Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 6. Fans et communautés d’amateurs : de nouveaux prescripteurs ?

Le rôle prescripteur des communautés de fans en SFFF1

Anne Besson

Texte intégral

  • 1 Pour science-fiction, fantasy, fantastique.

1Les « littératures de l’imaginaire » ou « SFFF » – « science-fiction/fantasy/fantastique », soit les principaux genres qui voisinent, s’hybrident ou cherchent à se distinguer dans cette nébuleuse – rencontrent depuis la fin des années 1990 un succès extrêmement remarquable, en particulier auprès des adolescents et jeunes adultes. Cette contribution se propose d’observer en quoi les acteurs du marché de la SFFF ont été pionniers des tendances actuelles observables dans les circuits de médiation du livre : perte de puissance relative des foyers les plus classiques ou légitimes (l’adoubement par la critique littéraire des grands journaux, le circuit scolaire et universitaire, le réseau des bibliothèques), ceux qui résistent le mieux reposant sur une complicité de et avec les lecteurs (« coup de cœur du libraire », « comités de lecture » des médiateurs en collège et lycée, prix littéraires de type « prix des lecteurs ») ; et en parallèle, importance bien plus grande du partage direct des goûts entre lecteurs, énormément facilité par les réseaux sociaux et blogs, désormais encouragés par les éditeurs, les pratiques d’appropriation par les fanfictions ou le transmedia etc. Les communautés de « spécialistes amateurs » ou « fans » des genres de l’imaginaire, dans la mesure où elles s’étaient constituées de manière précoce mais n’avaient pour ainsi dire jamais eu accès à des circuits de légitimation, auraient développé un premier espace d’expérimentation de ces évolutions récentes, si bien qu’elles ont pu parfaitement tirer leur épingle du jeu et s’imposer au sommet de la hiérarchie des goûts partagés entre pairs au tournant du siècle, lors de la révolution numérique.

2Nous allons donc d’abord remonter dans l’histoire littéraire, jusqu’aux premiers fandoms américains, des pulps aux conventions, exemples de cette communication et de cette influence précoce des lecteurs, et en particulier d’une petite frange de lecteurs passionnés, experts, sur les genres SFFF. Nous pourrons ainsi montrer, à travers l’observation de l’évolution de quelques communautés en ligne (les sites ActuSF pour les genres de l’imaginaire et Elbakin pour la fantasy), comment la situation actuelle en France s’inscrit dans cette tradition.

Des circuits de communication précoces

3Il n’y a pas eu, dans le cas des littératures de l’imaginaire, défaillance de circuits professionnels et légitimés qui auraient existé avant de se faire déborder par Internet. Au contraire, leur spécificité – et d’ailleurs probablement une des raisons fortes de la place qu’elles en sont venues à occuper – tient dans une histoire ancienne de communication active entre acteurs du marché éditorial (éditeurs/auteurs/lecteurs) et de constitution de communautés d’amateurs dynamiques et influentes. Face à une absence originelle et structurelle de relais de prescription, les lecteurs passionnés de SFFF ont toujours dû se débrouiller autrement.

  • 2 S’il y a des précédents, en France comme en Angleterre, ceux qui sont le mieux reconnus comme les « (...)
  • 3 Mainstream, le « courant principal », désigne pour les amateurs de littérature de genre la littérat (...)
  • 4 Voir Gérard Cordesse, La nouvelle science-fiction américaine, Paris, Aubier, 1984 (coll. USA).

4Si SF et fantasy sont toutes deux nées après le genre fantastique et largement dans son sillage, à la fin du xixe siècle en Angleterre2, c’est quelques décennies plus tard et de l’autre côté de l’Atlantique que ces genres ont pu se développer en tant que tels, perdant au passage la petite aura de légitimité qu’ils pouvaient avoir à l’origine, pour embrasser un développement pleinement « populaire » : le support de diffusion où s’est produit leur développement est en effet celui, bon marché, des fameux magazines pulps qui se sont multipliés au début du xxe siècle, prenant le relais des plus anciens dime novels pour accueillir les genres non légitimés, qu’il s’agisse de westerns, enquêtes policières, récits de boxe ou d’exploration… Pour la SF, il faut citer les publications dirigées par Hugo Gernsback, créateur du mot « science-fiction », Amazing Stories en 1926 et Science Wonder Stories (ensuite retitré Thrilling Wonder Stories) en 1929, puis encore, parmi les titres les plus importants, Astounding, à partir de 1930, avec à sa tête John Campbell à partir de 1937, Startling Stories et Unknown à partir de 1939, The Magazine of Fantasy and Science Fiction et Galaxy Science Fiction en 1949 et 1950. La SF s’y épanouit selon les cas en concurrence ou en harmonie plus ou moins déguisée avec les genres cousins, fantasy et fantastique (gothique, horreur…). Weird Tales, qui paraît à partir de 1923 et se spécialise pour sa part dans ces derniers, publie tout particulièrement Lovecraft puis Robert Howard, créateurs respectivement du « mythe de Cthulhu » et du personnage de Conan le Barbare. Dans un contexte de concurrence assez âpre (avec nombre de faillites et de rachats), les magazines doivent imposer une spécificité (un domaine propre) et une supériorité (être les meilleurs dans ce domaine). À ce jeu-là, la proximité avec le lectorat constitue à l’évidence un bel atout – voilà posé le cadre de développement de ce qu’on appelle le fandom (fandomain). Un tel contexte, celui de genres qui se construisent en se distinguant, et qui, dans un effet de « ghetto » très précoce, se construisent contre le mainstream3, se traduit par la constitution d’un circuit de communication littéraire bien particulier, reposant sur des interactions très fortes entre ses différents pôles4.

  • 5 Durant cette période, il attire vers son journal les meilleurs auteurs en doublant la rétribution d (...)

5Les editors, directeurs des premiers pulps spécialisés, jouent les premiers rôles dans cette autonomisation des genres de l’imaginaire, et d’abord Hugo Gernsback. Persuadé qu’il était de la mission éducatrice de la science-fiction, Gernsback a influé sur les contenus (dans le sens de la hard science), contribuant à la formation d’une identité générique et d’un public spécialisé. F. O. Tremaine, editor d’Astounding entre 1933 et 19375, son successeur John Campbell, qui va diriger le journal pendant trente-quatre années correspondant à un « âge d’or » de la SF américaine, mais aussi, plus tard, Horace Gold (Galaxy) ou Anthony Boucher (The Magazine of Fantasy and Science Fiction), se trouvent également au cœur du développement et de l’évolution du genre jusque dans les années 1960. L’editor non seulement choisit les textes que son magazine va publier, ce qui le dote d’un grand pouvoir d’influence ou de censure sur les auteurs, mais encore il guide la réception en s’exprimant dans l’editorial et en faisant paraître le courrier des lecteurs.

6Le lectorat constitue, en effet, rapidement le second pôle important du circuit : se développant entre lecteurs directement, les échanges de correspondance aboutissent à la création de ce réseau d’intérêt et de camaraderie qu’est en substance le fandom. Contrairement à l’image habituelle d’un public paralittéraire passif, recevant un produit standardisé d’une manière elle-même conditionnée, les fans de SFFF apparaissent très actifs, et la communication entre le circuit commercial des pulps et leur propre réseau non commercial, très importante. Voici, par exemple, la présentation de la rubrique « The Readers’ Corner » dans le pulp Astounding :

All Readers are extended a sincere and cordial invitation to « come over in “The Readers’ Corner” » and join in our monthly discussion of stories, authors, scientific principles and possibilities – everything that’s of common interest in connection with our Astounding Stories.

Although from time to time the Editor may make a comment or so, this is a department primarily for Readers, and we want you to make full use of it. Likes, dislikes, criticisms, explanations, roses, brickbats, suggestions – everything’s welcome here: so « come over in “The Readers’ Corner” » and discuss it with all of us!

  • 6 Astounding, numéro de mai 1931, numérisé dans le cadre du « Gutenberg Project » : [En ligne]  http: (...)

The Editor6.

7Un exemple représentatif des courriers reproduits dans la rubrique permet de constater combien cet échange entre lecteurs s’autonomise rapidement : beaucoup des fanzines sont en grande partie constitués de telles correspondances, similaires dans les sujets et leur traitement à ce que contenaient les forums Internet hier, les réseaux sociaux aujourd’hui (avec seulement des délais de réponse qui changeaient passablement la face des débats).

Correspondents Wanted

Dear Editor:

Another critic is going to take his pen in hand and give you a bouquet. I have just finished reading the March issue of A. S. and think it was fine.

Of all the stories you have published I liked “The Gray Plague” the best. I don’t care much for reprints because I like new stories the best.

I would like to correspond with some of the Readers of A. S. I will answer any or all letters I receive. – L. B. Knutson, 629 – 3rd Ave., So, Minneapolis, Minn.

  • 7 Selon un sondage cité par Gérard Cordesse, ils étaient, en 1973, 80 % à lire de la science-fiction (...)

8Les activités précoces du fandom de SFFF aux États-Unis incluent donc la publication de fanzines (dès 1930 avec The Comet), mais aussi des rencontres, les « world SF conventions » à partir de 1936-1939, et la constitution de « clubs » et d’associations comme, parmi les plus anciens, la Los Angeles Science Fantasy Society (1934-présent) ou la National Fantasy Fan Federation (N3F, 1941-présent). De grands auteurs tels qu’Isaac Asimov, Ray Bradbury, Harlan Ellison ou encore Michael Moorcock sont directement issus de cette culture du fandom. C’est systématiquement le cas des directeurs de collection, des anthologistes, et plus généralement le public de la science-fiction est alors (et tout au long de son histoire) constitué en grande majorité de connaisseurs et non d’occasionnels7.

  • 8 Voir les articles de Simon Bréan, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition crit (...)

9Le domaine des littératures de l’imaginaire tend donc à se développer en circuit fermé, auteurs et éditeurs bénéficiant d’un contact privilégié avec des lecteurs exigeants et influents ainsi que d’une expression massive de leurs goûts et de leurs attentes. La critique (la réflexion théorique, la constitution des canons, des valeurs, de l’Histoire commune) demeure également longtemps interne au milieu, comme avec l’important club des « Futurians » de New York, mené à partir de 1937-1938 par Damon Knight, James Blish et Judith Merril, également auteurs, ce qui constitue un bon exemple de l’imbrication constante des rôles dans le milieu. Cette première (et quasiment seule) critique, endogène ou autochtone, aux USA comme en France8, illustre encore la continuité d’un jugement de goût et de valeur qui se trouve exprimé directement par les lecteurs.

  • 9 Jacques Sadoul se félicite ainsi d’être pour partie à l’origine de l’achèvement de la trilogie des (...)
  • 10 Anne Besson, notice « Copyright », in Vincent Ferré (éd.), Dictionnaire Tolkien, Paris, CNRS Éditio (...)
  • 11 Le spécialiste Patrice Louinet se consacre à restituer les manuscrits originaux et à en proposer un (...)
  • 12 Il n’y a guère d’équivalent français du fandom américain : ainsi, l’usage des conventions, qui se d (...)
  • 13 « Univers », soit à la fois le monde de la fiction (autre planète, monde secondaire de fantasy) et (...)
  • 14 Ces exemples sont présentés dans mon article « Univers partagés ? Autorités et nouveaux usages de l (...)

10Le « pouvoir aux lecteurs » s’avère ainsi un trait marqué du domaine SFFF, pionnier en cela d’évolutions plus récentes et controversées, plus complexes en tout cas à appréhender pour des domaines culturels moins anciennement liés, de manière moins fusionnelle, à leur public. Leur appui a pu être décisif pour la production ou la protection d’œuvres. Production, quand il s’agissait, par exemple, de terminer un ensemble romanesque provisoirement inachevé9. Protection, avec, notamment, le rôle fameux joué par les fans de la première heure de Tolkien aux États-Unis, avec lesquels il correspondait et qui ont appuyé par une véritable campagne de publicité son appel au boycott de l’édition de poche pirate du Seigneur des Anneaux lancé par Ace Books en 1965, à la suite d’un défaut de protection légale. Tolkien a produit dans l’urgence une version révisée pour récupérer ses droits dans les mois suivants, et la campagne visant à imposer cette version officielle un peu plus chère, celle de Ballantine, a été portée par les fans10. Mais cette prise de pouvoir peut aller plus loin encore, jusqu’au prolongement, et même à l’appropriation de l’œuvre par ceux qui en étaient d’abord des lecteurs fans, comme l’illustrent les cas de H. P. Lovecraft et de R. E. Howard. Lovecraft, qui vivait reclus à Providence en Nouvelle-Angleterre, avait réuni autour de lui un cercle de passionnés de son imaginaire très particulier, et notamment August Derleth qui avait d’abord été son jeune correspondant, son plus fervent admirateur. À la mort de Lovecraft, il a continué de faire vivre le « mythe » en produisant à son tour des histoires, des « fanfics officielles » avant l’heure, les textes des continuateurs étant également publiés sous le titre commun « Cthulhu ». Si Derleth a pu être accusé de trahir la pensée de Lovecraft, c’est assurément ce qui est arrivé à Robert Howard, le créateur de Conan, qui s’était suicidé dès 1936, à l’âge de 30 ans, après avoir publié une dizaine de nouvelles seulement et en laissant une masse de manuscrits. Son héritage littéraire a été accaparé par Lyon Sprague de Camp, une des grandes figures du fandom des années 1960-1970, aux activités multiples de critique, anthologiste, directeur de collection, auteur… Son travail d’« édition » des manuscrits inédits de Howard s’est vite transformé en réécritures et en prolongements divers et variés, au prix d’une forte déformation des textes et intentions originales11. Le fandom américain des années 1960-1970, bien plus vaste, précoce et organisé qu’en France12, voit plus largement le développement de ce qu’on appelle les « univers partagés », ensemble d’œuvres multi-auctoriales affirmant se dérouler dans un même univers fictionnel13, comme le Darkover de Marion Zimmer Bradley, ou Thieve’s World, coordonné d’abord par Robert L. Asprin14 : cette pratique de création collective, abaissant très largement les barrières entre producteurs et récepteurs, est devenue elle aussi d’une grande actualité avec le développement des échanges numériques et de l’écriture collaborative qu’ils permettent.

De quelques communautés d’amateurs français en ligne

  • 15 Parmi les rares exceptions, la plus notable est la chronique qu’a tenue pendant plusieurs décennies (...)
  • 16 Ce constat a été formulé par Laurent Bazin lors de sa communication « Les romans de l’imaginaire et (...)

11Les littératures de l’imaginaire, tout en constituant une proportion non négligeable des parutions et des ventes, sont considérées comme des littératures « de genre » ne concernant qu’une niche du public. Elles n’ont jamais fait l’objet de critique littéraire spécialisée dans des réseaux de diffusion généraliste15, ni non plus bien sûr bénéficié de relais par la prescription scolaire ou parascolaire (école, CDI, bibliothèque), avant que les lecteurs (les jeunes lecteurs), il y a une dizaine d’années, ne commencent à « prendre le pouvoir » et n’imposent ces textes auprès de médiateurs qui, depuis, courent après des tendances qu’ils maîtrisent mal. Le contraste est flagrant entre les dix « romans préférés » cités par les collégiens et lycéens dans les grandes études sur les consommations culturelles au début des années 1990 (romans français, patrimoniaux, prescription scolaire) et au milieu des années 2000 (romans en majorité traduits, genres de l’imaginaire et séries, « contre » la prescription scolaire)16. Une telle évolution a rendu délicate la position des médiateurs, bibliothécaires et documentalistes : leur mission étant d’encourager la lecture, il est désormais rare qu’ils soient encore complètement opposés à ces « mauvais genres » ; en revanche, quand ils n’appartiennent pas à la nouvelle génération qui en a fait sa culture d’élection, ils les connaissent mal et sont à leur tour en attente de conseils pour orienter leurs achats.

  • 17 Je rejoins la conclusion de Brigitte Chapelain à propos des blogs de « lecteurs de littérature spéc (...)
  • 18 David Peyron, Culture geek, Limoges, FYP Éditions, 2013 (coll. Innovation).

12En revanche, en raison de l’histoire retracée plus haut, les communautés de lecteurs d’imaginaire étaient en quelque sorte « prêtes » pour Internet ; elles se sont saisies de ses outils comme un prolongement naturel et bienvenu de leurs activités qui ont dès lors pris une plus grande place en France17. C’est donc cette culture-là, culture de geeks18, de technophiles amateurs d’autres mondes, sous-culture émergeant à la visibilité de et par les développements technologiques, qui a été d’abord présente sur le Web, si bien qu’en s’emparant la première de cet outil, elle a explosé en visibilité et s’est imposée comme la culture à partager aujourd’hui. Dans le cadre de cet article, on se contentera d’exemples français de ce lectorat actif et de son rôle prescripteur, en développant le cas de deux communautés amateurs devenues des acteurs importants de la médiation sur leurs genres de prédilection.

  • 19 Ainsi Jessica, alias « JessLivrAddict », tient un blog depuis 2009 et une chaîne YouTube depuis 201 (...)
  • 20 Brigitte Chapelain, art. cit. Parmi les « blogs qui comptent » en SFFF, on peut citer, entre autres (...)

13Brigitte Chapelain a montré comment les évolutions des blogs de lecture (pour certains d’ailleurs devenus plus récemment chaînes de booktubers19) les avaient menés à s’imposer au cœur des nouvelles prescriptions20, et bien entendu, sur les réseaux sociaux. Des opérations sont ainsi menées par le marketing éditorial en direction de ces lecteurs : les fameuses mises à disposition d’exemplaires de livres en service de presse dites « Masse critique » organisées via le réseau social de lecture Babelio, dans lequel il est frappant de voir la place hégémonique que prennent les littératures de l’imaginaire, en particulier ado/YA ; mais aussi des opérations de séduction plus ciblées, comme « 15 ans-15 blogs » de la collection Denoël « Lunes d’Encre » en octobre 2014 (demande faite à 15 blogs « élus » d’une chronique inédite d’un texte de leur choix, toujours disponible chez « Lunes d’Encre »). On se rapproche avec ce dernier exemple du système des « challenges » ou « tags » qui sont reconnus comme une grande force de ces blogs écrits ou vidéo, qui se prouvent leur capacité de mobilisation et s’entre-motivent par ce biais, en dehors de la pression du marché : un « thème » est lancé par l’un d’eux – à l’été 2014, pour le deuxième « défi Summer Star Wars » lancé par le blog RSF (Répertoire de la science-fiction), il s’agissait de relire des romans du genre space opera, avec un succès témoignant de cet incroyable dynamisme (plus d’une centaine de chroniques répertoriées par ActuSF). Quand on consulte les commentaires laissés sur les différents posts, on constate encore à quel point ces fans actifs se lisent ou se regardent les uns les autres, communiquent, ont développé une véritable conscience de groupe. Les mutations quantitatives et qualitatives de ces formes de critique ne cessent de se succéder depuis leurs débuts au tournant du xxie siècle, et chaque fois le phénomène, à l’évidence, s’étend un peu plus : des citations commencent à être extraites, pour la communication publicitaire, directement des blogs de lecteurs, signe à nouveau de cette horizontalisation des jugements et des rôles qui a toujours été un trait majeur du domaine SFFF.

  • 21 Tous mes remerciements à Jérôme Vincent pour ActuSF et Emmanuel Chastellière/Gillossen pour Elbakin (...)

14Les acteurs de la communauté présents depuis les années 1990 ont pour leur part profondément évolué, se sont très largement professionnalisés et s’imposent aujourd’hui au premier plan des relais de prescripteurs. On retiendra deux principaux sites d’information et d’analyse sur l’imaginaire, ActuSF et Elbakin.net21. L’origine de ces deux mastodontes est intéressante et convergente – deux conversions au Net de passionnés, mais aboutissant à deux modèles bien distincts, l’un commercial (une SARL), l’autre non (une association). Le groupe des animateurs d’ActuSF remonte au début des années 1990 avec quatre amis de lycée, lecteurs d’imaginaire et rôlistes (joueurs de jeu de rôle et jeu de plateau) qui, une fois à l’université, lancent en 1995 leur fanzine, La 85e Dimension (soit le total de leur âge à tous les quatre) ; le passage sur le Web en mars 2000 a d’abord pour objectif de servir de vitrine au fanzine, mais comme l’explique Jérôme Vincent :

[t]out est plus simple sur la Toile. Pas de date de bouclage, pas d’investissements financiers, pas de ventes à faire… Il suffit de créer une page html et de mettre un article. La 85e Dimension s’arrête donc d’elle-même. […] Et comme les stats sont bonnes à l’époque (enfin, on le croit. On fête dignement les 1 000 visites par mois…), on décide de se doter d’une vraie structure […], on monte une véritable SARL en mars 2003.

  • 22 Pour plus de détails : [En ligne] < http://www.elbakin.net/about/chronologie >.

15Les étapes de la professionnalisation s’enchaînent ensuite avec la création du forum et les premières ventes de publicité en 2005, l’apport de la maison d’édition depuis 2006, le développement de partenariats avec les salons (Utopiales, Imaginales etc.) depuis 2007-2008, la création d’une régie publicitaire en 2013. Aux origines d’Elbakin.net, on trouve cette fois un trio de passionnés, en l’occurrence de Tolkien et des jeux de rôle qu’il a inspirés, qui se positionnent afin d’être prêts pour la sortie du jeu en ligne (qui sera finalement beaucoup plus tardive qu’annoncée) : « Tout est parti de l’envie de traiter de la fantasy sur la Toile en 1999-2000. À l’époque et avec le recul, il y avait encore tout à faire, ou presque » (Emmanuel Chastellière). Elbakin.net, en ligne depuis septembre 2000, est au départ surtout un site de guilde et un support de publication pour les textes que Gillossen consacre aux aventures de son personnage, le nommé Elbakin. Le site bénéficie de l’engouement autour des films de Peter Jackson – il est, en effet, à peu près seul sur ce créneau au départ – et de son « effet boule de neige », pour citer Emmanuel Chastellière. Il parvient à se restructurer en 2003-2004 pour survivre au départ de deux de ses trois co-fondateurs, et se dote en 2006 d’un statut associatif qui simplifie ses missions22.

16Aujourd’hui, ActuSF est un acteur professionnel du milieu, également éditeur – même si les deux activités sont assez séparées –, et beaucoup de membres de l’équipe de chroniqueurs sont devenus acteurs du milieu, auteurs (Anne Fakhouri, Éric Holstein, Raphaëlle Adam, Virginie Barsagol, Audrey Cansot et Cécile Richard) et éditeurs (Charlotte Volper, Raphaël Gazel, Stéphanie Giard). Plus largement, selon Jérôme Vincent :

Très vite les éditeurs nous ont sollicités pour des partenariats, des interviews, des SP. Et très vite on a eu des auteurs qui demandaient à faire des interviews avec nous. On a aussi été l’un des premiers dans le « milieu » des littératures de l’imaginaire à vendre de la publicité et à proposer nos services […]. Actusf a une jolie notoriété, […] on « intéresse » les éditeurs, avec pas mal de campagnes de publicité.

17En revanche, même si Elbakin.net se finance aussi par la publicité, s’il est également présent sur les salons avec un gros stand et une participation aux animations, la démarche d’Emmanuel Chastellière reste « farouchement » attachée à une tradition d’indépendance directement issue de l’histoire de ces genres longtemps marginalisés. Le site peut tirer gloire de l’objectivité de ses chroniques non édulcorées – de la promesse de ne pas dire du bien d’un mauvais livre.

18Tous deux ont parfaitement intégré les leviers de la prescription, dans sa double dimension, symbolique et marchande : ainsi, chacun des deux sites est doté de son prix, Prix ActuSF de l’uchronie et Prix Elbakin depuis 2010, créé notamment en réaction à des prix dépendants des votes du public, où chacun utilise ses réseaux quitte à faire voter des gens qui n’ont pas lu les œuvres en question. Elbakin.net multiplie la diffusion, et donc la visibilité potentielle de ses chroniques, via des partenariats prestigieux avec le site Fnac.com depuis 2010 et, depuis 2013, avec le magazine SciFiNow, publié par Panini, dont se vendent environ 9 000 exemplaires par numéro. Pour ces partenaires, contacter Elbakin.net avait pour but d’étoffer leur présentation de romans par le biais d’une sélection de chroniques. Nos deux responsables de sites estiment cependant que leur rôle dans l’économie de la prescription demeure symbolique et insistent sur l’impossibilité de s’attribuer une influence déterminante sur le destin d’un livre au profit d’un effet d’« écosystème » complexe dont ils ne constituent qu’une des variables :

Pour ce qui est de peser sur des décisions concrètes, je ne vois pas.

Sur le forum, certains inscrits disent clairement acheter ou ne pas acheter un livre suite à nos chroniques, ou en tout cas les attendre avant de se décider. C’est quelque chose que l’on lit régulièrement. […] Mais […] [n]ous avons déjà soutenu des romans qui se sont mal vendus malgré une chronique élogieuse, un concours destiné à leur offrir davantage de visibilité etc. (Emmanuel Chastellière)

Une bonne chronique sur Actusf déclenche sans doute quelques ventes mais ne suffit pas vraiment à faire le succès ou non d’un livre. Plusieurs bonnes chroniques sur nos sites (Elbakin, Actusf, NooSFere, Syfantasy etc.), c’est un peu mieux. Plein de bonnes chroniques sur nos sites, dans la presse, à la radio et sur plusieurs blogs peuvent avoir un peu d’efficacité. Mais en tout état de cause, cela ne remplace jamais une bonne mise en place en librairie. C’est ce qui est compliqué pour un éditeur : il faut que les libraires y croient, il faut qu’il y ait un maximum d’articles, sur de petits et de grands médias, et d’interviews, que l’auteur soit souvent invité en salon et si possible un ou plusieurs prix pour qu’un livre soit un succès et que le bouche-à-oreille fonctionne. (Jérôme Vincent).

  • 23 Dans les vidéos de Jess, de Margaux, d’Audrey/Le souffle des mots, de MisterKev, on reconnaît dans (...)

19Ainsi, les communautés américaines de fans de SFFF ont toujours pesé très largement sur le destin de leurs genres de prédilection, et elles ont investi les nouveaux espaces ouverts par Internet avec une aisance et une précocité qui expliquent que leurs pratiques, marquées par l’appropriation et le partage horizontal, se soient désormais généralisées. En France, les sites d’information avec leurs forums, et les blogs de lecteurs, écrits ou filmés, représentent aujourd’hui des partenaires incontournables pour les acteurs du marché du livre, dans un contexte où l’explosion quantitative des ventes ne s’est pas accompagnée d’une meilleure prise en compte par les relais de la prescription légitimée. Les booktubeurs qui se filment devant leur bibliothèque remplie des gros volumes colorés des littératures de l’imaginaire ado et young adult23 représentent le dernier avatar, ou la nouvelle incarnation, d’un public de passionnés qui a toujours rempli pour lui-même le rôle de guide et de conseil, toujours partagé ses goûts et ses affects.

Bibliographie

Asimov, Isaac, Terre et fondation, [Foundation and Earth], 1986, trad. Jean Bonnefoy, Paris, Denoël, 1987 (coll. Présence du futur), rééd. 1989.

Besson, Anne, « Univers partagés ? Autorités et nouveaux usages de la fiction », in Bouju, Emmanuel (dir.), L’autorité en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (coll. Interférences), p. 225-235.

— Notices « Copyright », « États-Unis, réception aux » et « Fans », in Ferré, Vincent (éd.), Dictionnaire Tolkien, Paris, CNRS Éditions, 2012.

— Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Bréan, Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://resf.revues.org/131 >.

Chapelain, Brigitte, « La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », Communication & langages, mars 2014, no 179, « De la prescription : comment le livre vient au lecteur », dossier dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet, p. 49-60.

Cordesse, Gérard, La nouvelle science-fiction américaine, Paris, Aubier, 1984 (coll. USA).

Louinet, Patrice, “Robert E. Howard, founding father of modern fantasy for the first time again”, in Berthelot, Anne, Lescart, Alain (dir.), Contemporary French & Francophone Studies: SITES, mars 2011, no 15.2, p. 163-170.

Peyron, David, Culture geek, Limoges, FYP Éditions, 2013 (coll. Innovation).

Sadoul, Jacques, Histoire de la science-fiction moderne, 1911-1984, Paris, Robert Laffont, 1984 (coll. Ailleurs et demain essais).

Westfahl, Gary, « La tradition populaire de la critique de science-fiction (1926-1980) », [“The Popular Tradition of science fiction criticism, 1926-1980”], 1999, trad. Samuel Minne, ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://resf.revues.org/131 >.

Notes

1 Pour science-fiction, fantasy, fantastique.

2 S’il y a des précédents, en France comme en Angleterre, ceux qui sont le mieux reconnus comme les « pères fondateurs » sont contemporains, à la toute fin du xixe siècle anglais : William Morris pour la fantasy, avec The Story of the Glittering Plain (1891), The Wood beyond the World (1894), The Well at the World’s End (1896), The Water of the Wondrous Isles (1897) et H. G. Wells pour la science-fiction, avec The Time Machine (1895), The Island of Dr Moreau (1896), The Invisible Man (1897) et The War of the Worlds (1898).

3 Mainstream, le « courant principal », désigne pour les amateurs de littérature de genre la littérature générale comme extérieur dominant – la littérature blanche et non la culture de masse, « cette culture qui plaît à tout le monde », désignée par le sous-titre de l’ouvrage de Frédéric Martel (Mainstream, enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010).

4 Voir Gérard Cordesse, La nouvelle science-fiction américaine, Paris, Aubier, 1984 (coll. USA).

5 Durant cette période, il attire vers son journal les meilleurs auteurs en doublant la rétribution des textes, de un à deux cents le mot.

6 Astounding, numéro de mai 1931, numérisé dans le cadre du « Gutenberg Project » : [En ligne] < http://www.gutenberg.org/files/30532/30532-h/30532-h.htm >. Je souligne.

7 Selon un sondage cité par Gérard Cordesse, ils étaient, en 1973, 80 % à lire de la science-fiction depuis plus de huit ans (La nouvelle science-fiction américaine, op. cit., p. 39). L’enquête menée par Babelio en juin 2015 sur le « lectorat de l’imaginaire » confirme une spécialisation, les chiffres étant cette fois des pourcentages du total des lectures : voir [En ligne] < http://fr.slideshare.net/Babelio/etude-littratures-de-limaginaire-juin-2015 >.

8 Voir les articles de Simon Bréan, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène » et Gary Westfahl, « La tradition populaire de la critique de science-fiction (1926-1980) », Science-Fiction Studies, juillet 1999, no 78 [volume 26, no 2], trad. Samuel Minne, ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://resf.revues.org/131 >.

9 Jacques Sadoul se félicite ainsi d’être pour partie à l’origine de l’achèvement de la trilogie des « Non-A » de VanVogt (Histoire de la science-fiction moderne, 1911-1984, Paris, Robert Laffont, 1984 [coll. Ailleurs et demain essais], p. 376). Isaac Asimov justifie le prolongement de ses « Fondations » non seulement par un intérêt financier, mais également par l’approbation manifeste du fandom pour cet ensemble, alors une trilogie, élue « meilleure série de tous les temps » à la Convention mondiale de science-fiction à Cleveland en 1966 (« Petite histoire de la Fondation », Terre et Fondation, trad. Jean Bonnefoy, Paris, Denoël, 1987 [coll. Présence du futur], rééd. 1989, p. 10).

10 Anne Besson, notice « Copyright », in Vincent Ferré (éd.), Dictionnaire Tolkien, Paris, CNRS Éditions, 2012. La thèse en cours de Laura Martin-Gomez, sous la direction d’Anne Besson à l’université d’Artois, est consacrée aux lecteurs de Tolkien (1955-2000, Royaume-Uni, États-Unis, France).

11 Le spécialiste Patrice Louinet se consacre à restituer les manuscrits originaux et à en proposer une nouvelle traduction française pour les volumes de la « collection Howard » chez Bragelonne. Voir son article “Robert E. Howard, founding father of modern fantasy for the first time again”, in Anne Berthelot, Alain Lescart (dir.), Contemporary French & Francophone Studies: SITES, no 15.2, mars 2011, p. 163-170.

12 Il n’y a guère d’équivalent français du fandom américain : ainsi, l’usage des conventions, qui se distinguent des festivals en étant centrées non sur les « producteurs » mais sur le public, ou les « consommateurs » (tant certaines, comme la Comic Con, sont aujourd’hui d’énormes foires commerciales), ne s’est-il jamais bien établi dans notre pays.

13 « Univers », soit à la fois le monde de la fiction (autre planète, monde secondaire de fantasy) et l’ensemble des œuvres qui l’explorent, fonctionne en synonymie et en concurrence avec le terme « franchise », qui désigne peu ou prou le même type de développement transmédiatique, mais depuis le point de vue, commercial, des producteurs. Voir mon ouvrage Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015, en particulier p. 74-112.

14 Ces exemples sont présentés dans mon article « Univers partagés ? Autorités et nouveaux usages de la fiction », in Emmanuel Bouju (dir.), L’autorité en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (coll. Interférences), p. 225-235.

15 Parmi les rares exceptions, la plus notable est la chronique qu’a tenue pendant plusieurs décennies Jacques Baudou dans le supplément « Livres » du Monde, mais sa fréquence de parution et la place qu’elle occupait dans la maquette sont demeurées trop limitées et irrégulières pour que les romans de l’imaginaire bénéficient par là d’une surface de visibilité suffisante.

16 Ce constat a été formulé par Laurent Bazin lors de sa communication « Les romans de l’imaginaire et leurs déclinaisons », au festival Grains de sel d’Aubagne, vendredi 14 novembre 2014.

17 Je rejoins la conclusion de Brigitte Chapelain à propos des blogs de « lecteurs de littérature spécialisée », constatant que « leur médiation de ces genres littéraires est irremplaçable » (« La prescription dans les blogs de lecteurs : de l’incitation à la recommandation », Communication & langages, mars 2014, no 179, « De la prescription : comment le livre vient au lecteur », dossier dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet, p. 49-61, cit. p. 58).

18 David Peyron, Culture geek, Limoges, FYP Éditions, 2013 (coll. Innovation).

19 Ainsi Jessica, alias « JessLivrAddict », tient un blog depuis 2009 et une chaîne YouTube depuis 2010 ; de même, « la-liseuse.blogspot » se dédouble avec sa chaîne « Margaud Liseuse ». L’association Lecture Jeunesse a consacré aux booktubeurs un colloque (11 et 12 mai 2016, Paris) et le numéro 158 de Lecture Jeune : « Booktubers et communautés de lecteurs » (été 2016).

20 Brigitte Chapelain, art. cit. Parmi les « blogs qui comptent » en SFFF, on peut citer, entre autres : « Lorhkan et les mauvais genres », « Monstres et merveilles » de Simon Courtois alias Sintael, « Siku00 » (Cédric Jeanneret), « Les Murmures » d’AC de Haene, « Nevertwhere » de Calenwenn, « Un papillon dans la Lune », « PtitElfe », « Les mondes de Luthien », « Le club de lecture de Montreuil »… Beaucoup sont affiliés à l’agrégateur Planète SF, « communauté de lecteurs et blogueurs », qui a mis sur pied depuis 2011 le premier prix « blogueurs », le « Prix Planète-SF des Blogueurs ».

21 Tous mes remerciements à Jérôme Vincent pour ActuSF et Emmanuel Chastellière/Gillossen pour Elbakin.net, pour leurs réponses développées au questionnaire que je leur avais adressé. Leurs propos cités leur seront attribués dans le corps du texte.

22 Pour plus de détails : [En ligne] < http://www.elbakin.net/about/chronologie >.

23 Dans les vidéos de Jess, de Margaux, d’Audrey/Le souffle des mots, de MisterKev, on reconnaît dans les étagères à l’arrière-plan les tranches de Hunger Games, Divergente, Conquise, Ellana… Ce décor, travaillé, en perpétuelle évolution d’une fois sur l’autre, est souvent exploré dans des vidéos spécifiques, les « Bookshelf » ou « On my shelf ».

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search