Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Partie 3. Troisième subversion : de l’intelligence médiatique de la bande dessinée

Conclusion

Texte intégral

1L’intelligence de la bande dessinée est profondément subversive, c’est-à-dire intrinsèquement subversive. Parce qu’en définitive la bande dessinée est habitée dans tout son « dispositif » (nous reviendrons sur ce mot en conclusion générale, puisque la bande dessinée le subvertit lui-même) et en quelque sorte à tous les étages par cette logique de la subversion : subversion des supports matériels de sa mise en scène sociale, ces médias qui la contraignent et qu’elle fait bouger ou auxquels elle résiste quand elle n’en vient pas, parfois, à les disqualifier (à l’instar du livre de poche par exemple, qui, dans le domaine de la bande dessinée n’a pu s’imposer) ; subversion également du récit, de la mise en récit, qui ne peut être celle du roman et qui s’accompagne d’une égale subversion de la figure du lecteur, qui n’en est plus véritablement un. Intelligence communicationnelle subversive puisqu’elle affecte aussi bien notre manière de faire récit, d’être lecteur, que nos supports médiatiques.

2Ce livre constitue, dès lors, une sorte d’archéologie, puisqu’il a travaillé à mettre en évidence les conditions de possibilité sémiotiques, matérielles et médiatiques de cette aptitude subversive. Il est passé en quelque sorte en dessous de l’expression manifestement politique de la bande dessinée, telle qu’elle s’est par exemple donnée à voir dès les années 1970, à la recherche d’une logique plus profonde qui, nous allons le voir en conclusion générale, relève véritablement d’un infra-politique.

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search