Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 3. Former à la culture de l'information

MISTeR : Maîtriser l’Information Scientifique et Technique en Recherche : une offre de formation originale pour les doctorants de l’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra)

Patricia Volland-Nail et Dominique L’Hostis

Texte intégral

1Depuis quelques années, les professionnels de l’information scientifique et technique (IST) font deux constats majeurs : d’une part, les chercheurs accèdent désormais à l’IST directement via le Web et de façon totalement autonome, d’autre part, la recherche, la gestion et la communication de l’IST restent le « parent pauvre » de la formation universitaire française des futurs chercheurs, y compris au sein des écoles doctorales. À l’Inra4, comme dans tous les autres organismes de recherche en France, le rôle traditionnel d’intermédiaire des professionnels de l’IST et documentalistes a ainsi fortement évolué vers un rôle de conseil et de formation auprès des chercheurs et des doctorants pour leur faciliter l’accès à l’IST.

  • 5 Environ 600 nouveaux doctorants sont accueillis chaque année à l’Inra, soit une population totale (...)

2Dans son document d’orientation 2006-2009, l’Inra a souhaité augmenter son attractivité pour les chercheurs et les doctorants. En parallèle, dans le secteur de l’IST, un travail de fond a été entrepris à partir de 2006 sur l’offre de services interne et sur son organisation. Dans ce contexte, une offre de formation baptisée MISTeR, pour « Maîtriser l’Information Scientifique et Technique en Recherche », destinée spécifiquement aux doctorants5, a été élaborée. À la demande de l’Inra, elle a été validée par un grand nombre d’écoles doctorales, l’objectif de cette validation étant de favoriser l’intégration de la formation MISTeR à l’offre globale proposée aux doctorants par ces mêmes écoles doctorales ou, éventuellement, de la compléter. Les doctorants peuvent ainsi choisir entre l’offre de formation de leur école doctorale d’appartenance et celle du centre Inra sur lequel ils effectuent leur travail de recherche, sans qu’il y ait redondance. Ils peuvent aussi comptabiliser les heures de formation MISTeR dans les quotas de formation qui leur sont imposés par les écoles doctorales.

OBJECTIFS DE LA FORMATION MISTeR

3La relation que le chercheur entretient avec le monde de l’information scientifique et technique est multiple et complexe puisqu’il passe en permanence du statut d’utilisateur de l’IST à celui de producteur de cette même IST. Les objectifs de MISTeR sont donc de couvrir les différents aspects de cette relation et d’amener le doctorant, en tant que futur chercheur, à être le plus autonome et le plus efficace possible sur l’ensemble des étapes de ce processus (Figure 1).

Figure 1 : Contenu des modules MISTeR, au cœur de l’IST en recherche

Figure 1 : Contenu des modules MISTeR, au cœur de l’IST en recherche

Source : © Inra.

UNE DÉMARCHE COLLABORATIVE POUR LA MISE EN PLACE DES FORMATIONS

4Dès 2006, un groupe projet s’est constitué avec des professionnels de l’IST appartenant à l’ensemble des centres Inra (dix-neuf centres régionaux répartis sur le territoire) et des représentants du service de formation permanente nationale de l’Inra. Le groupe a élaboré le projet en plusieurs étapes.

Première étape : analyse de l’existant

5De nombreux documentalistes réalisaient déjà des formations sur leurs centres, ponctuellement ou de façon récurrente. Un état des lieux a donc été effectué et une première analyse de l’offre interne réalisée, puis comparée avec les offres éventuelles des écoles doctorales des universités. En parallèle, des entretiens ont été menés auprès d’un panel de doctorants et de leurs encadrants-chercheurs afin de déterminer avec précision les besoins récurrents et les attentes. Ces entretiens ont confirmé l’intérêt de l’organisation de telles formations pour leurs bénéficiaires.

Deuxième étape : identification des axes de formation

6Trois axes de formation principaux ont été identifiés et jugés prioritaires par les personnes concernées :

  • accès à l’IST, afin de rendre les doctorants autonomes et efficaces dans leur recherche et suivi de l’IST via le Web, dès le début de leur intégration dans le laboratoire ;
  • gestion de l’IST, pour leur apprendre à gérer la bibliographie qu’ils collectent avec un logiciel spécifique adapté ;
  • communication de l’IST, pour les aider à mettre en place rapidement une stratégie de publication des résultats obtenus tout au long de leur thèse.

7L’objectif étant de présenter cette offre de formation comme un « séminaire » ou « module » type « école doctorale » (environ vingt heures de formation), chaque axe de formation a été calé sur une journée de formation d’environ sept heures.

Troisième étape : identification de formateurs et de « centres » pilotes pour tester les formations la première année de mise en place (2007)

8Dans un premier temps, la démarche de mise en place du dispositif a consisté à identifier des formateurs par un « appel d’offres » interne au sein de la communauté IST Inra puis de les « professionnaliser » et de leur donner un véritable statut de « formateurs » en leur faisant suivre une formation de formateurs en deux sessions de deux jours. Entre les deux sessions, un séminaire de travail de deux jours a été organisé pour élaborer collectivement le contenu des formations et construire les scénarios pédagogiques des différents modules. Cette démarche a permis de balayer l’ensemble des domaines et de créer un contenu commun de qualité, ainsi qu’une dynamique de groupe intéressante. Un premier groupe de sept formateurs volontaires a ainsi été constitué. Les formateurs partagent les mêmes méthodes et les mêmes contenus, mais chacun conçoit et personnalise ses propres supports de formation en les adaptant à son environnement thématique.

9La mise en place de procédures communes pour l’organisation des formations sur les centres Inra a été réalisée : contact avec les écoles doctorales et demandes de validation des modules, liens avec les services de formation permanente locaux, avis de stages, procédures organisationnelles, etc.

10Ont également été élaborés divers « outils » de suivi des actions de formation : questionnaires de besoins distribués à l’ensemble des stagiaires avant les formations pour adapter celles-ci le plus possible au cas par cas, formulaires d’évaluation des formations après chaque cycle, élaborés et analysés avec le logiciel Sphinx.

11Une « charte » du formateur MISTeR a été établie collectivement. Elle défend des principes éthiques et énonce des critères de professionnalisme afin de garantir la qualité des sessions de formation et conforter le rôle du formateur sur tous les centres régionaux.

12Les responsables des services locaux de formation permanente ont pris contact avec les différentes écoles doctorales partenaires des centres Inra. Toutes les écoles doctorales contactées en 2007 ont répondu favorablement aux demandes de validation de ces formations comme « modules » du cursus de leurs étudiants, soit seize écoles doctorales. En 2009, vingtquatre écoles doctorales validaient les formations MISTeR et, pour les autres, les validations au coup par coup sur demande individuelle des doctorants n’ont jamais été refusées.

13Démarrée en 2007 sur sept centres régionaux déclarés « centres pilotes », l’offre MISTeR s’est ensuite étendue progressivement à l’ensemble des dixneuf centres Inra. En 2010, quatorze formateurs déployaient ces formations régulièrement sur l’ensemble de l’Institut.

LE CONTENU DE LA FORMATION MISTeR

14Déclinée en trois formations « pivots », complétées éventuellement, au cas par cas ou sur demande, par des séances spécifiques, la formation MISTeR est adaptée aux doctorants, quel que soit leur domaine de recherche. En effet, organisme de recherche finalisé au service de l’agriculture, l’Inra est complètement pluridisciplinaire et couvre à la fois les sciences de l’environnement, de l’alimentation et de l’agriculture en général. Il aborde également des recherches génériques et contribue à toutes les composantes de la connaissance du vivant. Le champ d’application de ces recherches est donc très vaste et se décline en six axes principaux (cf. encadré ci-dessous).

Tableau : Les six axes stratégiques 2006-2009 de l’Inra

environnement : gérer durablement et améliorer l’environnement, maîtriser les impacts des changements globaux et les activités productrices ;

recherches génériques : développer les recherches et produire les données pour la connaissance du vivant ;

alimentation : améliorer l’alimentation humaine, préserver la santé des consommateurs, comprendre leurs comportements ;

systèmes de production : adapter les systèmes de production agricole, les pratiques et les espèces ;

produits et procédés : diversifier les produits et leurs usages, accroître leur compétitivité ;

acteurs et politiques publiques : comprendre les stratégies des acteurs, analyser les politiques publiques, anticiper les évolutions.

(Extrait du rapport annuel Inra 2009)

15En terme d’IST, quelques spécificités peuvent être considérées (« sciences dures » vs « sciences humaines et sociales »), mais il a semblé plus opportun au groupe MISTeR de mettre en place des formations « généralistes », basées sur des méthodologies, adaptables par les doctorants à leur domaine de recherche spécifique.

16Les trois axes de formation identifiés sont donc déclinés en trois modules d’une journée :

17Module 1 optimiser sa recherche d’information et mettre en place sa veille documentaire :

  • le contexte général de l’IST et son évolution permanente (Open Access, archives ouvertes, etc.) ;
  • identifier ses besoins d’information selon le contexte ;
  • connaître l’ensemble des sources d’information disponibles, les bases de données bibliographiques spécialisées ;
  • mieux utiliser les périodiques électroniques : mettre en place des « alertes » automatiques sur les plates-formes éditoriales (TD) ;
  • méthodologie de la recherche de l’information : règles de base de l’interrogation des bases de données bibliographiques ;
  • travaux Dirigés (TD) sur différentes bases de données généralistes et spécialisées (bases choisies en fonction des thématiques des participants au séminaire) ;
  • recherche sur le Web via les moteurs spécifiques de l’IST (Google Scholar, Scirus) (TD).

18Module 2 apprendre à gérer sa bibliographie personnelle avec un logiciel de gestion documentaire en vue de la rédaction d’articles ou de la thèse :

  • panorama de l’offre en logiciels de gestion de la bibliographie : Endnote, Reference Manager, Zotero, etc. ;
  • constitution et gestion d’une base de données bibliographiques personnelle et gestion de ses documents PDF avec l’exemple d’Endnote, de Reference Manager ou de Zotero selon les contextes (TD) ;
  • saisie manuelle et automatique des références bibliographiques dans sa base de données (TD) ;
  • insertion des références bibliographiques dans ses articles ou sa thèse et édition automatique de listes de références conformément aux consignes aux auteurs des revues (lien direct avec Word) (TD).

19Module 3 se poser les bonnes questions pour publier et valoriser ses résultats de recherche et mettre en place une stratégie de publication, avec en introduction un rappel sur l’évolution de l’édition scientifique au travers du mouvement des « archives ouvertes » et du phénomène du « libre accès à l’information scientifique et technique » :

  • pourquoi publier ? Importance de la communication scientifique écrite. Les enjeux des publications ;
  • que publier ? Préparer son projet de publication, respecter les règles de l’éthique des publications ;
  • quand publier ?
  • comment publier ? Les différents types de documents scientifiques, leur rôle et leur contenu : article de recherche, brevet, communication aux congrès, thèse, etc. ;
  • avec qui publier ? La notion d’auteur, les droits et devoirs des auteurs, les noms des auteurs, l’affiliation ;
  • où publier ? Choix du périodique.

20Le contenu des formations est suffisamment générique pour que le formateur puisse l’adapter au cas par cas et choisir, en particulier lors des travaux dirigés, des exemples pertinents en fonction des thématiques de son public. Pour permettre cette « adaptation », les doctorants inscrits aux modules reçoivent, avant chaque formation, un questionnaire de besoins qu’ils doivent renvoyer au formateur une semaine avant la formation pour analyse.

BILAN DES FORMATIONS MISTeR APRÈS TROIS ANNÉES D’EXISTENCE (2007-2009)

21Le bilan des trois premières années de mise en place des formations MISTeR à l’Inra est très satisfaisant puisque le nombre de sessions organisées chaque année est passé de 32 en 2007 à 58 en 2009. Tous les centres Inra (19 centres) sont désormais couverts et un total de 1 379 stagiaires ont suivi ces sessions durant ces trois ans.

22L’évaluation des formations met en avant un très bon taux de satisfaction des doctorants quant à l’appréciation globale de chacun des modules : le module 1 est jugé « intéressant » à « très intéressant » par 93 % des stagiaires, le module 2 est jugé « intéressant » à « très intéressant » par 97 % des stagiaires, et le module 3 est jugé « intéressant » à « très intéressant » par 86 % des stagiaires. 99 % des stagiaires, à savoir la quasi-unanimité, trouvent ces formations utiles et les conseilleraient à d’autres. Le regroupement des modules 1 et 2 sur deux jours consécutifs est plébiscité par 85 % des stagiaires. L’équilibre théorie/pratique est jugé satisfaisant par 79 % des stagiaires, toutefois 25 % d’entre eux souhaiteraient davantage de pratique.

23Quand on pose la question sur ce qui est jugé « le plus intéressant » dans chacun des modules, les doctorants répondent souvent « tout », mais plus spécifiquement :

  • pour le module 1 : les TP/TD, dont la découverte des bases de données bibliographiques pluridisciplinaires, telles que le Web of Science, ou spécialisées dans leur domaine, autres que Google…, la création d’équations de recherche dans ces bases de données et la mise en place d’alertes spécifiques à leur domaine ;
  • pour le module 2 : les TP/TD sont largement plébiscités, avec les imports automatiques à partir des différentes bases de données bibliographiques et des plates-formes éditoriales, l’insertion automatique des références dans les articles ou dans la thèse et la constitution de la liste bibliographique à la fin du manuscrit ;
  • pour le module 3 : la problématique des auteurs (avec qui signe-t-on un article ?), le choix du périodique de publication et les explications sur l’utilisation du facteur d’impact, le processus et les règles de publication des articles sont les parties les plus appréciées.

24Suite à la demande de bon nombre de doctorants, des formations complémentaires vont être mises en place en 2011, dont une formation à la « Communication scientifique écrite » (construction et rédaction des articles de recherche) et une formation à la « Recherche de brevets ».

CONCLUSION

25Un plan de communication, intégrant la réalisation d’une plaquette de présentation de MISTeR, distribuée largement aux nouveaux doctorants sur tous les centres Inra, et la mise en place d’un calendrier des formations accessible via l’Intranet de la DV-IST (Direction de la valorisation – information scientifique et technique), a permis de faire largement connaître les formations MISTeR au sein de l’Inra. L’ensemble des trois modules est organisé une à deux fois par an sur chaque centre, en fonction du nombre de doctorants intéressés. Quand il reste des places dans les sessions et pour les compléter, certaines de ces formations sont proposées et donc suivies en même temps par des chercheurs confirmés ou des ingénieurs Inra : cette « mixité » est très appréciée par les doctorants, surtout pour le module 3, car l’expérience et les témoignages des chercheurs déjà en poste enrichissent beaucoup les échanges au cours du séminaire et mettent en évidence, s’il est encore besoin de le faire, l’utilité de ces formations.

26La non-spécificité thématique des formations MISTeR, mais leur adaptation possible « à la carte », est également un atout pour ce genre de formations, souvent jugées par les doctorants comme devant « être obligatoires » dans leur cursus.

27Dans sa mission globale de « formation à la recherche par la recherche », l’Inra complète ainsi la formation de ses doctorants en leur présentant toutes les facettes des métiers de la recherche, y compris celles complémentaires du travail de recherche expérimentale « à la paillasse ».

28Enfin, pour les professionnels impliqués dans ce projet, MISTeR constitue une expérience intéressante, enrichissante et motivante. Sa réussite et sa reconnaissance interne en font aussi une bonne vitrine de communication pour la fonction IST au sein de l’organisme.

Notes

4 Inra : <http://www.inra.fr>.

5 Environ 600 nouveaux doctorants sont accueillis chaque année à l’Inra, soit une population totale permanente d’environ 1 800 doctorants répartis sur l’ensemble des centres de l’institut.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Contenu des modules MISTeR, au cœur de l’IST en recherche
Légende Source : © Inra.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access