Version classiqueVersion mobile

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Conclusion

Texte intégral

1L’utilité sociale des bibliothèques publiques, née de leurs fondements politiques, diffère des deux côtés de l’Atlantique. Je souhaite rappeler ici brièvement quatre divergences majeures, toutes quatre de nature politique : les bibliothèques et leur rôle éducatif ; les bibliothèques dans la vie démocratique ; le soutien public ; l’advocacy. Mais ces divergences, identifiées dans ce travail, ne recouvrent pas entièrement les différences entre les bibliothèques municipales et les Public Libraries : ces différences relèvent aussi du rapport au savoir et du partage de ce savoir. Enfin, comme conclusion à cette conclusion, je voudrais revenir sur une différence d’essence, celle qui a trait au projet que portent les bibliothèques.

QUATRE DIVERGENCES

Bibliothèques publiques et formation

2La tradition américaine d’éducation des immigrants, la place de la formation des adultes et l’usage des Public Libraries par un public majoritairement enfantin ou jeune : ces trois éléments ont contribué à ce que l’objectif éducatif y demeure très vivace et très visible, avec les reference libraries (et les reference librarians), l’aide aux devoirs, des salles dévolues au travail silencieux, des cours aux adultes et des collections de documents constituées à cet effet. En France, les sections d’étude ont disparu car elles étaient considérées comme discriminantes ; ni aide aux devoirs ni cours ; pas de bibliothécaires spécialisés dans ce travail ; des étudiants vus comme des ennemis qui détournent à leur profit un établissement qui ne leur est pas destiné.

  • 402 On voudra bien, en me lisant, faire la part de la généralisation obligée et obligatoirement injust (...)

3Les Public Libraries continuent à assumer les missions assignées par leurs fondateurs. En France, le modèle de bibliothèque publique aujourd’hui mis en œuvre semble avoir pour objet (comme un de ses objets) de se démarquer des bibliothèques savantes d’autrefois – et, même, de se démarquer du modèle de bibliothèque publique promu par les modernistes du XXe siècle, d’Eugène Morel à Michel Bouvy en l’amputant de son volet éducatif. Les Public Libraries sont, sciemment, volontairement, un complément de l’école et une université populaire ; les bibliothèques municipales ont voulu déscolariser la lecture et manifester ostensiblement leur éloignement du monde scolaire402.

4Les conséquences de cet état de fait français sont fâcheuses pour au moins deux raisons. En projetant les bibliothèques du côté des loisirs, il les prive d’une fréquentation utilitaire de la part d’une population qui en aurait pourtant besoin. En les inscrivant dans une consommation culturelle vue comme du superflu, du « supplément d’âme », il jette le doute sur le bien-fondé des financements publics. C’est l’utilité sociale de la bibliothèque qui justifie sa prise en charge par la communauté – et l’utilité est davantage du côté de la formation que de la « lecture-plaisir » prônée par les bibliothécaires. Les bibliothèques municipales françaises, privées de leur pôle éducatif, boitent.

Les bibliothèques dans la vie démocratique

5« La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie. Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires, pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société. » (Charte des bibliothèques, article 3)

  • 403 On pourrait utiliser l’image d’une démocratie en marche, une démocratie d’acteurs, comme les Améri (...)

6Les bibliothèques municipales françaises se targuent volontiers de leur rôle dans la formation des citoyens ou dans l’exercice de la vie démocratique. Pourtant, dans le même temps, elles expriment une aversion inquiétante pour la vie politique, au point que certains bibliothécaires suggèrent de supprimer les livres politiques des rayons. Former les citoyens et encourager la vie démocratique c’est, au contraire, informer, donner des outils de connaissance et de compréhension – comme le font les Public Libraries en étant le relais de la vie politique et associative locale, en donnant accès à l’information gouvernementale, en identifiant les décideurs politiques et leur agenda. Là-bas, il s’agit d’une démocratie active, appuyée sur ses nombreux groupes, comités et autres associations ; ici, la vie démocratique est presque tout entière enfermée dans le processus électoral – au milieu de longues périodes passives403.

7On sait que la France politique, depuis la Révolution, est hostile aux groupes intermédiaires, corporations ou états de sinistre mémoire (je veux dire, de mémoire aristocratique). La république, en France, ne connaît que le citoyen. Le frémissement que l’on nous annonce vers une « démocratie participative » est porteur d’une révolution en ce domaine, lié qu’il est à la prise en compte de communautés de citoyens.

Le soutien public

8Les Public Libraries sont nées d’en-bas, de la volonté de quelques voisins (A few neighbors joined together, Jeremy Belknap). Les bibliothèques municipales sont créées par les pouvoirs publics, sans que la population les demande – on peut dire, en forçant le trait, qu’elles sont octroyées d’en-haut. Les contribuables américains donnent leur avis sur le financement de leurs bibliothèques : ils votent dans des referendums pour accepter (ou refuser) des ressources nouvelles, ils donnent (ou ne donnent pas) pour que les contributions privées accompagnent et complètent les financements publics. Les habitants donnent aussi de leur temps, soit dans les associations d’amis, soit comme volontaires. Ils se mobilisent quand les services de la bibliothèque, ou son existence même, sont menacés.

9Rien de tout ceci en France. Le financement des bibliothèques municipales est pris en charge par l’impôt (et, marginalement, par les usagers) sans que les contribuables aient à se prononcer sur son montant ou son affectation. Les bibliothèques municipales existent indépendamment de leurs usagers, de leur demande et de leur satisfaction. Indépendamment de leur soutien. Ce qui signifie non seulement le primat de la politique d’offre (qui a, par ailleurs, sa justification intellectuelle) mais aussi que, lorsque les bibliothèques municipales ont besoin d’être soutenues, quand elles sont instrumentalisées, délaissées, abandonnées, les usagers, contribuables et citoyens ne les défendent pas. Leur seule défense est corporatiste – celle que les bibliothécaires leur apportent.

L’advocacy

10Le soutien aux Public Libraries est une sorte de genre littéraire. Parler pour les bibliothèques, porter témoignage de leur importance, souligner leur apport, leur place dans la société américaine sont des exercices de style, auxquels se livrent les présidents des États-Unis comme les élus, les usagers ou les bibliothécaires. La promotion des bibliothèques, tout au long de l’année au sein des Amis de la bibliothèque ou dans un moment particulier comme la National Library Week, est une activité commune, courante. Elle inspire tout naturellement le soutien public que les Public Libraries entretiennent comme le propriétaire anglais entretient son gazon. Rien de tel en France, est-il encore besoin de le souligner. Au contraire, une rhétorique de circonstance – comme il y a des discours de circonstance – de la part des décideurs ; et, de la part des bibliothécaires, un soupçon permanent que les bibliothèques ne remplissent pas leur rôle. Le tout, baignant dans un flou savant sur ce qu’est leur rôle.

LE RAPPORT AU SAVOIR

11Ces quatre divergences majeures sont les conséquences, les signes manifestes d’une origine différente. Mais elles ne l’épuisent pas tout à fait. Si l’on prolonge l’analyse, au-delà du constat, les raisons de ces divergences se trouvent aussi dans le rapport au savoir – savoir utile, savoir confisqué, savoir partagé… Avec l’aide de deux historiens français, Jean Hassenforder et Alexis de Tocqueville, tentons d’aller plus loin dans cette analyse.

Le peuple, l’aristocratie et le savoir

  • 404 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne (...)

12Reprenons d’abord l’analyse de Jean Hassenforder404. Aux États-Unis : « La participation de tous aux affaires politiques, suppose la diffusion des connaissances requises, une généralisation de l’instruction. L’enseignement public s’affirme effectivement aux États-Unis dans la première moitié du siècle. Des bibliothèques destinées à la fois aux enfants et aux adultes, apparaissent dans les écoles, dans l’État de New York à partir de 1835, puis dans d’autres états. Financées par des fonds publics, elles ouvrent la voie, sur ce point, aux bibliothèques municipales ».

13« Les aspirations démocratiques sont invoquées fréquemment à l’appui de la création de ces dernières. Le rapport des premiers responsables de la bibliothèque publique de Boston est explicite à cet égard. C’est le problème d’une démocratisation de l’accès à la connaissance qui est posée : “Il est de suprême importance que les moyens d’une information générale soient ainsi diffusés, que le plus grand nombre possible de personnes soit amené à lire et à comprendre les questions concernant les fondements mêmes de l’ordre social qui se présentent constamment à eux et sur lesquels on demande constamment au peuple de décider.” Offrir à tous cette possibilité de lecture est un devoir des pouvoirs publics au même titre que l’apport d’une éducation gratuite et en fait comme une partie et des plus importantes de cette éducation à l’intention de tous. Cette conviction anime effective ment les pionniers de la bibliothèque municipale de Boston. La conception aristocratique de la bibliothèque au seul usage d’une minorité lettrée est répudiée et l’on s’efforce d’offrir à tous un service diversifié, sans oublier de prendre en considération les besoins des plus pauvres. La distinction européenne entre bibliothèques populaires et bibliothèques savantes s’efface au profit d’une conception plus large de la bibliothèque publique. »

14Inversement, en France, poursuit Hassenforder, « La Révolution française a mis les bibliothèques publiques à l’ordre du jour. Mirabeau, Condorcet, Talleyrand évoquent le problème, et elles trouvent place dans des projets inspirés par la généreuse idée de répandre l’instruction et d’en assurer l’accès à tous. Des bibliothèques publiques sont créées, qui rassemblent des livres nombreux en provenance de biens saisis. Mais la richesse initiale des bibliothèques municipales ne sera pas sans contrepartie. L’accent mis sur des fonds vieillis, utiles aux érudits et aux historiens, se révélera par la suite un obstacle à une meilleure adaptation de ces institutions à la vie moderne. »

15C’est, en une page, résumer la faille initiale qui sépare les bibliothèques publiques aux États-Unis et en France : une naissance démocratique là-bas, un héritage aristocratique ici.

16Aux États-Unis, la liberté d’information est la valeur nodale, celle qui est défendue bec et ongles à travers tout le pays. En France, on peut dire, sans excès, que le sujet n’est pas un sujet sensible ; ce qui est en question, c’est que les usagers potentiels ne soient pas exclus, rejetés. Que le trésor soit accessible à tous. Comme si les bibliothèques des émigrés devaient, une nouvelle fois, être ouvertes et mises à disposition du peuple. Les bibliothèques américaines n’ont pas ce souci, nées dans le peuple et pour lui.

  • 405 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 147.

17Ce serait sans doute forcer le trait (quoique…) que d’écrire que, de part et d’autre de l’Atlantique, chacun rejoue la scène originelle, les uns, nés égaux, citoyens, hommes d’action, jaloux de leur liberté, les autres, jadis sujets, spectateurs ironiques, attachés à ne pas être exclus, soucieux d’un partage équitable. « Le grand avantage des Américains est d’être arrivés à la démocratie sans avoir à souffrir de révolutions démocratiques, et d’être nés égaux au lieu de le devenir.405 »

18Cette faille, identifiée et analysée par Jean Hassenforder pour le XIXe siècle, ne s’est pas résorbée au cours du XXe siècle. Pourquoi ? Les raisons en sont complexes – j’en ai évoqué quelques-unes, l’héritage des bibliothèques savantes, la prégnance des collections littéraires, le refus du rôle éducatif, le rôle de l’État dans la définition du paradigme, le goût pour la modernité. Ici, il convient de creuser l’analyse.

Un savoir utile ?

  • 406 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 60.

19Peuple de pionniers, d’individualistes, d’entrepreneurs, de self-made men, les Américains, on le souligne volontiers, ne prisent pas les grandes idées, la théorie, les penseurs. Pragmatisme semble être leur maître-mot. Mais le savoir est une valeur sûre. Car il conditionne la réussite, comme l’analysait déjà Tocqueville : « Quand il n’y a plus de richesses héréditaires, de privilèges de classes et de prérogatives de naissance, et que chacun ne tire plus sa force que de lui-même, il devient visible que ce qui fait la différence entre la fortune des hommes, c’est l’intelligence. Tout ce qui sert à fortifier, à étendre, à orner l’intelligence acquiert aussitôt un grand prix.406 » L’accès au savoir est une condition essentielle de l’égalité des chances. Un savoir utile car prédomine « dans le cœur de l’homme le goût de l’utile sur l’amour du beau », écrit encore Tocqueville.

  • 407 Ibid., II, p. 115.

20Mais qu’est-ce qu’un savoir utile ? Un savoir utile à l’action, des livres qui se lisent vite, « qui n’exigent point de recherches savantes pour être compris ». Un savoir contemporain : « Les peuples démocratiques n’ont qu’une estime fort médiocre pour l’érudition et ils ne se soucient guère de ce qui se passait à Rome et à Athènes ; ils entendent qu’on leur parle d’eux-mêmes et c’est le tableau du présent qu’ils demandent.407 » En des termes d’un autre siècle, il s’agit bien là de lecture d’information et de formation. Des livres pour comprendre et agir.

  • 408 L’analyse suivante, si familière sur le fond aux bibliothécaires français, n’aurait pas de sens au (...)

21Symétriquement, les bibliothèques françaises possèdent des collections dont la qualité première n’est pas l’utilité immédiate. Ce qui est valorisé par les bibliothécaires, c’est la cohérence et la richesse du corpus constitué. Ce sont les fonds littéraires408. Les usagers, eux, on l’a vu, considèrent qu’ils n’y trouvent pas forcément leur miel – d’abord et surtout pour les livres pratiques, mais aussi pour les livres scientifiques et de sciences humaines et sociales. La richesse de fonds constitués dans l’épaisseur du temps est inappréciable. Mais un intérêt insuffisant pour les idées et les sciences d’aujourd’hui ne saurait réconcilier les Français et leurs bibliothèques.

  • 409 Gary Strong, directeur de la Queens Library, à New York : « Tout tient au suivi de la satisfaction (...)

22Pour autant, la pente américaine à acquiescer à toute la production éditoriale, quel que soit son contenu409, est absolument étrangère à la tradition française. La constitution des collections se fait par sélection, une sélection assumée qui prend en compte l’actualité éditoriale, la collection déjà là (ses points forts, ses lacunes, ses redondances, la nécessité de la mettre à jour), les attentes de la population et l’usage possible des livres achetés. Mais ce critère (le succès des livres achetés), en France, passe en dernier. L’achat par la New York Public Library, en 2005, de 1 055 exemplaires de Harry Potter and the Halfblood Prince ne peut provoquer chez les bibliothécaires français qu’une question incrédule et ironique : mais qu’est-ce qu’ils en feront après, quand ce titre ne sera plus dans l’actualité médiatique ? Inversement, un livre qui n’est pas emprunté, pas lu, n’est pas forcément considéré comme n’ayant pas sa place à la bibliothèque : il pourra trouver un lecteur plus tard.

23Si l’inutilité des collections n’est pas, évidemment, reconnue comme souhaitable, un certain désintéressement est volontiers prôné. Une certaine gratuité. Conséquence, là aussi, de la déconnexion de la bibliothèque et de la population. La satisfaction immédiate du public n’est pas le critère premier, en France, pour la constitution des collections. Mais cette gratuité est aussi la conséquence d’un autre rapport au temps, à l’actualité (voire à la médiatisation), à l’utilité immédiate. Les bibliothèques municipales, plus que les Public Libraries, sont inscrites dans le temps long, dans l’épaisseur du temps.

Un savoir populaire ?

24« Elitiste pour tous » : l’oxymore (attribué à Hölderlin, Vitez et quelques autres) n’éclaire pas l’analyse. On voit bien sa fonction : éviter le mot honni de « populaire ». Le Théâtre national populaire l’est (« populaire ») dans le bon sens : il est exigeant pour le peuple et n’est pas condescendant. On se souvient de l’éructation d’Eugène Morel contre les bibliothèques dites « populaires » : « Il y a le mot “populaire”. Théâtre populaire, université populaire, restaurant populaire, bibliothèque populaire… C’est avec ce mot-là que les meilleures intentions dressent de suite une insulte devant l’œuvre qu’elles entreprennent. » Dans l’action populaire, il y a au pis un peu de mépris, au mieux un peu de paternalisme. Entre l’élitisme et le paternalisme, la voie est étroite.

  • 410 Entretien dans BIBLIOthèques, n° 28, 2006.

25C’est cette voie que veut suivre la « bibliothèque publique » prônée par les bibliothécaires modernistes du XXe siècle. Ni bibliothèque savante pour les savants, ni bibliothèque populaire pour le peuple, la bibliothèque publique veut casser ces modèles d’exclusion et accueillir tous et chacun. C’est ce que décrit Michel Bouvy : « L’idée de la bibliothèque pour l’élite et celle de la bibliothèque populaire, ce sont les deux idées qui ont toujours fait le plus de mal aux bibliothèques françaises, et malheureusement ce sont les plus répandues à l’heure actuelle dans la plupart des milieux. La bibliothèque publique n’est, il faut le répéter, ni un service de luxe ni une œuvre de bienfaisance. C’est un service public aussi utile que l’école. » Quarante ans après ces déclarations d’intention, il considère que la médiathèque à la française a répondu à cette attente : « Je ne connais pas de médiathèque d’étude et de médiathèque populaire. Les médiathèques sont ouvertes à tous.410 »

  • 411 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., I, p. 446.

26On peut pourtant s’interroger, à nouveau, sur le rapport des bibliothèques au peuple – c’est-à-dire à la société. Et souligner, à nouveau, l’écart entre l’exemple français et l’exemple américain. Dès le XIXe siècle, l’accès au savoir est considéré aux États-Unis comme une nécessité pour tous, et ce d’autant plus que l’école ne peut suffire à un partage équitable du savoir. Pas de savants ni d’ignorants : c’est ce que constate Tocqueville : « Celui qui veut juger quel est l’état des lumières parmi les Anglo-Américains est donc exposé à voir le même objet sous deux différents aspects. S’il ne fait attention qu’aux savants, il s’étonnera de leur petit nombre ; et s’il compte les ignorants, le peuple américain lui semblera le plus éclairé de la terre.411 »

  • 412 Martine Poulain. « Retourner à Tocqueville pour comprendre l’histoire comparée des bibliothèques a (...)

27Martine Poulain, dans sa relecture de Tocqueville412, revient sur la question du partage du savoir dans la jeune démocratie américaine du XIXe siècle. « Seule une société démocratique pouvait inventer la lecture publique : sans patrimoine et sans passé, cette société avait besoin, pour construire, nourrir et développer son fonctionnement égalitaire et individualiste, de journaux et de bibliothèques, alors sources essentielles du savoir. » La différence organique avec l’histoire française a, on y revient, à voir avec la culture religieuse. Aux États-Unis, il s’agit de proposer librement le savoir pour que chaque lecteur acquière les connaissances qui lui sont utiles et forge sa propre opinion. « Le but premier des bibliothèques publiques américaines », écrit encore Martine Poulain, « était d’informer plus que de former, de fournir des informations plus que des corpus, des connaissances plus que des savoirs, des faits plus que des pensées. » En France, à la même époque, le lecteur, s’il n’est un savant, est considéré comme un mineur qu’il faut guider, encadrer, et dont les lectures doivent être contrôlées. La prescription, si elle a disparu du vocabulaire français, demeure l’arrière-plan de la constitution des collections. Tradition protestante, tradition catholique…

  • 413 Elise Marienstras. Les mythes fondateurs de la nation américaine. Éditions Complexe, 1992, p. 26.
  • 414 Je renvoie sur ce point au développement sur la place des usagers dans les bibliothèques, au chapi (...)

28Aux États-Unis, nulle position de surplomb : « Les nouvelles bibliothèques créées par la démocratie américaine ne pouvaient donc pas, à la différence de ce qui se passe dans les vieilles sociétés européennes à la même époque, être populaires, c’est-à-dire s’adresser à une partie de la population désignée comme étant le peuple, différente des autres classes sociales et nécessitant un traitement précautionneux particulier dans sa progression vers la lumière des connaissances », conclut Martine Poulain. La conception holiste de la société américaine, la société sans classes des idéologues jeffersoniens413, a donné naissance aux Public Libraries. La société française, hiérarchisée, de classes, a engendré des bibliothèques municipales, octroyées à la population et au fonctionnement encore largement aristocratique414. Pourtant, le projet de la bibliothèque publique est largement démocratique. Comment comprendre cet écart entre le projet et la réalité ?

DEUX PROJETS DIFFÉRENTS

29Revenons sur le constat que l’importation de la Public Library en France a été infidèle au modèle importé. Le modèle mis en œuvre sous le nom de « bibliothèque publique » s’est développé sous la forme de la médiathèque. La médiathèque est un modèle de rupture avec la bibliothèque savante ; ses maîtres-mots sont « modernité » et « ouverture ». C’est par la modernisation des établissements que se fera, dit ce modèle, l’ouverture (aux différents publics). Nous venons de rappeler en quoi ce modèle diverge de la Public Library – dont il se réclame pourtant.

30Tentons un pas de plus dans l’analyse en examinant en quoi, dans sa version contemporaine, ce modèle francisé peut être fidèle à un projet démocratique. Il l’est dans le registre de la redistribution des ressources (le savoir, les informations, la culture, le patrimoine : la bibliothèque comme bien public à partager) voire, ce social n’étant pas appuyé sur un projet politique, dans le registre caritatif (la bibliothèque comme octroyée à la population, et d’abord dévolue à la population qui en est exclue).

  • 415 L’objectif fréquemment assigné aux bibliothèques d’entretien du lien social ou de facilitation de (...)

31Le souci de faire venir à la bibliothèque en priorité la population qui en est éloignée peut, en effet, être considéré comme le marqueur d’une approche caritative. Le caritatif contre le politique ? Ou, plutôt, le caritatif car sans le politique415 ? Si la médiathèque n’est pas un projet politique, elle a cependant des fondements qui spécifient sa place dans l’ex-pace public. Deux types de remarque peuvent être apportés pour éclairer cette analyse. Une remarque sur le rapport au temps, une remarque sur le modèle qu’est la médiathèque.

La médiathèque et le temps des lecteurs

  • 416 Dans un bref texte autobiographique, Dominique Tabah se souvient de « la thèse d’Hélène Cixous sur (...)

32Contrairement aux bibliothécaires américains, la culture professionnelle des bibliothécaires français intègre une dimension téléologique. Le non-usager est un futur usager ; l’usager incompétent est un futur usager expert ; l’enfant lecteur est l’usager de demain ; le lecteur de romans policiers est un futur lecteur de (au choix) Proust ou Joyce. La prescription des bons livres a formellement disparu mais l’idée d’un itinéraire de lecteur, avec une intensification de la pratique et une complexification des lectures, reste présente. Car les bibliothécaires aiment les lecteurs pour ce qu’ils pourraient devenir – pour ce qu’ils pourraient lire peut-être plus que pour ce qu’ils lisent416. La métaphore du passage (d’une lecture enfantine à une lecture adulte, d’une lecture facile à une lecture difficile) est fréquente dans l’offre des bibliothèques. Le self-improvement américain est, chez nous, vu comme relevant de l’institution (la bibliothèque) et de ses acteurs (les bibliothécaires) plus que de l’individu lisant.

  • 417 Myriem Foncin, dans la critique de The Chance to read : « Il est bien certain que des bibliothécai (...)
  • 418 Sur cette argumentation, je renvoie à ma thèse, Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothè (...)
  • 419 Michèle Petit, Chantal Balley. De la bibliothèque au droit de cité : parcours de jeunes. BPI, 1996

33C’est sans doute que la tradition de self-improvement correspond en France à la tradition d’émancipation. Ici, on lit pour se libérer (des oppressions, des héritages, des contraintes) non (comme là-bas) pour devenir plus compétent, plus débrouillard ou plus riche417. C’est ce discours de l’émancipation qui a appuyé le mouvement de développement des bibliothèques dans les années 1970 et 1980 dans certaines villes, en particulier les villes communistes418. C’est lui que l’on retrouve en filigrane dans certains travaux sociologiques419. C’est lui dont la disparition a probablement provoqué l’incertitude politique qui marque les fondements des bibliothèques publiques. Car ce n’est pas ce discours qui fonde le modèle de la médiathèque.

  • 420 Michel Melot. « Le temps des médiathèques », op. cit., p. 209.

34Laissons Michel Melot décrire ce modèle : « Le concept de “médiathèque” ne saurait se réduire à l’intégration des nouveaux médias dans le dépôt de livres. La médiathèque répond beaucoup plus largement à l’idée d’une bibliothèque ouverte non seulement à tous les types de documents mais aussi à tous les publics, et à toutes sortes d’activités d’information ou de loisirs. Son succès est donc entièrement lié au développement des pratiques bibliothécaires nouvelles en France, bien connues des Public Libraries, anglo-saxonnes, comme le libre accès, l’information et la documentation, le lieu civique ou convivial de rencontres et d’animations, bref, tout ce qui peut la distinguer de la vieille bibliothèque savante réservée aux notables et aux érudits, dont elle a servi à faire le procès et à dépasser le modèle.420 » Si la médiathèque permet/promet une émancipation, une rupture, une désaffiliation, c’est celles d’avec la bibliothèque savante et la culture légitime.

Le modèle de médiathèque

35Sur quel autre fondement politique que celui de la démocratisation (au sens de fréquentation par des personnes aujourd’hui éloignées de la bibliothèque), s’appuie alors le modèle de la médiathèque ? On peut identifier deux autres registres : celui du service public (« à la française » selon la formule désormais consacrée), celui du réseau (valable, lui, en France comme aux États-Unis).

  • 421 Bernadette Seibel. Au nom du livre, op. cit.
  • 422 Philippe d’Iribarne. L’étrangeté française. Éditions du Seuil, 2006, p. 124.

36Les bibliothèques publiques sont un service public, émanant de collectivités publiques, assurant un service d’intérêt général au bénéfice de l’ensemble de la population. Cette phrase pourrait décrire aussi l’activité des Public Libraries mais ne serait sans doute pas considérée comme essentielle, identitaire, alors qu’elle est un substrat intériorisé en France. Au temps des Trente Glorieuses, travailler « dans le public » est un choix – quasiment un choix de vie. Les bibliothèques sont, alors, porteuses de cette foi, ainsi définie par Bernadette Seibel : « L’ensemble de la profession partage la croyance que la connaissance est bonne en soi et qu’il lui appartient de transmettre à tous les savoirs ou biens culturels.421 » Outre l’objectif de partage, inhérent à toute action culturelle publique, les acteurs qui font ce choix le font aussi parce qu’il y a « une certaine noblesse à n’être au service que de l’intérêt général, et à traiter avec bienveillance, conformément à son propre sens du devoir, des usagers qui du fait qu’ils ne peuvent faire appel à un concurrent, sont mal placés pour exiger.422 » Le service public est un choix noble, qui plus est compatible avec la faible culture de service française. Ce qui le rend d’ailleurs doublement incompréhensible pour les Américains.

37Mais le service public a changé. Les mythes qui le fondaient se sont délités. La noblesse de servir est dépassée par le souci de répondre aux attentes. La satisfaction des usagers est devenue la mesure de toute activité publique.

  • 423 Denis Varloot. « Du puits au robinet », Bulletin des bibliothèques de France, t. 28, n° 6, 1983.

38Dans cette nouvelle articulation entre population, usagers et fonctionnaires, dans cette nouvelle incertitude créée par l’offre privée (et domestique) qu’est Internet, dans cette renégociation de l’utilité sociale des bibliothèques, de quelle justification nouvelle peut se réclamer la médiathèque ? La modernité est plus que jamais à l’ordre du jour. Modernité d’un monde informationnel, flexible, nomade. Denis Varloot, dans un article anticipateur resté célèbre, indiquait la voie dès 1983 : « Plus brève, l’information sera beaucoup plus mobile, plus dynamique et, pour partie, moins pérenne peut-être. C’est cette information libérée que sollicitent ceux qui ne sont encore aujourd’hui que des lecteurs. » Il incitait au changement, pour répondre à cette nouvelle attente, « afin que, de “gardiens du coffre” qu’ils sont aujourd’hui, les bibliothécaires deviennent des spécialistes de l’irrigation, de ces “fontainiers” qui font pousser des arbres jusque dans le désert.423 »

  • 424 Pour la désertion : Scott Carlson. « The Deserted Library ». The Chronicle of Higher Education, 16 (...)

39La « boîte à livres » qu’est la bibliothèque est appelée à devenir un élément du vaste réseau que constitu(erai)ent aujourd’hui nos sociétés occidentales. Accès, accessibilité, accéder : ces mots emplissent, saturent la rhétorique récente : les bibliothèques seraient devenues ou sommées de devenir des points de passage, des nœuds dans un réseau, et les bibliothécaires ces « fontainiers » que Denis Varloot appelait de ses vœux. L’hédonisme d’aujourd’hui, avec ses valeurs de rapidité, de jeu, de convivialité, ne se reconnaît pas dans la médiathèque. Le flux, le « juste-à-temps », l’éphémère, sont en opposition avec la durée, la lenteur, le stock des bibliothèques. Pour répondre aux nouvelles attentes de la société, la bibliothèque devrait se faire immatérielle, fluide, gazeuse. Aux États-Unis, l’existence du réseau est supposée avoir provoqué la désertion des bibliothèques – mais les statistiques démentent l’analyse, du moins pour les Public Libraries424.

40La création de services à distance, la personnalisation des prestations, la focalisation sur l’accès (et non plus sur l’acquisition) sont supposées permettre la présence de la médiathèque dans le réseau (global, moderne, interactif) – nouvelle fiction, elle aussi, sans fondement politique.

  • 425 Michel Melot, « Le temps des médiathèques », op. cit.

41Michel Melot prédit la fin de la médiathèque : « La médiathèque est devenue une évidence. En conséquence, le mot même de “médiathèque”, qui assura pendant un demi-siècle la promotion des bibliothèques publiques en France, perd de son efficacité et la “bibliothèque” revient à la mode, dégagée de ses connotations passéistes. L’époque des “médiathèques” peut alors apparaître dans l’histoire des bibliothèques françaises comme un long et décisif détour.425 » Mais un détour qui ramène à quoi ?

42Ce travail d’analyse comparée entre les Public Libraries et les bibliothèques municipales ouvre ainsi – et c’est heureux ! – sur de nouvelles interrogations et, nécessairement, sur de nouvelles recherches. Au moins dans deux registres.

43D’une part, il conviendrait de revenir sous un autre angle sur la question (ici peu, mal traitée) de l’adaptation du modèle américain. Comment le transfert culturel s’est-il effectué, voilà un sujet que je n’ai abordé que sous l’angle de l’adaptation (ici infidèle) du modèle. Le rôle des « passeurs culturels », des vecteurs de cette importation, des raisons et des modalités de l’adaptation de ce modèle à son espace d’importation est à reprendre.

44D’autre part, l’histoire (très) contemporaine des bibliothèques amène à s’interroger sur la question des modèles. Si le modèle américain a été importé fautivement, il a bel et bien joué un rôle important dans la définition de la médiathèque. Cette hybridation a produit un artefact spécifiquement français explicité par une rhétorique insistante (la modernité, la démocratisation) qui prend aisément, complaisamment, les mots pour les choses. La théorie de la médiathèque reste à faire. La comparaison avec la Public Library montre ce qu’elle n’est pas. Le discours qu’on tient sur elle dit ce qu’elle prétend être. Une théorie des bibliothèques, une théorie de la pratique, devrait montrer ce qu’elle est.

45L’histoire culturelle est un outil indispensable dans cette théorisation. Elle permet de replacer la bibliothèque dans son espace public, dans sa tradition politique, culturelle, sociale, religieuse. Elle est un nécessaire outil d’intelligibilité car elle peut prendre en compte à la fois les héritages et les projets, les discours et les faits, les promesses et les réalisations. Elle permet d’analyser et de comprendre en quoi la bibliothèque est un artefact – et cet artefact-là.

Notes

402 On voudra bien, en me lisant, faire la part de la généralisation obligée et obligatoirement injuste – il est clair que certaines bibliothèques municipales, dont les plus grandes mais pas seulement, continuent à promouvoir leur rôle éducatif. Mais l’attitude majoritaire et les discours autorisés, la doxa, considèrent que c’est un dévoiement des missions et un handicap pour leur image. Au demeurant, les jeunes scolarisés (collégiens, lycéens, étudiants) tordent eux-mêmes le bâton dans l’autre sens en demandant à la bibliothèque ce qu’elle ne souhaite pas leur donner – un accompagnement de leur parcours scolaire.

403 On pourrait utiliser l’image d’une démocratie en marche, une démocratie d’acteurs, comme les Américains le font lors de la parade du 4 juillet, et d’une démocratie qui regarde, une démocratie d’observateurs, comme les Français le font lors du défilé du 14 juillet.

404 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit., p. 90 et 93-94.

405 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 147.

406 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 60.

407 Ibid., II, p. 115.

408 L’analyse suivante, si familière sur le fond aux bibliothécaires français, n’aurait pas de sens aux États-Unis : « Le premier danger qui guette les fonds de littérature est la standardisation, l’uniformisation. Les beaux fonds, ceux qui ont une couleur, une densité, sont ceux qui contiennent un certain mystère. On va y rencontrer des lignes de force, des résistances, des motifs de surprise et des incitations à la découverte. La diversité de la production doit inciter les professionnels à sortir des sentiers battus et à construire des collections diversifiées. Pas seulement pour répondre aux attentes supposées des différentes catégories de lecteurs. C’est une question de politique de l’offre, et même de politique culturelle. » (Madeleine Deloule. « Acquisitions, classement, mise en valeur ». Littérature contemporaine en bibliothèque, sous la dir. de Martine Poulain. Éditions du Cercle de la Librairie, 2001)

409 Gary Strong, directeur de la Queens Library, à New York : « Tout tient au suivi de la satisfaction de nos usagers, qui consiste à savoir précisément ce que veulent nos clients et à le leur donner. » (Gary Strong, « Relever le défi de la diversité à la Queens Library », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 1, 2002)

410 Entretien dans BIBLIOthèques, n° 28, 2006.

411 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., I, p. 446.

412 Martine Poulain. « Retourner à Tocqueville pour comprendre l’histoire comparée des bibliothèques américaines et françaises au XIXe siècle », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 5, 2002.

413 Elise Marienstras. Les mythes fondateurs de la nation américaine. Éditions Complexe, 1992, p. 26.

414 Je renvoie sur ce point au développement sur la place des usagers dans les bibliothèques, au chapitre III. On m’objectera que la société anglaise, dont les bibliothèques sont proches des américaines, est très hiérarchisée. Alors, c’est sans doute qu’à cette hypothèse à partir de la structure sociale il est nécessaire d’ajouter le facteur religieux. Le libre examen (protestant) des idées, des textes, des grands récits exige une bibliothèque ouverte. Démocratique.

415 L’objectif fréquemment assigné aux bibliothèques d’entretien du lien social ou de facilitation de l’insertion sociale est un des fondements de la légitimation des établissements aujourd’hui. Il est aussi analysé comme un acquiescement, une résignation à des activités de contrôle social qui prendraient le pas sur l’émancipation. Ainsi, Bruno David : « Si on laisse de côté (provisoirement) les ritournelles sur “la démocratisation de la culture” – passage obligé du grand oral que sont les discours d’inauguration d’équipements –, on n’ignore pas que les élus locaux envisagent la création de médiathèques comme une réponse parmi d’autres aux risques de “désaffiliation” (Castel) et d’éclatement social qui menacent “les quartiers sensibles” de leur commune. Autrement dit, ces équipements s’intègrent à la géographie urbaine en tant que dispositifs d’encadrement social – aux côtés du sport (entre autres), souvent présenté comme une riposte douce au désœuvrement criminogène des jeunes. Or, ce qui pour les politiques est une nécessité dictée par la gestion des risques sociaux (notamment celui que représentent les classes dangereuses), les bibliothécaires en font une vertu civique – un état d’esprit qui présuppose l’identification à l’ordre et l’intériorisation de ses valeurs. » (Bruno David, « Le manège enchanté des bibliothécaires », Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 6, 2004)

416 Dans un bref texte autobiographique, Dominique Tabah se souvient de « la thèse d’Hélène Cixous sur Joyce achetée en six exemplaires » (« Mémoire de la territoriale : les communaux arrivent », BIBLIOthèques, n° 28, 2006). Dans ma propre expérience, j’ai rencontré des bibliothécaires proposant tout Lacan dans une très petite bibliothèque d’un quartier défavorisé, argumentant que même les gens de ce quartier « avaient le droit de lire Lacan ».

417 Myriem Foncin, dans la critique de The Chance to read : « Il est bien certain que des bibliothécaires français n’accepteront pas en bloc la définition que M. McColvin donne de la bibliothèque de lecture publique, définition qu’il emprunte à Robert D. Leigh. La plupart, en tout cas, intervertiront l’ordre des facteurs, assignant comme premier objectif à la bibliothèque l’enrichissement personnel de l’individu et non sa formation civique et sociale. » (Bulletin d’informations de l’ABF, n° 23, 1957)

418 Sur cette argumentation, je renvoie à ma thèse, Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques : légitimer et décider (1945-1985), op. cit., p. 275-277.

419 Michèle Petit, Chantal Balley. De la bibliothèque au droit de cité : parcours de jeunes. BPI, 1996.

420 Michel Melot. « Le temps des médiathèques », op. cit., p. 209.

421 Bernadette Seibel. Au nom du livre, op. cit.

422 Philippe d’Iribarne. L’étrangeté française. Éditions du Seuil, 2006, p. 124.

423 Denis Varloot. « Du puits au robinet », Bulletin des bibliothèques de France, t. 28, n° 6, 1983.

424 Pour la désertion : Scott Carlson. « The Deserted Library ». The Chronicle of Higher Education, 16 novembre 2001. Pour la stabilité des chiffres dans les Public Libraries, Philippe Cantié, Au nom de l’antiterrorisme, op. cit., p. 104-105.

425 Michel Melot, « Le temps des médiathèques », op. cit.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search