Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 3. Presses et revues,vecteurs de prescription littéraire

La prescription littéraire en science-fiction française

Simon Bréan

Texte intégral

  • 1 Jacques Goimard, « Prologue dans le logos », Europe, août-septembre 1977, nos 580-581, p. 4.
  • 2 Pour une présentation du régime ontologique de la science-fiction, voir Simon Bréan, La science-fic (...)

1L’activité critique de prescription a été en France un facteur essentiel pour faire de la science-fiction un genre littéraire, puis pour permettre l’émergence d’une science-fiction française, et enfin pour lui conserver son identité. La littérature de science-fiction embrasse un corpus hétérogène, depuis les aventures spatiales jusqu’aux jeux textuels et métalinguistiques, en passant par des expériences de pensée empruntant à la physique quantique, à la sociologie ou à l’histoire : « Le fond baigne dans la littérature de gare, le haut siège à l’Académie française. »1 La cohérence de ce corpus tient en partie à une structuration éditoriale délibérée, qui utilise le vocable science-fiction comme instrument pour signaler un régime ontologique spéculatif, c’est-à-dire un rapport à notre monde assez souple pour permettre des modifications toujours tenues pour rationnelles2.

  • 3 « Gernsback a répété ses arguments sur la science-fiction tous les mois, pendant trois ans, dans un (...)
  • 4 J'emploie le nom d'« érudits » pour ceux qui, mi-amateurs, mi-professionnels, accumulent une docume (...)

2Le dispositif éditorial sert donc à conforter un effet de réception que la diversité des textes a longtemps mis en échec : ni le retour de formules éditoriales sur le modèle des « aventures extraordinaires » verniennes, ni les revendications d’un Maurice Renard se posant en disciple de Wells pour prôner le « merveilleux scientifique », ni les tentatives d’un Régis Messac pour créer une collection « Hypermondes » n’ont suffi à constituer un domaine distinct pour la littérature d’imagination scientifique en France avant 1950. La science fiction américaine s’est constituée entre 1920 et 1940 du fait de l’expansion de discours critiques engagés, suivant l’impulsion d’Hugo Gernsback, dont les lecteurs et les concurrents ont poursuivi les ambitions normatives et descriptives3. Le nom a eu le même effet d’émergence en France : critiques et romanciers en ont défendu l’adaptation dans des journaux généralistes puis des revues spécialisées, en particulier Fiction, qui soutient la création de collections et encourage les carrières d’écrivains français. Si le corpus abondant publié depuis des décennies a entraîné une forte cohérence interne, les activités de prescription propres à ce genre n’ont cessé d’apporter un surplus de sens à la littérature de science-fiction, en fixant des objectifs ou des limites et en proposant des hiérarchies de valeur. De plus, l’activité des « érudits de la science-fiction », tels que Pierre Versins ou Joseph Altairac, garantit une forme de mémoire, voire de patrimonialisation des œuvres de référence, selon une démarche d’hypermnésie4.

3Il s’agira ici de rendre compte de la force de cohésion et de cohérence que la prescription littéraire de science-fiction apporte à un genre peu légitimé, et qui serait sinon délimité en creux depuis l’extérieur. Nous établirons d’abord quels sont les enjeux principaux de la prescription critique en France, liés surtout à une posture de défense de la science-fiction, puis nous étudierons les différents vecteurs de cette prescription, périodiques, encyclopédies, prix et médias numériques.

Défense et illustration de la science-fiction

  • 5 Voir notamment Guy Bouchard, Les 42 210 univers de la science-fiction, Québec, Le Passeur, 1992.

4La littérature de science-fiction est notoirement difficile à définir5. Même en écartant les arguments théoriques ou historiques sans effet sur la réception de la majorité des lecteurs, il demeure des obstacles pragmatiques pour donner une unité à ce qui résulte d’un état d’esprit. Loin de simplement distinguer, classer ou hiérarchiser des textes et des auteurs, l’activité de prescription correspond à une lutte constante pour déterminer le cadre dans lequel l’activité critique peut s’inscrire, et pour établir les limites et la logique d’une littérature soumise à plusieurs formes de domination symbolique. La prescription de science-fiction en France s’est construite, depuis 1950 à nos jours, comme une défense et illustration d’un genre mal légitimé.

  • 6 Gérard Klein, « La science-fiction est-elle une subculture ? », Science-fiction, catalogue d’exposi (...)
  • 7 Gérard Klein, « Le procès en dissolution de la SF, intenté par les agents de la culture dominante » (...)

5Gérard Klein, écrivain, critique et éditeur, figure par excellence de la prescription en science-fiction, la présente comme une « subculture »6. La science-fiction se déploie dans un espace culturel transversal, embrassant des produits de consommation de masse (jouets, accessoires) et des produits culturels (en littérature, au cinéma, dans la bande dessinée et les jeux vidéo) : le continuum de la science-fiction accepte le sabre-laser comme Le Meilleur des mondes. Pourtant, elle pourrait aussi être décrite comme une culture de niche, développant ses codes et ses valeurs en rupture avec le champ culturel le plus légitime. La reconnaissance de la valeur d’une œuvre depuis la littérature se fait alors au prix d’un « procès en dissolution »7, c’est-à-dire par la négation de son appartenance à la science-fiction pour prix de son intégration dans le canon. De là procède le remplacement discret, dans les articles et les quatrièmes de couverture, du terme « science-fiction » par des appellations jugées plus dignes, telles qu’« anticipation » ou « utopie ».

  • 8 Un phénomène semblable pourrait être étudié pour le cinéma ou la bande dessinée.
  • 9 Un cas d'école est la réception de Ray Bradbury pendant les années 1950 : prisé pour son écriture s (...)
  • 10 Le terme de « fan », issu de la culture anglo-américaine, a été forgé pour parler des amateurs de s (...)
  • 11 Il s’agit bien sûr avant tout de rendre compte d’une posture de prescription, sans la tenir pour na (...)
  • 12 « Intérim », « Surface de la Planète », Fiction, décembre 1959, no 73, p. 133.
  • 13 Gérard Klein et Jacques Bergier, « À propos de Surface de la planète (de Drode) & de L’Ogive du mon (...)
  • 14 Voir Jérôme Dutel, « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? », in Anne Besson et Évelyne Ja (...)

6La littérature de science-fiction se trouve prise dans deux dynamiques distinctes, selon qu’on l’envisage sur le même plan que les autres supports de création de la science-fiction, ou selon une hiérarchie la subordonnant à la littérature générale8. Dans cette seconde perspective, il importe encore de distinguer entre une forme externe et une forme interne de prescription. « Paralittérature », la science-fiction n’est prise en compte par les prescripteurs du champ littéraire que lorsqu’une œuvre exceptionnelle s’en détache, distinction fondée sur des critères de la littérature et non sur des critères internes au champ de la science-fiction9. A contrario, au sein du domaine lui-même, la prescription s’organise à l’usage des amateurs, sous la plume de spécialistes qui sont eux-mêmes des « fans »10. Cette préoccupation d’une légitimité « interne » tend à constituer la science-fiction en sous-champ de la littérature : le domaine des fans, ou fandom, produit une forme endogène de prescription, qui s’appuie sur des critères de valeur parfois distincts de ceux qui ont cours en littérature, telle que la valorisation de la diégèse comme source d’illusion référentielle (la « création de monde ») ou comme vecteur d’un imaginaire scientifique pertinent (l’introduction de nouveautés techniques), tout en reléguant à un second rang l’inventivité stylistique et le travail sur la langue11. Témoigne de cette inversion des valeurs un vif échange critique dans la revue Fiction autour d’un roman atypique de Daniel Drode, Surface de la planète (1960), les uns parlant de « ratage » d’une tentative de « symbiose entre ce qu’il est convenu d’appeler la littérature d’avant-garde », copiant « Robbe-Grillet, Lewis Carroll, Raymond Queneau »12, les autres défendant « le droit de tenter certaines expériences »13 : les deux postures identifient comme extérieur à la science-fiction un travail stylistique tenant de la « linguistique-fiction »14.

  • 15 Le repérage des auteurs antérieurs est au programme du groupe de recherche ANR Anticipation, dirigé (...)
  • 16 Raymond Queneau, « Un nouveau genre littéraire : les sciences-fictions », Critique, 1er mars 1951, (...)

7La prescription littéraire de la science-fiction s’est aussi construite, en France, en réaction à une deuxième domination symbolique : les grands maîtres de la science-fiction sont presque tous des étrangers, surtout anglophones. Malgré une production littéraire importante dans le domaine de l’imagination scientifique en France15, l’apparition du nom « science-fiction » en 1950 suscite l’impression qu’un genre nouveau a été identifié aux États-Unis, idée défendue dans la presse généraliste, notamment par Raymond Queneau : « La science-fiction vaincra », « Un genre nouveau : les sciences-fictions »16. La défense et illustration de la science-fiction passe d’abord par l’affirmation d’une qualité singulière des récits anglo-américains, portés par un marché de grande ampleur, disposant d’une masse critique d’écrivains professionnels et de lieux de publication, tandis que les auteurs français sont souvent au mieux semi-professionnels. De ce fait, outre la prescription adressée aux lecteurs et destinée à distinguer des œuvres remarquables, la critique juge les choix des écrivains français en les soumettant à une double contrainte : innover sans trop s’écarter d’un modèle américain ; se mettre en conformité sans produire un ersatz. Il en découle, parmi les topoï de la prescription, une obsession de la « filiation » de l’influence américaine sur telle œuvre française.

  • 17 Pour une histoire de la science-fiction en France, voir Simon Bréan, La science-fiction en France, (...)

8Des débats critiques conjoncturels se sont ajoutés à ces deux enjeux majeurs, au gré des fluctuations d’un marché fragile, mais animé par des passionnés et doté d’un public stable17. Pendant les années 1950 et 1960, alors qu’un nombre réduit de collections accueille un corpus traduit et offre un terrain d’essai à une première génération d’écrivains, la prescription est concentrée dans la revue Fiction, tenue par des fans de la première heure et des aspirants écrivains. Elle concerne l’identification d’auteurs étrangers de référence et la distinction d’auteurs français susceptibles de leur faire concurrence. L’expansion remarquable du marché qui se produit pendant les années 1970 permet l’apparition de nombreuses collections, dirigées par des figures critiques essentielles : Ailleurs et Demain (Gérard Klein), J’ai Lu Science-fiction (Jacques Sadoul), Nébula (Alain Dorémieux), Pocket Science-fiction (Jacques Goimard) défendent chacune une certaine vision de la science-fiction. Cette période est propice à la publication de nouveaux écrivains, figures ajoutées à un canon constitué sous la plume de critiques eux-mêmes souvent auteurs ou éditeurs. C’est aussi l’époque des premiers festivals et conventions, et de l’attribution de prix littéraires internes : la science-fiction devient l’un des lieux d’expression d’une contre-culture novatrice. La récession frappant les années 1980 réduit la surface d’expression de la prescription, avec la disparition de Fiction. Durant les années 1990 et 2000, les enjeux se modifient en raison de la validation culturelle de la science-fiction qui se confirme alors, tout en impliquant un effacement de l’écrit au profit de l’audiovisuel. S’il n’est plus nécessaire de défendre l’existence de la science-fiction, il demeure essentiel pour ses amateurs et ses érudits d’en définir la singularité, face à des critères littéraires externes, mais aussi face à ces formes proches que sont la fantasy de Harry Potter ou le fantastique de Twilight. Paradoxalement, la reconnaissance dont la science-fiction bénéficie au sein d’un ensemble multi-médiatique et dans le domaine dit des « littératures de l’imaginaire » comporte ainsi le risque d’une autre dissolution.

  • 18 Simon Bréan, « GK, SC, SF : Gérard Klein et Subjectivité Collective de la Science-Fiction », in Ugo (...)
  • 19 Simon Bréan, « Curval à rebours : une histoire éditoriale », ReS Futurae, 2014, no 4. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/529 >.

9Comme il apparaît ici, une dernière caractéristique persistante de la prescription tient à l’identité et à la posture des prescripteurs. S’il existe des critiques ne pratiquant que cette activité, écrivains et éditeurs, comme Jean-Pierre Andrevon, Michel Jeury, Sylvie Denis, Roland C. Wagner, sont souvent invités à exprimer leur conception de la science-fiction, dans des préfaces, des articles, des recensions, des jurys de prix. Loin d’obéir à une simple logique commerciale – un directeur de collection tirant parti d’une tribune régulière ou un écrivain défendant une coterie –, la superposition des rôles résulte de l’engagement passionné des acteurs du sous-champ, qui promeuvent leur vision de la science-fiction : il s’agit de faire advenir ce qu’ils tiennent pour les meilleurs aspects du genre, par l’orientation d’une collection, des prises de position publiques ou l’écriture du type de récit qu’ils veulent valoriser. L’itinéraire de Gérard Klein est significatif à cet égard18, mais les exemples en sont nombreux, qu’il s’agisse d’Alain Dorémieux, rédacteur en chef de Fiction et nouvelliste de talent, de Philippe Curval, écrivain et lecteur avisé19, ou de Gilles Dumay, directeur de la collection Lunes d’encre, romancier sous le nom de Thomas Day et collaborateur de la revue Bifrost. L’écriture, la lecture, la critique correspondent pour la littérature de science-fiction à un continuum de pratiques, prises dans un réseau d’échanges et d’interactions publiques et individuelles, qui produisent une forme de pensée collective et contribuent à délimiter les paradigmes dominants de la science-fiction.

Les vecteurs d’une prescription cumulative

  • 20 Pour avoir un aperçu plus exhaustif des supports de la critique en science-fiction française, voir (...)

10Les instruments usuels de la prescription littéraire se retrouvent dans le sous-champ de la science-fiction : idées et jugements diffusés par des revues et des ouvrages récapitulatifs, en incluant le cas particulier des fanzines, publications amateurs mais très suivies par les acteurs au cœur du domaine ; distinctions accordées par des prix et des mises en valeur lors de festivals ; réseaux de sociabilité développés sur Internet, intriqués avec des réseaux de partage de connaissance20. Pour l’essentiel, ces trois modalités se sont mises en place l’une après l’autre, du fait de la fragilité initiale du sous-champ et des aléas économiques. Leur établissement successif renvoie à une double consolidation : maturité progressive d’un marché dont les structures institutionnelles apparaissent de plus en plus solides et nécessaires ; accumulation d’une mémoire du genre aussi bien extensive – l’hypermnésie des compilations encyclopédiques – que qualitative, par la mise en place d’un canon de classiques et par la hiérarchisation des productions littéraires.

  • 21 Gérard Klein, « Préface », Le temps n’a pas d’odeur, Paris, Librairie générale française, 2004 (col (...)
  • 22 Les fanzines (magazines de fans), tels qu’Ailleurs (1956-1963), Lunatique (1963-1973) ou KWS (depui (...)

11Le premier vecteur de la prescription pour la littérature de science-fiction est la transmission orale : les conseils donnés par un amateur ou un libraire. L’un des symboles de l’apparition de la science-fiction en France est l’ouverture à Saint-Germain-des-Prés de La Balance, librairie spécialisée tenue entre 1953 et 1956 par Valérie Schmidt, ayant attiré de nombreux fans de la première heure, dont les discussions et les partages de lecture ont fondé une culture commune, et qui sont devenus par la suite des acteurs importants, Jacques Sternberg, Philippe Curval et Gérard Klein entre autres21. Tous les autres vecteurs de la prescription procèdent de – et ramènent à – ce qui est au premier chef une critique de goût, revendiquée ou rationalisée, mais fondée sur des intuitions et une connaissance personnelle du corpus22.

  • 23 Une exception notable est la revue Arts, qui accueille entre 1954 et 1960 des articles sur la scien (...)

12L’écrit imprimé périodique reste longtemps la forme principale, sinon unique, de la prescription. En dehors des publications spécialisées, la science-fiction est peu chroniquée dans la presse jusqu’aux années 197023. La colonne vertébrale des études de la science-fiction est ainsi la revue Fiction (1953-1990). La ligne éditoriale de cette revue reflète ce statut de périodique « de référence ». Tant les introductions aux nouvelles publiées que les recensions et les articles de fond s’efforcent de définir la science-fiction de qualité. D’abord, les nouvelles sont tenues pour autant de modèles à suivre, et les textes d’écrivains français servent de pièces à conviction en faveur d’une science-fiction autochtone. Ensuite, les recensions séparent le bon grain de l’ivraie, qu’il s’agisse d’inclure ou d’exclure tel ouvrage du domaine de la science-fiction, ou de hiérarchiser les réussites. Enfin, des articles monographiques sont destinés à faire connaître aussi bien les meilleurs auteurs américains que les écrivains français antérieurs à la science-fiction. Même si Fiction a occupé une position symbolique durable, il ne faut pas exagérer son magistère intellectuel : la récurrence des observations critiques adressées aux directeurs de collection, leur enjoignant d’améliorer leurs publications, trahit une forme d’impuissance. Pour autant, la disparition de cette revue est vécue comme un traumatisme par les amateurs. La parution de deux revues stables, Galaxies et Bifrost, à partir de 1996, est accueillie avec soulagement. Dans un contexte moins favorable aux périodiques (ce sont d’ailleurs des publications trimestrielles, alors que Fiction était mensuelle), ces deux revues suivent la même logique, proposant selon une ligne éditoriale cohérente des textes de fiction, des chroniques et des recensions qui reflètent un même jugement de valeur sur les hiérarchies entre les auteurs, les œuvres et les types de science-fiction.

  • 24 Pierre Versins, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (197 (...)
  • 25 De nombreuses préfaces de Gérard Klein sont disponibles sur le site de Quarante-deux. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/les_Archives_stellaires/Gerard_Klein/ >.

13À partir des années 1970, un autre type d’écrit imprimé a fait son apparition, fixant dans des publications en volume des propositions récapitulatives sur la science-fiction et dessinant un canon endogène. Cette démarche d’accumulation se manifeste dans les sommes que sont L’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction de Pierre Versins, Panorama de la science-fiction de Jacques Van Herp et Histoire de la science-fiction moderne de Jacques Sadoul24. Ces ouvrages, comme les guides de lecture qui ont pris leur suite (Barets, Murail, Valéry), sont destinés à orienter les recherches des amateurs désireux d’accroître leur culture personnelle. La démarche encyclopédique se présente aussi sous la forme de l’anthologie, assortie de préfaces faisant le point sur un thème, un auteur, un courant de la science-fiction. La sélection des nouvelles donne l’occasion d’offrir aux amateurs, récents comme chevronnés, une certaine image du genre, tenue pour la meilleure, tandis que les textes introducteurs s’attachent à faire ressortir les perspectives uniques assurées par la science-fiction25. La grande anthologie de la science-fiction, succès de librairie, fournit aux lecteurs un bréviaire thématique, à la fois introduction au genre et source référentielle d’une culture commune. Une série comme Le livre d’or de la science-fiction est vouée à susciter un canon : elle consacre un auteur en adoptant une symbolique valorisante. Cette patrimonialisation interne, soumise aux difficultés du marché, se maintient et s’étend à chaque fois que les conditions économiques s’améliorent. Si les classiques étrangers sont préservés par une réédition en format poche, les écrivains français doivent souvent leur maintien à une politique volontariste d’éditions omnibus, assorties de bibliographies exhaustives : un exemple récent serait la collection des « Trésors de la SF » de Bragelonne (2008-2014).

  • 26 Le prix Hugo, fondé en 1953 et décerné par un collège de fans, le prix Nebula, créé en 1966 et attr (...)

14La valorisation et la reconnaissance des écrivains de science-fiction ont également été portées par des prix littéraires : le Grand Prix de la Science-Fiction Française (1974-1992, devenu ensuite le Grand Prix de l’Imaginaire) et le Prix Apollo (1972-1990, récompensant des œuvres traduites ou françaises), qui ont été élaborés plutôt en référence aux prix américains, qui distinguent les œuvres de l’année écoulée26, que pour s’inscrire dans une rentrée littéraire à l’instar du prix Goncourt. D’autres prix se voient décernés au cours de manifestations annuelles qu’ils mettent en valeur. Le prix Rosny aîné (depuis 1980) couronne les récits préférés des fans au cours des conventions françaises, destinées aux seuls amateurs, tandis que le Prix Européen Utopiales des Pays de Loire (depuis 2007) sert à consacrer des écrivains, mais aussi à manifester le rayonnement du Festival des Utopiales (créé en 1998). Au cours des années 2000, le nombre des festivals liés à la science-fiction a beaucoup augmenté, même si la présence d’un auteur relève plutôt d’un mécanisme de reconnaissance que de prescription : se retrouve ici la prescription « orale », dans le cadre d’une sociabilité informelle.

  • 27 Yves Jeanneret, Emmanuël Souchier, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, no 6, 1999, p.  (...)
  • 28 Association Quarante-Deux, Quarante-deux. [En ligne] <http://www.quarante-deux.org/​ >. Association NooSFere, (...)
  • 29 Voir Simon Bréan, « Retour sur la métaphysique (une introduction) », ReS Futurae, Carnet de recherc (...)
  • 30 « Forum de Culture SF ». [En ligne] <http://www.culture-sf.com/forum/>.
  • 31 Voir par exemple les critiques de Nébal : Nébal, Welcome to Nébalia. [En ligne] < http://nebalestuncon.over-blog.com/​ >.
  • 32 Pour ne prendre qu’un exemple, la fiche d’AquaTM établie sur le RSFblog renvoie à onze critiques co (...)
  • 33 Lhisbei, « Défi SFFF et diversité », RSFblog. [En ligne] < http://rsfblog.fr/2016/01/12/defisffdiversite/ >.

15La généralisation de l’écrit d’écran27, dernière étape technique de la prescription, n’a pas modifié qualitativement les logiques à l’œuvre, mais elle leur a donné une autre résonance quantitative. La logique encyclopédique trouve un support dans la formalisation de bases de données en expansion constante, les sites de Quarante-deux et NooSFere s’employant à rendre accessibles des informations sur tout ce qui est paru en français sur la science-fiction28. La visite de ces sites permet d’accéder à une mémoire extensive, où consulter bibliographie et avis critiques, à la fois patrimoine et vie de la littérature. Les sociabilités et le bouche-à-oreille s’expriment dans les listes de discussion, les forums, les blogs, les réseaux sociaux instantanés qui offrent parfois des lieux de réflexion suivie, manifestant la continuité entre amateurs et professionnels, tous portés par un même engagement passionné, comme sur le forum d’ActuSF lors de la discussion ayant impliqué pendant un an la plupart des acteurs du sous-champ à propos de la nature et de l’histoire de la science-fiction29, et d’une manière générale dans les échanges d’information ayant cours sur le forum de Culture SF30. Le cas particulier des blogs de lecture concentre le potentiel et les limites de ce support : la prescription s’y confond avec l’expression d’un goût très personnel, éventuellement provocateur31, mais les liens entretenus entre les différents blogs permettent d’accéder à une variété d’avis sur un même ouvrage – la fiche de lecture proposée par un blogueur renvoie aux autres critiques de la blogosphère SF32. L’émulation passe par des défis lancés à la communauté des lecteurs : le RSFblog propose un an pour lire vingt ouvrages liés à la question des genres, un « défi SFFF et diversité », incitant son lectorat et les autres blogueurs à s’intéresser à un corpus nouveau33. Depuis quelques années, des chaînes YouTube consacrées à la science-fiction ont fait leur apparition, comme Les Lectures de Nine, Ana D. ou Flo Bouquine. L’impact de ces « booktubeuses » sur les pratiques de prescription en littérature de science-fiction reste à déterminer, mais la création de ces chaînes manifeste la permanence d’un intérêt pour la science-fiction et le dynamisme des pratiques de prescription qui leur sont associées.

16Favoriser la création, conserver une mémoire faite de classiques, petits et grands, étrangers et français : les mécanismes de la prescription littéraire de science-fiction ressemblent à ceux de la littérature générale, mais cela ne doit pas faire oublier qu’ils opèrent dans un contexte moins favorable, en raison de la reconnaissance fragile dont bénéficient les auteurs et les œuvres, presque uniquement soutenus par des instances internes. L’étude des vecteurs de cette prescription révèle même une tension problématique entre une démarche maximaliste, qui tend à préserver la mémoire de tout ce qui pourrait être science-fiction, et une perspective de distinction, qui identifie des hiérarchies sans avoir forcément les moyens de les préserver : dans un marché contraint à des exigences de rentabilité, certains classiques deviennent difficiles à trouver. Pour autant, l’ambition qui sous-tend cet effort de prescription connaît un succès indéniable depuis plus de soixante ans, en réussissant à produire un discours critique « de combat », qui accompagne l’expansion continue d’un domaine dont la faible légitimité à l’échelle de la littérature ne constitue plus un handicap éditorial.

Bibliographie

Association NooSFere, NooSFere. [En ligne] < http://noosfere.com/​ >.

Association Quarante-deux, Quarante-deux. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/ >.

Barets, Stanislas, Catalogue des âmes et cycles de la S.-F., Paris, Denoël, 1981 (coll. Présence du futur).

Bouchard, Guy, Les 42 210 univers de la science-fiction, Québec, Le Passeur, 1992.

Bréan, Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/131 >.

— « GK, SC, SF : Gérard Klein et Subjectivité Collective de la Science-Fiction », in Bellagamba, Ugo, Picholle, Éric, Tron, Daniel (dir.), Les subjectivités collectives, Villefranche-sur-Mer, Somnium, 2012, p. 33-52.

— « L’érudition de science-fiction en France : repères bibliographiques », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/179 >.

— La science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2012 (coll. Lettres françaises).

— « Retour sur la métaphysique (une introduction) », ReS Futurae, Carnet de recherches sur la science-fiction, 2013. [En ligne] < http://resf.hypotheses.org/1559 >.

— « Curval à rebours : une histoire éditoriale », ReS Futurae, 2014, no 4. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/529 >.

Dutel, Jérôme, « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? », in Besson, Anne, Jacquelin, Évelyne (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, Arras, Artois Presses Université, 2015 (coll. Études littéraires), p. 89-103.

Goimard, Jacques, « Préface », in Klein, Gérard, Le sceptre du hasard. Les tueurs de temps, Paris, Robert Laffont, 1974 (coll. Ailleurs et demain Classiques), p. 9-15.

— « Prologue dans le logos », Europe, août-septembre 1977, nos 580-581, p. 3-13.

Goimard, Jacques, Iokamidis, Demètre, Klein, Gérard, « Introduction générale », La grande anthologie de la science-fiction, Paris, Le Livre de Poche, 1974-1976. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/intro_gasf.html >.

Jeanneret, Yves, Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, 1999, no 6, p. 97-107.

Klein, Gérard, « La science-fiction est-elle une subculture ? », Science-fiction, catalogue d’exposition, Paris, musée des Arts décoratifs, 28 novembre 1967-26 février 1968, Éditions du musée des Arts décoratifs, 1967, p. 5-8. [En ligne] < http://www.quarantedeux.org/archives/klein/divers/subculture.html >.

— « Le procès en dissolution de la SF, intenté par les agents de la culture dominante », Europe, août-septembre 1977, nos 580-581, p. 145-155.

— « Anita Torres : La Science-fiction française. Auteurs et amateurs d’un genre littéraire », Quarante-deux. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/sff.html >. [Préface inédite publiée le 12 octobre 1998].

— « Préface », Le temps n’a pas d’odeur, Paris, Librairie générale française, 2004 (coll. Le Livre de poche Science-fiction), p. 9-31. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/lp27269.html>.

— « Gérard Klein : préfaces, postfaces et articles sur la Science-Fiction », Quarante-deux. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/les_Archives_ stellaires/Gerard_Klein/ >.

Langlet, Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin, 2006 (coll. U-Lettres).

Murail, Lorris, La science-fiction, Paris, Larousse, 1999 (coll. Guide Totem).

Queneau, Raymond, « Un nouveau genre littéraire : les sciences-fictions », Critique, 1er mars 1951, no 16, p. 195-198.

— « La science-fiction vaincra », Arts, 29 octobre 1953, no 435, p. 1 et 4.

Sadoul, Jacques, Histoire de la science-fiction moderne : 1911-1984 (1973), Paris, Robert Laffont, 1984 (coll. Ailleurs et demain-Essais).

Saint-Gelais, Richard, L’empire du pseudo : Modernités de la science-fiction, Québec, Nota Bene, 1999 (coll. Littérature(s)).

Sternberg, Jacques, Une succursale du fantastique nommée science-fiction, Paris, Le Terrain vague, 1958.

Valéry, Francis, Passeport pour les étoiles, Paris, Gallimard, 2000 (coll. Folio SF).

Van Herp, Jacques, Panorama de la science-fiction (1973), Bruxelles, C. Lefrancq, 1996 (coll. Volumes).

Versins, Pierre, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), Lausanne, L’Âge d’homme, 1984.

Westfahl, Gary, “The popular tradition of science fiction criticism”, Science Fiction Studies, juillet 1999, no 78. Traduction de Samuel Minne : « La tradition populaire de la critique de science-fiction (1926-1980) », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/225 >.

Notes

1 Jacques Goimard, « Prologue dans le logos », Europe, août-septembre 1977, nos 580-581, p. 4.

2 Pour une présentation du régime ontologique de la science-fiction, voir Simon Bréan, La science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2012 (coll. Lettres françaises), p. 26-29.

3 « Gernsback a répété ses arguments sur la science-fiction tous les mois, pendant trois ans, dans un magazine qui tirait à plus de 100 000 exemplaires, […]. D’autres éditeurs, voyant ce succès, ont sorti des magazines qui reprenaient ses idées pour la forme, […]. Les lecteurs absorbaient ses arguments et y réagissaient dans leurs lettres. » Gary Westfahl, “The popular tradition of science fiction criticism”, in Science Fiction Studies, juillet 1999, no 78. Traduction de Samuel Minne : « La tradition populaire de la critique de science-fiction (1926-1980) », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/225 >.

4 J'emploie le nom d'« érudits » pour ceux qui, mi-amateurs, mi-professionnels, accumulent une documentation qui ferait sinon défaut aux chercheurs universitaires. Voir Simon Bréan, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/131 >.

5 Voir notamment Guy Bouchard, Les 42 210 univers de la science-fiction, Québec, Le Passeur, 1992.

6 Gérard Klein, « La science-fiction est-elle une subculture ? », Science-fiction, catalogue d’exposition, Paris, musée des Arts décoratifs, 28 novembre 1967-26 février 1968, Éditions du musée des Arts décoratifs, 1967, p. 5-8. [En ligne] < http://www.quarantedeux.org/archives/klein/divers/subculture.html >.

7 Gérard Klein, « Le procès en dissolution de la SF, intenté par les agents de la culture dominante », Europe, nos 580-581, août-septembre 1977, p. 145-155.

8 Un phénomène semblable pourrait être étudié pour le cinéma ou la bande dessinée.

9 Un cas d'école est la réception de Ray Bradbury pendant les années 1950 : prisé pour son écriture suggestive, « poétique », cet écrivain devient quelque temps l'étalon du bon goût.

10 Le terme de « fan », issu de la culture anglo-américaine, a été forgé pour parler des amateurs de science-fiction, de même que le « fandom » qui lui est associé.

11 Il s’agit bien sûr avant tout de rendre compte d’une posture de prescription, sans la tenir pour naïve : l’attention des chercheurs s’est portée avec profit sur les particularités de la science-fiction en termes de novums (Darko Suvin) et de stratégies d’écriture visant à susciter des mondes fictionnels crédibles (Richard Saint-Gelais, Irène Langlet).

12 « Intérim », « Surface de la Planète », Fiction, décembre 1959, no 73, p. 133.

13 Gérard Klein et Jacques Bergier, « À propos de Surface de la planète (de Drode) & de L’Ogive du monde (de Tavera) », Fiction, février 1960, no 75, p. 138.

14 Voir Jérôme Dutel, « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? », in Anne Besson et Évelyne Jacquelin (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, Arras, Artois Presses Université, 2015 (coll. Études littéraires), p. 89-103.

15 Le repérage des auteurs antérieurs est au programme du groupe de recherche ANR Anticipation, dirigé par Claire Barel-Moisan. Voir Anticipation. [En ligne] < https://anranticip.hypotheses.org >.

16 Raymond Queneau, « Un nouveau genre littéraire : les sciences-fictions », Critique, 1er mars 1951, no 16, p. 195-198. Id., « La science-fiction vaincra », Arts, 29 octobre 1953, no 435, p. 1 et 4.

17 Pour une histoire de la science-fiction en France, voir Simon Bréan, La science-fiction en France, op. cit.

18 Simon Bréan, « GK, SC, SF : Gérard Klein et Subjectivité Collective de la Science-Fiction », in Ugo Bellagamba, Éric Picholle et Daniel Tron (éd.), Les subjectivités collectives, Villefranche-sur-Mer, Somnium, 2012 (coll. Sciences & Fictions à Peyresq), p. 33-52.

19 Simon Bréan, « Curval à rebours : une histoire éditoriale », ReS Futurae, 2014, no 4. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/529 >.

20 Pour avoir un aperçu plus exhaustif des supports de la critique en science-fiction française, voir Simon Bréan, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », art. cit., et surtout la bibliographie « L’érudition de science-fiction en France : repères bibliographiques », ReS Futurae, 2012, no 1. [En ligne] < http://journals.openedition.org/resf/179 >.

21 Gérard Klein, « Préface », Le temps n’a pas d’odeur, Paris, Librairie générale française, 2004 (coll. Le Livre de poche Science-fiction), p. 10-11. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/lp27269.html>. Voir aussi Jacques Goimard, « Préface », in Gérard Klein, Le sceptre du hasard : Les Tueurs de temps, Paris, Robert Laffont, 1974 (coll. Ailleurs et demain Classiques), p. 9-15.

22 Les fanzines (magazines de fans), tels qu’Ailleurs (1956-1963), Lunatique (1963-1973) ou KWS (depuis 1992), et les sites d'amateurs, Le cafard cosmique ou ActuSF, manifestent aussi ce désir de créer et de s'exprimer sur la science-fiction.

23 Une exception notable est la revue Arts, qui accueille entre 1954 et 1960 des articles sur la science-fiction, dont certains, signés par Jacques Sternberg, sont repris sous le titre Une succursale du fantastique nommée science-fiction (Paris, Le Terrain vague, 1958).

24 Pierre Versins, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), Lausanne, L’Âge d’homme, 1984. Jacques Van Herp, Panorama de la science-fiction (1973), Bruxelles, C. Lefrancq, 1996 (coll. Volumes). Jacques Sadoul, Histoire de la science-fiction moderne : 1911-1984 (1973), Paris, Robert Laffont, 1984 (coll. Ailleurs et demain-Essais).

25 De nombreuses préfaces de Gérard Klein sont disponibles sur le site de Quarante-deux. [En ligne] < http://www.quarante-deux.org/les_Archives_stellaires/Gerard_Klein/ >.

26 Le prix Hugo, fondé en 1953 et décerné par un collège de fans, le prix Nebula, créé en 1966 et attribué par l’Association des écrivains de science-fiction (SFWA), et le prix Locus, décerné depuis 1971 par les abonnés du journal Locus, récompensent tous trois des récits de l’année antérieure.

27 Yves Jeanneret, Emmanuël Souchier, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, no 6, 1999, p. 97-107.

28 Association Quarante-Deux, Quarante-deux. [En ligne] <http://www.quarante-deux.org/​ >. Association NooSFere, NooSFere. [En ligne] <http://noosfere.com/​>.

29 Voir Simon Bréan, « Retour sur la métaphysique (une introduction) », ReS Futurae, Carnet de recherches sur la science-fiction. [En ligne] < http://resf.hypotheses.org/1559 >.

30 « Forum de Culture SF ». [En ligne] <http://www.culture-sf.com/forum/>.

31 Voir par exemple les critiques de Nébal : Nébal, Welcome to Nébalia. [En ligne] < http://nebalestuncon.over-blog.com/​ >.

32 Pour ne prendre qu’un exemple, la fiche d’AquaTM établie sur le RSFblog renvoie à onze critiques complémentaires : Lhisbei, « AquaTM », RSFblog. [En ligne] <http://rsfblog.fr/2010/12/19/aqua-jean-marc-ligny/>.

33 Lhisbei, « Défi SFFF et diversité », RSFblog. [En ligne] < http://rsfblog.fr/2016/01/12/defisffdiversite/ >.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search