Version classiqueVersion mobile

Prescription culturelle

 | 
Brigitte Chapelain
, 
Sylvie Ducas

Chapitre 2. Prescrire des imprimés

La vogue du roman de chevalerie médiéval dans les imprimés renaissants :

Critique et prescription

Gaëlle Burg

Texte intégral

  • 1 Nous entendons par là des matières littéraires distinctes (d’après les classifications génériques m (...)
  • 2 Voir l’article de Nicole Cazauran, « Les romans de chevalerie en France : entre exemple et récréati (...)
  • 3 Au sens de communauté d’hommes qui partagent une unité politique, historique, linguistique, culture (...)

1À la naissance de l’imprimerie en France, la littérature chevaleresque médiévale1 s’offre une seconde jeunesse par le biais d’un art nouveau par le support, la fabrication et la consommation. Une centaine d’œuvres sont remaniées et mises à jour pour l’impression et plusieurs milliers de volumes sont imprimés et vendus avant 1600. Le roman de chevalerie renaissant n’est pas en reste et profite aussi de cette vogue ; en témoignent, par exemple, les nombreuses éditions des livres d’Amadis. Ces textes de divertissement sont mis à la disposition d’un public aristocratique et bourgeois dès les années 1480-1490 et connaissent un grand succès dans la première moitié du xvie siècle. Puis le nombre de leurs éditions décline progressivement jusqu’à la fin du siècle où ils intéressent encore quelques éditeurs pour des imprimés bon marché et au lectorat moins restrictif. Dans ces remaniements renaissants, la transmission des valeurs courtoises et chevaleresques oscille entre rupture et continuité. On assiste, d’une part, à la création d’un nouveau genre, le roman de chevalerie, et d’autre part, à une tendance inverse, l’archaïsation et l’esthétisation des valeurs chevaleresques qui ne survivent finalement que sous forme de topoï. Cette hésitation s’illustre également à travers la réception critique2 de cette littérature, entre détracteurs et prescripteurs contemporains, humanistes particulièrement critiques et théoriciens de la langue et de la littérature qui lui reconnaissent une valeur patrimoniale « nationale »3. Parallèlement s’opère aussi une prescription commerciale mise en place par l’éditeur lui-même dans ses prologues ou ceux de ses remanieurs.

Discours critique renaissant

  • 4 Michel de Montaigne, Les Essais, Jean Balsamo, Michel Magnien, Catherine Magnien-Simonin (éd.), Par (...)
  • 5 « L’enfance » est à considérer au sens large puisqu’à la Renaissance, elle concerne aussi les jeune (...)

2Dès le Moyen Âge, les différentes matières littéraires, qu’on pourrait rassembler sous le terme générique et anachronique de « romans de chevalerie », sont dénoncées par les moralistes pour leur vanité et leur caractère mensonger. Cependant, on le sait, le nombre de manuscrits conservés, copiés et recopiés jusque tardivement autour de la littérature chevaleresque témoigne de sa vitalité et de son succès auprès des lecteurs, bien qu’elle soit encore réservée à l’élite aristocratique. À la Renaissance, ce succès ne faiblit pas et la vogue éditoriale qu’on connaît, surtout dans la première moitié du xvie siècle, résulte de ce nouveau médium qui permet transmission et circulation des textes vers un public plus large et sur un support devenu durable et accessible. Les inventaires des bibliothèques, l’obstination des imprimeurs-libraires dans leurs choix éditoriaux autour de cette littérature maintes fois réimprimée, et les références prescriptives autant que critiques dans des textes contemporains, montrent que les lecteurs étaient nombreux. Mais la mauvaise réputation de ces romans se maintient et se renforce tout au long du xvie siècle, ils peinent à être compris et remis dans leur contexte. Ils s’opposent au renouveau des lettres, à une époque où se développe l’humanisme et où le Moyen Âge est rattaché aux « ténèbres gothiques ». Cette vogue littéraire est également prise à partie dans les premières réflexions théoriques sur le roman, qui concernent surtout les Amadis et le Roland furieux, des traductions en français de romans de chevalerie renaissants venus d’Espagne et d’Italie. De manière générale, on passe de la suspicion à la dénonciation ouverte, pour finir, à l’aube du xviie siècle, avec le Don Quichotte de Cervantès, à la parodie du genre, qui ne séduit plus qu’à travers ce registre. Ainsi, Montaigne accuse les « vieux romans » de vanité et d’inutilité lorsqu’il les compare à son livre d’enfant favori : « Car des Lancelot du Lac, des Amadis, des huons de Bordeaus, et tel fatras de livres a quoy l’enfance s’amuse, je n’en connoissois pas seulement le nom, ny ne fais encore le corps, tant exacte estoit ma discipline »4. Les romans de chevalerie médiévaux sont associés à un ramassis hétéroclite, un « fatras », terme dont le sens figuré porte également une connotation de frivolité. Leur lecture devient une activité puérile5 et vaine, qui n’intéresserait plus les hommes instruits et lettrés. Dans le contexte des premières réflexions théoriques sur le roman, certains humanistes condamnent vivement les « vieux romans », principalement pour leur caractère mensonger. C’est le cas de Jacques Amyot dans le « Proesme du translateur » de son Histoire Aethiopique de Heliodore :

  • 6 Jacques Amyot, L’histoire aethiopique de Heliodorus, contenant dix livres, traitant des loyales et (...)

Et au contraire la plus grande partie des livres de ceste sorte, qui ont anciennement esté escrits en nostre langue, oultre ce qu’il n’y a nulle erudition, nulle cognoissance de l’antiquité, ne chose aucune (à brief parler) dont on peust tirer quelque utilité, encore sont ils le plus souvent si mal cousus et si esloignes de toute vraysemblable apparence, qu’il semble que ce soyent plus tost songes de quelque malade resvant en fievre chaude, qu’inventions d’aucun homme d’esprit, et de jugement.6

3Ces romans ne sont plus capables de divertir tant ils sont « mal cousus » et ne contiennent aucun raffinement, ce qui les oppose naturellement à une littérature humaniste, didactique et sérieuse. De manière générale, les romans de chevalerie sont condamnés par les lettrés pour leur vanité, leur archaïsme, leur caractéristique mensongère et leur moralité douteuse. Mais les attaques les plus virulentes apparaissent chez les moralistes, dans des traités pédagogiques ou parénétiques qui tentent de censurer la littérature chevaleresque et plus généralement la littérature de fiction, pour mensonge et propagation des vices. En 1532, dans L’Esperon de Discipline, Antoine Du Saix tente de rétablir dans le droit chemin les lectures des jeunes gens :

J’estimerois que ignorants n’eussent loy

Que d’imprimer le Compte Meleusine, […]

Jehan de Paris, Godefroy de Billon,

Artus le preux, ou Fierebras le quin,

Tous les Vaillans, & Bertrand du Clecquin,

La Maguelonne & Pierre de Provence,

Le Pérégrin pour fraische souvenance,

Ou Scelestine, ou le Perceforest,

Roland, Maugis, Dardaine la forest, […]

Ce sont traitez qu’on ne doibt estimer

Sçavantz ou non les peuvent imprimer.

Mais à cella qui concerne la Loy

  • 7 Antoine Du Saix, L’esperon de discipline pour inciter les humains aux bonnes lettres, stimuler à do (...)

Mettre on n’y doibt que gens de bon alloy.7

4On le voit, les romans de chevalerie médiévaux ne font pas partie des lectures moralement recommandables, des « bonnes lettres » vers lesquelles l’auteur, dès son titre, promet de guider le lecteur (L’esperon de discipline pour inciter les humains aux bonnes lettres, stimuler a doctrine, aimer a science, inviter a touttes bonnes œuvres vertueuses et moralles […]). Il condamne aussi ceux qui les impriment, dont il critique l’ignorance. De même en 1542 dans le Livre de l’institution de la femme chrestienne (d’après le De institutione foeminae christianae de Juan Louis Vives publié en 1524 et révisé en 1538), Pierre de Changy écrit :

  • 8 Luis Juan Vives, Livre de l’Institution de la femme chrestienne, tant en son enfance que mariage et (...)

Aussi chascun en particulier ne doit souffrir en son hostel non seulement livres inutiles, mais aussi pleins de lasciveté & pestiferes, attirans a vice, comme Lancelot du Lac, le Romant de la Rose, Tristan, Fierabras, Merlin, Florimond, Paris & Vienne, Pierre de Provence & Maguelonne, Melusine, les Facecies de Poge infestissîmes, & plusieurs autres translatez par gens oyseux, pleins de immundicitez, adonnez a vices & lubricité. Quelle delectation ou fruist peult estre en telles folles & apertes mensonges ? L’ung en tue dix, l’autre trente ; l’autre reçoît cent playes, puis retourne a la bataille. L’ung arrete toute une armée, l’autre fend un homme d’armes jusques aux dentz.8

5Dans un passage précédent l’extrait, l’interdiction des « chansons fétides & libidineuses » introduit la référence à la littérature chevaleresque, qui est clairement proscrite des maisons et des lectures des jeunes filles et des femmes. On retrouve la futilité déjà reprochée aux « vieux romans », mais aussi leur lubricité et leur caractère mensonger, exprimé à travers une description de combat chevaleresque typique du genre épique, bien que l’auteur leur reconnaisse tout de même la qualité de distraire ou de rendre « joyeux ». En somme, c’est toute une pléiade de vices qui leur sont reprochés, sans que leurs auteurs, remanieurs et imprimeurs, soient épargnés. Les deux condamnations principales des censeurs depuis le Moyen Âge sont donc l’obscénité, qui invite au vice et au péché, et la fausseté, qui trouve une résonance chez certains humanistes. En effet, cette critique s’inscrit dans une tradition platonicienne de méfiance à l’égard de la fiction mythologique et de la poésie comme art de l’imitation et donc du mensonge.

Prescription au sein des réflexions théoriques et de la patrimonialisation

  • 9 Ce patrimoine littéraire, couplé à la reconnaissance d’une langue, le français, participe aussi d’u (...)
  • 10 Notamment les traités sur les Romanzi de Giraldi Cinzio et de Giovan Battista Pigna publiés en 1554
  • 11 Notons que le terme de « roman » désigne au xvie siècle ce que nous appelons « roman de chevalerie  (...)
  • 12 Cependant, leur support d’analyse est protéiforme et ces romans ne s’organisent pas en entreprise c (...)
  • 13 Voir l’article de Pascale Mounier, « La situation théorique du roman en France et en Italie à la Re (...)

6Devant cette mauvaise réputation cultivée tout au long du xvie siècle, les éditeurs et leurs auteurs ou remanieurs n’auront d’autre choix que de blanchir les « vieux romans » dans leurs prologues éditoriaux, comme nous le verrons. Mais la réception critique renaissante des romans de chevalerie médiévaux compte aussi des partisans et trouve une place honorable dans les premières réflexions théoriques sur le roman, à travers la prise de conscience d’un patrimoine littéraire et linguistique « national »9. Les origines de ces premiers questionnements en France rappellent indéniablement les querelles sur l’Orlando Furioso de l’Arioste en Italie. Mais ces réflexions italiennes, qui ont donné lieu à des traités théoriques10, concernaient le genre du poème épique (dont l’Orlando propose une nouvelle forme à la Renaissance), par rapport au genre codifié de l’épopée antique. En France, face aux nombreux détracteurs qui condamnent la littérature de fiction et devant le grand succès des Amadis, les traducteurs, auteurs, éditeurs et poéticiens se questionnent sur les fonctions et la légitimité des romans11 pour lesquels il n’existe pas de théorie poétique12. C’est pourquoi les lettrés français vont adapter les théories antiques du récit fictionnel au roman (médiéval et contemporain13).

  • 14 Ce prologue est dédié à Charles II d’Orléans, fils de François Ier : « […] pour vous donner quelque (...)
  • 15 Le chevalier des « vieux romans » va alors progressivement se démoder et contribuer en partie à la (...)

7Rappelons que l’Amadis, roman espagnol écrit et publié en 1508 par Montalvo, est traduit en français à partir de 1540 par Herberay des Essarts sur la demande de François Ier, et assume, entre autres, une fonction récréative, ce que l’on peut lire dans le « Prologue du translateur » du Premier livre d’Amadis de Gaule14. Il va alors devenir le représentant du genre du roman et la première cible des détracteurs. En 1544 paraît la version française et en prose du Roland furieux de l’Arioste qui concurrence les Amadis en se revendiquant des modèles littéraires et théoriques de la Renaissance italienne (Horace et Virgile), mais en restant centrée sur la problématique française du roman (puisque le texte est mis en prose). En plus de divertir, le roman promet de la vraisemblance et du didactisme, il dépasse les Amadis en offrant une matière plus élevée et plus sérieuse. En 1547, Jacques Amyot, dans son prologue à l’Histoire Aethiopique de Héliodore, propose une véritable réforme de la littérature romanesque en s’opposant à la vogue des Amadis et plus généralement des romans de chevalerie. Sa traduction constituerait une alternative à la fois au roman chevaleresque et au roman sentimental ; il y présente un nouveau modèle de héros chaste qui n’est plus caractérisé par ses qualités chevaleresques, mais par sa valeur morale. Sa proposition d’une histoire vraisemblable, moralement exemplaire et à la composition soignée, permet de compenser le caractère fictionnel ; elle devient alors compatible avec les préceptes humanistes15. À la suite de Jacques Amyot, des détracteurs tels qu’Étienne Jodelle ou Gabriel Dupuy-Herbault se multiplient, si bien que les traducteurs et les préfaciers des Amadis élaborent une véritable défense du roman. Le Discours sur les livres d’Amadis par Michel Sevin d’Orléans qui ouvre le livre VIII répond aux accusations d’invraisemblances de Jacques Amyot et montre, en se référant aux catégories horatiennes, l’utilité des Amadis tant sur le plan moral que didactique, et la possibilité d’une interprétation de type allégorique :

Penser ne fault que l’histoire soit vaine

De l’Amadis : elle est vraye, et certaine :

Car sens moral de grand invention

Gist souz la lettre en belle fiction.

[…] Ainsi lit on d’Homere et de Virgile

Que le labeur avec un soin agile

Fondé dessus vraye similitude

Les a induitz d’employer leur estude

A prudemment dire et narrer les faitz

Des grands seigneurs pour les rendre parfaitz

Les descrivant des l’heure de leur naistre

  • 16 Feliciano de Silva, Le huitiesme livre d’Amadis de Gaule, auquel sont recitées les hautes prouesses (...)

Non telz qu’ilz sont : mais telz qu’ils doivent estre.16

8Jacques Gohory traduit et préface les livres X en 1552, XI en 1554 et XIII en 1571. Il adopte lui aussi une position défensive, mais beaucoup plus polémique et radicale :

  • 17 Hugues Vaganay, Amadis en français : Essai de bibliographie, Genève, Slatkine Reprints, 1970, « Pré (...)

Or maintiens-je les histoires fabuleuses ne contenans rien qu’il ne soit (s’il n’est vray) au moins vray-semblable et possible, au surplus remplies de concions facondes et avertissemens notables, estre plus fructueuses et recreatives que les autres si grossement conceües et lourdement digerées qu’on n’en peut sentir la moytié de l’excellence. Et se peuvent dire les romans (sic) (confessans hault et cler le mensonge) plus veritables que les histoires, usurpans à tort le tiltre de vray dire.17

  • 18 Voir le prologue de Lucien, « L’histoire véritable » (dans Pierre Grimal [dir.], Romans grecs et la (...)
  • 19 Pour une analyse plus détaillée de ses sources, voir Serge Cappello, « Aux origines de la réflexion (...)

9Il se réfère ici à Lucien18, qui condamnait les mauvais historiens au profit des œuvres de fiction. Il renverse les catégories du vrai et du faux : la littérature de fiction, par la transparence dont elle fait preuve sur son caractère mensonger, est digne de confiance, au contraire de l’historiographie. Comme les autres défenseurs lettrés, le traducteur et préfacier puise dans les différentes théories antiques du récit fictionnel, qu’il adapte au roman de chevalerie : la théorie aristotélicienne, qui répond aux attaques sur l’invraisemblance ; la réflexion allégorique ; le docere horatien ; et la rhétorique de Quintilien et Cicéron, qui lui permet notamment de défendre l’idée de varietas comme principe premier de la facture romanesque19. Plusieurs grands lettrés s’affirment également en partisans des « vieux romans » et de leurs héritiers renaissants. C’est le cas de Joachim Du Bellay en 1549, dans sa Défense et illustration de la langue française, qui fait l’éloge de l’Arioste et encourage le poète français renaissant à puiser dans la vieille littérature chevaleresque :

  • 20 « Du long Poëme Françoys », Deffense et illustration de la langue française (voir Joachim Du Bellay (...)

Comme luy donq’, qui a bien voulu emprunter de nostre langue les noms et l’hystoire de son poëme, choysi moy quelque un de ces beaux vieulx romans Françoys, comme un Lancelot, un Tristan, ou autres : et en fay renaitre au monde un admirable Iliade et laborieuse Eneïde.20

10Jacques Peletier du Mans, en 1555 dans son Art poétique, recommande au poète renaissant l’inspiration des « vieux romans » dont il admire la technique et le procédé d’entrelacement :

  • 21 Jacques Peletier du Mans, L’art poétique, André Boulanger (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1930 (c (...)

Et parmi l’universel discours, il fait bon voir comment le poëte, après avoir quelquefois fait mancion d’une chose memorable, […] la laisse là pour un temps : tenant le Lecteur en suspens, désireux et hastif d’en aller voir l’evenement. An quoi je trouve noz Rommans bien invantiz. Et dirai bien ici en passant, qu’en quelques uns d’iceus bien choisis, le Poëte Héroïque pourra trouver à faire son profit : comme sont les aventures des Chevaliers, les amours, les voyages, les enchantemans, les combats, et semblables choses : desqueles l’Arioste a fait emprunt de nous, pour transporter en son livre.21

  • 22 Pierre de Ronsard, Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager, Michel Simonin (éd.), Paris, Galli (...)

11Enfin, Ronsard, dans la seconde préface de la Franciade intitulée « Au lecteur apprentif »22, publiée dans l’édition posthume de 1587, souligne lui aussi l’importance des « vieux romans » : il compare notamment le fonds patrimonial littéraire français à celui dans lequel a puisé Homère. La littérature chevaleresque du Moyen Âge va donc présenter un intérêt sur le plan de l’histoire de la langue et de la littérature, comme le montrent les prescriptions de Du Bellay, Jacques Peletier du Mans ou Ronsard. On reconnaît l’importance des « vieux romans » pour leur valeur et leur diversité sémantiques. La conscience d’un patrimoine littéraire « national » se forme, favorisée aussi par les tensions politiques, et l’imprimerie se donne pour mission de transmettre ces textes exemplaires aux générations futures. Pour la première fois, les historiens littéraires, comme Étienne Pasquier ou Claude Fauchet, vont souligner la valeur des romans médiévaux appelés les « antiquitez françoyes ». On voit également naître les premières bibliothèques et bibliographies en français, représentées par celles de La Croix du Maine et de Du Verdier. À une époque où l’on commence à penser la littérature française de manière rétrospective, on assiste donc à une patrimonialisation des romans médiévaux, ces réservoirs de mots anciens et d’histoires glorieuses, parallèlement au discours des détracteurs qui les rattachent à une période d’obscurantisme.

Prescription éditoriale

  • 23 Sur cette question, voir notre article : Gaëlle Burg, « Imprimer les “vieux romans” de chevalerie à (...)
  • 24 Ce travail a fait l’objet d’un article détaillé : Gaëlle Burg, « De Paris à Lyon, les mutations édi (...)

12Reste à mentionner le travail prescriptif de l’imprimeur-libraire, le défenseur par excellence de cette littérature à travers ses techniques éditoriales et commerciales. Dans les manuscrits déjà, les remanieurs et dérimeurs de la fin du Moyen Âge inséraient des prologues prescriptifs qui reprenaient des topoï traditionnels, mais aussi de nouveaux motifs comme l’éloge de la prose, la réactualisation d’un texte menacé d’oubli, la lisibilité linguistique et structurelle du remaniement, le labeur et la mauvaise qualité matérielle de la source, le divertissement, ou un didactisme plus particulièrement moral et chevaleresque. Le discours paratextuel renaissant de l’imprimeur-libraire va, lui, se placer dans une double perspective de rupture/continuité. L’instance de l’éditeur-remanieur apparaît comme un nouveau maillon auctorial de la matière narrative, à la fois conscient d’avoir des prédécesseurs, mais affirmant également sa propre auctorialité23. Il réoriente la lecture pour l’adapter à son public et rendre l’œuvre commerciale et commercialisable : les prologues insistent généralement sur l’aspect didactique et divertissant du texte, des topoï traditionnels, réactualisés en fonction du statut social des lecteurs, des modes littéraires et des détracteurs. L’analyse paratextuelle de plusieurs éditions d’un même « vieux roman » de chevalerie tout au long du xvie siècle permet d’illustrer ces pratiques éditoriales et montre l’adaptation du discours prescriptif selon l’évolution de la réception de la critique et du lectorat24.

  • 25 Livre fait et composé à la mémoire des vertueux fais et gestes de plusieurs nobles et excellentz ch (...)
  • 26 [Lancelot du lac. La première partie]. Le premier volume de Lancelot du lac nouvellement imprimé à (...)
  • 27 Histoire, contenant les grandes prouesses, vaillances, et heroiques faicts d’armes de Lancelot du L (...)

13Dans le prologue de l’édition princeps du Lancelot (publié en 148825) où domine avant tout, comme dans les textes médiévaux, le didactisme chevaleresque, le remanieur introduit un ton fortement moralisateur qui conduit à une maladresse : le lecteur est mis en garde contre les faiblesses du héros qui ne doit pas être pris en exemple (« sans avoir regart ou soy gaires arrester en aucunes legieretez ou follies mondaines »), mais qui est pardonnable à la fois par sa qualité humaine (« par humaine fragilité ») et par sa valeur chevaleresque (« car l’excellence et la quantité de ses faiz tant glorieux excedent tous les deffaulx dont on le pourroit arguer ou reprendre »). Le prologue se termine en proposant Lancelot comme modèle (« a l’exemple dudit chevalier Lancelot »). D’un point de vue commercial, il y a là une contradiction qui sera supprimée dans les éditions postérieures. À la fin du xve siècle, le discours éditorial paratextuel n’est donc pas encore pleinement codifié en fonction des détracteurs. Dans l’édition suivante (1494 et 150426) d’Antoine Vérard, le prologue est légèrement modifié et s’adresse au roi Charles VIII pour lequel le libraire royal imprime une édition de luxe qui sera suivie de rééditions moins coûteuses. Cette adresse constitue une excellente publicité pour des acheteurs s’imaginant acquérir un texte identique à celui offert au roi lui-même, elle sera d’ailleurs conservée dans des éditions postérieures pendant plusieurs décennies. La dernière édition du texte au xvie siècle, celle de Benoît Rigaud en 159127, concentre dans son prologue les différents arguments des prescripteurs et défenseurs des romans de chevalerie médiévaux et renaissants, près de quarante ans après les premières réflexions sur le roman. L’éditeur y tente de contrer la caractéristique mensongère (« quoy qu’elle semble fabuleuse de prime face ») et la mauvaise presse relative au texte qu’il imprime (« lesquelles plusieurs blasment tant, les appelans songes vains & inutiles forgez par hommes oisifs »). Le topos du divertissement (« plaisante & pleine de toute recreation ») est mis en exergue grâce au parallèle avec les « miseres & calamitez si frequentes » de l’époque, à savoir : les événements politiques et les guerres de Religion. Celui de la réactualisation d’un texte oublié (« ie n’ay voulu permettre qu’elle demeurast ensevelie soubs un plus long silence, & obscurcie des tenebres d’oubly ») et la référence aux « Anciens » (« qui pour ceste cause ha esté appellee des Anciens le tesmoing des temps, la lumiere de la verité, la maistresse & le mirouer de la vie ») constituent des arguments favorables aux humanistes. La dichotomie médiévale semblance/senefiance (« tu en tires tellement le sens, que tu le rapportes, non au simple exterieur de la matiere, mais à ce qui plus approche de la signification de ce qui t’y est proposé ») permet de rejoindre la réflexion allégorique. Enfin, le didactisme n’est plus relatif au domaine chevaleresque, comme il incombait à un lecteur noble du début du xvie siècle, mais devient social, moral et politique (« plusieurs bons & profitables enseignemens, concernans tant la manière de bien converser les uns avec les autres, que les passions d’esprit, pertes d’Estat, & autres accidens, qui arrivent ordinairement aux humains »).

  • 28 Notons que les réflexions théoriques et le discours critique renaissant sur les « vieux romans » se (...)

14Ainsi, le discours éditorial souligne le statut du remaniement renaissant comme nouveau maillon auctorial de la matière, dans la chaîne de production du texte médiéval, et se place donc dans une position de continuité, opposée à la position humaniste de rupture. Les éditeurs renaissants se doivent d’insister sur le caractère à la fois exemplaire et divertissant de la littérature chevaleresque du Moyen Âge, afin de remédier aux critiques des détracteurs qui condamnent sa vanité, sa morale douteuse et son invraisemblance28. Ces procédés éditoriaux, même si leur but est avant tout commercial, rejoignent les arguments des défenseurs et prescripteurs lettrés des romans médiévaux et renaissants. Ils contribuent à légitimer la littérature narrative de fiction, à l’inscrire dans une réflexion poétique et à souligner le prix des antiquités médiévales par rapport au passé gréco-latin. En somme, la tension entre critique et prescription autour du roman au xvie siècle aura permis l’invention d’une identité culturelle française.

Bibliographie

Littérature primaire et secondaire

Amyot, Jacques, L’histoire aethiopique de Heliodorus, contenant dix livres, traitant des loyales et pudiques amours de Théagènes Thessalien et Chariclea Acthiopienne, nouvellement traduite de grec en françoys, Paris, Étienne Groulleau, 1549.

Du Bellay, Joachim, Œuvres complètes, Paris, H. Champion, 2003 et 2012 (3 volumes) (coll. Textes de la Renaissance).

Du Saix, Antoine, L’esperon de discipline pour inciter les humains aux bonnes lettres, stimuler à doctrine, aimer à science… lourdement forgé et rudement limé par noble homme Fraire Antoine Du Saix…, s.l, s.n, 1532, f. Iiiv°-f. Iiiir. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70960r.r= >

Fauchet, Claude, Recueil de l’origine de la langue et de la poésie françoise, ryme et romans, plus les noms et sommaire des œuvres de CXXVII poètes françois, vivans avant l’an M. CCC, Paris, Mamert Patisson, 1581. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86268244.r=claude%20fauchet%20recueil%20de%20l%27origine%20de%20la%20langue >.

Histoire, contenant les grandes prouesses, vaillances, et heroiques faicts d’armes de Lancelot du Lac, Chevalier de la Table ronde, Divisée en trois livres, et mise en beau langage François. Avec briefs sommaires donnans au plus pres l’intelligence du tout, et une table des plus principales ou remarquables matieres y traictées, Lyon, Benoît Rigaud, 1591 (1 volume).

[Lancelot du lac. La première partie]. Le premier volume de Lancelot du lac nouvellement imprimé à Paris, Paris, Antoine Vérard, 1494 (3 volumes, édition sur vélin), 1504 (3 volumes, édition sur papier). Ars Réserve FOL-BL-923. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7100010h.r=lancelot%20v%C3%A9rard >.

Le premier livre d’Amadis de Gaule, t. I, Yves Giraud (éd.), Paris, Société des textes français modernes, 1986. [En ligne] < http://books.google.fr/books?id=EdcTAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false >.

Livre fait et composé à la mémoire des vertueux fais et gestes de plusieurs nobles et excellentz chevaliers… spécialement à la louenge… du très vaillant chevalier Lancelot du Lac, Walter Map (éd.), Rouen, Jean Le Bourgeois, et Paris, Jean Dupré, 1488 (2 volumes). [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111059t.r=lancelot%201488 >.

Lucien, « L’histoire véritable », in Grimal, Pierre (dir.), Romans grecs et latins, Paris, Gallimard, 1958 (coll. Bibliothèque de la Pléiade).

Montaigne, Michel de, Les Essais, Balsamo, Jean, Magnien, Michel, Magnien-Simonin, Catherine (éd.), Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque de la Pléiade).

Pasquier, Estienne, Les Recherches de la France d’Estienne Pasquier, conseiller et advocat general du Roy en la Chambre des Comptes de Paris. Augmentées en ceste dernière édition de trois Livres entiers, outre plusieurs chapitres entrelassez en chacun des autres Livres, tirez de la Bibliothèque de l’Autheur, Paris, L. Sonnius, 1621. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6109174w/f6.image.r=pasquier%20recherches%20france%20livre%20VII.langFR >.

Peletier du Mans, Jacques, L’art poétique de Jacques Peletier du Mans (1555), André Boulanger (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1930 (coll. Publications de la Faculté des lettres de l’université de Strasbourg ; Fascicule 53).

Ronsard, Pierre de, Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager, Michel Simonin (éd.), Paris, Gallimard, 1993-1994 (coll. Bibliothèque de la Pléiade).

Silva, Feliciano de, Le huitiesme livre d’Amadis de Gaule , auquel sont recitées les hautes prouesses et faitz merveilleux d’Amadis de Grece surnommé le chevalier de l’ardante espée : mis en françoys par le seigneur des Essars N. de Herberay… [Texte imprimé], Paris, Étienne Groulleau (éd.), 1548. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k530539.r=le%20huitiesme%20livre%20d%27amadis%201548 >.

Vaganay, Hugues (dir.), « Le onzième livre d’Amadis de Gaule », in « Amadis » en français : Essai de bibliographie, Genève, Slatkine, 1970.

Vives, Luis Juan, Livre de l’Institution de la femme chrestienne, tant en son enfance que mariage et viduité, aussi de l’Office du mary, naguères composez en latin par Jehan Loys Vivès, et nouvellement traduictz en langue françoyse par Pierre de Changy, Le Havre, Lemale, Delboulle Achille, 1891, p. 40-42.

Baumgartner, Emmanuèle, Harf-Lancner, Laurence, Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, Paris, Presse de la Sorbonne nouvelle, 2002 (2 volumes).

Bedouelle, Guy, Belin, Christian, De Reyff, Simone, La tradition rassemblée : journées d’études de l’Université de Fribourg, Fribourg, Academic Press, 2007 (coll. Studia Friburgensia-Series historica).

Besch, Émile, « Les adaptations en prose des chansons de geste au xve et au xvie siècle », Revue du seizième siècle, 1915, no 3.

Burg, Gaëlle, « Imprimer les “vieux romans” de chevalerie à la Renaissance : l’éditeur et le remanieur, nouvelle(s) instance(s) auctoriale(s) de la matière romanesque », in Réach-Ngô, Anne (dir.), Créations d’atelier : L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2014 (coll. Études et essais sur la Renaissance-Série Pratiques éditoriales), p. 205-224.

— « De Paris à Lyon, les mutations éditoriales du Lancelot du Lac », in Mounier, Pascale, Réach-Ngô, Anne (dir.), Via Lyon : parcours de romans et mutations éditoriales au xvie siècle, vol. 2, Carte Romanze, Milano-Turino, 2015.

Cappello, Sergio, « Letteratura narrativa e censura nel Cinquecento francese », in Rozzo, Ugo (dir.), La censura libraria nell’ Europa del secolo XV: Convegno internazionale di studi, Cividale del Friuli, Udine, Forum, 1997 (coll. Libri e biblioteche), p. 53-100.

— « Répertoire chronologique des premières éditions des romans médiévaux français aux xve et xvie siècles », in Giampaolo, Borghello (dir.), Est Ovest: lingue, stili, società. Studi in ricordo di Guido Barbina, Udine, Forum, 2001, p. 167-186.

— « Aux origines de la réflexion française sur le roman », in Bury, Emmanuel, Mora Francine (dir.), Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 415-435.

Cave, Terence, Pré-histoires : Textes troublés au seuil de la modernité, Genève, Droz, 1999, p. 129-141.

Cazauran, Nicole, « Les romans de chevalerie en France : entre exemple et récréation », in Jones-Davies, Marie-Thérèse (dir.), Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance, Paris, J. Touzot, 1987 (coll. Centre de recherches sur la Renaissance), p. 29-48.

Cerquiglini, Bernard, Une langue orpheline, Paris, Éditions de Minuit, 2007 (coll. Paradoxe).

Cooper, Richard, « “Nostre histoire renouvelée”: the reception of the romances of chivalry in Renaissance France », in Anglo, Sydney (dir.), Chivalry in the Renaissance, Woodbridge, Boydell Press, 1990, p. 175-238.

Coq, Dominique, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », in Martin, Jean-Henri, Chartier, Roger (dir.), Histoire de l’édition française, t. 1 Le livre conquérant : Du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, Promodis, 1982, p. 203-227.

— « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques éditoriales », Gutenberg-Jahrbuch, 1987, no 62, p. 59-72.

Desan, Philippe, « Préfaces, prologues et avis au lecteur : stratégies préfacielles à la Renaissance », in Langer, Ullrich (dir.), What Is Literature? France 1100-1600, Lexington, French Forum Publishers, 1992, p. 101-122.

Doucet, Roger, Les bibliothèques parisiennes au xvie siècle, Paris, A. et J. Picard, 1956.

Doutrepont, George, Les mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du xive au xvie siècle, Bruxelles, Académie royale, 1939 ; Genève, Slatkine, 1969.

Frappier, Jean, « Les romans de la Table ronde et les lettres en France au xvie siècle », Romance Philology, 1965, no 29, 2, p. 178-193.

Fumaroli, Marc, “Jacques Amyot and the clerical polemic against the chivalric novel”, Renaissance Quarterly, 1985, no 38, 1, p. 22-40.

— « “L’héritage d’Amyot”. La critique du roman de chevalerie et les origines du roman moderne », in Exercices de lecture : De Rabelais à Paul Valéry, Paris, Gallimard, 2006 (coll. Bibliothèque des idées), p. 29-61.

Hamon, Philippe, Introduction à l’analyse du descriptif, Paris, Hachette, 1981.

Hardee, Alexandre Maynor, “Toward a definition of the French Renaissance novel”, Studies in the Renaissance, 1968, no 15, p. 25-38.

Huchon, Muriel, « Amadis, “Parfaicte Idée de nostre langue françoise” », Les Amadis en France au xvie siècle, Cahiers V.L. Saulnier, 2000, no 17, p. 183-200.

Javitch, Daniel, Proclaiming a Classic: The Canonization of Orlando Furioso, Princeton, Princeton University Press, 1991 (coll. Princeton Legacy University).

Jeay, Madeleine, Le commerce des mots : L’usage des listes dans la littérature médiévale (xiie-xve siècles), Genève, Droz, 2006.

Krause, Virginia, Idle Pursuits: Literature and oisiveté in the French Renaissance, Newark, University of Delaware Press, 2003.

Labarre, Albert, Le livre dans la vie amiénoise du xvie siècle. L’enseignement des inventaires après décès (1503-1576), Louvain, Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris-Sorbonne, 1971, série 66.

Lecointe, Jean, « Théorie du récit, aux marges de l’épopée et du roman, dans les paratextes des Amadis au xvie siècle en France », in Bury, Emmanuel, Ménard, Philippe, « La réception des romans de chevalerie à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle », BBSIA, 1997, no 49, p. 234-273.

Montorsi, Francesco, « Un fatras de livres auquel l’enfance s’amuse : Lectures de jeunesse et romans de chevalerie au xvie siècle », Camenulae, février 2010, no 4. [En ligne] < http://www.parissorbonne.fr/fr/IMG/pdf/Montorsi.pdf >.

Mora-Lebrun, Francine (dir.), Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 367-381.

Mortgat-Longuet, Emmanuelle, Clio au Parnasse : Naissance de l’« histoire littéraire » française aux xvie et xviie siècles, Paris, H. Champion, 2006 (coll. Lumière classique).

Mounier, Pascale, « Les sens littéraires de roman en français préclassique », Le Français préclassique, 2004, no 8, p. 157-182.

— « La situation théorique du roman en France et en Italie à la Renaissance », Seizième siècle, 2008, no 4, p. 173-193.

Pickford, Cédric, L’évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge, Paris, Nizet, 1959.

— « Les éditions imprimées de romans arthuriens en prose antérieures à 1600 », BBSIA, 1961, no 13, p. 99-109.

— « Antoine Vérard éditeur du Tristan et du Lancelot », Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à M. Charles Foulon, Rennes, Institut de français, 1980, p. 277-285.

Régnier-Bohler, Danielle, « “Pour ce que la mémoire est labille…” : Le cas exemplaire d’un imprimeur de Genève, Louis Garbin », Le Moyen Français, 1989, no 24-25, p. 187-213.

Reynier, Gustave, Les origines du roman réaliste, Paris, Hachette, 1912 ; Genève, Slatkine, 1969.

— Le roman sentimental avant « l’Astrée » (1908), Paris, Armand Colin, 1971.

Schutz, Alexander Herman, Vernacular Books in Parisian Private Libraries of the Sixteenth Century According to the Notorial Inventories, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1955.

Simonin, Michel, « Aspects de l’hostilité à la littérature populaire dans la seconde moitié du xvie siècle », Réforme, Humanisme, Renaissance, 1980, no 11, 2, p. 142-149.

— « La réputation des romans de chevalerie selon quelques listes de livres (xvie-xviie siècles) », Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à M. Charles Foulon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1980, p. 363-369.

— « La Disgrâce d’Amadis », Studi francesi, 1984, no 28, 1, p. 1-35.

Stanesco, Michel, « Premières théories du roman. Les folles amours des paladins errants », Poétique, 1987, no 70, p. 167-180.

Stanesco, Michel, Zink, Michel, Histoire européenne du roman médiéval : Esquisse et perspectives, Paris, PUF, 1992.

Stone, Donald, “Amyot, the classical tradition, and early French fiction”, Res Publica Litterarum, 1979, no 2, p. 319-325.

Taylor, Jane, “Antiquarian Arthur: Publishing the Round Table in Sixteenth-Century France”, in Kibler, William (dir.), L’héritage de Chrétien de Troyes, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 2007, no 14, p. 127-142.

— “Minds of the vulgar sort: The Arthur of the Renaissance and the anxiety of reception”, 2013, p. 1-22. [En ligne] < http://www.uhb.fr/alc/ias/actes/pdf/taylor.pdf >.

Taylor, Jane, Margaret, Hilary, Rewriting Arthurian Romance in Renaissance France, Cambridge, D. S. Brewer, 2014.

Tilley, Arthur, « Les romans de chevalerie en prose », Revue du xvie siècle, 1919, no 6, p. 45-63.

Vielliard, Françoise, « Qu’est-ce que le “roman de chevalerie” ? Préhistoire et histoire d’une formule », in Diu, Isabelle, Parinet, Élisabeth, Vielliard, Françoise (dir.), Mémoire des chevaliers : Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du xviie au xxe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 11-33.

Weinberg, Bernard, A History of Literacy Criticism in the Italian Renaissance, Chicago, University of Chicago Press, 1961.

Notes

1 Nous entendons par là des matières littéraires distinctes (d’après les classifications génériques modernes : les romans antiques, les romans arthuriens, les chansons de geste et les romans d’aventures médiévaux) que les pratiques éditoriales renaissantes et le discours critique vont confondre dans un même corpus, le roman de chevalerie, dont la dénomination n’apparaît qu’au xviie siècle. Voir Françoise Vielliard, « Qu’est-ce que le “roman de chevalerie” ? Préhistoire et histoire d’une formule », in Isabelle Diu, Élisabeth Parinet, Françoise Vielliard (dir.), Mémoire des chevaliers : Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du xviie au xxe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 11-33.

2 Voir l’article de Nicole Cazauran, « Les romans de chevalerie en France : entre exemple et récréation », in Marie-Thérèse Jones-Davies (dir.), Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance, Paris, J. Touzot, 1987 (coll. Centre de recherches sur la Renaissance), p. 29-48.

3 Au sens de communauté d’hommes qui partagent une unité politique, historique, linguistique, culturelle, économique.

4 Michel de Montaigne, Les Essais, Jean Balsamo, Michel Magnien, Catherine Magnien-Simonin (éd.), Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque de la Pléiade), L. I, ch. xxv, « De l’institution des enfans », p. 182.

5 « L’enfance » est à considérer au sens large puisqu’à la Renaissance, elle concerne aussi les jeunes hommes. Sur cette question, voir l’article de Francesco Montorsi, « Un fatras de livres auquel l’enfance s’amuse : lectures de jeunesse et romans de chevalerie au xvie siècle », Camenulae, février 2010, no 4. [En ligne] < http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Montorsi.pdf >.

6 Jacques Amyot, L’histoire aethiopique de Heliodorus, contenant dix livres, traitant des loyales et pudiques amours de Théagènes Thessalien et Chariclea Acthiopienne, nouvellement traduite de grec en françoys, Paris, Étienne Groulleau, 1549, « Proesme du translateur », f. Aijv°-f. Aiijr°. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600170j/f1.image.r= >.

7 Antoine Du Saix, L’esperon de discipline pour inciter les humains aux bonnes lettres, stimuler à doctrine, aimer à science… lourdement forgé et rudement limé par noble homme Fraire Antoine Du Saix…, s.l, s.n, 1532, f. Iiiv°-f. Iiiir. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70960r.r=l%27esperon+de+discipline.langFR >.

8 Luis Juan Vives, Livre de l’Institution de la femme chrestienne, tant en son enfance que mariage et viduité, aussi de l’Office du mary, naguères composez en latin par Jehan Loys Vivès, et nouvellement traduictz en langue françoyse par Pierre de Changy, Le Havre, Lemale, éd. Achille Delboulle, 1891, p. 40-42.

9 Ce patrimoine littéraire, couplé à la reconnaissance d’une langue, le français, participe aussi d’une volonté politique de construire et de promouvoir une identité « nationale », notamment face à d’autres puissances concurrentes (l’Italie et l’Espagne). On le voit particulièrement sous François Ier et Henri III.

10 Notamment les traités sur les Romanzi de Giraldi Cinzio et de Giovan Battista Pigna publiés en 1554.

11 Notons que le terme de « roman » désigne au xvie siècle ce que nous appelons « roman de chevalerie ». Pour le champ sémasiologique de roman entre 1500 et 1641, voir l’article de Pascale Mounier, « Les sens littéraires de roman en français préclassique », Le Français préclassique, 2004, no 8, p. 157-182.

12 Cependant, leur support d’analyse est protéiforme et ces romans ne s’organisent pas en entreprise concertée de codification, c’est pourquoi on parle de « réflexions théoriques » plutôt que de véritable théorie du roman. Pour voir cela en France, il faudra attendre le xviie siècle.

13 Voir l’article de Pascale Mounier, « La situation théorique du roman en France et en Italie à la Renaissance », Seizième Siècle, 2008, no 4, p. 173-193.

14 Ce prologue est dédié à Charles II d’Orléans, fils de François Ier : « […] pour vous donner quelque fois dequoy recréer vostre gentil esprit, lorsqu’il sera ennuyé de lire choses plus haultes et ardues » et « pour le passetemps et plaisir » (Hugues Vaganay [dir.], Le premier livre d’Amadis de Gaule, t. I, nouvelle édition avec introduction, glossaire et notes par Yves Giraud, Paris, Société des textes français modernes, 1986, p. 12).

15 Le chevalier des « vieux romans » va alors progressivement se démoder et contribuer en partie à la disparition de cette vogue littéraire médiévale à la fin du xvie siècle.

16 Feliciano de Silva, Le huitiesme livre d’Amadis de Gaule, auquel sont recitées les hautes prouesses et faitz merveilleux d’Amadis de Grece surnommé le chevalier de l’ardante espée : mis en françoys par le seigneur des Essars N. de Herberay… [Texte imprimé], Paris, Étienne Groulleau (éd.), 1548, d’après l’exemplaire conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, Réserve FOL-BL-958, f. aiii v°-f. avi v°.

17 Hugues Vaganay, Amadis en français : Essai de bibliographie, Genève, Slatkine Reprints, 1970, « Préface aux lecteurs », Le Onzième livre d’Amadis de Gaule, p. 125-126.

18 Voir le prologue de Lucien, « L’histoire véritable » (dans Pierre Grimal [dir.], Romans grecs et latins, Paris, Gallimard, 1958 [coll. Bibliothèque de la Pléiade], p. 1345-1346).

19 Pour une analyse plus détaillée de ses sources, voir Serge Cappello, « Aux origines de la réflexion française sur le roman », in Emmanuel Bury, Francine Mora (dir.), Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 375-378 et Pascale Mounier, « La situation théorique du roman en France et en Italie à la Renaissance », art. cit., p. 187 et p. 190-191.

20 « Du long Poëme Françoys », Deffense et illustration de la langue française (voir Joachim Du Bellay, Œuvres complètes, vol. 1, Paris, H. Champion, 2003 [coll. Textes de la Renaissance], livre II, chap. V, p. 57).

21 Jacques Peletier du Mans, L’art poétique, André Boulanger (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1930 (coll. Publications de la Faculté des lettres de l’université de Strasbourg ; Fascicule 53), livre II, chap. VIII : « De l’Euvre Heroïque ».

22 Pierre de Ronsard, Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager, Michel Simonin (éd.), Paris, Gallimard, 1993-1994 (coll. Bibliothèque de la Pléiade), p. 1167.

23 Sur cette question, voir notre article : Gaëlle Burg, « Imprimer les “vieux romans” de chevalerie à la Renaissance : l’éditeur et le remanieur, nouvelle(s) instance(s) auctoriale(s) de la matière romanesque », in Anne Réach-Ngô (dir.), Créations d’atelier : L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2014 (coll. Études et essais sur la Renaissance-Série Pratiques éditoriales), p. 205-224.

24 Ce travail a fait l’objet d’un article détaillé : Gaëlle Burg, « De Paris à Lyon, les mutations éditoriales du Lancelot du Lac », in Pascale Mounier, Anne Réach-Ngô (dir.), Via Lyon : parcours de romans et mutations éditoriales au xvie siècle, vol. 2, Carte Romanze, Milano-Turino, 2015.

25 Livre fait et composé à la mémoire des vertueux fais et gestes de plusieurs nobles et excellentz chevaliers… spécialement à la louenge… du très vaillant chevalier Lancelot du Lac, Walter Map (éd.), Rouen, Jean Le Bourgeois et Paris, Jean Dupré, 1488 (2 volumes). BnF Rés-Y2-46, prologue vol. I, f. aaiiiv°-f. aaiiiir°. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111059t.r=lancelot%201488 >.

26 [Lancelot du lac. La première partie]. Le premier volume de Lancelot du lac nouvellement imprimé à Paris, Paris, Antoine Vérard, 1494 (3 vol., édition sur vélin), 1504 (3 vol., édition sur papier). Ars Réserve FOL-BL-923, prologue non paginé. [En ligne] < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7100008f.r= >.

27 Histoire, contenant les grandes prouesses, vaillances, et heroiques faicts d’armes de Lancelot du Lac, Chevalier de la Table ronde, Divisée en trois livres, et mise en beau langage François. Avec briefs sommaires donnans au plus pres l’intelligence du tout, et une table des plus principales ou remarquables matieres y traictées, Lyon, Benoît Rigaud, 1591, Bibliothèque municipale de Dijon, cote 7813, prologue p. 3-4.

28 Notons que les réflexions théoriques et le discours critique renaissant sur les « vieux romans » se développent surtout vers la moitié du xvie siècle, les prologues de l’édition princeps du Lancelot et de celle de Vérard ont donc surtout une fonction commerciale, alors que celui de l’édition de Benoît Rigaud fait plus clairement écho au discours des détracteurs.

Auteur

Enseignante en littérature française médiévale à l’Institut d’études françaises et francophones, université de Bâle

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search