Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 2. Prescrire des imprimés

La librairie spécialisée en bandes dessinées

Jean-Christophe Boudet

Texte intégral

  • 1 À l’exception notable des articles d’Olivier Vanhée sur les librairies Album et celles spécialisées (...)
  • 2 Les librairies spécialisées en bandes dessinées sont le troisième vecteur de ventes avec 19 % des l (...)

1Les recherches ou études sur la bande dessinée se multiplient depuis une cinquantaine d’années mais négligent pour la plupart l’histoire des lieux où celle-ci est vendue. La librairie spécialisée est ainsi un objet d’étude particulièrement laissé de côté1, alors que son poids économique, mais aussi symbolique, reste important. L’ensemble de ces librairies, par exemple, apparaît dans des études récentes comme le troisième vecteur de vente de bandes dessinées2. D’autre part, en tant que lieux créés pour et parfois par des amateurs, ces librairies ont su mettre en relation, au fil des années, différentes personnalités et, indirectement, être à l’origine de carrières, de revendications et/ou de mouvements esthétiques révélant certaines d’entre elles comme des figures de proue encore peu connues, mais actives dans l’installation, la reconnaissance et la poursuite d’un neuvième art vivant.

2Par leur histoire et leur évolution, les librairies de bandes dessinées témoignent aussi d’un moyen d’expression passé en quelques décennies de passe-temps édifiant pour mineurs à une forme de création contemporaine dynamique de plus en plus diversifiée, où se côtoient avant-gardes et succès populaires. Qu’elles n’aient fait l’objet d’aucune étude de fond semble d’autant plus paradoxal aujourd’hui que ces librairies figurent depuis quelques années maintenant dans les bandes dessinées elles-mêmes, soit de manière directe en tant que lieux précisément décrits, soit de manière plus générale par la description de la profession de libraire à travers des successions d’anecdotes à caractère souvent humoristique.

Une histoire des librairies spécialisées en bandes dessinées

3De manière générale, l’intérêt pour l’histoire de la librairie, longtemps confondue avec celle de l’édition et du livre, est récent. Or, la bande dessinée a son propre récit historique, son hybridité conceptuelle et ses propres modes de diffusion et d’édition.

4Son histoire récente a été notamment marquée par une lutte pour sa reconnaissance en tant qu’art à part entière fait par et pour des adultes. L’usage encore fréquent aujourd’hui de l’expression « neuvième art » témoigne de cette revendication, tout en ancrant son histoire dans une hiérarchie artistique classique déterminée par la notion d’image au sens large. Cela n’est pas sans conséquences sur son appréhension. Le champ lexical pour la décrire a ainsi plus emprunté à celui de la peinture, de l’estampe, voire du cinéma, qu’à celui de la littérature ou de l’univers du livre proprement dit.

5D’autre part, son circuit de diffusion a été quasi exclusivement celui de la presse, et ce pendant plus d’un siècle. Ce n’est que depuis une trentaine d’années que la bande dessinée est devenue majoritairement un phénomène éditorial. Auparavant, l’album était un bel objet offert à l’occasion de fêtes ou comme récompense exceptionnelle. Diffusée dans la presse quotidienne puis magazine, la bande dessinée a, de ce fait, et jusqu’à il y a peu encore, été considérée comme un média de masse, qu’accentuait la popularité de certains de ses personnages derrière lesquels les auteurs étaient bien souvent considérés comme secondaires.

  • 3 Xavier Guilbert, Numérologie : Une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, Versailles (...)
  • 4 Contre 24,9 % pour la littérature et 14,2 % pour le secteur jeunesse. Syndicat national de l’éditio (...)

6Même si aujourd’hui certaines séries comme Astérix connaissent en librairie des succès sans commune mesure avec le reste de la production éditoriale française en général, cela reste l’arbre qui cache la forêt, et les tirages moyens des titres les plus fameux se sont érodés de manière très importante ces dix dernières années3. Actuellement, la bande dessinée représente 9,3 % du chiffre d’affaires de l’édition4 et elle est désormais loin de cette popularité à laquelle elle avait été associée. Celle-ci lui a été ravie en grande partie par la concurrence d’autres formes d’expression et de divertissement plus récentes (la télévision, les séries ou les jeux vidéo).

7Enfin, son standard éditorial de départ, celui de l’album cartonné 48 pages en couleur, l’a longtemps éloignée des librairies traditionnelles et généralistes, qui ne savaient où la placer en dehors de leur rayon jeunesse. C’est seulement depuis l’émergence et l’affirmation artistique et médiatique des éditeurs alternatifs dans les années 1990 que la bande dessinée a su trouver sa place en librairie par la qualité de ses auteurs, la diversification de ses formats ou la pluralité renouvelée de son lectorat.

8L’histoire des librairies spécialisées dans la diffusion du neuvième art témoigne de l’évolution de la bande dessinée francophone depuis l’après-guerre. Elle suit aussi des caractéristiques que l’on retrouve dans d’autres librairies spécialisées : une proximité de départ avec des éditeurs eux-mêmes spécialisés, une volonté d’exhaustivité sur une forme de production ou de thématique, et une clientèle d’amateurs éclairés parfois bibliophiles ou collectionneurs.

  • 5 Par le terme « anciens », on désigne la vente de revues anciennes et d’albums épuisés.

9Plusieurs grandes étapes dans leur apparition peuvent être déterminées : la première est celle des librairies d’éditeurs, de l’après-guerre au milieu des années 1960 ; la deuxième est celle des librairies d’anciens5 et d’avant-gardes entre 1965 et 1980 ; la troisième est celle des librairies spécialisées apparaissant dans les années 1980 ; et enfin la dernière qui, à partir des années 1990, voit l’importance de librairies ultra-spécialisées se confirmer.

  • 6 Michel Ollendorff (dir.), « De la métamorphose des marchés », in Le métier de libraire, 2, La produ (...)

10Ce découpage chronologique n’est évidemment pas strict. Il permet avant tout de décrire et de structurer des tendances ou des évolutions. À travers ces grandes étapes, on retrouve aussi celle du commerce du livre en librairie décrit par Michel Ollendorff, notamment le passage d’un « marché de producteur » à « un marché individuel de masse »6. L’auteur décrit ainsi le fait qu’après-guerre, les librairies proposaient un classement par éditeurs qui, au fil des décennies, a ensuite évolué vers des thématiques ou catégories (littérature, sciences humaines etc.) de plus en plus pointues. L’histoire des librairies spécialisées en bandes dessinées se nuance par la parenthèse de la vente d’anciens, en raison de son mode de production et de diffusion lié à la presse.

Librairies d’éditeurs

11Les premières librairies spécialisées en bandes dessinées en France sont celles des éditeurs des grands hebdomadaires d’après-guerre : Spirou, Tintin puis Pilote, ce dernier arrivant plus tardivement à la fin des années 1950. Elles se situent généralement dans les immeubles de ces maisons d’édition, respectivement Dupuis, Le Lombard et Dargaud. On y trouve les anciens numéros de leurs revues, des reliures pour celles-ci, les recueils trimestriels, les albums, mais aussi des objets dérivés, le plus souvent des jouets ou des jeux puisque le public d’amateurs est constitué à l’époque exclusivement par les franges les plus jeunes de la population.

12Ces boutiques d’éditeurs sont généralement l’objet de publicités dans les pages de leurs hebdomadaires, pour signaler des nouveautés, la possibilité de commandes par correspondance, voire d’éventuels déménagements. La boutique Tintin s’est ainsi d’abord trouvée au 41, rue de la Chaussée-d’Antin dans les années 1950, puis au 31, rue du Louvre à partir des années 1960. Celle de Dargaud était elle aussi située rue de la Chaussée-d’Antin, au 60, avant de déménager plus tard rue Dupin et de finir rue Saint-Placide dans les années 1970.

13La plus connue, mais aussi la plus « sédentaire », était celle de Dupuis, sise au 84, boulevard Saint-Germain, et qui a appartenu à cet éditeur jusqu’aux années 1980. C’est aussi à notre connaissance la première librairie spécialisée en bandes dessinées représentée dans une bande dessinée. En effet, dans le numéro de Spirou daté du 16 août 1964, le dessinateur Piroton commence une nouvelle aventure de ses personnages Michel et Thierry, intitulée « Mylène et ses carats », par une séance de dédicaces dans cette librairie. On y voit une foule de jeunes amateurs se presser devant la devanture pour aller à la rencontre des dessinateurs Franquin, Roba, Peyo et Morris, auteurs respectifs à cette époque de Spirou, Boule et Bill, Johan et Pirlouit, et Lucky Luke… Ce récit montre aussi une librairie qui, sous cet aspect, venait d’être inaugurée un an plus tôt. Il n’est pas invraisemblable que ce clin d’œil ait pu être un moyen de vanter cette vitrine parisienne modernisée. Mais il peut aussi témoigner de l’impact de l’éditeur belge sur les amateurs comme sur les dessinateurs qui se retrouvent de facto dans un lieu où ils sont – peut-être pour la première fois – des auteurs comme les autres, et non plus seulement des animateurs de stands d’éditeur ou de revues lors de quelconques salons jeunesse. En ce début des années 1960, ce document montre, d’une certaine manière, cette prise de conscience grandissante de la valeur de la bande dessinée et de ceux qui la réalisent.

Librairies d’anciens et d’avant-garde

14La première librairie spécialisée en bandes dessinées qui ne soit pas située au siège d’un éditeur est Le Kiosque, ouverte par Jean Boullet en février 1966. Comme son nom le suggère, celle-ci était spécialisée dans l’ancien et permettait aux adultes nostalgiques de trouver les revues perdues de l’avant ou de l’après-guerre qui avaient enchanté leur enfance. L’aura de son fondateur en fit rapidement l’épicentre de tous les amateurs cherchant à montrer la valeur historique, esthétique et expressive de leur passion. L’historien, scénariste et éditeur Claude Moliterni, par exemple, y lança la même année, en octobre, le no 1 de la revue Phénix. Philippe Druillet, le dessinateur de « Lone Sloane » et co-fondateur de Métal Hurlant, rendit hommage à Jean Boullet, qu’il considérait comme l’un de ses mentors, dans le no 3 de ce mensuel, daté de juin 1975.

  • 7 Jean Boullet était homosexuel et apparaît aujourd’hui à certains comme l’un des premiers promoteurs (...)

15Le Kiosque ferma en 1969 pour des raisons vraisemblablement liées à la personnalité de son auteur, qui était aussi peintre, essayiste et écrivain. Il disparut mystérieusement un an plus tard et fut retrouvé pendu en Algérie. Sa librairie ne promouvait pas que la bande dessinée, mais aussi, dans une moindre importance, le cinéma populaire, le polar et la science-fiction7. Caractéristiques que l’on retrouvera dans beaucoup de libraires spécialisées dans la bande dessinée jusqu’aux années 1980. Une communauté des « mauvais genres », en somme, à l’image des différentes rubriques qui composaient les grands mensuels de ces années-là (Charlie, L’Écho des savanes, Métal Hurlant, (À suivre) etc.), où une bande dessinée devenue adulte s’inventait.

16Dans les mois qui suivirent la création du Kiosque, d’autres librairies spécialisées dans l’ancien ouvrirent à Paris. La librairie Lutèce, par exemple, se lança dans ce commerce spécialisé à la fin des années 1960 et finit par créer une boutique entièrement dédiée à la bande dessinée ancienne de plus de trente ans au 3, rue d’Arras, au début des années 1980. Ses publicités étaient très présentes dans des revues comme Les Cahiers de la bande dessinée ou Le Collectionneur de bandes dessinées. Les deux librairies existent toujours et ont désormais une vitrine sur l’Internet.

  • 8 Le nom « Futuropolis » emprunte celui du titre de la première bande dessinée de science-fiction fra (...)

17En 1969, Robert Roquemartine ouvre la librairie Futuropolis8, au 120, rue du Théâtre. Celle-ci deviendra célèbre quand son créateur la revendra en 1972 à un jeune couple : Florence Cestac et Étienne Robial. Ceux-ci poursuivront rapidement ce mélange de redécouverte de l’ancien et de promotion d’un art vivant et avant-gardiste qui s’était déjà esquissée au Kiosque, et lui donneront une dimension encore plus importante puisqu’ils créeront une maison d’édition au nom de leur boutique, en 1974. Futuropolis prendra l’importance que l’on sait et deviendra même, un temps, diffuseur. La librairie finira par devenir secondaire et fermera en 1977. La maison d’édition s’arrêtera quant à elle en 1994, avant de renaître sous sa forme actuelle en 2005, sous la houlette des éditions Gallimard et Soleil.

18La librairie Futuropolis apparaît comme un élément charnière puisque celle-ci a été à la fois une librairie d’anciens, une librairie d’éditeur et qu’elle a aussi préfiguré l’idée d’un lieu spécialisé dans la production d’un genre pour y exposer l’offre la plus exhaustive possible.

Les librairies spécialisées

  • 9 Connue par la suite sous le nom Glénat Lafayette. Reprise par Album en 1994, elle fermera en 2006 à (...)
  • 10 Des librairies spécialisées de tous types : anciens, mangas, comics, franco-belge et occasions. Dan (...)

19À l’orée des années 1980, les librairies spécialisées telles que nous les connaissons vont commencer à éclore. Certaines vont être créées par des éditeurs (Jacques Glénat), d’autres vont devenir d’éphémères maisons d’édition (Librairie Temps Futurs), d’autres encore auront pour but de renflouer une structure éditoriale en faillite (Librairie Impressions à Enghien, créée en 1985 par Sylvain Insergueix après l’échec des éditions Artefact). Cette dernière mise à part, il est à noter que leurs adresses se situent aux alentours des premières librairies d’éditeur. Jacques Glénat ouvre ainsi Rive droite BD au 16, rue Lafayette9, non loin de la Chaussée-d’Antin, et Temps Futurs ouvre au 8, rue Dante, à deux pas de la librairie Dupuis. La rue Dante va par la suite voir s’ouvrir une multitude de boutiques de bandes dessinées et reste encore aujourd’hui, malgré sa courte longueur, la rue où l’on trouve le plus de commerces consacrés à l’univers du neuvième art à Paris10. En développant ce tropisme, les libraires contemporains semblent vouloir profiter à la fois de la réputation d’anciens points de vente, de la jeunesse du Quartier latin et du pouvoir d’achat d’un quartier d’affaires, mais aussi de la proximité parisienne des éditeurs eux-mêmes. Jacques Glénat, quant à lui, rachètera la librairie Dupuis dans la deuxième moitié des années 1980 avec l’idée de monter une chaîne de magasins appelée Librairies d’images.

20En 1981, le Belge Yves Rasquain ouvre une librairie au 6, rue Dante, qu’il baptise Album. Profitant d’un approvisionnement en Belgique, il vend moins cher que ses concurrents et son entreprise devient rapidement florissante. Il inaugure une seconde librairie rue Monsieur-le-Prince et, en septembre 1984, rachète la librairie Temps Futurs. Celle-ci possédait un rayon d’imports américains qu’Yves Rasquain va dynamiser au point que le 6, rue Dante se spécialise dans la vente de comics en version originale à partir de 1986, devenant ainsi la première librairie spécialisée dans une catégorie spécifique de bandes dessinées.

  • 11 Olivier Vanhée, « Les librairies Album et le réseau Canal BD », art. cit., p. 624.

21En 1994, Album est revendue à Christophe Le Bel et Jean-Marie Pomarès, qui vont faire de l’enseigne un réseau et une franchise. La même année, ils rachètent les librairies parisiennes de Glénat, dont celle du boulevard Saint-Germain, mais aussi 22 kiosques Hachette de centres commerciaux. En 2008, Album regroupait 28 librairies autour d’un « concept store » dont l’exemple le plus abouti était la librairie ouverte en 2001 à Bercy Village. En 2006, l’enseigne était classée comme la 9e chaîne de librairies, derrière Decitre mais devant Gibert Jeune11. C’est la même année qu’Album propose la possibilité de se franchiser. Malheureusement, des problèmes financiers et une discorde entre les deux co-présidents feront s’effondrer en 2009 ce puissant réseau. Une vingtaine de librairies seront fermées. En 2016, Album appartient à Christophe Le Bel mais ne forme plus qu’un réseau recentré sur ses librairies parisiennes historiques et une poignée de franchisés.

22Christophe Le Bel est aussi à l’origine de la création, en 1990, de l’Association des libraires de bandes dessinées (ALBD), qui a lutté pour le respect de la loi Lang par les grandes surfaces culturelles et organisé le Prix des libraires de bandes dessinées remis chaque année. En devenant en 2007 le Groupement des libraires de bandes dessinées (GLBD), cette association est aussi à l’origine du réseau Canal BD. Celui-ci regroupe en 2016 103 librairies spécialisées à travers la France, les DROM et certains pays francophones (la Belgique, le Québec et la Suisse). Comme force de vente, ce réseau peut permettre de négocier des remises avantageuses auprès des fournisseurs à la manière d’une centrale d’achat, mais aussi d’éditer et de distribuer des bimestriels d’information (Canal BD Magazine et Canal BD Mangamag, 700 000 exemplaires en tout distribués chaque année) et des catalogues d’éditeurs, ou même de concevoir des productions originales (coffrets, collections spéciales, tirages de luxe, ex-libris, affiches, figurines etc.).

23La volonté de créer des chaînes de librairies, d’abord par Glénat, ensuite par Album, témoigne aussi du fait qu’à partir des années 1980, de nombreuses villes de province voient s’ouvrir des librairies spécialisées. Une des plus vieilles, par exemple, est celle de Glénat à Grenoble, ville d’origine de l’éditeur où se trouve toujours actuellement son siège social. En 2008, Album estimait qu’une surface de 100 m2 dans une ville de plus de 50 000 habitants était nécessaire pour qu’une de ses franchises soit viable.

  • 12 Thierry Groensteen (dir.), « Menaces sur la librairie, entretien avec Yves Rasquain », in Toute la (...)
  • 13 Gilles Ratier, 2015 : l’année de la rationalisation, janvier 2016. [En ligne] < https://www.acbd.fr/2606/rapports/2015-lannee-de-la-rationalisation/ >.

24Cette multiplication des librairies à partir de cette période montre aussi la mutation de la bande dessinée en phénomène éditorial. En 1992, il sortait environ 500 nouveautés par an et les libraires parlaient déjà de surproduction12. Aujourd’hui, il en sort dix fois plus13.

25Super-Héros est une autre librairie parisienne importante qui a ouvert en 1983, au 175, rue Saint-Martin, tout près du centre Beaubourg. Cette implantation lui a permis de profiter du public du musée d’art contemporain et de la bibliothèque publique, très fréquentés. Son gérant, Daniel Coyne, est très impliqué dans la défense et la promotion de la bande dessinée à travers, par exemple, le réseau Canal BD, auquel il appartient. Cette librairie s’est, dès ses débuts, démarquée par ses expositions, ses ex-libris en sérigraphie et une mise en avant à l’entrée du magasin des fanzines et des bandes dessinées alternatives, qui en ont fait un lieu privilégié par toute la génération des créateurs dits de « la nouvelle bande dessinée » émergeant dans les années 1990.

Librairies ultra-spécialisées

26Celles-ci apparaissent pour promouvoir des esthétiques minoritaires au sein de la production de bandes dessinées. Elles mettent en avant ce qui n’est pas disponible dans ou par les circuits de vente traditionnels, que ce soit pour des problèmes économiques (rentabilité, productions artisanales ou imports), éditoriaux (genres ou traductions n’intéressant pas les principaux éditeurs) ou de diffusion (absence de diffuseurs, vente ferme, dépôt-vente). Au début des années 1990, ces librairies répondent, par exemple, à la demande du lecteur de comics de super-héros atterré pas les traductions censurées qu’il ne trouve qu’en kiosque et désireux de lire ou découvrir leurs versions originales. Elles répondent aussi au désir de l’amateur de dessins animés japonais passant à la télévision depuis son enfance, qui aimerait connaître les bandes dessinées qui les ont inspirés. Ou bien encore à celui pour qui la bande dessinée n’a d’intérêt que par ses expériences exploratoires qualifiées de marginales ou de souterraines, loin des réifications dues aux standardisations éditoriales dans lesquelles s’inféode l’édition franco-belge de la fin des années 1980.

27Trois librairies parisiennes ont été respectivement les premières à répondre à ces trois demandes différentes.

28La première est Album Comics, évoquée plus haut, qui prendra encore plus d’ampleur dans la deuxième moitié des années 1990 avec son déplacement au 67, boulevard Saint-Germain, en face du 84. De nombreuses boutiques de comics vont également ouvrir dans ces années-là, en particulier à Paris, en suivant cette tendance. Mais à partir des années 2000, la concurrence du commerce en ligne met fin à cette relative effervescence. Un site comme Amazon.fr, par exemple, a proposé dès sa création des imports à la parité dollars/euros, alors que les librairies de comics pouvaient plus que doubler cette conversion.

29La seconde librairie est Tonkam, installée au 29, rue Keller, depuis le milieu des années 1980. Elle vivotait d’imports de comics et d’occasions. Elle décolla véritablement au début des années 1990, quand son propriétaire, Dominique Véret, importa livres, vidéos et objets liés à l’univers des mangas. L’engouement fut tel qu’en 1994, la librairie se lança dans l’édition et fut l’une des premières à proposer les bandes dessinées japonaises dans leur façonnage et leur sens de lecture originaux. Tonkam-Keller devint le lieu de toute une jeunesse où, certains samedis, s’organisèrent les premiers cosplays improvisés, au point que, parfois, il fallut fermer la rue à la circulation automobile. Cette librairie initia le même tropisme que la librairie Dupuis en son temps. Une multitude de librairies spécialisées en mangas ouvrirent rue Keller. Cette concurrence, mais aussi la multiplication des traductions de mangas désormais disponibles jusque dans les grandes surfaces culturelles, firent que la librairie Tonkam perdit peu à peu sa raison d’exister et ce qui avait fait sa spécificité. En avril 2010, l’augmentation de son loyer précipita sa fermeture. La maison d’édition a depuis été rachetée par les éditions Delcourt.

  • 14 Formé en 1974 par Christian Chapiron, Jean-Louis Dupré et Olivia Clavel, ce collectif protéiforme q (...)

30Enfin, la troisième librairie est Un regard moderne, ouverte en 1991 au 10, rue Gît-le-Cœur, dans le 6e arrondissement, près de Saint-Michel. Son nom fait référence à une publication du groupe de graphistes punk Bazooka, célèbre pour avoir perturbé les pages de Libération à la fin des années 197014. Les murs appartiennent à Jean-Pierre Faure, qui s’est un temps lancé dans l’édition de quelques albums de bandes dessinées alternatives. Son rôle est ici véritablement celui d’un mécène. Un regard moderne a été conçu autour de la personnalité du libraire Jacques Noël. Seul à bord depuis vingt-cinq ans, il a fait de sa librairie un lieu de découverte pour plusieurs générations. Aujourd’hui, les livres s’y entassent littéralement, formant un Merzbau dont Jacques Noël serait le Kurt Schwitters. Même si Un regard moderne n’est plus actuellement viable économiquement et tient davantage de l’installation d’un artiste-libraire dans une galerie, sa démarche, sa curiosité, ses goûts pour la marge et l’objet livre en ont fait un exemple idéal régulièrement cité, d’autant que ses choix savent dépasser le Landerneau de la bande dessinée ou des « mauvais genres ».

31Ces trois librairies ont ainsi initié des commerces ou des attitudes qui ont été poursuivis par bien d’autres depuis, et souvent ailleurs qu’à Paris.

32Pour les comics, citons la librairie Comics’Zone, à Lyon, qui a importé et popularisé en France le Free Comic Book Day, la fête de la bande dessinée qui a lieu chaque année aux États-Unis le premier week-end de mai, et dont l’attraction principale est la distribution gratuite, dans les librairies spécialisées, de plusieurs comics imprimés spécialement par les éditeurs. Grâce à cette librairie lyonnaise qui, depuis, a su convaincre les éditeurs français de comics de faire de même, le Free Comic Book Day est devenu un rendez-vous important, à l’échelle nationale, pour tous les amateurs.

33Autre exemple : Jérôme Saliou, le propriétaire de la librairie Alphagraphe à Rennes ouverte en décembre 1999, a témoigné plusieurs fois de son admiration pour Un regard moderne. Si sa démarche n’a pas été aussi radicale, il fait dès le départ le choix de défendre des livres rares, difficiles, marginaux et locaux. En quelques mois, cette librairie située en plein centre-ville va devenir la vitrine de toute une école rennaise de bande dessinée. Depuis le fanzine hebdomadaire Chez Jérôme Comix jusqu’au festival Périscopage créé en 2001, l’Alphagraphe va fédérer bien des énergies autour de la bande dessinée. Depuis, cette librairie a malheureusement fermé. L’absence d’engagement municipal dans le festival a fait qu’il s’est sabordé en 2011 après huit éditions. Des travaux importants dans le centre-ville rennais ont fini de précipiter la fermeture de cette librairie en 2014.

34Le succès important d’Alphagraphe en matière de bande dessinée ne doit pas mettre de côté le fait que les libraires inspirés par Un regard moderne font du neuvième art une charnière active entre plusieurs univers. Il ne s’agit pas d’un recentrement sur un monde familier, conçu pour l’ivresse du fan comme dans le cas des boutiques de comics ou de mangas, mais bien plutôt d’une ouverture vers l’inconnu. La librairie Le Monte-en-l’air est, de ce point de vue, exemplaire. Son créateur, Guillaume Dumora, est un ancien représentant de L’Association puis du diffuseur Le comptoir des indépendants qui, pourtant créé pour diffuser de la bande dessinée alternative, promouvait aussi en son temps de petits éditeurs d’art contemporain, d’illustrations, de photographies ou de littérature. En créant sa librairie en 2005 rue des Panoyaux, Guillaume Dumora poursuivait déjà cet esprit d’une bande dessinée engagée et exploratrice. En 2010, quand elle déménage au 71, rue de Ménilmontant, Le Monte-en-l’air devient une « librairie-galerie » qui insiste encore davantage sur cette ouverture vers des textes investis et des images prospectrices, que certaines bandes dessinées ont su rendre visibles en pointant leur nature hybride, à la croisée des chemins.

35Ces librairies pourront apparaître paradoxales en ce que leur hyperspécialité les pousse vers une offre plus ouverte, pour ne pas dire plus générale. Pourtant, elles poursuivent cette tradition de la communauté des « mauvais genres » déjà présente cinquante ans plus tôt dans la création du Kiosque, avec cette différence que les « mauvais genres » d’aujourd’hui seraient moins liés à des thématiques (science-fiction, policier, fantastique) désormais dominantes dans l’imaginaire collectif, qu’à des mouvements marginalisés protéiformes de nature esthétique, artistique, voire politique.

Des librairies au fil des pages

36Cette ébauche d’une histoire des librairies spécialisées s’est faite pour partie à travers leurs traces (publicités, par exemple) laissées dans différentes revues, fanzines, magazines publiés ces cinquante dernières années, ou dans le souvenir laissé de leur investissement comme distributeur, éditeur ou organisateur d’événements. Depuis une vingtaine d’années, ces librairies spécialisées en bandes dessinées se sont aussi manifestées graphiquement dans les bandes dessinées elles-mêmes.

37Ce mouvement semble avoir été initié par les auteurs alternatifs des années 1990. On trouve plusieurs fois dessinée, par exemple, la librairie Super-Héros dans les bandes dessinées autobiographiques de Lewis Trondheim ou celles de Joann Sfar. Autre exemple, à la même époque, la librairie Un regard moderne est présente de la même manière dans les fanzines de Laurent Lolmède ou de Nylso. Ce même Nylso qui sera l’un des piliers du fanzine Chez Jérôme Comix où la librairie l’Alphagraphe et son libraire sont plusieurs fois dessinés.

38Cette attention s’est même étendue à des bandes dessinées plus grand public puisque, dans le troisième volume de leur série Abymes publié en 2013, Valérie Mangin et Denis Bajram situent certaines scènes de leur histoire dans des librairies parisiennes spécialisées. La première est la librairie Album du 8, rue Dante ; la seconde est la librairie Fantasmagorie, qui a fermé en 2010 et qui se situait dans le quartier de l’Horloge, près de Beaubourg. Pour une scène de leur récit, les auteurs vont jusqu’à représenter les trois libraires de cette librairie. Le style dit « réaliste » de Bajram fait de ses cases cadrées sur les visages de véritables portraits.

39Certains auteurs qui sont ou ont été libraires racontent également des anecdotes qui font le quotidien de libraires spécialisés. C’est le cas de Tofy, libraire à la librairie Le Yéti à Cholet, qui, en 2010, a publié La Librairie de Tofy, album qui reprenait ses billets de blog en bandes dessinées publiés les années précédentes. Le scénariste Sergio Salma qui, pendant sa jeunesse dans les années 1980, a travaillé dans une librairie spécialisée à Charleroi en Belgique, signe depuis 2010 avec le dessinateur Libon un strip intitulé « Animal lecteur » publié chaque semaine dans le magazine Spirou, en première page, juste à côté de l’édito.

40Le point commun de tous ces exemples est la part d’autobiographie qui y est inscrite. Cela même dans le cas de l’album Abymes, puisque celui-ci met en scène la rencontre du couple Mangin-Bajram dans les années 1990, avec les codes de la bande dessinée franco-belge grand public. Si ces documents témoignent des possibilités et succès de la bande dessinée alternative ces dernières années, ils montrent aussi la place centrale des librairies spécialisées pour ses amateurs et ses créateurs. Le neuvième art a certes trouvé une forme de légitimité et fait l’objet d’institutions qui lui sont consacrées, mais celles-ci restent rares, voire peu accessibles. La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI) d’Angoulême, par exemple, reproduit géographiquement, pourrait-on dire, la situation longtemps périphérique et marginale de l’art qu’elle est censée promouvoir… Les librairies spécialisées constituent de ce fait un réseau mieux réparti et plus dense, compensant une visibilité qui reste partiellement acquise d’un point de vue institutionnel. L’organisation en réseau de type Canal BD ajoute à cette efficacité et permet en plus de profiter au mieux des travers des grandes surfaces culturelles qui normalisent leur offre et perdent leurs spécialistes.

41L’importance des librairies spécialisées se vérifie aussi par la présence d’anciens libraires au sein des éditeurs de bandes dessinées, que ce soit à la diffusion ou à l’édition. Une histoire qui reste, là aussi, encore à écrire.

42Au moment de terminer ce texte, on apprenait le décès du libraire Jacques Noël le samedi 1er octobre 2016. La nouvelle de sa disparition a rapidement fait le tour des réseaux sociaux, et dès le 2 octobre, le site Internet ActuaBD, le plus important par son audience consacré à la bande dessinée, faisait un portrait de celui qui animait Un regard moderne. Le lendemain, une trentaine de personnes se réunissaient en début de soirée de manière spontanée, devant la boutique rue Gît-le-Cœur, pour rendre un ultime hommage à ce libraire, en partageant quelques boissons et en accrochant sur la devanture des fleurs ou des documents de témoignages et de reconnaissance. À travers ces multiples réactions, la figure du libraire prescripteur, ainsi que son importance, s’affirme avec une rare évidence. Elle montre sa force particulière dans le cadre d’une librairie dont la spécialisation reflète un véritable engagement envers une ou des formes de création auprès d’un public d’amateurs passionnés et avertis. Cet événement rappelle à la fois ce lien fort et le fait que les librairies spécialisées émergent aussi comme moyen d’intensification de discours prescripteurs.

Illustration 1. Librairie Un regard moderne au 10 rue Gît-le-Cœur, Paris

Illustration 1. Librairie Un regard moderne au 10 rue Gît-le-Cœur, Paris

Source des trois photographies : Jean-Christophe Boudet.

Illustration 2. Librairie Album au 84 boulevard Saint-Germain, Paris

Illustration 2. Librairie Album au 84 boulevard Saint-Germain, Paris

Illustration 3. Librairie Super Héros au 175 rue Saint-Martin, Paris

Illustration 3. Librairie Super Héros au 175 rue Saint-Martin, Paris

Bibliographie

Auffray, Nicolas, Une scène dans l’ombre : L’aventure de la bande dessinée d’auteur à Rennes, Rennes, Goater, 2012.

Berthou, Benoît, Éditer la bande dessinée, Paris, Cercle de la librairie, 2016.

Cestac, Florence, La véritable histoire de Futuropolis, Paris-Barcelone-Bruxelles, Dargaud, 2007.

Groensteen, Thierry (dir.), Toute la bande dessinée 92, Paris-Barcelone-Bruxelles, Dargaud, 1993.

Guilbert, Xavier, Numérologie : Une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, Versailles, H, 2014.

Lesage, Sylvain, L’effet codex : Quand la BD gagne le livre. L’album de la bande dessinée en France de 1950 à 1990, thèse soutenue sous la direction de Mollier, Jean-Yves, Université Versailles Saint-Quentin, 23 juin 2014.

Mangin, Valérie, Bajram, Denis, Abymes. Troisième partie, Marcinelle-Paris, Dupuis, 2013 (coll. Aire libre).

Ollendorff, Michel (dir.), Le métier de libraire, 2, La production de l’assortiment, Paris, Cercle de la librairie, 2006 (coll. Le métier de).

Salma, Sergio, Le maga, Marcinelle, Dupuis, 2015.

Salma, Sergio, Libon, Animal lecteur, ça va cartonner !, Marcinelle, Dupuis, 2010.

Sfar, Joann, Harmonica, Paris, L’Association, 2002 (coll. Côtelette-Les Carnets de Joann Sfar).

Sorel, Patricia, Leblanc, Frédérique, Loisy, Jean-François (dir.), Histoire de la librairie française, Paris, Cercle de la librairie, 2008.

Tofy, La Librairie de Tofy, Cholet, Yéti, 2010.

Trondheim, Lewis, Approximativement, Paris, Cornélius, 1994.

Notes

1 À l’exception notable des articles d’Olivier Vanhée sur les librairies Album et celles spécialisées dans les mangas. Olivier Vanhée, « Les librairies Album et le réseau Canal BD – Les librairies manga », in Patricia Sorel, Frédérique Leblanc, Jean-François Loisy (dir.), Histoire de la librairie française, Paris, Cercle de la librairie, 2008, p. 624-626.

2 Les librairies spécialisées en bandes dessinées sont le troisième vecteur de ventes avec 19 % des lecteurs âgés de 15 ans et plus y ayant acheté des bandes dessinées au cours des douze derniers mois. Elles se situent derrière les librairies ou espaces culturels généralistes et les grandes surfaces, mais devant les sites Internet généralistes. Voir Benoît Berthou (dir.), La bande dessinée : Quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Bibliothèque publique d’information, 2015 (coll. Études et recherche).

3 Xavier Guilbert, Numérologie : Une analyse du marché de la bande dessinée, édition 2014, Versailles, H, 2014, p. 96-97.

4 Contre 24,9 % pour la littérature et 14,2 % pour le secteur jeunesse. Syndicat national de l’édition, Les chiffres clés de l’édition 2015, 2015. [En ligne] < https://www.sne.fr/wp-content/uploads/2014/08/chiffrescles_juin2015.pdf >.

5 Par le terme « anciens », on désigne la vente de revues anciennes et d’albums épuisés.

6 Michel Ollendorff (dir.), « De la métamorphose des marchés », in Le métier de libraire, 2, La production de l’assortiment, Paris, Cercle de la librairie, 2006, p. 179-190.

7 Jean Boullet était homosexuel et apparaît aujourd’hui à certains comme l’un des premiers promoteurs de ce que l’on dénomme aujourd’hui la « culture gay », même s’il ne semble pas l’avoir défendue dans sa librairie, à une époque où l’homosexualité était fortement réprimée.

8 Le nom « Futuropolis » emprunte celui du titre de la première bande dessinée de science-fiction française dessinée par René Pellos, publiée entre 1937 et 1938 dans la revue Junior.

9 Connue par la suite sous le nom Glénat Lafayette. Reprise par Album en 1994, elle fermera en 2006 à cause d’un problème de bail.

10 Des librairies spécialisées de tous types : anciens, mangas, comics, franco-belge et occasions. Dans ce dernier cas, il s’agit de la librairie Aaapoum bapoum, dont le gérant actuel est Stéphane Beaujean, créateur de la revue Kaboom et en charge depuis deux ans de l’organisation du Festival d’Angoulême.

11 Olivier Vanhée, « Les librairies Album et le réseau Canal BD », art. cit., p. 624.

12 Thierry Groensteen (dir.), « Menaces sur la librairie, entretien avec Yves Rasquain », in Toute la bande dessinée 92, Paris-Barcelone-Bruxelles, Dargaud, 1993, p. 86-89.

13 Gilles Ratier, 2015 : l’année de la rationalisation, janvier 2016. [En ligne] < https://www.acbd.fr/2606/rapports/2015-lannee-de-la-rationalisation/ >.

14 Formé en 1974 par Christian Chapiron, Jean-Louis Dupré et Olivia Clavel, ce collectif protéiforme qui cultivait la « subversion graphique » fut approché par Libération en 1977 pour illustrer certains articles du quotidien. Leur présence et leur ton firent rapidement polémique jusqu’au sein même de la rédaction. Cela n’empêcha pas la création du mensuel d’actualité Un regard moderne en février 1978, entièrement illustré par Bazooka et édité par Libération. Seuls six numéros paraîtront, moins par manque de lecteurs que par lassitude et crispations entre les membres du collectif.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Librairie Un regard moderne au 10 rue Gît-le-Cœur, Paris
Crédits Source des trois photographies : Jean-Christophe Boudet.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2M
Titre Illustration 2. Librairie Album au 84 boulevard Saint-Germain, Paris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Illustration 3. Librairie Super Héros au 175 rue Saint-Martin, Paris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M

Auteur

Co-fondateur en 1997 du site du9. org, libraire, conférencier et enseignant au pôle Métiers du livre, université Paris Nanterre

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search