Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Partie I. Première subversion : la pensée-BD ou l’intelligence cognitive de la bande dessinée

Introduction

Texte intégral

1La première partie se propose d’explorer ce que nous appelons une pensée-BD, une intelligence théorique et pratique de la bande dessinée :

  • pensée sur la bande dessinée, dont nous allons voir qu’elle est, de manière décisive, une pensée d’auteurs de bande dessinée sur la bande dessinée et une pensée en bande dessinée sur la bande dessinée ; intelligence réflexive de la bande dessinée que nous allons commenter et sur laquelle nous allons nous appuyer pour construire notre propre proposition théorique (chapitre I) ;

  • pensée par la bande dessinée, intelligence pratique de la bande dessinée, dont nous verrons qu’elle est capable d’interroger et de déstabiliser les catégories de la sémiotique narrative et discursive. Il nous faudra alors revenir à la matérialité même de la bande dessinée pour montrer comment celle-ci parvient à subvertir la page, la perspective et au final le schéma actantiel cher à la sémiotique narrative et discursive (chapitre II).

2Bref, penser l’intelligence communicationnelle de la bande dessinée, c’est d’abord penser cette pensée-BD. Montrer que la bande dessinée pense, n’est-ce pas la première des subversions ?

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search