Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 7. Métamorphose de la prescription culturelle : plateformes numériques et métadonnées

La recommandation culturelle des amateurs sur le Web :

Senscritique ou la fabrique des prescripteurs

Valérie Croissant

Texte intégral

1La généralisation des outils et pratiques numériques et la dématérialisation des biens culturels ont consolidé l’évolution des processus de diffusion, de circulation des biens culturels renforçant l’idée d’une offre culturelle sur le Web plus étendue et plus accessible. Même si l’on peut discuter, ou relativiser, la réalité de ces constats par des variations entre pays, ou à l’aune de données sociologiques, d’un point de vue macro, il est certain que la mise à disposition de contenus en général, et de produits culturels en particulier, ne cesse de croître suite à leur numérisation. Cette facilitation de l’acte d’achat ou de consommation de produits culturels s’accompagne d’une intensification des discours d’accompagnement, et notamment des discours évaluatifs et prescriptifs des amateurs, véritable pierre angulaire d’une économie numérique se présentant sous les atouts d’un écrasement des formes d’autorité et d’une redistribution des rôles par rapport aux hiérarchies institutionnelles classiques. La question du choix, devenue celle de l’hyperchoix, est abordée par les acteurs des industries culturelles via notamment les armes du marketing ; les individus-internautes recherchent cependant d’autres sources pour construire leur parcours culturel.

2De nombreux acteurs ont pris place dans le domaine de la recommandation culturelle, venant d’horizons variés, brouillant ainsi les rôles établis, celui de la critique culturelle, par exemple. Ainsi, les internautes sont invités à produire des avis culturels dans de nombreux espaces sur le Web, que ceux-ci soient marchands, collaboratifs ou culturels. Ces productions discursives relevant de la recommandation culturelle dans un sens élargi (avis, critiques, notes, commentaires), mises en ligne par des internautes-amateurs, constituent une porte d’entrée intéressante pour traiter la prescription culturelle. L’internaute-amateur est ici celui qui témoigne d’une forme d’attachement pour des formes et pratiques culturelles en ligne s’inscrivant en dehors d’un parcours d’expertise et de rémunération. L’inscription numérique de ces formes discursives n’est pas un simple glissement de support, mais une dimension de l’analyse à laquelle il faut accorder une attention particulière. Ces discours sont situés dans des environnements numériques qu’il faut prendre en compte pour éviter de n’y voir que des ruptures ou reproduction des formes antérieures de la recommandation culturelle.

3C’est à partir du lieu d’inscription de ces formes de discours que nous nous proposons d’analyser les ressorts de la recommandation culturelle sur le Web. Les plateformes numériques qui permettent et rendent visibles différentes formes d’appréciation culturelle constituent des objets d’étude pertinents en tant que tels, mais aussi comme lieux de construction des discours sur la culture. Ces espaces (et/ou objets) sont cependant difficiles à nommer, plutôt rétifs à la saisie dans le cadre d’une analyse, tant les statuts ou les modèles économiques de leurs propriétaires sont variés ou brouillés, comme nous le verrons. Le terme de plateforme désigne dans notre travail une catégorie large incluant des dispositifs numériques divers relevant des industries médiatiques du Web : des sites, des réseaux sociaux, des blogs ou des bases de données. L’étude du site SensCritique nous permet d’approcher la manière dont cet acteur, que l’on pourrait qualifier de non institutionnel, mobilise les registres de la recommandation et de la prescription dans son projet et dans son dispositif. À travers une catégorie de membres, distingués par l’appellation « éclaireur », le site SensCritique développe une logique de fabrique d’un type de prescripteurs en s’appuyant sur la dimension sociale de la recommandation.

La délicate identification des acteurs

4Les discours d’évaluation culturelle produits par des amateurs prennent place dans des espaces numériques variés, ce qui rend parfois périlleuse l’identification des acteurs. Savoir « chez qui on est » semble être la première étape de toute activité sociale, surtout quand celle-ci rend publics des textes et des informations engageant leurs auteurs. Produire un avis dans un espace relevant d’un processus de publicisation n’est jamais un acte anodin, il correspond toujours à une forme de dévoilement, d’exposition pour le sujet. Ce processus d’identification du propriétaire et/ou de l’énonciateur du site d’une plateforme n’est pas toujours aisé pour l’usager, ni même pour le chercheur. Cette difficulté concerne surtout les nouveaux venus dans le domaine de la prescription culturelle, et non les acteurs historiques, les institutions culturelles et éducatives ou les entreprises de la culture.

La variété des dispositifs et des acteurs

5Le terme de plateformes numériques revêt ici un caractère générique qui masque, de fait, la diversité des dispositifs numériques et des acteurs mobilisant la recommandation culturelle. Si certains sont clairement identifiables en raison de leur activité commerciale affichée, il est plus difficile pour d’autres de repérer le propriétaire du site ainsi que de désigner le type d’activité développée. Une activité discursive ayant pour thème la culture et les produits culturels sur un site web ne garantit en rien le fait que le propriétaire du site puisse être un acteur culturel, au sens des catégories établies traditionnelles. Il n’y a pas de catégories stables pour classer les plateformes, et même si certains traits catégoriels peuvent être retenus, les acteurs du Web n’ont de cesse, par souci d’innovation dans un contexte d’hyper-concurrence, de pratiquer le brouillage et l’hybridation. La recommandation apparaît donc comme un phénomène transversal, mobilisé par des acteurs fort différents dont les logiques ne sont pas homogènes. De l’association de lecteurs amateurs sur un site communautaire à la plateforme d’écoute musicale, en passant par le site de e-commerce, le moteur de recherche, l’agenda ou le magazine culturel, la recommandation est mobilisée dans de nombreux contextes numériques. S’il est souvent difficile de procéder à l’identification du propriétaire des lieux à partir du seul dispositif numérique, c’est surtout parce que l’énonciation éditoriale vise à brouiller les pistes.

L’effacement éditorial comme stratégie

  • 1 [En ligne] < https://soundsgood.co >.

6L’argument-promesse du Web 2.0, qui s’incarne dans de nombreux médias informatisés, s’affiche dans la mise en scène de la délégation de la parole aux internautes, sous-entendant ainsi par métonymie, une délégation du pouvoir. Particulièrement dans les sites qui se présentent comme des réseaux sociaux, l’énonciateur du site va être « euphémisé » dans le dispositif pour mettre en avant les actions et la présence des internautes. Cette mise en scène de la participation et de la délégation de la parole, qui vise à susciter une plus forte participation, rend délicate l’identification de l’énonciateur comme sur le site Soundsgood1, un site d’écoute et de partage de listes musicales s’appuyant sur le concept d’« influenceur ». Ses membres peuvent écouter les listes musicales des « influenceurs », nommés aussi « curators » ; mais ils peuvent également en produire eux-mêmes et les partager. La constitution d’une liste musicale peut être considérée comme un geste prescriptif : chaque liste est le résultat d’un choix, elle est thématisée (chaque liste a un titre), hiérarchisée (enchaînement des titres) et elle conditionne un long moment d’écoute mis en partage. Si l’équipe et le projet du site sont présentés dans la classique rubrique « À propos », dans le dispositif l’énonciateur n’est pas présent, déléguant les choix musicaux aux internautes et les modalités d’écoute techniques à d’autres plateformes (Deezer, YouTube, Soundscloud…). Plusieurs traits des dispositifs médiatiques des acteurs de la recommandation culturelle visent à fabriquer les conditions d’une neutralisation, voire d’une absence d’énonciateur de la plateforme. Ainsi, la juxtaposition des modalités d’évaluation tend à devenir une norme : à la production d’une note s’ajoutent d’autres actions témoignant d’un intérêt comme un « J’aime », la comptabilisation d’une écoute ou d’un abonnement par exemple ; il est en effet très rare qu’une plateforme ne propose qu’une modalité de recommandation culturelle. Ce procédé concourt notamment à étendre la surface de visibilité des productions discursives des internautes sur le site tout en assurant en arrière-plan leur exploitation et leur traitement par la plateforme. Multiplier les possibilités d’action des internautes, c’est augmenter les événements visibles à l’écran et, par extension, témoigner de la dynamique de participation du site. L’exploitation des données d’activité du site permettra ensuite d’améliorer l’efficacité de la recommandation algorithmique. Inciter les internautes à produire des avis, c’est, d’une part, assurer le spectacle de l’engagement des membres, et, d’autre part, permettre une collecte de données à partir de leurs actions, comme si augmenter la surface physique de la recommandation culturelle des amateurs sur l’écran suffisait à en augmenter la surface symbolique et sociale.

  • 2 Alain Rabatel, « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », (...)

7Cet effacement énonciatif2, qui pourrait être une caractéristique de nombreux pure players du Web, par opposition aux médias classiques, ou même au genre de la critique culturelle de presse, tend à faire oublier la présence des acteurs humains et techniques gérant la plateforme, pour « offrir » aux internautes un espace objectivé d’expression des avis et des goûts. Un autre trait caractéristique de ces dispositifs, et qui vise lui aussi un gommage de la présence de l’énonciateur, est la montée en puissance des données quantitatives résultant des actions de compilation et de comptage. En associant le caractère singulier d’un avis ou d’une critique à la dimension généralisante d’un calcul, les plateformes tentent de fabriquer une expérience culturelle collective.

Des modèles économiques peu lisibles

  • 3 Valérie Croissant, « Noter, évaluer, apprécier. Formes, formats et pratiques de la prescription cul (...)

8Cet effacement énonciatif s’accompagne d’une faible lisibilité du modèle économique des sites. Cette dimension n’est pas anodine, particulièrement dans le domaine de la culture où la structure organisationnelle et le modèle économique sont souvent mis en rapport avec l’activité de programmation culturelle. On continue de distinguer le théâtre public du privé, comme on différencie de petits éditeurs de livres des géants internationaux de l’industrie culturelle, ou les films dits « blockbusters » du cinéma d’auteur. Il ne s’agit pas de discuter de la pertinence de ces distinctions, mais de considérer qu’elles sont mobilisées dans l’approche des œuvres et des produits culturels. Qu’en est-il de l’approche d’un produit culturel à partir d’un espace dont il est impossible de cerner la stratégie économique ou éditoriale, parfois même parce qu’elle n’existe pas encore ? Pour un internaute, comment « ajuster » sa pratique évaluative quand il ne sait pas ce qu’il adviendra de ses productions discursives et ignore la manière dont elles seront valorisées économiquement par la plateforme ? C’est bien la compréhension des cadres de référence des sites web mobilisant de la recommandation qui fait défaut et qui complexifie l’appréhension des pratiques qui s’y inscrivent. Pour filer l’exemple de Soundsgood, qui s’appuie sur la montée en notoriété des « influenceurs » et le partage de leurs listes musicales, le modèle économique est confus, voire en cours d’élaboration3. Lors du lancement du site en 2015, les promoteurs du projet expliquaient qu’ils souhaitaient valoriser les compétences des influenceurs auprès d’un marché industriel, afin de vendre des ambiances musicales destinées à l’industrie automobile, par exemple. La musique y est donc détachée de ses auteurs et interprètes pour être considérée comme un paramètre d’ambiances thématisées. Les listes musicales proposent ainsi à l’écoute : « une aprèm’ au bureau », « pour les sportifs » ou « le meilleur de 2014 », sans précision supplémentaire sur le genre musical ou les artistes concernés. Qu’en est-il alors du modèle prescriptif de la liste musicale ? Les prescripteurs de ce site, en associant leur geste à une pratique d’écoute musicale, fabriquent tout de même un rapport à la musique, et plus largement des représentations, des formes de connaissances et d’expériences culturelles. Cet exemple attire l’attention sur le fait que la fabrique des représentations et des expériences de la culture doit être étudiée dans des espaces qui ne sont pas forcément labellisés comme des espaces culturels, mais dont les ambivalences de positionnement, de projet, rendent d’autant moins lisible ce qu’il s’y joue, tant du point de vue des stratégies industrielles que des pratiques et des hiérarchies culturelles.

Senscritique : le réseau social de la recommandation culturelle

  • 4 Yves Jeanneret, Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, P (...)

9Les pratiques de recommandation culturelle prennent place sur des plateformes numériques que nous considérons comme des dispositifs médiatiques. Ces espaces de discours et de pratiques organisent la communication dans ses dimensions matérielles et symboliques. Le terme de média est ici mobilisé non pas pour désigner des acteurs socio-économiques, mais bien un dispositif numérique qui règle la communication4. C’est à partir de cette approche qu’il est proposé d’examiner la prescription culturelle des amateurs sur le Web.

La recommandation plutôt que la prescription ?

10Le site SensCritique est un des rares à mettre au centre de son activité la recommandation culturelle, en inscrivant son projet de pratiques amateurs dans celui de la tradition de la critique culturelle. La plateforme propose six catégories de produits culturels : films, séries, jeux, livres, BD, musique. Cette proposition d’entrée dans la culture par catégorie témoigne d’une négociation sémantique entre plusieurs dimensions de l’œuvre. Elle désigne à la fois des objets physiques (films plutôt que cinéma), des formats (séries plutôt que films) et des genres (la BD étant dissociée de la catégorie Livres). Cette entrée croisée par les produits culturels évite l’affichage explicite d’un projet exclusivement marchand comme Amazon, et relève prioritairement d’une démarche de médiation culturelle ou patrimoniale, comme pourrait l’être le site Internet d’une cinémathèque, ou encore médiation documentaire sur le site web d’une bibliothèque. En jouant sur l’indistinction et le flou des modalités de présentation et d’accès aux œuvres, ce site donne la priorité aux pratiques de discours sur les œuvres. Ces dernières se manifestent sous la forme d’images-vignettes, carrées ou rectangulaires, présentées sur des étagères (voir ci-dessous).

Illustration 1. Les produits culturels présentés sur des étagèressur le site SensCritique, 28 septembre 2016

Illustration 1. Les produits culturels présentés sur des étagèressur le site SensCritique, 28 septembre 2016

Source : SensCritique.

11Un internaute devient membre par une simple démarche d’inscription facilitée par la connexion avec son profil Facebook. Mais cette inscription ne suffit pas à faire de lui un membre à part entière. Ce qui importe sur le site SensCritique, c’est l’activité : il faut être productif pour devenir un « éclaireur » et accéder à certains outils, notamment sociaux, du site. Si l’interface paraît simple et graphiquement légère, les fonctionnalités et la navigation sont, elles, assez complexes. Seuls les membres considérés comme « influents » accèdent à ce statut particulier d’« éclaireur » qui, comme son nom l’indique, pourrait être le synonyme du terme « influenceur » utilisé chez Soundsgood, la référence aux Lumières et à la culture en plus. Les termes de « collection » ou de « mémoire culturelle », très présents, mettent à distance le vocabulaire marchand en mobilisant l’angle de l’expérience culturelle.

12En tant que réseau social, SensCritique revendique le « bouche-à-oreille » entre les membres comme modalité relationnelle, mettant de fait à distance les médiateurs culturels institutionnels ou marchands pour privilégier la recommandation entre « pairs ». Pourquoi la recommandation plutôt que la prescription ? La réponse à cette question est contenue dans le projet même du site qui vise à mobiliser les sociabilités culturelles sans finalité marchande immédiate. La promesse de SensCritique est de permettre la construction et l’accès permanent à sa mémoire culturelle dans le cadre d’un collectif en partie choisi, ou en tout cas limité. Le terme de « prescription » porte en lui les enjeux inhérents à une relation d’influence visant un objectif précis, mais il définit également la relation d’un sujet prescrivant à partir d’une position légitime de supériorité à un sujet recevant l’injonction pouvant aller jusqu’à l’ordre. La recommandation, elle, perd cette dimension contraignante de la prescription pour s’inscrire dans un jeu de sociabilités choisies et dans un rapport présupposé de réciprocité : on prend connaissance des recommandations des membres, mais surtout on peut en produire. C’est bien à partir de cette distinction sémantique que le site SensCritique construit l’économie de ses sociabilités culturelles. En n’inscrivant pas de manière explicite dans son projet une finalité à la recommandation, sinon celle de la mémoire et de la conservation du parcours culturel personnel, le site évacue, en théorie, la question de la légitimité et du statut des membres recommandant (pour ne pas dire prescripteurs). Il nous faut cependant noter un décalage entre le projet de recommandation culturelle amateur présenté par la plateforme et le fonctionnement du dispositif qui, lui, au contraire, constitue une véritable machine à fabriquer des formes de légitimité des membres « éclaireurs ». Le projet du site n’affiche pas de manière explicite le caractère prescriptif des discours évaluatifs de ses membres, ceux-ci s’inscrivant plutôt dans la perspective d’un parcours culturel. En revanche, ce sont les outils évaluatifs du calcul (moyenne de notes, histogrammes, nombre de critiques…) qui construisent la dimension prescriptive par des phénomènes de comparaison, de classements, de distinction entre les produits culturels, mais aussi entre les profils des membres dont ils fabriquent la légitimité.

La dimension sociale de la recommandation : la fabrique de la valeur

13Le dispositif met à disposition plusieurs manières de faire part de ses avis, goûts et envies. Il s’agit bien dans un premier temps de construire un parcours personnel dessinant les traits de son profil culturel. Les principales actions sont : rédiger une critique, attribuer une note sur dix, produire une liste, répondre à un sondage, mentionner ce que l’on est en train de faire (lire, voir, écouter) ou ce que l’on a envie de faire (lire, voir, écouter), apprécier la critique d’un autre membre et, bien sûr, choisir des éclaireurs à suivre. Chaque membre est régulièrement invité à augmenter son niveau d’activité si celui-ci ne permet pas de définir suffisamment un profil. Il faut, par exemple, avoir produit deux cents notes pour accéder à la comparaison de sa collection avec celle d’un autre membre, notes que le dispositif nous invite à produire (voir ci-dessous).

Illustration 2. L’invitation du dispositif à produire des noteset à affiner son profil culturel, SensCritique, 28 octobre 2016

Illustration 2. L’invitation du dispositif à produire des noteset à affiner son profil culturel, SensCritique, 28 octobre 2016

Source : SensCritique.

14La note reste malgré tout l’élément qui structure tout le reste. Si les critiques rédigées représentent une part importante du site et font sa spécificité, il n’en demeure pas moins que les produits culturels sont classés en fonction de notes et présentés avec celles-ci : la moyenne des notes des membres de la plateforme comme référent omniprésent en blanc est accompagnée parfois de la moyenne des notes des éclaireurs qu’il suit en vert, lorsque ces derniers ont noté le produit en question (voir ci-dessous). Cette double note est intéressante car elle indique que le dispositif construit plusieurs niveaux de valeur en articulant des collectifs ou plutôt des agrégats de profils.

Illustration 3. Exemples de notes attribuées à des films, SensCritique, 2 octobre 2016

Illustration 3. Exemples de notes attribuées à des films, SensCritique, 2 octobre 2016

Source : SensCritique.

15En un coup d’œil, il est possible d’apprécier la note globale d’un produit culturel sur le site et de pondérer celle-ci par la note de ses éclaireurs : sont-ils plus ou moins exigeants ? L’idée, bien entendu, est que l’avis du membre soit le plus proche de la note verte, car la sélection des éclaireurs relève de son choix.

16La question centrale réside donc dans la constitution de ces agrégats d’éclaireurs, qui va définir toute la morphologie de la navigation d’un membre dans le site : l’interface va mettre en avant leurs choix, leurs notes, leurs listes et ainsi définir en partie l’accès aux œuvres selon les pratiques de ses éclaireurs. Il s’agit d’un filtre complexe à saisir, mais qui agit discrètement et continuellement. Cet ensemble d’éclaireurs est un collectif qui s’ignore à partir duquel, en tant que membre, je vais entrer dans la production culturelle. Il faut cependant préciser que ce filtre des éclaireurs permettant l’accès aux œuvres n’est pas le seul, il est lui-même assujetti à un filtre plus classique et plus puissant qui est celui de l’actualité culturelle. Le modèle économique du site doit, en effet, inciter les membres à réagir sur les sorties, les nouveautés ou les meilleures ventes malgré tout.

17Les éclaireurs, des prescripteurs comme les autres ?

  • 5 Fanny Georges, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitati (...)
  • 6 Ibid.

18Les membres au statut d’éclaireur sont accessibles par leur profil qui fournit de nombreuses informations traduisant plusieurs dimensions de leur identité numérique. L’identité déclarative5 est limitée au choix d’un pseudonyme, d’un avatar et de quelques mots de présentation souvent confinés au genre et à l’âge. Il est parfois intégré un lien vers un site personnel, un blog ou un compte Twitter. Chacun peut visualiser les activités de ses éclaireurs dans un fil chronologique, ces notifications d’activités constituant l’identité agissante de l’éclaireur6. Cette ligne temporelle permet en permanence d’évaluer la régularité de l’investissement d’un éclaireur ainsi que la fraîcheur de ses dernières publications. L’identité numérique des éclaireurs relève principalement d’une identité agissante comme elle est présentée ci-dessous.

Illustration 4. Exemple de profil d’un éclaireur sur SensCritique, 17 octobre 2016

Illustration 4. Exemple de profil d’un éclaireur sur SensCritique, 17 octobre 2016

Source : SensCritique.

19Le profil compile toute une série de données relatives à l’activité critique de l’éclaireur. Les éclaireurs ne sont certes pas notés comme les produits culturels ; néanmoins, de nombreuses données sont fournies à leur propos et permettent une appréciation du profil. Il est permis de jauger sa notoriété dans la plateforme par son nombre d’abonnés, et même (ici sur l’image) d’apprécier la différence entre le nombre d’abonnés (qui le suivent) et le nombre d’éclaireurs (qu’il suit). Cette information formalise immédiatement le caractère référent de ce profil. Cette page permet également de visualiser le degré de spécialisation du membre-éclaireur. Les cercles de couleur indiquent ici clairement que « Sergent Pepper » est très investi dans les secteurs musique et films, dans chacun desquels il a produit plus de 2 000 notes et critiques. Cet affichage n’est pas du fait du membre, mais bien le résultat de la compilation et de l’affichage de données par le dispositif. L’histogramme de la répartition des notes ou la visualisation d’une partie de la collection viennent compléter cet espace synthétique de l’identité numérique de l’éclaireur chez SensCritique. Celle-ci ne se résume cependant pas à cette page puisque de nombreuses rubriques permettent de détailler ces différents éléments : journal, collection, critiques, listes, contacts, aime et badges.

20La fonction de toutes ces informations données à voir par le profil éclaireur est bien celle de renseigner au maximum une identité numérique de prescripteur potentiel. Cela fabrique un niveau essentiel du site SensCritique : celui de l’appréciation des membres. Le site constitue un environnement qui est relativement clos sur lui-même : les références à des institutions, organisations dans le domaine marchand ou culturel sont assez faibles, ou alors à des niveaux profonds de navigation. Le dispositif tend ainsi à fabriquer ses propres repères culturels en s’appuyant sur l’activité de certains de ses membres actifs. Il permet la génération et la gestion de la notoriété de certains membres, notoriété qui ne s’appuie non pas sur leur statut social ou leur métier, mais bien sur leur investissement au sein de la plateforme, révélant ainsi une forme d’expertise. Il est intéressant de noter qu’en suivant les liens extérieurs de certains profils, on découvre que des éclaireurs ne sont pas tout à fait des amateurs dans la mesure où ils sont professionnellement impliqués dans des activités culturelles (libraires, par exemple). Mais cet élément n’est pas mis en avant dans les identités déclarées, leur légitimité devant se construire sur l’identité agissante. Les éclaireurs sont ceux par lesquels se construit la sélection culturelle, qui font tout le travail d’évaluation et de critique à partir duquel les autres membres développent leur activité et leur parcours culturel sur la plateforme.

21Le site articule dans son fonctionnement plusieurs collectifs de référence : celui de la société culturelle marchande en général (l’actualité et les tops des ventes en France), celui de l’ensemble des membres de SensCritique (toutes les notes en blanc produites sur tous les produits) et enfin celui d’éclaireurs choisis (notes en vert sur les produits notés par nos éclaireurs). Chaque membre doit ainsi se situer par rapport à ces différents niveaux, et alors la notion de collection et de comparaison de collections prend tout son sens. Cette imbrication rend difficilement mesurable le caractère prescriptif du travail des éclaireurs qui répond à deux impératifs en partie contradictoires, mais inhérents à toute activité sociale : se distinguer par sa pratique culturelle tout en se référant à des normes, des hiérarchies, des collectifs. Le site SensCritique semble moins, au final, proposer un dispositif de prescription de produits culturels qu’un dispositif de construction de prescripteurs culturels à l’écart des espaces institutionnels de légitimation.

22Les phénomènes de prescription culturelle, qui font partie intégrante de la culture, de sa construction, de sa diffusion, comportent des dimensions économiques et politiques essentielles. Cependant, leur appréhension sur le Web reste difficile tant la diffraction du phénomène est importante et rend toute approche unidimensionnelle réductrice et éphémère. La recommandation culturelle sur le Web concerne les modalités de mise en production et en visibilité des discours en considérant avant tout la diversité des lieux de sa mobilisation. Cette approche permet de croiser deux problématiques : celle de la médiation culturelle, en étudiant les dispositifs numériques et leurs propriétaires comme de nouveaux intermédiaires agissant sur les pratiques et les représentations culturelles ; et celle de l’industrialisation de ces discours d’évaluation de la culture, pour ne pas négliger les stratégies et les enjeux économiques, notamment dans le cadre de la collecte des données et de leur exploitation par les algorithmes.

23Loin de croire que le Web ôterait les intermédiaires classiques pour permettre aux individus un accès direct aux objets de la culture (supposé que l’on sache ce qu’est un accès direct), c’est bien une recomposition des espaces de la médiation culturelle qui se déroule avec notamment l’arrivée de nouveaux acteurs, issus des industries médiatiques. S’ils ne se présentent pas comme des acteurs de la médiation culturelle, ils offrent cependant des espaces de production et de diffusion des évaluations culturelles associés à d’autres espaces de pratique (achat, écoute musicale, archivage). Sans aucun doute ils permettent de sélectionner des œuvres, d’entrer dans des collections, de les classer, les distinguer voire les mutualiser. Au-delà de la question du choix, c’est aussi celle de la constitution des référents, des mémoires culturelles qui est posée. À travers la mobilisation des amateurs, d’autres formes de médiation sont construites avec notamment la mise à distance des institutions culturelles comme garantie d’un pouvoir délégué aux internautes. L’analyse des dispositifs permet de cerner la manière dont s’organisent ces écritures de la culture en conjuguant la matérialité des discours et les stratégies des acteurs des plateformes. Dans le cadre de SensCritique, le réseau social agit moins directement sur la construction et l’évaluation d’un marché de produits culturels que comme un espace de distinction entre des individus qui doivent témoigner d’une forte activité critique, et pour lesquels les métriques du Web agissent comme outils d’évaluation. En souhaitant mettre à distance les prescripteurs traditionnels de la culture, SensCritique fixe les règles d’un passage de l’amateur au prescripteur par le statut d’éclaireur, en mobilisant des données censées rationaliser la pratique critique.

Bibliographie

Bertin, Erik, Granier, Jean-Baptiste, « La société de l’évaluation : nouveaux enjeux de l’âge numérique », Communication & langages, juin 2015, no 184, p. 121-146.

Bonaccorsi, Julia, Croissant, Valérie, « “Votre mémoire culturelle” : entre logistique numérique de la recommandation et médiation patrimoniale. Le cas de SensCritique », Études de communication, 2015, no 45.

Bullich, Vincent, Guignard, Thomas, « Les plateformes de contenus numériques : une nouvelle intermédiation ? », in Jeanpierre, Laurent, Roueff, Olivier (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2014.

Croissant, Valérie, « Noter, évaluer, apprécier. Formes, formats et pratiques de la prescription culturelle sur le Web », Les enjeux de l’information et de la communication, 2016, no 17/3A, p. 85-97. [En ligne] < http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2016-supplementA/06-Croissant/ >.

Georges, Fanny, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du Web 2.0 », Réseaux, 2009/2, no 154, p. 165-193.

Jeanneret, Yves, Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éditions Non Standard, 2014 (coll. SIC ; 4).

Rabatel, Alain, « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, 2004, no 156, p. 3-17.

Notes

1 [En ligne] < https://soundsgood.co >.

2 Alain Rabatel, « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, 2004, no 156, p. 3-17.

3 Valérie Croissant, « Noter, évaluer, apprécier. Formes, formats et pratiques de la prescription culturelle sur le Web », Les enjeux de l’information et de la communication, 2016, no 17/3A, p. 85-97. [En ligne] < http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2016-supplementA/06-Croissant >.

4 Yves Jeanneret, Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éditions Non standard, 2014 (coll. SIC ; 4).

5 Fanny Georges, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du Web 2.0 », Réseaux, 2009, 2, no 154, p. 165-193. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-reseaux-2009-2-page-165.htm >.

6 Ibid.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Les produits culturels présentés sur des étagèressur le site SensCritique, 28 septembre 2016
Crédits Source : SensCritique.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Titre Illustration 2. L’invitation du dispositif à produire des noteset à affiner son profil culturel, SensCritique, 28 octobre 2016
Crédits Source : SensCritique.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Titre Illustration 3. Exemples de notes attribuées à des films, SensCritique, 2 octobre 2016
Crédits Source : SensCritique.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Illustration 4. Exemple de profil d’un éclaireur sur SensCritique, 17 octobre 2016
Crédits Source : SensCritique.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 678k

© Presses de l’enssib, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search