Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 1. IST et culture informationnelle

Les doctorants en lettres et sciences humaines et l’information scientifique

Raluca Pierrot

Texte intégral

  • 20 Voir, par exemple, la synthèse réalisée dans le rapport de Valérie Bonvallot, La pratique documenta (...)

1Tant de choses ont été écrites sur les pratiques et les besoins documentaires en lettres et sciences humaines qu’il pourrait sembler inutile, voire prétentieux, de s’attaquer une nouvelle fois à cette question. De nombreuses enquêtes ciblant des populations précises de chercheurs ont été menées, surtout dans le monde anglo-saxon, et beaucoup d’analyses ont été publiées20. Force est de constater, cependant, que dans les réflexions actuelles sur l’information scientifique et son évolution, le cas des lettres et sciences humaines (LSH) apparaît trop souvent comme un angle mort de l’analyse des pratiques de recherche ou bien comme un fauteur de trouble, dont on espère qu’il va rapidement rentrer dans le rang, ce qui ne saurait être qu’une question de temps… Sans prétendre à l’exhaustivité, je propose d’interroger ici un certain nombre d’idées reçues sur l’existence d’une spécificité des lettres et sciences humaines (humanities, dans le monde anglophone) en ce qui concerne les besoins et les pratiques de recherche de l’information, du point de vue des doctorants. Étant moi-même à la fois doctorante et personnel de bibliothèque, je tenterai de m’appuyer sur cette double appartenance pour proposer ici une réflexion basée, autant que possible, sur un dialogue des points de vue.

  • 21 Voir notamment Van Dooren Bruno. « Pour une analyse prospective des bibliothèques de recherche ». B (...)
  • 22 Cf. le rapport Researchers, Use of Academic Libraries and their services : A report commissioned by (...)

2On a souvent étudié – pour la déplorer la plupart du temps – la perception des bibliothèques et des bibliothécaires par les chercheurs21 ; commençons plutôt par nous demander comment est perçue, aujourd’hui, la population des chercheurs débutants ou confirmés en LSH par les bibliothécaires… Tout d’abord, ils apparaissent comme un public captif : à la différence des chercheurs en sciences ou médecine, voire en sciences sociales, qui restent dans leur bureau et ne fréquentent guère la bibliothèque, les « littéraires » continuent à y venir en nombre, alors même que les ressources électroniques se développent de plus en plus. Il semble alors tout à fait légitime de se demander pourquoi. Certains bibliothécaires s’interrogent aussi sur la part dédiée à la recherche dans les acquisitions d’une bibliothèque universitaire : en effet, les enseignantschercheurs demandent en général des ouvrages et revues en langue étrangère qu’ils seront les seuls à lire, parfois sans emprunter, alors que les acquisitions ciblant les étudiants ont une légitimité immédiate. Si pour ce dernier point on peut facilement objecter la nécessité d’une politique documentaire tenant compte de la double mission des universités (enseignement et recherche)22, la première interrogation semble en apparence mieux fondée : si les chercheurs en LSH n’utilisent pas les ressources en ligne, c’est certainement par ignorance ou par crainte ou réticence envers l’outil informatique. Nombreux sont en effet les chercheurs en LSH qui avouent ne pas avoir utilisé telle ressource dont ils connaissaient l’existence par peur d’être perdus dans les méandres de la technique et encore plus nombreux sont ceux qui découvrent ces outils lors des échanges avec les bibliothécaires. Mais peut-on s’arrêter à cette explication, certes flatteuse pour le bibliothécaire qui, le temps d’un rendez-vous personnalisé ou d’une séance de présentation ou de formation, prend la place du spécialiste ou au moins du facilitateur de la recherche ? À mon avis, non, surtout lorsqu’on se presse d’en tirer des conclusions destinées à proposer les ressources électroniques de la bibliothèque comme un remède miracle répondant à tous les besoins.

3À l’heure où la tentation se fait de plus en plus forte de généraliser à l’ensemble des domaines de la recherche le modèle venant des sciences dites « dures », la (re) connaissance de la spécificité disciplinaire des LSH envers la documentation et le travail bibliographique me semble indispensable, ne serait-ce que pour nous permettre d’analyser les données concernant l’usage des ressources en ligne. En tout cas, elle est cruciale pour mieux comprendre et mieux accompagner les chercheurs et de surcroît les doctorants, ces apprentis chercheurs à qui l’on demande en premier lieu de constituer une bibliographie exhaustive. Je tenterai donc de présenter rapidement les caractéristiques de l’IST en LSH, la place qu’occupe la thèse ainsi que les conditions spécifiques dans lesquelles les doctorants mènent leur travail de recherche dans ces domaines. Tous ces éléments peuvent avoir des implications immédiates sur la manière dont les bibliothèques doivent penser la collaboration avec les écoles doctorales, afin de mettre en place des dispositifs efficaces d’information, de formation et d’accompagnement à destination des doctorants.

AUX SOURCES DES PRATIQUES DOCUMENTAIRES EN LSH

  • 23 It would be difficult to exaggerate the importance of books to humanities researchers. […] The RSL (...)

4Si dans le monde de la recherche scientifique, l’outil de communication par excellence est l’article disponible en ligne, les chercheurs en LSH sont encore très attachés au papier et aux livres : c’est une réalité connue de tous23. Elle a comme corollaire dans l’imaginaire des bibliothécaires, et je n’y fais pas exception, une certaine méfiance envers la qualité du travail bibliographique de ces chercheurs, forcément incomplet, parce que privilégiant un type de support jugé inapte à refléter l’actualité de la recherche dans toute sa complexité. Si l’absence d’ambition dans la recherche bibliographique est une réalité chez de nombreux étudiants, y compris chez les doctorants, la primauté du livre imprimé se justifie peutêtre aussi par des raisons plus profondes, liées à la définition même du travail de recherche en LSH.

5Je me souviens d’une doctorante en littérature qui demandait à une autre doctorante en sociologie quel était son corpus de travail et les compétences linguistiques requises : la sociologue prit très mal la question (son corpus, elle le constituait d’entretiens et d’enquêtes), alors que la littéraire dut trouver très suspecte l’absence de définition d’un corpus de textes. J’ai également souvenir d’une confrontation encore plus abrupte entre une historienne de l’art, qui avait passé la première année de son doctorat à éplucher des catalogues afin de constituer son corpus iconographique et un physicien, qui, au bout de quelques mois, avait fini ses lectures bibliographiques pour se consacrer à ses expériences. On voit bien, à partir de ces exemples, la caractéristique première de la recherche en LSH : la nécessité de constituer un corpus d’études, qu’il soit littéraire, cinématographique, iconographique, archéologique ou mixte. Les sources (ce que les anglophones appellent sources primaires, primary sources) sont essentielles et ne sont souvent accessibles que par l’écrit (au sens large), qu’il ait fait ou non l’objet d’une publication (les manuscrits ou les matériels d’archives peuvent être des sources). L’utilisation de données que l’on pourrait qualifier « de terrain », notamment en archéologie, se fait aussi, généralement, à travers des publications de fouilles et non pas en direct, les données des fouilles archéologiques n’étant de toute manière pas accessibles, puisqu’elles constituent le monopole des responsables des chantiers.

6La place des différents types de sources – livres, manuscrits, fonds d’archives, documents iconographiques, cartes et plans, etc. – est bien entendu liée au domaine de recherche. Ainsi, un spécialiste de littérature sera-t-il plus intéressé par les livres, les revues de l’époque étudiée, ainsi que, le cas échéant, par des manuscrits, alors qu’un spécialiste de l’antiquité travaillera essentiellement sur les textes littéraires et épigraphiques, tout en utilisant de nombreuses données archéologiques et des documents iconographiques, tandis qu’un spécialiste d’histoire moderne ou contemporaine privilégiera les archives, les textes et la presse de l’époque étudiée, etc. Ce constat amène plusieurs questions : comment le chercheur peut-il tout d’abord identifier ce corpus ? Ensuite, comment peut-il y accéder ? Enfin, quelles sont les possibilités d’exploitation du corpus ? Ces questions sont particulièrement « critiques » pour les doctorants, puisqu’ils n’ont pas encore la connaissance et la maîtrise suffisante des différentes sources à utiliser que peut apporter une longue expérience de recherche. De manière générale, le travail d’apprentissage mobilisé pour un mémoire de master ou une thèse de doctorat en lettres ou sciences humaines sert en premier lieu à se familiariser avec les sources, qui deviendront par la suite des outils incontournables pour le chercheur.

7Or la constitution d’un corpus peut se révéler ardue ; car ce dernier doit dépasser le cadre strict du sujet même pour une étude monographique, centrée sur un auteur/réalisateur/artiste. La plupart des thèses sont plus thématiques que monographiques ; dans le cadre d’un sujet thématique, l’identification des sources et la constitution d’un corpus aussi exhaustif que possible occupent par définition une place importante dans le traitement du sujet et seront évaluées en conséquence, alors que les outils mis à disposition des chercheurs ne sont pas toujours à la hauteur des attentes. Il existe, bien entendu, des corpus de textes littéraires (au sens large) en ligne, plus ou moins complets ; ils sont particulièrement développés dans les domaines grec et latin, moins développés pour les langues vivantes, où les outils visant l’exhaustivité manquent cruellement. Et lorsque les chercheurs y trouvent des portions de textes intéressantes pour leur recherche, cela ne saurait leur épargner la consultation des différentes éditions critiques commentées, indisponibles actuellement en ligne, afin de vérifier, dans l’appareil critique, s’il existe plusieurs versions du même texte, les corpus en ligne opérant toujours, le cas échéant, un choix parmi celles-ci. Enfin, pour rester dans le domaine des sciences de l’antiquité, le chercheur ne saurait, dans son analyse d’un fragment de texte ou d’une inscription, négliger l’étude parfois longue de toute la tradition d’interprétation philologique, ce qui nécessite la consultation d’ouvrages remontant souvent au XIXe siècle, et peu ou pas accessibles en ligne.

  • 24 Lancaster Henry Carrington. A History of French Dramatic Literature in the XVIIth Century. Baltimor (...)

8Cependant, les corpus existants ne peuvent être utilisés dans tous les types d’approches : très utiles pour les linguistes, parce qu’ils permettent la recherche d’occurrences, le calcul des fréquences, etc., ils le sont moins pour des domaines tels que l’histoire, la philosophie ou les études littéraires, où le travail de constitution de corpus selon des critères thématiques ne peut pas reposer uniquement sur l’analyse textuelle. Les outils de travail traditionnels, incontournables lorsqu’ils existent, sont d’une utilisation souvent fastidieuse, parce que disponibles uniquement sous forme imprimée. Par exemple, un spécialiste du théâtre français du XVIIe siècle peut s’estimer heureux d’avoir à sa disposition la somme de travail d’un spécialiste américain ayant répertorié l’ensemble de la production de l’époque, avec des détails descriptifs très précieux24. Mais aucun outil informatique ne saurait le suppléer pour l’instant, étant donné l’absence de portails dédiés aux littératures des différents pays, qui comporteraient la description « enrichie » des œuvres, avec des éléments tels que l’endroit, le cadre temporel, le sujet, les personnages, selon le modèle Functional Requirements for Bibliographical Records (FRBR). Les bibliothèques numériques telles que Gallica, Early English Books Online ou Eighteenth Century Collection Online font certes gagner énormément de temps au chercheur pour l’accès direct à un document déjà identifié, pour des recherches à l’intérieur des textes, lorsque cette fonctionnalité existe, pour comparer des éditions et, à la rigueur, pour identifier quelques textes supplémentaires, mais ne permettent pas en eux-mêmes de constituer le corpus : les bibliothèques numériques sont en effet des trésors pour les utilisateurs qui savent ce qu’ils cherchent plutôt que pour des usagers non avertis. Il peut également arriver, par exemple lors de l’établissement d’une édition critique, exercice traditionnellement lié aux thèses de doctorat en France, que la qualité de la numérisation soit insuffisante. C’est également une source d’insatisfaction envers les bibliothèques numériques d’images de la part des historiens de l’art, la définition choisie pour la diffusion d’une bibliothèque d’images étant souvent médiocre.

9Enfin, il ne faut pas oublier que les difficultés d’accès aux sources contraignent parfois à modifier le sujet : les chercheurs, et notamment les doctorants, doivent se résigner à restreindre un sujet s’il n’est pas réaliste de le traiter convenablement (pour des raisons d’éloignement géographique des sources ou d’accès refusé à celles-ci). Cela montre encore une fois la place prépondérante du travail sur les sources en LSH. En tant que bibliothécaires, avons-nous vraiment conscience des difficultés qui se dressent ainsi sur le chemin du « thésard », et, en regard, des limites qui affectent nos propres outils ?

LE LONG VOYAGE DE LA RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

  • 25 L’enquête de Margaret Stieg Dalton et Laurie Charnigo montre que les chercheurs confirmés estiment (...)

10En LSH, la recherche bibliographique représente traditionnellement une étape essentielle de la thèse, y compris pour la bibliographie critique (ou les sources secondaires), ce qui s’explique par le caractère ample et exhaustif des sujets, la diversité des approches, ainsi que la nécessité assez fréquente de vérifier de manière très précise et parfois fastidieuse la « primeur » des idées et des hypothèses avancées. En effet, la nouveauté d’une hypothèse peut se révéler difficile à prouver : comment être sûr que l’on est le premier à proposer une hypothèse, surtout lorsqu’il s’agit d’un point relativement « mineur » du sujet traité ? Difficulté décuplée lorsque, comme c’est souvent le cas, l’approche est interdisciplinaire, et que l’on maîtrise moins tel ou tel domaine. Le risque de « redécouvrir » des hypothèses déjà énoncées est une menace bien réelle que l’honnêteté intellectuelle oblige le chercheur à considérer. Le travail de repérage et d’exploitation de la bibliographie critique revêt une importance toute particulière chez les doctorants, moins à l’aise que les chercheurs confirmés avec les auteurs importants du domaine, leurs différentes théories ou points de vue, etc.25 Certes, le doctorant peut tirer profit des connaissances bibliographiques de son directeur de thèse et de son « collège invisible », mais il ne saurait s’en tenir là. Enfin, contrairement à une idée reçue, on ne peut guère séparer de manière tranchée l’étape de la recherche bibliographique de celle de la rédaction, celle-ci s’accompagnant souvent de vérifications parfois longues et fastidieuses.

11L’une des plus sérieuses difficultés que pose l’établissement de la bibliographie critique en LSH réside dans l’amplitude chronologique des études à identifier et à exploiter dans la thèse : il faut s’ancrer dans l’actualité de la recherche, tout en puisant dans les études anciennes, parfois cruciales pour un sujet. Ainsi, un article ou un livre écrit au XIXe siècle peut présenter autant d’intérêt qu’une publication récente. Il arrive également que certaines hypothèses soient présentées hâtivement comme novatrices ; or le fait de bénéficier, dans l’étayage de la démonstration, de découvertes nouvelles, ne doit pas dispenser de citer le premier auteur ayant ouvert la voie à ces mêmes hypothèses. Le doctorant se doit ainsi de se placer dans une perspective historique et de tenir compte de l’antériorité dans la recherche, ainsi que de la diversité linguistique de celle-ci. En effet, en LSH, l’anglais n’est pas tout à fait cette lingua franca de la recherche et il arrive que des publications de portée nationale, voire régionale, écrites dans une autre langue que l’anglais, occupent le premier rang dans le domaine respectif.

12Pour les chercheurs en LSH et pour les doctorants en particulier, le livre reste l’outil incontournable de la communication scientifique, il n’est d’ailleurs pas rare qu’un ouvrage reprenne, en les situant dans une nouvelle perspective, des articles publiés précédemment et légèrement ou amplement modifiés. Il y a plusieurs raisons objectives à cet état de fait. Tout d’abord, on ne saurait négliger une réalité du monde éditorial européen, à savoir l’absence de « canonisation » des revues, à l’instar des sciences « dures » ; en effet, aux dires mêmes des chercheurs, la pratique des comités de lecture très sélectifs n’est pas encore généralisée, malgré certaines évolutions récentes. La qualité inégale des revues censées faire référence est assez fréquemment regrettée, alors que la publication d’actes de colloques ou de journées d’études dans des numéros de revues brouille davantage encore les pistes. À cette raison extérieure aux caractéristiques intrinsèques de la recherche, qui pourra évoluer avec la pratique d’évaluation anonyme des articles soumis aux revues, par ailleurs avantageuse pour les jeunes chercheurs moins insérés dans des réseaux, s’en ajoutent d’autres, plus profondes, liées encore une fois à la spécificité du rapport à la recherche. Une première condition sine qua non pour la réussite d’un bon doctorat en LSH, et en général pour une carrière de chercheur dans ces disciplines, consiste en l’acquisition d’une solide culture dans la discipline respective – débordant largement le strict cadre du sujet – avec, éventuellement, des ramifications vers d’autres domaines. Or une telle culture de haut niveau, n’en déplaise aux instances d’évaluation de la recherche, ne peut pas s’acquérir seulement par la lecture des articles. Sans la mise en contexte de l’objet de la recherche, dont la constitution même peut représenter, en soi, un enjeu de la recherche en LSH, on ne peut prétendre ni à l’interdisciplinarité, ni au recul nécessaire pour traiter le sujet. Il semblerait que cette exigence de « culture disciplinaire » soit moins forte dans le cas des sciences ; en tout cas, elle n’est pas présentée comme impérative dans la formation intellectuelle du doctorant, même si son absence peut se révéler très handicapante par la suite. Les différences observables dans le rapport à la recherche bibliographique trouvent, à mon sens, leur explication dans ces différences de positionnement intellectuel au cours de la thèse.

13Les chercheurs en LSH ne lisent cependant pas uniquement des livres ; la manière dont les chercheurs trouvent ces autres documents – articles, communications à des colloques ou chapitres de livres – n’en est que plus difficile à appréhender par les professionnels de l’information, tant la production est diverse et les pratiques de recherche empiriques. La pratique consistant à feuilleter systématiquement quelques revues de référence est assez répandue, mais reste insuffisante, car elle néglige d’autres canaux de communication scientifique tout aussi importants (colloques, travaux universitaires). Les moteurs de recherche sont de plus en plus populaires auprès des chercheurs, qui les citent assez souvent comme principale source d’identification des articles ou colloques. Or, du point de vue du bibliothécaire, ce rôle devrait être joué par les bases de données bibliographiques, qui, elles, sont souvent sousutilisées, méconnues, voire ignorées. En fait, on remarque assez fréquemment, surtout chez les doctorants, la domination de ce qu’on pourrait appeler la « bibliographie passive », le fait de constituer sa bibliographie à partir des bibliographies des autres. Comment expliquer ce phénomène ?

  • 26 Dans cette perspective, les ressources proposant des fonctionnalités de recherche fines à l’intérie (...)

14Tout d’abord, il y a à cela une raison très pratique : pour des champs disciplinaires entiers, il n’existe pas de bases de données bibliographiques faisant référence. L’exemple le plus connu reste celui de la littérature française, où l’utilisation des bibliographies annuelles imprimées reste la seule manière fiable de faire de la recherche et de la veille bibliographique sur des publications relativement récentes, les ressources électroniques ignorant beaucoup trop de publications importantes. Inversement, lorsqu’une base de données s’est constituée à partir d’une bibliographie imprimée, elle est plébiscitée par son public cible (L’Année philologique, par exemple). Ensuite, certains sujets s’avèrent difficiles à traduire en mots-clés susceptibles d’apporter des résultats pertinents, soit parce que le vocabulaire est équivoque, soit, de manière bien plus profonde encore, parce que ces sujets appartiennent à un périmètre mouvant, évolutif, qui fait qu’une simple recherche par mots-clés appauvrit considérablement le champ des publications repérables26. Si l’on ajoute à cela le caractère interdisciplinaire de nombreux sujets, qui implique l’utilisation conjointe de ressources différentes, on doit conclure à la complexité de la démarche de recherche bibliographique, avec, pour conséquence, la nécessité de former les jeunes chercheurs. La recherche en LSH ressemble de manière structurelle, non pas à un sentier déjà tracé, mais bien à une expédition dont on ignore l’issue et dont on construit pas à pas l’itinéraire.

  • 27 Bouzon Arlette, Couzinet Viviane, Normand Raoul. « Les doctorants livrés à la recherche documentair (...)
  • 28 Nous sommes si habitués à entendre parler d’inflation informationnelle, que nous perdons de vue le (...)

15Force est de constater que les doctorants gardent des « pratiques erratiques » de recherche documentaire, comme le montrait il y a dix ans une étude concentrée sur le cas des sciences sociales27. En tout cas, l’offre de ressources existantes – tantôt très spécialisées, tantôt trop pluridisciplinaires pour être parfaitement fiables, ne reflétant pas toujours la diversité linguistique et typologique de la production éditoriale de la discipline28 – ne semble pas répondre à tous leurs besoins documentaires.

16Le constat peut sembler inquiétant pour le monde de la documentation : finalement, nos outils ne seraient-ils pas fiables ? Ou alors ce sont nos usagers qui ne savent pas les utiliser ? La vérité est, bien entendu, à mi-chemin : si de nombreux doctorants ou chercheurs confirmés se déclarent incompétents vis-à-vis des ressources en ligne, il arrive également que l’absence d’utilisation soit, au contraire, synonyme d’une bonne connaissance des ressources proposées par la bibliothèque, jugées trop inefficaces. Il n’est d’ailleurs pas si rare pour un chercheur ou un bibliothécaire d’échouer, avec des outils pourtant présentés comme fiables, dans la recherche des documents dont il connaît l’existence… Et si finalement le problème venait davantage de l’inadéquation des outils aux besoins, certes, très complexes, des LSH ?

ET SI ON PARLAIT UN PEU DES THÈSES : Y A-T-IL UNE SPÉCIFICITÉ DU DOCTORAT EN LSH ?

  • 29 On peut citer, par exemple, L’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault.

17Sans vouloir à tout prix situer les LSH sur le terrain des particularismes de la recherche, nous devons pourtant reconnaître que la thèse de doctorat possède une place à part dans l’évolution, la carrière et la définition du chercheur en ces domaines. Elle représente également un achèvement en soi, s’appuyant sur un travail bibliographique qui se veut exhaustif et constituant une étape importante dans la future carrière du chercheur. Aussi la thèse est-elle souvent publiée en tant que livre, et non seulement sous forme d’articles reproduisant tel ou tel aspect, après approfondissement ; de nombreux livres qui ont fait date étaient à l’origine des thèses29.

18Cette situation est en train d’évoluer pour plusieurs raisons liées au contexte actuel de la recherche française, où les thèses sont de moins en moins des productions individuelles, novatrices et liées à la personnalité, à la créativité et aux compétences personnelles de leur auteur, et doivent au contraire s’inscrire dans le cadre plus « formaté » des programmes des laboratoires. La thèse tend de plus en plus à devenir un prétexte pour publier des articles, seuls à rapporter des points dans les procédures d’évaluation. La spécificité des doctorats en LSH, à qui l’on commence à imposer des délais de soutenance plus courts, comme c’est déjà le cas dans les sciences dites « dures », est-elle en train de disparaître ? Si tel est le cas, le rapport des doctorants à la recherche bibliographique changera sans doute.

  • 30 « Les Doctorants. Profils et conditions d’étude ». OVE Infos, n° 24, juin 2010.
    [En ligne] <http://w (...)
  • 31 La comparaison avec la situation en sciences parle d’elle-même : « Les deux tiers des doctorants en (...)

19Ce qui ne semble pas évoluer, en revanche, ce sont les conditions de déroulement d’un doctorat en LSH. Une enquête récente de l’Observatoire national de la vie étudiante30 montre que la part des étudiants salariés ou sans financement identifié était bien supérieure en lettres et SHS que dans les autres domaines (plus de 52 % d’entre eux sont salariés). D’autre part, si neuf doctorants sur dix inscrits en sciences bénéficient d’un financement pour leur thèse, en LSH, ce rapport est de un sur trois. De même, les doctorants en LSH sont-ils relativement peu intégrés dans les centres de recherche31 et assez isolés dans leur démarche, qui nécessite davantage un investissement personnel fort. Pour les bibliothèques, ils constituent un public souvent insaisissable, parce que peu présents sur le campus, habitant loin, ne bénéficiant guère d’un encadrement serré de proximité dans un laboratoire. Il est donc indispensable de leur proposer des services à distance, comme l’accès à l’ensemble de la documentation électronique, des services d’aide personnalisée, du renseignement de préférence en temps réel.

20La vraie difficulté réside plutôt dans l’instauration d’un dialogue avec un public qui ne perçoit guère la bibliothèque, non plus que tout autre service de l’université, comme un élément d’accompagnement de la recherche. Les bibliothèques ne sauraient, bien entendu, se substituer aux écoles doctorales pour l’accompagnement du jeune doctorant, mais elles peuvent participer à l’effort d’explicitation de la démarche de recherche, si importante pour un apprenti chercheur, en lui faisant tout d’abord prendre conscience des limites de ses pratiques et de la nécessité d’élever son niveau d’exigence dans la recherche et la production d’information scientifique.

BIBLIOTHÉCAIRES ET MONDE DE LA RECHERCHE… QUELLE ÉVOLUTION ?

21L’implication des bibliothèques dans la formation doctorale vient, de manière très heureuse, questionner les bibliothécaires sur leur rôle et leurs compétences dans des domaines trop peu liés, traditionnellement, au métier : propriété intellectuelle, évaluation et valorisation de la recherche, bibliométrie… Elle montre également qu’on attend des bibliothèques un degré croissant de disponibilité et d’adaptabilité devant nos publics, sur place et à distance, ce qui implique une réflexion sur la qualité du renseignement, sur la manière de concevoir nos services à distance, dont l’efficacité est fonction de leur caractère interactif. L’exemple du service de renseignement en ligne est assez révélateur : il serait sans doute mieux adapté s’il permettait d’interagir avec le doctorant (chat) ; ainsi les bibliothécaires pourraient savoir facilement à quelle étape de la recherche se trouve l’usager, quelle est son approche, ou, tout simplement, ils comprendraient mieux le sujet de recherche.

22Un autre enjeu de taille pour les bibliothécaires réside dans la collaboration avec les services de l’université et dans l’insertion au sein des équipes pédagogiques, de façon à mettre en place de nouveaux dispositifs de formation, dont l’importance n’est plus à démontrer. Enfin, la place grandissante de la formation à l’IST dans les contrats quadriennaux et la reconnaissance par les tutelles, au niveau national, de la bibliothèque numérique en tant qu’infrastructure de la recherche invitent les bibliothèques à se (re) positionner comme des partenaires incontournables de l’enseignement et de la recherche. Last, but not least, la connaissance du public des doctorants et de leurs besoins spécifiques permet aux personnels de bibliothèques de mieux comprendre les enjeux et les limites des ressources que l’on propose.

23Au-delà des facilités offertes pour constituer un corpus de travail et une bibliographie de thèse complète et correctement présentée, une bonne connaissance du paysage de l’IST peut encore avoir d’autres conséquences bénéfiques pour les doctorants. Un doctorant formé à l’IST comprendra mieux les processus de publication, de communication scientifique et d’évaluation de la recherche ; il pourra ainsi commencer à élaborer une stratégie de publication. La formation à l’IST représente également un atout pour les débouchés professionnels des doctorants, qu’il s’agisse des métiers plus « classiques » (chercheurs ou enseignants-chercheurs) ou des autres (entreprises, monde de la documentation ou de l’édition, valorisation et accompagnement de la recherche…).

24Une fois devenus enseignants-chercheurs, pour les plus chanceux d’entre eux, ces anciens doctorants seront davantage concernés par les ressources électroniques et par leur rôle dans les équipes de recherche ; ils deviendront peutêtre eux-mêmes producteurs de ressources, comme l’Agence nationale de la recherche (ANR) invite d’ailleurs à le faire les porteurs des projets qu’elle finance, et, espérons-le, seront les interlocuteurs privilégiés des bibliothécaires.

Bibliographie

Bonvallot Valérie. La pratique documentaire des chercheurs en SHS : la recherche d’information, octobre 2007. [En ligne] <http://lara.inist.fr/handle/2332/1415>
(consulté le 15 décembre 2010).

Bouzon Arlette, Couzinet Viviane, Normand Raoul. « Les doctorants livrés à la recherche documentaire ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 41, 1996, n ° 6, p. 54-59. [En ligne] http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-06-0054-008>
(consulté le 15 décembre 2010).

« Doctorants (Les). Profils et conditions d’étude ». OVE Infos, n° 24, juin 2010. [En ligne] <http://www.ove-national.education.fr/medias/files/ove-infos/OVE_infos_24.pdf>
(consulté le 15 décembre 2010).

East John W. “Information Literacy for the Humanities Researcher : A syllabus based on Information Habits Research”. The Journal of Academic Librarianship, 2005, vol. 31, n ° 2, p. 134-142.

Researchers, Use of Academic Libraries and their services : A report commissioned by the Research Information Network and the consortium of Reasearch Libraries, 2007. [En ligne] <http://www.rin.ac.uk/our-work/using-and-accessing-information-resources/researchers-use-academic-libraries-and-their-serv>
(consulté le 15 décembre 2010).

Stieg Dalton Margaret, Charnigo Laurie. “Historians and Their Information Sources”. College & Research Libraries, 2004, vol. 65, n° 5, p. 400-425.

Toms Elaine G., O’Brien Heather L. “Understanding the information and communication technology needs of the e-humanist”. Journal of Documentation, 2008, vol. 64, n ° 1, p. 102-130.

Van Dooren Bruno. « Pour une analyse prospective des bibliothèques de recherche ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 51, 2006, n° 2, p. 22-32. [En ligne] <http:/bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-02-0022-004>
(consulté le 15 décembre 2010).

Notes

20 Voir, par exemple, la synthèse réalisée dans le rapport de Valérie Bonvallot, La pratique documentaire des chercheurs en SHS : la recherche d’information. Octobre 2007.
[En ligne] <http://lara.inist.fr/handle/2332/1415> (consulté le 15 décembre 2010), avec toute la bibliographie. Parmi les articles les plus récents sur le sujet, voir Toms Elaine G. et O’Brien Heather L. “Understanding the information and communication technology needs of the e-humanist”. Journal of Documentation, 2008, vol. 64, n ° 1, p. 102-130 ; East John W. “Information Literacy for the Humanities Researcher : A syllabus Based on Information Habits Research”. The Journal of Academic Librarianship, 2005, vol. 31, n ° 2, p. 134-142 ; Stieg Dalton Margaret et Charnigo Laurie. “Historians and Their Information Sources”. College & Research Libraries, 2004, vol. 65, n ° 5, p. 400-425.

21 Voir notamment Van Dooren Bruno. « Pour une analyse prospective des bibliothèques de recherche ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 51, 2006, n° 2, p. 22-32.
[En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-02-0022-004> (consulté le 15 décembre 2010).

22 Cf. le rapport Researchers, Use of Academic Libraries and their services : A report commissioned by the Research Information Network and the consortium of Reasearch Libraries, 2007.
[En ligne] <
http://www.rin.ac.uk/our-work/using-and-accessing-information-resources/resear-chers-use-academic-libraries-and-their-serv> (consulté le 15 décembre 2010), p. 12 : “Although librarians are concerned to provide resources and services for both teaching and research, it is the needs of teaching that tend to take priority.”

23 It would be difficult to exaggerate the importance of books to humanities researchers. […] The RSLG Study found that 93 % of respondents considered books as essential research tools.” [East, op. cit, p. 138].

24 Lancaster Henry Carrington. A History of French Dramatic Literature in the XVIIth Century. Baltimore, The Johns Hopkins Press, Paris, Presses universitaires de France, 1929-1942 (cinq parties en neuf tomes).

25 L’enquête de Margaret Stieg Dalton et Laurie Charnigo montre que les chercheurs confirmés estiment les études critiques plus importantes qu’ils ne le faisaient lorsqu’ils étaient doctorants (op. cit., p. 407).

26 Dans cette perspective, les ressources proposant des fonctionnalités de recherche fines à l’intérieur du texte des publications (comme Jstor, avec sa nouvelle interface de recherche centrée sur l’analyse des occurrences et des fréquences de mots) se révèlent être, malgré l’absence d’indexation, d’un grand intérêt.

27 Bouzon Arlette, Couzinet Viviane, Normand Raoul. « Les doctorants livrés à la recherche documentaire ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 41, 1996, n ° 6, p. 54-59.
[En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-06-0054-008> (consulté le 15 décembre 2010).

28 Nous sommes si habitués à entendre parler d’inflation informationnelle, que nous perdons de vue le fait que ce constat n’est pas forcément valable dans toutes les disciplines ; c’est en tout cas le résultat de l’enquête de Margaret Stieg Dalton et Laurie Charnigo : “Historians themselves only rarely feel inundated by too much information […] Instead, the complaints were that a database did not go back far enough, that there was no appropriate database in the individual’s field, that the database did not contain the full text of a document, […] or some expression of a desire for more.” (op. cit., p. 415).

29 On peut citer, par exemple, L’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault.

30 « Les Doctorants. Profils et conditions d’étude ». OVE Infos, n° 24, juin 2010.
[En ligne] <http://www.ove-national.education.fr/medias/files/ove-infos/OVE_infos_24.pdf> (consulté le 15 décembre 2010).

31 La comparaison avec la situation en sciences parle d’elle-même : « Les deux tiers des doctorants en sciences, dont la recherche passe davantage par l’expérimentation en laboratoire et les interactions entre chercheurs, déclarent travailler “souvent” dans leur établissement d’études contre 22 % en droit-économie et 14,8 % en lettres-SHS » (rapport cité, p. 4).

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access