Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

5. Des expériences complexes : la société sur le chemin de la démocratie

L’après-guerre pour le syndicalisme ouvrier et les mouvements contre la pollution industrielle

The Postwar for Workers’ Unionism and Movements against Industrial Pollution

Paul Jobin

Résumé

À travers des cas contrastés, à Kawasaki et Minamata, ce chapitre analyse la façon dont la mémoire de la Seconde Guerre mondiale s’est inscrite dans le syndicalisme et les mouvements de lutte contre la pollution industrielle. En contraste avec la relative amnésie de certains acteurs, à Minamata, il y a eu une plongée délibérée dans les pages les plus noires de cette mémoire collective. Et ce processus a contribué à approfondir le sens de la lutte contre les maladies industrielles.

Through contrasted cases in Kawasaki and Minamata, this chapter analyses how the memory of the Second World War fitted in with unionism and the movements of struggle against industrial pollution. Whereas some actors appear to have been struck by some kind of amnesia, in Minamata, by contrast, there was a deliberate immersion in the darkest pages of this collective memory, and this process has contributed to deepen the sense of the struggle against industrial diseases.

本稿は川崎と水俣の対照的な事例を通じ、第二次世界大戦の記憶が戦後の労働災害や産業公害の争議にとどのように影響したかを分析するものである。戦争の忘却は一般的な現象だが、1970代水俣病闘争ではチッソ第一組合が戦前の自分たちの植民地経験や戦争責任など、日本の最も暗い歴史と向き合ったこともあった。そしてベトナム戦争の反戦運動に参加した労働者は、1990代に入って様々な差別と労災職業病に悩む外国人労働者と出会いながら、韓国人等が請求してきた戦後補償の要求も積極的に支援した。

Texte intégral

  • 1  Voir dans le même volume l’article de Brice Fauconnier.

1Le lendemain de la Seconde Guerre mondiale marque un changement radical dans l’histoire du syndicalisme et du mouvement ouvrier au Japon avec l’introduction par le SCAP du modèle américain du syndicat d’entreprise (union shop/kigyō kumiai). Bien qu’il soit depuis le début des années 1990 de plus en plus fragilisé par la baisse du taux de syndicalisation et remis en question par de nouvelles formes d’organisations syndicales comme les community unions (fondées sur des réseaux d’associations locales), le syndicat d’entreprise représente encore actuellement l’atome du syndicalisme au Japon. Sur ce point, le syndicalisme japonais se situe encore dans l’après-guerre. Mais si l’on songe aux « purges rouges » contre les militants communistes1, on peut dire que le syndicalisme japonais fut très vite impliqué dans une nouvelle guerre d’envergure internationale, celle de la guerre froide. Celle-ci se traduisit de manière encore plus intense lorsque la confédération syndicale Sōhyō, principal soutien du parti socialiste, reprit le flambeau des revendications ouvrières au début des années 1950. L’échec de la grève des mineurs de Miike en 1960, qui représente un échec irréversible pour la Sōhyō, s’inscrit par ailleurs dans le contexte du mouvement d’opposition au Traité de sécurité nippo-américain dont les arguments pacifistes se référèrent directement à la Seconde Guerre mondiale.

  • 2  La mobilisation, à l’époque Meiji, des paysans victimes des rejets de la mine de cuivre d’ (...)
  • 3  Mouvement étudiant, mouvement contre la guerre du Vietnam, nouvelle lutte contre l’Anpo, p (...)

2En ce qui concerne les mouvements de citoyens contre la pollution, à l’instar du mouvement ouvrier, ils ont de nombreux antécédents avant guerre, y compris avant la Première Guerre mondiale2. Mais c’est surtout après guerre, en particulier à la fin des années 1960, dans le contexte de Haute Croissance et d’effervescence sociale3 que s’organisent les mouvements de citoyens pour l’indemnisation des victimes de pollution industrielle. Les symboles que sont devenus la maladie de Minamata, l’asthme de Yokkaichi, la maladie itai itai, l’infection de l’huile Kanemi et du lait Morinaga ont souvent été vécus par les protagonistes de ces mouvements comme de véritables « guerres contre la pollution », comme si leur vocabulaire empruntait plus au souvenir des destructions de la Seconde Guerre mondiale qu’à des revendications ordinaires du mouvement ouvrier. Dans cet article, nous verrons deux exemples très contrastés – à Kawasaki et Minamata – de la façon dont cette mémoire de la Seconde Guerre mondiale s’est inscrite dans le syndicalisme et les mouvements de lutte contre la pollution industrielle. À la relative amnésie qui semble frapper les acteurs de Kawasaki, à Minamata au contraire, on assiste, dès le début des années 1970, à une plongée délibérée dans les aspects les plus difficilement accessibles de cette mémoire collective ; ce processus permet même d’approfondir le sens de la lutte contre les maladies industrielles.

3À partir du début des années 1970, les comités initiés par la Sōhyō de « jeunes ouvriers contre la guerre » (Hansen seinen iinkai) participèrent activement, voire violemment, aux manifestations contre la guerre du Vietnam. Même si leur réflexion se limita souvent à une rhétorique gauchiste sur les « agressions de l’impérialisme japonais en Asie », elle eut le mérite d’ouvrir le débat sur la Seconde Guerre mondiale dans les milieux populaires. Certains de ces jeunes ouvriers s’impliquèrent ensuite, à partir du milieu des années 1980, dans la création des community unions, de nouvelles formes de syndicats qui rompaient avec la logique corporatiste des syndicats d’entreprises. À partir des années 1990, ces militants syndicaux « soixante-huitards » ont pris une part active dans la défense des « travailleurs étrangers » (gaikokujin rōdōsha) ainsi que dans les demandes de réparation des victimes de l’armée impériale japonaise : les anciennes « femmes de réconfort » et les rescapés du travail forcé.

Pour les ouvriers comme pour les soldats, la santé était « prioritaire »

  • 4  Je reprendrai ici des passages de notre ouvrage Maladies industrielles et reno (...)
  • 5  Parmi lesquelles Shōwa Denkō (également responsable de la maladie de Minamata à Niigata) (...)

4En 19824, après maintes tentatives de négociation avec les entreprises, et déçu par le faible engagement de la coalition de gauche élue à la mairie de Kawasaki en 1971, un mouvement de citoyens sous la houlette du Parti communiste intente un procès aux plus grandes entreprises de la zone industrielle Keihin, responsables d’une pollution atmosphérique affectant des milliers de personnes. Les douze entreprises accusées sont l’usine sidérurgique de Nihon Kōkan/NKK, la centrale électrique de Tōkyō Denryōku (Tōden ou Tepco), ainsi que onze raffineries et usines pétrochimiques5. L’État est également mis en cause puisque les deux autres accusés sont le MITI, tenu pour responsable de la politique de développement industriel et du recul des standards de prévention de la pollution, et la société des autoroutes de la ville. Les plaignants réclament l’application du « principe pollueur/payeur » adopté à la première conférence de l’ONU sur l’environnement (à Stockholm, en 1972). Cette première plainte sera suivie de trois autres, en 1983, 1985 et 1988. Le procès se terminera en 1994 par une conciliation (wakai) avec les douze entreprises, mais se poursuivra jusqu’en 1998 contre la société des autoroutes de la ville. En 1994, le tribunal de Kawasaki prononce une sentence (hanketsu) en faveur des plaignants, obligeant les entreprises à verser les indemnités réclamées et à présenter leurs excuses. Mais les douze entreprises décident de faire appel. Il faudra attendre le 25 décembre 1996 pour que le procès se termine avec les excuses (shazai) des entreprises, ainsi que trois milliards de yens d’indemnités. Le procès se poursuivra cependant contre l’État jusqu’en mai 1999. Dans ces quatre plaintes, sur les 416 plaignants, 22 sont d’anciens employés des entreprises accusées dont 20 ont travaillé pour les aciéries de Nihon Kōkan (NKK), la principale responsable.

  • 6  Après l’échec des dernières grèves de 1957 et 1959 qui furent menées par la fédération d (...)

5Leur position délicate de « pollué » et de « pollueur » mérite en soi un examen particulier. De plus, comment des ouvriers d’une entreprise dominée par le « coopérationnisme » syndical6 ont-ils pu adhérer à un mouvement de contestation radicale de la logique productiviste de NKK ? Quatre d’entre eux avaient même atteint un poste relativement élevé, où il était encore plus difficile d’éviter une soumission totale à la ligne « coopérationniste ». Leur engagement dans le procès est d’autant plus étonnant qu’il est déjà fort difficile d’obtenir le statut de « malade pollué » pour les habitants de Kawasaki. C’est le cas, même sans être employé de NKK, et cela en raison précisément de l’influence de NKK sur toute la ville, spécialement sur les quartiers ouvriers du sud. Déposer une demande de reconnaissance, c’est manifester son désaccord envers l’entreprise et prendre le risque d’être étiqueté comme « communiste », le procès étant effectivement organisé par des avocats proches du Parti communiste japonais (PCJ). À l’exception d’un seul, tous ces ouvriers « pollueurs pollués » ont quitté leur campagne pour venir travailler à Kawasaki, avant la guerre ou juste après. Dans le procès, ils témoignent contre l’entreprise NKK qui a détruit leur santé, mais leur propos trahit aussi un sentiment de gratitude envers cette même entreprise qui leur a fourni un travail et offert les nombreux avantages d’un système paternaliste (logement ouvrier relativement confortable pour l’époque, ou shataku en japonais, accès gratuit à l’hôpital de l’entreprise, crèches et jardins d’enfants, salle de judo, bons d’achat, etc.). Ils sont ainsi partagés entre amertume et gratitude.

  • 7  Nihon Kōkan Kabushiki kaisha [NKK], 1942, Nihon Kōkan Kabushiki kaisha san jū nen shi [T (...)

6Tant les dossiers préparatoires des avocats que les minutes du procès comportent des passages pour le moins surprenants en ce qui concerne la façon dont ces hommes traversèrent la Seconde Guerre mondiale. Certains ont été rappelés aux aciéries de NKK pour participer à l’effort de guerre en tant qu’ouvriers ; leurs parcours individuels rappellent ainsi que l’acier était un des principaux nerfs de la guerre : comme l’espéraient un grand nombre d’industriels, la guerre contre la Chine à partir de 1937 relança la production, et notamment celle de l’acier dont la demande sera continue jusqu’à la défaite en 19457. Ainsi K. R., qui était entré à l’aciérie de Watarida (Kawasaki) en 1936, fut envoyé en Mandchourie en 1938, mais il revint à Kawasaki en 1941 pour reprendre son travail à l’aciérie. S. T. fut mobilisé en 1937 pour travailler au chantier naval de Yokosuka, mais, en juin 1939, il fut affecté aux aciéries NKK de la zone Keihin.

7Au lendemain de la défaite, en 1945, et jusqu’à la fin des années quarante, la production des aciéries est retombée à un niveau très inférieur à celui d’avant-guerre, à la suite des bombardements et de la pénurie de minerai. Certains ouvriers doivent attendre que la production reprenne pour réintégrer les aciéries ; plusieurs transitent par leur campagne d’origine où ils aident aux tâches agricoles ; d’autres ont été faits prisonniers et ne rentreront qu’en 1947.

  • 8  Archives du procès, descriptif du plaignant 1‑8, p. 65‑67.

8Alors qu’il était employé à NKK depuis 1939, K. S. fut mobilisé en 1941 pour partir en Mandchourie puis en Asie du Sud-Est ; il ne revint qu’en mai 1946 : « À l’époque, seules les personnes en excellente santé pouvaient être recrutées par NKK. Ce qui prouve que le plaignant avait alors une santé robuste. À l’armée, hormis la malaria, il n’a pas été malade8. » Lors de l’interrogatoire au procès, son avocat lui demande de préciser à nouveau :

9

– Pour entrer à NKK, il y avait un examen de santé, n’est-ce pas ?

10

– Oui.

11

– En général, était-il sévère ou plutôt facile ?

12

– Très sévère, je pense.

13

– Ce qui signifie qu’on prenait uniquement les gens en très bonne santé ?

14

– Oui, on raconte que ceux qui revenaient sains et saufs de l’armée étaient pris parce qu’ils correspondaient au profil requis.

15

– Vous aussi avez été soldat, n’est-ce pas ?

16

– Oui.

17

– Quel a été le résultat de l’examen médical à l’armée ?

18

– Excellent.

19

– En quelle année êtes-vous entré à l’armée ?

20

– En mars 1941.

21

– Où avez-vous été envoyé ?

22

– En Mandchourie, et puis dans le Sud, à Saigon.

23

– Vous avez donc été dans un endroit très froid et un endroit très chaud, n’est-ce pas ?

24

– Oui.

25

– Avez-vous été malade durant cette période ?

26

– Dans le Sud, j’ai eu la malaria.

27

– Et à part cela ?

28

  • 9  Interrogatoire du plaignant 1‑8, minutes 18‑24, p. 2‑3.

– Rien9.

  • 10  Descriptif du plaignant 2‑7, p. 49.

29Dans leur effort pour démontrer que le plaignant n’a jamais eu de prédisposition asthmatique ou bronchitique, les avocats des plaignants en arrivent malgré eux à faire l’apologie du corps robuste du soldat et de l’ouvrier. De la même façon, l’avocat de NKK tente bien de « chercher la petite bête » autour de la malaria, mais sans remettre en cause le principe du raisonnement : un bon ouvrier est comme un bon soldat, s’il est engagé et s’il survit à la guerre, c’est qu’il est robuste. Le caractère répétitif de ces précautions et des arguties contraires aboutit parfois à des propos à la limite de l’absurde. M. K. a été mobilisé entre 1940 et 1945 pour servir dans les bombardiers outre-mer (gaichi). Son avocat ne précise pas où il s’est rendu, mais il prend soin d’ajouter qu’étant engagé dans les bombardiers, « ce n’était pas un environnement susceptible d’avoir des conséquences néfastes sur la santé10 ».

  • 11  Descriptif du plaignant 1‑8, p. 158.
  • 12  Descriptif du plaignant 3‑99, p. 797.

30L’insistance des avocats concernant la bonne santé de leurs plaignants pendant la guerre indique une correspondance étroite entre le contrôle du corps des ouvriers et celui des soldats. T. N. fut envoyé en Corée en 1937 puis en Mandchourie en 1941. Entre la Corée et la Mandchourie, il fut affecté à l’usine NKK à Kawasaki pendant un an, en 1940. Là encore, le descriptif rédigé par son avocat prend soin de préciser que « durant toute la période de la guerre, il était toujours en bonne santé11 ». Pendant la guerre, K. C. travaillait dans une petite entreprise de métallurgie du sud de Tōkyō, dans l’arrondissement d’Ota, limitrophe de la zone Keihin. Comme si cela n’était pas suffisant pour montrer sa bonne santé et son patriotisme, son avocat ajoute : « Durant cette période de la guerre, il fut mobilisé par deux fois comme soldat, ce qui montre qu’il avait alors une santé robuste12. »

  • 13  NKK, Nihon Kōkan Kabushiki kaisha sanjū nen shi [Trente ans d’histoire de NKK], op. cit.

31L’album commémoratif publié par la firme en 194213 s’ouvre sur les dix préceptes édictés par le président Shiraishi Genjirō et dont les deux premiers sont justement : « priorité à la santé » (kenkō daiichi), et « ne pas tomber malade, ne pas vieillir » (fubyō furō). Les deux principes ultimes étant « prospérité de l’entreprise » (shagyō shinkō) et « servir la nation » (kokka hōshi). La santé est alors effectivement une préoccupation essentielle de la firme qui se targue d’avoir construit plusieurs institutions médicales de haut niveau : l’hôpital Nihon Kōkan Asano (du nom du fondateur Asano Sōichirō), puis l’hôpital Nihon Kōkan, ainsi qu’un « centre de recherche de médecine préventive » (yobō igaku kenkyūjo) dont on peut voir des photographies dans l’album. D’autres photographies plus édifiantes encore montrent fièrement des ouvriers à l’entraînement de judo et de kendo dans un superbe dojo, ou bien encore frappant d’un pas cadencé au marteau pour s’entraîner à leur future tâche d’ouvriers sidérurgistes. Sur une autre page, on peut voir le passage en revue de soldats de réserve qui sont mobilisés ; il s’agit probablement des ouvriers de NKK, puisque cette photographie est alignée sur le même plan que celle du réfectoire du vestiaire des ouvriers. De leur côté, les femmes se chargent d’embellir le foyer, s’entraînent au port du kimono de cérémonie, ou encore, très souriantes, choisissent des tissus dans le grand magasin de la firme réservé aux familles des employés, précieux privilège en temps de rationnement. Figurent aussi les logements ouvriers, des maisons en bois toutes alignées à l’identique, et comportant chacune des pièces en tatami. Enfin, deux photographies présentent des avions de chasse offerts par la firme pour l’effort de guerre.

  • 14  Andrew Gordon, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan, op. cit., (...)

32L’ensemble de ces photographies donne l’impression d’une vie calme, bien ordonnée, d’une hygiène et d’une propreté irréprochables. Le contrôle de la bonne santé des ouvriers et des soldats y est présenté comme un facteur essentiel pour la victoire sur l’ennemi. La création de l’hôpital et les préceptes hygiénistes du président camouflaient cependant la sévérité des conditions de travail dans les aciéries. Comme Andrew Gordon l’a recueilli auprès d’anciens ouvriers de NKK, les ouvriers qualifiés devaient, à l’aide de pinces en métal, transporter en même temps deux barres d’acier de plus de vingt kilos chacune, pour les introduire dans le laminoir. Cet exercice difficile réclamait beaucoup d’attention et d’endurance physique. Tous les ouvriers qui ont connu les aciéries de NKK dans les années 1940 ont gardé le souvenir d’un travail extrêmement pénible14. Le travail du fer et de l’acier est resté aussi éreintant que dangereux après guerre. Les ouvriers travaillaient six jours par semaine, huit heures par jour, plus deux heures de travail supplémentaires considérées comme normales. Gordon estime que ces conditions de travail très dures dans les années 1940‑1950 se sont améliorées à partir des années 1960. L’entretien que j’ai pu moi-même avoir avec un « survivant » de cette époque et les dossiers des autres ouvriers de NKK devenus plaignants du procès vont dans le même sens.

33Pourtant, dans les présentations des plaignants rédigées par les avocats, seuls trois ouvriers sur vingt décrivent la densité des poussières dans laquelle ils travaillaient à l’usine sidérurgique de NKK. Pour les autres, les avocats ont plutôt tendance à écarter la possibilité que le lieu de travail soit la cause de la maladie. Si l’origine professionnelle de leur pathologie n’est pas mise en avant, c’est probablement parce que cela risquerait de changer le motif d’inculpation en demande de reconnaissance pour maladie professionnelle, ce qui fractionnerait le procès en de multiples plaintes beaucoup moins médiatiques qu’un « grand procès contre la pollution ». Si on ne peut nier l’efficacité de l’organisation du PCJ et le courage de nombreux militants, en particulier de ceux qui étaient dans les entreprises accusées ou dans l’administration de l’État, les procès contre la pollution semblent avoir été subordonnés à la propagande électorale, voire à des intérêts financiers pour le parti. Tout en faisant écho au « principe pollueur/payeur », la logique sous-jacente néglige d’autres aspects du problème.

À Minamata, une prise de conscience

  • 15  Gōka rōren shin Nitchitsu rōdō kumiai [Fédération des syndicats de la chimie, Syndicat (...)
  • 16  Ibid., p. 19‑32.
  • 17  Outre différents avantages en nature, les employés étant payés au mois, ta (...)

34Entre le mépris des accidents du travail et des maladies professionnelles, à l’intérieur de l’usine, et la destruction de l’environnement, à l’extérieur, il y a une similitude fondamentale. Celle-ci fut mise en évidence de manière inattendue lorsque, en mars 1972, huit ouvriers du premier syndicat de Chisso vinrent témoigner à la barre du tribunal de Kumamoto, à l’occasion du premier procès intenté par les victimes de la maladie de Minamata contre la firme. Leur intervention contribua de manière décisive à prouver l’ampleur de la faute, en montrant notamment comment la direction de l’usine était allée jusqu’à fabriquer un filtre factice pour continuer à déverser le mercure jusqu’en 196815. Cette révélation eut une influence décisive sur la sentence prononcée contre Chisso un an plus tard, en 1973. Mais ces deux journées de procès représentèrent aussi une occasion unique pour les ouvriers engagés au côté des victimes de la maladie de Minamata de relire toute leur histoire et, avec elle, celle de la firme Chisso. À l’opposé de cette sorte d’amnésie qui, dans le procès de Kawasaki, semblait frapper plaignants et avocats des deux parties, la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et de la période coloniale est ici délibérément mise en avant ; en particulier dans le témoignage de Kama Kinsaku qui travailla dans l’usine que Chisso (qui s’appelait alors Nitchitsu) possédait en Corée jusqu’à la défaite en 1945. Répondant principalement aux questions d’un des avocats des plaignants, son témoignage montre avec précision comment la discrimination était une politique volontaire de Chisso en Corée, et comment elle s’est poursuivie après la guerre à Minamata16. Diplômé du collège de Minamata, et alors qu’il travaillait à Tōkyō, en 1935, à l’âge de 20 ans, Kama rejoint son frère aîné à l’usine Chisso de Hungnam (Kōnan en japonais). Comme il l’explique, la Corée offrait alors des chances de promotion plus rapides que la métropole (naichi). Selon son souvenir, sur une présence de dix Coréens pour un ou deux Japonais, la grande partie des ouvriers coréens était des jeunes de 14 à 18 ans. Sur le plan hiérarchique, la distinction majeure était d’abord entre employés (shain) et ouvriers (kōin)17, mais, à sa connaissance, aucun Coréen n’est jamais devenu employé, seul un Coréen était parvenu au rang de chef d’équipe, et dépasser le stade d’apprenti prenait deux à trois fois plus de temps pour un Coréen que pour un Japonais. Outre cette discrimination dans les qualifications, les salaires étaient nettement plus faibles pour les ouvriers coréens : à âge égal et niveau scolaire équivalent, ils atteignaient à peine le tiers de leurs homologues japonais, soit 50 à 60 sen par jour pour un apprenti. Sur cette base, le bonus était évidemment lui aussi beaucoup plus bas. Un tel salaire permettait tout juste de ne pas mourir de faim. S’il existait pour les ouvriers japonais des logements relativement spacieux et bien chauffés par un système à la vapeur, les Coréens n’y avaient pratiquement pas accès ; au mieux pouvaient-ils espérer, après maintes soumissions, obtenir une maison en torchis, à la limite du baraquement, chauffée par un ondol rudimentaire. À cela s’ajoutaient coups et injures :

35

– Tout à l’heure, vous avez parlé d’une attitude autoritaire…

36

37– Oui.

38

– En quoi cela consistait-il ?

39

40– Dire que c’était extrêmement autoritaire serait faible. Par exemple, lorsqu’ils n’écoutaient pas, lorsque les Coréens que nous utilisions n’écoutaient pas ce qu’on leur disait, c’est-à-dire lorsqu’ils se plaignaient, nous avions alors une attitude extrêmement violente, impensable aujourd’hui ; nous les tabassions.

41

– Vous les tabassiez s’ils se plaignaient ?

42

43– Oui. On les tabassait. Lorsqu’ils n’écoutaient pas, on les tabassait. Et parfois, on leur disait même que ce n’était pas la peine de revenir le lendemain. Oui, ça se passait vraiment comme ça. Et moi je le faisais aussi.

44

– Et lorsque vous frappiez, ne s’opposaient-ils pas ?

45

46– À cet atelier, moi je n’en ai pas fait l’expérience.

47

– Il n’y avait pas de résistance à l’atelier ?

48

49– Non. Par contre je me souviens que trois fois, en rentrant du travail au milieu de la nuit, j’ai été roué de coups par leurs copains.

50

– Donc, cela signifie qu’en temps ordinaire, il était normal que les Japonais frappent les Coréens, que cela était fréquent ; on peut le comprendre ainsi ?

51

  • 18 Gōka rōren shin Nitchitsu rōdō kumiai, Minamatabyō saiban ni okeru Minamata kōjō daii (...)

52– Oui. C’est bien cela. […] Je me souviens que si on le faisait, c’était pour être bien évalués, comme quelqu’un de capable, pour que le salaire et la position progressent ; cela avait des conséquences extrêmement positives18.

53Interrogé ensuite sur l’état d’esprit général à l’égard des Coréens, Kama parle du « complexe de supériorité » qui incitait à les nommer des yobo (traînards), de la même façon que les Chinois étaient nommés chankoro (« petits trucs » ; par jeu de mots avec zhongguoren). Ne pas se conformer à cet « usage » langagier, tout comme ne pas frapper les ouvriers coréens, risquait d’être considéré comme l’expression d’une faiblesse et d’une incapacité à diriger.

54À la fin de la guerre, la plupart des employés japonais de l’usine de Kōnan rejoignent l’usine de Minamata. Loin d’amender l’état d’esprit qui était le leur en Corée, ils le transposent dans ce nouveau contexte. Jusqu’au début des années 1960, Kama doit expliquer aux jeunes diplômés qui intègrent l’entreprise pour encadrer les ouvriers de base que « l’esprit pionnier » (kaitaku seishin) de Chisso, qui avait permis de développer des usines de Corée jusqu’en Chine, repose sur trois piliers : les bas salaires, le pouvoir de coercition, et la discrimination. Kama précise que de telles instructions provoquaient d’abord des rires et une indignation moqueuse de la part de ces jeunes éduqués dans l’esprit de la « démocratie d’après-guerre » (sengo minshushugi).

55À partir de 1951, Kama travaille au département de chlorure de vinyle (CVM), le fleuron du nouvel essor de Chisso dans l’immédiat après-guerre. Portant toute son attention à répondre aux commandes qui affluaient, la direction négligeait à tel point les questions de sécurité que, malgré le caractère extrêmement inflammable du CVM, la production d’hydrochlore nécessitant une combustion d’environ mille degrés était réalisée au sein même du département. À de nombreuses reprises, Kama et ses collègues avaient prévenu leurs supérieurs des risques très sérieux d’explosion. Et ce qui devait arriver arriva : en 1961, une explosion tue quatre des leurs. Tandis que le contremaître et un responsable d’équipe subirent des pénalités de salaires en guise de sanctions, le principal responsable, le cadre en charge de cette section, non seulement ne reçut aucune sanction, mais contre toute logique, moins d’un an après, fut promu directeur adjoint du département. Lors du conflit qui opposa le syndicat de Shin‑Nitchitsu à la direction, de juillet 1962 à février 1963, alors qu’il participait aux piquets de grève devant la porte de l’usine, Kama prit vivement ce dernier à partie. Il le somma d’expliquer pourquoi, au lieu de donner sa démission, il avait reçu une telle promotion ; il posa la même question au directeur de l’usine qui répondit avoir effectivement adressé sa démission au siège. Rien ne permet de le confirmer ; en revanche, tout porte à croire que la sécurité et la protection du personnel n’étaient pas des critères pertinents de gestion des carrières du personnel de maîtrise et d’encadrement. Pour preuve, Kama raconte alors l’effarement qui fut le sien et celui de ses camarades de travail, lorsqu’un des leurs eut les doigts brûlés par un produit extrêmement inflammable pour lequel ils n’avaient reçu aucune formation spécifique.

56Ce témoignage ainsi que les sept autres laissèrent une forte impression sur les plaignants victimes de la maladie de Minamata présents aux audiences. Tant par le ton que le contenu, le contraste est saisissant avec les minutes du procès de Kawasaki citées plus haut. À Kawasaki, avocats et plaignants ont évité soigneusement de considérer la violence infligée par l’armée et l’appareil militaro-industriel du Japon sur ses voisins asiatiques. Cette amnésie s’accompagnait d’un aveuglement plus ou moins volontaire sur la dimension professionnelle des pathologies développées par les plaignants. Dans les témoignages des ouvriers de Minamata, on observe le contraire : une volonté de clarifier la période coloniale et la Seconde Guerre mondiale pour parvenir à identifier la politique de l’entreprise en matière de « gestion des ressources humaines ». La mémoire de la guerre surgit ainsi de façon récurrente comme un révélateur de la violence d’une certaine forme d’industrialisation. En leur permettant de dépasser leur propre honte, ce retour sur l’histoire suscita une indignation plus radicale chez les « pollueurs pollués » qu’étaient les ouvriers de l’usine de Minamata.

Les jeunes ouvriers « contre la guerre »

57À partir du début des années 1970, une nouvelle génération d’ouvriers s’attaque à des questions sociétales qui restaient jusqu’alors confinées aux intellectuels. Contrairement à la majorité des ouvriers de la génération précédente qui se sont pliés à la ligne coopérationniste, ces jeunes ont une conscience politique et une ouverture sur le reste du monde qui les conduisent à chercher un lien avec leurs problèmes au sein de l’usine : le mouvement contre la pollution industrielle et la guerre du Vietnam seront au cœur de leur engagement. Ils participent ainsi aux comités des jeunes contre la guerre (Hansen seinen iinkai) dont la confédération syndicale Sōhyō et le Parti socialiste avaient encouragé la création en août 1965 pour relancer l’opposition au Traité de sécurité nippo-américain alors que les États-Unis s’engageaient dans le conflit vietnamien. Parallèlement aux manifestations contre la guerre du Vietnam, il faut aussi mentionner la question de la rétrocession d’Okinawa sans arme atomique (et, dans l’esprit des militants, autant que possible sans base militaire américaine), la lutte des paysans de Sanrizuka, et le mouvement de contestation qui anime les campus universitaires. Si ce dernier se limita souvent à un brouhaha de joutes gauchistes dont l’issue tragi-comique porterait un coup terrible à toute la gauche japonaise, il y eut aussi des initiatives qui laisseront de meilleurs souvenirs à leurs acteurs, comme « les forums autonomes sur la pollution » organisés par Ui Jun à l’université de Tōkyō, ou encore les grèves d’étudiants salariés pour maintenir les cours du soir ou la défense d’étudiants étrangers.

  • 19  La raffinerie de pétrole Zeneraru Sekiyū Seisei est un joint-venture entre Zeneraru Buss (...)
  • 20 Kamata Satoshi, 1974, Rōdō genba no hanran [La révolte sur le lieu de travail], Tōkyō : (...)
  • 21  Betonamu ni heiwa o ! shimin rengō [Ligue citoyenne pour la paix au Vietnam].
  • 22  Thomas Havens, 1987, Fire Across the Sea: the Vietnam War and Japan 1965‑1975, Princeton (...)

58Au milieu de cette effervescence protestataire, à Kawasaki, de jeunes ouvriers de la raffinerie Zeneseki19 ont d’abord revendiqué auprès de la direction une augmentation du personnel de maintenance pour que soient évitées les explosions qui se produisaient fréquemment dans l’usine, avant de s’interroger sur la responsabilité de leurs firmes dans la guerre du Vietnam. En se mobilisant à la fois contre les accidents du travail, contre la pollution atmosphérique et contre cette guerre, les jeunes ouvriers de Kawasaki dénoncent l’hypocrisie d’une manipulation lexicale : « les marchands de canons » qui mettent de l’huile sur le feu vietnamien prônent l’harmonie sociale au Japon. Les syndicats se sont soumis à ce consensus : les conflits de « moindre intensité » que constituent les grèves ou même des négociations « serrées » sont considérés obsolètes20. Vingt ans après la guerre de Corée, la guerre du Vietnam offre en effet au Japon de nouveaux débouchés pour son industrie. Mais cette fois, le contexte sociopolitique est très différent et les manifestations organisées par la Beheiren21 rallient des foules impressionnantes. La plupart des jeunes ouvriers des comités Hansen (antiguerre) suivent la ligne non violente de la Beheiren. Mais, depuis 1967, les cadres de la « vieille gauche » (aile droite de la Sōhyō et du Parti socialiste japonais [PSJ], PCJ et les syndicats qui lui sont proches) se méfient de plus en plus de ces jeunes « gauchistes » qui, pensent-ils, soutiennent les affrontements violents entre les factions d’extrême gauche du mouvement étudiant et les forces de police22.

  • 23 Yokoyama Yoshio et Onogi Yoshiyuki, 1971, Kōgai hasseigen rōdōsha no kokuhatsu [À la source (...)

59Leur liberté de mouvement est cependant beaucoup plus réduite que celle des étudiants. Ils ne peuvent guère s’engager sans risquer un licenciement ; c’est ce qui arrivera aux jeunes ouvriers de la raffinerie Zeneseki et du chantier naval NKK. Hormis quelques enfants de la bourgeoisie devenus ouvriers par « vocation révolutionnaire », les Hansen présents dans le monde du travail sont moins idéalistes que les étudiants ; leurs motivations contre la guerre du Vietnam émanent directement de leur expérience en usine, sur les chantiers navals, le port et les chantiers de construction. Rejetant les priorités de la Haute Croissance et le compromis syndical après « la défaite de Miike », ils retournent la logique utilitariste : le malheur des uns fait aussi le malheur des autres ; la violence que fait subir l’armée américaine au peuple vietnamien engendre également une violence sur le corps des ouvriers japonais. À la suite de leurs actions politiques tous azimuts (pollution, Vietnam, Okinawa…), elles-mêmes écloses à la faveur d’un mouvement de revendication visant à limiter les explosions, ils en arrivent à demander la reconnaissance comme maladie professionnelle des empoisonnements dus aux émissions de produits toxiques contenus dans l’essence23. On peut voir dans ces allers-retours entre l’intérieur et l’extérieur de l’usine, et plus largement, entre le monde du travail et la société dans son ensemble, une dynamique désordonnée, mais somme toute productrice de significations profondes.

  • 24 Ishida Takeshi, 2000, Kioku to bōkyaku no seijigaku [Politologie du souvenir et de (...)

60La convergence d’indignations face à la guerre du Vietnam et à la pollution industrielle eut des répercussions multiples sur l’activité intellectuelle et scientifique. Pour bon nombre d’intellectuels de la nouvelle gauche ayant présent à l’esprit l’invasion de Prague en 1968, et la commune de Budapest huit ans plus tôt, cette guerre ne pouvait se réduire au seul fait de l’« impérialisme américain », mais constituait plutôt un paroxysme de la polémique stérile entre l’Est et l’Ouest. De même, si la pollution industrielle avait été initialement perçue comme la conséquence d’une course au profit capitaliste, on commençait aussi à se douter, malgré l’absence d’informations, que les industrialisations soviétique ou chinoise ne devaient pas rester sans conséquences environnementales. Ce questionnement était favorisé par certains itinéraires individuels ; ainsi, dans le champ de la pensée économique, Tsuru Shigeto (1912‑2006), qui fut conduit à s’engager dans les années 1960 sur un double front de lutte contre la pollution industrielle et d’opposition à la guerre du Vietnam, avait été marqué à la fois par Joseph Schumpeter (1883‑1950), son professeur à Harvard, mais aussi par la tradition marxiste à son retour au Japon après la guerre. Pour le sociologue Ishida Takeshi qui a étudié de près Minamata, la connexion entre mouvement antipollution et opposition à la guerre du Vietnam relève de mobiles plus profonds encore. Dans le Japon des années 1970, une conscience victimaire (higaisha ishiki) liée au bombardement de Hiroshima arrive à maturité tandis que l’opinion se sensibilise de plus en plus aux victimes de la pollution (kōgai kanja ou kōgai higaisha). Cette conscience victimaire est conduite à chercher plus loin les racines du mal lorsqu’une partie de la population japonaise, nourrie au lait des mouvements pacifistes et de la « démocratie d’après-guerre », s’aperçoit qu’après avoir agressé les peuples asiatiques pendant la Seconde Guerre mondiale, le sol japonais et ses industries servent de base aux horreurs perpétrées par l’armée américaine au Vietnam24.

Les procès pour les réparations de guerre

  • 25  Pour Zen Nihon zōsen kikai rōdō kumiai [Syndicat national des chantiers navals et (...)
  • 26 Kim Kyong‑Sok san no Nihon Kōkan soshō o sasaeru kai [Groupe de soutien à la plainte de (...)

61Au début des années 1990, la question des indemnités de la Seconde Guerre mondiale (sengo hoshō) revint en force au Japon. Bon nombre des militants syndicaux « soixante-huitards », marqués dans leur jeunesse par le mouvement antiguerre, y prirent une part active. Ainsi Mochihashi Tamon, membre de la Zenzōsen25 qui affiche fièrement sur sa carte de visite la mention « Chief director for Post-War Compensation Issue of WWII – Sengo hoshō taisaku shunin) » et se rend chaque année à la conférence de l’OIT à Genève pour plaider cette cause. Ou encore, Murayama Satoshi, une figure fondatrice et charismatique de City Union, un nouveau syndicat très actif dans les quartiers industriels de la préfecture de Kanagawa. Lorsque je le rencontrai pour aborder avec lui son engagement dans la reconnaissance des accidents du travail et des maladies professionnelles, ainsi que la présence de son fils comme plaignant au procès contre la pollution atmosphérique de Kawasaki, il me tendit un document apparemment sans rapport avec mes questions, en m’enjoignant de le lire attentivement. Il s’agissait d’une brochure publiée par un groupe de syndicats et d’associations à l’issue d’un procès engagé par un Coréen contre la firme Nihon Kōkan26.

  • 27  Ibid., p. 23‑41 et 51‑63.

62En septembre 1942, à l’âge de 16 ans, Kim Kyon‑sok fit partie d’un premier convoi de jeunes Coréens expédiés aux aciéries de NKK à Kawasaki. Le 10 avril 1943, il fut l’instigateur malgré lui d’une grève générale de huit cents jeunes Coréens. La contestation fut réprimée brutalement et Kim, soumis à la torture durant près de deux jours. Il eut la vie sauve, mais en garda des séquelles physiques et morales27. Il aura attendu près de cinquante ans pour se rendre au Japon et demander réparation. Comme dans le procès contre la pollution, la direction de NKK persistant dans son refus de dialoguer, le recours au tribunal lui est alors apparu comme le seul moyen de se faire entendre. En avril 1999, le Tribunal de Tōkyō enjoignit les deux parties de s’en tenir à un règlement à l’amiable (la firme s’engageant à verser une somme compensatoire de quatre millions de yens).

  • 28  Pour un panorama succinct, voir le recueil d’articles « Sengo hōshō saiban », Shūkan (...)

63Avec la démocratisation du système politique coréen en 1988 et la possibilité pour les Coréens de se rendre au Japon, une soixantaine de plaintes analogues à celle de Kim Kyon‑sok ont été déposées contre plusieurs autres grandes firmes japonaises. De même, des rescapés chinois du travail forcé ont également pu engager des plaintes, malgré le pouvoir toujours coercitif en République populaire. Dans la plupart des cas, avant de recourir au tribunal, des demandes de négociation ont été effectuées. Mais les entreprises japonaises impliquées ont rejeté ces demandes en reportant la responsabilité de la mobilisation forcée pendant la guerre sur l’État japonais. Au tribunal, elles invoquèrent également le principe de « prescription » (jikō) pour ignorer les demandes de réparation. Si les indemnités réclamées restaient dérisoires en comparaison des préjudices causés, l’aspect financier renforça l’attitude intraitable des firmes. Celles-ci craignaient également d’avoir à affronter un afflux de plaintes de tous les pays asiatiques. Les demandes de négociation des plaignants furent presque toutes rejetées catégoriquement, du moins tant que cela restait possible sans nuire à la réputation de la firme. En décembre 1997, un collectif de soixante-quatorze syndicats japonais s’est adressé au Bureau international du travail à Genève pour trouver une issue à l’impasse juridique dans laquelle se trouvaient ces plaintes. En janvier 2000, un premier compromis a été obtenu entre la firme Kashima et un groupe de onze rescapés chinois de la mine de cuivre de Hanaoka, mais depuis ces procès piétinent28.

64Au début des années 1990, plusieurs grandes firmes japonaises se sont donc retrouvées prises en tenaille : de « l’intérieur » du Japon par les procès contre la pollution industrielle, et de « l’extérieur » pour le travail forcé pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans les deux cas, les entreprises japonaises ont eu beaucoup de peine à faire amende honorable. Elles préférèrent jouer avec le temps, comme pour attendre que les plaignants se lassent, renoncent ou, étant donné leur âge avancé, meurent avant une résolution. Par-delà leur aspect éminemment « contestataire » à l’égard d’une société dominée par les grandes entreprises privées (kigyō tōgō), les procès relatifs au travail forcé questionnent en profondeur sur le rapport ambigu que le Japon entretient avec son passé. Les plaignants espèrent inciter l’État japonais à peser plus concrètement les réactions d’hostilité des voisins asiatiques aux hommages rendus officiellement au sanctuaire Yasukuni ou au traitement de l’histoire dans les manuels scolaires. Parallèlement aux plaintes sur le travail forcé déposées avec le soutien des syndicats comme City Union, les survivantes des « centres de réconfort » (ianjo) – le système d’esclavage sexuel de l’armée impériale japonaise –recevaient l’aide de nombreuses associations, mais aussi de syndicats féministes proches des community unions. Si l’on interroge ces militants sur le pourquoi de leur engagement, certains répondent avec humilité qu’ils ne pouvaient pas faire autrement, qu’il s’agissait pour eux de pouvoir se regarder en face. Ils insistent également sur la relation d’amitié qui les unit aux « travailleurs étrangers » d’origines coréenne, chinoise, etc. (de migration récente, dans les années 1980), sans parler de leur sensibilité de longue date à la discrimination subie par les « résidents » coréens et chinois ; c’est le cas en particulier d’un syndicat comme City Union, à Kawasaki où vit une importante communauté coréenne. À travers ces deux « fronts » de la mémoire (travail forcé et « femmes de réconfort »), les nouveaux syndicats japonais ont également cherché une façon de sortir du schéma caractéristique des années 1980‑1990 : « exportation de la pollution » (au fur et à mesure que se renforçait au Japon la législation de contrôle de la pollution industrielle), et exploitation des « travailleurs étrangers » sur le sol japonais. Une réparation symbolique à l’égard des victimes du travail forcé et de l’esclavage sexuel marquait pour eux l’amorce de nouvelles relations possibles avec les voisins asiatiques. À l’opposé des positions fuyantes de la Rengō sur le traitement de la mémoire, ces procès ont constitué pour les nouveaux syndicats une sorte de baptême du feu, dont les répercussions médiatiques étaient bien plus fortes que les enjeux de reconnaissance autour des accidents du travail et des maladies professionnelles, ou même que la défense des « travailleurs étrangers ». Un engagement ferme au côté des plaignants leur permettait d’affirmer concrètement leur solidarité avec les plus démunis du monde du travail, posant ainsi les bases essentielles de leur conception du syndicalisme.

En guise de conclusion : les impensés du mouvement antinucléaire

  • 29  Que j’ai eu l’occasion d’observer dans le cadre d’une recherche postdoctorale à l’univer (...)
  • 30  L’expression est de Jean-Marie Bouissou, 1997, le Japon depuis 1945, Paris : A (...)

65Pour le mouvement antinucléaire japonais29, les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki marquent la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de l’après-guerre. Ces traumas fondateurs de l’après-guerre représentent également le début de la guerre froide ; comme on le sait, ce contexte incitera les Américains à avorter le Procès de Tōkyō et absoudre un grand nombre de criminels de guerre dont certains se retrouveront à la tête des institutions politiques et économiques et mèneront la répression contre les syndicats contestataires. Pourquoi dans ce cas, les syndicats n’ont-ils pas fait plus appel à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour délégitimer leurs adversaires politiques reste une question difficile. Est-ce parce que les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ont constitué une sorte d’« aubaine pour l’inconscient collectif »30 ? Celle-ci aurait nourri une obsession d’innocence marquant non seulement la « droite » de la société japonaise, des libéraux jusqu’aux révisionnistes, mais traversant aussi la « gauche », et notamment le mouvement ouvrier et le mouvement pacifiste (la Gensuikin socialiste, la Gensuikyō communiste, la Beheiren, etc.). Si les syndicalistes ouvriers et les pacifistes, socialistes et communistes, ont peiné à écrire leur histoire de la Seconde Guerre mondiale, c’est peut-être à cause de leur relative implication ou de leurs traumas respectifs (depuis les conversions – tenkō – des communistes jusqu’à l’engagement complet du syndicalisme ouvrier dans l’effort de guerre).

  • 31  Il y en aura d’autres en URSS, en Chine, dans les territoires sous contrôle français, am (...)

66Les bombardements sur Hiroshima et Nagasaki sont d’autant plus traumatiques et fondateurs qu’ils sont les premiers « essais nucléaires » sur un « échantillon humain »31. Parce qu’ils constituent un méta-événement aussi emblématique que la Shoah en termes de représentations symboliques, Hiroshima et Nagasaki sont devenus, à l’échelle mondiale, des « lieux de mémoire » de l’après-guerre, et ont marqué une rupture avec le techno-scientisme positiviste. Les critères de reconnaissance établis à Hiroshima et Nagasaki pour les « irradiés » (hibakusha) sont devenus des normes internationales retenues par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), utilisées notamment pour recenser les victimes de Tchernobyl. Or, par la partialité de leurs critères, ces chiffres minimisent considérablement le nombre réel des victimes. Ils servent également à camoufler l’état de santé dramatique des ouvriers assurant la maintenance des centrales nucléaires. Non seulement au Japon, mais dans tous les pays où fonctionnent des centrales nucléaires, ce sont toujours les normes fondées sur les enquêtes épidémiologiques de Hiroshima et Nagasaki qui servent de références pour la « radioprotection » des ouvriers. Pour le nucléaire civil également, l’après-guerre japonais s’est ainsi mondialisé.

67De la même façon que pour les hibakusha de Hiroshima et Nagasaki, les mécanismes de minimisation du nombre réel de victimes ont prévalu pour les victimes de la pollution industrielle à Minamata, Yokkaichi, Kawasaki, etc. Or les mouvements citoyens contre la pollution ne se réfèrent que très rarement à l’histoire de l’après-guerre de Hiroshima et Nagasaki, comme s’il s’agissait d’un espace sacré. Certes les rares tentatives de rapprochement, notamment de la part des malades de Minamata, se sont soldées par des fins de non-recevoir de la part des associations de hibakusha. À Minamata, les ouvriers ont réalisé une véritable réflexion sur toute l’histoire coloniale de Chisso en Corée, avouant ainsi les violences qu’eux-mêmes ont fait subir au peuple coréen. Mais ce cas est exceptionnel et, dans l’ensemble, les destructions de la Seconde Guerre mondiale semblent se limiter aux bombardements subis par le Japon ou au sort des prisonniers, voire à la mémoire des soldats tombés pour la patrie. Ainsi, lorsque je me suis rendu sur la petite île d’Iwajima (août 2002), près de Hiroshima, pour rencontrer d’anciens ouvriers saisonniers des centrales nucléaires qui avaient suscité un mouvement d’opposition à la construction d’une centrale nucléaire sur l’île en face de la leur, et alors que ces derniers m’avaient très volontiers livré leur expérience sur leur travail en centrale, eut lieu une cérémonie, présidée par un desservant shintō, à la mémoire des morts de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque je demandai à participer, on me fit comprendre que ma présence pourrait être mal interprétée ; comme si cette mémoire n’avait rien à voir avec ma présence sur cette île, et ne pouvait que desservir mon enquête assimilée à la « cause de l’antinucléaire ».

Notes

1  Voir dans le même volume l’article de Brice Fauconnier.

2  La mobilisation, à l’époque Meiji, des paysans victimes des rejets de la mine de cuivre d’Ashio est considérée comme l’événement fondateur du mouvement antipollution au Japon. La mine d’Ashio fut par ailleurs le théâtre d’importants conflits ouvriers au début du xxe siècle.

3  Mouvement étudiant, mouvement contre la guerre du Vietnam, nouvelle lutte contre l’Anpo, pour la rétrocession d’Okinawa, etc.

4  Je reprendrai ici des passages de notre ouvrage Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon, 2006, Paris : Éditions de l’EHESS, reproduits ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

5  Parmi lesquelles Shōwa Denkō (également responsable de la maladie de Minamata à Niigata), et Zeneraru Sekiyū (General Oil) dont nous verrons plus loin la réaction des ouvriers.

6  Après l’échec des dernières grèves de 1957 et 1959 qui furent menées par la fédération des syndicats de la sidérurgie affiliée à la confédération Sōhyō. Voir Andrew Gordon, 1998, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan, Cambridge : Harvard University Press.

7  Nihon Kōkan Kabushiki kaisha [NKK], 1942, Nihon Kōkan Kabushiki kaisha san jū nen shi [Trente ans d’histoire de NKK], Tōkyō : NKK, p. 226‑255.

8  Archives du procès, descriptif du plaignant 1‑8, p. 65‑67.

9  Interrogatoire du plaignant 1‑8, minutes 18‑24, p. 2‑3.

10  Descriptif du plaignant 2‑7, p. 49.

11  Descriptif du plaignant 1‑8, p. 158.

12  Descriptif du plaignant 3‑99, p. 797.

13  NKK, Nihon Kōkan Kabushiki kaisha sanjū nen shi [Trente ans d’histoire de NKK], op. cit.

14  Andrew Gordon, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan, op. cit., p. 158.

15  Gōka rōren shin Nitchitsu rōdō kumiai [Fédération des syndicats de la chimie, Syndicat de Shin Nihon Chisso], 1972, Minamatabyō saiban ni okeru Minamata kōjō daiichi kumiai rōdōsha no shōgen [Témoignage des ouvriers du premier syndicat de l’usine de Minamata au procès de la maladie de Minamata] : témoignage d’Onitsuka Masato, p. 96‑100.

16  Ibid., p. 19‑32.

17  Outre différents avantages en nature, les employés étant payés au mois, tandis que les ouvriers étaient payés à la journée. Ce système prendra fin dans les années 1950 au terme de conflits à travers tout le Japon ; en 1953, dans le cas de Chisso, après 55 jours de grève.

18 Gōka rōren shin Nitchitsu rōdō kumiai, Minamatabyō saiban ni okeru Minamata kōjō daiichi kumiai rōdōsha no shōgen [Témoignage des ouvriers du premier syndicat de l’usine de Minamata au procès de la maladie de Minamata], op. cit., p. 22, minutes 65‑72.

19  La raffinerie de pétrole Zeneraru Sekiyū Seisei est un joint-venture entre Zeneraru Bussan, une firme de négoce affiliée au groupe Mitsui, et Esso Standard Oil KK, filiale de l’américain Esso.

20 Kamata Satoshi, 1974, Rōdō genba no hanran [La révolte sur le lieu de travail], Tōkyō : Daiyamondo-sha, p. 134‑160. Kawanishi Hirosuke, 1981, Kigyōbetsu kumiai no jittai, zen.in kanyūgata to shōsūhagata no sōkoku [Une analyse des syndicats d’entreprise, la rivalité entre « les syndicats à participation forcée » et « les syndicats minoritaires »], Tōkyō : Nihon hyōronsha, p. 326‑454.

21  Betonamu ni heiwa o ! shimin rengō [Ligue citoyenne pour la paix au Vietnam].

22  Thomas Havens, 1987, Fire Across the Sea: the Vietnam War and Japan 1965‑1975, Princeton : Princeton University Press.

23 Yokoyama Yoshio et Onogi Yoshiyuki, 1971, Kōgai hasseigen rōdōsha no kokuhatsu [À la source de la pollution, des ouvriers accusent], Tōkyō : San.ichi shobō.

24 Ishida Takeshi, 2000, Kioku to bōkyaku no seijigaku [Politologie du souvenir et de l’oubli], Tōkyō : Akiishi Shoten, p. 181‑185.

25  Pour Zen Nihon zōsen kikai rōdō kumiai [Syndicat national des chantiers navals et de la mécanique], fédération qui vient de l’aile gauche de l’ancienne Sōhyō et qui a pris une part active dans l’émergence des community unions.

26 Kim Kyong‑Sok san no Nihon Kōkan soshō o sasaeru kai [Groupe de soutien à la plainte de Kim Kyong‑Sok contre NKK], 1997, Uttaerareru Nihon Kōkan-Kyōsei renkō, rōdō no kigyō sekinin shiryō [NKK et le travail forcé peuvent être jugés, recueil de documents sur la responsabilité de l’entreprise], Kawasaki : Kawasaki City Union, 123 p.

27  Ibid., p. 23‑41 et 51‑63.

28  Pour un panorama succinct, voir le recueil d’articles « Sengo hōshō saiban », Shūkan kin.yōbi, 12 août 2005, p. 25‑31.

29  Que j’ai eu l’occasion d’observer dans le cadre d’une recherche postdoctorale à l’université Hitotsubashi portant sur les conditions de travail et les rapports avec la sous-traitance de l’industrie nucléaire, de janvier à octobre 2002.

30  L’expression est de Jean-Marie Bouissou, 1997, le Japon depuis 1945, Paris : Armand Colin, p. 30.

31  Il y en aura d’autres en URSS, en Chine, dans les territoires sous contrôle français, américain et anglais. À ce propos, voir par exemple Brice Pedroletti, « Les essais nucléaires français en accusation à Hiroshima », Le Monde, 16 août 2002 (à l’occasion de la venue à Hiroshima des vétérans algériens et polynésiens des essais nucléaires français).