Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Partie 2. Deuxième subversion : de l’intelligence sémiotique de la bande dessinée

Conclusion

Texte intégral

1« Ça pense à travers la bande dessinée », disions-nous en conclusion à la première partie. Mais ça pense sur un mode singulier, celui de la subversion sémiotique et de l’actant graphique. Car il s’agissait dans cette deuxième partie de penser la spécificité du « comment ça pense en bande dessinée » en décortiquant la logique des outils à travers lesquels elle donne à voir le ce dont elle parle. On ne peut plus faire abstraction de l’image elle-même en théorie de la bande dessinée, parce que l’image est à penser dans le cadre même de la bande dessinée : parce qu’elle n’est pas une image de peinture ou de cinéma ni de photo, ce qui ne doit pas empêcher, bien évidemment, des points de comparaison. Parce que l’image travaille la bande dessinée ou plutôt est au travail dans la bande dessinée et participe ainsi moins à sa définition au sens strict (exercice toujours quelque peu abstrait, quoique nous nous y soyons plié au début de cet ouvrage) qu’à appréhender ce que l’on pourrait appeler, en s’inspirant de Gilbert Simondon, le mode d’existence sémiotique de son intelligence ; un mode que l’on peut étendre, nous allons le voir avec la troisième partie, à une véritable sociosémiotique médiatique qui révèle une dimension politique masquée.

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search