Version classiqueVersion mobile

Concevoir et faire vivre un projet d'établissement en bibliothèque

 | 
Anne Morel
, 
Odile Grandet

Partie 2. Un couteau suisse

Le projet d’établissement :

un préalable à la programmation architecturale

Odile Grandet

Texte intégral

1Projet d’établissement et programmation architecturale* sont deux exercices contraints et complexes, intimement liés par la définition de la mission de la bibliothèque. Le programme architectural et technique inclut nécessairement une grande partie du projet d’établissement, celle relative à la définition de la bibliothèque : ce qu’elle est, le milieu dans lequel elle agit, ce vers quoi elle va.

Encadré. Vocabulaire du projet de construction et de réhabilitation

Un projet public de construction est encadré par la loi du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d'œuvre privée dite loi MOP. Elle organise les rapports entre plusieurs acteurs :

• le maître d’ouvrage (MOA)*, la personne morale (collectivité, université, etc.) pour laquelle on construit ;
• l’assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO)* est une compétence (en programmation par exemple) recrutée par le maître d’ouvrage ;
• le bibliothécaire est du côté du MOA : il est désigné par le terme d’utilisateur. Une bonne organisation de MOA (condition première de réussite d’un projet) positionne le bibliothécaire en chef de projet ;
• le maître d’œuvre (MOE)* est l’architecte. C’est celui qui conçoit et construit : conception, études, réalisation, et réception constituent ses missions de base.

2La rédaction du texte de programmation architecturale est, pour le bibliothécaire, le moment essentiel dans ce qui constitue la durée globale d’un projet de construction. De l’émergence de l’idée à l’ouverture au public, le programme architectural constituera la feuille de route du maître d’œuvre pour dessiner son projet. Le programme architectural décrit, en détail, l’intention du maître d’ouvrage, celui pour lequel on construit.

Les trois documents du projet de construction

3Un projet public de construction, une fois la décision actée par le politique (l’élu, le président de communauté de commune, le président d’université, etc.), repose sur trois documents :

  • le projet d’établissement : sa rédaction est la responsabilité du maître d’ouvrage représenté par le bibliothécaire, qu’il s’agisse de créer une bibliothèque ab nihilo, ou qu’il s’agisse de transformer une bibliothèque existante. Le projet d’établissement dit ce qu’est la bibliothèque aujourd’hui et lui dessine un futur, dans un contexte territorial et historique précis. Le recours à un cabinet d’étude pour l’accompagner soit sur un fragment du dossier (le diagnostic par exemple) soit sur la totalité du dossier est à peser en fonction du contexte : elle peut être pertinente quand le bibliothécaire perçoit la nécessité d’une parole extérieure à la collectivité et/ou à l’équipe, ou quand la collectivité perçoit un manque de capacité de prospective au sein de l’équipe. La dernière étape pour l’élaboration d’un projet d’établissement est sa validation par les élus : ce moment constitue l’acte de naissance officiel du projet d’établissement ;
  • le programme architectural et technique est une obligation du maître d’ouvrage (loi MOP, art. 2). La loi définit le contenu du programme : « Le maître d’ouvrage définit dans le programme les objectifs de l’opération et les besoins qu’elle doit satisfaire ainsi que les contraintes et exigences de qualité sociale, urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et économique, d’insertion dans le paysage et de protection de l'environnement, relatives à la réalisation et à l’utilisation de l’ouvrage ». (art. 2). La loi ne précise pas qui en sera le rédacteur, simplement qu’il peut s’agir d’une personne publique ou privée. Concrètement, cette phase de définition du programme peut être réalisée soit par la collectivité ou l’université (sous réserve que les compétences soient présentes et disponibles) soit (et c’est le cas pour la très grande majorité des projets) en recourant à une mission spécifique d’assistance à maîtrise d’ouvrage confiée à un programmiste. Les programmistes comparent souvent leur pratique à la maïeutique : un bon programme est en effet le résultat d’un long travail de dialogue et d'explicitation avec le politique, avec l’équipe de la bibliothèque, et enfin avec les usagers. Le programmiste s’appuie sur le projet d’établissement pour mener sa mission, il le traduit en termes architecturaux et techniques. Il n’y a pas de programme type : chaque contexte territorial et politique nécessite une réponse spécifique ;
  • le projet architectural est produit par l’architecte (le maître d’œuvre) à partir du programme.

Focus

Le programme architectural et technique est la traduction du projet d’établissement.

Le projet architectural est une interprétation du programme architectural et technique.

4Le programme est destiné aux architectes (maîtres d’œuvre ou MOE). Obligatoire dans le cadre de la loi MOP, il est le document qui décrit la commande passée au MOE. Il doit permettre aux architectes de comprendre le projet de la bibliothèque. Le programme doit apporter toutes les réponses aux questions que se pose l’équipe de MOE.

Le projet architectural

5Un programme idéal comprend :

  • une présentation générale du projet, incluant les grands axes du projet d’établissement ;
  • une description du fonctionnement du futur équipement : pour qui, avec qui, quand, quelle offre de service etc. Tous ces éléments proviennent directement du projet d’établissement ;
  • les espaces, leur volumétrie et leurs articulations ; l’équipement intérieur : mobilier, acoustique, signalétiques : cette partie est la traduction en termes techniques du projet d’établissement ;
  • une description complète du site, les données techniques du projet : chauffage urbain, géothermie, transport en commun, gestion de l’eau, parkings, etc. ;
  • les données opérationnelles que constituent le calendrier prévisionnel et la part de l’enveloppe financière prévisionnelle affectée aux travaux

6Il y a peu de textes législatifs ou réglementaires sur les bibliothèques. Mais les bibliothèques territoriales disposent, à travers le dispositif du concours particulier de la DGD, d’une circulaire qui affirme le lien entre projet d’établissement et projet architectural. De fait, le processus de financement par l’État des projets de construction, extension ou réhabilitation des bibliothèques territoriales rend obligatoire le projet d’établissement, le PCSES constituant une pièce à verser au dossier de demande de subvention. Cette obligation a conduit le ministère de la Culture à guider les bibliothécaires dans la rédaction, et à publier des Recommandations pour la rédaction d’un projet culturel, scientifique, éducatif et social en bibliothèque territoriale1. De même, l’ouvrage Concevoir et construire une bibliothèque : du projet au fonctionnement2, dont la rédaction a été coordonnée par le Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture, consacre de nombreuses pages au projet culturel. Une fiche méthodologique détaille ainsi le travail :

  • analyse de l’existant et diagnostic ;
  • phase de réalisation ;
  • phase de consultation des partenaires ;
  • phase de formalisation ;
  • phase de validation.

7L’obligation réglementaire de fournir un projet d'établissement n’existe que pour les bibliothèques territoriales : les BU – non financées par la DGD – ne peuvent cependant faire l’impasse sur la définition de l’identité de la bibliothèque, de ses missions et de son avenir, définitions indispensables dans le cadre de la programmation architecturale et technique.

Le projet d’établissement : identité et mission(s) de la bibliothèque

8Ce que le projet d’établissement et le programme architectural ont en commun, c’est cette définition de l’identité de la bibliothèque, la définition de ses missions présentes et à venir : c’est un exercice périlleux, entre science-fiction et prospective.

9L’élaboration du projet d’établissement est un moment d’introspection, qui se déroule autour d’une série de questions : Qu’est-ce que la bibliothèque aujourd’hui, que sera-t-elle dans 5 ans, dans 10 ans ? À quoi sert-elle ? Quel est son rôle à l’intérieur de sa sphère d’influence, sur quel territoire agit-elle ? Quel est son impact dans la société au sein de laquelle elle fonctionne ?

10L’objectif du travail d’élaboration du projet d’établissement est d'indiquer une direction et de convaincre de sa justesse et de sa pertinence l’ensemble des acteurs : équipes, partenaires et usagers.

Se poser des questions

Qu’est-ce que la bibliothèque ?

11La première question est toujours : Qu’est-ce que la bibliothèque ?

  • le contexte : géographie, démographie, contexte socio-économique, politique de la ville, quartiers prioritaires ;
  • la bibliothèque, un peu d’histoire : origine patrimoniale, érudits locaux, grands travaux ;
  • la bibliothèque, portrait : surfaces ouvertes au public, collections, services, hors les murs, public, partenaires, usagers, etc. ;
  • la bibliothèque dans son contexte : liens, interactions.

Où va la bibliothèque ?

12La deuxième question est : Que sera la bibliothèque ?

13Quatre figures archétypales de la bibliothèque constituent aujourd’hui l’horizon dans lequel s'élaborent les projets. C’est la distance relative à ces quatre grandes tendances qui définit un projet en propre.

  • La première figure archétypale est celle du lieu de savoir : c’est la figure historique de la bibliothèque, celle du stock et du silence. Relativement fermée, son public naturel est le savant ou l’érudit. Elle est organisée en salles de lecture et magasins et découpe un espace à l’abri du monde, hors de la cité.
  • La deuxième figure est celle de la médiathèque. Son modèle est la Public Library ouverte à tous les citoyens. Elle est organisée en conjuguant une répartition par publics (par âge) et par types de supports. Elle est inscrite dans la cité.
  • La troisième figure – contemporaine – est celle de la bibliothèque troisième lieu, directement inspirée des travaux de sociologie urbaine américaine de Ray Oldenburg, cette conception de la bibliothèque tend à valoriser l’aspect « espace public », le lieu. La bibliothèque troisième lieu est un élément constitutif de la cité.
  • La quatrième figure, celle de l’hybridation, est difficile à cerner. Elle a toujours existé, mais s’exprime spécifiquement en ce début de XXIe siècle. Cette figure est soumise à plusieurs contraintes parfois contradictoires : la place prééminente de l’usager, l’influence des nouvelles formes de bibliothèques (Troisième lieu, Learning Centre), la recherche de solutions économiques et intelligentes (regroupement des services publics), et le mouvement des makers (développement des labs). Y a-t-il davantage hybridation avec la mise en place d’une ludothèque qu’avec l’ouverture d’un guichet d’orientation professionnelle, ou l’ouverture d’une maison de service public faisant cohabiter le café, la bibliothèque et la poste ? Le voisinage fait-il hybridation ? On s'arrêtera sur la définition suivante : la bibliothèque hybride est celle qui accueille en son sein, et de manière permanente, plusieurs métiers en les associant au sein d’une seule organisation et au service d'un même public.

14Ce que le projet d’établissement doit écrire, c’est précisément cela : cette bibliothèque, sur cette période, avec cette gouvernance, comment se positionne-t-elle entre ces figures aujourd’hui, dans 5 ans, dans 10 ans ? D’autres figures émergeront-elles ? La bibliothèque lieu d’apprentissage est-elle par exemple une permanence des quatre archétypes, ou bien est-elle une cinquième figure ?

15C’est en interrogeant la bibliothèque (cette bibliothèque, sur ce territoire) et ses actions, sous tous leurs aspects et en prenant le recul nécessaire, que des éléments concourant à la définition de la bibliothèque pourront être posés sur le papier puis organisés. Les questions listées ci-dessous ne sont pas exhaustives, mais elles peuvent être posées dans tous les cas.

Quels rôles, quel impact ?

16Quel est le rôle de la bibliothèque : culturel ? Social ? Éducatif ? Informationnel ? Patrimonial ?

17Quel est limpact de la bibliothèque : à qui sert-elle, et comment est-elle impliquée dans le projet politique de la collectivité ou de l’université ?

Écrire le projet d’établissement

18Le lien entre le projet d’établissement et le programme architectural, l’un nourrissant l’autre, oblige à penser une forme efficace de projet d’établissement. Par efficacité, on entend ici une forme reliée et évolutive du projet d’établissement.

Focus

Un projet d’établissement efficace implique une formalisation :

• reliée aux rapports d’activité, aux indicateurs, à la programmation architecturale ;
• évolutive, c’est-à-dire en capacité de s’adapter à des changements, qu’ils soient politiques ou technologiques

19Enfin, le projet d’établissement n'acquiert d’existence qu’avec sa validation par les élus. La bibliothèque n’est pas une île : c’est cette validation – par le conseil municipal, le conseil académique etc. – qui affirme l'intégration de la bibliothèque dans un écosystème au sein duquel elle fonctionne, en interaction avec lui.

Notes

1 Consultable sur le site de l’Enssib. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67285-recommandations-pour-la-redaction-d-un-projet-culturel-scientifique-educatif-et-social-en-bibliotheque-de-collectivite-territoriale.pdf >.

2 Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles, Service du livre et de la lecture (dir.), Concevoir et construire une bibliothèque : du projet au fonctionnement, 2e éd., Antony, Éditions Le Moniteur, 2016.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search