Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

5. Des expériences complexes : la société sur le chemin de la démocratie

Les « Red Purges » et la démocratisation du Japon, 1949‑1952

The ‘Red Purges’ and the Democratisation of Japan, 1949‑1952

Brice Fauconnier

Résumé

Les « Red purge », ou purge des rouges, prennent place entre environ 1949 et 1952, durant la période d’occupation du Japon par les forces alliées (1945-1952), lors du tout début de la guerre froide et la nécessité pour les autorités de neutraliser l’influence communiste sous toutes ses formes. Loin d’être imposées par les occupants, elles furent menées par le gouvernement japonais, les Américains et les capitaines d’industrie. Cette action combinée et lancée secrètement montre les convergences et les collusions vers la base idéologique commune des dirigeants de tout bord : l’anticommunisme.
Le présent article détaillera le calendrier, le rythme, les moyens et les méthodes de ces purges. Nous verrons qu’elles sont inséparables des purges initialement lancées contre les nationalistes et militaristes japonais fin 1945, dont l’immense majorité sera réintégrée dans la vie politique et intellectuelle entre 1952 et 1955. Ce phénomène appelle une réflexion plus approfondie sur les aller-retour et changements idéologiques entre le début des années 1930 et la fin années 1950.

The “Red Purge” took place from 1949 to 1952, during the Allied Forces Occupation of Japan (1946-1952). Launched at the very beginning of Cold War, these Purges embody the necessity for the Authorities to neutralize the communist influence in all its forms. Far from being dictated by the occupying Forces, the Red Purges were conducted by the Japanese Government, Americans and industrial Furnace. Such a joint action, launched in secret, shows the convergences and collusions of Japanese and American elites from all sides towards a common ideological base: anticommunism.
This Paper intends to detail the Agenda, the Rhythm, the Means and the Methods used for the Red Purge. This will show that Red Purges are inextricably linked with the Purges of nationalists and militarist personal primarily launched from late 1945, personal who will be reintegrated in politics and intellectual world from 1952 to 1955. This phenomenon interests a larger issue of Japan’s democratization: ideological changes, back and forth or so-called sudden about-turn in Japan from early thirties to late 1950s.

「レッド・パージ」は「赤追放」とも言われ、戦後占領期(1945年〜1952年)のなかでも冷戦の初期にあたる1949年~1952年ごろに行われた。あらゆる形の共産主義運動を鎮圧する必要に応えるためのものであった。占領機関に強制されたのはなく、レッド・パージは日本政府・占領軍・大手企業者などによって秘密裡に実施されたのである。その共同行動は様々な支配者の傾向、意見、共通の目的、イデオロギー基盤等々、すなわち反共産主義を示している。
本論はレッド・パージのアジェンダ、リズム、手段、方法を検討するものである。レッド・パージは1945年から始まった国家主義者および軍事政権担当者の追放、さらには1952年から1955年までの大規模な追放解除と切り離せないことが明らかにされるだろう。レッドパージの考察によって1930年代始めから1950年代末までの日本における「転向」と民主化の限界の問題を再検討する必要性が確認されるだろう。

Texte intégral

  • 1  Lorsque nous parlons de « purges », nous désignerons ici la purge des communistes. Dans le (...)

1Il est de coutume de comprendre la défaite du Japon et la période d’occupation américaine comme une rupture avec le Japon militariste et antidémocratique. Il est vrai qu’un tel passé marqué par une expansion de la guerre étendue à toute l’Asie orientale et des désastres nucléaires, ne pouvait naturellement tenir face à un vainqueur au but affiché d’éliminer l’influence néfaste des dirigeants japonais qui avaient trompé leur peuple, et de démocratiser le pays. Si le bombardement de Hiroshima et plus encore celui de Nagasaki posent toujours des questions, les efforts de l’occupant furent, à n’en pas douter, tournés vers un processus de démocratisation à travers une série de décisions telles que – pour les plus spectaculaires – les purges des dirigeants de 1946 à 1948, la suppression du ministère de l’Intérieur et de nombreux décrets limitant les libertés ou la mise en vigueur d’une nouvelle Constitution pacifiste en 1947. Pourtant, par-delà le discours de justifications des officiels, on ne peut évaluer cette action sans revenir sur les purges des communistes et affiliés ou Red Purges1 pour reprendre l’expression consacrée, car on peut voir, dans le couple qu’elles forment avec celles des dirigeants militaristes, un processus à la croisée d’enjeux nationaux et internationaux.

  • 2  Voir le texte de la déclaration de Potsdam en annexe, article 6.
  • 3  On dénombre quatre-vingt-cinq bases militaires américaines et plus d’une quarantaine de ce (...)

2En effet, s’attaquer, à partir de 1949, à ceux qui avaient été sévèrement réprimés jusqu’à la défaite, puis qui avaient bénéficié du programme de réformes lancé par les occupants, remettait en cause, aux yeux des gauchistes au moins, la crédibilité de la « démocratisation » (minshuka) imposée par la déclaration de Potsdam (26 juillet 1945) 2. C’était oublier les impératifs de la guerre froide naissante autant que les limites du modèle de démocratie libérale. Cette contradiction, si c’en est une, a certainement fondé une partie des rapports entre les autorités japonaises et l’occupant-gouverneur américain dans un premier temps, puis avec l’occupant-partenaire actuel. À tout le moins occupant au niveau militaire dans la mesure où la centaine de bases américaines font du Japon un pays à la souveraineté discutable3. Ce partenariat prend une grande partie de ses sources dans cette période d’occupation et les modalités des deux cycles de purges, parce que la première est censée représenter le véritable effort de démocratisation et que la seconde semble contredire les principes de ladite démocratisation.

  • 4  La convention de La Haye interdit la modification des lois d’un pays, la Constitut (...)

3À leurs niveaux respectifs, les deux purges peuvent être considérées comme illégales4, bien que les modes d’exécution de la seconde diffèrent quelque peu de ceux de la première, à cause du statut présumé des lois transgressées : les premières furent menées avec tout l’entrain du bon droit officiel contre les éléments antidémocratiques, militaristes ou dits « ultranationalistes » ; les secondes, d’abord lancées en secret dans le cadre de la toute nouvelle démocratie, utilisèrent justement ce terme antidémocratique pour s’attaquer aux gauchistes, c’est-à-dire principalement aux groupes de coloration communiste. Ce simple glissement sémantique relativise une dichotomie communément admise, et que les faits infirment, en particulier par le lien qu’entretiennent les deux vagues de purges aux niveaux des procédures, des acteurs engagés, des motifs invoqués. On retrouvera dans les deux cas le rôle central du personnel administratif d’État, dans le second la collaboration remarquable des forces d’occupation avec les autorités et les capitaines d’industrie japonais. Y revenir devrait nous permettre aussi de reconsidérer leur ampleur et leurs phases, mais surtout de mesurer les présupposés et les conséquences de l’action du Haut Quartier général (General Headquarter, plus loin GHQ), autrement dit de la naissance du partenariat avec les gouvernements japonais successifs, de ses options idéologiques. Une action certainement illégale, mais, nous le répétons, qui a forgé l’histoire du Japon contemporain et porte en elle une logique interne qui se rapproche d’une forme de continuité.

Présentation et description des purges des communistes et sympathisants

  • 5  Valery Burati (1907‑1988), arrivé la première fois au Japon en 1946, entre à la section (...)
  • 6  Yoshida Shigeru (1878‑1967). Il fit une carrière de diplomate et devint d’abord (...)

4Les études sur les purges font sans cesse face à un manque de documents, la plus grande partie des sources provenant des archives bien connues du GHQ et de Valery Burati, ancien chef de la section du Travail du Bureau économique et scientifique du même GHQ5. Dans l’attente de l’ouverture des archives officielles japonaises, le chercheur doit se livrer à un travail de fourmi pour retracer leurs parcours à travers toute une série de matériaux parfois hétéroclites tels que : les décrets, minutes de procès, procès-verbaux et autres textes légaux ; les archives du Parti communiste japonais (PCJ) et annales des syndicats ; les notifications, mémorandums et circulaires des administrations ; les annonces et affichages publics ; les articles et annuaires de presse ; les correspondances (notamment celles de Douglas MacArthur et Yoshida Shigeru6) ; les comptes-rendus d’entretiens et témoignages, etc. Dans bien des cas pourtant, un tel arsenal ne permet pas de prouver, ici, les effectifs des populations purgées, là, la chaîne de diffusion régionale ou l’intervention de certains services américains. Nous serons donc aussi confronté à ce flou caractéristique, de toute évidence le signe de la méthode indirecte et des relais choisis à l’époque.

Population visée et secteurs concernés

  • 7  On se référera aux ouvrages de Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senr (...)

5Il n’est pas exagéré de dire que les purges des communistes et affiliés ont touché tous les secteurs de la société japonaise. Dans le public : ministères ; communautés locales, éducation ; dans les entreprises nationales : production de matières premières et d’électricité, transports, information ; dans le privé : entreprises de grandes tailles principalement. Les exemples ne manquent pas : de la NHK, contrôlée à 100 % par le bureau de l’Information civile et de l’Éducation (CIE) du GHQ, aux grandes entreprises maintenant prestigieuses comme Mitsubishi, Tōshiba, Toyota ou Hitachi, sans oublier les sociétés de presse comme Asahi ou Mainichi, les purges – et les études les plus récentes le montrent7 – ne semblent avoir épargné aucun organisme d’influence.

  • 8  Ibid., p. 17. Il s’agit principalement des lettres de Philip Beach Sullivan (Secrétari (...)

6Le terme de Red Purges, s’il est maintenant couramment utilisé par les chercheurs japonais (en japonais, reddo pāJI), reflète l’ambiguïté de la définition du type de population à purger. Des documents du GHQ, secrets à l’époque, font mention de « purge of communists ; discharge of communists ; decommunization ; anticommunization ; counter-measure against communist, etc.8 », et de leurs sympathisants, en japonais dōchōsha, allant jusqu’aux affiliés, terme qui fait écho au shinpa – en français, sympathisant – des répressions d’avant-guerre. MacArthur, qui fait figure d’autorité, ne l’utilise cependant pas dans ses discours publics de 1949 à 1950. Du côté japonais, les termes gyōsei seiri et kigyō seibi recouvrent les secteurs public et privé. Ils ne donnent en fait aucune information précise sur les domaines concernés, pas plus qu’ils n’indiquent que ce sont en fait des réductions de personnel. Ils s’inscrivent par là dans un discours administratif tout à fait opaque. Les traduire par « réduction/compression de personnel » apparaît déjà trop explicite. Nous proposons « remaniements administratifs » et « réorganisation des services ». Ce seul fait symbolise la stratégie générale adoptée et touche les questions des modalités et du mécanisme que nous aborderons plus bas.

  • 9  Ibid., p. 17.

7Un premier examen des critères s’impose d’emblée, car il montre combien l’étiquette « communiste » fut contournée sciemment9. Dans un exemple tout à fait représentatif de « gestion des ressources humaines » d’une grande entreprise, comme on dirait de nos jours, on trouve les critères suivants pour déterminer les « communistes » :

  • Parmi le personnel absent pour une longue durée, le personnel absent ou prévu comme absent pour plus de trois mois à compter du 20 novembre [1949], à l’exception des éléments essentiels à l’entreprise.

  • Personnel à la mauvaise assiduité.

  • Parmi le personnel à la mauvaise conduite, ceux ayant commis les négligences les plus graves.

  • Personnel aux rendements les plus bas.

  • Personnel à faible expérience et aptitude technique.

  • Personnel à durée de contrat réduite ou peu intéressant pour l’entreprise.

  • Personnel de sections peu importantes ou inutiles et difficile à muter.

    • 10  Ibid., p. 14. Critères définitivement fixés le 2 décembre 1949 par les aciéries Mits (...)

    Personnel contribuant faiblement à l’efficacité de la gestion de l’entreprise10.

  • 11  Ibid., p. 12, à partir d’un témoignage d’Okuda Norihisa.

8On pourra ajouter que, parmi les 102 employés purgés, 12 étaient membres du Parti communiste japonais et que, par ailleurs, 158 personnes demandèrent leur retraite anticipée à cette occasion. On comprend, avec ce premier exemple, que si ces purges visaient d’abord les « rouges », la marge de ceux qui, volontairement ou non, se retirèrent, n’est certainement pas négligeable, bien qu’il faille se garder d’y voir une application complète et mécanique11. En terme général, les tranches à risques parmi les « purgeables » appartiennent à la catégorie dite des « inaptes » (futekikaku) dans le cas des purges des enseignants par exemple, ou à celle des « fauteurs de troubles » (akutibu toraburu mekā) pour les entreprises privées, en grande partie des éléments actifs dans les grèves et autres activités syndicales, ces deux étiquettes faisant souvent office de prétexte pour élargir le champ des purges. Quant à la définition des « sympathisants », elle nécessiterait aujourd’hui encore de longues discussions tant elle ne constitue pas une catégorie précise en tant que telle.

9Il est important de noter que, de la moitié de 1949 au début de 1951, la détermination des critères a évolué autant en raison des secteurs concernés que des protagonistes engagés. L’efficacité des réseaux bureaucratiques ne se trouve pas toujours couronnée de succès (pour preuve, le peu de purgés dans les universités), tandis que les exigences du privé demandent une certaine retenue, y compris sous la pression du GHQ. Dans l’état actuel des recherches, il n’est pas exagéré d’avancer qu’il y eut reformulation des critères chaque fois que l’action du gouvernement japonais et/ou du GHQ s’exerçait sur un nouveau type de population : fonctionnaires des ministères ou des communautés locales ; personnel des entreprises publiques (énergie, transport, matières premières) ; enseignants du premier ou second degré ; personnel peu ou non qualifié ou encadrement du privé : médias, banques, industrie lourde, etc. On le comprend d’abord à cause des relais sollicités (de la hiérarchie administrative gouvernementale aux « explications » et « conseils » passant par des entretiens avec les représentants de la section du Travail), mais aussi par le type de public visé et son statut légal.

Étapes et chronologie

« L’incident de Yokosuka »

  • 12  Voir Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les (...)
  • 13  Voir Takemae Eiji, 2002, Senryō Sengo-shi [Histoire de l’occupation d’après-guerre], (...)

10Du début des vagues de libération de prisonniers politiques (novembre 1945) à la première tentative directe des forces américaines de lister de façon systématique les éléments gauchisants (11 avril 1949) s’écoulent trois ans et demi durant lesquels le PCJ s’est réorganisé et a étendu son influence, principalement au niveau syndical. Au moment où le gouvernement japonais décide de lancer un plan de purges dans les administrations12 se déroule dans le département de Kanagawa « l’affaire de Yokosuka », présentée par Takemae Eiji comme un test au niveau régional13.

  • 14  Il s’agit du lieutenant-colonel Greer, sous-gouverneur militaire ; du (...)
  • 15  Les informations de ces documents, outre la date et le lieu de naissan (...)
  • 16  Ibid., p. 180‑181.
  • 17  Il s’agit d’Inoue Kō, condamné à cinq mois de détention et à 100 dollars d’amende le (...)

11L’origine de cette affaire remonte à la convocation par téléphone des dirigeants et secrétaires des syndicats de l’arrondissement de Yokosuka le soir du 11 avril 1949. Le 12, quinze représentants se retrouvent au commissariat central de police du lieu, où les attend un véritable jury regroupant Américains et Japonais14. Le but de cette convocation : faire remplir et signer des dossiers et fiches signalétiques aux syndicalistes en question, et ce sur « ordre du Haut Quartier général15 ». « La signature n’est pas une contrainte, c’est un acte volontaire, sachant que les personnes ayant signé peuvent être l’objet de poursuites. Posez vos questions maintenant, car une cour de justice n’acceptera pas vos objections16. » Ces propos du lieutenant-colonel Greer revenaient à une récusation pure et simple de toute relation avec les communistes. La suite de l’affaire se transforme en une lutte interne à coups de mémorandum entre le GHQ représenté par Burati (à l’époque, second de la section du Travail), d’une part, et les autorités de la marine de Yokosuka, représentées par Benton W. Decker, commandant en chef de la base navale. Ce différend finira par le procès et la condamnation au tribunal militaire de Yokosuka d’un leader syndical17.

12L’enjeu de cette affaire tient principalement dans la question de stratégie. L’opposition Burati/Decker ne repose pas sur la question de fond : doit-on se débarrasser des communistes ? mais sur celle des moyens. La méthode de Greer et des gradés de Yokosuka tient du dictatorial et joue sur la juridiction militaire. Celle de Burati, et nous le verrons plus bas, passe par la gestion des organisations syndicales et de leurs oppositions. Il ne fait, de plus, aucun doute que l’initiative de Yokosuka ne vint pas du GHQ, tout du moins pas du Bureau scientifique et économique dont dépendait la section du Travail. Si elle fut conduite de plus haut (ce dont il n’y a actuellement aucune preuve), elle dépendit des militaires et non des civils. Peut-on pour autant la considérer comme la première phase préméditée d’une opération de grande envergure ?

  • 18  On sait cependant que les tout premiers efforts du GHQ pour répertorier (...)
  • 19  Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation histori (...)

13L’organisation pyramidale du GHQ n’exclut pas totalement les initiatives individuelles, mais, si elle exige par nature l’aval des supérieurs, elle ne garantit pas un travail dans l’harmonie. À plus forte raison, les autorités militaires régionales, en dépit de leur subordination aux décisions du GHQ, ne sont pas exemptes d’une certaine marge de manœuvre dans la mesure où, justement, un certain temps est nécessaire pour remonter une partie de la pyramide et exercer le contrôle. Dans le cas de Yokosuka, il semble bien, d’après le récit de Takemae Eiji, que le commandant en chef Decker ait usé de son influence pour contrer la « méthode douce » de Burati sans qu’aucune autorité supérieure n’y mette son veto. Mais ce qui est plus intéressant, c’est la concomitance des actions de Yokosuka et du conseil du cabinet Yoshida au printemps 1949. Par manque de documents officiels, il est difficile de confirmer la thèse d’une coordination planifiée18. Seuls des témoignages relatent l’élaboration et la diffusion au niveau régional des listes de personnel à purger. Selon l’un d’eux, elles furent remises par le gouvernement japonais aux autorités préfectorales au courant du printemps 1949. « Ces listes provenaient de la collaboration de l’armée d’occupation, du service du contre-espionnage américain, de la police japonaise, du Bureau spécial d’investigation et des administrations gérant les effectifs des fonctionnaires19. » On se risquera, provisoirement, à dire que les premières concrétisations des purges ne pouvaient pas dépendre d’une simple initiative isolée, mais bien d’un projet, d’une collaboration réfléchie et planifiée.

Les différentes étapes et le déploiement des purges

  • 20  Ibid., p. 49 et 52.
  • 21  Ibid., p. 49. L’étude de Hirata Tetsuo étant la plus fournie et la plus précise sur (...)

14Tous les chercheurs s’accordent pour fixer le début des purges en 1949. Le problème réside toutefois dans les documents utilisés pour justifier leurs dates exactes d’exécution. Comme nous l’avons vu plus haut, selon Takemae, le troisième cabinet Yoshida définit en secret les « orientations pour le licenciement des membres du Parti communiste à l’occasion des remaniements administratifs » en juillet 1949, mais, selon Hirata Tetsuo, la toute première trace au niveau ministériel remonterait au 13 avril de la même année20. En se reposant sur les recherches de ce dernier, il est permis de présenter les grandes lignes des purges de la manière suivante21 :

  • première phase : prise de décision au printemps (au plus tôt avril) 1949 ; exécution : été 1949. Secteur public : (terme officiel : gyōsei seiri, « remaniement administratif ») ; population visée : fonctionnaires d’État et des communautés locales, puis chemins de fer. Secteur privé : (terme officiel : kigyō seibi, « réorganisation des services »). À ce stade, les purges sont encore cachées au grand public ;

  • deuxième phase : septembre 1949‑printemps (mars) 1950 : (terme officiel : teisūjōrei, « arrêté sur la limitation des effectifs »). Début des purges dans l’Éducation publique. Les purges des universités commencent fin 1950. Les purges sont maintenant exécutées au grand jour ;

  • troisième phase : à partir de juillet 1950. Purges visant les sociétés de presse, les mass media et les milieux du cinéma. Elles prennent officiellement fin, comme pour les autres secteurs, à la dissolution du GHQ en novembre 1952.

  • 22  À titre d’exemple parmi les entreprises privées les plus connues, on peut citer : Tō (...)
  • 23  Le 3 mai 1950. Il est à noter que le tournant au niveau des décisions du GHQ se situ (...)
  • 24  La guerre de Corée éclate le 26 juin 1950. Parmi les affaires les plus connues, on p (...)
  • 25  Il n’existe pas de document officiel concernant la purge de ces membre (...)

15Le lancement d’une vague de purges dans un secteur précis n’implique bien entendu pas l’arrêt de celles en exécution dans d’autres secteurs. Le fait qu’elles aient été menées simultanément complexifie considérablement l’élaboration d’un calendrier global par société ou par région. Il faut ajouter que, selon les entreprises ou les secteurs, deux, voire trois séries de purges furent lancées entre 1949 et 195222. L’année 1950 apparaît malgré tout comme un tournant avec les allocutions de MacArthur à l’occasion du Nouvel An et de la commémoration de la Constitution23. On y remarque, en contraste avec les années précédentes, une critique claire du PCJ, du fait de ses actions violentes et de l’évolution internationale24. L’interdiction de publication de l’organe officiel du PCJ, Akahata (Drapeau rouge), et l’exclusion de ses rédacteurs de la fonction publique au début de l’été 1950 en est certainement une illustration marquante, mais ne fait pas partie des premières vagues25. L’été 1950 marque ainsi l’extension des purges qui n’ont plus besoin de se dissimuler et, en conséquence, le passage d’une partie du PCJ dans la clandestinité et les dérives armées dites d’« extrême gauche ».

  • 26  Il s’agit de six plaignants d’Ōsaka travaillant pour les studios Daiei et (...)

16Le calendrier des purges couvre donc un peu plus de trois années du printemps 1949 à la fin 1952, mais leurs conséquences s’étendent cependant bien plus loin, si l’on prend en compte les recours en justice des purgés et leur conclusion : les derniers rejets des appels auprès de la Cour suprême furent prononcés en octobre 1973 et mai 197526.

Ampleur des purges et répartition par secteur

  • 27  Voir Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Qu (...)
  • 28  Voir par exemple un site traitant des affaires Shimoyama, Mitaka et Matsuk (...)

17À voir les secteurs touchés, on pourrait penser que les effectifs purgés sont considérables. Ce ne semble pas être le cas, bien qu’il existe une certaine confusion concernant les chiffres. Miyake Akimasa parle d’au moins 13 000 personnes, tandis que Hirata de plus de 27 300 personnes, tout en admettant qu’il ne s’agit que d’une estimation à la baisse27. Nous sommes loin des 63 000 purgés dont parlent certains sites Internet pour les seuls chemins de fer28. Il n’en demeure pas moins que le manque de documents de type archives administratives centralisées, telles qu’elles existent pour les purges des leaders et groupes dits « ultranationalistes », permet tout au plus de déterminer le seuil et non le plafond de l’évaluation.

18Si l’on se range à la chronologie définie par Hirata, la répartition du nombre de purgés par secteur revient à ceci :

  • première phase. Secteur public, « remaniements administratifs » : 10 930 personnes ; secteur privé, « réorganisation des services » : 3 145 personnes ;

  • deuxième phase. Éducation nationale, primaire et secondaire : 1 113 personnes ; supérieur (universités) : 30 à 40 personnes ;

  • troisième phase. Autres entreprises du secteur privé : 10 972 personnes ; fonctionnaires d’État et autres : 1 177 personnes.

    • 29  Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red  (...)

    Total des purgés : 27 367 ‑ 27 377 personnes29.

19On comprend que, par insuffisance de documents, les chiffres restent relativement bas et qu’une comparaison entre chaque phase reste hasardeuse. En dépit de l’année charnière que représente 1950, il est difficile de savoir précisément si le mouvement général des purges est ascendant ou non, s’il s’accélère à un certain moment ou reste homogène sur toute la période. Il est néanmoins possible de dire que l’écart entre les estimations de Miyake et celles de Hirata (du simple au double) provient du fait que le premier se fonde principalement sur les archives de Burati, centrées sur l’année 1950 et n’incluant pas d’autres sources tels les témoignages, les annuaires de presse, les documents compilés par les groupes de recherches ou les archives des syndicats. En revanche, les deux reprennent les statistiques de l’incontournable Bureau spécial d’investigation que nous verrons par la suite.

  • 30  Ibid., p. 33‑34. Il s’agit des décrets 311 et 325 : chokurei 311, seirei 325. Repris d (...)

20Pour malgré tout se faire une idée de l’évolution du personnel purgé, une revue des effectifs soumis aux décrets concernant la gestion des associations entre 1947 et 1952 peut être intéressante, parce qu’ils servent de point de repère officiel et furent utilisés à la fois contre les groupes dits « ultranationalistes » et ceux de coloration communiste30.

Années Effectifs traités Effectifs non traités Total
1947 1 493 128 1 621
1948 2 634 137 2 771
1949 1 112 80 1 192
1950 3 152 355 3 507
1951 5 051 321 5 372
1952 1 731 62 1 793

Sources : Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei (Élucidation historique des « Red Purges »), Tōkyō : Shin Nihon shuppan‑sha, p. 34.

21Les effectifs traités correspondent aux inculpations, aux arrêts d’activité, et aux procès-verbaux. Les totaux connaissent, pour les années qui nous intéressent (1949‑1952), une brusque augmentation en 1950 et 1951 pour retomber, en 1952, à un niveau un peu supérieur à 1949. Cela confirme en partie le statut de l’année 1950, mais nous y voyons d’abord que l’écrasante majorité du personnel traité a été sanctionné, et ensuite que le nombre total de purgés entre 1949 et 1952 – si on le compare aux estimations les plus basses – n’atteint pas les 12 000 (11 864). Ce chiffre n’est pas loin de celui de Miyake qui prend comme base des archives officielles, mais n’atteint que la moitié de celui de Hirata, supposé être minimal. Sur ce point, il importe de rappeler que la couverture des purges par les décrets est loin d’être totale et que ce tableau regroupe les rouges et les nationalistes. Il s’agit bien là d’un minimum. Le mouvement d’accélération des années 1950 et 1951 n’en demeure pas moins la conséquence logique de leur officialisation dans les allocutions de MacArthur.

Fonctionnement, modalité, mécanisme

22Comme il a été vu plus haut dans un témoignage sur Ōsaka, les listes des individus à purger ont été élaborées grâce à une collaboration entre les forces d’occupation et le gouvernement japonais. Ce sont cependant les questions autour de leur mise en exécution qui éclairent mieux leurs spécificités, notamment les réseaux sollicités et la « légalité » de la méthode proposée par les représentants américains.

Le GHQ, les autorités japonaises et le Bureau spécial d’investigation (BSI)

23En général, et en simplifiant, il est admis que les purges ont été menées, dès le printemps 1949, du haut vers le bas par les organes suivants.

  • 31  Pour un organigramme du GHQ et des forces d’occupation par région, Voir Takemae Eiji (...)

24Pour les forces américaines et le GHQ : les huit commandements régionaux de l’armée d’occupation, le service du contre-espionnage, le Bureau des relations avec le gouvernement31 et la section du Travail du Bureau économique et scientifique élaborent les listes selon trois niveaux d’importance d’A à C.

25Ce travail se fait en collaboration avec les organes japonais suivants : les forces de police, le BSI, les administrations gérant les effectifs de fonctionnaires, puis les autorités préfectorales.

  • 32 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red P (...)
  • 33  Cette appellation est une commodité qui est d’ailleurs restée en anglais avec les te (...)
  • 34  L’ancien ministère de l’Intérieur fut dissous le 31 décembre 1947.
  • 35 Ogino Fujio, 1999, Sengo chian taisei no kakuritsu [Fondation du système de sécurité (...)
  • 36  Selon une enquête interne menée en janvier 1950, les effectifs, hors e (...)
  • 37  Ibid., p. 81‑83. Cette augmentation de personnel s’accompagne de réévaluations budgé (...)
  • 38 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historiq (...)

26Dans le secteur public, les listes passent des préparations du GHQ32 au gouvernement japonais et à ses douze ministères, qui les diffusent aux entreprises publiques et communautés locales, puis remontent vers le GHQ pour vérification et affinement. Au cœur du système, l’organe gouvernemental qu’est le Bureau spécial d’investigation du ministère de la Justice (Hōmuchō tokubetsu shinsakyoku) enquête, puis centralise et traite les informations nécessaires33. Créé le 15 février 1948 à partir du Bureau d’investigation de l’ancien ministère de l’Intérieur34, il voit, après un changement de direction en novembre 194835, ses effectifs grossir une première fois de 164 à 250 personnes début janvier 1949, puis une nouvelle fois à 387 personnes en mai 1949, à 800 personnes en 1951, jusqu’à finalement atteindre 1 700 personnes en 195236. Une hypertrophie significative de l’extension des purges, en particulier après le « Mémorandum sur l’administration du contrôle des activités des personnes concernées » (Oboegaki gaitōsha no dōseikansatsu tōno jimu) du 22 janvier 1949 signalant le passage à une politique anticommuniste37, un document interne qui appelle au développement et à l’augmentation des effectifs gérant le contrôle des groupes subversifs. Sa collaboration avec le GHQ est étroite et l’on parle même d’une subordination directe aux ordres du bureau des Relations avec le gouvernement (BRG) à partir de la seconde moitié de l’année 194938. On observe, sur la demande de ce dernier, l’émission de rapports détaillés concernant l’activité des communistes et syndicats sur l’ensemble du territoire de novembre 1949 à mars 1950. Une source d’informations efficace et rapide étant donné le développement du réseau régional de l’organe d’État durant cette période.

  • 39  C’est le cas, par exemple, de la bien connue Confédération des groupements (...)
  • 40  Les exemples sont nombreux. On peut citer les cas du commandant Napier, chef (...)

27Bien que le BSI travaille autant pour le public que pour le privé, ce sont les responsables américains du BRG et du Bureau économique et scientifique (section du Travail) qui contactent, parallèlement ou ultérieurement selon le calendrier, les dirigeants d’entreprises privées ainsi que certains directeurs d’associations39. Ils organisent des entretiens au cours desquels ils expliquent les orientations et les modalités qu’ils souhaitent mettre en place pour la gestion du personnel. Les listes de personnels à purger ne sont pas nécessairement proposées telles quelles par les responsables américains, puisque les critères des purges, comme nous l’avons vu, évitent de désigner les « rouges » et que les membres du PCJ ou leurs sympathisants sont généralement connus pour leurs activités (du meeting syndical à la distribution de tracts, en passant par les donations au PCJ ou l’appartenance à une de ses cellules). Une certaine marge est laissée dans l’application (en particulier l’élaboration des critères) avec, si surprenant que cela puisse paraître, plusieurs appels à la modération de la part du GHQ. Son action est censée ne jamais apparaître, car on a affaire à ce qu’on nomme des « recommandations » (kankoku), des « conseils » (jogen), des « souhaits » (kibō) et autres « suggestions » (shisa), à l’oral et informellement. En ce sens, les chefs de bureaux ou de sections américains servent de courroies de transmission auprès des fonctionnaires et chefs d’entreprises japonais40. C’est pourquoi, officiellement, l’action américaine n’existe pas. Elle s’est faite à travers des relais uniquement administratifs, par l’intermédiaire du gouvernement ou des règlements d’entreprise, et il n’y a aucun document émanant du GHQ pour prouver son intervention directe. Néanmoins, et en tout état de cause, les purges n’ont été possibles que grâce à une collaboration étroite et suivie entre les forces d’occupation, les autorités japonaises et les dirigeants d’entreprises.

À propos de la légalité

  • 41 Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après- (...)

28Qui dit « légalité » dit référence à des textes. Comme le fait remarquer Takemae, avec l’article 14 de la Constitution du Japon et les articles 3 des Lois fondamentales et de stabilité sur le travail, les purges ne sont rien moins qu’illégales41. Ce simple constat montre le caractère « supra-constitutionnel » de leur exécution, une appellation commode pour désigner la violation des droits de base que les occupants ont eux-mêmes contribué à définir.

  • 42  Ibid., p. 26.
  • 43  Ibid., p. 27, citant les documents du BSI secrets à l’époque, Tokushin shiryō, shōwa (...)
  • 44 Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après- (...)
  • 45  Abréviation de Zen nippon sangyōbetsu rōdō kumiai kaigi. Créé en 1946 et affilié au  (...)
  • 46  C’est la méthode que nous qualifions de « douce » recommandée par Burati. (...)

29Il est toutefois utile de préciser qu’il existe un acte officiel dont le champ d’application touche « la formation d’organisations politiques, secrètes, criminelles ou violentes, militaristes, nationalistes ou antidémocratiques ainsi que tout individu ou action ayant quelconque lien avec ce type d’associations42 ». Il s’agit du décret redéfinissant l’activité des groupes et associations (dantaitō kiseirei) entré en vigueur en avril 1949. Dans le cas des purges des communistes, ce décret et les clauses qui l’accompagnent deviennent un outil incontournable du fait de l’interprétation étendue du terme « antidémocratique » sous lequel les associations peuvent être dissoutes. À l’instar du développement du BSI, ce décret passe de seize infractions au milieu de l’année 1949 à trente-sept une année plus tard43, dont certaines concernant clairement des groupes de gauche44. Cette montée en puissance accompagna naturellement le tournant interne au GHQ du printemps 1949 vers une politique anticommuniste. Il faut ajouter son rôle capital dans la lutte contre les syndicats d’obédience ou de coloration communiste, tout particulièrement le Sanbetsu kaigi45. Il va de soi que ses éléments les plus radicaux en furent d’abord l’objet, puisque les actions violentes sont facilement portées devant les tribunaux. Mais il s’agit en fait d’une minorité et l’influence grandissante du Sanbetsu kaigi a amené les membres de la section du Travail à adopter une stratégie indirecte ou « douce » en deux points46 :

    • 47  Abréviation de Minshuka dōmei. Cette scission intervient après la tentative (...)

    favoriser une scission au sein du Sanbetsu kaigi pour générer des luttes internes puis l’isoler. L’émergence des Mindō-ha (kumiai) (des syndicats soutenant les orientations « démocratiques », autrement dit anticommunistes et financés par le GHQ) en est la concrétisation47 ;

    • 48  Ce genre d’accord vient des États‑Unis où il reste actuellement illégal dans un ti (...)

    développer une politique d’union shop, à savoir, par un accord entre l’employeur et les syndicats (progouvernementaux), établir une règle selon laquelle tout nouvel employé doit devenir membre de ces syndicats après une certaine période48.

30Cette stratégie s’est révélée extrêmement efficace pour éviter la réembauche de purgés, en premier lieu des plus actifs, qui, généralement, se trouvent exclus de toute position de décision dans les syndicats du Mindō‑ha. De cette manière, au demeurant tout à fait légale, la notion de lutte contre le capital se trouve remplacée par celle de coopération avec l’encadrement des entreprises et les forces d’occupation pour le bien de la « démocratie » et le maintien de l’harmonie sociale.

31Parallèlement, lorsque les purges ne dépendent pas d’un problème de régulation des associations, les recommandations du GHQ, répercutées au niveau administratif japonais par secteur, reposent théoriquement sur ce genre de textes :

  • pour les purges des fonctionnaires d’État et des entreprises publiques du type chemins de fer ou production d’électricité : la Loi sur les effectifs des administrations et services publics datant de mai 1949 (Gyōsei kikan shokuin teiinhō). Une loi de dimension nationale votée par la Diète nouveau régime ;

  • pour les fonctionnaires des communautés locales, les textes légiférant sur leur statut n’étaient pas encore établis à l’époque, ils ont donc été soumis aux conditions de la loi précédente ;

  • les entreprises privées dépendaient de deux textes : « Les trois principes régissant les salaires » et « Les neuf principes de stabilité économique » (Chingin san gensoku et Keizai antei kyū gensoku) de décembre 1948. Ils furent émis par le gouvernement américain puis transmis au GHQ. Le plus connu reste celui sur la stabilité économique, car il fixe les orientations financières et la reconstruction du Japon juste avant l’arrivée du banquier de Detroit, Joseph Morell Dodge, et sa ligne de mesures draconiennes sur l’administration des finances ;

  • au niveau de l’enseignement public : le décret sur la limitation des effectifs (Teisū jōrei ; date imprécise). Les universités dépendent de la Loi sur le statut exceptionnel des personnels de l’enseignement public (Kyōiku kōmuin tokureihō) votée par la Diète en janvier 1949.

32On se trouve face à un dispositif tout ce qu’il y a de plus légal, mais si l’on repense aux critères cités en première partie, ces textes servent en fait de support ou de justifications a posteriori afin de mener les compressions de personnel. Par exemple :

  • pour faute grave ;

  • par excès d’effectifs ;

  • par manque de fonds ou à cause de difficultés financières ;

  • pour réorganisation des services.

  • 49  Voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « (...)
  • 50  Comité national regroupant les présidents des comités d’éducation préf (...)
  • 51  Voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « (...)
  • 52  Il est à noter que les purges des universités devaient officiellement dépendre de l’ (...)

33Chacun de ces motifs peut ainsi se trouver accompagné de l’argument légal que représentent ces textes officiels, selon les secteurs concernés. On comprend alors que la définition des critères dépasse pour le moins le cadre légal déterminé par le droit et la Constitution. À cela près que la réforme du système d’éducation d’après-guerre a engendré une sorte d’enclave au niveau universitaire à cause de la Loi sur le statut spécial de ses enseignants49. Alors que, pour les autres niveaux, les directives et les listes du GHQ passent au ministère de l’Éducation puis, secrètement, au Comité national des recteurs d’académies (Zenkoku kyōikuchō kaigi)50 qui les diffuse sous forme de critères, l’autonomie acquise par les universités diminue l’efficacité de ce genre d’action hiérarchique et entraîne une redéfinition des suggestions du ministère pour chaque université selon l’orientation politique des dirigeants et des enseignants51. S’il y a bien eu un rapport du BSI sur l’état des universités en juillet 1950, il n’eut assurément pas autant de conséquences que dans les autres secteurs52.

34On constate ainsi que l’appareil légal peut à la fois servir et contredire les purges selon la population. Il n’est pourtant pas si surprenant de voir les professeurs d’universités les plus rétifs, car ils sont, généralement, aussi socialement reconnus que peu enclins à la lutte armée. Leur bonne connaissance du système, dont ils sont souvent des spécialistes, leur permet de mieux en comprendre les méandres, bien qu’ils soient tout aussi soumis aux décisions du législateur. Les universités font finalement figure d’exception autant par le peu de purgés que par leur appartenance à un secteur public au recensement des éléments subversifs particulièrement efficace.

Quelques éléments pour une évaluation des purges

À propos des conditions nationales et internationales

35Parmi les éléments reconnus comme ayant un lien avec les purges des rouges, on retient d’abord :

    • 53  On ajoutera plusieurs dates dans le ralliement de la Chine au communisme : (...)

    au niveau international, la guerre froide : la guerre de Corée le 25 juin 1950 (jusqu’au mois de juillet 1953 environ) vient confirmer violemment les tensions entre les États‑Unis et la Grande‑Bretagne, d’une part, et l’Union soviétique, d’autre part. Mais l’arrivée au pouvoir des communistes en Chine, couronnée le 1er octobre 1949 par la création de la République populaire de Chine, voit échouer le projet américain d’en faire un cinquième grand pays libéral – en lui attribuant un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies – et les luttes d’influence prennent une tournure d’opposition directe53 ;

    • 54  Ce point reste à préciser. Une comparaison entre les préparations aux États‑Unis et (...)

    le contexte américain et le maccarthysme : la « chasse aux sorcières » débute officiellement en février 1950 par la demande d’exclusion de deux cents fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Joseph McCarthy finit par être blâmé par le Sénat en décembre 1954.
    Si l’on considère que les mois de juin et juillet 1950 marquent le tournant des purges des rouges, ces deux points pourraient représenter les premières phases d’un calendrier : une préparation d’arrière-garde aux États‑Unis et une explosion au niveau international nécessitant une action rapide au Japon. Il est vrai que l’ordre d’interdire Akahata et l’exclusion de ses rédacteurs interviennent au lendemain du début des hostilités en Corée. Il y a là indubitablement un lien de cause à effet. Rien n’est moins sûr pour ce qui est du maccarthysme. En dépit de son influence sur Washington, il ne participa sans doute pas directement à lancer les purges au Japon étant donné l’antériorité des premières actions des forces d’occupation54 ;

  • au niveau du Japon : on cite aussi régulièrement les grèves dès 1947‑1948 et les actions de plus en plus dures contre les forces d’occupation en 1950, ainsi que le développement du syndicalisme de gauche ou étiqueté « rouge »55.
  • 56  Voir Hans Baerwald, 2003, “The Occupation of Japan as an Exercise in ‘Regime Change’: (...)

36Il ne fait aucun doute que, bien avant le lancement de purges, l’interdiction officielle par MacArthur de la grève générale prévue par les partis socialiste et communiste pour le 1er février 1947 définit une sorte de limite dans l’expansion du syndicalisme qui avait pourtant prospéré sous l’égide des réformes d’après-guerre. Ce « divorce », selon les termes de Hans Baerwald, tient notamment à la politisation du discours syndicaliste qui jusque-là, se cantonnait principalement à des revendications alimentaires56. Si l’officialisation du projet anticommuniste n’apparaît que lors des allocutions du Nouvel An et du 3 mai 1950, les actions violentes ou les grèves puis le syndicalisme ont naturellement retenu l’attention du GHQ bien avant, à l’origine pour des raisons de sécurité des troupes d’occupation et de stabilité sociale plutôt que par respect d’un calendrier de purges des communistes. En ce sens, les purges des rouges correspondent à une seconde phase – néanmoins préparée – et non à une préméditation initiale. Cela n’est pas sans lien avec les premières purges dites « des leaders et des groupes ultranationalistes » et la démocratisation du Japon.

Les purges des leaders et des nationalistes

  • 57  Les informations concernant les purges des leaders et des nationalistes sont (...)

37S’attarder sur les premières purges menées principalement en 1946‑1948 sous l’impulsion du GHQ n’est pas superflu, dans la mesure où elles ont en partie refaçonné le paysage politique de l’après-guerre au Japon. Elles sont présentées par la plupart des chercheurs comme le véritable effort de démocratisation des Américains et opposées au retour à une politique autoritaire et conservatrice ou en japonais « gyaku kōsu retour en arrière/aller à rebours », que représentent les purges des rouges. Il n’y a pourtant pas une occupation positive et une autre négative, car les deux phases, malgré leurs différences, appartiennent, à notre sens, à la même cohérence idéologique57.

  • 58  L’appellation officielle est : « Removal and Exclusion of Undesirable Personnel from P (...)
  • 59  Il occupa d’août 1946 à janvier 1949 le poste de traducteur-interprète avec (...)

38À l’origine dirigées dans les administrations publiques58, les premières purges visaient : 1) les leaders liés à l’élimination du potentiel de guerre, autrement dit : la pacification du Japon, 2) la reconstruction du Japon sur des bases et des idées associées à la démocratie libérale. À partir de ces deux objectifs relativement simples, la définition des catégories et des critères a posé des problèmes quasiment insolubles, parce qu’elle dépendait du présupposé de l’équivalence, position = autorité = pouvoir, sans bien sûr inclure l’empereur. Cette contradiction fondamentale n’a bien entendu pas stoppé le programme de démocratisation, mais elle a entaché sa crédibilité, ou du moins a diminué son efficacité, aux yeux du participant qu’était Baerwald59. On le constate à la lecture des deux facteurs servant de base à l’élaboration critères des purges des leaders :

  • la position dans la vie publique (mis à part l’empereur) ;

  • la promotion active de la politique du Japon durant la guerre.

  • 60  Le GHQ définit malgré tout une série de sept catégories d’A à G. A : purges liées au (...)

39Si le premier critère se trouve d’emblée discrédité, le second est tellement vague qu’il peut englober autant les capitaines d’industrie, que les colons en Mandchourie ou les membres régionaux de l’Association de soutien au trône (Taisei yokusan-kai)60. Mais étant donné que les grandes préoccupations du GHQ étaient de démocratiser et de favoriser l’ascension de nouveaux dirigeants, les principaux concernés furent majoritairement des militaires ainsi que des personnages politiques, publics ou à haut niveau de responsabilité. Du point de vue de la méthode, les purges évoluèrent rapidement d’une enquête au cas par cas à une « désignation provisoire » selon des catégories correspondant aux postes occupés pendant la guerre, système vite doublé de bureaux d’appels pour en corriger les erreurs. Plus de 200 000 dossiers furent ainsi examinés de 1946 à 1948.

40Ce total impressionnant ne doit cependant pas faire oublier certains points plus problématiques tels que :

  • la rigidité de l’approche par catégorie plutôt qu’un examen par carrière individuelle, et par conséquent la difficulté d’y faire entrer certains responsables (les chefs d’entreprises en sont un bon exemple) ;

  • l’inégalité intrinsèque de catégories exigeant l’exclusion de tous les officiers et cadres de l’armée de terre et de la marine, alors que seulement une partie des élites politiques et économiques furent touchées ;

    • 61  Ibid., p. 17 et 27.

    la portée très réduite des purges locales des nationalistes. À titre d’exemple, les responsables locaux de l’Association de soutien au trône furent bien purgés, mais ils le furent uniquement pour laisser la place à des jeunes dans le réseau politique avant les élections générales d’avril 1947, et non pour leur appartenance à l’association61 ;

    • 62  Ibid., p. 41 et 58.

    le délai moyen de dix-huit mois nécessaires pour finalement purger un individu. Cela est dû à l’adoption de procédures administratives plutôt que judiciaires (uniquement lancées en cas de violation des décrets), puis à la création d’un système d’appel à partir de 1946, pour corriger les abus des purges62 ;

    • 63  Ibid., p. 42.

    l’application aléatoire des directives émises par le GHQ. La croyance à l’application automatique de ces directives dans l’opinion publique faisait, à l’époque, partie de la stratégie de communication de MacArthur63 ;

    • 64  Ibid., p. 60, 61.

    le rôle réel que la structure administrative d’appel finit par jouer : réintégrer une partie des purgés et évoluer vers un véritable démantèlement du système des purges des nationalistes64 ;

    • 65  Ibid., p. 32, 36 et 74. Cela touche aussi les limites des purges, lorsqu’une entrepr (...)

    étant donné les délais des purges, les inévitables « passations de pouvoir », notamment au niveau des directions des entreprises privées, en lien avec le retard du lancement des purges économiques65.

  • 66  Ibid., p. 69.

41Autant de questions qui reflètent les difficultés de « l’exercice du changement de régime », selon les termes de Baerwald. Mais elles sont aussi révélatrices des choix politiques du GHQ et, en tout premier lieu, celui de passer par le gouvernement japonais pour l’application des purges des nationalistes66.

  • 67  Le G‑2 se situe au-dessus du BRG dans la pyramide du GHQ, une position de (...)
  • 68  Hatoyama Ichirō (1883‑1959). Élu à la Diète lors des élections d’avril 1946, président (...)

42Cela complique grandement les données du problème, puisque le bureau des Relations avec le gouvernement (BRG) du GHQ, sans capacités d’investigation, avait des pouvoirs de supervision des purges, mais devait, à l’origine, passer par le Deuxième Bureau attaché au commandement suprême (G‑2) dirigé par le général C.A. Willoughby67, chargé du renseignement civil. L’opposition de ce dernier et du BRG à propos de l’exécution des purges se solda par l’attribution de ces dernières au seul BRG en février 1947, qui dut alors se fier aux comités d’enquête mis en place par les autorités japonaises. Outre la question de répartition des responsabilités au sein du GHQ, l’isolement du BRG et sa dépendance à l’égard des sources japonaises a, d’une part, diminué l’efficacité de sa supervision et, d’autre part, favorisé l’action du G‑2 et du service du contre-espionnage. L’incident de Yokosuka, présenté plus haut, survint dans ce contexte, et le G‑2 joua certainement un rôle central dans les purges des communistes. Un peu plus avant, l’affaire Hatoyama, et son expulsion du Parti libéral en mai 1946, montra combien les comités d’enquête japonais pouvaient se « méprendre » sur le passé des hommes politiques japonais68.

  • 69 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Pur (...)

43Mais en les laissant en grande partie agir, décision officiellement motivée pour éviter les troubles dus à une intervention directe, le GHQ ne pouvait ignorer l’anticommuniste de la majorité des dirigeants japonais, y compris parmi les plus « progressistes ». Les exemples du cabinet Ashida (mars‑octobre 1948), et surtout de Yoshida Shigeru, qui fut au pouvoir la plus grande partie de l’occupation, sont là pour le prouver. Il est tout de même intéressant de préciser que c’est ce dernier qui, le 6 mars 1950, proposa à MacArthur de dissoudre le PCJ, ajoutant que son gouvernement avait déjà pris les mesures nécessaires69. En juin de la même année, le ministre de la Justice, Ueda Shunkichi, et son chef de cabinet, Okazaki Katsuo, multiplièrent les déclarations concernant l’illégitimité du PCJ, à la suite des agressions sur des soldats américains.

44Ces exemples ne font que confirmer l’orientation des gouvernements Yoshida successifs. Ils seraient toutefois restés au niveau de la déclaration d’intention si la catégorie des bureaucrates avait été plus touchée par les purges des nationalistes. Ce deuxième élément détermine à son tour l’efficacité de ces dernières autant que celle des purges des communistes. Avec les capitaines d’industrie et les responsables des médias, ils figurent parmi les moins nombreux.

Catégories Nombres Pourcentage
Élites militaires 167 035 79,6
Élites bureaucratiques   1 809  0,91
Élites politiques  34 892 16,5
Élites ultranationalistes   3 438  1,6
Élites du monde des affaires   1 898  0,9
Élites information et média   1 216  0,5
Total 210 288 100 %

Sources : Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, (Les purges des leaders sous l’Occupation), Berkeley and Los Angeles/London : University of California Press/Cambridge University Press, coll. “University of California Publications in Political Sciences” vol. 8, repris de : Statistics Bureau, Prime Minister’s Office and chart in Kinoshita Hanji, (Purge Policy and After Bureau des statistiques, Bureau et Graphiques du Premier ministre dans Kinoshita Hanji), Tōkyō : Nihon Taiheiyō mondai Chōsakai/Japan Institute of Pacific Relations, 1954, p. 33‑35.

  • 70  Les trois phases d’appels se succèdent ainsi : 1er bureau : du 3 mars 1947 au 10 mai 1 (...)

45Les chiffres, si l’on peut dire, parlent d’eux-mêmes et s’expliquent en trois points : 1) les bureaucrates furent sans aucun doute les mieux placés pour se protéger, étant donné le choix du GHQ de s’appuyer sur les structures gouvernementales japonaises pour mener les purges ; 2) l’option de procédures administratives, domaine de ces bureaucrates, n’a pu que renforcer le premier point ; 3) l’impossibilité de gouverner sans hiérarchie administrative a certainement poussé les membres du GHQ à modérer leurs demandes et les comités d’enquête à fermer les yeux. Si l’on ajoute à cela les 201 577 « dépurgés » lors des trois bureaux d’appel, le nombre de purgés parmi les leaders se réduit à une peau de chagrin, la libération de ceux d’extrême droite coïncidant avec les débuts des purges des rouges70. Une clause du traité de paix de septembre 1951 devait pourtant garantir l’effet permanent des purges de ces élites, tel qu’il avait été exigé au paragraphe six de la déclaration de Potsdam, mais elle ne fut finalement pas incluse. Le gouvernement s’empressa d’émettre des décrets mettant fin aux purges les 21 et 28 avril 1952 (le GHQ cesse ses activités le 28).

46Nous sommes donc en présence d’un véritable recyclage des élites, dont la plupart furent actives pendant la guerre. Un environnement peu propice aux activités des gauchistes, bien qu’à leur niveau respectif, c’est le même type de population qui se trouva sollicité lors des purges des nationalistes et celles des rouges : les autorités américaines, le gouvernement japonais et ses administrations, les chefs d’entreprises. Les premières fermèrent les yeux sur l’évolution des purges de 1946 à 1948 et lancèrent celles de 1949‑1952, dans des conditions et par des relais quelque peu différents, mais en impliquant des acteurs identiques.

47Il faut toutefois se garder de voir dans la coïncidence des chronologies (entre 1948 et 1949) une préméditation qu’aucun document n’atteste. Tous les chercheurs s’accordent pour dater le regain de « vigilance » du GHQ en 1948, surtout au niveau de l’activité des renseignements, mais aucun n’y voit la preuve d’une préméditation, encore moins d’un programme établi de longue date. Le lien entre les deux vagues de purges se situe, du point de vue des protagonistes, dans l’impossible coexistence d’une société dite « démocratique-libérale » et du communisme. Si les tentatives japonaises d’avant-guerre pour écarter ces deux modèles ont tourné au militarisme ou à l’« ultranationalisme », elles n’ont pas moins violemment étouffé dans l’œuf la première menace politique et sociale que représentaient le communisme et son parti. Se trouve là le « terreau idéologique » commun à la plupart des dirigeants japonais et américains de l’époque, cela pour des raisons différentes allant des impératifs internationaux au maintien de l’ordre, en passant par l’idée d’incompatibilité des idées communistes et du Japon. Plus concrètement, et de toute évidence, la montée en puissance du PCJ dans les syndicats ouvriers et étudiants de la moitié 1949 au début 1950 menaçait le projet national et international du GHQ.

Les purges et le PCJ

  • 71  Les informations concernant le PCJ sont reprises de : George M. Beckmann et Genji Ōkub (...)

48Les conséquences directes des purges des communistes et sympathisants touchent principalement le PCJ. Les questions d’organisation et de stratégie montrent d’ailleurs combien il était peu préparé face aux actions combinées du GHQ et du gouvernement japonais71. Un court résumé nous montrera les erreurs fondamentales des communistes de cette époque.

  • 72  Libération fin octobre 1945 de 2 465 prisonniers politiques par le gouvernement japona (...)
  • 73  Tokuda (1894‑1953) fut interpellé en 1928 et resta en prison jusqu’en 1945. Il mourut (...)
  • 74  Des questions qui ont fait l’objet de palabres et d’une série de textes dé (...)
  • 75  George M. Beckmann et Genji Ōkubo, 1969, The Japanese Communist Party 1922‑1945, op. c (...)
  • 76  Robert A. Scalapino remarque que la stratégie de révolution par la paix a rapporté plu (...)
  • 77  Créé le 5 octobre 1947.
  • 78  Un programme aux relents nationalistes appelant à une révolution dans le but « d’établ (...)

49Après la libération des prisonniers politiques72, la reformation du PCJ autour de Tokuda Kyūichi et ses discours virulents, c’est l’option de la « révolution par la paix » de Nosaka Sanzō73 qui fut retenue dans un premier temps. Les grandes questions tenaient à l’attitude vis-à-vis de l’occupation américaine, à la forme de la révolution japonaise (stade et objectifs) et aux tactiques appropriées pour cette révolution74. Pour la première, la coopération avec les Américains fut acceptée de tous. Les deux autres éléments étaient plus délicats, car ils font partie des enjeux théoriques essentiels au PCJ, et ont défini les querelles internes depuis sa création en 1922 jusqu’après guerre, révélant par la même occasion l’anachronisme de ses bases. En effet, ne disposant pas de plate-forme fixant les lignes de leur politique, les communistes d’après-guerre s’en sont remis à l’orthodoxie des thèses émises par le Komintern en 1932, qui préconisaient une action révolutionnaire de masse « par une alliance entre travailleurs et paysans sous l’hégémonie du prolétariat, visant la destruction de l’appareil gouvernemental de la dictature des bourgeois et propriétaires terriens […]75 ». Bien qu’en contradiction théorique avec ces thèses, la stratégie de coopération avec les forces américaines de Nosaka eut bien plus de succès que ce programme ne l’aurait permis : elle donna au PCJ des sièges à la Diète et contribua largement à développer son réseau de cellules syndicales76. Mais le début des purges des rouges et les déceptions électorales firent rejaillir les luttes internes et Nosaka fut violemment critiqué dans l’organe officiel du Kominform77 (successeur du Komintern) le 6 janvier 1950. Le programme de Tokuda d’octobre 1950 fit une critique virulente de l’occupation et du gouvernement Yoshida (thèses de 1951)78. À mesure que les purges s’intensifièrent, des actions plus dures furent organisées par la faction principale du PCJ, d’abord à l’instigation de Tokuda, qui était alors secrétaire général, et finirent par le passage à la clandestinité d’une partie du comité central et son exil à Shanghai. Une stratégie cherchant à imiter les camarades chinois de Yan’an (province de Shanxi) entre 1935 et 1949, mais qui se solda par un échec au Japon et jeta le discrédit sur le PCJ et les communistes en général. Ce genre de méthode pris fin avec la mort de Tokuda en octobre 1953 et fut « critiquée » lors de la sixième conférence nationale du parti en juin 1955.

50Une série de caractéristiques et d’éclaircissements importants concernant ces événements s’impose :

  • d’abord, la réactivation, juste après guerre, des factions et des luttes internes autour de figures charismatiques et de polémiques théoriques (Rōnō‑ha/Kōza‑ha et la question du développement du capitalisme au Japon, en l’occurrence). Il s’agit d’une vieille tradition qui neutralisa le PCJ d’avant guerre. Elle engendra un état de véritable guerre interne de 1945 à 1949 au moins ;

  • ensuite, le rôle déstabilisateur du Kominform, dans la tradition du Komintern. Tenant d’une orthodoxie, ce dernier a nombre de fois recadré les orientations du PCJ, y compris de manière contradictoire, suivant les vicissitudes à Moscou, influant ainsi sur celles des luttes de factions, ainsi que sur l’interprétation de la nature de la révolution au Japon (prolétarienne ou bourgeoise). Un facteur complexifiant la longue histoire des querelles académiques et politiques. La critique de Nosaka marqua, dans ce cas, une orientation plus à gauche demandée par le Kominform et l’expulsion de contestataires ;

  • le modèle de lutte à la chinoise et la collaboration avec le Parti communiste chinois (qui restent à examiner plus précisément, en particulier en rapport avec les réseaux d’avant-guerre jusqu’au contrôle total de Shanghai par la police japonaise en octobre 1937) ;

  • mais surtout, l’incompréhension fondamentale de la position du GHQ (à la fois libérateur et adversaire) et les points de repère et modes d’action propres à l’époque de la guerre, le passage à la clandestinité le montre bien.

  • 79  C’est l’opposition kokusai-ha/chūō-ha (ou shokan-ha). Les premiers sont ma (...)

51Finalement, les purges de juin 1950 trouvèrent un PCJ déjà divisé, avec une partie de ses membres négligeant les instructions de Shanghai et menant leur propre politique de violences armées79. Une option qui, comme nous l’avons vu, mena au désastre. Le PCJ contribua lui-même de manière non négligeable à se désagréger, sans qu’aucun ordre de dissolution ne fût proclamé. Le comité passa dans la clandestinité sous la pression des arrestations menées par les autorités, dans les conditions et par les méthodes que nous savons.

Conclusion

  • 80  D’après la traduction anglaise de Richard H. Mitchell, 1976, Thought Control in Prewar J (...)

52À voir le sombre tableau des purges des rouges en général, on serait tenté de faire un parallèle entre l’avant- et l’après-guerre. On remarque, en effet, une réutilisation du système des décrets impériaux par les Américains, ainsi qu’un dispositif légal tournant autour du Dantaitō kiseirei ou décret redéfinissant l’activité des groupes et associations. Si l’on se souvient que les répressions des gauchistes avant et pendant la guerre furent menées « légalement » à l’aide de la fameuse Loi sur le maintien de l’ordre, quelques précisions s’imposent. Rappelons que l’article 1er de la première version de cette loi (avril 1925) désignait explicitement les « associations et activités visant à altérer le kokutai, la forme du gouvernement [de l’époque] et à dénier la propriété privée80 ». Voté par la Diète, ce texte est parfaitement légal. Dans l’histoire de la répression des gauchistes au Japon, une assimilation de l’écrasement des communistes dans les années 1930 aux purges des rouges n’en est pas moins abusive, parce que, outre des méthodes foncièrement différentes, aucune loi d’après-guerre ne désignait si précisément un type d’opinion à sanctionner. Schématiquement, on peut dire que les communistes d’avant-guerre faisaient face au système tout entier et à la cohérence de son appareil légal, alors que ceux d’après-guerre furent l’objet d’une transgression du nouvel appareil mis en place par les transgresseurs eux-mêmes. Cela révèle de prime abord la contradiction de leur discours.

  • 81  Cité dans Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupat (...)
  • 82  On compte deux réformes agraires, la suppression de la Loi sur le maintien de l’ordre, (...)
  • 83  La Commission comprenait les États‑Unis, la Grande‑Bretagne et l’URSS. Voir Takemae Eiji (...)

53Tel qu’il a été annoncé en introduction, la question de la démocratisation du Japon repose théoriquement sur la déclaration de Potsdam, particulièrement le paragraphe six appelant à « l’élimination pour toujours de l’autorité et de l’influence de ceux qui ont trompé et égaré le peuple japonais dans une conquête du monde et [l’insistance] sur l’impossibilité d’établir un nouvel ordre de paix de justice et de sécurité sans l’éradication du militarisme irresponsable81 ». En dépit de nombreuses réformes82 et de l’élaboration d’une Constitution pacifiste (article 9), ces objectifs louables n’ont, bien entendu, pas été entièrement respectés tant la définition de la démocratie était différente parmi les membres de la Commission pour l’Extrême-Orient et du Conseil interallié du Japon. À cela s’ajoutent la politique unilatérale des Américains, les tâtonnements du GHQ et la volonté de maintenir l’ordre à tout prix83. Mais l’essentiel réside dans le manque de clarté des critères des premières purges et leur évolution de 1946 à 1949. L’esprit de la déclaration de Potsdam ne pouvait résister aux exigences internationales et l’opposition initiale militarisme/antimilitarisme s’est vue remplacée par celle de prodémocratique/antidémocratique, avec comme conséquence le retournement vers les communistes des structures destinées à l’origine à purger les nationalistes.

  • 84  Ce sont principalement les membres du Tsukuru‑kai, abréviation d’Atarashii rekishi kyōka (...)

54Si, du point de vue d’un Baerwald, cela peut paraître contradictoire, on peut en douter pour une grande partie des élites japonaises d’après-guerre, dont les héritages de la guerre n’ont certainement pas été balayés, même par huit années d’occupation. Les « dépurges » massives et la bénédiction du GHQ pour les purges des communistes ne pouvaient les convaincre d’une quelconque responsabilité pour leurs agissements durant la guerre. Ce qui a certainement changé depuis, c’est le pacifisme prôné par la Constitution ainsi que l’inféodation en politique internationale du Japon aux États‑Unis, un problème très actuel posé et reposé par les enjeux de la révision de ladite Constitution. Certains ne manquent pas d’insister sur l’absence de souveraineté réelle du Japon et dénoncent les interventions abusives des anciens occupants, précisément au niveau constitutionnel. Il est intéressant de voir qu’ils font de la période de l’occupation une rupture autant que l’origine des faiblesses actuelles du Japon84. Qu’elle ait encore des conséquences de nos jours est évident, ne serait-ce qu’au niveau militaire, mais, comme il a été vu, elle ne représente pas une rupture totale, et moins encore la table rase qu’on entend parfois.

  • 85  En japonais, on appelle ce phénomène tenkō littéralement « changement de direc (...)

55Indéniablement, l’action américaine de changement de régime a porté ses fruits et fait du Japon un pays aux institutions démocratiques, élément qu’il nous semble alors plus intéressant d’interroger à partir du fait que la majorité des administrations et des politiques japonais ont travaillé pendant et après la guerre dans des cadres supposés totalement incompatibles, autrement dit à des objectifs opposés. Que la période de l’occupation soit vue par des néonationalistes aux relents négationnistes comme l’anéantissement des véritables valeurs du Japon, de sa vigueur ou de son action prétendument libératrice en Asie pendant la guerre, n’annule en rien cette forme de continuité et n’y répond que par une pure abdication. Or il semble qu’entre renoncement et responsabilité il y ait un processus qu’on qualifie souvent de conversion ou de revirement85. On l’explique généralement par un choix laissé dans le cadre de pressions ou de réorientations d’instances normatives (le GHQ en l’occurrence). Ce processus nous paraît pourtant tenir plus de l’espace commun que de l’incompatibilité. Un espace commun minimal qu’on peut nommer anticommunisme. La « conversion » massive des bureaucrates laissés en place s’apparente alors plus à un phénomène statique, alors que celle des « ultranationalistes dépurgés » en masse, à un véritable passage à la démocratie où le communisme se trouve neutralisé. On y verra peut-être de l’opportunisme ou de la servilité, mais ce phénomène mérite qu’on s’y attarde en tant que présupposé logique des relations entre les dirigeants japonais et américains.

Notes

1  Lorsque nous parlons de « purges », nous désignerons ici la purge des communistes. Dans le cas contraire, nous préciserons de laquelle il s’agit.

2  Voir le texte de la déclaration de Potsdam en annexe, article 6.

3  On dénombre quatre-vingt-cinq bases militaires américaines et plus d’une quarantaine de centres de communication et de transmission. Voir Umebayashi Hiromichi, 2002, Zainichi beigun [L’armée américaine au Japon], Tōkyō : Iwanami shinsho.

4  La convention de La Haye interdit la modification des lois d’un pays, la Constitution japonaise garantit l’égalité de tous devant la loi. Mais, à regarder de près les modalités d’exécution des deux vagues de purges, ce genre de considérations est quelque peu stérile.

5  Valery Burati (1907‑1988), arrivé la première fois au Japon en 1946, entre à la section du Travail en novembre 1948 pour y rester jusqu’en 1951. Ses notes et documents servent de base au livre de Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les « Red Purges » ? Ombre de l’occupation du Japon], Tōkyō : Ōtsuki Shoten. Le nom officiel du GHQ est : General Headquarters Supreme Commander for the Allied Powers (GHQ/SCAP)). Il est organisé de manière pyramidale avec de haut en bas et en simplifiant : le commandement suprême (MacArthur) et ses aides de camp ; les bureaux des chefs du personnel (Chief of Staff en anglais), les bureaux du personnel (Staff Sections) ; les forces d’occupation. Lorsque nous parlons de bureau (section en anglais), il s’agit des bureaux du personnel, les sections puis les branches étant des subdivisions de bureau, par exemple, Bureau économique et scientifique, section du Travail. Voir Robert Ward et Frank JosephShulman, 1974, The Allied Occupation of Japan 1945‑1952. An Annoted Bibliography of Western Language Material, Chicago : The American Library Association, p. 857‑862.

6  Yoshida Shigeru (1878‑1967). Il fit une carrière de diplomate et devint d’abord ministre des Affaires étrangères après la guerre, puis Premier ministre cumulant le plus de mandats pendant l’occupation américaine avec pas moins de cinq cabinets de 1948 à 1954.

7  On se référera aux ouvrages de Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les « Red Purges » ? Ombre de l’occupation du Japon], op. cit., et Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], Tōkyō : Shin Nihon shuppan‑sha.

8  Ibid., p. 17. Il s’agit principalement des lettres de Philip Beach Sullivan (Secrétariat d’État, conseiller aux Affaires ouvrières de la section Extrême-Orient, Washington) à Valery Burati en novembre 1950. Les grades, appartenances et fonctions du personnel des forces d’occupation ont été vérifiés à partir des index de Robert Ward et Frank Joseph Shulman, 1974, The Allied Occupation of Japan 1945‑1952. An Annoted Bibliography of Western Language Material, op. cit., p. 837‑852 et p. 863‑867. La première apparition du terme semble être due au chef de la section du Travail du GHQ, Robert T. Amis, lors d’une communication officielle faite le 24 octobre 1950 et intitulée : « Les prétendues purges rouges, etc. ». Plusieurs organes affiliés au PCJ commencent à s’émouvoir des « expulsions des rouges » (aka tsuihō) à partir du mois de septembre de la même année. Mais dès fin 1949, le gouvernement japonais émet un certain nombre de circulaires internes à propos des mesures à prendre contre les communistes, voir par exemple la circulaire adressée à tous les ministères par le sous-secrétaire d’État : « À propos des dispositions pour l’exclusion des rouges » (« Sekishoku bunshi haijo taisaku nitsuite ») datée du 2 octobre 1949. Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 17‑18.

9  Ibid., p. 17.

10  Ibid., p. 14. Critères définitivement fixés le 2 décembre 1949 par les aciéries Mitsubishi, dans Il n’y a pas d’auteur désigné, Collection collective, 1966, « Mitsubishi seikō Tōkyō Rōdōkumiai Syndicat ouvrier des aciéries Mitsubishi de Tōkyō , Rōdōkumiai nijūnen shi [Vingt ans d’histoire de syndicat ouvrier], p. 167‑168.

11  Ibid., p. 12, à partir d’un témoignage d’Okuda Norihisa.

12  Voir Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les « Red Purges » ? Ombre de l’occupation du Japon], op. cit., p. 26 (repris de Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre] : Tōkyō daigaku shuppan‑kai). Référence à la décision du troisième cabinet Yoshida Shigeru (16 février 1949 – 30 octobre 1952), alors Premier ministre, de définir les « orientations pour le licenciement des membres du Parti communiste à l’occasion des remaniements administratifs (gyōsei seiri o kikaini kyōsantōin o okonau hōshin) en juillet 1949. Cette date n’est sans doute pas la première trace du lancement des purges, puisque Hirata Tetsuo fait remonter la décision du conseil du cabinet de purger les communautés locales dès le 13 avril 1949 ; voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 49.

13  Voir Takemae Eiji, 2002, Senryō Sengo-shi [Histoire de l’occupation d’après-guerre], Tōkyō : Iwanami shoten, chap. IV : « Reddo pāji zenshi, Yokosuka jiken » [Préhistoire des purges rouges, l’affaire Yokosuka], p. 175‑205.

14  Il s’agit du lieutenant-colonel Greer, sous-gouverneur militaire ; du lieutenant-colonel MacAllen, chef du corps de contre-espionnage de Yokosuka ; du capitaine de vaisseau Lasvel, chef de la police militaire de la base navale ; du chef de section des troupes affectées à la surveillance du port de Yokosuka et directeur du personnel du bureau des Relations extérieures de Yokosuka, Mibu Yoshirō (prononciation du prénom incertaine), de son adjoint Nakamura Tomonori, ainsi que de deux traducteurs, ibid., p. 180.

15  Les informations de ces documents, outre la date et le lieu de naissance, la description physique (taille, poids, couleur des cheveux, signes particuliers), le domicile et la nationalité, comportent les professions précédente et actuelle, l’adresse de l’entreprise, les noms de l’employeur et du supérieur hiérarchique direct, le type d’activité professionnelle, le nom du syndicat d’appartenance, la coloration politique des associations dont on est adhérent, les noms du personnel du syndicat, les voyages à l’étranger prévus (nom du pays, période, objet), ibid., p. 181.

16  Ibid., p. 180‑181.

17  Il s’agit d’Inoue Kō, condamné à cinq mois de détention et à 100 dollars d’amende le 6 juin 1949, ibid., p. 197. Cette condamnation se trouva justifiée non pas par l’appartenance à un syndicat proche ou sous l’influence du PCJ Zenshinrō, mais pour une sombre affaire de falsification de documents traduits puis envoyés au SCAP.

18  On sait cependant que les tout premiers efforts du GHQ pour répertorier les éléments subversifs remontent au moins à 1947, lors de la tentative de grève générale interdite par MacArthur le 1er février 1947. Au niveau gouvernemental, on n’en trouve pas de trace avant 1949, ibid., p. 209.

19  Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 53, témoignage anonyme repris de : 1982, Ōsakafu shokurō sanjūgonen shi [Trente ans d’histoire du travail, département d’Ōsaka], Ōsaka, p. 26‑27. Exemple des purges des communautés locales à Ōsaka. Le Bureau spécial d’investigation (Tokubetsu shinsakyoku) joua un rôle central dans l’organisation des purges. Voir infra.

20  Ibid., p. 49 et 52.

21  Ibid., p. 49. L’étude de Hirata Tetsuo étant la plus fournie et la plus précise sur le point du croisement et de la quantité des sources, nous nous reposons sur sa chronologie.

22  À titre d’exemple parmi les entreprises privées les plus connues, on peut citer : Tōshiba, première purge lancée en juillet 1949, seconde en octobre 1950, ibid., p. 69. Toyota et Hitachi en juin 1950, Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les « Red Purges » ? Ombre de l’occupation du Japon], op. cit., p. 33‑34. La NHK et les sociétés de presse d’ampleur nationale (Asahi, Mainichi, Yomiuri, Nikkei) : juillet 1950, voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 215. Hirata Tetsuo propose une description par secteur qu’il est ici impossible de détailler.

23  Le 3 mai 1950. Il est à noter que le tournant au niveau des décisions du GHQ se situe plutôt au printemps 1949 avec la déclaration du général de brigade Whitney alors à la tête du bureau des Relations avec le gouvernement, ibid., p. 31, citant Hans Baerwald.

24  La guerre de Corée éclate le 26 juin 1950. Parmi les affaires les plus connues, on peut citer dans l’ordre chronologique celles de Mitaka et de Shimoyama (toutes deux en juillet 1949) et celle de Matsukawa (août 1949). Elles tournent toutes trois autour de protestations violentes de cheminots contre les purges, mais sont aussi interprétées comme des manipulations ou provocations du GHQ et du gouvernement japonais, particulièrement les deux premières, du fait qu’elles n’ont jamais été élucidées. On remarquera, à propos des déclarations de MacArthur, que dès l’été 1949, lors de la fête nationale américaine, il annonce que le Japon est le rempart contre le communisme. Ce genre de déclaration, bien que donnant le ton de la politique d’occupation, n’avait certainement pas le poids de grandes allocutions où le commandant en chef s’adressait au Japon tout entier.

25  Il n’existe pas de document officiel concernant la purge de ces membres du PCJ. C’est une lettre de MacArthur à Yoshida datée du 6 juin 1950 qui l’ordonne. Le 7 juin, dix-sept « éléments antidémocratiques rouges » sont exclus de leur poste. L’interdiction d’Akahata s’opère en deux temps : une première interdiction de trente jours le 26 juin 1950, puis une seconde illimitée le 18 juillet, toujours sur lettre de MacArthur à Yoshida. Akahata ne reparaîtra officiellement qu’après la signature du traité de paix nippo-américain le 1er mai 1952.

26  Il s’agit de six plaignants d’Ōsaka travaillant pour les studios Daiei et de cinq plaignants de l’Éducation nationale dans la région de Tōkyō, Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 105 et 285.

27  Voir Miyake Akimasa, 1994, Reddo pāji towa nanika Nihon senryō no kage [Que sont les « Red Purges » ? Ombre de l’occupation du Japon], op. cit., p. 11‑12. Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 22. Plus récemment, la rubrique « Dokusha ga tsukuru kioku no rekishi shirῑzu » [Opinion, Série histoire construite par la mémoire des lecteurs] du quotidien Asahi shinbun du 25 août 2004, avance des chiffres quelque peu différents bien que relativement bas : 10 972 personnes dans le privé (chiffres au 10 décembre 1950) et 1 196 personnes dans les organes d’État (fin novembre 1950). Nous remercions Paul Jobin pour ces informations complémentaires. Les 10 972 purgés correspondent à la troisième phase lancée en juillet 1950. Un retour plus systématique sur cette mémoire encore peu diffusée permettrait sans doute de reconsidérer le trajet politique intérieur et international du Japon depuis le début des années 1950. Elle montre dans tous les cas qu’il n’y a pas absence complète de conscience critique parmi la population japonaise sur cette période.

28  Voir par exemple un site traitant des affaires Shimoyama, Mitaka et Matsukawa évoquées plus haut : http://www.alpha-net.ne.jp/user2/knight9/simoyama.htm [consulté en octobre 2004].

29  Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 22. Le total des « réorganisations de services » de la première phase se fonde sur 45 grandes entreprises. Il pourrait en fait atteindre 200 000 personnes mais, par manque de preuves, ce nombre n’a pas été retenu. De même pour le nombre de purgés dans le primaire et le secondaire, qui est certainement en deçà de la réalité.

30  Ibid., p. 33‑34. Il s’agit des décrets 311 et 325 : chokurei 311, seirei 325. Repris de : Miyauchi Hiroshi, 1960, Sengo chian rippō no kihonseikaku [Caractères essentiels de la législation du maintien de l’ordre d’après-guerre], Tōkyō : Yūshin‑dō, p. 32. Ce système date de la Constitution de Meiji (1889) et fut réutilisé tel quel par les forces d’occupation américaines jusqu’à la refonte du système légal.

31  Pour un organigramme du GHQ et des forces d’occupation par région, Voir Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 37‑38 et 40 ainsi que Robert Ward et Frank Joseph Shulman, 1974, The Allied Occupation of Japan 1945‑1952. An Annoted Bibliography of Western Language Material, op. cit., p. 855‑862.

32 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 44. La gestion du problème revient au bureau de l’Information civile et de l’Éducation, au Bureau économique et scientifique et au bureau des Relations avec le gouvernement (section des Emplois publics).

33  Cette appellation est une commodité qui est d’ailleurs restée en anglais avec les termes ministry of Justice. Le ministère actuel, Hōmu‑shō ou ministère des Affaires juridiques (traduction d’Éric Seizelet), fut créé en 1952. Ce sont des organes de transition qui ont géré les questions juridiques jusqu’en 1952 (en japonais, Hōmu‑chō puis Hōmu‑fu). Le statut et les prérogatives de ces organes restent à préciser, mais pour plus d’informations sur le système après 1952, voir l’ouvrage d’Éric Seizelet, 2002, Justice et magistrature au Japon, Paris : PUF, coll. « Droit et justice ».

34  L’ancien ministère de l’Intérieur fut dissous le 31 décembre 1947.

35 Ogino Fujio, 1999, Sengo chian taisei no kakuritsu [Fondation du système de sécurité publique d’après-guerre], Tōkyō : Iwanami shoten, p. 80‑81. Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 31. Takiuchi Reisaku laisse la place à Yoshikawa Mitsusada le 30 novembre 1948 à la faveur de la création du second cabinet Yoshida et de la prise de fonction d’Ueda Shunkichi au ministère de la Justice. Le précédent ministre de la Justice, Suzuki Yoshio, était membre du Parti socialiste, et la nomination d’Ueda représente un virage à droite et un durcissement à l’égard des communistes, confirmé par la destitution de Takiuchi, qui avait été emprisonné pendant la guerre. Il y aurait beaucoup à dire sur le curriculum de Yoshikawa, qui travailla en tant que procureur spécialisé dans les délits d’opinion ou idéologiques (shisō gakari kenji) et décida entre autres de la condamnation à mort de Richard Sorge et d’Ozaki Hotsumi en 1944 (affaire Sorge, Zoruge jiken).

36  Selon une enquête interne menée en janvier 1950, les effectifs, hors encadrement, comprennent : 40 % de policiers ; 26,6 % d’employés de bureau ; 10 % de magistrats. De plus, 40 % du personnel policier supposé avoir été dégradé, ou destitué, avait fait carrière parmi les forces de police du ministère des Affaires étrangères en Chine ou dans d’autres colonies avant la guerre, dont certains parmi les forces spéciales. Voir Ogino Fujio, 1999, Sengo chian taisei no kakuritsu [Fondation du système de sécurité publique d’après-guerre], op. cit., p. 83.

37  Ibid., p. 81‑83. Cette augmentation de personnel s’accompagne de réévaluations budgétaires, de 80 millions de yens en 1948 à 250 millions de yens en 1950.

38 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 32, citant l’ouvrage de Miyauchi Yutaka, 1960, Sengo chian rippō no kihonteki seikaku [Caractères fondamentaux de la législation du maintien de l’ordre d’après-guerre], Tōkyō : Yūshin‑dō.

39  C’est le cas, par exemple, de la bien connue Confédération des groupements économiques (Keidan‑ren) ou, pour les purges dans la presse, de l’Association des journaux japonais (Nihon shinbun kyōkai). Voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 18 et 219.

40  Les exemples sont nombreux. On peut citer les cas du commandant Napier, chef de la section Fonction publique du bureau des Relations avec le gouvernement, d’Amis et Valery Burati, successivement chefs de la section du Travail du Bureau économique et scientifique. Pour l’année 1950, le premier convoqua notamment les dirigeants des principales sociétés de presse le 24 juillet et pris rendez-vous avec le chef de la police nationale et le préfet de police le 15 juillet, le second, les chefs d’entreprises de classe A le 15 septembre et les représentants de quatorze syndicats le 19 novembre. Ibid., p. 190. Ogino Fujio, 1999, Sengo chian taisei no kakuritsu [Fondation du système de sécurité publique d’après-guerre], op. cit., p. 130 pour Napier. Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 203 pour Amis.

41 Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 208.

42  Ibid., p. 26.

43  Ibid., p. 27, citant les documents du BSI secrets à l’époque, Tokushin shiryō, shōwa nijūrokunen nigatsu tsuitachi gokuhi dantaitō kiseirei kaisan dantai riyū [Documents d’investigation spéciale du 1er février 51 : motifs de dissolution des groupes et associations par le décret confidentiel de régulation], 1er février 1951.

44 Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 27.

45  Abréviation de Zen nippon sangyōbetsu rōdō kumiai kaigi. Créé en 1946 et affilié au PCJ.

46  C’est la méthode que nous qualifions de « douce » recommandée par Burati. Voir Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 215‑217.

47  Abréviation de Minshuka dōmei. Cette scission intervient après la tentative avortée (par interdiction de MacArthur la veille) de grève générale du 1er février 1947 (ni ichi zenesuto).

48  Ce genre d’accord vient des États‑Unis où il reste actuellement illégal dans un tiers des États. Il fut utilisé durant la Seconde Guerre mondiale pour casser les grèves protestant contre les conditions de travail exigées par l’effort de guerre. Le délai pour adhérer au syndicat est de trente à soixante jours. Dans le cas du Japon, on note malgré tout des résistances au sein du Mindō‑ha lorsque, tout naturellement, certains de ses membres viennent à être purgés « abusivement » par leur patron. L’intervention modératrice du GHQ opère à ce niveau. Il serait en outre intéressant de s’interroger sur les conséquences et la pérennité de ce genre de système, évoquant le corporatisme, dans les relations patronat-syndicat du Japon d’après-guerre.

49  Voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 181.

50  Comité national regroupant les présidents des comités d’éducation préfectoraux.

51  Voir Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 179‑182.

52  Il est à noter que les purges des universités devaient officiellement dépendre de l’ordonnance 9/5 de 1950 du cabinet transmise au ministère mais, que par manque de documents il est, à l’heure actuelle, impossible de confirmer cette voie hiérarchique, ibid., p. 182. Il faut ajouter la participation active et officielle du conseiller dans le domaine de l’éducation supérieure, le Dr Walter Crosby Eels (GHQ/CIE, division Éducation, branche Éducation supérieure). Il donna, avec d’autres conseillers américains, un cycle de conférences dans vingt-sept universités nationales de fin 1949 à la moitié de l’année 1950. Outre ses déclarations exhortant à l’exclusion des communistes ou des étudiants faisant grève, il développa ses thèses sur le rôle des associations d’étudiants, celui des professeurs étrangers ou des comités administratifs, l’autonomie et la liberté des universités, l’hygiène et l’éducation physique, les unités de valeur, etc. Il eut un grand retentissement et provoqua, dans la plupart des cas, une réticence, voire une levée de boucliers chez les enseignants, ibid., p. 110‑136.

53  On ajoutera plusieurs dates dans le ralliement de la Chine au communisme : le Guomindang faiblit à partir de l’automne 1947 et perd 400 000 hommes en automne 1948 à la bataille de Shenyang, son gouvernement s’effondre et Pékin se rend le 31 janvier 1949. Le 25 mai, l’armée communiste prend Shanghai. Le 14 février 1950, signature du Traité d’amitié, d’alliance et d’assistance mutuelle sino-soviétique pour trente ans à Moscou.

54  Ce point reste à préciser. Une comparaison entre les préparations aux États‑Unis et au Japon en 1949 serait des plus intéressantes.

55  Voir Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 209‑210. Ogino Fujio, Sengo chian taisei no kakuritsu, op. cit., p. 33‑34. Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 204.

56  Voir Hans Baerwald, 2003, “The Occupation of Japan as an Exercise in ‘Regime Change’: Reflections after Fifty Years by a Participant”, Japanes Policy Research Institute Occasional Paper, p. 7.

57  Les informations concernant les purges des leaders et des nationalistes sont reprises (sauf précision) de Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, Berkeley and Los Angeles/London: University of California Press/Cambridge University Press, coll. “University of California Publications in Political Sciences”, vol. 8.

58  L’appellation officielle est : « Removal and Exclusion of Undesirable Personnel from Public Office ». Ces purges concernèrent aussi les milieux économiques et ceux des médias, ibid., p. 1.

59  Il occupa d’août 1946 à janvier 1949 le poste de traducteur-interprète avec le grade de lieutenant au bureau des Relations avec le gouvernement. Son ouvrage sur les purges des leaders, bien que paru en 1959, fait encore référence. Hans Baerwald doute, par exemple, de la théorie de Maruyama Masao selon laquelle l’empereur fut manipulé. Il est en outre évident, et Hans Baerwald le note aussi, que la question de sa responsabilité, pour autant qu’elle fût discutée et rediscutée par certains intellectuels japonais, fut éludée ou contournée par le GHQ. Voir ibid., p. 15. Voir Michel Vié,1995, le Japon et le Monde au xxe siècle, Paris/Milan/Barcelone : Masson, coll. « Histoire », p. 254‑255 sur l’« échec pédagogique de l’épuration ». Il est à noter que le maintien de l’empereur est certainement lié à des préoccupations d’ordre et de stabilité sociale, le GHQ ayant opté de faire passer l’occupation à travers sa personne. Voir Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, op. cit., p. 13.

60  Le GHQ définit malgré tout une série de sept catégories d’A à G. A : purges liées au tribunal international ; B : tous les officiers de carrière de l’armée de terre et de la marine (la question du grade limite fut l’objet de discussion, on le fixa finalement à lieutenant-colonel) ; C et D : leaders influents des groupes et associations ultranationalistes, terroristes et des sociétés secrètes ; E et F : personnages officiels de groupes publics ou semi-privés ayant participé à l’expansion du Japon (la catégorie E est la seule concernant le domaine économique, la catégorie F vise les officiels de haut rang de l’ex-Empire japonais) ; G : militaristes et ultranationalistes en addition (une catégorie très large et commode contre les groupes « antidémocratiques »), Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, p. 16‑21.

61  Ibid., p. 17 et 27.

62  Ibid., p. 41 et 58.

63  Ibid., p. 42.

64  Ibid., p. 60, 61.

65  Ibid., p. 32, 36 et 74. Cela touche aussi les limites des purges, lorsqu’une entreprise ou un groupe économique est de nature familiale. Les purges économiques ne sont lancées qu’au printemps 1947, dix-huit mois après les premières dans les administrations. Cette négligence n’est pas un hasard : en dépit de la priorité que fut la déconcentration des structures économiques (directive du 2 novembre 1945), l’occupant rechigna à trop toucher aux infrastructures du pays et les Japonais jouèrent souvent l’attentisme. C’est la guerre de Corée qui relança vraiment le Japon en le transformant en producteur de matériels militaires et de munitions.

66  Ibid., p. 69.

67  Le G‑2 se situe au-dessus du BRG dans la pyramide du GHQ, une position de force pour mener les actions adéquates contre les groupes subversifs. Une recherche plus détaillée sur le personnage du général Willoughby serait certainement riche d’enseignements, puisqu’il poursuivit sa carrière comme conseiller auprès des phalanges franquistes. Voir Hans Baerwald, 2003, “The Occupation of Japan as an Exercise in ‘Regime Change’: Reflections after Fifty Years by a Participant”, op. cit., p. 4.

68  Hatoyama Ichirō (1883‑1959). Élu à la Diète lors des élections d’avril 1946, président du Parti libéral (Jiyū‑tō) à partir de novembre 1945, il en fut exclu le 4 mai 1946. En dépit de son opposition à l’Association de soutien au trône, la presse se fit le relais de rumeurs concernant son passé : secrétaire en chef du cabinet Tanaka de 1927 à 1929, il partagea officiellement la responsabilité du vote de la 2e version de la Loi sur le maintien de l’ordre (Chian ijihō) limitant drastiquement les libertés publiques. Ministre de l’Éducation de 1931 à 1934, il décida, pour le plus connu, de la démission de Takigawa Yukitoki de l’université de Kyōto en mai 1933, pour pensée subversive (Takigawa jiken). Il fit aussi des déclarations officielles sur sa sympathie pour le hitlérisme. Les remous provoqués par la presse amenèrent MacArthur à ordonner le réexamen de son cas. Cela n’empêcha pas de le voir officiellement « dépurgé » le 6 juillet 1951 et de devenir Premier ministre de mars 1953 à décembre 1956, comme candidat du nouveau Parti libéral démocrate. Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, op. cit, pp. 21‑24.

69 Hirata Tetsuo, 2002, Reddo pāji no shiteki kyūmei [Élucidation historique des « Red Purges »], op. cit., p. 204.

70  Les trois phases d’appels se succèdent ainsi : 1er bureau : du 3 mars 1947 au 10 mai 1948 ; 2e bureau : du 8 février 1949 au 31 mars 1951 ; 3e bureau : du 29 novembre 1951 au 28 avril 1952. À partir du deuxième bureau, le nombre de réintégrés excède le nombre d’appels. Les « dépurges » de 3 250 jeunes officiers (31 octobre 1951) et de 177 261 membres des administrations (du 18 juin 1951 au 6 novembre 1951) se font même sans aucun appel, Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, op. cit., p. 79‑80. À noter que le réarmement du Japon commence en juillet 1950 avec la création d’un premier contingent de 75 000 hommes des troupes de réserve de la police nationale (kokka keisatsu yobitai) et l’augmentation de 8 000 hommes des gardes-côtes.

71  Les informations concernant le PCJ sont reprises de : George M. Beckmann et Genji Ōkubo, 1969, The Japanese Communist Party 1922‑1945, Standford California : Standford University Press, chap. VIII. Koyama Hirotake et Centre d’études sur la société, l’économie et le monde ouvrier, 1958, Sengo Nihon kyōsantō-shi Tōnai tōsō no rekishi [Histoire du Parti communiste japonais d’après-guerre, les luttes internes], Kyōto : Mitsuki shobō, chap. I, II et III. Robert A. Scalapino, 1967, The Japanese Communist Movement, 1920‑1966, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, chap. II, III et IV.

72  Libération fin octobre 1945 de 2 465 prisonniers politiques par le gouvernement japonais, malgré de fortes réticences et après plusieurs visites de responsables et journalistes, dont J. K. Emerson du GHQ et le représentant du ministère des Affaires étrangères canadien et spécialiste de l’histoire japonaise Herbert Normam. Voir Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 90‑176. À noter que Yoshida Shigeru prétexta, en octobre 1945, que la libération de ces prisonniers était « quelque chose de difficile à réaliser pour le gouvernement [sic] », ibid., p. 124.

73  Tokuda (1894‑1953) fut interpellé en 1928 et resta en prison jusqu’en 1945. Il mourut en exil à Shanghai pendant les dérives violentes au Japon. Nosaka (1892‑1993) fut envoyé en Union soviétique en 1931 et ne revint d’exil qu’en janvier 1946, après avoir séjourné à partir de 1940 à Yan’an, ville située au nord de la province de Shanxi, foyer révolutionnaire et antijaponais à l’époque.

74  Des questions qui ont fait l’objet de palabres et d’une série de textes définissant les orientations à adopter par le parti (plates-formes ou thèses), produites par le Komintern à partir de 1926. Les stades et objectifs de la révolution dépendent du niveau de développement atteint par chaque pays, selon une terminologie marxiste : féodal/bourgeois en simplifiant à outrance. Dans le cas du Japon, la question tourna autour de la nature du développement du capitalisme et du rôle de l’époque Meiji : encore porteur d’éléments féodaux (théorie du groupe Kōza‑ha), ou ayant les caractéristiques d’une société bourgeoise (théorie du Rōnō‑ha). Ces analyses du stade de développement devant décider des tactiques (alliances avec les petits-bourgeois, utilisation du droit de vote, grèves, manifestations, actions violentes, etc.) à adopter pour la révolution. Après la guerre, la plus grande partie du groupe Rōnō‑ha créa le parti socialiste.

75  George M. Beckmann et Genji Ōkubo, 1969, The Japanese Communist Party 1922‑1945, op. cit., p. 232‑233.

76  Robert A. Scalapino remarque que la stratégie de révolution par la paix a rapporté plus de bénéfices de 1945 à 1950 qu’en vingt-trois ans d’illégalité avant et pendant la guerre. Le PCJ comptait à peu près 1 180 membres en décembre 1945, 108 693 en avril 1950. Le sanbetsu, fédération affiliée aux communistes, compte déjà 1 500 000 membres en août 1946. Quant aux élections, les communistes élus sont passés de cinq en avril 1946 à trente-cinq en janvier 1949. Voir Robert A. Scalapino, 1967, The Japanese Communist Movement, 1920‑1966, op. cit., p. 67, 68 et 72.

77  Créé le 5 octobre 1947.

78  Un programme aux relents nationalistes appelant à une révolution dans le but « d’établir un gouvernement de libération nationale fondée sur l’alliance des travailleurs et paysans aidés par les artisans et les petits commerçants et entrepreneurs, toutes les forces progressistes désirant une nation libre et indépendante », Robert A. Scalapino, 1967, The Japanese Communist Movement, 1920‑1966, op. cit., p. 82.

79  C’est l’opposition kokusai-ha/chūō-ha (ou shokan-ha). Les premiers sont majoritairement des jeunes restés au Japon comme couverture ; les seconds sont les cadres et membres du comité central. Les jeunes profiteront de l’exil de dirigeants pour augmenter leur influence dans le parti.

80  D’après la traduction anglaise de Richard H. Mitchell, 1976, Thought Control in Prewar Japan, Ithaca/Londres : Cornell University Press, p. 63.

81  Cité dans Hans Baerwald, 1959, The Purge of Japanese Leaders under the Occupation, op. cit., p. 5. Les exigences de septembre 1945 sont en fait une clause permettant aux forces d’occupation d’utiliser, le cas échéant, le système des décrets impériaux.

82  On compte deux réformes agraires, la suppression de la Loi sur le maintien de l’ordre, l’ordre de déconcentration des zaibatsu, la dissolution du ministère de l’Intérieur, des forces spéciales de police, de la police militaire, la mise en place du suffrage universel à partir de 20 ans, etc. Rappelons aussi et surtout que la division des pouvoirs, la refonte des codes, autant que le principe de représentativité font alors du Japon un pays démocratique.

83  La Commission comprenait les États‑Unis, la Grande‑Bretagne et l’URSS. Voir Takemae Eiji, 1982, Sengo rōdō kakumei [La révolution ouvrière d’après-guerre], op. cit., p. 22‑35 sur la répartition des contingents pour chaque pays et le refus des États‑Unis d’y intégrer les forces soviétiques.

84  Ce sont principalement les membres du Tsukuru‑kai, abréviation d’Atarashii rekishi kyōkasho o tsukuru kai, Association pour la création de nouveaux manuels scolaires, justement étiquetés nationalistes. Voir l’ensemble de l’article de Pierre Lavelle, 2003, « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme ? », Cipango Cahiers d’études japonaises, no 10, particulièrement les pages 25‑32. Les purges des communistes et les « dépurges » des nationalistes sont bien sûr absentes de leur discours, car ils se focalisent sur la propagande américaine et le désastre que représente, selon eux, l’intervention américaine. Ils remarquent que le « changement des lois du Japon contrevient à la déclaration de La Haye et [que] la clause de reddition de la déclaration de Potsdam ne comportait pas cette exigence », ibid., p. 26. Un argument tout à fait pertinent par ailleurs, mais qui doit être pris comme un présupposé à la démocratisation du Japon.

85  En japonais, on appelle ce phénomène tenkō littéralement « changement de direction/d’orientation ». Voir Tenkō, 1978 (2000 pour la dernière édition révisée et augmentée), étude collective, Tōkyō : Heibon‑sha, 3 vol.