Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 5. Formes de la prescription muséale numérique

La médiation muséale numérique :

Des dispositifs de prescription ?

Geneviève Vidal

Texte intégral

  • 1 L’expression « médiation culturelle » est utilisée surtout depuis les années 1980, bien que les act (...)
  • 2 Nous pouvons ancrer les récentes politiques des publics dans celles, plus anciennes, de fidélisatio (...)
  • 3 On pourra se référer aux travaux du ministère de la Culture [En ligne]  http://www.pratiquesculture (...)
  • 4 Nous soulignons les terminaux et logiciels/applications. Voir Geneviève Vidal, « Instabilité et per (...)
  • 5 [Vidal, 2015].

1La médiation culturelle1 numérique s’inscrit dans une diversité d’innovations en matière de politique des publics2, en particulier dans le secteur muséal3. En effet, les musées ont depuis plus de trois décennies déployé les technologies multimédias dans leur enceinte et engagé des évaluations de leurs usages. Il faut souligner que les institutions muséales tiennent un rôle important dans le processus d’appropriation sociale des technologies dites interactives, allant des bornes aux tables multitouches et, désormais en dehors des établissements patrimoniaux, avec d’autres objets connectés qui permettent de relier la visite muséale aux autres activités des publics. Des transformations interviennent ainsi au cœur des pratiques culturelles qui s’inscrivent entre un temps long lié au patrimoine et un temps court lié aux technologies de l’immédiateté et à l’obsolescence programmée4. Les professionnels de musées impliqués dans les développements de ces médiations innovantes font preuve d’usages d’une ambivalence riche d’enseignement, visant à rapprocher tout en gardant à distance5, autrement dit à instaurer des relations entre l’institution et les publics, et à maintenir la logique de diffusion culturelle.

  • 6 La qualification des usages créatifs renvoie aux industries créatives (voir numéro de la revue en l (...)

2Dans ce contexte, nous nous proposons de soulever la question de la prescription culturelle, alors que les discours sur les technologies numériques n’ont cessé, depuis les années 1980, de prôner la liberté et, depuis la seconde moitié des années 2000, la créativité6, en valorisant la figure de l’amateur et de nouvelles légitimités culturelles. La question centrale peut être formulée ainsi : les dispositifs numériques de médiation muséale constituent-ils de nouvelles modalités de prescription ?

Prescription : influence, recommandation, facilitation

  • 7 L’approche en sciences de gestion/marketing s’exprime fréquemment sur ce thème.
  • 8 À partir de Benghozi et Paris (2003) qui s’appuient sur le secteur de l’audiovisuel, nous proposons (...)

3La prescription en général7 renvoie à l’orientation, à la capacité d’exercer une influence pour faire agir et décider, en livrant des informations, des recommandations pour combler une incertitude ou confirmer un avis qui va être conforté dans une ou des communautés d’intérêts. Sur les réseaux numériques, la prescription s’appuie sur des stratégies fondées sur des algorithmes, qui vont « définir la valeur à attribuer à (des) bien(s) (et services) qui (vont) être diffusé(s) (aux) récepteurs des prescriptions en se disqualifiant comme acteur(s) de (leurs) propre(s) choix, en faisant appel à un tiers “prescripteur” »8, et sur des données d’usagers de plus en plus disposés à les livrer pour accéder aux services en ligne. La recommandation, les avis et conseils, stimulant échanges et critiques sur les réseaux sociaux numériques en particulier, mais aussi les contenus générés par les usagers (user generated content), sont les activités les plus fréquentes recoupant la prescription numérique. Il faut alors garder à l’esprit la valeur des données sur un marché de la prescription reliée à la délégation – au moins d’une partie – du processus de prise de décision, par les animateurs, humains et non humains, des réseaux (community managers, pairs en ligne et algorithmes).

  • 9 De Benghozi et Paris (2007) (en ligne), nous retiendrons notamment que l’économie de l’Internet a o (...)
  • 10 Sur le dispositif, voir : Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 228-264  (...)

4La démarche de sélection, en vue de valoriser une offre susceptible de répondre à des attentes, peut se retrouver également dans le contexte muséal, avec des collections patrimoniales, « un classement, une hiérarchie ou une liste de solutions (ou de résultats) »9. Néanmoins, la prescription culturelle pourrait davantage se rapprocher de la critique, en apportant une analyse, un avis sur la qualité d’une œuvre, d’une exposition, d’activités tels les conférences, films ou visites guidées, ou de l’accès à la culture, permettant ainsi de cerner les enjeux des dispositifs10 numériques.

  • 11 Geneviève Vidal, Le renoncement négocié. Pour une analyse dialectique des usages des technologies i (...)
  • 12 Cette capacité de négociation peut renvoyer à une réception active de contenus culturels telle que (...)

5Nous émettons l’hypothèse que la culture numérique, fondée sur la participation des usagers et sur l’appropriation sociale des technologies de l’information et de la communication, tout en composant avec leur obsolescence programmée, engendre de la part de l’internaute un renoncement négocié11 quand il est l’objet d’une prescription. La notion de renoncement négocié renvoie au renoncement à certaines libertés de la part d’usagers qui négocient12 par contournements voire détournements, grâce à leurs compétences, expériences, posture critique.

6Pour vérifier cette hypothèse relative à la prescription numérique muséale, nous analyserons des résultats d’études d’usages de professionnels et de publics des médiations numériques muséales, études que nous avons menées ces cinq dernières années. Deux notions au fondement de la prescription numérique retiendront notre attention : l’interactivité et les usages, pour en voir toute l’importance sur le terrain des prescriptions et médiations numériques muséales en ligne et dans l’enceinte du musée.

Territoire de la prescription numérique

  • 13 Emmanuelle Bermès, « Bibliothèques, archives et musées : l’enjeu de la convergence des données du p (...)
  • 14 En retenant que l’émancipation « commence quand on remet en question l’opposition entre regarder et (...)
  • 15 Travaux notamment mobilisés en ce qui concerne médiation et lien social : Geneviève Jacquinot-Delau (...)

7L’Internet, considéré comme un dispositif non abouti dans sa fondation et sa conception, évolue vers un média inscrit dans une économie numérique de position et de recommandation, avec notamment les services participatifs et contributifs sur des plateformes dites 2.0. Le déploiement du Web des données13 ou de l’Internet des objets, appelés parfois Web 3.0, ouvre sur des réseaux pervasifs, reliant réseaux locaux, objets augmentés, divers terminaux mobiles en permanence connectés et autres dispositifs, avec wi-fi, bluetooth, Internet. Des flux de données sont captés, à l’insu des internautes ou explicitement, sur les réseaux sociaux numériques, pour servir les interprétations des algorithmes. Néanmoins, les usagers, qui ne sont pas dupes de cette situation, continuent leur quête d’émancipation14 mêlée de consommations et transactions de données. Ils cherchent, en effet, une maîtrise de la situation interactive pour agir avec et sur les réseaux. Les institutions patrimoniales s’approprient largement l’Internet pour penser une politique d’accès, parallèlement aux politiques de communication et de valorisation. Pour ce faire, des choix techniques sont engagés et conditionnent d’une certaine manière la médiation culturelle considérée comme production de sens et de lien social15, autrement dit une expérience mêlant subjectivité, relations sensibles et sens partagé entre publics et entre publics et contenus, ainsi qu’avec les institutions. Dès lors, le Web et autres services en ligne de l’Internet se présentent comme des modèles de développement de projets numériques visant au rayonnement et à la valorisation du patrimoine et des activités des musées.

  • 16 L’hypermédiation est un principe de création et de mise en relation de documents et données numériq (...)

8Depuis les années 1980 (avec la micro-informatique et le multimédia), puis la seconde moitié des années 1990 (avec l’Internet), nous pouvons identifier au sein du secteur muséal des innovations numériques, au début centrées sur le multimédia en continuité avec l’audiovisuel et les premières hypermédiations16. À partir de la seconde moitié des années 2000, une évolution de la notion d’interactivité s’opère vers le participatif-contributif jusqu’à l’« expérience utilisateur », avec l’immersif et les objets connectés. Cette appropriation professionnelle ouvre sur de nouvelles formes de prescription d’usages.

Des notions clés : usages et interactivité

  • 17 Nous retenons dans ce cadre le responsive design, pour des interfaces s’adaptant aux terminaux, dis (...)
  • 18 CNIL, « Vie privée à l’horizon 2020 », Cahiers IP, 2012. [En ligne] < https://www.cnil.fr/sites/default/files/.../CNIL-CAHIERS_IPn1.pdf >.

9Au fondement de la prescription numérique, l’interactivité et les usages sont des notions clés. La notion de l’interactivité renvoie à un système de sélection et de consultation de données, à l’échange d’informations entre dispositifs sociotechniques, pilotés ou non par des usagers humains, et aux interactions entre humain-machine et entre humains. L’interactivité est associée à la liberté et au plaisir du choix, dans une immédiateté de l’accès à une profusion de contenus. Se déploie alors une délectation de la performance technique, socialement valorisée, mais aussi de la personnalisation des contenus selon des usages ou des interfaces17. L’interactivité prend appui sur le traitement des données18 au cœur des dialogues clients/serveurs. Les usagers acceptent les cookies et autres technologies de profilage pour bénéficier des services interactifs et personnalisés. Les professionnels des musées acceptent aussi ces conditions réticulaires pour remplir une mission d’accès à la culture et au patrimoine, mais aussi pour envisager de nouvelles stratégies de communication.

  • 19 Actifs dans le sens où les usagers s’appuieraient sur une « capacité créatrice des communications e (...)
  • 20 Philippe Bouquillion présente une approche critique de la notion d’empowerment. Socio-économie des (...)

10La notion d’interactivité est associée à celle d’usage puisque les usagers déploient les applications qui facilitent les répétitions par simples clics ou glisser tactiles, des consultations en quelques paramétrages via des interfaces, en contrepartie de leurs données personnelles. Si des contraintes provoquent des rejets ou critiques, celles-ci engagent parfois les usagers dans un rapport créatif aux technologies, en revendiquant une conquête de la technologie, une capacité19 de tactiques pour éviter, contourner, résoudre ou tirer profit des configurations prescriptives. Les dispositifs interactifs confèrent ainsi aux usagers le statut d’acteurs dans un contexte de valorisation de l’empowerment20, du pouvoir d’actions, grâce à des compétences relatives à leurs pratiques informatiques, télécommunicationnelles et culturelles.

  • 21 Chomsky n’aborde pas les technologies numériques abordées ici, mais une forme de « propagande » de (...)

11Ce développement des usages interactifs a participé à la fondation d’une culture numérique contemporaine. Parallèlement, les développements des technologies numériques permettent aux usagers d’augmenter leur pouvoir communicationnel en ligne, et favorisent l’élaboration d’un marché des activités informationnelles et communicationnelles, mais aussi culturelles. En effet, les usagers ressentent la puissance d’embrasser la prolifération de contenus sur les réseaux mondiaux et visent à « devenir plus que de simples spectateurs »21. La circulation des contenus, le renouvellement des expressions, la jouissance de l’interactivité sont bien réels.

Contournements et négociations

  • 22 Voir le rapport d’étude : Geneviève Vidal, avec la collaboration de Cecilia Jauniau, Ilaria Valoti, (...)
  • 23 Jacques Ellul analyse clairement la situation des individus « soumis » à l’ordre technique. Jacques (...)
  • 24 Les fablabs sont des tiers-lieux permettant notamment, grâce à leurs équipements numériques, le dév (...)
  • 25 Voir Alain Rallet, « Une économie de la communication ? », Hermès, 2006, no 44, p. 176. Voir égalem (...)
  • 26 Axel Honneth, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2005/2007 (coll. (...)
  • 27 L’intériorisation de la contrainte et du contrôle par les individus a particulièrement été analysée (...)

12Les usagers peuvent néanmoins contourner la prescription des dispositifs numériques. Un cas issu d’une étude22 est assez significatif à ce sujet : il s’agit d’un duo mère et fille qui, dépassées par la profusion d’images sur une table multitouche dans une exposition muséale, inventent un classement thématique puisé dans l’expérience d’usages de bases de données. Or, ce type de contournement fait l’objet d’attention de la part d’entreprises et institutions qui souhaitent nourrir des innovations (des services en ligne aux applications à télécharger) prenant en considération les usages, tout comme les statistiques de connexions et consommations en ligne. L’exploitation des données ne donne lieu qu’à un timide débat dans la société, étant donné l’adhésion généralisée à ces usages interactifs. De fait, les humains, sous une certaine pression23 dans leur vie personnelle et professionnelle, s’emparent des machines qui augmentent leurs relations dans les cadres prescriptifs des environnements connectés. L’acceptabilité sociale des prescriptions numériques n’empêche pas la conception d’un empowerment, ce pouvoir d’actions par voie numérique, écartant dans une certaine mesure la figure passive du récepteur. Celle-ci a évolué durant le xxe siècle, allant de l’usager à l’amateur aux savoir-faire multiples ou au passionné sans savoir-faire spécifique, mais consommateur assidu. Les usagers amateurs ont le pouvoir de tester, d’expérimenter, d’élaborer des prototypes avec les récents fablabs24, pour influer, grâce à leur force de production de réputation, sur les ajustements et les développements des entreprises et institutions. Mais les inégalités sont omniprésentes, selon la capacité d’intervention des usagers dans un cadre de participation prévu par les émetteurs. Ces derniers peuvent néanmoins être déstabilisés et amenés ainsi à déployer des stratégies pour conduire la majorité vers la médiation prévue. Les usagers sont alors acteurs de la prescription numérique, qui sert une économie fondée sur l’exploitation des « interactions sociales »25, considérées comme des données26. Ils intériorisent27 les contraintes sans empêcher cependant une négociation de la prescription. Plusieurs vont, par exemple, couper le son d’une application, tout en cherchant par ailleurs des informations sur le thème abordé, ou critiquer les limites de participation, pour certains moins nombreux en envoyant un message électronique afin d’exprimer leur mécontentement.

13L’analyse critique des notions d’usages et d’interactivité offre ainsi la possibilité de mener la recherche sur les négociations d’usagers désirant inventer leurs parcours numériques, mais reproduisant dans le même temps les rapports de pouvoir en apparence modifiables grâce aux réseaux et applications numériques. Cette situation est observable si l’on analyse les usages numériques prescrits en milieu muséal et les médiations en ligne ou dans l’enceinte des musées.

Médiations et prescriptions muséales numériques

  • 28 Serge Chaumier, « Les musées : nouvelles formes de médiation, nouveaux projets ? », art. cit.
  • 29 Raymond Montpetit, in André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de (...)
  • 30 Geneviève Vidal, « Les tables interactives dans les expositions scientifiques de l’interactivité à (...)

14La médiation est au centre des préoccupations des musées. Elle est considérée comme « une forme de mise en relation pour communiquer du sens »28. La médiation prend la forme d’objets (audioguide, borne, table et autres dispositifs mobiles), « gamme d’interventions menée en contexte muséal »29, ou de conférences de médiateurs et d’experts. Mais elle est également centrale lors d’évaluations de tests et d’études d’usages qui aident à cerner l’expérience de visites, les relations sociales, les émotions et désirs de communiquer vers des réseaux sociaux, ainsi que les débats et critiques suscités. S’entremêlent au cours de la visite des usages de médiations numériques, des propositions muséales et des habiletés ergo-cognitives30 manifestées par des publics qui éprouvent le plaisir de dévoiler et d’agir, un plaisir puisé dans leurs pratiques culturelles et communicationnelles. Les publics, dotés d’une double compétence technique et muséale, cherchent à intervenir dans le processus de médiation. En effet, les usagers veulent être pris en compte de façon personnalisée et se sentir maîtres de la situation de communication, malgré les prescriptions numériques.

15La rencontre publics et musées est ainsi au cœur de la prescription culturelle numérique pilotée par des médiateurs expérimentant des innovations en ligne ou in situ.

À distance

  • 31 Ce jeu concours a été organisé du 9 décembre 2013 au 23 février 2014. Toutes les photographies reçu (...)

16Tout en visant une stratégie de communication et de captation de l’attention sur Internet, les professionnels de musées déploient des médiations numériques afin d’instaurer une proximité avec les internautes, en dévoilant par exemple les coulisses des plateformes en ligne et en diffusant des informations inédites. Dans le même temps, ils font en sorte de les garder à distance, en régulant les potentielles interventions, du moins sur le site institutionnel, telles les publications sur les réseaux sociaux numériques, les blogs de professionnels-amateurs (« pro-am ») et autres regroupements ou communautés autour du numérique muséal, comme Muzeonum et Museogeeks, par exemple. Ce faisant, l’Internet muséal s’oriente vers la diversification et l’amplification des contenus pour un meilleur rayonnement du patrimoine culturel, tout en régulant les modalités d’intervention des publics. Il propose des appels à photographies, à dessins ou lance des campagnes de collectes. À ce titre, le jeu concours sur Flickr proposé par le musée d’Histoire de Nantes peut être cité31 : les internautes étaient invités à déposer des photographies de jardins japonais, sélectionnées ensuite par un jury pour rejoindre un dispositif présenté dans l’exposition temporaire « Jardins de samouraïs ». L’objectif de ce type de campagne (également prêts d’objets, dons, témoignages filmés) est de renouveler la relation aux publics. Cette ambivalence, entre ouverture et limites d’usages, sert les intérêts des musées, mais également les publics acteurs et adeptes de l’engagement, selon des conditions créées par le dispositif de médiation. Ainsi, les publics peuvent s’approprier les contenus, croiser des pratiques et relier les flux endogènes et exogènes de contenus muséaux. Les publics ne font pas que recevoir les recommandations d’un émetteur, mais ils livrent les contenus de leur choix aux musées et sur leurs réseaux sociaux.

  • 32 Nicolas Auray, « Le Web participatif et le tournant néo-libéral : des communautés aux solidarités » (...)

17Les prescriptions s’inscrivent ainsi dans des circuits de communautés d’intérêts relevant de « pratiques communautaires autour du Web participatif »32 avec un vrai plaisir de partage, et ce, afin de conforter des choix, décisions et goûts. Même si chacun revendique ses différences, tous sont disposés à recevoir des prescriptions mais aussi à être à leur tour prescripteurs en apportant leur point de vue, tout en bénéficiant des avis des autres sur des expositions, des événements organisés par les institutions.

  • 33 Nous l’avons particulièrement relevé lors de l’étude d’usages d’applications mobiles : Geneviève Vi (...)
  • 34 Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008, p. 21, sur le domaine (...)

18L’analyse des usages de multimédia de musée en ligne met donc particulièrement en lumière de nouvelles relations avec les contenus muséaux. Le fait de pouvoir les manipuler à distance via une interface d’ordinateur, fixe ou mobile, grâce à des applications, conduit les internautes à inscrire leurs usages dans le paradigme de la performance et de l’efficacité. D’ailleurs, ces technologies interactives, revendiquées intuitives33, sont susceptibles de stimuler un accès à la culture piloté par les usages. Néanmoins, nous retenons parallèlement l’« illusion fatale d’autonomie » de la médiation dénoncée par Jacques Rancière34, quand il y a abolition de la séparation des rôles et des places. Même si le public peut être acteur du bouleversement de « la distribution des places », il ne l’annule pas pour autant.

  • 35 Consortium W3C : [En ligne] < http://www.w3.org/2001/sw/ >.

19De leur côté, les institutions culturelles sont engagées dans des politiques de numérisation du patrimoine et de sémantisation des données – pour un Web sémantique35 en marche – et déploient des sites web dépassant les vitrines d’information. Les musées et les sites patrimoniaux mènent par ailleurs des stratégies marketing dans la mesure où ils deviennent des marques qui participent à l’économie de leur territoire, ou directement au développement de leurs publics. Centres de ressources, pôles d’informations et relais d’échanges, les sites web et la présence des musées sur les plateformes de l’économie Internet (les réseaux sociaux numériques notamment, actuellement) assurent la visibilité d’une diffusion culturelle en renouvellement. Les musées développent également des applications à télécharger sur leur site web et les plateformes de ventes en ligne, telles que l’AppStore et Google Play. Ces services en ligne contribuent à prendre la mesure de l’intensification de la prescription culturelle numérique, avec des dispositifs de plus en plus sophistiqués, telles la reconstitution 3D et la réalité augmentée.

Dans l’enceinte des musées

  • 36 Sélection d’études menées par Geneviève Vidal, avec la collaboration de Ilaria Valoti, Cecilia Jaun (...)
  • 37 John-H. Falk, « Expérience de visite, identités et self-aspects », La lettre de l’OCIM, mai-juin 20 (...)
  • 38 Ibid., p. 6-8.

20Les usages de dispositifs multimédias au cours des visites font l’objet d’une expression critique stimulante pour les musées. En effet, les visiteurs, dans le cadre d’une rencontre ponctuée de prescriptions avec les dispositifs de médiation numérique, tels les bornes, les tables tactiles, les terminaux mobiles dotés d’applications pour augmenter les expositions, instaurent un dialogue. Les études menées36 identifient ce que John Falk appelle une « expérience de visite »37, à ne pas considérer exclusivement comme « réception et fréquentation »38, mais vécue par des publics souhaitant être acteurs de leur visite, même s’il y a prescription.

  • 39 Raymond Montpetit, « C’est par la médiation de sa culture qu’un individu perçoit et comprend le mon (...)

21Au fil de leur visite, les usagers des dispositifs numériques multimédias rencontrent des propositions scientifiques, des médiations suscitant des postures émotionnelles et critiques, tant du point de vue des contenus que de l’ergonomie (les bornes ou les audio-guides). À partir du cas des usages d’un dispositif multi-écrans en test (sur le thème de l’économie), on peut aussi relever des critiques sur sa complexité ergonomique et, dans le même temps, des propositions de débats sur la mondialisation économique. Ce faisant, les visiteurs inventent le sens de leur visite en puisant dans leurs connaissances préalables et leur sensibilité. Il leur importe aussi de partager cette expérience de visite avec leurs proches. Aussi faut-il tenir compte de la richesse des échanges au fil de la visite, y compris vers l’extérieur, grâce aux dispositifs personnels connectés à l’Internet (envois de photographies, de messages sur des plateformes 2.0, des SMS ou e-mails). Des échanges au sein du groupe au sujet de leur visite et des communications avec les destinataires des messages extérieurs conduisent à évoquer d’autres visites muséales, à mobiliser des connaissances et une expérience culturelle39, en traçant des interactions entre l’exposition visitée et d’autres pratiques culturelles.

22Avec les médiations innovantes, les visiteurs disent rechercher l’« intuitif », voire l’immersif, avec des jeux narratifs, des reconstitutions 3D, la réalité augmentée. Lorsqu’il y a lenteur, bug ou autre problème d’accès, en général, les visiteurs ne s’accusent pas d’une mauvaise manipulation. Même s’ils apprécient d’être impliqués dans une telle innovation culturelle, ils peuvent en dénoncer les limites d’usage, comme ce fut le cas d’un casque de réalité augmentée qui a dû être complété par un capteur digital en test, ou celui d’un parcours avec une application mobile donnant lieu à des redondances, ou encore un manque de lien entre les multimédias et les contenus. Mais la technologie interactive peut être également perçue comme trop contraignante, demandant un engagement trop actif : le visiteur abandonne lorsqu’il se sent trop sollicité, il ne souhaite pas alors faire d’effort pour accéder aux contenus et nouvelles connaissances. Du point de vue de l’ergonomie cognitive, il convient de pointer les situations qui peuvent mettre en difficulté les visiteurs-usagers cherchant à se repérer sans être guidés. Cette ambivalence marque l’évolution de la place de la prescription et des formes qu’elle revêt, dans un contexte de culture numérique prônant liberté, facilité et aisance de communication.

  • 40 Geneviève Vidal, « La médiation numérique, formes renouvelées de participation des publics aux acti (...)
  • 41 Geneviève Vidal, Florent Laroche, « Modélisation et simulation du patrimoine : pour une évaluation (...)

23La culture de l’interactivité des publics de musées dépasse désormais l’action sur les interfaces, sans l’annuler pour autant, puisqu’elle permet l’accès aux contenus, une potentielle posture de contribution prenant appui sur une culture des logiciels, des applications et des réseaux. Grâce aux appropriations diversifiées des technologies interactives, les visiteurs deviennent partenaires de l’innovation muséale inscrite dans des environnements pervasifs, ancrés dans des systèmes d’information et des ensembles de dispositifs formant un Internet des objets qui doit assurer la compatibilité cognitive et matérielle. Mais tout en cherchant à participer40, l’usager ressent le besoin de prescriptions. C’est le cas avec les applications mobiles qui marquent le développement actuel des médiations à l’intérieur et à l’extérieur des institutions patrimoniales, dans le but d’offrir de nouvelles possibilités de participation. Les publics souhaitent également pouvoir augmenter les objets exposés au fil de la visite, approfondir certaines connaissances en dehors du musée en se connectant à des sites web comme Wikipédia ou en utilisant un moteur de recherche, mais aussi participer à la circulation des données, enrichir des contenus et communiquer sur leur expérience de visite41.

  • 42 Voir les usages de la Museotouch in Geneviève Vidal, avec la collaboration de Cecilia Jauniau, Ilar (...)

24Dans ce contexte d’usages et de développement numériques, les prescriptions sont pensées entre orientation et dialogue avec des publics aux expériences numériques diversifiées, ce qui n’empêche pas toutefois des confusions. L’exemple d’usagers qui envisagent un accès au patrimoine sans tenir compte du fonds du musée est, à ce titre, significatif42. Aussi les usagers attendent-ils d’être guidés tout en cherchant à gagner en autonomie dans leurs usages numériques.

Pour conclure : du numérique culturel à la culture numérique

25Une culture numérique contemporaine en prise avec les prescriptions est ainsi visible grâce à l’étude d’usages de médiations numériques dans le secteur muséal. Au-delà de la sphère muséale, il est possible de considérer des usages cernés par des robots prescripteurs et des programmes de recueil de données en faveur d’une économie numérique, prenant appui sur le participatif-contributif et les contenus générés par les usagers (user generated content).

26Dans le cadre d’une diffusion culturelle renouvelée, les visites ou consultations numériques en milieu muséal, ponctuées de situations prescriptives, peuvent être mises en discussion par les publics. Nous retenons, en effet, la figure d’un usager de médiations numériques placé dans un rapport sensible aux questions patrimoniales, scientifiques, accueillant et discutant les prescriptions. Les publics de contenus muséaux, visiteurs ou internautes, font, en effet, circuler des contenus par les réseaux grâce à leurs dispositifs personnels, par interactions de pratiques culturelles et communicationnelles.

  • 43 Geneviève Vidal, « Le Web 3.0, pour en finir avec le Web 2.0 ? », Documentation et bibliothèques, o (...)
  • 44 Geneviève Vidal, « Des sites ressources à la tentation contributive », in Fabrice Papy (dir.), Évol (...)

27Se rencontrent alors configurations prescriptives des musées et engouement des usagers-internautes pour des médiations numériques, en particulier sur l’Internet où s’entremêlent les contenus des musées et ceux de leurs publics. Dans cette profusion, les musées engagent une rationalisation des interventions des internautes et leur régulation grâce à une sophistication technique et éditoriale des médiations numériques. Entre ouverture et fermeture, celles-ci offrent une entrée vers les contenus, tout en gardant opaques les technologies retenues et les savoir-faire professionnels, comme l’indexation et la structuration des données43. Le Web sémantique, prôné capable de prendre en charge navigations et consultations, vise à permettre au secteur muséal de conserver ses prérogatives tout en offrant des liens sémantiques vers des données culturelles exogènes, dans des flux maîtrisés exigeant accords et partenariats en faveur d’un Web des données, et ce, tout en diversifiant les modalités d’accès et de délectation des ressources44.

28Le processus de rationalisation des usages numériques, selon une démarche diffusionniste, conduit dans le même temps les musées à se protéger et à répondre à des attentes (encore mal cernées) d’interventions des publics sur les contenus. Dans l’enceinte des musées, il est certes plus aisé pour les professionnels du patrimoine de maîtriser la prescription d’usages via des dispositifs de médiation faisant l’objet de tests et d’expérimentations qui réjouissent les visiteurs y prenant part. Le renouvellement de l’approche diffusionniste dans le secteur patrimonial participe donc de l’expérience numérique du musée et de celle des publics. Ces derniers confirment des compétences numériques, une disposition à l’innovation les conduisant à être prêts à recevoir des innovations, sans empêcher leur posture critique. La mise en débat de la prescription culturelle relevant d’un tel renoncement négocié fait désormais partie des relations entre musées et publics.

Bibliographie

Agamben, Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, [Che cos’é un dispositivo ?], 2006, Paris, Payot & Rivages, 2007 (coll. Rivages poche/Petite bibliothèque).

Benghozi, Pierre-Jean, Paris, Thomas, « De l’intermédiation à la prescription : le cas de la télévision », Revue Française de Gestion, Lavoisier, 2003, 1 (142), p. 205-227. [En ligne] < hal-00262496 >

— “The economics and business models of prescription in the Internet”, in Brousseau, Éric, Curien, Nicolas (éd.), Internet and Digital Economics – Principles, Methods and Applications, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 2007, p. 291-310. [En ligne] hal-00263198

Bermès, Emmanuelle, « Bibliothèques, archives et musées : l’enjeu de la convergence des données du patrimoine culturel », Documentaliste sciences de l’information, 2011, vol. 48, no 4, p. 45-47.

Carré, Dominique, Vidal, Geneviève, Hyperconnectivité. Enjeux économiques, sociaux et environnementaux, volume 3, série « Informatique et Société connectées », Londres, ISTE éditions, 2018 (en cours) (coll. Systèmes d’information, web et société).

Caune, Jean, « La médiation culturelle : une construction du lien social », Les Enjeux, 1999. [En ligne] < https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2000/Caune/index.php >.

Chaumier, Serge, « Les musées : nouvelles formes de médiation, nouveaux projets ? », actes du colloque de la Bnf, Chemins d’accès : l’autonomisation, une école du visiteur ?, novembre 2008. [En ligne] < http://www.classes.bnf.fr/rendezvous/actes/6/chaumier.pdf >.

Chomsky, Noam, McChesney, Robert W., Propagande, médias et démocratie, Montréal, Écosociété, 2004.

Ellul, Jacques, Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy, 1977 ; Le Cherche midi, 2004.

Falk, John, « Expérience de visite, identités et self-aspects », La lettre de l’OCIM, mai-juin 2012, no 141, p. 5-14.

Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 228-264.

Honneth, Axel, La réification. Petit traité de théorie critique, [Verdinglichung], 2005, Paris, Gallimard, 2007 (coll. NRF Essais).

Jacquinot-Delaunay, Geneviève, « Médiation, médiatisation, un entre-deux », Notions en question(s), 2003, no 7, p. 127-135.

Jacquinot-Delaunay, Geneviève, Monnoyer, Laurence, « Le dispositif. Entre usage et concept », Hermès, 1999, no 25.

Lefebvre, Henri, Critique de la vie quotidienne. De la modernité au modernisme (Pour une métaphilosophie du quotidien), tome 3, Paris, L’Arche, 1981.

Mattelart, Armand, Neveu, Érik, « Cultural studies’ stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Réseaux, 1996, vol. 14, no 80, p. 11-58. [En ligne] < http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1996_num_14_80_3799 >.

Montpetit, Raymond, « Médiation », in Desvallées, André, Mairesse, François (dir), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 215-233.

Rallet, Alain, « Une économie de la communication ? », Hermès, 2006, no 44.

Rancière, Jacques, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008.

Vidal, Geneviève, « Le Web 3.0, pour en finir avec le Web 2.0 ? », Documentation et bibliothèques, octobre-décembre 2009, vol. 55, no 4, p. 201-207.

— « Des sites ressources à la tentation contributive », in Fabrice, Papy (dir.), Évolutions sociotechniques des bibliothèques numériques : Traité des sciences et techniques de l’Information, Paris, Hermès Science Publication, 2010, p. 61-83.

— Le renoncement négocié. Pour une analyse dialectique des usages des technologies interactives, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Vitalis, André : Bordeaux, Université Bordeaux 3, 2010.

— « Les tables interactives dans les expositions scientifiques : de l’interactivité à l’expérience », Culture & musées, 2012, no 19, p. 111-127.

— « Instabilité et permanence des usages numériques », Les Cahiers du numérique, 2013/2 (vol. 9). [En ligne] < http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2013-2.htm >.

— « La médiation numérique, formes renouvelées de participation des publics aux activités des musées », in Chapelain, Brigitte (dir.), Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux, Paris, Éditions Hermann, 2015, p. 139-157.

Notes

1 L’expression « médiation culturelle » est utilisée surtout depuis les années 1980, bien que les actions associées remontent au début du xxe siècle avec les visites guidées. La question de la médiation est devenue incontournable notamment depuis la loi no 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux Musées de France. Voir par exemple sur la notion : Serge Chaumier, « Les musées : nouvelles formes de médiation, nouveaux projets ? », actes du colloque de la Bnf, Chemins d’accès : l’autonomisation, une école du visiteur ?, novembre 2008. [En ligne] < http://www.classes.bnf.fr/rendezvous/actes/6/chaumier.pdf>. Également sur la médiation numérique, les rencontres « Médiation & numérique dans les équipements culturels » organisées par le ministère de la Culture de 2011 à 2013. [En ligne] < http://www.rencontres-numeriques.org/ >.

2 Nous pouvons ancrer les récentes politiques des publics dans celles, plus anciennes, de fidélisation : voir par exemple Claude Fourteau, « Politiques de fidélisation, l’adhésion annuelle au musée », Publics et musées, 1996, no 9, p. 129-142.

3 On pourra se référer aux travaux du ministère de la Culture [En ligne] < http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/ >, notamment les chapitres consacrés à la fréquentation des lieux de patrimoine, dont les musées : Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Enquête 2008, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication ; La Découverte, 2009. [En ligne] < http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/index.php >.

4 Nous soulignons les terminaux et logiciels/applications. Voir Geneviève Vidal, « Instabilité et permanence des usages numériques », Les Cahiers du numérique, 2013/2 (vol. 9). [En ligne] < http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2013-2.htm >.

5 [Vidal, 2015].

6 La qualification des usages créatifs renvoie aux industries créatives (voir numéro de la revue en ligne Tic et Société [En ligne] < http://ticetsociete.revues.org/747 >), qui englobent non seulement la consommation culturelle et communicationnelle, les activités éducatives et de loisirs, mais aussi la publicité, la mode, la gastronomie ou le tourisme, valorisant les territoires et le tissu économique de ces derniers, tout en sollicitant la contribution des usagers.

7 L’approche en sciences de gestion/marketing s’exprime fréquemment sur ce thème.

8 À partir de Benghozi et Paris (2003) qui s’appuient sur le secteur de l’audiovisuel, nous proposons de faire le parallèle avec les algorithmes.

9 De Benghozi et Paris (2007) (en ligne), nous retiendrons notamment que l’économie de l’Internet a ouvert « la voie à de nouvelles structures de marché en mettant en avant une fonction de prescription clairement distincte des fonctions d’offre d’une part, des fonctions logistiques et de mise à disposition des biens d’autre part ». Pierre-Jean Benghozi, Thomas Paris, “The economics and business models of prescription in the Internet”, Internet and Digital Economics – Principles, Methods and Applications, Cambridge University Press, p. 291-310, 2007. [En ligne] < hal-00263198 >.

10 Sur le dispositif, voir : Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 228-264 ; Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages, 2007 (coll. Rivages poche/Petite bibliothèque) ; Geneviève Jacquinot-Delaunay, Laurence Monnoyer, « Le dispositif. Entre usage et concept », Hermès, 1999, no 25.

11 Geneviève Vidal, Le renoncement négocié. Pour une analyse dialectique des usages des technologies interactives, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, sous la direction d’André Vitalis : Bordeaux, Université Bordeaux 3, 2010.

12 Cette capacité de négociation peut renvoyer à une réception active de contenus culturels telle que les analysent les cultural studies, nées dans les années 1960 en Grande-Bretagne. C’est à partir du questionnement des notions de culture et de pouvoir relatives à la réception des médias et industries culturelles que Stuart Hall a déployé un modèle d’analyse fondé sur les notions de « codage » et de « décodage », et en particulier le « décodage négocié », un mélange d’opposition et d’adaptation. Voir Armand Mattelart, Érik Neveu, « Cultural studies’ stories. La domestication d’une pensée sauvage ? », Réseaux, 1996, vol. 14, no 80, p. 11-58. [En ligne] < http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1996_num_14_80_3799 >.

13 Emmanuelle Bermès, « Bibliothèques, archives et musées : l’enjeu de la convergence des données du patrimoine culturel », Documentaliste sciences de l’information, 2011, vol. 48, no 4, p. 45-47.

14 En retenant que l’émancipation « commence quand on remet en question l’opposition entre regarder et agir, quand on comprend que les évidences qui structurent ainsi les rapports du dire, du voir et du faire appartiennent elles-mêmes à la structure de la domination et de la sujétion » (Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008, p. 19).

15 Travaux notamment mobilisés en ce qui concerne médiation et lien social : Geneviève Jacquinot-Delaunay, « Médiation, médiatisation, un entre-deux », Notions en question(s), 2003, no 7, p. 127-135 ; Jean Caune, « La médiation culturelle : une construction du lien social », Les enjeux, 1999. [En ligne] < http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2000/Caune/index.php >.

16 L’hypermédiation est un principe de création et de mise en relation de documents et données numériques. Voir Jean-Pierre Balpe, Hypertextes, hypermédias, nouvelles écritures, nouveaux langages, Paris, Hermès Science Publications, 2001.

17 Nous retenons dans ce cadre le responsive design, pour des interfaces s’adaptant aux terminaux, dispositifs et écrans.

18 CNIL, « Vie privée à l’horizon 2020 », Cahiers IP, 2012. [En ligne] < https://www.cnil.fr/sites/default/files/.../CNIL-CAHIERS_IPn1.pdf >.

« Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, CNRS Éditions, 2009. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2009-1.htm >.

19 Actifs dans le sens où les usagers s’appuieraient sur une « capacité créatrice des communications et des informations » (Lefebvre, 1981, p. 143-144). Henri Lefebvre, Critique de la vie quotidienne. De la modernité au modernisme (Pour une métaphilosophie du quotidien), tome 3, Paris, L’Arche, 1981.

20 Philippe Bouquillion présente une approche critique de la notion d’empowerment. Socio-économie des industries culturelles et pensée critique : le Web collaboratif au prisme des théories des industries culturelles, Contributions aux recherches critiques sur la communication dans le cadre du programme ANR « Culture, création » (2009-2013). [En ligne] < http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2013-supplement/05Bouquillion/home.html >.

21 Chomsky n’aborde pas les technologies numériques abordées ici, mais une forme de « propagande » de celles-ci peut être identifiée, aussi nous nous référons à Noam Chomsky, « Les exploits de la propagande », p. 32, in Noam Chomsky, Robert W. McChesney, Propagande, médias et démocratie, Montréal, Écosociété, 2002/2004, p. 13-67.

22 Voir le rapport d’étude : Geneviève Vidal, avec la collaboration de Cecilia Jauniau, Ilaria Valoti, Anne Gagnebien, « Usages de dispositifs de médiation multimédia : tablette tactile et puces rfid ; table multitouch », exposition Le Musée des Confluences dévoile ses réserves, présentée au Musée gallo-romain de Fourvière – Lyon, 16 décembre 2010-8 mai 2011, LabSic – Université Paris 13, Musée des Confluences, 2011. [En ligne] < http://www.erasme.org/Evaluation-Ipad-Museotouch >.

23 Jacques Ellul analyse clairement la situation des individus « soumis » à l’ordre technique. Jacques Ellul, Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy ; Le Cherche midi, 1977/2004.

24 Les fablabs sont des tiers-lieux permettant notamment, grâce à leurs équipements numériques, le développement de projets personnels. Les espaces de co-working sont d’autres tiers-lieux équipés pour des projets professionnels.

25 Voir Alain Rallet, « Une économie de la communication ? », Hermès, 2006, no 44, p. 176. Voir également Dominique Carré, Geneviève Vidal, Hyperconnectivité. Enjeux économiques, sociaux et environnementaux, volume 3, série « Informatique et Société connectées », Londres, ISTE éditions, 2018 (en cours) (coll. Systèmes d’information, web et société).

26 Axel Honneth, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2005/2007 (coll. NRF Essais).

27 L’intériorisation de la contrainte et du contrôle par les individus a particulièrement été analysée par Durkheim, 1975, p. 22-31 (Émile Durkheim, Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit, 1975, vol. 1) ; Bourdieu, 1980, p. 134-135 (Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980).

28 Serge Chaumier, « Les musées : nouvelles formes de médiation, nouveaux projets ? », art. cit.

29 Raymond Montpetit, in André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 216.

30 Geneviève Vidal, « Les tables interactives dans les expositions scientifiques de l’interactivité à l’expérience », Culture & musées, 2012, no 19, p. 111-127.

31 Ce jeu concours a été organisé du 9 décembre 2013 au 23 février 2014. Toutes les photographies reçues ont été publiées sur le groupe Flickr créé par le Château des ducs de Bretagne. [En ligne] < http://www.flickr.com/groups/jardinsjaponais >.

32 Nicolas Auray, « Le Web participatif et le tournant néo-libéral : des communautés aux solidarités », in Serge Proulx, Florence Millerand, Julien Rueff (dir), Web social : mutation de la communication ?, Québec, Presses universitaires de Québec, 2010, p. 33-50.

33 Nous l’avons particulièrement relevé lors de l’étude d’usages d’applications mobiles : Geneviève Vidal, Florent Laroche, « Modélisation et simulation du patrimoine : pour une évaluation critique des applications numériques », en partenariat avec l’École centrale de Nantes, l’Université Nantes Angers Le Mans (LUNAM), l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes (IRCCyN), Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication (LabSIC), le réseau Usages des patrimoines numérisés (UDPN), l’université Sorbonne-Paris-Cité (USPC), 2015-2016.

34 Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008, p. 21, sur le domaine du théâtre.

35 Consortium W3C : [En ligne] < http://www.w3.org/2001/sw/ >.

36 Sélection d’études menées par Geneviève Vidal, avec la collaboration de Ilaria Valoti, Cecilia Jauniau, Anne Gagnebien : « Modélisation et simulation du patrimoine : pour une évaluation critique des applications numériques », art. cit. ; « Pré-évaluation des usages des dispositifs “Gérez votre portefeuille” et “Reliez les acteurs” de la future exposition Économie à la Cité des sciences et de l’industrie », art. cit. ; « Analyse des usages de l’iPad et de la Muséotouch », Le Musée des Confluences dévoile ses réserves, Musée gallo-romain de Fourvière – Lyon, art. cit. ; « Usages d’un prototype de réalité augmentée », de l’exposition « Objectif Terre », Rapport d’étude, LabSIC – Université Paris 13, Cité des sciences et de l’industrie, Département Évaluation et prospective, du 24 novembre 2009 au 10 janvier 2010 ; « Premiers usages de la table interactive “Biodiversité et écosystèmes” », Exposition « Objectifs Terre », Rapport d’étude, LabSIC – Université Paris 13, Cité des sciences et de l’industrie, Département Évaluation et prospective, Paris, 2009 ; « Usages des dispositifs Jeu de piste Bluetooth, Sekai camera, Musetrek », Rapport d’étude de l’exposition Ma Terre Première, LabSIC – Université Paris 13, Cité des sciences et de l’industrie, Département Évaluation et prospective, du 30 octobre au 18 décembre 2009.

37 John-H. Falk, « Expérience de visite, identités et self-aspects », La lettre de l’OCIM, mai-juin 2012, no 141, p. 5-14.

38 Ibid., p. 6-8.

39 Raymond Montpetit, « C’est par la médiation de sa culture qu’un individu perçoit et comprend le monde et sa propre identité : plusieurs parlent alors de médiation symbolique », in André Desvallée et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de la muséologie, Paris, Armand Colin, 2011 (coll. La muséologie), p. 215.

40 Geneviève Vidal, « La médiation numérique, formes renouvelées de participation des publics aux activités des musées », in Brigitte Chapelain (dir.), Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux, Paris, Éditions Hermann, 2015, p. 139-157.

41 Geneviève Vidal, Florent Laroche, « Modélisation et simulation du patrimoine : pour une évaluation critique des applications numériques », 2015-2016, art. cit.

42 Voir les usages de la Museotouch in Geneviève Vidal, avec la collaboration de Cecilia Jauniau, Ilaria Valoti, Anne Gagnebien, « Usages de dispositifs de médiation multimédia : tablette tactile et puces rfid ; table multitouch », exposition Le Musée des Confluences dévoile ses réserves, op. cit.

43 Geneviève Vidal, « Le Web 3.0, pour en finir avec le Web 2.0 ? », Documentation et bibliothèques, octobre-décembre 2009, vol. 55, no 4, p. 201-207.

44 Geneviève Vidal, « Des sites ressources à la tentation contributive », in Fabrice Papy (dir.), Évolutions sociotechniques des bibliothèques numériques : Traité des sciences et techniques de l’information, Paris, Hermès Science Publication, 2010, p. 61-83.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search