Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Présentation des URFIST

Michel Roland-Guill

Texte intégral

1Les Urfist, « Unités régionales de formation à l’information scientifique et technique », au nombre de sept, sont des structures légères (trois personnes dans une Urfist type) originales dans le paysage universitaire français : si leurs activités sont supervisées par la Mission à l’information scientifique et technique et au réseau documentaire du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, elles sont individuellement rattachées à une université, un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) ou une école.

2Outre ce qu’indique leur intitulé : leur caractère régional, donc interuniversitaire et leur visée IST, c’est-à-dire aujourd’hui l’ensemble des ressources et des pratiques numériques intéressant le monde universitaire, les Urfist ont pour caractéristique d’allier dans une mission commune deux « métiers » universitaires, enseignement-recherche et documentation, de cultures professionnelles très distinctes. Cette association se retrouve dans les publics bénéficiaires des formations.

3Une autre caractéristique particulière des Urfist, dans le paysage de la formation cette fois, est qu’en même temps que les unités assurent l’ingénierie pédagogique des formations, celles-ci sont très majoritairement assurées par les membres des unités eux-mêmes.

4Ces caractéristiques font des Urfist des lieux privilégiés pour appréhender l’évolution du paysage numérique, dont c’est un truisme de dire qu’elle est rapide, et évaluer les besoins nouveaux en termes de compétences que cette évolution implique. Ce qui se concrétise non seulement par un renouvellement constant des thématiques de formation mais aussi par une veille coordonnée au niveau du réseau global des Urfist.

5C’est que les Urfist, malgré leurs rattachements administratifs divers, ont développé depuis des années une activité commune, par la mutualisation des ressources produites par chacune des unités mais surtout, en ce qui concerne la publication des résultats de leur veille par deux outils bien installés dans le paysage de l’IST : le blogue commun Urfist Info1, aujourd’hui sur Hypothèses, la plateforme de carnets de recherches du Cleo et l’organisation de journées nationales : 2002 (Toulouse) : « Formation à la maîtrise de l’information et mutualisation des connaissances » ; 2007 (Paris) : « Évaluation et validation de l’information sur Internet » ; 2010 (Lyon) : « Les doctorants et l’information scientifique ».

6Ces caractéristiques des Urfist, si elles les mettent dans une position privilégiée pour appréhender les besoins du milieu universitaire en matière de compétences numériques, peuvent aussi être une faiblesse : à cheval sur plusieurs métiers, décalées du milieu enseignant comme du milieu bibliothécaire, elles peuvent apparaître – dans le contexte administratif « établi » – comme une anomalie, voire être regardées avec défiance.

7C’est pour leur assurer une meilleure visibilité et une plus grande clarté quant à leurs missions, aussi pour mieux coordonner leurs activités, que les unités ont créé, en 2009, l’Association du réseau des Urfist, l’ARU.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access