Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 5. Formes de la prescription muséale numérique

Prescrire la visite de musée :

De la recommandation à l’optimisation ?

Marie-Sylvie Poli

Texte intégral

  • 1 Loup Wolff (dir.), Chiffres clés 2016 : statistiques de la culture et de la communication / Ministè (...)
  • 2 Marie-Christine Bordeaux, « Les enjeux de la médiation culturelle au musée », in Jean-Claude Duclos (...)
  • 3 Sciences de l’information et de la communication : désormais SIC dans la contribution.
  • 4 Brigitte Juanals, “Museums as reterritorialization space at the digital age: betwen knowledge publi (...)
  • 5 Dans le champ des sciences de l’éducation : Éric Triquet, « L’écriture au service du “lire” dans un (...)
  • 6 Notamment Florence Andreacola, « Nouvelles modalités d’appropriation et de partage au musée : les p (...)
  • 7 Emmanuel Ethis, Marie-Sylvie Poli, « Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques », (...)

1Selon les statistiques1 du ministère de la Culture sur 2014, les musées de France ont comptabilisé près de 65 millions de visites, soit une légère progression de + 1 % par rapport à 2013. Ce chiffre somme toute flatteur pour ce secteur est révélateur d’un intérêt des publics actuels pour les différents types de musées qui, par l’exposition, revendiquent leur fonction sociale de passeurs de savoirs dans les domaines des patrimoines matériels et immatériels, des sciences, des techniques, de l’histoire, des cultures et des civilisations. Ce résultat chiffré de la fréquentation des musées et des expositions gagne aussi à être lu comme le résultat d’une activité économique et professionnelle en perpétuelle mutation depuis une trentaine d’années dans ce secteur de la culture : les métiers de la communication et de la médiation dans le champ muséal2. De plus, en nous référant aux recherches que nous avons menées depuis les années 1990 sur les raisons qui invitent les visiteurs à se rendre au musée, nous pensons que cette tendance reflète aussi les effets incitatifs des discours de prescription à la visite au musée, sous toutes leurs formes actuelles, papier ou numérique, traditionnelle ou participative (campagne de communication médias, critique spécialisée ou tout public, blogs, réseaux sociaux etc.). Parallèlement, les recherches récentes centrées sur le numérique en sciences de l’information et de la communication3, qui prennent pour objet la médiation et la transmission des savoirs dans le champ muséal, sont précieuses pour saisir la complexité des enjeux économiques, culturels et technologiques que le numérique impulse depuis une dizaine d’années dans les musées4. La plupart des résultats fournis par ces travaux en SIC sont orientés par le choix des terrains des chercheurs, ou par leurs cadres théoriques de prédilection5, et sont repris dans la littérature et les thèses en « numérique et muséologie »6. On sait désormais que le numérique autorise potentiellement la communication de savoirs de plus en plus complets, de connaissances et d’avis mis à disposition de visiteurs équipés. Chaque internaute ou chaque possesseur d’un « téléphone intelligent » devant ainsi désormais être considéré comme public cible des médias muséaux7.

2C’est pourquoi notre propos ne visera pas à commenter à notre tour les apports stimulants de ces recherches sur les différents modes d’expression et les différents formats discursifs des dispositifs sémiotiques (langues, chiffres, images…) que les services des publics des musées et des sociétés spécialisées dans le domaine des machines numériques proposent à tous les types de visiteurs, dans la majorité des pays occidentaux.

  • 8 [En ligne] < http://agorantic.univ-avignon.fr/presentation >.

3Afin de placer notre propos dans une actualité de la recherche pluridisciplinaire sur la prescription dans le champ muséal, nous prenons le parti de proposer une réflexion critique sur ce que nous a appris notre participation à un projet de recherche pluridisciplinaire original initié par l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse en 2011, à savoir : la création de la Structure Fédérative de Recherche Agorantic, devenue la Fédération de Recherche 2631 Agorantic « Culture, Patrimoines, Sociétés numériques » du CNRS8. Car ce que nous y avons appris sur la prescription dans le champ muséal pourrait être convoqué pour d’autres secteurs de la culture comme la lecture, les concerts, les festivals ou le cinéma.

4Après avoir présenté le projet Agorantic dans ses grandes lignes, nous centrerons notre analyse sur une recherche qui porte sur un genre particulier de dispositif de prescription culturelle auquel nous participons en tant que muséologue et chercheur en communication : « Le moteur de recommandation à la visite par optimisation » (MRVO). Nous consacrerons ensuite l’espace nécessaire à une discussion critique sur cette expérience menée avec des chercheurs en informatique et en géomatique. La conclusion nous permettra de proposer certains arguments plutôt favorables à la poursuite de ce type de projets interdisciplinaires sur le concept de prescription culturelle.

Le pari d’une recherche pluridisciplinaire entre les sciences humaines et sociales et l’informatique

  • 9 Pour la prescription au musée : Marie-Sylvie Poli, Le texte au musée : une approche sémiotique, Par (...)
  • 10 [En ligne] < http://www.univ-avignon.fr/fr/recherche/laboratoires.html >.
  • 11 Chaque année, l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse dédie un budget recherche à l’Agoranti (...)

5Les chercheurs en SIC sont par formation et par conviction amateurs de problématiques dont les questions de recherche leur permettent de solliciter des disciplines proches comme la sociologie, la sémiologie, les sciences du langage, l’histoire, l’ethnographie, et d’autres pans des sciences humaines et sociales. Les travaux que nous avons menés sur les discours de la critique et de la prescription culturelle sont ainsi tout autant représentatifs de croisements épistémologiques entre la muséologie, la linguistique, la pragmatique et la sociologie de la culture9. Ceux d’entre nous qui s’intéressent à la culture numérique, aux technologies d’information et de communication ou à l’internet ont de leur côté élargi le spectre du pluridisciplinaire au-delà des sciences humaines, en menant des collaborations avec des chercheurs en informatique ou dans les humanités numériques. Le positionnement pluridisciplinaire de l’Agorantic nous intéresse donc ici à plusieurs titres puisque, dès son origine, l’objectif scientifique de ce projet porté par l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse fut de faire émerger et de réaliser des recherches pluridisciplinaires d’excellence entre les SHS et l’informatique, en prenant pour objet d’observation et d’application les effets du numérique sur la culture, les patrimoines (matériels et immatériels). La question des pratiques contemporaines de la culture et des différents vecteurs culturels (festivals, musées, expositions, médiation, Internet, réseaux sociaux) étant au centre du projet. Actuellement, les chercheurs impliqués dans les projets et les thèses de l’Agorantic sont des chercheurs permanents des laboratoires de l’UAPV en sciences de l’information et de la communication (SIC), informatique, histoire, géographie, science politique, droit et économie, lettres10. Le fait qu’Avignon soit internationalement reconnue comme ville de culture et de patrimoines a évidemment participé à mobiliser ces collègues dont les recherches n’avaient a priori que peu à voir avec ces deux domaines traditionnellement prisés par les historiens et les sociologues de la culture. C’est ainsi que, dès les premiers projets financés par l’Agorantic11, nous avons eu en tant que muséologues l’opportunité de travailler avec des informaticiens et des géomaticiens sur des problématiques et des sujets de thèse liés aux effets du numérique sur les nouvelles pratiques de prescription de visite de musée.

  • 12 Juan-Manuel Torres-Moreno, Marc El Beze, Fen Zhou, Philippe Michelon, Didier Josselin et Mayeul Mat (...)

6Venons-en à l’essentiel, à savoir ce qui, dans ces projets Agorantic, concerne la question de la prescription culturelle par Internet, et plus particulièrement le sujet de la prescription numérique à la visite de musée ou d’exposition pour des publics équipés de téléphones intelligents. Parmi les collègues informaticiens intéressés à travailler sur ce sujet, certains sont des spécialistes du traitement automatique de la langue. D’autres sont des informaticiens et des géomaticiens experts en optimisation12. Tous ces informaticiens chercheurs ont un réel intérêt pour le musée qu’ils pratiquent en amateurs, les muséologues impliquées étant moi-même et Florence Andreacola, alors doctorante en SIC à Avignon.

7Point de départ de la réflexion : la majorité des travaux visant à connaître les publics de musée et à comprendre leurs motivations à visiter les expositions sont réalisés sur le terrain musée, auprès de personnes ayant déjà visité ou sur le point de le faire. Ces études permettent aujourd’hui de bien connaître les profils socioculturels de ces visiteurs ainsi que leurs modalités de visite : combien de temps passé, dans quels lieux, avec qui, pour quelle satisfaction, en mettant en œuvre quelles tactiques de visite, en utilisant ou non les palettes de dispositifs de médiation, après avoir lu ou non des critiques, en étant allé surfer sur internet au préalable ou non, en utilisant les réseaux sociaux etc. Pour autant, jusqu’à présent, nous n’avons pas de résultats sur ce que les visiteurs potentiels ont envie de voir, de visiter sans avoir déjà fait la démarche de cibler un musée ou une exposition précis. En effet, nous n’avons pas encore les outils d’enquête sur le Web capables de recueillir les désirs de visite de musée exprimés massivement en langue naturelle sur Internet, ni de les analyser pour, in fine, proposer des prescriptions de visite qui répondent à ces appétits de découverte muséale. Or, en proposant de concevoir et de tester des algorithmes de traitement automatique des langues adaptés à ce besoin des sciences humaines et sociales, les informaticiens permettent de faire sauter ce verrou technologique et méthodologique. D’autant que ces données peuvent être partagées, reprises et commentées par d’autres internautes, créant ainsi un modèle de prescription novateur, entièrement participatif. Sur le principe, chaque discipline y trouve son compte, aucune ne devenant la discipline ancillaire de l’autre.

8Assez rapidement, nous nous mettons d’accord sur le fait que, si un projet pluridisciplinaire comme ce MRVO devient possible et envisageable, 1) ce sera un projet structurant et fédérateur offrant de travailler de manière pluridisciplinaire tant sur la question du recueil que sur celle du traitement informatique et linguistique des données ; 2) les recherches en muséologie de la réception gagneront en connaissance sur les effets prescripteurs des moteurs de recommandation à faire venir les publics équipés au musée ; 3) les chercheurs en géomatique trouveront là un nouveau terrain de recherche pour tester leurs hypothèses d’optimisation des trajets dans l’espace clos du musée ; 4) ce type de moteur participatif de recommandation à la visite par optimisation permettra aux musées de renouveler le paradigme de l’évaluation de leurs expositions, de connaître finement et en temps réel les goûts et les besoins des publics. Autant de bonnes raisons pour commencer à travailler en 2011 sur des recherches issues du projet MRVO fondateur nommé @MUSE qui vise à répondre à cette problématique : que peut-on offrir de plus à un visiteur de musée en s’appuyant sur les acquis du traitement automatique de la langue naturelle, des techniques d’optimisation et des réseaux de communication ?

9L’idée principale du projet @MUSE est la suivante : accompagner le visiteur équipé d’une application @MUSE pour téléphone intelligent avant, pendant et après sa visite de musée, afin que cette personne profite le plus possible de sa visite, dans le temps dont il déclare disposer. Avant la visite : sélection automatique de textes aidant le visiteur à préparer sa visite dans sa langue et selon ses propres critères. Pendant la visite : en fonction du trajet effectué en début de visite, conseiller au visiteur une suite adaptative tenant compte du temps qu’il souhaite y consacrer. Après la visite : offrir au visiteur la possibilité d’exprimer son avis sur ce qu’il a vu, et aussi et surtout consulter les avis d’autres visiteurs équipés de @MUSE. Ce dernier point peut constituer aussi une sorte de mémoire de la visite réalisée, avec des données exploitables par les chercheurs, notamment pour affiner les algorithmes et les interfaces avec l’utilisateur. Dans un tel dispositif, peut-on pour autant parler de recommandation et de prescription culturelle ?

Le concept d’optimisation est-il pertinent avec le concept de prescription culturelle ?

Concept de prescription culturelle et muséologie

  • 13 Antoine Culioli, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, 1973, no 20, p. 8 (...)
  • 14 Roland Barthes, « Éléments de sémiologie », Communications, 1964, no 4, p. 91-135 ; Vincent Lucci ( (...)
  • 15 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 ; James Clifford, Malaise dans la (...)
  • 16 Marie-Sylvie Poli, « La notion de valeur appliquée à l’évaluation muséale », in Lucie Daignault, Be (...)

10Nous avons abordé le concept de prescription culturelle dans nos travaux sur les discours de la médiation écrite au musée et sur la critique d’exposition à partir d’une approche qui place en son centre la linguistique de l’énonciation (Culioli, Moirand13), la sémiologie (Barthes, Lucci, Harris14) et l’anthropologie de la culture (Foucault, Clifford, Doueihi15). Comme nos terrains de recherche nous ont permis de mener des enquêtes de fond sur la réception des expositions et de leurs dispositifs de médiation (du modeste cartel au dispositif numérique sophistiqué), nous avons pu évaluer les enjeux et les effets des différents registres de la prescription comme la critique, l’affichage, la médiation écrite, les blogs, les réseaux sociaux16. Notre principale hypothèse de recherche étant que toute prescription culturelle peut être considérée comme un dispositif visant à convaincre de l’intérêt culturel de l’objet commenté. De la sorte, au musée, nous considérons comme outils de prescription culturelle l’ensemble des points de vue des auteurs d’une exposition, intégrés à la muséographie par des dispositifs sémiotiques variés (parcours, textes écrits ou oralisés, sons, vidéos, interactifs etc.), visant à proposer leurs grilles de lecture et d’interprétation du monde aux visiteurs.

  • 17 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.
  • 18 Hannah Arendt, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 2005 (coll. Folio essais).
  • 19 Margot Baran, « Passeurs de sens », in Samuel Vermeil, Annick Lantenois (dir.), tXt 2Design graphiq (...)
  • 20 Annick Lantenois, Le vertige du funambule. Le design graphique entre économie et morale, Paris, B42 (...)

11Ainsi, selon nous, la prescription culturelle remplit la fonction de médiation des savoirs et des points de vue qui répond en partie aux horizons d’attente de celui qui la lit. En cela, les écrits de prescription sont formellement dialogiques au sens de Bakhtine17 puisqu’ils renouvellent en permanence des formes linguistiques, culturelles et pragmatiques d’adresse au lecteur initiées bien avant l’avènement du consumérisme culturel18. Le système économique culturel compte désormais sur la critique participative par les réseaux sociaux pour nous inciter à « consommer » de la culture selon ce que nous imaginons être nos propres critères de choix et de sélection. Afin de jouer leur rôle de facilitateur de rencontre entre les œuvres, les musées, les expositions et les publics, les écrits de prescription culturelle déploient des stratégies de design graphique destinées à faciliter le guidage de la perception et de la réception des messages19, car la prescription sert aussi à raconter des histoires de savoirs et de séduction par le savoir20.

  • 21 Paul Virilio, La pensée exposée : textes et entretiens, Arles, Actes Sud/Fondation Cartier pour l’a (...)

12Lorsqu’elle est proposée sous des formats dits classiques, c’est-à-dire non participative sur le Web, la prescription culturelle (qu’il s’agisse de la critique ou de la médiation muséale) instaure un temps de lecture intime et de réflexion non négligeable, ce qui donne au lecteur le temps de se comprendre soi-même et de se positionner par rapport aux éléments décrits et prescrits. Avec les dispositifs interactifs et participatifs dont sont friands les amateurs de réseaux sociaux, ce temps de réception réflexif se réduit, l’internaute étant incité à répondre sur-le-champ ou à se perdre dans la masse des avis rapidement exprimés (Virilio21). La prescription s’inscrit alors dans un flux tendu plus propice au sautillement qu’à l’approfondissement. L’intérêt restant toutefois la position de scripteur actif proposée à l’internaute dans le dispositif même de prescription partagée.

  • 22 Yves Jeanneret, Penser la trivialité, volume 1, la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès (...)

13C’est en nous appuyant sur ces différents arguments que nous proposons de considérer les écrits de prescription culturelle comme se rattachant entièrement au concept d’archive tel que Jeanneret22 le définit à partir des travaux de Foucault, à savoir : un point de vue sur la culture, dans la mesure où la culture est envisagée non pas comme un trésor constitué, mais comme une constante réappropriation des « énoncés » qui circulent, qui deviennent identifiables, nommables et dignes d’intérêt, des procédés, par exemple, comme la réécriture du commentaire ou l’organisation documentaire. L’écrit de prescription, on l’a dit précédemment, s’appuie toujours sur une mécanique de réécriture d’avis antérieurs et est, de ce fait, par nature destiné à être repris par des énonciateurs potentiels à venir. Cette vision de la prescription, que confirme ce qu’on serait tenté d’appeler un nouvel humanisme numérique, est-elle toutefois compatible avec l’optimisation de la visite au musée ?

Concept d’optimisation et muséologie

14En informatique, « optimisation » est un des concepts clés de l’application des méthodes et des algorithmes de la recherche opérationnelle visant à l’optimisation de ressources dans divers contextes, y compris dans les réseaux et le traitement automatique du langage naturel écrit et oral. Les chercheurs en optimisation concentrent globalement leurs travaux sur les algorithmes et les outils mathématiques et informatiques, en privilégiant des applications sociales concrètes (gestion, finance, santé). Les travaux de l’Agorantic en optimisation et en recherche opérationnelle appliqués à la culture sont, à ce titre, novateurs et spécifiques à l’université d’Avignon.

15Aussi dans le groupe projet @MUSE présenté ci-avant, la notion d’optimisation de la visite du musée a-t-elle intéressé : 1) les géomaticiens qui travaillent à l’optimisation des trajets (en temps et en distance) dans un lieu fermé ou en territoire ouvert ; 2) les informaticiens en traitement automatique du langage naturel écrit qui travaillent à l’extraction de données sur les réseaux et à la composition de résumés automatisés ; 3) les muséologues qui testent de nouvelles formes d’adresse aux visiteurs et de prescription à la visite.

16En quoi s’agit-il d’un dispositif comportant de la prescription numérique ? On a vu que le dispositif suppose que les visiteurs installent une application spéciale fournie par le musée sur leurs téléphones intelligents. Avec cette application, le visiteur est en mesure d’obtenir les informations sur les œuvres exposées dans ce musée, par exemple : leur description, leur popularité, la disponibilité de l’œuvre, le nombre de personnes présentes à un moment donné dans les salles, le plan du musée. Afin de faciliter l’accès aux œuvres choisies, nous proposons des circuits optimisés de visite pour chaque visiteur en fonction de ses besoins exprimés en langue naturelle (ses envies, le temps dont il dispose). L’application peut proposer une solution statique (sans changement d’avis de l’utilisateur pendant la visite) ou dynamique (choix différent des salles, nouvelle recommandation en fonction du retard pendant le parcours etc.). En outre, cette application peut également indiquer l’emplacement actuel des visiteurs dans le musée. Prenant appui sur ces informations, notre application prescrit le circuit de visite optimisé en fonction des besoins et des goûts des visiteurs, mais aussi en fonction des œuvres exposées et des salles plus ou moins fréquentées.

17À quoi correspond concrètement ce transfert du concept d’optimisation conçu par @MUSE au discours de la prescription muséale tel qu’il nous préoccupe en tant que muséologue ?

18Il s’agit dans un premier temps d’analyser les préférences du visiteur qu’il a exprimées en langage naturel sur l’application. Or, traiter les données en langue naturelle écrite par lesquelles les internautes expriment leurs goûts et leurs désirs de visite induit rapidement des blocages épistémologiques entre chercheurs en SIC et les informaticiens en traitement automatique des langues. Par exemple : une fois les éléments saillants détectés, les informaticiens proposent des résumés personnalisés pour chaque visiteur, conçus automatiquement. Les experts en médiation culturelle réagissent peu favorablement à l’idée de ces résumés automatisés en s’appuyant sur le paradigme anthropologique de la communication et la place centrale qu’ils donnent à la dimension subjective et culturelle de toute prescription. D’autant qu’afin de s’affranchir des limites technologiques imposées par la taille des dispositifs (petits écrans), les résumés peuvent être produits en faisant appel aux algorithmes de compression de phrases.

19En recherche opérationnelle, la fouille d’opinion permet d’analyser et de classer les avis exprimés par les visiteurs. Si le classement par degré d’efficacité en temps et en déplacement convient aux informaticiens, on comprend aisément que, pour les muséologues, classer la prescription à regarder une œuvre selon des critères exclusivement mathématiques entraîne des ruptures dans la compréhension des accrochages et des parcours d’exposition qui sont de réels outils de médiation, mais aussi en termes de temps donné au regard et à la lecture des textes de médiation, sans pour autant négliger – bien au contraire – la dimension plaisir de la découverte, inhérente à toute visite de musée.

20Enfin, si la carte du musée est disponible, les géomaticiens proposent d’utiliser des méthodes à base de graphes pour représenter le plan du musée et montrer en temps réel la solution graphique et l’évolution du parcours au visiteur équipé de l’application. De cette façon, l’utilisateur pourra suivre le parcours de la visite (cela lui donnera une idée claire de ce qui a été vu et de ce qui lui reste à voir), comme dans les systèmes de type GPS, sans forcément être lié à une technologie particulière. Cet argument nous intéresse car nous savons de manière certaine que les fins de parcours sont toujours négligées par les visiteurs qui n’ont anticipé ni la fatigue muséale du piétinement et de la fréquentation forcée des autres visiteurs, ni le temps de lecture des aides à la visite, ni la superficie d’ensemble des salles à parcourir.

21Malgré tous ces points de discussion épistémologique et parfois d’achoppement méthodologique mis en évidence par @MUSE, nous avons conçu d’autres projets de recherche MRVO dans l’esprit Agorantic permettant aux informaticiens et aux chercheurs en communication d’avancer ensemble dans le domaine du traitement automatique des désirs des publics exprimés en langue naturelle sur le Web, et des données que les musées et les institutions muséales déposent sur le Web (sites, collections, dossiers de presse, applications pour des expositions temporaires, notices scientifiques sur les œuvres et les pièces des collections, aides à la visite, jeux pour les jeunes publics etc.).

22Nous avons réalisé que le principe et les outils mathématiques d’optimisation qui s’avèrent pertinents en recherche opérationnelle posaient des problèmes communicationnels encore insolubles, car la médiation comporte quantité de valeurs culturelles et axiologiques que la seule information linguistique codée n’est pas capable de transmettre.

23Nous avons par ailleurs compris qu’en travaillant ainsi régulièrement en nous fixant des objectifs de publication et de communication pluridisciplinaire, nous participions activement aux débats qui se déploient aujourd’hui dans les humanités numériques et dans les Web studies, ce qui représente une réussite non négligeable, surtout pour les doctorants engagés avec nous dans ces aventures de recherches pluridisciplinaires.

  • 23 Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 20 (...)

24En conclusion, en nous appuyant sur le récit d’un projet de recherche pluridisciplinaire visant à concevoir un moteur de recommandation à la visite au musée par optimisation (MRVO), nous avons montré que le concept de prescription à la visite tendait aujourd’hui à être confondu avec l’idée de la seule optimisation du temps de visite consacré à un musée. Serait-ce le signe que la prégnance du « modèle Amazon » diffuse dans tous les secteurs de la culture la confusion à visée mercantile entre prescription et recommandation de consommation, et cela, bien au-delà des secteurs du livre, des DVD et des jeux vidéo23 ?

25Nous n’avons pas à ce jour les arguments pour avancer une telle hypothèse défaitiste. Par contre, en travaillant au plus près des méthodologies et des concepts des chercheurs qui, en recherche opérationnelle informatique, savent développer les algorithmes des moteurs de recommandation du type Amazon, nous sommes en mesure d’affirmer qu’il est indispensable que les chercheurs en SIC et en culture s’investissent sérieusement dans des équipes de recherche pluridisciplinaires SHS/Informatique afin que les acquis des humanités ne soient pas ignorés, voire foulés aux pieds. Nous faisons référence en priorité aux enjeux essentiels des recherches de type ethnographique et critique dans le domaine des méthodes d’enquête et d’entretien pour saisir les effets de la prescription sur des publics angoissés par une offre de plus en plus pléthorique et clinquante. Nous faisons pareillement référence à nos points de vue critiques en pragmatique et en sociolinguistique des dispositifs énonciatifs et discursifs des écrits de prescription culturelle, qu’ils soient sur le Web ou sur supports traditionnels. Nous revendiquons donc nos savoirs historicisés sur les publics de la culture et sur les effets récents du numérique sur ces publics. Même si nous savons que les capacités de l’informatique réseau et du traitement automatique des langues à traiter en quelques secondes des quantités colossales de données langagières fascinent les agents de l’économie numérique de la culture (et plus largement tous les professionnels des mondes de la culture), il est rassurant de réaliser que certains chercheurs en informatique sont prêts à entendre nos approches et nos cadres théoriques, à les mettre en discussion avec les leurs et à les intégrer à leurs modèles.

26Du travail reste donc à faire à l’interdisciplinaire, sur le terrain du partage des valeurs et des savoirs épistémologiques, pour mieux affiner nos conceptions mutuelles de l’expression du désir d’expérience culturelle, de la recommandation, de la prescription et de l’optimisation appliquée à la culture.

Bibliographie

Andreacola, Florence, « Nouvelles modalités d’appropriation et de partage au musée : les pratiques multiples de l’expérience de visite à l’époque de la culture numérique », thèse de doctorat sous la direction de Poli, Marie-Sylvie, Sanjuan, Éric : Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 2015.

Arendt, Hannah, La crise de la culture, [Between Past and Future], 1961, Paris, 2005 (coll. Folio essais).

Bakhtine, Mikhaïl, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

Baran, Margot, « Passeurs de sens », in Vermeil, Samuel, Lantenois, Annick (dir.), tXt 2Design graphique, Paris, ESAD Grenoble-Valence ; B42, 2015, p. 59-69.

Barthes, Roland, « Éléments de sémiologie », Communications, 1964, no 4, p. 91-135.

Bordeaux, Marie-Christine, « Les enjeux de la médiation culturelle au musée », in Duclos, Jean-Claude (dir.), Musée et société aujourd’hui, Grenoble, Éd. Patrimoine en Isère/Musée dauphinois, 2008, p. 188-194.

Breton, Philippe, Proulx, Serge, L’explosion de la communication, Paris, La Découverte poche, 2003 (coll. Sciences humaines et sociales).

Cardon, Dominique, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 2015.

Clifford, James, Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au xxe siècle, [The Predicament of Culture Twentieth-Century Ethnography, Literature, and Art], 1988, Paris, ENSB-A, 1996.

Culioli, Antoine, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, 1973, no 20, p. 83-91.

Doueihi, Milad, Qu’est-ce que le numérique ?, Paris, PUF, 2013.

Ethis, Emmanuel, Poli, Marie-Sylvie, « Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques », Culture & musées, 2014, no 24, p. 63-84.

Foucault, Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.

Glicenstein, Jérôme, L’art contemporain entre les lignes, Paris, PUF, 2013.

Gottesdiener, Hana, Davallon, Jean (dir.), « La muséologie : 20 ans de recherches », Culture & musées, hors-série, Arles, Éditions Actes Sud, 2013.

Harris, Roy, La sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS Éditions, 1993.

Jeanneret, Yves, Penser la trivialité, volume 1, la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès Lavoisier, 2008.

Juanals, Brigitte, “Museums as reterritorialization space at the digital age: betwen knowledge publishing and institutional communication”, The International Journal of the Inclusive Museum, vol. 9, issue 2, juin 2016, p. 19-26. [En ligne] < http://ijz.cgpublisher.com/product/pub.177/prod.333 >.

Lantenois, Annick, Le vertige du funambule. Le design graphique entre économie et morale, Paris, B42 ; la Cité du design, 2010.

Lucci, Vincent (dir.), Des écrits dans la ville. Sociolinguistique d’écrits urbains : l’exemple de Grenoble, Paris, L’Harmattan, 1998.

Moirand, Sophie, « Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative », Langages, 1992, no 105, p. 28-41.

Poli, Marie-Sylvie, Le texte au musée : une approche sémiotique, Paris, L’Harmattan, 2002.

— « Introduction. Comment parler de la critique d’exposition », Culture & musées, 2010, no 15, p. 13-21.

— « La notion de valeur appliquée à l’évaluation muséale », in Daignault, Lucie, Schiele, Bernard (dir.), Les musées et leurs publics : savoirs et enjeux, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014, p. 105-121.

Triquet, Éric, « L’écriture au service du “lire” dans une exposition de science, la littéracie muséale », Didaskalia, 2007, no 30, p. 9-37.

Virilio, Paul, La pensée exposée : textes et entretiens, Arles, Actes Sud/Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2012.

Winkin, Yves, Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck Université, 1996.

Wolff, Loup (dir.), Chiffres clés 2016 : statistiques de la culture et de la communication / Ministère de la Culture et de la Communication, Département des études, de la prospective et des statistiques, Paris, La Documentation française, 2016.

Notes

1 Loup Wolff (dir.), Chiffres clés 2016 : statistiques de la culture et de la communication / Ministère de la Culture et de la Communication, Département des études, de la prospective et des statistiques, Paris, La Documentation française, 2016, p. 137.

2 Marie-Christine Bordeaux, « Les enjeux de la médiation culturelle au musée », in Jean-Claude Duclos (dir.), Musée et société aujourd’hui, Grenoble, Éd. Patrimoine en Isère/Musée dauphinois, 2008, p. 188-194.

3 Sciences de l’information et de la communication : désormais SIC dans la contribution.

4 Brigitte Juanals, “Museums as reterritorialization space at the digital age: betwen knowledge publishing and institutional communication, The International Journal of the Inclusive Museum, juin 2016, p. 19-26. [En ligne]Volume 9 >, < Issue 2 >.

5 Dans le champ des sciences de l’éducation : Éric Triquet, « L’écriture au service du “lire” dans une exposition de science, la littéracie muséale », Didaskalia, 2007, no 30, p. 9-37. Dans le champ de l’esthétique : Jérôme Glicenstein, L’art contemporain entre les lignes, Paris, PUF, 2013, p. 114.

6 Notamment Florence Andreacola, « Nouvelles modalités d’appropriation et de partage au musée : les pratiques multiples de l’expérience de visite à l’époque de la culture numérique », thèse de doctorat, sous la direction de Marie-Sylvie Poli, Éric Sanjuan : Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 2 décembre 2015. [En ligne] < http://www.theses.fr/2015AVIG1149 >.

7 Emmanuel Ethis, Marie-Sylvie Poli, « Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques », Culture & musées, 2014, no 24, p. 63-84.

8 [En ligne] < http://agorantic.univ-avignon.fr/presentation >.

9 Pour la prescription au musée : Marie-Sylvie Poli, Le texte au musée : une approche sémiotique, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 87. Pour la critique d’exposition : Marie-Sylvie Poli, « Introduction. Comment parler de la critique d’exposition », Culture & musées, 2010, no 15, p. 13-21.

10 [En ligne] < http://www.univ-avignon.fr/fr/recherche/laboratoires.html >.

11 Chaque année, l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse dédie un budget recherche à l’Agorantic pour mener à bien des projets fédérateurs.

12 Juan-Manuel Torres-Moreno, Marc El Beze, Fen Zhou, Philippe Michelon, Didier Josselin et Mayeul Mathias du Laboratoire informatique d’Avignon (LIA/UAPV, France) ; Andréa Carneiro Linhares de l’Université fédérale du Cearà (Brésil) ; Marie-Sylvie Poli, Florence Andreacola du Centre Norbert Elias-Équipe Culture & Communication (CNE-ECC, France) ; Patrice Bersani, DreamLabs (France).

13 Antoine Culioli, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, 1973, no 20, p. 83-91 ; Sophie Moirand, « Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative », Langages, 1992, no 105, p. 28-41.

14 Roland Barthes, « Éléments de sémiologie », Communications, 1964, no 4, p. 91-135 ; Vincent Lucci (dir.), Des écrits dans la ville. Sociolinguistique d’écrits urbains : l’exemple de Grenoble, Paris, L’Harmattan, 1998 ; Roy Harris, La sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS Éditions, 1993.

15 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 ; James Clifford, Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au xxe siècle, Paris, ENSB-A, 1996 ; Milad Doueihi, Qu’est-ce que le numérique ?, Paris, PUF, 2013.

16 Marie-Sylvie Poli, « La notion de valeur appliquée à l’évaluation muséale », in Lucie Daignault, Bernard Schiele (dir.), Les musées et leurs publics : savoirs et enjeux, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014, p. 105-121.

17 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

18 Hannah Arendt, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 2005 (coll. Folio essais).

19 Margot Baran, « Passeurs de sens », in Samuel Vermeil, Annick Lantenois (dir.), tXt 2Design graphique, Paris, ESAD Grenoble-Valence ; B42, 2015, p. 59-69.

20 Annick Lantenois, Le vertige du funambule. Le design graphique entre économie et morale, Paris, B42 ; la Cité du design, 2010.

21 Paul Virilio, La pensée exposée : textes et entretiens, Arles, Actes Sud/Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2012.

22 Yves Jeanneret, Penser la trivialité, volume 1, la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès Lavoisier, 2008.

23 Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 2015.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search