Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 2. La communication scientifique

Écriture scientifique et positionnement d’auteur

Francis Grossmann

Texte intégral

  • 1 “The writer must persuade the audience that the results of the research are not literature, are not (...)

1Face aux difficultés des apprentis chercheurs dans le domaine de laace rédaction scientifique, notamment dans le cadre du doctorat, des acquis existent : les formations à l’écriture scientifique commencent à apparaître dans les cursus, dans le cadre de formations méthodologiques en master ou dans les séminaires proposés par les écoles doctorales ; des manuels destinés à l’apprenti chercheur prodiguent des conseils, et de nombreuses informations sont aujourd’hui en ligne. Quelques points sont communément traités, en particulier la question du référencement et de la présentation des sources bibliographiques, la question du plan, qu’il suive un modèle standard, comme celui de l’article dans certaines disciplines scientifiques ou que davantage de souplesse soit autorisée. Parmi les autres dimensions abordées, on trouve des formations plus pointues – délivrées entre autres par l’Urfist – sur les techniques documentaires, les logiciels de gestion bibliographique, du type Endnote et Zotero – mais aussi des conseils rédactionnels, qui s’inscrivent implicitement ou explicitement dans une certaine conception du style scientifique. En sciences exactes, ou en sciences expérimentales, l’idée dominante – parce qu’elle correspond effectivement à la pratique d’écriture dans ces disciplines, préconise l’effacement de l’énonciateur et de tout effet de style, selon la formule connue : « En sciences, le style c’est l’absence de style. »1 Il est vrai que l’acculturation se joue ici prioritairement dans la culture de laboratoire, la mise en place de protocoles communs contribuant davantage qu’en SHS à guider l’écriture, d’ailleurs souvent collective et fondée sur un partage des tâches qui s’effectue à partir d’un plan type.

2Ce discours ne peut pas être tenu de la même façon pour les étudiants littéraires ou inscrits en sciences humaines et sociales : le conseil prend alors parfois la forme d’une injonction paradoxale à combiner le style scientifique ou considéré comme tel (phrases courtes, lexique précis, effacement énonciatif), à un style plus littéraire qui n’abandonne pas totalement tout effet rhétorique, et qui sait manier aussi l’allusion, l’ironie ou le paradoxe dans le jeu intertextuel et dialogique, tout en respectant la fameuse clarté cartésienne. Mais la situation se présente de manière très différente selon les disciplines et sous-disciplines, et même selon les auteurs comme le montre l’étude de Poudat et Rinck [Poudat et Rinck, 2005]. Certaines formations ont commencé à intégrer les acquis des recherches qui se sont penchées ces dernières années, dans différentes disciplines et différentes langues, sur les obstacles épistémologiques et pratiques à l’écriture scientifique – notamment en comparant l’écriture des nouveaux « entrants » dans le champ académique et celle des chercheurs confirmés, ou encore en confrontant les spécificités disciplinaires et culturelles.

3La question est donc de savoir s’il existe des éléments importants pour la formation, en dehors des nécessaires informations techniques, bibliographiques et documentaires. Notre hypothèse de travail repose sur l’idée qu’une formation à l’écriture de recherche ne peut se penser qu’en lien avec le cœur même de l’activité scientifique, et donc avec les enjeux disciplinaires, les démarches et méthodologies mises en œuvre dans le cadre d’une recherche précise ; elle exige aussi de se fonder une connaissance fine des pratiques et des habitus propres à un champ scientifique donné. C’est en partant de cette double exigence que nous nous proposons d’explorer quelques-uns des appuis possibles d’une telle formation. Partant d’une interrogation sur le style scientifique, nous tenterons ensuite de préciser ce qu’engage le fait d’adopter une position d’auteur scientifique, aspect qui nous paraît fondamental dans une perspective de formation à l’écriture scientifique.

LA QUESTION DU STYLE SCIENTIFIQUE

La perspective universalisante

  • 2 Voir le travail de Hallyn [Hallyn, 2004] qui montre le rôle des métaphores dans l’heuristique scien (...)

4Schwarze [Schwarze, 2008, p. 6] rappelle les traits principaux liés à ce qu’elle nomme la « perspective universalisante », souvent adoptée lorsqu’on parle de l’écriture scientifique. Tout d’abord, le style scientifique se fonde sur « la systématisation notionnelle » propre à un champ disciplinaire ou à un domaine ; ensuite, l’écriture se caractérise par un haut degré de précision sémantique, et bannit les métaphores. La personnalité de l’auteur ne doit pas transparaître, ce qui implique la neutralité émotive et affective avec un tabou du « moi ». Enfin, l’écrit scientifique s’inscrit dans une certaine économie formelle, qui se caractérise notamment par un « tabou de narration ». Schwarze adopte une perspective critique, que nous reprendrons ici en la complétant : le premier critère n’est pas d’ordre stylistique, et se fonde sur le découpage du champ notionnel considéré ; en outre, il n’est pas propre à l’écriture scientifique, mais correspond aussi aux exigences de tout domaine spécialisé. Le second critère, la précision sémantique, n’est pas non plus un critère définitoire uniquement pour le champ scientifique et semble encore plus requis dans le domaine technique. Quant au tabou des métaphores, il renvoie à une conception ornementale, alors que celles-ci ont souvent, y compris dans l’activité scientifique, une fonction interprétative ou heuristique2. Nous avons déjà évoqué le troisième critère, qui concerne l’effacement de l’énonciateur, mais qui est plus ambigu. L’idée que le style scientifique « universel » éviterait toute rhétorique, qu’il s’agirait en quelque sorte d’un « nonstyle », fondé sur l’effacement de l’énonciateur prend acte du fait indéniable que, dans l’activité scientifique que transcrit l’écriture, est mis au premier plan l’enchaînement causal, qui peut souvent se passer d’une prise en charge explicite de l’énonciateur. Ainsi, un énoncé comme « la substance A agit sur la substance B », cité par Latour et Fabbri [Latour et Fabri, 1977, p. 81] peut-il être présenté comme le parangon d’un tel style explicatif, dont la force assertorique est d’ailleurs d’autant plus importante que les « faits semblent se dérouler d’eux-mêmes », pour pasticher la formule de Benveniste.

5Cependant, dès que l’on aborde la question du positionnement scientifique, ou de l’interprétation des données, une forme de prise en charge explicite devient nécessaire, et les contorsions auxquelles se livrent parfois les auteurs-chercheurs pour respecter le tabou du moi peuvent devenir ridicules, voire contre-productives, lorsqu’elles nuisent à la lisibilité du propos, au repérage du positionnement ou à l’efficacité de l’argumentation. Enfin, en ce qui concerne le tabou de la narration, les choses sont là encore plus complexes qu’il n’y semble : les genres scientifiques se veulent explicatifs davantage que narratifs, mais ils ont souvent besoin de se fonder sur des déroulements d’événements, sur des séquences chronologiquement orientées. Dans certaines disciplines des sciences humaines, telles l’histoire et l’ethnologie, le récit occupe même une place fondamentale. Il est donc vain de chercher des invariants de ce type pour caractériser le style scientifique : mieux vaut dessiner des « régions » fondées sur des logiques partielles, et des régimes de scientificité différents, sans pour autant nier le fait qu’il existe quelques points communs propres au langage des sciences.

Les modèles de scientificité

6Il n’y a donc pas un style scientifique, mais des styles scientifiques, au moins partiellement configurés par les différents modèles épistémologiques liés à l’activité scientifique elle-même. L’écriture, il convient de le rappeler, n’est pas un ornement extérieur, elle est profondément dépendante du modèle de scientificité explicite ou implicite adopté, qui détermine directement la planification du texte, ainsi que la manière dont il est pris en charge. Par commodité, et sans attacher une importance excessive à cette dichotomie qui reste très grossière, on distinguera entre modèles de prédiction (ex. physique) et modèles herméneutiques (ex. histoire). À chacune de ces deux grandes familles de modèles correspondent des formes de validation spécifiques qui conditionnent le système de la preuve tel qu’il est présenté dans l’article.

  • 3 Acronyme pour Introduction, Methods, Results and Discussion.

7La validation, dans le modèle herméneutique, s’effectue en particulier à travers l’examen des sources (leur degré de fiabilité, leur contexte de production et de réception, l’examen des traditions interprétatives, etc.). Les modèles de prédiction, de leur côté, attachent une importance décisive à la formulation et à la validation des hypothèses, suivant des méthodologies déductives ou empiriques. Cette dichotomie ne doit pas masquer le fait que les procédures scientifiques allient fréquemment les deux démarches. Si la recherche en médecine se fonde sur des procédures expérimentales ou sur des enquêtes épidémiologiques, l’interprétation des observations effectuées (la sémiologie médicale) se fonde bien sur une démarche de type herméneutique. Mais, de manière plus générale, l’interprétation des données reste un aspect central dans nombre de disciplines scientifiques, et des divergences d’interprétation sont souvent constatées à partir des mêmes données expérimentales ou empiriques. Ce point a une conséquence pour l’écriture scientifique : la partie discussion (incluse dans le plan IMRaD3) et qui est parfois − à tort − considérée comme une section postiche ou à valeur scientifique faible, ne fait qu’entériner l’impossibilité d’évacuer la dimension interprétative dans les sciences même dites « dures ». En outre, certaines disciplines sont constitutivement traversées par des modèles de scientificité multiples : en archéologie par exemple, on allie des démarches méthodologiques outillées, issues de la physique et des sciences de l’ingénieur à des démarches herméneutiques, permettant d’inférer l’organisation, les mœurs ou la vie quotidienne des sociétés du passé sur la base d’indices matériels. L’écriture scientifique doit donc souvent gérer des modèles de scientificité mixtes, ou de natures différentes. Cependant, dans certains champs disciplinaires, et notamment en ce qui concerne l’écriture d’un article, les contraintes imposées sont très fortes, et sont fondées sur un modèle qui s’efforce de réduire la dimension herméneutique et interprétative à sa plus faible expression.

Style, genres, formats

8Le style scientifique est, pour partie, la résultante de certaines caractéristiques du genre, voire du « format » — à savoir la forme d’organisation textuelle édictée comme norme dans certaines disciplines, comme dans le cas du format IMRaD. Cet exemple est significatif, parce qu’il montre l’interaction étroite entre le modèle de scientificité de référence, le travail concret du scientifique, les pratiques professionnelles et le style rédactionnel. Pontille [Pontille, 2007] insiste sur le fait que le format IMRaD, utilisé dans certaines disciplines, est d’abord « un dispositif matériel, support d’un agencement particulier de différents éléments textuels (découpage para-textuel, format, nombre de caractères, etc.) et graphiques (figures, tableaux) ». C’est ce caractère très concret qui en fait « un objet mobilisable dans l’action, qui encadre l’activité d’écriture, structure l’argumentation, et sert de point d’appui pour la lecture ». Mais il constitue aussi « un dispositif cognitif, c’est-à-dire une trame argumentative qui rend possibles des opérations intellectuelles dont une des finalités est de produire des connaissances scientifiques ». Enfin, « ce format a émergé au sein de pratiques singulières et d’un contexte social particulier et représente un dispositif qui participe de l’ordre social d’un groupe professionnel. » C’est également ce que montre Milard [Milard, 2007], qui en signale l’ancrage dans la division du travail, puisqu’il permet « de hiérarchiser les opérations de rédaction qui sont pratiquées dans l’équipe », en fonction des statuts : « Typiquement, alors que l’étudiant doctorant ou en DEA rédige la partie expérimentale, le post-doctorant ou le jeune chercheur rédige les parties résultats et discussion et c’est au directeur de l’équipe ou au chercheur confirmé que reviennent la rédaction de l’introduction et l’élaboration de la bibliographie. »

  • 4 En fonction du mode de communication, du support de publication, etc.

9D’autres interactions concernent les différents écrits intégrés dans la vie du chercheur ou du laboratoire de recherche. Comme le rappelle Lefebvre [Lefebvre, 2006], le travail scientifique s’organise autour de dispositifs appartenant à une multiplicité de registres sémiotiques (langage formel et symbolique, dessins, etc.) et recourt à une grande variété de supports : feuilles de papier, écran d’ordinateur, tableau, espace en trois dimensions. D’où une première source de diversification des genres : brouillons, notes, articles, communication, lettres, écrits électroniques, etc. Une typologie cohérente des genres scientifiques est donc difficile parce qu’elle met en jeu des critères d’ordres très différents : fonctionnels, institutionnels, formels4. Si l’on cherche à appréhender la diversité des productions scientifiques, les thèses et les articles scientifiques ne sont pas à considérer à eux seuls comme lieux de construction des connaissances : les écrits de travail méritent d’être pris en compte aux côtés des écrits institutionnels. Les anthropologues de l’écrit se sont intéressés ces dernières années, à la suite des travaux pionniers de Latour et Woolgar [Latour et Woolgar, 1979], à des textes moins souvent considérés. Ces textes (courriers, rapports, documentation technique, catalogues, etc.), utilisés dans les réseaux de coopération scientifique, jouent un rôle d’intermédiaire dans la structuration des activités de recherche et l’harmonisation des pratiques [Vinck, 2009] et [Achard, 1994]. C’est le cas en particulier des présentations publiques, powerpoint ou « démos » [Rosental, 2005]. Ces écrits de travail ou de communication publique, encore souvent ignorés ou minorés dans les recherches actuelles, représentent aussi un des éléments d’appui de l’écriture avant qu’elle ne se réalise sur les supports plus classiques. Une des propositions de travail possibles pour la formation consiste donc à s’intéresser à la diversité même de ces productions pour montrer en quoi elles nourrissent le travail de recherche et d’écriture et pour spécifier la nature de l’écriture des genres plus formels tels l’article. Si l’on se situe dans le cadre de la diffusion, on est ainsi conduit à s’intéresser aux appels à colloque, ou encore aux propositions de communication, et aux communications elles-mêmes, caractérisées par leur multimodalité : écrites mais aussi « orales » (c’està-dire empruntant un canal oral), visuelles (présentations powerpoint, posters), etc. Les appels à projets et leurs réponses jouent également, on le sait, un rôle de plus en plus important actuellement tout comme d’autres genres liés au circuit de l’édition scientifique tel le compte rendu d’ouvrage ou la recension critique. Cette énumération, qui ne se veut pas exhaustive, illustre bien la difficulté de se repérer en la matière : elle suffit à illustrer le fait que la formation des jeunes chercheurs, si elle est envisagée sérieusement, doit être pensée non pas à partir d’un ou deux genres canoniques, mais de manière beaucoup plus globale, en positionnant l’écriture de la thèse et des articles au sein de cet ensemble.

10Il est non moins important de comprendre le rôle spécifique que jouent deux catégories qui comportent une large intersection, mais qu’il y a peutêtre intérêt à mieux distinguer : les écrits universitaires — ou « académiques » — et les écrits de recherche. Les genres proprement académiques, relevant de l’institution universitaire, et qui participent de la formation et de sa validation (mémoire de master, thèse, sanctionnés par leurs corollaires évaluatifs comme par exemple le rapport de soutenance) représentent généralement la porte d’entrée privilégiée des jeunes chercheurs dans l’écriture, qui les conduit par la suite aux genres plus exclusivement scientifiques (tels l’article). Ce passage des genres académiques aux genres éditoriaux scientifiques pose sans doute des problèmes particuliers, et peu souvent envisagés au cours de la formation. Alors qu’une des difficultés du mémoire ou de la thèse est la gestion d’un écrit long, le jeune chercheur affronte cette fois un format de genre plus court, qui s’inscrit dans une logique éditoriale visant la communauté des chercheurs concernés. L’écriture de recherche propre à l’article est forcément plus synthétique que celle qu’il a appris à manier dans la thèse, et elle exige qu’il soit capable de ramasser ses objectifs de recherche en quelques lignes, de montrer sa familiarité avec le domaine de recherche sans pour autant faire un état de l’art aussi développé que celui qui est nécessaire dans le cadre d’écrits plus longs. Surtout, le genre requiert de savoir, en peu de mots, situer son propos, marquer la convergence ou la divergence avec d’autres approches, et de pointer également de manière suffisamment économique l’originalité de ses résultats par rapport à ceux obtenus par d’autres : en bref, la question de ce que nous nommons ici le positionnement de l’auteur, est centrale.

11D’une manière très générale, le style scientifique est donc le lieu de croisement des différentes contraintes qui pèsent sur l’auteur scientifique, à travers le genre et le format. Mais cette emprise formelle reflète aussi certaines des nécessités de l’activité et de la communication scientifiques ellesmêmes. La science ne se construit qu’à travers le dialogue permanent, parfois polémique, au sein d’une communauté épistémique : aussi le style scientifique dans l’article ou la thèse, mobilise-t-il de nombreuses reprises du discours d’autrui, sous forme de reformulations indexées à des noms propres, ou – plus rarement, voire jamais dans certaines disciplines – sous forme de citations. De même, le système de la preuve et la nécessité de la validation justifient l’existence de sections méthodologiques dans l’article ou la thèse. La nécessité de dépasser le stade descriptif pour atteindre, quand c’est possible, le niveau explicatif conduit le chercheur à préciser le paradigme dans lequel il se situe, à expliciter les postulats du modèle élaboré, et conditionne de la sorte jusqu’aux mots du discours, qui emprunte souvent des formules récurrentes et semi-figées.

Les routines phraséologiques

12En ce qui concerne ces aspects phraséologiques, nous avons identifié, dans des travaux précédents [Grossmann et Wirth, 2007], [Boch, Grossmann et Rinck, 2007], quelques-unes des principales routines mobilisées :

  • l’attente et ses dérivés (comme attendu, chose attendue, comme nous nous y attendions, comme on pouvait s’y attendre) ou, à l’inverse, la surprise (contre toute attente, contrairement à nos attentes, de façon inattendue, un résultat inattendu) ;

  • la prévision (contrairement à nos prévisions, comme cela était prévisible, ces résultats sont prévisibles) ;

  • la convergence (conformément à nos hypothèses, nos postulats, nos attentes, aux prévisions), qui sert la validation positive des attentes ;

  • l’accord, la concordance (en accord avec nos résultats précédents, ces résultats concordent avec, sont en concordance avec) ;

  • la confirmation et la « vérification » (les résultats confirment, notre étude permet de confirmer, notre étude a permis de vérifier que, l’hypothèse est confirmée/validée/vérifiée/se vérifie), avec à l’inverse l’absence de vérification (hypothèse infirmée par…, cette étude ne nous permet pas de vérifier, les suppositions faites […] ne se vérifient pas) ;

  • la surprise (de façon surprenante, un résultat surprenant, nous remarquons avec surprise, on a la surprise de découvrir, aussi ne saurait-on être surpris que…, ce résultat n’est pas surprenant, sans surprise) ou « l’étonnement » (de façon étonnante, étonnamment, plus étonnant peutêtre, il n’est pas étonnant de constater que…), et même le « paradoxe » (un résultat paradoxal, paradoxalement), que l’on pourrait opposer à des formules comme « un premier regard [sur le corpus] fait logiquement apparaître », « la comparaison fait évidemment apparaître ». Dans la mesure où le chercheur doit présenter un apport nouveau pour être lu, il recourt aux procédés d’une rhétorique de la nouveauté, de la nonconformité, de l’originalité, dont le dosage est plus ou moins subtil suivant les auteurs, et sans doute aussi suivant les champs et les enjeux disciplinaires.

13L’existence de cette phraséologie, qui correspond souvent à des processus standardisés, que le genre a ensuite fixés, n’est pas contradictoire avec la nécessité d’un positionnement d’auteur, qui se marque à la fois à travers une phraséologie spécifique, mais aussi à travers le système énonciatif. Elle participe elle-même, notamment à travers les marques d’accord ou de désaccord, de la convergence et de la divergence, à la mise en place du positionnement d’auteur.

ASSUMER UNE POSITION D’AUTEUR

La notion de positionnement

  • 5 Le terme est relativement récent, il est attesté à partir de 1968, ce n’est peut-être pas un hasard (...)

14Précisons le sens que nous voulons donner à ce terme faussement transparent de positionnement5. Chez les linguistes, on trouve parfois utilisé positionnement énonciatif. Charaudeau [Charaudeau, 2006] emploie cette notion pour décrire les instructions discursives qui s’imposent au journaliste pour asseoir sa crédibilité : cela concerne par exemple la délocutivité obligée qui doit faire disparaître le Je sous des constructions phrastiques impersonnelles et nominalisées (effacement énonciatif). De manière générale, les emplois relevés en linguistique concernent l’investissement du sujet modal dans l’écriture, c’est-à-dire ce qui permet à l’énonciateur de marquer l’adhésion, la distanciation ou encore l’investissement axiologique et de doser la force énonciative. On aboutit donc à trois définitions complémentaires de la notion de positionnement :

  • situer une idée, une thèse ou un point de vue dans un contexte (historique, théorique, épistémologique) correspondant à sa visée scientifique et argumentative ; le positionnement consiste donc ici pour le chercheur/auteur à savoir contextualiser son propos ;

  • prendre position, afficher un point de vue, en le rapprochant d’autres points de vue et/ou en l’opposant à d’autres : il s’agit là de la dimension proprement argumentative et dialogique du positionnement ;

  • placer sa voix » (entre sous-énonciation et sur-énonciation), ce qui implique, pour filer la métaphore vocale, de trouver le ton juste, d’apparaître comme auteur modeste mais néanmoins assuré, etc.

15Les trois définitions, quoique distinctes, sont liées, et engagent des opérations que l’on peut relier : le positionnement correspond d’abord à une opération de cadrage, qui contextualise le propos et l’apport du chercheur (définition 1). C’est pourquoi, entendu dans ce sens, il se situe essentiellement en début d’article ou au début de la thèse, ce qui n’empêche pas les opérations de recadrage en cours de texte, et donc d’autres formes de positionnement. À travers le cadrage, mais également au cours des phases d’évaluation de l’apport, l’auteur est amené à se positionner selon la deuxième définition, c’est-à-dire à prendre parti, à développer un point de vue spécifique, en le situant par rapport à celui d’autrui. Enfin, que l’on parle du positionnement-cadrage, ou du positionnement argumentatif, il y a toujours aussi, complémentairement, positionnement énonciatif. Ces trois définitions conservent donc un air de famille mais sont aussi dans un jeu de confrontation dialectique : le positionnement au sens (1) témoigne de la connaissance du champ scientifique qu’a le sujet, il marque également son insertion dans une communauté épistémique. Le facteur intégratif l’emporte sur le facteur démarcatif. Dans le sens (2), la fonction démarcative est souvent davantage présente, à travers le jeu d’opposition qui permet à l’auteur de marquer sa singularité, ou l’originalité de son approche et de ses résultats. Enfin, dans le sens (3) sont concernés en premier lieu les moyens linguistiques utilisés et la conscience des normes propres au débat scientifique.

Le positionnement lié au cadrage

  • 6 L’analyse d’articles d’études littéraires [Rinck, 2006] montre que ce n’est pas le cas dans cette d (...)

16Intéressons-nous d’abord au positionnement dans sa fonction de cadrage, problème déjà abordé dans un travail antérieur [Boch et al., 2009]. À partir de l’observation d’un corpus de 40 articles de linguistique, nous avons pu mettre en évidence, en premier lieu, le fait, paradoxal, qu’il existait des cadrages sans références aux dires ou au discours d’autrui, même si cette tendance s’avérait très marginale dans le corpus considéré6. Dans ce type d’article, le cadrage théorique ne se construit pas explicitement en référence à d’autres points de vue attestés dans le champ, mais au moyen du seul ancrage thématique du propos. La grande majorité des cadrages théoriques étudiés s’effectue cependant de manière dialogique, et se réfère aux points de vue d’autrui. Certains cadrages impliquent une démarcation de l’auteur — autrement dit l’expression d’une discussion des points de vue d’autres auteurs — tandis que d’autres se présentent sous l’angle de la continuité des travaux déjà menés dans le champ.

  • 7 Grossmann [Grossmann, 2003] fournit des exemples de ce procédé, qui peut s’effectuer selon une moda (...)

17De manière générale, le cadrage sans démarcation, fréquent chez les auteurs débutants – mais que l’on rencontre également chez les experts, dans le cas en particulier où l’auteur fournit un éclairage historique − permet à l’auteur de situer son propos ou bien de signaler son appartenance à un courant théorique ou encore de marquer une filiation intellectuelle7, notion sur laquelle nous revenons plus loin. Les références du débat sont supposées connues, et l’auteur de l’article se contente généralement d’un bref rappel des sources de la discussion. Certains articles, notamment ceux qui ont un enjeu épistémologique, prennent davantage le temps de décrire le paysage théorique dans lequel ils situent leur objet : l’auteur présente les facettes du problème traité en se référant aux travaux de ses pairs. Il s’agit alors d’un « état de la question » sommaire, le format de l’article – appuyé sur la technique du référencement auteur-date − conduisant cependant à reléguer en arrière-plan les détails des discussions. Le positionnement peut aussi se présenter à travers l’orientation d’un cadrage narratif reconstituant les évolutions d’une problématique et évaluant les apports théoriques de ses contributeurs.

18Le cadrage avec démarcation, plus fréquent chez les experts que chez les apprentis chercheurs consiste à aller à l’encontre d’une théorie ou d’un point de vue admis ; l’auteur montre en quoi l’approche classique ou traditionnelle est peu satisfaisante et nécessite un angle nouveau dans l’analyse de l’objet. Une autre pratique consiste pour l’auteur à faire état d’une abondance des travaux sur une question puis à pointer un aspect négligé jusqu’alors (cf. la notion de « niche » chez Swales [Swales, 1990]). Le chercheur s’engouffre ainsi dans cette voie peu fréquentée en la posant comme fondamentale dans l’appréhension de la question. Enfin, nous avons relevé un dernier procédé, qui consiste à présenter deux termes d’une alternative posant des problèmes insolubles, ce qui conduit le chercheur à explorer une troisième voie ; une variante est également possible : non pas deux, mais plusieurs impasses sont explorées avant que l’on propose une solution. Les moyens linguistiques utilisent des procédés visant l’opposition ici sous l’angle d’un partage entre deux types d’approches (cf. les marques de l’alternative tantôt… tantôt, ou de l’énumération dichotomisante : les premières… les secondes). Ces partages binaires permettent d’introduire une solution innovante, présentée comme un Deus ex machina (Ex : « si toutes les théories […] aucune ne met l’accent sur »). De façon générale, les marqueurs utilisés dans ce type de cadrage effacent les sources primaires au profit d’entités très générales, en procédant par évocation ou allusion. Des étiquettes généralisantes telles que la poétique contemporaine ou des linguistes, ou bien l’absence de référencement explicite au profit de formules passives (la notion de corpus a été définie de manière canonique), d’impersonnels passifs (il est communément admis que […]), ou de l’indéfini on (on sait peu de choses sur) diluent le mode de référencement, ce procédé « d’anonymisation partielle ou totale du discours citant » [Rosier, 2004, p. 68] pouvant être considéré comme un moyen de légitimation.

Les dimensions dialogiques et argumentatives du positionnement

  • 8 Le terme étant entendu au sens large, incluant les reformulations indexées à des noms d’auteur, com (...)

19Nous avons vu que dans le cadrage initial, la dimension dialogique et intertextuelle est très forte, bien que l’on puisse aussi trouver des cadrages sans références. L’ancrage institutionnel des pratiques citationnelles8 est extrêmement codé, avec des contraintes imposées par les différentes communautés scientifiques, mais aussi par les supports éditoriaux, sans qu’il soit toujours possible pour l’auteur débutant de bien comprendre les logiques qui président aux mœurs citationnelles.

Principe d’autorité et effets de connivence

  • 9 Cette observation est intéressante à confronter au phénomène de la « cocitation » et à l’utilisatio (...)

20Olivesi [Olivesi, 2007] montre, à l’aide d’une enquête précise, que la quantité de citations est davantage fonction de la visibilité sociale de l’auteur que de l’activité éditoriale proprement dite9. Il rappelle ainsi le rôle symbolique évident de la citation dans le processus d’intégration à une communauté scientifique puisque citer « c’est […] prendre position relationnellement par l’instauration d’un rapport à ce que l’on cite et pour ce que citer signifie à l’égard de tiers ». Distinguant trois registres citationnels, il définit le premier par le fait que la stratégie citationnelle se fonde directement sur l’enjeu social et personnel, où « celui qui est cité et celui qui cite, le cité et le citant, sont en relation d’un point de vue pratique mais surtout structural, du seul fait de leur appartenance commune à un même champ ». On se trouve donc dans une logique de connivence et de dépendance mutuelles. Dans le registre secondaire, sont considérées les pratiques citationnelles « plus autonomes », qui vont dans l’intérêt du sujet traité « en faisant sens » (op. cit., p. 39) réellement avec le contexte en question. Le jeu relationnel n’est plus uniquement limité au réseau stratégique social, et justifie de citer des auteurs pertinents d’époques et de champs différents, même s’il n’existe pas de relations personnelles ou structurales directes. Enfin, le « registre négatif » consiste à déprécier certaines sources, essentiellement par occultation ou négation symbolique, ou encore par un principe de raréfaction pour valoriser artificiellement les seuls auteurs cités.

Dialogisme et évaluation

21On peut discuter cette répartition, dans la mesure où les trois registres ne se situent pas exactement sur le même plan. Le dernier en particulier se focalise exclusivement sur les aspects dépréciatifs, alors que rien n’empêche également de considérer un registre positif qui consiste à valoriser certaines sources, en dehors de toute volonté d’allégeance ou de promotion. Nous proposons donc quant à nous de considérer de manière plus complète la dimension évaluative du positionnement, en ne la réduisant pas à sa fonction négative, dans la mesure où elle participe aussi pleinement à la construction de la problématique circonscrite par l’auteur : on attend d’un auteur scientifique qu’il soit en mesure d’évaluer son propre apport, en le situant par rapport à ses prédécesseurs et à ses pairs. L’approche de la sociologie critique, si elle est justifiée, ne doit pas masquer les fondements épistémiques des pratiques citationnelles, qui ancrent fortement l’activité scientifique dans le dialogue au sein d’une communauté scientifique.

Le positionnement comme acte énonciatif

22L’écriture scientifique se fonde sur une double contrainte : la première oblige le chercheur à la modestie, voire au retrait (à travers l’effacement énonciatif) ; la seconde l’engage à affirmer un point de vue, à marquer son positionnement et son apport pour la communauté de ses pairs. Pour le jeune chercheur, auteur néophyte, deux écueils apparaissent donc de manière évidente : le premier consiste à proférer des affirmations péremptoires correspondant à ce que l’on peut appeler, à la suite de Rabatel [Rabatel, 2004], une forme de surénonciation ; le second correspondrait aux risques qu’entraîne une forme de sous-énonciation : le texte produit apparaît alors comme dépourvu de point de vue, ou plutôt, le positionnement du chercheur apparaît comme peu évident au sein des discours évaluatifs qu’il relaie.

L’utilisation des pronoms personnels

  • 10 Nous préférons quant à nous présenter ces « rôles » comme les différentes facettes d’une même fonct (...)

23Cette question a souvent été abordée à travers l’utilisation des pronoms personnels, à travers la perspective universalisante évoquée dans la première partie : Loffler-Laurian [Loffler-Laurian, 1980, p. 136] avait constaté l’absence totale du pronom je dans un corpus de textes en sciences exactes et Ihle-Schmidt [Ihle-Schmidt, 1983, p. 338] n’avait repéré, dans son corpus de textes en sciences économiques, que 0,1 % de verbes utilisés à la première personne du singulier. Cependant, cette perspective, dont nous avons déjà signalé les limites, ne prévoit pas la manière dont l’auteur scientifique se constitue comme tel, et n’explique pas le fait qu’apparaissent quand même des indices personnels dans les textes scientifiques. Rastier [Rastier, 2005] présentant les différents acteurs du discours théorique, couple acteurs et fonctions sur deux axes : sur l’axe de la communication, les acteurs sont le guide (qui accompagne le lecteur), le régisseur (qui trace les contours du propos et le limite) ; sur l’axe de la représentation dialogique, le garant s’engage sur un mode objectiviste, introduit les définitions, etc. ; le critique argumente contre des thèses (on pourrait objecter que…). Un des intérêts de ce jeu de rôles est qu’il permet de mieux saisir l’emploi des pronoms, avec par exemple le passage, en français, du nous au on. De nombreux travaux réalisés notamment autour de l’équipe norvégienne de Fløttum, ont montré à la fois la complexité du système énonciatif et sa participation à la construction d’un système d’auteur. Les différentes valeurs de je, on, nous (pour se limiter au français) permettant de réaliser différents rôles d’auteur [Fløttum, 2004] : l’auteurchercheur, l’auteur-argumentateur, l’auteur-évaluateur, l’auteur-scripteur. L’auteur-chercheur analyse, compare, il fait références aux données, à la démarche mise en œuvre, etc. ; l’auteur-scripteur explicite sa démarche, il annonce son plan, illustre, thématise son propos en utilisant des expressions métatextuelles : dans ce qui suit, ici…10 L’auteur-argumentateur prend position et présente ses opinions. Il affirme, conteste en modulant ses affirmations (sans doute, certainement, probablement). Fløttum et Thue Vold [Fløttum et Thue Vold, 2010] se sont intéressées aux pratiques des doctorants français en fonction des différents rôles : elles montrent que l’expression personnelle est forte avec une sur-représentation du pronom nous pour référer à l’auteur. Elles notent à l’inverse une moindre présence du on que chez les auteurs confirmés. Le rôle du chercheur est privilégié, par rapport à celui d’argumentateur, et l’on constate une faible présence de l’argumentateur/évaluateur. Quant au rôle de l’auteur-scripteur (planificateur du discours), il apparaît moins dans les marques verbales que chez les experts, mais se manifeste à travers d’autres indices. L’image du jeune chercheur présentée à travers les textes analysés [Fløttum et Thue Vold, 2010] est celle d’un auteur impliqué mettant au premier plan l’objet de la recherche, mais ayant encore des difficultés à endosser le rôle de l’argumentateur. Ce constat rejoint celui que nous avions effectué sur les doctorants [Boch, Grossmann et Rinck, 2007] qui insistait davantage sur la capacité à se positionner dans le champ scientifique : les doctorants se réfèrent moins à différents points de vue, ils mobilisent moins de noms d’auteurs, et se réfèrent moins à des courants particuliers, étiquetés sous des formes telles que le structuralisme, les fonctionnalistes, etc. Cela peut s’expliquer à la fois par le fait qu’ils ont une moins bonne connaissance du champ scientifique et par le fait qu’ils se sentent moins autorisés que les auteurs confirmés à adopter une posture évaluative.

Marquer son opinion

  • 11 Corpus élaboré à l’université Stendhal, dans le cadre d’un projet ANR Corpus.

24Pour mesurer le degré d’engagement d’un auteur, et la manière dont il marque son point de vue, il semble tout indiqué d’observer l’usage des verbes d’opinion (du type nous pensons que). Cependant, ce recours direct aux verbes d’opinion est contrarié par d’autres contraintes propres aux genres scientifiques, notamment le principe de modestie et de prudence scientifiques déjà évoqué. Tutin [Tutin, 2010, p. 214-215] montre à la suite d’une étude effectuée sur un sous-ensemble de soixante articles dans trois disciplines, issu du corpus Scientext11 que les verbes à fort positionnement, notamment les verbes d’opinion (du type nous pensons que) marquant le point de vue sont moins fréquents que ceux qui marquent les intentions et les choix. Lorsque les verbes d’opinion sont utilisés, ils sont souvent modalisés, permettant une forme de négociation avec le lecteur, précaution qui correspond à l’ethos scientifique du doute et de la prudence. On observe par ailleurs une très grande variation disciplinaire au sein même des sciences humaines considérées, ce qui confirme, s’il en était besoin, qu’il n’est pas pertinent de les appréhender comme un ensemble homogène. Les répartitions des verbes selon les disciplines considérées révèlent des tendances intéressantes : les psychologues tendraient à mettre l’accent sur les hypothèses et les résultats, les spécialistes des sciences de l’éducation sur les intentions du chercheur, ses opinions et son questionnement, alors que les linguistes utiliseraient de nombreux verbes ayant trait à la fois à l’apport scientifique propre (résultats et démonstration), aux intentions et aux opinions. Bien entendu, il n’est pas question de figer de telles observations, étant donné l’évolution relativement rapide des champs disciplinaires et leur fort degré de variation interne. Ce qu’il est utile de noter, c’est qu’en fonction de son évolution, une discipline peut, selon les cas, privilégier la créativité, l’importance du raisonnement, la justification de la démarche ou la validité de la preuve. Le positionnement personnel de l’auteur s’effectue à travers des opérations de sélection, de confrontation au cours de la présentation des options scientifiques, et il est la plupart du temps négocié avec le lecteur (ou le pair). Il s’agit donc davantage pour l’auteur scientifique de marquer nettement des choix que de fournir des opinions ou des avis.

Positionnement et identité de chercheur

  • 12 Pour des exemples concernant des étudiants moins avancés, voir [Boch et Grossmann, 2002 a] et [Boch (...)

25L’idée répandue que le style scientifique est « neutre » confond donc deux éléments bien différents : le fait évident que les genres scientifiques ne se prêtent pas aux épanchements de la subjectivité individuelle ne signifie pas pour autant, bien au contraire, effacement de l’énonciateur, ni dissolution du sujet épistémique. C’est la variation de ces rôles que le néophyte a à maîtriser, et c’est aussi parfois le fait qu’il confond sujet empirique et sujet épistémique qui crée la rupture du contrat de lecture12. Les questions souvent posées, de savoir s’il est préférable d’utiliser le nous de modestie ou le je, ou bien s’il est préférable d’éviter toute marque personnelle, ne constituent donc que la surface d’un problème bien plus complexe : la maîtrise progressive de ce que Foucault [Foucault, 1969] appelait la fonction auteur se pose de manière spécifique dans les genres scientifiques et conditionne l’accès à une identité de chercheur. Cette identité, en effet, se constitue dans le dialogue même, tel qu’il peut être mis en scène dans l’écriture scientifique. Accéder à une identité de chercheur, c’est tout aussi bien savoir marquer une filiation, justifier des choix méthodologiques, signaler les emprunts ou les appuis sur les travaux de ses pairs que justifier ses propres choix ou se démarquer du point de vue d’autrui.

26Le marquage de la filiation, qui relie les indices personnels à un répertoire lexical bien spécifique, souvent verbal (ex. nous nous appuierons sur…) représente bien une manière de signaler le positionnement comme acte énonciatif. L’étude de la filiation offre par ailleurs des résultats utiles pour sensibiliser l’apprenti chercheur à la question de l’identité du chercheur, et aux difficultés d’apparaître à la fois comme s’appuyant sur les travaux de ses pairs et comme affirmant un point de vue d’auteur. L’auteur scientifique mobilise fréquemment [Grossmann et al., 2009] le lexique du renvoi ou de l’utilisation – par exemple lorsqu’il s’agit de s’appuyer sur un modèle ou d’une méthode particulière, ce qui met en évidence la cohérence de l’univers scientifique tel qu’il est construit dans l’espace notionnel du texte scientifique. Il recourt également au lexique de l’héritage ou de la lignée, dans des structures locatives (ex. nous nous inscrivons dans le cadre de), ce qui le conduit à s’inclure pleinement lui-même dans la communauté scientifique et à évaluer, par la suite, la portée de son propre apport. Nous avons constaté l’utilisation concomitante des marques de positionnement évaluatif et de celles de la filiation, ce qui montre bien leur proximité. Cependant, lorsqu’il s’agit d’utiliser une notion empruntée à autrui, le positionnement reste souvent assez discret, et s’effectue davantage à travers des précisions terminologiques, ou des indications visant à spécifier en quoi la notion importée est intéressante, tandis qu’il est beaucoup plus marqué, dès lors qu’il s’agit de signaler l’héritage. Ce dernier, il est vrai, est assez peu représenté dans le corpus que nous avons exploré. La nature des genres (articles vs thèses par exemple) ainsi que celle des sous-genres joue un rôle non négligeable : un article de synthèse théorique nécessite davantage un positionnement explicite qu’un compte rendu d’expérience, qui se place souvent dans un paradigme théorique prédéfini, sur lequel le chercheur revient très peu. Les enjeux du positionnement sont donc aussi liés au format imposé, aux contraintes formelles liées au support éditorial.

27En ce qui concerne les moyens lexicaux liés à l’expression de la filiation ou à l’appui sur un appareillage conceptuel externe, ils s’organisent syntagmatiquement suivant un cadre assez nettement isolable : l’auteur-producteur de l’écrit scientifique vise à s’approprier un « objet scientifique » issu d’un auteur (ou courant, théorie) appartenant à une communauté épistémique spécifique. Le rôle des habitus disciplinaires représente ici un facteur de variation : nous avons trouvé deux fois plus d’occurrences du marquage de la filiation ou d’emprunts d’outils conceptuels en économie qu’en linguistique, alors que le corpus était de même taille. L’étude des marques de démarcation et d’évaluation semble montrer que dans cette discipline, il apparaît essentiel de se positionner explicitement par rapport aux pairs. On ne peut pas exclure non plus le fait que les économistes aient des besoins plus spécifiques, les obligeant à « importer » davantage des modèles d’analyse ou des méthodes pour traiter le type de données qui est le leur. Là encore, il convient de relativiser ces observations en se souvenant du rôle que joue la construction des corpus pour l’observation (le choix des revues en particulier est souvent déterminant), et en rappelant l’assez forte évolutivité qui caractérise actuellement l’écriture scientifique, dans le champ d’une société mondialisée.

CONCLUSION

28Nous avons tenté de montrer que des directions de travail nouvelles pouvaient être empruntées pour améliorer la formation des doctorants et des jeunes chercheurs à l’écriture scientifique. Un des aspects sans doute les plus utiles peut se concentrer autour des questions de positionnement, le terme étant entendu dans les trois acceptions complémentaires que nous lui avons données ici. Différentes disciplines contributoires ont, sur ce plan, vocation à fournir le matériau nécessaire à l’élaboration de ce positionnement. L’histoire et l’épistémologie des disciplines, y compris dans leurs développements les plus récents, fournissent des informations essentielles pour permettre d’appréhender l’état des connaissances, les paradigmes utiles au cadrage d’une problématique scientifique. La sociologie et l’anthropologie apportent, de leur côté, des éléments permettant de mieux comprendre les enjeux symboliques et les rapports de forces qui structurent les relations scientifiques. Enfin, les sciences de l’information et de la communication ainsi que les sciences du langage permettent d’inscrire l’étude du positionnement dans les évolutions éditoriales et celles qui concernent les formes d’énonciation. Des travaux pratiques peuvent ainsi être réalisés, dans le cadre de sessions de formation, à partir d’objets très concrets, dont nous ne citons que quelques exemples possibles :

  • les plans de texte et les « formats » textuels selon les genres (article, thèse, etc.), et selon les disciplines ; les routines phraséologiques de l’accord, de la démarcation ;

  • l’implication pour la logique rédactionnelle des différents systèmes de référencement ; il est intéressant d’évaluer les effets du système auteur-date, qui s’est répandu y compris dans certaines sciences humaines : ce système de citation, économique, employé sans précaution, peut conduire à mettre sur le même plan résultats et assertions et à mélanger les niveaux énonciatifs ;

  • enfin, le jeu d’alternance des pronoms nous et on (voir sur ce point [Fløttum et al., 2007]) ainsi que les moyens de l’effacement énonciatif, en français et dans d’autres langues, notamment l’anglais, fournissent également une matière riche à débat, à confrontations et permettent aussi de mieux faire appréhender, à partir de ces problèmes de surface, la question de fond qui est celle de savoir comment écrire en son nom, et comment apprendre, progressivement, à se constituer comme auteur scientifique.

Bibliographie

Achard Pierre. « L’écriture intermédiaire ». Communications, 1994, 58, 149-156.

Boch Françoise, Grossmann Francis et Rinck Fanny. « “Conformément à nos attentes…”, ou l’étude des marqueurs de convergence/divergence dans l’article ». Revue française de linguistique appliquée, 2007, vol. XII-2, 109-122.

Boch Françoise, Grossmann Francis et Rinck Françoise. « Le cadrage théorique dans l’article scientifique : un lieu propice à la circulation des discours ». In Lopez-Muñoz, J. -M., Marnette, S., Rosier L. & Vincent D. (dir.). Circulation des discours et liens sociaux : le discours rapporté comme pratique sociale. Québec, Éditions Nota Bene, 2009.

Boch Françoise et Grossmann Francis. « Se référer au discours d’autrui, quelques éléments de comparaison entre experts et néophytes ». Enjeux, 2002a, 54, 41-51.

Boch Françoise et Grossmann Francis. « De l’usage des citations dans le discours théorique : des constats aux propositions didactiques ». Lidil, 2002b, 24, 91-11.

Charaudeau Patrick. « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives ». Semen, 2006, 22. [En ligne] <http://semen.revues.org/2793> (consulté le 1er novembre 2010).

Fløttum Kjersti. « La présence de l’auteur dans les articles scientifiques : étude des pronoms je, nous et on ». In Auchlin A., Roulet E. et Adam J.-M. (dir.) Structures et discours. Mélanges offerts à Eddy Roulet. Québec, Éditions Nota bene, 2004, 404-414.

Fløttum Kjersti et Thue Vold Eva. « L’éthos auto-attribué d’auteurs-doctorants dans le discours scientifique ». Lidil, 2010, 41, 41-58.

Flottum Kjersti, Jonasson Kerstin et Norén Coco. On, pronom à facettes. Bruxelles, De Boeck, 2007.

Foucault Michel. Dits et écrits : qu’est-ce qu’un auteur ? Paris, Gallimard, (T. I) [1969], 1994.

Grossmann Francis, Wirth Françoise. “Marking Evidentiality in Scientific Papers : The Case of Expectation Markers”. In Fløttum Kjersti (dir.) Language and Discipline Perspectives on Academic Discourse. Newcastle, UK, Cambridge Scholars Publishing, 2007, 202-218.

Grossmann Francis. « Du discours rapporté au discours autorisé, le maniement des noms d’auteur dans l’article en sciences humaines ». Estudios de Lengua y Literatura francesas, 2003, 14, 9-26.

Grossmann Francis, Tutin Agnès et Garcia da Silva Pedro. « Filiation et transfert d’objets scientifiques dans les écrits de recherche ». Pratiques, 2009, 143/144, 187-202.

Gusfield Joseph. “The literary rhetoric of science ; comedy and pathois in drinking driver research”. American Sociological Review, 1976, 41, 16-34.

Hallyn Fernand. Les structures rhétoriques de la science. Paris, Éditions du Seuil, 2004.

Ihle-Schmidt Lieselotte. Studien zur französischen Wirtschaftsfachsprache. Frankfurt am Main, Peter Lang, 1983.

Latour Bruno et Fabbri Paolo. « La rhétorique de la science : pouvoir et devoir dans un article scientifique ». Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, 13, 81-95.

Latour Bruno et Woolgar Steve. Laboratory life : the social construction of scientific knowledge. Beverly Hills, Sage Publications, 1979.

Lefebvre Muriel. « Les écrits scientifiques en action. Pluralité des écritures et enjeux mobilisés ». Sciences de la société, 2006, 67, 3-15.

Loffler-Laurian Anne-Marie. « L’expression du locuteur dans les discours scientifiques ». Revue de linguistique romane, 1980, 44, 135-157.

Milard Béatrice. « La mise en forme des publications scientifiques : entre routines, contraintes et organisation de l’expérience collective », Actes du colloque OPUS, « Sociologie des arts, sociologie des sciences », Paris, L’Harmattan, 2007. [En ligne] <http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00477245_v1/> (consulté le 12 février 2011).

Olivesi Stéphane. Référence, déférence : une sociologie de la citation. Paris, L’Harmattan, 2007.

Pontille David. « Matérialité des écrits scientifiques et travail de frontières : le cas du format IMRAD ». In Hert Philippe et Paul-Cavallier Marcel, Sciences et frontières, Fernelmont, E.M.E., 2007, 229-253.

Poudat Céline et Rinck, Fanny. « Genres scientifiques et style d’auteur : des variations stylistiques de l’article de revue linguistique ». 4es Journées linguistique de corpus, Lorient, 2005. [En ligne] <http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00418186/fr/> (consulté le 1er novembre 2010).

Rabatel Alain. « L’effacement énonciatif dans les discours représentés : effets pragmatiques de sur-et de sous-énonciation ». Langages, 2004, 156, 3-17.

Rastier François. « Pour une sémantique des textes théoriques ». Revue de sémantique et de pragmatique, 2005, 17, 151-180.

Rinck Fanny. « L’article de recherche en sciences du langage et en lettres, figure de l’auteur et approche disciplinaire du genre ». Thèse de doctorat, Grenoble, Lidilem, université Stendhal Grenoble III, 2006.

Rosental Claude. “Making Science and Technology Results Public : A Sociology of Demos ?” In Latour Bruno et Weibel Peter (dir.). Making Things Public : Atmospheres of Democracy, Cambridge, MIT Press, 2005, 346-349.

Rosier Laurence. « La circulation des discours à la lumière de l’effacement énonciatif : l’exemple du discours puriste sur la langue ». Langages, 2004, 156, 65-78.

Schwarze Sabine. « Introduction : la notion de “style” par rapport au discours scientifique ». In Reutner Ursula et Schwarze Sabine (dir.). Le style c’est l’homme ? Unité et diversité du discours scientifique dans les langues romanes, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2008, 1-22.

Swales John. Genre Analysis. English in Academic research Settings. Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Tutin Agnès. « Dans cet article, nous souhaitons montrer que... Lexique verbal et positionnement d’auteur dans les articles en sciences humaines », Lidil, 2010, 41, 15-40.

Vinck Dominique. « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, 2009, 3-1, 51-72.

Notes

1 “The writer must persuade the audience that the results of the research are not literature, are not a product of the style of presentation. The style of non style is itself the style of science.” [Gusfield, 1976, p. 17]

2 Voir le travail de Hallyn [Hallyn, 2004] qui montre le rôle des métaphores dans l’heuristique scientifique.

3 Acronyme pour Introduction, Methods, Results and Discussion.

4 En fonction du mode de communication, du support de publication, etc.

5 Le terme est relativement récent, il est attesté à partir de 1968, ce n’est peut-être pas un hasard ; il s’agit d’un anglicisme (positionning) ; il n’existe guère en français qu’à travers des sens techniques, ou plus récemment journalistiques et politiques (« positionnement idéologique »). On trouve aussi des emplois en marketing (le positionnement d’un produit) ou concernant les sites Internet.

6 L’analyse d’articles d’études littéraires [Rinck, 2006] montre que ce n’est pas le cas dans cette discipline, où la possibilité de cadrer son objet sans référer à la manière dont il est envisagé par ailleurs est bien plus largement attestée, en raison sans doute de la singularité de l’objet littéraire.

7 Grossmann [Grossmann, 2003] fournit des exemples de ce procédé, qui peut s’effectuer selon une modalité haute de positionnement (l’auteur domine les sources, voire se réfère à ses propres travaux) ou une modalité basse (l’auteur présente sa propre réflexion comme se situant dans un cadre élaboré par d’autres, cadre qu’il ne cherche pas à infléchir).

8 Le terme étant entendu au sens large, incluant les reformulations indexées à des noms d’auteur, comme dans le système auteur-date.

9 Cette observation est intéressante à confronter au phénomène de la « cocitation » et à l’utilisation qui en est faite en bibliométrie.

10 Nous préférons quant à nous présenter ces « rôles » comme les différentes facettes d’une même fonction auteur, de manière à éviter toute naturalisation excessive.

11 Corpus élaboré à l’université Stendhal, dans le cadre d’un projet ANR Corpus.

12 Pour des exemples concernant des étudiants moins avancés, voir [Boch et Grossmann, 2002 a] et [Boch et Grossmann, 2002 b].

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540