Version classiqueVersion mobile

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 3. Former à la culture de l'information

Comment répondre à la sollicitation d’une école doctorale et mettre en place un dispositif de formation à l’information scientifique et technique

Christelle Caillet

Texte intégral

1Il existe un besoin pour le public des écoles doctorales, que l’on peut mesurer de façon intuitive lors de permanences aux bureaux de renseignements de la bibliothèque : lacunes en matière de stratégie de recherche (méthodologie et collecte de références), d’utilisation des ressources documentaires, de citation des sources, etc.

2Diverses enquêtes (université Rennes 225, université Blaise Pascal26, Abes27) viennent corroborer ce constat : peu de doctorants ont, à ce stade de leurs études, suivi des formations à la recherche documentaire et leurs pratiques restent souvent empiriques.

UNE EXPÉRIENCE ISOLÉE

  • 28 Bibliothèque du SCD Lyon 2, Campus Berges du Rhône.
  • 29 Bibliothèque interuniversitaire Lyon 2/Lyon 3/ENS.

3La formation à la recherche documentaire pour les doctorants a débuté par une formation pour les doctorants de l’école doctorale algérofrançaise (Edaf, partie intégrante de l’ED 3LA). Depuis 2006, le service commun de la documentation de l’université de sciences humaines et sociales Lyon 2 accueille des doctorants algériens en stage pour des durées courtes (quinze jours à trois semaines) deux fois par an et leur propose une initiation à la recherche documentaire en littérature pendant leur séjour. Au cours de la présentation des outils de recherche documentaire, nous mettons en avant essentiellement le catalogue des bibliothèques de Lyon 2, puis quelques bases de données en accès libre, dans la mesure où les étudiants ne pourront, par la suite, plus avoir accès à distance aux ressources électroniques de Lyon 2. Ce module, qui comprend trois heures de formation à la bibliothèque Chevreul28, et le même volume horaire à la bibliothèque interuniversitaire Denis-Diderot29, nous laisse peu de temps pour aborder des notions sur la méthodologie de la recherche. Il s’agit d’une présentation de quelques ressources dans la discipline concernée.

4La formation, menée en partenariat avec la BIU Denis-Diderot, avait été mise en place suite à la demande des responsables de l’école doctorale.

5Cette première expérience, très positive, nous a amenés à réfléchir à une extension de notre offre de formation à destination de ce public.

6Par ailleurs, le SCD a mis en place plusieurs formations à la recherche documentaire : une initiation pour les primo-entrants à l’université qui se déroule lors de la période d’intégration. Cette formation à destination d’un grand nombre d’étudiants (environ 4 000) est obligatoire, intégrée au cursus, et représente un total de trois séances de 1h45.

7Pour les autres niveaux d’étude, il existe encore peu de formations intégrées aux cursus, nous répondons principalement aux sollicitations des enseignants, très variables selon les disciplines.

8À partir de cette première collaboration fructueuse, sur laquelle nous avons eu des retours positifs de la part des étudiants et de l’encadrement, il nous a paru important de réfléchir à la mise en place d’une offre plus globale de formation en direction de ce public qui a besoin d’un certain nombre d’éléments en matière de recherche documentaire.

9Cette démarche initiée au sein de notre établissement s’est accompagnée d’une réflexion plus large au niveau régional.

  • 30 Auxquels se sont joints les collègues des universités de Grenoble et de Clermont-Ferrand.

10Un groupe de travail sur la formation des doctorants a été mis en place par l’Urfist de Lyon en 2009. Il a permis de dresser un inventaire des formations et de confronter les pratiques des établissements du PRES de Lyon30. Ces expériences concernent aussi bien des établissements à disciplines scientifique ou médicale (Lyon I, Insa) que d’autres en sciences humaines et sociales.

11Ce collectif a ensuite élaboré un programme type en deux niveaux dont se sont inspirés les établissements.

12Le PRES université de Lyon comporte dix-sept écoles doctorales fédérées dans le collège doctoral international. Pour le SCD Lyon 2, il s’est agi de structurer une offre de formation dans le domaine des sciences humaines et sociales, en ciblant dans un premier temps les écoles doctorales pour lesquelles Lyon II était établissement porteur. Il était en effet pertinent d’appuyer notre offre de formation sur nos ressources documentaires.

L’ÉTABLISSEMENT DE CONTACTS AVEC LES RESPONSABLES DES ÉCOLES DOCTORALES

13La prise de contact avec les responsables des écoles doctorales s’est nouée en fin d’année universitaire 2009, notamment à l’occasion des commissions scientifiques spécialisées, lorsque nous présentions le bilan disciplinaire des formations et nos propositions. Ces commissions scientifiques réunissent les enseignants de la discipline et les bibliothécaires des établissements concernés (responsable de la politique documentaire, acquéreurs, chargée de la documentation électronique, responsable de la formation…) pour dresser un bilan des actions menées par les différentes parties.

  • 31 Sciences de l’éducation, psychologie, information-communication (ED 485).

14Ne sachant pas à l’avance de quel volume horaire nous pouvions disposer, nous avons choisi de proposer au cours de ces commissions un module assez complet, qui aborderait l’ensemble des compétences jugées nécessaires aux doctorants, sans exiger de pré-requis pour le suivi et l’inscription à de telles formations. Une première demande de la part de l’Epic31 nous a été adressée en juillet 2009. Cette école, qui recouvre les disciplines de sciences de l’éducation, psychologie et information-communication fait partie des domaines de référence documentaire de Lyon 2 et à ce titre, fait partie des écoles ciblées prioritairement par l’offre de formation.

15Les enseignants de ces disciplines sont déjà sensibilisés à l’intérêt des pratiques documentaires, puisque nous formons de nombreux groupes d’étudiants de sciences de l’éducation depuis le niveau L3 jusqu’au M2. C’est un partenariat historique car la bibliothèque a intégré le fonds de l’Institut des sciences et des pratiques d’éducation et de formation (Ispef) et conservé des liens privilégiés avec ses enseignants.

16Il y a également une collaboration étroite avec l’Institut de psychologie de Lyon 2, pour lequel nous dispensons également de nombreuses formations à la recherche documentaire. Des contacts ont ensuite été pris avec les directeurs de deux autres écoles doctorales : sciences sociales (ED 483) et neurosciences et cognition (ED 476 NSCo). Les retours ont été positifs et très rapides pour les deux premières écoles doctorales. Pour les étudiants de l’école doctorale sciences sociales, nous avons d’emblée proposé un module de vingt et une heures, soit un ensemble de six séances.

17Ce volume horaire est la condition sine qua non pour obtenir la labellisation de la part du PRES, ceci permettant une véritable reconnaissance de la formation proposée, ainsi que la validation par les doctorants de modules obligatoires dans leur cursus.

18Par ailleurs, lors d’une réunion du Conseil scientifique de l’université Lyon 2 en janvier 2011, de nouvelles demandes nous ont été adressées de la part de responsables de deux écoles doctorales avec lesquelles nous n’avions pas encore noué de partenariats.

19Pour ces deux écoles, les avis sur la labellisation par le PRES sont partagés en fonction de la stratégie mise en place : certaines préfèrent une gestion locale au sein de l’ED, d’autres préfèrent une contractualisation dans le cadre du collège doctoral international.

LA MISE EN PLACE D’UNE OFFRE CONCERTÉE

20Dans la mesure où nous ne pouvions répondre de façon complète à l’ensemble de ces demandes, nous avons décidé de mettre en place une collaboration avec d’autres établissements lyonnais. En effet, le SCD de Lyon 2 ne dispose pas de toutes les ressources documentaires utiles aux doctorants, car les acquisitions sont réparties en fonction de la carte documentaire lyonnaise. Pour la première école doctorale nous ayant sollicité − l’Edaf − nous avions déjà collaboré avec la BIU Denis-Diderot. En ce qui concerne l’école doctorale Epic, nous possédons des collections importantes dans ces disciplines, tant sur support imprimé que sous forme électronique et nous assurons donc la formation dans son intégralité. Pour l’école de sciences sociales, dont le champ disciplinaire est très vaste, nous avons estimé qu’il était indispensable de travailler avec la BIU et l’ENS qui possèdent des ressources incontournables pour les doctorants de cette ED, notamment en histoire.

  • 32 ED 3LA lettres, langues, linguistique et arts et ED sciences économiques et gestion.
  • 33 Ex. INRP.

21L’extension de l’offre de formation à deux nouvelles écoles doctorales32 nous a conduit à élargir les partenariats : à la BIU et à Lyon 3 pour l’aspect disciplinaire et à l’Urfist pour ce qui concerne les formations de formateurs et ses domaines d’expertise. Cette collaboration, initialement basée sur la présentation des ressources disciplinaires en vue de fournir aux doctorants un panorama le plus exhaustif possible des ressources nécessaires à la constitution de leur bibliographie, s’étend également au contenu des séances proposées : il paraît en effet important que les étudiants puissent suivre les séances dans l’établissement de leur choix (lieu, horaire) en bénéficiant du même contenu. Chaque établissement prend ainsi en charge la présentation des ressources pour lesquelles il est référent selon la carte documentaire lyonnaise : Lyon 2 se positionne sur la psychologie et les sciences de l ‘ éducation, la BIU sur l’histoire et la linguistique, Lyon 3 pour le droit et les sciences de gestion, pour ne citer que quelques exemples. On peut aussi imaginer un partenariat avec l’Institut français d’éducation (IFE)33 pour des recherches plus approfondies en sciences de l’éducation. Il semblait également important de développer le partenariat avec l’Urfist pour des domaines sur lesquels il possède déjà une expertise : veille documentaire, libre accès, logiciels de gestion de références bibliographiques, formation de formateurs.

LE CONTENU

22Notre offre s’est construite sur la base de la connaissance des outils de recherche documentaire, qui fait partie des attentes déclarées des étudiants, si l’on tient compte des enquêtes menées par ailleurs (Rennes, Clermont-Ferrand, enquête de l’Abes). Nous y avons adjoint des notions sur la méthode de recherche, la gestion de la bibliographie et la mise en forme de la thèse.

23En effet, le service des thèses de Lyon 2/Lyon 3 propose tout au long de l’année des formations à la mise en forme de la thèse et la sensibilisation à la feuille de style commune aux deux universités : le programme est disponible sur le site des thèses de Lyon 234 et de Lyon 335 au rythme de deux sessions par mois. Il nous a paru judicieux d’intégrer cet aspect au module de formation. De cette façon, nous offrons un panorama complet de toute la chaîne de la recherche documentaire, de la collecte d’informations en passant par la sélection des informations trouvées jusqu’à leur mise en forme.

24La rédaction de leur thèse constituant l’étape ultime pour les doctorants, nous les sensibilisons au cours de cette séance aux notions de droit, notamment celui des images qu’ils sont susceptibles d’utiliser dans leur travail de recherche. Pour ce qui est du planning, aucune contrainte ne nous avait été fixée a priori en termes d’organisation. Nous étions libres des créneaux horaires proposés et de la date de début de chaque session de formation. Cela nous permettait d’ajuster les dates de début de module en fonction de l’activité du service. Nous avons choisi de décliner ces formations après la période de rentrée du premier semestre (novembre) et au cours du second semestre, périodes en général plus calmes et propices à la mise en place de ces nouvelles formations.

LE RETOUR D’EXPÉRIENCE

25Afin de mesurer le taux de satisfaction des participants, nous avons effectué un sondage à la fin de l’ensemble du module. Les étudiants sont globalement satisfaits de cette formation et déclarent avoir découvert les outils présentés ainsi qu’un certain nombre de notions abordées, comme les archives ouvertes ou la bibliométrie.

26Certains d’entre eux souhaiteraient cependant bénéficier d’un accompagnement plus personnalisé sur leurs thématiques de travail, ce que nous proposons dans le support de communication à destination des doctorants.

27Les formateurs indiquent que le contact établi avec les étudiants permet d’approfondir un certain nombre d’éléments, ce qui est permis par un effectif réduit (dix personnes maximum par séance). Les séances en présentiel ont souvent été suivies d’échanges par courrier électronique. Par exemple, il est manifeste que le problème du droit des images intégrées à la thèse pose de nombreuses questions aux doctorants.

28Cette offre de formation, mise en place localement au sein de l’université Lyon 2, et jusqu’à présent déclinée auprès de deux écoles doctorales est le prolongement de l’action que nous menons dans les années antérieures du cursus universitaire.

29Notre première proposition en direction de l’Epic se déclinait en cinq séances de 3h30. La deuxième session à destination des doctorants de l’Epic comportera une séance supplémentaire consacrée à l’édition scientifique et à l’évaluation.

30Ce programme, relativement complet, nous permet d’aborder la plupart des compétences nécessaires à la recherche documentaire des futurs chercheurs. De façon plus large, il tente de donner des clefs indispensables à la compréhension du contexte éditorial actuel et aux enjeux de l’évaluation en sciences humaines et sociales. Il sensibilise également les doctorants à l’intérêt du dépôt dans les archives ouvertes.

31Afin d’ancrer cette formation de façon pérenne dans le parcours du doctorant, nous avons demandé la labellisation de ce module de la part du PRES université de Lyon… Cela permettrait une reconnaissance de la formation et du travail réalisé de la part des formateurs en lui donnant une plus grande visibilité. L’idée, à terme, étant de rendre cette formation obligatoire pour ce type de public.

32Nous avons donc adapté et enrichi au fil des formations le contenu proposé aux étudiants pour aboutir à une offre de vingt et une heures, qui donne aux doctorants la méthode nécessaire pour mener à bien leur travail de recherche documentaire.

33La satisfaction des étudiants et des responsables des écoles doctorales, nous a amené à proposer une offre à destination d’un public de doctorants plus large, couvrant le domaine des sciences humaines et sociales, en partenariat avec les autres établissements documentaires lyonnais ainsi que l’Urfist, déjà actif pour la formation à destination de ce public.

Notes

25 [En ligne] <http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/enquete_besoins_formation_doctorants-maitrise_information>.

26 [En ligne] <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-40779>.

27 [En ligne] <http://www.abes.fr/>.

28 Bibliothèque du SCD Lyon 2, Campus Berges du Rhône.

29 Bibliothèque interuniversitaire Lyon 2/Lyon 3/ENS.

30 Auxquels se sont joints les collègues des universités de Grenoble et de Clermont-Ferrand.

31 Sciences de l’éducation, psychologie, information-communication (ED 485).

32 ED 3LA lettres, langues, linguistique et arts et ED sciences économiques et gestion.

33 Ex. INRP.

34 [En ligne] <http://theses.univ-lyon2.fr/?q=fr/node/6>.

35 [En ligne] <http://theses.univ-lyon3.fr/>.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search