Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 3. Presses et revues,vecteurs de prescription littéraire

Elle : Un prescripteur culturel ?

Claire Blandin

Texte intégral

  • 1 Gilles Feyel, La presse en France des origines à 1944 : Histoire politique et matérielle, Paris, El (...)
  • 2 Monique Vincent, Le Mercure galant : Présentation de la première revue féminine d’information et de (...)
  • 3 Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), La vie des femmes : la presse féminine aux xixe et xxe siècles, (...)

1La presse écrite émerge en France au xviie siècle, alors que s’élabore un espace public1. Dès cette époque, la première revue destinée aux femmes accorde une large place à la littérature. Pour Monique Vincent, la recommandation littéraire est au cœur du projet de la galanterie française du xviie siècle, et donc du Mercure galant2. Le journal propose dans chacune de ses livraisons des textes littéraires, dont une grande partie sont écrits par des auteures, même si tous les grands écrivains du siècle sont aussi représentés. Chaque livraison du mensuel adopte le cadre d’une lettre écrite à une correspondante et se termine par la formule « Je suis, Madame, votre… ». La destinataire féminine des nouvelles parisiennes et largement culturelles est donc bien identifiée. À partir du xixe siècle se met en place une presse des devoirs et des désirs des femmes. Les magazines féminins s’articulent autour des questions de mode, de beauté et de transmission des normes de savoir-être et de savoir-vivre3.

2Comme l’ensemble de la presse magazine, ces objets sont encore délaissés par la recherche. Quand ils commencent à être décrits, ce sont les dimensions normatives en termes de genre qui sont le plus souvent envisagées.

3Alors que les questions de mode, de beauté et d’éducation des enfants sont le plus souvent décrites dans les premiers travaux, nous chercherons ici à tracer les contours de la recommandation, en termes de culture, dans le magazine Elle. Il s’agit de cerner comment les prescriptions à destination des femmes évoluent, entre la création du journal en 1945 et la fin des années 1960. Premier titre féminin de la période, Elle est reconnu pour ses « fiches cuisine » et l’attention portée à la mode et aux collections. Les formulations de recommandations culturelles à destination des femmes sont en revanche peu abordées par la recherche.

  • 4 Christian Delporte, Claire Blandin, François Robinet, Histoire de la presse en France : xxe-xxie si (...)

4Après avoir situé la naissance de Elle dans le contexte du développement de la presse magazine à l’orée des Trente Glorieuses4, on envisagera ici la diversité des formes de références culturelles dans l’économie de la publication. L’enquête effectuée montre que c’est avant tout dans le domaine de la littérature que se concentrent les conseils de Elle : c’est donc sur ce domaine que s’attardera la troisième partie, en soulignant les liens de ces discours avec l’émergence de la deuxième vague du féminisme.

Le développement des magazines comme prescripteurs culturels

  • 5 Jean-Marie Charon, Rémy Rieffel (dir.), « La Presse magazine », Réseaux, 2001, no 105.

5La presse magazine constitue un segment essentiel, vivant et foisonnant, de la presse écrite française du xxe siècle. Le genre apparaît au milieu du xixe siècle, avec des publications illustrées caractérisées par la variété de leur contenu. Le terme « magazine » est d’ailleurs une déformation anglaise du français « magasin », désignant un entrepôt où étaient conservés divers types de marchandises5. Lorsque le mot revient dans le monde de la presse française, c’est pour désigner des publications encyclopédiques : Le Magasin pittoresque (1833) est un hebdomadaire illustré. Quelques années plus tard, son directeur, Édouard Charton, crée Le Tour du monde qui permet au lecteur de découvrir des horizons lointains. Mais la presse illustrée s’intéresse aussi à l’actualité, et à la suite du London Illustrated News, L’Illustration est créé à Paris en 1843. Le journal couvre pendant un siècle la vie publique du pays.

6L’une des caractéristiques du magazine est, en effet, d’accorder une grande place aux illustrations. L’évolution des procédés techniques permet ce développement au cours du siècle : la photographie devient d’un usage courant dans les années 1920. Une nouvelle génération d’illustrés, préparant les magazines modernes, voit d’ailleurs le jour dans la période de l’entre-deux-guerres. Vu, Regard et bientôt Match présentent la riche actualité des années 1930 au public français.

7La littérature trouve sa place dans ces publications illustrées sous diverses formes. L’histoire de la presse considère que certains titres comme Lectures pour tous participent à ce courant de diversification des supports. Dans l’entre-deux-guerres, les grands reportages sont œuvre de littérateurs qui, comme Joseph Kessel ou André Malraux, publient ensuite les récits de leurs exploits en volumes. Surtout, la contribution littéraire est perçue comme un passage obligé pour les nouveaux titres cherchant à s’imposer et à installer leur légitimité. Créé en 1938 sur l’impulsion de Jean Prouvost, Marie-Claire, magazine de la femme moderne, propose ainsi chaque semaine un récit littéraire à ses lectrices.

  • 6 Depuis cette date, on imprime en France plus de magazines que de quotidiens chaque jour.
  • 7 La persistance d’hebdomadaires d’actualité est une spécificité française. Ils ont été remplacés par (...)

8L’existence de cet espace réservé à la littérature dans le magazine est essentielle pour appréhender les relations entre littérature et journalisme au siècle dernier car le genre magazine contamine l’ensemble de la presse au cours du xxe siècle. Il devient même dominant à partir de 19786. Alors qu’on ne cesse de parler de crise de la presse, les tirages de la presse magazine ont toujours augmenté depuis la Libération. Ces journaux ont accompagné la décolonisation, les grandes mutations sociales des Trente Glorieuses et guident aujourd’hui encore le regard des Français sur l’actualité7.

  • 8 Marie Chominot a ainsi montré que c’est dans Paris-Match que les Français trouvent des images de la (...)

9Après la Libération, la France connaît un renouvellement majeur du monde des médias. Les titres issus de la Résistance renouvellent l’univers des quotidiens, tandis qu’avec la croissance économique les magazines prennent de plus en plus d’importance. Pour la presse d’actualité, c’est Paris-Match qui symbolise le phénomène : créé par Jean Prouvost en 1949, l’hebdomadaire rencontre un succès important à partir de 1951, et, avec ses deux millions d’exemplaires vendus en moyenne, constitue la mémoire visuelle des Français dans les années 19508. Mais la presse magazine se diversifie, à partir de cette période, dans tous les domaines intéressant les Français, suivant le développement des pratiques de loisirs.

Le renouvellement de la presse féminine par le journal Elle

  • 9 Sur la définition et l’évolution de la presse féminine, voir Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), La (...)
  • 10 C’est l’ouvrage d’Évelyne Sullerot, La presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963, qui fait toujour (...)
  • 11 Sur ce journal, voir Gilles Feyel, « La presse féminine au xixe siècle (1797-1914) », in Claire Bla (...)

10La presse féminine est le premier sous-secteur de la presse magazine9. Elle s’est développée dès le xixe siècle comme une presse de conseils pour les femmes10. Le Petit Écho de la mode en reste pendant plusieurs décennies le titre phare11. Il est un outil indispensable de la vie domestique car il fournit les patrons pour la confection des vêtements de toute la famille. Jusqu’à la généralisation du prêt-à-porter, ces conseils constituent un thème majeur des publications destinées aux femmes. Les recettes de cuisine, directives pour l’éducation des enfants et instructions sur l’entretien de la maison complètent le plus souvent cette liste de rubriques. Dans les années 1930, le monde de la presse féminine est renouvelé en France par l’arrivée d’un nouveau titre, Marie-Claire. Créé par Jean Prouvost en 1937, le magazine accorde une plus grande place à l’illustration et à la couleur. Il s’inspire des magazines américains et veut toucher une jeune femme plus moderne, parfois amenée à travailler en dehors de son foyer. Le magazine publie des nouvelles et des romans par épisodes, signés par les grands romanciers de la période, comme Jérôme et Jean Tharaud ou André Maurois.

  • 12 Elle, 2 janvier 1946, no 7, p. 22.

11Ayant poursuivi sa parution pendant l’Occupation, Marie-Claire est interdit en 1944 et ne réapparaît dans les kiosques qu’en 1954. C’est dans cet intervalle de dix ans que s’impose un nouveau magazine féminin : Elle. Créé par Hélène Gordon Lazareff, qui a travaillé pour les magazines féminins américains pendant la guerre, Elle ne place pas le secteur culturel dans ses premiers objectifs. Le magazine précise, notamment, dans son ours des premiers numéros : « Nos collaborateurs essaieront dans la mesure du possible de résoudre vos problèmes. Adressez vos questions sur la psychologie à Paul Géraldy, la mode à Mihri Fenwick, la beauté, la maison à Alice Chavannes, les questions sociales et juridiques à Raymonde Delsaut. »12 La culture ne fait donc pas partie des secteurs dans lesquels le magazine pense exercer sa fonction de conseil, mais elle est très présente dans la publication. Elle, dans ses premiers mois de parution, est un journal de 26 pages en moyenne. La seule annonce de publicité pleine page est en quatrième de couverture, le plus souvent en couleur et pour des marques de parfum. On trouve dans les pages intérieures des récits de type romans feuilletons et de très nombreux conseils de mode (couture, tricot…) et de vie pratique. Les éléments d’ouverture de l’intérêt des femmes vers d’autres secteurs sont rares. Parce qu’elle veut faire preuve de modernité, Hélène Gordon Lazareff cherche pourtant à éveiller l’intérêt des lectrices pour différentes thématiques, dont le monde de la culture.

  • 13 Ibid., p. 6-7.

12La première démarche que nous pouvons repérer dans le magazine tient à la façon dont il rend compte de l’actualité culturelle à ses lectrices. Elle fait, par exemple, le récit en images de l’actualité théâtrale. Ainsi, dans le numéro du 2 janvier 1946, le magazine propose une double page racontant « le film » de la pièce de Jean Giraudoux, La Folle de Chaillot. Dans une forme proche de celle des romans-photos, il s’agit de raconter en images la pièce aux lectrices13. Le magazine adopte ici un mode de récit usuel dans la presse populaire à destination des femmes, mais en l’appliquant à une forme de culture légitime, il invente des formes de médiation de la culture des élites à destination des femmes.

  • 14 Ibid., p. 16 et 17.
  • 15 Jamil Dakhlia, Mythologie de la peopolisation, Paris, Le Cavalier bleu, 2010 (coll. Myth’O).

13L’autre catégorie de récit lié à la culture est la publication des souvenirs, mémoires et entretiens de figures importantes du secteur. Dans le numéro étudié précédemment, c’est le cas des souvenirs de Colette. Le chapeau précise : « Colette rêvant à sa fenêtre du Palais-Royal évoque les ombres de ceux qui ont peuplé sa vie. Aux jours heureux se mêlent les jours poignants de l’Occupation, l’arrestation, le retour de son meilleur ami, les lettres qu’elle a reçues. »14 Colette a pour le magazine la double qualité d’être un auteur reconnu et d’être une femme. La recommandation culturelle passe ici par l’usage de la figure de la célébrité. La renommée de l’auteur est utilisée comme un mode de légitimation. Sa présence dans les pages du magazine fait entrer le titre dans le monde de la littérature. Cet usage de la célébrité prépare les formes contemporaines de peopolisation15.

14 

  • 16 Paul Géraldy, « Faut-il ou non prêter ses livres ? », Elle, 9 janvier 1946, no 7, p. 2.

15Au-delà du traitement du secteur de la culture dans l’actualité, le magazine propose dès cette période des conseils et recommandations à ses lectrices pour qu’elles deviennent des femmes cultivées. Dans un article du 9 janvier publié16 en deuxième page, ce qui lui donne presque un statut d’éditorial, Paul Géraldy conseille aux lectrices de prêter leurs livres, à tous. La démarche est présentée comme une prise de distance vis-à-vis de la futilité de posséder et comme une ouverture intellectuelle :

Vous êtes soigneuse, dites-vous, et vous tenez à vos affaires ? Bon ! N’y tenez tout de même pas trop. N’allez pas devenir surtout collectionneuse ! C’est rapetissant. Pourquoi conserver des ouvrages qu’il suffit d’avoir lus une fois ? Pour les transmettre à vos enfants ? Vos enfants seront des chasseurs et chercheront et trouveront pâture eux-mêmes. Prêtez donc !

Vous n’aimez pas les vides que font sur vos rayons les livres absents ? Comblez-les donc avec des livres frais parus. Vous prétendez aimer votre bibliothèque ? En êtes-vous sûre ? Ne vous écœure-t-elle pas un peu ? La bibliothèque attachante n’est jamais la nôtre qui n’a plus de surprises à nous offrir. C’est celle de notre voisin où nous ferons de ravissantes découvertes. De l’air ! Laissez circuler l’air !

Certaines de vos amies exagèrent et vous pillent, oublient toujours de vous rapporter les bons ouvrages et ne vous rendent que les rossignols ? Vous payez trop souvent le plaisir de faire plaisir, de l’humiliation d’être dupe ? Je sais. C’est assez agaçant. J’ai ainsi une voisine… Mais bah ! Ces indiscrètes nous lasseront et ce sera tant pis pour elles. Ne soyez pas, à cause d’elles, moins bonne pour vos autres amies. Prêtez !

Et empruntez aussi !

16Le discours de recommandation développé ici multiplie les injonctions à la bonne gestion du foyer, à la conformation à des comportements sociaux de bon voisinage et au développement de la culture générale des lectrices. La prescription se construit donc dans le double registre des fausses questions et des injonctions. L’ensemble construit une rhétorique de la connivence sur laquelle le magazine se fonde pour être un guide culturel. La recommandation culturelle fait donc partie des injonctions faites aux femmes par la presse féminine. La culture est présentée comme l’un des aspects des devoirs des lectrices ; la lecture est un élément de leur féminité en construction. Ces recommandations dessinent le portrait de la lectrice idéale de Elle : il est de son devoir d’être cultivée, comme d’être habillée à la mode et de bien tenir sa maison. Il s’agit d’une culture générale empreinte de conventions.

La littérature, un espace spécifique de prescription dans les années 1960

  • 17 Voir Susan Petit, Femme de papier : Françoise Mallet-Joris et son œuvre, Paris, Grasset, 2005.

17Au cours des années 1960, cette conception de la culture évolue : elle devient une dimension du développement personnel des femmes et passe avant tout par la littérature. Françoise Mallet-Joris est alors une des femmes de lettres les plus présentes dans le magazine Elle, son parcours comme emblématique du suivi d’un écrivain. Née en 1930 à Anvers, Françoise Lilar a des parents avocats. Envoyée aux États-Unis pour poursuivre ses études, elle s’y marie une première fois à l’âge de 18 ans et met au monde Daniel, son premier fils. Suit un éphémère second mariage avec l’historien Alain Joxe, avant la rencontre avec le peintre Jacques Delfau avec lequel elle aura trois enfants à la fin des années 1950. Sa conversion au catholicisme au cours de cette période brouille l’image de l’écrivaine rebelle et revendiquant sa liberté sexuelle qu’elle avait forgée depuis le succès en 1951 du Rempart des Béguines17.

18Dans les années 1960, Françoise Mallet-Joris multiplie les romans à succès. Elle siège dans les comités de lecture de plusieurs grandes maisons d’édition parisiennes et reçoit les plus prestigieux prix littéraires. Sa renommée médiatique est attestée par sa présence dans plusieurs autres magazines.

  • 18 Françoise Mallet-Joris, « Les enfants 66. Comment les comprendre ? », Elle, 27 octobre 1966, no 108 (...)

19À cette époque, les questions d’éducation deviennent de plus en plus présentes dans Elle. Parmi les différentes figures d’experts qui se prononcent sur ces questions, Françoise Mallet-Joris tient une place à part. Elle publie en 1966 des extraits de Enfance, ton regard qui vient de paraître aux éditions Hachette18. L’ouvrage présente les parents contemporains comme les plus désemparés devant leurs enfants. Françoise Mallet-Joris souligne dans ces extraits les traits communs à l’histoire de l’enfance, dans toutes les périodes. Elle veut montrer que la technologie ne change pas le rythme de développement, mais invite les parents à préserver l’enfance de leurs petits.

  • 19 Denise Dubois-Jallais, « Récit “Famille, je vous aime” », Elle, 2 février 1970, no 1259, p. 94-95.

20Au début de l’année 1970, le magazine féminin réserve une place particulière à la publication de La Maison de papier19. Dans ce roman très autobiographique, Françoise Mallet-Joris met en scène la vie d’une famille parisienne de quatre enfants, dont le père est peintre et la mère écrivaine. Le livre est centré sur les dialogues des enfants avec leur mère (qui permettent à l’auteur de donner son point de vue sur de nombreuses questions), mais on y voit aussi passer les amis et les voisins. Sur une double page, Elle présente une photo de la famille de Françoise Mallet-Joris et une colonne de texte d’introduction à la publication de La Maison de papier :

À partir de la semaine prochaine, Françoise Mallet-Joris vous racontera la vie de cette famille : la sienne. Ce seront, en exclusivité, des extraits de son dernier livre : La Maison de papier (éd. Grasset). Vous saurez enfin comment fait cette femme pour écrire avec quatre enfants. Pour accumuler les récompenses : Prix des libraires (1957), Prix Femina (1958), Prix Monaco (1965), sans cesser de mener une vie de famille austère. Pour publier régulièrement un livre tous les deux ans, depuis son fameux Rempart des Béguines en 1951, et élever Daniel, Vincent, Alberte, Pauline.

Vous lirez comment elle s’arrange de la vie et de l’amour, de la vie moderne et de la foi, de la vaisselle et de la littérature. Comment elle choisit d’apprendre la guitare plutôt que de passer l’encaustique. Vous serez peut-être choqués parce que, avec son mari, peintre, elle vit en marge, en artiste ; que ses bonnes espagnoles l’appellent Françoise, qu’elle écrit dans les petits cafés du Quartier latin ou de Saint-Germain-des-Prés. Ou qu’elle accueille dans son entrée… un clochard.

Vous ne résisterez pas à l’idée de savoir comment elle éduque, et respire, avec ordre et désordre, avec liberté, avec générosité. Avec elle, vous aurez envie vous-mêmes de faire le point sur vos aspirations, vos idées, vos progrès intérieurs.

Mais, surtout, vous serez touchés, parce que ce livre sincère et pudique est un livre « famille, je vous aime ».

  • 20 Le terme est bien sûr anachronique.
  • 21 Née Christiane Servan-Schreiber en 1930, Christiane Collange est tout juste diplômée de l’École lib (...)

21Dans Elle, Françoise Mallet-Joris représente un modèle, entre la marge et la norme. Sa célébrité lui permet des écarts à la norme qui ne sont pas tolérés pour l’ensemble des lectrices. Elle peut ainsi raconter, sans que cela ne provoque de réactions du journal, la vie de sa famille « recomposée »20 à une époque où toute naissance hors mariage est encore vivement déconseillée dans le courrier des lectrices. Mallet-Joris est donc une sorte d’animal exotique, opposé à Christiane Collange, incarnation de la « norme »21. Alors que Christiane Collange publie Madame et le management (comment gérer sa maison comme une entreprise), Elle trouve intéressant de la confronter à Françoise Mallet-Joris. C’est Christiane Collange qui attaque en demandant à Françoise Mallet-Joris si elle n’a quand même pas grossi le trait dans La Maison de papier ; elle ne pourrait pas s’imaginer débarquant chez elle dans un tel « bazar ». Françoise Mallet-Joris souligne que le livre concentre des épisodes qui se sont déroulés en vingt ans, mais que tout est vrai. Elle explique qu’elle était très organisée et ordonnée au départ, mais a dû s’adapter au mode de vie de son mari, artiste-peintre. Christiane Collange et Françoise Mallet-Joris essaient de trouver leurs points communs (elles sont toutes deux divorcées, tentent avant tout d’élever leur famille dans l’amour…), mais c’est la différence des styles qui est frappante. Christiane Collange semble avoir été heurtée par certaines scènes, comme celle où Françoise Mallet-Joris prend son bain en discutant avec sa femme de ménage espagnole. Cette dernière est obligée d’expliquer que, vivant à huit dans trois pièces, il fallait trouver les endroits et les moments de discussion. Christiane Collange rapproche alors cela de ses propres cafés avec la jeune fille qui s’occupe de ses enfants, à 7 heures du matin dans la cuisine.

  • 22 Françoise Mallet-Joris, « Un homme et ses femmes », Elle, 12 mars 1973, no 1421, p. 144-170.

22En mars 1973, le texte de présentation des bonnes feuilles du Jeu du souterrain (plus de 25 pages) est un modèle de démonstration de la place accordée à Françoise Mallet-Joris dans le journal22. Le tout est bien sûr coupé par de nombreuses publicités, mais cette publication dans la rubrique « Le livre de la semaine » est particulièrement longue.

23Même si c’est dans la publication des bonnes feuilles, plus que dans la critique littéraire (très peu présente), que se jouent les choses, s’ajoute ici à la présentation la recommandation de Jacqueline Barde, publiée dans un encadré :

Sur le seul nom de Françoise Mallet-Joris, d’après la séduisante mise en appétit que constitue le présent extrait, vous allez acheter Le Jeu du souterrain, et le dévorer, j’en jurerais. C’est un livre qu’on ne peut lâcher, vivant, mouvementé, bourré de personnages pittoresques et de formules heureuses. […] Le Jeu du souterrain nous concerne tous et toutes : à nous de savoir si nous avons l’équipement, les poumons, la persévérance pour nous y plonger. Ne vous laissez pas impressionner, à première lecture, et dans quelque sens que ce soit, par ce roman. Relisez-le, reprenez-le par morceaux choisis, méditez-le. Vous m’en direz des nouvelles. (Bernard Grasset, 286 pages, 27F)

  • 23 Katherine Mansfield, « Un amour au creux de la guerre », Elle, 19 mars 1973, no 1422, p. 158-204.

24Si le journal Elle met en avant la littérature contemporaine dans les années 1960, c’est donc avant tout en passant par une personnalité, une écrivaine pouvant être un modèle pour ses lectrices, Françoise Mallet-Joris. Il existe toutefois une rubrique de critique régulière, « Le Livre de la semaine », qui propose en 1973 des extraits du Journal de Mansfield qui vient de paraître chez Stock23 et raconte l’histoire d’amour entre l’auteure et Francis Carco pendant la Première Guerre mondiale. Une première version de ce Journal avait été publiée en 1932, mais la nouvelle semble plus complète. Là aussi, toutefois, c’est vers la parution de bonnes feuilles que s’oriente la défense d’un ouvrage.

  • 24 Karine Grandpierre, « ELLE : Un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature ? (...)

25Mise en exergue de la figure d’une écrivaine, maintien de bonnes relations avec les maisons d’édition pour être dépositaire de leurs bonnes feuilles… Elle porte une certaine attention à la littérature. Mais c’est avec le « Grand Prix des lectrices » en 1970 qu’émerge dans le journal une démarche spécifique quant à ce que le livre peut apporter à son lectorat. En instituant ses lectrices en jury littéraire, le magazine féminin leur reconnaît une compétence, mais aussi un rôle actif dans le renouvellement de la prescription littéraire. L’importance prise par ce prix pour le magazine et dans le monde littéraire signe la mutation de la place de la culture, de la bonne éducation des femmes vers un espace de leur émancipation24.

26Les vagues féministes apparaissent dans la presse avec un certain décalage dans le temps ; les médias de masse enregistrant un déplacement des normes sociales plus qu’ils ne le portent.

27Après 1968, Elle s’engage plus fermement pour l’évolution des droits des femmes. Ainsi, après avoir rendu compte des débats sur la contraception, le journal publie opinions et témoignages en faveur de la légalisation de l’avortement. On peut parler d’une stratégie opportuniste, au moment où les revendications de la deuxième vague du féminisme deviennent visibles. La mutation se produit au même moment sur la question du travail des femmes : le magazine les invite à faire respecter leurs droits et sensibilise les mères à l’importance de l’éducation des filles, seul chemin de l’émancipation.

  • 25 Fabienne Dumont, Des sorcières comme les autres : Artistes et féministes dans la France des années  (...)
  • 26 Hélène Fleckinger, Cinéma et vidéo saisis par le féminisme (France, 1968-1981), thèse de doctorat s (...)

28Dans le domaine de la prescription culturelle, le discours de Elle revient à valider la lecture et la critique littéraire comme pratiques culturelles autorisées. Inscrite dans l’histoire du magazine, cette évolution apparaît comme une ouverture des droits des femmes. Dans le contexte de la deuxième vague du féminisme, c’est pourtant aussi une limitation : le magazine passe largement sous silence les autres formes d’expression artistique dont se sont emparées les féministes25. C’est la presse féministe militante qui témoigne de ces pratiques des femmes, ou des titres grand public plus engagés, comme F magazine. C’est aussi dans ces titres que l’on peut observer comment, dans les années 1970, les féministes s’emparent, par exemple, de l’art de la vidéo26.

Bibliographie

Blandin, Claire (dir.), Manuel d’analyse de la presse magazine, Paris, Armand Colin, 2018 (coll. ICOM).

Blandin, Claire, Eck, Hélène (dir.), La vie des femmes : La presse féminine aux xixe et xxe siècles, Paris, Panthéon-Assas, 2010 (coll. Colloques).

Charon, Jean-Marie, Rieffel, Rémy (dir.), « La presse magazine », Réseaux, 2001, no 105.

Colombani, Marie-Françoise, Fitoussi, Michèle, « Elle », 1945-2005 : Une histoire des femmes, Paris, Filipacchi, 2005.

Rebreyend, Anne-Claire, Intimités amoureuses : France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008 (coll. Le temps du genre).

Soulier, Vincent, Presse féminine : La puissance frivole, Paris, Archipel, 2008.

Sullerot, Évelyne, La presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963.

Notes

1 Gilles Feyel, La presse en France des origines à 1944 : Histoire politique et matérielle, Paris, Ellipses, 2007 (coll. Infocom).

2 Monique Vincent, Le Mercure galant : Présentation de la première revue féminine d’information et de culture (1672-1710), Paris, Honoré Champion, 2005.

3 Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), La vie des femmes : la presse féminine aux xixe et xxe siècles, Paris, Panthéon-Assas, 2010 (coll. Colloques).

4 Christian Delporte, Claire Blandin, François Robinet, Histoire de la presse en France : xxe-xxie siècles, Paris, Armand Colin, 2016 (coll. Histoire).

5 Jean-Marie Charon, Rémy Rieffel (dir.), « La Presse magazine », Réseaux, 2001, no 105.

6 Depuis cette date, on imprime en France plus de magazines que de quotidiens chaque jour.

7 La persistance d’hebdomadaires d’actualité est une spécificité française. Ils ont été remplacés par les suppléments hebdomadaires des grands quotidiens dans les autres pays.

8 Marie Chominot a ainsi montré que c’est dans Paris-Match que les Français trouvent des images de la guerre d’Algérie à une époque où la télévision est encore rare et sous étroit contrôle gouvernemental. Voir Marie Chominot, Guerre des images, guerre sans image ? Pratiques et usages de la photographie pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), thèse de doctorat en histoire sous la direction de Benjamin Stora : Université Paris 8, 2008.

9 Sur la définition et l’évolution de la presse féminine, voir Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), La vie des femmes : La presse féminine aux xixe et xxe siècles, op. cit.

10 C’est l’ouvrage d’Évelyne Sullerot, La presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963, qui fait toujours référence. L’auteure y distingue les fonctions de ces journaux féminins qui oscillent entre un ton d’injonction présentant les devoirs des femmes et une ouverture vers leurs désirs.

11 Sur ce journal, voir Gilles Feyel, « La presse féminine au xixe siècle (1797-1914) », in Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), La vie des femmes : La presse féminine aux xixe et xxe siècles, op. cit., p. 31-48.

12 Elle, 2 janvier 1946, no 7, p. 22.

13 Ibid., p. 6-7.

14 Ibid., p. 16 et 17.

15 Jamil Dakhlia, Mythologie de la peopolisation, Paris, Le Cavalier bleu, 2010 (coll. Myth’O).

16 Paul Géraldy, « Faut-il ou non prêter ses livres ? », Elle, 9 janvier 1946, no 7, p. 2.

17 Voir Susan Petit, Femme de papier : Françoise Mallet-Joris et son œuvre, Paris, Grasset, 2005.

18 Françoise Mallet-Joris, « Les enfants 66. Comment les comprendre ? », Elle, 27 octobre 1966, no 1088, p. 152-155, puis 157.

19 Denise Dubois-Jallais, « Récit “Famille, je vous aime” », Elle, 2 février 1970, no 1259, p. 94-95.

20 Le terme est bien sûr anachronique.

21 Née Christiane Servan-Schreiber en 1930, Christiane Collange est tout juste diplômée de l’École libre des Sciences politiques lorsque Françoise Giroud la recrute pour Madame Express (1953). En 1969, elle publie Madame et le management, qui propose aux femmes d’appliquer les méthodes managériales à la conduite du foyer. Elle a publié depuis une vingtaine d’ouvrages sur la vie de famille. Claude Le Roux, « Madame Management contre Madame Bohème », Elle, 13 avril 1970, no 1269, p. 154-161.

22 Françoise Mallet-Joris, « Un homme et ses femmes », Elle, 12 mars 1973, no 1421, p. 144-170.

23 Katherine Mansfield, « Un amour au creux de la guerre », Elle, 19 mars 1973, no 1422, p. 158-204.

24 Karine Grandpierre, « ELLE : Un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature ? », Contextes, 2012, no 11.

25 Fabienne Dumont, Des sorcières comme les autres : Artistes et féministes dans la France des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014 (coll. Archives du féminisme).

26 Hélène Fleckinger, Cinéma et vidéo saisis par le féminisme (France, 1968-1981), thèse de doctorat sous la direction de Nicole Brenez : Université Paris 3, 2011.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search