Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 2. Prescrire des imprimés

Prescription bibliothécaire :

En quête du juste équilibre

William Jouve

Texte intégral

1Alors que tout semble à portée de main ou de clic, que l’individu constamment sollicité se perd dans l’offre pléthorique de biens culturels, celui-ci se trouve conseillé, encouragé, invité à faire son choix à l’aide d’algorithmes, d’argumentations commerciales ou du bouche-à-oreille… Le voici donc lesté d’une liberté de choix accompagnée de toutes sortes de recommandations.

2Le point nodal entre un utilisateur et les médiathèques est bien évidemment le bibliothécaire, véritable intermédiaire et interlocuteur privilégié. Face à une pratique de la sérendipité, de la curiosité ou du zapping propre à notre époque, il s’évertue à trouver le juste équilibre entre l’offre et la demande, entre le contenu culturel et le discours à produire pour le valoriser. Pour autant, quelle est sa marge de manœuvre ? Comment à la fois représenter une institution de légitimation culturelle et répondre le mieux possible à la demande de l’usager ? Quid du conseil, fondement de l’autorité bibliothécaire, à l’heure du participatif et de la concurrence d’autres instances prescriptives ?

  • 1 Ce positionnement renvoie à la norme Afnor ISO 9001 sur la qualité d’accueil et s’inscrit dans une (...)
  • 2 Ray Oldenburg, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other (...)
  • 3 Mathilde Servet, « Les bibliothèques troisième lieu », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, (...)
  • 4 Sur l’action culturelle, complémentaire des services documentaires, voir Bernard Huchet, Emmanuèle (...)
  • 5 Le manifeste de l’Unesco et de la charte des bibliothèques (1991) pose les paradigmes de l’accueil, (...)
  • 6 Amandine Jacquet (dir.), Bibliothèques troisième lieu, Paris, Association des bibliothécaires de Fr (...)
  • 7 [En ligne] < http://lecho.kremlinbicetre.fr/exploitation/ >.
  • 8 Ce travail a été mené à partir d’un diagnostic social et territorial du service, en écho à celui de (...)

3Cette étude se veut le reflet d’une pratique de terrain, celle de la médiathèque de L’Écho au Kremlin-Bicêtre, et une réflexion sur le métier. Sans généraliser à partir de cette singularité territoriale, le quotidien à L’Écho, au fonctionnement transversal et au positionnement résolument tourné vers l’usager1, selon le mouvement amorcé des bibliothèques troisième lieu2, permet d’interroger cette mutation de l’offre vers la demande en pointant ses effets à la fois paradoxaux et féconds. Popularisé en France par les travaux de Mathilde Servet3 dès le milieu des années 2000, ce concept de « bibliothèque troisième lieu », d’inspiration sociologique, repris par le milieu professionnel, entendait revisiter le modèle traditionnel de la bibliothèque, jusqu’alors encore conçu comme un lieu consacré principalement aux collections (livres, CD, DVD)4. À l’écoute des nouveaux usages sociétaux, les professionnels envisagent désormais ce lieu comme un lieu de sociabilité, d’échange et de partage, un terrain d’interaction sociale et culturelle, un espace multifonctions ouvert sur le monde et permettant l’accès de tous à l’information, à la culture et à la formation tout au long de sa vie5. La bibliothèque se réinvente ainsi au contact d’évolutions techniques et promeut des expériences via des dispositifs innovants, en privilégiant la vocation sociale et l’ancrage territorial6 : à la médiathèque de L’Écho, notamment, une politique d’offre documentaire et un programme d’actions (atelier coding, atelier numérique, atelier de conversation, lectures pour la petite enfance etc.7) cherchent à répondre au mieux aux besoins identifiés de son public8.

4Ce contexte d’importantes mutations pour les bibliothèques affecte la prescription, le conseil, en les convertissant en concepts dynamiques en ce qu’ils interrogent la posture du bibliothécaire, mais aussi ses propres pratiques professionnelles.

La prescription bibliothécaire ou l’art du gymnaste

Quand l’ADN culturel est depuis longtemps remis en question par les usages

5Dans un contexte de consommation culturelle, de multiplicité des canaux de diffusion des contenus et des biens culturels, quelle plus-value apporte la bibliothèque ? Si la prescription a longtemps servi de modèle, voire de posture idéologique et professionnelle, dans la légitimation d’un contenu culturel, le bibliothécaire, en tant que représentant d’une de ces instances de légitimation, a tenté de trouver une voie pour aiguiller au mieux l’usager. Art du compromis, de l’écoute, du grand écart culturel… Autant de mantras qui font de lui un véritable funambule face à une injonction paradoxale récurrente : comment répondre au mieux aux publics, tout en restant le représentant d’une forme d’instance prescriptive et d’une expertise de « sachant » ?

  • 9 [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67551-publics-et-usages-des-bibliotheques-municipales-en-2016.pdf > ; [En ligne] < https://labo.societenumerique.gouv.fr/2017/10/18/numerique-ne-nuit-a-frequentation-bibliotheque-contraire/ > ; Bruno Maresca, Françoise Gaudet, Christophe Evans, (...)

6Avec le bouleversement des pratiques culturelles et l’arrivée du numérique9, le bibliothécaire a très rapidement compris l’intérêt de proposer, outre une collection, de multiples supports qui se fassent l’écho de la diversité éditoriale et culturelle comme de celle des publics et de leurs pratiques. Comment ne pas faire une bibliothèque à son image, mais une bibliothèque à l’image de l’usager ? Nicolas Beudon insiste sur la redéfinition du métier et l’évolution de la bibliothèque comme espace d’expériences nouvelles :

  • 10 [En ligne] < https://www.docpourdocs.fr/spip.php?article614 >.

[…] de plus en plus, les bibliothécaires doivent également concevoir ou mettre en place des activités, des formations et des médiations, des interfaces physiques ou en ligne (bornes de prêt, sites web…), des espaces différenciés en fonction des publics et des usages… Bref, tout un ensemble de services nouveaux qui se traduisent pour les usagers par des expériences plus ou moins fluides, plus ou moins réussies, plus ou moins agréables.10

  • 11 On vient désormais à la médiathèque pour se cultiver, on y vient pour se divertir et/ou se rencontr (...)

7Toute la difficulté réside dans le juste équilibre à trouver entre une exigence de qualité et de diversité, et un souci d’accès au plus grand nombre. La métaphore du gymnaste, pour surprenante qu’elle puisse paraître, évoque la mobilité et les compétences multiples qui caractérisent le bibliothécaire. Avec l’évolution des usages11 et des supports (ordinateurs, jeux vidéo, tablettes, réseaux sociaux), le professionnel doit faire preuve d’une forte adaptabilité tant dans leur utilisation que dans la diversification des publics. De plus, il lui faut manier de multiples compétences (maîtriser les dispositifs numériques, avoir des qualités d’animation, valoriser l’ensemble des collections) pour s’adresser à l’ensemble des publics. Un « grand écart » permanent.

  • 12 Voir Ministère de la Culture et de la Communication, Baromètre des prêts et des acquisitions, 2016. (...)

8Le « sachant » ne peut plus se placer en censeur légitimant un contenu culturel. Au sein de nos bibliothèques, il doit plutôt être capable de produire un discours amendant le souhait de l’usager selon les supports proposés. Mais comment proposer de la diversité à l’heure de la standardisation du goût et d’une industrie du best-seller hégémonique ? Comment lutter contre la logique du vedettariat des contenus culturels ? L’étude du ministère de la Culture sur les cent œuvres les plus empruntées en bibliothèque est sur ce point édifiante12 : on y retrouve les mêmes têtes de gondole qu’en librairie, reflets des machines de guerre éditoriales promues par la publicité et possédant une telle visibilité que les lecteurs les réclament avec ferveur. Enfin, quand le professionnel est le produit d’une culture supposée lettrée, qu’en fait-il devant l’usager ?

  • 13 Émeline Pipelier, Le roman populaire, objet patrimonial ? Les collections de romans populaires et d (...)
  • 14 Cécile Rabot, Le roman policier en bibliothèque : institutionnalisation et légitimation d’un genre (...)

9Un tel questionnement interroge le rôle prescriptif du bibliothécaire. Le milieu professionnel a en partie répondu à cette tension en participant, comme d’autres, à la promotion d’une forme de culture populaire. La création en 1995 de la Bibliothèque des littératures policières (la Bilipo) partait ainsi d’un diagnostic de professionnels sur l’intérêt de promouvoir le genre policier, peu visible jusqu’alors en bibliothèque13. L’arrivée du polar, de la BD et de la fantasy en bibliothèque illustre cette évolution face à une demande de masse et un essor éditorial sur ces segments14. L’irruption dans les établissements des jeux vidéo comme des jeux de société ou des ateliers de pratique amateur corrobore là encore cette évolution. La transversalité et la curiosité sont donc de plus en plus encouragées dans les filières de formation, les recrutements en lecture publique s’orientent vers des profils de plus en plus atypiques : le bibliothécaire n’est plus tant un détenteur du jugement qu’un sélectionneur capable d’offrir plus d’éclectisme au sein des contenus qu’il propose, quel que soit le support.

  • 15 Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de (...)

10Toutefois, les stratégies développées pour satisfaire le plus grand nombre se heurtent au phénomène de l’hyperchoix dont le Web représente la meilleure caisse de résonance. « L’infobésité » des réseaux numériques, la pléthore éditoriale rythmée par un cérémonial de prix et rentrées littéraires, le matraquage d’un marketing littéraire agressif et de publicités spectaculaires ne facilitent pas la tâche du bibliothécaire. L’analyse de la visibilité des ouvrages en bibliothèque15 témoigne de l’écart opéré par le professionnel : d’un côté valoriser le fonds ou les supports en présence, de l’autre faire coïncider l’offre et les demandes du public. Des dispositifs comme les coups de cœur ou les tables de nouveautés illustrent la tension qui s’opère dans le métier : permettre la découverte tout en attirant le public avec des supports ou instances auctoriales médiatisées.

  • 16 Héloïse Courty, Développer l’accueil en bibliothèque : un projet d’équipe, op. cit.

11Or, l’art du tri opéré par la bibliothèque ne fait-il pas qu’ajouter encore à la cacophonie des recommandations faites aux lecteurs, perdus dans cette pléthore babélienne ? La réponse n’est pas aisée. L’intermédiation représente sans doute l’une des clés. Le changement tient donc à la posture du bibliothécaire vis-à-vis de l’usager : on oriente davantage la prescription du côté du conseil (comme en librairie), mais on privilégie surtout la posture d’accueil. Comme le signale Héloïse Courty16, la fonction d’accueil permet de faire glisser la prescription vers la médiation. On quitte l’aspect injonctif de la prescription qui supposerait une forme de hiérarchie de valeurs appliquée à un type de supports (la littérature, les DVD etc.) pour se tourner vers une attitude de dialogue favorisant l’interaction avec le locuteur, l’objectif étant de répondre au besoin des usagers mais aussi de les conseiller, les orienter vers des supports situés hors de leur zone de confort.

  • 17 La certification ISO 9001 à L’Écho a renforcé la relation vis-à-vis des usagers. L’art d’accueillir (...)

12Le facteur relationnel reste primordial pour présenter une offre. C’est lui qui résume cet entre-deux symbolisant l’évolution du métier et l’adaptabilité nécessaire et déjà effective de la profession. Être tourné vers les publics représente ainsi la première des missions des bibliothécaires17, qui se doivent non plus d’utiliser leur expertise comme critère de jugement, mais d’accompagner le lecteur vers des voies tracées (celles nées de leur demande) ou au contraire hors des sentiers battus (ceux parfois éloignés de leurs attentes).

  • 18 David Sandoz, Repenser la médiation culturelle en bibliothèque publique : participation et quotidie (...)
  • 19 Eléna Da Rui, Être bibliothécaire demain, Ciclic, dossier #12, 2016. [En ligne] < http://livre.ciclic.fr/vie-du-livre/actualite-du-livre/etre-bibliothecaire-demain >.

13« Dorénavant, la médiation culturelle signifiera pour nous les dispositifs qui ont pour fin d’éveiller, d’ouvrir les usagers à du nouveau, de l’inconnu, des œuvres, des formes, des idées ou des connaissances nouvelles. »18 Le bibliothécaire ne se considère plus comme un expert, mais comme une sorte de « gymnaste relayeur », un intermédiaire qui s’adapte facilement aux demandes de différents publics, sait trouver le discours pour répondre à leurs attentes et leur présenter les ressources susceptibles de les intéresser. Il ne produit plus une parole d’autorité sur le contenu, mais offre plutôt, à travers un dialogue avec l’usager, la possibilité du choix. Pour reprendre les termes d’Eléna Da Rui, « le levier le plus puissant du bibliothécaire restera l’accompagnement, individualisé ou collectif »19.

La prescription à l’heure du numérique : ou comment faire preuve de souplesse face à l’expertise profane

  • 20 Louis Wiart, La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 On pense aux services innovants de questions/réponses Eurékoi développés sur le territoire national (...)
  • 23 Des médiathèques reçoivent des booktubeurs présentant leurs coups de cœur, [En ligne]  http://bibli (...)
  • 24 Voir le Slideshare d’Anne-Gaëlle Gaudion sur la question du numérique en bibliothèque. [En ligne] < https://www.slideshare.net/angiegaudion/confrence-limpact-du-numrique-sur-les-bibliothques? >.
  • 25 Sur l’évolution historique des acquisitions vers d’autres littératures, voir Anne-Marie Bertrand, « (...)

14À l’heure du Web 2.0, les modes de sociabilité ont permis le développement de la recommandation. Le bibliothécaire, qui porte et diffuse une image d’institution culturelle encore normée, reste un relais traditionnel de diffusion de la prescription. Mais il se retrouve confronté au développement de plateformes d’échange numériques et à une autre instance désormais très prescriptrice : la recommandation d’amateurs, selon le système de pair à pair. On y expose son point de vue et on fédère des communautés via le partage d’avis. Ce processus participatif échappe au réseau habituel de légitimité culturelle et repousse donc à la marge l’avis d’expert. D’après Louis Wiart, ce nouvel écosystème de la valorisation littéraire se polarise autour de la littérature de genre, jusque-là peu relayée par la prescription traditionnelle20, qui trouve en lui une forme de légitimation culturelle21. Face à un tel empilement de prescriptions, le bibliothécaire développe des stratégies reprenant à son compte certains outils de ces nouveaux modes de recommandation. Participation aux plateformes numériques, utilisation des réseaux sociaux comme vecteurs de promotion culturelle22, réinterprétation des nouveaux usages web (création de chaînes YouTube et de booktubing), ou simplement invitation au sein des établissements de ces nouveaux prescripteurs23, autant de preuves de sa capacité à concevoir de nouveaux services « conçus comme de nouvelles interfaces de médiation »24. « Gymnaste » aguerri, le professionnel devient aussi découvreur habile, à l’affût de toute innovation capable d’œuvrer à la valorisation de son offre de service sur un mode plus participatif et numérique, ouvert à des genres littéraires longtemps dévalués par le circuit de légitimation traditionnelle. En ce sens, cette évolution du choix prescriptif est étroitement liée à l’histoire de la hiérarchie des genres au sein de la bibliothèque. Le polar, la BD, la science-fiction et la fantasy y ont longtemps fait figure de « paralittérature », sans légitimation culturelle, mais ont fini par obtenir droit de cité dans les rayonnages25. La littérature young adult en est l’exemple le plus récent.

  • 26 Dominique Lahary, « Pour une bibliothèque polyvalente : à propos des best-sellers en bibliothèque p (...)
  • 27 Anne Verneuil, « Des roses bien traitées », Bibliothèque(s), décembre 2015, dossier Bibliothèques r (...)
  • 28 Romain Vany, Les mauvais genres en bibliothèques publiques : quelle place pour le roman sentimental (...)
  • 29 Ministère de la Culture et de la Communication, op. cit., p. 3.

15Si la démocratisation culturelle gomme les hiérarchies de valeur, la question de la représentativité en bibliothèque d’autres littératures26, best-sellers, romances, peut se poser. Pourquoi ne pas promouvoir du Barbara Cartland ou la collection Harlequin en bibliothèque27 ? Pour répondre au mieux à l’évolution des pratiques de lecture, ces littératures pourraient, dans un contexte de baisse de prêts, être un moyen d’attirer de nouveaux publics et de démontrer que la bibliothèque ne s’enferme pas dans une vision normée de ce qu’est la collection, le livre ou le goût28. Mais la question est de savoir jusqu’où déplacer le curseur. Le bibliothécaire oscille donc entre culture légitimée et loi de la demande, interrogeant par là même son propre positionnement et celui, hautement symbolique, de l’institution à laquelle il appartient, d’autant que la médiation ne se fait plus uniquement autour du livre. Même « si la place du livre et de l’emprunt demeure centrale dans l’activité des équipements de lecture publique, elle a fortement baissé au profit d’autres pratiques liées au reste de l’offre proposée par les bibliothèques »29. Le livre ne représente donc plus qu’un medium parmi d’autres à promouvoir. La prescription, travaillée par ces médiamorphoses, s’avère donc un exercice de gymnastique aussi périlleux que passionnant.

La prescription contemporaine ou l’art du décentrement ?

Oublier la prescription pour la co-construction

  • 30 Pour exemple, le site de la commune du Kremlin-Bicêtre : [En ligne] < http://kremlinbicetre.fr/content/budget-participatif-du-kb-c’est-parti%C2%A0 >.
  • 31 Le design thinking permet de résoudre de façon créative les défis quotidiens rencontrés en institut (...)
  • 32 Raphaëlle Bats (dir.), Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques, Villeurbanne (...)
  • 33 Le BiblioRemix est un dispositif participatif lancé dès 2013 par la bibliothèque de Rennes pour pen (...)
  • 34 Les musées ont adopté les premiers cette démarche innovante et participative, [En ligne] < http://www.museomix.org/ >.
  • 35 [En ligne] < http://pro.bpi.fr/sites/Professionnels/contents/Contenus/cohesion-sociale/bibliotheques-dans-la-cite-1/fiches-pratiques/coacquisition-des-collections-av.html >.
  • 36 Le domaine culturel dans son ensemble adhère à cette vogue du participatif : tels les arts vivants, (...)
  • 37 Raphaëlle Bats (dir.), « Les enjeux et les limites de la participation : le rôle des bibliothèques  (...)
  • 38 Un projet scientifique, culturel, éducatif et social (PSCES) permet, par exemple, d’élargir les mis (...)

16Égalité de traitement des citoyens, dispositifs d’accès à la culture, démocratisation culturelle, préoccupations des élus, relation usagers… Autant de termes que les professionnels des bibliothèques connaissent bien car ils dépendent de ces leviers de politiques publiques, elles-mêmes au service d’un projet conçu pour un territoire et ses habitants. Les injonctions du politique à placer l’administré au cœur de sa vision du territoire invitent à prêter attention aux avis et compétences des habitants. Le participatif30 a ainsi le vent en poupe et construit un autre rapport au service public, davantage en phase avec les citoyens. La bibliothèque n’y échappe pas et y trouve le ressort dynamique de son projet de service et de son rayonnement local : concevoir une bibliothèque dans la prospective et dans l’accompagnement de ces évolutions. Le vecteur du design de service31 est l’outil rêvé pour ne pas revenir à des formes traditionnelles de la prescription verticale. Il participe à une nouvelle acception de la représentation d’une bibliothèque tant dans son contenu que dans son contenant. Pratiqué sous forme de focus group entre habitants et professionnels, il encourage une approche ludique des services, incite fortement à l’émergence d’idées originales via un processus collaboratif. Il s’agit véritablement d’inscrire dans une démarche participative des utilisateurs encouragés à tester, à se laisser surprendre, à innover. Pour Raphaëlle Bats, il s’agit de « repenser la bibliothèque ensemble »32. Ces exercices pratiqués en bibliothèques sous les termes de BiblioRemix33, eux-mêmes hérités des Museoremix34, permettent de repenser les établissements d’aujourd’hui et de demain. La médiathèque Entre Dore et Allier a ainsi adopté un projet novateur construit avec les habitants et pour eux. Les expériences de politique documentaire collaborative avec des publics adolescents à la médiathèque parisienne Assia Djebar35 confirment cette tendance à ne pas hiérarchiser les expertises. L’utilisateur est désormais acteur de sa bibliothèque. L’expertise de l’amateur devient une autre forme d’expertise. Cette co-construction de l’offre de services (pas uniquement documentaire, d’ailleurs) apporte un éclairage décalé sur les pratiques professionnelles comme sur une institution plus décomplexée, créant ainsi des points de rencontre entre amateurs et professionnels. L’aventure de la bibliothèque troisième lieu se poursuit dans une horizontalité où l’échange et le partage des compétences font reculer les barrières symboliques d’une culture légitime portée, entre autres, par la bibliothèque36. Cette co-construction légitime la parole des habitants, à même d’investir les établissements, de faciliter le vivre ensemble et la vie locale. Une façon originale de trouver un juste équilibre entre l’offre et la demande ? Selon Raphaëlle Bats37, rompre la logique de l’expertise ne doit pas favoriser la perte de reconnaissance symbolique des bibliothécaires, de leur légitimité d’experts à produire, sélectionner et diffuser des contenus : non pas répondre, via les ateliers participatifs, à la seule demande, mais défendre un projet de service articulant diagnostic de terrain, innovation et mission de service public38.

Une prescription oubliée au profit de l’expérience usager ?

  • 39 Benjamin Caraco, « Les enquêtes ethnographiques en bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de Fr (...)
  • 40 Christophe Evans (dir.), Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque, Villeurbann (...)
  • 41 Amanda Etches, Aaron Schmidt, « Utile, utilisable, désirable », Bulletin des bibliothèques de Franc (...)
  • 42 Sur le parcours d’un usager dans des services publics ou privés, voir la définition sur le blog : [ (...)

17Le prisme de « l’expérience utilisateur » ouvre ainsi de nouvelles perspectives : comprendre l’autre sans se renier soi-même et faire preuve, du coup, d’un certain don d’ubiquité. De fait, si l’expérience peut ébranler, elle est stimulante et porteuse de sens. Sortir de ses propres ornières, comprendre la réception de nos services par l’usager, réinterroger ses propres habitus : voilà comment peut se faire cette confrontation de la culture professionnelle aux comportements des usagers. On peut utiliser des techniques d’observation in situ à caractère ethnographique39 (comprendre l’occupation des lieux, les usages faits par les utilisateurs, les difficultés rencontrées etc.) et les enquêtes dites « qualitatives »40. La méthode des « persona », utilisée au départ dans le secteur privé (marketing etc.), permet de mieux comprendre les pratiques et besoins des utilisateurs à partir d’un profil type d’usager, de réviser ainsi sa représentation de l’usager pour mieux redéfinir l’espace d’innovation bibliothécaire. Difficile exercice d’équilibriste que de confronter ainsi sa culture à l’expérience de terrain. Selon Nathalie Clot41, il s’agit de se mettre dans les pas de l’utilisateur, comprendre les zones de frottements pour améliorer l’offre proposée. L’UX ou « User eXpérience »42 permet de réfléchir à la bibliothèque sous l’angle utilisateur en interrogeant le lieu et les services : une vision plus prospective, en somme, de la bibliothèque. Ce pas de côté, réutilisant les techniques du marketing, de la scénarisation et de l’ergonomie des espaces, constitue une approche stimulante des outils et des espaces bibliothécaires. La prescription traditionnelle fondée sur le conseil s’y rénove, mais ne doit pas s’y perdre.

La prescription à l’heure de l’expérience immersive : un paradoxe fécond

  • 43 Sur les usages dans les bibliothèques du territoire national, voir [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67551-publics-et-usages-des-bibliotheques-municipales-en-2016.pdf >.
  • 44 Voir Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de (...)

18À l’heure des bibliothèques alliant tiers-lieux, fablabs, ateliers de pratiques amateurs ou artistiques, nous pourrions penser : la prescription est morte, vive la prescription ! Le bouleversement des usages et des modalités d’accès à la culture, les avancées technologiques, le nomadisme numérique ou encore les évolutions sociétales dessinent un autre rapport à la bibliothèque. La dernière enquête du ministère de la Culture sur les publics43 pointe que la fréquentation des bibliothèques amorce une pente ascendante, preuve que la bibliothèque reste un lieu ouvert à tous, en phase avec son temps. Elle est ce lieu qui offre à l’usager de vivre un temps de sérendipité et de repli hors du brouhaha du monde. Elle est aussi cet espace « mediamorphosable » offrant de développer de nouvelles appétences, mais où la prescription d’ouvrages n’est plus qu’une offre de services parmi d’autres. Si certaines pratiques dominantes (l’étudiant en quête d’une place de travail, le quarantenaire lisant son magazine, le couple venu pour une animation jeunesse etc.) relèvent d’activités de consommation culturelle, l’offre bibliothécaire n’y est plus véritablement de la prescription. Elle n’en reste pas moins une forme de sélection, voire de curation44, de l’ensemble des services proposés en médiathèque.

  • 45 Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Paris, Le Seuil, 2014 (coll. La couleur des idées).
  • 46 Anne-Marie Bertrand, Yves Alix, Les bibliothèques, Paris, La Découverte, 5e éd., 2015 (coll. Repère (...)
  • 47 Martine Poulain, in Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les mutations de la lecture, Bordeaux, Presses u (...)

19Loin de toute échelle de valeurs, l’enjeu est de permettre à tout usager de faire l’expérience de la découverte, de la curiosité, loin des flux d’information et du nivellement des goûts. Aguerris à la captation de l’attention45, les bibliothécaires sont ces passeurs de curiosité, capables d’initier des chemins de traverse dans la consommation de biens culturels. Grâce à ces agents agiles, rusés, polyvalents, la prescription s’est muée en discours de recommandation, en marge de tout jugement d’autorité. La bibliothèque est devenue ce lieu dual, à la fois espace modulable d’expérimentation et institution culturelle. L’offre y est plurielle, du numérique au papier, étendue à l’action culturelle, aux contenus web, aux vidéos, au partage de compétences, à la culture des makers avec espaces dédiés etc. La prescription culturelle y est devenue une médiation dont le livre n’est plus qu’un support parmi d’autres. Mais quid du capital symbolique d’une bibliothèque prescriptive ? Quid de la tyrannie de la demande dans un lieu d’offre culturelle ? Ces questions demeurent ouvertes et méritent de rester au cœur des débats sur la médiamorphose bibliothécaire. À l’heure de la concurrence de la lecture par d’autres pratiques culturelles, celle-ci s’est ouverte de manière salutaire en bibliothèque aux nouveaux usages et pratiques (intérêt croissant pour des genres longtemps dévalués, lecture sur supports nomades etc.46). Pour autant, précise Martine Poulain, « nous avons l’impérieuse nécessité de promouvoir la lecture sous toutes ses formes »47, sans limiter cette promotion aux seuls vecteurs réclamés par les usagers. En ce sens, le bibliothécaire incarne ce trait d’union entre un fonds et des publics, entre une offre et des besoins, entre une économie de l’abondance et une économie de la rareté.

Bibliographie

Bats, Raphaëlle (dir.), « Les enjeux et les limites de la participation : le rôle des bibliothèques », in Construire des pratiques participatives en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2015 (coll. La Boîte à outils ; 33).

— Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2015 (coll. La Boîte à outils ; 33).

Bertrand, Anne-Marie, « Collections et publics en bibliothèque », in Les politiques d’acquisition en bibliothèques départementales de prêt : actes des Journées d’étude de l’ADBDP, Nîmes, 1999.

Bertrand, Anne-Marie, Alix, Yves, Les bibliothèques, Paris, La Découverte, 5e éd., 2015 (coll. Repères).

Beudon, Nicolas (dir.), Design Thinking en bibliothèque. [En ligne] < http://lrf-blog.com/wp-content/uploads/2015/12/Design-Thinking-en-un-clin-doeil.pdf >.

Caraco, Benjamin, « Les enquêtes ethnographiques en bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, no 2, p. 79-85. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-02-0079-002 >.

Citton, Yves, Pour une écologie de l’attention, Paris, Le Seuil, 2014 (coll. La couleur des idées).

Courty, Héloïse (dir.), « La qualité, un levier pour le management de l’accueil », in Développer l’accueil en bibliothèque : un projet d’équipe, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2017 (coll. La Boîte à outils), p. 124-133.

Da Rui, Eléna, Être bibliothécaire demain, Ciclic, dossier #12, 2016. [En ligne] < http://livre.ciclic.fr/vie-du-livre/actualite-du-livre/etre-bibliothecaire-demain >.

Etches, Amanda, Schmidt, Aaron, « Utile, utilisable, désirable », Bulletin des bibliothèques de France, 2017, no 11, p. 189-191. [En ligne] < http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/La-numerique/Etches-Schmidt_Utile-utilisable-desirable.pdf >.

Evans, Christophe (dir.), Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2011 (coll. La Boîte à outils ; 22).

Galaup, Xavier (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 25), p. 11. Gaudion, Anne-Gaëlle. [En ligne] < https://www.slideshare.net/angiegaudion/confrence-limpact-du-numrique-sur-les-bibliothques? >.

Huchet, Bernard, Payen, Emmanuèle (dir.), L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2008 (coll. Bibliothèques).

Jacquet, Amandine (dir.), Bibliothèques troisième lieu, Paris, Association des bibliothécaires de France, 2015 (coll. Médiathèmes).

Lahary, Dominique, « Pour une bibliothèque polyvalente : à propos des best-sellers en bibliothèque publique », Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, 2000, no 189, p. 98. [En ligne] < http://www.lahary.fr/pro/2000/ABF189-bibliotheque-polyvalente.htm >.

Maresca, Bruno, Gaudet, Françoise, Evans, Christophe, Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou, 2007 (coll. Études et recherche). [En ligne] < http://books.openedition.org/bibpompidou/pdf/176 >.

Oldenburg, Ray, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, Cambridge, Da Capo Press, 3e éd., 1999, Marlowe & Co, 1989.

Pipelier, Émeline, Le roman populaire, objet patrimonial ? Les collections de romans populaires et de paralittérature dans les bibliothèques francophones, mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Henryot, Fabienne : Villeurbanne, Enssib, 2016. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67422-le-roman-populaire-objet-patrimonial-les-collections-de-romans-populaires-et-de-paralitterature-dans-les-bibliotheques-francophones.pdf >

Poulain, Martine, in Bessard-Banquy, Olivier (dir.), Les mutations de la lecture, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2012 (coll. Les cahiers du livre), p. 79.

Rabot, Cécile, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2015 (coll. Papiers).

— Le roman policier en bibliothèque : institutionnalisation et légitimation d’un genre littéraire. [En ligne] < https://alepreuve.com/roman-policier-en-bibliotheque-institutionnalisation-legitimation-dun-genre-litteraire/ >.

Sandoz, David, Repenser la médiation culturelle en bibliothèque publique : participation et quotidienneté, mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Huchet, Bernard : Villeurbanne, Enssib, 2010, p. 22. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48311-repenser-la-mediation-culturelle-en-bibliotheque-publique-participation-et-quotidiennete.pdf >.

Servet, Mathilde, « Les bibliothèques troisième lieu », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, no 4, p. 57-63. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001 > ; < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/21206-les-bibliotheques-troisieme-lieu.pdf >.

Tharel-Douspis, Christine, « Bibliothèque en (r)évolution », Bulletin des bibliothèques de France, 2017, no 11. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/bibliotheque-en-revolution_67566 >.

Vany, Romain, Les mauvais genres en bibliothèques publiques : quelle place pour le roman sentimental paralittéraire ?, master de Politique des bibliothèques et de la documentation, sous la direction de Péquignot, Bruno : Villeurbanne, Enssib, 2013, p. 66. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64022-les-mauvais-genres-en-bibliotheques-publiques-quelle-place-pour-le-roman-sentimental-paralitteraire.pdf >.

Verneuil, Anne, « Des roses bien traitées », Bibliothèque(s), décembre 2015, dossier Bibliothèques roses, no 81-82, p. 74. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67155-81-82-bibliotheques-roses.pdf >.

Wiart, Louis, La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2017 (coll. Papiers).

Notes

1 Ce positionnement renvoie à la norme Afnor ISO 9001 sur la qualité d’accueil et s’inscrit dans une politique publique où l’administré constitue le point focal de l’action publique afin de garantir l’accès au service public et l’égalité de traitement pour tous. Elle est devenue une véritable culture du métier (via des indicateurs de performance) qui s’attache, par une démarche d’amélioration continue, à satisfaire au mieux l’ensemble des administrés. Voir [En ligne] < https://www.iso.org/files/live/sites/isoorg/files/archive/pdf/fr/iso_9001-2015_-_how_to_use_it.pdf > ou < https://www.iso.org/files/live/sites/isoorg/files/archive/pdf/fr/pub100080.pdf > ; Héloïse Courty (dir.), « La qualité, un levier pour le management de l’accueil », in Développer l’accueil en bibliothèque : un projet d’équipe, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2017 (coll. La Boîte à outils), p. 124-133.

2 Ray Oldenburg, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, Cambridge, Da Capo Press, 3e éd., 1999, Marlowe & Co, 1989.

3 Mathilde Servet, « Les bibliothèques troisième lieu », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, no 4, p. 57-63. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001 > ; < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/21206-les-bibliotheques-troisieme-lieu.pdf >.

4 Sur l’action culturelle, complémentaire des services documentaires, voir Bernard Huchet, Emmanuèle Payen (dir.), L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2008 (coll. Bibliothèques).

5 Le manifeste de l’Unesco et de la charte des bibliothèques (1991) pose les paradigmes de l’accueil, de la communication et de la valorisation des ouvrages, de la formation continue. Voir : [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1096-charte-des-bibliotheques.pdf > et < http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001121/112122fo.pdf >.

6 Amandine Jacquet (dir.), Bibliothèques troisième lieu, Paris, Association des bibliothécaires de France, 2015 (coll. Médiathèmes).

7 [En ligne] < http://lecho.kremlinbicetre.fr/exploitation/ >.

8 Ce travail a été mené à partir d’un diagnostic social et territorial du service, en écho à celui de la collectivité.

9 [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67551-publics-et-usages-des-bibliotheques-municipales-en-2016.pdf > ; [En ligne] < https://labo.societenumerique.gouv.fr/2017/10/18/numerique-ne-nuit-a-frequentation-bibliotheque-contraire/ > ; Bruno Maresca, Françoise Gaudet, Christophe Evans, Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou, 2007 (coll. Études et recherche). [En ligne] < http://books.openedition.org/bibpompidou/pdf/176 >. On pense enfin à la synthèse pertinente de la revue de presse professionnelle « Bibliomnivores » quant aux enjeux du Web pour les bibliothèques. [En ligne] < https://bibliomnivoressite.wordpress.com/2018/01/11/revolution-numerique-quel-impact-sur-les-bibliotheques/ >.

10 [En ligne] < https://www.docpourdocs.fr/spip.php?article614 >.

11 On vient désormais à la médiathèque pour se cultiver, on y vient pour se divertir et/ou se rencontrer, et utiliser le numérique et/ou le support papier.

12 Voir Ministère de la Culture et de la Communication, Baromètre des prêts et des acquisitions, 2016. [En ligne] < http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-Lecture/Actualites/Barometre-des-prets-et-des-acquisitions-en-bibliotheque-2016 >.

13 Émeline Pipelier, Le roman populaire, objet patrimonial ? Les collections de romans populaires et de paralittérature dans les bibliothèques francophones, mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Fabienne Henryot : Villeurbanne, Enssib, 2016. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67422-le-roman-populaire-objet- patrimonial-les-collections-de-romans-populaires-et-de-paralitterature-dans-les-bibliotheques- francophones.pdf >.

14 Cécile Rabot, Le roman policier en bibliothèque : institutionnalisation et légitimation d’un genre littéraire. [En ligne] < https://alepreuve.com/roman-policier-en-bibliotheque-institutionnalisation- legitimation-dun-genre-litteraire/ >.

15 Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2015 (coll. Papiers).

16 Héloïse Courty, Développer l’accueil en bibliothèque : un projet d’équipe, op. cit.

17 La certification ISO 9001 à L’Écho a renforcé la relation vis-à-vis des usagers. L’art d’accueillir dans la bibliothèque se mesure à partir d’indicateurs (l’enquête annuelle de satisfaction) et d’actions de sensibilisation à la norme. Le taux d’acceptation des suggestions de lecteurs n’est pas sans répercussions sur la politique documentaire.

18 David Sandoz, Repenser la médiation culturelle en bibliothèque publique : participation et quotidienneté, mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Bernard Huchet : Villeurbanne, Enssib, 2010, p. 22. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48311-repenser-la-mediation-culturelle-en-bibliotheque-publique-participation-et-quotidiennete.pdf >.

19 Eléna Da Rui, Être bibliothécaire demain, Ciclic, dossier #12, 2016. [En ligne] < http://livre.ciclic.fr/vie-du-livre/actualite-du-livre/etre-bibliothecaire-demain >.

20 Louis Wiart, La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2017 (coll. Papiers), p. 293.

21 Ibid.

22 On pense aux services innovants de questions/réponses Eurékoi développés sur le territoire national, mais aussi à la proposition « Je ne sais pas quoi lire » de la médiathèque de Lorient. [En ligne] < http://www.jenesaispasquoilire.net/ >.

23 Des médiathèques reçoivent des booktubeurs présentant leurs coups de cœur, [En ligne] < http://bibliotheque.olivet.fr/profils/ados/518-les-booktubeurs-a-la-bibliotheque-d-olivet >, < https://www.youtube.com/watch?v=Gpy_igP_o_0 > ; lancent sur leur site des concours de booktubeurs, < https://www.actualitte.com/article/monde-edition/l-inventivite- en-bibliotheque-les-bibtubers-le-concours-de-booktube/84551 > ; créent leur chaîne YouTube comme vitrine de partage de leurs coups de cœur, < https://www.youtube.com/watch?v=Yr3XTCvZ_3o > ; d’autres, très actives sur les réseaux sociaux, utilisent YouTube comme vecteur de communication pour proposer des contenus variés, < https://www.youtube.com/watch?v=sTmo4dF74ac > ou un partage de savoirs sur le principe des tutoriels, < https://biblouisemichel.wordpress.com/category/tutotek/ >.

24 Voir le Slideshare d’Anne-Gaëlle Gaudion sur la question du numérique en bibliothèque. [En ligne] < https://www.slideshare.net/angiegaudion/confrence-limpact-du-numrique-sur-les-bibliothques? >.

25 Sur l’évolution historique des acquisitions vers d’autres littératures, voir Anne-Marie Bertrand, « Collections et publics en bibliothèque », in Les politiques d’acquisition en bibliothèques départementales de prêt : actes des Journées d’étude de l’ADBDP, Nîmes, 1999.

26 Dominique Lahary, « Pour une bibliothèque polyvalente : à propos des best-sellers en bibliothèque publique », Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, 2000, no 189, p. 98. [En ligne] < http://www.lahary.fr/pro/2000/ABF189-bibliotheque-polyvalente.htm >.

27 Anne Verneuil, « Des roses bien traitées », Bibliothèque(s), décembre 2015, dossier Bibliothèques roses, no 81-82, p. 74. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67155-81-82-bibliotheques-roses.pdf >.

28 Romain Vany, Les mauvais genres en bibliothèques publiques : quelle place pour le roman sentimental paralittéraire ?, master de Politique des bibliothèques et de la documentation, sous la direction de Bruno Péquignot : Villeurbanne, Enssib, 2013, p. 66. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64022-les-mauvais-genres-en-bibliotheques-publiques-quelle-place-pour-le-roman-sentimental-paralitteraire.pdf >.

29 Ministère de la Culture et de la Communication, op. cit., p. 3.

30 Pour exemple, le site de la commune du Kremlin-Bicêtre : [En ligne] < http://kremlinbicetre.fr/content/budget-participatif-du-kb-c’est-parti%C2%A0 >.

31 Le design thinking permet de résoudre de façon créative les défis quotidiens rencontrés en institution culturelle. Voir Nicolas Beudon (dir.), Design Thinking en bibliothèque. [En ligne] < http://lrf-blog.com/wp-content/uploads/2015/12/Design-Thinking-en-un-clin-doeil.pdf >.

32 Raphaëlle Bats (dir.), Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2015 (coll. La Boîte à outils ; 33).

33 Le BiblioRemix est un dispositif participatif lancé dès 2013 par la bibliothèque de Rennes pour penser de nouveaux services aux usagers en les incluant dans une démarche créative. Voir le blog [En ligne] < https://biblioremix.wordpress.com/le-projet/ >, le site de l’Enssib < http://www.enssib.fr/biblio-remix-esprit-lab-en-bibliotheque > et l’article de Christine Tharel-Douspis, « Bibliothèque en (r)évolution », Bulletin des bibliothèques de France, 2017, no 11. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/bibliotheque-en-revolution_67566 >.

34 Les musées ont adopté les premiers cette démarche innovante et participative, [En ligne] < http://www.museomix.org/ >.

35 [En ligne] < http://pro.bpi.fr/sites/Professionnels/contents/Contenus/cohesion-sociale/bibliotheques-dans-la-cite-1/fiches-pratiques/coacquisition-des-collections-av.html >.

36 Le domaine culturel dans son ensemble adhère à cette vogue du participatif : tels les arts vivants, qui introduisent des amateurs dans leurs spectacles et les impliquent dans le processus de création.

37 Raphaëlle Bats (dir.), « Les enjeux et les limites de la participation : le rôle des bibliothèques », in Construire des pratiques participatives en bibliothèques, op. cit., p. 18-28. Voir aussi [En ligne] < https://fr.slideshare.net/knitandb/la-participation-en-bibliothques-concepts-enjeux-et-limites >.

38 Un projet scientifique, culturel, éducatif et social (PSCES) permet, par exemple, d’élargir les missions de la bibliothèque avec ses partenaires. [En ligne] < http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/163908/1840142/version/1/file/PSCES.pdf >.

39 Benjamin Caraco, « Les enquêtes ethnographiques en bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, no 2, p. 79-85. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-02-0079-002 >.

40 Christophe Evans (dir.), Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2011 (coll. La Boîte à outils ; 22).

41 Amanda Etches, Aaron Schmidt, « Utile, utilisable, désirable », Bulletin des bibliothèques de France, 2017, no 11, p. 189-191. [En ligne] < http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/La-numerique/Etches-Schmidt_Utile-utilisable-desirable.pdf >.

42 Sur le parcours d’un usager dans des services publics ou privés, voir la définition sur le blog : [En ligne] < http://ux-fr.com/experience-utilisateur-definition/ >.

43 Sur les usages dans les bibliothèques du territoire national, voir [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67551-publics-et-usages-des-bibliotheques-municipales-en-2016.pdf >.

44 Voir Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 25), p. 11.

45 Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Paris, Le Seuil, 2014 (coll. La couleur des idées).

46 Anne-Marie Bertrand, Yves Alix, Les bibliothèques, Paris, La Découverte, 5e éd., 2015 (coll. Repères).

47 Martine Poulain, in Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les mutations de la lecture, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2O12 (coll. Les cahiers du livre), p. 79.

Auteur

Directeur de la médiathèque de L’Écho au Kremlin-Bicêtre

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search