Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Partie 3. Troisième subversion : de l’intelligence médiatique de la bande dessinée

Introduction

Texte intégral

1La bande dessinée, nous venons de le voir, repose sur une véritable subversion sémiotique. Celle-ci, et c’est l’hypothèse de travail qui va guider cette troisième partie, n’est qu’une variation, fondamentale néanmoins, voire fondatrice, sur une aptitude beaucoup plus générale de la bande dessinée à la subversion dans la dimension médiatique. C’est ainsi que nous voudrions montrer que la bande dessinée subvertit le récit et la définition de ce que l’on appelle son « lecteur » (chapitre V). Elle subvertit également les supports médiatiques qui accueillent ses récits et en permettent la lecture et lui offrent les conditions, souvent contraignantes, de sa propre exploration-construction (chapitre VI). Cette logique généralisée de la subversion qualifie manifestement l’intelligence de la bande dessinée non seulement dans ses formes sémiotiques, mais également dans ses manifestations médiatiques au sens large (type de récit, lecteur et supports). Manifestations dont nous interrogerons la résonance politique lors de la conclusion générale.

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search