Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 3. Former à la culture de l'information

Formations à la maîtrise de l’information mutualisées par un collège d’écoles doctorales : l’expérience de l’université de Caen Basse-Normandie

Christophe Boudry, Céline Chuiton, Nelly Sorel, Nicole Ogier et Carole Dornier

Texte intégral

ÉTAT DES LIEUX DE L’ORGANISATION DES ÉTUDES DOCTORALES ET DES DISPOSITIFS RÉGISSANT LES FORMATIONS DES DOCTORANTS

  • 10 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Loi n ° 2007-1199 du 10 août 2007 relativ (...)

1Le paysage universitaire a énormément évolué au cours de ces dernières années à la suite de l’adoption de la loi n ° 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU ou loi Pécresse10) instituant notamment l’autonomie dans les domaines budgétaire et de gestion des ressources humaines des universités. Ce texte a profondément transformé l’organisation des études doctorales. Ces transformations qu’il convient de détailler, ont une incidence sur la mise en œuvre des formations des doctorants, notamment sur la maîtrise de l’information, qui nous intéresse en premier lieu dans cet article.

  • 11 Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, arrêté du 7 aoû (...)

2Avant la loi LRU de 2007, il existait une différence de prise en charge des doctorants selon qu’ils étaient ou non allocataires de recherche. Tous les doctorants étaient rattachés à une école doctorale, dont les missions étaient définies par l’arrêté du 7 août 200611 « relatif à la formation doctorale » (encore en vigueur aujourd’hui). Cet arrêté définissait les modalités de leur formation par le biais des articles 2 et 4, indiquant respectivement que les écoles doctorales « organisent la formation des docteurs et les préparent à leur insertion professionnelle » et que « dans le cadre de leur programme d’actions : […] elles proposent aux doctorants les formations utiles à leur projet de recherche et à leur projet professionnel ainsi que les formations nécessaires à l’acquisition d’une culture scientifique élargie… ». Il y était en outre stipulé à l’article 16 qu’« au cours de leur parcours de formation doctorale, les doctorants suivent des formations d’accompagnement et participent à des enseignements, séminaires, missions ou stages organisés dans le cadre de l’école doctorale ».

3Aucune obligation de suivre des formations n’est instituée par ce texte comme le soulignent les termes « proposent aux doctorants » et « suivent des formations » sans référence à des évaluations ou obligations d’assiduité. Le degré d’incitation pour que les doctorants assistent ou non à un certain nombre de formations est laissé à l’appréciation de chaque école doctorale. Certaines allaient jusqu’à affirmer, en contradiction avec le texte précité, que le suivi des formations est obligatoire et que l’autorisation de soutenir la thèse est soumise à l’obligation de présence à certaines formations.

  • 12 Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, arrêté du 23 novembre 1990 relati (...)

4Les « allocataires de recherche moniteurs » dépendaient non seulement de leur école doctorale mais aussi des centres d’initiation à l’enseignement supérieur (CIES) pour leurs formations, dont les missions étaient définies dans l’arrêté du 23 novembre 199012 « relatif aux stages organisés dans le cadre du monitorat d’initiation à l’enseignement supérieur » : ce dernier précisant à l’article 2 que « cette formation est organisée sous forme de stages dont la durée annuelle ne peut être inférieure à dix jours ». Contrairement à l’arrêté du 7 août 2006 concernant les écoles doctorales, l’arrêté du 23 novembre 1990 précité indiquait dans son article 5 que « la participation aux stages fait partie des obligations des allocataires moniteurs… ».

  • 13 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relat (...)

5L’adoption de la loi LRU a entraîné la définition de nouvelles règles concernant la formation doctorale, notamment avec l’adoption du décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche13. Celui-ci institue un contrat nommé « contrat doctoral » qui concerne tous les doctorants, et annonce entre autres la fin des allocataires de recherche et moniteurs de l’enseignement supérieur, et par conséquent celle des CIES. Ce texte définit en outre des modalités générales concernant la formation des doctorants par le biais de l’article 6 : « L’établissement employeur s’assure que le doctorant contractuel bénéficie des dispositifs d’encadrement et des formations utiles à l’accomplissement de l’ensemble des missions qui lui sont confiées. Ces dispositifs de formation sont inscrits dans le plan de formation de l’établissement employeur. »

DESCRIPTIF DES FORMATIONS MISES EN PLACE À L’UNIVERSITÉ DE CAEN-BASSE-NORMANDIE (UCBN)

  • 14 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, circulaire d’application des dispositions (...)
  • 15 Université de Caen, contrat quadriennal de développement. Caen, 2009.

6C’est dans ce paysage mouvant de disparition programmée des CIES et des allocataires de recherche et moniteurs de l’enseignement supérieur, de l’apparition du contrat doctoral, mais également des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) que la plupart des universités ont dû réagir en créant des structures regroupant toutes les écoles doctorales : les collèges des écoles doctorales ou instituts des écoles doctorales. Ces structures sont, selon les établissements, en lien plus ou moins étroit avec les PRES et ne visent en aucun cas à se substituer aux écoles doctorales. Dans la circulaire du 24 juin 200914 portant application des dispositions du décret du 23 avril 2009, elles sont en effet clairement décrites comme pouvant servir aux chefs d’établissement pour la mise en œuvre des formations à destination des doctorants. C’est dans ce contexte que l’université de Caen Basse-Normandie a créé en 2008 son propre collège des écoles doctorales composé de ses six écoles doctorales, regroupant 855 doctorants pour l’année universitaire 2009/2010. L’un des objectifs du collège des écoles doctorales, annoncé dans le plan quadriennal d’établissement 2008-201115, était de mutualiser des moyens afin de proposer aux doctorants un programme de formations transdisciplinaires et de préparation à l’insertion professionnelle.

7Pour mettre en place ces formations, le collège des écoles doctorales s’est adressé en priorité aux formateurs intervenant déjà auprès des doctorants, ce qui était le cas de certains intervenants dans le domaine de la maîtrise de l’information (personnels du SCD, centre de formations aux carrières des bibliothèques de l’UCBN, antenne locale de l’Urfist de Paris). En concertation avec les différents acteurs concernés, un module de formation à la maîtrise de l’information intitulé « De la recherche d’information à la production du document » a donc été élaboré. Ce module de formation était composé de neuf formations transdisciplinaires et représentait un volume horaire de 44 heures, dont voici le détail :

  • formations à la recherche d’informations (six heures sur les bases théoriques de la recherche d’informations, l’interrogation de catalogues de bibliothèques, des bases de données bibliographiques et en texte intégral, six heures sur la recherche d’informations sur Internet) ;

  • formation aux outils Web 2.0, dont un tour d’horizon (six heures), puis des déclinaisons plus spécifiques présentant certains outils Web 2.0 pouvant présenter un intérêt tout particulier pour les doctorants (blogs, wikis) (quatre heures) ;

  • gestion de l’information : méthodes de veille documentaire sur Internet (trois heures) et logiciel de gestion des références bibliographiques Zotero (trois heures) ;

  • évaluation de l’information sur Internet (quatre heures) ;

  • traitement du document : initiation au logiciel de traitement de texte (trois heures), structuration de documents longs (trois heures) et Latex (six heures).

UN PREMIER BILAN ENCOURAGEANT MALGRÉ CERTAINES DIFFICULTÉS À MOTIVER LES DOCTORANTS…

8Le bilan de ce module de formation, à l’issue de l’année universitaire 2009/2010 est encourageant, même s’il reste relativement modeste : huit formations sur les neuf prévues ont été réalisées, pour un volume horaire de 40 heures et ont regroupé 96 participants. Comme certains doctorants ont suivi plus d’une formation, 41 personnes ont été formées (soit 4,7 % des doctorants inscrits en thèse à l’université de Caen-Basse-Normandie). Une formation a dû être annulée faute d’un effectif suffisant (évaluation de l’information sur Internet).

  • 16 Enquête sur les besoins de formation des doctorants à la maîtrise de l’information scientifique. Ur (...)
  • 17 Florence Alibert. BCIU Clermont-Ferrand − Enquête sur les besoins des doctorants clermontois en for (...)
  • 18 Thanaa Ghanem. Organisation et conditions de la formation des doctorants dans le cadre de l’univers (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Bibliothèques des universités de Bretagne et l’Urfist de Rennes, « Form@doct ».

9Le pourcentage de doctorants ayant assisté aux formations confirme la faible motivation des doctorants à se former hors du domaine scientifique de leurs travaux de thèse, notamment à la maîtrise de l’information ; et pourtant, paradoxalement, la majorité des doctorants qui suivent ces formations les jugent utiles et intéressantes. Cette faible participation ne peut être expliquée uniquement par le fait qu’un certain nombre de doctorants sont déjà formés à la maîtrise de l’information en arrivant en thèse (de telles formations sont proposées à l’université de Caen-Basse-Normandie dans certains masters, géographie, lettres, langues vivantes étrangères, arts du spectacle, histoire, éducation, sciences et techniques des activités physiques et sportives, biologie fondamentale et appliquée). Plus généralement, si l’on en croit les chiffres disponibles à ce sujet, une majorité de doctorants n’ont jamais suivi ce type de formation et globalement, leurs pratiques informationnelles sont assez médiocres16,17. En dépit de ces lacunes, il existe chez la plupart d’entre eux le sentiment trompeur de déjà disposer de ces compétences et de ne pas avoir besoin de se former à ces thématiques. Selon Ghanem18, seuls 12 % des doctorants considèrent qu’ils auraient besoin de formation à la recherche documentaire et que ce type de formation n’est pas suffisamment assuré. Beaucoup pensent donc que l’autoformation peut suffire à acquérir les compétences informationnelles nécessaires à leurs travaux de thèse. Ce manque d’intérêt des doctorants pour les formations à la maîtrise de l’information peut être aussi imputé à un environnement faiblement incitatif. Certains encadrants sont euxmêmes trop peu sensibilisés et formés à cette problématique pour que les doctorants s’y investissent et fassent progresser de manière significative les usages en la matière. Selon Ghanem19, seulement 15 % des directeurs de thèse pensent que les doctorants ont besoin de formations documentaires et qu’elles ne sont pas suffisamment assurées. Il n’en reste pas moins que la nécessité d’acquérir de telles compétences semble indispensable dans un paysage informationnel aussi mouvant et complexe. Les thématiques de formations généralement proposées par les écoles doctorales sont le plus souvent liées à l’insertion professionnelle, à la communication ou à la valorisation des compétences acquises lors de la thèse, mais plus rarement à la maîtrise de l’information. Alors que ces dernières devraient être - au moins chronologiquement – les premières à être proposées au doctorant qui s’inscrit en thèse. L’obligation de présence à un nombre minimal de formations qui existait pour les centres d’initiation à l’enseignement supérieur et qui n’existe plus actuellement, représentait une réelle opportunité pour proposer des formations à la maîtrise de l’information aux directeurs de CIES, qui dans la majorité des cas les acceptaient volontiers pour compléter leur offre de formations, comme c’était le cas à Caen. La mise en place de modules de formation à distance, en complément des formations en présentiel, pourrait également permettre d’impliquer plus de doctorants grâce à la souplesse et à la liberté d’organisation qu’autorise ce type de formation. Le projet Form@doct20 développé dans ce sens à Rennes revêt un intérêt tout particulier.

10À l’université de Caen Basse-Normandie, la communication auprès des doctorants pour informer des formations existantes et inciter à s’inscrire reste à améliorer, notamment par la mise en place d’un site Web dédié au collège des écoles doctorales, à l’instar de la plupart des établissements. Si ce site est en projet, ces formations sont néanmoins actuellement présentées sur les sites Web de chaque école doctorale et lors des réunions d’informations de rentrée de certaines d’entre elles (dont la fréquentation par les doctorants est parfois assez limitée). Il est clair qu’il ne suffit pas seulement d’informer mais qu’il faut convaincre et motiver les doctorants et leurs encadrants de l’utilité de ces formations, que nous devons donc rendre plus attractives.

11Le problème de l’absentéisme aux formations proposées est un point qu’il nous faut également évoquer. Nous avons en effet été confrontés à un certain nombre d’absences injustifiées d’étudiants inscrits à nos formations. L’impossibilité de sanctionner ces comportements impose de dispenser des formations devant quelques sièges vides, bien que le nombre d’inscrits maximal autorisé par la capacité de la salle de formation soit théoriquement atteint…

MODULARITÉ ET TRANSDISCIPLINARITÉ…

12Le module « De la recherche d’information à la production du document » proposé aux doctorants de l’université de Caen Basse-Normandie, a été conçu afin d’offrir un panorama le plus complet possible des éléments utiles aux doctorants dans le domaine de la maîtrise de l’information. Toutes ces formations ont cependant été pensées comme indépendantes au sein du module, afin que les doctorants puissent s’y inscrire selon leurs propres besoins de formation. Pour augmenter leur attrait et pour que l’éventail des choix soit le plus vaste possible, nous avons donc essayé de les « découper » au maximum. À titre d’exemple, une séance présentant les principales applications Web 2.0 requiert au minimum douze ou seize heures consécutives. Le choix « d’exploser » cette formation a été fait en proposant un panorama rapide de six heures des applications Web 2.0 (il semble difficile de faire moins !), permettant aux doctorants ignorant tout de ces applications de les découvrir. Cette formation est complétée par d’autres plus spécifiques et techniques sur les blogs, les wikis et les fils RSS, afin de permettre aux doctorants maîtrisant déjà certaines notions de pratiquer et de se perfectionner sur ces sujets. La modularité permet de proposer des formations plus courtes (entre trois et six heures) à la majorité des doctorants qui éprouvent les plus grandes difficultés à trouver dans leurs plannings plusieurs journées consécutives pour y participer et parfois même pour obtenir de leurs encadrants l’autorisation d’y assister. C’est pourquoi, nous envisageons de proposer des formations très courtes (une heure à une heure et demie) sur l’heure du repas de midi. Ce format convient par exemple à la présentation d’un logiciel comme Zotero et on peut espérer qu’il recevra un écho favorable auprès des doctorants, mais il n’est cependant pas applicable à tous les contenus, notamment les plus denses.

13Cependant, la modularité favorise des redondances d’une séance à l’autre. Il est difficile de présenter les blogs sans les situer plus globalement dans la mouvance Web 2.0 ; ce qui dans notre cas est également traité dans la formation générale sur le Web 2.0. Cet inconvénient doit être malgré tout relativisé, car une minorité d’étudiants ont suivi plus de deux formations de notre module.

14L’ensemble des formations proposées se voulait être aussi transdisciplinaire pour pouvoir être proposé à toutes les écoles doctorales dans le cadre du collège des écoles doctorales. La transdisciplinarité implique une contrainte, celle de proposer une offre resserrée, qui puisse intéresser les étudiants de domaines très hétérogènes, mais également un avantage, celui de faire de ces séances un lieu de rencontre des doctorants dans leur diversité, favorisant ainsi la richesse des échanges entre personnes d’horizons divers.

15Nous avons envisagé, pour étoffer l’offre, de proposer en plus de ce module, des formations disciplinaires à destination de chaque école doctorale, ceci indépendamment du collège des écoles doctorales. Cela n’a alors pas pu se faire pour des raisons de disponibilité des formateurs, mais reste l’un de nos objectifs pour l’année 2010-2011.

LE COLLÈGE DES ÉCOLES DOCTORALES : UN DISPOSITIF « FACILITANT »…

16L’obligation pour les allocataires de l’enseignement supérieur de suivre un cursus de formation dans les CIES représentait bien souvent une réelle opportunité pour que les formateurs à la maîtrise de l’information dispensent leurs formations auprès de doctorants. C’est par exemple le cas de l’Urfist de Paris qui a bénéficié d’un partenariat privilégié avec les CIES Sorbonne, Jussieu et Versailles pendant de nombreuses années, partenariat qui a été étendu à l’antenne caennaise du CIES Grand Ouest en 2006, permettant de former plusieurs centaines de doctorants à la maîtrise de l’information chaque année (664 en 2009 par le biais de 48 formations dispensées). Hélas, la disparition annoncée des CIES signe l’arrêt de ce dispositif.

17Les textes, comme nous l’avons rappelé précédemment, concernant les modalités de formations dans les écoles doctorales sont trop peu incitatifs pour encourager la mise en place de formations transversales, notamment celles liées à la maîtrise de l’information. Ainsi, l’instauration et le bon déroulement de telles formations dépendent de la volonté, mais également de la motivation de chaque école doctorale. En effet, le contact avec les directeurs d’écoles doctorales n’est pas forcément suivi de la mise en place de formations, notamment si ces derniers sont peu sensibilisés à cette thématique et ne perçoivent par conséquent pas l’intérêt de les proposer aux doctorants. Cette situation aboutit bien souvent à une dispersion des moyens, accompagnée d’une lassitude des formateurs contraints de multiplier les sollicitations auprès de chaque école doctorale afin de proposer leurs formations, sans aucune assurance de pouvoir les dispenser.

18La mise en place d’un collège des écoles doctorales, interlocuteur unique des formateurs, est supposée remédier à certaines de ces difficultés en proposant des programmes de formations communs aux différentes écoles doctorales d’un établissement. Le dispositif permis par la mise en place d’un collège des écoles doctorales, comme cela a été le cas à l’université de Caen-Basse-Normandie, présente des avantages indéniables : les formateurs n’ont qu’un seul interlocuteur (le collège des écoles doctorales), qui se charge de mutualiser les formations pour les proposer aux différentes écoles doctorales, évitant ainsi la multiplication des contacts et des interlocuteurs. Il va sans dire que l’intermédiation du collège des écoles doctorales joue bien évidemment en faveur des formateurs, par l’apport institutionnel qu’il représente, comparé à celui d’un simple formateur. Cette intermédiation peut également provoquer une certaine émulation entre directeurs d’écoles doctorales, en amenant certains à réviser leur jugement sur tel ou tel module de formation et à l’accepter du simple fait qu’il l’a déjà été par un de leurs collègues. L’intervention du collège des écoles doctorales apporte en outre une meilleure visibilité et une forme de reconnaissance des actions dispensées par les formateurs vis-à-vis de la communauté universitaire.

PERSPECTIVES…

  • 21 Laurence Karpp-Lahmaidi. Élaboration d’un plan de formation documentaire pour les doctorants de l’u (...)

19Fort de ce bilan relativement encourageant et de cet environnement favorable, le module « De la recherche d’information à la production du document » a été à nouveau proposé pour l’année universitaire 2010/2011. Cette deuxième année sera l’occasion de renforcer l’offre en proposant trois formations supplémentaires : une sur les outils « portables » type Framakey, une sur les logiciels libres utiles en thèses, ainsi qu’une formation aux images numériques. De plus, comme évoqué précédemment, nous envisageons de proposer des formations disciplinaires à chacune des six écoles doctorales de l’université de Caen-Basse Normandie. Afin de trouver les compétences nécessaires à la mise en place de ces formations, des contacts ont été pris avec des formateurs dans les différentes sections du SCD, contacts facilités par la coopération déjà existante entre les différents acteurs impliqués (Centre de formations aux carrières des bibliothèques, SCD de l’UCBN et antenne locale de l’Urfist de Paris). La mise en place de ces formations sera précédée d’un sondage par courriel auprès des doctorants de chaque école doctorale afin de recenser les besoins spécifiques de formations dans chaque discipline. S’il est difficile de mobiliser les doctorants pour ce genre de consultation21, cela permet toutefois d’adapter les formations au cas par cas, en fonction des besoins exprimés.

  • 22 Enquête sur les besoins de formation des doctorants à la maîtrise de l’information scientifique. Ur (...)
  • 23 Urfist de Nice. Réseaux des Urfist, Enquête sur les pratiques informationnelles, 2010.

20De manière plus générale, même si les lacunes concernant les pratiques informationnelles des doctorants ont déjà été mises en évidence par certaines études22, les données recueillies par une enquête à grande échelle sur les usages informationnels des enseignants/chercheurs, chercheurs et doctorants, permettraient de pointer plus spécifiquement certaines des difficultés soulevées dans cet article ; par ailleurs, à condition d’en diffuser largement ses conclusions, une telle enquête pourrait faire prendre conscience de la nécessité de former un plus grand nombre de doctorants à la maîtrise de l’information. Localement, ces résultats pourraient très certainement nous donner des indications pertinentes pour faire évoluer notre module de formation. À noter qu’une telle étude, menée par l’Urfist de Nice pour le réseau des Urfist, est en cours23.

21Enfin, il pourrait être utile d’inciter plus systématiquement les doctorants au « vagabondage intellectuel » afin qu’ils puissent acquérir certaines compétences transversales qui leur font parfois défaut. Pour cela, il serait bon de leur permettre de se former et de s’intéresser à des thématiques autres que celles développées dans l’unité de recherche où ils effectuent leur thèse ou même que celles directement liées à la poursuite de leur parcours professionnel ; et, pour y contribuer, il faudrait valoriser ce type d’activité. Hélas, la durée de la thèse et les pratiques actuelles en matière d’évaluation, de critères de recrutement et d’évolution de carrière s’y prêtent trop peu pour espérer voir la situation évoluer significativement. Il est donc d’autant plus important d’offrir des formations attractives et opérationnelles pour les doctorants dans le domaine de la maîtrise de l’information, si l’on veut initier le changement.

Bibliographie

Alibert Florence. « BCIU Clermont-Ferrand − Enquête sur les besoins des doctorants clermontois en formation à la recherche documentaire » [En ligne]. 2009. <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-40779> (consulté le 2 février 2011).

Bibliothèques des universités de Bretagne et l’Urfist de Rennes. « Form@doct » [En ligne]. <http://urfist.libguides.com> (consulté le 2 février 2011).

« Enquête sur les besoins de formation des doctorants à la maîtrise de l’information scientifique, Urfist de Bretagne et des Pays de la Loire ». [En ligne]. 2008. <http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist> (consulté le 2 février 2011).

Ghanem Thanaa. Organisation et conditions de la formation des doctorants dans le cadre de l’université française [En ligne]. Université de Bourgogne, 2007. 07033. <http://tel.archives-ouvertes.fr/ tel-00172021/PDF/07033.pdf> (consulté le 2 février 2011).

Karpp-Lahmaidi Laurence. Élaboration d’un plan de formation documentaire pour les doctorants de l’université du Maine [En ligne]. Projet professionnel personnel. Villeurbanne, Enssib, 2005, 86 p. <http://enssibsi.enssib.fr> (consulté le 2 février 2011).

Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Arrêté du 23 novembre 1990 relatif aux stages organisés dans le cadre du monitorat d’initiation à l’Enseignement supérieur. Journal officiel, n° 278 du 30 novembre 1990.

Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale. Journal officiel, n° 195 du 24 août 2006.

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Circulaire d’application des dispositions du décret n ° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche. Bulletin officiel, n ° 47 du 17 décembre 2009.

Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche. Journal officiel, n ° 0097 du 25 avril 2009.

Loi n ° 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités. Journal officiel, n° 201 du 11 août 2007.

Université de Caen. Contrat quadriennal de développement [En ligne]. Caen, 2009. <http://www.unicaen.fr> (consulté le 2 février 2011).

Urfist de Nice. Réseaux des Urfist. « Enquête sur les pratiques informationnelles ». [En ligne]. 2010. <https://enquete.unice.fr/index.php?sid=63929&amp;lang=fr> (consulté le 6 octobre 2010).

Notes

10 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Loi n ° 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités. Journal officiel, n° 201 du 11 août 2007.

11 Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale. Journal officiel, n° 195 du 24 août 2006.

12 Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, arrêté du 23 novembre 1990 relatif aux stages organisés dans le cadre du monitorat d’initiation à l’enseignement supérieur. Journal officiel, n° 278 du 30 novembre 1990.

13 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche. Journal officiel, n° 0097 du 25 avril 2009

14 Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, circulaire d’application des dispositions du décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche. Bulletin officiel, n ° 47 du 17 décembre 2009.

15 Université de Caen, contrat quadriennal de développement. Caen, 2009.

16 Enquête sur les besoins de formation des doctorants à la maîtrise de l’information scientifique. Urfist de Bretagne et des Pays de la Loire, 2008.

17 Florence Alibert. BCIU Clermont-Ferrand − Enquête sur les besoins des doctorants clermontois en formation à la recherche documentaire. BCIU Clermont-Ferrand, 2009.

18 Thanaa Ghanem. Organisation et conditions de la formation des doctorants dans le cadre de l’université française. Université de Bourgogne, 2007.

19 Ibid.

20 Bibliothèques des universités de Bretagne et l’Urfist de Rennes, « Form@doct ».

21 Laurence Karpp-Lahmaidi. Élaboration d’un plan de formation documentaire pour les doctorants de l’université du Maine. Projet professionnel personnel. Villeurbanne, Enssib, 2005.

22 Enquête sur les besoins de formation des doctorants à la maîtrise de l’information scientifique. Urfist de Bretagne et des Pays de la Loire, op. cit. Florence Alibert. BCIU Clermont-Ferrand − Enquête sur les besoins des doctorants clermontois en formation à la recherche documentaire, op. cit.

23 Urfist de Nice. Réseaux des Urfist, Enquête sur les pratiques informationnelles, 2010.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access