Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 1. Penser et dire la prescription

Formes de la prescription culturelle :

Déterminisme socioéconomique, légitimité culturelle versus fréquentation

Hervé Glevarec

Texte intégral

1La prescription en matière culturelle ne fait pas partie des concepts fondamentaux de la sociologie comme le sont la « socialisation » ou la « structure ». C’est une notion sans doute considérée par trop psychologique. L’objectivité du social affirmée par Émile Durkheim n’est guère favorable à l’idée de prescription, trop proche d’un phénomène d’interaction et pas assez de ceux de la socialisation et de l’intégration. Pourtant, de la prescription la sociologie ne fait que parler, mais sous la figure en négatif de la détermination. C’est pourquoi la toute première prescription culturelle concevable est celle de la détermination socioéconomique (de la position sociale). Elle ne s’entend pas comme une prescription, mais comme une objectivité, une détermination objective.

  • 1 Jérôme Bourdon, Introduction aux médias, Paris, Montchrestien, 1997 (coll. Clefs Politique).

2Une seconde prescription comme détermination apparaît sous la forme de la légitimité culturelle. Il s’avère que la sociologie de la culture de ces dernières décennies est passée à côté de ce qui, au contraire, a profondément affecté la sociologie des médias, à savoir : la réception et son argument central, une activité du récepteur qui objecte à l’affirmation des effets forts des médias1. On verra que c’est la « légitimité culturelle » qui représente pour la culture ce que les effets sont aux médias, une affirmation sur le pouvoir coercitif des représentations, à la fois sur les goûts, les valeurs et les pratiques. La légitimité est aux pratiques culturelles ce que les effets sont aux pratiques médiatiques, une théorie de la détermination forte, sans doute moins forte que la détermination socioéconomique. À tel point que la légitimité-de-l’objet-culturel est parfois la signification même de l’objet.

  • 2 Theodor Wiesengrund Adorno, Max Horkheimer, La dialectique de la raison (1944), Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 3 Michel Foucault, L’ordre du discours : Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembr (...)
  • 4 Judith Butler, Trouble dans le genre : Pour un féminisme de la subversion (1990), Paris, La Découve (...)

3Pour autant, une sociologie de la prescription culturelle tend à se développer, suscitée par l’offre de biens culturels issue des industries culturelles et des réseaux socionumériques. Elle acquiert dorénavant une sorte d’autonomie notionnelle dont témoigne l’interrogation ici présentée. Il y aurait de l’information partagée, de la recommandation, voire de l’injonction forte. Historiquement, la prescription semble suscitée par un nouvel acteur, les industries culturelles2. Sous l’influence des travaux de Michel Foucault, la forme prescriptive est d’abord apparue comme de nature discursive3, sous la forme générale des catégories de pensée (avec lesquelles les choses et les êtres sont pensés). Avec les travaux des cultural studies, le compte rendu de la prescription sociale a étendu son bilan aux assignations identitaires4. Le genre (gender) est une forme de la prescription aux identités sexuelles qui passe massivement par les représentations.

  • 5 Antoine Hennion, « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Olivier Do (...)
  • 6 Bernard Stiegler, Ars Industrialis (dir.), Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populi (...)

4Entre la prescription première manière (déterminante) et la prescription seconde manière (influente), il y a la différence majeure qui existe entre causer et prescrire, entre l’effet de la demande et l’effet de l’offre. Causer renvoie à une explication, tandis que prescrire renvoie à une interaction. Une pratique est causée par un déterminant, tandis qu’elle est prescrite par un type de relation d’un objet à un sujet, laissant ainsi une place à l’objet, à l’offre5. Ce qui distingue la prescription de la détermination, c’est l’analyse de la demande (des choix et des préférences) à partir de l’offre. Cela étant, l’offre peut se transformer, dans la prescription seconde manière, en une causalité tout aussi forte que la détermination première manière. En effet, de déterminer à prescrire, la différence est mince. On serait alors passé de Charybde en Scylla, d’une détermination à l’autre, de l’effet de la demande à l’effet de l’offre. C’est ce qui peut se trouver sous la forme du déterminisme industriel6 qui soutient une explication de la demande à partir de l’offre.

5On examinera tout d’abord la forme prescriptive à travers la détermination socioéconomique, puis celle par la légitimité, avant d’aborder la prescription culturelle au sens contemporain et les formes qu’elle peut prendre.

La prescription comme détermination socioéconomique

  • 7 Frédéric Lebaron, Brigitte Le Roux (dir.), La méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace cu (...)

6Pour P. Bourdieu, les pratiques culturelles au sens anthropologique, c’est-à-dire dans le sens le plus large du terme et sans connotation légitimiste, sont indissociables du style de vie caractéristique de l’habitus de classe, lui-même produit de l’expérience sociale ou encore des conditions matérielles et symboliques d’existence. On s’attend donc à observer empiriquement une relation entre les différences dans la position de classe approchées par les nomenclatures existantes, et les différences dans les pratiques, dans un espace national relativement homogène.7

  • 8 L’habitus est en effet doublement défini, de façon inconciliable (Pierre Bourdieu, La distinction : (...)
  • 9 Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, op. cit., p. 191.
  • 10 Frédéric Lebaron, Brigitte Le Roux (dir.), La méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace cu (...)

7Supposer ou montrer une relation statistique, comme l’indique la citation, entre des différences de positions socioprofessionnelles et des différences de pratiques culturelles, ce n’est pas indiquer la nature de cette relation. Mais cela laisse entendre que cette relation agirait comme détermination sociale ou détermination relationnelle (selon les deux définitions aporétiques du concept d’habitus8 comme déterminé et relatif, produit simultané des conditions sociales et des positions relationnelles dans La distinction9). Les résultats sont bien en deçà d’une telle explication : « Les effets de la PCS [catégorie socioprofessionnelle], quel que soit le niveau d’agrégation, apparaissent importants sur le premier axe de l’espace culturel, axe qui oppose les pratiques légitimes intenses aux faibles pratiques »10. Que veut dire « les effets de la PCS » une fois qu’on a retranché les « effets statistiques » observés ? On se meut ici dans un discours qui n’a pas de nécessité à expliciter la signification des effets des variables sociodémographiques et peut s’en tenir à interpréter leur relation comme détermination. Cette détermination positionnelle tient-elle à un processus comme la socialisation primaire ou secondaire, ou à un processus de distinction relatif aux prises de position des autres ?

La prescription par la légitimité culturelle

  • 11 Nicolas Robette, Olivier Roueff, “An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues ab (...)

8Les travaux récents sur l’éclectisme culturel des individus permettent de caractériser une seconde version déterministe de la prescription. Deux exemples illustreront la forme prescriptive que prend la légitimité quand elle est posée comme la vérité et le sens des biens et des pratiques culturelles. « Après avoir choisi un indicateur de goût puis construit une échelle de légitimité, encore faut-il mesurer le pluralisme », écrivent Olivier Roueff et Nicolas Robette11.

  • 12 Bernard Lahire, « Catégorisations et logiques individuelles : les obstacles à une sociologie des va (...)
  • 13 Bernard Lahire, « Catégorisations et logiques individuelles : les obstacles à une sociologie des va (...)

9Comme l’indique la citation, un rapport est établi entre une échelle de légitimité des genres musicaux et la mesure du pluralisme des goûts des individus. Or, mesurer l’éclectisme et mesurer la légitimité sont deux choses différentes. En effet, le pluralisme (ou l’omnivorisme) concerne les goûts et les pratiques, leur nombre ou leur intensité ; il ne concerne pas l’éventuelle légitimité des goûts ou des pratiques. Écouter ou préférer un ou plusieurs genres musicaux ne concerne pas le degré de légitimité de ces genres. Établir une échelle de légitimité et mesurer un éclectisme n’ont pas de rapport, sauf à vouloir mesurer ce qu’on appellera des associations de légitimité-illégitimité des genres à la manière dont procède Bernard Lahire12. En effet, qualifier des « profils consonants » et « dissonants » à partir de la valeur de légitimité des genres culturels, comme le fait aussi cet auteur, ce n’est pas les qualifier à partir de la diversité des genres culturels (musique classique, rock, romans policiers etc.) considérés dans leur identité culturelle propre. Le critère a priori de construction est explicite : « On cherche à reconstruire des profils culturels plus ou moins bigarrés, plus ou moins homogènes du point de vue de la légitimité culturelle »13.

  • 14 Hervé Glevarec, « Guérir de la légitimité culturelle : élitisme, conservatisme et surinterprétation (...)

10Or, là encore, un profil culturel n’est pas la même chose qu’un profil selon la légitimité culturelle. L’assimilation de la valeur et du contenu du genre aboutit à définir le genre comme genre légitimité. Cela revient à identifier de façon a priori valeur et contenu, valeur et catégorie. Une telle conception du genre culturel comme un degré de légitimité appelle la fabrication du néologisme de « genrimité »14.

  • 15 Nicolas Robette, Olivier Roueff, “An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues ab (...)
  • 16 L’établissement statistique de la légitimité musicale à partir de l’analyse multivariée, à savoir d (...)
  • 17 Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, op. cit., p. 191.

11Aussi, pour une théorie de la légitimité des genres, l’éclectisme est-il – de façon sociologiquement nécessaire – un mythe puisqu’il est inenvisageable qu’il n’y ait pas d’échelle de légitimité et que cette échelle ne soit pas univoque. C’est pourquoi, pour la « genrimité », un éclectisme véritable ne peut tout simplement pas exister en tant que tel puisque des préférences diverses non hiérarchisées selon la légitimité ne sont pas envisageables. « L’omnivorisme apparaît ainsi comme un phénomène au mieux secondaire, au pire marginal »15, concluent logiquement Nicolas Robette et Olivier Roueff16. Il est possible de représenter cette conception sous la forme même de la hiérarchie avancée par Pierre Bourdieu17 dans les années 1970 (schéma 1). L’éclectisme n’est que l’illusion de préférences qui demeurent hiérarchisées selon la légitimité. Pour la théorie du « genrimité », les éclectismes ne sont pas consistants et véritables, seulement une apparence qui dissimule la vérité sociologique d’une hiérarchie des genres les uns par rapport aux autres (les ellipses en pointillé à cheval sur plusieurs genres). Le second schéma horizontal représente les genres non plus de façon hiérarchisée, mais comme unités propres, supports d’un véritable éclectisme (que schématisent les ellipses aux traits pleins dans le second schéma).

Schéma 1. Faux éclectisme versus éclectisme culturel (véritable)

Schéma 1. Faux éclectisme versus éclectisme culturel (véritable)

Source : Hervé Glevarec.

  • 18 Pierre Bourdieu, « Différences et distinctions », in Éric Darras (dir.), Le partage des bénéfices, (...)

12Ainsi, pour la conception a priori de type « genrimité », les catégories supérieures ne peuvent avoir des goûts illégitimes qui obligeraient à revoir la valeur de ces goûts eux-mêmes : ou bien elles n’ont pas véritablement ces goûts et ces pratiques faiblement valorisés ou bien elles pratiquent ou goûtent ces biens avec des « manières », selon la thèse introduite par Pierre Bourdieu18. Ou, autre possibilité, il y a disjonction entre ce que font les catégories supérieures et la légitimité culturelle qui ne leur correspond plus. Soit les sociologues construisent l’éclectisme comme une nouvelle distinction, soit ils infirment son existence. Dans aucun cas il ne s’agit d’éclectisme culturel véritable.

  • 19 Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 (c (...)

13La prescription par la légitimité désigne une approche des goûts tout aussi bien que des représentations comme des effets de la légitimité. La légitimité culturelle est un concept d’effet, mais à la différence du concept d’effet en sociologie des médias, elle n’a pas subi de critique par la réception. Si les sociologues ont opposé la réception, à savoir l’observation et les usages diversifiés, à la théorie des effets, ils ne l’ont guère opposée à la légitimité, à l’exception peut-être de Claude Grignon19.

14Le passage de la détermination socioéconomique ou de la détermination par la légitimité à la prescription correspond au passage d’une détermination endogène à une détermination exogène, de la demande déterminante à l’offre déterminante. Elle trouve sa cause dans une évolution historique majeure, la place prise par le champ de l’offre au lieu de la demande, par la fréquentation et l’expérience au lieu de la socialisation primaire et secondaire (familiale et scolaire). L’évolution de la conceptualisation du « champ de grande production » par Bourdieu peut être lue comme une manifestation de cette évolution de la place des industries culturelles ou, à tout le moins, comme une incertitude quant à leur place.

L’évolution historique des industries culturelles

  • 20 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’année sociologique, 1971, vol. 22, 1, p. 49 (...)
  • 21 Ibid., p. 114.
  • 22 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 89 (...)
  • 23 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992 (coll. Libre examen), p. 178.

15L’évolution de la schématisation du « champ de grande production » représentée en 1971 chez Bourdieu20 témoigne du statut de ce qu’on appellera les industries culturelles, qui correspondent dans son modèle au « champ de grande production ». En 1971, le modèle descriptif, analytique et normatif du « marché des biens symboliques » proposé par Bourdieu représente deux champs : un « champ de production restreinte » et un « champ de grande production » et, en face, deux publics de consommateurs (ou lecteurs, spectateurs…), les producteurs eux-mêmes, public spécialisé, et le « grand public ». Dans l’un devrait régner idéalement et règne en partie réellement l’autonomie, dans l’autre, l’hétéronomie (quand la loi de fonctionnement est fixée de l’extérieur, par la demande, par exemple). L’un vise la clôture sur soi, l’autre est un champ, par nécessité et par définition, fonctionnellement articulé à ses publics. À cela s’ajoute un troisième espace, l’école, « instance de reproduction » qui, avec décalage temporel, est censé avaliser les produits du champ de production restreinte. Dans le modèle de 1971, le champ de « grande production » est en position dominée par rapport au champ de « production restreinte »21. Il est en dessous. En 1992, dans Les règles de l’art, Pierre Bourdieu propose un second modèle22 (élaboré en 1982) qui vise à poser les « fondements d’une méthode d’analyse des œuvres culturelles, et plus particulièrement des œuvres littéraires », et à décrire aussi la littérature de la fin du xixe siècle. Ce modèle du « champ de production culturelle » met côte à côte les deux espaces au sein d’un champ « du pouvoir »23.

  • 24 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », art. cit.

Schéma 2. Champ de grande production et de production restreint24

Schéma 2. Champ de grande production et de production restreint24

Source : Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques »,
L’année sociologique, 1971, 22, 1, p. 114.

  • 25 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit.

Schéma 3. Champ de production culturelle versus champ du pouvoir (fin xixe siècle)25

Schéma 3. Champ de production culturelle versus champ du pouvoir (fin xixe siècle)25

Source : Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire,
Paris, © Éditions du Seuil, 1992, 2015 (coll. Points Essais), p. 178

16D’une élaboration l’autre, d’une période l’autre, le champ de « grande production » (i. e. les industries culturelles) passe d’un rapport de verticalité (un champ sur l’autre) à un rapport d’horizontalité avec le « champ de production restreinte ». Le modèle le plus récent, horizontal, permet de saisir ce qu’il en est de la place prise par les industries culturelles comme nouvelle instance de consécration et d’une relation de prescription plutôt que de soumission.

Modèle de la socialisation et modèle de la fréquentation

17La prescription culturelle se caractérise par le déplacement de l’analyse vers l’offre elle-même. Ce faisant, elle s’éloigne des processus de détermination issus de la socialisation. Pour autant, le terme « prescription » conserve une signification d’effet. Que veut-on dire en parlant de prescription culturelle ? Veut-on simplement dire qu’il existe telle ou telle incitation culturelle à lire, écouter, aimer telle ou telle œuvre, ou soutenir une version forte où la demande, soit les discours et les pratiques des individus, s’explique, pour partie ou entièrement, à partir de l’offre et des discours qui l’accompagnent ? Dans la seconde acception, on peut, à titre d’exemple, soutenir que les goûts musicaux des adolescents sont le résultat de l’offre radiophonique, à la fois l’effet de ce qui est diffusé (limitation par l’offre) et de ce qui est mis en valeur par ce média (valorisation). Entendue ainsi, la prescription ajoute aux déterminations socioéconomiques et à la légitimité sa force de limitation des possibles.

  • 26 Dominique Pasquier, Valérie Beaudouin, Tomas Legon, « Moi, je lui donne 5/5 » : Paradoxes de la cri (...)

[Notre enquête] montre surtout que l’univers des possibles d’une programmation de cinéma est déjà largement amputé par tout ce qui a précédé, à long terme (intériorisation de dispositions, développement de croyances, de pratiques, de rapports au cinéma) et à court terme (recommandation sur des films précis, volume de diffusion médiatique etc.).26

18On est en droit de se demander pourquoi, dans l’extrait ci-dessus, l’univers des choix culturels, ici cinématographiques, est décrit comme une amputation, comme si la liste de facteurs internes et externes était une liste de déterminations d’un sujet ignorant ou esclave de ses dispositions, de ses croyances et de ses habitudes, liste qu’il faudrait opposer à une idée d’un sujet du hasard ou du choix raisonné.

19Il convient de proposer une autre figure de la prescription qui saisisse la pratique non comme le produit de dispositions du côté de l’individu et de restriction a priori du côté de l’offre, mais comme le résultat d’une expérience acquise, réflexive, de nature historique et culturelle. Le premier des faits culturels à relever n’est pas tant que les individus ont des goûts, par exemple pour la musique rock, qui portent sur des œuvres différentes au sein de ce genre rock en fonction de leur origine et de leur appartenance sociale, des préférences qu’ils héritent de leur milieu ou qui les positionnent socialement les uns par rapport aux autres. Il tient à ce qu’ils ont du goût pour le rock alors que, plus jeunes, ils n’en avaient pas ou pour un autre genre musical, alors que leurs parents n’en avaient pas pour ce genre et alors que leurs semblables dans la hiérarchie sociale un demi-siècle auparavant, sans remonter plus loin, n’en avaient pas non plus.

  • 27 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences (...)
  • 28 Dominique Pasquier, Cultures lycéennes : La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

20Quant à la prescription par cadrage et limitation de l’offre27 ou par la rareté (voir Hamlet à Grenoble parce qu’un théâtre de Grenoble a programmé cette pièce et/ou vous a donné des raisons d’y aller), on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’une prescription en un sens très particulier, celle qui reviendrait à dire que la langue maternelle qu’un individu parle est une langue prescrite. La prescription par contrainte, par exemple des groupes et relations pertinentes pour les individus (proches, amis, relations professionnelles28), est aussi une certaine sorte de prescription, par contrainte (une « tyrannie ») et accompagnée de sanctions symboliques.

  • 29 Antoine Hennion, Sophie Maisonneuve, Émilie Gomart, Figures de l’amateur : Formes, objets, pratique (...)
  • 30 Hervé Glevarec, Libre antenne : La réception de la radio par les adolescents, Paris, Armand Colin/I (...)

21La sociologie dite pragmatique a mis en avant la dimension de processus, de réflexivité de la formation du goût29. Elle a montré que l’amateur lui-même est source de prescription par son goût qui joue comme guide des choix. Cette sorte de prescription par délégation est assez courante dans le rapport à la radio30. Voici ce que dit de son écoute de la radio une auditrice de NRJ :

C’est vrai que moi, je me contente vraiment de NRJ, donc je ne sais même pas forcément ce qui existe ailleurs, ce qui existe d’autre. Après bon, c’est vrai que c’est un ensemble. Bon, leurs chansons c’est toujours un peu dans le même registre, qui me plaît, donc je ne saurais pas dire : « Il me manque telle ou telle chanson. » Moi le style musical qui passe me convient, donc du coup je ne cherche pas plus (Séverine, 34 ans, agent spécialisé dans l’éducation, Haute-Savoie, mai 2014).

22Un sujet de goût n’est amputé que par rapport à une figure absolue du sujet qui n’a historiquement guère de sens. C’est pourquoi, si l’opinion de quelqu’un sur un bien culturel est souvent a priori, l’avis qu’il en a est a posteriori. Un avis suppose la délibération, il est le fruit d’une réflexion et d’une expérience. La prescription est de nature historique, elle est la marque de la conjoncture historique et culturelle des goûts, ce qui la distingue de la marque sociale. Elle requiert d’examiner comment ces goûts s’acquièrent à partir d’une hypothèse qui ne peut être automatiquement celle de la socialisation, qui suppose a minima un processus long et éprouvé, mais doit être une hypothèse de fréquentation. Le schéma 4 vise à représenter les deux modèles de la socialisation-détermination et de la fréquentation-prescription. Il revient à défendre l’idée que l’acquisition des goûts par fréquentation des œuvres culturelles et des discours qui les accompagnent n’est pas un processus de socialisation. En effet, si la socialisation veut continuer à conserver un sens en sociologie générale et en sociologie de la culture, elle ne peut se dilater au point de désigner tous les processus d’acquisition, en l’occurrence ceux qui ne requièrent ni agent de socialisation dédié, ni processus long, durable et incorporé. C’est faire perdre au concept de socialisation sa pertinence sociologique.

23Il est donc possible d’entendre la prescription comme la somme des effets de l’offre, inévitablement effets s’il s’agit bien de prescription, mais des effets toujours médiés, d’une part par une activité de l’amateur, d’autre part par des discours, notamment de valorisation ou de dévalorisation des biens culturels (classement, association à d’autres biens). Ainsi convient-il de restituer la dimension expérientielle et temporelle de la constitution du goût et conceptualiser la fréquentation comme effet de l’histoire culturelle des goûts au cours d’une existence.

Schéma 4. Socialisation-détermination versus fréquentation-prescription

Schéma 4. Socialisation-détermination versus fréquentation-prescription

Source : Hervé Glevarec.

Bibliographie

Adorno, Theodor Wiesengrund, Horkheimer, Max, La dialectique de la raison (1944), Paris, Gallimard, 1974 (coll. Tel).

Bourdieu, Pierre, « Différences et distinctions », in Darras (dir.), Le partage des bénéfices, expansions et inégalités en France, Paris, Éditions de Minuit, 1966, p. 117-129.

— « Le marché des biens symboliques », L’année sociologique, 1971, vol. 22, 1, p. 49-126.

— La distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

— « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 89, 1, p. 3-46.

 Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992 (coll. Libre examen).

Bourdon, Jérôme, Introduction aux médias, Paris, Montchrestien, 1997 (coll. Clefs Politique).

Butler, Judith, Trouble dans le genre : Pour un féminisme de la subversion (1990), Paris, La Découverte, 2005.

Deleuze, Gilles, « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », in Collectif, Michel Foucault, philosophe, Paris, Le Seuil, 1989 (coll. Des Travaux), p. 185-195.

Foucault, Michel, L’ordre du discours : Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971.

Glevarec, Hervé, Libre antenne : La réception de la radio par les adolescents, Paris, Armand Colin/INA, 2005 (coll. Médiacultures).

— « Guérir de la légitimité culturelle : élitisme, conservatisme et surinterprétation en sociologie de la musique et de la culture », in Philippe Le Guern (dir.), En quête de musique : Questions de méthode à l’ère de la numérimorphose, Paris, Hermann, p. 307-328.

Grignon, Claude, Passeron, Jean-Claude, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 (coll. Hautes études).

Hennion, Antoine, « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donnat, Olivier, Tolila, Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture : Politiques publiques et équipements culturels, vol. II, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 287-304.

— « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, 2004, no 85, 3, p. 9-24.

Hennion, Antoine, Maisonneuve, Sophie, Gomart, Émilie, Figures de l’amateur : Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, La Documentation française, 2000 (coll. Questions de culture).

Karpik, Lucien, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences humaines).

Lahire, Bernard, « Catégorisations et logiques individuelles : les obstacles à une sociologie des variations intra-individuelles », Cahiers internationaux de sociologie, 2001, no 110, 1, p. 59-81.

— La culture des individus : Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004 (coll. Textes à l’appui).

Lebaron, Frédéric, Le Roux, Brigitte (dir.), La méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod, 2015.

Pasquier, Dominique, Cultures lycéennes : La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

Pasquier, Dominique, Beaudouin, Valérie, Legon, Tomas, « Moi, je lui donne 5/5 » : Paradoxes de la critique amateur en ligne, Paris, Presses des mines, 2014.

Robette, Nicolas, Roueff, Olivier, “An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues about the quantification of cultural omnivorism”, Poetics, 2014, no 47, p. 23-40.

Stiegler, Bernard, Ars Industrialis (dir.), Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populisme industriel, Paris, Flammarion, 2006.

Notes

1 Jérôme Bourdon, Introduction aux médias, Paris, Montchrestien, 1997 (coll. Clefs Politique).

2 Theodor Wiesengrund Adorno, Max Horkheimer, La dialectique de la raison (1944), Paris, Gallimard, 1974 (coll. Tel).

3 Michel Foucault, L’ordre du discours : Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971 ; Gilles Deleuze, « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », in Collectif, Michel Foucault, philosophe, Paris, Le Seuil, 1989 (coll. Des Travaux), p. 185-195.

4 Judith Butler, Trouble dans le genre : Pour un féminisme de la subversion (1990), Paris, La Découverte, 2005.

5 Antoine Hennion, « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Olivier Donnat, Paul Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture : Politiques publiques et équipements culturels, vol. II, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 287-304 ; Antoine Hennion, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, 2004, no 85, 3, p. 9-24.

6 Bernard Stiegler, Ars Industrialis (dir.), Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populisme industriel, Paris, Flammarion, 2006.

7 Frédéric Lebaron, Brigitte Le Roux (dir.), La méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod, 2005.

8 L’habitus est en effet doublement défini, de façon inconciliable (Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 191) : 1. par les contraintes du capital (du volume et de la structure des capitaux possédés par un individu, i.e. les « conditions d’existence ») ; et 2. par la logique de la distinction (« les signes distinctifs » produits du classement). L’habitus est à la fois déterminé par les conditions d’existence et par les relations aux autres styles de vie, il est matériel et relationnel, réel et imaginaire, matériellement et historiquement déterminé. Bref, il est à la fois déterminé et relatif. Mise à plat, une telle double détermination peut apparaître contradictoire puisqu’il n’est pas possible que l’habitus soit à la fois matériellement – objectivement – déterminé (par des conditions d’existence et des volumes de capitaux) et relationnellement – historiquement – déterminé (par un système de luttes symboliques et de classement toujours en marche). En effet, une chose ne peut être à la fois déterminée et relative. On peut le formuler autrement : les capitaux sont à la fois objectifs et relatifs, une matérialité et une relation. Or, ce n’est logiquement et sociologiquement pas possible. Quant à la solution d’une délimitation du champ des possibles par les capitaux économiques et culturels, elle n’est déjà plus une détermination positionnelle.

9 Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, op. cit., p. 191.

10 Frédéric Lebaron, Brigitte Le Roux (dir.), La méthodologie de Pierre Bourdieu en action : Espace culturel, espace social et analyse des données, op. cit., p. 129.

11 Nicolas Robette, Olivier Roueff, “An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues about the quantification of cultural omnivorism”, Poetics, 2014, no 47, p. 34.

12 Bernard Lahire, « Catégorisations et logiques individuelles : les obstacles à une sociologie des variations intra-individuelles », Cahiers internationaux de sociologie, 2001, no 110, 1, p. 65 ; Bernard Lahire, La culture des individus : Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004 (coll. Textes à l’appui).

13 Bernard Lahire, « Catégorisations et logiques individuelles : les obstacles à une sociologie des variations intra-individuelles », art. cit., p. 65.

14 Hervé Glevarec, « Guérir de la légitimité culturelle : élitisme, conservatisme et surinterprétation en sociologie de la musique et de la culture », in Philippe Le Guern (dir.), En quête de musique : Questions de méthode à l’ère de la numérimorphose, Paris, Hermann, 2017, p. 307-328.

15 Nicolas Robette, Olivier Roueff, “An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues about the quantification of cultural omnivorism”, Poetics, 2014, no 47, p. 37.

16 L’établissement statistique de la légitimité musicale à partir de l’analyse multivariée, à savoir de la proximité des préférences et des positions sociales sur un axe factoriel, ne correspond pas à son établissement par Pierre Bourdieu dans les années 1970, pour le domaine musical, à partir du mode de la distribution sociale des taux des catégories socioprofessionnelles [Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, op. cit., p. 13]. L’exemple de l’analyse discriminante appliquée au genre musical est cocasse, qui positionne la musique metal au même niveau que l’opéra sur rien moins que l’échelle de la profession du père et du niveau de diplôme, ce qui mérite une révision soit de la légitimité soit de la méthode statistique [Nicolas Robette, Olivier Roueff, ibid., p. 30]. L’usage des méthodes factorielles qui exploitent les variables sélectionnées a priori de l’appartenance socioprofessionnelle et du niveau de diplôme, à l’exclusion d’autres, comme l’âge par exemple, scotomise littéralement toute autre appréhension de la structuration des goûts musicaux et suppose de façon a priori qu’il existe un « axe de la distinction ».

17 Pierre Bourdieu, La distinction : Critique sociale du jugement, op. cit., p. 191.

18 Pierre Bourdieu, « Différences et distinctions », in Éric Darras (dir.), Le partage des bénéfices, expansions et inégalités en France, Paris, Éditions de Minuit, 1966, p. 125 : « Mais les régularités objectives risquent encore de dissimuler que les mêmes biens peuvent faire l’objet d’actes de consommation qualitativement différents qui font toute la différence lorsque le principe de différenciation se situe, comme il tend à le faire toujours davantage à mesure que les différences les plus grossières s’abolissent ou se réduisent, sur le terrain de la qualité et, par-là, dépendent en définitive de la manière de consommer ».

19 Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 (coll. Hautes études).

20 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’année sociologique, 1971, vol. 22, 1, p. 49-126.

21 Ibid., p. 114.

22 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 89, 1, p. 3-46.

23 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992 (coll. Libre examen), p. 178.

24 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », art. cit.

25 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit.

26 Dominique Pasquier, Valérie Beaudouin, Tomas Legon, « Moi, je lui donne 5/5 » : Paradoxes de la critique amateur en ligne, Paris, Presses des mines, 2014, p. 105.

27 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences humaines).

28 Dominique Pasquier, Cultures lycéennes : La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

29 Antoine Hennion, Sophie Maisonneuve, Émilie Gomart, Figures de l’amateur : Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, La Documentation française, 2000 (coll. Questions de culture).

30 Hervé Glevarec, Libre antenne : La réception de la radio par les adolescents, Paris, Armand Colin/INA, 2005 (coll. Médiacultures) ; Hervé Glevarec, « Guérir de la légitimité culturelle : élitisme, conservatisme et surinterprétation en sociologie de la musique et de la culture », art. cit.

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Faux éclectisme versus éclectisme culturel (véritable)
Crédits Source : Hervé Glevarec.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Schéma 2. Champ de grande production et de production restreint24
Crédits Source : Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques »,L’année sociologique, 1971, 22, 1, p. 114.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Schéma 3. Champ de production culturelle versus champ du pouvoir (fin xixe siècle)25
Crédits Source : Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire,Paris, © Éditions du Seuil, 1992, 2015 (coll. Points Essais), p. 178
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Schéma 4. Socialisation-détermination versus fréquentation-prescription
Crédits Source : Hervé Glevarec.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/9319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search