Versión clásicaVersión móvil

La formation des doctorants à l'information scientifique et technique

 | 
Claire Denecker
, 
Manuel Durand-Barthez

Partie 1. IST et culture informationnelle

Comment soutenir la recherche doctorale : les doctorants, la littératie informationnelle et la formation à l’utilisation des bibliothèques10

Maria-Carme Torras i Calvo

Texto completo

  • 10 Nous traduisons l’expression anglaise information literacy par « littératie informationnelle », rep (...)

1La littératie informationnelle est un élément essentiel de la recherche. Pour faire des recherches, il faut savoir trouver et gérer l’information scientifique d’une part, puis être capable de l’utiliser de façon responsable afin de créer un nouveau savoir d’autre part. La littératie informationnelle permet au chercheur de développer une disposition critique et de maîtriser les utilisations pratiques des technologies de l’information et des ressources dont il dispose.

2L’accélération de l’innovation technologique et le renouvellement des procédés en vigueur dans la publication et la communication scientifiques ont facilité l’accès à l’information et sa dissémination. Toutefois, les doctorants, qui sont des chercheurs novices, se trouvent confrontés à des défis considérables au cours de leur parcours, que ce soit lorsqu’il s’agit de pister les recherches et les échanges scientifiques sur leur sujet, de gérer l’information ou de se mettre à publier leurs travaux. En outre, les innovations technologiques et les tendances actuelles de l’édition scientifique soulèvent des questions au sujet du rôle que peuvent légitimement prétendre exercer les bibliothèques de recherche et de la pertinence de leur contribution au processus de recherche doctorale.

3Cet article vise à examiner comment les bibliothèques de recherche peuvent proposer aux doctorants les meilleurs services possibles et rehausser la valeur du parcours de recherche doctorale en offrant une formation à la littératie informationnelle. On expliquera d’abord que les bibliothèques de recherche doivent se familiariser avec les différents profils de doctorants ainsi qu’avec les qualifications attendues chez ces derniers telles qu’elles ont été définies par le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur par le groupe de travail de Bologne sur le cadre des qualifications [Bologna Working Group on Qualifications Framework, 2005]. Dans un deuxième temps, on s’appuiera sur des exemples d’initiatives prises pour promouvoir la littératie informationnelle afin de définir le rôle que peuvent jouer les bibliothèques pour soutenir le processus de recherche des doctorants. Enfin, on évoquera quelques défis posés par l’élaboration et la mise en œuvre des formations à la littératie informationnelle et on proposera des pistes permettant d’y faire face.

LA DÉFINITION DU GROUPE-CIBLE

L’identification des besoins et des pratiques d’un groupe hétérogène

4Booth (2007) a identifié les différences fondamentales entre la formation à la littératie informationnelle dans le cadre des études et la littératie informationnelle nécessaire aux chercheurs. En tant que professionnels de l’éducation, les professionnels de l’information doivent faire des choix informés lorsqu’ils élaborent des programmes de littératie informationnelle destinés aux doctorants. L’une des étapes essentielles de cette élaboration consiste à identifier les besoins et les pratiques spécifiques au groupe-cible. C’est ce qui permettra d’offrir une formation sur-mesure, dont l’utilité apparaîtra clairement aux doctorants et aux équipes universitaires. Par ailleurs, la bibliothèque pourra ainsi faire un meilleur usage des ressources dont elle dispose. En considérant les questions énumérées ci-dessous, les professionnels de l’information gagneront des indices précieux pour cerner le profil des doctorants auxquels ils ont affaire :

  • À quoi ressemble le processus de recherche des doctorants ?

  • Quels sont les besoins informationnels de ces doctorants ?

  • Quelles sont leurs pratiques en matière de recherche d’information, c’està-dire, où et comment vont-ils chercher l’information ?

  • Comment ont-ils accès à l’information, comment l’organisent-ils et comment l’utilisent-ils ?

  • Quelles sont les compétences, les connaissances et les attitudes dont ils ont besoin pour obtenir leur diplôme et réussir leur carrière ?

  • Quelles sont leurs motivations et leurs priorités ?

  • Comment passe-t-on de la position d’étudiant à celle d’universitaire ?

5Certes, trouver des réponses à ces questions constitue une tâche longue et complexe. Néanmoins, les efforts déployés pour rendre l’usage des bibliothèques davantage fondé sur les pratiques effectives (evidence-based) des doctorants offriront un bon retour sur investissement. À cet égard, les recherches et projets de développement inter-institutionnels bénéficiant de financements externes peuvent offrir un cadre idéal pour examiner les questions évoquées. Une telle initiative a par exemple été lancée par le programme de coopération scandinave Information Management for Knowledge Creation [<http://inma.b.uib.no/​>], échelonné sur trois ans. La première phase du projet vise à décrire les besoins informationnels et les comportements de recherche des doctorants en passant en revue la documentation existante [Arksey et O’Malley, 2005] et en réalisant une série d’entretiens collectifs ciblés incluant des doctorants et des directeurs de recherche. Les conclusions de cette première phase constituent le socle de la deuxième phase. Une présentation plus détaillée du projet se trouve en section 3.

6Cet article n’a pas vocation à offrir une recension exhaustive des publications sur la question, mais on trouvera ici les conclusions d’un échantillon d’études récentes sur les doctorants et la littératie informationnelle. Cet échantillon est détaillé dans le tableau 1.

Tableau 1. Échantillon d’études récentes sur les doctorants et la littératie informationnelle

Étude

Discipline

Ère géographique

Booth (2007) (revue de huit études)

Disciplines multiples

Australie, France, Suède, Royaume-Uni, États-Unis

Connaway et Dickey (2010) (revue de douze études)

Disciplines multiples

États-Unis, Royaume-Uni

Fleming-May et Yuro (2009)

Sciences sociales

États-Unis

George et al. (2006)

Disciplines multiples

États-Unis

Green et Macauley (2007)

Disciplines multiples

États-Unis, Australie

Haglund et Olsson (2008)

Disciplines multiples

Suède

Harrington (2009)

Psychologie

Canada

Vezzosi (2008)

Biologie

Italie

7Les études varient considérablement par leur étendue, les disciplines et les sujets envisagés ainsi que les méthodologies adoptées. Les comparaisons sont donc difficiles, mais on peut toutefois percevoir quelques grandes tendances. L’image qui se dessine est celle d’un groupe de doctorants très hétérogène. Par exemple, au niveau universitaire, ce qu’on attend d’une thèse achevée peut varier d’une discipline à l’autre (cela va de la monographie à la thèse basée sur des articles) ; en outre, les doctorants s’inscrivent dans des traditions et des cultures universitaires différentes ; par ailleurs, une vie de recherche est marquée par différentes phases [il faut différencier le doctorant novice du chercheur établi, Booth, 2007]. La diversité des profils se retrouve également aux niveaux personnel et professionnel : on a affaire à des étudiants nationaux ou internationaux, célibataires ou non, étudiant à temps partiel ou à temps plein.

8L’examen de ces études révèle qu’il existe une importante variation interdisciplinaire dans les comportements de recherche d’information. Elles soulignent toutes le rôle grandissant que remplissent les contenus numériques de tout type pour la mise à jour des recherches doctorales. Google apparaît comme une ressource incontournable, souvent utilisée pour localiser et lire des articles dans leur intégralité [George et al., 2006].

9La rapidité et le confort que représente la recherche d’informations numérisées depuis un ordinateur personnel sont jugées préférables aux déplacements en bibliothèque qui font perdre du temps. En outre, les doctorants disent avoir confiance dans leurs compétences de recherche et leur façon d’utiliser les outils permettant de se procurer de l’information. Pourtant, ils apparaissent peu au fait de l’expertise des bibliothécaires, des ressources disponibles en bibliothèque et des offres de formation dispensées par celles-ci.

10De manière significative, les données concernant la valeur d’une formation institutionnelle à la recherche électronique semblent aboutir à des résultats contradictoires. Des travaux comme ceux de Haglund et Olsson (2008), Harrington (2009), Fleming-May et Yuro (2009) soulignent que l’usage de la bibliothèque est marginal dans le processus de recherche. Les bibliothèques ne sont pas considérées comme faisant partie du réseau d’outils utiles pour l’étudiant. En revanche, d’autres études, comme celle de Vezzosi (2008), révèlent que les étudiants apprécient les formations dispensées par les bibliothécaires et l’expertise de ces derniers. Ces résultats contradictoires peuvent s’expliquer par une variété de facteurs tels que les différents rapports à l’apprentissage des individus, leur éventuelle participation à des journées de formation en bibliothèque ainsi que leur degré variable de satisfaction quant aux services proposés.

11Les recommandations concernant les pratiques professionnelles auxquelles certaines études aboutissent valent la peine d’être évoquées. S’agissant de la formation des usagers, elles soulignent la nécessité d’identifier les besoins et les pratiques de chaque groupe de doctorants spécifique et de faire une meilleure promotion des ressources et des services offerts par les bibliothèques. Elles recommandent d’intégrer la formation à la littératie informationnelle dans les programmes et les groupes de recherche existants tout en offrant des formations individuelles adaptées à des besoins plus ponctuels. Enfin, Booth [2007] met en garde contre les tentatives de répondre aux besoins en littératie informationnelle des doctorants en utilisant des méthodes élaborées à partir des comportements d’étudiants de premier cycle. Il défend une conception de la formation axée sur la gestion de l’information plutôt que sur sa recherche. En particulier, il recommande de se concentrer sur le balayage du domaine, l’utilisation des notes de bas de page et des références bibliographiques, la recherche d’auteurs de référence plutôt que la recherche par mots-clés.

Les qualifications attendues au terme d’un doctorat : la définition du Cadre européen de l’enseignement supérieur

12L’élaboration de la formation des doctorants doit également s’appuyer sur le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur appelé aussi « critères de Dublin » (Dublin Descriptors). Ce cadre se conjugue avec les usages institutionnels nationaux pour définir les qualifications attendues chez un doctorant au terme de son troisième cycle universitaire.

Extrait de : Qualifications Framework for European Higher Education Area : 3rd cycle qualifications [Bologna Working Group on Qualifications Framework, 2005, pp. 196-197].
Qualifications that signify completion of the third cycle are awarded to students who :
- Have demonstrated
a systematic understanding of a field of study and mastery of the skills and methods of research associated with the field ;
- Have demonstrated
the ability to conceive, design, implement and adapt a substantial process of research associated with that field ;
- Have
made a contribution through original research that extends the frontier of knowledge by developing a substantial body of work, some of which merits national or international refereed publications ;
- Are
capable of critical analysis, evaluation and synthesis of new and complex ideas ;
-
Can communicate with the peers, the larger scholarly community and with society in general about their areas of expertise ;
- Can be expected to be able to promote, within academic and professional context,
technological, social or cultural advancement in a knowledge based society.

13Note de l'éditeur : pour des raisons de lisibilité, nous avons maintenu dans leur langue originale la présentation des Dublin Descriptors, les italiques sont celles de l'auteur.

14La question qui se pose aux bibliothèques de recherche consiste à savoir comment elles peuvent ajouter de la valeur à l’expérience doctorale en offrant une aide à la recherche qui contribue à ce que les doctorants acquièrent les qualifications qu’on attend d’eux. Pour ce faire, on peut identifier les qualifications qui, dans le Cadre, relèvent de la littératie informationnelle. Par exemple, « une compréhension systématique d’un champ d’étude » requiert une maîtrise de l’art de trouver, d’organiser et de répertorier les informations scientifiques, ainsi que l’aptitude à se tenir au fait des publications importantes dans une discipline donnée.

15De même, « la capacité à concevoir, élaborer, mettre en œuvre et adapter un processus de recherche conséquent » implique d’être en mesure d’écrire une bonne revue de la littérature sur un sujet donné. Là encore, savoir trouver l’information scientifique s’avère fondamental pour une telle tâche. Enfin, on relèvera la « contribution par une recherche originale » et la capacité à « communiquer […] au sujet de leur domaine de recherche » attendues des doctorants, ce qui nécessite une maîtrise de l’éthique et de l’utilisation responsable de l’information, donc des connaissances sur les droits d’auteur et les règles de la citation. En outre, le doctorant doit posséder une conscience critique des canaux et des stratégies de diffusion de la littérature universitaire.

16Une fois identifiés les domaines relevant de la littératie informationnelle, il convient de définir les objectifs que doit viser une formation en la matière pour chacun des domaines en question. Ces objectifs orienteront les programmes de formation dispensés aux doctorants en permettant de définir des activités d’apprentissage, le contenu des cours et l’évaluation. Considérons maintenant le programme de littératie informationnelle en présentiel que propose aux doctorants la bibliothèque de l’université de Bergen en Norvège, afin d’illustrer la façon dont on peut définir des objectifs d’apprentissage en s’appuyant sur le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur.

Quelles formations les bibliothèques peuvent-elles dispenser aux doctorants ?

17À partir des qualifications définies aux niveaux européen (voir plus haut) et norvégien [Kunnskapsdepartement, 2009] l’université de Bergen a défini un ensemble préliminaire d’objectifs d’apprentissage pour le programme d’éducation à la littératie informationnelle en présentiel destiné aux étudiants de troisième cycle. Ces objectifs ont aussi été formulés en s’appuyant sur une évaluation des formations actuellement dispensées par les bibliothèques. Ils sont classés par thème dans le tableau 2 afin d’en faciliter la lecture.

Tableau 2. La formation à la littératie informationnelle dispensée aux doctorants à la bibliothèque universitaire de Bergen : objectifs généraux d’apprentissage [University of Bergen Library, 2010, pp. 7-8].

Pister des informations pour une recherche

Au terme de la formation, les participants devront :

• avoir une meilleure compréhension des caractéristiques structurelles de la littérature universitaire ;
• être à même d’identifier les différences entre les bases de données et les ressources en fonction des disciplines ;
• être en mesure de mener des recherches avancées efficaces en utilisant les spécificités des bases de données ;
• disposer de méthodes pour évaluer et organiser les résultats des moteurs de recherche ;
• savoir utiliser les alertes technologiques pour se tenir informés (flux RSS et autres alertes ) ;
• savoir utiliser un programme de gestion bibliographique afin d’organiser leurs références avec efficacité.

Diffusion des recherches et questions de droits d’auteur en matière éditoriale

Au terme de la formation, les participants devront :

• avoir acquis une meilleure compréhension des droits d’auteur pour l’utilisation des sources dans leurs recherches et leurs publications ;
• savoir se référer à leurs sources de façon responsable ;
• être conscients des principes éthiques fondamentaux qui régissent la publication collective ;
• avoir une connaissance des différents canaux de publication et des critères permettant de les classer ;
• avoir une connaissance des méthodes bibliométriques utilisées pour évaluer les recherches ;
• être en mesure d’utiliser le système national d’enregistrement des recherches.

18La façon dont les formations mettent en œuvre ces objectifs dépend d’une série de facteurs tels que les besoins spécifiques du groupe ciblé, le degré d’intégration des formations en bibliothèque au programme doctoral global et le temps alloué à ces formations. Par exemple, la bibliothèque universitaire de Bergen offrait aux doctorants en mathématiques et sciences naturelles la possibilité de suivre un programme constitué des sessions suivantes :

  • une session sur la littérature universitaire ;

  • une session sur les statistiques des citations ;

  • une série d’ateliers sur l’utilisation de bases de données ;

  • un atelier d’initiation et un atelier avancé portant sur la gestion des références.

  • 11 Information Management for Knowledge Creation est un programme collectif scandinave associant la bi (...)

19La bibliothèque universitaire de Bergen développe et évalue les formations à l’usage des doctorants depuis plusieurs années, ce qui l’a amenée à se familiariser avec le groupe ciblé afin d’adapter l’offre de formation à ses besoins et ses attentes. Par ailleurs, la nécessité d’aller chercher les doctorants là où ils se trouvent, c’est-à-dire en ligne, est clairement apparue, car il s’agit d’un groupe occupé qui ne fréquente pas forcément le campus tous les jours. Aussi la bibliothèque universitaire de Bergen s’est-elle engagée dans un projet scandinave collectif intitulé Information Management for Knowledge Creation11 [<http://inma.b.uib.no/​>], dont les objectifs et les étapes sont brièvement décrits dans la section qui suit.

LA FORMATION EN LIGNE COMME MOYEN D’ATTEINDRE LES DOCTORANTS

20Pour réussir à former les doctorants, il faut un programme qui puisse les atteindre où qu’ils soient et quand ils en ont besoin. Ce programme doit avoir un contenu pertinent susceptible d’offrir une réelle valeur ajoutée aux expériences doctorales individuelles. Le projet Information Management for Knowledge Creation vise ainsi à produire des modules d’aide aux doctorants aux prises avec l’information scientifique. Les modules seront élaborés en anglais car l’enseignement supérieur scandinave est de plus en plus international, en particulier au niveau doctoral. Ils seront accessibles gratuitement en ligne afin que les doctorants puissent se former partout et quand ils le souhaitent.

21Afin d’offrir une utilisation plus adaptée des bibliothèques, le premier volet du projet a pour fonction d’enquêter sur les pratiques de recherche des doctorants et sur leurs besoins informationnels. Un balayage de la littérature sur la question [Arksey et O’Malley, 2005] ainsi que cinq séries d’interviews collectives de doctorants et de directeurs de thèse ont été menés. Il s’agit ainsi d’élaborer des formats et des contenus de modules pertinents. Le second volet a pour objet de créer ces modules à partir des conclusions de la première partie. Dans la dernière phase du projet, les modules sont mis en œuvre dans le cadre de certains programmes doctoraux et ils font l’objet d’une évaluation.

22Les modules couvriront des domaines thématiques tels que la recherche et la gestion d’informations scientifiques, les stratégies de publication et de dissémination d’une recherche, l’impact de la recherche et les questions de droits d’auteur. En acquérant des compétences avancées, des connaissances et des dispositions critiques pour traiter l’information scientifique, les doctorants auront plus de chances d’apporter une contribution originale à leur discipline et de disséminer leurs travaux par le biais de canaux reconnus aux niveaux national et international. Il s’agit là, comme on l’a vu, de qualifications fondamentales selon le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur. Enfin, les modules de formation virtuelle représenteront une contribution au programme global visant à transmettre aux doctorants des compétences transversales car ils porteront sur des questions essentielles dans le domaine de l’écriture et de la publication universitaires. L’acquisition de ce type de compétences est l’un des éléments fondamentaux d’une formation doctorale visant l’excellence selon la définition qu’en a donné la Ligue des universités européennes de recherche [League of European Research Universities, 2007].

LES DÉFIS POSÉS PAR L’ÉLABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DE LA FORMATION À LA LITTÉRATIE INFORMATIONNELLE POUR LES DOCTORANTS

23Dans la section précédente, on a souligné que l’un des défis de la formation à la littératie informationnelle consistait à offrir des aides à la recherche pertinentes auxquelles les doctorants pouvaient accéder quand ils en avaient besoin et où qu’ils se trouvent. Une autre difficulté à surmonter provient de l’hétérogénéité de la population des doctorants mentionnée plus haut. Les formations en ligne sont accessibles à n’importe quel moment et depuis n’importe quel endroit. Par ailleurs, ces outils virtuels permettent d’adapter les ressources disponibles afin de faire face à la diversité des besoins.

24La réalisation de la formation soulève d’autres défis. Les doctorants suivent un programme de formation intensif. Les équipes universitaires et les laboratoires de recherche peuvent être réticents à inclure des cours de littératie informationnelle, préférant donner la priorité à des enseignements disciplinaires spécialisés et à la formation méthodologique. Pour cette même raison, il peut s’avérer difficile de rendre les formations en bibliothèque obligatoires ou nécessaires à l’obtention de crédits. À un moment où leur vie professionnelle et personnelle est encore instable, on peut comprendre que les doctorants négligent des enseignements optionnels. Le manque d’assiduité peut dès lors représenter un véritable problème pour les bibliothèques, en particulier dans les périodes où les ressources qu’on leur alloue se réduisent.

25Les bibliothèques doivent donc œuvrer pour sensibiliser la communauté universitaire, les équipes administratives et les doctorants à l’intérêt que représente la littératie informationnelle pour la réussite des études et des carrières. Il importe de trouver les bons canaux pour faire la promotion de l’aide à la recherche d’information. À cet égard, une stratégie pertinente consiste à montrer que ces formations peuvent aider les étudiants à acquérir les qualifications énumérées dans le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur. En faisant apparaître la pertinence de la littératie informationnelle au regard des attentes formulées dans ce Cadre, on accroît les chances de légitimer une collaboration réelle entre les professionnels de l’information et les universitaires. Cela peut également inaugurer une discussion fructueuse au sujet du partage des responsabilités dans la formation des doctorants à la littératie informationnelle.

26En impliquant les équipes universitaires et administratives dans le panel des conseillers rassemblés pour la réalisation du projet Information Management for Knowledge Creation, on a pu les sensibiliser à la formation à la littératie informationnelle. En outre, la pertinence de cette formation a pu être mise en valeur de façon plus efficace grâce à l’étude menée sur les besoins des doctorants, étayée par les données mises à jour au cours de la première phase du projet.

27Booth (2007), Haglund, Olsson (2008) et Harrington (2009) plaident pour que les bibliothèques de recherche participent activement au processus de recherche et agissent en présenciel et par le bais d’application en ligne. Outre le tutorat en ligne et les ateliers en présentiel adaptés à un public spécifique qui s’inscrivent dans des manifestations scientifiques ou professionnelles, ils proposent des initiatives comme des services de conversation en ligne offrant une assistance ciblée ainsi que des sessions d’orientation pour les nouveaux étudiants et personnels.

28Un autre ensemble de défis consiste à renforcer les capacités d’intervention des bibliothécaires. La nécessité de se tenir au fait des développements dans le domaine de la communication scientifique et des technologies de l’information constitue une tâche exigeante pour l’ensemble du personnel d’une bibliothèque. Par ailleurs, l’expérience du cursus doctoral est traditionnellement limitée chez les bibliothécaires en raison de leur parcours universitaire [Flemming-May & Yuro, 2009]. De même, ce milieu manque d’une tradition de formation pédagogique ou didactique. Dans les institutions d’enseignement supérieur où le personnel des bibliothèques parle une langue maternelle autre que l’anglais, la connaissance de celui-ci est également un facteur décisif pour communiquer avec un groupe fortement internationalisé. Ces enjeux doivent être pris en compte par les équipes de direction lors des recrutements et de l’élaboration de plans professionnels à long terme. Par exemple, engager des projets de recherche et développement (comme celui décrit plus haut) permet de développer les compétences des équipes et leur apporte une meilleure connaissance du travail de recherche.

29En outre, la bibliothèque universitaire de Bergen a pris des initiatives spécifiquement destinées à la formation des enseignants comprenant des cours, des séminaires et des ateliers. Ces initiatives ont été essentiellement relayées par des spécialistes extérieurs, mais certaines d’entre elles ont également fait appel à des compétences et des ressources propres aux bibliothèques. Leur objectif peut être de dispenser un bagage de théorie pédagogique aux équipes bibliothécaires, de leur transmettre des modèles didactiques généraux et des modèles de littératie informationnelle ou de comportements de recherche d’information. Elles ont contribué à ce que les personnels des bibliothèques réfléchissent à la manière dont la théorie et les résultats de la recherche pouvaient enrichir leurs pratiques. De plus, la bibliothèque universitaire de Bergen a élaboré des ateliers spécifiquement axés sur les compétences de communication et de présentation ainsi que sur le développement de stratégies de littératie informationnelle. Enfin, le personnel de la bibliothèque est également encouragé à suivre un programme de formation plus général destiné aux enseignants.

CONCLUSION

30Cet article a présenté la façon dont les bibliothèques universitaires peuvent optimiser leur aide aux doctorants et apporter une valeur ajoutée à leur parcours en renforçant leurs compétences en littératie informationnelle. Il plaide pour cette dernière en s’appuyant sur des faits issus des recherches portant sur les doctorants et le processus doctoral. On a examiné des projets collectifs de recherche et de développement afin d’identifier les connaissances, les valeurs et les compétences attendues d’un doctorant pour obtenir son diplôme et pratiquer le métier de chercheur. En examinant les qualifications énumérées aux niveaux européen et national, on a pu cibler les aspects du processus doctoral sur lesquels les bibliothèques peuvent apporter leur contribution. Certains textes fondamentaux tel que le Cadre global de qualifications pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur peuvent être utilisés de façon stratégique pour faire en sorte que la formation à la littératie informationnelle soit intégrée dans les programmes pédagogiques des décideurs.

31Nous avons également souligné qu’il était important d’élaborer des formations adaptées aux publics et accessibles aux doctorants lorsqu’ils le souhaitent. Les formations en ligne permettent de contourner les limites inhérentes à la transmission en présentiel dans les locaux des bibliothèques. Les programmes d’utilisation des ressources élaborés par la bibliothèque universitaire de Bergen offrent un exemple du type de formation qu’on peut offrir.

32L’élaboration et la mise en œuvre de la formation à la littératie informationnelle présente un certain nombre de défis. Certains sont liés à l’hétérogénéité de la population étudiante et à ses besoins ; alors que d’autres impliquent la participation des bibliothécaires. En dernier ressort, ces défis convergent vers la question suivante : est-il légitime d’attribuer à la bibliothèque un rôle déterminant dans le paysage de l’enseignement supérieur ? C’est une question qui doit être soulevée à la fois au sein de la profession des bibliothécaires et lors des échanges avec la communauté universitaire, en particulier avec les équipes administratives et les chercheurs. La légitimité de la bibliothèque est une condition nécessaire au succès des équipements d’aide à la recherche.

Bibliografía

Arksey H. and O’Malley L. “Scoping studies : Towards a methodological framework”. International Journal of Social Research Methodology, 2005, vol. 8, n ° 1, pp. 19-32.

Bologna Working Group on Qualifications Framework. A Framework for Qualifications of the European Higher Education Area. 2005. [En ligne] <http://www.bologna-bergen2005.no/Docs/00-Main_doc/050218_QF_EHEA.pdf>
(consulté le 25 mai 2010).

Booth A. Researchers require tailored information literacy training focusing on information management, not simply information retrieval. Report, Research Information Network, 2007. [En ligne] <http://www.rin.ac.uk>
(consulté le 15 septembre 2010).

Connaway L.S. and Dickey T.J. The Digital Information Seeker : Report of the Findings from Selected OCLC, RIN and JISK User Behaviour Projects. OCLC Research, 2010.

[En ligne] <http://www.jisc.ac.uk/media/documents/publications/briefingpaper/2010/bpdigitalinfoseekerv1.pdf>
(consulté le 25 mai 2010).

Fleming-May R. and Yuro L. “From Student to Scholar : The Academic Library and Social Sciences PhD Students’Transformation”. Libraries and the Academy, 2009, vol. 9, n ° 2, pp. 199 – 221.

George C., Bright A., Hurlbert T., Linke E. C., St Clair G. and Stein J. “Scholarly Use of Information : Graduate Students’Information Seeking Behaviour”.
Information Research, 2006, vol. 11, n ° 4, paper 272.
[En ligne] <http://InformationR.net/ir/11-4/paper272.html>
(consulté le 25 mai 2010).

Green R. and P. Macauley. “Doctoral Students’Engagement with Information :
An American-Australian Perspective”.
Libraries and the Academy, 2007, vol. 7, n ° 3, pp. 317 – 332.

Haglund L. and Olsson P. “The Impact on University Libraries of Changes in Information Behavior Among Academic Researchers : A Multiple Case Study”.
The Journal of Academic Librarianship, 2008, vol. 34, n ° 1, pp. 52-59.

Harrington M. R. “Information Literacy and Research-Intensive Graduate Students : Enhancing the Role of Research Librarians”. Behavioral and Social Sciences Librarian, 2009, vol. 28, n ° 4, pp. 179-201.

Jamali H.R. and Nicholas D. “Information-Seeking Behaviour of Physicists and Astronomers”. Aslib Proceedings, 2008, vol. 60, n ° 5, pp. 444-462.

Kuhlthau C.C. Seeking Meaning : A Process Approach to Library and Information Services. Westport, Conn., Libraries Unlimited, 2004.

Kunnskapsdepartement. Nasjonalt kvalifikasjonsrammeverk for høyere utdanning, 2009. [En ligne] <http://www.regieringen.no/nb/dep/kd/tema/Livslang-Iaring/Nasjonalt-kvalifikasjonsrammeverk.htm/?id601327>
(consulté le 20 novembre 2010).

League of European Research Universities. Doctoral studies in Europe : Excellence in researcher training, 2007.
[En ligne] <http://www.leru.org/file.php?type=download&amp;id=1020>
(consulté le 18 mai 2010).

University of Bergen Library. Bibliotekets kurskatalog, 2010.
[En ligne] <http://www.ub.uib.no/felles/dok/Bibliotekets-kurskatalog-2010.pdf>
(consulté le 20 novembre 2010).

Vezzosi M. “Doctoral Students’Information Behaviour : An Exploratory Study at the University of Parma (Italy)”. New Library World, 2008, vol. 110, n ° 1/2, pp. 65-80.

Notas

10 Nous traduisons l’expression anglaise information literacy par « littératie informationnelle », reprenant le néologisme de l’OCDE, pour ne pas avoir à choisir entre culture et compétences, ou plutôt pour tenir les deux ensemble (Michel Roland-Guill). Cet article est traduit de l’anglais.

11 Information Management for Knowledge Creation est un programme collectif scandinave associant la bibliothèque universitaire de Bergen, la bibliothèque de la Norwegian School of Economics and Business Administration, la bibliothèque de l’université d’Oslo et celle de l’université d’Aalborg. D’une durée de trois ans, il a été inauguré en mars 2010 et est financé par la bibliothèque nationale de Norvège.

© Presses de l’enssib, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search