Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 3. Presses et revues,vecteurs de prescription littéraire

« Traité d’illégitime défense »1 :

Contre la presse du cœur et la presse du crime, histoire d’un lobbying

Isabelle Antonutti

Texte intégral

« Théorie du matériau suspect et de l’objet provocant »2

  • 1 Frédéric Berthet, Norbert Cassegrain (1954-2003), Journal de Trêve, Paris, Gallimard, 2006 (coll. L (...)
  • 2 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, ibid., p. 117. Chaque partie est introduite par une phrase issu (...)
  • 3 Pascal Durand, La censure de l’imprimé : Belgique, France, Québec et Suisse romande, xixe et xxe si (...)
  • 4 Fondation reconnue d’utilité publique qui a pour objectif de « favoriser la recherche dans les doma (...)

1La presse du cœur et la presse du crime sont au centre d’une bataille pour la moralisation de la société dans l’après-guerre. Des éducateurs, des enseignants, des hommes politiques et des intellectuels cherchent à encadrer ces publications car ils craignent les influences néfastes de ces lectures. Apôtres de la prescription de saines lectures, ils prêchent pour le contrôle de la culture. Cette censure a déjà été étudiée3 mais sont ici proposées des sources totalement inédites. Trois classeurs, conservés dans les archives de la Fondation Simone et Cino Del Duca4, regroupent toute une correspondance entre André Berthet et d’éminentes personnalités. Après une rapide présentation de cette presse, souvent vilipendée mais finalement assez méconnue, nous relaterons les étapes de ce lobbying afin de comprendre comment un moraliste censeur, André Berthet, opère pour influencer les politiques et les puissants.

La presse du cœur : « il pensa aux contes de fées où les héros sortent des pages la nuit, dans une poudre d’étoiles »5

  • 5 Frédéric Berthet, Journal de Trève, op. cit., p. 212.
  • 6 Isabelle Antonutti, Cino Del Duca : De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse, Rennes (...)

2Meilleure vente de la presse féminine, la presse du cœur, dite aussi presse sentimentale, connaît son heure de gloire dans les années 1950. Ses principaux magazines, comme Nous Deux, Confidences ou Intimité, sont centrés sur la fiction sentimentale et proposent des romans, nouvelles, témoignages et du roman-photo. Le genre naît en Italie en 1946 avec Grand Hôtel, un magazine qui croise le roman-feuilleton avec la bande dessinée en proposant des planches dessinées d’histoires d’amour. La réussite de cet hebdomadaire est rapide et le prototype est importé en France par Cino Del Duca, qui sera surnommé « le roi de la presse du cœur »6. Entre 1948 et 1963, il lance quatorze magazines féminins comme Nous Deux, Intimité, La Vie en fleur, Madrigal, Festival, Secrets de femmes, Ciné-Révélations etc. D’autres éditeurs se placent sur ce créneau comme André Beyler, directeur des éditions Nuit et Jour, qui publie le titre Rêves. Le phénomène est mondial, la presse du cœur est florissante en Italie, en Allemagne, en Espagne et en Amérique du Sud. Ces journaux déclinent le thème de l’amour sous diverses formes fictionnelles : récits, romans, bandes dessinées, romans-photos. L’amour est toujours heureux même si le couple est soumis à une cascade de péripéties tout au long des épisodes.

La presse du crime : « je préméditais de réserver cette histoire pour une publication posthume, mais hier j’ai craqué : j’ai eu peur de ne jamais mourir »7

  • 7 Frédéric Berthet, Norbert Cassegrain, Journal de Trêve, op. cit., p. 292.
  • 8 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard (...)
  • 9 Michel Dixmier, Véronique Willemin, L’œil de la police : Crimes et châtiments à la Belle Époque, Pa (...)
  • 10 Annick Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève, Droz, 2004 (coll. Travaux de sciences (...)
  • 11 Jacques Kayser, Le quotidien français, Paris, Armand Colin, 1962.

3« L’encre et le sang »8 sont liés depuis l’ouverture des audiences des procès au public en 1789 : curieux et journalistes se pressent sur les bancs des assises et le fait divers criminel est largement relayé par la presse populaire. Les romanciers inscrivent la figure du détective ou du reporter dans l’imaginaire collectif, avec Arsène Lupin, le cambrioleur, ou encore Rouletabille, le reporter. La presse du crime et du fait divers couvre de larges sujets comme des catastrophes naturelles, des accidents, des crimes, des délits et du sensationnel ; elle relate les déchirements d’hommes soumis à une épreuve violente. Certains journaux se spécialisent. Ainsi, L’Œil de la police (1908-1914) met en scène avec raffinement les crimes les plus sanglants9. Détective, créé par Gaston Gallimard en 1928, est un hebdomadaire à grand tirage consacré aux faits divers. « Jean Sorgues » (pseudonyme de Georges Kessel, frère de Joseph Kessel) en est le rédacteur en chef. Son succès fait des émules : en 1933 paraît Police et reportages et ses récits romancés. Les titres sont éphémères, ils sont revendus, changent de nom. Après 1945, Qui Police ? et Radar sont publiés par Les Éditions Nuit et Jour ou encore France Dimanche et Ici Paris sont deux titres de la presse populaire échotière10. Dans la presse quotidienne, le fait divers a été un moment rejeté après 1945 : les journaux souhaitaient se démarquer des publications tapageuses de la Troisième République. Dans la hiérarchie du journalisme, il reste un genre mineur, mais rapidement, le fait divers est revenu en première page comme contenu intrinsèque de la presse quotidienne. Selon les titres son périmètre varie, de 10 % dans les quotidiens d’opinion à 40 % dans la presse populaire comme dans Le Parisien libéré ou France-Soir11.

La bataille d’André Berthet : « J’avais ma version des faits et il ne fallait pas la prendre pour une vision du monde. d’abord parce que les visions se succèdent sans interruption »12

  • 12 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 237.

4Les presses du cœur et du crime sont les cibles favorites des moralisateurs de la culture. Diverses campagnes sont lancées, celle d’André Berthet est emblématique. Raconter cette campagne permet de démonter les rouages d’une croisade d’opinion. Les documents d’archives montrent chaque étape de ce mouvement qui se déroule de 1959 à 1961.

5André Berthet est né en 1906, il est diplômé de droit, marié et père de trois enfants. Il a été journaliste et a travaillé dans des cabinets ministériels. En 1944, il a acheté aux enchères un petit journal, La Vie des métiers, et l’a fait prospérer. C’est un mensuel professionnel, diffusé à 800 000 exemplaires, qui se compose d’une version nationale et de 65 éditions spécialisées dans des métiers divers comme l’automobile, le textile, l’horlogerie, la crémerie… Berthet exerce aussi les fonctions de président du Syndicat national de la presse périodique de province et de vice-président de la Fédération de la presse nationale française ; il est aussi chevalier de la Légion d’honneur.

  • 13 Lettre d’André Berthet aux députés, 15 septembre 1959, archives Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 14 Voir en annexe la reproduction de la pétition et du courrier.

6Son action débute en juin 1959. Il envoie une missive au président de la République, au Premier ministre, au garde des Sceaux, au ministre de l’Information en demandant que la presse du cœur, opium des midinettes, soit exclue des avantages fiscaux et postaux conférés par la Commission paritaire des papiers de presse ; soit un rabais de 50 % sur les transports, la détaxation du papier, des tarifs postaux spéciaux et l’exonération fiscale de la TVA. Il poursuit sa croisade en septembre 1959 et lui donne une envergure nationale. Il adresse un courrier à tous les députés et sénateurs et leur demande de déposer une proposition de résolution pour « mettre un terme aux abus scandaleux de la presse du cœur et du crime »13. Dans un post-scriptum, il avertit que La Vie des métiers publiera la liste des députés favorables, mais aussi les noms des réticents, des muets ou des opposants14.

La réaction des députés : « Je ne comprends rien des manœuvres des gens, il se trouve toujours quelqu’un pour venir me dire que je suis incompréhensible »15

  • 15 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 343.
  • 16 Lettre de Pierre Weber du 18 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 17 Lettre de René Souchal du 21 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 18 Question écrite de M. Japiot du 6 octobre 1950, Fondation Simone et Cino Del Duca.

7Les députés réagissent rapidement. Dès le 18 septembre, Pierre Weber, député de Nancy, répond avec enthousiasme : « j’approuve votre campagne […] cette presse porte ses fruits ; nous les subissons avec une jeunesse soumise à de mauvais exemples qui perd conscience des réalités de la vie, du bien, du mal, elle sombre dans la fainéantise, elle frise la criminalité »16. René Souchal, député de Meurthe-et-Moselle, partage aussi son analyse : « Je suis entièrement d’accord avec vous. Responsable de la bibliothèque publique, je connais l’influence qu’un livre peut avoir sur les jeunes et en particulier sur les jeunes filles »17. Plusieurs questions écrites sont déposées par des députés, comme François Japiot, député de la Côte-d’Or : « la plupart des délits et crimes commis par les adolescents ont leur origine dans l’influence néfaste de certaines publications ». Et ce dernier propose de refuser l’inscription à la Commission paritaire des papiers de presse aux publications qui consacrent une part importante de leur surface rédactionnelle à des rubriques de moralité douteuse ou à la relation de certains crimes18.

  • 19 Lettre d’Achille Peretti du 6 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 20 Lettre de Joël Le Tac du 30 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 21 Lettre d’André Berthet du 2 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

8Mais d’autres députés s’offusquent des manières d’André Berthet, comme Achille Peretti, député de la Seine : « je vous aurais bien volontiers fait connaître mon opinion sur la question […] Mais la menace que comporte le post-scriptum m’interdit de le faire »19. Joël Le Tac, député de Paris, n’aime pas le chantage utilisé à l’égard des « Représentants du peuple »20. Non sans humour, Berthet lui rétorque : « vous me permettrez de répondre au tac au tac. Je n’ai nullement besoin de votre autorisation pour vous classer dans la liste qui me paraît convenir »21.

  • 22 Lettre de Jacques Duclos du 29 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 23 Loi no 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Journal officiel, 18 (...)
  • 24 Lettre de Pierre Grasset-Morel du 17 novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 25 Lettre d’Arthur Conte du 6 novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 26 Lettre de Charles Colonna d’Anfriani du 1er novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 27 Lettre d’André Berthet du 21 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 28 Le Monde, 3 décembre 1959.
  • 29 Thierry Crépin, « Haro sur le gangster ! » : La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Par (...)

9Une réponse plus argumentée est apportée par Jacques Duclos, sénateur de la Seine et président du groupe communiste au Sénat : « Comme vous, nous sommes opposés à la presse du cœur et à la presse du crime qui exaltent les plus bas sentiments et tendent à détourner les lecteurs des grands problèmes sociaux, politiques, économiques et humains pour les plonger dans une ambiance dégradante d’abrutissement et d’immoralité ». Les élus communistes restent dubitatifs sur la proposition, comme Jacques Duclos l’explique : « Il me paraît difficile de vous suivre dans vos conclusions […] toute intervention comporte une part d’arbitraire dans un domaine où les définitions et les frontières sont malaisées à préciser […] les bonnes intentions peuvent être utilisées à des fins d’une inspiration bien différente […] nous ne saurions favoriser la moindre atteinte à la liberté de la presse »22. Les communistes luttent contre la culture de masse et particulièrement contre la presse capitaliste, mais ils sont opposés à toute censure ; d’ailleurs, ils n’ont pas voté la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse23 qui a mis en place une surveillance des titres par le biais d’une commission de contrôle. Quelques députés s’opposent pour des motifs divers. Selon Pierre Grasset-Morel, La Vie des métiers n’a pas d’autorité pour déclencher cette offensive24. Enfin, Arthur Conte lui rappelle que le règlement de l’Assemblée nationale n’autorise pas le dépôt de résolution. En tant que député socialiste, il se porte défenseur des libertés, mais confirme que certains abus de la presse doivent être modérés25 ; le groupe socialiste, lui, répond de manière confuse. Certains députés respectent aussi la liberté du lecteur : « Chacun est, après tout, bien libre de rechercher et d’apprécier cette littérature », lui répond le député de Marseille26. Le 6 octobre, André Berthet relance les députés sur leur silence : est-ce une désapprobation de son action ? Dans ses classeurs, il récapitule sur des tableaux les noms, les appartenances politiques et classe les réponses. Le 21 octobre, il en rend compte au président de la République : « 437 députés ont donné leur accord, quatre ont fait des réserves […] le gouvernement dispose d’une majorité imposante pour faire cesser ces abus »27. La réaction gouvernementale se fait attendre et elle est donnée par le ministre de l’Information : Roger Frey affirme que « la liberté de la presse est un bloc, en paraphrasant l’appréciation de Clémenceau sur la Révolution, il faut la prendre et l’aimer telle qu’elle est »28. Le périmètre de la presse du cœur et du crime reste trop imprécis et si l’État peut contrôler les lectures de la jeunesse mineure (loi 1949), il ne lui revient pas de surveiller les lectures féminines et familiales29.

La réaction de la presse : « Un danger : celui d’écrire tous les soirs mes pétitions, et d’en être à mon centième ultimatum, ce qui va finir par leur enlever toute crédibilité »30

  • 30 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 101.
  • 31 Lettre de Vincent Delpuech du 8 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 32 Lettre de Pierre René Wolf du 27 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 33 Lettre d’André Berthet à Vincent Delpuech du 17 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 34 André Berthet, « Renfort catholique pour M. Del Duca », L’Express, 24 septembre 1959, in dossier An (...)
  • 35 Lettre d’André Berthet du 25 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 36 Lettre d’André Berthet du 28 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 37 Écho de la presse et de la publicité, service des nouvelles rapides, s.d., in dossier André Berthet (...)

10André Berthet a lancé son offensive en solitaire sans en référer aux représentants des syndicats de presse dont il est membre. Ses collègues réagissent avec véhémence. Vincent Delpuech, président de la Fédération nationale de la presse hebdomadaire et périodique, l’interpelle ainsi : « Je vous dis encore “mon cher confrère” bien que je puisse m’étonner de l’opinion toute personnelle que vous avez de la confraternité »31. Il dénonce une manifestation contre la solidarité de la presse, démonte la demande d’exonération qui est faite sans analyses économiques et enfin réfute ses accusations sur les méfaits de cette presse. Pierre René Wolf, du Syndicat des quotidiens régionaux, lui rétorque non sans humour : « Il vous a plu de m’adresser copies des épîtres, libellés et bulles d’excommunication […] je tiens à vous exprimer ma totale désapprobation des écrits que vous aurez répandus, s’agissant du fond comme de la forme »32. Le Dépositaire de France, un hebdomadaire spécialisé pour les vendeurs de journaux, est particulièrement hostile car les ventes de ce genre de presse sont essentielles à leur activité. André Berthet répond immédiatement à ces différents courriers en utilisant un ton agressif, par exemple : « Je vous plains de vous sentir solidaire d’une presse qui déshonore la presse digne de ce nom »33. L’Express identifie le principal bouc émissaire : « Le grand maître de la presse du cœur est visé, M. Del Duca, aussi propriétaire du quotidien Paris-Jour et de la plus moderne imprimerie d’Europe »34. Immédiatement, Berthet riposte avec une longue lettre adressée à Jean-Jacques Servan-Schreiber : « la fameuse défense de la liberté de la presse. Ô ! Liberté, que de crimes et de sottises on commet en ton nom »35. Il demande un droit de réponse qui n’est pas publié. Alors, il récidive par un courrier de trois pages adressé à Françoise Giroud, qui se termine ainsi : « Tous les tartuffes de la liberté de presse doivent tomber le masque et changer de disque »36. L’Écho de la presse et de la publicité fait une synthèse de ce débat. Une large fraction parlementaire est acquise à cette campagne et considère qu’il faut taxer la presse du cœur car cette mesure « assainira le climat moral du pays37 ». Les opposants, les députés et sénateurs de gauche et les représentants de la presse, sont hostiles à toute classification, susceptible d’entraîner des abus préjudiciables à la liberté. Ils s’interrogent aussi sur la légitimité de cette décision, car ces journaux plaisent à des millions de Français qui sont des adultes consentants. Les patrons de presse organisent discrètement leurs réseaux d’influence et sont largement soutenus : de fait, la presse du cœur et du crime est un marché lucratif.

Offensives contre les églises : « De la tolérance considérée, dans ses formes extrêmes, comme un péché d’orgueil absolu »38

  • 38 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 355.
  • 39 Paul Lesourd, Le problème de la presse féminine, Paris, Éditions Inter-Nationales, 1959.
  • 40 Dossier de la Légion d’honneur de Pacifico Del Duca, 19800035, art. 865, no 1632.
  • 41 Lettre de Jean-Julien Weber du 4 décembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 42 Lettre d’André Berthet du 7 juin 1960, Fondation Simone et Cino Del Duca.
  • 43 Jean-Paul Le Goff, « De Franc-tireur à Paris-Jour », Presse actualité, janvier 1967, no 31.

11L’opposition de ses pairs ne fait pas faiblir André Berthet ; il poursuit sa campagne vers les milieux religieux et demande une audience au pape. Il est révolté par un livre de Paul Lesourd, un professeur de l’Université catholique de Louvain, qui propose un point de vue ouvert et tolérant sur les lectures féminines et qui s’interroge aussi sur les motivations de certaines campagnes de dénigrement : « La tactique, dictée souvent par les intérêts de toutes sortes, nous paraît dominer le jugement »39. André Berthet est évidemment visé par cette phrase. Cino Del Duca affûte ses armes. L’attaque n’est pas innocente car Paul Lesourd travaille au sein des Éditions mondiales, donc pour Cino Del Duca, en tant que « conseiller garant de la valeur morale et de la tendance éducative de ses publications »40. André Berthet demande aux évêques de dénoncer ce livre et les menace de donner leurs noms dans ses publications s’ils n’obtempèrent pas. Ses manières déplaisent et l’évêché de Strasbourg réfute le chantage : « On n’écrit pas cela à un évêque. Tant que vous n’aurez pas présenté vos excuses pour cette impertinence, je ne vous répondrai pas »41. Rien n’y fait, Berthet menace le pasteur Boegner, chef de l’Église protestante : « Depuis 6 mois, nous avons demandé […] des déclarations hostiles à la presse du cœur et à la presse du crime […] Et on attend toujours »42. Là encore, l’attaque n’est pas neutre. En effet, le fils de ce pasteur est journaliste. Philippe Boegner a été nommé directeur du quotidien Paris-Jour en avril 1959 et il démissionne à la fin de l’année 1960. Faut-il voir un lien de causalité entre la menace de dénonciation de Berthet à l’encontre de l’Église protestante et la démission du directeur de Paris-Jour ? En septembre 1960, Philippe Boegner a envoyé une note aux journalistes car il a décidé d’infléchir l’orientation populaire du quotidien : « en tant que directeur délégué de Paris-Jour, je prends les décisions suivantes : le maximum de pages doit être consacré à la grande information. En conséquence, les romans-photos seront supprimés, les bandes dessinées seront réduites. Je vous rappelle qu’un quotidien est un service public. Que c’est en raison de sa haute mission d’information et d’éducation que les gouvernements […] consentent […] à la presse des avantages en tous genres »43. On croirait presque lire les directives d’André Berthet. Le trublion vise donc à imposer ses consignes au journal de son principal ennemi, Cino Del Duca. Mais ses tentatives échouent et Philippe Boegner ne parvient pas à changer l’orientation populaire de Paris-Jour et il démissionne quelques mois plus tard.

Ukases dans La Vie des métiers : « Le monde est injustifiable et j’entends bien qu’il le reste »44

  • 44 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 179.
  • 45 Le mouvement poujadiste a été créé en 1953 par un groupe de commerçants et artisans mené par le pap (...)
  • 46 La Vie des métiers, novembre 1959, no 167.
  • 47 Pour vous, Madame, octobre 1959.

12L’offensive de Berthet est largement relayée par son journal La Vie des métiers, dont le sous-titre est : « La vie est une lutte, le métier une arme ». Chaque numéro propose des actualités spécialisées sur le métier et des pages communes à toutes les éditions avec des articles contre la paperasserie, les grands commis, la fiscalité abusive ou l’immoralité de la presse ; des contenus qui rappellent le poujadisme45. Le journal vilipende les parlementaires : « Laisserez-vous votre député protéger la presse ? », ou encore : « Dénoncez les manœuvres des défenseurs d’une liberté de presse qui ne s’exerce qu’au profit des entreprises » ; les lecteurs doivent interpeller leurs députés qui « n’ont pas eu le courage de monter à la tribune »46. Un magazine et supplément féminin, Pour vous, Madame, participe aussi à « l’offensive moralisatrice » et demande aux lectrices d’interdire l’entrée dans leur foyer de la presse du cœur47. L’opinion publique reste relativement indifférente, la lecture de la presse du cœur ou du crime ne s’affiche pas. Personne ne défend ces journaux, mais ils continuent à se vendre. Les acheteurs sont fidèles et les numéros circulent longtemps avant de finir à la poubelle.

Les motivations d’André Berthet : « Les individus de mon espèce ne sont jamais que des survivants »48

  • 48 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 355.

13Les desseins d’André Berthet restent obscurs ; ce dernier est sans nul doute porté par ses principes et ses valeurs. Dans la presse, il est accusé d’être le commanditaire des intérêts du groupe Amaury. En 1959, Cino Del Duca vient de lancer la nouvelle formule de son quotidien Paris-Jour. Cette concurrence inquiète Émilien Amaury, propriétaire du Parisien libéré, qui soutient certainement André Berthet, mais ce dernier est plutôt un chevalier solitaire. Son aveuglement est tel qu’il ne perçoit pas le terrible piège qui va l’anéantir. Sa campagne fracassante se conclut étonnamment : Cino Del Duca rachète les multiples éditions de La Vie des métiers et Pour Vous, Madame. Cette opération a été réalisée par le biais de l’associé d’André Berthet, qui cède ses parts et les vend à un groupe anonyme contrôlé par Del Duca. Ainsi, le dénonciateur de la presse du cœur se retrouve face à son empereur dans les conseils d’administration, une situation intenable qui se finit par un accord de rachat. Par prudence, une clause du contrat interdit à André Berthet toute activité de presse. Ce dernier dénonce alors des pressions mafieuses qui l’ont obligé à revendre à un grand groupe de « la presse du crime, du cœur et du mensonge ». Il a été considéré comme suffisamment dangereux pour qu’on décide de le détruire. La conservation des trois classeurs par les héritiers de Cino Del Duca (il meurt en 1967) montre que cette campagne les a marqués. Il faut souligner que l’éditeur et ses héritiers n’ont conservé quasiment aucune trace de leur activité foisonnante. La présence de ces trois classeurs, une des rares archives des années 1960, porte donc en soi une signification. Encore aujourd’hui, ces documents gardent leur importance pour comprendre les mécanismes de prescription. Ils permettent de cerner les mécanismes d’influence et de suivre les réactions des différents cercles de pouvoir. Force est de constater que les agitateurs sont finalement assez isolés et qu’ils ne parviennent guère à mobiliser les décideurs sur leur cause. Les députés sont peu nombreux à agir et la majorité reste passive. Les magazines du cœur sont un marché financier important et les patrons de presse organisent aussi leurs lobbys auprès des cabinets gouvernementaux pour contrer ces offensives.

Conclusion : « Cascades d’histoires qui se replient toutes les unes sur les autres »49

  • 49 Ibid., p. 113.
  • 50 Isabelle Antonutti, Cino Del Duca : De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse, op. ci (...)
  • 51 « En lisant les journaux féminins », La croisade de la presse, mai 1948, no 4.
  • 52 L’écho de la presse et de la publicité, 10 octobre 1952.
  • 53 France-Soir et Le Parisien libéré.
  • 54 Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1991 (coll. Points pol (...)
  • 55 Annick Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, op. cit., p. 30.
  • 56 Série de 52 épisodes de 15 minutes diffusées quotidiennement avant le journal télévisé du 4 février (...)
  • 57 Feuilleton diffusé du 6 au 27 mars 1965 après le journal télévisé sur la première chaîne de l’ORTF. (...)

14Les attaques contre la presse du cœur et du crime ont accéléré l’obsolescence de ces publications. Le lobbying de Berthet en est une action parmi d’autres. Par exemple, en 1951, une association s’est constituée pour lutter contre cette « presse immorale et abêtissante »50 ; les journaux communistes et catholiques, particulièrement, dénoncent « la malfaisance des magazines […] qui tournent la tête et gâtent l’esprit de leurs lectrices »51. Les différents critiques, cependant, ne parviennent pas à s’unir dans une lutte commune. D’ailleurs, Berthet ne réussit pas à les mobiliser. Mais les prescripteurs affrontent un genre à succès, comme d’autres ont pu s’opposer au roman, à la bande dessinée ou encore au jeu vidéo, et leur influence reste mineure auprès des consommateurs. Si la presse du cœur perd un tiers de son lectorat entre 1955 et 1964, c’est par un effet rebond. Elle peine à suivre la modernisation de la société, et particulièrement l’évolution de la jeunesse qui se dirige vers une nouvelle presse dont l’emblème est Salut les copains. Symbole de la lecture populaire des années 1950, elle ne restitue pas les transformations sociales, elle s’éloigne des nouvelles aspirations féminines et générationnelles. Pour ne pas être critiquée, elle s’autocensure, les romans-photos restent timorés et puritains. Un conseiller moral, Paul Lesourd, cautionne les contenus et Cino Del Duca se défend ainsi : « Je pervertis la morale publique ? Il n’y a pas un assassinat dans mes publications, pas une jupe relevée, pas de vamp, ni de gangster. Pas un méchant qui ne soit puni, pas de vertu sans récompense »52. Les quotidiens populaires sont fortement concurrencés par l’immédiateté de la radio et la télévision ; ils étaient quatre dans les années 1960, il n’en reste plus que deux à la fin des années 197053, après la disparition de Paris-Jour et de L’Aurore54. Les titres spécialisés disparaissent pour une période, Détective a changé quatre fois de nom55 et il existe toujours sous le titre de Nouveau Détective. La désaffection des publics pour une pratique culturelle illégitime est engendrée par différents facteurs. De nouveaux médias saisissent mieux l’air du temps et répondent aux aspirations des amateurs. Le roman-photo est remplacé par le feuilleton télévisé ; les jeunes se retrouvent devant Thierry la Fronde, les aventures de Janique Aimée56 passionnent les adultes et tout le monde a peur devant Belphégor, dont les quatre épisodes57 sont diffusés en mars 1965. La presse du cœur est finalement détrônée par la presse people, quand Voici, en 1987, inaugure un nouveau genre : le reportage-photo centré sur la vie des vedettes. Un lien de filiation relie presse people et sentimentale, la vie amoureuse des héros constitue leur principale attraction et, comme dans un roman sentimental, l’intérêt de ces histoires tient à ses rebondissements. La presse people, lue par plus de 20 millions de Français, rassemble aussi toutes les critiques de l’intelligentsia, sans que son succès se démente… jusqu’au jour où elle a croisé le numérique.

  • 58 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.
  • 59 Jean-François Dortier, « Les people, pourquoi ça marche ? », Sciences humaines, 15 avril 2009, no 2 (...)

15Par ailleurs, les années 1960 marquent un nouveau regard sur la culture de masse. Les mouvements éducatifs, politiques ou religieux voient leur autorité et leur influence décroître. L’idée d’un public fasciné et obnubilé est caricaturale. Plusieurs chercheurs proposent une nouvelle théorie de la réception : le lecteur, l’auditeur, le spectateur est un récepteur actif. Ainsi, Richard Hoggart insiste sur la capacité des gens du peuple à maintenir une séparation solide entre le divertissement et la vie réelle58. Ces lectures sont des narcoleptiques, peut-être, mais sur une durée limitée et contrôlée. Les pratiques de distraction servent de défoulement et de catharsis, elles permettent l’épuration des passions. Non, les spectateurs ne sont pas manipulés par les médias, ils restent actifs et gardent leur sens critique. Certes, cette presse n’est pas éducative, elle n’est pas très glorieuse, vite lue et jamais mise en valeur. Mais pourquoi a-t-elle un tel succès ? Ces lectures permettent d’assister à distance aux tragédies de l’existence ; le public expérimente mentalement grâce à elles des situations de vie, il en explore d’autres inconnues. Le goût pour le sensationnel comporte aussi une dimension de sociabilité : il fournit du lien, offre des sujets de discussion, efface les différences sociales et fonde une communauté de peur et de remparts. Ces lectures sont dérisoires, futiles, parfois sordides, mais elles renvoient à un mécanisme profond dans la nature humaine59. Les batailles prescriptives se heurtent donc à un mur de résistance passive.

Illustration 1. Lettre accompagnant la proposition de résolutioncontre la presse du cœur, 15 septembre 1959

Illustration 1. Lettre accompagnant la proposition de résolutioncontre la presse du cœur, 15 septembre 1959

Source : Centre national des métiers.

Illustration 2. Proposition contre la presse du cœur d’André Berthet

Illustration 2. Proposition contre la presse du cœur d’André Berthet

Source : Article publié dans la Vie des métiers, novembre 1959.

Bibliographie

Antonutti, Isabelle, Cino Del Duca : De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (coll. Histoire).

— « La presse du cœur », in Encyclopædia Universalis, Paris, 2014.

Berthet, Frédéric, Cassegrain, Norbert, Journal de Trêve, Paris, Gallimard, 2006 (coll. L’infini).

Charon, Jean-Marie, La presse en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1991 (coll. Points politiques).

Crépin, Thierry, « Haro sur le gangster ! » : La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions, 2001.

Dixmier, Michel, Willemin, Véronique, L’œil de la police : Crimes et châtiments à la Belle Époque, Paris, Éditions Alternatives, 2007.

Dortier, Jean-François, « Les people, pourquoi ça marche ? », Sciences humaines, 15 avril 2009, no 204

Dubied, Annik, Les dits et les scènes du fait divers, Genève, Droz, 2004 (coll. Travaux de sciences sociales).

Giet, Sylvette, « La censure et le goût : la “querelle de la presse du cœur”. Ou comment protéger “un million de cœurs à prendre” », in Durand, Pascal, La censure de l’imprimé : Belgique, France, Québec et Suisse romande, xixe et xxe siècles, Québec, Éditions Nota Bene ; Paris, Diff. Distribution du Nouveau Monde, 2006, p. 264-281.

Hoggart, Richard, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

Kalifa, Dominique, L’encre et le sang : Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

Mollier, Jean-Yves, La lecture et ses publics à l’époque contemporaine : Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.

Souillac, Romain, Le mouvement Poujade : De la défense professionnelle au populisme nationaliste, 1953-1962, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

Notes

1 Frédéric Berthet, Norbert Cassegrain (1954-2003), Journal de Trêve, Paris, Gallimard, 2006 (coll. L’infini), p. 410. Tous les intertitres sont issus du livre. Frédéric Berthet était « l’auteur le plus doué de sa génération » selon Philippe Sollers. Normalien, attaché culturel à New York, il a publié un roman, Daimler s’en va. Il est mort prématurément et demeure un personnage culte qui a traversé la littérature en laissant des traces éblouissantes. La lecture de ce journal a été concomitante à la rédaction de cette contribution et même si Frédéric Berthet n’évoque jamais son père, j’ai perçu des résonances et interactions entre la campagne d’André Berthet et les écrits de son fils.

2 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, ibid., p. 117. Chaque partie est introduite par une phrase issue de ce livre.

3 Pascal Durand, La censure de l’imprimé : Belgique, France, Québec et Suisse romande, xixe et xxe siècles, Québec, Éditions Nota Bene ; Paris, Diff. Distribution du Nouveau Monde, 2006.

4 Fondation reconnue d’utilité publique qui a pour objectif de « favoriser la recherche dans les domaines scientifique, culturel et artistique, en France et à l’étranger, dans un esprit humaniste ». [En ligne] < http://www.fondation-del-duca.fr >.

5 Frédéric Berthet, Journal de Trève, op. cit., p. 212.

6 Isabelle Antonutti, Cino Del Duca : De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (coll. Histoire).

7 Frédéric Berthet, Norbert Cassegrain, Journal de Trêve, op. cit., p. 292.

8 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

9 Michel Dixmier, Véronique Willemin, L’œil de la police : Crimes et châtiments à la Belle Époque, Paris, Éditions Alternatives, 2007.

10 Annick Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève, Droz, 2004 (coll. Travaux de sciences sociales).

11 Jacques Kayser, Le quotidien français, Paris, Armand Colin, 1962.

12 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 237.

13 Lettre d’André Berthet aux députés, 15 septembre 1959, archives Fondation Simone et Cino Del Duca.

14 Voir en annexe la reproduction de la pétition et du courrier.

15 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 343.

16 Lettre de Pierre Weber du 18 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

17 Lettre de René Souchal du 21 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

18 Question écrite de M. Japiot du 6 octobre 1950, Fondation Simone et Cino Del Duca.

19 Lettre d’Achille Peretti du 6 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

20 Lettre de Joël Le Tac du 30 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

21 Lettre d’André Berthet du 2 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

22 Lettre de Jacques Duclos du 29 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

23 Loi no 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Journal officiel, 18 et 19 juillet 1949.

24 Lettre de Pierre Grasset-Morel du 17 novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

25 Lettre d’Arthur Conte du 6 novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

26 Lettre de Charles Colonna d’Anfriani du 1er novembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

27 Lettre d’André Berthet du 21 octobre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

28 Le Monde, 3 décembre 1959.

29 Thierry Crépin, « Haro sur le gangster ! » : La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions, 2001.

30 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 101.

31 Lettre de Vincent Delpuech du 8 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

32 Lettre de Pierre René Wolf du 27 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

33 Lettre d’André Berthet à Vincent Delpuech du 17 juillet 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

34 André Berthet, « Renfort catholique pour M. Del Duca », L’Express, 24 septembre 1959, in dossier André Berthet, Fondation Simone et Cino Del Duca.

35 Lettre d’André Berthet du 25 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

36 Lettre d’André Berthet du 28 septembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

37 Écho de la presse et de la publicité, service des nouvelles rapides, s.d., in dossier André Berthet, Fondation Simone et Cino Del Duca.

38 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 355.

39 Paul Lesourd, Le problème de la presse féminine, Paris, Éditions Inter-Nationales, 1959.

40 Dossier de la Légion d’honneur de Pacifico Del Duca, 19800035, art. 865, no 1632.

41 Lettre de Jean-Julien Weber du 4 décembre 1959, Fondation Simone et Cino Del Duca.

42 Lettre d’André Berthet du 7 juin 1960, Fondation Simone et Cino Del Duca.

43 Jean-Paul Le Goff, « De Franc-tireur à Paris-Jour », Presse actualité, janvier 1967, no 31.

44 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 179.

45 Le mouvement poujadiste a été créé en 1953 par un groupe de commerçants et artisans mené par le papetier local, Pierre Poujade ; il s’oppose à la montée en puissance de la fiscalité et la réglementation avec une forte tonalité antiparlementaire. André Berthet est-il lié à Pierre Berthet, qui est condamné à trois mois de prison en 1957 pour des attentats liés à ce mouvement ?

46 La Vie des métiers, novembre 1959, no 167.

47 Pour vous, Madame, octobre 1959.

48 Frédéric Berthet, Journal de Trêve, op. cit., p. 355.

49 Ibid., p. 113.

50 Isabelle Antonutti, Cino Del Duca : De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse, op. cit., p. 120.

51 « En lisant les journaux féminins », La croisade de la presse, mai 1948, no 4.

52 L’écho de la presse et de la publicité, 10 octobre 1952.

53 France-Soir et Le Parisien libéré.

54 Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1991 (coll. Points politiques).

55 Annick Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, op. cit., p. 30.

56 Série de 52 épisodes de 15 minutes diffusées quotidiennement avant le journal télévisé du 4 février au 12 avril 1963 réalisée par J. P. Desagnat.

57 Feuilleton diffusé du 6 au 27 mars 1965 après le journal télévisé sur la première chaîne de l’ORTF. Belphégor est réalisé par Claude Barma.

58 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

59 Jean-François Dortier, « Les people, pourquoi ça marche ? », Sciences humaines, 15 avril 2009, no 204.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Lettre accompagnant la proposition de résolutioncontre la presse du cœur, 15 septembre 1959
Crédits Source : Centre national des métiers.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 2. Proposition contre la presse du cœur d’André Berthet
Crédits Source : Article publié dans la Vie des métiers, novembre 1959.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search