas décerner le prix, pour ne pas déroger à nos critères rigoureux, mais on nous a dit que ce serait triste, pour la première édition de ce prix ressuscité11. »

  • 12  Ibid., p. 400.

17Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, d’un point de vue symbolique, il était impossible de ne pas décerner ce prix. Pour affirmer que la normalisation de la production littéraire était achevée et que la renaissance du prix était justifiée, il fallait que des textes sortent gagnants de la procédure. Mais le fait que les jurés ne soient pas d’accord est tout aussi significatif : dans le contexte de l’époque, il est malaisé de trouver des critères consensuels. Yuki semble avoir été distinguée par défaut : si en dehors de Sakaguchi aucun juré ne se mobilise pour elle, elle ne suscite pas non plus, par son style aseptisé et l’histoire assez anodine qu’elle raconte, d’opposition tranchée. « On ne peut pas dire que ce texte soit d’une qualité particulière, mais il n’y a pas non plus de raison d’en dire du mal », affirme, assassin, Niwa. Quant à Kotani, il a bénéficié du fait d’être, à l’opposé de Yuki, soutenu en cela par ceux qui ne veulent pas d’un choix perçu comme trop sage. « Je voulais élargir le cadre du prix Akutagawa ; Certitude a été élu, conformément à ce souhait qui se trouve donc à moitié exaucé », continue Niwa12. L’ironie de l’histoire, c’est que les jurés distinguent ainsi un texte qui est dans la ligne de la tradition du shishōsetsu, mais ce qui est flagrant dans le regard que nous portons aujourd’hui sur ce texte ne l’était pas forcément à l’époque, et l’inconscient du jury a pu se montrer facétieux.

18Inconscient ou pas, on peut alors s’interroger sur ce que révèlent les choix du jury, et il faut sans doute distinguer ce qui relève du regard porté sur la guerre et ce qui relève de la conception de la littérature. Du point de vue du traitement de la guerre, il est tout de même frappant que les deux textes aient pour cadre le Japon de l’après-guerre et ses difficultés quotidiennes, sans que la guerre en tant que telle soit abordée. L’un des textes de la sélection, Iperittogan (Les yeux ypérite) de Fujieda Shizuo (1907‑1993) décrit la tragédie des jeunes ouvriers d’une unité de fabrication d’ypérite dont les yeux sont atteints par le gaz de combat qu’ils fabriquent : si plusieurs jurés soulignent l’intérêt du matériau (Ishikawa, Niwa, Takii, Uno), beaucoup lui reprochent la maladresse du traitement de l’histoire. La hiérarchisation des critères qui prévaut ainsi prouve qu’aucune priorité de traitement n’est attachée au matériau qu’est la guerre – et aucun des commentaires d’ailleurs ne mentionne même le fait qu’une spécificité pourrait être reconnue à ce matériau. Peut-être est-ce notre regard rétrospectif qui est faussé, avec le décalage des cinquante années écoulées depuis lors, et qui nous incite à attendre un écho direct de la guerre dans ce premier prix Akutagawa : quoi qu’il en soit, de la guerre, il n’est guère question dans cet après-guerre de l’institution littéraire.

  • 13  Ibid., p. 396.

19Qu’en est-il alors de l’attente par rapport à la littérature ? Funabashi dit s’être opposé à ce que le prix soit décerné à la seule Yuki, car, sinon, cela n’aurait été qu’« une resucée de la littérature antérieure13 » ; « Je voulais élargir le cadre du prix Akutagawa », dit pour sa part Niwa. Mais la question de la nouveauté du projet littéraire en tant que telle ne semble pas avoir été décisive. Niwa précise pour conclure son commentaire : « J’ai été surpris de constater que les neuf jurés étaient presque tous éloignés de la littérature de l’après-guerre [apuregēru no bungaku]. Je tenais à le préciser. » C’est, comme souvent, Kawabata qui pointe le plus précisément le problème :

  • 14  Ibid., p. 398.

Ce qui a rendu le choix difficile, c’est que l’ensemble des textes sélectionnés n’était guère porteur de nouveauté. Il y a bien plus de neuf chez les auteurs déjà reconnus comme étant les nouveaux écrivains de l’après-guerre que chez les auteurs sélectionnés pour le prix cette fois-ci14.

20Sans doute avons-nous ici un faisceau de facteurs convergents : comme le montrait la chronologie, les grandes innovations de l’après-guerre ont déjà eu lieu sur la scène littéraire lorsque le prix Akutagawa renaît, si bien que ce qui vient après paraît inévitablement plus faible. En outre, il n’est pas certain que le prix Akutagawa, par son rôle institutionnel, ne soit pas prioritairement voué à la reproduction des modèles littéraires. L’innovation est difficile à apprécier pour la critique, ce qui est nouveau a besoin de trouver ses défenseurs qui prendront à leur tour la place des critiques établis pour s’opposer à d’autres innovations. En attendant que ce passage de témoin ait lieu, un prix, a fortiori un prix aussi fortement institutionnalisé que le prix Akutagawa, et pour une édition aussi symbolique que celle de sa renaissance, ne peut sans doute distinguer un texte véritablement novateur. Ses critères d’évaluation l’amènent à distinguer non des auteurs consacrés – le principe du prix tel qu’il a été énoncé par son fondateur exclut ce choix –, mais des genres d’écriture consacrés. En ce sens, c’est toute la procédure de choix depuis le travail de présélection qui est déterminée par un enjeu : redonner à ce prix son lustre en renouant avec une histoire interrompue, plutôt qu’opter pour une nouveauté qui n’est pas encore considérée comme pleinement légitime sur le plan littéraire. On peut alors demeurer dubitatif, car il n’est pas certain que les deux textes distingués aient véritablement contribué à réhabiliter le prix.

Inoue Yasushi, technicien de la littérature

21La 22e édition du prix, également attribué en 1949, marque-t-elle alors un infléchissement ? On remarquera tout d’abord que, du point de vue de son rôle institutionnel, le prix a bien fonctionné : le « jeune » auteur qui se voit légitimé fera effectivement l’une des plus belles carrières d’homme de lettres de la seconde moitié du xxe siècle puisqu’il s’agit d’Inoue Yasushi. Fait significatif, recevoir le prix Akutagawa lui permet de devenir écrivain professionnel et d’abandonner le métier de journaliste qu’il exerçait depuis une quinzaine d’années au journal Mainichi. Du point de vue proprement littéraire, on relèvera d’abord une remarque d’Ishikawa qui, après avoir indiqué qu’à la différence de l’édition précédente la sélection était cette fois d’un très bon niveau, ajoute :

  • 15  Ibid., p. 412.

Le fait que, parmi toutes ces œuvres dignes de prétendre au prix, il n’y en ait pas eu une seule qui relève du shishōsetsu mérite qu’on s’y arrête. Est-ce un choix délibéré de ceux qui ont procédé à la présélection ? Ou bien les jeunes auteurs, ayant traversé la période de cette grande guerre, n’ont-ils plus été en mesure de se satisfaire du shishōsetsu ? Ou encore est-ce le shishōsetsu qui paraît pauvre, en regard des œuvres sélectionnées15 ?

22Bonnes questions, serait-on tenté de commenter, surtout en considération des textes précédemment distingués. On peut en effet se demander si le repli sur la subjectivité qui est au cœur du shishōsetsu ne trouve pas ses limites dans une époque où la confrontation de l’individu avec l’histoire est une question déterminante aussi bien sur le plan éthique qu’esthétique. Cela expliquerait qu’un texte tel que Certitude soit d’emblée invalidé parce qu’il serait, en quelque sorte, discrédité. Par sa sélection comme par son choix final, le prix aurait ainsi pris acte de l’un des effets fondamentaux de la guerre sur l’histoire de la littérature.

  • 16  En suivant la présentation que fait de ces textes Takii Kōsaku dans ses commentaires, Akutagawashō (...)

23Pour autant, la prise en compte de la guerre ne semble pas être un critère décisif. Parmi les œuvres sélectionnées, l’une met en scène la destruction de la ville de Kagoshima sous les bombardements (Natsukusa / Herbes d’été, de Maeda Suminori), une autre, l’oppression que le Japon a exercée dans la péninsule coréenne (Nihon no kiba / Les crocs du Japon, d’Ikeyama Hiroshi)16, mais l’intérêt du matériau ne suffit pas à leur attirer les faveurs des jurés. Le caractère quelque peu contradictoire des commentaires des jurés, qui trouvent ces textes bien ou mal écrits, le matériau bien ou mal traité, laisse penser que le consensus est loin d’être atteint sur ce que pourrait être une écriture de la guerre, consensus dont l’expression institutionnelle serait, précisément, le prix.

  • 17  Niwa Fumio, féroce, parle d’un « parfait échantillon de roman bien fait », ibid., p. 415.

24Combat de taureaux (Tōgyū) d’Inoue n’est donc ni un shishōsetsu, ni un récit de guerre. Ce texte bien connu raconte la préparation d’un combat de taureaux, organisé par un journal d’Ōsaka comme événement publicitaire, en centrant le récit sur le personnage du rédacteur en chef, principal promoteur du projet. Certes, l’atmosphère qui entoure l’événement est celle de la ville d’Ōsaka qui renaît de ses cendres, mais on ne saurait pour autant classer ce roman parmi les textes inspirés directement par la guerre ou l’après-guerre, relégués au rang de cadre. Les commentaires du jury louent le savoir-faire dont témoigne Inoue, certains lui reprochent d’être trop grand public, trop raisonnable, trop habile17 : en tout cas, il n’est à aucun moment question de renouvellement de la littérature. En somme, le prix fonctionne pour sélectionner d’avance un auteur qui a toutes les qualités d’une valeur sûre, prédestinée à devenir une figure centrale du monde littéraire. Avec Combat de taureaux, la littérature, en somme, ne court aucun risque.

Le grand retour de la Chine

25Si l’on considère les trois textes distingués par le prix Akutagawa en 1949, il apparaît que les critères de choix ne sont guère innovants. La guerre, comme matériau ou comme modification radicale des horizons de pensée, semble peu prise en compte. Il est difficile de ne pas être frappé par le sentiment de repli, peut-être même d’enfermement, qui émane de ces univers d’écriture. On n’y trouve guère d’ouverture vers un ailleurs, rien d’autre que le quotidien des individus et leurs tourments dans les villes qui se reconstruisent peu à peu.

26Le texte auquel est attribué le 23e prix, en 1950, apparaît alors d’emblée comme différent : l'’Étranger (Ihōjin) de Tsuji Ryōichi signe le retour du « continent chinois » dans les préoccupations des jurés. Ce récit à la troisième personne met en scène un Japonais resté sur le continent après la défaite, qui est embauché comme homme à tout faire dans les cuisines d’un hôpital du Parti communiste en Mandchourie. Ses relations avec les autres employés des cuisines, son amitié avec l’un d’entre eux, ses démêlés avec d’autres Japonais devenus des cadres du parti sont relatés avec une sorte de bienveillance distanciée qui caractérise un personnage en situation de survie affective.

27D’une manière générale, il faut souligner que la lecture des commentaires des jurés sur l’Étranger n’est pas très instructive. Sakaguchi résume assez bien le sentiment général :

  • 18  Ibid., p. 424.

Il vaut mieux laisser au lecteur le soin d’évaluer l’Étranger. C’est une œuvre qui se passe de tout commentaire. Ceux qu’elle aura émus seront gagnants : telle est la nature de ce texte. À cet égard, c’est une œuvre vraiment populaire). Elle porte une vie en elle. Et elle nous procure une joie, une force de vie simple, mais stable18.

  • 19  Ibid., p. 428.

28On peut en particulier s’étonner que le caractère extraordinaire de l’expérience relatée ne soit relevé par aucun juré. Certes, dans le contexte de l’époque, elle pouvait paraître banale ; mais pour le lecteur d’aujourd’hui, elle porte incontestablement la marque de l’époque, et le fait qu’il n’en soit pas question en tant que tel dans les commentaires laisse transparaître ce que l’on serait tenté de qualifier d’insensibilité historique. Le seul, peut-être, à apporter une note un peu différente est Kawabata, mais il est bref ; il regrette l’absence dans ce texte de critique contre le parti chez un personnage censé être retenu dans un pays communiste, mais il ajoute que « cela fait sans doute partie des singularités de ce texte19 ».

  • 20 Kawamura Minato, 1990, Ikyō no Shōwa bungaku – <Manshū> to kindai Nihon [La littérature de l’ère S (...)
  • 21  La nouvelle tire son titre du nom de l’un des protagonistes.
  • 22  Voir par exemple la notice consacrée à Tada Yūkei dans Nihon kindai bungaku dai jiten [Grand Dicti (...)

29À relire l’Étranger, on sera d’autant plus étonné du silence des jurés que ce texte entre en réalité en résonance avec de nombreux autres distingués par le prix Akutagawa pendant la guerre. Le critique Kawamura Minato signale l’importance que le prix Akutagawa a eue pour l’essor et la reconnaissance de ce qu’il dénomme gaichi bungaku, littéralement « littérature des territoires extérieurs20 ». On ne peut que lui donner raison lorsque l’on considère la liste des œuvres couronnées par le prix avant la fin de la guerre. Ainsi, Chōkō deruta (Le delta du Changjiang) de Tada Yūkei (lauréat en 1941), Renrakuin (L’agent de liaison) de Kuramitsu Toshio (1942), Chanzū no koro (Le temps des pieds bandés) d’Ishizuka Kikuzō (1943), Ryū Kanfū21 de Yagi Yoshinori et Tōhan (L’ascension) d’Obi Jūzō (1944), soit cinq des huit derniers prix décernés avant l’interruption consécutive à la défaite ont pour cadre « le continent », d’une manière ou d’une autre. Si Kawamura parle de gaichi bungaku, est également utilisé le terme de « senryōchi genchi bungaku » ou « littérature des territoires occupés ». Il s’agit bien d’un genre, dont la spécificité était reconnue22. Le prix Akutagawa joue donc ici un rôle particulier, politique, accordant une reconnaissance officielle à une littérature à la fois périphérique géographiquement et cruciale stratégiquement ; il l’intègre, ou mieux il la naturalise. Dans ces textes, au demeurant, il ne s’agit pas simplement de camper un cadre extérieur à celui de la « métropole », mais de mettre en écriture des relations entre des personnages n’appartenant pas aux mêmes peuples. L’une des tentatives les plus intéressantes à cet égard est certainement celle d’Ishizuka, qui met en scène une famille dont le père est mongol et la mère,  Han : les destins se nouent autour des questions de métissage et de « pureté » ethnique. Ici, donc, nul personnage japonais et une extériorité très ambiguë à l’univers métropolitain.

30Mais pour souligner le contraste avec l’Étranger, c’est sans doute sur Ryū Kanfū de Yagi qu’il faut s’arrêter un instant. Dans les deux textes, le personnage central est un Japonais face à des ouvriers chinois ou mandchous. Dans Ryū Kanfū, le narrateur, un Japonais qui dirige une usine en Mandchourie, embauche un géant bègue, Ryū Kanfū, qui va se révéler à travers de multiples péripéties aussi fort que fiable ; dans l’Étranger, le Japonais à la dérive recruté comme ouvrier dans un hôpital du parti est aidé par un ouvrier surnommé le Mongol qui va également se révéler, à travers d’autres péripéties, aussi fort que fiable. Figures du « bon sauvage » ? Sans doute. Mais dans le même temps perce dans les deux textes – avec un Japon vainqueur comme avec un Japon vaincu – un sentiment d’impuissance du personnage japonais face à la force vitale prêtée au protagoniste continental. Il s’agit, dans les deux cas, d’une confrontation avec l’altérité, avec une altérité qui apparaît comme fondamentalement irréductible, que l’on soit du côté des dominants ou de celui des dominés.

31L’Étranger, en 1950, renoue ainsi avec un avatar de la « littérature des territoires extérieurs » dont les termes géopolitiques seraient inversés. L’extériorité, même si ce n’est qu’en termes d’impensé, réapparaît dans la littérature institutionnelle : et il s’agit d’une des rares fois où ce sera le cas – la question de savoir si l’Amérique, présente dans Amerikan sukūru (American School) de Kojima Nobuo, prix Akutagawa en 1954, figure ou non une extériorité demeurant d’ailleurs ouverte.

Le délicat problème de la nouveauté…

  • 23  Ibid., p. 423.
  • 24  Ibid., p. 421.

32Si les jurés ne s’intéressent pas, ou du moins pas ouvertement, à cette question de géographie littéraire, de quoi se montrent-ils soucieux ? Leurs commentaires sur l’Étranger portent en réalité sur une question de critère dont l’importance institutionnelle est évidente : peut-on attribuer le prix Akutagawa à un auteur déjà confirmé ? Le problème se pose à eux dans la mesure où, parmi les textes sélectionnés, figurait un texte de Tamiya Torahiko (1911‑1988) qui était déjà célèbre et reconnu, en particulier comme auteur de romans historiques. Niwa indique qu’à son sens, Tamiya n’en était vraiment plus à se voir décerner le prix, sauf à considérer qu’il lui était attribué au titre des services rendus23. Ishikawa rapporte un propos de Sakaguchi, qui aurait dit qu’il serait impoli envers Tamiya de lui décerner le prix24 ; Sakaguchi précise d’ailleurs que, même s’il ne s’agit pas d’un auteur à la mode, c’est un écrivain professionnel qui a publié de nombreux textes dans toutes les revues littéraires connues et qui en vit : le prix Akutagawa devant en principe distinguer un écrivain nouveau venu sur la scène littéraire, il ne pouvait, à son sens, lui être décerné. Mais il ajoute à ce commentaire général quelques lignes des plus révélatrices :

  • 25  Il s’agit bien sûr d’Umezaki Haruo, de Takeda Taijun et Dan Kazuo.
  • 26  Nihon kindai bungaku dai jiten [Grand Dictionnaire de Littérature moderne japonaise], 1984, op. ci (...)

Au moment où le prix Akutagawa a été ressuscité, il était entendu qu’on considérait comme écrivains confirmés, donc exclus du champ de sélection pour le prix, les auteurs jusqu’à Mishima compris. Mais si on devait donner le prix à Tamiya, il faudrait réintégrer dans les sélections non seulement Mishima, mais aussi Umezaki, Takeda ou même ce plus vieux renard encore qu’est Dan, voire moi-même25 ! Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Et la mission du prix Akutagawa tournée vers le futur, qui est de découvrir de nouveaux talents, serait définitivement compromise26.

33Nous indiquions plus haut que lorsque le prix renaît, en 1949, la littérature d’après-guerre avait déjà porté certains de ses plus beaux fruits. Le problème soulevé par Sakaguchi est précisément celui-là : que peut l’institution littéraire lorsqu’elle a, d’une certaine manière, raté le coche ? Lorsque la littérature s’est faite, lorsque certains noms se sont imposés avec une évidence que nul ne conteste sans l’aval de l’institution ? Ce n’est, à cet égard, certainement pas un hasard si le premier nom mentionné par Sakaguchi est celui de Mishima puisque la publication de Confession d’un masque ne remonte qu’à 1949. Mais la légitimation éditoriale, tant par le biais de la critique que par celui du soutien des lecteurs, a si bien fonctionné dans son cas qu’il est devenu une (jeune) figure de l’establishment littéraire, du bundan, sans avoir aucun besoin du prix. Les jurés du prix Akutagawa, autrement dit, savent qu’ils ont manqué une génération d’écrivains.

… ou comment faire du neuf sans vraiment le dire

34À l’occasion de ce 23e prix, les contradictions historiques inhérentes au rétablissement du prix sont devenues manifestes ; et c’est sans doute cela qui explique les choix faits par le jury pour les trois prix suivants.

  • 27  Ibid., p. 433.
  • 28  Ibid., p. 437.

35Le 24e prix, toujours en 1950, ne sera en effet pas décerné. Les commentaires des jurés sont assez laconiques ; il y a unanimité pour considérer qu’aucun texte ne mérite d’être distingué. « C’est un triste résultat », écrit Kishida27. Et Uno ajoute : « Comment se fait-il qu’aucun des textes sélectionnés n’apparaisse porteur de nouveauté ? À tous, je voudrais dire : encore un effort28 ! » Par rapport aux critères invoqués parfois par les jurés, il n’est pas certain que les textes sélectionnés à cette occasion aient été particulièrement médiocres ; mais sans doute le jury pressent-il que le prix doit savoir innover s’il ne veut pas demeurer simplement dans la répétition du passé et d’une littérature déjà éprouvée dont la fécondité est épuisée.

  • 29  Ibid., p. 446.
  • 30  Ibid., p. 449.
  • 31  Ibid., p. 442.

36Le 25e prix (1951) prouve a contrario cette préoccupation du jury, puisqu’il est attribué à Kabe (les Murs) d’Abe Kōbō, l’un des textes les plus radicaux dans la recherche de la nouveauté à avoir jamais été distingué. Funabashi y voit par exemple « le type même d’un roman nouveau29 ». Pourtant, aucun ne se montre vraiment enthousiaste ; beaucoup trouvent de nombreux défauts au roman (qui, selon le même Funabashi, aurait gagné à être nettement plus court), même s’ils sont plusieurs à reconnaître la maîtrise stylistique dont Abe fait preuve (Niwa, Satō, Takii). Cette relative tiédeur du jury explique le curieux assemblage de lauréats, car ce même 25e prix est attribué également à Haru no kusa (Herbes de printemps) d’Ishikawa Rikō, dont Uno dit qu’il est « vieillot » (kofū)30 ; Satō a ce commentaire féroce : « Herbes de printemps est un épigone du naturalisme31. » C’est alors dans les propos de Funabashi que se cache peut-être le fin mot de l’affaire :

  • 32  Ibid., p. 446.

Herbes de printemps n’offre aucun des traits insignes qui justifient le prix. C’est une œuvre banale, médiocre. Je l’ai relue, par acquit de conscience, une fois la décision prise : je maintiens que c’est une œuvre banale. Mais sans doute cet auteur sera-t-il amené à écrire prochainement de nombreux textes bien faits. Il réussira comme auteur typique de l’establishment [tenkeiteki na bundan sakka]. […] Même sans le prix, il était déjà, à bien des égards, institutionnel. Du coup, il ne ménage aucune surprise à ses lecteurs. Lui décerner le prix Akutagawa ne constitue pas vraiment une nouvelle32.

37Et c’est par conséquent en opposition à Herbes de printemps qu’il mentionne la nouveauté d’Abe.

  • 33  Ibid., p. 449.

38À simplement lire les commentaires attachés à ce 25e prix, on a du mal à saisir les motivations du jury. Mais sans doute, et une fois encore, le non-dit est-il aussi important que l’explicite. Pour comprendre ce qui est en jeu, il faut repartir de la modernité d’Abe, non seulement de son style, mais aussi de son univers romanesque. Or, de cette modernité, il n’est jamais question ; le contenu des Murs n’est évoqué que pour rappeler les influences de Kafka et d’autres, et pour rattacher l’auteur à des prédécesseurs illustres pour mieux le déprécier (ce que fait en particulier Uno, qui aligne les noms dont le prestige ne peut qu’écraser ce jeune auteur : Aldebert von Chamisso, Nicolas Gogol, Thomas Mann, Guy de Maupassant33). Le jury semble manquer du vocabulaire critique qui permettrait de mettre directement en perspective la nouveauté de ce texte. Mais, si les mots lui manquent, cela ne signifie pas qu’il n’a pas perçu cette nouveauté, et aucun ne conteste le choix collectif : il s’agit, cette fois, de ne pas manquer le coche quand il passe à proximité. Mais l’audace fait peur… Et Herbes de printemps, qui relate les tribulations au quotidien d’un employé de bureau et des « petites gens » qui l’entourent, permet en somme de contrebalancer un choix trop novateur et trop difficile à assumer. Le lecteur d’aujourd’hui, avec le recul, constatera que d’une certaine manière le jury ne s’est pas trompé : si Herbes de printemps rejoint la cohorte des prix Akutagawa oubliés, les Murs apparaissent bien comme l’une des œuvres marquantes de la première décennie de l’après-guerre.

Le prix en phase avec son temps

  • 34  Ibid., p. 453.

39On pourrait penser que le prix Akutagawa, en tant que vecteur de légitimation institutionnelle, a enfin rattrapé son temps en couronnant, même sans le dire, la nouveauté. Mais une dimension demeure encore inexplorée, dans le choix des Murs (et a fortiori d’Herbes de printemps) : la dimension historique, dans le sens d’une prise en compte de la contemporanéité. Cette actualité, c’est le 26e prix, en 1951, qui la met en exergue, lorsqu’il couronne Hotta Yoshie pour deux textes, le Traître (Kankan) et surtout la Solitude dans la place (Hiroba no kodoku). Si le Traître), qui met en scène une communauté cosmopolite de journalistes à Shanghai dans les jours et les semaines qui suivent la défaite, est en quelque sorte daté, la Solitude dans la place) joue franchement la carte de l’actualité. Le héros de ce texte est en effet un traducteur pigiste dans un journal qui se trouve pris dans les remous de la guerre de Corée et des purges anticommunistes. Comme l’indique Takii, « le style rapide, comme énervé, de la Solitude dans la place convient parfaitement à son sujet et à ses personnages égarés au milieu des frictions internationales confuses » ; le même Takii attire également l’attention sur la nouveauté sociologique de ces textes, qui mettent en scène des intellectuels34.

40Dans la Solitude dans la place se révèle incontestablement un ton très particulier, quelque chose que l’on serait tenté d’appeler une manière de saisir le monde. Mais ce n’est là qu’une autre façon de dire que l’histoire est présente dans ce texte, déterminante même dans tous les itinéraires. Ishikawa souligne cette caractéristique lorsqu’il écrit :

  • 35  Ibid., p. 457.

Par rapport aux autres textes de la sélection, celui-ci est très nouveau. Mais j’ai particulièrement apprécié le fait qu’il ne s’agisse pas d’une simple nouveauté technique due à la seule habileté de l’auteur : elle provient de sa sensibilité épidermique qui lui permet de pleinement capter son époque35.

41Cette sensibilité dont fait preuve Hotta est d’autant plus remarquable que les événements évoqués dans son texte correspondent aux premières manifestations de la guerre froide : il a donc su capter les prémices de ce qui allait être le paradigme historique de la seconde moitié du xxe siècle et en tirer un parti d’emblée romanesque.

42On comprend alors pourquoi ce 26e prix Akutagawa occupe une place particulière dans la littérature de l’après-guerre : il résout une aporie – l’incapacité de l’institution littéraire à aborder de front la question historique – au moment même où à une guerre passée s’en substitue une nouvelle. Avec, sans doute, un corollaire : parler de la Seconde Guerre mondiale est désormais obsolète. Il est significatif à cet égard que les jurés du prix Akutagawa ne parlent quasiment pas du Traître, qui ne semble avoir été associé à la Solitude dans la place que pour des considérations éditoriales (ce dernier texte était déjà paru sous forme de livre, alors que le prix est décerné en principe à des œuvres qui ne sont encore publiées que dans des revues). La nouveauté, et donc la preuve que le prix a un sens, c’est la Solitude dans la place qui la porte.

***

43Avec Abe puis Hotta, le prix Akutagawa réussit, pourrait-on dire, un rétablissement spectaculaire. Si les premiers prix décernés après guerre tentaient maladroitement de concilier des critères littéraires hérités de l’avant-guerre avec un certain air du temps, les compromis semblaient bancals comme le montre le peu d’enthousiasme des jurés eux-mêmes envers les textes qu’ils distinguent. Le prix ne peut alors jouer son rôle institutionnel, ce que prouve l’oubli dans lequel sont tombés la plupart de ces textes et leurs auteurs. Autrement dit, si le prix est formellement ressuscité en 1949, il demeure, dans les faits, inopérant. Ce n’est qu’en s’ouvrant véritablement à la nouveauté et à ce qui est contemporain qu’il peut affirmer son efficacité institutionnelle. L’après-guerre, en ce sens, se termine pour lui sur un certain échec puisqu’il n’aura pu distinguer aucun des grands textes portant sur cette période elle-même – et parce que la littérature, probablement, n’a pas besoin de lui. Tout se passe comme si la guerre et l’exigence de récit qu’elle suscite avaient elles-mêmes légitimé un certain nombre d’auteurs qui bénéficient dans l’urgence d’une reconnaissance immédiate, hors de tout protocole institutionnel. Il ne faut d’ailleurs pas arrêter à la fin des années 1940 la période où la guerre, en tant que telle, est traitée dans les textes : dans les années 1950 elle constitue même un champ thématique, mais sans que le prix Akutagawa s’en fasse le reflet ; là encore, l’institution passe à côté – ou passe à autre chose, à une autre contemporanéité.

44Dès le début de la décennie suivante, les comptes, en somme, sont soldés : le prix sera désormais effectivement décerné à ceux qui portent un nouvel élan de la littérature et qui deviendront des figures centrales du monde littéraire. Seront ainsi distingués : Gomi Yasusuke et Matsumoto Seichō en 1952 (28e prix), Yasuoka Shōtarō en 1953 (29e prix), Yoshiyuki Jun.nosuke, Kojima Nobuo et Shōno Junzō en 1954 (31e et 32e prix), Endō Shūsaku et Ishihara Shintarō en 1955 (33e et 34e prix). Rappelons aussi qu’en 1958, le 39e prix est attribué à un très jeune romancier qui fera la carrière que l’on sait : Ōe Kenzaburō. Fait significatif, une appellation commune lie plusieurs de ces lauréats (Yoshiyuki, Yasuoka, Kojima, Shōno, Endō) : on parle cette fois de daisan no shinjin, les « nouveaux venus de la troisième vague) ». Si les deux premières vagues faisaient référence à l’après-guerre, cette troisième vague n’est plus, dans le regard que les critiques et les médias portent sur eux, associée à la guerre ou à l’après-guerre, mais à un Japon en reconstruction, porté par la prospérité due à la guerre de Corée. La guerre n’est donc plus considérée comme un facteur littéraire déterminant.

45Le fait même que le prix joue ainsi pleinement son rôle d’instance légitimante laisse finalement penser que dans le domaine littéraire l’après-guerre, en termes de perturbation institutionnelle, est désormais terminé. Du point de vue d’une histoire des institutions littéraires, on dira donc que c’est son impuissance même qui fait dans la fin des années 1940 l’intérêt du prix Akutagawa. Pendant toutes les années 1950, lorsque la prospérité littéraire accompagne le décollage économique, l’institution fonctionnera à la satisfaction générale. La crise est passée, au moins pour quelques décennies.

Notes

1  Le prix est décerné deux fois par an, en juillet pour distinguer des textes parus dans les numéros de janvier à juin des revues littéraires, en janvier pour les textes parus au second semestre.

2  Littéralement « la porte de montée des dragons ». Ryūmon (en chinois : lóngmén shíkū) est une zone de rapides sur le fleuve Jaune. On dit que les carpes se massaient en aval de ses rapides, incapables de les franchir, mais celles qui parvenaient à les remonter devenaient des dragons. Le dictionnaire Standard donne comme exemple pour Tōryūmon « Akutagawashō wa bundan e no tōryūmon da », avec la traduction : « Le prix Akutagawa assure un brillant avenir à un écrivain. » Ou comment les clichés s’exportent.

3  Cité par Hirano Ken, 1963, Shōwa bungaku shi [Histoire de la littérature de Shōwa], Tōkyō : Chikuma shobō, coll. « Chikuma sōsho », (rééd. 1988), p. 258.

4  Même si ces derniers temps le nombre se réduit : les deux derniers prix ont été choisis au milieu d’une sélection de cinq textes.

5  Liste publiée dans le numéro de juin 1946 de la revue Shin nihon bungaku ; voir Ogikubo Yasuyuki, 1970, « Bungakusha no sensō sekinin ronsō » [La controverse sur la responsabilité de guerre des gens de lettres], Kokubungaku kaishaku to kanshō, Tōkyō : Shibundō, p. 100.

6  Ibid., p. 99.

7  Au point qu’ils peuvent ne pas même figurer dans un dictionnaire de littérature comme celui publié par la maison d’édition Kadokawa : Miyoshi Yukio, Yamamoto Kenkichi, Yoshida Seiichi (dir.), 1987, Nihon bungakushi jiten kin gendai hen [Dictionnaire de l’histoire de la littérature japonaise : époques moderne et contemporaine], Tōkyō.

8  Voir les commentaires sur le 21e prix Akutagawa : Akutagawashō zenshū [Œuvres complètes d'Akutagawa Ryūnosuke], 1972, Tōkyō : Bungei shunjū, tome IV, p. 407.

9  Ibid., p. 398.

10  Il s’agit sans doute d’un lapsus car ces jurés sont neuf.

11  Akutagawashō zenshū [Œuvres complètes d'Akutagawa Ryūnosuke], op. cit., p. 400 et 404.

12  Ibid., p. 400.

13  Ibid., p. 396.

14  Ibid., p. 398.

15  Ibid., p. 412.

16  En suivant la présentation que fait de ces textes Takii Kōsaku dans ses commentaires, Akutagawashō zenshū [Œuvres complètes d'Akutagawa Ryūnosuke], op. cit., p. 410.

17  Niwa Fumio, féroce, parle d’un « parfait échantillon de roman bien fait », ibid., p. 415.

18  Ibid., p. 424.

19  Ibid., p. 428.

20 Kawamura Minato, 1990, Ikyō no Shōwa bungaku – <Manshū> to kindai Nihon [La littérature de l’ère Shōwa en terre étrangère : la « Mandchourie » et le Japon moderne], Tōkyō : Iwanami shinsho, p. 142.

21  La nouvelle tire son titre du nom de l’un des protagonistes.

22  Voir par exemple la notice consacrée à Tada Yūkei dans Nihon kindai bungaku dai jiten [Grand Dictionnaire de Littérature moderne japonaise], 1984, Tōkyō : Kōdansha, p. 892.

23  Ibid., p. 423.

24  Ibid., p. 421.

25  Il s’agit bien sûr d’Umezaki Haruo, de Takeda Taijun et Dan Kazuo.

26  Nihon kindai bungaku dai jiten [Grand Dictionnaire de Littérature moderne japonaise], 1984, op. cit., p. 425.

27  Ibid., p. 433.

28  Ibid., p. 437.

29  Ibid., p. 446.

30  Ibid., p. 449.

31  Ibid., p. 442.

32  Ibid., p. 446.

33  Ibid., p. 449.

34  Ibid., p. 453.

35  Ibid., p. 457.

Auteur

CEJ/Inalco