Version classiqueVersion mobile

Concevoir et faire vivre un projet d'établissement en bibliothèque

 | 
Anne Morel
, 
Odile Grandet

Partie 1. Concevoir un projet d’établissement au sein d’une bibliothèque

Associer les habitants à l’élaboration du projet d’établissement

Amaël Dumoulin, Odile Grandet et Anne Morel

Texte intégral

Au moment où la nouvelle municipalité de Dunkerque a décidé, en 2015, de construire un nouvel équipement central (inauguré le 11 mai 2019), le réseau des bibliothèques, Les Balises1, a travaillé sur un nouveau projet d’établissement tout en élaborant les phases de ce projet de construction. Ainsi, tout a été mis en œuvre en même temps : une nouvelle politique de services, la rédaction du programme architectural de l’équipement et une révolution au plan de la politique documentaire. Cet équipement, amené à devenir la tête de pont du réseau communautaire des Balises, bénéficie aujourd’hui, comme l’ensemble des bibliothèques du territoire, des services du projet de bibliothèque numérique de référence, déployé simultanément au projet municipal par la communauté urbaine.C’est donc à un moment crucial de l’histoire du service que l’opportunité d’inclure la participation des habitants aux projets est apparue comme nécessaire, profitable et salutaire.

Odile Grandet et Anne Morel : Qu’est-ce que les Fabriques d’initiatives locales (FIL) ?

Amaël Dumoulin : Les FIL sont un dispositif mis en place en 2015 par la municipalité. Il ne s’agit pas seulement de donner la parole aux habitants dans un simple espace de consultation : l’objectif est véritablement de coconstruire avec eux des projets. Au-delà de l’obligation pour les collectivités de se doter d’un dispositif de démocratie participative, le maire a souhaité développer l’éducation populaire et l’éducation à la citoyenneté, tout en permettant plus directement aux habitants d’agir pour transformer leur quartier, leur ville, leur école… ou leurs bibliothèques !

De multiples fabriques ont ainsi ouvert, avec des problématiques très variées et des entrées thématiques ou géographiques. D’autres dispositifs voisins ont ensuite été mis en place, comme « volontaires pour Dunkerque », qui permet à tout Dunkerquois de s’impliquer dans des projets en donnant un peu de son temps, de son expertise et de ses savoir-faire. Quand on est volontaire à la bibliothèque par exemple, on peut réaliser des lectures à voix haute pour les enfants ou porter des documents à domicile pour un public empêché. Enfin, le tout s’accompagne désormais d’un Fonds d’accompagnement citoyen des initiatives locales (FacIL), une aide financière pour des initiatives d’habitants attribuée par d’autres habitants.

O.G. et A.M. : Comment la bibliothèque s’est-elle saisie de ce dispositif ?

A.D. : À la bibliothèque, nous réfléchissions depuis un moment aux moyens de donner une voix aux habitants, c’est donc tout naturellement que nous avons saisi l’opportunité d’ouvrir une FIL en octobre 2015. Dénommée FIL Quartier du théâtre, elle avait bien entendu une entrée géographique (notre projet est un projet urbain), mais aussi deux entrées thématiques : d’une part le fonctionnement et les services de la bibliothèque, d’autre part la transformation du jardin dans lequel elle se situe.

O.G. et A.M. : Très concrètement comment se déroulent les séances ? Avec qui les habitants dialoguent-ils ?

A.D. : La FIL Quartier du théâtre a fonctionné d’octobre 2015 à octobre 2017. J’ai été chef de projet de l’atelier bibliothèque, mais toute une équipe d’animateurs et de preneurs de notes, pas toujours bibliothécaires, m’accompagnait. Le dispositif municipal cherche à éviter autant que possible les réunions plénières pour mettre vraiment l’accent sur le recueil de la parole des habitants, ce qui nécessite de nombreux techniciens.

Concrètement, nous avons misé sur des dispositifs d’animation variés et innovants, de sorte à libérer la parole et la créativité. Le sujet y invitait, et des expériences comme « bibliobox » ont été inspirantes pour nous. Les participants ont été sensibles à cette variété : le voyage d’étude (visite des bibliothèques d'Ypres et de Roubaix) a été un moment très fort, l’objectivation de situations d’accueil par l’analyse d’extraits de films aussi. Plus simplement, tout ce qui permettait au public de bouger, d’écrire, de dessiner a été apprécié par tous. Cela a aussi permis aux techniciens de mieux sortir de leurs postures d’experts. Enfin, des élus pouvaient être présents lors des rencontres, mais ils se plaçaient volontairement en retrait, à l’écoute de la parole des habitants, qui discutaient finalement surtout entre eux.

O.G. et A.M. : Quel périmètre du projet avait été ouvert à la discussion ? Un cadre avait-il été défini en amont ?

A.D. : Il a été primordial de bien définir ce cadre, de sorte à ne jamais tromper les participants sur leurs marges de manœuvre. C’est donc bien en amont que nous avons par exemple décidé d’exclure une co-construction du programme architectural. Faute de temps – 4 ans au total pour bâtir une nouvelle bibliothèque et un nouveau réseau, c’est peu ! – et parce que l’exercice est très technique, il a été réalisé en régie, chaque membre de l’équipe ayant été impliqué.

Lors de comités de pilotage réguliers, associant élus et techniciens, nous avons défini les phases principales du dispositif, duquel nous nous sommes finalement très peu éloignés.

O.G. et A.M. : Comment les FIL ont-elles alimenté l’élaboration du projet de l’établissement ? À quel stade du projet sont-elles intervenues ?

A.D. : Nous avons pratiquement mené les deux de front. Le projet a lui aussi été élaboré de manière participative, mais avec l’équipe. Les apports des ateliers FIL ont été importants, voire structurants. Par exemple, concernant l’importance de l’accueil et des relations humaines : nous avons qualifié les services et diversifié les profils en nous référant directement aux besoins des habitants.

La Fabrique a, je crois, donné de la force et de la légitimité au projet. La nécessité de rendre compte directement aux habitants, témoins et acteurs d’une partie de nos engagements, est un bon aiguillon pour avancer.

O.G. et A.M. : Quelles ont été les différentes étapes de la consultation des habitants dans les FIL ?

A.D. : L’atelier bibliothèque de la FIL Quartier du théâtre a connu cinq phases.

Phase 1 : nos priorités communes

Cette première étape avait pour but de familiariser les participants avec les enjeux de bibliothèques, de sorte à ce qu’ils puissent définir ensemble un référentiel de priorités communes pour le fonctionnement et le choix des services du futur équipement. Trois rendez-vous ont permis de mettre en œuvre des dispositifs variés allant de la pratique de saynètes à l’examen de photographies, le tout avec une forte dimension d’éducation populaire. Un voyage d’étude a également permis d’aboutir à un document unique résumant les attentes communes des habitants. Les participants ont ensuite présenté leurs priorités aux élus, qui se sont engagés à y répondre. S’il fallait résumer cette production en une expression, je reprendrais une formule de cette restitution : « l’humain d’abord », elle concernait les missions des bibliothèques, ses espaces et son fonctionnement.

Phase 2 : la présentation du programme architectural

Nous l’avons vu, ce programme n’a pas été rédigé avec les habitants, il était même presque achevé avant l’ouverture de la fabrique. Quelques menues adaptations sont intervenues suite aux premiers ateliers. Sa présentation à la population, en regard des priorités exprimées par les habitants, a permis de vérifier publiquement qu’il constituait en lui-même une réponse possible à leurs attentes.

Phase 3 : quel accueil à la bibliothèque ?

À travers deux ateliers et un groupe de travail dédié à l’accessibilité, les participants ont pu analyser la relation d’accueil en bibliothèque et préciser leurs besoins. À cette occasion, les participants ont analysé des scènes d’accueil, tirées de films de fiction ou de films promotionnels pour d’autres bibliothèques. Si leurs analyses ont d’abord souligné la qualité de l’accueil des bibliothécaires dunkerquois, une nécessaire professionnalisation et une spécification des missions ont été pointées, notamment dans le cadre de la mise en place d’automates de prêt. Ainsi, trois profils de bibliothécaires ont émergé. Ils ont ainsi été dénommés lors des ateliers :

  • des « couteaux suisses », devenus ensuite les « chargés d’accueil » dans notre nouvelle organisation. Ils réalisent rapidement toutes les prestations et répondent à toutes les questions simples ;
  • des « G.O. », inspirés des Gentils Organisateurs du Club Med, devenus aujourd’hui les « chargés des relations avec le public ». Ils sont dans tous les espaces de la bibliothèque et leur rôle est d’enrichir l’expérience des visiteurs en leur proposant des services supplémentaires, en assurant la promotion des événements et des collections ;
  • des « experts », devenus finalement les « chargés d’accueil spécialisé ». Assis côte à côte avec l’usager et partageant un écran, ils réalisent des recherches complexes. Pour les demandes les plus pointues, ils peuvent même recevoir sur rendez-vous.

Enfin, le groupe de travail sur l’accessibilité, composé d’habitants, de techniciens et de représentants d’associations a permis la réalisation d’un cahier de recommandations, transmis aux architectes du projet.

Phase 4 : les nouveaux services

Au cours de cet atelier, les habitants ont pu imaginer de nouveaux services. De nombreuses propositions ont émergé, reprenant heureusement et pour l’essentiel des idées qui avaient déjà été travaillées en amont au sein du service. Cela a aussi été une très bonne occasion de dire : « Nous le faisons déjà ! ». Un vote a permis de retenir six nouveaux services qui seront mis en place à l’ouverture de la bibliothèque :

  • Un lieu qui centralise l’information sur l’offre culturelle du territoire.
  • Des formats de rendez-vous culturels à dates et heures fixes.
  • Un local sécurisé pour les poussettes, trottinettes, skateboards.
  • Un vestiaire, une consigne.
  • Le rendez-vous avec un bibliothécaire.
  • La mise à disposition de jeux vidéo et de consoles.

Phase 5 : les horaires d’ouverture

Cette phase optionnelle, programmée initialement a été abandonnée, faute de temps. La grille des horaires d’ouverture suit finalement et presque strictement les horaires d’ouverture des commerces. Le débat sur l’ouverture dominicale, dans un contexte où la bibliothèque de plage est déjà ouverte le dimanche, a été décalé après l’ouverture de la nouvelle bibliothèque.

Tous ces ateliers ont été complétés par d’autres réunions conviviales : présentation de l’avant-projet sommaire en présence des architectes, points d’étape avec les élus, forum de clôture de la fabrique. En tout, neuf rencontres en deux ans.

O.G. et A.M. : Comment les habitants sont-ils informés, sélectionnés ?

A.D. : Tout usager ou tout habitant de Dunkerque a pu participer à ces fabriques : certains usagers ont participé alors qu’ils n’habitaient pas la ville et d’autres étaient des Dunkerquois qui ne connaissaient pas les bibliothèques. Il n’y a donc eu aucune sélection, ni pré-inscription. La population a été informée grâce à de nombreux canaux : quotidien régional, journal municipal, sites web de la bibliothèque et de la ville, réseaux sociaux, flyers distribués à tous les habitants du centre-ville et à tous les usagers dans toutes les bibliothèques du réseau. Les FIL sont nativement pensées pour ne pas être contraignantes : chacun vient quand il veut, une fois ou à chaque fois. Néanmoins, nous invitons toujours systématiquement les personnes qui ont déjà participé à l’une des séances.

En tout, 130 personnes ont participé aux ateliers. Un groupe d’environ 40 personnes ont participé à l’essentiel des rendez-vous. La représentativité de ce groupe, essentiellement féminin, retraité de la fonction publique, nous a néanmoins interrogés. Malgré la médiation orale en bibliothèque, la diffusion de l'information via des canaux plus variés (sites, radio, presse), nous peinons vraiment à diversifier suffisamment le public participant. C'est un peu le cas pour toutes les FIL à l'échelle du territoire.

O.G. et A.M. : Dans cette démarche, quelles ont été les places respectives des habitants, des élus, de l’équipe de la bibliothèque ? Qu’en a pensé l’équipe ?

A.D. : La place de chacun a été définie très clairement au départ. Le cadre d’action des habitants était rappelé à chaque séance, le principe de discrétion des élus a toujours été respecté et le nombre de collègues associés au dispositif était important (souvent 5 personnes).

L’équipe a vraiment bien accepté le dispositif et ceux qui n’ont pas pu y participer en tant qu’animateurs sont parfois venus les soirs d’ateliers, comme de simples habitants.

O.G. et A.M. : Et après ? Le dialogue s’est-il poursuivi avec les habitants ?

A.D. : Il y a toujours des FIL en cours, mais la bibliothèque n’est actuellement pas concernée par les enjeux qui y sont traités. Il faut bien retenir que ce dispositif est permanent dans la ville, même si chaque FIL est bornée dans le temps. À l’avenir, nous aurons certainement l’occasion d’intervenir dans de nouvelles fabriques, de façon centrale ou périphérique.

Enfin, les ateliers ont participé à l’évolution de notre relation aux habitants. Nous nous connaissons mieux, plus personnellement aussi. Certains habitants sont naturellement devenus bénévoles, d’autres semblent s’improviser ambassadeurs, ce dont on peut se réjouir !

Actuellement, nous travaillons à inventer de nouvelles formes de dialogue et de coconstruction avec les habitants. Nous aurons par exemple recours à leur expertise dans le domaine des collections, nous aurons besoin d’eux pour l’inauguration de la bibliothèque (en mai 2019), et nous souhaitons encourager leurs actions pour les rendez-vous réguliers (café parlotte, café lecture, café jeux, etc.) : l’idée est vraiment que nous partagions, chaque fois que possible, les clés de la bibliothèque.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search