Version classiqueVersion mobile

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 2. La communication scientifique

Plume ! et la vulgarisation scientifique : l’importance de former les doctorants à la production et à la diffusion de l’information scientifique

Romain Guerreiro

Texte intégral

CONTEXTE ET ENJEUX DE LA VULGARISATION SCIENTIFIQUE

  • 20 Enquête de la Royal Society. Science communication – Survey of factors affecting science communicat (...)
  • 21 Pablo Jensen et al. « Scientists who engage with society perform better academically ». Science and (...)
  • 22 Peter Bentley, Svein Kyvik. Academic staff and public communication : a survey of popular science p (...)

1La diffusion des connaissances scientifiques est un des enjeux majeurs du XXIe siècle. L’accès à l’information scientifique est plus qu’un atout, c’est un passeport obligatoire pour s’épanouir et comprendre nos sociétés modernes. Pourtant, le chemin est encore long : un quart des chercheurs considèrent que l’activité de vulgarisation scientifique a un impact négatif sur leur évolution professionnelle20 alors que l’inverse a été montré récemment en France21 et à l’étranger22.

2Pour le doctorant, la pratique de la vulgarisation ne devrait pas être qu’un engagement citoyen ou un exercice de style mais une école permanente : synthétiser, reformuler, se faire comprendre, sont des atouts clés de la réussite scientifique, individuelle et collective.

SIMPLY THE PLUME !

3Dans ce contexte, l’association Plume !, qui fédère un réseau national majoritairement doctorant, se donne pour triple mission de 1) faciliter l’engagement dans la vulgarisation scientifique des universitaires, 2) en diffuser les productions multimédias vers un large public et 3) former et autonomiser les chercheurs à la vulgarisation scientifique pour qu’elle ne soit plus la fille indigne de la carrière académique. Nous menons diverses actions dans ce sens avec notamment l’édition trimestrielle d’un journal papier, une plate-forme d’édition en ligne d’articles de vulgarisation et de création de sites dévolus à la diffusion des connaissances23, la mise en place de formations au sein des universités. Nous participons également à des événements tels que la Fête de la Science, la Semaine de l’Environnement, la Nuit des Chercheurs, etc.

LES FORMATIONS, UN VÉRITABLE TERRAIN D’EXPÉRIMENTATION À LA VULGARISATION

4Afin de permettre aux doctorants de produire et diffuser l’information scientifique, il est essentiel de leur offrir un soutien et une reconnaissance académique de la pratique de la vulgarisation par la mise en place de formations.

5Depuis cinq ans, Plume ! propose aux jeunes chercheurs, tous domaines confondus, de se former aux pratiques de vulgarisation scientifique en mettant à leur disposition des outils et ressources : médias Web et papier, lieux d’expression (événements culturels), associations, professionnels de la médiation.

6Toutes nos formations à la vulgarisation s’accompagnent d’un large temps initial de réflexion commune autour de la vulgarisation (réalisation de mindmapping : quoi, pourquoi, comment, pour qui vulgariser ? etc.). Nous faisons intervenir dans cette formation initiale les acteurs locaux en vulgarisation scientifique pour montrer le panel de ce qu’il est possible de faire. Les participants sont parties prenantes du projet global. Par exemple, pour la prise en charge de l’édition d’un numéro du journal trimestriel, les doctorants sont impliqués dans la réalisation des articles et leur mise en forme dans le journal (échanges avec les illustrateurs, maquettistes), mais aussi dans la recherche de financements et sa diffusion. Plume ! met à disposition des outils d’édition comme support de ses formations : plate-forme de publication participative24 et journal papier.

  • 25 Les doctorants sont incités à donner des retours après les formations via des fiches d’évaluation q (...)

7En résumé, ces formations sont l’occasion d’une véritable expérimentation à la vulgarisation scientifique. Elles sont co-construites avec les doctorants25, ce qui permet leur évolution et leur amélioration. Les doctorants sollicités semblent aussi plus enclins ensuite à s’engager dans des projets.

Notes

20 Enquête de la Royal Society. Science communication – Survey of factors affecting science communication by scientists and engineers. 2006.
[En ligne] <http://royalsociety.org/Factors-Affecting-Science-Communication/>.

21 Pablo Jensen et al. « Scientists who engage with society perform better academically ». Science and Public Policy, 2008, 35 (7), 527-541.

22 Peter Bentley, Svein Kyvik. Academic staff and public communication : a survey of popular science publishing across 13 countries. Public Understanding of Science, 2011, 20 (1), 48-63.

23 [En ligne] : <http://www.plume.info/>.

24 [En ligne] : <http://www.plume.info/le-reseau/>.

25 Les doctorants sont incités à donner des retours après les formations via des fiches d’évaluation qui sont ensuite compilées et exploitées. Un exemple d’une fiche d’évaluation type [en ligne] : <http://www.lume.info/evaluation/>.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search