Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Partie I. Première subversion : la pensée-BD ou l’intelligence cognitive de la bande dessinée

Conclusion

Texte intégral

1La bande dessinée pense. Elle se pense et pense en acte, à travers ses récits. On a du mal à penser que l’image pense, même la peinture. Pourtant des peintres ont théorisé leur pratique (pensons à Klee) et certains ont su produire une posture théorique en peinture sur la peinture (à l’exemple du dernier Picasso qui a réinterprété, à la fin de sa vie, quelques-unes des plus grandes œuvres de la peinture, à commencer par les Ménines). Nous avons essayé de montrer que la bande dessinée pense, qu’il existe une intelligence cognitive de la bande dessinée, à la fois théorique et pratique.

2L’intelligence cognitive de la bande dessinée s’exhibe d’abord, sans s’y limiter bien évidemment, dans ce travail de réflexion que des théoriciens, eux-mêmes praticiens de la bande dessinée, mènent sur la bande dessinée. Il n’est pas anodin que Rodolphe Töpffer soit à la fois le premier auteur de bande dessinée et son premier théoricien : car il souligne par là même, contre nos propres a priori, que cette activité, faire de la bande dessinée, n’est en rien évidente (qu’elle se donne comme telle est une chose, qu’elle le soit réellement en est une autre). Comme la bande dessinée s’oublie (et se fait oublier) dans sa propre efficacité communicationnelle, elle doit constamment se reprendre elle-même dans un geste de théorisation. Elle doit constamment se porter à l’extérieur d’elle-même pour se réfléchir. Ce qu’elle assume également à travers ce geste où elle joue avec elle-même, mettant en scène son propre dispositif. Ce travail sur elle-même va jusqu’à produire parfois un décalage par lequel elle en vient à se forger de nouveaux outils, pour dire ce qu’elle avait du mal à dire jusque-là – à l’exemple du travail de Chris Ware, dont la logique de la petite case lui permet de dire le détail, et à travers cette conjugaison entre la petite case répétitive et le détail, de dire le poids écrasant de l’épaisseur temporelle. La bande dessinée, dès lors, montre qu’elle est capable de non seulement gérer la temporalité explosive du gag ou dynamique de l’aventure, mais également – et tout aussi bien – la temporalité lente et longue d’une vie empêtrée dans son propre piétinement. Geste qui subvertit bien des a priori.

3L’intelligence cognitive de la bande dessinée s’exprime également dans son exceptionnelle aptitude à subvertir quelques fondamentaux de notre culture livresque : subversion de la page et donc, quelque part, inévitablement du livre (nous y reviendrons dans la troisième partie) ; subversion de la perspective et donc d’un mode de construction de l’image peinte ou gravée (socialement dominants) depuis la Renaissance, sans renouer forcément pour autant avec la logique des icônes du Moyen Âge ; subversion, enfin, du schéma actantiel et donc d’une certaine manière de théoriser ce qu’est raconter une histoire. Subversion cognitive pratique, ancrée dans la matérialité même de la bande dessinée dont il convient maintenant, au-delà du principe même d’une subversion sémiotique auquel a abouti cette première partie, d’envisager les modes à la fois théoriques (chapitre III) et concrets (chapitre IV) de fonctionnement. C’est tout l’enjeu de la deuxième partie.

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search