Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 2. Prescrire des imprimés

Comment le livre de chevet vient aux lecteurs

Clara Lévy

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre une expression utilisée par Stéphanie Tralongo dans son travail sur la réception de (...)
  • 2 Clara Lévy, Le roman d’une vie : Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Hermann, 2015. L’en (...)

1Même si la sociologie de la lecture analyse essentiellement les problèmes sociaux liés à la lecture, il paraît néanmoins intéressant de s’attarder sur des cas de « rencontre heureuse »1 entre un lecteur et son livre de chevet, objet de recherche jusqu’alors inédit en sciences sociales. L’expression « livre de chevet » n’est pas utilisée ici au sens du livre que l’on pose concrètement sur sa table de chevet, mais au sens, plus répandu en français et plus large, d’ouvrage préféré ou de prédilection, auquel on revient souvent. C’est le lien entre un lecteur et une œuvre singulière qui est interrogé en détail, dans l’expérience même de la réception, qui rend le livre de chevet si particulier par rapport à l’ensemble des autres ouvrages lus. Comme il est impossible d’observer directement la rencontre et l’évolution des relations entre un individu et son livre de chevet, nous avons mené une enquête par entretiens approfondis auprès d’une centaine en détail sur leurs lectures en général et sur leur livre de chevet en particulier2.

2L’objectif de diversification du corpus d’entretiens a été fixé dès le départ, en fonction de multiples variables, très classiques en sociologie de la culture et des pratiques culturelles : le rapport à la lecture (professionnel – c’est-à-dire caractérisant ceux et celles dont la profession implique un usage régulier de la lecture, comme les enseignants – ou non professionnel) ; l’âge ; le niveau de diplôme ; le lieu de résidence (Paris, ville de province, zone rurale) ; et le sexe ou le genre (nous avons tenté d’interroger à peu près autant d’hommes que de femmes, même si la lecture est une activité traditionnellement plutôt féminine).

3Pour rendre compte des circonstances de la rencontre entre les personnes interrogées et le texte qui deviendra leur livre de chevet, nous nous intéresserons d’abord à la frontière (parfois fluctuante) entre lectures prescrites (de type injonctif) et lectures choisies. Nous analyserons ensuite le rôle des prescripteurs issus du cercle familial, et nous étudierons enfin le rôle des prescripteurs issus des cercles de sociabilité.

Les prescripteurs officiels : lectures imposées, lectures choisies

  • 3 Cette distinction lecture imposée/lecture choisie est assez classiquement mise en évidence dans la (...)

4Dans presque tous les entretiens recueillis, une distinction est immédiatement établie entre lectures imposées, d’une part, et lectures choisies et librement décidées, d’autre part. Le livre de chevet relève d’un choix personnel, d’une élection intime, et par là même, il s’oppose presque par nature aux lectures (plus ou moins bien acceptées) imposées3. On peut néanmoins relever plusieurs contre-exemples – en nombre suffisamment élevé pour que ce soit notable – de lectures imposées (essentiellement par les professeurs) qui sont, au final, redéfinies par les lecteurs comme des lectures choisies, au point de parfois même devenir des livres de chevet.

C’est Les Faux-monnayeurs de Gide […] Alors, pourquoi Les Faux-monnayeurs de Gide ? Premièrement, parce que je l’ai lu quand j’étais en hypokhâgne et que c’était vraiment les années ou j’étais plongé dans la littérature […]

C’était une lecture scolaire du coup, vu que tu parlais de ton année d’hypokhâgne…

Alors, oui, c’était une lecture scolaire au départ, mais qui m’a vraiment beaucoup intéressé.

Donc on te l’a conseillé en cours… On te l’a conseillé ou on te l’a imposé ?

On me l’a imposé.

D’accord, tu l’as acheté, tout de suite…

Oh bah oui, à l’époque j’étais pas très rebelle, puis j’avais pas le choix.

Le livre t’a-t-il tout de suite plu ?

  • 4 H, 45 ans, professeur de lettres, agrégation de lettres, André Gide, Les Faux-monnayeurs.

Oui, oui, oui. J’ai beaucoup aimé tout de suite. Ce qui est curieux parce que, parfois, quand on impose à l’école ou au lycée un livre, c’est fastidieux. Par exemple, moi, on m’a imposé Zola en première et pendant des années je n’ai pas lu, je n’ai plus lu de romans de Zola, il a fallu que j’attende après d’être enseignant pour en lire de nouveau. Alors que celui-là, il m’a plu tout de suite.4

5Même lorsque la lecture est imposée à un élève qui n’était pas spécialement passionné de littérature jusque-là, le livre de chevet peut parfois être défini comme tel parce qu’il correspond à la première lecture imposée qui a, contre toute attente (en tout cas, celle du lecteur), procuré du plaisir :

Et est-ce que tu peux me raconter ta rencontre avec ce livre de chevet ?

  • 5 F, 22 ans, étudiante en formation touristique, Bac STI, John Steinbeck, Des souris et des hommes.

Oui, c’est à l’école, on m’avait forcée à le lire, forcément, pour des travaux, et je me suis rendu compte que ce n’était pas du tout une torture, bien au contraire, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.5

6Nous avons, enfin, relevé dans notre corpus l’exemple paradoxal d’une enquêtée résolument opposée aux prescriptions de son enseignante, mais qui élit finalement comme livre de chevet l’ouvrage d’un des auteurs de prédilection de l’enseignante, pourtant remise en cause comme prescriptrice.

  • 6 F, 21 ans, étudiante en Licence professionnelle Archives et patrimoines industriels, culturels et a (...)

Eh bien, en fait, au départ Olivier Adam, l’auteur de mon livre de chevet, c’était une prof de l’IUT qui nous en avait parlé et elle était tellement à fond dans Olivier Adam, elle disait tellement de choses positives sur cet auteur qu’à force, ça nous en dégoûtait presque ! Avec elle, nous avions étudié une œuvre d’Olivier Adam qui était Falaises. C’était un livre un peu lugubre et triste. Mais la prof était à fond dedans, tellement que nous, on ne voulait plus en entendre parler, de cet ouvrage et de l’auteur […] Dans la même année où, en cours, la prof nous avait parlé de cet auteur, j’étais allée à Fontenoy, le village du livre, et je suis tombée par hasard sur une nouvelle œuvre d’Olivier Adam. Donc je l’ai achetée surtout par curiosité, et ensuite ce livre est devenu mon livre préféré.6

7Ainsi, la distinction classique entre lectures imposées et lectures choisies, si elle possède un intérêt indéniable lorsqu’on adopte un point de vue très général sur les motivations des lecteurs, doit, lorsqu’on s’intéresse à des trajectoires particulières de lecteurs, être soigneusement réexaminée et réévaluée. Certains des textes initialement prescrits par l’institution scolaire, et donc semblant antinomiques avec la notion de choix et d’élection, peuvent au final se trouver réinvestis par leurs lecteurs jusqu’à devenir leurs livres de chevet.

8Force est, cependant, de constater que ce phénomène est assez rare : d’une part, l’école est trop souvent identifiée aux devoirs et aux obligations pour pouvoir être aisément associée ensuite à la lecture-loisir ; d’autre part, les prescriptions de l’institution scolaire sont trop généralistes pour qu’elles rencontrent fréquemment les goûts particuliers des élèves et des étudiants en matière de lecture. Les enquêtés ont, en revanche, souvent revendiqué l’importance de la sociabilité et des échanges autour du livre, échanges matériels comme échanges verbaux. En fait, les livres de chevet sont conseillés le plus souvent par des proches, qui connaissent bien les goûts de l’enquêté et qui sont donc susceptibles de pressentir, même avant lui, que l’ouvrage préconisé va lui plaire.

La famille

  • 7 Sylvie Octobre, « La fabrique sexuée des goûts culturels : Construire son identité de fille ou de g (...)

9Pour l’ensemble des pratiques culturelles, l’entourage joue un rôle déterminant, et en particulier l’espace de socialisation primaire que constitue la famille, et tout spécialement la mère, qui, dans tous les milieux sociaux, tient une place classiquement prépondérante dans la transmission des pratiques culturelles à ses enfants – et ce, au moins jusqu’à l’adolescence, lorsque les pratiques de lecture sont encore sous influence (et parfois même au-delà, comme en attestent les extraits d’entretiens ci-dessous)7.

Est-ce qu’il y a une personne qui te conseille régulièrement des livres à lire ?

  • 8 H, 23 ans, étudiant en BTS Management, Baccalauréat, Guillaume Musso, Que serais-je sans toi ?.

Ma mère, quand j’étais petit. [Il imite sa mère :] « Lionel, lis des livres sinon tu n’avanceras jamais dans la vie, c’est constructif, tu te feras respecter, tu communiqueras mieux avec les gens ! »8

10La mère peut également procurer une aide économique en fournissant au jeune lecteur un certain nombre d’ouvrages qu’il n’aurait pas pu se permettre d’acquérir lui-même.

  • 9 F, 22 ans, étudiante en L3, Alice Sebold, La Nostalgie de l’ange.

C’est ma mère qui lit vraiment beaucoup, style deux, trois romans par semaine et toute l’année, il n’y a pas un moment où elle s’arrête de lire, donc je pense que ça m’a vachement influencée, parce qu’elle m’a toujours acheté des livres, dès que je me suis un peu intéressée à la lecture. Elle m’achetait toujours les bouquins que je voulais, et maintenant, comme je lis à peu près la même chose qu’elle, elle achète les livres qui nous plaisent, quand ils sortent, et elle les lit tout de suite derrière, car elle lit plus vite que moi, et après, moi, comme ça, je peux les lire. Donc ça me permet surtout de ne pas les acheter de ma poche.9

11Le père peut, lui aussi, quoique plus marginalement, jouer un rôle déterminant si ce n’est dans les pratiques de lecture en général, du moins dans la découverte précise du livre de chevet.

  • 10 F, 30 ans, chargée de mission Cap Emploi, Bac+5, Philip K. Dick, Ubik.

Alors j’étais ado, j’étais au collège, je pense, et mon père a plein de livres de science-fiction partout à la maison, sur les murs de sa chambre, sur les murs du salon. Alors je lui en taxais tout le temps. Et un jour, j’ai taxé celui-là. Mais c’est vraiment quand je l’ai relu dix ans plus tard, quinze ans, enfin, beaucoup plus tard, que je l’ai vraiment beaucoup aimé. C’est quand je l’ai relu.10

12On peut, enfin, noter plusieurs témoignages qui citent l’influence conjointe des parents, sans distinguer entre le père et la mère.

Est-ce qu’il y a des personnes qui te donnent régulièrement des conseils sur ce que tu devrais lire ?

Oui, mes parents. Ce sont tous deux de très gros lecteurs, donc ils me refilent leurs bouquins. Il y a du bien, et du moins bien […] !

Et à part tes parents ?

  • 11 F, 19 ans, auxiliaire de vie scolaire, Bac L, Boris Vian, J’irai cracher sur vos tombes.

Non, c’est principalement eux.11

13Parmi la parentèle plus âgée que le lecteur, d’autres personnes que les parents peuvent également jouer le rôle de passeurs pour le livre de chevet.

  • 12 F, 23 ans, étudiante en M2, Bac+4/5, Joanne K. Rowling, Harry Potter.

Alors, c’est un livre dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’à ce que ma tante qui avait lu – c’est une série – donc, qui avait lu les premiers et avait trouvé ça super bien, me les offre pour Noël. Je devais avoir peut-être dix ans. Et je n’étais pas une grosse lectrice hein, ça, ça n’a pas beaucoup changé ! Et en fait, je regardais les couvertures et je me disais [soupir] : « Ça a l’air d’un truc de bébé !! Ça ne me tente pas trop ! » […] Et puis, je ne sais pas trop comment, mais je me suis mise à les lire, et j’ai tout de suite accroché. Et voilà ! La révélation ! Je me suis embarquée dans l’histoire et j’ai trouvé ça génial !12

14Si l’on s’intéresse maintenant au cercle familial d’un point de vue intra-générationnel, la fratrie peut aussi jouer un rôle essentiel dans la sociabilité lectorale.

  • 13 F, 21 ans, étudiante en L2 LEA anglais/espagnol, Marc Lévy, Sept jours pour une éternité.

C’est un cadeau de ma sœur, et je trouve que c’est encore plus significatif que ce soit mon livre préféré. C’est peut-être aussi parce que c’est ma sœur qui a su le trouver pour moi, en fait ! Ça montre comme elle me connaît bien, et c’est super important pour moi, en fait ! Il a une histoire en quelque sorte, ce livre. Juste de voir qu’elle me connaît bien, quoi !13

15Le conjoint est également une personne susceptible de bien connaître les goûts littéraires des enquêtés, et intervient relativement souvent comme prescripteur du livre de chevet.

Vous pouvez me raconter votre rencontre avec ce livre ?

  • 14 F, 25 ans, chargée de relations avec le public (théâtre), Bac+5, Haruki Murukami, Les Chroniques de (...)

[…] C’est une histoire un peu personnelle et de cœur [elle se racle la gorge, un peu gênée], mais le copain avec qui je suis restée un certain nombre d’années, lors de notre rencontre, en fait, m’avait parlé d’un livre qui s’appelait Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, du même auteur, que j’avais lu alors qu’on n’était pas encore ensemble. Et j’avais adoré le bouquin, et voilà, ça avait été un élément-clé de notre rencontre, et en fait après avoir adoré ce bouquin, j’ai lu quasiment tous les bouquins de cet auteur-là, et notamment Les Chroniques de l’oiseau à ressort.14

16Cette connaissance des goûts par le conjoint peut être redoublée par une connaissance et une expertise en termes de lecture à proprement parler.

  • 15 H, 33 ans, chargé de mission, Bac+5, Tom Sharpe, Wilt (surtout tome 1).

Si mes souvenirs sont exacts, c’est ma femme qui a lu Wilt lorsqu’elle était étudiante et qui me l’a conseillé. Elle connaît mon goût pour la lecture mais elle sait aussi que je suis quelque peu… difficile ou plutôt disons que je ne suis pas friand de tous les genres romanesques de lecture. D’ailleurs, elle se trompe rarement ! Elle m’a d’ailleurs offert de nombreux livres qui pouvaient autant être du Bourdieu que des romans. C’est pourquoi, elle a souvent eu l’occasion de me conseiller la lecture de certains livres après les avoir terminés. Grâce à elle, j’ai pu dévorer quelques ouvrages et Wilt en fait partie. C’est donc elle qui me l’a mis entre les mains.15

17Enfin, à partir d’un certain âge de la vie, le jeu d’influence entre parents et enfants s’inverse et ce sont ces derniers qui peuvent désormais faire bénéficier les premiers de leurs conseils.

D’accord, alors est-ce que vous pouvez me raconter comment vous avez connu ce livre d’Anna Gavalda ? Votre rencontre avec ce livre ?

  • 16 F, 53 ans, médecin salariée, Doctorat, Anna Gavalda, La Consolante.

Ma rencontre… […] Je me demande si ce n’est pas ma fille qui m’a indiqué le livre, ou qui m’a indiqué l’auteur plutôt. Et puis j’ai cherché les bouquins de cet auteur !16

  • 17 Mauss Marcel, « Esquisse d’une théorie générale de la magie (1902-1903) », in Sociologie et anthrop (...)

18Le poids de la prescription familiale dans les pratiques de lecture ne constitue certes pas un résultat nouveau, et n’est en rien spécifique au livre de chevet. Tout se passe comme si se nichait dans l’ouvrage préféré une qualité directement liée à la personne même qui en a recommandé la lecture, et que se produisait une transition entre l’affection ressentie pour le prescripteur et celle qui en découle pour l’ouvrage prescrit. Une sorte de mana17 est alors attribuée au livre préféré.

  • 18 F, 21 ans, étudiante en L2 LEA anglais/espagnol, Marc Lévy, Sept jours pour une éternité.

C’est un cadeau de ma sœur, et je trouve que c’est encore plus significatif que ce soit mon livre préféré. C’est peut-être aussi parce que c’est ma sœur qui a su le trouver pour moi, en fait ! Ça montre comme elle me connaît bien, et c’est super important pour moi, en fait ! […] J’aurais pu ne pas l’aimer, et puis voilà, c’est tout. Mais il faut croire que le hasard fait bien les choses, puisque non seulement je l’ai aimé et, en plus, c’est ma sœur qui me l’a conseillé, donc je suis d’autant plus attachée à ce livre.18

19On constate donc le polymorphisme des rôles de la famille concernant la lecture : elle familiarise insensiblement avec les livres les enfants qui grandissent dans des entourages où les adultes lisent volontiers ; elle prête ou même donne des ouvrages lorsque ceux-ci plaisent particulièrement aux jeunes lecteurs ; et enfin, elle en achète même spécifiquement pour eux. La prescription, dans le cadre familial, est souvent orientée en fonction de la connaissance préalable des goûts de la personne à laquelle les conseils sont adressés et a donc plus de chances de coïncider avec ceux-ci – et c’est pourquoi le livre de chevet peut être élu parmi l’ensemble des livres prescrits par la famille. En plus de la famille, la sociabilité lectorale peut en outre s’étendre au groupe des pairs, et plus spécifiquement aux amis proches qui, eux aussi, peuvent formuler des recommandations de lecture d’autant plus pertinentes qu’elles sont fondées sur une forte inter-connaissance.

Le groupe des pairs

20Bien sûr, il n’existe pas de paroi étanche entre la famille d’un côté et les amis de l’autre. Les conseils prodigués aux jeunes lecteurs peuvent donc provenir simultanément de ces deux espaces.

Et sinon, généralement, qui est-ce qui te conseille dans tes lectures ?

  • 19 H, 28 ans, employé à Groupama, BTS hôtellerie-restaurant, Patricia Cornwell, Jack l’éventreur : aff (...)

Qui me conseille dans mes lectures ?… Euh, principalement, on va dire que ce sont mes parents, parce qu’ils lisent beaucoup. Ils ont tous les deux des styles de lectures différents, donc c’est ça qui est bien. Ensuite ça va être un petit groupe restreint d’amis, parce que je n’ai pas beaucoup d’amis qui lisent. Mais y en a deux ou trois qui, de temps en temps, me disent : « Je suis tombé sur un super bouquin », donc je vais chez eux, je tombe sur le bouquin, je leur demande si je peux l’emprunter, s’ils peuvent m’en parler, déjà. Et si je vois que ça me plaît un peu, je vais le leur emprunter pour le lire.19

  • 20 Claire Bidart, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 1997, p. 191.

21Sans surprise, l’importance du groupe des pairs quant à la rencontre avec le livre de chevet est directement corrélée à son importance en termes d’étapes du cycle de vie : ce conseil venu des pairs apparaît donc comme un facteur explicatif de tout premier plan au moment de l’adolescence et de la jeunesse, lorsque la sociabilité amicale est à son zénith20.

  • 21 F, 20 ans, étudiante à la Reims Management School, Jane Austen, Orgueil et préjugés.

C’est ma meilleure amie, qui a commencé à lire en anglais bien avant moi. Elle, elle a toujours eu un goût pour la lecture, elle lit énormément et voilà : elle sait que j’adore l’anglais, du coup, elle m’a dit que pour me mettre vraiment à la lecture, je pourrais lire en anglais, et donc c’est un peu grâce à elle que j’ai découvert que j’aimais lire. Parce que, depuis que j’ai découvert la lecture en anglais, je lis beaucoup plus qu’avant.21

22Parfois, le rôle de l’ami qui a conseillé le livre de chevet est ponctuel : le pair a évoqué un auteur ou un ouvrage qu’il apprécie tout particulièrement et, lorsque l’enquêté « tombe » sur un ouvrage dont on lui a parlé, il l’emprunte ou l’achète, celui-ci plutôt qu’un autre dont il n’aurait pas entendu parler.

  • 22 F, 23 ans, étudiante en master d’économie gestion, Amélie Nothomb, La Métaphysique des tubes.

C’était quand j’étais en terminale, enfin j’avais fini mon année de terminale. En littérature, on échangeait souvent nos auteurs préférés […] Une amie à moi avait lu des livres d’Amélie Nothomb, et disait que c’était génial, qu’il fallait en lire, parce que c’était super intéressant. Du coup, quand je suis partie en vacances, je suis allée au Relay de l’aéroport en salle d’embarquement. Je partais à New York et huit heures de vol, c’est assez long, alors je cherchais quelque chose pour m’occuper, et là, j’ai vu ce livre d’Amélie Nothomb, alors je l’ai acheté en disant : « Tiens, je vais voir ce que ça donne. » Eh ben, ça n’a pas loupé ! J’ai accroché tout de suite.22

23Il existe également des situations d’échanges plus organisés de conseils et de livres entre amis.

  • 23 F, 22 ans, étudiante en L3, Alice Sebold, La Nostalgie de l’ange.

Je tiens un club de lecture à part entière, je prête mes livres à toutes mes copines et elles, en retour, quand elles ont des bons livres, on se les prête. C’est un peu le principe du club de lecture, je pense ? Après, sinon, on n’échange nos bouquins qu’entre copines.23

24Les conseils amicaux, décisifs pendant la jeunesse, peuvent perdurer au fil du temps et jouer alors un rôle déterminant dans la rencontre avec le livre de chevet. C’est le cas lorsque le conseil de lecture intervient à un moment de rupture biographique particulièrement net pour le lecteur.

  • 24 F, 69 ans, retraitée, Jacques Salomé, Paroles d’amour.

C’est une amie avec qui je fais de la danse qui me l’a offert, le livre, alors que j’avais perdu mon fils, pour me dire la peine qu’elle avait pour moi.24

25Parfois, le conseil de lecture est prodigué par l’enquêté qui considère que son propre livre de chevet peut intéresser certains de ses amis. Dans l’extrait ci-dessous, une institutrice retraitée, qui a l’habitude de discuter très régulièrement de livres et de littérature avec un groupe d’anciennes collègues, projette de leur faire découvrir son livre de prédilection, dont elle suppose qu’il les intéressera puisqu’il a un rapport direct avec leur ancienne activité professionnelle :

  • 25 F, 56 ans, retraitée (institutrice), certificat de fin d’études d’école normale, Patrice Romain, Mo (...)

Les seules personnes avec qui je partage un goût pour la lecture sont mes anciennes collègues. Lorsque je les revois autour d’un café, on aime bien se raconter nos lectures du moment. Parfois, on se conseille sur ce qu’on lit […] J’ai dit à mes anciennes collègues que j’adorais ce livre, et je leur ai expliqué de quoi il s’agissait dedans. Je compte leur offrir ce livre, donc c’est une surprise. C’est toujours amusant et intéressant de lire des mots d’excuse écrits par les parents pour justifier l’absence de leurs enfants. Je pense que ça peut être un cadeau sympathique, et je sais qu’elles apprécieront cet ouvrage […] Une fois que j’aurai offert ce livre à certaines anciennes collègues, je pense que ça sera intéressant de parler de tous ces petits mots d’excuse entre nous. Ça nous rappellera forcément des souvenirs.25

  • 26 Cet écho peut renvoyer à de multiples facettes selon les lecteurs concernés. Identification aux per (...)

26Les prescriptions amicales, comme les prescriptions familiales, se fondent sur l’intimité partagée entre le prescripteur et le lecteur – et c’est pour cela qu’elles sont souvent efficaces, puisque pertinentes. Dès lors, parmi ces prescriptions, certaines peuvent aboutir à la rencontre avec le livre de chevet, dont notre enquête montre qu’il entre en écho avec une des dimensions identitaires du lecteur26.

27Les circonstances de la rencontre entre un lecteur et son livre de chevet, pour diverses qu’elles soient, renvoient néanmoins à quelques schémas récurrents, que l’on retrouve d’un lecteur à l’autre. Quoique souvent décriés, les prescripteurs officiels que sont les enseignants tiennent une place, si ce n’est décisive, du moins réelle. Les proches, membres de la famille et amis, jouent un rôle encore plus déterminant. Notons également que les lecteurs privilégiant un livre de chevet se transforment eux-mêmes en prescripteurs de l’ouvrage suscitant leur engouement (parfois la passion) dont ils conseillent vivement la lecture à leur environnement familial et amical.

  • 27 « Cela fait très longtemps que les livres offrent des cadres référentiels dans lesquels chacun peut (...)
  • 28 Ces supports peuvent ne revêtir qu’une importance marginale pour d’autres lecteurs. C’est bien pour (...)

28Parmi tous les livres lus, le livre de chevet répond comme en écho à des préoccupations identitaires du lecteur puisque c’est justement souvent (quoique non exclusivement) au cours d’un processus d’identification que se noue le lien si particulier entretenu avec ce livre précis, élu parmi tous les autres. On considère habituellement que les livres peuvent servir aux lecteurs comme support à la construction d’eux-mêmes, comme ressource mobilisable dans la tâche de devenir soi-même27. Ce qui compte, c’est qu’entrent en résonance, au moment du processus de lecture, une des composantes identitaires du lecteur et des supports potentiels sur lesquels ces composantes sont susceptibles de se fixer28 et avec lesquels elles puissent réagir (presque au sens chimique du terme) pour que se produise cette rencontre heureuse entre lecteur et livre de chevet.

Bibliographie

Bidart, Claire, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 1997.

Cahen, Gérald (dir.), Livres de chevet : Pour une nuit, pour une vie, Paris, Autrement, 2001.

Dendani, Mohamed, Détrez, Christine, « Lectures de filles, lectures de garçons », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, no 4, p. 30-39.

Détrez, Christine, Vanhée, Olivier, Les mangados : Lire des mangas à l’adolescence, Paris, Bibliothèque publique d’information/Centre Georges Pompidou, 2012.

Donnat, Olivier, « Présentation », « Passionnés, fans, amateurs », Réseaux, 2009/1, no 153, p. 9-16.

Lévy, Clara, Le roman d’une vie : Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Hermann, 2015.

Octobre, Sylvie, « La fabrique sexuée des goûts culturels : Construire son identité de fille ou de garçon à travers les activités culturelles », Développement culturel, décembre 2005, no 150, p. 6-7.

Singly, François de, Observatoire France-loisirs de la lecture, Lire à 12 ans : Une enquête sur les lectures des adolescents, Paris, Nathan, 1989.

Tralongo, Stéphanie, Les réceptions de l’œuvre littéraire de Christian Bobin : Des injonctions des textes aux appropriations des lecteurs, thèse pour le doctorat de sociologie sous la direction de Lahire, Bernard, Université Lumière-Lyon 2, 2001.

Notes

1 Pour reprendre une expression utilisée par Stéphanie Tralongo dans son travail sur la réception de l’œuvre de Christian Bobin : Stéphanie Tralongo, Les réceptions de l’œuvre littéraire de Christian Bobin : Des injonctions des textes aux appropriations des lecteurs, thèse pour le doctorat de sociologie sous la direction de Bernard Lahire : Université Lumière-Lyon 2, 2001.

2 Clara Lévy, Le roman d’une vie : Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Hermann, 2015. L’enquête a permis d’analyser d’abord les circonstances de la rencontre avec le livre de chevet, fréquemment présenté en opposition aux lectures imposées, et ensuite les cercles de sociabilité lectorale dans lesquels s’inscrivent les personnes enquêtées. Ont été mises au jour les raisons de l’attachement au livre de chevet – ainsi que les modalités de cet attachement, tant au contenu du livre de chevet qu’à l’objet-livre lui-même. Enfin, le rôle du livre de chevet comme source et comme ressource identitaire est apparu comme l’un des résultats essentiels de la recherche.

3 Cette distinction lecture imposée/lecture choisie est assez classiquement mise en évidence dans la plupart des travaux de sociologie de la lecture. C’est par exemple le cas dans l’article suivant : Mohamed Dendani, Christine Détrez, « Lectures de filles, lectures de garçons », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, no 4, p. 30-39, comme dans l’ouvrage de François de Singly, Observatoire France-loisirs de la lecture, Lire à 12 ans : Une enquête sur les lectures des adolescents, Paris, Nathan, 1989.

4 H, 45 ans, professeur de lettres, agrégation de lettres, André Gide, Les Faux-monnayeurs.

5 F, 22 ans, étudiante en formation touristique, Bac STI, John Steinbeck, Des souris et des hommes.

6 F, 21 ans, étudiante en Licence professionnelle Archives et patrimoines industriels, culturels et administratifs, Olivier Adam, Des vents contraires.

7 Sylvie Octobre, « La fabrique sexuée des goûts culturels : Construire son identité de fille ou de garçon à travers les activités culturelles », Développement culturel, décembre 2005, no 150, p. 6-7.

8 H, 23 ans, étudiant en BTS Management, Baccalauréat, Guillaume Musso, Que serais-je sans toi ?.

9 F, 22 ans, étudiante en L3, Alice Sebold, La Nostalgie de l’ange.

10 F, 30 ans, chargée de mission Cap Emploi, Bac+5, Philip K. Dick, Ubik.

11 F, 19 ans, auxiliaire de vie scolaire, Bac L, Boris Vian, J’irai cracher sur vos tombes.

12 F, 23 ans, étudiante en M2, Bac+4/5, Joanne K. Rowling, Harry Potter.

13 F, 21 ans, étudiante en L2 LEA anglais/espagnol, Marc Lévy, Sept jours pour une éternité.

14 F, 25 ans, chargée de relations avec le public (théâtre), Bac+5, Haruki Murukami, Les Chroniques de l’oiseau à ressort.

15 H, 33 ans, chargé de mission, Bac+5, Tom Sharpe, Wilt (surtout tome 1).

16 F, 53 ans, médecin salariée, Doctorat, Anna Gavalda, La Consolante.

17 Mauss Marcel, « Esquisse d’une théorie générale de la magie (1902-1903) », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 2010 : « Ce mot subsume une foule d’idées que nous désignerions par les mots de : pouvoir de sorcier, qualité magique d’une chose, chose magique, être magique, avoir du pouvoir magique, être incanté, agir magiquement ; il nous présente, réunies sous un vocable unique, une série de notions […] et réalise cette confusion de l’agent, du rite et des choses qui nous a paru être fondamentale en magie ».

18 F, 21 ans, étudiante en L2 LEA anglais/espagnol, Marc Lévy, Sept jours pour une éternité.

19 H, 28 ans, employé à Groupama, BTS hôtellerie-restaurant, Patricia Cornwell, Jack l’éventreur : affaire classée.

20 Claire Bidart, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 1997, p. 191.

21 F, 20 ans, étudiante à la Reims Management School, Jane Austen, Orgueil et préjugés.

22 F, 23 ans, étudiante en master d’économie gestion, Amélie Nothomb, La Métaphysique des tubes.

23 F, 22 ans, étudiante en L3, Alice Sebold, La Nostalgie de l’ange.

24 F, 69 ans, retraitée, Jacques Salomé, Paroles d’amour.

25 F, 56 ans, retraitée (institutrice), certificat de fin d’études d’école normale, Patrice Romain, Mots d’excuse.

26 Cet écho peut renvoyer à de multiples facettes selon les lecteurs concernés. Identification aux personnages, aux situations ; projection dans l’individu que l’on souhaiterait être ; identité professionnelle ; origine géographique ; identité ethnico-religieuse : telles sont les multiples pistes qui ont été explorées dans Le roman d’une vie : Les livres de chevet et leurs lecteurs, op. cit.

27 « Cela fait très longtemps que les livres offrent des cadres référentiels dans lesquels chacun peut puiser repères normatifs, recettes de vie et signes distinctifs, et que les personnages de fiction servent de supports privilégiés d’identification », Olivier Donnat, « Présentation », « Passionnés, fans, amateurs », Réseaux, 2009/1, no 153, p. 10.

28 Ces supports peuvent ne revêtir qu’une importance marginale pour d’autres lecteurs. C’est bien pour cela que le même livre peut être lu de façon extrêmement différente par plusieurs lecteurs et, éventuellement, donner lieu à des interprétations extrêmement diversifiées.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search