Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 5. Formes de la prescription muséale numérique

Raconter le patrimoine :

Le transmédia storytelling comme outil de valorisation. L’exemple du dispositif « Au Panthéon ! Une installation de JR » et de l’opération #LeRoiEstMort

Aurore Gallarino

Texte intégral

  • 1 Le transmédia storytelling est « un processus dans lequel les éléments d’une fiction sont dispersés (...)

1L’histoire de France existe dans l’histoire de chacun de nous notamment à travers l’école, ces moments où nos professeurs racontent Napoléon, Louis XVI ou Vercingétorix. Mais l’histoire de France, finalement, accompagne notre quotidien : plaque de rue portant le nom d’un grand homme, parc d’un château où nous passons un dimanche, Ve République dans laquelle nous vivons. Pourtant, comment intéresser vraiment chacun à l’histoire de France, quels leviers utiliser pour faire connaître les monuments, comment relever le défi de faire « rester vivant » le patrimoine ? Comment un concept contemporain comme le transmédia storytelling1 peut-il devenir un outil pour ouvrir aux publics les monuments proches de chez eux qui font partie de leur héritage mais qui, pourtant, leur semblent parfois si étrangers ?

  • 2 « JR » est le pseudonyme d’un artiste contemporain français à la fois photographe, street-artiste, (...)

2Nous montrerons ici comment le transmédia storytelling accompagne une stratégie de valorisation du patrimoine, que ce soit autour du chantier de restauration d’un monument ou de la commémoration d’un événement historique. Nous avons ainsi choisi d’étudier, d’une part, un dispositif inédit de création contemporaine dans le cadre d’un chantier patrimonial : le projet « Au Panthéon ! Une installation de JR »2, de son origine stratégique à son lien intrinsèque avec l’histoire du monument. Nous nous attarderons, d’autre part, sur l’opération #LeRoiEstMort organisée par le château de Versailles pour raconter de nouveau un événement de l’histoire de France : la mort de Louis XIV. Ces deux études de cas illustrent l’appropriation par un établissement public des nouvelles formes de narration pour proposer d’aller à la rencontre des monuments, d’en franchir le seuil et, pourquoi pas, d’en partager l’histoire.

#AuPanthéon : raconter, restaurer et (re)visiter le Panthéon

  • 3 CMN : [En ligne] < www.monuments-nationaux.fr >.
  • 4 Missions du CMN : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Notre-histoire-nos-valeurs >.

3Le Centre des monuments nationaux (CMN), établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Culture, a pour mission la conservation, la restauration, l’animation et l’ouverture au public d’une centaine de monuments dans toute la France3. La diversité de son réseau s’étend des grottes préhistoriques comme Font-de-Gaume aux créations d’architecte comme la villa Savoye réalisée par Le Corbusier, en passant par l’abbaye du Mont-Saint-Michel ou le château d’If. Le CMN est un établissement créé en 1914 qui assure l’entretien et l’animation des monuments à travers deux principes fondamentaux : « un principe financier de péréquation totale des ressources (les recettes générées par un monument donné sont versées au budget de l’établissement qui répartit l’ensemble des crédits aux différents monuments du réseau selon leurs besoins) ; un principe d’organisation reposant sur la mutualisation des projets et des moyens et le partage des compétences »4.

  • 5 Rapport d’activité 2014 du CMN. Source : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Nos-missions >.
  • 6 Rapport « Pour faire entrer le peuple au Panthéon », Philippe Bélaval, 2013.

4Le CMN a, dans son réseau, un monument emblématique de la nation française : le Panthéon. Or, ce monument, fréquenté chaque année par 600 000 à 700 000 visiteurs5, souffre d’un manque flagrant d’attractivité. Une enquête du CREDOC souligne que 48 % des personnes interrogées ne souhaitent pas visiter le monument, même si l’édifice est connu par 90 % des plus de 60 ans et 70 % des 18-24 ans6. Comment alors pallier ce déficit d’attractivité ? Comment faire pour que les Français se réapproprient le monument ? Le CMN va trouver, dans une campagne de restauration monumentale, le point de levier pour réengager les visiteurs et non-visiteurs avec ce monument.

Un dispositif entre restauration, création et incitation

  • 7 Source : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Espace-Decouvertes/Pantheon-Paris >.
  • 8 Communiqué de presse de l’Élysée du 24 mai 2013, [En ligne] < http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/mission-belaval/ >.

5En 2013, le CMN engage, en effet, une restauration d’envergure sur le monument qui présente de graves pathologies (défaut d’étanchéité, vieillissement des pierres, corrosion des éléments métalliques etc.)7. À ce titre, un échafaudage monumental est construit autour du dôme et du tambour pour permettre les travaux. Une bâche blanche est prévue autour de l’échafaudage afin de protéger les ouvriers des intempéries et le monument lui-même durant les travaux. Cette bâche, en forme de fusée, sera visible de tout Paris et pointera dans le paysage urbain du haut de la montagne Sainte-Geneviève. Il s’agit donc d’une opportunité unique pour refaire exister le Panthéon dont personne ne pourra manquer la nouvelle parure. Le président du Centre des monuments nationaux, Philippe Bélaval, choisit alors de transformer cette bâche en toile d’expression pour un artiste contemporain. Pour comprendre ce choix, il faut remonter en octobre 2013 quand Philippe Bélaval, missionné par le président de la République, François Hollande, rend un rapport sur « une mission de réflexion sur le rôle du Panthéon dans la promotion des principes de la République »8.

  • 9 Philippe Bélaval, Rapport « Pour faire entrer le peuple au Panthéon », 2013, p. 10.

6Ce rapport, intitulé Pour faire entrer le peuple au Panthéon, redéfinissait le périmètre du Panthéon et encourageait un renforcement du positionnement du monument comme monument vivant, ancré dans sa contemporanéité et ouvert à tous : « Un monument habité et non plus hanté, intégré dans la vie culturelle et intellectuelle de la Nation comme dans le cérémonial républicain. »9 La commande à un artiste d’une œuvre pour habiller le Panthéon durant les travaux se place par conséquent dans cette volonté et répond plus particulièrement à la proposition numéro 13 du rapport :

  • 10 Ibid., p. 39.

Au final, produire une activité culturelle de qualité au Panthéon contribuera à rendre son attractivité au monument qui deviendra alors un point de repère dans la programmation culturelle parisienne. Du reste, cela permettra au Panthéon de donner l’image d’un lieu vivant d’incarnation des valeurs de la République.10

  • 11 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».

7Ainsi, cette bâche blanche doit « faire entrer le peuple au Panthéon » en tentant de résoudre les questions suivantes : « Comment promouvoir le Panthéon auprès du public, en particulier celui des jeunes générations ? Comment rendre vivantes les valeurs incarnées par le Panthéon ? Comment accroître son rayonnement en France et à l’international ? »11

  • 12 Source : [En ligne] < http://www.lefigaro.fr/culture/2014/02/25/03004-20140225ARTFIG00006-l-artiste-jr-entre-au-pantheon.php >.
  • 13 Source : [En ligne] < http://www.jr-art.net/jr >.
  • 14 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».

8Pour relever le défi, Philippe Bélaval choisit de faire appel à l’artiste et photographe JR parce qu’il lui « semble que sa démarche participative et humaniste fait écho aux valeurs portées par le Panthéon »12. Le dispositif transmédia prend donc naissance ici avec la rencontre d’un monument qui doit renforcer son attractivité et d’un artiste qui « expose librement sur les murs du monde entier, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement »13. L’œuvre doit par ailleurs répondre à la contrainte du respect de la solennité des lieux et porter « un message intergénérationnel et fédérateur, sur le thème du rassemblement populaire : un appel à entrer au Panthéon »14.

Mobilisation populaire et interaction numérique

  • 15 Centre des monuments nationaux, établissement public administratif sous tutelle du ministère de la (...)
  • 16 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».
  • 17 Un live-tweet est le partage en direct sur le réseau social Twitter de courts messages (les tweets) (...)

9Début 2014, tandis que l’échafaudage est terminé, l’artiste JR et le CMN15, avec le soutien financier de mécènes, engagent alors la réalisation d’une œuvre monumentale qui sera composée de milliers de portraits d’anonymes récoltés dans le monde entier à travers un site web < www.au-pantheon.fr > et un camion transformé en cabine photographique qui voyagera dans neuf monuments du réseau du CMN. Durant le mois de mars 2014, près de 3 000 personnes vont venir à la rencontre du camion photographique, 90 000 connexions du monde entier vont visiter le site Internet de l’opération et participer ensemble à un « élan de mobilisation populaire autour de la création et de la réappropriation du patrimoine »16, comme le soulignera Olivier Ibañez, concepteur et porteur du projet au sein de la mission mécénat au CMN. Plus précisément, le camion photographique était situé au sein même des monuments (cour du château d’Angers, cour du château de Carcassonne, cour de l’hôtel de Sully etc.) ou à leur proximité immédiate (parvis de la basilique Saint-Denis, parvis du Panthéon, parvis du palais du Tau à Reims etc.) afin de permettre aux visiteurs et non-visiteurs de participer gratuitement à l’opération en se faisant tirer le portrait, mais aussi, pour certains, d’entrer pour la première fois dans le monument de leur région. Le dispositif de collecte a été renforcé par un accompagnement sur les réseaux sociaux. Le CMN a mis en place des live-tweets17 pour échanger en direct avec les participants, informer sur le projet et documenter l’itinérance du camion (photos, vidéos etc.). L’utilisation d’Instagram a également porté la communication avec l’aide des communautés d’instagramers à Paris et en région pour sensibiliser les amateurs de photos au projet. En un mois, le hashtag #AuPanthéon a été utilisé 2 800 fois et atteint 1,7 million de personnes. Plus de 4 000 portraits ont été recueillis sur Internet via le module de participation en ligne et la cabine photographique mobile.

Le dispositif « Les grands hommes près de chez vous »

10Une fois la collecte réalisée, le travail de l’artiste a commencé et, durant les deux mois nécessaires à la préparation, le CMN a choisi de mobiliser à nouveau les internautes et les visiteurs autour du Panthéon. L’objectif était de proposer aux participants du projet « Au Panthéon ! » de découvrir l’histoire et la fonction du monument en se concentrant sur ses fondamentaux, c’est-à-dire les personnalités honorées. Un jeu à échelle nationale a été organisé pour redonner du sens aux personnages illustres qui sont honorés au Panthéon, mais souvent peu connus. Le dispositif « Les grands hommes près de chez vous » encourageait donc les internautes à repérer le mobilier urbain, les écoles, les stations de métro etc. qui portaient le nom des femmes et des hommes honorés au Panthéon, à les prendre en photo et à récolter des points pour gagner des ouvrages sur le Panthéon et des entrées pour le monument. Avec 700 photos récoltées en quinze jours malgré des lots plutôt modestes, le jeu a prouvé combien, finalement, le Panthéon, à travers les personnalités qui y sont honorées, de Nantes à Paris, de Marseille à Toulouse, était présent dans notre quotidien. Ce dispositif a redonné une valeur républicaine à ces noms de rues, ces arrêts de bus, ces lycées qui portent le nom d’illustres personnes liées à l’histoire de France et a fait le lien entre notre paysage quotidien – une école Victor-Hugo, une rue Marie-Curie – et le Panthéon où ces personnalités célèbres sont inhumées.

Connecter une communauté au service d’une prescription patrimoniale

  • 18 [En ligne] < http://www.franceinfo.fr/culture-et-medias/expos-spectacles/article/jr-pantheon- 485251 >.
  • 19 Le dispositif a cumulé également 623 retombées dans la presse, une centaine de journalistes accueil (...)
  • 20 [En ligne] < http://www.franceinfo.fr/culture-et-medias/expos-spectacles/article/jr-pantheon-485251 >.
  • 21 Photo de @MonsieurManolo au Panthéon avec sa fille : [En ligne] < https://www.instagram.com/p/tftZFUG9pj/?taken-by=monsieurmanolo >.
  • 22 Henry Jenkins explique le principe de « dissémination » ou de « propagation » d’une histoire par la (...)

11Le 4 juin 2014, l’œuvre a été finalement inaugurée au Panthéon avec une partie extérieure visible de tout Paris et des milliers de portraits également présents à l’intérieur du monument pour accueillir les visiteurs. Quatre-vingt-dix nationalités, hommes, femmes, enfants, se sont affichées, exposant leurs visages et entrant symboliquement au Panthéon. Philippe Bélaval dira qu’il souhaitait que « l’artiste fasse comprendre avec son langage que le message du Panthéon s’adress[ait] à tous. L’intérêt [était] d’inciter le plus grand nombre possible à regarder vers le Panthéon et à comprendre que ce qui se pass[ait] ici les concern[ait] aussi »18. En vingt-quatre heures, le hashtag fut propulsé en « top tendance » Twitter et atteint plus de 3 millions de vues. Une première pour l’établissement affichant modestement quelques milliers d’abonnés sur Twitter19. Mais le dispositif ne s’est pas arrêté à l’inauguration et l’œuvre a pris finalement tout son sens lorsque les participants de l’œuvre eux-mêmes se sont découverts en photo, affichés dans le Panthéon. Bruno, interrogé par France Info, a été notamment « très content d’entrer au Panthéon de son vivant »20 et @MonsieurManolo21, père d’une petite fille avec laquelle il s’est fait photographier à la villa Savoye le 26 mars 2014, viendra, par exemple, se prendre en photo au Panthéon devant son visage exposé dans le monument six mois plus tard. Cette mise en abîme de la participation de chacun est la clé de voûte du dispositif. Si l’établissement a conçu nativement une méthodologie participative pour la conception de l’œuvre, c’est pourtant la manière dont celle-ci s’est disséminée au sens de Jenkins22 qui témoigne de son succès. Les internautes se sont pris en selfie dans le Panthéon, ont mis en photo de profil sur les réseaux sociaux leur portrait « à la JR », ont utilisé massivement le hashtag et ont finalement participé à l’œuvre, certes, mais en faisant tout cela, ils ont surtout contribué à partager les valeurs d’universalité du Panthéon.

12Par ailleurs, en parallèle de la dissémination de l’œuvre et de la circulation des photographies, le CMN a renforcé sa volonté de ne pas faire oublier que, derrière l’œuvre monumentale, il y avait aussi un chantier de restauration. Afin de poursuivre les efforts pour reconnecter cette communauté à la réalité patrimoniale, un live-tweet des coulisses du chantier et des vidéos sur le métier des artisans travaillant « derrière la bâche » – et donc derrière l’œuvre – ont été mis en place. L’objectif était de replacer « Au Panthéon ! Une installation de JR » dans son contexte de chantier historique, un chantier nécessaire pour permettre la transmission aux générations futures d’un patrimoine exceptionnel et restauré.

  • 23 Site web officiel de la cérémonie d’hommage au Panthéon du 27 mai 2015. [En ligne] < http://pantheon2015.culturecommunication.gouv.fr/Le-monument >.

13Mais avant le dévoilement du Panthéon après travaux et l’enlèvement de la bâche, le monument allait devoir incarner à nouveau son statut de temple de la République. Le 27 mai 2015, alors que le dôme du Panthéon et la coupole intérieure montraient encore les visages des anonymes photographiés par JR, quatre nouvelles personnalités ont été honorées au Panthéon : Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay. Cette cérémonie a participé à la valorisation globale du Panthéon comme l’événement de JR. Grâce à elle, le Panthéon a revêtu de nouveau son rôle de « promot[eur] des valeurs républicaines »23. Une telle valorisation, orchestrée par l’État et le CMN, prend effectivement trois formes intimement liées : tout d’abord, la promotion des valeurs de la République, via la cérémonie d’hommage et le rôle fondamental de mémoire du monument ; ensuite, le message d’un monument ouvert à tous incarné par la création de l’œuvre participative regroupant les 4 000 portraits à l’extérieur et à l’intérieur de l’édifice ; enfin, la communication positive vertueuse autour d’un chantier de restauration monumental. Par ces trois axes, le CMN a redonné au Panthéon une dimension personnelle (les visages de chacun), nationale (les valeurs de la République) et universelle (restaurer le monument pour les générations futures).

  • 24 Le CMN propose toute l’année au Panthéon des animations culturelles : spectacle de danse à travers (...)

14Une telle stratégie se développe encore aujourd’hui au quotidien par des opérations d’animation culturelle (expositions, spectacle vivant, ateliers famille24), mais aussi des outils numériques. Pour la réouverture du tambour du Panthéon en avril 2016, un dispositif de visite en direct via Periscope a été notamment mis en place. Plus de 1 000 personnes ont suivi la redécouverte du monument et ont vu en avant-première les colonnes ou les menuiseries restaurées. Impossible, sans étude de public, de savoir si parmi celles-ci se trouvaient vraiment des spectateurs qui ont participé à l’œuvre de JR. Mais le public était au rendez-vous pour l’occasion. Par ailleurs, il est à noter que le Panthéon, durant le chantier, n’a pas subi de baisse massive de fréquentation malgré les désagréments et l’on peut faire l’hypothèse que le dispositif conçu avec JR a participé au maintien du nombre de visiteurs.

15Le transmédia storytelling a donc permis de tisser du lien entre des publics différents (visiteurs, non-visiteurs, Français, étrangers etc.) et un lieu d’histoire en pleine transformation. À travers les différents supports (réseaux sociaux, camion photographique, œuvre, cérémonie, vidéos etc.) qui s’articulent, c’est finalement l’histoire ancienne et actuelle du Panthéon qui se trouve narrée d’une nouvelle manière. Certes, les monuments proposent déjà à chacun de venir découvrir un bout de l’histoire de France, mais avec des dispositifs participatifs, le patrimoine peut suggérer une appropriation plus personnelle et inviter à participer également au présent du monument. Avec le « prétexte » d’un chantier, il a été réalisé ici une expérience unique, participative, où les portes d’un monument de la République ont été ouvertes à tous.

#LeRoiEstMort : transmédia storytelling au château de Versailles

  • 25 Source : [En ligne] < http://www.chateauversailles.fr/soutenir-versailles-/les-projets-en-recherche-de-mecenat/expositions/le-roi-est-mort >.
  • 26 Source : [En ligne] < http://presse.chateauversailles.fr/expositions/expositions-au-chateau/le-roi-est-mort/ >.

16Dans le même ordre d’idées d’une valorisation du patrimoine, attardons-nous sur le dispositif transmédia conçu par le château de Versailles en 2015 à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV. Cette année-là, l’établissement public du château de Versailles a, en effet, rendu un « hommage particulier à celui qui a façonné l’âme et l’esprit de Versailles »25 en proposant notamment une exposition portant sur « les détails, étrangement peu connus, de la mort, de l’autopsie et des funérailles de Louis XIV »26, mais également en mettant en place un dispositif digital appelé #LeRoiEstMort.

  • 27 Source : Conférence du Cluster Aquitain du Transmedia Storytelling (CATS) dans le cadre du Forum d’ (...)

17Cette opération partait de la problématique suivante : que se serait-il passé si Louis XIV était mort en 2015 […] avec les médias d’aujourd’hui, et notamment les réseaux sociaux pour raconter heure après heure les derniers jours du Roi27 ? Sur ce postulat, l’équipe du château a mis en place un live-tweet sous forme de courtes dépêches de nouvelles diffusées sur Twitter suivant l’évolution de la santé du Roi-Soleil et l’inquiétude de la Cour. Des premiers signes de la maladie à ses funérailles, cette narration en « direct » était à suivre via le hashtag #LeRoiEstMort avec un temps fort le 1er septembre, jour de la mort du souverain. Ce dispositif était accompagné d’un blog, Le petit journal du Grand Roi, où étaient diffusés des archives d’époque, des textes de conservateurs spécialisés ou d’autres articles historiques permettant de mieux comprendre le règne de Louis XIV.

Microblogging institutionnel partagé

  • 28 Plus de 600 retombées presse. Source : Intervention de Maïté Labat, chef de projet numérique au châ (...)

18Cependant, la particularité de l’opération résidait essentiellement dans la narration à plusieurs voix. En effet, la prise de parole sur le hashtag #LeRoiEstMort par d’autres institutions que le château de Versailles faisait partie intégrante du dispositif. Ainsi, le bourdon « Emmanuel » a sonné la mort du Roi sur Twitter à travers un message diffusé par le compte de la cathédrale Notre-Dame de Paris. De la même manière, la route du cortège funéraire était partagée, étape par étape, suivant le dessin d’une gravure d’époque, par le compte Twitter de Gallica, tandis qu’en parallèle, la préparation des funérailles était racontée sur le compte du Centre des monuments nationaux, gestionnaire de la basilique-cathédrale Saint-Denis. Ensemble, les institutions culturelles ont donc raconté, tour à tour, un bout de l’histoire des derniers jours du Roi-Soleil. L’événement de la mort du roi, déjà documenté scientifiquement et maintes fois raconté, a été ici scénarisé en utilisant la spécificité de Twitter : temps réel, brièveté du message, interactivité. À la manière d’un grand événement d’aujourd’hui, la mort du Roi, ayant eu lieu pourtant trois cents ans auparavant, est devenue un événement médiatique28 tweeté, retweeté, partagé, blogué… sans pour autant déroger à l’exigence scientifique de toute communication assurée par un établissement public.

  • 29 Source : Intervention de Maïté Labat, chef de projet numérique au château de Versailles, le 13 octo (...)
  • 30 Ibid.

19L’opération a été suivie par les internautes et les médias de manière très intense, la personnalité de Louis XIV et le média utilisé (Twitter) favorisant la viralité. Le 1er septembre 2015, date anniversaire de la mort du Roi, le hashtag a atteint 1 million d’impressions29, restant « en top tendance » Twitter France durant la journée et attirant les internautes les plus curieux. Maïté Labat, chef de projet numérique et réseaux sociaux au château de Versailles, s’amuse30 notamment des détournements faits par les twittos : certains se demandaient en effet si le hashtag #LeRoiEstMort était un hommage à Mickael Jackson « le Roi de la pop » ou un triste rappel de la mort du roi Moufassa dans le dessin animé Le Roi Lion

Raconter d’autres Histoires ?

  • 31 Ibid.
  • 32 Chez de Certeau, le lecteur est un « braconnier » qui fabrique son propre sens sur les terres des p (...)
  • 33 Un MOOC organisé par le château de Versailles et Orange France proposait en 2015 des sessions de co (...)
  • 34 “The Past In The Present: new ways to tell old stories using social media”, Maïté Labat. Présentati (...)

20Le temps d’une journée, l’histoire de France est devenue « tendance » sur Internet et a rencontré la pop culture. Selon Maïté Labat, « les internautes se permettent ce que, nous, institutions, ne pourrions pas faire »31, c’est-à-dire détourner, associer, mixer des références populaires avec l’histoire de France et ainsi braconner, au sens de de Certeau32, la mythologie autour de la mort des rois, quels qu’ils soient. Si l’opération, de l’aveu même de la coordinatrice de l’événement, n’a pas été nativement pensée selon une logique transmédiatique, c’est sa narration assurée par plusieurs institutions culturelles qui l’a fait devenir transmédia et rendue si unique. D’un compte Twitter à l’autre, du blog en passant par l’exposition ou encore le MOOC33 Louis XIV, tout formait une expérience complète autour de la vie et de la mort du Roi-Soleil. À la conférence « We Are Museums » en juin 2016, le château de Versailles proposera par ailleurs des pistes d’amélioration du dispositif en optimisant notamment les synergies entre in situ et on line pour « permettre aux visiteurs du château de vivre également l’événement digital »34 ou ajouter un volet participatif afin de rendre les internautes plus acteurs de l’expérience, preuve que l’histoire de France offre un terrain riche en expérimentations de nouvelles formes de narration.

21À l’aune de ces deux exemples, il apparaît que l’enjeu des dispositifs de transmédia storytelling dans le secteur patrimonial n’est peut-être pas tant l’histoire que l’on raconte, car l’histoire est déjà là, mais la manière dont on la raconte et les supports qu’on utilise. Ici, le défi est de garder une place à l’histoire racontée par les conservateurs et les historiens tout en adaptant la narration aux pratiques culturelles d’aujourd’hui et en replaçant le visiteur, l’internaute, au centre de l’histoire. L’objectif est de lui proposer une expérience qu’il puisse co-construire avec le lieu culturel à petite ou grande échelle. Avec « Au Panthéon ! », il s’agissait d’offrir son visage à une œuvre d’art destinée à une bâche de chantier et de réapprendre à connaître un monument national via des dispositifs annexes (jeu sur les grands hommes, découverte des coulisses, visite en direct etc.). Avec #LeRoiEstMort, il s’agissait plutôt d’utiliser les nouvelles pratiques de narration chères aux internautes (le direct, l’instantanéité, l’interactivité) pour raconter de nouveau ou autrement l’Histoire. Demain, mettre le visiteur au centre de la proposition culturelle se traduira peut-être simplement par l’affichage de sa photo sur un écran « social » situé dans le hall d’accueil, ou en racontant son histoire personnelle avec le monument sur un livre d’or numérique…

  • 35 Voir par exemple la campagne « WHY SO SERIOUS » de Warner pour la sortie au cinéma de Batman The Da (...)

22L’économie de la culture se joue dès maintenant sur la valorisation des ressources au-delà du simple lieu de visite. L’enjeu pour les établissements culturels et patrimoniaux est donc d’ouvrir la voie à ces nouveaux dispositifs narratifs en facilitant la circulation des contenus existants sur de nouveaux territoires, et en augmentant les possibilités de participation des individus. En s’appropriant des outils que les industries culturelles utilisent déjà pour commercialiser des franchises mondiales et fédérer des communautés de fans-acheteurs35, les lieux culturels peuvent, dans leur domaine, répondre à leur propre problématique de renouvellement des recettes et des publics. Dans un monde où l’offre de divertissement est croissante et concurrentielle, le transmédia storytelling propose aux musées et monuments de faire la différence grâce à la richesse des histoires – et de l’Histoire – dont ils sont les héritiers historiques.

Bibliographie

Bélaval, Philippe, Pour faire entrer le peuple au Panthéon [Rapport à Monsieur le Président de la République – Tome 1], 2013. [En ligne] <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000736.pdf >.

Bommelaer, Claire, « L’artiste JR entre au Panthéon », Le Figaro, 25 février 2014. [En ligne] < http://www.lefigaro.fr/culture/2014/02/25/03004-20140225ARTFIG00006-l-artiste-jr-entre-au-pantheon.php >.

Certeau, Michel de, L’invention du quotidien, Tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (coll. Folio Essais).

Chenu, Candice, Gallarino, Aurore, Labat, Maïté, « Le Transmedia Storytelling : une nouvelle façon de conquérir les publics des musées » – Conférence du Cluster Aquitain du Transmedia Storytelling (CATS). [Vidéo en ligne] < https://www.youtube.com/watch?v=9lNTMxY0Nm0 >.

Chépeau, Anne, « JR tapisse de photos le dôme du Panthéon », France Info, 3 juin 2014. [En ligne] < http://www.francetvinfo.fr/culture/expos/jr-tapisse-de-photos-le-dome-du-pantheon_1689313.html >.

Gallarino, Aurore, « Jenkins Reloaded : évolution de la pensée d’Henry Jenkins de Textual Poachers à (l’avant) Spreadable Media », Terminal, 2013, 112. [En ligne] < http://terminal.revues.org/580 >.

Jenkins, Henry, Textual Poachers: Television Fans & Participatory Culture, Londres, Routledge, 1992 (coll. Studies in Culture and Communication).

— Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press, 2006.

Macé, Éric, Maigret, Éric (dir.), Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin ; INA, 2005.

Peyron, David, « Quand les œuvres deviennent des mondes », Réseaux, 2008, nos 148-149, p. 335-368.

Sites web et ressources médias

@monsieurmanolo, « Trouvé! #aupanthéon #insideoutproject #jr », [Photo Instagram] [En ligne] < https://www.instagram.com/p/tftZFUG9pj/ >.

Centre des monuments nationaux, Panthéon. [En ligne] < www.pantheon-paris.fr >.

Centre des monuments nationaux, Panthéon – Paris. [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Espace-Decouvertes/Pantheon-Paris >.

Centre des monuments nationaux, Notre histoire, nos valeurs. [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Notre-histoire-nos-valeurs >.

Centre des monuments nationaux, Nos missions. [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Nos-missions >.

Château de Versailles, Le Roi est mort. [En ligne] < http://www.chateauversailles.fr/soutenir-versailles-/les-projets-en-recherche-de-mecenat/expositions/le-roi-est-mort >.

Château de Versailles, Presse, Le Roi est mort. [En ligne] < http://presse.chateauversailles.fr/expositions/expositions-au-chateau/le-roi-est-mort/ >.

Élysée – Présidence de la République, Mission Bélaval. [En ligne] < http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/mission-belaval/ >.

Jr-art.net, jr. [En ligne] < http://www.jr-art.net/jr >.

Ministère de la Culture et de la Communication, Pantheon2015, Le monument. [En ligne] < http://pantheon2015.culturecommunication.gouv.fr/Le-monument >.

Rencontres numériques, Restitutions du 13 octobre 2015. [En ligne] < http://www.rencontres-numeriques.org/2015/mediation/?action=restitution >.

Transmedia Lab, Why so serious? [En ligne] < http://www.transmedialab.org/ the-blog/case-study/why-so-serious-une-campagne-de-marketing-transmedia- reference/ >.

We Are Museums, Maïté Labat, “The Past In The Present: new ways to tell old stories using social media”. [En ligne] < http://wam16.wearemuseums.com/speakers/maite-labat/ >.

Notes

1 Le transmédia storytelling est « un processus dans lequel les éléments d’une fiction sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée ». Jenkins Henry, Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press, 2006. Ici, nous entendrons donc le transmédia storytelling comme un dispositif de narration complexe déployé sur plusieurs médias afin de raconter une ou plusieurs histoires cohérentes au sein d’un même univers.

2 « JR » est le pseudonyme d’un artiste contemporain français à la fois photographe, street-artiste, plasticien ou encore réalisateur, [En ligne] < http://www.jr-art.net/fr/jr >.

3 CMN : [En ligne] < www.monuments-nationaux.fr >.

4 Missions du CMN : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Notre-histoire-nos-valeurs >.

5 Rapport d’activité 2014 du CMN. Source : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Qui-sommes-nous/Nos-missions >.

6 Rapport « Pour faire entrer le peuple au Panthéon », Philippe Bélaval, 2013.

7 Source : [En ligne] < https://www.monuments-nationaux.fr/Espace-Decouvertes/Pantheon-Paris >.

8 Communiqué de presse de l’Élysée du 24 mai 2013, [En ligne] < http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/mission-belaval/ >.

9 Philippe Bélaval, Rapport « Pour faire entrer le peuple au Panthéon », 2013, p. 10.

10 Ibid., p. 39.

11 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».

12 Source : [En ligne] < http://www.lefigaro.fr/culture/2014/02/25/03004-20140225ARTFIG00006-l-artiste-jr-entre-au-pantheon.php >.

13 Source : [En ligne] < http://www.jr-art.net/jr >.

14 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».

15 Centre des monuments nationaux, établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication.

16 Document interne « Au Panthéon ! Une installation de JR ».

17 Un live-tweet est le partage en direct sur le réseau social Twitter de courts messages (les tweets) dans le but de partager avec ses abonnés (les followers) un événement auquel on participe (conférence, visite d’un lieu, spectacle).

18 [En ligne] < http://www.franceinfo.fr/culture-et-medias/expos-spectacles/article/jr-pantheon- 485251 >.

19 Le dispositif a cumulé également 623 retombées dans la presse, une centaine de journalistes accueillis à la visite de presse le 2 juin, 85 sujets audiovisuels et 237 articles sur le Web. L’ensemble de ces retombées a généré 2,7 millions d’euros d’équivalent publicitaire (Source : rapport d’activité 2014 du CMN).

20 [En ligne] < http://www.franceinfo.fr/culture-et-medias/expos-spectacles/article/jr-pantheon-485251 >.

21 Photo de @MonsieurManolo au Panthéon avec sa fille : [En ligne] < https://www.instagram.com/p/tftZFUG9pj/?taken-by=monsieurmanolo >.

22 Henry Jenkins explique le principe de « dissémination » ou de « propagation » d’une histoire par la manière dont les fans ou les participants se réapproprient les contenus de celle-ci en partageant massivement des photos, des textes, des analyses, des coulisses de l’œuvre avec les autres fans. Comme du pollen, cette circulation des contenus « fertilise » la base narrative et augmente la portée de l’histoire voire de l’univers dans lequel elle s’inscrit.

23 Site web officiel de la cérémonie d’hommage au Panthéon du 27 mai 2015. [En ligne] < http://pantheon2015.culturecommunication.gouv.fr/Le-monument >.

24 Le CMN propose toute l’année au Panthéon des animations culturelles : spectacle de danse à travers la programmation « Monument en mouvement », accueil des enfants avec des rendez-vous pendant les vacances scolaires (« Monument jeu d’enfant », « Contes & Histoires ») etc. Voir [En ligne] < www.pantheon-paris.fr >.

25 Source : [En ligne] < http://www.chateauversailles.fr/soutenir-versailles-/les-projets-en-recherche-de-mecenat/expositions/le-roi-est-mort >.

26 Source : [En ligne] < http://presse.chateauversailles.fr/expositions/expositions-au-chateau/le-roi-est-mort/ >.

27 Source : Conférence du Cluster Aquitain du Transmedia Storytelling (CATS) dans le cadre du Forum d’Avignon à Bordeaux et en partenariat avec Cap Sciences, sur le thème « Le Transmedia Storytelling : une nouvelle façon de conquérir les publics des musées », le mercredi 30 mars 2016. [En ligne] < https://www.youtube.com/watch?v=9lNTMxY0Nm0 >.

28 Plus de 600 retombées presse. Source : Intervention de Maïté Labat, chef de projet numérique au château de Versailles, le 13 octobre 2015 à la Table Ronde « Réseaux sociaux : la collaboration entre établissements ». [En ligne] < http://www.rencontres-numeriques.org/2015/mediation/?action=restitution >.

29 Source : Intervention de Maïté Labat, chef de projet numérique au château de Versailles, le 13 octobre 2015 à la Table Ronde « Réseaux sociaux : la collaboration entre établissements ». [En ligne] < http://www.rencontres-numeriques.org/2015/mediation/?action=restitution >.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Chez de Certeau, le lecteur est un « braconnier » qui fabrique son propre sens sur les terres des producteurs de contenus. Voir Michel de Certeau, L’invention du quotidien, Tome 1 : Arts de faire (1re éd. 1980), Paris, Gallimard, 1990.

33 Un MOOC organisé par le château de Versailles et Orange France proposait en 2015 des sessions de cours en ligne gratuits pour se plonger dans la vie de Louis XIV, à l’occasion des 300 ans de la mort du Roi-Soleil.

34 “The Past In The Present: new ways to tell old stories using social media”, Maïté Labat. Présentation du 6 juin 2016 lors de « We Are Museums » à Budapest. [En ligne] < http://wam16.wearemuseums.com/speakers/maite-labat/ >.

35 Voir par exemple la campagne « WHY SO SERIOUS » de Warner pour la sortie au cinéma de Batman The Dark Knight. [En ligne] < http://www.transmedialab.org/the-blog/case-study/why-so-serious-une-campagne-de-marketing-transmedia-reference/ >.

Auteur

Responsable de la communication digitale pour le Centre des monuments nationaux

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search