Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 6. Fans et communautés d’amateurs : de nouveaux prescripteurs ?

Reconfiguration et spécificité de la prescription littéraire amateure sur BookTube

Marine Coculet

Texte intégral

1Néologisme construit à partir de « book » (livre) et YouTube, la plateforme de partage de vidéos, BookTube rassemble des personnes passionnées de lecture, qui distillent leurs conseils, donnent leurs avis et partagent leurs coups de cœur dans le domaine.

  • 1 Tous les chiffres des abonnés des chaînes sont en date du 26 juin 2016.

2Dans les pays anglo-saxons et hispaniques, certains booktubers peuvent comptabiliser des millions de vues pour des centaines de milliers d’abonnés. La chaîne d’une jeune Américaine, PolandbananasBOOKS, enregistre 300 807 abonnés et 37 741 339 vues1. Il est d’ailleurs frappant de remarquer que beaucoup de termes que nous découvrirons sont empruntés à l’anglais (book haul, swap, in my mailbox, on my shelf…), signe de cette influence anglo-saxonne.

  • 2 Maria Pourchet, Faces et envers des écrans de la littérature : archéologie d’un monde du discours ( (...)
  • 3 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandat (...)
  • 4 « Vers l’intermédialité : histoires, positions et options d’un axe de pertinence », Médiamorphoses,(...)

3Les relations de la littérature et de la télévision ne sont pas nouvelles. De nombreux travaux2 ont étudié l’évolution des émissions littéraires au cours desquelles la médiation de la littérature s’est transformée au fil du temps en recommandations de livres. Beaucoup de points communs existent également entre les blogs de lecteurs3 et BookTube. Les blogs de lecteurs développés depuis 2005 sont également des dispositifs de médiation littéraire créés par des lecteurs passionnés en marge des espaces traditionnels de la prescription. D’ailleurs, plusieurs booktubeuses tiennent un blog, qui s’articule avec leur chaîne YouTube et auquel elles renvoient pour lire leurs posts, souvent plus détaillés. Pour Jürgen E. Muller4, un nouveau média relève toujours de médias déjà existants dont il intègre des structures et certains processus. Ces relations d’emprunts et d’hybridation des médias entre eux sont prises en compte dans le concept d’intermédialité. BookTube, les blogs de lecteurs et les émissions littéraires à la télévision, développés dans des contextes historiques différents, ont ainsi le but commun d’informer, de conseiller, d’influencer, et ils sont constitués de relations intermédiales.

  • 5 Cyprien, Roger et ses humains, Paris, Dupuis, 2015.
  • 6 Marie Lopez (EnjoyPhoenix), Carnet de routes, Paris, Anne Carrière éditions, 2016.
  • 7 « Andy la youtubeuse règne sur les meilleures ventes », Livres Hebdo.fr, publié le 13 avril 2016.
  • 8 « La star de YouTube Zoella, auteure préférée des jeunes Britanniques », Livres Hebdo.fr, le 26 fév (...)

4La communauté de youtubeurs commence à son tour à rejoindre le monde du livre. Certains blogueurs amateurs sont pris en considération par les éditeurs dans leurs opérations promotionnelles (envois de services de presse, invitation à des événements parfois spécialement dédiés aux blogueurs) et semblent jouer un rôle de prescripteurs. Plusieurs youtubeurs ont publié des livres ; ils forment une nouvelle génération d’auteurs qui se propulsent à l’aide de leur notoriété acquise sur YouTube pour vendre et promouvoir leurs publications. On peut, par exemple, citer Cyprien, premier youtubeur français, dont la BD a été publiée chez Dupuis5, ou EnjoyPhoenix, youtubeuse beauté française, qui a écrit son autobiographie6. Dans l’univers anglo-saxon comme en France, ces livres ont dominé les ventes au moment de leur parution7. En Angleterre, c’est la youtubeuse Zoella qui a été désignée auteure préférée des adolescents britanniques8. La notoriété acquise par ces nouveaux auteurs bénéficie à leur production éditoriale puisque leurs fans sur YouTube deviennent des lecteurs de leur livre.

  • 9 Des chaînes humoristiques, gaming ou beauté.
  • 10 « YouTube | de la vidéo virale comme invention & écriture », Tiers Livre. [En ligne] < http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4246 >.

5Trois chaînes de BookTube ont particulièrement retenu notre attention : Les Lectures de NiNe (40 274 abonnés, qui s’appelle aujourd’hui « Nine Gorman »), Tartinneauxpommes (9 890 abonnés, qui s’appelle aujourd’hui « Winter is Reading ») et Margaud Liseuse (34 210 abonnés). Ces trois booktubeuses francophones tiennent également un blog. Les Lectures de NiNe et Margaud Liseuse sont parmi les plus suivies en termes de nombre d’abonnés. Marine, de la chaîne Tartinneauxpommes, et Margaud, de Margaud Liseuse, travaillent toutes deux dans les métiers du livre, à la différence de NiNe. Cependant, le décalage en matière de fréquentation avec d’autres youtubeurs et youtubeuses français est considérable : le Français en tête, Cyprien, compte 9 201 051 abonnés ; parmi les plus suivis, nous pouvons citer Norman fait des vidéos (8 000 000 abonnés), Squeezie (6 245 617 abonnés) ou EnjoyPhoenix (2 462 349 abonnés)9. Par rapport à ces scores, les booktubeurs souffrent d’un déficit de notoriété. C’est un champ d’expérimentation, à échelle assez réduite en France, « un terrain encore tout neuf », comme le souligne François Bon10.

6En observant ces trois chaînes, nous allons analyser les modalités et les processus d’expression de ces nouvelles médiations littéraires. Est-on face à de la médiation littéraire, ou à de la communication, et peut-on parler de nouvelles formes prescriptives du livre ou de la littérature ?

La médiation littéraire en vidéo

7À l’image des blogs de lecteurs, les booktubeurs s’inscrivent dans une forme de médiation littéraire numérique en interaction avec les internautes. Il y a des points communs indéniables entre le blog et les vidéos de booktubeurs : les genres littéraires abordés, l’âge et le sexe des personnes qui le pratiquent (majoritairement de jeunes femmes), une relation forte qui se crée avec le public et le développement d’une communauté. Ces deux dispositifs se distinguent de la critique professionnelle pour mettre en avant des littératures souvent peu reconnues par la culture littéraire, comme les littératures de l’imaginaire et les romans young adult.

  • 11 Quelques exemples : « Top Ten / Mes classiques préférés », « Top Ten / Albums Jeunesse » ou « Top 5(...)
  • 12 Quelques exemples : « 10 romans pour le printemps », « 10 romans pour Halloween » ou « 10 romans su (...)

8La chronique littéraire à proprement parler sur BookTube se décline en différentes rubriques : « Coup de cœur », « Update Lecture » (ou « Bilan »), « L’auteur du mois » ou des « Top » ou « Flop », dans lesquelles chaque booktubeur donne son opinion sur sa lecture. Ces vidéos ressemblent aux posts d’un blog. Dans les « Update Lecture », les booktubeurs parlent de leurs dernières lectures sans classement. Au contraire, les « Coups de cœur » ou les « Top/Flop » instaurent une hiérarchie parmi les différents titres. Cela implique une sélection délibérée opérée par le booktubeur. C’est particulièrement visible dans les « Top/Flop » dont le principe implique un jugement, de quelque nature que ce soit, sur une œuvre par rapport à une autre, à la manière du Top 50 en musique, par exemple, qui donne le classement des meilleures ventes de disques. Les « Top » sont souvent thématiques11, voire périodiques12. La blogueuse des Lectures de NiNe a classé les ouvrages sur une thématique à partir des réponses de ses abonnés à un sondage. Elle a ainsi mis en valeur les livres préférés des lecteurs.

9À la différence d’une approche analytique utilisée par la critique universitaire ou professionnelle, le registre utilisé sur BookTube, comme sur certains blogs, est celui de l’émotion. Les coups de cœur sont décrits comme des révélations. Les booktubeuses y livrent leurs émotions ressenties durant leur lecture, comme la surprise, l’excitation ou l’ennui. On peut se demander si l’on ne suit pas un booktubeur pour avoir ses impressions subjectives, l’expression de ses propres goûts, et non pas pour l’analyse intellectuelle d’un livre.

  • 13 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandat (...)

10Certains blogs de lecteurs adoptent également une approche axée sur l’émotion dans laquelle « le discours, souvent expressif et phatique, use davantage de la fonction conative »13. Sur BookTube, le ton de la conversation orale et amicale l’emporte. Le format de la vidéo favorise une plus grande proximité avec la booktubeuse et lui permet de faire passer directement des émotions sur ses lectures. Les booktubeuses observées peuvent trébucher sur certains mots, hésiter : ces maladresses apportent une touche plus spontanée qu’un post écrit sur un blog.

Une communication axée vers la communauté

  • 14 David Peyron, « Bronies, Potterheads, Whovians, Trekkies… Du nominalisme chez les fans », 14 décemb (...)
  • 15 Marine Coculet, Le book trailer dans l’édition française en 2015 : embryon d’une nouvelle communica (...)

11Le phénomène de communauté est favorisé par des échanges de plus en plus facilités par les réseaux sociaux entre l’instance créatrice et la réceptrice. YouTube en général n’échappe pas à cet essor des fandoms ou communautés de fans. Selon David Peyron, « on ne naît pas fan, on le devient et on s’insère dans un fandom via un long processus d’apprentissage de ses normes, valeurs et codes »14. L’idée que l’on s’adresse à un public de connaisseurs et de personnes qui partagent des valeurs communes est également prise en compte dans des maisons d’édition, comme chez Kana, dont le responsable marketing nous a confié combien l’existence de cette communauté de fans était essentielle à sa démarche promotionnelle et à sa stratégie marketing15.

  • 16 Facebook et Twitch proposent maintenant des fonctions de vidéo en direct.

12La médiation littéraire sur YouTube suscite, de fait, un sentiment d’appartenance à une communauté. Sur ces chaînes, du lien se crée, des relations se nouent à la fois avec le public et avec les autres booktubeurs, qui se poursuivent et se renforcent sur les réseaux sociaux. Avec leurs abonnés, les booktubeuses établissent un lien de proximité en favorisant les interactions : dans les vidéos « Foire aux questions », par exemple, elles répondent aux questions laissées par leurs fans. Elles cherchent également à gratifier leur public et à le valoriser dans la vie de la chaîne : des concours lancés souvent à des dates anniversaires sont un moyen parmi d’autres de rétribuer le soutien apporté par les lecteurs. L’internaute se trouve ainsi engagé, récompensé et mis en avant. Cette relation peut même se poursuivre « dans la vraie vie » avec un meet-up, événement au cours duquel la booktubeuse peut rencontrer ses fans, abolissant ainsi la frontière de l’écran. L’utilisation de réseaux sociaux comme Twitch ou Facebook16 permet aussi aux booktubeuses de réagir directement aux propos et aux demandes de ses abonnés, ce qui rend alors possible un dialogue en direct.

  • 17 Aux États-Unis, en 2010, on comptait 20 millions de personnes qui faisaient partie d’un book club, (...)

13Les clubs de lecture jouent également un rôle prescriptif considérable dans le monde anglo-saxon17. La booktubeuse Tartinneauxpommes a repris le modèle du club de lecture sur sa chaîne, afin de créer une communauté dans laquelle les fans ont un pouvoir particulier. C’est, en effet, aux abonnés que revient la responsabilité de choisir le livre qui va être lu en commun. Sur une page Facebook dédiée aux échanges sur ces lectures partagées, Tartinneauxpommes redonne en vidéo les avis qu’elle a recueillis. Elle propose même d’inclure sur sa chaîne les comptes rendus en vidéo de certains membres. Dans sa présentation, elle explique vouloir réduire ainsi la distance entre elle et ses abonnés. « Le Club des Tartines », qu’elle a créé spécialement pour YouTube, est un bel exemple de la valorisation des abonnés par les booktubeuses.

  • 18 On peut citer, par exemple, le tag « Kiss, Mary and Cliff », le tag « Relire, réécrire, brûler » ou (...)
  • 19 Dans ce challenge, le booktubeur doit, dans un temps limité, trouver un certain nombre de livres se (...)
  • 20 Voir la note 3.

14Les communautés BookTube se constituent également autour de jeux pratiqués en réseaux, comme les avaient initiés les lecteurs blogueurs en leur temps. Les tags, séries de questions sur une thématique, littéraire ou non, et les challenges, défis à relever, sont des types de vidéos repris en cascade. Certains tags ou challenges sont importés et repris depuis les chaînes BookTube anglaises18. Plusieurs de ces pratiques ludiques sont spécifiques aux plateformes vidéo et ne peuvent pas être mises sur un blog, comme le Book Tower challenge19, par exemple. Ce sont peut-être ces contenus irréalisables sur le format blog qui motivent en partie le choix de créer une chaîne BookTube. Des relations s’établissent ainsi entre les booktubeurs qui citent les chaînes, commentent les vidéos de leurs amis et font des vidéos en commun. Le signe le plus évident de ces liens qui se nouent est la pratique des swaps, échanges de colis surprise entre deux booktubeuses, qui contiennent bien entendu des livres, mais aussi des goodies, des bougies, des bonbons, des marque-pages. BookTube devient, de fait, un vecteur de socialisation, à l’image des blogs de lecteurs20, avec toutefois certains challenges ou tags qui ne peuvent se faire que sur la plateforme.

15Dans ce dispositif de médiation qu’est BookTube, on notera donc que la relation communautaire semble très nettement l’emporter sur la recommandation littéraire.

L’ethos au cœur de la médiation

  • 21 Christèle Couleau, Oriane Deseilligny, Pascale Hellégouarc’h (dir.), « Présentation. Que devient l’ (...)
  • 22 Ibid.

16L’ethos est une identité construite, parfois différente de l’identité propre, qui se bâtit pour exister au sein d’un réseau. « L’environnement numérique produit ainsi des ethos sous influence. »21 Christèle Couleau souligne que l’ethos numérique peut se révéler différent de l’être véritable, incarné : « Dans ces conditions, il n’est pas rare que l’ethos prenne ses distances avec le moi véritable : avatars et pseudos, postures théâtralisées, feintes et dérobades dessinent tout un espace tendu entre la manipulation et le jeu. »22 De fait, il y a un peu de théâtre, de mise en scène dans la représentation de soi sur ces chaînes BookTube.

  • 23 Dans une vidéo mise en ligne le 6 septembre 2014, « Quand une booktubeuse emménage », Margaud Liseu (...)

17Le coin lecture des booktubeuses constitue le décor de la quasi-totalité des vidéos. Il confère une unité de lieu à la chaîne. L’agencement de la bibliothèque relève d’une scénographie que la booktubeuse arrange selon ses préférences et les exigences de la réalisation. Comparable à un décor d’émission télévisée, le montage et le rangement des étagères peuvent faire l’objet de vidéos « making-of »23.

  • 24 « Tour » en anglais désigne notamment la tournée musicale d’un artiste, mais peut aussi renvoyer à (...)
  • 25 « Le plan rapproché poitrine sera perçu comme plus intime par le spectateur. Il cadre les personnag (...)

18La bibliothèque est source de séries de vidéos : les bookshelf tours. Dans ces vidéos, la booktubeuse emmène l’internaute en visite24. Elle commente en voix off le classement des livres sur ses étagères sous l’angle de plans variés : travellings, zooms de caméra et fondus. L’internaute voit l’envers du décor qui est habituellement hors champ. La bibliothèque est personnalisée par la booktubeuse. Nous pouvons même y trouver des rappels des marqueurs identitaires de la chaîne, comme celui de l’animal totem. Dans la bibliothèque de Margaud Liseuse, par exemple, figurent plusieurs figurines de renard. Cela crée une continuité entre le décor et l’identité de la chaîne. Dans ces mises en scène, ce sont les booktubeuses qui prédominent à l’écran. Elles sont filmées assises, souvent en plan rapproché poitrine25, ce qui met en valeur les expressions de leurs visages et crée de la proximité.

19La prescription sur BookTube s’exprime donc par une forte mise en scène de soi, tout aussi travaillée que le contenu dispensé. Lorsqu’une booktubeuse déballe un swap plutôt que d’ouvrir le paquet hors champ et de publier des images sur le blog, en vidéo, elle offre aux spectateurs l’expression directe de ses émotions. Les unboxing reposent sur le même principe : en choisissant d’ouvrir un colis en direct, la booktubeuse favorise une image instantanée de ce qu’elle ressent. C’est cette captation immédiate des émotions qui distingue nettement une vidéo BookTube d’un post de blog, mais qui la rapproche de certains divertissements télévisuels.

  • 26 Chez Margaud Liseuse, par exemple, ce sont les « Renardises », contraction de « renard » et « gourm (...)

20Pour les abonnés, suivre une blogueuse sur sa chaîne YouTube, c’est aussi rentrer dans son intimité. En ce sens, on sort du cadre de la médiation littéraire pure. Sur leur chaîne, les booktubeuses évoquent leur vie personnelle, leur vie professionnelle, avec des séries comme « Vlogs » ou « Je blablate », qui ne traitent pas de livre. Leur public découvre à l’écran leurs animaux de compagnie, parfois même leur compagnon : le compagnon de Margaud Liseuse a, par exemple, participé à un certain nombre de vidéos. La chaîne devient un lieu privilégié de partage avec le public et des moments de leur vie sont parfois livrés : Margaud Liseuse a annoncé à ses abonnés sa grossesse en vidéo. Plusieurs booktubeuses diffusent également sur leur chaîne des vidéos de recommandations hors livre : elles y évoquent leurs coups de cœur en matière de mode, de décoration, de musique, de cinéma ou de friandises26

La stratégie branding sur BookTube

  • 27 Christèle Couleau, Présentation du numéro « Ethos numériques » sur Fabula.org. [En ligne] < http://www.fabula.org/actualites/ethos-numeriques-numero-de-la-revue-itineraires-litteratures- textes-cultures_63339.php >.

21La notion de branding issue du marketing renvoie à la construction d’une image de marque et d’une réputation. À cet égard, le design des différentes chaînes est révélateur des stratégies d’identité mises en place pour accéder à une certaine notoriété, sachant que « l’ethos s’inscrit dans le temps plus long de l’e-reputation »27.

22 

  • 28 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandat (...)

23Comme ceux des blogs, les graphismes réalisés pour les génériques et les incrustations des vidéos sont spécifiques à chaque chaîne ; les bandeaux y sont essentiels. Brigitte Chapelain a étudié le « design numérique » des blogs de lecteurs et note que « les bandeaux de la page d’accueil, à l’exception de quelques cas, offrent une iconographie de photos ou de dessins qui représentent des livres ou des objets s’y rattachant »28.

Capture d’écran. La bannière Margaud Liseuse sur YouTube

Capture d’écran. La bannière Margaud Liseuse sur YouTube

Source : © Margaud Liseuse/Karell.

24Il en est de même pour ceux des trois chaînes analysées qui forment ainsi leurs vitrines. Les trois bandeaux présentent des scènes de lecture, ce qui connote la détente et le plaisir, et les visages des booktubeuses sont photographiés ou dessinés comme un rappel. Chaque chaîne est associée à un visage clairement identifié.

  • 29 Des « totems de rassemblement » d’après Michel Maffesoli dans son ouvrage Le temps des tribus : le (...)

25Une sorte d’animal totem29 symbolise, on l’a dit, l’univers de la booktubeuse, à la façon d’un logo conçu comme marqueur d’identité. L’image du furet des Lectures de NiNe est renforcée par la comparaison dans le sous-titre : « Comme un furet, j’aime fureter à la recherche d’une belle lecture à partager avec vous ». Le renard pour Margaud Liseuse, par exemple, est véritablement une mascotte. Il est emblématique de « la marque de fabrique » de la chaîne, et sous chaque vidéo est écrit : « TOUTES LES INFOS SONT DANS LA BARRE, MES RENARDS. » Avec ce surnom et cette apostrophe « mes renards », la booktubeuse crée une relation de complicité avec ses abonnés et les rallie ainsi sous l’emblème de sa chaîne.

  • 30 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandat (...)

26« Les textes, parfois très personnels, assez courts, placés en exergue en dessous des titres, s’adressent aux internautes et sollicitent leur sensibilité, leur goût de l’expérience créative et intellectuelle »30, analyse Brigitte Chapelain à propos des blogs de lecteurs. Elle souligne également les jeux de mots ou les figures stylistiques sur le thème du livre et de la lecture qui se déclinent dans la titraille des blogs. Les trois phrases descriptives de chacune des trois chaînes utilisent également ces procédés. Pour Les Lectures de NiNe, nous avons un jeu de mots : « J’aime fureter », qui rappelle l’animal mascotte de la chaîne. Sur la bannière de Tartinneauxpommes, « la lecture est une gourmandise à consommer sans modération » est une métaphore qui associe la lecture à une douceur gustative. Au même titre qu’un slogan publicitaire, ces titres et phrases en exergue ont pour objectif d’attirer l’internaute, de retenir son attention pour qu’il s’intéresse à la chaîne et la mémorise.

De la reconnaissance à la prescription ?

  • 31 Ibid., p. 57-58.

27On constate une progressive reconnaissance des booktubeurs, qui tendent, à l’image des lecteurs blogueurs, à susciter l’intérêt des éditeurs (envois de services de presse) et à être intégrés par les professionnels dans les traditionnelles instances de la médiation, comme les salons ou les prix littéraires31.

  • 32 Sylvie Ducas, « À quoi servent les prix littéraires ? », Bibliobs. [En ligne] < bibliobs.nouvelobs.com > ; Sylvie Ducas, (...)

28Les prix littéraires sont des références de la prescription littéraire, « des labels vendeurs »32 qui ont encore aujourd’hui des effets importants sur les dynamiques d’achat et de notoriété des livres. Ce sont des vecteurs de distinction et de consécration reconnus par les professionnels du livre.

  • 33 « Le Man Booker Prize met en place son club de lectrices choisies sur YouTube », Julie Torterolo, A (...)

29En 2015, le Man Booker Prize a lancé une initiative inédite. Cinq booktubeuses anglo-saxonnes ont été sélectionnées pour participer au processus de remise du prix33. Elles ont formé le Man Booker Vlogger, un club de lecture 2.0 sur YouTube, dans lequel elles ont discuté des œuvres en lice pour le titre, dans une sorte d’animation web du prix britannique. Qu’un prix ancestral comme le Man Booker Prize ait remarqué le phénomène BookTube au point de monter un partenariat avec ces nouvelles figures est révélateur de la reconnaissance que celles-ci connaissent déjà à l’étranger.

  • 34 Pour plus d’informations, vous pouvez aller voir la vidéo de Margaud Liseuse, « Présentation Prix F (...)

30En France, des prix littéraires plus récents mettent à l’honneur les booktubeurs. C’est, par exemple, le cas du prix Fantasy des Booktubers34, organisé par la plateforme d’auto-édition Bookélis en 2015. C’est un concours de nouvelles fantasy et fantastique, avec à la clé un pack comprenant différents services de la plateforme pour l’auto-édition de son livre. C’est un prix pour lequel Margaud Liseuse et Les Lectures de NiNe ont été intégrées comme jurées, en compagnie de Lili Bouquine et Bulledop. En effet, la dernière semaine avant l’annonce du gagnant, elles ont posté chacune une vidéo sur leur chaîne, avec leur avis sur les trois nouvelles finalistes sélectionnées par un auteur et éditeur. Le vendredi 29 janvier, réunies ensemble au cours d’une session live, elles ont pu débattre et ont finalement annoncé le gagnant du concours de nouvelles.

31Cette initiative est toutefois récente en France. Dans ces deux exemples français et britanniques, les organisateurs sont très différents : une récente plateforme d’auto-édition en ligne, Bookélis, et un prix littéraire historique, l’équivalent pour nous d’un Goncourt ou d’un Renaudot, le Man Booker Prize. Ce contraste est emblématique du décalage entre les pratiques anglo-saxonne et française de BookTube.

32La présence des booktubeurs dans les salons littéraires prouve également une certaine forme de leur reconnaissance par le milieu professionnel. Certains d’entre eux commencent ainsi à être sollicités pour apporter leur touche et leur expertise.

  • 35 Le salon Le Livre sur les quais s’est déroulé les 4 et 6 septembre 2015 à Morges, en Suisse. Pour p (...)
  • 36 Trentième édition qui s’est déroulée du 27 avril au 1er mai 2016. Voir la vidéo sur sa chaîne, « Sa (...)

33Margaud Liseuse, notamment, a aidé à l’organisation de plusieurs salons littéraires. Elle a accepté de se joindre à l’équipe du salon Le Livre sur les quais pour promouvoir la lecture auprès d’un public d’adolescents35. Pour cela, elle a réalisé 4 à 5 vidéos sur des auteurs young adults et jeunesse présents à l’événement avant le salon et a tenu également la page Facebook du Livre sur les quais Young Adult. C’est encore une fois pour attirer le public adolescent qu’elle a été contactée par les organisateurs de la 30e édition du Salon du livre de Genève36. Elle avait alors la responsabilité de la programmation du nouveau pôle Young Adult. Dans sa vidéo, elle explique vouloir proposer des animations « plus fun », notamment lors de la soirée nocturne de la manifestation. Il est également intéressant de noter qu’elle a souhaité organiser différents meet-up avec d’autres booktubeurs durant toute la durée du salon, et développer ainsi ses relations avec eux dans le salon.

  • 37 « Les Français et la lecture », étude du CNL, publiée en mars 2015.
  • 38 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandat (...)

34Les trois booktubeuses que nous avons observées sont des jeunes femmes, comme beaucoup de créatrices de chaînes BookTube. D’après la dernière étude « Les Français et la lecture », menée chaque année par le CNL, on compte 58 % de femmes grandes lectrices contre 42 % d’hommes37. La prédominance de booktubeuses peut dès lors peut-être s’expliquer par cette plus forte proportion de grandes lectrices. Quant aux genres littéraires abordés sur ces chaînes YouTube, bien qu’il soit impossible de donner une règle absolue, les littératures de l’imaginaire (fantasy, bit-lit, dystopie) ou des genres autrefois sous-évalués, comme le polar ou la romance, y sont bien représentés. On peut se demander si ce récent dispositif de critique amateure n’exerce pas aussi un rôle prescriptif dans le rayonnement de la littérature jeune adulte, même si d’autres genres littéraires sont recommandés. BookTube, à la façon des blogs de lecteurs, ne favoriserait-il pas « le déploiement de la diversité littéraire et l’accès à des titres inconnus ou absents des vitrines des libraires »38 ?

35Avec les chaînes consacrées à la lecture où les vidéos prolongent les blogs en même temps que les sites, les forums et les plateformes poursuivent et accompagnent leur démarche de recommandation et d’évaluation, la critique amateure se situe ici dans une démarche cross média. Beaucoup de liens sémiotiques, communicationnels et organisationnels existent, comme nous l’avons vu, entre le blog de lecteur, certaines formes télévisuelles et la chaîne BookTube, qui relèvent de l’intermédialité. Les booktubeuses que nous avons observées étaient des lectrices blogueuses avant d’en venir à la vidéo, et il est certain que les deux médias sont inextricablement liés.

  • 39 Mégane Guillaume, Eric Chaverou, « Oui, les jeunes Français lisent encore ! », 28 août 2016. [En li (...)

36Ce type de critique amateure favorise la création de communautés (blogueur/lecteur, blogueur/blogueur et lecteur/lecteur), si bien que, parfois, la communication, au sens de la représentation de soi et la relation à l’autre, prend le pas sur la médiation littéraire. Dans ces nouveaux réseaux, il ne s’agit pas uniquement de transmettre l’envie de lire un livre, mais aussi de participer à de nouvelles sociabilités dans l’échange d’informations et la pratique du jeu. Aucun doute qu’il reste encore du chemin à parcourir aux booktubeurs francophones pour accéder à une reconnaissance comparable à celle de leurs homologues étrangers, mais au vu de ces premiers signes, la participation à des prix et des salons, on peut penser que BookTube continuera à se développer, comme les blogs l’ont fait avant lui. Une récente étude de la lecture des jeunes publiée par le CNL a d’ailleurs montré que 5 % des jeunes ont déjà regardé ou suivi des vidéos de booktubeurs39.

  • 40 « Discussion : la surmédiatisation des livres », 16 171 vues, mise en ligne le 15 août 2016.
  • 41 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Arts de faire, Gallimard, 1990 (coll. Folio Essais).

37Une autre interrogation, et non des moindres, est posée par Margaud quant au danger de la surmédiatisation positive de certains livres40. La démarche cross média de la prescription littéraire tend à privilégier et à mettre toujours en avant, selon l’actualité, les mêmes titres et les mêmes écrivains avec un certain tapage médiatique. Ce phénomène peut susciter, comme c’est le cas pour Margaud, des réactions d’indifférence ou de rejet. Le résultat de la surenchère des médiations serait alors contraire aux effets prescriptifs attendus. Le lecteur se tournerait vers d’autres lectures qui échappent aux injonctions de la mode et du marché. Margaud déculpabilise ainsi ce lecteur qui prend son temps, fait des escapades buissonnières41 et choisit ses chemins de traverse. Les booktubeurs doivent donc accompagner le lecteur dans cette direction et, si c’était le cas, l’effet prescriptif en serait à la fois subversif et salutaire.

Bibliographie

Alvès, Audrey, Pourchet, Maria, Les médiations de l’écrivain. Les conditions de la création littéraire, Paris, L’Harmattan, 2011 (coll. Communication et civilisation).

Bon, François, « Youtube | de la vidéo virale comme invention & écriture », Tiers Livre, 7 novembre 2015. [En ligne] < http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4246 >.

Certeau, Michel de, L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (coll. Folio Essais).

Chapelain, Brigitte, « Reconfigurations de la critique littéraire dans les blogs d’écrivains », Itinéraires. Littérature, textes et cultures, 2010, no 2, « Les blogs, écriture d’un nouveau genre ? », dossier dirigé par Christèle Couleau et Pascale Hellégouarc’h, p. 131-140. [En ligne] < http://journals.openedition.org/itineraires/2040 >.

— « De nouvelles pratiques d’autorité dans les blogs de lecteurs », in Ducas, Sylvie, Deseilligny, Oriane (dir.), L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013 (coll. Orbis litterarum).

— « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », Comment le livre vient au lecteur, Ducas, Sylvie, Pourchet, Maria (dir.), Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 49-60. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2014-1-page-49.htm >.

Coculet, Marine, Le book trailer dans l’édition française en 2015 : embryon d’une nouvelle communication ?, mémoire de Master 2, Nanterre, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, année universitaire 2014-2015.

Couleau, Christèle, Deseilligny, Oriane, Hellégouarc’h, Pascale (dir.), « Dossier Ethos numériques », Itinéraires, Littérature, textes et cultures, 2015, no 3. [En ligne] < http://journals.openedition.org/itineraires/2953 >.

Ducas, Sylvie, « Prix littéraires en France : consécration ou désacralisation de l’auteur ? », COnTEXTES (en ligne), 2010, no 7.

— La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, 2013 (coll. Cahiers libres).

— « Ce que font les prix à la littérature », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 61-73. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2014-1-page-61.htm >.

— « À quoi servent les prix littéraires ? », Bibliobs. [En ligne] < bibliobs.nouvelobs.com >.

Guillaume, Mégane, Chaverou, Eric, « Oui, les jeunes Français lisent encore ! », 28 août 2016. [En ligne] < https://www.franceculture.fr/litterature/oui-les-jeunes-francais-lisent-encore >.

Maffesoli, Michel, Le temps des tribus : le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, La Table Ronde, 1988 (coll. La petite vermillon).

Müller, Jürgen E., « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision », Cinémas : revue d’études cinématographiques, vol. 10, nos 2-3, 2000, p. 105-134.

— « Vers l’intermédialité : histoires, positions et option d’un axe de pertinence », Médiamorphoses, vol. 16, 2006, p. 99-110.

Pourchet, Maria, Faces et envers des écrans de la littérature : archéologie d’un monde du discours (1953-2007), thèse de doctorat en sociologie des médias, université de Lorraine, 2007.

Thompson, John B., Merchants of Culture, Cambridge, Polity, 2010.

Torterolo, Julie, « Le Man Booker Prize met en place son club de lectrices choisies sur Youtube », ActuaLitté, 20 août 2015. [En ligne] < https://www.actualitte.com/article/monde-edition/des-youtubeuses-pour-animer-en-video-le-man-booker-prize/60109 >.

Tudoret, Patrick, L’écrivain sacrifié : vie et mort de l’émission littéraire, INA-Le Bord de l’eau Éditions, 2008.

Notes

1 Tous les chiffres des abonnés des chaînes sont en date du 26 juin 2016.

2 Maria Pourchet, Faces et envers des écrans de la littérature : archéologie d’un monde du discours (1953-2007), thèse de doctorat en sociologie des médias, université de Lorraine, 2007 ; Audrey Alvès, Maria Pourchet, Les médiations de l’écrivain. Les conditions de la création littéraire, Paris, L’Harmattan, 2011 (coll. Communication et civilisation) ; Patrick Tudoret, L’écrivain sacrifié : vie et mort de l’émission littéraire, Paris, INA-Le Bord de l’eau Éditions, 2008.

3 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 49-60 ; Brigitte Chapelain, « De nouvelles pratiques d’autorité dans les blogs de lecteurs », in Sylvie Ducas, Oriane Deseilligny (dir.), L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013 (coll. Orbis litterarum), p. 169-186 ; Brigitte Chapelain, « Reconfigurations de la critique littéraire dans les blogs d’écrivains », Itinéraires, Lectures, textes et cultures, 2010, no 2, « Les blogs, écriture d’un nouveau genre ? », dossier dirigé par Christèle Couleau et Pascale Hellegouarc’h, p. 131-140. [En ligne] < http://journals.openedition.org/itineraires/2040 >.

4 « Vers l’intermédialité : histoires, positions et options d’un axe de pertinence », Médiamorphoses, L’identité des médias en questions, 2006, no 16.

5 Cyprien, Roger et ses humains, Paris, Dupuis, 2015.

6 Marie Lopez (EnjoyPhoenix), Carnet de routes, Paris, Anne Carrière éditions, 2016.

7 « Andy la youtubeuse règne sur les meilleures ventes », Livres Hebdo.fr, publié le 13 avril 2016.

8 « La star de YouTube Zoella, auteure préférée des jeunes Britanniques », Livres Hebdo.fr, le 26 février 2016.

9 Des chaînes humoristiques, gaming ou beauté.

10 « YouTube | de la vidéo virale comme invention & écriture », Tiers Livre. [En ligne] < http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4246 >.

11 Quelques exemples : « Top Ten / Mes classiques préférés », « Top Ten / Albums Jeunesse » ou « Top 5 / Ces livres qui me font pleurer ».

12 Quelques exemples : « 10 romans pour le printemps », « 10 romans pour Halloween » ou « 10 romans sur la Seconde Guerre mondiale » (mise en ligne le 8 mai 2015, date anniversaire, par Les Lectures de NiNe).

13 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », Communication & langages, art. cit., p. 52.

14 David Peyron, « Bronies, Potterheads, Whovians, Trekkies… Du nominalisme chez les fans », 14 décembre 2014. [En ligne] < https://davidpeyron.wordpress.com/2014/12/15/bronies-potterheads-whovians-trekkies-du-nominalisme-chez-les-fans/ >.

15 Marine Coculet, Le book trailer dans l’édition française en 2015 : embryon d’une nouvelle communication ?, mémoire de Master 2, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, année universitaire 2014-2015.

16 Facebook et Twitch proposent maintenant des fonctions de vidéo en direct.

17 Aux États-Unis, en 2010, on comptait 20 millions de personnes qui faisaient partie d’un book club, dont l’exemple le plus médiatique est le Oprah’s Book club. Ce club de lecture initié et présenté à la télévision par Oprah Winfrey avait une influence considérable sur les ventes et la renommée du titre sélectionné par l’animatrice américaine – un impact si remarquable qu’on lui a donné un nom : le Oprah effect. John B. Thompson, Merchants of Culture, Cambridge, Polity, 2010, p. 270-284.

18 On peut citer, par exemple, le tag « Kiss, Mary and Cliff », le tag « Relire, réécrire, brûler » ou le « First sentence challenge ».

19 Dans ce challenge, le booktubeur doit, dans un temps limité, trouver un certain nombre de livres selon des critères particuliers, et les empiler par ordre alphabétique.

20 Voir la note 3.

21 Christèle Couleau, Oriane Deseilligny, Pascale Hellégouarc’h (dir.), « Présentation. Que devient l’ethos en régime numérique ? », Itinéraires, Littérature, textes, cultures, 2015, no 3, « Ethos numériques », dossier dirigé par Christèle Couleau, Oriane Deseilligny, Pascale Hellégouarc’h. [En ligne] < http://journals.openedition.org/itineraires/3175 >.

22 Ibid.

23 Dans une vidéo mise en ligne le 6 septembre 2014, « Quand une booktubeuse emménage », Margaud Liseuse se filme en accéléré sur fond musical en train de déballer ses cartons de livres et de les classer dans les bibliothèques. Le spectateur voit le décor de tournage se créer.

24 « Tour » en anglais désigne notamment la tournée musicale d’un artiste, mais peut aussi renvoyer à la visite guidée touristique et au voyage.

25 « Le plan rapproché poitrine sera perçu comme plus intime par le spectateur. Il cadre les personnages un peu en dessous les aisselles », Site devenir-realisateur.co. [En ligne] < http://devenir-realisateur.com/lechelle-des-plans/plan-rapproche/ >.

26 Chez Margaud Liseuse, par exemple, ce sont les « Renardises », contraction de « renard » et « gourmandise ».

27 Christèle Couleau, Présentation du numéro « Ethos numériques » sur Fabula.org. [En ligne] < http://www.fabula.org/actualites/ethos-numeriques-numero-de-la-revue-itineraires-litteratures- textes-cultures_63339.php >.

28 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », art. cit., p. 52.

29 Des « totems de rassemblement » d’après Michel Maffesoli dans son ouvrage Le temps des tribus : le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, La Table Ronde, 1988, qui sont des vecteurs de la communauté qu’il appelle « tribu » ou « néotribu ».

30 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », art. cit., p. 53.

31 Ibid., p. 57-58.

32 Sylvie Ducas, « À quoi servent les prix littéraires ? », Bibliobs. [En ligne] < bibliobs.nouvelobs.com > ; Sylvie Ducas, La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, 2013 (coll. Cahiers libres), chapitre 3, « Babel de labels », p. 77-112.

33 « Le Man Booker Prize met en place son club de lectrices choisies sur YouTube », Julie Torterolo, Actualitté, 20 août 2015. [En ligne] < https://www.actualitte.com/article/monde-edition/des-youtubeuses-pour-animer-en-video-le-man-booker-prize/60109 >.

34 Pour plus d’informations, vous pouvez aller voir la vidéo de Margaud Liseuse, « Présentation Prix Fantasy des Booktubeurs », publiée sur sa chaîne le 25 octobre 2015.

35 Le salon Le Livre sur les quais s’est déroulé les 4 et 6 septembre 2015 à Morges, en Suisse. Pour plus d’informations, voir la vidéo sur la chaîne de Margaud Liseuse, « Margaud Liseuse et Le livre sur les quais : Partenariat », mise en ligne le 11 juin 2015.

36 Trentième édition qui s’est déroulée du 27 avril au 1er mai 2016. Voir la vidéo sur sa chaîne, « Salon du livre de Genève et sa scène Young Adult », mise en ligne le 11 avril 2016.

37 « Les Français et la lecture », étude du CNL, publiée en mars 2015.

38 Brigitte Chapelain, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », art. cit., p. 54.

39 Mégane Guillaume, Eric Chaverou, « Oui, les jeunes Français lisent encore ! », 28 août 2016. [En ligne] < https://www.franceculture.fr/litterature/oui-les-jeunes-francais-lisent-encore >.

40 « Discussion : la surmédiatisation des livres », 16 171 vues, mise en ligne le 15 août 2016.

41 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Arts de faire, Gallimard, 1990 (coll. Folio Essais).

Table des illustrations

Titre Capture d’écran. La bannière Margaud Liseuse sur YouTube
Crédits Source : © Margaud Liseuse/Karell.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Secrétaire de rédaction aux Publications Agora France (presse financière) et coordinatrice éditoriale pour une franchise de produits en ligne

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search