Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 4. Prescription et programmation culturelle

Festival et prescription littéraire :

L’exemple des correspondances de manosque1

Judith Mayer

Texte intégral

  • 1 L’auteure de cette contribution a souhaité, en accord avec l’éditeur, recourir à l’écriture dite in (...)
  • 2 Sylvie Ducas, « Ce que les prix font à la littérature », Communication & langages, mars 2014, no 17 (...)
  • 3 Comme les associations de produits à succès suggérées par Amazon.
  • 4 Oriane Deseilligny, « La recommandation sur le Web : entre héritages formels et logiques comptables (...)

1À l’heure des industries culturelles, on est vraisemblablement passé du sacre au label en matière de valorisation des œuvres littéraires. Pour Sylvie Ducas, il s’agirait moins « de distinction [que de] simple sélection dans une masse [de produits culturels], [donnant] l’impression que l’écrivain célèbre est désormais soluble dans le marché »2, ce qu’illustre chaque année le jeu des prix. Pour orienter le lecteur parmi les quelque six cents nouveaux romans qui paraissent en janvier et en septembre, les prescripteurs traditionnels (critiques de presse, émissions littéraires) semblent en revanche perdre de leur influence au profit de systèmes de recommandation en ligne3 où, selon Oriane Deseilligny, « ce ne sont plus les valeurs esthétiques de qualité (le beau, le bon, le vrai) et d’expertise de la source de la prescription qui sont mises en avant mais celles d’utilité pour le lecteur et d’actualité de l’information »4.

  • 5 Sylvie Ducas, « Ce que les prix font à la littérature », art. cit., p. 61-73.

2Or, dans le domaine de la prescription, les festivals littéraires sont susceptibles de jouer un rôle : ceux-ci, pour reprendre à nouveau les termes de Sylvie Ducas, « renouvellent radicalement la logique de prescription littéraire par une démarche génératrice de lien social et de rencontres »5. Les Correspondances de Manosque figurent parmi les pionnières en la matière, créées en 1999 par Olivier Adam et Olivier Chaudenson, qui en orchestre chaque édition et dirige également la Maison de la Poésie de Paris depuis 2013. La programmation de ce festival opportunément organisé fin septembre propose une sélection parmi les nouveautés de la rentrée littéraire, opérée selon des critères de qualité.

3En étudiant dans un premier temps l’organisation de ce festival, on s’interrogera ensuite sur son indépendance vis-à-vis, d’une part, de l’industrie éditoriale et des médias et, d’autre part, des institutions territoriales et culturelles. Un tel festival est-il en mesure d’éveiller l’intérêt du public pour les œuvres présentées, au point de favoriser l’acte d’achat ? En définitive, malgré les inévitables contraintes du marché, on verra combien cet événement contribue à entretenir la vitalité du milieu littéraire, tant au plan de la sociabilité qu’en matière de création, et par conséquent à renouveler le lien entre l’écrivain et son public, mais aussi la place de l’écrivain, voire la représentation de la littérature dans la cité.

Un festival transdisciplinaire

4Les Correspondances de Manosque s’inscrivent dans la lignée d’un précédent festival : à la fin des années 1990, la municipalité de Grignan avait en effet demandé à Olivier Chaudenson de mettre en œuvre un événement consacré à la littérature épistolaire, Les Nuits de la correspondance de Grignan, mais la collaboration ne s’était pas poursuivie. C’est donc en répondant par la suite à une commande de la ville de Manosque, où avait vécu Jean Giono, qu’il développa le concept de création littéraire pour la scène : il s’agit d’emblée de favoriser la dimension orale de la littérature, en proposant des entretiens avec des auteurs, mais aussi différentes formes de lectures de textes déjà publiés, menées par les auteurs eux-mêmes ou des acteurs professionnels, éventuellement en musique. Olivier Chaudenson s’appuie, en effet, sur la polysémie du terme « Correspondances », en référence notamment aux synesthésies baudelairiennes, pour déployer de nouvelles dimensions dans le cadre de ce festival. Au-delà de la simple correspondance épistolaire, cet événement se conçoit comme un espace d’échanges de tous ordres : entre auteurs et public, entre professionnels du secteur, entre disciplines artistiques. Dans cette optique, les Correspondances de Manosque apparaissent comme l’un des tout premiers festivals consacrés à la littérature contemporaine, à une époque où les salons du livre ne proposaient que des séances de dédicaces, à l’exception d’Étonnants voyageurs, à Saint-Malo, où les écrivains prenaient part à des entretiens thématiques. La démarche adoptée par l’équipe du festival est explicitée dans ces termes par Olivier Chaudenson :

  • 6 Entretien avec Olivier Chaudenson, directeur de la Maison de la poésie et des festivals Les Corresp (...)

On décide d’une programmation : on lit l’œuvre des auteurs invités et on a envie de les défendre. On décide avec eux de quelle manière ils souhaitent prendre la parole. Et pour souscrire au principe de correspondances, on favorise les croisements : on demande à un comédien de venir lire un texte, on invente les écritoires, ces lieux d’écriture répartis dans toute la ville pour que les événements ne soient pas cantonnés à des salles…6

5La sociologue Gisèle Sapiro, en préambule à l’enquête sur le public des Correspondances, souligne précisément la singularité d’un tel dispositif qui favorise la rencontre entre les disciplines artistiques en commandant aux écrivains des créations inédites pour la scène.

  • 7 Gisèle Sapiro (dir.), L’écrivain.e à la rencontre de son public : enquête sur le public du festival (...)

Le cœur de la programmation demeure […] la rencontre avec les auteur.es, rencontre non seulement à l’occasion des débats sur scène mais aussi dans la ville, lors des apéros littéraires ou dans la rue. Le déroulement du festival en plein air pendant la journée, la diversité des événements proposés dans un périmètre restreint, la gratuité de la plupart d’entre eux (seuls les événements du soir sont payants), visent à créer un cadre convivial qui favorise la sociabilité autour de l’expérience de ces rencontres. Il attire de fait un public large et divers, dont il est difficile d’évaluer la taille.7

6Ce public est mis à contribution puisque les badauds sont invités à envoyer des lettres manuscrites à leurs proches ou à des personnalités depuis les nombreux bureaux éphémères baptisés « écritoires » et disposés dans la ville. En ce qui concerne la préparation du programme, l’écrivain Arnaud Cathrine, conseiller littéraire des Correspondances, indique que les choix dépendent des coups de cœur de l’équipe, dont les membres consultent les avant-programmes éditoriaux et lisent les romans reçus par service de presse ; si l’intuition et la subjectivité priment, les organisateurs valorisent la diversité de ton et de style tout en veillant à représenter un large éventail de maisons d’édition. Par exemple, en 2016 sont invités des auteurs reconnus tels que Laurent Mauvignier, Serge Joncour, François Bégaudeau, Alain Mabanckou, Régis Jauffret, mais aussi des écrivains à la notoriété plus confidentielle comme Sylvain Prudhomme, Céline Minard, Philippe Vasset et la Manosquine Catherine Poulain. La littérature étrangère et la littérature jeunesse sont également représentées.

  • 8 L’équipe de programmation est composée d’Olivier Chaudenson, Arnaud Cathrine, Evelyn Prawlido, avec (...)
  • 9 Entretien avec Arnaud Cathrine, propos recueillis par Judith Mayer, novembre 2014 (archives personn (...)

Nous sommes plusieurs dans l’équipe de programmation8 à nous répartir les épreuves qui arrivent (en service de presse). Nous programmons au coup de cœur, [principalement des livres de la rentrée de septembre]. […] Un arbitrage final est nécessaire pour que la diversité prime. Diversité de maisons d’édition, de tons, de genres romanesques. Avec quelques écarts en sciences humaines ou en roman graphique, qui nous semblent faire partie du champ littéraire.9

7Pour commenter cette procédure de sélection, Gisèle Sapiro estime que :

  • 10 Gisèle Sapiro, L’écrivain.e à la rencontre de son public : enquête sur le public du festival Les Co (...)

le choix des auteur.es est […] une prise de risque ; aux mastodontes ultra-reconnus et consacrés (qui sont d’ailleurs souvent invités au Livre sur la place, salon organisé à la même période à Nancy), on préférera des profils moins connus et plus atypiques, mais pas pour autant avant-gardistes ou évoluant dans un circuit underground. Les auteur.es qui sont présenté.es à Manosque sont plutôt des auteur.es en voie de consécration. On a deux types d’auteur.es que l’on identifiera selon leur âge et leur entrée dans l’espace littéraire professionnalisé : les nouveaux entrants et les écrivain.es situé.es au pôle de production restreinte du champ littéraire, selon l’expression de Pierre Bourdieu, c’est-à-dire inscrits dans le circuit de reconnaissance à long terme – à l’opposé du circuit de grande production caractérisé par la rotation rapide à court terme10.

8Autrement dit, il ne saurait être question, pour les organisateurs, de concevoir la littérature comme un simple produit culturel prisé par le plus grand nombre – sans pour autant privilégier des formes expérimentales qui ne seraient réservées qu’aux seuls initiés. Il s’agit plutôt de contribuer à mettre en lumière des œuvres encore peu connues ou en cours de reconnaissance auprès d’un public susceptible de l’apprécier. À cet égard, le fait d’inviter des auteurs déjà réputés définit implicitement une ligne éditoriale qui s’étendrait à l’ensemble des œuvres sélectionnées. Comme au théâtre, où les têtes d’affiche participent à une fonction d’annonce, la présence d’Emmanuel Carrère ou de Delphine de Vigan peut conduire les curieux à s’intéresser à l’ensemble de la programmation d’une édition et, par conséquent, à découvrir des auteurs émergents. De fait, le public, aux deux tiers régional, est principalement composé, d’après l’enquête de Gisèle Sapiro, de lecteurs assidus, diplômés, majoritairement de femmes. Pour la plupart des adeptes de Manosque, c’est l’occasion d’un agréable week-end culturel de rentrée, où au plaisir de rencontrer les écrivains se mêlent l’intérêt pour les thématiques abordées en entretiens et le goût des lectures en plein air, à partager entre amis. Pour l’auteur, c’est une manière de faire connaître son travail, parfois l’espace bienveillant d’un rodage du discours sur son œuvre avant la tournée des médias, et l’occasion de toucher un complément de revenu, puisque toute intervention de sa part dans le cadre du festival est rémunérée, Olivier Chaudenson y tient.

  • 11 Entretien avec Olivier Chaudenson, propos recueillis par Judith Mayer, Maison de la poésie, février (...)

Je construis un barème de rémunération qui variera selon la demande artistique : je peux proposer 200 euros pour participer à un débat, mais pour une lecture musicale, j’envisage une rémunération de 500 euros. Pour une commande, je peux aller jusqu’à 1 000 euros. Cela dépend de l’implication et du temps de préparation.11

  • 12 Ces deux romans ont été publiés aux éditions du Seuil.

9Certains auteurs du festival connaîtront la consécration au courant de l’automne, comme dans le cas d’Antoine Volodine, qui a reçu en 2013 le prix Médicis pour Terminus radieux, et de Lydie Salvayre, récompensée la même année par le prix Goncourt pour Pas pleurer12. Le prestige de ces prix profite à l’image de marque du festival. En 2015, dès que Mathias Enard remporte le prix Goncourt pour Boussole (Actes Sud, 2015), le site Internet des Correspondances rappelle que l’écrivain est préalablement passé par Manosque. Mais il est tout aussi vrai que de jeunes plumes sont à l’honneur, comme, en 2013, Julia Deck (Un triangle d’hiver, Éditions de Minuit) et Caroline de Mulder (Bye bye Elvis, Actes Sud), pour leur deuxième et troisième romans respectifs. À quelques exceptions près, le roman l’emporte et aucun texte non publié ne figure au programme. Certes, l’intention de promouvoir des œuvres encore assez peu connues du grand public existe bel et bien : en 2016 sont notamment représentées les éditions du Sous-Sol, Sarbacane, Notabilia, Zoé, Phébus, Le Tripode et Les Escales, ce qui témoigne d’une attention portée à des textes de qualité, souvent négligés des médias en période de rentrée littéraire. Il reste néanmoins assez rare que soient présentés des récits publiés hors de maisons de référence telles que les Éditions du Seuil, P.O.L ou Gallimard.

Le festival littéraire, instance de légitimation

10En ce sens, la programmation des Correspondances n’entérine-t-elle pas un consensus déjà à l’œuvre dans les champs éditorial, institutionnel et médiatique ? En d’autres termes, les festivals littéraires représenteraient de nouvelles instances de légitimation, voire renforceraient les circuits de consécration existants. Grâce au prestige de la maison d’édition où il est publié et à la renommée des médias qui en parlent, un texte gagne en légitimité intellectuelle. Le détour par les Correspondances deviendrait-il un passage obligé de la promotion d’un roman de la rentrée littéraire ? De fait, des médias tels que France Culture, Libération et Télérama, volontiers relais d’une culture « art et essai », sont partenaires de la manifestation et certaines rencontres y sont animées par des journalistes tels que Michel Abescat, rédacteur en chef de Télérama.

  • 13 Laure Daussy, « Rentrée littéraire : comment les journalistes choisissent leurs favoris », Arrêt su (...)
  • 14 Adeline Clerc, Le monde du livre en salon. Le livre sur la place à Nancy (1979-2009), thèse de doct (...)

11Le processus de légitimation fonctionne donc selon une logique d’accumulation à l’œuvre aussi dans les médias : plus le nombre de recommandations d’un livre est important, meilleure est sa visibilité, ce qui peut se traduire par la reconnaissance des pairs et l’augmentation du chiffre de ventes. Selon un dossier réalisé par le site Arrêt sur images13, un tel phénomène s’est produit autour de La Théorie de l’information, premier roman d’Aurélien Bellanger publié en 2012 chez Gallimard, plébiscité dès septembre par Technikart, Libération, Les Inrocks et Les Matins de France Culture, puis par la quasi-totalité de la presse – l’auteur fut par ailleurs convié aux Correspondances. Autrement dit, tous les acteurs du secteur ont contribué à l’orchestration d’un succès d’estime puis d’un succès de librairie. On peut observer semblable processus de mise en lumière de jeunes auteurs à la rentrée littéraire 2016 : Gaël Faye présente ainsi à Manosque son premier roman, Petit pays (Grasset), couronné dès septembre par le Prix du roman FNAC, puis en lice pour six des grands prix littéraires de l’automne (Goncourt, Femina, Médicis, Interallié, Académie française, Renaudot) avant de finalement recevoir le prix Goncourt des Lycéens. Elitza Gueorguieva, jeune écrivaine d’origine bulgare dont le premier roman, intitulé Les cosmonautes ne font que passer, paraît en août 2016 aux éditions Verticales, est également invitée aux Correspondances. Or, elle est fraîchement émoulue du master de création littéraire de l’université Paris 8 créé et coordonné, entre autres, par Olivia Rosenthal, une habituée du festival, dont l’œuvre est justement publiée aux éditions Verticales. Dans ces circonstances, on constate à quel point les professionnels du livre (enseignants, éditeurs, journalistes, jurés de prix littéraires, organisateurs de festivals…), qui communiquent entre eux dès la diffusion des épreuves et des services de presse, entretiennent un processus d’interlégitimation. On pourrait appliquer à bon nombre de manifestations littéraires ce concept qu’Adeline Clerc définit comme « la quête de la légitimité qui vise à donner sens et cohérence aux salons du livre [en faisant] appel à une série de “grandeurs” (Boltanski, Thévenot, 1991) issues du monde inspiré, professionnel et médiatique »14 :

  • 15 Ibid., p. 308-309.

Les auteurs – avec la participation des visiteurs et […] avec le concours des médias partenaires de l’événement – [en] co-construisent une image consensuelle. Autrement dit, chacun s’entend, consciemment ou non, pour accorder la primauté à la médiation et à la littérature, reléguant alors au dernier plan toute dimension marchande, par nature contraire aux grandeurs du monde inspiré.15

  • 16 À commencer par La Poste mais aussi Libération, Télérama, France Culture, le Centre national du liv (...)

12Cette observation vaut aussi pour la dimension institutionnelle de l’événement. La liste des structures impliquées dans l’organisation du festival16 indique que son fonctionnement et sa visibilité en dépendent, ce qui montre combien la littérature contemporaine et sa circulation sont indissociables des industries culturelles et médiatiques et des institutions territoriales et culturelles. À ce propos, Alain Vaillant estime que :

  • 17 Alain Vaillant, L’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010 (coll. U), p. 261.

l’œuvre littéraire n’est plus considérée comme le résultat textuel d’un acte de communication, assurant un rôle de médiation dans les sociétés humaines, mais comme un produit culturel, lui-même médiatisé par les circuits du livre. Le rôle de médiateur se trouve ainsi transféré de l’auteur vers l’éditeur17.

13Or, la visibilité et donc la vitalité de l’édition nécessitent un relais médiatique. En d’autres termes, la littérature a besoin de la médiatisation pour exister et se perpétuer :

  • 18 Ibid., p. 267.

une communication à dominante orale puis écrite a en fait laissé la place à une communication littéraire régulée par le flux médiatique et intégrant dans ses multiples rouages la communication éditoriale.18

14Dans cette optique, l’entrée en scène de l’auteur participerait d’une dynamique de médiatisation des produits culturels que représentent ses livres, dont la vente est nécessaire au fonctionnement du circuit éditorial.

15D’ailleurs, selon Arnaud Cathrine, la publication représente un critère de sélection pour Les Correspondances dans la mesure où il attribue à l’éditeur le rôle de directeur artistique, au même titre que dans le spectacle vivant. Mais le filtre de l’édition convient-il à la littérature en scène ? En d’autres termes, si l’éditeur sélectionne et contribue à façonner un texte en vue de sa publication, est-il en mesure d’apprécier les qualités propres à l’oralité d’un discours narratif ? De même qu’est dissimulée la dimension marchande de l’événement, l’action de promotion est atténuée dans le cadre d’un tel événement littéraire, puisqu’on assiste à des entretiens de qualité et à des créations originales et transdisciplinaires réalisées pour l’occasion, parfois sur commande. La première performance d’Olivia Rosenthal, « Les auteurs n’aiment pas qu’on les confonde avec leurs personnages », a justement vu le jour à Manosque : il s’agissait d’un dialogue avec le poète Mickaël Batalla, sous forme d’une partie de ping-pong dialoguée, inspirée des Fantaisies spéculatives de JH Le Sémite (Verticales, 2004). Depuis lors, l’auteure en a fait tout un pan de son activité de création. On peut notamment citer son duo avec la trapéziste Chloé Moglia, Le Vertige, créé dans le cadre de l’édition 2012 du festival d’Avignon, puis représenté par la suite sur différentes scènes. Voilà qui permet d’étendre son champ de reconnaissance à d’autres réseaux et à d’autres publics, en l’occurrence ceux du théâtre ou du cirque.

  • 19 Sarah Labelle, Emilie Da Lage, Territoire et créativité : mobilisation, normes d’action et reconnai (...)

16De telles mises en scène entretiennent donc l’image de marque de l’écrivain. Un auteur invité à Manosque, qu’il soit au bar ou sur scène, reste le porte-parole de son œuvre pendant toute la durée de la manifestation. Le dispositif de médiation conduit à cet état de fait. D’autre part, l’événement contribue à valoriser le territoire : Manosque, ville assez peu touristique malgré son ensoleillement enviable, accueille le festival depuis 1999 et dispose même d’une structure de résidence d’écrivains, l’hôtel Voland. Cet enjeu a été mis au jour dans le cadre de la programmation de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture : Manosque fait partie de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et la programmation littéraire pour l’année 2013 fut justement confiée à Olivier Chaudenson. Or, comme Sarah Labelle et Emilie Da Lage le soulignent, les acteurs publics et privés sont concentrés autour d’une même structure où convergent les activités politiques et économiques19. En rappelant que la candidature de Marseille-Provence 2013 était portée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), elles expliquent que les acteurs ont produit des dispositifs qui leur permettent de se rapprocher et de nier les formes de domination à l’œuvre pour privilégier la reconnaissance entre eux, sous une forme matérielle. Tout événement culturel crée de l’interdépendance, et tel est bien le cas de ceux de l’année 2013 à Marseille, comme l’inauguration de plusieurs musées, dont le MuCEM et la Fondation « Regards de Provence » soutenus par de nombreux mécènes, privés et institutionnels. Dans ce contexte, la médiation elle-même est valorisée : de fait, tout événement culturel prend des allures d’opération de communication.

Une nouvelle vitalité littéraire

17En fin de compte, si le festival se réduit à la promotion de la production littéraire et des auteurs en contribuant au dynamisme du territoire, tandis que les structures engagées, interdépendantes, s’y légitiment mutuellement, il convient de s’interroger sur la part de création littéraire qui reste à l’œuvre dans ce contexte. Or, au-delà de la simple prescription de produits éditoriaux, le festival favorise bel et bien l’émergence d’une nouvelle forme de vitalité littéraire. Les Correspondances de Manosque ont, en effet, contribué à la structuration de l’activité littéraire et paralittéraire en France depuis le début du xxie siècle. Selon le manifeste du Réseau des événements littéraires de création (RELIEF), initié également par Olivier Chaudenson en 2011 et qui regroupe près de trente structures en France et à l’étranger :

L’identification des « événements littéraires de création » […] a permis de rappeler un double préalable : ces événements constituent un maillon à part entière de la chaîne du livre.

  • 20 Manifeste du RELIEF. [En ligne] < http://reseau-relief.blogspot.com/p/manifeste.html >.

L’écrivain et son œuvre doivent constituer le cœur de la proposition artistique de ces événements20.

  • 21 Alain Vaillant, L’histoire littéraire, op. cit., p. 269-272.

18C’est le principe fondateur de leur dynamique, inspirée de celle du spectacle vivant, en particulier de l’industrie musicale : il est devenu évident, durant la dernière décennie, que les concerts doivent être d’autant plus encouragés que le disque se vend moins bien. Mais en littérature, la lecture orale et collective est restée marginale depuis quelques siècles, en particulier depuis le développement de l’industrie éditoriale au xixe puis au xxe siècle. Alain Vaillant affirme que la littérature-texte a dès lors supplanté la littérature-discours, prisée sous l’Ancien Régime, notamment dans le cadre des Salons. Il démontre que cette évolution dans la forme et la diffusion de la littérature est intrinsèquement liée au contexte socio-économique. D’après lui, le modèle actuel se subdivise en deux systèmes : d’une part, le système réticulaire, autrement dit le milieu littéraire, et d’autre part, le système littéraire public, sous-ensemble du marché de l’imprimé. La distinction entre les rétributions matérielles et symboliques identifiée par Bourdieu aurait pour fonction de compenser les déséquilibres et de renforcer la dynamique interne du système21.

  • 22 Cécile Mazin, « Rémunérer les auteurs en festival, maintenant impératif », Actualitté, 22 octobre 2 (...)
  • 23 Bernard Lahire, La condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006 (c (...)

19Les organismes de soutien à la littérature (tels que le CNL) joueraient donc le rôle autrefois dévolu au mécénat. De fait, la rémunération des auteurs lors de tels événements, défendue par le RELIEF au titre de revenus annexes au droit d’auteur, est devenue obligatoire en 2015 pour obtenir des subventions de la part du CNL22. Ainsi évolue le métier d’écrivain, dont les activités complémentaires, sources de revenus23, participent aussi de la construction de sa figure d’auteur.

  • 24 Sabine Audrerie, « Frère animal, la littérature musicale née à Manosque », La Croix, 27 septembre 2 (...)

20Le développement de ces nouvelles formes littéraires, dans le cadre de performances transdisciplinaires, favorise également l’acquisition de nouvelles compétences : la lecture en scène suppose un travail sur la voix, mais aussi sur le montage d’extraits, voire la scénographie, ainsi qu’une collaboration avec artistes et techniciens. Si l’entretien, hérité des émissions de Pierre Dumayet, demeure le modèle de référence, certains salons du livre se transforment peu à peu en festivals, dont certains s’inspirent du spectacle vivant dans leurs propositions artistiques. Les Correspondances de Manosque revendiquent la filiation avec la scène musicale, notamment en termes d’organisation et de rémunération. Récitals et concerts font pleinement partie de la programmation. Des comédiens sont invités à lire des textes, contemporains ou classiques. Lorsqu’ils ne sont pas sur scène, les artistes ont le loisir de faire connaissance. L’atmosphère générale du festival est propice à la créativité : les premiers échanges à Manosque entre Arnaud Cathrine et l’auteur-interprète Florent Marchet ont par la suite donné lieu à leur premier spectacle de « littérature musicale », Frère animal, qui débouche sur la publication d’un livre-disque (Verticales, 2008), une tournée de trois ans et même un deuxième volet, Frère animal-Second tour24, en 2016. L’Amour ping-pong, lecture musicale mise en œuvre par l’écrivaine Brigitte Giraud et le chanteur Albin de la Simone, est aussi née d’une rencontre manosquine. Autrement dit, la médiation va au-delà de la manifestation elle-même ; en favorisant la création transdisciplinaire pour la scène et en instaurant les conditions d’une sociabilité littéraire et artistique, la structure commanditaire participe à la reconfiguration du champ et à la vitalité de la création littéraire contemporaine, encore majoritairement déterminée par l’industrie éditoriale.

21Quelles en sont les conséquences en termes de prescription ? Olivier Chaudenson indique que 1 500 livres des auteurs invités ont été vendus lors de l’édition 2015 des Correspondances. À la différence d’autres événements littéraires de septembre, comme le festival America à Vincennes ou Le livre sur la place à Nancy, que le public peut fréquenter quelques heures avant de quitter les lieux, la situation même de Manosque, à distance de grands centres urbains, incite à y passer la journée ; dans la ville, la disposition même des scènes, des salles et des écritoires plonge les badauds dans l’ambiance littéraire que les habitués sont précisément venus retrouver ; leur goût de la lecture aiguisé par les rencontres, ils en profitent pour acheter, dans les librairies partenaires, nombre d’ouvrages, dont tous ne figurent d’ailleurs pas au programme du festival.

  • 25 Sophie Joubert, « L’écriture contemporaine dans tous ses états », L’Humanité, 10 octobre 2016. [En (...)
  • 26 Marie Soyeux, « Danse avec les mots », La Croix, 3 mars 2016. [En ligne] < http://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Danse-avec-les-mots-2016-03-03-1200743929 >.

22Mais le pari des organisateurs consiste surtout à redorer le blason de la littérature contemporaine française – souvent disqualifiée par ses détracteurs, prompts à la déclarer inintéressante ou agonisante – en stimulant la création pour la scène non seulement lors de tels festivals, mais aussi à l’année, dans différentes structures, à commencer par la Maison de la Poésie de Paris, en jouant la carte du lien avec le public et en accompagnant l’évolution de la chaîne du livre en partenariat avec tous ses acteurs (éditeurs, journalistes, libraires, institutions). De fait, les hebdomadaires culturels commencent à consacrer de l’espace à de tels événements dans leurs colonnes (ainsi, les spectacles des festivals actOral25 et Concordan(s)e26 sont évoqués par la presse quotidienne et culturelle depuis quelques années). Il est vrai que cela ne change rien aux modalités traditionnelles de prescription : cela ne concurrencera pas Amazon sur le terrain de la pop culture ni du best-seller. En revanche, de telles initiatives montrent la création littéraire sous un jour favorable : plus ludique, moins compassée, la discipline sort d’une tour d’ivoire où les poncifs romantiques et les mises à mort de l’auteur l’avaient reléguée pendant des décennies. Ces pratiques se répandent, au point que certains écrivains a priori peu familiers de tels exercices, à l’image de Pascal Quignard frayant avec une danseuse de butô au théâtre Molière de Bordeaux en 2010, se prêtent progressivement au jeu.

  • 27 Johanna Luyssen, « Écrivains, l’art de l’estrade », Libération, 30 septembre 2015. [En ligne] < http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/30/ecrivains-l-art-de-l-estrade_1394375 >.

23En définitive, la singularité de ce festival, au-delà des enjeux marchands et institutionnels propres à de tels événements culturels, consiste à susciter le désir de création chez des artistes dont la démarche présente des traits communs, en termes d’exigence mais aussi d’esthétique : dans les textes comme lors des entretiens, le propos reste toujours accessible au plus grand nombre. Si l’on en croit Alice Zeniter (ancienne résidence de l’hôtel Voland et habituée des Correspondances, prix Goncourt des Lycéens en 2017 pour son roman L’art de perdre), certains spectateurs ne viendraient même que par plaisir de s’entendre raconter des histoires ou parler littérature, sans en lire pour autant27. Toutes les conditions sont donc réunies pour gagner la confiance de lecteurs, en devenir ou confirmés, enclins à suivre les recommandations des organisateurs et des modérateurs : à ce titre, Les Correspondances représentent un espace de prescription certes stratégique, mais surtout bienveillant.

Bibliographie

Audrerie, Sabine, « Frère animal, la littérature musicale née à Manosque », La Croix, 27 septembre 2016. [En ligne] < http://www.la-croix.com/Culture/Musique/Frere-animal-la-litterature-musicale-nee-a-Manosque-2016-09-27-1200791994 >.

Chaudenson, Olivier, Comment, Bernard, « La littérature à haute voix », Libération, Tribunes, 3 avril 2008. [En ligne] < http://www.liberation.fr/tribune/010178396-la-litterature-a-haute-voix >.

Clerc, Adeline, Le monde du livre en salon. Le livre sur la place à Nancy (1979-2009), thèse pour le doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Fleury, Béatrice : Nancy, université de Nancy II, 2011.

« Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique », journée d’étude organisée par Médiadix, Paris, 29 juin 2012. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-06-0064-006 >.

« Comment rémunérer les auteurs ? », document réalisé par l’Agence régionale du livre Provence-Alpes-Côte d’Azur en partenariat avec le Centre national du livre, la Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse, la Société des gens de lettres, la Fédération interrégionale du livre et de la lecture, juillet 2011. [En ligne] < http://la-charte.fr/IMG/pdf/brochureauteurs-2-2.pdf >.

Daussy, Laure, « Rentrée littéraire : comment les journalistes choisissent leurs favoris », Arrêt sur images. [En ligne] < http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5159 >.

Deseilligny, Oriane, « La recommandation sur le Web : entre héritages formels et logiques comptables », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 33-47.

Ducas, Sylvie, « Ce que les prix font à la littérature », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 61-73.

Ducas, Sylvie (dir.), Pourchet, Maria, « De la prescription : comment le livre vient au lecteur », Communication & langages, mars 2014, no 179.

Joubert, Sophie, « L’écriture contemporaine dans tous ses états », L’Humanité, 10 octobre 2016. [En ligne] < https://www.humanite.fr/lecriture-contemporaine-dans-tous-ses-etats-617449 >.

Labelle, Sarah, Da Lage, Emilie, Territoire et créativité : mobilisation, normes d’action et reconnaissance des acteurs, colloque « Industries créatives : un grand tournant ? », Observatoire des mutations des industries culturelles, colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme de Paris Nord, mai 2013.

Lahire, Bernard, La condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006 (coll. Textes à l’appui / Lab. sciences sociales).

« L’écrivain comme marque », journée d’étude organisée par Marie-Ève Thérenty (RIRRA 21, université de Montpellier III) et Adeline Wrona (Celsa, Paris IV, Gripic), vendredi 14 juin 2013, Maison de la recherche de Paris-Sorbonne.

Luyssen, Johanna, « Écrivains, l’art de l’estrade », Libération, 30 septembre 2015. [En ligne] < http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/30/ecrivains-l-art-de-l-estrade_1394375 >.

Manifeste du RELIEF. [En ligne] < http://reseau-relief.blogspot.com/p/manifeste.html >.

Mazin, Cécile, « Rémunérer les auteurs en festival, maintenant impératif », Actualitté, 22 octobre 2015. [En ligne] < https://www.actualitte.com/article/monde-edition/remunerer-les-auteurs-en-festival-maintenant-imperatif/61674 >.

Sapiro, Gisèle (dir.), L’écrivain.e à la rencontre de son public : enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, Paris, Centre européen de sociologie et de science politique, 2012. [En ligne] < http://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CESSP/Sapiro_Festival_Manosque_Etude.pdf >.

Soyeux, Marie, « Danse avec les mots », La Croix, 3 mars 2016. [En ligne] < https://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Danse-avec-les-mots-2016-03-03-1200743929 >.

Vaillant, Alain, L’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010 (coll. U).

Articles

« “Vous êtes ici” : la parole in situ. À propos d’une performance d’Olivia Rosenthal au cœur d’une installation de Mona Hatoum », in Geneviève Fabry et Stéphane Vanasten (dir.), Poésie et espaces publics. Les lettres romanes, 71.3-4, Turnhout, Brepols, 2017.

« Maylis de Kerangal, l’inspiration documentaire », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux, Isabelle Serça (dir.), La langue de Maylis de Kerangal. « Étirer l’espace, allonger le temps », Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2017.

« Concordan(s)e, jeux d’influence et entretien avec Célia Houdart », in Magali Nachtergael et Lucille Toth (dir.), Danse contemporaine et littérature, entre fictions et performances écrites, Pantin, Éditions du CND, 2015.

Notes

1 L’auteure de cette contribution a souhaité, en accord avec l’éditeur, recourir à l’écriture dite inclusive. Ce choix est fait sous sa seule responsabilité [NDE].

2 Sylvie Ducas, « Ce que les prix font à la littérature », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 41-60.

3 Comme les associations de produits à succès suggérées par Amazon.

4 Oriane Deseilligny, « La recommandation sur le Web : entre héritages formels et logiques comptables », Communication & langages, mars 2014, no 179, p. 33-40.

5 Sylvie Ducas, « Ce que les prix font à la littérature », art. cit., p. 61-73.

6 Entretien avec Olivier Chaudenson, directeur de la Maison de la poésie et des festivals Les Correspondances de Manosque, Les Correspondances de Tanger, Paris en toutes lettres, L’invention du réel (Marseille-Provence 2013), propos recueillis par Judith Mayer, Maison de la poésie, Paris, février 2013 (archives personnelles).

7 Gisèle Sapiro (dir.), L’écrivain.e à la rencontre de son public : enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, Paris, Centre européen de sociologie et de science politique, 2012. [En ligne] < http://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CESSP/Sapiro_Festival_Manosque_Etude.pdf >.

8 L’équipe de programmation est composée d’Olivier Chaudenson, Arnaud Cathrine, Evelyn Prawlido, avec la collaboration de Sylvie Ballul.

9 Entretien avec Arnaud Cathrine, propos recueillis par Judith Mayer, novembre 2014 (archives personnelles).

10 Gisèle Sapiro, L’écrivain.e à la rencontre de son public : enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, op. cit., p. 29.

11 Entretien avec Olivier Chaudenson, propos recueillis par Judith Mayer, Maison de la poésie, février 2013 (archives personnelles).

12 Ces deux romans ont été publiés aux éditions du Seuil.

13 Laure Daussy, « Rentrée littéraire : comment les journalistes choisissent leurs favoris », Arrêt sur images, 26 août 2012. [En ligne] < http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5159 >.

14 Adeline Clerc, Le monde du livre en salon. Le livre sur la place à Nancy (1979-2009), thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Béatrice Fleury : Nancy, université de Nancy II, soutenue publiquement le 7 juillet 2011, p. 327.

15 Ibid., p. 308-309.

16 À commencer par La Poste mais aussi Libération, Télérama, France Culture, le Centre national du livre (CNL) et les collectivités locales.

17 Alain Vaillant, L’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010 (coll. U), p. 261.

18 Ibid., p. 267.

19 Sarah Labelle, Emilie Da Lage, Territoire et créativité : mobilisation, normes d’action et reconnaissance des acteurs, colloque « Industries créatives : un grand tournant », Observatoire des mutations des industries culturelles (OMIC), Maison des sciences de l’homme (MSH) Paris Nord, mai 2013.

20 Manifeste du RELIEF. [En ligne] < http://reseau-relief.blogspot.com/p/manifeste.html >.

21 Alain Vaillant, L’histoire littéraire, op. cit., p. 269-272.

22 Cécile Mazin, « Rémunérer les auteurs en festival, maintenant impératif », Actualitté, 22 octobre 2015. [En ligne] < https://www.actualitte.com/article/monde-edition/remunerer-les-auteurs-en-festival-maintenant-imperatif/61674 >.

23 Bernard Lahire, La condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006 (coll. Textes à l’appui / Lab. sciences sociales).

24 Sabine Audrerie, « Frère animal, la littérature musicale née à Manosque », La Croix, 27 septembre 2016. [En ligne] < http://www.la-croix.com/Culture/Musique/Frere-animal-la-litterature-musicale-nee-a-Manosque-2016-09-27-1200791994 >.

25 Sophie Joubert, « L’écriture contemporaine dans tous ses états », L’Humanité, 10 octobre 2016. [En ligne] < http://www.humanite.fr/lecriture-contemporaine-dans-tous-ses-etats-617449 >.

26 Marie Soyeux, « Danse avec les mots », La Croix, 3 mars 2016. [En ligne] < http://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Danse-avec-les-mots-2016-03-03-1200743929 >.

27 Johanna Luyssen, « Écrivains, l’art de l’estrade », Libération, 30 septembre 2015. [En ligne] < http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/30/ecrivains-l-art-de-l-estrade_1394375 >.

Auteur

Enseignante en sciences de l’information et de la communication dans les domaines de l’édition, de la culture et des médias, université Paris 13

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search