Version classiqueVersion mobile

La bande dessinée, une intelligence subversive

 | 
Pascal Robert

Préface. Le faire & le dire – une pratique subversive du « neuvième art »

Emmanuël Souchier

Texte intégral

1Depuis de nombreuses années, Pascal Robert œuvre pour une anthropologie des images. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, il s’est penché sur l’un de ses objets de prédilection, la bande dessinée. Alliant au plaisir de l’amateur, la pratique de l’enseignant-chercheur, il se propose d’évoquer dans cet ouvrage « l’intelligence communicationnelle de la bande dessinée ».

2Sur les pas de Rodolphe Töpffer – qu’il considère à juste titre comme l’un des maîtres en la matière –, Pascal Robert cherche à joindre la pratique à la démarche théorique qu’il affectionne. Et c’est au cœur de cette relation entre pratique et théorie que réside, me semble-t-il, la spécificité de son approche. L’art difficile et bref de la « préface » ne me permet pas de tout dire de son travail. Aussi me contenterai-je d’évoquer ce geste d’intelligence articulant le dire au faire dans l’expression de la bande dessinée.

3Considéré comme l’un des fondateurs de la bande dessinée, Rodolphe Töpffer a également été un critique doué d’un humour théorique bon enfant – ce que Pascal Robert nous rappelle fort à propos au début de son ouvrage. Töpffer alliait à la pratique du dessinateur un sens aigu de la remise en cause des « cadres instituants » de son art. Ainsi de Monsieur Pencil (1840) – dont on appréciera le titre amusé – ou de l’Histoire de monsieur Cryptogame (1846), par exemple. Mais c’est notamment avec son Essai de physiognomonie (1845) qu’il montre toute la conscience critique et théorique qu’il a de ce nouvel art de l’histoire dessinée qu’il contribue à faire naître. Préfaçant son Histoire de monsieur Jabot (1831), il souligne que « ce petit livre est d’une nature mixte ». Car « il se compose d’une série de dessins » au trait, chacun de ces dessins étant « accompagné d’une ou deux lignes de texte ». Puis il précise que « les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien ». Avant de conclure que « le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose ».

4Voici définie la bande dessinée en ses origines. Une histoiretexte et dessin sont indissociablement liés. Une question dès lors : qui donc – en ce lieu – « parle » en premier lieu ? Le dessinateur ou le scénariste ? Plus fondamentalement, quelle est la part dévolue à chacun dans cette « voix commune » par « nature mixte » ? Que dire alors des rapports de pouvoir qu’entretiennent toutes les modalités expressives ? Allons plus loin. N’y a-t-il vraiment là que texte et dessin ? N’y a-t-il rien à dire non plus de la page et de la mise en pages, de « l’image du texte » et de l’espace, du cadre ou de la perspective ? Que dire enfin de la matérialité même du livre ?

5Ces éléments forment et constituent le magazine, tout comme l’album ou les supports « numériques ». Sans eux la bande dessinée n’existerait pas, pas plus que le texte du reste. Ne doit-on pas dès lors intégrer leur « voix » au concert de l’histoire dessinée ? C’est ce à quoi Pascal Robert s’est précisément attaché, montrant ainsi que le décor, par exemple, est un « actant » à part entière, à l’instar du personnage, lequel présente la particularité de requérir le lecteur par la présence de son corps dessiné. Un lecteur impliqué dans la lecture singulière d’un récit subverti par l’image.

6Pascal Robert se situe au lieu-dit de « l’énonciation éditoriale », dans cet espace de pratiques où se réunissent les conditions de possibilité qui instituent la communication et permettent les échanges. Mais ces conditions, nous les avons incorporées par force d’habitude. Nous ne les voyons plus, nous ne leur prêtons pas la moindre attention, parce qu’elles sont pétries d’évidence et qu’elles nous semblent aller de soi. Pourtant, elles fondent notre rapport au monde.

7Si la bande dessinée est « subversive », ainsi que le postule Pascal Robert, c’est qu’elle joue en permanence sur l’univers « infra-ordinaire » que l’on a coutume d’ignorer. Mais également parce qu’elle déconstruit, ce faisant, ce qui lui permet d’exister pour s’en faire un partenaire privilégié.

8Et les créateurs ne s’y sont pas trompés, ils en ont fait leur cour de récréation. Qui mieux que Marc-Antoine Mathieu, à la suite de Fred ou de Druillet par exemple, a su remettre en cause les cadres instituants de la page ou de la perspective ? Qui mieux que lui, sur les pas de Folon, nous a fait prendre conscience du fait que le personnage dessiné était un être plat promis à s’enfler d’une troisième dimension ? Petit ballon de baudruche gonflé sous la croyance aveugle du lecteur pris au piège de ces « corps-décors ». Au demeurant, la chose n’est pas tout à fait nouvelle. La métamorphose annoncée du personnage de la deuxième vers la troisième dimension est une équation que Raymond Queneau avait déjà posée dans Le chiendent en 1933. Mais cette question philosophique et littéraire n’avait pas encore été saisie dans l’ordre théorique de la bande dessinée.

9Retenons néanmoins que les auteurs de bandes dessinées ont théorisé leur art à partir de leur pratique créatrice et qu’ils n’ont eu d’autres « traités » que leurs œuvres propres. En cela, la bande dessinée est une écriture du « faire », une écriture à part entière douée de réflexivité, ce qui lui permet de jeter un regard théorique sur le monde aussi bien que sur elle-même. La question est essentielle. Elle remet en cause le primat logocentrique de la langue comme seul moyen d’expression de l’ordre théorique. Elle interroge également l’appropriation politique de certaines disciplines qui se sont arrogé le droit de théoriser et les modalités qu’elles ont déployées à cet effet.

10Or, à travers son langage « mixte » et ses propres modalités expressives, la bande dessinée montre qu’il est possible de dire le monde d’un point de vue théorique sans avoir recours aux moyens que se sont donnés la science ou la philosophie, par exemple. Si la bande dessinée est subversive, c’est aussi parce qu’elle remet en cause l’ordre des savoirs et le primat de la « langue de science », ultime rempart idéologique de notre société occidentale où siège la croyance d’une parole sans croyance.

11Au cours de son analyse, Pascal Robert pose la question d’une théorie non théorique, c’est-à-dire d’une théorie qui ne s’exprime pas en des termes scientifiquement labellisés. Il pose ainsi la question d’un « faire » – l’acte de dessiner une histoire – à l’origine de ce « dire » théorique. Aussi l’écriture de bande dessinée peut-elle être définie comme le lieu d’une pensée spécifique de « nature mixte ». On notera alors que cette interdépendance du texte et de l’image constitue un nœud de réflexion contemporain qui concerne l’ensemble des processus de communication, à commencer par l’écriture, bien entendu.

12À l’instar de la célèbre main dessinée du dessinateur saisie au moment précis où elle se dessine elle-même se dessinant – image mythique dont Claude Simon nous a livré quelques exemples magnifiques –, Rodolphe Töpffer pratiquait la mise en abîme théorique de sa propre pratique artistique. Autrement dit, lorsqu’il dessinait, il s’offrait le luxe d’un regard réflexif sur sa pratique créatrice. Réflexif en ce qu’il usait du discours accompagnant le dessin bien sûr, mais avant tout en ce qu’il exprimait sa réflexivité à travers la pratique dessinée elle-même. Et c’est là sans doute ce qui nous importe le plus. Il montrait par là même que le dessin en relation « mixte » peut dire ou – plus exactement – peut donner à voir et ainsi donner à comprendre le monde en posant sur lui un regard théorique. Dès lors, le « faire » de bande dessinée lui était un « dire » de théorie.

13Nous devons à Pascal Robert le fait d’avoir mis en évidence d’un point de vue théorique cette caractéristique essentielle du « neuvième art ». Oui, la bande dessinée est bien ce moyen d’expression doué d’une « intelligence communicationnelle », cet art critique et réflexif d’une redoutable efficacité qui se loge avec humour au cœur de sa propre expression. En cela, elle nous permet de comprendre le monde contemporain. Et de le comprendre mieux encore, sans doute, qu’à travers tout autre discours logocentrique s’étant arrogé le droit exclusif du « dire ».

14Mais le coup double, car lorsqu’il remet en cause le primat de la langue sur les modalités d’interprétation du monde, Pascal Robert ouvre également des perspectives théoriques vitales pour les sciences humaines et sociales. D’où la question centrale que pose indirectement son ouvrage : peut-on expliquer le monde autrement qu’à travers la langue ?

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search