Version classiqueVersion mobile

Culture médiatique et presse numérisée

 | 
Jean-Luc Buard

Remerciements

Texte intégral

1Pour m’avoir aidé à mener à bien ce travail de longue haleine, je remercie les personnes suivantes : Jean-Pierre Bacot, qui m’a incité à entreprendre cette recherche, m’a soutenu de ses conseils et encouragements, et m’a efficacement dirigé durant quatre ans ; les membres de mon jury qui ont accepté d’évaluer ce travail et l’ont enrichi de leurs remarques et suggestions, mesdames Karine Taveaux-Grandpierre, Marie-Ève Thérenty et Adeline Wrona et messieurs Roger Bautier et Michael B. Palmer, ainsi que Bertrand Legendre, directeur du LabSIC, UFR de communication de Paris 13, laboratoire d’accueil de cette thèse. Je remercie spécialement Annick Foucrier pour la mise à disposition des ressources du CRHNA (Centre de recherches d’histoire nord-américaine) qu’elle dirige, ainsi que Florence Morel pour ses relectures pointilleuses et ses nombreuses remarques.

2Je remercie également Laurent Bihl pour m’avoir incidemment mis le premier sur la voie de L’abeille de la Nouvelle-Orléans numérisée, Marie-France Buard pour ses encouragements enthousiastes, Micheline Cambron pour notre rencontre autour du Canadien, Daniel Compère, qui a accueilli Marie Aycard dans son Dictionnaire du roman populaire en 2007, Alain Fuzellier pour nos échanges sur les carrières parallèles de Ponson du Terrail et de Marie Aycard, Aileen Fyfe dont l’ouvrage sur le Chambers’s Edinburgh Journal a éclairé mon propos et qui m’a fait part de ses suggestions, Jean-Pierre Galvan, pionnier des recherches sur Paul Féval et Eugène Sue, Annemarie Kleinert, auteur d’un travail exemplaire sur Le journal des dames et des modes, Pierre-Carl Langlais pour l’aide initiale apportée à la consultation de la base Newspapers.com, Robert Maumet, historien de la librairie marseillaise, Claude Mesplède qui a placé Marie Aycard dans son Dictionnaire des littératures policières en 2003, Olivier Messac pour nos échanges autour de l’édition de la thèse de Régis Messac, Charles Moreau, parti sur les traces d’Amédée Achard et qui, chemin faisant, a découvert de nombreux artefacts aycardiens, dont un exemplaire du rare recueil Nouvelles d’hier (1854), Jean-Paul Morel, éditeur et historien avisé de la presse et de l’édition, Guillaume Pinson, qui a attiré mon attention sur les travaux de Ryan Cordell, Patrick Ramseyer, spécialiste référent de l’état civil, Julien Schuh, modérateur émérite, Philippe Wadbled, libraire qui m’a procuré, en 2003, une collection complète du Feuilletoniste, un des points de départ de cette recherche.

3Je remercie enfin mes parents de leur soutien constant et Jean-Étienne Huret, figure éminente de la librairie parisienne.

4Je remercie en outre les établissements suivants et leur personnel : Bibliothèque nationale de France, bibliothèque de l’Arsenal (Paris), bibliothèque de l’Alcazar (Marseille), archives départementales des Bouches-du-Rhône (Marseille), médiathèque Ceccano (Avignon, fonds Louise Colet), bibliothèque royale de Bruxelles, Bibliothèque publique d’information (Paris), bibliothèque des Grands Moulins (université Paris 7 Diderot), bibliothèque de l’université Paris 13 (Villetaneuse) et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), ainsi que l’équipe des Presses de l’Enssib (Lyon-Villeurbanne) pour sa compétence technique.

5Cet ouvrage est dédié à la mémoire d’Yves Olivier-Martin, historien du roman populaire et découvreur de Marie Aycard, et à celle de Charles Grivel, René Guise, Jean-Claude Vareille et Claude Witkowski, fondateurs et animateurs enthousiastes de l’Association des amis du roman populaire.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search